Version classiqueVersion mobile

Le Solitaire du ravin

 | 
Ludovic Frobert
, 
George Joseph Sheridan

Ateliers et démocratie

Chapitre 7

Un légitimiste rouge

Texte intégral

1Pierre Charnier a revendiqué une fidélité constante au légitimisme et au catholicisme. Dans ses notes, correspondances, brèves, on le voit immédiatement associer ses convictions politiques et religieuses à ses origines et à son milieu familial ; au plus fort de ses affiliations et de ses engagements dans les sociétés et œuvres légitimistes et catholiques lyonnaises, Charnier ne cessera de rappeler que le fond de sa doctrine personnelle est antérieur à son inscription dans les réseaux traditionalistes et aux enseignements des différentes hiérarchies locales :

Je n’ai jamais eu besoin des leçons de M. Demarre pour apprendre à connaître le principe de la légitimité, c’est-à-dire le respect dû à ce principe. Fils d’une veuve honnête et religieuse, l’éducation maternelle avait choisi mon drapeau longtemps avant la chute de l’usurpateur. (Juin 1851, 377 : 541)

2Il se plaît donc à rappeler que son père fut un défenseur de Lyon en 1793, mais souligne plus encore l’influence de sa mère et des traditions rurales qu’elle lui a transmises avec mission de les préserver et de les adapter à la vie de l’artisan lyonnais : « allier la simplicité du village à la politique de la ville » (1852, 378 : 119), voilà ce que devaient être les guides en matière de pensée et d’action d’un canut qui choisira significativement la métaphore du jardin pour décrire le fonctionnement idéal de la Fabrique.

  • 1 Charnier met en récit, à la fin de sa vie, son premier engagement lors de l’expédition de Grenoble (...)

3La posture qu’adopte Charnier est dès lors tout à fait révélatrice et annonce déjà une situation doctrinale originale, aussi bien dans la réflexion que dans l’action ; s’il ne cessera de clamer son acceptation des hiérarchies naturelles, sa résignation face aux inégalités et classements voulus par la Providence, il revendiquera aussi la disposition et l’usage d’une opinion et d’une voix singulières dans un certain nombre de débats publics, au moins à un niveau social de ces débats et, principalement, aux prud’hommes. L’équation personnelle de Charnier est donc complexe et évolutive. Par son milieu familial et ses origines, il tient du traditionalisme et ses premiers engagements le confirmeront1. Mais sa pratique sera, à partir de 1817, celle d’un tisseur chef d’atelier sensible à la question des abus, observateur des ravages du libéralisme économique et conscient des nécessaires régulations intermédiaires de la Fabrique, donc premier fondateur du mutuellisme lyonnais, proche des saint-simoniens et des républicains modérés, puis un peu plus tard, prud’homme intervenant régulièrement dans la petite presse ouvrière lyonnaise. Toutefois, vers 1840, sa situation économique évolua lorsqu’il hérita. Libéré d’une grande partie du travail dans son atelier, il s’engagea plus fermement dans la vie publique, intensifiant ses activités aux prud’hommes, mais s’impliquant aussi plus intensément dans la vie de la cité, s’intégrant aux réseaux légitimistes et catholiques lyonnais.

  • 2 N. Bez (abbé), La ville des aumônes. Tableau des œuvres de charité de la ville de Lyon, Lyon, Libra (...)
  • 3 Le diocèse de Lyon, J. Gadille éd. (et al.), Paris, Beauchesne, 1983, chap.14 et 15 ; G. Mas, « Le (...)
  • 4 P. Droulers, « Le cardinal de Bonald et la question ouvrière à Lyon avant 1848 », Revue d’histoire (...)

4Autour de 1840, Lyon n’était pas seulement la « ville des aumônes »2 ; ce fut surtout l’un des principaux lieux où, en France, les différentes sensibilités catholiques se confrontèrent pour la première fois à la question ouvrière : Les Paroles d ’un croyant, publié par Félicité de Lamennais peu après l’insurrection de 1834, eurent un fort impact à Lyon et nourrirent les années suivantes un premier catholicisme libéral. Deux ans plus tard, Frédéric Ozanam et quelques proches y organisaient les conférences de Saint-Vincent de Paul à l’ombre de la Congrégation de Lyon, et à partir de 1840, le diocèse de Lyon fut administré par Mgr de Bonald, fervent légitimiste, bientôt très attentif à la question sociale à Lyon3. Dès son arrivée, le nouveau prélat dénonça violemment la spéculation et la concurrence mises à l’honneur par le régime des notables, insista sur la valeur cardinale du travail et prêcha, dans ses nombreuses lettres pastorales, la justice sociale, non tant par la résignation de l’ouvrier que par la responsabilité des négociants4.

  • 5 J. Hours, « Les origines d’une tradition politique. La formation en France de la démocratie chrétie (...)

5Charnier fut, nous le verrons, en contact avec des hommes appartenant à ces différentes sensibilités et ces échanges lui permirent d’adapter et de bricoler sa propre doctrine traditionaliste. Or, le traditionalisme – légitimisme et catholicisme intransigeant – pouvait constituer, à l’époque, une source privilégiée d’inspiration sur les questions sociales et politiques et allait par exemple constituer le creuset du catholicisme social5 : il menait une critique radicale du libéralisme économique et abhorrait le modèle anglais, cause du paupérisme et de la précarisation, faisait de la matrice familiale et de la technique associative – les corps intermédiaires – les unités élémentaires du social, fustigeait la centralisation administrative et l’élaboration d’une législation générale et abstraite et appelait enfin à ressourcer la monarchie dans le suffrage universel. De cet ensemble hétéroclite de matériaux doctrinaux pouvait émerger aussi bien une perspective conservatrice, voire réactionnaire et prônant une société strictement hiérarchisée en classes inégales, la liberté pour les corps intermédiaires, provinces ou communes, mais exclusivement dirigés par les notables, le patronage étroit exercé par les élites économiques sur les classes populaires. Mais, quoique bien plus marginal, un usage d’esprit plus démocrate et réformiste de ces mêmes matériaux pouvait être expérimenté et conduire dès lors à cheminer parfois en compagnie des premiers socialistes chrétiens ou de la fraction des républicains modérés attentifs à la question sociale. Cet itinéraire sera celui de Pierre Charnier. Quelques épisodes permettent de reconstituer cet itinéraire complexe.

L’école des Frères de la doctrine chrétienne

  • 6 J.-C. Beaumont, « Une association de laïques catholiques : la Congrégation de Lyon (1817- 1840) », (...)

6Pierre Charnier fut étroitement intégré à la vie de la paroisse de Saint-Paul et aux actions des différentes congrégations qui y œuvraient. Il est certain que son implication s’accentua très nettement après 1840, lorsque sa situation économique évolua, qu’il put se décharger du travail de tisseur et se consacrer à des activités publiques. Mais dès avant 1840, sa participation à la vie religieuse locale était sans doute importante, il en connaissait les principaux acteurs et était reconnu d’eux, au moins en tant que canut prud’homme, en tant qu’ouvrier exemplaire, qualité alors prisée par les congrégations, souvent proches du légitimisme, comme celle de Benoît Coste6. À la fin des années 1830, indice du degré d’intégration de Charnier à la vie religieuse locale, un échange révélateur survient avec l’abbé Fournier. Ce dernier était vicaire de la paroisse lorsque Perrin en était le curé. À l’arrivée du nouveau curé, l’abbé Cattet, Fournier est écarté et, immédiatement, il s’insurge, dénonce un « arbitraire ecclésiastique tombé dans l’injustice », écrit à l’administrateur du diocèse de Lyon, Mgr de Pins, au garde des Sceaux et même à Grégoire XVI. Peu de temps après, Fournier transmet les éléments du dossier à Pierre Charnier. Ce dernier a sollicité ces éléments d’information et Fournier lui demande aide et approbation. L’épisode témoigne donc de la présence et du rôle de Charnier dans la paroisse, mais sa réponse sévère à l’abbé Fournier fournit également des renseignements précieux sur sa religiosité. Charnier, en effet, lui reproche son absence d’humilité et de résignation, la méconnaissance du fait de la Providence, attitude d’autant plus inacceptable pour un prêtre qu’il prêche dans un quartier d’artisans durement frappés par les conditions économiques et qui auraient, eux, bien plus de motifs à s’insurger :

J’ai lu vos écrits, je n’y ai trouvé nulle part ce caractère de résignation sans exemple dont vous vous donnez le mérite. Je vois tous les jours de meilleurs exemples de résignation chez un trop grand nombre de mes malheureux confrères victimes des abus de notre état : ils souffrent dans le silence, loin d’en appeler à la presse pour publier leurs malheurs ; ils souffrent patiemment en attendant un meilleur avenir ; en d’autres termes, ils comptent sur la Providence. (379 : 460-463)

  • 7 C. Ponson, « L’Église familière des pouvoirs », Histoire de Lyon, F. Bayard et P. Cayez éd., vol. I (...)
  • 8 Dans les archives Charnier se trouve la brochure d’un discours de l’abbé Pierre-Étienne Bonnevie (1 (...)

7L’implication de Pierre Charnier est plus visible encore dans sa défense constante des écoles de Frères. Lyon fut l’un des principaux lieux de renaissance, au tout début du xixe siècle, de ces écoles qui se consacraient, depuis la fin du xviie siècle, à l’éducation des enfants des classes laborieuses. Après leur suspension sous la Révolution, c’est dès 1802, sous l’autorité du cardinal Joseph Fesch, que le conseil municipal de Lyon avait confié les écoles primaires de garçons aux lassaliens et, en 1845, quinze écoles étaient implantées dans la ville et ses faubourgs7. Pierre Charnier fut élève de l’une de ces écoles avant d’être placé comme apprenti vers 1807 et sa fille Agathe fut elle aussi très certainement formée à l’école des Sœurs Saint-Charles dans les années 1820. En 1851, Charnier écrira à Émile Pine-Desgranges, un avocat rédacteur de la légitimiste Gazette de Lyon, qu’il avait « toujours été partisan dévoué à cause de l’éducation pratique, l’éducation de l’exemple qu’ils [les lasalliens] prodiguent sans cesse à leurs élèves par toutes leurs actions » (379 : 534)8. En 1837 ou 1838, il rédigea une pétition signée par quatre-vingt-treize pères et adressée au maire de Lyon, Christophe Martin, pour que soit doublée la grande classe de l’école des Frères du quartier Saint-Paul et, en 1846, il participa activement auprès du Frère Romèze, directeur de l’école de Saint-Paul, à la remise des récompenses aux élèves méritants.

8On possède une trace plus nette de son implication au lendemain de février 1848 et dans les mois qui suivirent. Au printemps 1848, peu de temps après que les couvents-ateliers eurent été saccagés par les ouvriers en colère, la fraction socialiste et démocrate du comité provisoire, celle du Club central, faisait pression pour que l’enseignement primaire soit retiré aux écoles des Frères. Naturellement, cette tentative rencontra la résistance de l’opinion catholique et fin mai, dans le journal légitimiste L’Union nationale, Mgr de Bonald, qui avait adopté une attitude mesurée et prudemment bienveillante à l’avènement de la république, rappelait que le maintien des écoles des Frères confirmait les nouvelles libertés démocratiques. Toutefois, la défense de l’institution des Frères au nom même des principes républicains avait été présentée auparavant par Charnier. Le 22 avril 1848, il avait envoyé au commissaire de la République, Martin Bernard, une pétition rappelant que l’enseignement des Frères n’était en rien contraire aux principes de la démocratie ; plus, il soulignait que c’était au nom même des principes démocratiques qui accordaient sens et poids aux choix et suffrages de chacun que l’école chrétienne devait être maintenue :

[…] l’excellence de leur enseignement gratuit ayant été sanctionnée par l’approbation des autorités compétentes et l’immense majorité des familles d’artisans lyonnais qui ont librement donné la préférence à ces écoles. Conséquemment le vœu de la majorité, étant inséparable du principe républicain qui nous régit, nous fait espérer que Monsieur le Commissaire voudra bien dans cette circonstance répondre aux vœux et à l’un des plus grands besoins de la classe ouvrière. (379 : 483)

  • 9 Trois ans plus tôt, Charnier avait chapitré le peintre Camille Dolard, accusé d’avoir voulu ridicul (...)

9Un temps éclipsée par les événements, la question des écoles des Frères resurgit dans les premiers mois de 1849, alors même que plusieurs élections locales eurent donné une nette majorité aux partisans du Club central, notamment dans les faubourgs de la Guillotière ou sur les pentes de la Croix-Rousse ; là encore, c’était le financement de ces écoles par les municipalités qui fut immédiatement critiqué. En janvier 1849, Charnier participa au développement d’un comité de souscription pour les écoles des Frères et en devint le secrétaire. Deux mois plus tard, il rédigea une demande au préfet Tourangin car la municipalité de la Croix-Rousse avait décidé de baisser de façon drastique son allocation aux Sœurs et de leur interdire l’enseignement tout en augmentant nettement le salaire des instituteurs des écoles mutuelles. Charnier rappelait au préfet que l’enseignement des Frères avait été très nettement privilégié par les familles d’artisans. Ces écoles, expliquait-il, « fonctionnent à la satisfaction des trois quarts des familles de la Croix-Rousse »9 ; elles avaient donc reçu le suffrage d’une majorité d’individus « raisonnables et raisonneurs ». Charnier pouvait alors donner ici une leçon de républicanisme à l’un de ses représentants : « Veuillez, Monsieur le Préfet, user de vos lumières et de votre haute influence en faveur de la liberté de l’enseignement et de l’égalité entre les instituteurs, et cela afin de conserver l’esprit de fraternité, qui cesserait d’exister dans une commune où l’administration dépouillerait la grande majorité pour privilégier la minorité. » (379 : 498-499)

  • 10 Dans un autre fragment griffonné, Charnier écrit : « Cette pétition fut considérée pleine de logiqu (...)

10La défense des écoles chrétiennes méritait, selon Charnier, d’être rendue publique. La pétition parut dans le Moniteur judiciaire de Lyon et dans plusieurs journaux conservateurs, Le Courrier de Lyon et Le Salut public. La publication rencontra significativement plus de difficultés à la Gazette de Lyon - Union Nationale. Charnier, nous le verrons ci-après, était un représentant, à Lyon, d’une tendance minoritaire de la mouvance légitimiste, celle qui se baptisait royaliste nationale, était partisane de l’abbé de Genoude et de sa défense inconditionnelle du suffrage universel, une tendance qui, fortement représentée dans le sud de la France, proche du petit peuple, était sensible à l’esprit démocratique, peu hostile a priori aux alliances carlo-républicaines ou du moins à certaines d’entre elles. La majorité légitimiste lyonnaise campait, elle, sur des positions beaucoup plus intransigeantes et Charnier fut, nous le verrons, plusieurs fois en conflit avec les notables de son parti lorsque ces derniers le découvrirent moins docile et moins exemplaire, en tant qu’ouvrier tisseur, que ce qu’ils avaient imaginé. Au début de l’année 1849, sa demande pour voir publier sa pétition dans la Gazette de Lyon resta longtemps sans réponse. Il s’en plaignit au Frère Casimir, directeur des écoles de la Croix-Rousse et demanda à un avocat légitimiste, Lanson, de convaincre le rédacteur et imprimeur du journal, Guyot, de publier sa pétition. Il y avait selon Charnier, dans ce refus, une preuve de la morgue des élites légitimistes lyonnaises envers les artisans et les ouvriers, et plus gravement une méconnaissance, de la part de ces classes nanties par la Providence, de « la vraie fraternité, celle de l’Évangile » : « Il n’y a donc plus d’échos dans les colonnes de la Gazette pour les gémissements de ces pauvres et nobles frères aussi grands par l’humilité qu’ils sont riches par leur abnégation. » De même que Charnier avait pu chapitrer peu auparavant les élus républicains en leur démontrant que leurs actes ne respectaient pas les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, il pouvait ici souligner les mêmes inconséquences chez les élites du Parti de l’Ordre. C’était donc, probablement non sans ironie, une leçon de cohérence doctrinale10 et de sagesse politique que leur donnait Charnier :

La liberté d’enseignement en faveur d’un genre d’éducation mieux que tout autre peut inculquer l’amour de Dieu et du prochain, ainsi que le respect envers les supérieurs, sans quoi tout homme devient infailliblement l’ennemi né de ceux à qui la Providence a dévolu l’autorité, les honneurs, les vertus, les talents ou les richesses.
Garder le silence sur cet important chapitre, n’est-ce pas se rendre complice du cataclysme projeté par le socialisme ? (379 : 500)

  • 11 En janvier 1848, Charnier s’était impliqué dans le projet de création d’une église dans le quartier (...)

11Entre 1850 et 1853, au lendemain de la Loi Falloux, Pierre Charnier sera encore l’un des principaux animateurs du comité de défense et de souscription pour les écoles chrétiennes, s’investissant notamment pour le maintien de celles de la Croix-Rousse, menacées de faillite11. Là encore, il interpellera les journaux qui, comme le Courrier de Lyon ou la Gazette de Lyon, n’auront pas rendu suffisamment compte du manque de moyens des écoles des Frères ; il sollicitera Mgr de Bonald ou le Frère Philippe Bransiet (supérieur général des Frères des écoles chrétiennes depuis 1838) pour les soutenir financièrement, et il sera en contact avec les principaux Frères dirigeant les écoles lyonnaises.

La Société Saint-François-Xavier

  • 12 Sur tous ces points, voir J.-B. Duroselle, Les débuts du catholicisme social en France, ouvr. cité, (...)

12Protégée et stimulée par Mgr Affre et peu appréciée par les autorités orléanistes, la Société Saint-François-Xavier prit son essor au début des années 1840. L’évangélisation et la moralisation des classes ouvrières constituaient ses objectifs prioritaires et la société fut à l’origine de nombre d’avancées sur le plan social. Théodore Nisard, qui dirigeait le recueil mensuel La Bibliothèque des classes ouvrières (1845), y présenta, dans son article « De la situation des classes ouvrières en France et des moyens de l’améliorer », une critique radicale du libéralisme économique ainsi que la défense d’un socialisme fondé sur les idées catholiques. Faisant le constat de la précarité, de la misère et de la vulnérabilité des travailleurs, il écrivait que « l’Association des ouvriers entre eux est donc […] l’appendice nécessaire de la liberté du travail, l’égide de l’émancipation de l’industrie ». Les progrès passaient donc par l’instruction et la moralisation, mais également, vu l’ampleur de la tâche, par des mesures plus directement sociales ; autour de 1845, sous l’autorité du Père Ledreuille ou de l’abbé Castelbou, la société réfléchit à sa transformation en société de secours mutuels. Charité et aumône étaient insuffisantes et Ledreuille pouvait même noter : « Si je ne me trompe pas sur le caractère de l’ouvrier, il aime beaucoup à faire l’aumône et très peu à la recevoir. » C’était non pas au pauvre, mais au travailleur précarisé et fragilisé par le progrès industriel qu’il fallait venir en aide : « Il ne faut pas s’occuper seulement d’organiser la charité légale. Il faut prévenir les causes du paupérisme ; il faut prévenir une guerre sociale en organisant le travail »12. La société créa à la suite une Maison des ouvriers, développa des projets d’indication et d’entraide dans les domaines du placement gratuit, des soins médicaux ou de l’aide juridique et multiplia les projets de publication dont la Revue du travail (1847), à laquelle collabora Claudius Hébrard.

  • 13 Cité dans G. Mas, « Le cardinal de Bonald et la question du travail », thèse citée, p. 347.
  • 14 Dans cette lettre, Charnier avoue à l’abbé Jayol avoir très longtemps vécu « dans l’état d’indiffér (...)
  • 15 En janvier 1847, c’est Charnier qui prononce les vœux des Œuvres « en présence d’un grand nombre de (...)

13Ce dernier avait impulsé, avec François-Zénon Collombet, le développement des Œuvres à Lyon dès 1844. Confiées à l’abbé Jayol, aumônier des Frères des écoles chrétiennes de la montée Saint-Barthélémy dans le quartier Saint-Paul, les Œuvres rassemblaient déjà plusieurs milliers de membres quelques mois plus tard. Dans une lettre d’août 1845 à l’abbé Jayol, Mgr de Bonald, placé à la direction des Œuvres, exprimait son souhait de voir l’institution participer activement à l’amélioration morale et matérielle du sort des ouvriers. Il fallait « rendre sur terre » la condition des ouvriers meilleure et pour cela miser sur « l’association, mais une association chrétienne [procurant] aux ouvriers ces secours mutuels qui n’humilient pas mais qui leur font trouver des frères dans leurs compagnons »13. En janvier 1846, Pierre Charnier assistait aux réunions des Œuvres lyonnaises. Dans une lettre à l’abbé Jayol, il rendait compte de cette réunion « spécialement consacrée aux ouvriers » et où l’on avait lu des extraits des récents discours du Père Lacordaire (376 : 393). Charnier était donc certainement déjà membre des Œuvres depuis plusieurs mois14. Dans les semaines suivantes, il y prit des fonctions importantes : « Je fus de plus chef de section (décurie) nommé au bureau central, enfin, plus encore secrétaire en chef de la section » (376 : 395). Dans les années suivantes, on peut suivre sa participation aux réunions de la première section des Œuvres, qui se réunissait aux lazaristes, montée Saint-Barthélémy ; ainsi en novembre 1846, séance lors de laquelle Mgr de Bonald présente ses idées sur la question sociale : « Ce jour-là, note Charnier, le cardinal a adopté le langage de l’organisation du travail en proposant une caisse de secours. Les députés, les cardinaux s’en mêlent. » (376 : 405)15

14Au début de l’année suivante, Charnier fut sollicité sur le sujet et proposa la création d’une caisse centrale comme remède principal à l’imprévoyance et à l’immoralité des ouvriers. Son rapport, adressé au bureau central des Œuvres et envoyé en juin 1847 à Mgr de Bonald, détaillait treize articles permettant d’institutionnaliser et de réguler la pratique de la charité ; cette organisation formelle, expliquait-il, est « indispensable à l’augmentation et à la juste répartition des secours procurés par la charité » (376 : 426). Alors même qu’à Lyon, les Voraces et les autres sociétés secrètes agitaient le peuple canut, les bénéfices d’une telle organisation formelle étaient présentés par Charnier. Elle était indispensable

[…] afin qu’il revienne à chacun selon ses œuvres ; afin d’assurer la prospérité d’une œuvre qui, en soulageant à la fois les plaies de l’âme et celles du corps, concourt puissamment à la grande réforme dont nous avons besoin pour arriver à la régénération sociale trop souvent mal comprise parce qu’elle est prêchée par de faux prophètes enivrés de leurs droits et complètement ignorants de leurs devoirs… Notre œuvre [est indispensable encore] en prêchant le respect dû à la puissance divine et aux puissances de la terre, en luttant contre l’envie du bien d’autrui, en recommandant l’amour du prochain, d’abord au pauvre, afin que sa résignation lui mérite l’estime et la commisération des heureux de ce monde qui, étant les dispensateurs du travail et des aumônes, lui permettent la prospérité de son industrie et en cas de revers, les secours tendus par une main consolatrice. (Ibid.)

15Ainsi conçu, ce projet de caisse – et donc de réforme, insistait Charnier – ne pouvait heurter les autorités orléanistes et attirer les foudres de la répression. Toutefois, si dans ses propositions Charnier insistait sur la résignation des pauvres, c’était aussi et surtout pour mieux insister sur les devoirs des nantis. Son système de caisse soulignait ainsi l’ampleur de leurs devoirs en termes d’assistance. La caisse devait se constituer en véritable institution appuyée sur une commission, fonctionnant sur la base d’un règlement dont Charnier détaillait les 13 articles principaux. L’ensemble était « indispensable à l’augmentation et à la juste répartition des secours procurés par la charité ». Charnier soulignait surtout qu’il fallait rendre identifiable les dons de chacun, écarter le principe des souscripteurs anonymes pour véritablement impliquer et responsabiliser ceux que la Providence avait nantis. Il fallait, expliquait-il, « qu’il revienne à chacun selon ses œuvres ». Là était la condition de « la grande réforme dont nous avons besoin pour arriver à la régénération sociale trop souvent mal comprise car elle est prêchée par de faux prophètes, enivrés par leurs droits et complètement ignorants de leurs devoirs » (ibid.) ; de « faux prophètes » aveugles à leurs devoirs qui pouvaient aussi bien, dans le discours de Charnier, désigner les nouveaux ténors socialistes que les élites libérales orléanistes. Face aux maux industriels modernes, il prévoyait donc, « dans ces temps où le progrès est à l’ordre du jour », une implication sociale beaucoup plus ambitieuse pour les élites politiques et religieuses de la cité qui devaient amplifier leur aide et imaginer des formes nouvelles de charité ou, dans son esprit, de solidarité. Charnier relevait ainsi que son système collectif de caisse pouvait conduire l’Église à se rapprocher de l’atelier, à s’impliquer dans la question sociale, et il mentionnait une visite récente de l’abbé Jayol dans un atelier de canut : « Dernièrement, l’abbé Jayol a parcouru les ateliers où il se trouvait des ouvriers agrégés à l’œuvre pour solliciter des maîtres les égards dus à la bonne conduite. C’est là donner à la charité chrétienne une extension qui va bien au-delà de l’aumône. » (Ibid.)

16Charnier avait donc acquis, en tant que canut exemplaire, une position importante dans les Œuvres lyonnaises. En janvier 1847, c’est lui qui adressa ses vœux à l’abbé Jayol « en présence d’un grand nombre de membres du conseil des dignitaires de l’Œuvre » (376 : 407). Toutefois, Charnier s’est sans doute rapidement révélé moins docile que prévu et il précisait dans le même document : « L’année suivante, j’ai cru ne pas complimenter, même je me suis abstenu de la visite du jour de l’an. » En 1847, deux épisodes allaient l’éloigner des Œuvres.

17Il fut d’abord directement touché par la campagne que les journaux républicains menèrent contre celles-ci, accusées de jésuitisme. La presse ouvrière et républicaine ne pouvait tolérer la mansuétude des autorités vis-à-vis d’une association qui n’était, selon elle, religieuse qu’en apparence. En mai 1847, la Tribune lyonnaise de Marius Chastaing critiquait l’orientation prétendument sociale des Œuvres, n’y voyant qu’une simple manœuvre destinée à détourner et à neutraliser le mécontentement des ouvriers. Un mois plus tard, un autre article, probablement de Chastaing, mettait directement en cause Charnier :

  • 16 Charnier note à ce propos : « Le rédacteur m’a avoué de vive voix que cette attaque n’aurait pas eu (...)

Il faut partout des chefs qui, excités par une vanité puérile, puissent servir d’instrument aveugle ; aussi l’Œuvre de Saint-François-Xavier recherche-telle les hommes auxquels elle suppose de l’influence sur la classe ouvrière. Nous apprenons que M. Charnier, prud’homme, est secrétaire de l’Œuvre dans la paroisse de Saint-Paul. Lorsque nous avons prêté à M. Charnier notre concours, malgré ses opinions politiques, nous ne pensions pas qu’il en viendrait à s’enrôler sous la bannière du jésuitisme. (376 : 434)16

18Mais ce n’était pas simplement des journalistes aux comportements sanguins comme Chastaing qui questionnaient à Lyon l’engagement de Charnier dans les Œuvres, y suspectant aussi une entreprise légitimiste. À la même période, un chef d’atelier, Perrin, transmettait une lettre à son épouse, soulignant que le large crédit de Charnier auprès du peuple canut reposait sur son activité aux prud’hommes et que son engagement politique et religieux lui faisait perdre toute popularité :

S’il veut la conserver intacte, il ne doit s’enrôler sous aucune bannière politique ni religieuse mais rester simplement et toujours le représentant des travailleurs et le défenseur dévoué de leurs intérêts compromis !
La partie saine de ses électeurs est vivement peinée de ce qu’il s’est mis en relief dans cette congrégation qui, sous l’anonyme de bienfaisance, n’est en réalité qu’une société dirigée par l’esprit jésuitique.
Quand on est prud’homme, on doit refouler dans son cœur comme dans un tabernacle discret et mystérieux ses idées politiques et religieuses ! Il ne doit y avoir dans ce conseil ni légitimiste, ni républicain, ni ultra, ni protestant ; il doit y avoir des prud’hommes et rien que des prud’hommes occupés exclusivement du sort des travailleurs, de leurs droits et de leurs intérêts qui, chaque jour, sont violés et contestés par l’égoïsme de la classe d’hommes de qui nous faisons la fortune. (376 : 436)

  • 17 Le Censeur, numéro du 28 avril 1847.
  • 18 Sur la question des ateliers-communautés à Lyon en 1847 et après février 1848, voir F. Dutacq, Hist (...)

19Charnier, de son côté, put également mesurer assez vite les limites des efforts que l’Œuvre prétendait effectivement consacrer aux réformes sociales d’envergure qu’il imaginait pour elle. Le contentieux naquit des ateliers-communautés, ateliers de tissage établis à l’intérieur des Providences. Ces institutions, mises en place par l’Église pour moraliser et protéger les jeunes générations de travailleurs, furent attaquées par l’opinion canuse dès le milieu des années 1840 à Lyon. Dans un contexte de dégradation de l’activité de la Fabrique, les ateliers-communautés s’étaient multipliés. Les organes républicains et ouvriers estimaient que, sous prétexte de moralisation et d’apprentissage, ces institutions exploitaient le travail des enfants et faisaient une concurrence déloyale aux tisseurs. En avril 1847, le Censeur accusa ces ateliers de « devenir de véritables fabricants, des négociants, et de faire sous le couvert de leur titre de communauté autorisée concurrence à plusieurs branches de commerce… et d’accepter au rabais les travaux de certains fabricants »17. Alors que le mécontentement se focalisait notamment sur le puissant établissement des Frères des écoles chrétiennes de la montée Saint-Barthélémy, en septembre 1847, une séance du conseil des Œuvres de Saint-François-Xavier discuta des ateliers-communautés pour conclure que cette question était étrangère aux missions de l’Œuvre (376 : 443). Dans un brouillon, Charnier, parfaitement conscient du fait que cette question était au contraire au cœur des ressentiments des chefs d’atelier et ouvriers en soierie de Lyon, mettait en garde les pouvoirs religieux18 : « Archevêques et prêtres du diocèse, vous êtes dénoncés par la misère publique pour être les auteurs ou du moins les approbateurs des ateliers-communautés » ; il leur demandait, et à Mgr de Bonald en priorité, de prendre fermement position contre ce « monopole monacal » et de réaliser ainsi « la puissance sacerdotale unie à la puissance populaire » (376 : 447). Charnier se heurta rapidement sur ce point à l’opposition des Œuvres et notamment de l’abbé Jayol, solidaire des couvents, et ce différend le conduisit à la démission au début du mois de février 1848. Quelques semaines plus tard, il s’en expliquait au légitimiste Demarre : « Ce motif m’a déterminé à donner ma démission de membre de la Société Saint-François-Xavier, où l’homme indépendant se sent étouffer par des liens qui se resserrent dans une proportion qui s’accroît avec le grade dont il se laisse affubler. » (377 : 3)

20Il semble bien toutefois que, dès avant sa démission, il avait été mis à l’index, Jayol lui refusant par exemple l’accès aux procès-verbaux de la première section dont Charnier était secrétaire. Charnier lui reprochait, plus qu’aux autres dignitaires, la « coupable erreur » de protéger les communautés. La réponse donnée par Jayol fut retranscrite par Charnier :

Je ne fais rien sans mon conseil. Nous avons décidé que le registre des procès-verbaux ne sortirait pas d’ici. Vous avez fait plus de mal à la société que tous les communistes. Il est bon de connaître votre opinion sur les communautés. Il faut séparer l’ivraie d’avec le bon grain. L’ivraie ce sont ceux qui veulent que les couvents ne jouissent d’aucun privilège et plus que les autres ateliers. (376 : 450)

  • 19 Sous la Deuxième République, Charnier demeura un critique vigilant des ateliers-communautés. Au pri (...)

21Après février 1848, lorsque les métiers des ateliers-communautés furent brisés par les ouvriers de Lyon19 et que les Œuvres de Saint-François-Xavier disparurent pour un temps, Charnier continua à informer les autorités, le comte de Chambord (Henri V) notamment, sur le scandale de « cette usurpation à l’industrie par le ministère des autels », et il défendra plusieurs jeunes victimes d’abus commis dans les ateliers-communautés. Un peu plus tard, en 1850, Charnier participera toutefois à la renaissance de la Société Saint-Joseph, héritière de Saint-François-Xavier, une société de bienfaisance et de secours mutuels pour les tisseurs visant à « l’amélioration religieuse et morale de la classe ouvrière ». Mais, à cette date, son opinion était déjà faite : « Le culte catholique et les congrégations sont deux choses différentes, très différentes » (377 : 48).

L’Union nationale

  • 20 Notice sur de Genoude dans Dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889, A. Robert, G. C (...)
  • 21 M.R. Cox, « The liberal legitimists and the Party of Order under the Second French Republic », Fren (...)
  • 22 L’Union nationale, numéro du 3 août 1848. C’est l’abbé de Genoude qui avait poussé Claudius Hébrard (...)
  • 23 Pierre Charnier recevait L’Étoile du Gard et de l’Hérault, Journal du droit national, catholicisme, (...)
  • 24 Pierre-Louis Brac de la Perrière, compagnon de Frédéric Ozanam et très impliqué dans le développeme (...)

22Charnier était traditionaliste par son éducation mais son engagement dans le légitimisme n’intervint véritablement que dans les années 1840. Au sein du légitimisme, il rejoignit une famille doctrinale particulière et minoritaire influencée par les thèses de l’abbé de Genoude. Dès 1814, ce dernier, critiquant le principe d’une charte octroyée, écrivait : « Du peuple dérive la loi, puisque son intérêt doit la former. La liberté ne peut jamais être l’effet que de lois justes. Le roi lui-même est soumis à cet ordre suprême. La loi seule commande et règne. Les droits des rois sont les plus saints de leurs devoirs. »20 Le programme que va développer par la suite de Genoude dans la Gazette de France explorait les complémentarités entre l’hérédité royale et le suffrage universel et cet organe que combattait La Quotidienne, journal des ultra-royalistes sous la Restauration, fut aussi en opposition constante au pouvoir orléaniste après 1830. La ligne légitimiste populaire de de Genoude, peu hostile aux collusions carlo-républicaines et dont les bastions se situaient en majorité chez les Blancs du Midi, s’opposait aussi au légitimisme libéral de Pierre-Antoine Berryer, et cette opposition devint saillante au moment de la Deuxième République et surtout lors des élections de 1849, lorsque Berryer milita ouvertement pour une nouvelle alliance monarchiste et conservatrice entre orléanistes et légitimistes21. Le nouvel héritier de la branche des Bourbons, le comte de Chambord (Henri V), prenant graduellement le contrôle du mouvement légitimiste, dénonça finalement dans la circulaire Wiesbaden (août 1850) la tendance turbulente de l’appel au peuple menée alors par le marquis Henri de la Rochejaquelein. À Lyon, à partir de mars 1848, L’Union nationale défendait les positions de de Genoude et de la Rochejacquelein et était partisane d’un royalisme nationaliste ouvert à la démocratie, partisane de « l’hérédité sanctionnée par le vœu national »22, favorable à la conciliation des classes et aux réformes sociales à engager. Et Pierre Charnier, qui recevait et lisait les titres de la presse légitimiste du Midi23 et écrivait que la légitimité était « par son essence la nationalité » (377 : 528), se retrouvait pleinement dans ce programme qui semblait tisser un lien entre la monarchie, le catholicisme et la république. En octobre 1847, alors qu’il se consacrait par ailleurs à la souscription des catholiques lyonnais « pour aider Pie IX dans les réformes qu’il [avait] entreprises » (376 : 486)24, il rédigea un brouillon de pétition à la Chambre des députés :

Nous demandons que tous les Français qui payent l’impôt du sang et de l’argent soient électeurs et éligibles.
Nous demandons que l’urne électorale soit placée à la portée de toutes les classes d’électeurs.
Signé : Cornu, Demarre, Charnier et autres. (376 : 483)

  • 25 Le fait a été noté par Fernand Rude qui, sur un brouillon de lettre de Charnier à Charles Depouilly (...)

23La position de Charnier, après la Révolution de février 1848 et jusqu’aux journées de juin, est difficile à définir, incertaine et hésitante face aux événements25. Lors de ces quatre premiers mois tumultueux de la Deuxième République à Lyon, il semble avoir été sollicité par les différentes listes électorales qui préparaient les élections du printemps 1848. Charnier avait une longue complicité avec nombre de républicains lyonnais qui, modérés, n’en étaient pas moins conscients des problèmes économiques et sociaux de la Fabrique. En mars 1848, Charles Depouilly lui annonça de Paris, où il était désormais établi, qu’on cherchait à le porter à la nouvelle Assemblée qu’allait consacrer le suffrage universel. Il demandait le soutien de Charnier, influent sur l’électorat canut. Et Depouilly soulignait immédiatement les espoirs politiques et économiques que rendait possible le changement de régime :

La belle révolution que nous venons de faire ; l’établissement de la république, le règne de tous, tout cela nous donne enfin les moyens de réviser toutes les vieilles institutions, telles que les prud’hommes, les chambres de commerce, les tribunaux de commerce, les conseils généraux, et enfin nous pourrons nous occuper de faire dans l’industrie et la commune une révolution aussi nécessaire que celle si énergique de la rue. (377 : 56)

24Depouilly, que Charnier allait défendre devant l’électorat lyonnais, dans un article envoyé au Censeur, de l’accusation d’avoir délocalisé son industrie en Angleterre (377 : 58), poursuivait en encourageant semble-t-il le prud’homme canut à s’engager plus fermement dans le combat politique. Il faut, à Lyon, écrivait-il, se méfier des négociants et s’appuyer sur le républicanisme des ouvriers en soierie : « Il nous faut ou des hommes nouveaux ou des républicains éprouvés – pas des républicains du lendemain… Choisissez dans vos rangs, là vous trouverez des braves, des hommes intelligents et énergiques. » (377 : 56)

  • 26 En ce printemps 1848, le cas n’était pas exceptionnel. Joseph Benoit, par exemple, figura un temps (...)
  • 27 Jérôme Morin était l’ancien directeur du Précurseur puis, un temps, rédacteur au Censeur. Il était (...)

25Mais Charnier était également fermement sollicité par les comités électoraux émanant du Comité général des clubs où se retrouvaient notamment légitimistes et catholiques proches de Mgr de Bonald. Il reçut plusieurs convocations pour participer à ces comités électoraux et fut également encouragé à se présenter comme candidat à la Croix-Rousse. Il n’est pas impossible, donc, que Charnier ait été sollicité à la fois pour figurer dans les listes de candidats du Comité général des clubs et dans les listes républicaines modérées du Comité du quai de Retz, dont il connaissait de longue date nombre de membres comme Pierre Lortet ou Sébastien Kauffmann26. Prudemment, Charnier décida cependant de décliner toutes ces invitations qui risquaient de l’amener à s’opposer, avec peu de chances d’être élu, aux candidats socialistes du Club central appuyé par le tonitruant Tribun du peuple. Une lettre « rédigée au secrétariat des prud’hommes en présence de plusieurs de [ses] collègues chefs d’atelier » et dans laquelle Charnier refusait de participer à tous ces comités fut transmise au Moniteur judiciaire, au Censeur, au Courrier de Lyon et à la Gazette de Lyon. Dans une note ultérieure, il justifiait ainsi sa décision : « Avant tout Charnier voulait [rester] prud’homme. Il craignait d’être placé à un poste au-dessus de ses capacités. » (377 : 53) Mais Charnier redoutait surtout deux choses : premièrement, il comprenait que ces candidatures aléatoires le fragilisaient grandement en tant qu’élu prud’homme chef d’atelier, lui qui, déjà, avait été dénoncé pour sa participation aux Œuvres de Saint-François-Xavier. Évoquant sa candidature proposée à la Croix-Rousse (probablement comme candidat du Comité général des clubs) où il devait être opposé aux puissants candidats du Club central, il repoussait cette « dignité bâtarde » et ajoutait : « Jusqu’au dernier souffle de ma popularité agonisante je resterai ce que je dois être, le serviteur fidèle de ceux qui m’ont élu et réélu tant de fois. » (377 : 59) Il prenait acte de la fragilité de son statut de représentant ouvrier aux prud’hommes, alors entamé par sa participation aux œuvres catholiques et légitimistes et il signalait que, comme Jérôme Morin27, il apparaissait désormais déjà trop comme une « vieille croûte » : « Je me vois à la veille de n’être pas réélu. Je ne saurais comment mettre à profit seize ans d’études et d’expériences concernant la juridiction industrielle. L’on ne parle plus que d’organisation du travail basé sur divers systèmes sans solution quand de la théorie on veut passer à l’application. » (Ibid.)

  • 28 Charnier évoque par exemple A. Covillard, auteur en 1848 d’une brochure, Projet d’organisation pour (...)

26Surtout, Charnier comprenait que dans ce combat douteux qui s’annonçait pour lui, il était instrumentalisé aussi bien par les légitimistes que par les républicains modérés. Plus qu’un authentique représentant du peuple canut, il servait ici de caution ouvrière à ces listes qui s’opposaient à celle, démocratique et socialiste, du Club central. Il l’avouait donc franchement à Depouilly : « J’avais été porté comme candidat à plusieurs comités électoraux, je me suis bientôt aperçu que la propriété et le barreau formaient le principal noyau de mes électeurs » (ibid.). Et, un peu plus tard, il avouera franchement à un autre correspondant, Bonnardet, que « la prudence était la véritable politique du prud’homme ouvrier » (377 : 539). Il put donc observer de l’extérieur les événements du printemps 1848, se plaisant à signaler les nombreuses volte-face et contorsions politiques des multiples candidats qui se précipitèrent alors pour représenter ou simplement éclairer de leurs lumières démocratiques la grande masse des électeurs appelés aux urnes28.

27Après l’insurrection parisienne de juin et la mise en place du gouvernement conservateur et autoritaire de Cavaignac, Charnier se rapprocha de ses anciens réseaux légitimistes dont certaines fractions, majoritaires, prirent alors un net virage à droite. En juillet 1848, alors que le gouvernement républicain passait une commande importante d’écharpes et de drapeaux pour venir en aide aux tisserands de Lyon, Charnier rédigea une pétition adressée à Mgr de Bonald pour que l’Église, en délicatesse avec l’opinion et le pouvoir républicains au printemps 1848, passe également commande « d’un oriflamme aux couleurs nationales sur lequel figurerait la devise religieuse : Dieu protège la France » et il ajoutait : « Cet étendard placé au-dessus du maître-autel serait le symbole le plus significatif de l’alliance des dogmes de l’Évangile avec les vrais principes de la république d’ordre et de moralité. » (377 : 153) La pétition parue dans L’Union nationale et la commande passée, Charnier fut directeur de la commission provisoire chargée de la répartition des commandes, en contact étroit avec des notables légitimistes comme Demarre ou Claudius Hébrard, attentif à ne pas se laisser « déborder par les utopistes » (377 : 199), demandant, en vain, aux autorités républicaines, maires et préfet, de donner un caractère légal à cette commission.

28Au début de l’année 1849, alors que le ton de Charnier devenait graduellement plus violent à l’encontre des clubs et des journaux « rouges », il s’engagea plus fermement dans le Comité du droit national qui rassemblait les légitimistes de la liste blanche que les partisans de l’ordre étaient en train d’établir en vue des élections législatives de mai. En avril, l’abbé de Genoude décéda à Hyères. Charnier participa à une réunion du Comité du droit national où l’on rendait hommage à l’abbé, « martyr du vote universel » (377 : 212-213), et proposa qu’une médaille soit frappée pour cet homme et pour « la doctrine impérissable qu’il a léguée à la vraie France, la France conservatrice » (377 : 216). La Gazette de Lyon, dans son numéro du 27 avril, relaya la proposition, mais sans mentionner le nom de Charnier. La Gazette de Provence des 30 avril et 1er mai reproduisit de son côté un grand nombre d’hommages à de Genoude, signala la réunion lyonnaise et souligna la proposition de médaille, mais sans nommer davantage Charnier, évoquant simplement qu’« un des membres de la commission » en était l’auteur. Le commentaire de Charnier est édifiant : il précisait dans une note que ce « membre de la commission » était « Charnier, prud’homme tisseur, lequel a été indigne d’être cité comme l’auteur de la proposition. S’il eut été d’un rang plus élevé son nom aurait été imprimé en toutes lettres. C’est un avis aux ouvriers qui se mêlent de politique. » (377 : 218)

29La préparation puis le déroulement des élections de mai 1849 se soldèrent par une double déception pour Charnier.

30Il put d’abord constater la mise en minorité, au sein des comités chargés de composer la liste blanche du Parti de l’Ordre, des éléments les plus démocrates, républicains du lendemain et royalistes nationaux qui, comme lui, estimaient compatibles, à quelque degré, monarchie, suffrage universel, démocratie et association au plan local et industriel, et catholicisme. Dans plusieurs lettres, il s’insurgeait contre les coteries et manœuvres diverses qui présidaient à la composition des listes et se désolait de la disparition progressive de toute perspective démocratique dans le Parti de l’Ordre et de tout intérêt pour la question ouvrière et sociale. Le droit de suffrage était alors discuté, remis en question au sein même des comités et les candidatures de notables venant de la haute banque, du commerce, des tribunaux et des académies étaient imposées sans discussion. Le 2 mai, le Comité du droit national désigna son candidat pour la liste blanche ; Charnier put constater à cette occasion : « On a élu Mr Alphonse de Boissieu, ensuite j’ai été cité le deuxième candidat (pour la forme) » (377 : 219). Mais c’était un recul plus général que constatait alors le prud’homme canut et qui le conduisit à réaffirmer ses propres convictions en matière de suffrage et d’expression. Dans un brouillon, il écrivait :

Non, la République ne peut pas être défendue avec le patriotisme le plus pur, tant qu’elle ne sera pas sanctionnée par le suffrage universel résultant d’un appel au peuple. Les uns auront droit de croire qu’il en résulterait une république sociale, d’autres la prévoient démocratique et d’autre monarchique. Pour le moment on ne peut le dire, nous serons dans le demi-provisoire jusqu’à la sanction du peuple, et quand on dit peuple, c’est l’universalité des Français. Prêtons notre concours actif sans abdiquer pour l’avenir. Sous la Restauration, j’ai été dévoué, sous le prétendu gouvernement à bon marché, j’ai été soumis. Je n’ai jamais conspiré et ne conspirerai jamais. (377 : 222-223)

  • 29 Dans le brouillon d’un texte que Charnier voulait envoyer au journal Le Salut public, il faisait un (...)

31Légitimiste, Charnier demeurait proche des républicains modérés, de la veille ou du lendemain29. Aux élections de mai, il vota pour la liste Union des comités, mais significativement, il raya le nom de Goujon, ancien président des prud’hommes de Lyon, avec qui il avait pourtant été en conflit, pour le placer en tête de la liste (voir planche 12 ci-après). Toutefois, la liste blanche fut balayée lors des élections qui enregistrèrent le triomphe des candidats démocrates et socialistes. L’occasion était donnée à Charnier de rappeler une nouvelle fois le pedigree suspect de nombre de ces révolutionnaires triomphants et gesticulateurs. Mais il dénonçait surtout, a posteriori, l’alliance passée entre les légitimistes et les orléanistes car il avait la preuve que certains orléanistes lyonnais avaient demandé de voter rouge plutôt que pour le candidat légitimiste de Boissieu. Dans une lettre à un destinataire inconnu, négociant ou fabricant orléaniste, Charnier soulignait :

Lorsque vous fûtes consultés par des chefs d’atelier électeurs, vous avez usé de votre influence d’une manière bien blâmable en disant : effacez Mr de Boissieu et mettez celui que vous voudrez, un rouge si cela vous convient… La Providence vous a puni où vous avez péché en conseillant de repousser un légitimiste pour y substituer un rouge, vous êtes servis de votre goût, vous avez onze rouges, êtes-vous satisfait ? (377 : 246)

32L’épisode confortait Charnier dans sa critique radicale du pouvoir de Juillet et dans l’idée, qu’il partageait avec nombre de partisans du Droit national, de l’erreur que constituait toute alliance avec les orléanistes. C’est le libéralisme plus économique que politique, le pouvoir de l’argent, des élites orléanistes, un libéralisme établi par l’insurrection de 1830 contre Charles X, qui avait rendu possible et logique la montée aux extrêmes à gauche et oblitéré la voie médiane représentée par l’alliance de la monarchie héréditaire et du suffrage universel :

  • 30 Dans cette même lettre, Charnier précise encore : « Songez que par votre position vous êtes liés à (...)

Hommes aveugles, hommes inconséquents, au lieu de vous rallier franchement par un retour consciencieux à ce que vous avez anéanti en 1830, vous vous disposiez à réunifier votre royauté bâtarde qui ne peut que fortifier la doctrine impie : la propriété c’est le vol. En voulant rétablir le trône construit avec des pavés boueux et sanglants pour y replacer l’usurpation couronnée ? Oh, alors ! Plutôt la franche allure de la République rouge que 18 autres années de règne sous le sceptre portant cette devise : la couronne héréditaire c’est le vol. (Ibid.)30

Planche 12. Bulletin de vote de Pierre Charnier au printemps 1849 Il opte pour la liste blanche mais, solidarité avec la Fabrique et les prud’hommes oblige, il place en première position l’ancien président (et négociant) Goujon (377 : 240).

Planche 12. Bulletin de vote de Pierre Charnier au printemps 1849 Il opte pour la liste blanche mais, solidarité avec la Fabrique et les prud’hommes oblige, il place en première position l’ancien président (et négociant) Goujon (377 : 240).

33Après l’insurrection lyonnaise de mai 1849 et l’inculpation de nombreux Voraces dont Charnier allait être le défenseur devant le conseil de guerre, il intensifia ses critiques à l’encontre des excès socialistes et des intolérances des républicains de la veille et continua à se lamenter des divisions entre le groupe légitimiste de la Gazette de Lyon et celui de L’Union nationale. Il put rapidement constater que sa situation de canut et la « contagion » qu’il proposait des principes légitimistes par les principes démocratiques du vote et de la délibération le mettaient au ban de la société traditionaliste lyonnaise et de ses élites. En 1851, les légitimistes lyonnais prévoyaient d’organiser un voyage à Frohsdorff pour rendre hommage au comte de Chambord, dont ils espéraient le retour sur le trône de France. Charnier était chargé de rédiger une première mouture de l’adresse, « de manière à ce qu’elle puisse être signée par les républicains et les légitimistes de la Gazette de Lyon » (377 : 559). Débutant son adresse par une description terrible du sort des travailleurs lyonnais, il soulignait qu’en cas de chute de la République, Henri V serait « le seul capable de conjurer l’anarchie pour restaurer… la nation ». Toutefois, l’adresse de Charnier rendait un son légitimiste étrange : elle insistait surtout sur la mission industrielle du futur roi qui devait établir des régulations économiques intermédiaires originales fondées sur et par les capacités laborieuses et tournées contre les privilèges, anciens et nouveaux. On était donc loin d’un retour à l’âge d’or des corporations, et Charnier pouvait écrire :

  • 31 Charnier a ajouté ultérieurement à cet endroit : « Si j’avais réfléchi plus tôt aux mots soulignés (...)

Restauration de nos anciennes franchises municipales et industrielles, sans pour cela faire revivre les privilèges d’une classe au préjudice d’une autre.
Restauration des anciennes législations et juridictions industrielles, où chaque classe de travailleurs était placée sous l’égide d’une charte particulière, qui conférait à chaque corporation le choix de ses syndics et maîtres-gardes, lesquels étaient non seulement juges, mais encore législateurs de leur profession et les préservaient [les classes de travailleurs] ainsi du monopole et de la licence industrielle.
Votre haute sagesse maintiendrait l’abolition des maîtrises, qui étouffaient le génie industriel condamné au rôle de simple manouvrier.
Plus de cette législation de Babel où de savants diplomates, jurisconsultes, généraux, naturalistes et agriculteurs sont appelés à faire des lois spéciales sur le travail manuel, qu’ils soient aussi ignorants sur les besoins des artisans que les fermiers sur la diplomatie, les guerres.
Enfin, à chacun son droit et chacun à sa place suivant son mérite et ses connaissances, ainsi que cela se pratiquait pendant des siècles sous vos aïeux, nos anciens rois.31

  • 32 Là se situait selon Charnier l’une des principales faiblesses du républicanisme. Annotant en 1845 l (...)
  • 33 Dans une lettre à Jerfanion, il répète que son adresse, proposée à la Gazette de Lyon qui l’avait r (...)
  • 34 En avril 1851, Charnier présente plusieurs réflexions sur les motifs qui ont conduit à sa mise à l’ (...)

34Charnier estimait donc que la légitimité était, en quelque sorte, le moyen privilégié de faire descendre les principes républicains dans l’atelier et d’expérimenter, au niveau de la grande Fabrique et des autres industries, les principes de la démocratie32. Il allait une nouvelle fois faire preuve de prosélytisme auprès de républicains lyonnais pour souligner la complémentarité des deux corps de doctrines33. Toutefois, au sein de la mouvance légitimiste, son interprétation plutôt hardie le rendait suspect. Désigné pour faire partie de la fraction Droit national, conduite par Henri de Larochejacquelein, de la délégation légitimiste auprès d’Henri V, Pierre Charnier fut finalement écarté du voyage par ses ennemis de la Gazette de Lyon et son adresse entièrement remaniée : « Il m’a été répété que mon adresse avait été mise de côté comme étant trop républicaine. Enfin ! » (377 : 572), notait-il surpris, estimant que l’adresse « comportait un caractère de réforme positive en faveur du travail manuel sans la moindre atteinte à l’immeuble et au capital » (ibid.). C’était tout autant sa stature de canut raisonneur34 que la nature iconoclaste de sa doctrine, et enfin la focalisation sur la question sociale et industrielle qui allaient conduire la fraction majoritaire et orthodoxe du légitimisme lyonnais à censurer Charnier. Ce dernier rédigea sous la forme d’un « dialogue authentique » et ironique l’équation insoluble qu’il posait au légitimisme :

  • Comment avez-vous fait pour ne pas envoyer Charnier à Frosdorff ?

  • C’est une bête.

  • Oh, cependant il raisonne avec le vrai mérite de sa spécialité, il ne traite que ce qu’il connaît. Souvent on lui a entendu dire : si je ne flatte pas mes collègues, je les sers avec zèle et conscience, dans ma sphère et jamais au-delà.

  • Si vous saviez quel homme c’est ! Pour en juger, il vous suffirait de lire l’adresse qu’il a osé rédiger pour le Prince. Une adresse complètement républicaine, une adresse… où il n’est question que des ouvriers ! Allons donc !

  • Charnier d’abord ouvrier lui-même, élu et réélu prud’homme depuis très longtemps par ses confrères, quelles questions auriez-vous donc voulu qu’il traite dans une adresse présentée aux ouvriers ?

  • Laissons donc les ouvriers, etc., etc. » (377 : 574)

  • 35 Après 1848 encore, au sein du quatorzième comité de bienfaisance de la ville de Lyon, Charnier prop (...)

35Tout au long des années 1840 et au début des années 1850, Charnier participa donc activement à la vie des réseaux catholiques et légitimistes lyonnais. Quelques épisodes de son engagement ont été mentionnés dans ce chapitre, mais on aurait pu souligner aussi ses missions dans la Société des hospitaliers (dont l’abbé Cattet était le directeur et le président du conseil dans les années 1840) ou dans divers comités de bienfaisance35. À la Société Saint-François-Xavier ou auprès de la Jeune France légitimiste tournée vers l’avenir qui s’exprimait dans L’Union nationale et qui tentait de réconcilier la monarchie avec le peuple, Charnier défendit l’idée d’une articulation fructueuse entre républicanisme et traditionalisme. Aux acquis du républicanisme, droit de suffrage, d’expression et de délibération dans l’arène politique, au sommet de la cité, le traditionalisme, religion et légitimité, apportait un double complément indispensable : il suggérait en effet, selon Charnier, que ces libertés démocratiques devaient également travailler à des niveaux intermédiaires de la société, et dans l’arène économique et sociale. Il fallait que ces libertés irriguent les corps intermédiaires, notamment sur le terrain industriel, l’expérience des prud’hommes guidant ici Charnier dans toutes ses intuitions. Ce n’était qu’à cette condition que pouvait s’opérer la « grande réforme… pour arriver à la régénération sociale » (376 : 426), et progresser certaines valeurs fondamentales partagées par la religion et la démocratie, notamment la solidarité.

  • 36 R. Rémond, La droite en France de 1815 à nos jours, Paris, Aubier, 1954, p. 66.

36Toutefois, tout au long des années 1840, un véritable schisme partageait les légitimistes manifestant, comme René Rémond l’a expliqué plus tard, « l’ambiguïté fondamentale d’une famille d’esprit déchirée dès le premier jour entre la restauration intégrale et l’adaptation, entre la réaction pure et des inclinaisons libérales… l’histoire tirait en arrière le légitimisme, et les efforts généreux de ses jeunes partisans furent impuissants à l’arracher à une société surannée. En définitive, le légitimisme c’était bien le passé »36.

37Simple canut, défenseur avancé de la ligne libérale et démocrate de la légitimité, Charnier avait donc peu de chances d’être entendu et écouté. En 1854, à l’occasion d’une invitation manquée à la Société des hospitaliers, il revenait sur ses espoirs, se rappelait ses premiers engagements du début des années 1830 et concluait : « Mon projet de réformes dont j’étais absorbé était encore en sève, j’espérais avec une foi complète, je comptais sur les hommes et les événements ; les hommes et les événements n’ont pas répondu à mon attente. » (379 : 163)

Notes

1 Charnier met en récit, à la fin de sa vie, son premier engagement lors de l’expédition de Grenoble (mai 1816) contre les partisans de Jean-Paul Didier, hostiles aux Bourbons et favorables au Duc de Reichstadt. Il raconte un épisode où, à la suite de l’écrasement de l’insurrection par les troupes du général Donnadieu, les bonapartistes sont chassés partout dans la ville par les royalistes. Charnier se met en travers d’un groupe de lyncheurs et leur explique : « Messieurs, comme vous, vive le Roi, vivent les Bourbons, mais à bas personne ! Le Roi est le protecteur de tous les Français ; savez-vous ce que vous faites là ? Vous irritez et vous augmentez le nombre des ennemis du Roi. Ainsi donc, vive le Roi, vivent les Bourbons, à bas personne, vive tout le monde ! » (376 : 92)

2 N. Bez (abbé), La ville des aumônes. Tableau des œuvres de charité de la ville de Lyon, Lyon, Librairie chrétienne, 1840.

3 Le diocèse de Lyon, J. Gadille éd. (et al.), Paris, Beauchesne, 1983, chap.14 et 15 ; G. Mas, « Le cardinal de Bonald et la question du travail (1840-1870) », thèse de doctorat en histoire, Lyon, Université Lyon 2, 2007.

4 P. Droulers, « Le cardinal de Bonald et la question ouvrière à Lyon avant 1848 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 4, 1957, p. 281-301.

5 J. Hours, « Les origines d’une tradition politique. La formation en France de la démocratie chrétienne et des pouvoirs intermédiaires », Libéralisme, traditionalisme, décentralisation. Contribution à l’étude des idées politiques, R. Peilloux éd., Paris, Armand Colin (Cahiers de la Fondation nationale des sciences politiques), 1952 ; J.-B. Duroselle, Les débuts du catholicisme social en France (1822-1870), Paris, PUF, 1952 ; S. Rials, Le légitimisme, Paris, PUF, 1983 ; J.-M. Mayeur, « Catholicisme intransigeant, catholicisme social, démocratie chrétienne », Annales, économies, sociétés, civilisations, n° 27 (2), 1972.

6 J.-C. Beaumont, « Une association de laïques catholiques : la Congrégation de Lyon (1817- 1840) », Mélanges offerts à M. le Doyen André Latreille, Lyon, Audin, 1972. L’auteur souligne l’existence d’une congrégation des ouvriers ainsi qu’une implantation forte dans le quartier Saint-Paul.

7 C. Ponson, « L’Église familière des pouvoirs », Histoire de Lyon, F. Bayard et P. Cayez éd., vol. II, Lyon, Horvath, 1990 ; S. Curtis, L’enseignement au temps des congrégations (Le diocèse de Lyon, 1801-1905), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2003.

8 Dans les archives Charnier se trouve la brochure d’un discours de l’abbé Pierre-Étienne Bonnevie (1761-1849), ami de Chateaubriand et artisan du retour des Frères des écoles chrétiennes en France ( J. Comby, « Bonnevie Pierre-Étienne », Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, vol. VI, ouvr. cité, p. 68-69).

9 Trois ans plus tôt, Charnier avait chapitré le peintre Camille Dolard, accusé d’avoir voulu ridiculiser dans l’un de ses tableaux les Frères ignorantins, les représentant la main à la férule : « Ce serait une injure directe contre les quinze-seizièmes des familles d’artisans lyonnais qui ont sérieusement et librement choisi l’école des Frères pour l’éducation de leurs enfants. » (379 : 476)

10 Dans un autre fragment griffonné, Charnier écrit : « Cette pétition fut considérée pleine de logique, mais l’injustice des hommes injustes ne comprend pas la logique. » (379 : 502) La pétition fut finalement publiée, sans signature, dans le numéro de la Gazette de Lyon du 29 mars 1849.

11 En janvier 1848, Charnier s’était impliqué dans le projet de création d’une église dans le quartier des Tapis sur le plateau de la Croix-Rousse. Il avait écrit à Mgr de Bonald ainsi qu’au préfet pour défendre le projet : « En réclamant un temple catholique sur un terrain qui semble réservé par le génie de la guerre contre les perturbations futures, les soussignés ont la conviction que ce lieu consacré à une église serait plus efficace qu’un bastion couronné d’artillerie ; car le peuple qui cherche à se réunir pour s’incliner devant la majesté de Dieu apprend par la bouche de ses ministres à respecter les puissances de la terre. » (379 : 11) En 1850, participant à une réunion à la mairie de la Croix-Rousse, Charnier proposera toutefois que la somme récemment léguée par un ecclésiastique pour la construction de cette église soit gelée : « J’ai proposé l’ajournement vu les circonstances, entre autres les secours que réclament les écoles des Frères placées par le conseil municipal dans une situation des plus équivoques. » (379 : 18)

12 Sur tous ces points, voir J.-B. Duroselle, Les débuts du catholicisme social en France, ouvr. cité, chap.5.

13 Cité dans G. Mas, « Le cardinal de Bonald et la question du travail », thèse citée, p. 347.

14 Dans cette lettre, Charnier avoue à l’abbé Jayol avoir très longtemps vécu « dans l’état d’indifférence » (376 : 393). Ce témoignage semble confirmer le fait que l’engagement de Charnier dans la vie religieuse locale s’est très nettement accéléré au début des années 1840.

15 En janvier 1847, c’est Charnier qui prononce les vœux des Œuvres « en présence d’un grand nombre de membres du conseil des dignitaires de l’Œuvre » (376 : 407).

16 Charnier note à ce propos : « Le rédacteur m’a avoué de vive voix que cette attaque n’aurait pas eu lieu si je n’avais cessé de m’abonner à son journal. » (376 : 434)

17 Le Censeur, numéro du 28 avril 1847.

18 Sur la question des ateliers-communautés à Lyon en 1847 et après février 1848, voir F. Dutacq, Histoire politique de Lyon pendant la Révolution de 1848 (25 février - 15 juillet), Paris, Cornély et Cie, et M.L. Stewart-McDougall, The Artisan Republic. Revolution, Reaction and Resistance in Lyon, 1848-1851, Kingston-Montréal, McGill-Queens University Press, 1984.

19 Sous la Deuxième République, Charnier demeura un critique vigilant des ateliers-communautés. Au printemps 1848, il écrivit à Demarre que « les envahissements du clergé [paraissent] ne plus connaître de bornes puisque déjà plusieurs industries manuelles sont leur point de mire : couture, taillerie, broderie, tissage et autres ; tout cela administré avec un régime de prison. Là, des sœurs sont guichetières et porte-clefs, un aumônier, un prêtre s’y transforment en geôlier » (377 : 3). En 1849-1850, Charnier défendit plusieurs jeunes victimes d’escroquerie de la part des Providences. Il défendit notamment une jeune apprentie, Virginie Chabre, à qui l’on devait 300 F accumulés entre 1845 et 1848, avait dû interrompre son activité au moment où son atelier-providence à Fourvières avait été mis à sac par les ouvriers. À son retour, l’apprentie avait appris des sœurs de la Providence Jésus-Marie dit Sacré-Cœur qu’aucune somme ne lui était due. Appelées devant les prud’hommes, les religieuses s’étaient dérobées, avaient envoyé leurs fondés de pouvoir qui avait objecté que la Providence n’était pas un atelier mais une maison d’éducation. Charnier mentionnait également le témoignage de la jeune apprentie sur ses conditions de vie et de travail dans cet atelier-communauté : « Les jours gras la viande était insupportable, toujours c’était de la viande de tête de vache ou bœuf. Bouillie dimanche. Ensuite hachée, des restes de soupe, etc. C’était dégoûtant. Fouet pour avoir parlé… » (377 : 8-9)

20 Notice sur de Genoude dans Dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889, A. Robert, G. Cougny éd., Paris Bourloton, t. III, p. 150-151.

21 M.R. Cox, « The liberal legitimists and the Party of Order under the Second French Republic », French Historical Studies, vol. V, n° 4, 1968, p. 446-464 ; S.D. Kale, « French legitimists and the politics of abstention, 1830-1870 », French Historical Studies, vol. XX, n° 4, 1997, p. 665- 701 ; S. Rials, Révolution et contre-révolution au xixe siècle, Paris, Albatros, 1987.

22 L’Union nationale, numéro du 3 août 1848. C’est l’abbé de Genoude qui avait poussé Claudius Hébrard à fonder, peu après février 1848, ce journal qui allait par la suite fusionner avec la Gazette de Lyon (janvier 1849). Charnier, invité par Hébrard, le frère Guyot ou Demarre (378 : 205-219), participait aux réunions du comité de rédaction.

23 Pierre Charnier recevait L’Étoile du Gard et de l’Hérault, Journal du droit national, catholicisme, vote universel, appel au peuple ; il était également en contact avec la rédaction de la Gazette de Provence, Journal du droit national.

24 Pierre-Louis Brac de la Perrière, compagnon de Frédéric Ozanam et très impliqué dans le développement de l’école des Frères et de l’enseignement chrétien, était alors secrétaire du comité de souscription auquel participait Charnier. Ozanam voyait dans les premiers actes de Pie IX une évolution nette rapprochant l’Église du peuple ; le mandement du 12 août 1847 de Mgr de Bonald ordonnait une prière pour Pie IX.

25 Le fait a été noté par Fernand Rude qui, sur un brouillon de lettre de Charnier à Charles Depouilly, réagissait ainsi : « Mais à quoi joue donc Charnier ? C’est presque une profession de foi républicaine. » (377 : 59)

26 En ce printemps 1848, le cas n’était pas exceptionnel. Joseph Benoit, par exemple, figura un temps sur la liste intermédiaire du Club national d’Ozanam qui s’intégra par la suite au Comité général des clubs. Mais Benoit était aussi sur les tablettes du Club central pour qui il opta résolument et qui le conduisit à l’Assemblée constituante (voir G. Mas, « Le cardinal de Bonald et la question du travail », thèse citée, p. 330).

27 Jérôme Morin était l’ancien directeur du Précurseur puis, un temps, rédacteur au Censeur. Il était surtout l’un des principaux représentants du courant buchézien à Lyon. Sa trajectoire signale de nombreuses similarités avec celle de Charnier. Il fut happé par les Œuvres de Saint-François-Xavier et allait défendre avec opiniâtreté un idéal républicain catholique devant être appliqué au domaine du social. Sa position très minoritaire sur l’échiquier politique de 1848 amena l’échec de ses candidatures et sa marginalisation progressive. Il rédigea en 1849 Le Bon sens chrétien, traité populaire sur la richesse, le travail et l’ordre social (Lyon, Guyot).

28 Charnier évoque par exemple A. Covillard, auteur en 1848 d’une brochure, Projet d’organisation pour la fabrique d’étoffes de soie, où l’auteur faisait l’apologie des associations industrielles et démocratiques. Charnier se remémore un peu plus tard un événement datant de 1844 et ayant mis Covillard aux prises avec un de ses ouvriers, Antoinon : « Dans un de ses moments de colère contre les ouvriers, Covillard dit en se crispant : j’abhorre la classe ouvrière, rien que le mot ouvrier me fait frissonner. En 1848, le même Covillard publia une brochure des plus sympathiques pour les ouvriers. C’était un plan d’organisation de la Fabrique d’étoffes lyonnaise. En parlant des qualités voulues pour être chargé de la vente, c’était son portrait à ne pas s’y méprendre. Ouvriers, fiez-vous aux meneurs ! » (377 : 138) Dans un autre document, il annote la profession de foi républicaine de Marius Chastaing – qui, dans le numéro de la Tribune lyonnaise de mars 1848, avait classé Pierre Charnier, qui ne s’était pas encore désisté, parmi les candidatures « anti-républicaines » (377 : 64) – en signalant : « M. Chastaing disait avant la République de 48 : si je savais que la république vint demain, je ferais mon paquet et partirais ce soir. » (377 : 64)

29 Dans le brouillon d’un texte que Charnier voulait envoyer au journal Le Salut public, il faisait un court éloge d’Anselme Pétetin, républicain, ancien rédacteur du Précurseur, qui venait de protéger Bodin de Montriblou, candidat légitimiste aux élections du printemps 1849, menacé par la foule. Charnier saluait en Pétetin « un vrai républicain sans peur et sans haine pour ceux du lendemain… sincère apôtre du républicanisme », et signait sa note : « un monarchiste reconnaissant » (377 : 232).

30 Dans cette même lettre, Charnier précise encore : « Songez que par votre position vous êtes liés à l’ordre et que votre devoir vous oblige à tenir une conduite réparatrice des maux que votre conduite passée a causés à la France. Songez que votre libéralisme pendant les quinze ans de la Restauration a occasionné la conspiration des cent jours, celle de Grenoble et de Lyon en 1817. Songez que vos journaux maudissaient la répression de toutes les conspirations ; alors vous étiez rouges, d’un rouge pur sang, ni plus ni moins. Ce ne fut qu’après 1830 que vous étiez des hommes d’ordre ; aujourd’hui restez hommes d’ordre en respectant, en servant la République modérée jusqu’à ce que, la Providence aidant, le suffrage universel nous rende le complément de la sécurité publique dont nous avons besoin. Mais ce ne sera pas en poussant vos ouvriers à rejeter des hommes tels que Mr de Boissieu. Parce que ceux qui lui ressemblent ont mieux que les émeutiers de 1830 droit à la confiance publique pour rétablir l’ordre et conséquemment la prospérité publique dont nous avons tous besoin. [alinea] Votre intérêt et votre honneur personnel vous ordonnent de respecter ce que vous avez toujours méprisé, sans quoi les rouges eux-mêmes auront le droit de vous dire : si nous sommes perturbateurs, si nous nous montrons hostiles au président de la République, nous ne faisons que suivre les préceptes et les exemples de ceux qui ont conspiré contre cette vraie royauté qui, pendant quinze ans, a fait respecter la France par l’étranger et fleurir le commerce et les arts, la royauté sous laquelle vos tisseurs pouvaient mettre la poule – disons même la poularde – au pot. Nous avons bien mieux le droit de nous rebeller contre un régime oppressif et onéreux pour les travailleurs qui tend à s’introniser de nouveau. » (377 : 245)

31 Charnier a ajouté ultérieurement à cet endroit : « Si j’avais réfléchi plus tôt aux mots soulignés en rouge, je les aurais supprimés parce qu’ils sont une inconséquence vu que la réorganisation politique telle que je la comprends exclut les privilèges tel que je l’ai énoncé plus haut. » (Ibid.)

32 Là se situait selon Charnier l’une des principales faiblesses du républicanisme. Annotant en 1845 les Considérations sur la France de Joseph de Maistre, il soulignait notamment deux passages de l’ouvrage : « Si la République est dans la capitale et que le reste de la France soit sujet de la République, ce n’est pas le compte du peuple souverain » ; et plus loin : « Le souverain en République sera toujours à Paris… le peuple demeure parfaitement étranger au gouvernement, qu’il est plus sujet que pour la monarchie, et que les mots de grande république s’excluent comme ceux de cercle carré » (378 : 228-230).

33 Dans une lettre à Jerfanion, il répète que son adresse, proposée à la Gazette de Lyon qui l’avait refusée, aurait dû être publiée tant elle permettait de désarmer les réticences républicaines : « Je l’ai fait lire à des républicains qui pensaient que nos principes excluaient les garanties tant de fois et vainement réclamées par la classe ouvrière, cette lecture accompagnée par quelques mots de commentaires les a désillusionnés. » (377 : 576) Dans une autre lettre au docteur Salvert de Fayolle (avril 1851), il écrit de même : « Ce matin dans mon domicile et en présence de Mr Rousset, j’ai eu le bonheur d’éclairer un républicain sur l’indépendance et la nationalité du légitimisme. J’ai extirpé d’une âme honnête ses préjugés contre notre drapeau. » (377 : 565)

34 En avril 1851, Charnier présente plusieurs réflexions sur les motifs qui ont conduit à sa mise à l’écart. Il écrit notamment : « Dans la classe riche comme dans la classe pauvre, l’intelligence, cette aristocratie naturelle, n’est pas donnée au plus grand nombre. Elle ne soulève pas moins de jalousie que les aristocraties titrées ou financières. Seulement elle excite une envie aussi violente que secrète. L’esprit de caste l’anime au plus haut degré. Voilà pourquoi l’orgueil stupide chez certains riches ne peut pas admettre la qualification d’intelligent ; s’ils parlent d’un artisan honnête et ouvert ils disent : c’est un roué, et cela sans songer que cette immense injustice irrite jusqu’à faire mépriser la classe à laquelle appartient l’inconséquent ravisseur du juste titre d’un ouvrier à la considération publique. » (377 : 564)

35 Après 1848 encore, au sein du quatorzième comité de bienfaisance de la ville de Lyon, Charnier propose de structurer les œuvres pour rationaliser et amplifier les aides et contrer le fléau du chômage. Il présente le projet pragmatique « d’une indication de travail, dont les opérations convergeraient au bureau central » (379 : 193), en fait la promotion mais se voit finalement répondre par le maire Édouard Réveil qu’un tel projet risque d’ouvrir « une porte au prétendu droit au travail » (379 : 208).

36 R. Rémond, La droite en France de 1815 à nos jours, Paris, Aubier, 1954, p. 66.

Table des illustrations

Titre Planche 12. Bulletin de vote de Pierre Charnier au printemps 1849 Il opte pour la liste blanche mais, solidarité avec la Fabrique et les prud’hommes oblige, il place en première position l’ancien président (et négociant) Goujon (377 : 240).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/28430/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search