Version classiqueVersion mobile

Le Solitaire du ravin

 | 
Ludovic Frobert
, 
George Joseph Sheridan

Ateliers et démocratie

Avant-propos

Texte intégral

1Le projet de démocratie d’ateliers puisait chez Pierre Charnier à différentes sources. Les principales furent, d’une part, son travail de tisseur qui l’accapara entre le début des années 1810 et la fin des années 1830, d’autre part, ses missions de représentant de la communauté et des intérêts des canuts, qui s’affirmèrent au tournant de 1830 pour s’intensifier jusqu’à la fin de sa vie. L’identification des pièces de son modèle, mutuellisme et prud’homme, et l’imagination du jeu qu’il fallait concevoir entre ces pièces bénéficièrent aussi de ses contacts et échanges avec les grandes doctrines de son temps. Tâtonnant autour de son « projet de réforme », Charnier bénéficia de ses échanges avec les légitimistes, les républicains, les premiers catholiques sociaux et avec certaines franges du socialisme associationniste (notamment saint-simonien). L’emprunt fut à chaque fois critique, les matériaux empruntés à ces doctrines étant retravaillés par le prud’homme tisseur pour les adapter à son propre projet industriel.

2Mais Charnier ne se limita pas à concevoir ce modèle industriel et à en proposer une application locale, limitée. À son idée, ce modèle de démocratie d’ateliers possédait des vertus politiques inédites, exemplaires. Et l’expérimentation qui en était tentée à Lyon livrait quelques enseignements pour la démocratie en général. Certains de ses principaux enseignements méritaient d’être exportés du territoire strictement industriel vers la grande arène politique. Le prud’homme tisseur dût alors sortir de son milieu et tenter de diffuser ses idées dans d’autres cercles, dans d’autres réseaux, plus officiels, plus savants, plus nantis. Au cours de sa vie « politique » mouvementée, il tenta de répandre son idée de réforme industrielle et, au-delà, politique, auprès de certains représentants des élites religieuses, politiques, économiques lyonnaises. Il la discuta aussi directement avec des hommes comme le ministre d’État Casimir Périer, le général de Lafayette, le théoricien politique Étienne Cabet, l’archevêque de Lyon monseigneur de Bonald et bien d’autres grands personnages de l’époque.

3Le résultat fut incertain, souvent décevant, voire accablant pour le canut Charnier. Mais il tenta opiniâtrement de partager trois grandes idées.

4La première était que le libéralisme mis en place par les notables de Juillet, libéralisme des élites de l’argent, ne conduisait pas au progrès paisible vers la civilisation ou au « doux commerce » entre les individus, mais, au contraire, à une nouvelle barbarie et à la violence radicale pour les travailleurs. Dans le chapitre 6, nous verrons que pour Charnier, les insurrections de Lyon, celles de 1831-1834 et celle de 1849, n’étaient que des réactions de défense de la communauté des artisans face à la violence intrinsèque et beaucoup plus fondamentale du libéralisme économique.

5Ce libéralisme économique constituait selon Charnier une doctrine sans mémoire et sans véritable dimension politique et morale. Il s’agissait d’une politique de l’instant, une non-politique donc, car sans projet. Son irruption datait véritablement des barricades de Juillet 1830 et de la prise de pouvoir des notabilités économiques et financières ; son cours puisait donc profondément dans la violence, donc dans l’illégitimité. À ce titre, le socialisme radical des années 1840 et les barricades de juin 1848 ne constituaient, aux yeux du prud’homme tisseur, que des manifestations dérivées et parfois, sinon entièrement pardonnables, du moins compréhensibles lorsqu’elles venaient des ouvriers eux-mêmes, de ce libéralisme sans principe. Il était donc nécessaire de penser le progrès politique, économique et moral avec d’autres matériaux, des matériaux éprouvés par le temps et susceptibles donc de concilier le passé et l’avenir. Au couple libéralisme-socialisme, Charnier allait donc opposer le couple légitimisme-républicanisme, privilégiant une sorte de légitimisme rouge. C’était là la deuxième grande idée de Charnier. Dans le chapitre 7, nous verrons comment le prud’homme allait tenter d’expliquer que ce qui avait été expérimentable au niveau d’une démocratie d’ateliers, coupler l’idée légitimiste de corps intermédiaires à l’idée républicaine de participation, pouvait constituer un enseignement pour la démocratie. Nous verrons aussi que le grand intérêt, pour Charnier, de cette nouvelle alliance entre légitimisme et républicanisme était de placer les vertus (républicaines) et la morale (catholique) en lieu et place des seules valeurs matérielles et utilitaires du libéralisme.

6Charnier tenta donc de répandre ces idées en dehors du cadre strict de la Fabrique. Mais en tant que prud’homme tisseur, il fut aussi directement sollicité de l’extérieur pour répondre à de grandes enquêtes sur le travail et la vie des ateliers lyonnais. Dans le chapitre 8, nous montrerons que Charnier tenta alors constamment de communiquer son expérience industrielle et politique à des observateurs sociaux venus le plus souvent, avec leurs a priori théoriques et doctrinaux négatifs, cartographier les populations laborieuses de Lyon. Ce qu’il communiqua fut éminemment politique dans la mesure où il demandait à être écouté, il demandait aux experts et autres docteurs une juste reconnaissance de son jugement, de ses idées et opinions, et au-delà, de celles de ses collègues tisseurs. Cette expérience fut toutefois le plus souvent douloureuse pour Charnier et le conduisit à réfléchir à ce que pouvaient signifier le rassemblement et le partage des informations (l’indication toujours, mais à grande échelle), la discussion publique et l’échange d’arguments, et la composition d’une opinion raisonnable dans le cadre d’une démocratie.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search