Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Deuxième battement

p. 107-118


Texte intégral

1Nous fermerons, avec ce second battement, le chapitre consacré au mutuellisme pour nous diriger vers les deux importants chapitres consacrés à sa mission de prud’homme tisseur. Les deux premières pièces iconographiques constituent des archives précieuses sur le mutuellisme des tisseurs lyonnais. Le document 1 date des années 1827- 1828 : c’est le dessin, de la main de Charnier, du premier plan de l’association des tisseurs ; nettement ultérieur et datant du début des années 1850, le document 2, qui figure une ruche surmontée d’une croix, orne le dossier manuscrit du mémoire que Charnier comptait envoyer à la chambre de commerce de Lyon pour célébrer dans le mutuellisme l’alliance entre l’industrie et la religion.

2Les trois textes suivants constituent plus nettement des pièces préliminaires aux chapitres sur les prud’hommes.

3Le projet de réforme de Charnier nécessitait la publicité. Une part de son activité intégrait, dès le début des années 1830, un travail auprès des journaux, notamment la nouvelle petite presse ouvrière lyonnaise inaugurée à l’automne 1831 par L’Écho de la fabrique. C’est dans les pages de ce journal, tribune des opinions des tisseurs lyonnais, qu’allait apparaître en 1832 « Le Solitaire du ravin ». Pour faire entendre une voix distincte dans le champ journalistique local de ce début de Monarchie de Juillet, cette petite presse ouvrière se situait sur plusieurs registres, variait les tons et, notamment dans ses « Coups de navette », maniait ironie, brocards et sarcasmes à l’encontre des négociants et autorités hostiles à leur cause. Le Solitaire du ravin était alors le double turbulent et provoquant du prud’homme Charnier, le moyen qu’il avait trouvé pour charivariser ses adversaires. Dans l’article que nous reproduisons ici, on peut le voir à l’œuvre dans le contexte des tensions sociales générales de l’année 1833 et dans leurs répercussions sur le déroulement des séances du conseil des prud’hommes à Lyon.

4Le second document constitue un témoignage essentiel sur l’une des missions principales des prud’hommes tisseurs, la surveillance d’ateliers. Le prud’homme, nous le verrons en détail au chapitre 5, était un enquêteur qui devait parfois descendre dans les tréfonds de la Fabrique pour s’informer sur les multiples contentieux et œuvrer à leur règlement ultérieur. L’un des domaines où Charnier fut le plus attentif fut celui de l’apprentissage. Le document présenté ici nous permet de découvrir un des cas les plus inattendus qu’eut à résoudre le prud’homme Charnier.

5Le troisième document, enfin, nous fait entrer dans le conseil des prud’hommes, temple – en théorie – de la conciliation, lieu – en pratique – de conflits incessants entre prud’hommes tisseurs, qui cherchaient à équilibrer les débats, et prud’hommes négociants, qui tentaient d’accentuer leur avantage numérique. Dans le cadre de ces affrontements, plusieurs tactiques furent éprouvées par Charnier et ses collègues. Le document 3 montre que, comme souvent chez Charnier, l’ironie mordante constituait une des armes favorites de son attirail.

Un article du Solitaire du ravin

6L’année 1833 fut particulièrement tendue à Lyon. La répression était forte contre les organes républicains, Le Précurseur et La Glaneuse, desquels s’était rapproché L’Écho de la fabrique. Les tensions se répercutaient au sein du nouveau conseil des prud’hommes, établi au printemps 1832. Les affrontements entre les neufs prud’hommes négociants et les huit prud’hommes canuts étaient souvent vifs et le plus souvent amplifiés par le président du conseil, le négociant Goujon. Ce dernier reprenait les thèmes de la presse orléaniste (Le Courrier de Lyon) décrivant les ouvriers comme « inhabiles et tracassiers », il accusait L’Écho de la fabrique d’être servilement à la traîne de ses aînées républicaines, il refusait la libre défense (qui permettait à un tisseur de se faire aider dans la défense de son cas devant le conseil des prud’hommes). Goujon faisait surtout planer l’ombre de la répression au sein même des prud’hommes, menaçant, dans une séance antérieure, d’un « vous ferez bien » les représentants des tisseurs trop peu dociles à son goût et affichant au sein des prud’hommes l’article 415 qui détaillait les condamnations pouvant être prononcées pour coalition ouvrière. Dans le numéro du 17 février 1833 de L’Écho de la fabrique, on raillait, dans les « Coups de navette », la conduite du président des prud’hommes : « M. G… est atteint d’une grave maladie, l’arrestomanie ». Dans le numéro suivant, le « Solitaire du ravin » intervenait à son tour pour se moquer des gesticulations de Goujon.

Ils sont là

La colère ferme l’oreille à la raison. Elle s’excite sans sujet ou pour des causes vaines ; elle est incapable de discerner la justice et la vérité ; ainsi les JUGES et ceux qui ont la conduite des États et des républiques, doivent traiter les esprits avec de douces remontrances. Sénèque

7C’est par la faiblesse que se perdent les empires et… les conseils de prud’hommes, se dit à parte le bénin G… . que vous connaissez, amis lecteurs. Et là-dessus il eut une crise nerveuse ; il s’emporta violemment ; tout le comptoir trembla ; les commis gardèrent un silence craintif. Jupiter, d’un signe de tôle, ébranle le monde, vous ne voudriez pas qu’un président de conseil ébranle d’un coup de pied… sa boutique. Il reprit son monologue : « Je veux faire de la force, s’écria-t-il, pourquoi pas ? N’ai-je pas aussi, moi, une volonté immuable ! J’aurai raison de tous ces ouvriers inhabiles et tracassiers, de tous ces séditieux qui veulent borner mon pouvoir, qui s’insurgent hebdomadairement contre moi. Je te briserai, journal incendiaire, qui parle au prolétaire de ses droits et non de ses devoirs ; qui te pares insolemment du nom d’Écho de la fabrique, toi qui n’as pas voulu te soumettre à ma censure, qui me forces de payer un sténographe pour consulter les erreurs ; toi qui… Va ! je te remplacerai par le Courrier de Lyon… Quel dommage, reprit-il, après un instant de silence, que les ouvriers ne veuillent pas lire le Courrier de Lyon… Ils y puiseraient des principes d’ordre au lieu des doctrines dégoûtantes et anarchiques de la république dont l’Écho distille le poison… Insensés ouvriers, vous préférez les discours d’un Garnier-Pagès, chétif avocat, à peine éligible, à ceux d’un banquier richissime comme M. Fulchiron… » La parole continua d’errer sur ses lèvres, crispées par la colère, mais il se tut et tomba bientôt dans un morne abattement. Il lui restait bien toujours l’envie de faire de la force, mais il ne savait comment ; il était ce qu’on appelle aux expédients. « Si un individu, dit-il en se frottant les mains avec un contentement visible (car il venait de lui surgir une idée qui lui souriait), si un individu venait assister un ouvrier… Ah ! qu’il soit chef d’atelier, légiste ou avocat, qu’il s’appelle le sieur Tiphaine ou Me Augier, fût-ce le grand Sauzet lui-même, je le ferai empoigner… » Et il se mit à rire d’un rire sardonique : sa face bilieuse se colora d’un rouge jaunâtre… son front se rembrunit bientôt ; et il allait tristement porter ses pas vers le lieu où s’assemble le conseil qu’il préside, lorsqu’il fut arrêté par un exprès envoyé de la mairie qui lui remit le fefta du cadi lyonnais. Il rompit avec respect le cachet et lut une dépêche portant en substance qu’il était chargé de lire publiquement et de faire afficher dans la salle d’audience l’article 415 du code relatif aux coalitions d’ouvriers. « Garçon, s’écria-t-il d’une voix de Stentor, allez acheter le code. – Vous faut-il, monsieur, les Cinq Codes, lui dit l’honnête prolétaire ? – Non, je n̓ai besoin que du code pénal. »

Planche 5. Plan du premier mutuellisme tracé de la main de Pierre Charnier, 827 (376 : 10)

Image

Quelques précisions sur ce schéma. Les yeux du centre désignent le directeur et les sous-directeurs ; la clé : le trésorier ; la plume : le secrétaire. Les 17 rayons partant de la circonférence et aboutissant au centre : les 17 compagnies. L’œil du rayon : le syndic de chaque compagnie. Les deux lignes surmontées d’un point (œil de perdrix) placées au-dessus de chaque œil formant un angle obtus : les secrétaires-courrier. Les 17 lignes presque parallèles surmontées d’un point : les 17 sociétaires de chaque compagnie. Les gros points : suppléants de secrétaires-courrier, reconnus inutiles et non mentionnés par le règlement définitif. La croix : l’endroit où se rendent les syndics pour se joindre au bureau central et former avec lui le grand conseil.
Par ailleurs, le texte placé sous le schéma constitue sur ce document un nota ultérieur de Charnier expliquant les péripéties de son éviction du premier mutuellisme au printemps 1827 :
Ce fut le 6 avril que la petite conjuration tramée contre la première organisation éclata dans toute sa force. B… [Joseph Bouvery] était à la tête et soutint presque seul la lutte dirigée contre moi, il cria et parla de se battre ; je n’opposai que le flegme le plus glacial et persistai dans mon projet ; de là s’en suivit une dislocation complète mais les satellites de B… se réunirent secrètement et réorganisèrent le mutuellisme sur des bases calquées sur la franc-maçonnerie et sur le compagnonnage, ce qui les détermina à lui donner le nom de Devoir mutuel et, par ce changement de dénomination, ils se crurent en droit de se faire passer pour les fondateurs. Mais en 1835 une polémique de journaux éclaircit la question et les copistes furent dépouillés du manteau de fondateurs qu’ils avaient usurpé.

Planche 6. Dessin symbolisant le projet de Caisse de secours mutuels pour la Fabrique, 1850 (379 : 268).

Image

8Il était ivre de joie, mais une certaine crainte préoccupant son esprit, il envoya requérir deux compagnies de grenadiers, quatre de voltigeurs et deux pièces d’artillerie pour faire la police de la salle… « Comme ce sera beau, dit-il ; je me ferai annoncer par un roulement de tambour, j’aurai une garde, et pourquoi pas. Bonaparte en avait bien une. » Il fut interrompu dans ce rêve séduisant par le retour de son messager. Le général avait refusé, et il fut obligé de se contenter de l’assistance d’une brigade de la police de sûreté qui fut mise à sa disposition, et qui envahit la salle.

9« Chapeau bas, cria le sergent audiencier… – Un moment, huissier », dit le président d’un ton sec et en homme qui sent sa force et sa dignité.

10« Messieurs, il y a ici des perturbateurs ; je vous préviens que j’ai requis la police. Elle a envoyé ses agents ; ils sont là ; ils feront leur devoir. »

11Et chacun de se regarder :

12« ils sont là ! Que de menaces dans ces trois mois. On ne peut les comparer qu’au fameux Vous ferez bien dont nos lecteurs n’ont pas perdu souvenance. »

13Cependant l’audience fut calme comme si aucune provocation n’avait été faite.

14Le sieur Dubel vint et fit des excuses, aucun signe d’approbation n’eut lieu, l’appel des causes était fini, chacun se disposait à partir, juges et plaideurs ; mais, par un commandement bref, le président arrête ses collègues pour entendre la lecture du fameux article 415. La lecture en est faite, et pour cette fois M. G… ne bégaie pas. Des sifflets se font entendre. O horreur ! ô crime ! « Infâmes charivarisateurs, rien ne vous arrête, eh bien ! tremblez !

15Agent, faites votre devoir, amenez à la barre ceux qui sifflent, je vous en rends responsable. »

16Et les agens de rester impassibles, et les ouvriers de sourire de pitié… G… ne dormit pas ce jour-là. Vous savez pourquoi.

17Le Solitaire du ravin

Diableries dans un atelier en 1849

18Ce cas de mauvais traitement d’une apprentie introduit à l’une des missions principales d’un prud’homme tisseur, les surveillances d’atelier. Cette surveillance a un intérêt tout particulier puisqu’elle mêle à l’affaire des questions de « diableries ». L’épisode est ultérieur à l’histoire du « diable de Margnole » dans laquelle Charnier avait été sollicité en tant qu’expert fin 1847 et qui mettait en cause un atelier-communauté proche de Fourvière (voir chapitre 8). Dans le cas présent, une jeune apprentie de la Croix-Rousse, voyant ses fils de chaîne mystérieusement sectionnés, est poussée par son chef d’atelier et son épouse à consulter divers magnétiseurs et autres occultistes locaux. S’en suivent nombre d’expériences pittoresques pour la jeune apprentie, jusqu’au moment où les recommandations prennent un tour probablement plus scabreux et qu’elle refuse, s’attirant l’ire de son maître d’apprentissage. À ce stade, l’apprentie fait appel au conseil des prud’hommes, qui délègue Charnier. Ce dernier, rapidement convaincu de la culpabilité du maître d’apprentissage, fait à la fois œuvre de prud’homme, mais également d’écrivain public se mettant à la disposition de la jeune plaignante. Il fait un rapport au président du conseil des prud’hommes, et il rédige également la plainte de la Demoiselle Bloy adressée au procureur de la république, l’ensemble de ces témoignages conduisant en fin de compte à la condamnation du maître tisseur.

19Défense et plainte de Demoiselle Henriette Louise Bloy, apprentie, contre Lambert, son maître d’apprentissage, avril 1849.

20Votre servante Henriette Louise Bloy soussignée est une pauvre orpheline qui réclame l’appui et la paternité de votre justice. Voici ce qu’elle a l’honneur de vous exposer :

21Après plusieurs années d’apprentissage chez les mariés Lambert, tisseurs, demeurant à la Croix-Rousse, montée Rey 12, elle eut le malheur de perdre sa mère, ce qui la plaça au nombre des jeunes filles sans père et mère. Son isolement devait être exploité à son préjudice, voici comment.

22Des accidents très graves se succédèrent sur son métier jusqu’à trente et quelques fois, les fils de la chaîne étaient coupés en grande quantité sans que l’on sache comment. Ces faits parurent tellement extraordinaires que bientôt il s’éleva, sur ce prétendu phénomène occulte, une grande rumeur dans le voisinage.

23Au lieu d’avoir recours à l’expertise des hommes compétents (le conseil de prud’hommes), on s’empressa de recourir aux moyens occultes. Ce fut celle qui, en sa qualité de maîtresse d’apprentissage, devait servir de mère à son élève, qui conduisit l’exposante auprès d’une cartomancienne. Cette dernière ordonna une prescription pour chasser le diable par des moyens aussi absurdes que la prétendue cause du mal. Les maîtres d’apprentissage exécutèrent le commencement de cette comédie avec l’apparence de la plus sérieuse confiance : il fallait préparer l’intelligence de la plaignante aux préjugés. Mr Lambert joua le rôle de crédule de manière à ce qu’il semblait sérieusement ajouter foi à toutes ces absurdités. L’exécution des simagrées ordonnées par la cartomancienne n’ayant obtenu aucun résultat, il feignit d’être résolu d’en finir avec ces obsessions occultes, et cela par un moyen décisif. Il conduisit l’apprentie soussignée auprès d’une somnambule ; cette dernière, dans son prétendu sommeil à double vue, simula deviner que la mère de l’apprentie était morte depuis six mois et que l’âme de la défunte avait lancé un mauvais esprit pour nuire à sa fille ; la jonglerie fut poussée jusqu’à déterminer que ce mauvais esprit avait la forme d’un hérisson. Puis elle fit une prescription pour enlever ce mauvais esprit. Ici la soussignée avoue que son imagination fut frappée, son intelligence fut considérablement affaiblie par toutes ces girées exécutées. En face de la crédulité apparente de ceux qu’elle respectait comme des père et mère, elle n’aurait jamais osé croire qu’elle n’était que l’instrument d’une coupable spéculation.

24Ces nouvelles épreuves n’ayant encore obtenu aucun résultat, l’on fit intervenir le magnétisme sur la personne de l’orpheline soussignée, en lui affirmant qu’elle devait se laisser endormir autant de fois que le jugeraient à propos les prétendus physiciens entres les mains desquelles son maître d’apprentissage l’avait impitoyablement livrée ; après de trop nombreuses expériences, répétées deux à trois fois par jour, elle témoigna se sentir très fatiguée ; on lui observa qu’elle devait persister ou se résigner à mourir dans trois mois ; une fois, elle faillit perdre la vie dans une crise nerveuse des plus violentes, survenue à la suite d’une séance magnétique de minuit à une heure. Quand elle reprit ses sens, les choses empirèrent, les deux coupables soit disant physiciennes voilèrent leurs coupables jongleries en osant dire à la malheureuse victime : « Vous êtes bien heureuse que nous vous ayons fortement magnétisé, sans quoi vous seriez morte cette nuit dans votre lit. » Vu l’approbation de ceux pour qui elle avait un respect filial, l’apprentie, loin de murmurer contre ses bourreaux, fut reconnaissante envers eux. Les magnétiseurs vantèrent beaucoup les prédispositions de la plaignante au somnambulisme en lui répétant souvent qu’elle ferait une bonne somnambule. Alors, quand ils furent parvenus à affaiblir le système nerveux jusqu’à obtenir des paroles pendant le sommeil magnétique, ils lui proposèrent de la prendre en chambre garnie pour la mettre le plus souvent possible dans l’état de sommeil magnétique.

25La proposition de mise en chambre garnie rendit les magnétiseurs suspects à la demoiselle Bloy qui voyait son honneur de jeune fille menacé. Ne connaissant que les moyens occultes pour s’éclairer, elle se transporta secrètement à quatre lieux pour consulter un devin qui lui dit que ses maîtres l’avaient vendue à des intrigants. Dès lors, elle se tint sur la défensive. Le maître d’apprentissage, qui avait montré la plus grande apparence de sollicitude en faveur de l’apprentie tant qu’elle se montra docile aux burlesques prescriptions magiques des compères et commères de cette ignoble menée, prêtait sa chambre à coucher pour faire les expériences des magnétiseurs auxquelles il assistait pendant toute leur durée ; il semblait même s’habituer aux coupes de fil qui continuaient malgré les passes magnétiques, mais changea subitement de disposition quand il vit que l’apprentie déclara préférer mourir plutôt que de se mettre en chambre garnie à la disposition du magnétiseur ; il était six heures du soir lorsque la plaignante exprima énergiquement son refus de nouvelles séances magnétiques ; alors le sieur Lambert, irrité par le désappointement, chassa immédiatement et brutalement l’apprentie, qui partit en se désolant de ne savoir où aller coucher. Quel contraste, dans cette brutale inhumanité, avec tous les simulacres de patience et de soins paternels !

26Heureusement la Providence, qui veille sur l’orphelin, guida la malheureuse chez les mariés Robeau, tisseurs à la Croix-Rousse, rue du sentier 2. Ces artisans respectables par leur humanité furent attendris jusqu’aux larmes en entendant le récit et les sanglots de la victime du charlatanisme. Ils lui offrirent l’hospitalité, ensuite lui procurèrent d’honnêtes moyens d’existence dans leur paisible atelier.

27Quelques jours après, la plaignante fut chercher sa robe chez le sieur Lambert. Dès qu’on l’aperçut, on lui refusa énergiquement l’entrée de l’atelier en lui motivant que l’exhalation du fluide magnétique dont elle était surchargée couperait tous les fils de toutes les pièces de l’atelier. Il lui apporta sa robe sur le palier de l’escalier ; la plaignante se récria sur les nombreuses coupures dont sa robe était criblée ; Lambert déclara sur le ton le plus sérieux que c’était l’exhalation de son fluide magnétique qui avait perforé la robe.

28C’est dans cette position respective que les parties comparurent par devant le conseil des prud’hommes. C’est en face de ce tribunal que le charlatanisme a osé argumenter.

29Le conseil, sourd aux théories du magnétisme, a condamné Mtre Lambert à la perte de ses droits d’apprentissage, attendu qu’il s’était permis de prêter la main aux manœuvres d’un charlatanisme inqualifiable. Quant au magnétisme, il a été sévèrement réprimandé d’avoir osé chercher des dupes jusques dans le sein d’un tribunal qui regrettait de ne pas être compétent pour punir le délit d’exercice de la médecine illégale aux dépens de la santé d’une orpheline. Quoiqu’affranchie de son apprentissage, Louise Bloy avait encore à souffrir du charlatanisme désappointé qui s’est fait son persécuteur à l’aide de la calomnie. L’on annonça que le fils Lambert, âgé de 13 ans, était le prétendu diable qui coupait les fils de chaîne ; partant de là, on accusa l’apprentie de l’avoir conseillé ; la victime fut emprisonnée comme coupable ; enfin la vérité contenue dans le présent exposé à titre de défense et d’accusation va permettre à la justice de mettre à nu cet embauchage de banquistes médecins magnétiseurs.

Conclusion

30D’après cet exposé, Henriette Louise Bloy conclut à une demande d’indemnité, attendu qu’elle a été lésée 1˚ par la perte de temps qu’elle a éprouvée, 2˚ par l’affaiblissement de sa santé depuis les crises occasionnées par les émotions et les séances magnétiques, dont une faillit lui occasionner la mort, 3˚ plus 19 francs dépensés en séances magnétiques et remèdes ordonnés par le magnétiseur ; enfin des calomnies du sieur Lambert qui lui ont fait subir un emprisonnement provisoire sous la prévention de dégâts causés volontairement par elle afin de se faire renvoyer avant la fin de son apprentissage.

31Supposons maintenant que la directrice d’un pensionnat eut ainsi abusé de Louise Bloy, supposons qu’elle appartienne à des père et mère haut placés ! C’en est assez, Monsieur le procureur de la République, pour permettre à une pauvre mineure, à une jeune orpheline d’oser compter sur votre paternelle justice.

32Veuillez, Monsieur le procureur de la République, poursuivre d’office les maîtres qui, après s’être rendus coupables, ont osé se constituer plaignants, sans doute pour intimider celle qui a l’honneur d’être votre très humble plaignante.

33Henriette Bloy (380 : 90)

Dindonité

34Lorsqu’ils n’étaient pas en visites de surveillance ou d’expertise, la vie des prud’hommes se déroulait dans le cadre des séances hebdomadaires du conseil. Un autre lieu central était le greffe du conseil où siégeait le secrétaire. Ce dernier avait d’importantes missions : suivant l’ordre du président du conseil, c’était lui qui appelait les prud’hommes à s’occuper des affaires soumises à leur intervention, expertises et enquêtes, et tentatives pour amener les parties en contestation à la conciliation. C’était encore lui qui convoquait le corps des prud’hommes pour prêter serment, pour se réunir en assemblée générale, et pour se rendre ensemble aux lieux désignés pour des occasions cérémoniales. Il était chargé de rédiger les procès-verbaux des délibérations du Conseil et de maintenir ses archives : le greffe était aussi le lieu de dépôt d’échantillons de dessins, d’enregistrement des contrats d’apprentissage et de conservation des archives. Pierre Charnier entretint, semble-t-il, de bonnes relations avec le Sieur Seppe, longtemps secrétaire adjoint. En 1854, un nouveau secrétaire, le Sieur Starron, était nommé par le président des prud’hommes de l’époque, Félix Bertrand, ce dernier souvent hostile aux tisseurs et peu attentif aux revendications de leurs représentants au conseil. Le point de vue de Charnier sur Starron fut probablement assez négatif, comme le signale cette « plaisanterie » qu’il imagina avec l’un de ses collègues prud’homme tisseur, Muzanty, alors que, entrant à une séance du conseil, ils s’aperçurent qu’au pied du bureau du secrétaire gisait un dindon ligoté. Ils s’amusaient alors du fait que Starron se comportait comme un « greffier de campagne » et ils rédigèrent alors la lettre suivante.

35Monsieur Starron,

36Veuillez pardonner la liberté que nous prenons de nous faire les interprètes d’une victime qui, contrairement aux saines lois de la dindonité, gémit sous votre bureau où le volatile est couché sur un carrelage dur et humide en attendant sa dernière heure.

37Veuillez délier le dindon et nous éviter le désagrément que nous éprouverions à vous poursuivre suivant toute la rigueur de la loi Grammont1.

38Charnier, Muzanty,

39PIGEON, POULET, CANARD, OIE, VEAU, MOUTON, PORC,

40Il a été fait droit incontinent de la présente.

41Renard.

Planche 7. Original de la main de Charnier du texte « Dindonité » (375 : 197)

Image

Notes de bas de page

1 Référence ironique à la loi du 2 juillet 1850 votée à l’Assemblée nationale législative sur proposition de Jacques Delmas de Grammont contre « les personnes ayant fait subir publiquement des mauvais traitements aux animaux domestiques ».

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.