Version classiqueVersion mobile

Le Solitaire du ravin

 | 
Ludovic Frobert
, 
George Joseph Sheridan

Une démocratie d’ateliers

Chapitre 3

Le mutuellisme

Texte intégral

  • 1 Tribune prolétaire, 19 avril 1835, p. 3.

1Entre 1825 et le milieu des années 1850, Charnier fut l’un des fondateurs et des principaux promoteurs du mutuellisme chez les tisseurs lyonnais. Il revendiquait même la paternité de tout le mouvement : « C’est à moi et à moi seul qu’est dû le titre de premier fondateur de cette société industrielle »1, écrivait-il en 1835 lors d’une controverse portant sur l’origine et la responsabilité de ce mutuellisme des canuts. Charnier amorça effectivement le mouvement autour de 1827, mais il fut rapidement mis à l’écart et ne rejoignit le mutuellisme qu’en 1832. Par la suite, s’il participa au mutuellisme lors des turbulentes années 1833 et 1834, ce ne fut pas en tant qu’acteur majeur et la même participation décalée au mouvement paraît caractériser toute sa trajectoire, jusqu’à 1848 et les années qui suivirent. Toutefois, si Charnier ne fut que de façon épisodique, quoique à des moments clés, un acteur central du mutuellisme lyonnais, il en fut toujours un compagnon de route et surtout l’un de ses principaux idéologues.

  • 2 A. Cottereau, « Prévoyance des uns, imprévoyance des autres : questions sur les cultures ouvrières (...)

2Au tournant de 1830, en France, le mutuellisme faisait sa mue, se détachant très graduellement du compagnonnage. L’adaptation à la société libérale et à l’essor du nouveau monde industriel des lendemains de Juillet était au cœur de cette mutation. Pour les économistes et les philanthropes libéraux, pour le discours officiel, les caisses de secours mutuels devaient constituer des écoles de prévoyance individuelle pour les ouvriers ; là, dans l’acquisition de la responsabilité gestionnaire par chaque travailleur, dans sa capacité à s’assurer personnellement, lui et sa famille, contre les risques industriels, se trouvait la solution de la question sociale. Dans la plupart des cercles ouvriers, l’adaptation à la logique libérale était pensée selon des modalités souvent très différentes, parfois antagoniques. La Caisse de secours mutuels devenait le moyen, détourné, de consolider les solidarités et sociabilités ouvrières. Une adaptation plus offensive au discours et aux institutions libérales pouvait être expérimentée au sein des sociétés mutuelles. La fonction traditionnelle de secours était alors doublée, parfois éclipsée, par d’autres fonctions plus subversives, allant du maintien d’un certain art de vivre ouvrier imperméable aux nouvelles cadences industrielles à l’expérimentation de résistances collectives originales à l’exploitation et à l’oppression des travailleurs par les oisifs2.

3La position de Charnier illustre parfaitement la façon dont certains artisans ou ouvriers allaient bricoler et tordre la logique institutionnelle officielle des sociétés mutuelles pour l’adapter de façon astucieuse à la défense de leurs intérêts et de leurs valeurs. Pour Charnier, le mutuellisme devait permettre de sauver la Fabrique qu’il décrivait comme un jardin d’abondance, un Éden que se partageaient fraternellement des artisans autonomes :

La Fabrique de soierie de la ville de Lyon est semblable à un très vaste et unique jardin ayant inépuisablement d’eau pour suffire à toutes sortes de besoins, lequel jardin, divisé par portions, aurait pour l’exploitation de ces mêmes portions autant de jardiniers libres que de plantes et de fleurs. (376 : 13)

4Or, deux menaces pesaient sur la Fabrique : une menace organisationnelle et, plus sérieusement, une menace morale. D’un côté, constatait Charnier, le jardin que se partageaient les canuts était trop souvent exploité de façon désordonnée, sans coordination entre les multiples producteurs. Il fallait donc maintenir le principe des producteurs multiples, base du système de la manufacture dispersée, mais également inventer des règles et des institutions d’échanges, indications, collaborations entre producteurs pour améliorer quantitativement et qualitativement la production des soieries ; ou diminuer, selon les termes de Charnier, les « non-valeurs ». D’un autre côté, la Fabrique souffrait d’un grave déficit moral qu’il allait continûment attribuer en priorité aux commissionnaires et aux marchands-fabricants. Selon Charnier, placés au sommet de la Fabrique, les nantis lyonnais, désormais acquis aux principes du libéralisme économique et au pouvoir recteur de l’argent, avaient oublié les anciens préceptes chrétiens de la Providence pour leur substituer la morale bourgeoise de la prévoyance individuelle. Cette morale était cependant immorale et permettait oppression et exploitation sans entrave et sans contre-pouvoir du faible par le fort, ce qui, selon Charnier, se traduisait dans le domaine de la Fabrique par la multiplication des abus. Le mutuellisme allait donc être pensé par Charnier comme une réponse à ces deux menaces. Sur le plan organisationnel, le mutuellisme devait permettre de partager et de diffuser des informations et des ressources et d’améliorer ainsi le rendement des ateliers et de la Fabrique ; sur le plan moral, le mutuellisme favorisait le regroupement des canuts, chefs d’atelier et ouvriers en soierie, leur faisait prendre conscience de leur situation, de leur solidarité et de leur force, leur donnait moyen de résister aux commissionnaires et marchands, notamment sur le chapitre crucial des abus. Pour ces négociants, la résistance opposée par les mutuellistes devait également servir de révélateur de la dimension morale de la logique industrielle qui se mettait en place ; non pas une logique de conflits de classes, de conspirations secrètes et de jeu à somme nulle, mais une logique ouverte, transparente, de production et de coopération entre tous les producteurs associés, ou, pour reprendre le vocabulaire des saint-simoniens, entre tous les « industriels ». L’essor du mutuellisme ouvrier devait donc moraliser les négociants placés par la Providence à la tête de la Fabrique ; car si leur méconnaissance de cette logique industrielle pacificatrice devait persister, le mutuellisme pouvait être aussi le moyen de faire disparaître cette classe se révélant alors simplement oisive, dont on ne discernait d’ailleurs pas vraiment la place et la fonction productrice dans le jardin idéal imaginé par Charnier.

Naissance du mutuellisme (1825-1830)

  • 3 La revendication sera exprimée à partir de l’automne 1831 dans le journal des canuts, L’Écho de la (...)
  • 4 En nota, Charnier indique : « ma première lettre à un journaliste ». « Vos expressions nous ont par (...)

5Dès le début du xixe siècle, les sociétés de secours mutuels s’étaient développées à Lyon. Certaines, telle celle des crocheteurs, répondaient surtout aux préoccupations classiques d’aide en cas d’accident ou de maladie, mais d’autres, celle des chapeliers par exemple, inscrivaient dès 1811 puis 1817 la résistance et l’obtention d’acquis sociaux (tarif notamment) au premier rang de leur mission. Le mutuellisme des tisseurs se développa véritablement à Lyon lors des dernières années de la Restauration. Après 1815, l’essor du métier Jacquard et une conjoncture économique plutôt positive avaient favorisé ce qu’on allait un peu plus tard désigner par « l’émancipation physique et morale »3 des tisseurs lyonnais. Dans le grand organe libéral d’opposition, Le Précurseur, un journaliste lyonnais, peut-être Jérôme Morin, écrivait en décembre 1827 qu’une « nouvelle génération se préparait ». Le rédacteur put effectivement le vérifier lorsqu’il fut interpellé par Charnier, qui lui reprocha les accents très péjoratifs de la description qu’il proposait des canuts de Lyon4. Charnier s’étonnait qu’un journaliste se revendiquant progressiste et libéral comme Morin partage « un préjugé aussi déplacé qui ne tend à rien moins qu’à faire croire qu’il suffit de se servir de la navette et de demeurer à la Grand Côte pour être dépourvu de toute faculté morale » (376 : 77). Charnier put exercer cette moralité et cette lucidité de l’artisan lorsqu’au milieu des années 1820, la conjoncture économique se retourna et que l’absence de régulations collectives de la Fabrique permit aux négociants de se comporter en prédateurs ; la Fabrique devenait une jungle plus qu’un jardin. Les abus à l’encontre des chefs d’atelier se multiplièrent. Plus généralement, aucune règle ni valeur collective ne régulait les actes des principaux producteurs, négociants surtout, mais aussi compagnons ou même chefs d’atelier. Autour de 1825, Charnier reçut une commande d’un fabricant, monta à ses frais trois métiers et finalement apprit brutalement, de la part du commis du fabricant, que la commande était annulée (376 : 7). L’épisode le conduisit à réfléchir à une « grande réforme à opérer », permettant une « régénération de la Fabrique ».

  • 5 Nous avons noté (voir chap.1) que dans le numéro du 22 janvier 1832 de L’Écho de la fabrique, Joach (...)

6La réforme concernait au premier chef la disparition des abus qui grevaient les transactions entre les différents acteurs de la Fabrique, négociants, chefs d’atelier, compagnons et apprentis5. Si Charnier évoquait « l’insubordination croissante » résultant de l’inexécution de « la loi sur les livrets ouvriers » et soulignait « l’inexécution des contrats d’apprentissage », c’était aussi et surtout pour stigmatiser les abus et entorses venant des négociants. L’objectif de la réforme était de « saper les nombreux et ruineux abus » dont étaient victimes les chefs d’atelier et les abus les plus graves venaient de « l’inexécution des promesses des fabricants », le problème de la couverture des frais de montage de métier étant cité en exemple. S’adressant à ses collègues chefs d’atelier, Charnier pouvait affirmer :

Les promesses, comme vous le savez, ne se réalisent presque jamais ; apprenons aux fabricants que nous savons compter et que nous connaissons nos droits, mais avant, étudions ces mêmes droits et nous sentirons que nous sommes protégés par la loi, que si nous ne l’invoquons pas en temps et lieu, cette loi protectrice, ce n’est pas la faute du législateur mais bien la nôtre. (376 : 42)

7Le code pénal permettait, en effet, d’imaginer un moyen légal de s’associer sur le terrain industriel, un « art de s’associer » (ibid.). Charnier prévoyait des compagnies n’excédant pas vingt chefs d’atelier (pour s’inscrire dans la légalité en interprétant l’article 291 du code pénal de 1810), chaque réunion ayant un « chef de compagnie » ou « syndic » assisté de deux « secrétaires-courriers ». Un bureau central composé d’un directeur, de deux sous-directeurs, d’un secrétaire et d’un trésorier assurait de concert avec les quinze syndics la coordination d’ensemble du mouvement mutuelliste : il s’agissait du « grand conseil ». Le plan de Charnier prévoyait donc le rassemblement initial de 305 membres, mais avec la perspective de voir s’étendre et se ramifier à l’ensemble des tisseurs ce principe de rassemblement. Les articles du règlement de la Société d’indication et assistance mutuelle, dont le nom évoluera dans les mois suivants, énuméraient trois grandes tâches : la « réforme d’abus industriels » venait au premier rang et, le règlement minorant stratégiquement les abus des négociants, préférait, d’une part, détailler les entorses venant des compagnons et apprentis à l’encontre des chefs d’atelier, d’autre part, insister sur les responsabilités de ces chefs d’atelier qui eux-mêmes devaient donner l’exemple, se surveiller et ne pas commettre d’abus contre leurs subordonnés. Le règlement insistait ensuite sur l’« indication », ce terme générique désignant les différents moyens permettant le partage des informations, des ressources et des outils entre les ateliers, la création d’un bureau ouvrier de placement étant cité en exemple. Enfin, le règlement prévoyait de façon plus traditionnelle l’établissement de secours mutuels « en cas de malheur pourvu que la paresse et l’inconduite n’y ait pas contribué ». Charnier plaçait au cœur du mouvement de régénération le chef d’atelier, en appelant à la fois à sa morale et à ses intérêts. La morale demeurait le socle du projet, mais le pouvoir des intérêts dans ce milieu d’artisans encore dispersés, peu mobilisés et non coordonnés ne devait stratégiquement pas être méconnu, au moins à court terme et pour la période initiale :

Réunissons-nous et instruisons-nous, formons un foyer de lumières, apprenons que nos intérêts et notre honneur nous commandent l’union. Si ce n’est pas par amour pour autrui, que ce soit au moins pour nos intérêts particuliers. Je sens que l’égoïsme ne peut s’extirper d’un seul coup, l’opération serait impraticable. Je vous le répéterai donc souvent : c’est pour nous-même que nous devons aimer les autres. (Ibid.)

8Le chef d’atelier devait donc diriger ce projet de réforme, donner l’exemple aux compagnons et aux apprentis. Et, indiscutablement, dans ce premier projet de Charnier, l’obstacle à franchir dans un premier temps pour, peut-être, mieux le convertir ou, sinon, l’effacer dans un second temps, demeurait la classe des négociants :

Nous ne paraîtrons au grand jour que pour nous montrer hostiles contre l’insubordination de nos subalternes. Vous sentez que les fabricants crieraient haro contre notre frêle et naissante institution, ils auraient probablement recours aux menaces de privation d’ouvrages contre ceux qui s’affilieraient avec nous, ils emploieraient même les sollicitations auprès de l’autorité pour nous intimider et nous désunir, au lieu qu’en prêchant subordination, rien que subordination, nous endormirons nos argus et réunirons les timides ; vous savez combien ces derniers sont nombreux parmi nous. (Ibid.)

  • 6 Charnier était en contact avec Joseph Pavy, « un des plus honorables fabricants de notre ville, pré (...)
  • 7 Sur le plan même du dessin du premier mutuellisme, tracé de la main de Charnier et qu’il explique a (...)

9Au cours de l’année 1827 et au début de 1828, Charnier réfléchit à ce vaste règlement de la Société d’indication mutuelle, rassembla un premier groupe de convertis, multiplia les réunions préparatoires et put dresser une première liste de 105 chefs d’atelier. Il fit également des efforts pour propager sa tentative auprès des négociants et autres notables6. Toutefois, l’inertie ou les réticences des autorités, préfet et chambre de commerce, les atermoiements, les fanfaronnades et le « très mauvais caractère » (376 : 116) de Charnier, l’ambition peut-être et l’impatience de certains de ses concurrents au sein de ce premier mutuellisme conduisirent à sa mise à l’écart en avril 1828. Le Devoir mutuel fut réorganisé avec, à sa tête, un autre chef d’atelier influent, Joseph Bouvery7. Charnier ne fut finalement admis dans le mutuellisme qu’en octobre 1832.

10Cependant, dans cette période qui entoure 1830, plusieurs options majeures sur le mutuellisme des tisseurs sont alors posées par Charnier et influencent le mouvement. L’officielle fonction de secours mutuels est très largement éclipsée par deux autres fonctions, la rationalisation et l’organisation ; ces fonctions se révèlent alors cruciales car la Fabrique, ce jardin qu’évoque Charnier, doit être défendue face à deux périls : la concurrence étrangère et celle que le modèle de la manufacture concentrée, triomphant dans les domaines de la production des tissus de laine ou de coton, fait courir au système lyonnais des petits ateliers. Le mutuellisme permet, d’un côté, de rationaliser le fonctionnement de la manufacture lyonnaise dispersée en permettant une meilleure utilisation des ressources (notamment les informations) et une diminution des pertes et gaspillages ; d’un autre côté, le mutuellisme permet de réfléchir plus largement à un changement de l’organisation de la Fabrique. Deux scénarios sont ici proposés par Charnier.

11Le premier, dominant dans la perspective de Charnier, prévoit une association parallèle des chefs d’atelier, d’un côté (Charnier fusionnant dans ce groupe les compagnons), des négociants, de l’autre ; ces rassemblements des deux principaux groupes de producteurs permettaient de préparer un dialogue pacifié et informé, car provenant d’échanges entre deux groupes de pouvoir comparables et ayant intérêt à coopérer, concernant les règlements qui devaient régir le fonctionnement de la Fabrique, tant en matière de production qu’en matière de distribution. Une institution telle que le conseil des prud’hommes se trouvait alors au cœur du dispositif, équilibrant et stabilisant le jeu économique et social, contrôlant les inégalités trop fortes de pouvoirs et de richesses entre les groupes de producteurs. L’objectif de cette réorganisation sera précisé par Charnier au lendemain de l’insurrection de Novembre 1831 :

De même qu’il existe une charte générale pour garantir le peuple français contre le despotisme du souverain, il faut que cette même charte se ramifie en autant de branches qu’il est nécessaire pour garantir chaque classe subalterne contre le despotisme de la classe supérieure avec qui elle est en contact. (376 : 26)

  • 8 « L’association une fois constituée, on établira dans chaque chef-lieu de département et dans plusi (...)

12Le second scénario, jamais absent chez Charnier, mais surtout présent dans sa haute période républicaine du début des années 1830, anticipait un « despotisme des comptoirs » plus inexpugnable. Dans cette situation, l’hypothèse d’un jeu social pacifié et équilibré perdait de sa crédibilité et il fallait envisager l’extinction progressive de la classe immature et inutile des négociants. Dans les visées mutuellistes imaginées par Charnier autour de 1830, certains articles du règlement formulaient le projet d’accord entre chefs d’atelier préfigurant une coopération active, une forme de coopérative. En octobre 1831, alors que les canuts réclamaient un accord sur les tarifs des étoffes de soie, Charnier, membre de la « commission centrale » chargée de « diriger les opérations », continuait à insister sur la réforme des abus. Dans ce contexte auquel participait activement Charnier était notamment discuté l’acte social de l’association des tisseurs lyonnais. Or cet acte prévoyait une coopération originale entre tisseurs, une coopération de production, mais adaptée au système de la manufacture dispersée. Il s’agissait, en effet, de constituer une caisse en émettant 3 000 actions de 100 F, chaque canut pouvant, selon le nombre de métiers de son atelier, souscrire pour une, deux ou trois actions. Le nombre d’actions permettait alors l’obtention d’un « travail proportionnel » mais, « après toutefois que chacun des actionnaires, propriétaires d’un ou de deux métiers seulement, [auraient] eu, suivant l’ordre de leur inscription, une égale part dans la distribution de l’ouvrage » (376 : 6). Le projet prévoyait l’émission de 1000 actions supplémentaires de patronage, ces actionnaires extérieurs ne participant toutefois pas à la gestion de l’association mais étant rémunérés à hauteur de 5 % de leur mise. L’association était dirigée par un gouvernement de chefs d’atelier comprenant un comité de surveillance de cinq membres et un directeur, plus un conseil consultatif de 51 membres, les différents conseils étant désignés en assemblée générale à la majorité des voix. Les sommes rassemblées dans la caisse permettaient à ce gouvernement de chefs d’atelier d’espérer se substituer aux négociants (ou, dans un premier temps, de leur faire concurrence)8 en achetant des volumes de soie, en distribuant l’ouvrage dans les différents ateliers spécialisés, en répartissant, enfin, les gains obtenus par la vente des tissus tout en contrôlant le niveau des inégalités d’activité et de revenus entre producteurs. Dans ce contexte, effectivement, la classe traditionnelle des négociants était menacée de disparition.

L’évolution du mutuellisme de Charnier sous la Monarchie de Juillet

13Établie grâce à l’insurrection, chassant la royauté héréditaire, développant une rhétorique des libertés servant surtout à dissimuler les accointances entre le pouvoir et l’argent, la Monarchie de Juillet fut honnie par Charnier. Il exprima son rejet du pouvoir et des valeurs de la société louis-philipparde tout au long des années postérieures à 1830. C’est dans ce contexte, encore accentué à Lyon par les grandes insurrections de 1831 et 1834, que Charnier maintint son adhésion au projet mutuelliste et en approfondit certaines des orientations posées dans la période 1825-1830. Trois épisodes permettent de suivre son cheminement.

14Lors de l’année 1833, le mutuellisme faisait sa mue. Cinq ans plus tôt, reprenant le projet élaboré par Charnier, une centaine de chefs d’atelier avaient lancé le mouvement et, lors des années suivantes, l’association des tisseurs s’était étendue et imposée, jouant un rôle non négligeable, sinon dans les combats, du moins dans la gestion de la crise de l’automne 1831. Le milieu de l’année 1832 marqua un renforcement et un durcissement du régime de Louis-Philippe et le triomphe du parti de l’Ordre ; en opposition, les associations et les organes républicains se multiplièrent, subissant procès et répression. À Lyon, le journal des canuts, L’Écho de la fabrique, se rapprocha des organes républicains Le Précurseur et La Glaneuse et fit cause commune avec eux ; les premières grèves de tisserands se déclenchèrent et au milieu de l’année 1833, la Société des droits de l’homme s’implantait à Lyon. Le mutuellisme se politisa et se radicalisa ; sa direction fut renouvelée et rajeunie, le mouvement atteignant 2500 membres. Cette période fut donc celle du passage du premier au second mutuellisme. Dans ce contexte de refonte du mouvement, Charnier, membre de la troisième centrale et, depuis le printemps 1832, prud’homme chef d’atelier, soucieux sans doute de ne pas perdre du terrain face à la nouvelle génération de mutuellistes, réfléchit à une logique de recomposition. Significativement, le projet sur lequel il réfléchissait proposait une articulation entre le mutuellisme et les prud’hommes. Son idée était celle d’un « conseil privé des prud’hommes chefs d’atelier tisseurs » dont il décrivait ainsi le fonctionnement :

Chaque section choisira huit chefs d’atelier qui composeront un foyer de lumière aux fins d’aider le prud’homme de leur section. Ce dernier rendra fidèlement compte des discussions marquantes qu’il aura été dans le cas de soutenir en délibération secrète ; il requerra au besoin l’assistance de ses conseillers, ses avis ; enfin ce conseil sera censeur et approbateur des actes des conseillers prud’hommes. (376 : 261)

15Dans ce projet, le prud’homme était président du conseil de sa section, ayant voix délibérative, les huit conseillers étant élus chaque année. Le projet de Charnier tentait donc d’articuler le mouvement mutuelliste au fonctionnement des prud’hommes, donnant finalement la main à ces derniers ; le fait n’était pas anodin alors même que L’Écho de la fabrique, relayant les plaintes de chefs d’atelier, se déclarait déçu par les résultats obtenus par les prud’hommes tisseurs, critiquait leur tiédeur et la mollesse de leur réformisme, parfois leur compromission, et revendiquait l’emploi de méthodes plus directes et plus agressives contre les négociants, notamment grèves et damnations. Charnier, par réaction, tentait de maintenir un contact étroit entre les mutuellistes et les prud’hommes, décrivant dans le détail les responsabilités des uns et des autres :

Les questions de droit seront discutées dans le conseil privé, lorsqu’elles seront obscures et nécessiteront l’avis d’un jurisconsulte ; ils se transporteront auprès de lui deux seulement, savoir : le prud’homme et celui des huit désigné comme le plus capable.
En cas que plainte soit portée contre un prud’homme par un justiciable du conseil des prud’hommes, il sera jugé en premier ressort par son conseil privé ; s’il est condamné il pourra en référer à un appel par devant un conseil composé de huit présidents. S’il était condamné de nouveau, il aura un dernier recours devant le grand conseil composé de tous les membres des conseils privés qui jugeront en dernier ressort.
En cas de difficultés entre les conseillers prud’hommes et conseillers privés, il sera procédé de la même manière, sauf que la seconde réunion jugera sans appel. (376 : 261)

16Le projet imaginé par Charnier en 1833, et qui n’aura pas d’application pratique, faisait donc du conseil des prud’hommes et de sa logique de conciliation entre groupes de producteurs la principale issue du mouvement mutuelliste. Dans les cas de contentieux imaginés par Charnier, le second niveau, celui du jugement par les présidents, constituait en effet une protection importante pour le prud’homme, placé dès l’origine de ce projet à la direction du mouvement. Toutefois, en 1833, le second mutuellisme, désormais éduqué par le républicanisme et par le fouriérisme, s’engageait sur de tout autres voies revendicatives que celles proposées par Charnier. L’action des jeunes mutuellistes allait déboucher sur la grande grève de février 1834 et, deux mois plus tard, sur la seconde insurrection des canuts.

  • 9 Agent de change, mélomane lyonnais, proche en ce début des années 1830 des saint-simoniens puis sur (...)

17L’insurrection d’avril 1834, le « procès monstre » et les lois d’exception de septembre 1835 qui suivirent la tentative d’assassinat du roi amenèrent l’éclipse du mutuellisme des tisseurs lyonnais. En juillet 1836, écrivant à Théodore de Seynes9, Charnier précisait que « l’état moral » de la classe ouvrière lyonnaise était pire qu’on ne le pensait, qu’elle était « plongée jusqu’aux yeux dans la stupeur intimidatrice de septembre » qu’avaient imposée aux ouvriers « leurs souverains, comtes et barons de Juillet » (376 : 324). Renseignant un peu plus tard Léon Favre, il lui précisait : « Le mutuellisme se réorganise mais sous une forme jusqu’à présent si étroite qu’il ne vaut guère la peine d’appeler là une réorganisation. » (376 : 328) Dans les années 1835-1837, Charnier maintint un contact étroit avec la frange girondine du républicanisme lyonnais qui continuait prudemment à s’exprimer dans Le Censeur et Le Réparateur, successeurs de l’ancien Précurseur. C’est dans cette période que Léon Favre le consulta sur un projet de réforme. Fils de marchand drapier, il était le frère du célèbre avocat républicain Jules Favre, auteur en 1834 de De la coalition des chefs d ’ateliers de Lyon. Léon Favre, qui rappelait à Charnier leur collaboration au temps de L’Écho de la fabrique, venait de quitter Lyon et de délocaliser sa maison de draperie à Paris : « J’ai quitté la Fabrique parce que le juste-milieu m’en a chassé. J’étais venu ici lui faire une guerre industrielle qui le tuera. » (376 : 326) Pour Favre, la Fabrique était pénalisée et son fonctionnement rendu inique par les très nombreux intermédiaires parasites s’intercalant entre le producteur et le consommateur. Son projet prévoyait donc l’établissement d’une maison centrale de soierie conduisant au rassemblement des véritables producteurs, chefs d’atelier et compagnons, et à la disparition de la classe des commissionnaires et des négociants. Dans ce contexte, Favre demandait à Charnier des renseignements sur le mutuellisme ainsi que son avis sur son projet de réforme. Charnier lui exprima immédiatement leur communauté de vues :

Votre position est relative à celle où je me trouvais en 1827 quand je méditais l’œuvre du mutuellisme enflammé de vengeance contre l’infâme abus qu’on faisait de l’inertie de la classe ouvrière. Je pus consacrer mes efforts pour faire comprendre les mots : unissons-nous pour augmenter nos bénéfices par la diminution des non-valeurs. (376 : 328)

18Mais Charnier faisait aussi à Favre une leçon de réformisme appliqué : « Il convient de planter l’arbre de la réforme non seulement sur un terrain propice mais dans une saison favorable. » D’une part, lui expliquait-il, le moment était mal choisi tant le mouvement mutuelliste était alors à genoux à Lyon, déprimé et surveillé. Charnier lui racontait qu’enthousiasmé par la lecture du projet, il en avait tenté sans succès la diffusion : « Après en avoir essayé la propagande j’ai vu qu’on ne croit à aucune tentative d’amélioration. J’ai vu que le thermomètre de l’esprit public était au-dessous de zéro. » (Ibid.) Surtout, Charnier expliquait à Favre que le projet d’association des véritables producteurs de la Fabrique devait dissimuler son objectif prioritaire qui était la disparition des parasites, commissionnaires et négociants. La réussite du projet ne viendrait pas d’une guerre ouverte contre ces adversaires, aujourd’hui bien trop puissants, mais d’une démonstration de la supériorité de l’association, tant en matière de production que de morale et de justice sociale. Charnier conseillait donc le « ménagement » :

Jusqu’à nouvel ordre il faudrait cacher soigneusement votre intention de supprimer le rouage du fabricant ; sans cela ce ne serait point marcher pas à pas. Les commissionnaires et les marchands-fabricants ne doivent être initiés à votre projet de réforme que lorsque des résultats palpables leur auront désillé les yeux ; autrement je n’y vois qu’une affaire manquée. N’importe, je vous supplie de persister en vous bornant à la suppression du commissionnaire, sans quoi les fabricants n’oseraient pas entrer en relation avec vous par la crainte que leur inspireraient les commissionnaires. Ces derniers leur déclareraient la guerre à mort, coupables de complicité. Dans l’œuvre de la réforme dont il s’agit, il convient donc de ne pas avouer le but proposé ; plus tard, quand le mode de consignation sera jugé favorable à vos intérêts et à ceux du fabricant, ce dernier lui accordera franchement la préférence ; alors les commissionnaires, envieux de recueillir les mêmes bénéfices que vous, quitteront la commission pour s’établir cosignataires.
Une fois que le commissionnaire aura disparu des villes manufacturières, alors seulement vous pourrez viser la suppression du marchand-fabricant. Enfin ma conviction est que hors de cette route, vous ne recueillerez que guerre contre guerre, et à votre zèle pour la réforme, on vous opposera une ligue de commissionnaires et de manufacturiers également intéressés pour faire échouer votre entreprise. (Ibid.)

  • 10 Modérés, ces républicains lyonnais étaient toutefois en avance sur le terrain de la réflexion écono (...)
  • 11 « Il est de toute justice, poursuivait Favre, que le producteur puisse trouver dans son travail que (...)
  • 12 « Vous m’attribuez l’honneur de votre éducation politique. Je me garderai bien de décliner ce mérit (...)

19La correspondance entretenue par Charnier dans les années 1835-1837 avec des républicains comme de Seynes ou Favre signale deux points importants : d’une part, l’amplitude de son projet de réforme le situait dans un dialogue constant avec les républicains modérés10, un dialogue qui ne fut jamais rompu, même après 1848. Il partageait l’opinion de Favre qui estimait nécessaire « une réforme industrielle par laquelle il (l’ouvrier) puisse participer au bénéfice »11 (376 : 329), et cette réforme n’excluait pas l’expérimentation d’une organisation différente de la Fabrique, une organisation coopérative adaptée au système de la manufacture dispersée. Ce que Charnier allait donc toujours trouver chez les républicains était l’idée de participation ; s’emparant de cette idée, la nourrissant de son expérience de prud’homme, il allait alors la décliner à différents niveaux de l’organisation économique et politique. D’autre part, dans l’optique de ce changement, Charnier optait pour une évolution plus que pour une révolution et ses espoirs de progrès graduels étaient placés dans deux grandes forces qu’il situait à la base de la morale, première des « sciences positives » selon ses termes, et rempart tant contre la rhétorique libérale que contre les utopies (380 : 244) : la religion et la démocratie. Lors d’un échange avec Théodore de Seynes, qui lui avouait son admiration12, la discussion tournait sur le couple république/monarchie et la contribution que chacun de ces régimes pouvait apporter à l’indispensable réforme générale, industrielle ; « la réforme sociale et politique ne pourrait avoir lieu que par l’élément démocratique », soulignait de Seynes, insistant sur le nécessaire supplément de morale qui devait accompagner le processus démocratique. Un supplément que pouvait apporter de façon privilégiée l’élément religieux. De Seynes exprimait alors un point de vue commun avec Charnier lorsqu’il concluait : « la démocratie chrétienne, voilà » (376 : 523).

  • 13 Le piquage d’once désignait les soustractions illicites de matière pouvant être opérées dans le cou (...)

20Il fallut attendre le début des années 1840 pour que l’étau se desserre autour des mutuellistes. La petite presse ouvrière renaissait avec L’Écho de la fabrique de 1841 ; les associations purent, en partie, quitter la clandestinité et les brochures communistes se multiplièrent, prenant leur exemple sur celles d’Étienne Cabet, de Louis Blanc ou de Pierre-Joseph Proudhon. Les relations entre chefs d’atelier et négociants se tendirent encore à la suite de la grave crise économique de 1836-1838. En 1843, un rapport paraissait, de la main d’un négociant, appelant à la création d’une société de garantie mutuelle. Il s’agissait, selon l’auteur de ce rapport, d’associer les marchands et de leur donner les moyens de réprimer le piquage d’once13 dont ils estimaient être victimes de la part des chefs d’atelier. Charnier pris alors position dans L’Écho de la fabrique contre ce rapport et ses conclusions. Il considérait que ce rapport reposait trop unilatéralement sur les abus de trafic clandestin des soies, appelés piquage d’once, subis par les négociants, oubliant les abus bien plus nombreux que subissaient les chefs d’atelier, victimes par exemple de piquage de ballots ; une nouvelle fois, Charnier attribuait en priorité la responsabilité de la corruption de la Fabrique aux négociants. Il rappelait dans son article que le projet initial du mutuellisme des tisseurs prétendait donner l’exemple de la répression des abus en faisant la police dans ses propres rangs. Il recommandait donc aux négociants de compléter leur propre charte de garantie mutuelle en ajoutant plusieurs articles :

Ceux qui se rendraient coupables de fraude envers leurs commettants, en livrant des marchandises inférieures à celles commises ; qui auraient copié les dispositions ou les dessins de leurs confrères ; qui auraient causé ou tenté de causer préjudice à leurs ouvriers en inscrivant des prix de façon, rabais, ou autres conditions stipulées sur leur livre sans consentement préalable. Les surcharges, ratures, interlignes non justifiées, seront également punies par l’exclusion.
Ceux qui se livreraient au commerce illicite du piquage d’once, soit en refusant les déchets ou suppléments de déchets alloués par le conseil, soit en falsifiant les matières confiées aux ouvriers ou en achetant sciemment celles provenant d’origines frauduleuses.
Seront réputés ingrats et exclus comme indignes, ceux qui seront convaincus d’avoir dans des temps malheureux congédié des ouvriers ayant travaillé loyalement pour eux pendant une saison prospère, afin d’occuper d’autres ouvriers sans cause légitime. Ceux qui payeront les façons un quart au-dessous du cours. (376 : 358)

21En 1843, Charnier avait toujours en tête la création « du vrai mutuellisme, réformateur d’abus », seul « frein à la licence qui nous opprime » (376 : 358). Il écrivait encore : « Notre grande Fabrique, lasse des dissensions ruineuses n’attend que le signal de la concorde pour se grouper au mutuellisme » (376 : 359), dans lequel il voyait « un corps destiné à se multiplier et s’étendre dans une proportion égale aux besoins de la morale en souffrance » (376 : 361). Deux conditions étaient cependant nécessaires. Il fallait, d’un côté, que les négociants comprennent ces « intentions de réforme appuyées sur la justice et la réciprocité des avantages » (376 : 359) et que leur association soit pensée dans cette logique de négociation de groupe à groupe, puis de conciliation. Charnier, lucide, exprimait cependant dans ses notes et brouillons son scepticisme sur les intentions des marchands : « Le piquage d’once et celui des ballots, ainsi que l’usure sur les salaires ne pourront pas toujours se cacher sous le voile de la liberté industrielle et derrière les fantômes de l’émeute imaginaire. » (376 : 360)

22Mais pour réaliser le « vrai mutuellisme », il fallait également favoriser le regroupement au grand jour des chefs d’atelier et inclure ouvertement leur participation au processus du dialogue social ; « les chefs d’atelier brigueront l’honneur de concourir à la réforme », notait Charnier (376 : 358), favorable par ailleurs à une participation la plus large au processus (376 : 361). Le projet d’ensemble était alors décrit en quelques mots, articulant la dynamique du dialogue paritaire entre les deux grands groupes de producteurs à la logique jurisprudentielle des prud’hommes : « Une admirable fusion industrielle s’opérera. Alors, les préceptes du mutuellisme et la jurisprudence du conseil modifié l’un par l’autre, ne seront plus qu’un seul et même code de probité. » (376 : 358)

23Les espoirs de Charnier furent une nouvelle fois déçus. La Société de garantie mutuelle fut rebaptisée « Société de garantie contre le piquage d’once » et autorisée par le ministère en janvier 1844 (376 : 363). La modification du titre reflétait une logique strictement corporatiste et la défense exclusive des intérêts des négociants. En 1852, revenant sur le sujet, Charnier expliquait que son article paru en 1843 avait alerté les négociants et les autorités orléanistes sur le caractère sulfureux de l’emploi du terme « mutuelliste » pour désigner l’association des négociants : « Depuis la lettre de Charnier insérée dans L’Écho de la fabrique où la société alors intitulée Société de garantie mutuelle était qualifiée de mutuellisme des marchands, le mot mutuelle a été supprimé. » (376 : 370)

Le troisième mutuellisme (1848-1851)

  • 14 Nous nous appuyons ici sur un document original de Fernand Rude, « Le mutuellisme », boîte 241 du f (...)

24Au milieu des années 1840, Charnier se rapprocha des réseaux traditionalistes lyonnais. Sa situation économique avait évolué, mais il pensait surtout que certaines exigences du traditionalisme pouvaient constituer, à côté ou en renfort des exigences républicaines, des remparts solides contre la potion libérale qu’administraient les zélateurs de Guizot ou de Thiers. Sans oublier la démocratie, estimait Charnier, il fallait en priorité miser sur la religion pour accéder à la réforme. Lorsque éclata la révolution de 1848, il fut, nous le verrons (chapitre 7), sollicité à la fois par les républicains modérés et par les légitimistes. Après l’insurrection de juin, il s’inscrivit plus fermement dans le courant traditionaliste votant pour la liste blanche au printemps 1849, ce qui ne l’empêcha pas, peu après, de défendre les Voraces et les mutuellistes devant le conseil de guerre et de continuer à maintenir le dialogue avec des républicains comme Anselme Pétetin ou Charles Depouilly. Le mutuellisme s’était secrètement recomposé depuis le tournant des années 184014. En 1846, le Devoir mutuel comprenait, à nouveau, plusieurs centaines de membres, désormais réunis en « ateliers » de vingt adhérents. Les fonctions traditionnelles – assistance, « indication », coopération, résistance aux abus et entraide – étaient rappelées, les chefs d’atelier insistant une nouvelle fois sur les droits et les devoirs des tisseurs. S’il fallait « améliorer progressivement » la « position morale et physique » des tisseurs, une nouvelle revendication dominait, reflétant le contexte doctrinal des années 1840 marquées par l’essor du communisme, du fouriérisme, du proudhonisme : l’obtention d’un « salaire raisonnable » et la défense du travail, « source de paix et de prospérité ». Après février 1848, plusieurs décisions du nouveau gouvernement allaient conduire à la multiplication des associations et des coopératives de production et de consommation. Le décret du 25 février 1848 accordait la complète liberté aux réunions et associations professionnelles. Dans ce contexte, le Devoir mutuel atteignit quelques 1 700 membres, sa direction se renouvela avec des hommes comme Eugène Cornu, bientôt maire de la Guillotière, et en dépit de son apolitisme affiché, le mouvement, toujours secret, se solidarisa avec la liste « rouge » du printemps 1849. Bientôt traîné devant le conseil de guerre, Cornu reçu le soutien de Pierre Charnier dans un article du journal conservateur Les Travailleurs. Pourtant, Charnier avait appartenu à une branche concurrente du mutuellisme, une branche apparue au printemps 1848 et qui, plus que le Devoir mutuel, revendiquait son apolitisme et sa seule mission industrielle, refusant dès lors le principe du secret et s’affichant donc au grand jour. La fusion avec le Devoir mutuel avait été proposée mais ne se fit pas. L’Association générale des tisseurs chefs d’atelier de Lyon et ses faubourgs renouait, par ses principes d’organisation, avec le mutuellisme d’avant 1833-1834, rejetait toute « proposition de suspension générale des métiers », mais prévoyait diverses formes de résistance à toute attaque contre un « salaire raisonnable ». Lorsque la maison Bonnet refusa de payer les salaires convenus de ses tisseurs, elle fut boycottée sur ordre de l’association, la Gazette de Lyon dénonçant là le « despotisme des communistes ».

25Membre de la loge de la Fraternité, Charnier fut nommé rapporteur et membre de la commission chargée de la révision du règlement (380 : 401). Il fut l’un des deux rédacteurs du règlement définitif. Le préambule résumait les objectifs de la nouvelle association, la question des salaires étant placée au premier rang :

Le but de l’Association des tisseurs est d’amener les fabricants-négociants, par toutes les voies légales, à payer généralement les mêmes prix pour les mêmes étoffes, de défendre les intérêts physiques et moraux des chefs d’atelier qui en font partie, d’obtenir l’amélioration de leur position sociale par les règlements nécessaires pour y parvenir, et de ne discuter jamais sur les questions politiques ou religieuses. (380 : 398)

26En juillet 1848, sans doute conscient du virage conservateur que prenait la République de Cavaignac, le frère Charnier insistait stratégiquement devant la loge de la Fraternité sur les devoirs des seuls chefs d’atelier, soulignant l’exemplarité des sanctions à prévoir en cas d’entorses. Il renouait ici avec un ton qu’il avait employé en 1827-1828 sous la Restauration, un ton reconnaissant apparemment la supériorité des négociants dans la hiérarchie naturelle de la Fabrique :

Le but de l’Association des tisseurs est l’enseignement mutuel de leurs devoirs et de leurs droits, pour réformer les abus de leur profession, notamment seconder les marchands-fabricants contre la concurrence locale sur le prix des façons.
Les moyens (armes) qu’elle emploiera pour arriver à ses fins seront l’union, la justice, la fraternité et la solidarité.
En conséquence les sociétaires, pour être dignes de réclamer leurs droits, se montreront esclaves de leurs devoirs, ils se comporteront loyalement envers les marchands-fabricants, compagnons, apprentis et autres ouvriers qu’ils occuperont ; cette condition est indispensable. (380 : 399)

27Pourtant, la reconnaissance de la soumission des canuts composant l’Association générale des tisseurs chefs d’atelier n’était authentique qu’en partie seulement. Pour Charnier, la « vraie fraternité industrielle » nécessitait l’établissement d’un équilibre des pouvoirs entre les deux fractions, négociants et chefs d’atelier. Charnier était sensible à l’initiative des veloutiers dont l’association prévoyait une « Société pour la fabrication et la vente des velours », une coopérative de production et de commerce (380 : 397). Le projet qu’il avait lui-même proposé à la loge de la Fraternité ne préfigurait pourtant pas une coopérative mais dessinait les contours d’une institution pérenne réunissant les tisseurs et permettant de s’informer, de « s’indiquer », d’agir et de contrôler le prix du travail :

Réclamer à l’autorité un local pour le bureau général qui fonctionnerait comme syndicat. Ce local ne serait rien moins que la bourse du travail ; rien de plus conforme au principe d’égalité, puisque depuis des siècles existe la bourse du commerce ; rien de plus positif, pour la mise en pratique de l’égalité de la propriété travail avec les autres propriétés, que l’institution de notre syndicat, où chacun aurait libre entrée pour y puiser et fournir les renseignements sur le cours des façons qui, enregistrés, formeraient la mercuriale ou tarif minimum, medium et maximum pour chaque jour, ainsi que cela se pratique pour les céréales, ainsi que les négociants le font à la bourse du commerce pour le cours des marchandises et des effets publics. (380 : 399)

28Lors des réunions de la loge durant l’été et l’automne 1848, il recommandait que les délégués soient élus et que le principe de l’élection soit entériné par les autorités préfectorales (380 : 404). Il appelait donc à l’institutionnalisation et à la reconnaissance officielle de son syndicat par le pouvoir républicain. Il mettait d’ailleurs ce régime face à ses engagements et à ses valeurs, notamment celle d’égalité :

Nos institutions républicaines ne sauraient être moins libérales, moins protectrices du travail que le ministre de Louis XVI. C’est ici le cas de répéter les expressions du célèbre Turgot : “Le travail est la première, la plus sacrée et la plus imprescriptible de toutes les propriétés”…
Le principe d’égalité des Français devant la loi nous permet de croire que la République nous accordera les mêmes garanties que celles dont le commerce jouit depuis des siècles. Alors seulement l’on cessera de vivre politiquement d’illusions, mais bien d’institutions et de garanties réelles. (380 : 399 et 402)

29Si la liberté et l’égalité étaient mises en exergue et retournées aux autorités républicaines de 1848, le projet de Charnier était plus ambitieux encore. Une nouvelle fois, il n’était pas simplement question de s’adapter à un vaste marché économique et politique, mais plus fondamentalement de dégager des espaces de participation et de gouvernement au nouveau monde industriel qui se mettait en place. Charnier utilisait la rhétorique libérale, voire républicaine, mais son projet de réforme s’appuyait surtout sur l’application du principe d’élection et de participation aux espaces et réalités intermédiaires, notamment sur le terrain économique et social ; il insistait pour cela sur le syndicat et les prud’hommes. Pour réguler la Fabrique, maintenir équilibre et garanties, tremper la « vraie fraternité industrielle », il fallait refonder les corps intermédiaires grâce à la participation démocratique. Charnier greffait donc le nouveau sur l’ancien, exigeant, sous la République, et métamorphosé par les exigences républicaines d’égalité et de participation, le retour des « anciens droits d’élire des fonctionnaires qui seraient investis de la triple attribution des maîtres-gardes, police, juridiction et législation de chacune de leur corporation respective » (380 : 402).

  • 15 « Je me suis retiré, expliquait-il, vu les tendances politiques en contradiction avec l’article 34. (...)

30Au début de l’année 1849, la situation se tendit au sein de la loge de la Fraternité, les rancœurs politiques entre « blancs » et « rouges », alors que se préparaient les élections législatives de mai, brouillant la mission tout industrielle de l’association des tisseurs. Charnier donna donc sa démission en mars 1849, sans doute parce que l’Association penchait alors dans le sens de la liste « rouge »15. Après l’insurrection de juin 1849, Charnier, nous le verrons (chapitre 6), défendra pourtant certains Voraces, mais aussi un mutuelliste, Benisson, choisissant en outre de suivre de près le procès d’Eugène Curia. Lorsque les mutuellistes furent acquittés, un grand banquet réunit les mutuellistes chez l’aubergiste Sanaoze, Charnier proposant que toutes les tables soient réunies, au risque de provoquer les autorités et leur police : « Comme premier fondateur et organisateur du mutuellisme », écrivait peu après Charnier à madame Sanaoze, « j’ai éprouvé un plaisir aussi vif que durable d’assister à cette réunion improvisée des mutuellistes acquittés » (380 : 427).

  • 16 R. Voog, « Camille Rambaud », Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, t. VI, (...)
  • 17 Quelques pages plus loin, Charnier se plaignait de la répétition, dans la brochure de Rambaud, du c (...)

31En août 1850, Louis-Napoléon Bonaparte, président de la République élu en décembre 1848, vint inaugurer la nouvelle caisse des ouvriers de Lyon établie sous l’égide des notables de la chambre de commerce de Lyon. Cette caisse devait porter le nom de « Société de secours mutuels et de caisse de retraites des ouvriers en soie de la ville de Lyon ». Financée par des banquiers, des commissionnaires et des négociants et visée par le président, son ministre de l’Agriculture et du Commerce Jean-Baptiste Dumas et par le commissaire du gouvernement près de la Fabrique, cette Société exprimait la volonté, tôt réalisée après la proclamation de l’Empire le 2 décembre 1852, de concilier césarisme social et libéralisme économique. Le mutuellisme commençait à laisser place à la mutualité qui devint, par l’accent porté sur les secours en cas de maladie, d’accident ou de décès et par l’encadrement des membres honoraires, un moyen de solidariser impérativement les intérêts de classe, et sous l’égide impériale, de manifester la sollicitude de Napoléon III pour le bien-être de la population ouvrière. Dans ce contexte de plus en plus défavorable à l’émancipation autonome des tisseurs, les deux fondements du projet de réforme générale de Charnier, la démocratie d’atelier et la religion, étaient oubliés. En 1850, Camille Rambaud, pourtant proche du fouriérisme et converti aux idées de Frédéric Ozanam16, publiait une brochure, À ceux qui travaillent, que Charnier allait interpréter comme un manifeste libéral des temps à venir. Ce que Charnier dénonçait dans la brochure était la volonté de fonder la Société sur les seuls principes de l’intérêt individuel et de la liberté du commerce ; « Cette institution de prévoyance […] n’est donc ni politique, ni religieuse. C’est une œuvre toute de fraternité », écrivait Rambaud dans sa brochure, une remarque qu’annotait Charnier : « la fraternité est religieuse ou démagogique » (379 : 239, p. 6 de la brochure)17. Peu de temps après, il transmettait un long mémoire à la chambre de commerce de Lyon, qui allait patronner la caisse, commentant et rectifiant les conclusions de Rambaud.

32Charnier reprochait à Rambaud d’avoir dissimulé ce que devait être la véritable source de l’aide mutuelle, « la fraternité chrétienne » (379 : 269). Sa brochure sacrifiait trop à une rhétorique des seuls intérêts et du libre commerce propre au « juste-milieu » des élites bourgeoises et qui ne pouvait aboutir qu’à un monde dérégulé et conflictuel, abritant insurrections, émeutes et chaos et où l’argent aurait étouffé la morale. Charnier proposait donc d’afficher le fondement moral et religieux de l’association et d’insuffler des valeurs à une institution présentée trop exclusivement comme régie par les seuls intérêts et calculs individuels. Il soumettait l’idée de modifier les cartes d’admission à la société, de leur associer un symbolisme rappelant que l’aide mutuelle reposait sur des valeurs précises, historiques et morales :

Il conviendrait que les cartes d’admission eussent au moins le format d’un congé militaire et qu’elles fussent illustrées par des ornementations style Renaissance. L’or, le bronze, l’outre-mer, le pourpre et l’azur artistement disposés en vignettes, pendentifs, rinceaux formant un harmonieux contraste entremêlé d’ustensiles de fabrique. À travers un fouillis de figures idéales, qui semblent avoir été tracées par le hasard, il faut qu’on puisse y lire la pensée religieuse qui a fait éclore la Société de secours mutuels. Cette œuvre ne pourrait-elle pas être figurée par une ruche surmontée d’une croix ? (Ibid.)

33Les valeurs cardinales du mutuellisme étaient donc d’origine religieuse : « Je ne saurai trop insister sur la croix, comme étant le plus simple, le plus grandiose et le plus expressif des ornements symboliques figurant la pensée dominante des fondateurs. » (Ibid.) Charnier préconisait également le déroulement d’une fête patronale et religieuse repoussant définitivement l’héritage révolutionnaire :

Les hommes de toutes les nations, de toutes les classes aiment les fêtes, à plus forte raison quelle joie pour l’artisan à profession sédentaire ! Une fête annuelle serait un stimulant, la fête annuelle appelle un patronage, nul embarras pour le choix, l’Assomption, l’une de nos anciennes traditions religieuses et professionnelles, voilà le patronage ! À moins qu’on ne préfère… un décadi pour anniversaire. (Ibid.)

34Dans le cadre de ce processus, Charnier, tout en utilisant le vocabulaire de la soumission, insistait sur le fait que c’était aux nantis par la Providence, trop longtemps convertis aux privilèges de Juillet, de donner l’exemple et de réhabiliter les valeurs morales : « Messieurs les marchands-fabricants, à vous l’insigne honneur d’un sublime exemple réparateur. » Les négociants devaient donner l’exemple en intégrant dans leur règlement des mesures d’exclusion contre ceux des leurs qui ne respecteraient pas les règles de mutualité, ceux coupables « d’être injustes envers ceux qu’ils occupent » :

Vous le comprenez, Messieurs, le nom d’un marchand-fabricant sans probité n’est-il pas indigne de figurer dans une association où l’on ne reçoit que d’honnêtes ouvriers ? Sans des mesures d’exclusion contre les donateurs ou membres honoraires, ce ne serait plus que l’aumône parodiée, profanée, la perfide aumône de l’orgueil et de la domination. (Ibid.)

35Les aides de la caisse devaient être, au contraire, une forme « d’hommage rendu par le commerce admirateur des vertus privées de l’artisan laborieux et économe », et non une taxe des pauvres, véritable « taxe communiste anglaise » selon Charnier. Mais Charnier ne se limitait pas à un moralisme incantatoire : son mémoire réintroduisait également les principaux éléments institutionnels de son plan de réforme générale. Cette « union sympathique », expliquait-il aux notables de la chambre de commerce, était « entourée de garanties palpables », la caisse de secours n’étant qu’un des éléments de la « gigantesque métamorphose de notre humble ruche surmontée d’une croix de chaume en un vaste édifice ». Cet édifice, outre la caisse, comprenait une « bourse ou indication de travail » où les mutuellistes pourraient s’assembler et « s’indiquer », ainsi qu’un « tribunal spécial » où se négocierait de façon paritaire une « juridiction spéciale de la Fabrique ». Mêlant une fois de plus le registre chrétien et républicain, Charnier pouvait affirmer :

Cette juridiction vraiment républicaine surveillera sans distinction et avec la même vigilance le magasin comme l’atelier, tel que le faisaient les maîtres-gardes sous l’ancienne monarchie. Ce sera le véritable triomphe de l’égalité chrétienne, qui sait qu’il y aura toujours des pauvres parmi nous. Loin de murmurer contre les hiérarchies providentielles de la société, l’égalité chrétienne les aime et les respecte. (Ibid.)

  • 18 Lors de sa défense du mutuelliste Benisson devant le conseil de guerre en 1850, Charnier expliquait (...)

36Charnier voyait donc dans ces éléments institutionnels, notamment le syndicat et les prud’hommes, les conditions d’un « libéralisme sincère » car protégeant le travail, le consacrant comme propriété, contre les empiètements de la richesse. Ils étaient également la conséquence de la compréhension et de l’application des principes de la fraternité chrétienne. Enfin, Charnier voyait parfaitement que cet agencement d’institutions faisant du travail « la première, la plus sacrée et la plus imprescriptible des propriétés » devait être entériné, consacré et protégé par les plus hautes autorités civiles ; il écrivait même que cette réforme devait constituer « un phare indiquant le seul port où le vaisseau de l’État puisse aborder sans écueil »18. Charnier pouvait conclure, à destination des membres d’une chambre de commerce sans doute peu enclins à écouter ses propositions :

Je vous supplie, Messieurs les fondateurs, de vouloir compléter votre œuvre en vous unissant aux tisseurs pour supplier le gouvernement de la République de vouloir rendre au travail, non les jurandes et les maîtrises, mais ses anciennes garanties, toute sa dignité, enfin le haut rang qui lui fut assigné pendant des siècles et consacré avant 89, par Turgot, comme la première de toutes les propriétés.
Vous braverez l’orgueil du faux libéralisme qui a fait croire à l’ignorance qu’avant 89 il n’y avait que gêne et oppression, vous fouillerez dans les décombres du passé pour y recueillir de précieux matériaux parmi les débris de l’ancienne législation industrielle, de ces anciens statuts qui sauvegardèrent les droits du travail pendant des siècles. (379 : 268)

  • 19 Fernand Rude, « Le mutuellisme », tapuscrit cité.

37Le mutuellisme de Charnier exprimait un projet de démocratie chrétienne originale. Il plaçait ses espoirs dans une forme de gouvernement démocratique mettant en œuvre les valeurs morales et sociales du catholicisme. Mais ce gouvernement s’expérimentait d’abord à un niveau intermédiaire et industriel. Ses deux principaux supports étaient le syndicat, dont le mutuellisme était le prototype, et le conseil des prud’hommes ; l’articulation des deux permettant l’obtention d’une charte, un « code de la Fabrique » permettant de « doter l’industrie d’une jurisprudence fixe », et résultant des négociations et des conciliations continues entre négociants et chefs d’atelier. Ce que Charnier baptisait « fusion industrielle » désignait, comme l’a fort bien noté Fernand Rude, l’horizon de ce « mutuellisme démocratisé »19.

38L’expérience de Charnier en tant que prud’homme canut est centrale dans l’expression de cette vision. C’est d’abord de cette pratique hebdomadaire et de son expérience de tisseur chef d’atelier que procède son point de vue (voir chapitres 4 et 5 sur les prud’hommes). Mais Charnier fut également au contact des différents doctrinaires de son temps. Au début des années 1830, il avait côtoyé et lu les saint-simoniens, les fouriéristes et leurs projets d’association « industrielle » ou « sociétaire ». Il avait surtout fréquenté et commercé intellectuellement avec les républicains modérés, actifs à Lyon, partisans du suffrage mais tôt convertis à la question sociale et ouvrière. Certains de ces républicains l’avaient alors convaincu que leurs idéaux de participation politique de tous les citoyens pouvaient être compatibles avec certaines valeurs traditionalistes, légitimistes et catholiques, que défendait Charnier ; une synthèse était possible, l’ennemi commun étant la France mercantile, libérale, amorale et inégalitaire de Guizot, de Bugeaud et de Barthes. En août 1834, Théodore de Seynes écrivait à Charnier :

Marseille donne l’exemple d’un mouvement immense. Elle a proclamé la réforme, c’est-à-dire la fusion de tous les anciens partis dans un parti jeune et formulant nettement ses vœux et ses demandes. Ce qu’ils demandent, c’est la réforme électorale, la réforme financière, la réforme industrielle. Il n’est plus question de république ou de monarchie. Non, points de mots, mais des choses… Républicains et carlistes marchent unis et complices vers un but commun, le gouvernement de la majorité par la nation librement consultée, ayant pour corollaire la liberté absolue de la presse et le suffrage universel. (376 : 521)

39La situation dans le Midi, où le légitimisme pactisait naturellement avec les républicains, pouvait être reproduite à Lyon. L’opinion de Charnier demeurait ancrée dans le traditionalisme, et ses engagements d’homme public, à partir du début des années 1840, l’inscrivirent plus fermement au sein des réseaux légitimistes et catholiques lyonnais. Au sein de ces réseaux, nous le verrons (chapitre 7), Charnier fut souvent au contact d’une opinion ultra-conservatrice et peu perméable à ses idées. Mais il pouvait également y côtoyer des hommes qui, influencés par les idées de Félicité de Lamennais ou de Frédéric Ozanam, développaient les premières intuitions de démocratie chrétienne.

Notes

1 Tribune prolétaire, 19 avril 1835, p. 3.

2 A. Cottereau, « Prévoyance des uns, imprévoyance des autres : questions sur les cultures ouvrières face aux principes de l’assurance mutuelle au xixe siècle », Prévenir, n° 9, 1984, p. 21-51 ; A. Gueslin, L’invention de l’économie sociale, Paris, Economica, 1998 (2e édition), chap.5.

3 La revendication sera exprimée à partir de l’automne 1831 dans le journal des canuts, L’Écho de la fabrique.

4 En nota, Charnier indique : « ma première lettre à un journaliste ». « Vos expressions nous ont paru trop conformes aux accents grossiers des rustres qui croient nous injurier en nous désignant par l’épithète de canuts. » (376 : 77)

5 Nous avons noté (voir chap.1) que dans le numéro du 22 janvier 1832 de L’Écho de la fabrique, Joachim Falconnet avait recensé quinze abus principaux.

6 Charnier était en contact avec Joseph Pavy, « un des plus honorables fabricants de notre ville, président du tribunal de commerce de Lyon et député du Rhône ». Pavy, proche dans les années 1820 du ministère conservateur de Joseph de Villèle, réfléchissait, de son côté, à une « Réunion des fabricants ». Il avait l’espoir de la reconstitution fidèle de la Corporation de la Grande Fabrique. Comme l’écrivit plus tard Charnier, Pavy « l’encouragea à persévérer dans la voie des réformes industrielles pour la fondation du mutuellisme » (378 : 233). Voir sur ce point Fernand Rude, L’insurrection lyonnaise de 1831, ouvr. cité, p. 133-135. Les deux projets, celui du mutuellisme de Charnier et la réunion des fabricants de Pavy, affichaient le projet de « fusion industrielle ». La vision de Charnier était toutefois très différente puisque, dès l’origine, il ne prévoyait pas une relation hiérarchique entre les deux groupes d’intérêts, mais l’établissement d’une relation paritaire. Charnier demeura en contact avec Joseph Pavy puis avec son fils. Plusieurs lettres de Joseph Pavy à Charnier datant du début des années 1840 montrent que le député recommanda Charnier auprès de diverses personnalités lorsqu’il se lança dans le travail de cabinet (378 : 233-244).

7 Sur le plan même du dessin du premier mutuellisme, tracé de la main de Charnier et qu’il explique avoir été approuvé le 30 mars 1828 par les 105 premiers mutuellistes, une note ultérieure précise : « Ce fut le 6 avril que la petite conjuration tramée contre la première organisation éclata dans toute sa force. B… [Bouvery] était à la tête et soutint presque seul la lutte dirigée contre moi, il cria et parla de se battre, je n’opposai que le flegme le plus glacial et persistai dans mon projet ; de là s’ensuivit une dislocation complète, mais les satellites de B… se réunirent secrètement et réorganisèrent le mutuellisme sur des bases calquées sur la franc-maçonnerie et sur le compagnonnage, ce qui les détermina à lui donner le nom de Devoir mutuel et par ce changement de dénomination, ils se crurent en droit de se faire passer pour les fondateurs ; mais en 1835 une polémique de journaux éclaircit la question et les copistes furent dépouillés du manteau de fondateurs qu’ils avaient usurpé. » (376 : 10)

8 « L’association une fois constituée, on établira dans chaque chef-lieu de département et dans plusieurs villes principales de l’étranger un correspondant spécial, et on sollicitera les autorités civiles et religieuses de recommander chaudement la Société des tisseurs aux sympathies des classes riches, pour qu’elles fassent commande d’étoffes dont on leur garantira la supériorité de confection et la modération des prix. » (376 : 6)

9 Agent de change, mélomane lyonnais, proche en ce début des années 1830 des saint-simoniens puis surtout journaliste dans les feuilles républicaines girondines, Le Précurseur et Le Censeur, Théodore de Seynes (1802-1851) était également proche des options politiques de Charnier, réclamant la religion comme complément du républicanisme.

10 Modérés, ces républicains lyonnais étaient toutefois en avance sur le terrain de la réflexion économique et sociale par rapport à la vulgate républicaine de l’époque. Le cas d’Antide Martin, publiant en 1833 à Lyon, chez l’imprimeur Perret, un Nouveau catéchisme républicain est significatif.

11 « Il est de toute justice, poursuivait Favre, que le producteur puisse trouver dans son travail quelque chose de stable et de positif et qu’il ne soit plus exposé à cette inouïe fluctuation de travail, de misère ou de ruine depuis si longtemps. » (376 : 329)

12 « Vous m’attribuez l’honneur de votre éducation politique. Je me garderai bien de décliner ce mérite-là et me bornerai à vous dire que l’élève a vite dépassé le maître. La première fois que je vous vis, la flexibilité de votre intelligence, la facilité de votre esprit d’où naissait celle de votre parole me surprirent au dernier point. Tout fut événement pour moi, tout fut dramatique, jusqu’au jambon et au morceau de fromage. Qui se serait attendu de rencontrer dans une hutte d’ouvrier (car la hutte est l’abri destiné à l’esclave de la canne à sucre) un homme ayant secoué dans la solitude de la pensée les questions de la plus haute philosophie sociale et y ayant cherché des solutions applicables à son niveau ? Qui aurait deviné que battait sous votre tricot de laine un cœur empli du sentiment de la dignité humaine, animé de la conviction des droits individuels et hardiment froissé des spoliations et de l’ilotisme dont l’organisation sociale a frappé la classe à laquelle il appartient ? » (376 : 531)

13 Le piquage d’once désignait les soustractions illicites de matière pouvant être opérées dans le cours des opérations allant de l’entrée des soies sur le marché lyonnais à la restitution des tissus fabriqués par les chefs d’atelier. Voir chap. 4 pour une présentation plus large de la question. Le piquage pouvait être le fait des différents intervenants, du commissionnaire au tisseur. Les négociants estimaient toutefois que le piquage d’once désignait une tare spécifique aux tisseurs. Par réaction, Charnier et ses collègues forgeaient l’expression de piquage de ballot, désignant par là le fait que les entorses et détournements de matière réalisés par les négociants étaient d’une ampleur nettement supérieure au simple piquage d’once dont pouvait être responsable le tisseur.

14 Nous nous appuyons ici sur un document original de Fernand Rude, « Le mutuellisme », boîte 241 du fonds Rude, Bibliothèque municipale de Lyon.

15 « Je me suis retiré, expliquait-il, vu les tendances politiques en contradiction avec l’article 34. » Il poursuivait : « En 1834, le mutuellisme fut victime des influences politiques sans lesquelles il aurait pu continuer sa marche ascendante vers la réforme des abus introduits dans la Fabrique. » (380 : 410)

16 R. Voog, « Camille Rambaud », Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, t. VI, Lyon : Le Lyonnais. Le Beaujolais, X. de Montclos éd., Paris, Beauchesne, 1994, p. 356-358.

17 Quelques pages plus loin, Charnier se plaignait de la répétition, dans la brochure de Rambaud, du caractère apolitique et areligieux de ce projet : « Si réellement, annota-t-il sur la brochure, c’est la vérité que cette négation religieuse tant répétée, il fallait la taire. Cette conclusion éloigne les hommes religieux sans vous rallier les démagogues. Reste le juste-milieu. » (379 : 237)

18 Lors de sa défense du mutuelliste Benisson devant le conseil de guerre en 1850, Charnier expliquait : « Le mutuellisme est une de ces institutions qui ne peuvent pas se passer de la tutelle de l’autorité. » (380 : 420)

19 Fernand Rude, « Le mutuellisme », tapuscrit cité.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search