Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Avant-propos

p. 79-81


Texte intégral

1La notion de « démocratie d’ateliers » n’a pas été formulée par Pierre Charnier. C’est Alain Cottereau qui l’a proposée dans un article pionnier publié en 1997 pour analyser l’évolution institutionnelle exemplaire enregistrée par la Fabrique entre la fin du xviiie siècle et le premier tiers du siècle suivant1. Cet article montrait magistralement comment l’industrie lyonnaise de la soie, industrie de pointe, innovante et florissante, dépendait avant 1789 de règlements et d’institutions expérimentées dans le cadre pourtant étroit des corporations. Le décret d’Allarde et la loi Le Chapelier (mars et juin 1791) mirent à bas ces bases institutionnelles et engagèrent un processus de dérégulation économique et sociale. La Fabrique enregistrant un déclin rapide, les acteurs locaux, publics et privés, s’opposèrent à cette « libéralisation » de leur industrie et réfléchirent à une forme renouvelée de régulation, reprenant l’idée de règlements et d’institutions intermédiaires mais y greffant aussi les nouvelles valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité. L’un des principaux résultats de cette mobilisation fut la création, en 1806, du premier Tribunal des prud’hommes, une institution à travers laquelle le monde des ateliers, négociants, chefs d’ateliers et compagnons devait par la suite, même de façon toujours tâtonnante et heurtée, faire le lent et difficile apprentissage d’une régulation concertée et tendanciellement paritaire de la Fabrique et de ses conflits d’intérêts. Les recherches menées sur la Fabrique de Lyon rejoignent désormais une ligne de réflexion plus large ayant conduit à la redécouverte de la vitalité souterraine des corps intermédiaires, notamment dans le milieu des artisans urbains en France et en Europe, au xviiie et au xixe siècle. Vitalité technologique, mais aussi institutionnelle, économique et politique, car ce fut là que ces artisans et ouvriers privés de droits politiques purent y apprendre et s’y enseigner mutuellement ce que pouvait signifier la participation, la discussion publique et l’échange d’arguments, l’élection et la représentation, finalement le fait de s’associer pour résister et prendre voix ; mais également de gouverner en commun et d’être souverains d’une portion même limitée du nouveau monde industriel dont ils se considéraient parmi les principaux producteurs2.

2Pierre Charnier n’utilisait donc pas l’expression « démocratie d’ateliers ». Mais le vaste « projet de réforme » qu’il estimait avoir été la mission de sa vie le situait à l’extrême pointe de cette évolution. Ce projet prenait donc racine dans son expérience de tisseur et dans la réflexion qu’il allait engager sur l’économie de la Fabrique. Il lui apparaissait nécessaire de développer encore les promesses démocratiques que recelait la vie des ateliers. Son plan de réforme industrielle se fondait dès lors sur deux grandes idées. Il fallait, d’une part, que les tisseurs, dispersés et vulnérables dans leurs ateliers, s’unissent et s’associent ; il fallait, d’autre part, que cette force collective puisse trouver un lieu, une institution où engager un dialogue fructueux avec le groupe des négociants ; un dialogue permettant de façon continue d’affronter les conflits d’intérêts et de les surmonter pour que la coopération au sein de la Fabrique puisse se perpétuer.

3Il fallait donc d’abord que les tisseurs puissent s’associer pour résister, faire poids et nombre face aux négociants, pour s’informer (« s’indiquer »), s’entraider et s’enseigner, pour prendre voix et participer à l’expression des opinions souvent faussement expertes qui couraient alors sur la Fabrique et les canuts et qui en dictaient le destin. Dans le chapitre 3, nous verrons comment Charnier fit naître cette idée, comment il projeta la création du mutuellisme des tisseurs en 1827-1828 et comment ce projet d’association évolua chez lui au gré des conjonctures économiques, politiques et morales jusqu’à 1857.

4Bien que largement engagé dans le développement du mutuellisme lyonnais, Charnier se voyait d’abord et avant tout comme un « prud’homme tisseur ». C’est ce terrain sur lequel il campa fermement entre 1832 et 1857 qui constitua sans doute sa principale base d’observation et de réflexion. Les prud’hommes constituaient à ses yeux le lieu même de la conciliation ; l’espace, public, où les différends et conflits des temps industriels nouveaux, et qui opposaient surtout à Lyon négociants et chefs d’ateliers, pouvaient être exposés, entendus, partagés et, finalement, raisonnablement résolus. Car le principal miracle des prud’hommes, selon Charnier, était de dévoiler que les conflits sociaux étaient peut-être solubles. Dans le chapitre 4, nous étudierons le rapport général de Charnier aux prud’hommes de Lyon, les péripéties de ses différentes élections comme représentant tisseur du quartier Saint-Paul, ses relations avec ses collègues et « adversaires » au sein du Tribunal, le rôle de conseiller qu’il eut par la suite pour la création de prud’hommes dans d’autres secteurs de l’industrie lyonnaise et même en dehors de Lyon. Dans le chapitre 5, nous suivrons l’invitation de Charnier à l’accompagner dans ses missions de prud’homme tisseur sur le terrain. Nous verrons alors le prud’homme à l’œuvre dans ses surveillances d’ateliers, confronté au peuple des canuts et à l’univers des négociants, en charge d’informer et d’élucider les cas concrets qui lui étaient soumis.

Notes de bas de page

1 A. Cottereau, « La désincorporation des métiers et leur transformation en publics intermédiaires : Lyon et Elbeuf (1790-1814) », art. cité, p. 97-145.

2 Nous ne citerons ici que quelques textes particulièrement éclairants : A. Chatriot et C. Lemercier, « Les corps intermédiaires », Dictionnaire critique de la République, V. Duclert et C. Prochasson éd., Paris, Flammarion, 2002, p. 691-698 ; C. Lemercier, « Juges du commerce et conseillers prud’hommes face à l’ordre judiciaire (1800-1880). La constitution de frontières judiciaires », La justice au risque des profanes, H. Michel et L. Willemez éd., Paris, PUF, 2007, p. 11-27 ; de la même : « Discipliner le commerce sans corporations. Tribunal de commerce, conseils de prud’hommes et chambres syndicales à Paris au xixe siècle », Le Mouvement social, 2008, n° 224 (3), p. 61-74 ; P. Minard, « Corporations », Dictionnaire historique de l’économie-droit, A. Stanziani éd., Paris, LGDJ, 2007, p. 103-113 ; F. Jarrige, « La longue agonie de la “République” des ouvriers-papetiers (France, début du xixe siècle) », Revue d’histoire du xixe siècle, vol. XLII, 2011, p. 101-118.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.