Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Premier battement

p. 67-78


Texte intégral

1Dans ce premier battement, nous reproduirons trois courts textes qui nous permettront d’entendre quelques échos plus directs de la voix de Pierre Charnier. Ces fragments nous inviteront à refermer cette partie I où nous avons dressé le décor et proposé un portrait du personnage. Nous l’avons vu, l’une des intentions principales de Charnier fut de s’opposer à la description traditionnelle d’un canut comme étant, au mieux, un être dégradé et avili, au pire, une pièce élémentaire intégrée à sa « mécanique », à son métier. Il était à ses yeux indispensable de reprendre aux oisifs dits lettrés ou savants la propriété d’écrire sur ces tisseurs. Le tisseur, allait-il leur expliquer, n’est pas une « chose », mais un véritable sujet actif au sein de son industrie, de son quartier et de sa cité, et dès lors, soucieux des règlements industriels, mais aussi attentif à l’actualité politique, curieux d’histoire, passionné par la peinture et le théâtre, et surtout apte à se constituer une opinion et à la divulguer.

2Nous débuterons par un texte tardif qui bouscule l’image du canut amorphe et résigné absorbé par les seuls battements de son métier à tisser. En 1850, Charnier publiait un article sur les récentes expositions de peinture à Lyon. La peinture était centrale dans l’industrie de la soie, qui dépendait de l’originalité de ses motifs et de la créativité de ses artistes. Mais cet article publié à la fin de la Deuxième République montre surtout un Charnier assumant son rôle de ciron, campant sur un terrain où on ne l’attendait pas et présentant surtout une iconoclaste critique sur la critique. À travers ce texte, on le surprend donc intégré à sa manière aux réseaux légitimistes lyonnais, mais surtout participant à leurs luttes picrocholines. On observe surtout comment il pouvait, dans la pratique, entendre le commandement chrétien de résignation et se permettre de moquer certaines hiérarchies dites naturelles provenant de l’accumulation d’un capital économique mais aussi culturel.

3Le second fragment nous fait reculer dans le temps et date de la seconde moitié des années 1830. On y aperçoit Charnier historien, géographe et presque ethnologue de son milieu. Les canuts, leur habitat et leurs migrations deviennent ici des sujets d’histoire, une histoire qu’il faut partager. On y devine également un Charnier au milieu de son existence, enregistrant le passage du temps, réfléchissant au déclin de son vieux quartier Saint-Paul et à l’avenir de la Fabrique et de ses jeunes générations désormais installées sur les pentes de la Croix-Rousse. Un Charnier déjà en partie nostalgique devant ce qu’il percevait comme la lente disparition d’une certaine sociabilité canuse.

4Le troisième texte se situe également peu après 1835, dans un temps de répression ayant suivi la seconde révolte des canuts. Ce fragment nous place au cœur de cette sociabilité canuse dans le cadre d’un banquet de mutuellistes. Il nous permet aussi de découvrir l’une des facettes turbulentes du bonhomme Charnier évoluant au sein de son milieu militant, y prenant par sa faconde une place centrale. Ce texte est aussi une première invite à aborder la Partie ii de cet ouvrage qui sera consacrée au mutuellisme et aux prud’hommes, au modèle « industriel » de Pierre Charnier.

Compte rendu d’une revue sur l’exposition de peinture Lyon, 1849 et 1850

5Charnier publia cet article dans les livraisons du 28 février et du 1er mars 1850 du journal lyonnais Les Travailleurs. Ce journal conservateur, qui affichait comme sous-titre Journal de conciliation et qui parut de juillet 1849 à juin 1850, exprimait les opinions de la fraction légitimiste nationale, favorable à une extension du suffrage universel et donc opposée à la fraction beaucoup plus traditionaliste, et largement dominante, de la Gazette de Lyon. Charnier, dont il est plus que probable qu’il connaissait l’identité du feuilletoniste de la Gazette, transmit par la suite son article à Jean-Louis Lacuria (membre de l’Institut catholique, professeur au collège dominicain d’Oullins) et à Sébastien Kauffman (journaliste républicain proche du Censeur). Ce texte constitue un témoignage de l’ascension sociale de Pierre Charnier, de ses aspirations et exigences vers 1850. Il signale aussi, en plein conflit entre les différentes tendances du légitimisme lyonnais, la façon dont Charnier prenait voix et agissait, par la dérision ici, dans ces milieux culturels qui lui étaient originellement étrangers.

6Depuis plusieurs années, divers artistes distingués semblent avoir renoncé à produire leurs tableaux aux expositions, afin de ne pas être le jouet d’une critique aveugle et passionnée.

7Meilleurs écrivains qu’appréciateurs, la plupart des critiques en matière d’art attaquent tour à tour les vieilles réputations et les premiers essors du génie.

8Oublieux du précepte : La critique est aisée mais l’art est difficile, et sans respect pour la noble résignation de leurs victimes silencieuses, ils frappent aveuglément et sans pitié, retranchés derrière le feuilleton d’un journal, ils décochent leurs flèches empoisonnées contre des réputations naissantes ; d’abord pour se donner des airs de connaisseurs, ensuite pour exercer leur suprématie, souveraine dispensatrice des éloges dont ils sont prodigues pour leurs favoris.

Planche 2. Livre d’acquit de Pierre Charnier, 1817 (376 : 94)

Image

9Le feuilleton de la Gazette de Lyon, du 15 courant, peut servir d’exemple. Quelle foule de contradictions ! Le feuilletoniste vante le fini et le naturel de quelques tableaux, ensuite il blâme les mêmes qualités, concernant d’autres peintures et dessins.

10Ah ! monsieur le feuilletoniste, vous jouissez ordinairement d’un privilège immense qui consiste à guerroyer sans trouver des contradicteurs. Eh bien ! nous voulons jouir aussi de cette franchise, en composant une critique sur une critique.

11Nous commençons par déclarer que c’est notre premier essai dans ce genre. Nous avons l’espérance qu’en cas de réplique, une plume exercée viendra à notre secours ; nous l’invoquons d’avance en faveur de la justice due aux artistes.

12Ce sera toujours un pas contre le despotisme licencieux des écrivains qui causent impunément des chagrins et des dommages considérables aux artistes. Il faut un frein à tout.

13Plus tard, on arrivera aux moyens qui pourront laisser croître, libres de toutes entraves de coteries, les premiers germes du génie.

14Nous allons passer en revue ces huit tronçons de colonne avec plus de vérité que leur auteur ne juge les tableaux ; du moins nous ne tomberons pas dans le même bourbier de contradictions.

15L’auteur du feuilleton commence par rendre hommage aux tableaux que M. Lacuria1 produisit l’année dernière (une tête de Christ et un portrait). Ces tableaux, suivant l’anonyme, annonçaient un peintre fort distingué. Après avoir exprimé ses regrets sur l’absence des qualités qui brillaient dans la tête du Christ et le portrait par M. Lacuria, il attaque son Samaritain, exposé cette année, comme s’il s’agissait d’une ignoble croûte ou rien n’est bon. Manque d’expression, fausseté du coloris… Ce serait par trop affaiblir l’amertume de cette critique que d’essayer de la rendre en d’autres termes ; en voici le texte : « Les contorsions du voyageur blessé ne rappellent pas ces souffrances ennoblies par la parole divine. Est-ce bien la lumière du soleil ou celle d’une bougie de cire jaune qui éclaire la route de Jéricho ? Et le cheval, à quelle race impossible peut-il appartenir ? En voulant sortir de cette banalité, M. Lacuria est tombé dans l’excès contraire. Qu’il laisse donc le romantisme outré à ceux qui n’ont pas d’autres ressources, et revienne à la noble simplicité de ses premiers ouvrages ; d’honorables succès lui sont encore réservés. »

16Qui vous a dit que le voyageur, le blessé de Jéricho était d’un type au-dessus du vulgaire et conséquemment devait souffrir avec une noble résignation ? Qui vous a jamais comparé cette victime aux martyres de la foi ? Votre erreur est grande, monsieur l’anonyme, en voici la preuve : si le blessé de Jéricho eût souffert sans exhaler les soupirs de la douleur, sans se débattre convulsivement, le lévite n’aurait pas été blâmé, mais il était couvert de plaies et à demi-mort ; or, dans un pareil état, le pansement est une torture.

17Le feuilletoniste attaque la lumière de ce tableau en la comparant à celle d’une bougie de cire jaune, mais pourquoi, dans un autre tableau, repousse-t-il le coloris avec une antipathie de chauve-souris ?

18Ah ! monsieur, comment avez-vous osé inviter M. Lacuria à revenir à la noble simplicité de ses premiers ouvrages, pour ensuite flageller dans le même feuilleton, d’autres artistes pour être trop prosaïques, trop crus. Enfin, sans solution de continuité, vous faites une plongette dans la contradiction au sujet des Premières Amours, par M. Blanc-Fontaines2 : « La jeune fille est assez bien ; son amoureux n’est qu’un grand innocent, dans une attitude gauche. »

19Songez donc, monsieur, que c’est précisément le type d’un grand innocent et l’attitude la plus gauche qui soient seuls capables de peindre les premières amours. Vous, monsieur, qui regrettez que M. Lacuria ait oublié le sentiment austère et religieux, comment osez-vous bannir l’air innocent, l’attitude gauche d’un jeune homme embrasé par une flamme pure ? Auriez-vous préféré la physionomie et l’attitude d’un satyre ? Ah, monsieur l’anonyme, vous n’avez jamais été épris, jamais vous n’avez à la fois brûlé d’amour et tremblé de respect.

20Un vrai tour de force, ainsi commence le ronflant éloge de votre critique en l’honneur d’une pièce d’ébénisterie dont le coloris vigoureux plut infiniment au feuilletoniste, étonné de ce que l’on passe maintes fois sans accorder à ce tour de force ni plus ni moins d’attention qu’à une copie ordinaire.

21Nous pensons que l’admirateur de ce qu’il appelle avec raison un tour de force, devrait adresser une circulaire aux ébénistes ; alors il serait en nombreuse compagnie d’appréciateurs, c’est le seul moyen d’attirer une foule aussi compacte que celle de certains tableaux qu’il dénigre.

22La mosquée de Cordoue, par M. Dauzats3, est encore l’objet des préférences de notre anonyme ; il se repaît en éloges sur la perspective : « Les jeux et les reflets de lumière sont rendus avec une supériorité réelle. Il faudrait, dit-il, un télescope pour apercevoir ce petit tableau peint avec la finesse et la bonhomie de Breugel. »

23Puisque notre anonyme prononce d’une manière aussi tranchante, par les mots « supériorité réelle », qui oserait le contredire ? Ce ne sera pas nous qui nous associons à ses éloges ; loin de là, nous nous rendrons sans conteste ; nous nous presserons et nous collèterons, s’il le faut, pour approcher, pour contempler, pour nous extasier en face de chaque page coloriée par les heureux pinceaux jugés supérieurs par une plume aussi avare d’éloges. Armés non d’une simple loupe (c’est trop vulgaire), mais chacun d’un télescope, tel que nous le conseille le feuilletoniste, nous rendrons nos hommages à la Mosquée de Cordoue et à la Fraternité des Beaux-Arts, par M. Marolle ; alors nous pourrons découvrir dans ces tableaux la finesse et la bonhomie de Breugel signalées par le perspicace feuilletoniste.

24Le même critique lance un croc-en-jambe à M. Garveray, à qui il accorde un chic étourdissant dans ses baraques. Puis il poursuit avec la plus légère inconséquence : « Ce fouillis de maisons lézardées, ces toits et ces pignons qui surplombent, ces guenilles appendues aux fenêtres, sont des moyens usés et dénués d’intérêt ».

25Dans tout cela, il reste un éloge (le chic étourdissant). Reste à savoir si les sérieux connaisseurs partageront la répulsion de l’anonyme pour les murs lézardés, les pignons surplombés et les guenilles appendues ? Il se pourrait qu’ils considérassent cet ensemble comme beautés pittoresques.

26M. Oscar Gué a de la réputation ; mais il est en voie de la perdre. C’est ainsi qu’il est jugé par l’anonyme, par son Othello : « Donc le sujet est mal compris, étudié d’après le mannequin, figures dérobées au cabinet de Curtius. » Cette toile n’a pas besoin de la réputation de son auteur pour être au-dessus d’une pareille sortie.

27L’anonyme nous annonce que la Foire aux chevaux a beaucoup de succès ; puis il ajoute avec une assurance impayable : « Je ne partage pas, je l’avoue, cet engouement du public à une remarquable exécution ; ce tableau est d’une vérité trop prosaïque, par trop crue, par trop minutieuse dans les détails. C’est une épreuve daguerréotypée. »

28Mais c’est à ne rien comprendre au langage de notre anonyme pour trouver des amateurs qui puissent partager son admiration en faveur de la Mosquée de Cordoue et du Toast à la fraternité des Beaux-Arts ; il conseille non une loupe (c’est trop vulgaire), mais un télescope, afin de pouvoir découvrir les beautés cachées sous la finesse de ces tableaux. Et voilà la Foire aux chevaux, quoique exécution remarquable, indigne de l’approbation des vrais connaisseurs, des sérieux examinateurs munis de télescope, parce qu’elle est peinte avec trop de finesse. De deux choses l’une, si la Foire aux chevaux est répudiée à cause de sa touche analogue au daguerréotype, les deux tableaux qu’il mentionne comme télescopiques doivent être évincés des peintures dignes de ses graves éloges ; de sorte que, pour passer une revue sous l’influence de son feuilleton, il nous faudrait remettre nos télescopes chacun dans leur fourreau, après les avoir braqués contre la Mosquée de Cordoue et le Toast à la fraternité des Beaux-Arts.

29Oh, non, non, monsieur le feuilletoniste, ne vous en déplaise, ce serait par trop peu fraternel et trop peu artistique ; nous agirons avec plus d’impartialité, nous respectons, nous estimons trop nos artistes pour agir ainsi, nous rendrons indistinctement les honneurs télescopiques à toutes les peintures dont le fini échappe à l’œil nu ; enfin, le télescope que vous nous conseillez sera l’instrument avec lequel nous rendrons à chacun selon ses œuvres (376 : 597-600).

Géographie des tisseurs lyonnais

30À partir des années 1840, Pierre Charnier, devenu propriétaire et gérant de biens immobiliers, s’impliqua plus nettement dans des débats relatifs aux aménagements urbains. En 1849, il rédigeait une pétition transmise au président Louis-Napoléon Bonaparte condamnant le caractère anarchique des décisions prises, en matière de voirie, par la municipalité. Contre l’arbitraire des alignements de façades qui venaient léser certains propriétaires, Charnier proposait de faire contrôler les décisions prises au niveau local par une autorité supérieure : « Il est indispensable, écrivait-il dans sa pétition, de placer cette branche d’administration municipale dans une complète indépendance de toute influence locale en la fortifiant par une inspection générale. » (379 : 656-664) Mais Charnier était surtout sensible au déclin du vieux quartier Saint-Paul. En 1845, il se mobilisait avec les habitants de son quartier pour que le débarcadère du chemin de fer soit localisé à Saint-Paul, et non à la Guillotière. Le cœur historique et industriel de la ville était sur la rive ouest de la Saône et non à l’est, expliquait-il. Or, comme le signalait la pétition qu’allait signer Charnier, « le quartier Saint-Paul dépérit tous les jours et sa décadence paraît ne pas devoir cesser ». Quelques années plus tard, au début de l’Empire, il signait encore une pétition contre l’installation d’une annexe de la prison de Roanne dans son quartier, une pétition soulignant encore que « c’est le vieux Lyon. Il est traité comme un vieux père abandonné par ses enfants » (379 : 668). Quinze ans plus tôt, en contact étroit avec le négociant et républicain Léon Favre, Charnier avait rédigé cette petite note historique sur les évolutions urbaines qu’il percevait à travers les migrations de ses jeunes collègues tisseurs vers les pentes de la Croix-Rousse.

31La classe des tisseurs est divisée et subdivisée comme la société. Elle a ses pauvres et ses riches, ses aristocrates et ses humbles sujets, ses savants et ses ignorants, ses bons et ses méchants. Peu de fortune font les riches et peu de savoir font les savants. Elle ne peut être qu’une agglomération où se trouvent les vertus et les vices de l’humanité.

32L’ancienne aristocratie bourgeoise avait son siège dans les rues Tramassac, du Bœuf, de la Juiverie, etc. À la même date l’aristocratie ouvrière occupait les alentours de la montée Bory ; la preuve, c’est la chapelle de ce nom bâtie par la confrérie ou communauté des Lucquois. La loge du change bâtie à cause de la proximité des négociants du haut commerce, c’était l’ancienne rue Royale et rue des Capucins.

33Aujourd’hui la bourse a franchi la Saône, elle est aux Terreaux ; les Capucins et la rue Royale sont adossés par le clos Bodin, c’est la montée Bory nouvelle.

34La maison Brunet et les rues adjacentes composent le deuxième ordre.

35La Croix-Rousse, le troisième, enfin. Les jeunes ouvriers de Saint-Paul et Saint-Georges sont absorbés par la Croix-Rousse, c’est la puissance attractive de toute agglomération populeuse qui a formé Londres, Paris, Lyon et toutes les grandes cités. Aujourd’hui, certaines maisons du quartier de Saint-Georges semblent des corps étiques destinés au séjour de l’indigence. L’ouvrier rigoureux s’y croit déplacé. Les rampes de sapin qui conduisent à la maison paternelle, loin de lui inspirer des souvenirs agréables de son enfance, blessent sa vanité de jeune homme et dans les promesses qu’il fait à sa compagne future, la première, c’est une habitation à la Jeune France, plus de galandages et de balustres en sapin vermoulu, la cloison de briquetage, la cheminée à la coupe moderne pour concorder avec le modeste ameublement du jour. Vous serez, dit-il, dans un quartier neuf, jamais la chronique et le cancan ne viendront heurter nos oreilles comme dans le vieux quartier. Dans ces nouvelles rues chacun se respecte chez soi, souvent le compagnon du deuxième ignore le nom de la compagnonne du troisième, les rapports de bon voisinage ne sont jamais troublés par cet excès de familiarité qui loin d’être l’amitié nourrit cette série de bavardages à l’instar du vieux temps. Les gens qui ont habité Paris comparent les mœurs, les habitudes de voisinage à ceux de la capitale. Nous dirons donc adieu à la rue de Bondy aux cent casse-cou du Gourguillon, adieu aussi à leurs alentours ainsi qu’à leurs masures noircies jusque dans leur intérieur. Chaque soir nous sortirons de notre allée sans être obligés d’accélérer le pas afin d’éviter la grêle des regards de ces boutiquiers, babillards et railleurs. Enfin il semble à l’artisan natif ou élève des vieux quartiers qu’en montant au clos Bordais ou à la Croix-Rousse, il quitte le charme pour habiter sous l’ardoise. (380 : 249)

Blague de Pierre Charnier à un banquet mutuelliste

36Le document ci-après date des années immédiatement postérieures à la seconde insurrection. Le mutuellisme et, plus encore, le républicanisme étaient alors sous l’éteignoir et surveillance et répression étaient omniprésentes à Lyon dans ces années 1834-1836. Les mutuellistes s’efforçaient de maintenir leurs liens, et une vie souterraine qui prenait parfois, avec des acteurs comme Charnier, des formes inattendues se maintenait dans les banquets et les cafés. Pierre Charnier voulait adresser cette lettre contant son « exploit » à son ami Théodore de Seyne.

Adressé à Théodore de Seyne (non expédié) Mascarade politique au banquet de Saint-Rambert, Isle-Barbe

37Je m’empresse de vous faire part d’un nouveau tour de ma façon. Hier, je faisais partie d’un banquet chez Diannot à Saint-Rambert. L’on se mit à chanter quelques chansons patriotes mais nullement séditieuses quand Mr Diannot vint nous prévenir qu’il convenait de nous abstenir de toute chanson politique et de chanter moins haut, attendu que des inconnus rôdaient au-dessous des croisées de la salle, ayant l’air de nous épier fortement. L’on sentit de suite la justesse de cet avis et l’on changea de style en chantant quelques anecdotes amoureuses.

38Dans cet état de choses, je crus qu’il serait à propos de dédommager l’assemblée de mon silence en me mettant en scène. Je fis confidence de mon projet à mon hôte (Mr Diannot) qui me seconda en me prêtant un habit noir et un chapeau. En moins de dix minutes je rentrai dans la salle du banquet, demandant le chef de l’établissement ; immédiatement Mr Diannot se retourna vers moi avec cette condescendance qu’il convient de témoigner à une autorité locale. Alors je lui fis la déclaration suivante après avoir requis le silence : Messieurs, nous, maire de la commune de Saint-Rambert, venons d’être informé que cette assemblée constitue une réunion séditieuse qui s’est montrée telle par des chants séditieux dont les principaux chanteurs sont les sieurs Diannot, Lalive, Charnier et Giraud ; en conséquence de ce, les sussdits auront à comparaître demain à 10 h du matin au secrétariat de la mairie de Saint-Rambert pour y répondre à un premier interrogatoire et se justifier, si faire se peut, du délit dont ils sont accusés.

39Alors, diverses personnes m’entourèrent, m’affirmant que précisément les quatre accusés n’avaient nullement chanté (ce que je savais aussi bien qu’eux). N’importe, répondis-je, il faudra qu’ils comparaissent pour remplir la forme voulue, je vais faire l’appel. Alors, je réclamai de nouveau le silence et prononçai ainsi : Mr Diannot. Ce dernier répondit présent. Mr Lalive : même réponse – mais il ajouta : Monsieur, je vous affirme n̓avoir nullement chanté. – Mr Charnier. – (Plusieurs voix : ) Il n̓y est pas. – N’importe, il faut que je le rappelle afin de dûment et légalement constater son absence. Puis, d’une voix très forte : Monsieur Charnier. – Il n̓y est pas, nous vous l’avions bien dit. Puis je fis une croix à côté de ce nom en disant : N’importe, il faudra bien qu’il se rende où nous saurons bien le trouver. Ensuite je terminai l’appel par : Mr Giraud. – Présent, je n’ai pas chanté, je n̓ai rien chanté. Puis je me retirai en saluant l’assemblée d’un air colère et menaçant, en disant pour dernier mot : À demain matin à 10 h précises.

Planche 3. Géographie des tisseurs lyonnais, manuscrit page 1 (380 : 249)

Image

Planche 4. Blason de Pierre Charnier, où l’on note l’entrecroisement des navettes, la casquette du canut ainsi que la médaille où figure l’inscription « conseil des prud’hommes » (376 : 85)

Image

40Je fus me remettre dans mon état naturel et en moins de cinq minutes je rentrai. L’assemblée avait l’air d’une cohue ; chacun s’entretenait sur cette singulière visite causée sans doute par une dénonciation, et l’on s’empressa de m’annoncer ce qui me concernait : « Vous êtes cité pour demain à la mairie de Saint-Rambert ; vous qui n’avez pas chanté êtes accusé d’avoir fait entendre des chants séditieux. » D’aucuns criaient de toutes leurs forces : « Il faut tous s’y présenter, allons-y tous et nous verrons. » Ce colloque bruyant dura environ un quart d’heure quand Mr Diannot eut l’heureux à-propos de demander la parole. Puis il dit : « Messieurs, je connais l’adjoint qui vient de venir, c’est un brave homme, il rangera notre affaire pour le mieux, ne vous tourmentez pas. Je propose de boire à la santé de l’adjoint. – Vraiment, c’est un brave homme ? – Oui, j’en réponds. – Eh bien, va pour l’adjoint, à la santé de l’adjoint ! »

41Au même instant, je me suis levé de mon siège en saluant l’assemblée et en disant : « Messieurs, je suis très sensible à votre bonté. J’aurai demain, pour votre cause, tous les égards que vous me témoignez. » L’assemblée devina l’énigme de ma réponse, des éclats de rire succédèrent à la mauvaise humeur causée par la visite du prétendu adjoint. Un seul s’obstinait à ne pas croire à cette comédie ; je le persuadai en lui répétant les mêmes termes que j’avais prononcés dans mon rôle d’adjoint et avec le même organe de voix (376 : 536).

Notes de bas de page

1 Probablement Jean-Louis Lacuria. Mais il peut également s’agir de son frère, Louis-Clément Lacuria.

2 Probablement Henri Blanc-Fontaines (1819-1897).

3 Adrien Dauzats (1804-1868).

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.