Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre 2

Un « humble ciron de l’armée du progrès »

p. 49-66


Texte intégral

1Le 6 juin 1852, M. de Molozay écrivait de Paris à « Monsieur Charnier, prud’homme, place Saint-Laurent, n° 1 » pour l’informer de la récente visite qu’il avait faite à Louis Tisseron et à de Quincy, les deux rédacteurs de la série Archives des hommes du jour. Ces derniers lui avaient confirmé être intéressés pour rédiger une notice biographique sur Charnier et ils lui avaient une nouvelle fois précisé que le propos était simplement « d’immortaliser les hommes qui se distinguent ». Le correspondant, répondant à une exigence préalable de Charnier, invitait alors le prud’homme tisseur à informer ses futurs biographes : « Si votre volonté est que l’on n’inscrive que selon votre pensée vous n’aurez qu’à leur en donner la documentation. » (378 : 114) Pierre Charnier, qui, de longue expérience, avait appris à se méfier des « descriptions » que les publicistes, voyageurs et autres observateurs plus ou moins bien intentionnés avaient longtemps proposées du peuple des tisseurs lyonnais, se saisit de cette invitation pour préparer une esquisse biographique. Il coucha sur le papier les faits qui, à ses yeux, résumaient toute son existence et permettaient d’écrire l’histoire de sa vie :

Expédition de Grenoble. Modérantisme après bravoure par père Charnier.
Mariage, récompense de bonne conduite pendant mon apprentissage.
Fondateur organisateur du 1er mutuellisme.
Réforme d’abus 1831 septembre.
Délégué des ouvriers de Lyon auprès du ministère en 1832 (Charte particulière).
Prud’homme réformateur d’abus, question de droit industriel, libre-défense [illisible] montage de métier, prescription d’un mois, réciprocité de la mise en demeure, réciprocité de la surveillance du conseil, égalité devant la loi sans exception des ateliers-communautés pas même la providence, mais sans la moindre atteinte au respect dû au catholicisme.
1834-1835. Certificateur du massacre des innocentes victimes ; en cette qualité, témoin à décharge par devant la Cour des pairs où il a atterré le juste-milieu.
Rédacteur et guide des filles au couvent de la solitude, de concert avec l’abbé [illisible] aumônier de cet établissement.
Conseiller de la Sainte-Famille à Vaise pour ce qui concerne le travail.
1844. Guide des ouvriers en bâtiment pour l’obtention d’un conseil de prud’hommes ; maçons, serruriers, etc.
1848. Président d’une réunion de plus de 600 maîtres et compagnons en bâtiment à la Rotonde. Demande du retour des anciennes juridictions des corporations, démonstration des libertés de l’Ancien Régime.
Prise de diligence de travail au refuge Saint-Joseph d’Oullins, but atteint : celui de faire fabriquer plus de [illisible] aunes de velours.
1847. Prise de diligence à l’école des Frères de la paroisse Saint-Paul depuis la rentrée des classes jusqu’aux fêtes de Noël. Son allocution [sous ligne : en présence de…] sur la fausse philosophie dont il démontre le poison moral.
Fondation du Musée des tissus lyonnais.
Tisseur la semaine, le dimanche botaniste mentionné dans le supplément de La Flore lyonnaise de Balbis.
Chassé le diable de Margnole.
Félicitations du président Arquillière, duc d’Aumale.
Prud’homme et écrivain gratis.
Rédacteur de l’acte d’apprentissage adopté par le conseil des prud’hommes qui a rejeté la rédaction précédemment adoptée. Garanties morale et religieuse et hygiénique.
Critique sur la critique en matière de beaux-arts.
Membre du Comité de bienfaisance de son quartier.
Membre du Comité de salubrité en 1832.
Fondateur d’une association de gardes-malades gratuite pour les cholériques en 1832, quartier Saint-Paul.
Président, fondateur et organisateur du Comité des bannières et oriflammes. 1848.
Sa résistance à l’archevêché en face de Monseigneur et de M. Guyot contre les socialistes.
Enfin son franc-parler et sa constante déclaration de légitimiste pendant les [illisible] mois de la République.
Janvier 1848. Envoi au comte de Chambon du portrait de Mademoiselle peint par Lacroix à la Guillerie [?]. Joint une adresse respectueuse.
Membre du Comité central de secours provenant de Madame la comtesse de Chambon. Distributeur en chef pour le quartier de Saint-Paul.
Défenseur des Voraces et autres prévenus devant le conseil de guerre.
[Date illisible] Pétitions et démarches pour des détenus politiques dont un s’était permis d’atroces menaces contre lui.
1850. Membre du Comité provisoire pour secourir les écoles des Frères de la doctrine chrétienne.
Collecteur studieux d’un grand nombre d’anciens statuts et règlements d’arts et métiers. Non seulement collecte mais studieux.
Collecteur et classificateur de tissus.
Membre du Comité central de souscription pour Pie IX.
1848 Membre du Comité central pour la messe à Pie IX.
Élu et réélu consécutivement prud’homme depuis la réorganisation de 1832.
1850 juillet 16. Mémoire à la chambre de commerce concernant la Société lyonnaise de secours mutuels. La morale du catholicisme et du légitimisme y domine.
Mémoire sur l’administration des deniers provenant des membres honoraires de la société de Saint-François-Xavier dont il était secrétaire de la Ire section. Membre honoraire de la Société des hospitaliers.
Hommage respectueux à M. Louis Bonardet au sujet de son repenti politique exprimé dans le Courrier de Lyon du 3 juillet 1849.
1850. Pétitions et démarches pour soustraire les écoles des Frères à l’inspecteur Dieu protestant.
Souscripteur pour la propagande de la lettre de M. le comte de Chambord,
Charnier, prud’homme tisseur, défenseur par devant le conseil de guerre. (378 : 110-112)1

2Prenant sa source dans les milliers de dossiers, notes, correspondances, imprimés, que Charnier s’était efforcé de collecter, rassembler et conserver au cours de son existence, cette liste constituait un relevé des événements qui, à ses yeux, devaient orienter et inspirer ses biographes. Il faisait donc discrètement leur éducation historique et politique, tentant de déjouer leurs anticipations sur ce qu’était un canut exemplaire : étoffée, foisonnante car longue d’une cinquantaine d’entrées, la liste faisait se succéder des épisodes parfois sans liens évidents, quelques énigmes et fait surprenants, multipliait les références étrangères au strict domaine de la Fabrique et elle n’évitait pas les retours en arrière. Bien que sans doute différente de celle effectivement transmise à ses biographes, cette liste témoignait de la volonté qu’avait probablement Charnier d’interpeller et d’étonner Tisseron et de Quincy, de leur suggérer la richesse, l’exubérance et l’indétermination de l’existence d’un chef d’atelier, la sienne surtout. La liste évoquait bien sûr un artisan, un tisseur, acteur du mutuellisme, prud’homme chef d’atelier, au cœur, donc, des « événements », « troubles » sociaux qui avaient agité Lyon et effrayé les notables depuis plus de vingt ans. Mais la liste montrait aussi un travailleur impliqué dans la vie publique, politique et morale de la Cité, un tisseur qui s’était efforcé d’imposer sa voix et sa présence dans les cercles catholiques et légitimistes. Elle détaillait un citoyen économique et politique, mais laissait deviner aussi un homme de culture, botaniste, critique d’art, collectionneur, historien, journaliste. C’est sans doute cette masse de signes qu’avait voulu transmettre Charnier à ses biographes. Peu de temps après, il reçut la notice qu’avait rédigée de Quincy pour lui :

Monsieur Charnier, tisseur, membre du conseil des prud’hommes de Lyon.
Nous aimons ces hommes modestes qui n’ont demandé qu’au travail l’aisance dont ils jouissent et ne doivent l’estime dont on les entoure qu’à leur intelligence et à leur probité. Exempts d’ambitions, leurs désirs ne s’étendent pas au-delà des joies de la famille : ce ne sont pas eux qui iront jamais chercher une fortune imaginaire dans les agitations de la place politique et le hasard des révolutions. Bons citoyens et bons catholiques – ces deux titres ont entre eux plus d’affinité qu’on ne le pense communément. Ils arrivent lentement et sans orage à une vieillesse honorée, heureux du bien qu’ils ont pu faire et portant sur une figure douce et sereine le reflet de la paix qui règne dans leur conscience.
Ces réflexions devraient naturellement se présenter à notre esprit au moment d’esquisser la biographie de M. Charnier car M. Charnier est un de ces hommes-là.
D’abord simple ouvrier tisseur, M. Charnier a passé, comme tous les canuts, la jeunesse au milieu des péripéties d’un travail opiniâtre et souvent ingrat. Que de douleurs se cachent, que de larmes se versent pendant les premières années où l’ouvrier fait le rude apprentissage de la vie ! À force de courage, d’économie et de sobriété, M. Charnier sut bientôt se mettre au-dessus du besoin. Devenu chef d’atelier, ses habitudes restèrent les mêmes. Toujours laborieux, toujours ami de l’ordre, surtout avide d’instruction le temps que ses camarades et ses amis perdaient dans les distractions de la table ou du jeu il l’employait à méditer, à lire, à étudier le mécanisme des métiers de la Fabrique pour simplifier ou modifier leurs systèmes et ses recherches furent plus d’une fois suivies d’un heureux résultat.
Déjà le respect de ceux qui le connaissaient lui était acquis et son influence grandissait. Il sentit alors le besoin d’épancher au dehors l’activité qu’il nourrissait en lui et de mettre à exécution un projet auquel il avait consacré de longues nuits d’études et de méditations. Aidé de quelques amis M. Charnier forma la société des mutuellistes, puissante association qui a fait tant de bruit et devait faire couler tant de sang. Son but à lui s’arrêtait à l’établissement d’une Caisse de secours mutuels qui pût préserver l’ouvrier du fléau du chômage et tant qu’il resta à la tête de l’œuvre, elle conserva constamment ce caractère de philanthropie. Mais la révolution de 1830 vint à éclater et le parti démagogique s’empara de la direction de la société pour s’en servir comme d’un levier de propagande anarchique.
M. Charnier ne pouvait se faire l’agent de doctrines subversives. Il se retira et l’insurrection d’avril prouva plus tard aux moins clairvoyants combien l’honnête et intelligent tisseur avait eu raison de refuser son concours à une poignée de fanatiques intrigants qui, pour satisfaire leur ambition et leur cupidité n’ont pas craint de verser le sang de leurs concitoyens. La position qu’avait occupée M. Charnier dans la société des mutuellistes, son caractère ferme et loyal en faisaient un témoin nécessaire dans le procès des insurgés. Sa déposition devant la Chambre produisit une sensation profonde, on s’étonna de la facilité de sa parole, de la finesse de ses aperçus et de la lucidité de son jugement. Ce fut l’homme politique du jour. Quelque temps après, M. Dubouchage s’emparait de ses révélations pour adresser au cabinet d’alors des interpellations qui agitèrent vivement les esprits.
Ce qui distingue surtout M. Charnier dans l’humble sphère où il se tient renfermé c’est son dévouement pour la classe ouvrière, dévouement de tous les jours qui ne craint pas la fatigue, ne recule pas devant les obstacles et ce presque jusqu’à l’abnégation. Aussi la reconnaissance des ouvriers l’a-t-elle appelé depuis longtemps à siéger au conseil des prud’hommes où sa loyale impartialité et la variété de ses connaissances en matière de fabrique sont généralement appréciées.
M. Charnier est âgé d’environ soixante ans. La simplicité de la mise n’exclut pas un certain cachet d’élégance empreint sur toute sa personne. Sa physionomie est ouverte, son regard fin et doux. Exemple vivant de ce que peuvent la force de volonté, l’ordre et le travail, la vie de M. Charnier est un élégant démenti aux déclamations et aux utopies des novateurs modernes qui détournent l’ouvrier de son travail, lui font prendre la société en haine et le poussent aux révolutions. Quel a donc été le secret de M. Charnier pour se procurer une vieillesse heureuse ? Le voici et nous voudrions que notre voix fût assez forte pour être entendue de tous les travailleurs. M. Charnier est allé moins souvent au cabaret qu’à l’église et comme la fourmi il a pensé au lendemain. (378 : 115-118)

3Charnier, bien qu’échaudé par nombre d’expériences antérieures de « promotions » venant des lettrés ou des intellectuels de son temps, avait été très probablement flatté, au début, d’être reconnu, élevé, au rang « d’homme du jour », côtoyant, dans la collection de Tisseron et de Quincy, des princes et barons, des savants, publicistes et poètes de renom, des grands inventeurs et industriels. Mais il ne pouvait accepter les accents, même involontairement péjoratifs – surtout involontairement péjoratifs – que prenait cette promotion d’un artisan lyonnais dans la notice de de Quincy. Il recopia le texte et fit des annotations, bémols et corrections qu’il se proposait de transmettre à ses biographes. Son apprentissage, leur expliquait-il, loin d’être laborieux et pénible, avait été « joyeux et prospère » (378 : 120-125) ; ses connaissances, ses intérêts et curiosités, sa culture, ne se limitaient pas à la « mécanique », et il fallait « écrire botanique », de même que ses jugements ne reposaient pas sur la seule connaissance de la Fabrique, mais sur une intelligence plus large et plus compréhensive : « […] disons ma connaissance du cœur humain, mon discernement du juste et de l’injuste ». Sur l’étonnement suscité par ses témoignages et dépositions, il voulait ajouter que ses idées, ses opinions, ses jugements allaient bien au-delà et qu’il n’avait pu toutes les exprimer, dévoiler le fonds et l’étendue de sa pensée ; comme il l’écrivait, « mes révélations n’étaient qu’un faible aperçu de mes vues ». De Quincy saluait son dévouement, son abnégation pour les ouvriers, mais cela demeurait purement rhétorique sous sa plume, car « l’abnégation est complète. L’abnégation ! Il en coûte », tant il était vrai que Charnier avait dû témoigner de patience et de compréhension envers les ouvriers, mais aussi souvent, et parfois plus encore, pour toutes ces notabilités avec qui il commerçait au quotidien au moins autant qu’avec ses collègues tisseurs. Et puis, ce secret de sa vie et de sa réussite dont parlait finalement de Quincy, quel était-il, y en avait-il seulement un, et un seul ? En tout cas, s’il y en avait un, estimait Charnier, ce n’était pas d’avoir été obéissant, laborieux, modeste, prévoyant : « Mon secret, c’est d’avoir hérité », finit-il par écrire, non sans provocation ironique. Mais il savait que le fait d’hériter lui avait donné la possibilité matérielle et humaine de transiter entre plusieurs mondes, notamment celui des ouvriers et celui des notables, et d’avoir tenté de s’y intégrer et de s’y imposer, mais aussi, tenté de les mettre en relation et bonne intelligence. De Quincy semblait suggérer, en bref, que son secret aurait été d’avoir su se tenir dans « l’humble sphère où il se tient enfermé » (378 : 120-125) ; mais Charnier pouvait se souvenir que dans sa vie, il ne s’était lui-même revendiqué « humble » qu’à une seule reprise, et c’était quand il s’était qualifié d’« humble ciron de l’armée du progrès » (376 : 295-304) ; mais c’était alors en 1834 pour moquer les « gisquetaires »2 et autres autorités confites de la Cour des pairs, leur expliquer que, bien qu’eux estimaient certains animaux plus égaux que d’autres, tous les animaux, même ceux que ces Messieurs voyaient comme de minuscules parasites, étaient égaux dans la participation aux changements ; après tout, un parasite avait au moins l’avantage de créer des irritations, du mouvement. En réalité, loin de demeurer « enfermé » dans son « humble sphère », Charnier avait donc pu circuler entre le monde des ouvriers et celui des notables, situation instable et inconfortable, mais essentielle pour rassembler des connaissances sur ces deux sphères et essayer, par ce témoignage informé, de faire communiquer deux mondes qui allaient constamment à l’affrontement ; position qu’il avait traduite de façon encore une fois provocatrice en utilisant, dans L’Écho de la fabrique, le pseudonyme « Solitaire du ravin » pour signer notes et articles, le ravin étant son vieux quartier de Saint-Paul sur la rive droite de la Saône.

4La note sur Charnier ne parut semble-t-il pas dans les Archives des hommes du jour3. Avait-il, de guerre lasse, abandonné tout espoir de témoigner de ce qu’avaient été son activité, ses engagements, ses missions auprès des élites éclairées de la Monarchie de Juillet, de la République puis du Second Empire naissant ? Avait-il fait remonter à ses biographes des remarques moins amènes et moins respectueuses que celles qu’ils attendaient d’un simple canut, les conduisant à abandonner le projet ? On ne le sait. Mais les informations transmises par Charnier à ses biographes fin 1852 permettent de risquer une notice qu’il aurait peut-être jugée moins irrespectueuse de ce qu’il estimait l’avoir fait devenir le père Charnier, le Solitaire du ravin ou, comme il signait toutes ses lettres, « Charnier prud’homme tisseur », une notice permettant également de se faire une première idée de ce personnage.

5Charnier naquit le 2 mai 1795 à Lyon. Son père, Pierre Charnier (ou Chargny), était épicier place du Change, au cœur du quartier Saint-Paul, cœur historique de Lyon, et alors l’un des plus animés de la cité. Originaire de Vincelles dans le Jura, ce père mourut jeune, en 1801, à trente-et-un ans. Née en 1768, la mère de Charnier, Agathe Riboulet était la fille d’André Riboulet et de Françoise Charmette du village de Lentilly4. Ses parents se marièrent en 1793, l’année de la terreur, et son père fit partie des défenseurs de la ville. Ses parents étaient donc tous deux des enfants de paysans. Sa mère fit sa première éducation :

Règles de conduites tracées par les conseils des péroraisons maternelles. Nos entretiens avec ma mère étaient toujours en patois de son pays natal (Lentilly à 3 heures de Lyon). C’est ainsi qu’elle me transmit les principes traditionnels de famille tels qu’elle les avait reçus de son père qui était un laboureur honnête et très aisé. (378 : 126-133)

6Cette première éducation morale et politique où sa mère lui racontait son village, les saisons, les récoltes, les paysans et les seigneurs le marqua à tout jamais. Là prirent racine à la fois son légitimisme et son catholicisme, les valeurs auxquelles il tint et qu’il revendiquait avoir toujours guidé ses pas.

Allier la simplicité du village à la politesse de la ville.
Marcher fier avec des sabots payés comptant.
Rougir de se chausser avec des bottes à crédit.
Éducation supérieure à l’instruction. (378 : 119)

7Charnier n’allait jamais renier, ni même minorer cette première influence, l’affichant même hautement lorsqu’il fut bien plus tard en commerce intellectuel avec les élites dites éclairées de la ville :

Chaque fois que j’ai entendu vociférer contre les nobles, je me rappelais une anecdote racontée par ma mère. Chaque fois que mon grand-père ou ma grand-mère étaient malades, le seigneur du village venait rendre visite de consolation. Eh bien ! vous êtes donc malades ! – Oui Mr le Comte. – Il faut bien prier le bon Dieu, la prière calme et le calme guérit.
Une heure après, le domestique du comte de Saint-Jean apportait un panier garni d’un poulet rôti, de miches, de biscuits, du vin vieux : – Voilà ce que Mr le Comte m’a dit de vous remettre. Ces soins duraient autant que la maladie.
Il ne fallait donc pas être bien pauvre pour exciter la bienfaisance du seigneur de Lentilly parce qu’après la mort de mon grand-père, son domaine s’est vendu 22 mille 200 fr.
Comparez l’étendue de cette bienfaisance à nos philanthropes de nos jours. Dans les temps de la terreur ces hommes éminents ont été obligés de fuir pour éviter la fusillade, la mitraillade…
L’on punirait comme escroqueur celui qui posséderait 22 mille francs s’il était assisté par la bienfaisance publique. Ils n’avaient pas besoin de solliciter, la charité allait au-devant des souffreteux. (378 : 82)

8En mai 1816, premier engagement « politique », il participa donc à l’expédition de Grenoble contre les partisans de Jean-Paul Didier, hostile aux Bourbons, faisant preuve alors de « modérantisme après bravoure » (378 : 110-112).

9Vers 1807, élève à l’école des Frères de la doctrine chrétienne, c’est lui qui décida de sa vocation. Il voulait être un artisan, un tisseur, un soyeux : « D’après ma pressante sollicitation ma mère consentit à me sortir de l’école primaire pour me placer apprenti avant l’âge de treize ans révolus, alors j’étais aussi haut de taille et aussi avancé que les autres écoliers de quinze ans » (378 : 126-133). À ses yeux, la notice que lui consacrait de Quincy, toute empreinte de préjugés misérabilistes vis-à-vis des ouvriers lyonnais, errait complètement sur la nature, la valeur de cet épisode de sa biographie, l’expérience qu’elle avait constituée :

Mon apprentissage a été prospère et joyeux comme celui de tous les apprentis obéissants et laborieux. Je m’appliquai à mériter l’estime de mon maître d’apprentissage, par là je faisais le bonheur de ma mère qui était heureuse de me faire confidence des éloges et des pronostics qu’on lui faisait sur mon compte, à cause de ma manière prévenante et respectueuse, mon silence et mon affinité à l’ouvrage, aussi étais-je prompt à saisir ce qui m’était enseigné. Ces qualités me valurent la [qualité ?] de père Charnier qui me fut conféré[e] par mon maître à l’âge de quinze ans. (Ibid.)

10Cette expérience d’apprenti lui servit plus tard de repère lorsque, prud’homme canut, il eut à intervenir dans les ateliers pour surveiller, enquêter, mais aussi enseigner aux jeunes tisseurs la fierté du métier, ses avantages aussi :

Je leur racontai qu’à leur âge, chaque pièce que j’avais fabriquée habilement et sans faute me causait la plus vive satisfaction. À cette époque dans les articles façonnés, l’apprenti laborieux pouvait gagner deux francs par jour après sa tâche. Mes premiers bénéfices furent employés à l’achat d’une montre de 150 fr. que je montre presque toujours avec succès dans mes inspections d’atelier comme un certificat d’un laborieux apprentissage aux apprentis paresseux que ma fonction de prud’homme m’oblige à réprimander. (Ibid.)

11À la fin de son apprentissage, le jeune « père Charnier » revint chez sa mère, 8 rue Bourgchanin. Elle lui acheta un métier à tisser des unis qu’elle fit placer à son domicile. Le 4 octobre 1817, le conseil des prud’hommes lui délivra son premier livre d’acquit, lui donnant la liberté d’exercer à son compte le métier de tisseur. L’année suivante, Charnier refranchit la Saône, retrouvant la rive droite et le quartier Saint-Paul qu’il ne quittera plus. Il ouvrit son premier atelier rue Saint-Marcel, employant deux compagnons, Charpentier et Ferrat. Dans son brouillon de lettre à de Quincy, en 1852, Charnier, se remémorant les premiers temps de sa vie de tisseur indépendant, tentait de lui faire partager cette première fierté de l’artisan :

Je m’appliquai à acquérir ce savoir-faire qui constitue l’ouvrier achevé par le temps et l’expérience. Je parvins à pouvoir fabriquer une pièce de levantine blanche sans me laver les mains pendant toute sa durée. Il faut être tisseur pour apprécier ce chef-d’œuvre de dextérité. (Ibid.)

12 Le métier lui-même constituait une invitation à d’autres voyages :

Bientôt, j’exécutais mon travail manuel sans y songer : toute ma réflexion était consacrée à méditer sur l’Évangile, le sens et la morale des fables de La Fontaine, La jouissance de soi-même, L’homme des champs par Delille5 ; voilà toute ma bibliothèque, unique source de mon érudition qui m’a permis de confondre plus d’un sot personnage à haute instruction entouré de plusieurs milliers de volumes. (Ibid.)

13En octobre 1819, Charnier se maria avec Colette Blanc. Elle avait seize ans et était la fille de son maître d’apprentissage, le chef d’atelier François Blanc, « l’un des plus riches tisseurs de Lyon » (378 : 126-133). « Ainsi peut-on dire mariage récompense de bonne conduite pendant mon apprentissage » (378 : 110-112). Leur fille Agathe naquit en 1820 et le couple s’installa dans un appartement que possédait son beau-père au n° 9 de la montée Saint-Barthélémy, dans le quartier Saint-Paul. Dans son immeuble, tous les habitants étaient tisseurs d’unis ou de façonnés. Là, Charnier put ouvrir un vaste atelier, y installer quatre des nouveaux métiers Jacquard qui permettaient de tisser au mieux les façonnés, et il employait trois ouvriers et apprentis. En 1825 battaient dans son atelier cinq jacquards, mais en 1826 vint la première grande crise économique, une crise qui dépassait le cadre de la Fabrique ; les années suivantes furent moins faciles, et Charnier dut se séparer de certains ouvriers, mettre parfois ses métiers au repos. Mais en 1832, lorsque les prud’hommes furent réformés, il possédait encore quatre métiers en activité et il put donc être déclaré éligible. La famille Charnier habitait toujours montée Saint-Barthélémy, un appartement au deuxième étage comprenant trois pièces et pour lequel il payait 120 F. de loyer. Un de ses ouvriers logeait dans l’appartement et les Charnier hébergeaient aussi deux soldats qui louaient une pièce. Leur situation évolua peu jusqu’à 1840. En 1844, ils avaient deux ouvriers habitant avec eux et qui occupaient les deux métiers en activité, deux autres métiers étant au repos. La situation matérielle de la famille Charnier avait toutefois changé et ils n’allaient pas tarder à déménager.

14Vingt ans plus tôt, au milieu des années 1820, la situation économique avait brusquement empiré. Les tisseurs étaient particulièrement vulnérables, pénalisés par la disparition des anciens règlements ; ils n’avaient au présent aucun moyen de se protéger car le libéralisme prenait alors son envol et les négociants, sûrs désormais de leur force et de l’impunité de leurs actes, multipliaient les abus. Charnier allait souvent le marteler à ses collègues chefs d’atelier : « cette liberté industrielle […] est l’esclavage de l’artisan » (378 : 93). Les tisseurs devaient trouver le moyen de s’organiser, de s’associer, pour pouvoir obtenir des garanties, une charte pour leur industrie assurant un minimum d’égalité entre eux et les négociants. Charnier fut alors, en 1827-1828, le « fondateur organisateur du 1er mutuellisme » (378 : 110-112) qui réunit initialement cent cinq chefs d’atelier. Pendant vingt-cinq ans, il fut proche de cette association chaque fois qu’elle se considéra comme strictement industrielle, comme le moyen de « s’indiquer »6, « une franc-maçonnerie ouvrière neutre en politique » (378 : 119) ; chaque fois également qu’elle demeura au grand jour, sûre de ses droits et de ses libertés, pour réclamer, négocier ouvertement le respect des garanties des tisseurs : « J’ai diverses fois refusé », indiquait donc Charnier à de Quincy, « de faire partie des sociétés secrètes au risque de perdre ma popularité » (378 : 119). À l’automne 1831, il était hostile au tarif que réclamaient alors les tisseurs pour stabiliser leurs rémunérations, et il tentait de convaincre ses collègues que la solution à leurs malheurs passait par une vaste « réforme d’abus » ; c’est ce dont il témoigna un peu plus tard à Paris, quelques semaines après la première révolte, en étant « délégué des ouvriers de Lyon auprès du ministère en 1832 (Charte particulière) » (378 : 110-112). Charnier écrivait alors dans L’Écho de la fabrique, sous son nom ou sous le pseudonyme de « Solitaire du ravin », et il allait être très proche, dans les années suivantes, des républicains modérés, des Girondins, qui s’exprimaient dans Le Précurseur, puis plus tard dans Le Censeur ou dans Le Réparateur où il donnait quelques notes et articles. Théodore de Seyne, Charles Depouilly et Léon Favre (le frère du célèbre avocat républicain) étaient ses amis et le demeurèrent, et avec eux Charnier partageait l’espoir de voir se généraliser la participation de tous aux affaires publiques. Après la seconde révolte, il fut encore convoqué lors du procès monstre et il se fit « certificateur du massacre des innocentes victimes, en cette qualité témoin par décharge par devant la Cour des pairs ». Comme il le précisait encore, « là, j’ai atterré le juste-milieu », car il leur avait parlé sans détour des massacres commis dans le faubourg de Vaise par les soldats de leur roi bourgeois. Il leur avait surtout expliqué qu’eux, tisseurs, n’avaient pas été les marionnettes des républicains ou des carlistes, et que l’embrasement d’avril était la conséquence de ce libéralisme de Juillet et trouvait son origine « dans l’ancienneté des dissensions lyonnaises entre les maîtres et les ouvriers » (376 : 295-304). Lors de son audition, le président de la Cour des pairs voulut le censurer le traitant dédaigneusement de « magistrat subalterne » (376 : 288), mais lui, déjà, se revendiquait au contraire hautement comme « un magistrat plébéien élu par des prolétaires » (379 : 306).

15En avril 1832, en effet, ses collègues chefs d’atelier de Saint-Paul l’avaient élu prud’homme au conseil nouvellement réformé. Ils avaient su apprécier ses connaissances et son intégrité de tisseur, et cela en dépit de ses opinions politiques qui pouvaient les rebuter, un légitimisme originel teinté désormais de revendications républicaines et au fait des dernières prédications saint-simoniennes. Charnier était donc fier de leur confiance, qui allait se révéler pérenne car il pouvait indiquer à de Quincy, en 1852, avoir été élu et réélu consécutivement prud ’homme depuis la réorganisation de 1832 (378 : 110-112). C’est en siégeant plus de vingt ans aux prud’hommes qu’il prit pleinement conscience du fait que l’industrie lyonnaise de la soie reposait essentiellement sur des négociations où devaient s’exprimer équitablement tous les intérêts en conflit, où les débats devaient être constamment informés et rendus publics pour pouvoir aboutir au but recherché : la conciliation, toujours possible dans ces matières industrielles. Les prud’hommes constituaient, avec le mutuellisme, l’une des deux pièces sur lesquelles, selon Charnier, les tisseurs pouvaient s’appuyer pour obtenir une charte garantissant et réglementant équitablement leur travail. Le métier de prud’homme allait aussi le familiariser avec le travail d’enquête sur le terrain, la connaissance des procédures légales et l’expérience des débats et controverses que devait maîtriser tout juge. Il fut donc « prud’homme réformateur d’abus » s’impliquant dans les questions de « droit industriel, libre-défense, montage de métier, prescription d’un mois, réciprocité de la mise en demeure, réciprocité de la surveillance du conseil » (378 : 110-112). En 1847, ses électeurs purent juger de son intégrité, car lui, catholique, exigea devant les prud’hommes « une égalité devant la loi sans exception des ateliers communautés, pas même la Providence » et peu de temps auparavant, enquêtant comme juge prud’homme, il avait, sans états d’âmes, « chassé le diable de Margnole » (378 : 110-112). Grâce à son travail de prud’homme, il était devenu un vrai enquêteur, mais il avait également acquis d’autres compétences qui lui permirent ensuite d’être « écrivain gratis » (ibid.) pour nombre de ses collègues tisseurs qui ne savaient ni écrire à leurs proches ni répondre correctement à des procédures administratives. Et ces mêmes compétences lui furent encore bien utiles, en 1849 et 1850, lorsqu’il s’imposa, à la surprise de tous, comme « défenseur des Voraces et autres prévenus devant le conseil de guerre » et rédigea nombre de « pétitions et démarches pour les prévenus politiques » (ibid.). Les prud’hommes étaient une arène où il fallait le plus souvent se battre pour faire entendre la voix des tisseurs. Charnier y eut des amis et des ennemis, des alliés et des adversaires, des modèles et des têtes de turc, pas toujours là où il les attendait. Il fut très souvent en opposition à certains présidents, toujours choisis parmi les négociants, Goujon ou Félix Bertrand. Mais il fut, par exemple, proche de Claude Arquillière, président au début des années 1840, qui s’efforçait de juger en toute intégrité et non suivant les intérêts de sa classe. En 1844, Charnier lui adressait d’ailleurs ses éloges, louant le discours, à tonalité légitimiste, qu’avait prononcé Arquillière à l’occasion de la réception du duc d’Aumale (378 : 110-112) et il le remercia encore pour l’avoir soutenu dans son premier projet de « fondation du musée des tissus lyonnais » (ibid.), une création « d’origine canuse », comme il se plaira fièrement à le souligner. Comme prud’homme chef d’atelier, Charnier fut impliqué dans de nombreuses affaires, mais il souligna tout spécialement son activité en faveur de l’apprentissage. En 1846, comme il le notait dans les informations soumises à de Quincy, il fut « rédacteur de l’acte d’apprentissage adopté par le conseil des prud’hommes qui [avait] rejeté la rédaction précédemment adoptée » (ibid.), insistant sur les « garanties morales et religieuses et hygiéniques » (ibid.). Il fut enfin très souvent un conseiller écouté lors de la création de prud’hommes dans d’autres industries de la ville, « guide des ouvriers en bâtiment pour l’obtention d’un conseil des prud’hommes ; maçons, serruriers, etc. » (378 : 110-112).

16La vie de Pierre Charnier changea en 1840. Jusqu’alors, son activité de tisseur et le travail de l’atelier lui avaient permis de donner une aisance financière relative à sa famille. Cette aisance prenait toutefois déjà sa source dans un héritage, moral et matériel, qu’il continuait à revendiquer en 1852 :

Je dois mon aisance d’ouvrier au travail, à l’économie de mes parents et ceux de mon épouse dont l’économie et la ténacité au travail pendant des temps prospères leur ont valu des éloges dont je suis indigne. Ma femme et moi pourrons placer en tête de l’inventaire de nos [illisible] leur exemple d’activité au travail, leur précepte d’économie et de probité comme la partie de leur succession la plus solide et la plus invulnérable aux banqueroutes et autres revers. (378 : 126-133)

17 Mais en 1840, comme il le nota plus tard, « j’ai perdu mon père François Blanc, l’un de nos meilleurs ouvriers » et peu de temps auparavant, c’était sa mère Agathe Riboulet, rentière, qui s’était éteinte. Témoignage des liens, indissolublement familiaux et professionnels, qui les unissaient, « mon beau-père François Blanc choisit son ancien apprenti, ci-devant père Charnier pour son exécuteur testamentaire » et, comme le précisait Charnier, « j’ai hérité de toute son austérité et du tiers de ses économies ». Ce double héritage constituait donc un tournant décisif dans sa vie. « Mon secret c’est d’avoir hérité » (378 : 120-125), écrivait-il, car il put alors délaisser le travail de l’atelier pour celui du cabinet, mais il put surtout accentuer son investissement dans la vie publique, celle de son quartier, de sa ville, et surtout s’impliquer plus nettement encore dans le fonctionnement d’un tribunal des prud’hommes où se jugeaient continûment les conflits du travail de la Fabrique. Il conserva son atelier où battaient plusieurs métiers (en 1852, au moment où il écrivait à de Quincy, il payait encore la patente pour deux métiers), mais il exploitait désormais ses compétences d’écrivain public et sa connaissance des contentieux auprès de réclamants et de plaignants (ses clients, ceux qui payaient, ne relevaient ni de l’activité de la Fabrique ni surtout des cas de sa section où il devait intervenir aux prud’hommes). Charnier avait également hérité de biens immobiliers et il faisait de la gérance, pour ses propres biens mais également pour des immeubles appartenant à d’autres personnes. Cette fortune soudaine le libérant du travail de tisseur lui permit de se consacrer plus entièrement à ses activités publiques. Il accentua son engagement aux prud’hommes, avouant par exemple à Depouilly, en 1848 : « [Cet héritage] me permet de laisser mon atelier et ne m’occuper que dans l’étude de l’exercice de ma fonction ». Mais sa nouvelle condition financière lui permit surtout de s’investir plus largement dans la vie morale et politique de son quartier et de sa cité.

18Charnier était déjà de longue date impliqué dans la vie de la paroisse de Saint-Paul, dans les activités de bienfaisance et de charité. Au printemps 1832, au moment où la grande épidémie de choléra arrivait à Lyon, il avait été « fondateur d’une association des gardes-malades gratuite » et il était déjà « membre d’un Comité de salubrité et membre du Comité de bienfaisance » (378 : 110-112). Mais ces activités se multiplièrent et se politisèrent après 1840, lorsqu’il fut déchargé du travail quotidien du tisseur. Il s’engagea alors pleinement dans les cercles légitimistes et catholiques lyonnais. Il fut un constant défenseur des écoles des Frères de la doctrine chrétienne où, selon lui, la grande majorité des tisseurs lyonnais, se méfiant de l’enseignement mutuel, choisissaient de placer leurs enfants. Il rappelait surtout à de Quincy son implication après février 1848, lorsque ces écoles furent mises en accusation par le pouvoir républicain et qu’Hippolyte Carnot voulut entamer leur monopole ; alors Charnier fut « membre du Comité provisoire pour secourir les écoles des Frères de la doctrine chrétienne » et il participa aux « pétitions et démarches pour soustraire les écoles des Frères à l’inspecteur Dieu protestant » (ibid.). Il indiquait encore que quelques courtes années plus tôt, il était « secrétaire de la 1re section de la Société de Saint-François-Xavier » (ibid.) et qu’il fut sollicité, impliqué peu après lorsque les catholiques lyonnais voulurent saluer la volonté de réforme du nouveau pape, Charnier étant « membre du Comité central de souscription à Pie IX » (ibid.). Mais son engagement religieux demeurait aussi étroitement lié au destin de la Fabrique. Si Charnier estimait indispensable la moralisation des tisseurs, il était également partisan d’une implication sociale croissante de l’Église. Il rappelait donc, en 1848, sa « prise de diligence de travail au refuge Saint-Joseph d’Oullins » qui permit « de faire fabriquer plus [illisible] aunes de velours », ou encore son rôle de « président, fondateur et organisateur du Comité des bannières et oriflammes » (ibid.), l’objectif étant d’accentuer les commandes de tissus de l’Église pour redonner en temps de crise du travail aux tisseurs. Toutes ces années virent également Charnier s’investir de façon croissante auprès des légitimistes de la Gazette de Lyon ou de L’Union nationale en faveur des candidatures possibles du comte de Chambord, et il fut farouchement partisan, au printemps 1849, de la liste blanche contre les socialistes. Cependant, pour Charnier, ces engagements, son catholicisme, sa « constante déclaration de légitimisme pendant les [illisible] mois de la République » ne constituaient paradoxalement pas un revirement, le simple résultat pour lui d’un changement de fortune, le fait d’être parvenu et de côtoyer les notables. Son légitimisme et son catholicisme, expliquait-il, n’étaient pas en contradiction, bien au contraire, avec ses engagements républicains du début des années 1830 ou avec son souci prioritaire du sort économique, politique et moral de la population des tisseurs lyonnais. Le républicanisme modéré (celui des Girondins de 1830 et des républicains du lendemain de 1848) et le légitimisme étaient à ses yeux complémentaires. Conquis dans les années 1840 par les discours à la Chambre du comte Dubouchage, convaincu par la doctrine de l’abbé de Genoude, en correspondance un peu plus tard avec Henri de La Roche Jacquelein, il estimait en effet compatibles l’hérédité royale et le suffrage universel. La légitimité, allait-il souligner, était « par son essence la nationalité » (377 : 528). Il pensait que le légitimisme pouvait étoffer l’idée républicaine de participation, l’appliquer à des niveaux intermédiaires de la société pour produire le progrès social, et il estimait également que le catholicisme, enrichi par les revendications économiques, pouvait fournir le supplément indispensable de morale à la démocratie. L’adversaire désigné de tous ces courants était alors le libéralisme de 1789 et surtout de 1830, dont le socialisme, selon lui, n’était que la version abâtardie. Le socialisme grossissait depuis le début des années 1840 et il devait être violemment combattu car il amenait « la prêtrophobie, le pillage et l’assassinat » (378 : 38) et que, « s’il eut triomphé nous aurions vu renouveler les orgies anti-catholiques, anti-humaines, anti-sociales de 93 » (378 : 99). Il n’en reste pas moins que pour Charnier, le socialisme n’était que le fils illégitime du libéralisme économique des notables de Juillet, « cette seigneurie industrielle non détrônée de 89 […] qui a étendu et appesanti sa puissance, notamment depuis Juillet 1830 » (378 : 165-168). En 1848, Charnier fit alors la « demande du retour des anciennes juridictions des corporations, démonstration des libertés de l’Ancien Régime » (ibid.) et, deux ans plus tard, il produisit un « mémoire à la chambre de commerce concernant la Société lyonnaise de secours mutuels. La morale du catholicisme et du légitimisme y domine » (ibid.). Mais Charnier ne voulait pas tant un retour aux anciens règlements et aux corporations qu’un renouvellement des formes intermédiaires de régulation économique et politique par les nouvelles idées d’élection et de participation dont il avait pu régulièrement éprouver les principes dans le cadre du conseil des prud’hommes. Il publiait dans le Courier de Lyon un « hommage respectueux à M. Louis Bonnardet », membre de l’académie des sciences de Lyon, qui avait fait paraître un « repenti politique » expliquant que les événements de juin 1848 et leurs suites n’étaient que la conséquence du libéralisme irréfléchi de la bourgeoisie de Juillet. Cependant, la voix minoritaire que Charnier exprimait, celle que son ami Théodore de Seynes avait résumée en deux mots lors d’une de leur correspondance, « la démocratie chrétienne », avait bien peu de chances d’être entendue et Charnier se trouva de façon croissante isolé, se sentit bien solitaire lorsqu’il eut à expliciter ses attentes politiques et morales iconoclastes dans les cercles traditionalistes lyonnais.

19Son changement de patrimoine, au début des années 1840, n’avait pas seulement permis à Charnier de s’investir plus avant dans les débats des prud’hommes ou de tenter vainement de convertir les légitimistes à l’idée de nationalité, ou les catholiques locaux à l’urgence de se doter d’une doctrine et d’une action sociales. Il lui avait également donné la possibilité de satisfaire ses curiosités, de se consacrer à ses passions qu’il tentait, dans la liste remise à de Quincy, de discrètement transmettre à son biographe : celle d’un « botaniste mentionné dans le supplément de la flore de Balbis »7, celle d’un « collecteur studieux d’un grand nombre d’anciens statuts et règlements d’arts et métiers, un collecteur et classificateur de tissus » (378 : 110-112), mais surtout un véritable historien de la Grande Fabrique de l’Ancien Régime. Il précisait en effet à de Quincy : « non seulement collecte, mais studieux » (ibid.), car il était notamment l’auteur d’un article d’« archéologie religieuse et industrielle » qui allait paraître un peu plus tard dans La France littéraire, artistique et industrielle (379 : 613). La bibliothèque de Charnier comprenait en effet une importante collection d’ouvrages anciens sur l’histoire de la Fabrique, mais aussi sur la géographie, l’histoire, la géologie : il avait en sa possession la Métoposcopie de Jérome Cardan (1658), l’Histoire du syndicat d’Edmond Richer (1753), les Lettres philosophiques sur la physionomie d’Antoine-Joseph Pernety (1760), et bien d’autres volumes encore8. Au temps de son opposition à la liste rouge en 1849, il lu et annota les Considérations sur la France de Joseph de Maistre ou Le Spectre rouge d’Auguste Romieu. Enfin, Charnier était un amateur d’art, collectionneur de tableaux et de gravures ; il possédait des gravures de Jan Sadeler ou des tableaux de Camille Dolard (à qui il avait commandé un tableau de Madame Charnier) et à ce dernier, il proposait en 1846 de lui montrer ses acquisitions, « une trentaine de tableaux qui m’ont valu plus d’un éloge sur mon choix » (379 : 476). Sur ce terrain, il se signalait encore comme « collecteur », mais également « studieux », puisqu’il avait été « critique sur la critique en matière de beaux-arts » (378 : 110-112), publiant en février 1850, dans le journal légitimiste Les Travailleurs, plusieurs articles nuançant les comptes rendus négatifs publiés par un feuilletoniste anonyme dans la Gazette de Lyon sur une récente exposition de peinture.

20Pierre Charnier s’éteignit le 8 décembre 1857, cinq ans après « l’échange » avec de Quincy. Ses indications, ses relevés, ses notes constituaient un vaste témoignage informé par une position qu’il avait conquise au cours des épisodes de sa vie listés dans sa biographie et que résumaient deux coordonnées principales. La première était le ravin, lieu reculé, oublié, étroit, encaissé et peu accessible mais où, paradoxalement, Charnier estimait avoir pu observer de haut, et avec le recul nécessaire, quelques grandes divisions au sein de sa cité et de son industrie. Le ravin, le quartier de Saint-Paul, était entre les deux collines de Lyon qui se faisaient face et prétendaient s’affronter, la colline qui priait et celle qui travaillait. Mais Charnier lui-même était entre les républicains et les légitimistes, entre les ouvriers et les notables, entre le métier artisanal du tisseur et celui du lecteur, de l’écrivain ou du savant, entre les laïcs et les religieux, entre la campagne, la nature qu’il allait herboriser, et la ville et ses territoires. Il était encore entre le passé, que représentaient le déclinant quartier Saint-Paul, les anciens statuts et règlements que Charnier s’efforçait de collecter et de conserver, les formes traditionnelles de sociabilité et d’échange, et l’avenir d’une industrie et d’une cité moderne en pleine expansion. Il faut ajouter qu’il pouvait surtout revendiquer avoir fait le chemin entre ces positions et l’avoir ainsi reconnu et balisé ; et ce promeneur savait que, dans ces temps modernes, ces temps industriels, ces chemins pouvaient être semés d’embûches. Il en était ainsi, par exemple, du chemin qui dessinait l’accès à, sinon la richesse, du moins un certain confort matériel. Lui-même l’avait parcouru, mais il ne dissimulait pas que cet itinéraire allant de la précarité au confort pouvait faire naître des dissensions nouvelles, des écarts, des différences et des risques inédits9. Il se décrivait donc comme un solitaire, un étrange solitaire car en rapport avec tous, et en tant que tel, ayant une connaissance privilégiée des intérêts, des attentes et des valeurs de chaque camp, mais il savait également que leurs antagonismes n’étaient pas inéluctables et, lui qui signait le plus souvent ses interventions « Charnier, prud’homme tisseur », avait l’espoir de toujours les concilier ou, dans ses termes, de les « fusionner ».

Notes de bas de page

1 En rouge dans le manuscrit : « Malgré que nous avons pris l’engagement de ne citer que les titres à la délégation sans nommer notre candidat celui que je propose a publié son nom en toutes lettres avec telles qualités malgré qu’il est sous le coup d’une répulsion socialiste de la part des ouvriers sans confrères électeurs. C’est Charnier prud’homme, défenseur devant le conseil de guerre. »

2 Charnier désignait ainsi ironiquement les sbires du préfet de police Henri Gisquet.

3 La biographie ne se trouve pas dans les volumes correspondant aux années 1853-1856 (vol. XXIII-XXVII).

4 Le frère de Pierre Charnier naît en mai 1796. On a une trace de sa communion en 1808 (376 : 88). Décède-t-il peu après ? C’est probable, car on ne trouve plus aucune trace de lui dans les archives de Pierre Charnier.

5 L.-A. Caraccioli, La jouissance de soi-même, Autrecht, H. Spuit et Amsterdam, E. van Harrevelt, 1759 ; Abbé Delille, L’homme des champs ou les Georgiques françaises, Bâle, Jacques Decker, 1800.

6 Voir, chapitre 3, l’origine du mutuellisme à Lyon.

7 G.B. Balbis, Flore lyonnaise ou description des plantes qui croissent dans les environs de Lyon et sur le mont Pilat ; t. I, Lyon, Imprimerie de C. Coque, 1827 ; t. II : Lyon, Imprimerie de D.L. Ayné, 1828.

8 Le relevé a été effectué par Fernand Rude (380 : 241).

9 Michel Chevalier rapporte les paroles significatives de Charnier à propos des causes de l’insurrection de Novembre 1831 : « Ce ne sont pas, disait-il, les fabricants de la vieille roche, les chefs des maisons les plus importantes par l’étendue de leurs opérations, de la hauteur desquels nous avons à nous plaindre. Les plus orgueilleux à notre égard sont ceux-là mêmes qui sont sortis de nos rangs. Un ouvrier qui devient commis s’imbibe aussitôt de la fierté, il n’ose plus de sa main qui blanchit presser notre main à la peau rude. S’il trouve moyen de fabriquer pour son compte il devient dur, inabordable. Les fabricants de fraîche date sont ceux qui nous pèsent le plus. Il semble qu’ils veuillent se venger sur leurs frères du dédain qu’ils éprouvèrent eux-mêmes. Nous avons été souvent tentés de désirer qu’aucun de nous ne pût franchir le fossé qui nous sépare de la richesse. » Le Globe, art. cité, 25 décembre 1831.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.