Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Avant-propos

p. 29-31


Texte intégral

1Quelques courtes années après son passage dans le gouvernement provisoire du printemps 1848, Alphonse de Lamartine participait à la construction du mythe Jacquard en rédigeant un éloge de « l’inventeur »1 du célèbre métier à tisser la soie. Curieux éloge pourtant de la part du poète romantique et républicain, dans la mesure où un regard très négatif était porté sur les ouvriers en soie de Lyon, les canuts, et que les louanges qui entouraient Jacquard lui-même étaient très nettement circonscrites. Le texte de Lamartine était d’abord, en effet, un réquisitoire contre « l’atelier industriel de Lyon », univers gris et mutilant auquel le poète, sans doute encore traumatisé par les journées de juin 1848 et par l’irrationalité du vote des masses populaires2, opposait la condition saine des campagnes où travaillaient librement et paisiblement les ouvriers agricoles. Les canuts étaient décrits comme les descendants à peine évolués d’êtres dégradés au physique et au moral ; « je connais bien la condition et les mœurs de cette tribu de parias européens appelée canuts »3, écrivait le poète républicain. La Fabrique y était présentée comme un système industriel obsolète, immobile, fermé aux innovations, et surtout paradoxal dans la mesure où dans son atelier, l’ouvrier en soie, inerte et stupide, acceptait passivement sa propre aliénation, Lamartine évoquant une « vaste geôle du travail, dont on n’aperçoit pas les geôliers ». Dans un tel contexte industriel condamné par la modernité politique et économique, seuls l’émeute et l’attentat irrationnels pouvaient exprimer les frustrations bornées des ouvriers lyonnais. Cette malédiction lyonnaise exprimée par le poète ne faisait que reprendre un ensemble d’idées négatives propagées alors par les publicistes de tous bords sur les canuts – des ouvriers des temps préhistoriques –, la Fabrique – un système proto-industriel – et les insurrections – des accidents, des erreurs sur le chemin du progrès –, qui avaient cours en ce milieu des années 1850 mais qui perdureront également longtemps sous des formes plus ou moins atténuées. Dans le chapitre 1, nous reviendrons sur ces vieilles lunes et, à la lueur d’avancées récentes de la recherche historiographique, nous tenterons de dessiner une carte plus fidèle du territoire sur lequel allait se déplacer Pierre Charnier.

2Dans son éloge, Lamartine ne faisait pas qu’accabler les canuts. Il traçait également avec minutie les limitations de celui qui était considéré comme leur bienfaiteur et leur représentant le plus éclairé, Jacquard :

Nous ne voulons point faire un roman de cette vie passée devant un métier de brochage et devant des outils de menuiserie employés pendant soixante ans à perfectionner le passage de quelques navettes à travers la trame, et le jeu de quelques poulies entre quatre piliers. Nous ne voulons pas donner le nom de grand homme à un ouvrier en soie, homme simple, bon et utile, esprit sans autre horizon que celui de sa profession, sans autre lumière que la lueur de sa lampe ; mais rêveur, ingénieux, obstiné à la découverte, acharné à l’invention, et doué d’un instinct si exclusivement mécanique, que des esprits supérieurs qui l’entendaient parler sur d’autres sujets que son métier, s’en allaient en disant de lui : ce n’est rien ; c’est une machine qui en a inventé une autre. (Ibid., p. 3-4)

3Les visiteurs éclairés de Jacquard rencontraient donc un homme sans dimension, sans qualité, sans histoire. L’idée était reprise par le poète, martelée encore dans les dernières lignes de l’éloge. Les visiteurs, écrivait en effet Lamartine,

s’en allaient étonnés de l’extrême simplicité et du peu de surface d’idées de cet homme élémentaire, qui n’avait eu qu’une idée en quatre-vingts ans de vie […] celui qui avait vu sa machine avait vu Jacquard. Il s’y était incorporé tout entier […] automate sublime, qui n’avait eu qu’un mouvement de l’esprit pour fonction dans ce monde et qui le répétait sans jamais se lasser, toutes les fois qu’on posait le doigt sur le ressort. (Ibid., p. 107-108)

4Dans le chapitre 2, à l’occasion d’un « échange » intervenu sensiblement à la même date entre Pierre Charnier et deux publicistes en vogue qui projetaient de faire le portrait d’un tisseur lyonnais modèle, nous verrons que le canut fut lui aussi directement confronté à une tentative comparable de description plate de sa condition. Il refusa toutefois de se laisser à son tour comparer à un automate, même sublime, et d’accepter d’être dépossédé de l’écriture de sa vie. Il tenta alors en vain d’en faire partager les multiples qualités aux deux publicistes. Ses réactions nous permettront alors de proposer un portrait du père Charnier.

Notes de bas de page

1 Plusieurs contributions récentes ont déconstruit le mythe de Jacquard, inventeur solitaire et inspiré, pour mieux mettre en relief le caractère incrémental et collectif de l’invention du nouveau métier à tisser dans le contexte de la Fabrique lyonnaise des années 1800-1820. Sur ce point, voir A. Cottereau, « L’invention du métier Jacquard et la fabrique collective lyonnaise : une régulation prud’homale à redécouvrir », communication présentée au colloque « Histoire d’une juridiction d’exception, les Prud’hommes, xixe-xxe siècles », Université Jean Moulin Lyon 3, 2006 ; F. Jarrige, « Le martyre de Jacquard ou le mythe de l’inventeur héroïque », Tracés, 2009, p. 99-117.

2 Rappelons qu’à l’élection présidentielle de décembre 1848 qui porta Louis-Napoléon Bonaparte au pouvoir, Lamartine obtint le total de 0,23 % des voix.

3 A. de Lamartine, Jacquard, ouvr. cité, p. 9.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.