Version classiqueVersion mobile

Les « valeurs guident et accompagnent notre recherche », L’institutionnalisme de Myrdal

 | 
Cyrille Ferraton

L’économie institutionnaliste

Gunnar Myrdal

Texte intégral

1« Institutional economics »,
Journal of Economic Issues,
vol XII, no 4, décembre 1978
Conférence donnée à l’université du Wisconsin (Madison),
15 décembre 1977

2Ayant été invité à prononcer une conférence publique au terme de mon agréable séjour en tant que professeur invité dans cette université [université du Wisconsin, Madison], je ne peux trouver sujet plus approprié que d’exposer mon opinion sur le modèle de pensée économique hétérodoxe, un modèle que je me suis habitué à appeler économie institutionnaliste mais que d’autres auteurs, de même tendance critique, désignent quelquefois par économie politique ou évolutionniste.

3J’ai, au cours de ma vie, souvent séjourné aux États-Unis, quelquefois pour des périodes prolongées, comme lorsque j’ai écrit An American Dilemma. J’ai aussi fréquemment visité les universités américaines. Mais il se trouve que je ne suis pas revenu à Madison depuis un séjour d’un mois, au début du printemps 1930. Alva Myrdal et moi-même passions alors une année aux États-Unis comme boursiers de la fondation Rockefeller. On me conseilla d’aller à l’université du Wisconsin où John R. Commons et plusieurs de ses plus jeunes collègues, dont Selig Perlman, avaient formé un centre d’économie institutionnaliste. Un autre centre identique se trouvait à l’université Columbia, avec pour chef de file était Wesley Mitchell. De manière générale, c’était une période d’expansionnisme offensif de l’économie institutionnaliste américaine, une rébellion contre l’école néoclassique traditionnelle. À Madison, je fus reçu très généreusement par Commons et ses collègues de la faculté, et je me souviens qu’il m’apprit le bowling.

4Mais je n’étais pas converti à ce qui était alors « la nouvelle économie ». J’étais à l’étape théorique de ma formation intellectuelle. Je crois que l’idée de former une société d’économétrie, alors conçue comme une organisation de défense contre le progrès des institutionnalistes, fut formulée à un déjeuner dominical au domicile d’Irving Fisher à New Haven, Connecticut, auquel Ragnar Frisch et moi-même avions été invités.

5Lorsque le développement plus important de l’économie institutionnaliste, que je considérais alors comme dangereux, fut stoppé, je crois que cela fut la conséquence de la Grande Dépression. Au sein de la macroéconomie néoclassique, il y avait ceux d’entre nous qui pouvaient comprendre le problème de la demande décroissante et de la déflation et proposer des conseils de politique pertinents aux gouvernements, alors que les institutionnalistes restaient désorientés.

6En Suède, nous étions à la pointe de ce développement théorique, car les jeunes économistes pouvaient s’inspirer des travaux de Knut Wicksell, publiés au tournant du siècle. Quand le parti travailliste prit le pouvoir en 1932, un budget expansionniste déséquilibré, comprenant des travaux publics dont le contenu était inspiré de la nouvelle théorie, fut préparé et présenté l’année suivante. Il fut plus tard accepté par le Parlement. Au cours de l’automne 1932, je rédigeais l’argument théorique annexé à la nouvelle proposition budgétaire. Je dirai plus tard pourquoi la dépression-stagflation actuelle est différente en nature de celle des années 1930 et ne peut être si facilement analysée par les mêmes instruments théoriques ; des instruments ensuite développés par la tradition néoclassique conventionnelle.

7Entre temps, j’étais devenu un économiste institutionnaliste. En Suède, je commençais à m’intéresser aux problèmes d’égalité sociale qui, je le découvrais, ne pouvaient pas être analysés scientifiquement sans élargir l’approche à toutes les relations humaines. En 1938, j’acceptais la direction d’une étude sur les relations raciales aux États-Unis, et cela m’éloigna un peu plus de l’économie conventionnelle. Je me retrouvais à écrire un livre sur l’ensemble de la civilisation américaine, en mettant en exergue différents aspects pertinents et en adoptant la perspective du plus important groupe social défavorisé.

8Dès lors, de manière définitive, je constatais qu’il n’y a pas de problèmes économiques, sociologiques ou psychologiques, mais juste des problèmes, et qu’ils sont tous interdépendants et hétérogènes. Dans la recherche, la seule frontière acceptable est celle qui sépare les conditions pertinentes des conditions non pertinentes. Les problèmes sont aussi régulièrement politiques et, de plus, doivent être étudiés dans une perspective historique.

9Reconnaître comme devoir du chercheur la transgression des limites disciplinaires héritées, créées et conservées par la tradition, et, pour des raisons pratiques de spécialisation, soutenues par l’enseignement et la recherche, est devenu l’essence de ma conversion à l’économie institutionnaliste. Lors de mes dernières enquêtes sur les problèmes de développement des pays sous-développés, j’ai travaillé continuellement avec cette contrainte intellectuelle, cherchant à élargir mon approche au-delà des modèles limités aux prétendus facteurs économiques.

10Cette transgression n’entraîne nullement une plus faible expertise scientifique. Je n’ai jamais ressenti cette difficulté écrasante. Les règles pour la recherche de la vérité sont identiques, quel que soit le problème étudié. Mais ces règles rendent certainement la recherche institutionnaliste plus difficile et plus longue.

11Concernant le développement prépondérant de l’économie institutionnaliste aux États-Unis en 1930, c’était un phénomène typiquement américain. On fait souvent référence à Thorstein Veblen, Commons et Mitchell ; les deux derniers étant encore vivants et actifs. Je me souviens avoir déclaré à l’époque qu’aucun pays ne pouvait être aussi provincial que ce très grand pays.

12En fait, la plupart des auteurs des écoles classique et néoclassique, d’Adam Smith à Alfred Marshall, pourraient être qualifiés d’économistes institutionnalistes parce qu’ils prirent en compte tous les types de facteurs en plus du facteur économique. Cela était plus vrai encore pour d’autres courants de pensée, comme l’école historique allemande, ou des auteurs comme Karl Marx et, une génération plus tôt, Friedrich List.

13Ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale que les économistes conventionnels ont accentué et radicalisé leur isolement vis-à-vis des autres sciences sociales. Cet isolement rendait possible, par exemple, qu’un groupe d’économistes dans les années 1950 puisse revendiquer pratiquement comme une découverte l’idée selon laquelle l’éducation devait être considérée comme importante pour le développement. Ces économistes se sont d’ailleurs immédiatement rétractés, parlant d’« investissement dans l’homme » conjointement à l’investissement physique dans le ratio capital-revenu, une orientation que Marshall, qui bien sûr, accordait lui aussi une place à l’éducation dans ses écrits, avait expressément déconseillé.

Qu’est-ce que l’institutionnalisme ?

14Après ses remarques introductives, dont l’auditoire amical de Madison excusera le ton personnel, je tenterai d’établir un compte rendu méthodique de ce que j’entends par économie institutionnaliste. La frontière est un peu floue, les économistes de l’école conventionnelle se risquant eux aussi parfois à privilégier une approche élargie. Toutefois, les institutionnalistes conscients et méthodiques représentent une toute petite minorité, ce qui m’autorise à désigner les autres économistes d’économistes conventionnels.

15Je formulerai en termes logiques les raisons qui conduisent les institutionnalistes à une approche élargie. Ma présentation doit être brève et concentrée. Et elle ne peut être originale dans la mesure où moi-même et d’autres auteurs avons déjà de manière plus complète exposé nos approches dans des livres et articles.

16La pensée la plus fondamentale, celle qui rassemble les économistes institutionnalistes, est la reconnaissance que, même lorsque notre attention porte sur des problèmes spécifiques, notre étude doit tenir compte de l’ensemble du système social, et inclure tous les éléments importants ayant un rapport avec ce qui se passe dans le champ économique. La distribution du pouvoir dans la société et, plus généralement, la stratification économique, sociale et politique, notamment, constitue l’élément le plus important ; en fait, toutes les institutions et les attitudes. À cela doivent être ajoutées, comme un ensemble exogène de facteurs, les mesures politiques, appliquées dans l’objectif de changer un ou plusieurs des facteurs endogènes du système social.

17La dynamique du système social est déterminée par le fait qu’entre toutes les conditions endogènes du système, il existe une causalité circulaire [circular causation], impliquant que, s’il y a un changement dans une condition, les autres seront modifiées en réaction. Ces changements secondaires causeront à leur tour de nouveaux changements de tous côtés, modifiant même la condition que nous supposions avoir enclenché le processus, et ainsi de suite au cours de cycles supplémentaires. Aussi, l’ensemble du système se déplacera dans une direction ou une autre, et il pourra même tourner autour de son axe. Il n’y a pas un facteur fondamental ; chaque chose provoque quelque chose d’autre. Cela implique l’existence d’une interdépendance au sein de l’ensemble du processus social. Et il n’y a pas généralement d’équilibre en vue.

18Un aspect important de ce processus est que le plus souvent, bien que pas toujours, les changements, provoqués par un premier changement, ont tendance à se déplacer dans la même direction. Pour donner un exemple abstrait : améliorer l’alimentation des masses touchées par la pauvreté dans un pays sous-développé élèvera la productivité du travail et, en retour, accroîtra la probabilité d’augmenter la production et, davantage encore, l’alimentation. C’est pourquoi généralement la causalité circulaire aura des effets cumulatifs. À cause des rétroactions entraînant régulièrement des changements additionnels dans la même direction, les résultats en bien ou en mal peuvent, après quelque temps, être largement supérieurs à l’impulsion donnée par le changement initial d’une ou plusieurs conditions.

19Ces premiers changements, qui sont définis dans ce modèle comme exogènes, c’est-à-dire les interventions politiques, dans une perspective plus large, sont aussi dépendants des conditions endogènes et de leurs changements, qui sont des réactions à ces changements exogènes ; aussi, de bien des manières, ils limitent et influencent la portée et la direction des interventions politiques. Dans ce modèle de causalité circulaire avec effets cumulatifs, ces changements exogènes peuvent être isolés afin de permettre une analyse dans une optique de planification, c’est-à-dire de délibérations et de décisions politiques dont la conception n’est pas entièrement restreinte et déterminée par les conditions existantes et les changements en cours.

20En raison même du fait que le système est en mouvement constant, en partie sous l’influence des mesures politiques, les rapports d’interdépendance entre les différentes conditions endogènes du système social en causalité circulaire ne sont pas connus normalement avec une précision quantitative. Des facteurs d’inertie, de retards, et (dans des cas extrêmes) la totale absence de réaction d’une ou de plusieurs conditions aux changements au sein des ensembles de conditions soulèvent des problèmes à partir desquels une connaissance précise est rarement possible. Cela est en grande partie vrai, même dans les pays développés disposant de comptabilités plus complètes des conditions sociales et de services statistiques plus perfectionnés. Mais c’est particulièrement vrai dans les pays sous-développés.

21Par conséquent, notre analyse des problèmes de développement doit souvent se conclure par des généralisations provisoires et de simples hypothèses vraisemblables, élaborées sur la base d’observations limitées, de discernement et de jugements conjecturaux. Même dans les pays développés, l’élargissement de la perspective, impliquée par cette approche institutionnaliste, anéantira régulièrement la simplicité soignée à la fois des analyses et des conclusions de l’économie conventionnelle.

22Notre effort, bien entendu, doit consister à développer des concepts permettant une compréhension plus juste des conditions réelles et de leurs interdépendances, et à diriger l’étude empirique afin d’établir les rapports quantitatifs de ces interdépendances. Mais nous devons aussi être conscients de l’étendue des connaissances moins précises, complètes et fiables.

23Ces remarques sont proposées comme des conseils en vue de l’élaboration du modèle idéal de l’économie institutionnaliste. Ce modèle doit être holiste, même quand il est orienté sur des problèmes économiques particuliers. Je crois que le dénominateur commun des économistes institutionnalistes est leur acceptation tacite d’un modèle idéal qui couvre le mouvement de l’ensemble du système social, à l’intérieur duquel il y a une interdépendance causale. Ainsi, lorsqu’ils étudient un problème économique, ils intègrent des facteurs non économiques à leur analyse économique, sélectionnés selon leur pertinence à la réalité étudiée.

L’économie traditionnelle

24Considérant l’approche holiste comme la propriété fondamentale de l’économie institutionnaliste, je suggère que notre principale critique de l’économie orthodoxe porte sur leur utilisation de modèles strictement fermés, limitant leur analyse à trop peu de conditions. Celles-ci sont appelées traditionnellement des « facteurs économiques », qui habituellement sont plus susceptibles de quantification, même si cette qualité est souvent opportunément exagérée, et pas seulement pour les pays sous-développés.

25Limiter les variables aux seules variables quantifiables permet l’utilisation de modèles mathématiques impressionnants, qui présupposent régulièrement une restriction forte de l’analyse. L’ensemble du système social est presque éclipsé. Cette méthodologie devrait au moins requérir une formulation claire des hypothèses quant aux conditions et aux déterminants non pris en compte. Un tel compte rendu est régulièrement absent. Le plus souvent, le besoin n’est pas même pas consciemment perçu.

26Je dois ajouter que, dans les dernières décennies, lorsque les économistes (mais plus souvent les sociologues) ont essayé de rendre compte et de mesurer l’importance des facteurs non économiques (par exemple, un indice démographique), cela a été fait le plus souvent d’une manière restrictive, identique à toutes les autres conditions du système social. Là encore, les hypothèses n’ont pas été clairement expliquées, et, moins souvent encore y a-t-il eu une tentative d’intégrer leurs résultats dans un cadre élargi. Nos journaux produisent des études toujours plus minutieuses, ne cherchant pas à les inclure dans une approche globale du système social, condition pourtant sine qua non de la connaissance pour les institutionnalistes.

27Les économistes institutionnalistes appliquent de temps en temps leurs analyses à des terrains dans lesquels, pour des raisons déjà mentionnées, la précision quantitative n’est pas encore possible, si bien qu’une large part de notre recherche est qualifiée de « qualitative » plutôt que de « quantitative ». Mais nous sommes également résolus à atteindre une connaissance quantitative le plus tôt et aussi largement que possible. Nous sommes en plein accord avec la vieille maxime de William S. Jevons selon laquelle la connaissance la plus parfaite est accessible seulement lorsque nous pouvons mesurer les conditions et les changements de conditions du système social.

28La plus grande précision apparente de l’analyse économique conventionnelle est seulement atteinte en ignorant un univers entier d’éléments pertinents. Mais comme nous sommes devenus progressivement habitués et entraînés à traiter de questions qui, bien que pertinentes, ne pouvaient facilement être évaluées quantitativement, nous avons généralement développé un regard plus critique à l’égard des statistiques. En particulier quand les économistes conventionnels débattent de problèmes pratiques et politiques, mais aussi dans leurs modèles abstraits, lorsqu’ils utilisent, trop souvent avec une grande négligence, des données agrégées pour les questions économiques (tels que le produit national brut ou le chômage). Quand ils ont à traiter de données quantitatives, ils ne montrent pas la même préoccupation pour formuler des concepts clairs et pour évaluer l’incertitude de leurs mesures comme, à titre d’exemple, c’est devenu la norme au sein de la recherche démographique.

29Je dois ajouter que lorsque les économistes institutionnalistes critiquent les modèles fermés de leurs collègues conventionnels, cela n’implique pas, bien entendu, qu’ils soient hostiles aux modèles et aux théories. Mais nous souhaitons que les modèles et les théories – conçus selon nous comme des systèmes rationnellement intégrés de questions adressées à la réalité empirique nous entourant – soient plus adaptés à cette réalité.

L’économie politique

30Nous savons tous que la discipline académique maintenant couramment reconnue comme « économie » était, deux générations plus tôt, généralement désignée par l’expression « économie politique ». La première chaire que j’ai occupée à l’université de Stockholm, comme successeur de Gustav Cassel en 1933, portait le nom d’« économie politique et science financière ».

31Quand notre discipline prit naissance au xviiie siècle et au début du xixe siècle, les économistes croyaient fermement qu’il était de leur devoir de formuler des conclusions politiques et de le faire sur des bases rationnelles, c’est-à-dire, en tant qu’inférences logiques de leur connaissance sur les faits. Affinée et clarifiée par John Stuart Mill dans ses premiers essais méthodologiques, l’étude des problèmes économiques constituait une « science morale ». Il insistait, cependant, sur le fait que la « théorie » des économistes – le prototype des modèles fermés contemporains des économistes orthodoxes – n’était pas assez large pour leur permettre de formuler des conclusions politiques ; afin de le faire, ils devaient développer leurs connaissances sur un champ d’étude plus étendu. Comme je l’ai indiqué, cela les a conduits généralement à élargir ce champ d’étude, si bien que nous institutionnalistes modernes pouvons reconnaître, parmi nos premiers précurseurs, de nombreux économistes de la tradition classique et néoclassique, au moins jusqu’à Alfred Marshall.

32Cruciale pour les économistes politiques, cependant, était la croyance qu’il existait des valeurs objectives, que celles-ci pouvaient être connues comme les faits, qu’elles pouvaient être observées et analysées, et donc servir de base à la fois pour l’étude d’autres faits et pour formuler des conclusions politiques objectives et rationnelles. La conception de la valeur adoptée pour l’étude économique était issue de la philosophie morale dominante – d’abord la philosophie morale du droit naturel et plus tard la philosophie utilitariste ; la dernière, comme je l’ai montré, étant seulement une variation et une reformulation de la première.

33Les auteurs néoclassiques affinèrent cette approche et l’enracinèrent dans la psychologie hédoniste et associationniste. En fait, la théorie de l’utilité marginale, formulée approximativement un siècle plus tôt, se présente comme le dernier raffinement de la philosophie morale utilitariste. De nombreux grands économistes de cette période, comme Henry Sidgwick, figurent à part égale dans le panthéon des philosophes de ce courant de pensée.

34Ce développement s’est produit à peu près au même moment où la philosophie morale utilitariste et, en particulier, la psychologie basique hédoniste et associationniste étaient abandonnées par les philosophes et les psychologues professionnels. L’isolement évident de la science économique des autres sciences sociales comme de la philosophie date de cette période.

La théorie du bien-être

35Les économistes conventionnels modernes ont conservé cette théorie du bien-être développée un siècle plus tôt, faisant de leur mieux pour dissimuler et oublier son origine, une philosophie morale et une psychologie hédoniste également obsolètes. Ils ont donc réussi à imposer ce qui apparaît comme une théorie économique amorale, considérant avec fierté cette entreprise comme du « professionnalisme ».

36Je pensais que je m’étais définitivement débarrassé de la théorie du bien-être moderne il y a de cela cinquante ans dans un ouvrage de prime jeunesse. Il avait pour titre anglais, The political Element in the Development of Economic Theory. Je démontrais la superficialité et l’incohérence logique de cette théorie du bien-être, mais elle s’est développée depuis comme une tumeur maligne au sein de la théorie conventionnelle. Des centaines de livres et d’articles sur le sujet sont produits chaque année. Si cette théorie n’est pas entièrement dénuée de sens, elle conserve toutefois une signification uniquement dans les termes d’une psychologie hédoniste et d’une philosophie utilitariste aujourd’hui abandonnées.

37La désastreuse négligence de l’histoire de la science économique dans les programmes de nos universités permet à l’économiste orthodoxe de se former sans avoir conscience des origines de sa propre pensée. Les premiers économistes qui ont développé originellement la théorie du bien-être hédoniste et utilitariste – parmi les plus grands figurent Sidgwick et Francis Y. Edgeworth – pouvaient travailler avec conviction et dans des termes clairs, car ils savaient ce qu’ils étaient en train de faire. Ils n’avaient pas tendance à négliger les hypothèses psychologiques et philosophiques essentielles, implicites de la théorie du bien-être. Les théoriciens contemporains du « bien-être » n’ont, pour la plupart, aucune perspective historique, perspective dont ils pourraient bénéficier s’ils étudiaient intensément leurs prédécesseurs et prenaient conscience de l’origine de leurs difficultés.

38Notons en passant que la récente prospérité de l’économie du bien-être est étroitement liée à la prédilection croissante en faveur de modèles théoriques trop abstraits. Parmi les nombreuses hypothèses de ces modèles, implicites et insuffisamment examinées, quelquefois même dans leur structure explicite, la conception objectivée du bien-être joue presque toujours un rôle.

Institutionnalisme

39Dans un sens, les institutionnalistes sont généralement des économistes politiques de la grande tradition qui a débuté au xviiie siècle. Pour l’ensemble d’entre nous, pour autant que je le sache, l’économie est une science « morale » dans le sens que Mill a donné à ce terme. Alors que les économistes orthodoxes, comme beaucoup d’autres chercheurs en sciences sociales, sont maintenant ce que, dans l’histoire de la philosophie, l’on désigne par « empiristes naïfs » – étant convaincus eux-mêmes qu’ils ont simplement à traiter des faits observables, nous institutionnalistes avons tous eu à traiter de problèmes où il fallait du mieux possible rendre compte du rôle des valeurs humaines dans la recherche. Maintenant que nous ne pouvons pas accepter plus longtemps comme système de valeurs pour notre recherche les obsolètes philosophie morale et psychologie hédoniste de nos prédécesseurs classiques et néoclassiques, nous devons expliciter quelle autre base de valeurs nous choisissons.

40Les valeurs guident et accompagnent notre recherche. La recherche désintéressée n’a jamais existé et ne peut pas exister. Avant les réponses, il doit y avoir les questions. Il ne peut pas exister de vue sans point de vue. Dans les questions posées et les points de vue sélectionnés, les valeurs sont implicites.

41Nos valeurs déterminent notre approche d’un problème, la définition de nos concepts, le choix des modèles, la sélection de nos observations, la présentation de nos conclusions – en fait, la poursuite entière d’une étude du début à la fin. En demeurant inconscients du système de valeurs de notre recherche, nous continuons de raisonner avec une prémisse manquante, ce qui entraîne une indétermination ouvrant la voie à tous les biais.

42Dans ce contexte, j’ai argumenté – et dans mes propres recherches depuis American Dilemma j’ai essayé de suivre cette démarche – en faveur de la nécessité, pour toute entreprise scientifique, d’exposer, clairement et explicitement, les prémisses de valeurs déterminantes. Elles sont nécessaires pour établir les faits pertinents, et pas seulement pour formuler des conclusions politiques. Je n’aborderai pas ici tous les problèmes complexes concernant la sélection et l’utilisation des valeurs dans la recherche.

43Concernant ce problème méthodologique de base, je ne peux pas parler au nom des économistes institutionnalistes, sauf pour affirmer que nous sommes tous des économistes politiques, et donc avons tous eu à traiter de problèmes où il fallait du mieux possible rendre compte du rôle des valeurs humaines dans la recherche et dans les propositions politiques. Nous avons aussi généralement été vigilants sur la question des biais dominants dans la recherche, lorsque les hypothèses sur les valeurs sont cachées, alors que l’idée même de ce type de distorsion opportuniste est une pensée presque taboue dans l’économie conventionnelle. Les études relatives aux influences de la société environnante sur le conditionnement de la recherche économique sont pratiquement inexistantes dans les écrits des économistes orthodoxes. Rétrospectivement, ces influences sont davantage évidentes. Je soupçonne l’absence de volonté de prise de conscience du problème des biais dominants et systématiques dans la recherche économique d’être une des explications du désintérêt pour l’histoire économique, dont je me suis plaint plus haut.

44Un biais commun dans la recherche contemporaine est l’hypothèse plus ou moins explicite de la rationalité et de l’optimalité du marché, alors que les marchés réels sont de moins en moins parfaits et que, dans certains domaines, cette rationalité et cette optimalité n’existent plus.

Une analyse globale

45J’ai essayé de discuter de la situation de l’économie institutionnaliste en termes logiques. Mais je crois que dans un futur proche, elle est destinée à gagner du terrain aux dépens de l’économie conventionnelle, et que ce n’est pas, principalement, en raison de sa rationalité supérieure. L’institutionnalisme deviendra davantage dominant parce qu’une plus large approche sera requise pour analyser d’une manière efficace les problèmes politiques et pratiques qui sont aujourd’hui prédominants et qui risquent de nous submerger. Je crois que beaucoup de la constitution présente de l’économie, et en particulier ses constructions théoriques très abstraites qui jusqu’à maintenant ont joui d’un prestige plus élevé chez les économistes, sera abandonnée parce qu’elle est non pertinente et sans intérêt.

46Bien avant la crise pétrolière, en fait, depuis presque la fin de la seconde guerre mondiale, la plus grande partie du monde occidental a connu une inflation non seulement persistante mais aussi ayant tendance à s’accélérer. Pour des pays disciplinés en temps de paix, cela constitua une expérience nouvelle. Les économistes ont généralement adapté leur pensée à cette nouvelle situation et l’ont considérée comme naturelle ; ils n’ont pas recherché assidûment les causes de ce nouveau phénomène, et se sont satisfaits d’analyser les questions pratiques et politiques sous l’angle d’un compromis entre inflation et chômage.

47La crise pétrolière, le boom transitoire simultané des matières premières et la hausse des prix des denrées alimentaires, provoquée par de mauvaises récoltes dans des grandes régions du monde, entraînèrent alors subitement une hausse très importante du niveau des prix. En dépit des politiques économiques « contractionnistes » imposées dans beaucoup de pays, ce choc a laissé la « stagflation » en héritage, soit une inflation rapide, continue et sans précédent, accompagnée d’un niveau de chômage élevé et d’un taux de croissance bas. L’inflation des prix extraordinairement rapide et persistante est un phénomène nouveau qui ne peut être expliqué par les coûts plus élevés du pétrole.

48Je ne peux pas ici me lancer dans une analyse de ce très haut taux d’inflation, associé à des niveaux de chômage sans précédent. Je dois me limiter à exprimer mon opinion mûrement réfléchie selon laquelle, derrière ces nouveaux phénomènes, des changements tant dans les institutions que dans les comportements se sont produits qui, si tant est qu’ils aient été observés, n’ont pas été complètement intégrés dans notre réflexion théorique.

49Dès les années 1930, le phénomène des « prix administrés » a été observé et commenté par les économistes institutionnalistes. La tendance rapide à la fusion de la production, du commerce et de la finance dans des grandes entreprises entraîna la croissance du secteur dans lequel les prix et les salaires étaient administrés et ne dépendaient pas étroitement du marché. Quand, au même moment, ces entreprises sont devenues transnationales et ont pris la nature de conglomérats, une part croissante des transactions économiques et financières s’est effectuée dans ces mêmes entreprises et a pu échapper à la statistique ou à d’autres systèmes de collectes de données ainsi qu’au contrôle des gouvernements.

50Et aujourd’hui, d’autres tendances institutionnelles émergent, dont les effets sur l’économie ne sont pas faciles à intégrer dans les modèles fermés de l’économie théorique. En partie en lien avec tout cela, il y a peut-être des changements plus profonds en cours dans les dispositions comportementales et les modèles de comportement, à propos desquels nous disposons encore seulement que d’une information insuffisante. Une étude de ce champ entier des évolutions tant en matière d’institutions que de comportements impliquera une ouverture de l’analyse économique.

Les pays sous-développés

51Le cyclone de la décolonisation qui a balayé le globe après la seconde guerre mondiale a attiré de nombreux économistes vers l’étude de la planification du développement des pays sous-développés. J’ai été un de ceux-là. C’était alors un nouveau champ, peu de travaux ayant été consacrés auparavant aux problèmes économiques des régions supposées stagnantes, régions dans lesquelles il n’y avait pas alors de pays indépendants. Il était normal que les économistes orthodoxes appliquent des modèles qu’ils avaient l’habitude d’utiliser pour l’analyse des pays développés, sans beaucoup s’inquiéter de leur concordance avec ces situations sociales différentes.

52Les concepts utilisés – chômage, revenu, consommation, épargnes, investissements, offre et demande des marchés, etc – étaient inadaptés pour décrire la réalité des pays sous-développés. Une multitude de statistiques furent compilées et utilisées ne valant pas le papier sur lequel elles étaient imprimées. Leur insuffisance ne provient pas simplement de la qualité inférieure des services statistiques des pays sous-développés, bien qu’elle soit importante, mais plus fondamentalement des fausses catégories théoriques à partir desquelles les faits furent observés et enregistrés.

53Je me suis déjà plaint de l’utilisation négligente des statistiques par les économistes orthodoxes. Dans les études des pays sous-développés, cette négligence a atteint un sommet, et malheureusement cette critique est encore valable pour la plupart de la littérature économique sur le sujet. Je ne me suis pas inquiété de la critique de mon livre, Asian Drama, parce qu’il contient tellement peu de statistiques, mais il est très critique à l’égard des statistiques et de la manière dont elles sont compilées et utilisées.

54Ma condamnation de base de l’approche conventionnelle concernant l’étude des problèmes de développement des nations sous-développées porte sur l’utilisation non critique de modèles élaborés pour les pays développés. Pour donner un exemple : dans les nations développées, où règnent des niveaux de vie relativement élevés, même pour les classes les plus pauvres en partie aidées par les systèmes de sécurité sociale, il peut être acceptable d’utiliser, comme une approximation, les modèles de développement qui ne comprennent pas la consommation. Dans les pays sous-développés, où des masses de personnes souffrent gravement d’insuffisances alimentaires et d’autres insuffisances de consommation, ce qui constitue un facteur important de la productivité du travail, cela n’est pas acceptable. Cette erreur analytique est accentuée lorsqu’il est supposé, comme c’est souvent le cas même dans des récentes publications, que des épargnes croissantes, même pour les masses pauvres, augmenteraient les perspectives de développement.

55Dans le passé, le développement était couramment défini comme une simple croissance économique, généralement évaluée à partir de statistiques très discutables du produit ou revenu national brut. Les réformes sociales dans les nations sous-développées, décidées dans le but de favoriser l’égalité dans ces sociétés normalement très inégalitaires, étaient considérées comme coûteuses et comme une entrave au développement. Leurs lancements devaient être précédés d’une augmentation de la production. Ces derniers temps, plus d’attention a été donnée à la distribution, et la compatibilité de la croissance avec la réalité de l’égalité a été mise en doute et quelquefois rejetée. Cependant, le résultat de cet intérêt croissant pour la question de la distribution a rarement laissé de conclusions plus fécondes pour le problème dynamique de la planification. Les pauvres n’ont pas besoin d’une hausse de leurs revenus monétaires. En tout cas, l’évasion fiscale au sein des catégories sociales plus favorisées est généralement colossale dans les pays sous-développés. Une hausse des revenus monétaires à peine octroyée augmenterait l’inflation qui aggraverait la situation des pauvres. Ce dont ils ont besoin, ce sont des réformes institutionnelles radicales sur une échelle allant très au-delà du modèle théorique limité à un raisonnement portant sur la croissance et la distribution exprimées en termes monétaires.

56Dans l’agriculture, une transformation du rapport entre l’homme et la terre est nécessaire, comprenant non seulement la réforme agraire mais aussi un travail collectif organisé en vue de lancer de nombreux investissements en faveur du travail requis pour augmenter la production. Dans l’éducation, le problème n’est pas seulement d’augmenter le nombre d’enfants scolarisés, mais aussi de modifier les objectifs et les méthodes pédagogiques. Actuellement, une bonne partie de l’éducation scolaire défavorise le développement par ses effets, et pas seulement parce qu’elle entretient un mépris à l’égard du travail manuel. Ce que j’ai appelé l’« État mou » doit être maîtrisé. En particulier, la corruption doit être efficacement combattue.

57Le point important concernant ces types de réformes est qu’elles sont nécessaires pour atteindre à la fois la croissance économique et une plus grande égalité, deux objectifs qui, dans les pays sous-développés, sont inextricablement liés, beaucoup plus que dans les pays développés.

58Les économistes portent leur part de responsabilité pour avoir dédaigné la question de la réforme institutionnelle car leurs analyses ont généralement négligé les facteurs « non économiques ». Des centaines de livres et d’articles sont encore publiés qui ne font pas mention d’importantes réalités comme la corruption généralisée, qui semble même être en progression dans la majorité des nations sous-développées. Les problèmes liés à la réforme agraire, au besoin de renforcer l’administration et de réorienter l’éducation, comme à l’organisation du travail sanitaire ont rarement été l’objectif de l’analyse économique conventionnelle et n’ont pas été traités dans la perspective à la fois de la croissance et de la diminution de l’inégalité. Cette vision biaisée converge avec les tendances d’élites économiques, sociales et politiques minoritaires qui, plutôt indépendantes des accords constitutionnels, dominent la plupart des nations sous-développées et empêchent ou altèrent les efforts pour entreprendre ces réformes.

Conclusion

59Ma discussion s’est concentrée sur la logique de l’économie institutionnaliste. Quand je déclare qu’elle gagnera du terrain dans un futur proche, c’est, comme je l’ai dit, non pour les raisons que j’ai mises en avant précédemment, mais à cause de l’échec de l’économie orthodoxe à comprendre les nouveaux problèmes politiques capitaux et déconcertants auxquels le monde a à faire face. Les économistes orthodoxes, dans leur quête de solutions à ces problèmes, auront à élargir leur approche et à chercher leurs causes en dehors des habituelles frontières de la recherche économique.

60Durant le dernier siècle, comme je l’ai fait remarquer, la science économique a tendu à s’isoler des autres sciences sociales, et cet isolement s’est renforcé après la guerre. Dans nos journaux et dans nos universités, les économistes ont travaillé avec un modèle purifié, leurs études empiriques portant la marque de l’autosuffisance et quelquefois de l’arrogance sectaire. Parce que les conditions économiques sont si importantes, et parce que les économistes ont disposé d’une « théorie » depuis deux cents ans, nous avons joui de prestige. Il y a même eu une tendance dans les autres sciences sociales à concevoir des modèles fermés identiques.

61Cependant, quand les économistes deviendront institutionnalistes, cet isolement sera rompu, à l’avantage, je l’espère, de toutes les sciences sociales. Il y aura moins d’opportunité pour les approches doctrinaires quand, en principe et en pratique, nous serons tous ouverts à une approche holiste.

Auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search