Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

5. Réception des écrits de Myrdal

p. 51-58


Texte intégral

1Il n’est pas toujours facile de situer l’approche singulière de Myrdal en particulier parce qu’elle a beaucoup évolué et que la démarche institutionnaliste à laquelle adhère finalement Myrdal offre certaines particularités. Nous voudrions tenter d’apporter rapidement quelques points d’éclaircissements concernant d’une part certaines réceptions de ses écrits méthodologiques, et d’autre part la réception très critique que fit l’anthropologue Clifford Geertz de son institutionnalisme au travers d’Asian Drama.

La réception des écrits méthodologiques

Les évaluations des économistes

2Comment situer la démarche institutionnaliste de Myrdal ? Les réceptions des publications méthodologiques de Myrdal par les économistes sont ambivalentes, restant finalement peu importantes et assez critiques. Political Element (la traduction anglaise est publiée en 1953 alors que l’édition suédoise avait été publiée en 1930) fut commenté mais tardivement, alors que ses travaux méthodologiques ultérieurs passèrent relativement inaperçus, du moins ne furent-ils pas discutés comme ses autres productions scientifiques.

3La place minime que Mark Blaug dans The Methodology of Economics (1980) leur accorde est de ce point de vue symptomatique. Il souligne le relativisme auquel risque de conduire la non-reconnaissance de la distinction faits/valeurs et discute brièvement de l’imposant programme méthodologique développé par Myrdal tout au long de sa carrière professionnelle.73

4Il nous semble tout autant critiquable de classer les propositions de Myrdal dans les « méthodologies anciennes » sous le prétexte qu’expliciter a priori les valeurs de la recherche témoignerait d’une « conception de la méthodologie qui l’autorise à prescrire ou à moraliser […] et surtout [d’]une vue « inductiviste » et « justificationniste » de la connaissance que la philosophie actuelle a dans une large mesure abandonnée » (Mingat, Salmon et Wolfelsperger 1985, p. 49).

5Des publications consacrées principalement à la méthodologie, comme Value in Social Theory et Objectivity in Social Research, eurent en définitive un faible écho parmi les économistes.74 Political Element attira à l’inverse beaucoup plus le regard critique des économistes, vraisemblablement parce qu’ils étaient directement attaqués et accusés de mêler analyses économiques et considérations politiques. Cette réception de Political Element fut tardive puisqu’il ne fut traduit en anglais qu’en 1953. Une première traduction en allemand avait été effectuée en 1932 ; l’ouvrage reçut des critiques positives sur le continent européen qui rattachaient ce travail à ceux de Karl Mannheim et de Max Weber, dernier auteur qui influença indéniablement Myrdal, bien que celui-ci en minore l’importance (voir Swedberg 1990 et Dykema 1986). Les liens avec le premier existent mais restent peu connus.75

6En 1933, Ludwig von Mises lui reproche de ne pas avoir compris les théories économiques modernes, en particulier en postulant que les économistes contemporains évacuent les motivations non intéressées du comportement individuel alors que « … toute action est économique. L’économie politique moderne ne fait pas de distinction entre les fins car elle les tient pour toutes légitimes, même celles que le mode d’expression populaire (adopté aussi par Myrdal) considèrent comme non économiques » (von Mises [1933] 2003, p. 64).

7Un an plus tard, Edward S. Mason reconnaît la qualité du travail effectué par Myrdal mais le désapprouve pour son « excessive critique » (Mason 1934, p. 420-421). La majorité des économistes réagît surtout à l’édition anglaise de 1953 ; parmi ces derniers figurent Fritz Machlup, à nouveau Ludwig von Mises, Terence W. Hutchinson ou encore John Hicks. Ludwig von Mises juge ainsi dépassée la critique de Myrdal car d’autres avant lui, comme l’école historique allemande, l’avaient déjà développée (von Mises 1954). Fritz Machlup se montre assez critique. Il conteste notamment la remise en cause de la distinction faits/valeurs que développe Myrdal dans la préface de l’édition anglaise, en particulier l’idée que les questions posées par l’économiste « sont une expression de [son] intérêt dans le monde, qu’elles sont à la base des valeurs » alors que les « philosophes », selon Fritz Machlup, ont montré qu’une « attitude pragmatique en posant des questions ne doit pas être confondue avec une attitude évaluative et normative dans la réalisation de l’analyse et de la recherche scientifiques » (Machlup 1955, p. 948-952).

8John Hicks rapproche Political Element de An Essay on the Nature and Significance of Economic Science (1935) de Lionnel Robbins, publications qu’il considère comme des « classiques de la tendance positiviste et anti-normative » très répandue à cette période. Néanmoins, il les différencie dans la mesure où Myrdal suit une voie plus « extrémiste », mais surtout car ils sont politiquement opposés, Robbins étant un « traditionaliste » qui ne remet pas en cause le « libéralisme économique », alors que Myrdal, à l’inverse, « attaque la tradition [du libéralisme économique] elle-même ». L’appréciation négative portée sur les deux ouvrages demeure cependant. Si le travail de Myrdal « est une réduction à l’absurde (reductio ad absurdum) » plus dévastatrice, elle ne fait que prouver que « Robbins aussi [va] trop loin ». John Hicks réfute l’idée que l’économie ne peut pas contribuer positivement, dans un certain nombre de situations, à l’élaboration des normes politiques. Prenant l’exemple du revenu réel (real national income), les économistes ont montré, selon John Hicks, qu’il « existait un nombre honnête de problèmes pour lesquels le concept de revenu réel est un guide utile, et l’augmentation du revenu réel un objectif raisonnable » (Hicks 1954, p. 793-796). En fait, John Hicks se montre très réticent quant aux velléités institutionnalistes qu’il pointe dans l’évolution de la pensée de Myrdal (le compte rendu date de 1954) depuis l’écriture de Political Element, et notamment au recours à la sociologie pour la détermination des postulats de valeurs nécessaires à la recherche, en concluant que « nous économistes, qui ne seront jamais des sociologues, devont faire notre philosophie, sans négliger ce que [le sociologue] peut nous enseigner, à partir de ce que nous pouvons apprendre par nous-mêmes » (Hicks 1954, p. 793-796).

9Notons brièvement en contrepoint que les économistes institutionnalistes réagirent évidemment beaucoup plus favorablement aux écrits de Myrdal, bien que celui-ci ait toujours maintenu certaines critiques et réticences à leur encontre (Myrdal 1997, p. 148). Ses développements sur la méthode sont considérés aujourd’hui comme un de ses apports essentiels à la pensée institutionnaliste.76 En 1968, Allan G. Gruchy classe ainsi Myrdal, aux côtés notamment de Clarence E. Ayres, John K. Galbraith, Adolph Lowe ou encore Gerhard Colm, dans le rang des « économistes dissidents » ou « néoinstitutionnalistes ». Économistes de profession, les néoinstitutionnalistes visent non pas à apporter des changements marginaux à l’économie politique mais à en proposer une refondation complète où sont prises en compte les différentes valeurs des collectifs sociaux (Gruchy, 1988). Enfin, reconnaissance de son apport capital à la tradition institutionnaliste, Myrdal reçoit en 1975 la médaille Veblen-Commons de l’Association for Evolutionary Economics (AFEE).

Les autres critiques

10La méthode de Myrdal semble attirer aujourd’hui surtout l’attention des sociologues77 bien que les économistes soient loin d’être complètement indifférents.78 Rappelons-nous aussi que les deux ouvrages de méthode importants, Value in Social Theory et Objectivity in Social Research, ne s’adressent pas spécifiquement aux économistes mais aux chercheurs en sciences sociales. Myrdal se montre là fidèle à son approche institutionnaliste pour laquelle il n’existe pas de problèmes économique, sociologique, psychologique… mais des problèmes demandant la mobilisation de multiples facteurs irréductibles à un champ disciplinaire.79 Sa méthode n’a pas été sans susciter des critiques. Sans prétendre ici à une quelconque exhaustivité, trois d’entre elles méritent cependant d’être notées.

11– Premièrement, la reconnaissance du caractère subjectif des valeurs qui ne peuvent pas, comme les croyances, être jugées, même impartialement, comme vraies ou fausses, soulève un problème lorsque Myrdal opte dans ses recherches pour des « valeurs morales », comme l’égalité ou les droits à la liberté. Comment en effet prévoir que ces valeurs seront effectivement celles vers lesquelles nécessairement les sociétés convergeront une fois les croyances biaisées rejetées ? Le choix des valeurs opéré par Myrdal ne revient-il pas en fin de compte à inscrire les sociétés contemporaines dans un développement économique, social, politique et moral déterminé a priori ? Bien que, comme nous l’avons souligné, Myrdal se défende d’avoir posé sur les sociétés qu’il a étudiées des valeurs importées, des critiques lui ont prêté une approche déterministe.80 Cependant, la prise en compte du principe de « causalité cumulative » (cumulative causation) qui structure la démarche institutionnaliste de Myrdal modère fortement cette dernière critique. En outre, Myrdal s’oppose explicitement à toute théorie déterministe. Cette prise de position est indissociable de son radicalisme. Pour le radical, les problèmes sociaux ne sont pas imputables à la « nature humaine, mais à l’environnement de l’homme, au sens le plus large : c’est-à-dire aux institutions sociales et à l’ignorance opportuniste de ceux qui vivent dans leur cadre » ; ils trouvent des solutions possibles dans le changement des « attitudes de façon à les adapter plus rationnellement aux faits existants et à ses évaluations les plus profondes, autrement dit à ses idéaux ». Les sciences sociales peuvent aider à réaliser ces idéaux, mais en aucune façon ces derniers ne constituent le devenir nécessaire des sociétés contemporaines, restant toujours de l’ordre du possible : « … l’histoire est une œuvre humaine, et jamais un destin aveugle, déterminé à l’avance. Les tendances se modifient, l’inattendu arrive »81, souligne Myrdal. Si subsistent certaines traces déterministes dans la pensée de Myrdal, c’est parce qu’il rattache la réalisation des idéaux des Lumières à l’action des sciences sociales qui progressivement corrige les croyances biaisées et assure la diffusion des valeurs morales.82

12– Ce dernier problème mis de côté, une difficulté plus sérieuse est posée par la méthode préconisée par Myrdal. Pourquoi et comment les valeurs morales (the higher valuations) conduisent à des croyances moins biaisées comparativement aux « basses » valeurs (the lower valuations) ? La distinction faits/valeurs n’a pas de fondement pour Myrdal, autrement dit, toute connaissance présuppose des valeurs. Par conséquent, le chercheur en sciences sociales ne peut pas corriger de fausses croyances (biaisées par des valeurs) parce que les connaissances acquises au cours de son investigation scientifique sont aussi biaisées par des valeurs, même si celles-ci sont générales parce qu’elles sont partagées par tous les membres de la collectivité étudiée. La tâche du chercheur se limite donc à la « substitution d’une croyance par une autre », selon Harold C. Bloom. Il y a en effet une contradiction entre d’un côté expliquer que le « savoir est déterminé par des facteurs culturels, sociaux, économiques et politiques » et de l’autre tenter « de spécifier une méthode pour déterminer ce qui est vrai (ou corriger ce qui est faux) » (Bloom 1971, p. 937)

13– Enfin, Myrdal n’est pas sans défendre une conception élitiste du savoir, bien qu’il adhère aux idéaux égalitaires des Lumières. Les valeurs morales correspondent aux valeurs auxquelles adhéreraient les individus s’ils disposaient d’une parfaite connaissance des faits, parfaite connaissance qui reste encore, dans les sociétés étudiées, le privilège d’une élite (chercheurs, intellectuels, etc.) (voir Dykema 1986).

Les limites de l’institutionnalisme de Myrdal : la réception de Clifford Geertz d’Asian Drama

14La démarche institutionnaliste suivie par Myrdal a pour ambition de combler les lacunes de l’approche économique dominante. Est-ce que Myrdal a atteint son objectif ? La recension de l’anthropologue Clifford Geertz d’Asian Drama, an Inquiry into the Poverty of Nations, publiée en 1969 dans la revue Encounter, est de ce point de vue éclairante. Il expose les problèmes posés par l’approche de Myrdal, problèmes qui sapent les fondements de sa démarche institutionnaliste et que l’on peut résumer en deux grands points :

  • Asian Drama donne une image « stéréotypée » des sociétés étudiées en décrivant des institutions sociales totalement figées et en ne prenant pas en compte leur caractère dynamique.
  • L’importation de catégories théoriques et d’un modèle institutionnel occidental à la réalité sociale du Sud asiatique ne permet pas d’en comprendre le fonctionnement institutionnel.

15Paradoxalement, c’est pour sa trop grande abstraction et son faible réalisme que Clifford Geertz rejette la démarche institutionnaliste de Myrdal. Le jugement est sévère, mais peut-être trouve-t-il quelques justifications lorsqu’il s’agit pour l’institutionnaliste d’étudier une réalité éloignée des idéaux progressistes occidentaux.

16Reconnaissant des défauts des théories de la croissance économique basées sur la formation du capital appliquées aux pays du tiers-monde, Clifford Geertz se montre aussi très sceptique à l’égard des économistes qui, pour dépasser les apories du modèle standard, ont intégré le concept de capital dans le facteur humain, soit en se focalisant sur les investissements en capital humain au travers des dépenses d’éducation, de santé, etc., soit en étudiant les déterminants sociaux, voire psychologiques, de l’entrepreneuriat (Geertz 1969, p. 27).

17C’est dans cet entre-deux d’un « modèle obsolète et d’un modèle pas encore construit » que Geertz situe Asian Drama, travail « étendu, sincère, franc [mais] insatisfaisant », juge-t-il (p. 27). Adopter une démarche institutionnaliste signifie, selon Clifford Geertz après la lecture d’Asian Drama, que le principal objectif de la théorie économique ou au moins celle de l’économie du développement est « la localisation, l’analyse, et la modernisation des facteurs sociaux, culturels et psychologiques influençant le plus fortement le comportement économique » (p. 28). Les difficultés commencent dès lors qu’il s’agit de définir l’idée de modernisation, car dans la perspective de Myrdal, la modernisation suppose la création d’institutions fondées sur le modèle occidental, l’État social en premier lieu ; l’institutionnaliste recherche donc à déterminer les politiques les mieux à même de faciliter l’avènement de cet ordre social. Clifford Geertz critique moins cet objectif moral que le peu de réalisme auquel conduit la vision manichéenne entre « l’irrationalité rigide de la société traditionnelle » dépeinte dans Asian Drama, le « dynamisme créatif de la société moderne » (p. 28), et finalement la faible opérationnalité qu’une telle vision induit en matière de développement économique.

18Myrdal mise non pas sur le secteur industriel, mais sur le secteur agricole pour absorber les flux croissants de main-d’œuvre et asseoir un développement économique soutenable, objectif qui nécessite une refonte institutionnelle orientée vers le modèle occidental et donc l’abandon des institutions archaïques existantes (système de castes, etc.). Or, l’image que Myrdal donne de ces dernières est « complètement stéréotypée »83 ; une étude plus approfondie lui aurait montré leur caractère dynamique et leur « autotransformation » actuelle, bien que beaucoup reste à faire estime Clifford Geertz. La vision du processus du développement s’en serait trouvée transformée et beaucoup moins axée sur la diffusion du modèle d’« État social moderne européen » (Geertz 1969, p. 32).

19Myrdal déroge à la méthode institutionnaliste en ne s’interrogeant pas sur l’application à la réalité du Sud asiatique du concept de « force de travail » (labour force) qui occupe pourtant une place centrale dans son approche. N’adoptant qu’une « définition statistique » de ce concept, Myrdal s’interdit de comprendre son fonctionnement institutionnel. Constatant le faible taux d’activité, comparativement à la norme occidentale, il recherche, par des mesures appropriées (soutien à l’emploi féminin, etc.), à l’augmenter et n’en vient jamais à la conclusion que ce qui « est nécessaire n’est pas la suppression de la “paresse” et l’encouragement du “travail” mais leur redéfinition ». (p. 33)

20L’idée de procurer à la main-d’œuvre (labour force) inactive un emploi dans le secteur industriel modernisé est « utopique ». Elle l’est aussi lorsqu’il s’agit du secteur agricole. Augmenter la productivité en même temps que l’emploi sont pour Clifford Geertz deux objectifs contradictoires. Le problème du « sous-emploi » est finalement mal posé par Myrdal ; il ne consiste pas à faire de la création d’emplois une condition impérative dans des secteurs économiques qui utilisent au maximum leurs capacités de production, et qui, constate Clifford Geertz, tendent à faire appel à un nombre de plus en plus limité de travailleurs, mais à intégrer socialement « ceux qui ne peuvent pas être employés » (p. 33).

21Terminant sur une note « institutionnaliste », Clifford Geertz ne croit pas que la « modernisation institutionnelle » des pays du Sud asiatique viendra de la suppression des « habitudes archaïques et des attitudes désagréables », mais du « contrôle d’un processus de changement culturel et social déjà en place dans des directions appropriées » (p. 34).

Notes de bas de page

73 M. Blaug conclut ainsi : « … il est bien possible qu’il n’y ait pas de distinction tranchée entre économie positive et normative […] mais déclarer que les jugements de valeur sont inévitables et partout, sans examiner précisément comment et à quel niveau ils interviennent dans un raisonnement économique, est propice à l’introduction d’un style de relativisme dans lequel toutes les opinions ne sont qu’une affaire de choix personnel », Blaug 1982, p. 118.

74 Voir par exemple T. W. Hutchinson dans « Positive » Economics and Policy Objectives, 1964.

75 C’est K. Mannheim qui prit dix ans plus tôt l’initiative de traduire en anglais Political Element aux éditions The International Library of Sociology and Social Reconstruction dont il était alors le fondateur et le responsable.

76 Ses recherches sur le problème des valeurs constituent « une extension capitale à l’approche économique aussi qu’à l’approche institutionnaliste », DeGregori et Shepherd 1994, p. 109. Sur le principe de causalité cumulative, voir Kapp 1976.

77 Voir par exemple Stina Lyon 2004 et Eliaeson 2000.

78 Outre les travaux récents de Angresano 1997, et de Barber 2008, il convient ici de mentionner l’étude critique de la méthode de Myrdal effectuée par Dykema 1986, et le travail collectif sous la direction de Dostaler, Ethier et Lepage, 1990, où trois contributions nous intéressent ici directement : P. Adair, « Myrdal et l’institutionnalisme : du rejet à l’adhésion », p. 59-70, J. Peltier, « Myrdal et les concepts imprégnés de valeurs », p. 71-86 et M. Rosier, « Nos “évaluations morales” sont-elles testables », p. 87-106.

79 Bien que sociologue, souligne Eliaeson 2000, p. 338.

80 Voir par exemple Bloom 1971, p. 936-938.

81 Il ajoute plus loin : « Nous avons la faculté d’analyser les faits et d’établir rationnellement les implications pratiques de nos idéaux. Nous avons la liberté de réadapter notre politique et, par là, d’infléchir et de changer le cours naturel des évènements », Myrdal 1958, p. 443, p. 473. Sur la critique des doctrines déterministes libérales et marxiste, voir Myrdal 1963, p. 18-19.

82 Les sciences sociales possèdent ce que Myrdal appelle un « pouvoir auto-guérissant » (self-healing), Myrdal 1969, chap. viii.

83 « Pour quelqu’un si soucieux de rendre à l’analyse économique son réalisme sociologique, le portrait de Myrdal de la culture et de la société indienne est extraordinairement abstrait » dépeignant finalement « une civilisation sans qualités », poursuit Geertz 1969, p. 31

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.