Version classiqueVersion mobile

Les « valeurs guident et accompagnent notre recherche », L’institutionnalisme de Myrdal

 | 
Cyrille Ferraton

3. Le traitement des valeurs

Texte intégral

1Les premières propositions méthodologiques de Myrdal sont présentes dans Political Element. Les jugeant rapidement insatisfaisantes parce qu’elles reposent sur un « empirisme naïf », il les amende dans An American Dilemma.

Une première tentative : la « technologie économique » dans Political Element

  • 46 Voir sur ce point Myrdal 1958b, « Postscript », p. 21.

2Jusqu’à sa présentation dans An American Dilemma, Myrdal ne trouve pas au cours des années 1930 d’alternative vraiment opératoire au problème de l’objectivité des valeurs dans les sciences sociales.46 Aussi, de nombreux éléments de la « technologie économique », développés dans ce dernier chapitre de Political Element, lui serviront de base à son traitement futur des valeurs dans la recherche.

3Deux cas se présentent à l’économiste, soit les différents intérêts économiques impliqués dans les problèmes étudiés convergent, dès lors les économistes sont capables de produire des « recommandations [politiques] universellement valides » ; soit, situation beaucoup plus probable, il y a conflit d’intérêts, auquel cas aucune solution « objective » ne peut être atteinte. Les valeurs sont subjectives et ne peuvent être jugées du point de vue du critère du vrai et du faux qui est applicable au domaine des faits ou encore des « perceptions de la réalité ». Dans ce dernier domaine, le chercheur a recours aux « méthodes de la logique » pour juger ce qui est correct et ce qui est faux, « alors que les intérêts en conflit peuvent être reconnus, jamais résolus scientifiquement » ([1953] 1971, p. 191-192.)

4Plusieurs scénarios peuvent être élaborés suivant les intérêts économiques choisis qui servent à déterminer explicitement les valeurs. En fait, que les intérêts convergent ou non, les analyses économiques effectuées seront objectives « non parce qu’elles expriment des normes politiques objectives, mais parce qu’elles suivent des postulats de valeur explicitement établis qui correspondent à des intérêts réels ». (1971, p. 193)

  • 47 Myrdal souligne : « À chaque moment, nous sommes face au choix soit de maintenir l’ordre social com (...)

5Aussi, les intérêts sélectionnés doivent-ils être ceux des collectifs disposant d’un pouvoir social important, condition nécessaire afin que les valeurs soient pertinentes (relevant) (p. 193). C’est pourquoi l’économie seule est incapable de circonscrire le champ des intérêts importants. Une des difficultés de cette dernière entreprise provient de l’instabilité du cadre institutionnel (institutional set-up) qui est toujours sujet à des changements causés par les différents collectifs qui detiennent le pouvoir social.47 Dans cette perspective, l’économiste se doit de connaître « la distribution du pouvoir parmi les groupes sociaux afin d’estimer quels changements institutionnels sont faisables » (p. 198). Il peut sur cette base éclairer par son analyse économique le décideur politique, mais en aucun cas produire des postulats immuables universellement valables comme ont tendance à le soutenir généralement les économistes. Seul un travail avec des postulats de valeur (value premises) « explicites et concrets », produits à partir des intérêts économiques sélectionnés, est à même de renouer avec la « meilleure tradition de l’économie politique » qui pour Myrdal a décliné depuis Alfred Marshall (p. 198).

  • 48 Dès son premier séjour aux États-Unis en 1929-1930, Myrdal est amené à se familiariser avec les sci (...)

6Cependant, la prise en compte des seuls intérêts économiques est beaucoup trop restrictive pour fonder une « technologie économique » suffisamment réaliste.48 Tenir compte des seuls intérêts économiques revient à exclure un ensemble de motivations politiques, morales et sociales qui pourtant jouent une part active dans la vie économique. L’économiste doit donc travailler à partir d’un cadre théorique englobant l’ensemble de ces motifs d’action. Myrdal introduit à ce stade une notion que l’on retrouve régulièrement dans ses études ultérieures, la notion d’« attitudes sociales », l’attitude désignant la « disposition émotionnelle d’un individu ou d’un groupe à répondre de certaines façons aux situations réelles ou potentielles » ([1953] 1971, p. 200).

  • 49 Connaissances vraies au sens des connaissances atteintes et reconnues par les « experts ».
  • 50 Soulignons ici la probable influence d’Alva Myrdal qui avait entamé des recherches en psychologie s (...)

7La sélection des attitudes sociales pertinentes pour l’analyse économique pose néanmoins plusieurs difficultés que Myrdal, en l’état actuel des sciences sociales en 1930, estime quasiment insurmontables. Il s’agit en effet de déterminer les attitudes sociales que tiendraient les différents collectifs s’ils disposaient des connaissances « vraies » sur les phénomènes économiques.49 Or, cette investigation ne peut se contenter des seules déclarations individuelles parce qu’il existe un écart entre les discours et les comportements réels. Simultanément, le chercheur doit intégrer les attitudes sociales qui se développeraient dans des « situations potentielles ». Enfin, les attitudes sociales d’un collectif dans des situations réelles et potentielles ne répondent pas à un ordre logique mais à des « connexions […] psychologiques ». C’est pour cette dernière caractéristique que Myrdal associe son économie politique à la psychologie sociale soulignant ainsi : « La technologie économique est une branche de la sociologie moderne axée sur la psychologie ».50

8Myrdal n’estime pas à cette période la sociologie encore suffisamment avancée pour résoudre ces problèmes, concluant que l’économie politique devra encore longtemps se satisfaire de « vagues généralisations ». Cependant, l’économie politique doit composer avec ses travaux sociologiques imparfaits au risque sinon de retomber dans la « métaphysique traditionnelle » ([1953] 1971, p. 204).

9Un ultime obstacle néanmoins reste à contourner. Les attitudes sociales ne sont pas fixes et peuvent évoluer. Cela est d’autant plus vrai pour Myrdal que les nouveaux moyens de communication utilisés à des fins politiques au sein des sociétés modernes accroissent la probabilité de changements dans les attitudes sociales. Là encore, le constat est pessimiste dans la mesure où l’économiste travaille à partir d’attitudes sociales données. La propagande politique au sein des dictatures soviétique et italienne, ou encore dans les sociétés démocratiques comme les États-Unis, s’oppose à l’« ethos scientifique » à la fois parce qu’elle modifie les attitudes sociales mais aussi parce qu’elle instille de fausses connaissances de la réalité. Or, le moyen de lutte le plus efficace contre celles-ci repose sur le développement de « l’instruction et [de] l’éducation dans les sciences sociales avec une orientation pratique forte ». C’est pourquoi il est vital d’une part que l’économiste abandonne ses prétentions à la formulation de « lois universelles » parce qu’elles peuvent être les vecteurs de la propagande politique, et d’autre part qu’il encourage l’établissement d’une « technologie économique » seule à même d’atteindre « des arguments politiques rationnels » fondés sur une connaissance des faits aussi complète et correcte que possible (p. 206).

10S’il nous a semblé nécessaire de nous arrêter si longuement sur ce premier traitement du problème des valeurs, c’est en partie parce que de nombreux thèmes qui formeront son institutionnalisme sont ici esquissés, voire déjà bien en place. Quatre au moins doivent être soulignés.

  • L’isolement de l’économie politique des autres sciences sociales est critiqué par Myrdal en particulier parce que les problèmes étudiés par les économistes exigent la mobilisation des compétences des autres sciences sociales. La sélection de postulats de valeur, correspondant aux attitudes sociales des principaux collectifs sociaux, ne peut être effectuée qu’à l’aide d’enquêtes de psychologie sociale relevant d’une démarche sociologique.
  • Ainsi, la prise en compte des uniques intérêts économiques ne suffit pas à circonscrire l’ensemble des motivations politiques, morales et sociales sous-jacentes aux problèmes étudiés ; c’est pourquoi Myrdal substitue la notion d’attitude sociale à celle d’intérêt économique.
  • Myrdal exprime à plusieurs reprises son souci du réalisme non seulement pour répondre efficacement aux problèmes rencontrés et fournir au décideur politique un éclairage adapté, mais aussi parce que la scientificité supposée de la théorie économique, qui raisonne sur la base de lois économiques universellement valables, peut contraindre la diffusion de l’« ethos scientifique » en figeant, voire en faussant, la connaissance des faits, « ethos scientifique » que Myrdal rend plus tard solidaire du développement démocratique des sociétés modernes.
  • Enfin, le conflit, non l’harmonie des intérêts postulée par la théorie économique, est considéré comme le moteur prédominant de la vie économique. L’étude de la distribution du pouvoir social entre les mains des différents collectifs constitue un préalable à toute analyse économique. Elle permet en particulier de délimiter les changements institutionnels possibles et ainsi d’apporter au décideur politique un éclairage réaliste sur les différentes évolutions sociales envisageables.
  • 51 La principale influence de Myrdal a été sur ce point le philosophe suédois Axel Hägerström.

11Cependant, si une bonne partie des bases de son institutionnalisme est déjà esquissée dans Political Element, celles-ci reposent encore sur le dualisme faits/valeurs que Myrdal remettra en cause. Ces valeurs ne peuvent pas être déterminées objectivement et doivent à ce titre être distinguées des croyances ou des « perceptions de la réalité » qui sont sanctionnées par le critère du vrai et du faux.51 En 1953, dans la préface à l’édition anglaise de Political Element, il qualifie cette première conception, qu’il partageait alors avec les économistes néoclassiques et institutionnalistes, d’« empirisme naïf » parce qu’elle repose sur la croyance qu’il est possible d’effectuer une analyse des faits dénuée de valeurs. Elle suppose que

… quand tous les éléments métaphysiques sont radicalement dégagés, un corps sain de théorie économique positive restera, qui est entièrement indépendant des valeurs. Les conclusions politiques peuvent alors être déduites simplement en ajoutant au savoir scientifique objectif des faits un ensemble de postulats de valeurs choisies.

12Toute étude de faits requiert selon Myrdal un cadre théorique a priori représentatif des intérêts du chercheur et de la société dans laquelle prend place la recherche, intérêts qui sont par conséquent l’expression de valeurs. C’est pourquoi les valeurs sont nécessaires à toutes les étapes de la recherche, en premier lieu pour l’élaboration du cadre théorique et l’observation des faits, et pas seulement pour inférer de l’analyse des faits des recommandations politiques. ([1953] 1971, p. vii)

  • 52 Myrdal, Das Zweck Mittel-Denken in der Nationalökonomie (Ends and means in political economy), Zeit (...)

13C’est en fait dès 1933, dans l’article « Ends and means in political economy »52, que Myrdal abandonne le dualisme faits/valeurs. L’analyse moyens/fins, utilisée par la majorité des économistes, suppose la neutralité des moyens ; ils permettent d’atteindre certaines fins qui sont, elles, associées à des valeurs. Or, souligne Myrdal, non seulement les fins mais aussi les moyens obéissent à des valeurs ; il n’existe pas d’instruments neutres, les valeurs interviennent dans toutes les séquences précédant la réalisation des fins recherchées. Les faits en somme ne s’organisent pas d’eux-mêmes, mais supposent l’élaboration d’un cadre théorique a priori.

Objectivity in Social Research (1969)53

  • 53 Reprise du titre d’un des ouvrages méthodologiques de Myrdal publié en 1969 développant sa concepti (...)

14Se référant à John Dewey, Myrdal souligne l’existence d’éléments a priori dans toute recherche dans la mesure où les « faits ne s’organisent pas eux-mêmes en connaissance systématique, si ce n’est d’un point de vue particulier. Ce point de vue équivaut à exprimer une théorie », autrement dit, « un système logique cohérent de questions sur la réalité sociale que nous étudions » (1978a, p. 141).

  • 54 Myrdal 1978a, Préface à Procès de la croissance : à contre-courant, p. 10.

15Myrdal préconise d’expliciter a priori les valeurs (valuations) qui servent à élaborer les postulats de valeur (value premises) de la recherche. Le choix des valeurs ne doit pas être arbitraire mais reposer sur des critères spécifiques. Une fois établis, les postulats de valeurs permettent de déterminer les différents concepts et instruments nécessaires à l’investigation scientifique (1969, chap. i). Seule cette méthode permet d’atteindre l’« objectivité », c’est-à-dire rationnellement « des conclusions de politique économique à partir [des] principes de valeur, et constater les faits du point de vue de ces mêmes principes ».54

  • 55 « Il n’y pas d’autre moyen pour exclure les biais dans les sciences sociales que de faire face aux (...)

16Myrdal ne fait aucune différence de nature entre les « théories populaires » et les théories des sciences sociales. Elles sont toutes deux généralement biaisées parce que les valeurs sont dissimulées et transformées en croyances sur la réalité. Les opérations consistant à trouver les arguments qui permettent de substituer des valeurs en croyances s’apparentent à des « rationalisations », et ce sont ces dernières que Myrdal s’est efforcé de démasquer dans Political Element. Comment dès lors être objectif si les valeurs déterminent nécessairement la recherche ? En fait, comme nous le soulignions plus haut, Myrdal récuse le principe d’une science sociale « désintéressée » et par conséquent ne conçoit pas l’objectivité dans un sens littéral. Il ne peut y avoir objectivité que du point de vue des valeurs introduites dans la recherche, mais celles-ci doivent être conscientes et clairement explicitées.55 Cette méthode permet ainsi de minorer l’effet « émotionnel » des valeurs qui explique l’apparition des biais ; « L’émotion et l’irrationalité en science », souligne Myrdal, « acquièrent leur haute potentialité, précisément quand les valeurs sont supprimées ou maintenues cachées derrière les soi-disant faits » ([1944] 1962, p. 1044).

17Dès lors se pose la question du choix des valeurs et donc des postulats de valeur. Myrdal énumère un ensemble de conditions ([1944] 1962, p. 1059-1064 et 1969, chap. xiii et xiv) :

  • les postulats de valeur sont explicitement déterminés ;
  • ils sont adaptés à la réalité, c’est-à-dire aussi spécifiques et concrets que le requière la réalité étudiée ;
  • ils ne peuvent pas être le produit des faits ou d’un « ordre naturel », mais sont choisis intentionnellement (purposively selected) par le chercheur ;
  • ils ne peuvent pas être universellement valides et n’ont qu’un caractère hypothétique. Le chercheur s’attend à les ajuster continuellement suivant le cheminement de son investigation scientifique ;
  • l’existence de valeurs contradictoires implique qu’il soit possible de choisir plusieurs ensembles de postulats de valeur ;
  • les postulats de valeur sont sélectionnés suivant leur degré de pertinence (relevance), c’est-à-dire qu’ils satisfont les intérêts et les idéaux des individus et des groupes sociaux ;
  • parmi la totalité des postulats de valeur pertinents sélectionnés, le chercheur choisit ceux qui présentent la signification sociale (significance) la plus élevée, c’est-à-dire qui correspondent aux valeurs actuelles ou futures probables des groupes sociaux politiquement dominants ou les plus importants. Une place est néanmoins laissée aux valeurs des groupes sociaux moins influents ou minoritaires :
  • ils satisfont le critère de faisabilité (feasibility) ou d’opérationnalité ;
  • ils forment des ensembles cohérents (consistent) et non mutuellement incompatibles ;
  • enfin, ils s’appliquent autant aux fins qu’aux moyens de la recherche.

18Le choix des valeurs n’est donc pas arbitraire, mais répond au besoin de réalisme, c’est-à-dire repose sur les valeurs d’individus et de groupes sociaux détenant un pouvoir social significatif. Notons en outre qu’une fois les valeurs sélectionnées, celles-ci peuvent évoluer afin de s’adapter à une réalité sociale toujours mouvante. Cependant, plusieurs problèmes se posent dans la détermination des postulats que Myrdal avait déjà soulignés dès Political Element. Les enquêtes d’opinion de type sociologique sont insuffisantes et fournissent peu d’informations. De plus, les « rationalisations » opérées par les individus, ou encore la substitution des valeurs en croyances, compliquent la sélection des valeurs ; le chercheur doit en effet se fonder sur les valeurs que les « individus auraient si leurs croyances étaient correctes et non biaisées » (1969, p. 66), et souvent dans des situations potentielles. Enfin, le caractère d’un individu relève toujours de compromis moraux susceptibles d’évoluer au gré des conflits de valeur.

  • 56 Myrdal [1944] 1962, « Chapter I. American ideals and the American conscience ». Myrdal reconnaît qu (...)
  • 57 Néanmoins, dans les deux cas, Myrdal se défend d’avoir sélectionné ces valeurs parce qu’elles lui a (...)

19Alors que Myrdal estimait difficile, voire impossible, la résolution de ces problèmes dans Political Element, son jugement est beaucoup plus optimiste à partir de An American Dilemma, optimisme indissociable à la fois de son engagement dans le réformisme social à partir des années 1930 aux côtés de sa femme Alva Myrdal et de sa confiance dans le progrès des connaissances et des sciences sociales, reconnaissant ouvertement sur ce point sa dette à l’égard de la philosophie des Lumières. Il opte dans An American Dilemma pour un ensemble de postulats de valeur, le « credo américain » (American creed), très proches des valeurs des Lumières essentiellement fondées sur l’égalité et les droits à la liberté.56 Dans Asian Drama, Myrdal opte pour les « idéaux de modernisation » (Modernization Ideals) qui une fois de plus voisinent avec les valeurs des Lumières.57

20Comment expliquer l’existence de ces valeurs de la « modernité » ? La diffusion des connaissances par différents canaux comme l’État et d’autres institutions publiques, les progrès de l’éducation et de l’instruction d’une part et l’aspiration des individus à la rationalité et à l’honnêteté d’autre part, expliquent pourquoi, à plus ou moins long terme, les valeurs fondées sur l’égalité et la liberté l’emportent selon Myrdal sur les valeurs moralement plus faibles. Les « basses » valeurs (the valuations on the lower level) présentent un degré de généralité plus faible que les « hautes » valeurs (the valuations on the higher level) parce que ces dernières sont partagées par tous les membres d’une société même si elles ne motivent pas toujours les comportements réels étudiés. La diffusion des croyances correctes, supposées non imprégnées de valeurs, donc des connaissances transmises par l’éducation et l’instruction, permet généralement de substituer les « basses » valeurs au profit des « hautes » valeurs, car, dans la majorité des cas, les « individus sont subjectivement honnêtes et cherchent la cohérence [dans leurs attitudes] » (1969, p. 32-33)… Par conséquent, la probabilité que les valeurs morales l’emportent progressivement sur les intérêts individuels, les théories populaires et autres stéréotypes est en principe assez élevée si, souligne Myrdal, la société dans laquelle est réalisée l’étude scientifique n’est pas « cynique » (p. 32-33).

21Plusieurs ensembles concurrents de postulats de valeur peuvent être utilisés pour entamer une recherche. Dans cette dernière situation, qui selon Myrdal risque de se multiplier avec l’évolution continuelle que connaissent les sociétés contemporaines, un premier ensemble doit être sélectionné jouant alors une fonction « instrumentale » ; le « credo américain » ou les « idéaux de modernisation » ont assuré cette dernière fonction, Myrdal laissant entendre que ses recherches restent inachevées. Des moyens supplémentaires auraient permis de les étendre avec un choix différent de valeurs. Il rappelle implicitement que le savoir n’est jamais clos, mais toujours en devenir, le travail scientifique n’étant qu’une « contribution à un processus perpétuel de savoir croissant par la discussion et la controverse » (1958b, p. 262). La mise au jour des valeurs de la recherche constitue donc le seul moyen disponible qui permet d’atteindre des résultats pratiques dont peut se servir le décideur politique. Ceux-ci montrent notamment quelles actions privilégier pour satisfaire les valeurs préalablement sélectionnées.

22Les réflexions de Myrdal sur le problème des valeurs dans la recherche inscrivent d’emblée sa démarche dans une perspective institutionnaliste. Cependant, ce sont d’autres raisons qui le poussent à partir des années 1930 à donner explicitement une telle orientation à ses recherches.

Notes

46 Voir sur ce point Myrdal 1958b, « Postscript », p. 21.

47 Myrdal souligne : « À chaque moment, nous sommes face au choix soit de maintenir l’ordre social comme il est, soit de le changer. Il peut être changé dans un nombre de sens différents, dans des voies différentes et, surtout, selon des degrés variables. Ce fait rend une technologie économique extraordinairement compliquée », Myrdal [1953] 1971, p. 198.

48 Dès son premier séjour aux États-Unis en 1929-1930, Myrdal est amené à se familiariser avec les sciences sociales américaines en plein renouveau. Les thèmes du processus ou encore du contrôle social sont alors en vogue rattachés à une méthode objective de l’investigation scientifique fondée sur les techniques statistiques (Ross 1991). Si évidemment, cette vision de la recherche sera récusée par Myrdal, parce que les valeurs ne peuvent pas être distinguées des faits observées, elle ne s’oppose pas à celle que partage Myrdal dans Political Element qu’il qualifiera d’« empirisme naïf », dernier ouvrage dont il rédige le dernier chapitre durant son séjour aux États-Unis (Jackson 1990, p. 60) et dans lequel sont mises en avant les virtualités de la « technologie économique ».

49 Connaissances vraies au sens des connaissances atteintes et reconnues par les « experts ».

50 Soulignons ici la probable influence d’Alva Myrdal qui avait entamé des recherches en psychologie sociale, Myrdal [1953] 1971, p. 204.

51 La principale influence de Myrdal a été sur ce point le philosophe suédois Axel Hägerström.

52 Myrdal, Das Zweck Mittel-Denken in der Nationalökonomie (Ends and means in political economy), Zeitschrift für Nationalokonomie, 4 (3), 1933, reproduit dans Value in Social Theory : A Selection of Essays on Methodology, 1958b, p. 206-230.

53 Reprise du titre d’un des ouvrages méthodologiques de Myrdal publié en 1969 développant sa conception définitive du traitement des valeurs dans les sciences sociales.

54 Myrdal 1978a, Préface à Procès de la croissance : à contre-courant, p. 10.

55 « Il n’y pas d’autre moyen pour exclure les biais dans les sciences sociales que de faire face aux valeurs et de les introduire comme postulats de valeur explicitement déterminés, spécifiques et suffisamment concrets », Myrdal [1944] 1962, p. 1043. Voir aussi Myrdal 1969, chap. xi.

56 Myrdal [1944] 1962, « Chapter I. American ideals and the American conscience ». Myrdal reconnaît que sa proximité avec la philosophie des Lumières doit beaucoup à John Lindqvist son « professeur d’histoire et de suédois qui était très conservateur mais qui me donna l’essence de la philosophie des Lumières et la compréhension de ce qu’était une philosophie optimiste », Myrdal 1997, p. 158.

57 Néanmoins, dans les deux cas, Myrdal se défend d’avoir sélectionné ces valeurs parce qu’elles lui auraient été inspirées par la philosophie des Lumières et non parce qu’elles étaient pertinentes et significatives pour les sociétés étudiées.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search