Version classiqueVersion mobile

Les « valeurs guident et accompagnent notre recherche », L’institutionnalisme de Myrdal

 | 
Cyrille Ferraton

2. Critique des économistes

Texte intégral

  • 29 Une première version de sa thèse était en circulation dès 1925, mais la version de 1927 présente un (...)
  • 30 Voir son écrit autobiographique publié en 1982 Hur styrs landet ?

1Le problème soulevé par l’introduction des valeurs dans l’analyse économique est abordé dès 1927 dans sa thèse intitulée Le problème de la formation des prix et le changement économique (voir Appelqvist et Andersson éd. [1998] 2005, p. 55).29 Mais c’est surtout The Political Element in the Development of Economic Theory qui fait date. Il est traduit en allemand en 1932, mais il faut attendre 1953 pour qu’il le soit en anglais. Myrdal développe dans cet ouvrage une critique de la théorie économique qu’il ne cessera par la suite de réactiver et de compléter. La dissimulation des valeurs constitue une des principales critiques que Myrdal adresse à la théorie économique. Formant la trame de Political Element, il la reprend constamment et la juge même encore parfaitement valide au début des années 1980.30 Cette critique conduit naturellement Myrdal à condamner l’opportunisme et le conservatisme du savoir économique qui ne sont pas sans lien aussi avec son faible réalisme.

Les valeurs dans la théorie économique : l’analyse critique de Political Element in the Development of Economic Theory (1930)

  • 31 Myrdal [1953] 1971, chap. viii. « The role of economics in politics », p. 191-207.

2Les réflexions méthodologiques de Myrdal sont précoces dans sa carrière d’économiste. Entamées brièvement dans sa thèse, elles sont systématisées dans Political Element. Aussi, cette dernière publication est-elle essentiellement dévolue à la critique de la part jouée par la « spéculation politique » dans le développement de la théorie économique (Myrdal [1953] 1971, p. ix) ; seul le dernier chapitre de l’ouvrage esquisse quelques propositions visant à fonder une économie politique que Myrdal désigne par « technologie économique »31, capable d’éclairer le décideur politique, mais sur la base d’un traitement satisfaisant des jugements de valeur.

  • 32 Les économistes classiques anglais sont bien entendu cités (John Stuart Mill, Nassau Senior, David (...)
  • 33 G. Myrdal aurait surtout retenu cet enseignement étudiant finalement assez peu les écrits d’A. Häge (...)

3Le champ théorique et historique couvert par Political Element est vaste. Il comprend des écrits philosophiques et économiques publiés entre le xviiie et le xxe siècle. Des premiers, Myrdal étudie les deux principaux corpus sur lesquels s’est bâtie l’économie politique, le droit naturel (Thomas Hobbes et John Locke) et l’utilitarisme (Jeremy Bentham, Abraham Tucker, Jospeh Priestley, Henry Sidgwick et William Paley). Sa critique de la fiction de l’harmonie des intérêts l’amène à analyser les écrits de Bernard de Mandeville, Ashley Cooper Shaftesbury, Joseph Butler, Francis Hutcheson, David Hume et Adam Smith. Fondant son analyse sur les pensées économiques classique et néoclassique32, Myrdal s’intéresse aussi brièvement à d’autres courants de pensée comme le socialisme britannique de la fin du xviiie et du début du xixe siècle (William Godwin). C’est dans Political Element que Myrdal reconnaît sa dette au philosophe suédois Axel Hägerström (1868-1939) pour lui avoir enseigné la subjectivité des valeurs.33 Selon Ernst Cassirer (1996, p. 42-43), un parallèle entre l’entreprise d’Axel Hägerström et celle de Myrdal dans Political Element peut d’ailleurs être fait. Une partie des travaux du philosophe a en effet consisté à dénicher la « métaphysique “inconsciente” » dans la « pensée “populaire” » et la « pensée scientifique ». La métaphysique inconsciente est beaucoup plus nuisible que la métaphysique consciente parce que cette dernière

… exprime très clairement et précisément ses raisonnements nous livrant ainsi en même temps la clé de sa propre critique, la première agit pour ainsi dire dans l’obscurité. Elle se dissimule derrière des énoncés qui semblent au premier coup d’œil posséder un caractère purement empirique et absolument au-dessus de tout soupçon. (Cassirer 1996, p. 42-43)

4Les sciences sociales n’échappent pas à ce risque, bien au contraire, faisant que c’est « la superstition qui pénètre notre savoir et notre conception de la réalité effective » (p. 42-43). La critique que Myrdal nomme « critique immanente » – expression qu’il emprunte à Knut Wicksell – a précisément pour tâche de révéler ces biais normatifs afin de les rendre définitivement inoffensifs. Ce que Axel Hägerström réalise pour le droit dans Inquiries Into the Nature of Law and Morals (1917) ou pour le matérialisme dialectique du marxisme dans « The social teleology in marxism » (1909), Myrdal l’entreprend pour l’économie politique.

  • 34 Myrdal souligne ainsi que Political Element doit être considéré comme « une manifestation individue (...)
  • 35 Voir « Om penningteoretisk jämvikt. En studie över den “normala räntan” i Wicksells penninglära » ( (...)

5Cette critique dans Political Element semble moins redevable aux premières velléités dissidentes de Myrdal qu’à une réaction de contestation de la méthode courante employée par les économistes suédois de la génération précédant Myrdal, dans laquelle figurent entre autres Knut Wicksell, Gustav Cassel ou encore Eli F. Heckscher.34 Au-delà de la « critique immanente » minutieuse développée dans Political Element, l’autre intérêt pour la lecture de ce dernier ouvrage tient à l’évolution de la pensée de Myrdal. Il partage alors de nombreux points communs avec les économistes néoclassiques de la période, bien qu’il développe une approche dynamique de l’équilibre monétaire en intégrant les effets des anticipations.35 S’inscrivant dans une période féconde pour l’analyse économique, « années de haute théorie » (Shackle 1967), l’« école suédoise », ou « école de Stockholm » (Ohlin 1937), à laquelle sont rattachés les écrits de Myrdal aux côtés de ceux d’Erik Lindahl et de Bertil Ohlin notamment, développe des idées novatrices sur la théorie monétaire et le cycle dont on a pu dire, Myrdal au premier chef, qu’elles avaient anticipé celles développées par John Maynard Keynes dans la Théorie générale de l’emploi de l’intérêt et de la monnaie publié en février 1936. Certains développements compris dans Political Element témoignent à notre sens déjà d’une approche institutionnaliste, en particulier dans le souci que manifeste Myrdal de ne pas isoler la science économique des autres sciences sociales dont la psychologie, le droit, la sociologie, l’épistémologie ou encore la philosophie (Myrdal 1971, p. 17 et chap. 8).

6Myrdal jugera toujours valable la « critique immanente » qu’il propose dans Political Element de la « spéculation politique » de la théorie économique. La frontière entre l’économie, qui relève du domaine des faits, et la politique, qui relève du domaine des normes donc des valeurs, communément acceptée par la communauté des économistes depuis l’essai en 1836 de John Stuart Mill « On the definition of political economy and on the method of investigation proper to it », est, selon Myrdal, continuellement transgressée par les économistes sans qu’ils en aient toujours conscience. Political Element vise ainsi à mettre au jour les normes politiques qui sont souvent « supprimées et apparaissent seulement implicitement dans les recommandations politiques spécifiques présentées comme les résultats de l’analyse économique » (Myrdal 1971, p. 13). Ces valeurs de la théorie économique contemporaine constituent un héritage des philosophies morales du droit naturel et de l’utilitarisme du xviiie et du xixe siècles.

7L’histoire des idées est le moyen utilisé par Myrdal pour repérer ces biais survenant inévitablement lorsque les économistes, sans postulats de valeur a priori, déduisent de leurs analyses des conclusions politiques. Or ceux-ci travaillent, pour la majorité sans qu’ils en aient conscience, avec les systèmes normatifs des philosophies morales, le droit naturel et l’utilitarisme, sur lesquels se sont développées les principales analyses économiques, c’est-à-dire la physiocratie, l’économie politique classique et marginaliste. Les « erreurs logiques » apparaissent dès lors dans les résultats obtenus parce qu’ils sont indissociablement liés aux valeurs des anciennes philosophies morales. C’est essentiellement parce que les économistes contemporains entreprennent leurs analyses avec des valeurs implicites, la plupart du temps non perçues, que leurs résultats comprennent des biais normatifs non maîtrisés toujours présentés comme des résultats issus d’un travail d’analyse et donc indépendants des valeurs.

8La première source de la théorie économique est le droit naturel, mais ses orientations contemporaines sont surtout redevables de l’utilitarisme britannique avec sa méthode empiriste et sa psychologie hédoniste (p. 32-33). Plusieurs notions aujourd’hui largement diffusées dans l’analyse néoclassique ont été en fait importées de cette dernière philosophie morale. Myrdal en compte au moins trois : les mesures d’utilité individuelle, la maximisation de l’utilité collective résultant de la sommation des utilités individuelles et le principe de l’harmonie des intérêts individuels (p. 53) ; ces notions servent à justifier certaines préconisations politiques comme le « laisser-faire » ou la « libre concurrence », mais elles sont exposées comme des résultats logiques de l’analyse économique.

L’opportunisme et le conservatisme de la théorie économique

9Myrdal dans Political Element dénonce l’introduction de valeurs dans l’analyse économique. Il souligne ainsi encore au début des années 1970 :

Nous pouvons, bien sûr, ne pas nous soucier des valeurs qui nolens volens sont implicites. Et c’est encore malheureusement une pratique régulière dans les sciences sociales. Mais en ne choisissant pas d’une façon rationnelle, et en n’explicitant pas les principes de valeur qui gouvernent notre recherche, nous créons un espace d’indétermination par lequel les biais peuvent entrer dans l’analyse. (1978a, p. 63)

10Selon Myrdal, les économistes, au même titre que les autres chercheurs en sciences sociales, subissent l’influence de trois facteurs : « les traits de [leur] personnalité individuelle [...] la forte tradition de [leurs] disciplines et [...] le jeu des intérêts et des préjugés de la société » (1978a, p. 62).

L’opportunisme

11Myrdal reprend à plusieurs reprises cette critique en insistant particulièrement sur l’opportunisme du savoir économique. « Toute ignorance, comme toute connaissance, tend [...] à être opportuniste » (1969, p. 19) souligne-t-il. Les connaissances « populaires » au même titre que celles présentant les apparences du discours scientifique sont concernées par cet opportunisme. Ces connaissances présentent une vision biaisée de la réalité favorable aux « intérêts communément exprimés, quoique souvent de façon erronée, par les groupes dominants de nos sociétés. [Cette vision finit] donc par dévier de la vérité dans une direction opportune pour ces intérêts ». (1978a, p. 80)

12Myrdal distingue les croyances (beliefs) des valeurs (valuations). Les premières décrivent ce qu’est (ou ce qu’était) la réalité et peuvent être sanctionnées par le critère du vrai et du faux ; une mesure de la « complétude » (relative completeness) des croyances peut être effectuée, exprimant les connaissances manquantes pour que ces croyances puissent atteindre la « vérité ». Les valeurs expriment ce que doit être (ou ce que devait être) la réalité, mais elles ne peuvent pas être jugées par le même critère du vrai et du faux ; les croyances relèvent de processus intellectuels et cognitifs alors que les valeurs sont émotionnelles et volontaires (volitive) (1969, p. 19). Dans leurs « opinions » quotidiennes, les individus mélangent croyances et valeurs. Aussi, est-il faux de croire au caractère homogène des différentes valeurs que soutient un individu ; les comportements réels sont toujours le produit de compromis entre des valeurs conflictuelles, certaines étant cachées, d’autres étant expressément revendiquées. L’opportunisme du savoir se manifeste dès lors que l’individu transforme ses valeurs, généralement de faible valeur morale, en croyances sur la réalité, opérations définies par Myrdal comme des « rationalisations ». Les valeurs sont ainsi « objectivées » et présentées comme de simples croyances sur ce qu’est la réalité, alors que généralement une analyse minutieuse de type scientifique de ces supposées croyances permet de déceler leur caractère erroné. La dénonciation dans An American Dilemma des stéréotypes véhiculés par les blancs concernant l’infériorité raciale des noirs en fournit une illustration possible. Cette confrontation des croyances à la réalité est d’autant plus salutaire lorsque l’on sait que Myrdal considère ces stéréotypes comme la cause majeure des discriminations raciales. Ainsi, souligne-t-il dès l’introduction de An American Dilemma :

Le problème noir américain est un problème dans le cœur de l’Américain. C’est là que la tension interraciale a son foyer. C’est là que le conflit décisif se passe. C’est le point de vue central de ce traité [An American Dilemma]. Bien que notre étude inclue les relations raciales économiques, sociales et politiques, notre problème de base est le dilemme moral de l’Américain – le conflit entre ses valeurs morales à différents niveaux de conscience et de généralité. Le « Dilemme Américain » […] est le conflit houleux, entre d’un côté, les valeurs conservées sur le plan général que nous appellerons le « Credo Américain », où l’Américain pense, parle et agit influencé par des préceptes nationaux et chrétiens élevés, et de l’autre côté, les valeurs sur les plans particuliers de la vie des individus et des groupes, où les intérêts personnels et locaux, les jalousies économiques, sociales et sexuelles, les considérations de prestige et de conformité de la communauté, les préjugés de groupe à l’encontre des personnes ou des types de personnes, et toutes sortes d’envies, d’impulsions et d’habitudes diverses dominent son attitude. ([1944] 1962, p. lxxix)

  • 36 Appendix 5, « A parallel to the negro problem », Myrdal [1944] 1962, p. 1073-1078. Myrdal souhaitai (...)
  • 37 Dans une lettre du 1er décembre 1947 à Nelson Algren, elle écrit : « … je suis plongée dans un gros (...)

13Les inégalités qui touchent les femmes relèvent de la même logique selon Myrdal. Il développe ce parallèle dans An American Dilemma36 que Simone de Beauvoir lit en 1947 au cours d’un de ses séjours aux États-Unis où elle rédige Le deuxième sexe (1949).37 Ce parallèle lui semble particulièrement éclairant. Elle souligne :

  • 38 Beauvoir 1997, p. 175 (Lettre du 2 décembre 1947).

Tout en avançant le gros Dilemme américain […], je me remets à réfléchir à l’essai que j’ai commencé sur la condition des femmes. J’aimerais réussir quelque chose d’aussi important que le Myrdal ; il souligne d’ailleurs quantité de très suggestives analogies entre le statut des Noirs et celui des femmes, que j’avais déjà pressenties.38

14Le refus de considérer certains aspects de la réalité de la part de l’individu ordinaire, mais aussi du chercheur, parce que ceux-ci invalideraient leurs croyances qui sont le plus souvent des valeurs « masquées », obéit à une logique opportuniste. Il y a opportunisme dans la mesure où les intérêts ne sont pas mis en doute alors qu’une connaissance plus approfondie de la réalité devrait justement conduire à délaisser ces intérêts, généralement de faible valeur morale. C’est pourquoi aussi Myrdal, comme nous le verrons plus loin, préconise l’explicitation des valeurs avec lesquelles travaille le chercheur.

  • 39 Myrdal constate en 1971 une double évolution négative de la théorie économique : d’une part le déve (...)

15L’excès de formalisme et la spécialisation de la théorie économique sont aussi condamnés par Myrdal.39 Le formalisme relève d’une tentative d’éviter l’utilisation de catégories théoriques chargées de valeur (value-loaded terms) et d’objectiver des concepts qui ne peuvent l’être parce qu’ils présupposent toujours des valeurs pour leur élaboration (1969, chap. xii). La spécialisation favorise l’établissement d’un discours économique peu ou pas compréhensible du grand public réservé aux spécialistes. Cette double évolution s’oppose au rôle pédagogique traditionnel prêté aux sciences sociales. Néanmoins, Myrdal se montre dans l’ensemble relativement optimiste quant au progrès des connaissances permis par la recherche scientifique parce que, souligne Myrdal, la structure institutionnelle de la société démocratique (État, école, etc.) facilite la diffusion de l’éducation et donc agit contre l’opportunisme du savoir (chap. vii et viii).

Le conservatisme

16Dès Political Element, Myrdal fait le constat du conservatisme de la théorie économique. Il l’explique par le besoin des économistes « de se protéger de leurs propres principes radicaux hérités de la période des Lumières » (1978a, p. 66), autrement dit du besoin de développer des analyses théoriques qui n’entraînent pas de conclusions politiques favorisant le principe égalitaire. La distinction entre production et répartition, introduite par John Stuart Mill dans ses Principes d’économie politique en 1848, constitua l’un des moyens efficaces qui permit d’éviter à la théorie économique de céder au réformisme. La production des richesses régie par des « lois naturelles » ne peut pas être modifiée par des mesures interventionnistes alors que la répartition des richesses obéissant à des mécanismes institutionnels autorise l’action politique. Cette distinction permit aux économistes d’isoler leurs analyses du champ politique en se centrant principalement sur la production des richesses. En outre, la notion héritée des philosophies morales de l’harmonie des intérêts à laquelle était associée couramment la « prédilection pour le laisser-faire » venait conforter cet abandon des questions politiques (1969, p. 104-105). Myrdal insiste particulièrement sur la prégnance de ces « vieilles et puissantes prédilections », vecteurs du conservatisme des économistes, parce qu’elles les protègent des « prémisses radicales » sur lesquelles pourtant s’est développée la théorie économique (p. 105-109).

  • 40 Myrdal se montre sur ce point particulièrement caustique soulignant notamment : « … il y a des réco (...)
  • 41 « On leur demande habituellement d’être des économistes “prudents” », “raisonnables” » […] et génér (...)

17Myrdal avance deux facteurs qui peuvent expliquer le conservatisme des économistes. Premièrement, en adoptant des valeurs conservatrices, consciemment ou non, ils ne s’opposent pas aux pouvoirs politiques en place. En se détournant du principe égalitaire, la théorie économique bénéficie du « réalisme du conservatisme » dans la mesure où les analyses proposées semblent fournir des explications adaptées à la réalité sociale, mais qui sont en phase avec les intérêts des pouvoirs politiques. Deuxièmement, adopter pour un économiste une posture critique et volontiers réformiste est potentiellement risqué non seulement pour l’économiste universitaire parce qu’il s’expose à une mise à l’écart de ses pairs40, mais aussi pour l’économiste « non académique » (engagé au sein des organisations gouvernementales, intergouvernementales, etc.), car la reconnaissance de la valeur de ses travaux, déviant des intérêts politiques prédominants, ne sera plus dès lors automatique.41

Le réalisme de la théorie économique en question

  • 42 « Par les types de problème que j’en vins à traiter, je devins un économiste institutionnel, après (...)

18Myrdal s’est progressivement orienté vers la démarche institutionnaliste face aux insuffisances de l’approche économique standard lorsqu’il dut se confronter à la réalité sociale à partir des années 1930.42 Si l’on exclut la critique de la « spéculation politique » de la théorie économique précédemment évoquée, Myrdal stigmatise aussi le faible réalisme des analyses proposées dont on trouve une des causes dans l’approche disciplinaire uniquement fondée sur les « facteurs économiques », et laisse de côté les facteurs « non économiques » qui pourtant sont généralement pertinents pour les problèmes étudiés. La modélisation n’est pas critiquable en soi, elle l’est quand elle est faite au détriment du réalisme des développements théoriques :

… lorsque les économistes institutionnalistes critiquent les modèles fermés de leurs collègues conventionnels, cela n’implique pas, bien entendu, qu’ils soient hostiles aux modèles et aux théories. Mais nous souhaitons que les modèles et les théories – conçus selon nous comme des systèmes rationnellement intégrés de questions adressées à la réalité empirique nous entourant – soient plus adaptés à cette réalité. (1978b, p. 776)

  • 43 Il pronostique en effet en 1972 un développement important de l’économie institutionnaliste du fait (...)
  • 44 Voir sur l’idée d’État-providence, Myrdal 1963.

19La recherche du réalisme contraint donc l’économiste institutionnaliste à transgresser les frontières que lui impose sa discipline, mais Myrdal rappelle à plusieurs reprises que des intérêts corporatistes et politiques (évolution de la carrière du chercheur...) peuvent fortement ralentir cette tendance, bien que Myrdal dans les années 1970 anticipe à tort une croissance forte de l’institutionnalisme.43 Cette dernière croyance repose sur le lien qu’effectue Myrdal entre les idées économiques et l’évolution du contexte socio-politique. Le développement de l’économie institutionnaliste reste ainsi largement dépendant des mouvements réformistes égalitaires qui ont été les déterminants des États-providences contemporains.44 D’une manière identique, la « révolution dite keynésienne » fut « conditionnée positivement par la constellation d’intérêts politiques qui prirent de l’importance à la suite de l’évolution économique malheureuse » des années 1920-1930 en Grande-Bretagne et aux États-Unis tout autant que par les changements dans l’organisation du travail « conférant une influence croissante aux travailleurs » et que par la « modification générale du pouvoir politique » (1978a, p. 72).

  • 45 L’appelation de ce principe peut varier : par exemple, Myrdal emploie les termes de « principe de c (...)

20Parallèlement, Myrdal se montre très critique à l’égard des analyses statiques de l’économie standard qui ne sont qu’un décalque de la méthodologie des sciences exactes. La notion d’équilibre stable (stable equilibrium) en fournit la principale illustration que Myrdal rejette au profit du principe de causalité cumulative.45 Si Myrdal condamne l’utilisation de cette notion héritée des sciences physiques, c’est bien entendu pour son manque de réalisme et l’image statique qu’elle donne du fonctionnement économique, mais aussi parce qu’implicitement, elle s’oppose, en montrant son inefficacité, à la réforme. Elle implique, souligne Myrdal, « l’idée que toute perturbation provoque, dans le système, une réaction dans le sens de la restauration d’un nouvel état d’équilibre et qu’action et réaction auront lieu dans un seul et même espace de temps » (1959, p. 19-20) ; une implication supplémentaire est l’idée que « lorsqu’un changement primaire en amène d’autres par réaction, ces changements secondaires ont une direction contraire à celle du changement primaire ». On rejoint sur ce dernier point la critique de Myrdal de la « spéculation politique » de la théorie économique.

21L’approche disciplinaire, fermée sur les seuls « facteurs économiques », et la notion d’équilibre stable, constate Myrdal, sont étroitement liées, car la prise en compte des « facteurs non économiques » remet en cause l’équilibre supposé du système économique. C’est pourquoi généralement ces derniers sont donnés et fixes dans les modèles économiques standards (1959, p. 19-20).

22Aussi, Myrdal n’en reste pas qu’à la critique et expose dès Political Element plusieurs alternatives à la méthode dominante qui le conduisent à rejeter l’« empirisme naïf » qu’il partage encore en 1930 avec les économistes, dont les institutionnalistes.

Notes

29 Une première version de sa thèse était en circulation dès 1925, mais la version de 1927 présente un contenu différent. Myrdal travaillait en effet encore à sa thèse durant l’hiver 1926-1927. Il modifia en particulier le titre : la première version s’intitulait The Economic Problem of Change, sur ce point voir R. Swedberg, 1990, p. xxxiii.

30 Voir son écrit autobiographique publié en 1982 Hur styrs landet ?

31 Myrdal [1953] 1971, chap. viii. « The role of economics in politics », p. 191-207.

32 Les économistes classiques anglais sont bien entendu cités (John Stuart Mill, Nassau Senior, David Ricardo, James Mill, Thomas Robert Malthus) mais aussi français (comme Frédéric Bastiat). Les principaux économistes néoclassiques sont aussi cités (Stanley Jevons, Léon Walras, Carl Menger, Eugen von Böhm-Bawerk, Vilfredo Pareto, Irving Fisher, Gustav Cassel).

33 G. Myrdal aurait surtout retenu cet enseignement étudiant finalement assez peu les écrits d’A. Hägerström selon Jackson 1990, p. 37-87.

34 Myrdal souligne ainsi que Political Element doit être considéré comme « une manifestation individuelle d’une envie urgente parmi la jeune génération des économistes suédois des années 1920 de libérer nos esprits de l’enseignement de l’ancienne génération », Myrdal 1958b, p. 239.

35 Voir « Om penningteoretisk jämvikt. En studie över den “normala räntan” i Wicksells penninglära » (L’équilibre monétaire d’un point de vue théorique. Une étude de « l’intérêt normal » selon la doctrine monétaire de Wicksell), 1931, p. 191-302. Sur les principaux apports théoriques de Myrdal, voir Gehrke et Kurz 2000.

36 Appendix 5, « A parallel to the negro problem », Myrdal [1944] 1962, p. 1073-1078. Myrdal souhaitait intégrer cet appendice comme section dans An American Dilemma, mais les éditeurs refusèrent prétextant que le thème était trop éloigné du sujet traité dans l’ouvrage, Bok, « Introduction », Appelqvist et Andersson éd. 2005, p. xxiii.

37 Dans une lettre du 1er décembre 1947 à Nelson Algren, elle écrit : « … je suis plongée dans un gros machin sur les noirs, Le dilemme américain, qui […] m’enthousiasme. L’auteur est intelligent, il connaît, il comprend des tas de choses, il ne traite pas seulement de la question noire mais de beaucoup d’autres problèmes américains, je l’avale avec passion », Beauvoir 1997, p. 173-175.

38 Beauvoir 1997, p. 175 (Lettre du 2 décembre 1947).

39 Myrdal constate en 1971 une double évolution négative de la théorie économique : d’une part le développement d’une « terminologie étrange où la construction de diagrammes et d’équations mathématiques où les données omises sont représentées par des caractères grecs, comme étant, en elles-mêmes, des contributions significatives à la connaissance scientifique », et d’autre part l’opacité de certains discours économiques conduisant à ce que les économistes sont trop souvent tombés « dans l’ambition pseudo-scientifique de ne discuter qu’entre [eux] et de maintenir le public à distance », Myrdal 1978a, p. 141.

40 Myrdal se montre sur ce point particulièrement caustique soulignant notamment : « … il y a des récompenses pour les économistes qui ne dévient pas trop de l’héritage, mais qui font preuve d’habileté en travaillant dans le cadre du modèle et en montrant une capacité à enrichir, amender et développer les réflexions contenues dans cette tradition. C’est cela qui donne un rang parmi les collègues, et, en particulier, qui ouvre des situations d’enseignement et de recherche dans nos universités ». Il ajoute plus loin : « Il me semble ainsi que beaucoup d’économistes orthodoxes ne lisent pas les journaux avec attention et, en particulier, n’accordent pas d’intérêt aux journaux étrangers. Ils lisent souvent peu de livres et ne suivent pas régulièrement les journaux en dehors de leur spécialité », Myrdal 1978a, p. 69, p. 71.

41 « On leur demande habituellement d’être des économistes “prudents” », “raisonnables” » […] et généralement pas des aventuriers combattant pour la reconnaissance d’idées nouvelles […] L’adhésion à la terminologie acceptée […] procure une valeur supplémentaire, non seulement sur le plan de la commodité, mais aussi grâce à une apparence de strict professionnalisme, lorsqu’on doit entretenir des rapports avec les profanes, hommes d’affaires ou politiciens », Myrdal 1978a, p. 70.

42 « Par les types de problème que j’en vins à traiter, je devins un économiste institutionnel, après avoir été dans ma jeunesse un des plus ardents économistes “théoriciens” », Myrdal 1978a, p. 21. On notera par ailleurs que Myrdal récuse toute influence des économistes institutionnalistes américains, voir Myrdal 1997, p. 154.

43 Il pronostique en effet en 1972 un développement important de l’économie institutionnaliste du fait de l’« importance politique croissante du problème de l’égalité aux États-Unis comme dans le monde entier », Myrdal 1978a, p. 21.

44 Voir sur l’idée d’État-providence, Myrdal 1963.

45 L’appelation de ce principe peut varier : par exemple, Myrdal emploie les termes de « principe de cumulation » (principe of cumulation) dans An American Dilemma, de « causalité circulaire et cumulative » (circular and cumulative causation) dans Théorie économique et pays sous-développés (1957), simplement de « causalité circulaire » (circular causation) dans le texte « L’économie institutionnaliste » (1977), ou encore à d’autres occasions de « causalité cumulative » (cumulative causation).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search