Version classiqueVersion mobile

Les « valeurs guident et accompagnent notre recherche », L’institutionnalisme de Myrdal

 | 
Cyrille Ferraton

1. Biographie

Texte intégral

  • 4 Son premier nom complet est Karl Gunnar Pettersson. Il change ensuite de nom de famille en août 191 (...)

1Né le 6 décembre 1898 dans la région de Darlana en Suède, Gunnar Myrdal4 entreprend des études de droit à Stockholm (Law School) en 1918 et obtient son diplôme de droit au printemps 1923. Il exerce ensuite diverses fonctions dans la lignée de ses études (magistrat, etc.), mais le droit le déçoit. Alva Reimer, rencontrée en juin 1919, deviendra sa femme, Alva Myrdal, en octobre 1924. Elle le pousse à la lecture d’ouvrages d’économie politique dont Theoretische Sozialökonomie (1918) de Gustav Cassel qui deviendra son directeur de thèse. Entousiasmé par ses lectures, il engage alors de nouvelles études en économie à l’université de Stockholm à partir de 1923. Il y côtoie notamment Alf Johansson (1901- 1981), Erik Lindhal (1891-1960) ou encore Bertil Ohlin (1899-1979), et reçoit l’enseignement de professeurs illustres auxquels il reconnaîtra sa dette intellectuelle (Myrdal 1958b, p. 237-262) : notons parmi eux la présence de Knut Wicksell (1851-1926), Gustav Cassel (1866-1944), Eli F. Heckscher (1879-1952), Gösta Bagge (1882-1951) et David Davidson (1854-1942).

  • 5 Il n’existe pas de traduction anglaise de cette thèse.

2En 1925, il séjourne en Angleterre où il étudie les économistes classiques. En 1926 et 1927, il effectue des recherches en France et en Allemagne dans le cadre de sa thèse, Prisbildningsproblemet och föränderligheten5 (Le problème de la formation des prix et le changement économique), qu’il soutient en 1927 et dans laquelle il effectue une analyse dynamique du système d’équilibre des prix en y intégrant la notion d’anticipation. Il acquiert avec sa thèse une dimension internationale. Il occupe ensuite le poste de professeur assistant en économie politique à l’université de Stockholm.

  • 6 Alva et Gunnar Myrdal reçoivent chacun une bourse de recherche pour des projets consacrés respectiv (...)

3 Un séjour d’étude aux États-Unis en 1929-1930, qu’il effectue avec Alva Myrdal comme boursier de la fondation Rockfeller, s’avère déterminant à double titre pour les Myrdal.6 Ils rencontrent et sympathisent avec les sociologues William Isaac et Dorothy Thomas, et passent une partie du séjour à l’université de Chicago. Dans An American Dilemma, Myrdal reconnaît explicitement l’influence des travaux sociologiques de William Isaac Thomas dans son cheminement intellectuel. Témoins directs des problèmes sociaux américains (quartiers pauvres, problème noir, …), les Myrdal prennent aussi réellement conscience de la question politique. Très peu de temps après, Myrdal s’engage dans le parti social-démocrate suédois (Myrdal 1997, p. 149).

4Au cours de ce même séjour aux États-Unis, Myrdal noue des contacts avec les économistes institutionnalistes, mais son jugement à leur égard est très critique ; il note rétrospectivement : « … j’étais à l’étape “théorique” de mon propre développement en tant qu’économiste. J’ai même quelque peu participé aux débuts de l’« Economic Society » qui était conçue comme une organisation de défense contre le progrès des institutionnalistes » (Myrdal 1978a, p. 16). Dans la suite de sa carrière, Myrdal ne considère pas que son institutionnalisme ait subi l’influence des institutionnalistes américains.

5Il termine, à la fin de l’année 1929, la rédaction de The Cost of Living in Sweden, 1830-1930 (publié en 1933 en anglais). Cette publication s’inscrit dans le projet collectif de Gösta Bagge intitulé « Wages, cost of living and national income in Sweden 1860-1930 ». En 1930, il publie un ouvrage remarqué, The Political Element in the Development of Economic Theory (traduit en 1953 en anglais). Reprenant une série de cours qu’il donna en 1928, Myrdal y développe une critique en règle de la théorie économique. Il dénonce l’objectivité factice dont se prévalent les économistes contemporains, alors que tous leurs développements théoriques reposent sur des valeurs politiques héritées des philosophies morales du droit naturel et de l’utilitarisme. Soulignons que les orientations méthodologiques développées dans Political Element, que Myrdal complète et amende tout au long de sa carrière, doivent beaucoup au philosophe suédois Axel Hägerström (1868-1939). Il lui doit en particulier sa critique de l’objectivité des valeurs et son postulat de la subjectivité des valeurs, subjectivité qui n’interdit pas néanmoins un travail scientifique d’observation (Myrdal 1958b, p. 250).

  • 7 Sissela Bok croit que c’est la double préoccupation que manifestait Alva Myrdal pour les questions (...)
  • 8 Rappelons qu’elle a publié en 1934 avec G. Myrdal, Kris i befolkningsfrågan (État critique du probl (...)
  • 9 Elle est à la tête du « Department of social welfare » de l’Organisation des Nations unies (ONU) en (...)
  • 10 Outre son engagement remarqué aux Nations unies au cours duquel elle mène le groupe des nations non (...)

6 L’influence intellectuelle de sa compagne, Alva Reimer Myrdal, fut aussi considérable. Issue d’une famille engagée dans les mouvements populaires et sociaux (mouvements antialcooliques, …), elle ouvre Myrdal à un milieu progressiste dont il n’est pas familier ; avant de la rencontrer en juin 1919, il fréquente surtout les milieux conservateurs (Swedberg 1990). Elle semble ainsi avoir joué un rôle important autant pour son esprit critique que pour ses idées réformistes.7 N’occupant pas de position académique reconnue durant les années 1920, elle se consacre néanmoins à l’étude de la psychologie, et entreprend de nombreuses lectures en sciences sociales de langues anglaise, française et allemande. Elle se montre particulièrement critique à l’égard des idées économiques enseignées par Gustav Cassel. Encore peu reconnue internationalement au cours des années 1930 et 19408, sa carrière professionnelle et politique hors de la Suède débute véritablement à partir de 1949.9 Elle publie en 1956, avec Viola Klein, un ouvrage capital sur la question féminine Women’s Two Roles : Home and Work. Sa carrière politique atteint un sommet lorsqu’elle reçoit en 1982, avec Alfonso Garcia Robles, le prix Nobel de la paix pour son rôle actif dans la question du désarmement.10

  • 11 « Om penningteoretisk jämvikt. En studie över den “normala räntan” i Wicksells penninglära » (L’équ (...)
  • 12 C’est dans la traduction allemande qu’est introduite, sur la suggestion du traducteur économiste et (...)
  • 13 Cité dans Swedberg 1990, p. xvi. Cette dernière opinion est aussi celle de G. L. S. Shackle qui déc (...)

7À la suite de la publication iconoclaste de Political Element, Myrdal se remet à des travaux plus académiques, et publie en 1931 « Om penningteoretisk jämvikt » (L’équilibre monétaire d’un point de vue théorique)11, texte reconnu internationalement, traduit en allemand en 193312 (dans une collection d’essais édités par Friedrich von Hayek) et en anglais en 1939. Paul Samuelson déclarera à son sujet qu’il « constituait une anticipation importante par l’école de Stockholm de John Maynard Keynes ».13 Au niveau académique, après son retour des États-Unis, Myrdal accepte un poste de professeur associé en économie internationale à l’Institut de troisième cycle universitaire des études internationales à Genève. Il retourne ensuite en Suède en 1931 où il devient professeur suppléant d’économie à l’université de Stockholm ; il succède enfin à Gustav Cassel, en 1933, à la chaire Lars Hierta « Économie politique et science financière » dans la même université ; il l’occupera jusqu’en 1950.

  • 14 Appelqvist et Andersson éd. [1998] 2005, p. 88-91. Extrait de « Socialpolitikens dilemma 1-2 », Spe (...)

8Myrdal embrasse la carrière politique au sein du parti social-démocrate au début des années 1930. Il publie en 1932, dans la revue Spektrum, son manifeste politique « Socialpolitikens dilemma » (Le dilemme de la politique sociale) dans lequel il dépeint les caractéristiques de la nouvelle idéologie de la politique sociale, offrant de nombreux points de convergence sur le plan de la méthode avec les thèses développées dans Political Element. « Elle est intellectuelle et froidement rationnelle, alors que l’ancienne [idéologie], encore dominante, était complètement sentimentale » souligne Myrdal. « Elle est dans une grande mesure libérée des inhibitions de l’idéologie libérale. […] elle est orientée sur les faits, son romantisme est celui de l’ingénieur » ajoute-t-il.14 Cette politique économique et sociale « prophylactique », note-t-il, échappe à la critique libérale, car ses coûts sont marginaux comparativement aux bénéfices que l’on peut en attendre.

  • 15 Myrdal 1978a, p. 18 ; Angresano 1997, p. 53.
  • 16 Sur ce point voir Uhr 1977 et Kindleberger 1987, p. 393-403.

9L’accession au pouvoir suédois du parti social-démocrate, à la suite de leur victoire aux élections en 1932, profite à Myrdal qui devient conseiller de la politique fiscale du ministre des finances, Ernst Wigforss. Myrdal, Erik Lindahl et Bertil Ohlin, principaux représentants de l’école de Stockholm, jouent alors un rôle d’expertise influent en matière de politique économique. Après avoir abandonné avec la Grande-Bretagne le système de l’étalon-or à l’automne 1931, la Suède subit une dépréciation de sa monnaie qui pousse ses exportations à la hausse, freinant les effets de propagation de la crise économique de 1929. Cependant, le taux de chômage reste à un niveau élevé, touchant l’ensemble des secteurs économiques. En 1926, le parlement suédois avait mis en place une commission d’experts pour étudier le problème du chômage déjà élevé à cette période. Après un premier rapport publié en juin 1931 qui décrit l’évolution du chômage en Suède entre 1860 et 1929, des études plus spécifiques sur les causes du chômage et les mesures susceptibles de l’endiguer sont lancées et mises à la disposition du Parlement dès les années 1932-1933. Myrdal y prend part. Il rédige l’étude Finanspolitikens ekonomiska verkningar (Les effets économiques de la politique fiscale) publiée en janvier 1934. Elle constitue en fait une version longue de l’appendice iii figurant dans le discours budgétaire au Parlement suédois du ministre des Finances, Ernst Wigforss, le 2 janvier 1933, intitulé Business cycles and fiscal economics (Uhr 1977, p. 89-121). C’est dans ces travaux que Myrdal développe « une justification théorique » de la politique fiscale du parti social-démocrate, politique expansionniste fondée sur des déficits publics transitoires afin de stimuler l’activité économique et que Myrdal qualifiera plus tard de « keynésienne ».15 Finalement, la victoire aux élections de l’hiver 1932 du parti social-démocrate ouvre la voie à de nouvelles politiques expansionnistes d’investissements et de travaux publics financés par l’emprunt. Pour certains observateurs, ces politiques ont été un vecteur essentiel de la reprise économique suédoise durant les années 1932-1934. Cependant, la reprise du commerce extérieur de la Suède, après la dévaluation de sa monnaie en 1931, a aussi contribué à la reprise économique.16

10La carrière politique de Myrdal prend une nouvelle dimension en 1935 lorsqu’il est élu sénateur du Parlement suédois ; il achève son mandat sénatorial en 1938, année au cours de laquelle il entame son imposant chantier sur le problème noir aux États-Unis. Après une interruption, il revient à la vie politique en 1943 où il est réélu au Sénat, puis en 1945, il est nommé ministre du Commerce du gouvernement suédois. Il suscite alors la controverse lorsqu’il signe avec l’Union soviétique un traité commercial visant à soutenir l’économie suédoise et à développer les échanges entre la Suède et l’Union soviétique. Les termes de l’accord commercial devenus défavorables à la Suède, Myrdal est contesté, obligé même de quitter son poste ministériel en 1947.

11 Sur le plan scientifique, les années 1930 voient Myrdal donner une nouvelle orientation à ses recherches qu’il consacre aux problèmes économiques et sociaux provoqués pour une grande part par la crise économique de 1929. Les Myrdal publient en 1934 Kris i befolkningsfrågan (État critique du problème démographique) où ils se montrent favorables à un changement dans la politique démographique. Ils préconisent plusieurs réformes touchant de nombreux domaines de la vie sociale suédoise : aides aux logements pour les familles avec des enfants, gratuité des cantines scolaires, loi interdisant les employeurs de licencier les femmes enceintes, etc. L’ouvrage eut un énorme impact en Suède. Des économistes, comme Gustav Cassel ou Eli F. Heckscher, le critiquèrent publiquement ; il alimenta le débat portant alors sur le problème de la baisse de la population suédoise. On y trouve certaines des caractéristiques de ce qui allait définir l’État social suédois ; ses « solutions pratiques aux besoins des femmes et des enfants et des hommes […] donnèrent sa force à l’ouvrage » (Bok 1991, p. 115-119). Sissela Bok, fille des Myrdal, souligne que cette orientation « provenait de Alva [Myrdal] » (p. 115-119). Cette publication constitue aussi une des premières incursions de Myrdal sur le terrain institutionnaliste, perspective qu’il adoptera quelques années plus tard dans An American Dilemma. Myrdal participe au cours de ces mêmes années 1930 aux commissions d’experts (Swedish Royal Commissions), du logement en 1932, de la population en 1935, du budget en 1936 et de l’agriculture en 1938 pour lesquelles il rédige plusieurs rapports d’étude. En définitive, durant cette période, souligne James Angresano, Myrdal, travaillant

… au sein du parti social démocrate [...] contribua non seulement à promouvoir les politiques macroéconomiques de stabilisation [...] mais aussi à poser les bases de l’assurance sociale et des programmes de protection sociale qui ont été introduits progressivement en Suède après la montée au pouvoir des sociaux-démocrates en 1932. (Angresano 1997, p. 49)

  • 17 Les trois autres chercheurs pressentis pour réaliser la recherche étaient Lord Hailey, Roy Harrod e (...)
  • 18 Myrdal cite dans ses remerciements soixante quinze participants. Parmi ceux-ci figure Dorothy Thoma (...)

12C’est en octobre 1937 que Myrdal accepte l’offre de la fondation Carnegie (Corporation Carnegie) pour l’étude du problème noir aux États-Unis. Le choix de Myrdal, un économiste suédois connu en particulier aux États-Unis par la fondation Rockfeller et reconnu pour son travail critique développé dans Political Element, répond à la double exigence exprimée par Frederick Keppel, président de la fondation Carnegie. La personne sélectionnée devait être originaire d’un pays démocratique et sans passé impérialiste, ceci afin qu’elle ne reproduise pas certains stéréotypes « colonialistes » dans l’étude du problème noir. Enfin, la forte connotation émotionnelle du projet interdisait de choisir un chercheur américain.17 Débutant en 1938 avec une imposante équipe de chercheurs, l’étude dirigée par Myrdal est finalement publiée en 1944 sous le titre An American Dilemma. The Negro Problem and Modern Democracy18 ; Myrdal en fut le principal rédacteur, mais il bénéficia de l’assistance de Richard Sterner, économiste suédois et d’Arnold Rose, sociologue de l’université de Chicago. An American Dilemma contient onze parties, quarante-cinq chapitres, dix appendices (auquel s’ajoutent un index et une bibliographie exhaustive), le total représentant plus de mille cinq cents pages.

  • 19 La décision Brown v. Board of Education of Topeka, Kansas cite Gunnar Myrdal mais aussi Edward Fran (...)
  • 20 Sur la réception critique de An American Dilemma, voir Southern 1994 et 1995.

13 An American Dilemma donne naissance à une nouvelle orthodoxie libérale américaine « des relations raciales élaborée à partir d’une science sociale égalitaire, imprégnée d’optimisme et recherchant l’assimilation raciale par l’intermédiaire de l’ingénierie sociale » (Southern 1995, p. 228). Il exerce une grande influence aux États-Unis pendant environ vingt ans après sa publication. La Cour suprême des États-Unis le cite dans sa décision du 17 mai 1954, rendant inconstitutionnelle et donc illégale la ségrégation raciale.19 Si le travail effectué est imposant, An American Dilemma ne fait pour certains spécialistes que la synthèse des connaissances alors existantes aux États-Unis. Cependant, sa rhétorique morale, où le problème noir est envisagé comme un problème propre à la conscience des blancs, et sa focalisation sur le choix individuel, différencient An American Dilemma des autres travaux en sciences sociales à cette période (voir Bulmer 1993, p. 345-357). Les réceptions critiques furent très nombreuses. On lui reprocha notamment d’avoir négligé l’étude de la population noire mais ces réceptions témoignent de sa forte notoriété dans la culture américaine.20

  • 21 Ouvrage issu d’une première conférence pour le 200e anniversaire de l’université de Columbia intitu (...)
  • 22 Publication provenant de trois conférences données en 1956 à la banque nationale d’Égypte en l’honn (...)
  • 23 Titre qui fait référence à un des grands classiques de l’économie politique An Inquiry into the Nat (...)
  • 24 Publication issue de conférences données en 1968 à l’École Johns Hopkins des études internationales (...)

14En 1947, après sa déconvenue politique, Myrdal s’engage sur la scène internationale. Il accepte le poste de secrétaire exécutif de la Commission économique européenne des Nations unies qu’il occupe jusqu’en avril 1957. Ses investigations se portent naturellement sur les questions internationales et le développement économique. Plusieurs publications se succèdent alors : Une économie internationale21 en 1956, Théorie économique et pays sous-développé22 en 1957, et Planifier pour développer. De l’État-providence au monde-providence en 1960. À partir de 1957, il débute à nouveau un chantier impressionnant, financé par la fondation Twentieth Century Fund, portant sur le développement du Sud asiatique qui comprend alors une population représentant la moitié de la population mondiale. Onze ans plus tard, Myrdal publie les résultats de son enquête sous le titre Asian Drama : An Inquiry Into the Nature and Causes of the Poverty of Nations23, ouvrage là aussi monumental à l’instar de An American Dilemma qui compte approximativement deux milles trois cents pages. Plus tard, Myrdal complète Asian Drama en publiant Le défi du monde pauvre (1970)24 qui répond aux critiques qui lui reprochaient de ne pas avoir proposé de mesures politiques dans Asian Drama. Son activité académique reste importante durant cette période. En 1961, il est nommé professeur d’économie internationale à l’université de Stockholm et fonde l’Institut pour les études d’économie internationale dont il devient le directeur.

  • 25 Myrdal juge inefficaces les politiques économiques d’inspiration keynésienne parce qu’elles ne tien (...)

15Pendant cette période, Myrdal continue à s’intéresser aux États-Unis ; il publie en 1963 le remarqué Challenge to Affluence. La société d’abondance américaine, étonnament, est une société qui connaît une croissance de la pauvreté, constate Myrdal. Il introduit la notion d’underclass désignant cette catégorie de la population touchée par un chômage structurel, distinct du sous-emploi keynésien qui impose de nouvelles politiques économiques et sociales.25 Challenge to Affluence s’inscrit dans la lignée des travaux de John K. Galbraith dans The Affluent Society (1958) et de Michael Harrington dans The Other America (1962) qui s’étaient déjà fait l’écho de cette contradiction entre société d’abondance et pauvreté.

  • 26 Myrdal commence après Political Element à compléter ses publications d’appendices méthodologiques ( (...)
  • 27 Il convient aussi de citer Procès de la croissance : à contre-courant, recueil de textes publiés en (...)

16Depuis Political Element, l’intérêt de Myrdal pour les questions méthodologiques ne faiblit pas. Au cours des années 1950, il souhaite publier une version corrigée de cette dernière publication, mais ses obligations professionnelles l’en empêchent. Il opte alors pour un recueil de textes, auquel il ajoute une note autobiographique. Celui-ci paraît en 1958 sous le titre Value in Social Theory : A Selection of Essays on Methodology.26 Plus tard, il présente ses grandes orientations méthodologiques lors des Wimmer Lecture à Saint Vincent College à Latrobe (Pennsylvanie) en 1967 et qu’il publie en 1969 sous le titre Objectivity in Social Research.27

  • 28 Cité dans Angresano 1997, p. 83. Pour une évaluation de l’évolution de la situation de la populatio (...)

17Myrdal voit sa carrière scientifique pleinement reconnue durant les années 1970, notamment par le monde économique : il obtient avec Friedrich von Hayek le prix de la banque de Suède pour les sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel en 1974 et reçoit la médaille Veblen-Commons de l’Association for Evolutionary Economics (AFEE) en 1975. Durant l’hiver 1973, Myrdal, alors membre du Center for the Study of Democratic Institutions à Santa Barbara aux États-Unis, se lance dans une version actualisée de An American Dilemma, « An american dilemma revisited », où il entend réévaluer ses conclusions à l’aune de l’évolution des « relations raciales » et exprimer « [ses] pensées inquiètes sur le développement futur » de celles-ci.28 Prenant conscience de l’ampleur de la tâche à accomplir, il convie Kenneth B. Clark pour cette entreprise, mais celui-ci se retire du projet. Myrdal travaille néanmoins encore sur cette nouvelle version au cours de séjours dans les universités américaines, mais la maladie l’empêche de la mener à son terme (voir Jackson 1990, p. 312-371). Myrdal meurt le 17 mai 1987, un peu plus d’un an après Alva Myrdal décédée le 1 février 1986.

Notes

4 Son premier nom complet est Karl Gunnar Pettersson. Il change ensuite de nom de famille en août 1914 devenant Myrdahl puis trois ans plus tard Myrdal, voir pour une biographie détaillée Jackson 1990. Voir aussi Angresano 1997, p. 32-96.

5 Il n’existe pas de traduction anglaise de cette thèse.

6 Alva et Gunnar Myrdal reçoivent chacun une bourse de recherche pour des projets consacrés respectivement à la méthodologie de la psychologie sociale et à la méthodologie en économie et en sciences sociales, Bok 1991, p. 80.

7 Sissela Bok croit que c’est la double préoccupation que manifestait Alva Myrdal pour les questions sociales et pour les injustices touchant les couches sociales défavorisées qui renforça la perspicacité scientifique de Myrdal et lui donna la matière pour avancer dans ses recherches, Bok 1991, p. 37-87.

8 Rappelons qu’elle a publié en 1934 avec G. Myrdal, Kris i befolkningsfrågan (État critique du problème démographique), Stockholm, Bonnier. L’ouvrage reçut en Suède un grand succès.

9 Elle est à la tête du « Department of social welfare » de l’Organisation des Nations unies (ONU) en 1949 et 1950 et du département de Sciences sociales de l’Unesco entre 1950 et 1955. Elle devient ensuite ambassadrice de Suède en Inde en 1955. Élue parlementaire en 1962, elle est nommée la même année représentante de la délégation suédoise pour la conférence sur le désarmement jusqu’en 1973 aux Nations unies. Elle devient membre d’un cabinet ministériel suédois afin de promouvoir le désarmement de 1967 à 1973.

10 Outre son engagement remarqué aux Nations unies au cours duquel elle mène le groupe des nations non-alignées, elle publie plusieurs ouvrages reconnus sur la question du désarmement dont The Game of Disarmament : How the United States and Russia Run the Arms Race (1976).

11 « Om penningteoretisk jämvikt. En studie över den “normala räntan” i Wicksells penninglära » (L’équilibre monétaire d’un point de vue théorique. Une étude de « l’intérêt normal » selon la doctrine monétaire de Wicksell), Ekonomisk Tidskrift, 33 (5-6), 1931, p. 191-302, version anglaise révisée, Monetary Equilibrium, [1931] 1939, traduction française, Léquilibre monétaire, 1950.

12 C’est dans la traduction allemande qu’est introduite, sur la suggestion du traducteur économiste et élève de Myrdal, Gherard Mackenroth, la distinction ex ante/ex post, voir Dostaler 1991, p. 200.

13 Cité dans Swedberg 1990, p. xvi. Cette dernière opinion est aussi celle de G. L. S. Shackle qui déclare que Léquilibre monétaire « aurait très bien servi de base pour une théorie générale de la production et de l’emploi, si la Théorie générale n’avait pas été écrite », Shackle 1967, p. 6.

14 Appelqvist et Andersson éd. [1998] 2005, p. 88-91. Extrait de « Socialpolitikens dilemma 1-2 », Spektrum, 3, 1932, p. 1-13 et 4, 1932, p. 13-31.

15 Myrdal 1978a, p. 18 ; Angresano 1997, p. 53.

16 Sur ce point voir Uhr 1977 et Kindleberger 1987, p. 393-403.

17 Les trois autres chercheurs pressentis pour réaliser la recherche étaient Lord Hailey, Roy Harrod et Alfred Métraux. Voir pour plus de details, Lagemann 1987 p. 327-390 et Keppel [1944] 1962, p. lv-lviii.

18 Myrdal cite dans ses remerciements soixante quinze participants. Parmi ceux-ci figure Dorothy Thomas.

19 La décision Brown v. Board of Education of Topeka, Kansas cite Gunnar Myrdal mais aussi Edward Franklin Frazier (1894-1962) ou Kenneth Clark pour démontrer la nuisance des écoles ségrégationnistes sur les enfants noirs. Ce soutien politique fit la réputation de An American Dilemma, Préface to the Issue « An American dilemma revisited », 1995, p. xxi.

20 Sur la réception critique de An American Dilemma, voir Southern 1994 et 1995.

21 Ouvrage issu d’une première conférence pour le 200e anniversaire de l’université de Columbia intitulée « Towards a more closely integrated free world economy » à laquelle Myrdal apporte d’importants développements et qu’il publie sous le titre original An International Economy : Problems and Prospects.

22 Publication provenant de trois conférences données en 1956 à la banque nationale d’Égypte en l’honneur de son cinquantième anniversaire inititulées « Development and under-development – A note on the mechanism of national and international economic inequality » et publiées sous le même titre en Égypte. Une version plus longue fut alors publiée en Grande-Bretagne sous le titre Economic Theory and Under-Developed Regions et aux États-Unis sous le titre Rich Lands and Poor.

23 Titre qui fait référence à un des grands classiques de l’économie politique An Inquiry into the Nature and Causes of The Wealth of Nations (1776) d’Adam Smith. Cette attention portée au titre est constante chez Myrdal et constitue une véritable marque de fabrique.

24 Publication issue de conférences données en 1968 à l’École Johns Hopkins des études internationales avancées.

25 Myrdal juge inefficaces les politiques économiques d’inspiration keynésienne parce qu’elles ne tiennent pas compte du développement de ce nouveau type de chômage structurel causé par la faible qualification d’une partie des travailleurs qui ne peuvent pas satisfaire une demande de travail de plus en plus qualifiée, Myrdal [1963] 1965, p. 30-32.

26 Myrdal commence après Political Element à compléter ses publications d’appendices méthodologiques (il convient ici de citer l’appendice « Some methodological notes on the population problem and its scientific treatment » [1936] du rapport intitulé Betänkande i sexualfrågan, SOU 1936, 39, Stockholm, [1936] remis à la Commission population) qui constituent à partir de An American Dilemma (1944) une spécificité de l’œuvre de Myrdal. Certaines des notes et publications relatives à la question des valeurs sont regroupées dans Value in Social Theory : A Selection of Essays on Methodology.

27 Il convient aussi de citer Procès de la croissance : à contre-courant, recueil de textes publiés en anglais en 1973 abordant des questions de méthodes, d’histoire de la théorie économique et de développement économique.

28 Cité dans Angresano 1997, p. 83. Pour une évaluation de l’évolution de la situation de la population noire aux États-Unis jusqu’à la fin des années 1970, voir Smith et Welch 1989, p. 519-564.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search