Version classiqueVersion mobile

« Seuls les extrémistes sont cohérents...», Rothbard et l’école austro-américaine dans la querelle de l’herméneutique

 | 
Gilles Campagnolo

1. La reformulation de la pensée économique autrichienne aux États-Unis : Rothbard et la réaffirmation du programme de recherche libéral

Texte intégral

  • 1 Gary North, « Why Murray Rothbard will never win the Nobel prize ! », dans Block et Rockwell, 1988, (...)
  • 2 Citons notamment l’impossibilité d’appliquer le calcul infinitésimal à l’action humaine ; l’impossi (...)

1Gary North a rendu un hommage plein d’ironie et d’humour à Rothbard en prononçant, à l’occasion de ses soixante ans, un discours expliquant « pourquoi il ne gagnerait jamais le prix Nobel »!1 North établit une liste de treize aperçus de théorie économique rothbardienne qui doivent avec nécessité le faire échouer dans l’obtention du Nobel.2 Il reprend ironiquement les points de désaccord qui conduisent ceux dont la voix domine le libéralisme et l’enseignement des sciences économiques à l’échelle mondiale à condamner l’entreprise théorique autrichienne. S’ils peuvent attribuer à leurs partisans ce prix, que Rothbard ne saurait jamais obtenir, ont-ils pour autant raison ? La science serait-elle affaire de médailles et d’honneurs mondains ? Si c’est là le gage de leur sérieux face aux arguments autrichiens, alors le camp institutionnellement dominé vaut peut-être mieux : « ami de Friedman, mais plus encore ami de la vérité » semble dire North.

Aux sources de l’inaltérable combat d’un « Autrichien » américain

2En effet, c’est sans doute l’École de Chicago (encore plus que Lachmann et ses disciples, rivaux des rothbardiens au sein du courant austro-américain) qui est responsable, aux yeux de Rothbard, des erreurs fondamentales de la voie empruntée par le libéralisme. L’impasse du positivisme modélisateur et du scientisme économétrique s’achève, trente ans après sa prise de pouvoir au sein des départements d’économie, en une conversation rhétorique et herméneutique qui déshonore la science…

3Rothbard avait pourtant multiplié les avertissements et défendu bec et ongles une orthodoxie libérale en tentant de systématiser l’option « austro-américaine » à partir de 1956. Dans l’article « In defense of extreme apriorism », publié par le Southern Economic Journal, il relevait le drapeau de la doctrine formulée par Mises. Il s’agit alors pour le jeune Américain de retrouver la pensée autrichienne dans toute la pureté originelle qu’il attribue, une fois pour toutes, à la tradition allant de Menger à Mises. De cette position dans le domaine scientifique suit un combat engagé en faveur du marché, qui ne se démentit jamais, depuis l’époque où différentes versions combinant keynésianisme et institutionnalisme dominaient la majorité des universités américaines et des instances gouvernementales jusqu’à l’apparente victoire des thèses favorables au marché dans l’économie et la politique de la fin du xxe siècle.

  • 3 L’ouvrage publié par les Presses universitaires de Yale en 1949 attendit sa traduction française ju (...)
  • 4 De ce travail inachevé sont nés en 1995 deux volumes consacrés l’un à l’économie politique avant Sa (...)

4Rothbard suit une ligne de systématisation de la science de l’action humaine, la praxéologie, forgée par Mises dans Human Action, en 1949.3 Rothbard entendit toujours en tirer la substantifique moelle, en contribuant, à son tour, à sa défense et à son illustration dans le champ des résultats concrets des sciences sociales – que ce fût en économie, en histoire ou en philosophie. Car le sous-titre donné à son ouvrage par Mises (A Treatise of Economics) n’était pas limitatif – son contenu en témoigne – et Rothbard considérait effectivement la praxéologie comme interdisciplinaire. Ainsi, il devint d’abord l’élève de l’historien Josef Dorfman à l’université Columbia (New York), autre inspirateur de sa pensée dont, malgré des désaccords, il devait toujours louer les travaux, jusque dans le manuel d’histoire de la pensée économique du point de vue autrichien (An Austrian Perspective on the History of Economic Thought) qu’il rédigeait à la veille de sa disparition en 1995. Ce manuel devait consacrer l’École autrichienne américaine, dont Rothbard se présentait comme le maître à penser, après Mises, ancré dans une tradition qui, outre Menger, comprend l’école libérale française qu’il réhabilitait : Condillac, Say, Bastiat, etc. Il est significatif que Rothbard débuta cet ultime travail après la période de crise qui est notre objet.4

  • 5 The Panic of 1819 et America’s Great Depression parurent respectivement en 1962 et 1963 à Princeton (...)

5En cette même année 1956, où il avait fait, avec son article, une entrée remarquée dans le champ des études économiques parmi les partisans acharnés (alors rares) du marché seul, Rothbard obtint son doctorat à l’université Columbia, sous la direction de Josef Dorfman. Ce PhD d’histoire est consacré à l’étude de cas de la première panique boursière de l’histoire des jeunes États-Unis d’Amérique, en 1819. Rothbard conservera dans ses travaux futurs un intérêt particulier pour les questions posées par les situations économiques historiques extrêmes : paniques boursières soudaines et dépressions économiques profondes. Il devait appliquer les mêmes outils à la Grande Crise des années 1930, s’ingéniant à prendre à contre-pied les idées reçues.5

6Le jeune combattant en faveur d’un libéralisme « pur » s’en prenait d’abord à la leçon keynésienne sur le krach de 1929, acceptée par une large majorité d’historiens de l’économie. Pour les keynésiens américains, la crise avait montré l’effet de la combinaison des insuffisances inhérentes au marché (dans lequel un équilibre de sous-emploi et donc un chômage involontaire se révélaient possibles) et de l’absence de tout mécanisme de régulation pouvant en tempérer les excès. S’y ajoutait une volonté de laisser-faire imputée aux présidents républicains et à la classe politique des années 1920. Contre cette inaction choisie, le New Deal, avec ses célèbres programmes de grands travaux (notamment la Tennessee Valley Authority, les grands barrages devant fournir l’énergie électrique aux quatre coins du pays, etc.), aurait représenté la solution de sortie de crise, heureusement rendue possible par l’élection de Franklin Delano Roosevelt à la présidence.

  • 6 « The Hoover myth », J. Weinstein et D. W. Eakins éd., For a New America : Essays in History and Po (...)

7Rothbard affirma, au contraire, que Herbert Hoover avait déjà lancé la plupart de ces programmes (et pas seulement le fameux Hoover Dam du Colorado).6 La responsabilité incombait donc à Hoover. Il était président lors du « Jeudi noir » d’octobre 1929, ainsi que les années suivantes, les premières de la Grande Crise – et il avait agi quand, selon Rothbard, il n’eût pas dû le faire. Il avait été à l’initiative des grands travaux qui avaient précédé la crise comme de l’intervention de l’État qui l’avait aggravée. L’étatisme ne suivait donc pas le krach, mais le préparait et l’accompagnait. Dans cette difficile question d’historiographie économique, débattue encore aujourd’hui, l’interprétation selon laquelle l’interventionnisme intempestif était la véritable cause, sinon la seule, de la catastrophe du capitalisme des années 1920 puise ses origines pour une large part dans l’analyse de Rothbard.

  • 7 Milton Friedman et Anna J. Schwartz, A Monetary History of the United States, 1857- 1960, Princeton (...)

8Mais, déjà, le jeune économiste ne s’en prenait pas seulement à la conception néo-keynésienne, alors dominante dans nombre d’universités américaines. Il critiquait aussi la conception, prônée par l’École de Chicago, d’un libéralisme où la méthode positiviste de Milton Friedman s’était imposée. La même année que Rothbard publiait son travail sur la Grande Crise, Friedman et Schwartz en traitaient dans leur histoire monétaire des États-Unis. L’affrontement des thèses retenues de part et d’autre était clair.7 Sur le krach de 1929, il entendait écarter cette autre interprétation anti-keynésienne. Si elle mettait en cause le rôle de la Banque centrale, à l’instar de Rothbard, c’était en effet pour juger que la Federal Reserve avait aggravé un mécanisme par ailleurs déjà engagé par le marché. Rothbard soutenait que la Federal Reserve avait aggravé la situation par manque d’indépendance et alourdi le poids néfaste de l’emprise déjà existante du gouvernement sur une grande part de l’économie. Par l’intermédiaire de Rothbard, une révision des thèses historiques couramment reçues trouvait donc un ancrage dans une voie alternative à celle de l’École de Chicago, qui se tenait prête à prendre la relève si la confiance dans la politique budgétaire d’inspiration keynésienne venait à fléchir. Cela se produisit dès que la crise succéda à la prospérité de la période Eisenhower. Pour Rothbard, on substituait seulement une erreur à une autre, et l’occasion d’une orientation véritablement libérale était manquée.

9Positivistes et économètres estiment alors qu’ils peuvent monopoliser la voix de la science. Or, ils se prétendent défenseurs d’un certain nombre de fins (dont la liberté du marché), mais ils ne se fondent que sur des méthodes erronées, qui devront à terme miner leur position, dit Rothbard. Le libéralisme est en miettes entre leurs mains, et il convient de le fonder sur d’autres bases : entre le positivisme de Milton Friedman, l’accent mis sur la détention parfaite de la connaissance et de l’information par l’agent, et la praxéologie de Mises radicalisée par Rothbard, il y a un monde. Rothbard est explicite à cet égard :

  • 8 Économistes et charlatans, 1991a, recueil d’articles traduits en français, p. 55.

Ce que Milton Friedman fit, ce fut d’importer en économie la doctrine qui avait dominé la philosophie pendant plus d’une décennie, à savoir le positivisme logique. De manière ironique, Friedman importait le positivisme logique à peu près au même moment où le contrôle [exercé par le positivisme] d’une main de fer sur la profession philosophique aux États-Unis avait déjà passé son pic. Pendant trois décennies, nous eûmes à endurer l’insistance complaisante sur l’importance vitale des tests empiriques des déductions faites à partir des hypothèses, importance qui justifiait la prédominance des modèles économétriques et de la prévision, tout autant qu’elle servait d’excuse universelle à ce qu’une théorie fût fondée sur des suppositions qu’on reconnaissait pour fausses et extrêmement irréalistes. Car la théorie économique néoclassique repose en effet clairement sur des hypothèses irréalistes au point de l’absurde, telles que celles de la connaissance parfaite, de l’existence continue d’un équilibre général sans profits, sans pertes, et sans incertitude, et de l’action humaine conçue dans les limites de l’usage d’un calcul qui suppose des changements infiniment petits dans nos percepts et dans nos choix.
En bref, ce formidable appareil de la théorie économique mathématique néoclassique et des modèles économétriques, tout cela repose, d’un point de vue misésien, sur les sables mouvants traîtres de suppositions fausses, et même absurdes.8

  • 9 Rothbard « ne cherche pas à nier que les hypothèses fausses soient utiles en théorie économique, ma (...)

10Le résultat auquel aboutissent ces libéraux si divers, en affirmant que la non-intervention gouvernementale est préférable dans les processus économiques, peut d’abord leur sembler commun. Cela ne saurait combler l’écart qui existe entre les visions positiviste et autrichienne si la première était mal fondée et fausse, tandis que la seconde serait éventuellement exacte. Des tentatives de rapprochement à divers niveaux, méthodologique et théorique, ont eu lieu. La question se pose jusque dans le camp de Rothbard, puisque l’« économie rotative » de Mises préparait cette possibilité en offrant des possibilités de modélisation dans le cadre autrichien.9 Mais le fossé reste infranchissable.

11Dès lors, il ne restait que l’espoir de réaffirmer contre vents et marées la validité des outils autrichiens légués par l’école fondée par Menger, et de les transmettre, après Mises, au public américain. Les crises économiques avaient fourni des cas d’études concrets permettant de mettre à l’épreuve de la réalité historique nord-américaine les conceptions relatives à la formation spontanée d’instruments monétaires en raison de leur plus ou moins grande « capacité d’écoulement » (concept d’Absatzfähigkeit de Menger traduit par marketability ou saleability en anglais), à la théorie du capital et des cycles (dont une origine remonte à Böhm-Bawerk), à celle des « cycles d’affaires » (business cycles) et à l’apriorisme méthodologique de Mises, entre autres. Ce travail systématique visant à renouveler la pensée autrichienne dans un cadre nord-américain fut en grande part effectué par Rothbard. Paradoxalement, l’héritier d’une tradition souvent qualifiée d’anti-historiciste trouvait refuge dans le programme d’étude historique, car il était susceptible de comporter un agenda politique plus explicite que le positivisme de Chicago aux yeux du thuriféraire d’un pur laisser-faire.

12Cet agenda allait inspirer trente années de critique libérale s’étendant jusqu’aux Reaganomics jugées encore trop interventionnistes, malgré leur proximité apparente (seulement vu de l’extérieur, selon Rothbard) avec le credo favorable au marché. Cette opposition « ultra-libérale » aux politiques gouvernementales (aussi libérales qu’elles se prétendissent) menait le combat au nom d’un libéralisme pur. Son extrémisme revendiquait l’exclusivité d’une logique de marché refusant tout compromis : non seulement le gouvernement était le problème, selon la formule reaganienne, mais son existence même devait se trouver abolie au travers d’un jeu du marché enfin laissé libre. Le sens ultime des travaux initiés par Rothbard se manifeste dans cet espoir que d’autres jugeraient chimérique.

  • 10 Sur la « Querelle des méthodes » (Methodenstreit) au cours de laquelle Menger avait affronté, à la (...)

13Or, l’enquête historique menée par Rothbard pour réviser les croyances quant au passé économique de l’Amérique ne pouvait, à elle seule, évidemment suffire à cet ambitieux programme. Une refonte véritable du discours libéral imposait, d’après le critère anti-historiciste autrichien même, un travail de détermination proprement théorique. Remarquons cependant qu’il eût été plus exact, plutôt que d’anti-historicisme, de parler d’emblée, aux origines de l’École autrichienne chez Menger, d’un partage nécessaire entre un bon et un mauvais usage de l’histoire.10 Si l’économiste entend prouver la théorie au moyen d’exemples tirés de l’histoire, il s’illusionne. En revanche, s’il espère montrer le bénéfice à tirer de ses concepts par leur illustration, à travers des études de cas (par définition singuliers), il enrichit les théorèmes démontrés par ailleurs dans la théorie.

  • 11 « Mises “Human Action”. Comment » parut dans l’American Economic Review, en mars 1951, p. 181-185, (...)
  • 12 Le mot n’est pas trop fort : Rothbard n’intitule-t-il pas en 1988 son ouvrage d’hommage Ludwig von (...)

14Rothbard souscrivit à cette procédure. Hors de l’histoire et dans le but d’œuvrer pour la théorie, il s’appuya alors non plus sur les travaux de Dorfman, mais sur l’œuvre de Mises. Il avait commenté Human Action dès 1951 pour l’American Economic Review.11 La reconnaissance académique aux États-Unis avait été chichement accordée à Mises, réduit par exemple, à son arrivée, à tenir un simple séminaire d’étudiants à l’université de New York, alors bien moins prestigieuse que Columbia, dans l’Upper West Side. Mises devait comparer cela au cercle prestigieux qu’il dirigeait dans sa jeunesse à Vienne, où les invités renommés s’étaient succédé, et où des débats majeurs (sur l’impossibilité du calcul socialiste, par exemple) avaient été conduits. Néanmoins, son exil n’avait pas entamé la capacité d’inspiration du penseur. Même marginalisé dans un monde académique américain qui l’ignore, Mises travaille, seul, à l’élaboration de sa praxéologie, « science de l’action humaine pratique ». Et il invite les économistes à le suivre dans la préface de Human Action auquel il donne ce sous-titre de ATreatise of Economics. Rothbard fut l’un des premiers à y lire les linéaments d’une radicalisation du libéralisme américain qui déborderait le champ de la théorie économique. Fondant sciemment sa stratégie sur la conviction que « seuls les extrémistes sont cohérents », il se mit à pousser de manière systématique chaque position du « maître » Mises12 jusqu’au point extrême où il la ferait sienne pour sa propre œuvre.

15Un premier résultat de cette stratégie dans la théorie fut, en 1962, Man, Economy and State (publié à Princeton aux éditions Van Nostrand). Cet ouvrage est, après Human Action, la pierre fondatrice d’une École austro-américaine par sa composition comme par ses orientations. Rothbard définit son style au travers d’articles polémiques offensifs (et parfois délibérément offensants à l’égard des personnalités de la discipline). Mais il signale en même temps à tous ce qu’apporte l’École autrichienne, dont la diffusion restait marginale, à la conception de la liberté américaine en particulier. Rothbard fit ainsi passer la conception du marché d’un libéralisme « bon teint », s’accommodant temporairement du big government, même lorsqu’il disait viser un small government, à un libertarianisme exacerbé prônant le « down with the government ! ». Le caractère radical de ses thèses, leurs fondements méthodologiques et théoriques, interdisent alors effectivement de les confondre avec les versions positivistes, monétaristes et scientistes des Friedman et Becker. Aussi convient-il d’exposer maintenant quelques-uns de ces fondements sur lesquels Rothbard entend asseoir la cohérence de son extrémisme dans la forme de libéralisme qui, jusqu’à nos jours, à partir de l’« apriorisme » et de la thèse de l’inutilité et de l’impossibilité de tester les résultats économiques dans la réalité, donne le contrepoint le plus fort à la voix libérale dominante de l’École de Chicago.

Les fondements méthodologiques de la science selon Rothbard

La question du test empirique de la science et la nature de l’utilité au sens économique : les critiques rothbardiennes fondamentales contre les positivistes

  • 13 Terence W. Hutchison, « Professor Machlup on verification in economics » ; Fritz Machlup, « Rejoind (...)

16Dans son article de mai 1956 du Southern Economic Journal, Rothbard répondait, pour l’« apriorisme extrême », à deux articles de Fritz Machlup et Terence Hutchison, parus dans le numéro précédent d’avril. Ceux-ci discutaient les positions du vérificationnisme et du réalisme des hypothèses en économie.13 S’invitant dans le débat, Rothbard rejeta leurs deux positions, qu’il résumait sommairement comme suit : Machlup épousait le dogme positiviste régnant, selon lequel il n’y a pas lieu de tenir compte du caractère réaliste (ou, en général, pas réaliste) des hypothèses. Seul compte le fait que les résultats soient conformes aux faits mesurés par des tests empiriques. C’est présupposer que les tests sont non seulement possibles, mais encore nécessaires dans le but de valider les théories, ce qui est conforme à la méthodologie positiviste « officielle » qui est bien un instrumentalisme. Hutchison jugeait cette position erronée, et plus maladroite encore l’analogie avec les sciences physiques dans laquelle ce positivisme s’ancre. Tant qu’à juger la science à l’aune du réalisme, il souhaitait le faire dès le point de départ, dans les hypothèses d’où se déduisent les théorèmes, hypothèses au moins aussi importantes que le point d’arrivée des prédictions établies par les théorèmes.

  • 14 La source ultime dans ce débat se trouve dans les Recherches sur la méthode (Untersuchungen de 1883 (...)

17À tout prendre, Rothbard jugeait la position de Hutchison moins illogique que celle de Machlup. Si l’on tient à se référer à la réalité empirique dans la construction de la science, autant le faire dès le départ ! Cependant, c’est ce souci même qui lui apparut mal fondé et, suivant en cela Mises, Rothbard entendait montrer à quel point cet empirisme était hors de propos dans la science économique véritable, qui dérive de la science de l’action humaine. Si nous revenons au fondateur Menger, notons ici qu’il rejetait jusqu’à un certain point l’idée que des éléments déduits de la théorie puissent trouver directement leur preuve dans une expérimentation menée dans la réalité. Toutefois, chez Mises, puis chez Rothbard, les nuances et les précautions de Menger disparurent. L’article polémique de Rothbard s’ancrait dans le texte misésien, la praxéologie faisant l’objet d’une affirmation de validité sans restriction, alors que Menger limitait sciemment son propos au sein même de la théorie économique.14 Le point de vue rothbardien paraît alors d’autant plus abrupt qu’il entend embrasser un champ plus large.

18Une raison propre à cela dans la situation nord-américaine était que la position positiviste dominante à laquelle s’attaquaient Mises et Rothbard était elle-même dénuée de toute nuance. Son interprétation vulgarisée était même privée de tout questionnement véritable, alors qu’elle était issue des débats remontant aux travaux viennois des années 1920- 1930. Le simplisme avec lequel elle était assenée aux États-Unis conduisait à revenir bien en deçà des démonstrations de Carnap, Neurath et des autres membres du Cercle de Vienne. Mises, qui avait connu ces derniers et les avait reçus dans son propre séminaire à Vienne, ne pouvait que regarder de haut les économistes de l’Amérique d’après-guerre qui se contentaient d’une philosophie sommaire dont l’énoncé le plus définitif avait été donné par Milton Friedman dans son célèbre texte sur « La méthodologie de l’économie positive » :

  • 15 « The ultimate goal of a positive science is the development of a “theory” or “hypothesis” that yie (...)

Le but ultime d’une science positive est le développement d’une « théorie » ou d’« hypothèses » qui fournissent des prédictions valides et significatives (c’est-à-dire qui ne soient pas des truismes) sur des phénomènes qui n’ont pas encore été observés.15

19Toute autre considération que la prédiction au moyen d’une méthode instrumentaliste se trouvait simplement rejetée par la grande majorité de la profession des économistes. L’avantage patent d’une conception qui préfère n’avoir aucun réquisit quant aux hypothèses est qu’il semble ainsi possible d’édifier une théorie rationnelle sans se soucier des fondements, sans « forger d’hypothèses », selon la formule newtonienne réinterprétée. Pour conserver un rapport à la réalité objective des phénomènes économiques, dans le but d’effectuer les prédictions qu’on requiert effectivement de l’économiste, ce dernier doit alors recourir à l’expérience. Le test empirique est censé garantir l’édifice d’une science dont on ne cherche pas à connaître les fondations. La praxéologie dénonce précisément cette attitude héritée d’une conception des sciences de la nature des débuts de la modernité. En concentrant l’attention exclusivement sur la capacité de prédiction d’une théorie, la vulgate positiviste retourne à de vieilles lunes et réussit à convaincre ses utilisateurs du caractère superflu tant des hypothèses de départ que de leur validité, même au regard d’éventuelles incohérences internes dans la théorie. Tout devient acceptable si le test le valide.

  • 16 Voir aussi Économistes et charlatans (1991a), recueil de traductions, notamment des articles « In d (...)
  • 17 Sur la question de la pertinence des hypothèses (« assumptions really do matter »), voir Alexander (...)

20C’est ce qui scandalise Rothbard dans nombre de ses articles – jusqu’au texte de 1987 que nous présentons dans ce volume.16 Pour Rothbard, les tenants de cette position se parent d’un « manteau de science » qui n’est en réalité qu’oripeaux destinés à recouvrir leur indigence méthodologique, au moment même où ils prétendent renouveler l’économie conservatrice aux États-Unis. Cette dernière connaît en effet une véritable renaissance à partir des années 1950 et surtout 1960, d’abord théorique, puis politique au cours de la décennie suivante. Au centre de ce renouveau, loin des préoccupations de méthode, sont les travaux de Becker, Stigler, Buchanan, North et Friedman à Chicago à l’égard desquels Rothbard nourrit la plus noire rancœur. Dès ses premiers travaux, il a ancré sa critique dans des arguments méthodologiques qui se prolongent en objections théoriques. Les bases mêmes de ce qui a fait le succès de Chicago sont suspectes à ses yeux : en écartant toute hypothèse divergeant d’une rationalité purement instrumentale, Friedman attribue à un agent économique, parfaitement fictif et interchangeable, des propriétés sans fondement, et cela au gré des axiomes retenus par celui qui modélise. Au nom de quoi, demande Rothbard, sinon de la commodité du traitement technique ? Et pourtant, quel économiste ne suppose-t-il pas en pratique que les hypothèses dont il use ont quelque importance ?17

  • 18 « Toward a reconstruction of utility theory », Mary Stenholz éd., On Freedom and Free Enterprise, E (...)

21La doctrine « standard » de maximisation de l’utilité matérielle imposée comme b.a.-ba des manuels d’économie ne reposait-elle pourtant pas sur des bases solides ? Selon Rothbard, les positivistes tiennent pour acquis qu’elle va de soi – écartant ainsi toute discussion. Il entreprend alors de montrer que Friedman lui-même ne pouvait pas, en réalité, se passer d’hypothèses, ni adopter n’importe lesquelles. Il est donc au plus haut point discutable de laisser croire à l’arbitraire de l’économiste en ce domaine. Au contraire, il faut seulement poser que l’agent individuel est apte à agir pour satisfaire ses besoins – ce qu’on peut d’ailleurs constater. De là dérive la seule utilité véritable que, par souci de cohérence, l’économiste peut prendre en considération, à savoir l’utilité subjective de l’agent. Il y a donc un arbitraire dans la science. Mais il se situe dans l’agent, non chez l’observateur. Ce constat de neutralité de l’économiste est le garant de la scientificité de la théorie. Surtout, il est le seul. Et c’est en ce sens que l’économiste n’est pas plus autorisé à faire n’importe quel choix qu’il n’est autorisé à juger de la pertinence du choix fait par un agent. Hormis l’agent lui-même, personne ne peut en droit juger de ses choix. Cela est conforme à ce qu’avait montré Menger dans ses Grundsätze der Volkswirtschaftslehre (Principes d’économie politique) de 1871, l’ouvrage fondateur de l’École autrichienne. Pour Rothbard, seul ce concept d’utilité peut fonder la science dans le réel. Déjà dans un de ses premiers articles, il conçoit une utilité où l’agent maximise non seulement revenus et consommation de biens matériels, mais encore ce que Rothbard nomme le bénéfice psychologique réel, celui retiré du fait d’agir et de le faire en connaissance de cause.18

  • 19 C’est l’effort de l’économie dite « expérimentale » dont les développements récents n’ont pas été c (...)

22Au lieu d’adopter une perspective réflexive sur ses concepts fondamentaux, la conception positiviste de la science économique réduit donc la théorie au statut d’un simple outil dont la validité se mesure à la conformité des prédictions qu’il permet avec une réalité observée a posteriori. Les conditions d’observation mêmes sont alors mises en question puisque, à la différence des sciences physiques, il n’existe aucun laboratoire humain réel dans lequel le nombre de variables puisse être réduit et absolument contrôlé.19 Or l’observation est toujours construite ; elle l’est même de façon à correspondre aux résultats souhaités. Selon Rothbard, les positivistes supposent au fond, et à tort, qu’il est évidemment valide de tirer des lois du réel et d’extrapoler à partir de ce qui a été observé, alors même qu’aucun fondement n’a été posé avec certitude. L’argument positiviste revient à dire que se soucier des hypothèses conduirait à contraindre la capacité prédictive des modèles alors même qu’ils sont déjà élaborés pour « coller » à la réalité des faits. Le positiviste friedmanien ne veut rien sacrifier à la cohérence épistémique et veut seulement comme résultats ces modèles dont les institutions qui lui passent commande sont friandes parce qu’ils satisfont leur image de la science. Pour Rothbard, cette image est erronée ; la confusion des genres et la méconnaissance des causes véritables de l’action des agents conduisent à une impasse.

23En effet, la correspondance recherchée par les positivistes entre modèle et réalité ne peut, par définition, jamais être parfaite. Des modifications et des révisions sont nécessaires. Elles risquent de finir par rendre la théorie entièrement ad hoc, ce qui n’est pas là une preuve de sa perfection, au contraire – Rothbard rejoint d’ailleurs ici un philosophe des origines du positivisme comme Hempel. Une théorie à la Friedman accroît donc les risques de se contredire. La cohérence interne de la structure logique de la science véritable diffère de cette adéquation externe avec le réel que le test empirique, élevé en table de la loi, est censé garantir. Or, rappelle Rothbard, les faits ne sont ni vrais ni faux. Ce n’est donc pas parce qu’on obtient une concordance des résultats numériques prédits sur telle ou telle variable avec ceux mesurés à partir du terrain d’observation qu’il est pour autant justifié de partir de n’importe quelle hypothèse (irréaliste, voire farfelue).

  • 20 Grundsätze der Volkswirtschaftslehre, dans Gesammelte Werke, 1968 (désormais abrégé GW), vol. 1, ch (...)
  • 21 Voir P. Livet, « Cardinal vs. ordinal order in Menger’s framework », G. Campagnolo éd., Contemporar (...)
  • 22 Outre Rothbard, voir A. Rosenberg, Microeconomic Laws, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, (...)

24Pourtant, il existerait bien un critère pertinent pour le test. Ce serait même le seul : la mesure de l’utilité différenciée que les agents retire d’actions différentes. Mais la théorie autrichienne nie précisément que la mesure de l’utilité soit possible, depuis Menger, qui déclare la valeur « unmessbar »,20 jusqu’à Rothbard. D’une part, son caractère subjectif ne permet que de ranger les préférences ordinalement ;21 d’autre part, l’outil de mesure ne peut être forgé sans recourir à une théorie elle-même employée pour la prédiction… Rothbard rappelle que des hypothèses, même sciemment connues comme fausses, ne sont pas toujours inutiles, mais qu’elles ne doivent jamais remplacer les hypothèses vraies – alors que la position positiviste prétend, elle, ne pas vouloir juger de cette valeur de vérité et se permet en conséquence d’employer n’importe quelle hypothèse, ce qui entraîne entre son discours et sa pratique une incohérence qu’on peut reprocher à Friedman lui-même.22

25En outre, la position friedmanienne a le tort de présenter à l’économiste le paradoxe suivant : il lui faut abandonner tout espoir d’expliquer les actions des agents économiques s’il tient à prédire leurs actions avec plus d’assurance. Non seulement la certitude des prédictions est douteuse, mais encore elle implique de traiter des quantités que l’on présuppose mesurables dans les modèles qui sont jugés « bons pour le test ». Toute compréhension des rapports économiques est reléguée au second plan, si sa forme ne coïncide pas avec le modèle dont on attend des résultats utilisables. Or, une variable ne possède de sens qu’au travers de son interprétation, c’est-à-dire selon une dimension qualitative qui est, dans ce processus, sciemment ignorée ou bien simplifiée à l’excès. Les contraintes autres que celles directement quantifiables (budgétaires, etc.) qui pourraient résulter d’une analyse non modélisée et/ou non mathématisée de l’action humaine ne sont le plus souvent simplement pas prises en considération.

  • 23 Dans le texte de la conférence de 1987, Rothbard ridiculise ceux qui réagissent à leur propos comme (...)
  • 24 Rothbard a parfois laissé entendre (ainsi en 1973, dans « Praxeology as the method of economics », (...)
  • 25 On a parfois pu juger que Rothbard caricature les positions qu’il attaque : ainsi, dans « The mantl (...)

26Enfin s’il convient de ne pas rester pétrifié devant l’usage des mathématiques,23 il ne faut pas voir en elles non plus autre chose que l’outil qu’on ne saurait substituer au raisonnement exact. Ce dernier est censé apporter à l’économiste la réponse aux problèmes qu’il aborde. Il n’y a pas de raison pour qu’il soit plus fécond de forger un algorithme, quel qu’il soit, que de déduire de l’action humaine la suite possible des conséquences comme autant de théorèmes à partir d’un axiome. À la rigueur – et Rothbard laisse ouverte la possibilité d’une telle conception24 – l’action humaine pourrait n’être qu’un constat empirique mais incontestable (le nier serait encore exercer une action). Il en irait alors de même quant à la validité de la praxéologie. Les causes de l’action individuelle justifient plus sûrement le raisonnement économique que la construction de modèles déterministes sur la base d’hypothèses irréalistes. L’émergence de plus en plus flagrante d’implications étranges de ces modèles a d’ailleurs entraîné des conflits de plus en plus ouverts. Il a fallu les interpréter pour les démêler et les économistes positivistes ont inconsciemment frayé la voie à la « conversation » interprétative des herméneutes – nous y reviendrons à propos des commentaires de Rothbard sur McCloskey, pur produit de l’école de Friedman à Chicago. Pour Rothbard, à la suite de Mises, le déterminisme modélisateur est simplement une erreur dans le domaine humain et la prévision scientifique va au-devant d’échecs que les économistes positivistes ne cessent d’illustrer.25

L’« apriorisme extrême » expliqué : le fondement de la praxéologie misésienne

  • 26 Rothbard épouse sur ce point une position conforme aux premières lignes des Grundsätze de Menger. M (...)

27Les termes de la critique une fois établis, quelle est alors la position de Rothbard – autrement dit celle qu’il tire de sa lecture de Mises ? Rothbard campera sur cette position durant quatre décennies, à partir de l’article de 1956 jusqu’à sa mort. Une fois reconnu le fait que la source de toutes les erreurs fondamentales des positivistes réside dans leur conception (ou plutôt leur absence de conception) de la réalité humaine comme réalisation de la nature libre de l’action humaine, Rothbard souligne qu’il faut prendre en considération l’agent économique réel. Cela ne signifie pas tel individu, X ou Y, ressortissant de tel pays, vivant à telle époque, etc., mais le « type individuel » dont la construction intéressait déjà Menger. La valeur des biens se mesure alors par la signification (Bedeutung) qu’a pour l’agent individuel la conscience qu’il prend de la satisfaction de ses besoins – la Bedürfnisbefriedigung chez Menger –, satisfaction qu’il peut tirer des biens à sa disposition. Bref, la valeur est intégralement subjective. À partir de là, ce n’est pas d’une quelconque modélisation qu’on peut tirer les règles de comportement mais d’une explication de l’action humaine par les causes.26

28Seule une telle explication peut rendre compte de la réalité des relations économiques entre les agents et de l’ensemble de l’activité économique en général. La méconnaître, c’est non seulement méconnaître la source de toute connaissance scientifique dans le domaine des sciences de l’homme, mais encore renoncer au sens véritable de la liberté – et cet aveuglement dans la science doit inévitablement se traduire par des choix qui contraignent la liberté économique et trahissent la liberté politique. C’est à la fois indu, inefficace et injuste. Contre cette erreur positiviste, qui confine au crime dans le vocabulaire qu’emploie Rothbard, la position de Mises telle qu’il la restitue est un dogmatisme conscient de soi, hautement affirmé et qui prétend rendre compte des causes de l’action humaine posée par axiome comme libre. Y sont ensuite associés des principes dont on sait immédiatement qu’ils sont exacts parce que, énoncés a priori, il est impossible de pratiquer aucune analyse, ou même de raisonner, sans préalablement les présupposer. Il convient ensuite de déduire de ces fondements les théorèmes de cette science de l’action : la praxéologie. Le credo rothbardien consiste donc à dire que toutes les autres positions sont au fond erronées parce qu’elles méconnaissent le caractère humain de l’action de type économique.

29À ce niveau fondamental de l’analyse de l’action, l’exposé de Rothbard est très général : l’homme dispose à la fois de sensations et de raison, d’informations générales et particulières (sur son environnement, etc.) et de la conscience du temps. Il forme donc des projets. La conviction qu’il acquiert que leur réalisation dépend de sa volonté, moyennant des contraintes, induit son comportement – Rothbard voit là encore une preuve que, quand bien même le déterminisme serait vérifié, il serait inutile à l’analyse de l’action humaine, puisque ce qui compte, c’est la croyance qui fait agir. Les agents humains ne sont pas les atomes de la physique, répète à loisir Rothbard. Pour être cohérent, il faut tenir compte des représentations que ces agents élaborent. L’économiste peut suivre rationnellement les actions de l’agent même s’il agit pour des raisons dont il est seul juge. Mais les ignorer comme extérieures à la science revient à rendre l’analyse lacunaire. Cela ne signifie pas que toutes aient le même poids, mais que tenter de comprendre l’action humaine est essentiel dans la recherche économique – sans qu’il y ait encore de sens, à ce stade, à demander si c’est « à tort ou à raison » que l’agent agit. Pour autant, il ne convient pas de multiplier les interprétations à l’infini – ce qui est précisément l’erreur de l’herméneutique, mais de saisir les seules causes efficientes de l’action de type économique. Car la sphère économique résulte de facto de l’action humaine consacrée à l’échange de biens. Et les agents qui y prennent part au travers de leurs actions ne sont pas sans avoir une conception, toujours individuelle, de ce monde où leurs besoins les pressent d’effectuer certains choix.

  • 27 Le réalisme aristotélicien de Menger n’est pas une thèse nouvelle, mais elle demandait encore à êtr (...)

30Tout ce qui se déduit de la structure ainsi mise en place tient donc à l’axiome initial et aux premiers principes, qu’il convient par conséquent de présenter maintenant. Ils sont nécessairement élémentaires. Pour être tenables dans un ordre parfaitement apriorique, ces fondements de la position misésienne doivent également être à la fois peu nombreux et irréfutables. On peut relier cette perspective au canon aristotélicien qui inspirait Menger.27 De tels principes seront en effet nécessairement vrais si aucune objection ne peut être formulée à leur encontre sans susciter une contradiction interne au discours de l’objecteur.

31Dans une perspective misésienne qui, elle, caractérise en propre la praxéologie plutôt que la tradition « autrichienne » des origines, l’axiome fondamental est l’existence de l’action humaine. Toute affirmation ou négation est action, tout dire étant en effet déjà un agir. Rothbard énonce les principes économiques qui en découlent :

  • 28 « Toward a reconstruction of utility theory », 1956, traduit dans Économistes et charlatans, 1991a, (...)

La relation entre la fin et les moyens, la structure temporelle de la production, la préférence temporelle, la loi de l’utilité marginale décroissante, la loi des rendements optimaux, etc.28

32Il est hors de question, pour Rothbard comme pour Mises, de supposer un autre axiome initial, ou des principes premiers différents ou de fixer arbitrairement le premier ou les seconds en fonction des seuls avantages pratiques de la modélisation ou de la prédiction. Cela désolidariserait en effet l’analyse rationnelle de la réalité qu’il s’agit d’étudier, alors même que c’est de l’axiome et des principes que doit découler l’analyse complète de la relation d’échange. Ce qui se déduit au travers des déductions logiquement valides de l’axiome vrai n’est rien moins que l’ensemble de la science véritable. Cette prétention même donne son caractère extrême à l’apriorisme invoqué par Rothbard. Elle implique directement que la science n’a besoin d’aucun test empirique. Un tel test serait en effet bien incapable de valider ce qui ne doit sa validité qu’à la légitimité de la démonstration, au moyen du seul raisonnement bien mené par l’entendement. À partir du principe qu’on ne peut contester une démonstration logique sans contredire tant la raison dans son ensemble (il n’est pas d’exception à cet égard) que l’axiome de l’action (la contestation est déjà une action), la praxéologie établit entre l’être qui agit et la pensée qui le connaît la relation de vérité que rien d’empirique ne peut ébranler. L’extrémisme de Rothbard (comme de Mises) est un extrémisme de l’entendement, et c’est toujours d’un seul et unique principe que la science économique tire ainsi son fondement.

  • 29 Le terme allemand Wertfreiheit désigne l’impartialité, la neutralité à l’égard des valeurs au sens (...)

33Une précision s’impose : Rothbard se présente en permanence en adepte de la « liberté à l’égard [du choix] des valeurs » (la Wertfreiheit, d’origine wébérienne notamment29). Ainsi, la science ne décide pas du choix initial, mais elle en dépend. Rothbard formule cela, une nouvelle fois de manière provocatrice, comme un choix entre l’uniformité (des conditions socio-économiques, des goûts culturels, etc.) et la liberté (synonyme de diversité, donc de richesse, à la fois économique et autre). Ainsi, une condition première dont dépend la praxéologie est la liberté pour l’individu de choisir entre liberté et uniformité – ce dernier parti est présenté comme « socialiste » et étrange, mais Rothbard l’explique par le souci du sujet médiocre de n’avoir personne à envier, et de l’individu « supérieur » de ne pas susciter l’envie, par exemple. Dès lors, le paradigme libéral ne convient pas si on choisit l’uniformité, reconnaît Rothbard. Face à ce « socialisme », il y a le « choix de la liberté », et dans ce cas, selon Mises, il n’existe pas d’autre science que celle élaborée à partir de l’axiome exclusif de l’action humaine, chacun usant librement de ses capacités, et des concepts qui rendent l’axiome opératoire, ce qui aboutit au libéralisme du marché comme seule conclusion légitime. L’exclusivité de l’axiome n’est toutefois tenable que sous la condition initiale de l’interprétation rothbardienne de la Wertfreiheit wébérienne.

34Or, la philosophie de l’action, depuis Aristote au moins, implique une fin librement choisie pour laquelle des moyens sont mis en œuvre. Pour permettre le passage au niveau opératoire, des postulats supplémentaires sont donc indispensables. Il faut qu’ils soient aussi peu contestables que possible et qu’ils explicitent néanmoins le principe fondamental regardé comme nécessairement vrai. Chez les « Autrichiens », ces postulats s’appliquent toujours strictement au seul individu :

  1. la variété des ressources, aussi bien naturelles qu’humaines. De là s’ensuivent directement la division du travail, le marché, etc.
  2. Le loisir est un bien de consommation.
  3. Dans l’analyse de la théorie de l’échange indirect, nous sommes soumis à la condition limitative, simple et évidente que des échanges ont lieu par le truchement de la monnaie.
  4. Les entrepreneurs cherchent à maximiser leurs gains monétaires.30
  • 31 Ce caractère peut susciter des interrogations légitimes, comme celles formulées par Bruce Caldwell, (...)

35Ces quatre postulats opérationnels sont certes regardés comme empiriques, mais Rothbard juge impossible de les nier sans contradiction : ils sont donc vrais au regard de la praxéologie.31

36Résumons le propos de l’apriorisme extrême selon Rothbard : on ne peut pas ne pas poser l’axiome fondamental (sous réserve de la Wertfreiheit) ; la théorie marginaliste autrichienne fournit la liste des premiers principes ; les postulats, empiriques (mais vrais), permettent au praxéologue de déduire l’ensemble des théorèmes économiques qui seront à leur tour nécessairement vrais, moyennant l’exactitude logique de la déduction employée. Et aucune confrontation avec le réel observable ne peut être reçue comme objection valide à des résultats de la théorie. C’est au contraire la théorie portant sur une expérience qui est par nature toujours opaque à l’esprit qui rend les faits compréhensibles ; ce qu’il y a à comprendre rationnellement dans le réel n’est pas une liste de variables modélisées et mathématisées avant d’être interprétées (et dont l’interprétation donne lieu à des discussions sans fin), mais ce sont bien des causes réelles identifiables par le raisonnement et dont l’action se fait sentir dans les lois que l’apriorisme seul aura permis de trouver. C’est donc du dogme misésien le plus strict que Rothbard tire son extrémisme. S’il en donne une version plus explicite, voire brutale, c’est bien un discours de même nature dont il se targue quant à la science, à la liberté et au marché. Paradoxalement, de manière analogue au platonisme mathématique, cette position du réalisme le plus foncier donne au réel une existence qui pourrait apparaître comme une idéalisation extrême… Selon Rothbard, le credo suivant s’impose donc au praxéologue :

  1. Les axiomes et prémisses fondamentaux de la théorie économique sont absolument vrais.
  2. Les théorèmes et les conclusions déduits de ces postulats par les lois de la logique sont par conséquent absolument vrais.
  3. Il n’y a par conséquent aucune nécessité à effectuer un « test » empirique, ni en ce qui concerne les prémisses, ni en ce qui concerne les conclusions.
  4. Enfin, les théorèmes ainsi déduits ne pourraient pas être testés même si cela était désirable.32
  • 33 Untersuchungen…, GW, vol. 2, I, 4, p. 43-44.

37Le dernier point est évidemment décisif quant à la capacité d’appliquer à la théorie la vulgate « vérificationniste » des positivistes. Notons qu’il renvoie à des précautions prises dès l’origine par Menger, et à des positions très radicalisées plus tard par Mises. Dans les Untersuchungen, Menger soulignait que « seule l’incapacité complète à comprendre l’orientation exacte [de la recherche théorique dans les phénomènes sociaux] en général peut appliquer aux résultats de cette dernière le standard des postulats de l’orientation empirique-réaliste de la recherche théorique ».33 Mises, lui, interdisait en somme tout recours aux tests empiriques.

38La position de Rothbard ne saurait être plus explicite. La méthode une fois posée, restent à déterminer les résultats permettant d’appréhender les phénomènes économiques. Pour cela, de nouveau, seul le réalisme intégral fondé sur l’a priori initial de l’action humaine demeure donc cohérent, sans qu’il soit besoin de le confronter au test économétrique, approximatif par construction, peut-être plus ou moins utile, mais de toute manière inapplicable aux résultats praxéologiques, car bien incapable de décider de l’exactitude d’une théorie. Dans la querelle entre Machlup et Hutchison, dont Rothbard se faisait l’arbitre dans l’article de 1956, la seule position cohérente à ses yeux, à savoir l’apriorisme misésien, portait bien sur l’inutilité du caractère réaliste des hypothèses au départ et des résultats à l’arrivée.

Quelques autres concepts autrichiens originels relus par Rothbard

  • 34 L. von Mises, L’Action humaine, 1985, p. 42-43. Nous préférons le terme « agir humain » mais nous s (...)

39Le refus de Rothbard de recourir au test empirique pour vérifier les affirmations déduites de l’a priori fondamental de la théorie misésienne conduit à construire la science comme un système « purement conceptuel et déductif » qui découle du seul axiome de l’action humaine, étendu par les postulats… S’il n’est donc de résultats de la science que ce qui se déduit dans le cadre déterminé par le postulat initial, il faut en conclure que « ce n’est pas un défaut inhérent au système de science apriorique, que de ne pas nous fournir la pleine connaissance du réel ».34

  • 35 Du point de vue de la neutralité de la science vis-à-vis de toute cause, Menger n’eût assurément pa (...)

40C’est sans doute là le point décisif dans l’opposition entre le réalisme de l’apriorisme extrême et le positivisme sommaire dont la voix domine la science économique. Ce point différencie absolument l’École autrichienne et Rothbard, qui se présente comme son porte-parole, de l’École de Chicago et des leçons de Becker et Friedman. Cela, alors même que ces derniers, pourtant dans l’erreur, ont le monopole de la parole « libérale ». De même que Menger avait combattu les économistes historicistes dans la « querelle des méthodes » (Methodenstreit) dans les pays germaniques des années 1880-1900, la confrontation avec les économistes « faussement » libéraux de Chicago est le combat où s’engage Rothbard, assurément plein de rancœur envers ceux en qui il voit des « traîtres ». Cette position rend évidemment la formulation de ses thèses encore plus extrême, et surtout, bien plus qu’elle ne l’est dans la tradition autrichienne originelle, nous y reviendrons. L’apriorisme de Mises tel que Rothbard le lit peut alors presque apparaître comme à la source d’un courant autonome neuf dans la pensée autrichienne, sous la forme d’une École néo-autrichienne, qu’il nous semble plus clair de nommer ici « austro-américaine » pour marquer cette orientation. De Menger à Mises, Rothbard reprend alors des concepts qu’il adapte systématiquement à sa ligne d’engagement radical.35

41La déduction scientifique dans le style misésien comporte le rejet de tout empirisme comme de toute vérification de la science par l’expérience – on l’a vu, et Rothbard s’en explique tant et plus : si la déduction menée à partir de l’axiome premier vrai est parfaitement valide, alors la vérité s’ensuit, tandis que le réel empirique est nécessairement « imparfait », et mêlé de facteurs échappant au raisonnement. Une compréhension claire des relations entre les phénomènes exclut donc de subordonner la déduction à l’observation et il ne saurait être question de calquer l’une sur l’autre.

  • 36 Rothbard tire d’un oubli relatif l’œuvre d’Alfred Schutz, partie prenante des débats méthodologique (...)

42Pourtant, il ne faut pas écarter tout recours à l’expérience commune. De même que toute histoire n’était pas mauvaise selon Menger, il existe un bon usage de l’empirisme dans le domaine des idées qui est propre à l’homme. Faire sa part à la connaissance « compréhensive » des causes qui conduisent les hommes à agir est plus exact qu’opposer « expliquer » (erklären) et « comprendre » (verstehen). D’ailleurs, dans les débats sur ces méthodes, qui remontent aux années 1870-1890 en Allemagne, Menger, Max Weber ou encore Alfred Schutz mettaient en avant les croyances qui peuvent guider le jugement des agents qui maximisent leur satisfaction propre – qui n’est d’ailleurs pas nécessairement exclusivement matérielle, on l’a vu.36 Que ces croyances soient vraies ou fausses dans l’absolu ne change rien à l’effet qu’elles peuvent avoir sur le comportement des agents dans l’action, qui est bien l’objet de la praxéologie.

  • 37 M. Rothbard, « Praxeology as the method of economics », 1973a, essai repris en traduction française (...)

43Il ne doit donc pas sembler paradoxal qu’un anti-empiriste comme Rothbard soutienne que les positivistes s’illusionnent quand ils écartent de leur étude les croyances comme non scientifiques. Mieux : en prétendant purifier leur objet et en mathématisant les préférences des agents, les positivistes ne reconnaissent-ils pas demeurer tributaires des préférences révélées des agents ? Ils s’interdisent donc à eux-mêmes de percevoir que les causes subjectives jouent un rôle majeur qui est accessible au raisonnement, mais qui n’est pas modélisable. Ils se leurrent, et le seul fait de le reconnaître implique qu’on « donne à comprendre les actions humaines et leurs effets d’après les motifs et les objectifs qui les inspirent ».37

44Cela ne manqua pas d’intéresser le petit nombre d’économistes qui avaient compris les raisons de l’insuffisance de la méthode positive. La compréhension des croyances qui agissent comme des motifs (au double sens de patterns et de motivation) n’est certes pas la base de la science, mais elle peut lui servir d’heuristique. C’est un moyen de construire les « types » (Typen) avec lesquels Menger avait travaillé, aux origines de l’économie autrichienne (dans l’ouvrage théorique fondateur, les Grundsätze der Volkswirtschaftslehre, 1871, déjà cité, comme dans le texte de méthode des Untersuchungen de 1883). Formulés également sous l’appellation d’« idéaux types » (Ideal-Typen) par Max Weber (qui avait lu Menger), ce sont les outils à partir desquels le praxéologue travaille. La science se fait certes à partir du seul axiome de l’existence de l’action humaine libre, des principes premiers et des quatre postulats fondamentaux énoncés supra, mais les « types » sont toujours déjà forgés par l’économiste pour guider son enquête sur les objets de la science. Celle-ci ne bute donc pas sur les obstacles d’un réel observable invalidant ses modèles mais, en sens inverse, reconstruit de manière rationnelle, les seules relations possibles dans le réel selon l’entendement.

45Et, puisqu’il ne peut y avoir « deux méthodes de la science », ni « deux manières de prouver ce qui est vrai », la réalité humaine n’est pas l’original dont une science tâtonnante tente de donner des copies plus ou moins bien formées. C’est la science conçue sur le mode « original/copie » qui est mise en cause. Car les copies modélisées sont toujours inaptes à rendre compte des motivations véritables des actions humaines. La science se comprend par le seul recours à l’évidence que les hommes agissent du fait de leurs choix délibérés, dans les conditions où ils sont placés. Plus les conditions de cet environnement altèrent l’extension des décisions qu’ils peuvent donc prendre (en bref, plus ils sont contraints), moins s’ouvrent de possibilités de satisfaire leurs besoins et d’accroître cette utilité dont ils sont seuls juges.

46Selon l’axiome de l’action humaine, en raison même du fait que c’est la liberté humaine qui se manifeste, par définition, tant qu’un agent peut agir (qu’il est en vie et doté des facultés minimales), alors la seule recommandation praxéologique, quelle que soit la situation de fait de l’agent, consiste à lever les obstacles à son action, à écarter de lui tous les facteurs de coercition qui peuvent réduire le champ d’application de sa liberté. C’est là même où Weber voyait le trait singulier de l’État que de détenir l’usage légitime de la violence dans la communauté humaine de son ressort, que Rothbard identifie le scandale le plus flagrant de l’exercice d’une coercition sur des agents qui devraient demeurer libres. En libertarien, Rothbard ne reconnaît aucune légitimité aux agents de l’État qui, en ultime analyse, sont des ennemis. Car les individus sont libres lorsqu’ils sont seuls responsables de leurs décisions, qu’ils sont d’ailleurs seuls capables de prendre pour eux-mêmes. C’est une politique sur le mode « autorité violente / sujétion volontaire » qui est mise en cause au profit d’une éthique de la responsabilité individuelle totale pour parachever l’édifice aprioriste extrême. Il faut en conclure que la théorie autrichienne (ou plutôt austro-américaine en l’occurrence) montre non seulement que le positivisme empirique est erroné dans ses méthodes et sa théorie, mais qu’il est politiquement dangereux (voire criminel) car il tend à déresponsabiliser les individus. En ce sens, Rothbard prend position en philosophie politique et morale – à la différence de Menger, soulignons-le. La relecture des concepts autrichiens dans la théorie de Mises fait de cette dernière une arme pour le combat politique que Rothbard entend bien utiliser et diffuser. Rothbard entend juger du mauvais autant que du faux.

  • 38 Voir G. Campagnolo, « Une source philosophique… » (2002) et sur le raisonnement marginal, à partir (...)

47Un dernier point mérite l’attention : la théorie des biens (Güterlehre) au fondement de la valeur-utilité subjective élaborée par Menger était une théorie réaliste. Elle rapportait un bien à la satisfaction d’un besoin et elle permettait d’ordonner les biens selon des rangs : s’ils satisfont immédiatement un besoin, les biens y sont dits de premier ordre ; s’ils servent à fabriquer un tel bien de premier ordre, ils sont de deuxième ordre, et ainsi de suite. Les biens économiques sont les moyens de réaliser une fin donnée, qui est la satisfaction de besoins dont l’individu, et lui seul, est juge. En revanche, elle implique la notion d’échelle des biens, qui va de la survie à la vie heureuse (consacrée à la contemplation du vrai), que Menger trouve chez Aristote, et à partir de quoi il établit le raisonnement dit « marginal » – le calcul que chaque individu fait pour l’acquisition d’une unité supplémentaire d’un bien donné en comparant à ce à quoi il renonce à cette fin.38 Il ne peut en décider que seul. Mais le raisonnement permet à l’économiste de remonter de cause en cause – c’est en cela que réside l’explication scientifique même selon Menger – jusqu’à un fait initial qui est à la fois cause réelle, motrice et première. La quête de la satisfaction des besoins (Bedürfnisbefriedigung) est subjective et en aucun cas la théorie mengérienne n’est donc une théorie morale ou normative.

48En situant par principe l’action en position d’axiome initial, Mises a donné le rôle premier à un concept général d’agir qui détermine aussi l’aspect économique. Rothbard a célébré le sens de cette satisfaction en l’appliquant à toutes les dimensions où le raisonnement économique peut être tenu. L’aristotélisme de Menger n’est alors pas passé dans le contexte américain nouveau, mais il a en revanche pris, avec Rothbard en particulier, une teinture de moralisme dont Menger s’était gardé. Aussi, les travaux austro-américains ne sont-ils plus exclusivement destinés à un public universitaire. La dérivation d’options de philosophie morale et politique explicites surgit ainsi quand le raisonnement dérive de l’axiome initial des positions pratiques.

49La matière des jugements, parfois abrupts ou péremptoires, formulés par Rothbard constitue une dernière étape dans la déduction menée depuis les principes premiers et les postulats initiaux vers des applications détaillées qui ouvrent à des décisions politiques, notamment en politique économique. Le moralisme et les jugements de valeur à l’emporte-pièce qui agrémentent parfois les textes de Rothbard se substituent-ils au raisonnement praxéologique ou constituent-ils sa pointe pour leur auteur ? S’il s’agissait de préserver la seule pureté de la déduction logique, seraient-ils absents ? L’alternative est la suivante : il s’agit soit de résultats démontrables, soit de positions nées d’autres considérations. Dans ce dernier cas, aucune validité intrinsèquement liée aux fondements de l’apriorisme ne doit leur être imputée. Or, Rothbard n’est pas toujours suffisamment clair sur le statut de ses énoncés pour que le partage soit aisé, et le texte que nous proposons dans le présent volume en donne précisément un exemple.

50Surtout, d’autres mutations du discours économique ont également contribué à reléguer la source mengérienne en arrière-plan de l’École néo-autrichienne chez les disciples de Mises, Américains nés aux États-Unis et souvent exclusivement anglophones. Après le rappel de l’approche de Rothbard par rapport au mainstream positiviste néoclassique, nous devons donc considérer sa position vis-à-vis des autres courants austro-américains.

Les trois courants de l’École austro-américaine : les effets de l’émigration sur l’École autrichienne aux États-Unis et les orientations austro-américaines

  • 39 À propos de la théorie de l’entrepreneur, la première indication de ce rapprochement revient à Isra (...)

51Le terme « praxéologie » vient de Mises, qui l’avait utilisé dans Human Action. Mais cette science a sa tradition propre, selon Rothbard, qui ne se réduit pas à Mises, et encore moins au fondateur de l’École autrichienne d’économie politique, Menger. Si Mises lui a donné son expression la plus adéquate (jusqu’à ce que lui-même ne s’y applique à son tour, insinue souvent Rothbard), c’est une ligne de pensée économique spécifique qu’elle désigne et à laquelle Rothbard s’est employé à donner une généalogie dans les dernières années de sa vie – après le texte de 1987 présenté ici et jusqu’à sa mort en 1995. La tradition néo-autrichienne pourrait ainsi s’ancrer dans un fonds moins orthodoxe que l’œuvre canonique d’Adam Smith, la Richesse des nations, et les Lumières écossaises. Et tandis que Hayek se mettait en quête d’origines situées en deçà de Menger de ce côté (dont le rapprochait sa propre théorie de l’ordre sensoriel, The Sensory Order, 1952), Rothbard exhuma les auteurs libéraux français des xviiie et xixe siècles, soulignant ainsi notamment la parenté de pensée entre Menger et Jean-Baptiste Say.39

52D’autre part, Rothbard s’efforçait de montrer, sous les « oripeaux de la science » néoclassique (« The mantle of science », son article déjà mentionné), les hypothèses méthodologiques qui avaient conduit le courant autrichien, dès sa fondation par Menger, à s’écarter des autres positions des marginalistes (Walras, Jevons) qui avaient ensuite permis la synthèse néoclassique et l’avènement du mainstream. Si l’apriorisme misésien était finalement si différent de la voie prise à Chicago dans le camp du libéralisme, la raison devait tenir aux prémisses qui avaient divisé le marginalisme naissant, dans les années 1870-1880, autour des problèmes de l’équilibre général, de l’usage des mathématiques et, enfin, de l’analyse statique qui va avec eux et avec le positivisme vulgaire.

  • 40 M. Rothbard, « Breaking out the walrasian box : the cases of Schumpeter and Hansen », 1987a, p. 97- (...)
  • 41 L’article « Value implications of economic theory » (1973b, p. 35-39) le montre.

53Si autant d’efforts doivent être déployés pour conjuguer les concepts introduits par Menger, la conception développée par Mises et le regain d’intérêt néo-autrichien que promeut Rothbard, la question se pose cependant de manière évidente : quelle théorie a exactement traversé un siècle et un océan ? Les Austro-Américains sont certes tous fidèles à la théorie subjective de la valeur mise en œuvre dans un raisonnement marginal dynamique incompatible avec l’équilibre général d’origine walrassienne.40 Mais le rapport entre réalisme et vérité (au sens ontologique), l’énoncé des postulats initiaux (qui n’apparaissent pas de la sorte chez Menger), la méthode strictement causale, l’exclusivisme de l’apriorisme misésien qu’illustre avec véhémence Rothbard, les résultats qui dérivent déductivement de l’axiome dans les implications quant à la théorie de l’utilité ne sont tout à fait semblables ni entre le fondateur viennois et le lointain héritier austro-américain, ni entre ce dernier et les autres représentants de la pensée économique austro-américaine.41

54Ce sont ces orientations qu’il convient de présenter maintenant. Car, quoiqu’elles s’expriment au sein d’un mouvement de pensée qui reste très marginal dans la profession des économistes, aux effectifs si importants aux États-Unis, les enjeux en sont plus larges et concernent la scientificité même de l’économie. L’exil des savants germanophones dans les années 1930, souvent vers l’Angleterre d’abord, puis vers les États-Unis, fut un phénomène lourd de conséquences, dont le cas des économistes autrichiens fournit une illustration exemplaire. Et les combats théoriques menés par ces derniers furent les symptômes de tournants majeurs (intendance de l’économie de guerre, techniques de marketing, cybernétique dans les domaines mathématique et informatique, etc.).

L’exil des « Autrichiens » et les effets de l’émigration sur une école économique

  • 42 Sur cet exil, la littérature n’abonde pas (en particulier en français) et, pourtant, c’est une rais (...)

55Aujourd’hui, trois courants de l’École austro-américaine demeurent. Leurs rapports au mainstream de la profession des économistes sont divergents – nous les exposerons ultérieurement. Mais leur origine se retrouve dans l’exil inaugural.42

56Pour nombre de penseurs fuyant le continent européen en raison des bouleversements politiques, l’exil signifiait l’isolement. Non seulement le déracinement pouvait être difficile à vivre, mais les économistes autrichiens émigrés, en particulier, se trouvèrent marginalisés. Quittant la position centrale qu’occupait Vienne dans la géographie du continent et de la pensée (« Paris de la Mitteleuropa », disait-on), ils se trouvaient jetés dans un monde nouveau (pour la plupart d’entre eux, du moins) où ils n’étaient souvent ni reconnus ni attendus. En fonction du type de liens qu’ils avaient déjà noués avec le monde universitaire anglo-saxon, et surtout du modèle d’économie qu’ils défendaient, ils étaient plus ou moins en butte aux difficultés aussi bien matérielles qu’intellectuelles. Si les économètres (von Neumann, Morgenstern, pour citer les plus célèbres) furent rapidement intégrés dans les bureaux de recherche fédéraux pour la construction de modèles économétriques, les héritiers d’une conception hostile à la mathématisation et moins opératoire que conceptuelle (celle forgée par Menger) connurent de leur côté un destin plus difficile. Aux raisons scientifiques qui expliquent les différences d’accueil, s’ajoutèrent les difficultés personnelles tenant au caractère et aux relations des uns et des autres.

57Mention particulière doit être faite du fils de Menger, prénommé lui aussi Karl, mathématicien de renom, qui, outre son œuvre personnelle, tenta de faire revivre le nom de son père, en publiant en 1923 la seconde édition des Grundsätze der Volkswirtschaftslehre – avec des différences notables toutefois, expliquant certaines divergences d’interprétation ultérieures. Ami de Neumann et Morgenstern, il avait présenté des travaux d’économétrie dans le cadre de son Mathematisches Kolloquium de Vienne, avant d’émigrer aux États-Unis. Karl Menger tentait de réconcilier la pensée économique autrichienne et l’approche mathématique en démontrant leur compatibilité et en préparant la voie à des tentatives comme celle de Kirzner (voir infra) au sein de l’École austro-américaine. Mais, du point de vue de son père, c’est une difficulté de principe que pose l’usage de la méthode mathématique en ce qu’elle « fixe » la dynamique du processus économique. Et ces positions sont donc peu conciliables.

  • 43 Le programme « Carl Menger et l’évolution de l’École autrichienne » est une étude d’épistémologie s (...)

58La reconnaissance dont les savants autrichiens avaient pu jouir avant-guerre à Vienne ne représentait par ailleurs souvent pas grand-chose pour l’Academia américaine, quand celle-ci ne voyait pas des rivaux dans ces émigrés, dont nombre eurent du mal à s’intégrer – en particulier dans le cas des disciples d’une école de pensée aussi en marge du mainstream que l’École autrichienne. Hostile aux politiques keynésiennes, hostile à la modélisation économétrique, hostile au pragmatisme par apriorisme, les « Autrichiens » demeurèrent en marge de la profession économique nord-américaine – et cela, en somme, jusqu’à Rothbard. Il existe aussi des causes sociologiques, qui ne peuvent pas nous retenir ici, à la constitution de nouveaux groupes.43 Il fallut que l’École autrichienne devînt autochtone et « austro-américaine » pour se faire accepter – jusqu’à aujourd’hui être principalement représentée aux États-Unis.

59Mais les variations qu’elle présente et les rivalités internes que nous exposons dans la section suivante proviennent des premières heures de l’exil. D’abord, parce que les milieux où les émigrés trouvèrent à s’implanter tant bien que mal étaient divers et souvent le fruit du hasard. Disons seulement que l’exil de Hayek fut, par exemple, facilité par son passage dans le milieu universitaire britannique, à la London School of Economics, sous la houlette de Lionel Robbins, après avoir quitté Vienne dès les années 1920, où il avait fondé l’Institut de conjoncture. Mises, quant à lui, sombra de la célébrité de son Privatseminar, passage obligé des personnalités du monde économique, de l’Université et de la haute administration autrichiennes, ainsi que des étrangers prestigieux de passage, au statut obscur de professeur invité à la New York University. Il y tenait un séminaire (doté d’un seul credit) de théorie économique où il était libre d’enseigner la version autrichienne du marginalisme. C’était le seul séminaire de ce type aux États-Unis et Mises, isolé, subissait un exil que n’avait pas préparé son séjour préalable en Suisse, où il pouvait au moins parler allemand.

60Plus âgé que Hayek, par exemple, Mises, ayant plus de cinquante ans à son arrivée aux États-Unis en 1940, était peu enclin – et mal préparé – au changement après une carrière largement derrière lui (son doctorat de droit datait de 1906 !). Surtout, ironique vis-à-vis de l’idéalisme plein de « bons sentiments » qui imprègne la vision du monde américaine, et qui se conjugue à une foi absolue dans la technique et la mathématisation à outrance, au détriment de l’analyse des concepts, Mises resta en somme étranger à sa terre d’accueil, en vérité toujours pour lui une terre d’exil.

  • 44 Ainsi des Grundsätze de Menger, traduits par J. Dingwall et B. Hoselitz sous le titre Principles of (...)

61Une fois installés aux États-Unis, les penseurs germanophones devaient en effet trouver le moyen de transmettre le contenu de leurs enseignements. Cela passa par la traduction de leurs ouvrages dont, très souvent, les concepts clés étaient alors modifiés. Si l’on ne peut pas dire que ces auteurs travestirent leur pensée, ils durent souvent trahir la version d’origine pour la rendre accessible et participer ainsi à des débats qui leur étaient le plus souvent étrangers, les enseignements aux États-Unis ayant peu à voir avec ceux qui étaient dispensés à Vienne. Le passage de la langue allemande à la langue anglaise fut donc très important, tant sur le plan de l’habitus scientifique que sur celui des contenus conceptuels. La question de la langue même ne pouvait pas ne pas affecter la pensée, plus encore pour ceux qui réussissaient le mieux leur intégration, comme Joseph Schumpeter à Harvard, qui allait plus tard devenir président de l’Association des économistes américains. Les textes qu’il publia aux États-Unis en anglais sont incontestablement différents des versions premières en allemand. Quant aux ouvrages de Menger, ils ne furent pas traduits rapidement et, quand ils le furent, guère lus davantage que dans les traductions, induisant de lourdes mésinterprétations sur les thèses de l’auteur.44

  • 45 « À la différence de Vienne, où la plupart des économistes importants venaient participer au sémina (...)

62En outre, une fois les ouvrages disponibles en anglais, encore fallait-il compter avec le milieu qui les recevait et qui était, on l’a dit, radicalement différent. Les émigrés avaient non seulement perdu le public distingué et cultivé auquel ils étaient habitués, mais par ailleurs fort peu d’étudiants suivaient leur cours.45 Ils ne trouvaient pas non plus toujours un accueil favorable, ou même compréhensif, chez leurs nouveaux collègues américains.

63Personne n’y échappa. Hayek lui-même, quoique plus jeune que Mises et bien que jouissant d’une réputation établie dans le monde anglo-saxon en raison de son activité à Londres, ne se présenta pour un poste aux États-Unis qu’à la seule université de Chicago, et encore vit-il sa candidature refusée par le Département de sciences économiques, pour être ensuite repêchée par celui de sciences sociales. À Chicago, Hayek put néanmoins, quoique dans un département moins prestigieux que celui d’économie, poursuivre sa polémique contre Keynes entamée en Grande-Bretagne. On ne peut pas dire que le programme de Friedman et Becker à l’École de Chicago fut influencé par Hayek ! Mais, en somme, ce dernier était là et les étudiants de Chicago pouvaient aussi suivre son enseignement. Mises, lui, demeura en terrain étranger jusqu’à ce que Human Action rencontrât un certain écho et que des disciples liés à d’autres horizons (libertariens, etc.) entreprissent de diffuser sa pensée. Les disciples des deux penseurs autrichiens devaient se déchirer ; l’origine de la pensée autrichienne en Amérique était d’emblée double.

64Au manque d’ambiance stimulante, il faut ajouter le manque d’intérêt du gouvernement qui n’inclut dans ses brain-team que quelques économètres de génie, le plus connu étant John – Jansci – von Neumann. L’ancrage de la pensée des exilés autrichiens était et demeurait naturellement européen. L’adaptation de cette pensée ne pouvait pas véritablement se réaliser dans l’exil, sinon lorsqu’une génération nouvelle de jeunes Américains reprendrait le flambeau. Dans le cas de l’influence exercée par l’école de pensée misésienne, Rothbard fut l’un des plus actifs de ces nouveaux thuriféraires « autochtones » nord-américains. Mais les difficultés rencontrées par les nouveaux Austro-Américains dans le monde universitaire demeurèrent. Elles s’expliquent certes aussi, pour des représentants de l’école de la nature de Rothbard, par l’extrémisme de leurs positions. D’autres connurent des difficultés, mais acceptèrent des compromis, de nature intellectuelle et/ou institutionnelle. Ils transformaient les théories transmises par leurs maîtres, et dans le cours de ce processus d’adaptation à la réalité des États-Unis, acceptaient d’y introduire des nuances, parfois majeures.

Des rivalités internes aux enjeux plus larges

65Si l’École autrichienne aux États-Unis fut d’emblée divisée (entre Hayek et Mises, entre eux et les autres Autrichiens, plus ou moins bien intégrés), ses héritiers austro-américains furent à leur suite également partagés. Ils le demeurent encore aujourd’hui, donnant un aspect sectaire à leur position de partisans acharnés de la liberté du marché. Marginaux au regard de la profession économique dans son ensemble, d’aucuns ajoutent un caractère quasi obsessionnel à leurs imprécations. Pourtant, des « Autrichiens » ont aussi intégré les universités et modifié une partie des études économiques tandis que d’autres se tournaient hors de l’Université. Toutes les tendances austro-américaines se disent fidèles à l’esprit ou à la lettre des concepts originels de Menger. Mais qu’en est-il vraiment ? Rivalités et divergences doivent être expliquées pour saisir l’enjeu des proclamations d’orthodoxie de Rothbard.

66Le point de départ demeure le fossé entre une pensée autrichienne construite pour résister à la modélisation et à une représentation formalisée de la vie économique, et le positivisme vulgaire et plat des économètres. Aussi patent que la séparation entre la Vienne des années 1920 et le Chicago des années 1950, ce fossé est toutefois paradoxal, car le positivisme aussi est né à Vienne ! La conception mengérienne lui était toutefois antérieure et, inversement, la vulgate diffusée par Friedman à partir des années 1950 est bien éloignée de la philosophie du Cercle de Vienne. N’y revenons pas. Le renouveau déjà évoqué de l’économie conservatrice aux États-Unis, avec, en son cœur, les travaux de Becker, Stigler, Buchanan, North, Friedman, se présente donc comme la voix autorisée du libéralisme. Or, quels sont les liens entre cette nouvelle armada libérale ultra-sophistiquée et les quelques exilés autrichiens ? On comprendra la rancœur austro-américaine contre la réussite des Chicago boys en analysant les stratégies déployées pour se situer par rapport au mainstream par les chefs de file des différents courants de l’austro-américanisme.

67Il y a en effet plusieurs manières d’aborder l’écart avec le mainstream de la profession des économistes. Cet écart donne leur spécificité aux Austro-Américains : certains peuvent donc s’en targuer, mais ils ont souffert de toute évidence d’un manque de reconnaissance, tant au plan institutionnel qu’intellectuel (peu de leurs travaux sont pris au sérieux par leurs pairs). Nous consacrons cette section et la suivante aux trois chefs de file d’orientations divergentes : Kirzner, Lachmann et Rothbard. Pourtant, Mises avait été leur professeur à tous les trois, et ainsi, l’inspirateur principal du renouveau autrichien. Leur dispute était donc un héritage en légitimité. Cette question serait, au fond, de peu d’intérêt, et l’issue du conflit sans grand retentissement sur la profession des économistes, si ne s’y jouaient aussi les fondements tant méthodologiques que théoriques du libéralisme économique considéré dans son ensemble – comme l’exposé précédent relatif à l’apriorisme dans la méthode l’a montré.

68Celui qui est sans doute allé le plus loin dans la tentative d’inscription du courant autrichien dans une direction compatible avec le mainstream est Israël Kirzner. Souhaitant se faire connaître au-delà des cercles autrichiens, il allait y réussir en proposant une théorie de l’entrepreneur. Il reprenait à cette fin la lecture de Jean-Baptiste Say et celle de Menger. À la différence de Rothbard, Kirzner avait choisi d’intégrer autant d’éléments autrichiens que possible au sein du mainstream de la profession économique. Ce dernier ne s’en porterait que mieux, revivifié et enrichi conceptuellement. En contrepartie, l’École autrichienne aurait une chance de recevoir la reconnaissance qui lui manquait et que ses critiques portant sur la méthodologie de la science échouaient à lui faire obtenir.

  • 46 Menger tint ainsi à préciser à Walras : « Il n’existe rien de commun entre nous ; il y a certes une (...)
  • 47 La formulation mathématique pour l’utilité u fonction de la quantité de biens q, c’est-à-dire u = f (...)

69Constatant que la force motrice majeure de la pensée économique au long du xxe siècle a été l’usage de la mathématisation, Kirzner décide de passer outre ce qui avait pris le sens d’un interdit dans la tradition mengérienne. Il est vrai que, dès l’origine, Menger avait critiqué la théorie walrassienne de l’équilibre général. Sa reformulation par Debreu et Arrow pouvait présenter des prouesses mathématiques renouvelées et leur valoir le prix Nobel, l’argument de principe demeurait. Des stratégies de contournement existent-elles ? Depuis l’œuvre fondatrice des Grundsätze der Volkswirtschaftslehre de 1871, les questions autrichiennes dérangent le schéma d’équilibre général né à la même époque chez Walras, auquel Menger avait répondu que (presque) tout les séparait.46 L’opposition de Menger à Jevons, qui introduisait les dérivées (satisfaction de l’agent croissante : la dérivée première de la fonction de satisfaction est positive, mais à un rythme décroissant : la dérivée seconde est négative), était également importante, car c’est le raisonnement qui paraissait essentiel à Menger, non la formulation.47

70Jamais les économistes se réclamant du courant mengérien n’auraient donc dû pactiser avec les partisans de la synthèse néoclassique. Pourtant, aux yeux de Kirzner, il était tentant de tirer bénéfice des notions plus riches proposées par la pensée autrichienne (concernant l’analyse de la nature de l’agent, particulièrement l’entrepreneur, le rôle du temps au travers des cycles du capital, etc.) dans le but de combler certaines lacunes du mainstream, généralement reconnues même par les économistes positivistes. Sans détailler ici les aspects techniques de l’économie selon Kirzner, notons que l’inspiration consistant à intégrer des apports autrichiens à la synthèse néoclassique renouvelait cette dernière et lui redonnait de l’ampleur – moyennant toutefois un relâchement, voire un abandon, de l’apriorisme méthodologique.

  • 48 F. Hayek, « The use of knowledge in society », American Economic Review, 35, septembre 1945, p. 519 (...)

71Cela avait d’ailleurs déjà été le cas de la part d’Autrichiens d’origine non misésienne, qui avaient proposé de prendre en compte le rôle du temps, par exemple, dans les processus et les cycles (de capital, mais aussi des produits) ou encore l’ignorance partielle inévitable de la part des agents, qui impliquait un système général d’information incomplète, générant des coûts spécifiques. Grand connaisseur de l’histoire de la pensée, Hayek savait se mettre en avant, mais il ne s’attribua prudemment jamais à lui-même que peu de véritables découvertes. Il considérait toutefois avoir proposé là une véritable avancée, dont faisait foi son célèbre article de 1945,48 initiatrice de théories (comme celle de l’« agence ») et rendant possible d’autres méthodes de calcul du rendement des projets des entreprises. En portant l’attention sur les variables négligées et en soulignant la nécessité de les prendre en considération, en mettant au jour les lacunes laissées béantes dans l’analyse néoclassique du comportement de l’agent et en proposant de le structurer autrement, les Autrichiens qui, comme Hayek et les disciples de Kirzner, ne répugnaient pas à débattre avec les « positivistes » contribuaient à renverser la perspective courante dans le mainstream. Rares mais possibles, leurs contributions furent finalement acceptées au sein du mainstream. Dans une certaine mesure, l’agent devenait dans l’échange un « faiseur du prix » (price-maker) au lieu que ce prix lui soit simplement imposé par le marché anonyme (il est alors price-taker) de la concurrence parfaite. Or, le constat de la conscience libre de l’agent est au fondement de ce changement de perspective.

  • 49 M. Friedman, Essays in Positive Economics, 1953, p. 31.

72Dans le cas de l’entrepreneur, Friedman jugeait ridicule l’analyse des motivations des décisions : « les réponses que les entrepreneurs donnent aux questions portant sur les facteurs qui influent sur leurs décisions, [voilà] une procédure de test des théories économiques qui est à considérer de façon similaire à un test des théories de la durée de la vie qui consisterait à demander aux octogénaires comment ils expliquent leur longévité… ».49 Or, elles se révélaient au contraire essentielles pour répondre à des questions pratiques, notamment pourquoi l’on décide de réaliser tel projet plutôt que tel autre. Le caractère opératoire des résultats de Kirzner, en opposition avec l’opinion de Friedman, attira l’attention de la profession plus sûrement que la discussion des méthodes.

73Cette stratégie pouvait également faire reconnaître les procédures aboutissant à l’équilibre comme ayant éventuellement des propriétés plus intéressantes que le stade de l’équilibre lui-même. Si celui-ci ne se réalise qu’à travers des anticipations complexes et que toutes ne sont pas d’emblée supposées parfaitement rationnelles (au contraire de la théorie de Lucas), alors ni le tâtonnement walrassien ni les versions « modernes » de l’équilibre n’excluent nécessairement une étude de type autrichien. S’il est possible de mettre à jour un éventuel accord entre les résultats acquis par la méthode néoclassique et par la méthode autrichienne, alors la reconnaissance sera réciproque. Or, à la différence des « Austro-américains » puristes du genre de Rothbard, il importe au plus haut point aux Autrichiens inspirés par Kirzner d’être reconnus par leurs collègues du mainstream. C’est dans cet espoir que le recueil Subjectivism, Intelligibility and Economic Understanding a été publié sous la direction de Kirzner en 1986.

  • 50 Don Lavoie, « Euclideanism vs. hermeneutics : a reinterpretation of misesian apriorism », I. Kirzne (...)

74Ludwig Lachmann représente le deuxième courant du mouvement austro-américain. Ouvert à d’autres influences encore que celle de Mises et du mainstream régnant, Lachmann avait aussi une meilleure mémoire des débats européens et une audience qui, quoique restreinte au sein de sa profession, était plus internationale du fait de son enseignement (en Grande-Bretagne, en Afrique du Sud, etc.). Dans le volume de 1986 dirigé par Kirzner, l’article « Euclideanism vs. hermeneutics »50 écrit par un de ses élèves, Don Lavoie, dont nous reparlerons, consacre l’opposition d’une « herméneutique dans la perspective autrichienne » incarnée par Lachmann au compromis « mathématique » passé par Kirzner avec le mainstream. Les désaccords patents portent sur la méthode d’axiomatique arbitraire des positivistes (que Lavoie appelle « euclidienne ») à laquelle le courant kirznérien trouve certes des insuffisances, mais pas au point de rompre avec eux et de renoncer aux avantages intellectuels et institutionnels du compromis passé.

75Kirzner espère obtenir des résultats théoriques communs et veut croire que les économistes positivistes finiront par reconnaître eux-mêmes les limites de leur position. Lachmann demande, quant à lui, quel prix il convient de payer pour un tel compromis sur cette question, et si ce prix n’est pas purement et simplement un renoncement à la singularité de l’École autrichienne. Explorer le processus menant à l’équilibre, n’est-ce pas déjà accepter le concept même d’équilibre refusé par Menger ? Kirzner se limite de facto à décrire les processus, mais ne rend-il pas les armes ?

76À l’instar de Rothbard, Lachmann, quant à lui, s’y refuse et tous deux se rejoignent dans leur refus de l’orientation qui accepte l’équilibre néoclassique et prend le risque de nier à terme l’identité originale des Autrichiens. Les rangs austro-américains ne doivent pas se fondre dans le « gros de la profession ». Laissant sciemment à l’écart l’œuvre de Hayek, tout en lui manifestant à l’occasion leur révérence (parfois avec une ironie mordante), et misant sur Mises, Lachmann et Rothbard ne développent toutefois pas la même stratégie pour éviter un pareil destin.

  • 51 Richard Swedberg, Weber and the Idea of Economic Sociology, 1998.

77Dans Man, Economy and State (1962) – ouvrage auquel nous revenons dans la section suivante – Rothbard disait avoir épousé, « pour le meilleur et pour le pire », l’architectonique de Human Action et vouloir développer l’élément économique en remplissant les cases laissées vides par le maître. Il ne devait jamais dévier de ces intentions programmatiques. Chez Lachmann, l’ambition de la praxéologie visant à comprendre, dans une seule et même étude, les fondements de toute activité humaine a des conséquences différentes. Lachmann retrouve l’inspiration germanique d’une science générale des sciences sociales, d’une Polizeiwissenschaft regroupant les différents aspects de la vie matérielle et collective de l’homme. Pour cela, il a aussi recours à des catégories extérieures au seul dogme misésien, par exemple à celles de la « sociologie économique » de Weber – si l’on accepte d’utiliser, pour faire bref, cette caractérisation popularisée par Swedberg.51

  • 52 L. Lachmann, « Carl Menger and the incomplete revolution of subjectivism », Atlantic Economic Journ (...)
  • 53 Menger donne, à titre indicatif, des exemples, en situant ainsi le tabac seulement au sixième rang (...)
  • 54 Dans le contexte américain, des études de consommation ont montré des priorités divergentes entre f (...)
  • 55 Il faudrait également prendre en compte des divergences de la réédition des Grundsätze der Volkswir (...)

78En remontant au fondateur autrichien, dans un article de 1978, Lachmann critiquait Menger de n’avoir pas mené à son terme la « révolution subjectiviste », de l’avoir laissée « incomplète ».52 Il se contentait d’indiquer des insuffisances dans les intuitions de base de Menger, mais soulignait que le subjectivisme était la voie de tout progrès dans la science économique. Or, puisqu’il était vrai, il devait être poussé jusqu’à son stade intégral, et non pas être limité par un réalisme ou un naturalisme que Menger reprenait d’Aristote. La tripartition « survivre-vivre (zein)- bien vivre (euzein) » et l’échelle des biens correspondante, déjà mentionnées chez Menger, suggèrent un réalisme (prétendument naturel) qui accorde à une logique « objective » plus qu’il ne doit – ainsi, par exemple, l’agent cherche les moyens de survivre avant tout en vue même d’avoir ceux de satisfaire des besoins ultérieurs de loisir ou de plaisir qui ne sont pas eux-mêmes essentiels au maintien de la vie.53 Or, ne peut-on pas envisager que cet ordre soit moins naturel que culturel et qu’il ne puisse être renversé par des systèmes de croyances et de préjugés encastrés (embedded) dans d’autres civilisations et mus par d’autres affects (psychologiques, linguistiques, spirituels, etc.) ?54 Comme tous les Autrichiens, Lachmann conserve néanmoins l’idée mengérienne fondamentale des différents ordres de biens classés selon leur proximité ou leur éloignement relativement à la satisfaction immédiate des besoins ressentis (ces ordres correspondant, hormis le premier, destiné à la consommation immédiate, à des degrés de production et d’échange de plus en plus complexes). Il serait par ailleurs possible de montrer que sa critique d’un subjectivisme qu’il juge inachevé chez Menger dépend, en réalité et en raison des problèmes de transmission, plus d’une vision dérivée que de l’œuvre originelle, à savoir les Grundsätze de 1871.55 Cela entraînerait loin de notre propos.

79Au total la reconnaissance universitaire manquait certes toujours à l’école issue de Menger, avec les effets habituels d’une telle lacune structurelle : d’une part, chez certains, la tentation de passer des compromis théoriques en échange d’ouvertures institutionnelles ; d’autre part, le risque de se laisser aller à goûter à l’aventure intellectuelle, qui conduit à frayer avec d’autres courants considérés comme hétérodoxes par la profession des économistes. Cette dernière orientation, choisie par Lachmann, ouvrait à l’École austro-américaine d’autres horizons que le ralliement plus ou moins avoué au mainstream ou le purisme imprécatoire de Rothbard. En reconduisant de facto au mainstream, la voie kirznérienne pouvait d’ailleurs susciter à son tour en son sein une insatisfaction analogue à celle ressentie devant la théorie néoclassique et qui avait pu pousser certains à s’en éloigner. Certains attendus néoclassiques restaient regardés comme des erreurs fondamentales par les sympathisants de l’École autrichienne – par exemple, la possibilité même d’un équilibre non dynamique, ou encore l’idée qu’une des tâches principales de l’économie consistait à résoudre des équations prix-marchandises. Loin de répondre à leur déception, la voie kirznérienne la reconduisait du fait de son engagement auprès du mainstream. Au contraire, Lachmann était resté à l’écart du mainstream, et il s’était ainsi présenté comme un rival au sein même du courant austro-américain. Héritiers directs de Mises, chefs de file reconnus des courants de l’École autrichienne aux États-Unis, les deux chercheurs avaient enseigné et dirigé un séminaire de doctorat à la New York University, comme Mises, formant ainsi la nouvelle génération d’économistes austro-américains, celle qui allait se faire entendre à partir des années 1980, et ce jusqu’à aujourd’hui. Kirzner et Lachmann eurent en cela plus de succès et plus d’écho que Rothbard, relégué au Brooklyn Institute. En outre, ils manifestaient aussi leur impatience devant les lacunes de certaines thèses praxéologiques – dont, en revanche, Rothbard restait l’ardent thuriféraire.

L’orthodoxie rothbardienne : sa constitution et sa diffusion

80Les pages jusqu’ici consacrées à Murray Rothbard ont laissé voir que, par nature, par goût et par choix, ce dernier entendait incarner l’extrémisme au sein de la pensée austro-américaine. Les incursions de Kirzner et de Lachmann, ses rivaux potentiels, vers d’autres horizons que le misésianisme ont également contribué à lui donner la position de gardien de l’orthodoxie dans le « temple » misésien. Rothbard met en effet, lui, un point d’honneur à rester fidèle au dogme original de la pensée autrichienne, dans la version élaborée par Mises, et il entend que les Austro-Américains demeurent les chantres du choeur de l’église misésienne. Leur tâche est de louer et de préserver, de défendre et d’illustrer la vérité révélée de l’axiome de l’action humaine dont la science véritable se déduit. Ce qui est extrême fascine. Les positions de Rothbard impressionnent.

81Man, Economy and State : ATreatise on Economic Principles, publié en 1962 par Rothbard, est un traité en deux volumes consacré exclusivement à l’économie, à la différence de Human Action de Mises, et se présente comme un manuel de théorie économique autrichienne orthodoxe. Ignoré par les départements d’économie des universités américaines, l’auteur trouve refuge au Brooklyn Polytechnic Institute qui n’a toutefois aucun programme de troisième cycle (graduate) ouvert à la recherche. Cette position qui le tient à l’écart des grandes institutions d’enseignement devait durer toute sa carrière car, même une fois devenu professeur à l’université du Nevada à Las Vegas, on devait lui refuser la direction d’étudiants doctorants (PhD) et aucun programme dans le domaine de l’économie autrichienne ne s’ouvrit. Sa rancœur ne pouvait que croître, mais aussi sa quête d’autres auditoires, en dehors de l’Université.

  • 56 Le Volker Fund commanda ses premières recensions d’ouvrages et d’articles économiques à Rothbard, q (...)

82Or, le caractère extrême des aspects programmatiques de l’ouvrage de 1962 singularisait Rothbard, y compris parmi les économistes autrichiens qui avaient intégré des universités reconnues (New York University, on l’a dit, en ce qui concerne Kirzner et Lachmann). Longtemps, le besoin de fonder un institut indépendant du système académique dirigea les orientations d’une école de pensée condamnée à rechercher des subsides chez les mécènes privés. Il est vrai que les fonds provenant des fondations, tel le Volker Fund, ou de richissimes donateurs ne manquèrent jamais à Rothbard lui-même, qui atteignait aussi ainsi un public différent des universitaires.56 Il sut tout au long de sa carrière entretenir rapidement et durablement des liens privilégiés avec le monde des affaires. Ce fut le Ludwig von Mises Institute qui en bénéficia : créée et établie à Auburn (Alabama) après la mort de Mises en 1973, l’institution consacra l’œuvre du maître et, du même coup, celle du partisan irréductible d’une École autrichienne purement misésienne aux États-Unis.

83Rothbard prenait enfin une tout autre stature. L’Université lui avait refusé une place de premier plan. Il se posait maintenant face à elle. Il ne l’avait d’ailleurs jamais épargnée, d’autant moins qu’elle était dominée par les prétentions de l’École de Chicago – Kirzner et Lachmann n’étaient-ils certes pas reconnus, mais relégués à des places de second rang dans le monde universitaire ? Le style pugnace de Rothbard s’était forgé dans ses campagnes incessantes contre tous : Chicago boys, d’une part, et courants austro-américains rivaux, d’autre part, dont il regarde les options comme autant de déviances. Car la pureté de l’orthodoxie est dans les thèses formulées par Mises, bien plus que dans celles de Menger à qui une grande révérence est accordée, mais qui est bien trop éloigné des préoccupations américaines. La Vienne des années 1870 fait figure d’Athènes et l’Autriche de Grèce antique au regard des jeunes disciples du Deep South. Parce qu’il sait à quel point il est en marge de l’institution universitaire, Rothbard sanctionne d’autant plus tout écart qui mettrait à ses yeux en péril l’école qu’il vise à fonder. Aucune concession, aucun compromis : le credo est bien établi. Les finances l’étant également (du moins, avec la fondation du Ludwig von Mises Institute), le manque de reconnaissance universitaire provoque chez Rothbard un réflexe de centralisme orthodoxe aux positions toujours plus raidies et marquées par l’extrémisme des thèses théoriques et des revendications politiques. Sa pureté doctrinale lui donna, tant aux yeux de la profession des économistes que parmi les disciples de la pensée autrichienne, ce caractère sectaire aussi fascinant que déroutant. Des scissions ne pouvaient manquer d’apparaître, qu’il allait combattre d’autant plus vigoureusement.

  • 57 Après 1945, le type de science économique qui jouit de la reconnaissance académique fut celui fondé (...)

84On l’a vu à propos des premiers travaux de Rothbard, son programme était d’emblée interdisciplinaire et il cherchait à renverser les tendances les plus acceptées de l’historiographie économique pour affirmer une méthodologie alternative, celle de l’apriorisme extrême. Le renouveau de l’économie dite « libérale », à travers l’École de Chicago, impliquait au contraire une spécialisation des sciences économiques, en particulier grâce à la mathématisation, vue à la fois comme garantie de scientificité et « barrière à l’entrée » de la profession d’économiste.57 Un programme « à la Rothbard » se trouvait bien entendu de la sorte écarté (barred) des cursus d’économie. Après les difficultés de l’exil des « pères pèlerins » autrichiens émigrés, tel Mises, celles de leurs disciples en butte au reste de la profession allaient de pair avec leur déficit structurel de reconnaissance. Au fond, bien peu de gens s’intéressaient à eux, et encore moins prêtaient sérieusement attention à leurs positions. Le malaise dans les rapports entre la pensée autrichienne qui n’était plus désormais celle de l’exil, mais bien une école renaissante aux États-Unis, et la profession économique dans son ensemble, ne devait pas se dissiper. Et pourtant…

  • 58 Ce que manifestait, par exemple, l’hostilité déjà relevée envers des Reaganomics jugées trop peu li (...)

85Rothbard fit le pari qu’en s’en tenant aux positions méthodologiques et théoriques extrêmes précédemment décrites, en les réaffirmant, sans nullement chercher à les adoucir ou à les taire, s’il ne se rendait certes pas acceptable aux traditions américaines établies (tel le pragmatisme honni et, lui aussi, renaissant), il finirait du moins par attirer sur les positions de Mises des courants socio-politiques américains qui porteraient le message misésien sans trop l’abâtardir. Cela signifiait réaffirmer la vérité et la certitude des fondements méthodologiques de Mises et restaurer la confiance dans un libéralisme purifié de toute compromission scientiste et interventionniste. Et attendre. L’École devenait pleinement austro-américaine en s’affirmant dans la position extrémiste que Rothbard lui donnait pour préserver la doctrine dans la science et la liberté dans la politique. Rothbard mettait stratégiquement ses rivaux en demeure de l’affronter et plaçait son propre courant au centre des rivalités internes du mouvement autrichien. Il devait incarner seul l’orthodoxie et faire son arme du sectarisme le plus étroit.58

  • 59 À propos du colloque de South Royalton de 1974, voir Karen Vaughn, Migration of a Tradition. Austri (...)

86Ainsi, eu égard aux enjeux méthodologiques et théoriques plus larges déjà examinés, demeurer très marginal vis-à-vis du triomphe de Chicago était secondaire, car cette école aussi ferait son temps. En revanche, il importait avant tout de s’affirmer. Le début des années 1970 vit effectivement le renouveau de l’École autrichienne, la question étant de savoir qui en seraient les chefs de file.59 Kirzner, Lachmann et Rothbard s’imposèrent. Une quinzaine d’années plus tard, à la fin des années 1980, le mouvement, étoffé et diversifié, pouvait connaître le luxe d’une crise majeure où les dissensions entre disciples de Rothbard et de Lachmann devaient éclater à l’occasion de la querelle de l’herméneutique. D’irréductibles hostilités traversaient le camp libéral, mais aussi, au sein de ce dernier, le « carré autrichien ».

  • 60 « To Libertarians of the Past, Who Blazed the Trail, And to Libertarians of the Future, Who Shall O (...)

87Les ouvrages de Rothbard, qui avaient singulièrement contribué à ce renouveau, avaient permis d’établir son orthodoxie. De Power and Market : Government and the Economy (1970), et de l’article méthodologique déjà mentionné « Praxeology as the Method of Economics » (1973) jusqu’au texte dont nous donnons la traduction ici (1987), il a existé une ligne rothbardienne identifiable. Ce moment de crise ne fut pas une affaire entre Austro-Américains seulement, mais un moment pivot dans la réorientation des débats aux États-Unis relatifs aux formes de l’action économique et politique. Rothbard dédicaçait Power and Market aux « libertariens du passé, qui ouvrirent la voie, et à ceux de l’avenir, qui devront vaincre ».60 Au tournant des années 1980-1990, ce qu’il avait annoncé est devenu d’actualité. Il s’agit dès lors de chercher des alliances auprès de milieux puissants de la politique américaine, qui considèrent superflues et dangereuses les tâches régaliennes de l’État, même celles ordinairement regardées comme des obligations minimales – y compris la protection publique des citoyens et la défense nationale qu’il s’agirait de rendre au secteur privé. L’idée d’une défense et d’une police rémunérées à titre personnel est ainsi, selon Rothbard, la seule norme cohérente de la défense civile et militaire d’une nation en économie de marché. L’argument suit la logique déjà exposée par Robert Nozick dans son traité de philosophie politique Anarchy, State and Utopia. Détaillons-le ici à titre d’exemple.

88Outre la mise en balance des intérêts des net tax-payers et des net tax-consumers, c’est-à-dire de ceux qui paient plus aux pouvoirs publics au titre de l’impôt qu’ils n’en reçoivent de services, et inversement de ceux qui en bénéficient davantage qu’il ne leur en coûte, Rothbard peut se référer à un raisonnement célèbre déjà exposé par Locke (qui s’en prenait ainsi à Hobbes) selon lequel la constitution d’un Commonwealth fait intervenir des facteurs externes (ennemis étrangers, bandits, pillards, etc.) contre lesquels seule la lutte menée en commun est efficace, justifiant la formation et la défense d’un État, d’où naît la question du coût à supporter en retour. Les efforts menés au nom de tous ont un coût qu’il s’agit de répartir entre tous les individus concernés. Or, respecter la liberté de choix implique que personne ne contribue au-delà de ce qu’il reçoit (car sinon, il ne choisirait pas ainsi). Rothbard transpose cet argument en termes économiques, et juge le coût de la défense publique trop élevé pour les grands contributeurs au regard du bénéfice faible qu’ils en tirent. Ceux qui en ont les moyens se protégeraient en fait plus efficacement par leurs propres moyens. La défense nationale est donc un gâchis de ressources, alors que des agences privées mises en concurrence auraient tout intérêt à calculer leurs tarifs au plus juste. Il n’est pas exclu qu’elles trichent ou se livrent à l’extorsion de fonds, mais les agents ont, par hypothèse, toujours le choix de changer de « protecteur ». Rothbard suggère d’ailleurs que même le coût d’un racket éventuel serait inférieur aux sommes ponctionnées par l’État… Autant d’arguments privant l’État de ses dernières fonctions régaliennes…

89Présentons, pour conclure, quelques autres positions de Rothbard avant celle touchant à la polémique autour de l’herméneutique. Rothbard affirmera définitivement sa propre version de l’orthodoxie « autrichienne » contre les autres courants austro-américains à l’occasion de cette polémique. Mais il faut souligner qu’il n’est pas le « conservateur » classique attendu du côté du parti républicain. Il n’entend pas appliquer les « recettes de nos pères » mais les termes de la dogmatique nettement formulée que nous avons explicitée jusqu’ici et qui le conduit à condamner aussi fortement les lois restreignant l’immigration que celles limitant le travail des enfants, celles imposant des minima salariaux légaux, celles obligeant à suivre des normes de sécurité que l’État garantit aux travailleurs et aux consommateurs, etc. Cela ne signifie pas que toutes les normes soient à rejeter, mais il appartient à des agences d’audit ou à des consultants privés de définir et de garantir leurs propres labels pour faire jouer la concurrence dans la mise en place de ces normes (qu’elles soient de sécurité ou autres).

90Les positions de Rothbard se présentent comme de simples déductions des principes de la praxéologie. Leur extrémisme peut ressembler à de la provocation, mais pas au sens où lui-même ferait des propositions qu’il jugerait par ailleurs intenables. Ce qui paraît impossible à soutenir, ce sont au contraire les positions des « prétendus » libéraux qui, selon Rothbard, provoquent la confusion en politique autant qu’ils révoltent l’entendement dans la science, n’osant pas affirmer ce qu’un minimum de cohérence dans leurs principes devrait les conduire à énoncer nécessairement. S’il convient d’être choqué, c’est par le fait que les idées claires ne parviennent pas à triompher des intérêts troubles que ces mêmes économistes recherchent auprès d’un État qu’ils feignent de critiquer par ailleurs. Sur le ton polémique qu’il affectionne, Rothbard répète cette antienne – qui fait son succès auprès d’autres hommes politiques radicaux (le terme « radical » est en général appliqué aux États-Unis à des gens que nous dirions, en Europe, de « gauche » ; il qualifie bien évidemment ici la position opposée).

91Le slogan « Il est interdit d’interdire » n’a, en ce sens, jamais trouvé de défenseur plus zélé que Rothbard. La facette économique du libertarianisme pratique qu’il propose vise, en forçant à peine le trait, à la suppression de tout droit public au profit du seul droit des contrats privés. Ces derniers fussent-ils léonins, ils ne contraignent pas les parties au nom d’un tiers et l’individu est toujours libre de préférer autre chose (fût-ce la mort) plutôt que d’engager sa responsabilité en signant. Si le laisser-faire intégral doit s’appliquer aux rapports de propriété, il doit également s’appliquer à la défense de cette dernière et, en dernière instance, aux rapports entre les États eux-mêmes, à partir du moment où leur économie est une économie de marché. Le mieux serait encore, pour Rothbard, de supprimer tout bonnement ces États, puisque, dès lors qu’une personne accepte un contrat donné, la responsabilité engagée n’est alors jamais que celle du contractant.

92Les détracteurs rétorqueront que si l’une des parties prend ouvertement avantage de la situation dans laquelle se trouve l’autre, alors la liberté n’est que formelle. Mais, dans l’axiomatique de la praxéologie, cette condition suffit. Rothbard reconnaît que cette affirmation fondamentale, selon laquelle l’agent est toujours libre de son choix est formelle, mais l’entendement n’a besoin de rien d’autre pour reconstruire toute l’économie à partir de l’a priori initial de l’action humaine. Chaque proposition logiquement conséquente est alors vraie. Inversement, vouloir s’en exempter est insensé. Dès lors, les véritables dogmatiques sont, au sein même du camp libéral, ceux qui refusent de reconnaître leur propre incohérence en raison de leurs intérêts, de leurs convictions irrationnelles, de la peur du ressentiment populaire aux élections politiques, etc.

  • 61 Le chapitre 6.15 de Power and Market (1970), « The State and the nature of Man », détaille cet argu (...)

93Rothbard ne réclame des économistes qui se proclament libéraux que de rester cohérents, et qu’ils reconnaissent les lacunes de leur méthode, la grande majorité d’entre eux n’étant positiviste que par défaut d’une meilleure diffusion de positions méthodologiques qui sont plus cohérentes avec la défense du marché. Dénoncer toute restriction imposée à la liberté des échanges, des contrats privés entre agents, de la circulation des hommes, des biens et des services, telle est la tâche libérale. Toute législation qui va au-delà de la simple garantie de la liberté d’action de chacun (conditionnant la garantie de la propriété, chacun restant libre des moyens de la défendre) est néfaste – notamment toute législation sur les moyens de survivre, donc tout droit du travail. L’État, qui a incarné ces législations de répression, est un ennemi qui s’oppose à la nature humaine : deux partenaires peuvent échanger au mieux de leurs intérêts mutuels, mais dès qu’apparaît une relation triangulaire, l’une des parties acquiert un pouvoir d’arbitrage indu sur les deux autres. Cas extrême, pourtant le plus répandu, l’État fait le plus souvent office de troisième partie.61

94Il serait pourtant erroné de croire – les affirmations de Rothbard étant sans ambages et hostiles à tout compromis – que le gardien de l’orthodoxie manque de réalisme dans ses propositions. D’une part, l’exposé de son misésianisme l’a montré, sa position défend au contraire un réalisme intégral des causes dans la science. Ce réalisme fonde d’ailleurs la cohérence de la praxéologie. Son extrémisme consiste alors en effet à laisser l’entendement s’exercer librement et sans frein. Cet entendement est par essence calculateur. Il se distingue de la raison (au sens où Verstand s’oppose à Vernunft en allemand) en poursuivant l’analyse infinie de son objet sans jamais effectuer de retour spéculatif. Cette méthode poussée à son extrême, voilà la philosophie de Rothbard (et non celle de la raison spéculative où il ne voit qu’illusion et qu’il condamne). D’autre part, Rothbard est très « réaliste » dans ses combats.

95Aux niveaux des institutions de la science et de la politique économique, Rothbard n’avait de cesse de fustiger l’erreur consistant à négliger l’idéal de pureté du libéralisme, alors même que ses prétendus défenseurs surmontaient leurs réticences, remportaient des succès dans les esprits depuis les années 1980 et obtenaient des postes de décision. Mais de la sorte, ils se compromettaient… et se décrédibilisaient.

96D’ailleurs, son idéal de pureté a porté Rothbard à critiquer son maître lui-même. Lui qui n’avait cessé de défendre les positions de Mises contre celles défendues par la profession des économistes tout entière, il le critique quand il juge que Mises s’arrête en chemin. Il en va ainsi sur la question des monopoles privés. Rothbard s’en prend en effet aux lois anti-trust et défend la légitimité de cartels privés. Le raisonnement est du même ordre que ceux développés jusqu’alors : du moment que les monopoles ne résultent pas de la protection exercée par une instance légale (qui use de la violence de la loi pour ce faire), ils doivent nécessairement surgir spontanément de l’action de certains hommes. Au nom de quel principe brimer l’initiative qui réussit ?

97Rothbard s’oppose ici de front à l’objet d’un des plus larges consensus parmi les économistes, à savoir que, contrairement à la situation de concurrence parfaite, et sous la double condition de rendements décroissants dans la production et du caractère discriminant du monopole, celui-ci a pour conséquence le renchérissement des denrées, la diminution des quantités mises à disposition sur le marché et, au bout du compte, une perte de richesse globale qui pénalise tous les acteurs. C’est pourquoi, en économie de marché, aux yeux de l’immense majorité des économistes, Mises compris, les monopoles sont condamnables. Mais Rothbard est formel : étant donné que toute atteinte aux accords privés est plus néfaste pour le marché que de tels accords, quels qu’ils soient, il faut autoriser la constitution des cartels à partir du marché. La perte de richesse n’est d’ailleurs pas à craindre car, spontanément, d’autres conventions privées établiront à terme des contrepoids lorsque les consommateurs se trouvent effectivement lésés. Et ces conventions émergeront d’autant plus rapidement que les individus seront laissés libres de leurs mouvements.

  • 62 Théoricien de l’entrepreneur et proche de facto du mainstream, Kirzner ne peut accepter que le surp (...)

98Rothbard manifeste là encore sa singularité, au sein de la profession des économistes, mais aussi à l’égard de l’École austro-américaine. Les autres auteurs hésitent face aux conséquences d’une telle légitimation.62 Rothbard, non. Cela fait sa force dans la vulgarisation d’idées si extrêmes. Le bénéfice tiré de la reconnaissance mutuelle suite à l’entente avec le mainstream allait de soi pour Kirzner (travaux autrichiens moins marginaux, d’une part, enrichissement substantiel du paradigme néoclassique, d’autre part). Rothbard pense que le rôle de « mouche du coche » n’est ni flatteur ni efficace pour s’affirmer. Cette stratégie de quête de sécurité institutionnelle est selon lui vouée à l’échec, de même que la stratégie opposée qui se laisse séduire par l’« aventurisme » intellectuel et cherche l’appui de courants étrangers à la tradition (Lachmann), voire à la profession des économistes (Lavoie). Rothbard conçoit la voie orthodoxe comme un centralisme exclusif, un austro-américanisme arc-bouté sur les positions de Mises, qu’il convient parfois de radicaliser encore pour les rendre conformes à l’engagement implicite exigé des « croyants ».

99L’établissement d’une orthodoxie doit faire intervenir des institutions. Ainsi, le Ludwig von Mises Institute donne à l’École un quartier général, inscrit dans la pierre. La Review of Austrian Economics, que Rothbard a contribué à créer et qu’il dirigea un temps, donne à l’École un organe de presse « officiel ». L’expression pérenne de la légitimité austro-américaine se trouve assurée par les œuvres de ses grands auteurs, au-delà même de la vie de ses représentants (Rothbard décède en 1995). En un sens, Rothbard réalisait aux États-Unis l’ambition qui avait été celle de Menger à Vienne, un siècle plus tôt : fonder une école faisant pièce à l’école dominante, quand bien même les opposants n’étaient plus les historicistes de Berlin, mais les positivistes de Chicago, non plus Gustav Schmoller mais Gary Becker.

  • 63 Quelques exemples de questions, chacune étant suivie de quatre réponses de trois à huit lignes, une (...)

100L’Institut dédié à l’œuvre de Mises joue enfin un rôle dans la diffusion de la pensée politique libertarienne. Il est devenu une source notable du libéralisme qui a transformé la société américaine. Mais divers Mises Institutes et Hayek Institutes ont également essaimé en dehors des États-Unis, propageant de par le monde cette idéologie. Ils ont formulé des textes qui font réellement figure de manifestes, pouvant prendre la forme d’une simple présentation des buts de ces instituts ou, de façon plus originale, d’un « questionnaire à choix multiples » composé de vingt-cinq questions (d’économie et de philosophie politique), intitulé : « Are you an Austrian ? » et fixant dans le détail l’identité des idées du groupe.63

  • 64 P. J. Boettke éd., The Elgar Companion to Austrian Economics, Aldershot, Edward Elgar, 1994, en par (...)

101Dans tous ces manifestes, l’engagement essentiel s’organise clairement autour du programme libertarien (« commitment to libertarianism »), c’est-à-dire un programme politique (laisser-faire extrême aboutissant à la limite à la disparition complète de l’État), et non plus un programme de recherche (a fortiori non plus le programme mengérien originel qui se voulait exclusivement théorique). Rothbard a joué le rôle capital dans ce dernier moment du développement de l’École autrichienne, de sorte que l’engagement envers le libéralisme, commun cette fois à Mises et à Hayek, est parfois présenté comme l’une des contributions caractéristiques essentielles de l’École autrichienne.64 Mais s’agit-il encore alors d’un programme de recherche ? La réponse est clairement négative. Les manifestes témoignent que des objectifs de nature différente (idéologique, doctrinale) se sont peut-être substitués en tant que réquisits de premier plan aux exigences épistémiques fondatrices.

102L’affirmation de l’orthodoxie misésienne serait alors devenue plus une question de choix politique qu’autre chose : l’accent porterait sur la croyance en aval, plutôt que sur le raisonnement de méthode en amont. La question n’appartient plus alors à l’historien des sciences, mais à celui des courants politiques, et il convient de la laisser ici. Mais si un regard rétrospectif montre que le groupe « orthodoxe » fonctionne aujourd’hui autour de l’engagement dans un programme d’action politique commun, il a toujours été essentiel aux yeux de Rothbard que l’accent demeurât porté sur la question épistémologique. Aussi l’orthodoxie rothbardienne doit intégrer des théories de type scientifique pour subsister : elle ne saurait en faire l’économie, et il s’agit donc de réagir dès qu’une opposition méthodologique se manifeste, en provenance de l’extérieur ou en son sein même. À la fin des années 1980, ce fut le cas de l’opposition née de l’essor de la pensée herméneutique aux États-Unis.

Notes

1 Gary North, « Why Murray Rothbard will never win the Nobel prize ! », dans Block et Rockwell, 1988, chap. viii, p. 89-109.

2 Citons notamment l’impossibilité d’appliquer le calcul infinitésimal à l’action humaine ; l’impossibilité de jamais calculer une utilité totale ; la pertinence de la notion de choix et le manque de pertinence des courbes d’indifférence, outil par excellence de la microéconomie généralement enseignée… (ibid., p. 103-104).

3 L’ouvrage publié par les Presses universitaires de Yale en 1949 attendit sa traduction française jusqu’en 1985 : L’Action humaine, trad. R. Audouin.

4 De ce travail inachevé sont nés en 1995 deux volumes consacrés l’un à l’économie politique avant Say (Rothbard préfère voir en lui plutôt qu’en Adam Smith le tournant essentiel de la pensée économique), et l’autre à l’économie classique (Classical Economics).

5 The Panic of 1819 et America’s Great Depression parurent respectivement en 1962 et 1963 à Princeton, chez D. Van Nostrand. En 1969, Rothbard publia une étude généralisant ses conceptions : Economic Depressions : Causes and Cures, rééd. par Richard Ebeling, puis par le Mises Institute (1983).

6 « The Hoover myth », J. Weinstein et D. W. Eakins éd., For a New America : Essays in History and Politics from Studies on the Left, 1959-1967, 1970, et « Herbert Hoover and the mythology of Laissez-Faire », A New History of Leviathan, codirigé avec R. Radosh en 1972.

7 Milton Friedman et Anna J. Schwartz, A Monetary History of the United States, 1857- 1960, Princeton, Princeton University Press, 1963. Dans « The methodology of positive economics » (Essays in Positive Economics, Chicago, University of Chicago Press, 1953), Friedman commente la position de John Neville Keynes qui distinguait entre « science positive », « science normative » et « art » (au sens de l’art de l’ingénieur).

8 Économistes et charlatans, 1991a, recueil d’articles traduits en français, p. 55.

9 Rothbard « ne cherche pas à nier que les hypothèses fausses soient utiles en théorie économique, mais uniquement lorsqu’on les utilise comme des constructions auxiliaires, et non comme des prémisses à partir desquelles on pourrait déduire des théories empiriques » (ibid., p. 262) – à défaut de cette précaution, Rothbard invaliderait par la même occasion le caractère opératoire de l’« économie en rotation uniforme » de Mises !

10 Sur la « Querelle des méthodes » (Methodenstreit) au cours de laquelle Menger avait affronté, à la fin du xixe siècle, l’École historique allemande, voir notre Critique de l’économie politique classique, 2004 (parties II et III), et notre traduction à paraître des Recherches sur la méthode des sciences sociales et de l’économie politique en particulier de Menger (Untersuchungen über die Methode der Socialwissenschaften und der politischen Oekonomie insbesondere, 1883), augmentée d’extraits de la polémique avec le chef de file de l’École historique, Gustav Schmoller – notamment l’ouvrage de Menger sous forme de lettres ouvertes Les erreurs de l’historicisme (Die Irrthümer des Historismus in der deutschen Nationalökonomie, Vienne, Alfred Hölder, 1884) et l’article de Schmoller « Zur Methodologie der Staats-und Sozialwissenschaften » (Jahrbuch für Gesetzgebung, Verwaltung und Volkswirtschaft im deustchen Reiche, Leipzig, Duncker & Humblot, 1883, p. 239-258).

11 « Mises “Human Action”. Comment » parut dans l’American Economic Review, en mars 1951, p. 181-185, suivi d’une réponse de George Schuller, auquel Rothbard répliqua à son tour dans le numéro de décembre de la même année, « Praxeology : reply to Mr. Schuller », p. 943-946.

12 Le mot n’est pas trop fort : Rothbard n’intitule-t-il pas en 1988 son ouvrage d’hommage Ludwig von Mises : Scholar, Creator, Hero ?

13 Terence W. Hutchison, « Professor Machlup on verification in economics » ; Fritz Machlup, « Rejoinder to a reluctant ultra-empiricist », Southern Economic Journal, avril 1956, resp. p. 476-483 et 483-493. Machlup était un compagnon de Mises, comme lui économiste autrichien émigré depuis Vienne aux États-Unis. Mais ils s’étaient brouillés.

14 La source ultime dans ce débat se trouve dans les Recherches sur la méthode (Untersuchungen de 1883, passim). Menger y souligne l’impossibilité logique et l’inutilité de tester une théorie dont la déduction est strictement rationnelle. Mais systématisait-il pour autant le rejet de tout recours à l’empirique ? La réponse semble nuancée. Voir A. Lordon et M. Ohana, « Une justification des études empiriques chez Carl Menger ? », document de travail (à paraître en version anglaise dans Contemporary Commentaries on Menger, G. Campagnolo éd., dans le cadre du projet CNRS (2003-2006) « Histoire des savoirs » : « Carl Menger et l’évolution de l’École autrichienne », coordonné par l’auteur du présent volume. Les résultats feront l’objet d’un colloque en 2007. Site Internet : http://www.up.univ-mrs.fr/wceperc).

15 « The ultimate goal of a positive science is the development of a “theory” or “hypothesis” that yields valid and meaningful (i.e., not truistic) predictions about phenomena not yet observed. » M. Friedman, « The methodology of positive economics », p. 7.

16 Voir aussi Économistes et charlatans (1991a), recueil de traductions, notamment des articles « In defense of extreme apriorism », 1956a, p. 83-96 ; « Praxeology as the method of economics », 1973a, p. 39-81 ; « The mantle of science », 1979, p. 1-38.

17 Sur la question de la pertinence des hypothèses (« assumptions really do matter »), voir Alexander Rosenberg, « On the predictive weakness of financial economic theory and why it is indispensable to behavioral economic theory », séminaire de philosophie économique du 12 octobre 2004, dans le cadre du projet CNRS « Carl Menger… » mentionné supra. Le texte est disponible sur le site Internet : http://www.up.univ-aix.fr/wceperc/

18 « Toward a reconstruction of utility theory », Mary Stenholz éd., On Freedom and Free Enterprise, Essays in honor of Ludwig von Mises, 1956, p. 224-262. L’économie néoclassique est limitée, selon Rothbard, à l’approximation imparfaite qui permet certes la mathématisation, mais rend incompréhensibles les actions de l’agent s’il n’obtient pas de gain matériel, ces actions étant jugées irrationnelles par le théoricien néoclassique, selon Rothbard, alors qu’elles n’étonnent pas le praxéologue. Rothbard rend-il l’usage du concept plus « psychologique » qu’il ne l’est chez Menger ? Voir G. Campagnolo, « Was the Austrian School a psychological School in the realm of economics ? », G. Campagnolo éd., Contemporary Commentaries on Menger (à paraître).

19 C’est l’effort de l’économie dite « expérimentale » dont les développements récents n’ont pas été commentés par Rothbard à notre connaissance. Le reproche de fond qu’il fait aux tests lui resterait toutefois, semble-t-il, applicable.

20 Grundsätze der Volkswirtschaftslehre, dans Gesammelte Werke, 1968 (désormais abrégé GW), vol. 1, chap. iii, p. 77 et suiv.

21 Voir P. Livet, « Cardinal vs. ordinal order in Menger’s framework », G. Campagnolo éd., Contemporary Commentaries on Menger (à paraître).

22 Outre Rothbard, voir A. Rosenberg, Microeconomic Laws, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 1976, p. 155-170, et Economics – Mathematical Politics or Science of Dimishing Returns ?, Chicago, University of Chicago Press, 1992, p. 57-62 ; Daniel Hausman, The Inexact and Separate Science of Economics, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, p. 164-168.

23 Dans le texte de la conférence de 1987, Rothbard ridiculise ceux qui réagissent à leur propos comme s’ils étaient placés devant la « tête de Méduse » (voir notre traduction p. 171).

24 Rothbard a parfois laissé entendre (ainsi en 1973, dans « Praxeology as the method of economics », traduit dans Économistes et charlatans, 1991a), que l’apriori n’était pas nécessaire en tant que tel, mais qu’il suffisait que l’axiome de l’action humaine soit reconnu comme absolument incontestable, fût-il même seulement une proposition empirique de l’ordre le plus général. Cet ordre devrait toutefois être si général qu’il est plus naturel de lui donner le statut d’apriori. Le raisonnement tient toujours à l’impossibilité de contester l’axiome de l’action sans devoir, pour ce faire, ipso facto, agir. En outre, les propositions empiriques irréfutables auront un statut au sein de la praxéologie, au titre de « principes » (voir infra).

25 On a parfois pu juger que Rothbard caricature les positions qu’il attaque : ainsi, dans « The mantle of science », à propos de la réfutation du déterminisme et des analogies mécanicistes, Économistes et charlatans, 1991a, p. 1-20.

26 Rothbard épouse sur ce point une position conforme aux premières lignes des Grundsätze de Menger. Mais sa formulation l’éloigne de Menger, qui refusait l’idée que la science ait à se prononcer sur la « justice » de résultats économiques fondés sur l’action conforme à la « liberté ». C’est bien plutôt là la praxéologie de Mises.

27 Le réalisme aristotélicien de Menger n’est pas une thèse nouvelle, mais elle demandait encore à être démontrée à partir des archives (conservées au Japon au Centre des sciences sociales de Hitotsubashi et collationnées par nous) et non de rapprochements intuitifs, fussent-ils bienvenus : voir G. Campagnolo, « Une source philosophique de la pensée économique de Carl Menger : l’Éthique à Nicomaque d’Aristote », Revue de philosophie économique, 2002, n° 6/2, p. 1-35, et « Les rapports d’échange selon Aristote. Éthique à Nicomaque V et VIII-IX », Dialogues, (avec M. Lagueux), vol. XLIII/3, 2004, p. 443-470.

28 « Toward a reconstruction of utility theory », 1956, traduit dans Économistes et charlatans, 1991a, p. 91.

29 Le terme allemand Wertfreiheit désigne l’impartialité, la neutralité à l’égard des valeurs au sens où la liberté se manifeste par la possibilité d’un choix sans contrainte quant à celle à laquelle on veut être fidèle. Le terme Werturteilsfreiheit désigne encore plus précisément la liberté de jugement à l’égard des valeurs. Une des grandes querelles au sein de l’École historique allemande fut lancée par Max Weber en 1909 (puis de nouveau en 1914) contre Gustav Schmoller autour de cette question (connue sous le nom de Werturteilsstreit). Weber souligna notamment que les questions de l’économiste sur ce qui est et sur ce qui doit être ne sauraient être confondues sans perdre une des deux dimensions : le descriptif et le normatif ont donc leur place en économie, à condition d’être distingués. Et il est loisible à l’économiste de choisir les questions qu’il entend poser à la science.

30 Ibid. Rothbard ajoute, d’une part, que, aussi général qu’il soit, le postulat 2), encore nommé « désutilité du travail », n’est pas seulement empirique, mais qu’il s’ensuit nécessairement du raisonnement marginal (p. 89, note appelée par **) ; d’autre part, que le postulat 4) concernant les entrepreneurs n’est pas une partie nécessaire de la théorie économique (tous les agents n’étant pas des entrepreneurs – mais tous maximisant leur profit psychique).

31 Ce caractère peut susciter des interrogations légitimes, comme celles formulées par Bruce Caldwell, « Praxeology and its critics : an appraisal », History of Political Economy, 1984. Exerçant une critique interne de la théorie, Caldwell interroge le statut effectif des différentes catégories présentées dans Human Action (incertitude dans le temps, essence de la causalité, échange, téléologie même, réintroduite à l’occasion de l’échange, etc.) et demande si elles sont déduites de manière apodictique, ou si elles sont évidentes d’elles-mêmes empiriquement : il déclare ne pas trouver chez Mises de réponse dénuée de toute ambiguïté. Malgré leurs dénégations, les deux usages se recoupent en effet chez les « praxéologues » – et chez Rothbard en premier lieu, aussi entier soit son ton.

32 « Toward a reconstruction of utility theory », 1956, traduit dans Économistes et charlatans, 1991a, p. 86.

33 Untersuchungen…, GW, vol. 2, I, 4, p. 43-44.

34 L. von Mises, L’Action humaine, 1985, p. 42-43. Nous préférons le terme « agir humain » mais nous suivons ici l’usage.

35 Du point de vue de la neutralité de la science vis-à-vis de toute cause, Menger n’eût assurément pas approuvé.

36 Rothbard tire d’un oubli relatif l’œuvre d’Alfred Schutz, partie prenante des débats méthodologiques allemands, en lui reconnaissant une grande importance dans le développement de la méthode praxéologique.

37 M. Rothbard, « Praxeology as the method of economics », 1973a, essai repris en traduction française dans Économistes et charlatans, 1991a, p. 49. Si l’opposition de Mises à la psychologie en tant que science empirique n’était aussi forte (dès les premières pages de Human Action), il y aurait là matière à interroger les travaux de psychologie sur les « anomalies comportementales » de l’agent néoclassique. Voir D. Kahneman (prix Nobel d’économie) et A. Tversky, Judgment under Uncertainty : Heuristics and Biases, New York, Cambridge University Press, 1982.

38 Voir G. Campagnolo, « Une source philosophique… » (2002) et sur le raisonnement marginal, à partir du célèbre triangle des GW (vol. I, p. 93), notre « Note sur le raisonnement marginal chez Carl Menger », 2005c, p. 799-807.

39 À propos de la théorie de l’entrepreneur, la première indication de ce rapprochement revient à Israël Kirzner. Voir notre essai : « French origins of Menger’s thought », Review of Austrian Economics (à paraître).

40 M. Rothbard, « Breaking out the walrasian box : the cases of Schumpeter and Hansen », 1987a, p. 97-108.

41 L’article « Value implications of economic theory » (1973b, p. 35-39) le montre.

42 Sur cet exil, la littérature n’abonde pas (en particulier en français) et, pourtant, c’est une raison inaugurale majeure des malentendus durables des deux côtés de l’Atlantique, au-delà même des milieux académiques. Signalons les communications du colloque « Economics and Exile » (ECHE, Lisbonne, 2003) et le dictionnaire biographique des économistes germanophones exilés, H. Hagemann, C.-D. Krohn, H. U. Esslinger éd., Biographisches Handbuch der deutschsprachigen wirtschaftswissenschaftlichen Emigration nach 1933, 2 vol., Munich, Saur Verlag, 1999.

43 Le programme « Carl Menger et l’évolution de l’École autrichienne » est une étude d’épistémologie sociale qui se donne précisément ce but dans l’« Action concertée incitative : histoire des savoirs » au sein du CNRS (2003-2006).

44 Ainsi des Grundsätze de Menger, traduits par J. Dingwall et B. Hoselitz sous le titre Principles of Economics et publiés à New York en 1955. À noter que ces textes ne connaissent toujours pas de traduction en français…

45 « À la différence de Vienne, où la plupart des économistes importants venaient participer au séminaire de Mises, à New York, à quelques exceptions notables près (dont Israël Kirzner lui-même), aucun de ses élèves n’allait devenir un acteur majeur de la profession économique » (Karen Vaughn, Migration of a Tradition. Austrian Economics in the United States, Cambridge University Press, 1994, p. 66).

46 Menger tint ainsi à préciser à Walras : « Il n’existe rien de commun entre nous ; il y a certes une analogie entre les concepts sur quelques points, mais non pas sur les questions décisives », lettre du 2 février 1887, à propos de la mise en équation dans un équilibre général des prix et des quantités de biens (William Jaffé éd., Correspondence of Léon Walras and related papers, 1965, vol. 2, p. 176 et suiv.).

47 La formulation mathématique pour l’utilité u fonction de la quantité de biens q, c’est-à-dire u = f(q), est alors très légère : u’ = f’(q) ≥ 0 et u’’ = f’’(q) ≤ 0. Mais Jevons résumait aussi « littérairement » son propos : « La nature de la richesse et de la valeur [Wealth and Value] s’explique en considérant des quantités infiniment petites de plaisir et de souffrance [infinitely small amounts of pleasure and pain], de même qu’on fait reposer la théorie de la [mécanique] statique [Theory of Static] sur l’égalité de quantités infiniment petites d’énergie » (W. S. Jevons, Theory of Political Economy, Londres - New York, Macmillan, [1871] 1965, Introduction, p. vii). Le refus « autrichien » vise précisément cela.

48 F. Hayek, « The use of knowledge in society », American Economic Review, 35, septembre 1945, p. 519-530.

49 M. Friedman, Essays in Positive Economics, 1953, p. 31.

50 Don Lavoie, « Euclideanism vs. hermeneutics : a reinterpretation of misesian apriorism », I. Kirzner éd., Subjectivism, Intelligibility and Economic Understanding, 1986, p. 192-210.

51 Richard Swedberg, Weber and the Idea of Economic Sociology, 1998.

52 L. Lachmann, « Carl Menger and the incomplete revolution of subjectivism », Atlantic Economic Journal, 6 (3), 1978, p. 57-59.

53 Menger donne, à titre indicatif, des exemples, en situant ainsi le tabac seulement au sixième rang des biens recherchés, derrière la nourriture de première nécessité, le logement, les vêtements, etc.

54 Dans le contexte américain, des études de consommation ont montré des priorités divergentes entre foyers « blancs » et « noirs », entre les biens typiquement « européens » et les biens non « européo-centrés ». Lachmann n’utilise pas de tels exemples, mais il insiste sur l’idée que le réalisme restreint la portée du subjectivisme.

55 Il faudrait également prendre en compte des divergences de la réédition des Grundsätze der Volkswirtschaftslehre, donnée en 1923 (donc posthume) par Karl Menger, avec l’édition originale de son père (1871).

56 Le Volker Fund commanda ses premières recensions d’ouvrages et d’articles économiques à Rothbard, qui bénéficia d’une bourse (Volker Grant) pour la rédaction de Man, Economy and State (ensuite prise en charge par la National Book Foundation) ; voir Sheldon Richman : « Commentator on our times : a quest for the historical Rothbard », dans Block et Rockwell, 1988, ch. xxiv, p. 377.

57 Après 1945, le type de science économique qui jouit de la reconnaissance académique fut celui fondé sur la modélisation et la mathématisation. Aux États-Unis, en premier lieu, puis en Europe, elle conquit l’ensemble des Facultés d’économie. Ce phénomène doit cependant être distingué d’un autre, celui de l’assimilation croissante des notions de modernisation de l’économie de marché, d’une part, et de dérégulation des activités économiques, d’autre part. La formulation néoclassique de l’économie libérale contribua à cette confusion, mais elle ne saurait l’expliquer intégralement.

58 Ce que manifestait, par exemple, l’hostilité déjà relevée envers des Reaganomics jugées trop peu libérales économiquement parlant et trop permissives politiquement : M. Rothbard, « Is there life after Reaganomics ? », 1988.

59 À propos du colloque de South Royalton de 1974, voir Karen Vaughn, Migration of a Tradition. Austrian Economics in the United States, ouvr. cité, p. ix.

60 « To Libertarians of the Past, Who Blazed the Trail, And to Libertarians of the Future, Who Shall Overcome ». Les derniers mots reprennent ironiquement, au service du camp adverse, le refrain de la plus célèbre des protest-songs de la gauche américaine des années 1970 (We Shall Overcome).

61 Le chapitre 6.15 de Power and Market (1970), « The State and the nature of Man », détaille cet argument.

62 Théoricien de l’entrepreneur et proche de facto du mainstream, Kirzner ne peut accepter que le surprofit monopolistique soit placé au même niveau que la situation de concurrence. Sensible aux courants institutionnalistes, Lachmann, de son côté, interrogera les effets induits par les cartels sur les organisations.

63 Quelques exemples de questions, chacune étant suivie de quatre réponses de trois à huit lignes, une seule des réponses correspondant toujours à la réponse autrichienne : 1 : « What is the correct economic status of private property ? » ; 6 : « What is money and how does it originate ? » ; 9 : « How viable is socialism ? » ; 18 : « What is the role of equality and inequality ? »…

64 P. J. Boettke éd., The Elgar Companion to Austrian Economics, Aldershot, Edward Elgar, 1994, en particulier l’Introduction, p. 1-6 et passim.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search