Version classiqueVersion mobile

Goldoni. Le petit théâtre de société

 | 
Carlo Goldoni

L’Avare

L’Avare

Traduction de Mathieu DION, Nathalie LEDEUIL-MIGLIERINA et Laurent VALLANCE

Note de l’éditeur

L’Avare a été joué dans cette traduction à Paris, en 1992, par le Fringant Théâtre – mise en scène de Mathieu Dion.

Texte intégral

– Scène 1 – Don Ambrogio seul

don ambrogio. Oh ce que c’est en ce monde qu’un peu de bonne conduite ! En un an, depuis la mort de mon fils, j’ai dépensé deux mille écus de moins. Dieu sait combien j’ai été touché par la perte de mon fils unique, mais s’il avait vécu deux ou trois années de plus, les revenus ne suffisaient plus, et il eût fallu attaquer le capital. Oh, c’est grand l’amour d’un père, mais l’argent c’est beau ! Hélas je dépense encore plus que je ne devrais parce que j’ai ma belle-fille chez moi. Je voudrais bien m’en débarrasser, mais à l’idée qu’il faudrait restituer la dot, j’ai des vertiges. Je suis entre le marteau et l’enclume. Si elle demeure chez moi, elle me dévore jusqu’à l’os ; si elle s’en va, elle emporte mon cœur. Ah si seulement je pouvais... Voilà encore cet autre pique-assiette qu’il me faut souffrir chez moi. Encore un cadeau de mon fils ; mais maintenant il devrait s’en aller.

– Scène 2 – Le même et don Fernando

don fernando. Bonjour, don Ambrogio.

don ambrogio. Pour moi, il n’y a plus ni bon jour, ni bonne nuit.

don fernando. Je compatis à votre douleur de père. En perdant le pauvre don Fabrizio, vous avez perdu le meilleur gentilhomme du monde.

don ambrogio. Don Fabrizio était un gentilhomme qui aurait épuisé les mines du Pérou. Dès qu’il a été marié, il a dépensé en deux ans ce que moi je n’aurais pas dépensé en dix. Je suis ruiné, mon cher monsieur, et pour me refaire un peu, il me faudra vivre dorénavant avec économie, et peser mon pain à la pesette.

don fernando. Pardonnez-moi. Je ne puis me convaincre que votre maison en soit arrivée là.

don ambrogio. Mes affaires, vous ne les connaissez pas.

don fernando. Votre fils m’a dit pourtant...

don ambrogio. Mon fils était un fou, plein de vanité, de rêves de grandeurs. Sa femme le dominait, et ses amis lui mangeaient le cœur.

don fernando. Monsieur, si vous dites cela pour moi, depuis un an que j’ai l’honneur d’être chez vous, dans le seul but de passer mon doctorat dans cette Université, je crois que mon père a subvenu suffisamment à mon entretien.

don ambrogio. Je ne parle pas pour vous. Mon fils vous aimait bien, et je vous ai gardé chez moi pour l’amour de lui ; mais maintenant que vous avez obtenu votre titre de docteur, pourquoi restez-vous ici à perdre votre temps ?

don fernando. Aujourd’hui même j’attends des lettres de mon père ; et j’espère pouvoir vous débarrasser dès que possible de ma présence.

don ambrogio. Je suis très étonné que vous n’ayez envie de rentrer dans votre patrie pour vous faire donner du monsieur le docteur. Votre mère est sûrement impatiente d’embrasser son docteur de fils.

don fernando. Monsieur, la réputation de ma maison ne repose pas sur ce titre. Vous savez, je crois, que ma famille...

don ambrogio. Je sais que vous êtes noble autant qu’on peut l’être, mais quoi ! La noblesse sans l’argent n’est pas l’habit sans la doublure, mais la doublure sans l’habit.

don fernando. Je ne crois pas être des plus démunis.

don ambrogio. Oh très bien, allez donc profiter de votre noblesse, et de vos richesses. Vous n’êtes pas à votre place dans la maison d’un pauvre homme.

don fernando. Don Ambrogio, vous me feriez presque rire.

don ambrogio. Si vous connaissiez mes misères, vous auriez envie de pleurer. Je n’ai même pas ce qu’il me faudrait pour vivre, et madame ma belle-fille, cette illustrissime écervelée, veut tenir salon, avoir son carrosse, ses palefreniers, son chocolat, son café... Oh pauvre de moi ! Je suis désespéré.

don fernando. Et pourquoi donc la gardez-vous chez vous.

don ambrogio. Elle n’a ni père, ni mère, ni parenté proche. Voulez-vous que je la laisse seule ? À son âge, une veuve seule ? Oh ! Ne m’en faites pas dire plus.

don fernando. Faites en sorte qu’elle se remarie.

don ambrogio. Si seulement une bonne occasion se présentait.

don fernando. La chose ne me paraît pas difficile. Donna Eugenia est une femme de mérite, et puis elle a une belle dot...

don ambrogio. Une dot ? Que me chantez-vous avec votre belle dot ? Elle ne nous a apporté qu’une misère, et pour elle nous avons dépensé un trésor. Tenez, voici la liste des dépenses effectuées pour madame l’illustrissime épouse de mon fils, les voilà toutes ; je les garde tout le temps, le jour dans ma poche, et la nuit sous mon oreiller. Tous les malheurs qui m’arrivent, me semblent moins lourds que ces factures. Maudites dentelles ! Mauditissimes étoffes ! Oh mode, mode, maudite sois-tu ! Je vous parie moi, que si elle se remarie maintenant, toute cette camelote, en dédommagement de mes dépenses, on ne m’en remboursera pas la moitié.

don fernando. Dites même pas le tiers.

don ambrogio. Merci bien monsieur le docteur. (Il fait mine de partir, puis revient sur ses pas.) J’oubliais de vous dire quelque chose.

don fernando. Vous n’avez qu’à commander.

don ambrogio. Comme ça, pour ma gouverne, j’aimerais savoir quand vous avez décidé de partir.

don fernando. Je vous répète que j’attends aujourd’hui les lettres de mon père.

don ambrogio. Et si elles n’arrivent pas ?

don fernando. Si elles n’arrivent pas... il faudra bien que je reste.

don ambrogio. Faites comme je vous conseille, mon enfant : faites-lui une surprise ; allez à Mantoue, et apparaissez à l’improviste. Oh, avec quelle allégresse ils vont embrasser monsieur le docteur !

don fernando. D’ici à Mantoue la route est plutôt longue...

don ambrogio. Vous n’avez pas d’argent ?

don fernando. À dire vrai, je suis un peu à court.

don ambrogio. Je vais vous enseigner comment faire, moi. On va jusqu’au Ticino, on embarque et là, pour une poignée de paoli on vous conduit jusqu’au confluent du Mincio.

don fernando. Et de là à Mantoue ?

don ambrogio. À pied.

don fernando. Ce n’est pas ainsi que voyagent les jeunes gens de mon rang.

don ambrogio. Et les gens de mon rang disent aux gens de votre rang, que la maison d’un pauvre homme de mon rang n’est pas une auberge pour un docteur de votre rang. (Il sort.)

– Scène 3 – Don Fernando seul

don fernando. Voilà où l’avarice conduit les hommes. Don Ambrogio, riche et noble, s’estime le plus vil et le plus misérable de tous. Et c’est bien vrai, car à la noblesse on doit donner de l’éclat par les actions, et les richesses ne valent rien, si on n’en fait pas bon usage. J’aurais dû quitter cette maison sitôt disparu mon ami don Fabrizio, mais justement sa mort est la raison pour laquelle je reste. Ah oui, le respect que j’éprouvais pour donna Eugenia, son mari vivant, s’est changé en amour depuis qu’elle est veuve, et comme mon espoir se nourrit... Mais quel espoir puis-je avoir d’être satisfait, si de tous côtés, je trouve des obstacles à mon amour ? Elle ne sait pas que je l’aime, et en l’apprenant, elle peut me mépriser. J’ai deux rivaux puissants, qui l’entourent. Mon père ne voudra pas, pour l’heure, que je me marie ; la meilleure solution pour moi serait de partir. Oui, je partirai ; mais je ne veux pas avoir un jour à me reprocher de m’être trahi moi-même par excès de lâcheté. Qu’elle sache que je l’aime, et quand elle n’accepterait pas mon amour... La voilà qui arrive. Je voudrais bien lui dire... mais je n’en ai pas le courage. Je prendrai du temps... je méditerai mes paroles... Oh cœur craintif ! Je rougis de moi-même. (Il sort.).

– Scène 4 – Donna Eugenia puis Cecchino

donna eugenia. Et jusqu’à quand me faudra-t-il mener cette vie ? Qui peut supporter l’indiscrétion de don Ambrogio ? Les tourments que mon pauvre mari subissait par sa faute l’ont fait mourir, et maintenant ce vieillard voudrait me rendre phtisique à force de rage, de désespoir. Oui, je veux me remarier. Mais il ne suffit pas que je le veuille, il me faut attendre l’occasion, et si je ne suis pas sûre d’améliorer ma situation, je ne veux pas prendre le risque de tomber de la marmite dans le feu.

cecchino. Madame, le comte dell’Isola brûle de vous présenter ses hommages.

donna eugenia. Qu’il dispose. (Cecchino sort.) Ce ne serait pas pour moi un mauvais parti. C’est un gentilhomme de mérite, mais son sérieux m’indispose parfois. Au contraire du chevalier, qui a de l’esprit mais un peu trop vif. Et pourtant c’est à l’un des deux que je voudrais limiter mon choix. Je sais qu’ils m’aiment l’un et l’autre, et je sais qu’une sérieuse rivalité... Mais voici le comte.

– Scène 5 – Le comte dell’Isola et la même

le comte. Très humble serviteur de donna Eugenia.

donna eugenia. Votre servante, comte. Prenez la peine de vous asseoir.

le comte. Pour vous obéir. (Ils s’assoient.)

donna eugenia. Vous êtes arrivé juste au moment où j’avais besoin de compagnie.

le comte. Je m’estimerais heureux, si je pouvais contribuer à vous satisfaire de quelque façon.

donna eugenia. Vos propos sont des effets de votre bonté.

le comte. Jamais ils ne seront à la hauteur de votre mérite.

donna eugenia. Toujours aimable monsieur le comte dell’Isola.

le comte. Je voudrais l’être, pour avoir l’honneur de vous plaire.

donna eugenia. La conversation avec vous m’est toujours chère.

le comte. Je veux le croire, puisque vous le dites. Mais pour un esprit comme le vôtre ma conversation est bien peu de chose.

donna eugenia. Vous me mortifiez sans raison.

le comte. Prenez cela pour une sottise. Moi, je ne sais pas vous divertir autrement.

donna eugenia. Vous vous faites vous-même du tort. Heureusement, vous vous adressez à une personne qui vous connaît.

le comte. Non, donna Eugenia, je suis un homme sincère, et je n’ai d’autre qualité que la connaissance de moi-même. Vis-à-vis du chevalier, je sais que je suis perdant, mais peu importe : j’ai confiance non seulement en votre esprit, mais aussi en votre cœur ; et je me flatte que malgré les imperfections de mes manières, vous connaîtrez le fond de ma franchise.

donna eugenia. La sincérité n’est pas un mince mérite.

le comte. Mais elle est par ailleurs peu récompensée par la fortune.

donna eugenia. Pouvez-vous vous plaindre de moi ?

le comte. Je ne serai pas assez audacieux pour le dire.

donna eugenia. Bien que vous ne disiez rien, on comprend que vous n’êtes guère content.

le comte. Ce sera là un effet de la sincérité que vous avez louée.

donna eugenia. Donc cette même sincérité ne m’en doit pas taire les raisons.

le comte. Je vais être à la noce, si vous me poussez à parler.

donna eugenia. C’est mon cœur qui vous y invite.

le comte. Et à votre cœur je réponds que je serais très heureux, si ne me tourmentait pas un rival.

donna eugenia. C’est la première fois que vous dites cela.

le comte. L’ai-je dit à temps, madame ?

donna eugenia. Il se pourrait.

le comte. Il y a une infinité de choses possibles. Parmi elles se confondent mes espérances et mes craintes. Ce que je vous demande à présent, c’est quelque assurance.

donna eugenia. Considérez bien ce que vous me demandez, et avouez que cela n’est pas rien.

le comte. Si je ne me méprends pas, il me semble vous avoir réclamé bien peu. Je serais téméraire, si je vous demandais l’entière possession de vos bontés : je vous demande seulement, si vous êtes encore en mesure d’en disposer.

donna eugenia. Mais si c’est là un secret que je garde jalousement, votre demande n’est-elle pas excessive ?

le comte. Vous avez le don de vous faire entendre sans parler. Je comprends que votre cœur est pris.

donna eugenia. Et si cela était, comprendriez-vous avec la même facilité quel est l’objet qui l’occupe ?

le comte. Non, madame, c’est là le secret.

donna eugenia. Donc vous ne pouvez juger si vous êtes exclu.

le comte. Mais pas davantage être sûr d’être le favori.

donna eugenia. Les esprits sages s’estiment contents, lorsqu’ils ont une raison d’espérer.

le comte. Oui, pourvu qu’ils n’aient pas une raison plus forte de craindre.

donna eugenia. Sur quoi donc se fonde votre si grande crainte ?

le comte. Sur mon peu de mérite.

donna eugenia. Non, comte, vous êtes mauvais juge.

le comte. Ajoutez : sur l’esprit audacieux de mon rival.

donna eugenia. Une nouvelle raison qui m’offense davantage.

le comte. Je vous supplie de me pardonner.

donna eugenia. Je vous pardonne.

le comte. C’est mon cœur enflammé qui transmet à mes lèvres...

donna eugenia. Comte, cela suffit.

le comte (À part). Quelle dure peine de modérer ses transports !

donna eugenia (À part). Je ne veux pas précipiter mes résolutions.

– Scène 6 – Cecchino et les mêmes, puis le chevalier degli Alberi

cecchino (À part). Voilà un message qui ne va pas plaire à monsieur le comte. Madame, monsieur le chevalier est ici pour vous présenter ses hommages.

donna eugenia. Qu’il vienne. Une chaise. (Cecchino va chercher la chaise.)

le comte. Madame, je ne vous importune pas davantage. (Il se lève.)

donna eugenia. Non comte, ne laissez rien voir de votre appréhension.

le comte. Le respect...

donna eugenia. Asseyez-vous.

le comte (S’asseyant en proie à l’agitation). Je suis à dure épreuve.

cecchino. Je l’ai toujours dit moi. Deux coqs dans un poulailler ne font pas bon ménage. (À part, et il sort.)

donna eugenia. Je n’aime pas les voir réunis, mais ce serait pire s’il partait. (À part.)

le chevalier. Je m’incline devant une dame. (Il lui baise la main.)

le comte. (Voyant qu’il lui baise la main, il frémit quelque peu.)

donna eugenia. Votre servante, mon petit chevalier. Asseyez-vous.

le chevalier. Comte, mes respects.

le comte (AU chevalier). Votre serviteur. (À Eugenia, en s’approchant de son oreille.) Avec la permission du chevalier. (À voix basse.) Madame, moi je n’ai pas eu l’audace de vous baiser la main.

donna eugenia (À. voix basse au comte). Qui vous a empêché de le faire ?

le comte (À part). Patience ; je mérite pire.

Donna eugenia. Excusez-nous.

le chevalier (Joyeux). Je vous en prie, si vous avez à parler.

donna eugenia (AU chevalier). Non, non, c’était trois fois rien ; le comte avait oublié de me dire quelque chose.

le chevalier. Justement ; moi aussi j’ai à vous faire part de quelque chose. Avec votre permission, comte. (À voix basse à donna Eugenia) Faisons-le enrager.

le comte (À part). Si je résiste, cela tient du prodige.

donna eugenia. Allons, parlons pour que tout le monde entende. Comment allez-vous, chevalier ?

le chevalier. Je vais très bien, tant que vous me faites l’honneur de vos bontés.

donna eugenia. Mes bontés sont bien peu de choses.

le chevalier. Au contraire elles sont plus que suffisantes quand bien même elles seraient partagées en deux.

donna eugenia. Êtes-vous de ceux qui se contentent de la moitié ?

le chevalier. Certes oui ; quand on ne peut en avoir davantage.

le comte. Donna Eugenia ne sait pas partager son cœur.

le chevalier (Avec sérieux). Ni vous, ni moi ne le savons.

donna eugenia (AU chevalier). Me comptez-vous au nombre des enjôleuses ?

le chevalier (Joyeux). Dieu m’en garde. Je sais que vous êtes la dame la plus sage du monde. Mais je tiens pour sûr que les bontés des jolies femmes ne sont pas limitées, et qu’elles peuvent, pourvu que leur honnêteté soit sauve, distribuer leurs faveurs, à plus d’un seul, plus à l’un, moins à l’autre, selon une distribution savante, laquelle produit ensuite divers effets, selon la disposition d’esprit de celui qui reçoit sa part, de là qu’une moitié ne suffit pas à l’un et que l’autre se contenterait même de moins.

le comte. Ce n’est pas là penser en homme.

le chevalier (Sérieusement au comte). Je ne vous ai pas parlé à vous.

donna eugenia (AU chevalier). Il serait donc vain, qu’une femme donnât à vous seul l’entière possession de son cœur.

le chevalier (Joyeux). Je ne serais pas assez fou pour la refuser, et j’apprécierais un tel don à sa juste valeur ; mais la difficulté d’avoir le tout, me fait me contenter d’un peu.

donna eugenia. Cette difficulté ne me paraît pas raisonnable.

le chevalier (Joyeux). Je la fonde sur l’expérience. Je me suis flatté bien souvent de posséder la beauté en souverain. Mais en amour les monarchies ne durent pas, et je me contente d’être républicain.

le comte. Le cœur de donna Eugenia ne peut être comparé aux autres.

le chevalier (Sérieux au comte). Je la connais aussi bien que vous.

le comte. Si vous la connaissiez mieux, vous ne parleriez pas ainsi.

le chevalier (Sérieux ; puis changeant d’expression il se tourne vers Eugenia). Certes oui, je la connais. Je ne voudrais pas donna Eugenia, qu’interprétant vous aussi mes sentiments de travers, comme le comte se plaît à le faire, vous me priviez de cette part de vos bontés, que je me flatte de posséder. Aussi permettez-moi de m’expliquer. Distinguons avant tout des bontés que les femmes en général distribuent généreusement à bien des hommes, l’amour que l’on doit à un seul. Le mari ne doit pas être en concurrence avec d’autres. Le futur époux d’une jeune fille a le droit d’exiger d’être le seul ; celui d’une veuve aussi ; mais les bontés distributives dont je parle, résident en une partie du cœur libre de tels sentiments. Il me vient à l’esprit un exemple. Un père aime tendrement son fils, et aime en même temps ses amis ; l’un et l’autre de ces amours ont leur siège dans le cœur, mais situé en des régions différentes, ou si l’on veut que l’amour tout entier réside en une seule région, disons donc que la différence se trouve, non dans le lieu, mais dans la manière. Que la femme soit donc sage, respectée, fidèle à son mari, sincère envers celui qu’elle aime. Autour de cet amour constant gravitent divers petits sentiments de gratitude, d’estime, d’honnête complicité, que l’on appelle grâces ou faveurs, et qui peuvent être partagés. Une petite partie peut contenter un homme raisonnable ; lorsqu’ils sont accordés pour moitié, ils peuvent rendre fier un gentilhomme ; y prétendre entièrement pour soi seul c’est être trop audacieux et montrer ou qu’on n’en connaît pas le prix ou qu’on veut les confondre avec les ardeurs destinées à un plus noble objet. Madame, voici ma façon de penser. Comte, si vous en avez le courage, répondez.

donna eugenia. Allons, comte, c’est maintenant le moment de vous faire honneur.

le comte. Madame, moi, je suis ennemi de tout verbiage. J’admire l’esprit du chevalier, mais cette distinction métaphysique ne m’a pas persuadé. Parmi les choses inutiles ou fausses qu’il a dites, il n’y en a qu’une de bonne, et je ne répondrai qu’à celle-là. Donna Eugenia est une dame, une veuve, et avant de disposer de ces bontés que les femmes, à ce qu’il suppose, accordent à plus d’un, elle est en mesure de concevoir cet amour que l’on doit à un seul.

le chevalier (Sérieusement au comte). Elle est libre de le faire, et celui qui aura la chance de posséder sa main sera assuré d’avoir la plus vertueuse dame du monde. (Joyeux.) Madame, il me semble que le comte est instruit des arcanes de votre cœur. Je ne pourrais que louer vos résolutions, mais je ne mérite pas, je crois, d’être exclu d’une semblable confidence.

donna eugenia. Le comte ne sait certainement rien de plus que vous.

le chevalier (Au comte). Il est donc vain que vous jouiez à l’astrologue pour rebuter mes sentiments.

le comte. Pensez-vous qu’une veuve jeune, riche et noble, qui ne peut être satisfaite du traitement qu’elle reçoit dans cette maison, ne veuille contracter un second mariage ?

le chevalier (Comme au-dessus). Elle est maîtresse d’elle-même, Madame, je n’ai pas la hardiesse de deviner, mais j’avoue que je brûlerais de savoir.

donna eugenia. Je ne veux pas cacher la vérité à deux gentilshommes que j’estime. Ma situation me pousse à me remarier.

le comte (Au chevalier). Voyez à présent, si mon astrologie est mal fondée.

le chevalier. Eh bien, vous qui dressez l’horoscope des cœurs des hommes, avez-vous le courage de deviner qui sera l’heureux élu ?

le comte. Je ne veux pas m’avancer jusque là. Mais je suis sûr, qu’elle ne voudra pas donner son cœur à quelqu’un qui se contente de la moitié.

le chevalier (Se levant). Tout doux, tout doux, monsieur ; c’est là un autre débat, et je me prononce différemment. Je sais que je ne mérite pas une si grande chance, mais si elle voulait me prodiguer ses grâces au point de me choisir pour époux, j’estimerais plus que sa jeunesse, sa richesse et sa noblesse que vous avez vantées, sa vertu ; je serais jaloux de sa fidélité, sans l’être de ses regards, et distinguant ce qui convient à une épouse sage et ce qui convient à une dame d’esprit, je serais un mari heureux, sans être un gentilhomme indiscret.

donna eugenia (À part). Avec un époux d’un tel caractère, je ne pourrais être que satisfaite.

le comte. Chevalier, c’est une chose que d’imaginer une situation de loin, c’en est une autre de s’y trouver plongé. Je comprends que vous cherchiez le chemin le plus facile pour accroître votre crédit dans le cœur de celle qui vous écoute ; mais la facilité que vous lui proposez ne peut faire brèche dans l’esprit de donna Eugenia, qui préfère de beaucoup un amour vertueux à la galanterie à la mode. Si vos propos sont sincères, vous ne l’aimez pas, et si vous l’aimez, elle ne peut se fier à la liberté que vous lui promettez.

donna eugenia (À part). Ce doute n’est pas irraisonné.

le chevalier. Moi, je ne suis pas venu ici pour solliciter le cœur de donna Eugenia. Si elle est prévenue en votre faveur, elle n’a qu’à me le dire : je connais mon devoir.

donna eugenia. Non, chevalier, je vous le répète encore, je suis libre de disposer de moi-même.

le chevalier. Disposez donc.

le comte. Elle a tout le temps.

le chevalier. Le temps passe. On pleure les jours de sa jeunesse inutilement perdus.

le comte. La vertu est toujours belle.

le chevalier. Mais la jeunesse, elle, est plus éclatante.

le comte. Une épouse n’a pas besoin de tant d’éclat.

le chevalier. Une dame en a besoin.

le comte. Une dame doit être sage.

le chevalier. Mais non pas intraitable pour autant.

le comte. Elle doit dépendre de la volonté de son mari.

le chevalier. Que le ciel la préserve de l’indiscrétion que vous vantez.

le comte. Qu’Amour ne la sacrifie pas à qui ne connaît pas le prix de la vertu.

le chevalier. Si vous me provoquez au point de...

donna eugenia. Messieurs, si vous êtes venus pour m’être agréables, ne vous échauffez pas la bile à cause de moi. Je respecte chacun de vous, je trouve en tous deux du jugement et du mérite, mais je n’ai pas encore disposé de moi-même, et je n’ai pas la hardiesse de dire que vous me supposiez avoir un penchant pour l’un de vous. Je suis maîtresse de moi, il est vrai ; mais les convenances exigent qu’au sortir de cette maison, je consulte avant quiconque le père de mon défunt mari. Si ses extravagances ne me proposent pas un parti indigne de moi, je préférerai à tout autre sentiment le devoir qui me soumet à mon beau-père, et si l’un de vous deux m’est proposé, je serai également satisfaite.

le comte. Ah donna Eugenia, cela ne suffit pas à me réconforter.

le chevalier. Quant à moi j’en suis tout à fait satisfait, et je vous quitte pour aller de ce pas présenter ma requête à don Ambrogio ; et je vous le dis en présence du comte, afin qu’il le sache, et n’ait aucun doute à ce sujet, car je saurai mettre l’épée à la main, sans être épouvanté par le mérite d’un rival tel que lui. Madame, au plaisir de vous présenter à nouveau mes hommages. (Il lui baise la main et sort.)

– Scène 7 – Donna Eugenia et le comte

le comte (À part). Si elle devient ma femme, tu ne lui baiseras plus la main.

donna eugenia. Comte, vous montreriez-vous moins empressé que le chevalier ?

le comte. Qu’il aille chercher ailleurs don Ambrogio s’il le désire ; moi, je l’attendrai ici, si vous me le permettez.

donna eugenia. Vous êtes libre de rester. Mais vous devez m’autoriser à passer dans ma chambre pour régler une petite affaire.

le comte. Je vois ; ce n’est pas bien volontiers que vous restez avec moi.

donna eugenia (Sur le point de partir). Non, vous vous trompez. Je reviendrai d’ici peu. Au revoir, comte.

le comte. Je suis votre serviteur.

donna eugenia (À part, en s’arrêtant). Il ne se donne pas la peine de me baiser la main !

le comte. Avez-vous quelque chose à me dire ?

donna eugenia. Avez-vous, vous, quelque chose à me demander ?

le comte. Rien, si ce n’est que vous ayez pitié de moi.

donna eugenia. Pauvre comte ! Tenez. (Elle lui offre sa main.)

le comte. Non, donna Eugenia, ce n’est pas cela que je désire. La main que vous m’offrez à présent, porte encore la trace des lèvres du chevalier. Je suis délicat sur ce chapitre.

donna eugenia. Votre délicatesse ne me déplaît pas. D’aucuns appelleraient cela un défaut, mais les défauts qui proviennent de l’amour, sont excusables dans un cœur sincère. (Elle sort.)

– Scène 8 – Le comte, puis don Ambrogio

le comte. Ces petites grâces, que l’usage concède aux respectueux chevaliers servants, ne sont pas utiles à celui qui se flatte de devenir le mari. Qu’elle apprenne à temps ma façon de penser, et s’adaptant à mon système… Voici don Ambrogio. Le chevalier ne doit pas l’avoir vu, et si le sort me donne la première place, j’ai de plus grandes chances d’espérer.

don ambrogio. Oh monsieur le comte, est-ce moi que vous attendez ?

le comte. Précisément, monsieur.

don ambrogio. Qu’avez-vous à me demander ?

le comte. L’affaire qui m’amène à vous est d’une telle importance, qu’elle me presse extrêmement.

don ambrogio. Si jamais par hasard (je ne dis pas cela pour vous offenser), si jamais vous vouliez m’emprunter de l’argent, je vous préviens que je n’en ai pas.

le comte. Grâce à Dieu, je n’ai pas besoin d’importuner mes amis pour une aussi vile raison.

don ambrogio. Je vous le répète : comprenez-moi. Au jour d’aujourd’hui les dépenses que l’on fait, jettent les plus fortunés dans le besoin, et l’on demande sans vergogne. Moi, je n’en ai pas, mais s’il s’agissait de rendre service à un gentilhomme, j’ai des amis auprès desquels je pourrais intercéder pour quelques centaines d’écus en échange d’une reconnaissance de dette raisonnable.

le comte. Mais moi, je n’en ai pas besoin.

don ambrogio. Je me réjouis que vous n’en ayez pas besoin ; si jamais ou pour vous ou pour d’autres, le cas se présentait, vous savez à quelle porte frapper. Moi, je n’ai pas un sou, mais j’en trouverai en cas de nécessité.

le comte. Monsieur, vous avez une belle-fille.

don ambrogio. Hélas.

le comte. Pourquoi dites-vous cela ?

don ambrogio. Regardez-vous comme une petite dépense pour un pauvre homme que d’avoir une femme chez lui ?

le comte. Plus elle représente une charge à vos yeux, plus vous devez penser à la remarier.

don ambrogio. Que vienne aujourd’hui même l’occasion de le faire.

le comte. L’occasion ne peut être plus opportune. Je la désire pour épouse, et je vous supplie de me donner votre consentement.

don ambrogio. Si elle, est d’accord, soyez tout à fait assuré que moi, j’en serai très content.

le comte. J’espère qu’elle ne me fait pas me compromettre en vain.

don ambrogio. Donc c’est une affaire réglée. Je parlerai à donna Eugenia, et si ce soir vous voulez lui donner votre main, je n’ai rien contre.

le comte. Si elle y consent, nous rédigerons le contrat.

don ambrogio. Quel besoin d’un contrat ? Pourquoi voulez-vous dépenser de l’argent de façon superflue ? Ce que vous voulez donner au notaire, n’est-il pas préférable que nous le mangions ici, en famille ?

le comte. Mais on ne peut pas se passer d’un contrat. Ne serait-ce qu’en raison de la dot.

don ambrogio. De la dot ? En plus de l’épouse, vous prétendez également à la dot ?

le comte. Donna Eugenia, en épousant votre fils, n’a-telle pas apporté une dot à votre maison ?

don ambrogio. Le peu qu’elle a apporté, a été consumé, et moi je n’ai plus rien ni de son bien, ni du mien.

le comte. 16 000 écus consumés en deux ans ?

don ambrogio. On a consumé bien plus que 16 000 écus ! Commencez par regarder les listes des dépenses qui ont été faites. (Il sort les papiers.)

le comte. Je ne veux pas examiner ce que vous avez dépensé pour elle ; mais je sais bien qu’on doit restituer sa dot à une veuve sans enfant.

don ambrogio. Vous êtes venu pour m’assassiner.

le comte. Je suis venu par amour pour donna Eugenia.

don ambrogio. Si vous aimiez la femme, vous ne rechercheriez pas son bien.

le comte. Je ne le recherche pas pour moi, mais pour elle, et je ne peux pas trahir des droits qui sont les siens, parce que j’espère devenir son mari.

don ambrogio. Sans que vous ayez besoin de faire le procureur pour donna Eugenia, je sais moi aussi à quoi elle peut prétendre, et ce qui me revient à moi. Dot il y a et il n’y a pas, je veux la donner et je ne veux pas la donner ; mais si dot il y a, et si je suis obligé de la donner, je ferai en sorte qu’elle tombe en de bonnes mains, et que la pauvre femme ne se retrouve pas un jour sans le sou.

le comte. Ma maison n’a-t-elle pas les fonds suffisants pour assurer cette dot ?

don ambrogio. Je vous parle clairement, comme je le pense. Si vous cherchiez à vous marier par amour pour la personne, vous ne chercheriez pas sa dot avec tant d’anxiété.

le comte. Moi, j’en ai parlé par accident.

don ambrogio. Et moi je vous réponds en substance : donna Eugenia était l’épouse de mon fils ; je lui tiens lieu de père ; et si elle désire se remarier, c’est mon affaire.

le comte. Et si elle avait à présent un tel désir ?

don ambrogio. Qu’elle me le fasse savoir.

le comte. Faites comme si je vous le disais à sa place.

don ambrogio. Faites comme si vous étiez donna Eugenia, et écoutez ma réponse : le comte dell’Isola n’est pas pour vous.

le comte. Et pourquoi, monsieur ?

don ambrogio. Parce que c’est un avare.

le comte. Laissons-là les plaisanteries, car j’en suis l’ennemi. Don Ambrogio, expliquez-vous sérieusement.

don ambrogio. Oui, parlons franc. Comte, ma belle-fille n’est pas faite pour vous.

le comte. Je voudrais en connaître la raison.

don ambrogio. J’ai des engagements, comprenez-moi, vous n’êtes pas le premier à me la demander.

le comte. Le chevalier degli Alberi m’a-t-il devancé ?

don ambrogio (À part). Peut-être. Je ne l’ai même pas vu.

le comte. Quand vous a-t-il parlé ?

don ambrogio. Quand je l’ai entendu.

le comte. Ce n’est pas là une façon de répondre à un gentilhomme.

don ambrogio. Votre très humble serviteur.

le comte. Vous vous comportez grossièrement.

don ambrogio. Mes respects.

le comte. Je vois le but indigne que vous poursuivez. Vous refusez votre belle-fille à qui vous réclame sa dot, mais vous ne réussirez pas. Donna Eugenia sera éclairée, et vous devrez restituer par force ce que vous tentez barbarement d’usurper. (Il sort.)

– Scène 9 – Don Ambrogio, puis le chevalier

don ambrogio. Je vous salue bien bas. Restituer ? Je m’en moque. J’ai mon procureur pour moi, qui sait parfaitement faire traîner en longueur. Il s’engage, s’il le faut, à entretenir ce procès-là pendant au moins dix ans, et en dix ans je peux mourir moi, comme elle peut mourir elle. D’un autre côté je n’ai pas envie que le bruit se répande en ville, que je l’empêche de se remarier pour ne pas restituer la dot. Désormais je vais m’y prendre un peu mieux, je trouverai d’autres prétextes, et j’essaierai de me défiler sans bavures, avec adresse.

le chevalier (Toujours joyeux). Serviteur de mon très cher don Ambrogio.

don ambrogio. Mes respects, aimable chevalier.

le chevalier. Vous rajeunissez de jour en jour. Je me réjouis quand je vous vois.

don ambrogio. Oh, combien je me réjouis moi aussi de vous voir ! Bienheureuse jeunesse !

le chevalier. Pourquoi ne venez-vous pas me rendre visite, boire le chocolat chez moi ?

don ambrogio. Je veux y venir.

le chevalier. Et à déjeuner aussi.

don ambrogio. Et à déjeuner aussi.

le chevalier (À part). Je le connais, il faut l’allécher.

don ambrogio (À part). Je sais ce qu’il veut. Il ne m’aura pas.

le chevalier. Oh, comme j’ai regretté la mort de votre fils.

don ambrogio. Bien obligé. Ne parlons pas de choses tristes.

le chevalier. Parlons de choses gaies. Quand vous remariez-vous ?

don ambrogio. Cela n’est pas exclu.

le chevalier. Courage, bravo : j’ai pour vous la plus belle occasion du monde. Eh ! Elle a pas mal d’argent.

don ambrogio. Oh moi, si je me mariais, je la voudrais sans dot.

le chevalier. Très bien : moi aussi je suis du même avis. Si je me marie, je ne veux rien. Les femmes qui apportent de l’argent, prétendent commander. Non, non, satisfaire son goût, et rien d’autre ; une femme qui plaise, et que l’on ne cherche rien de plus.

don ambrogio (À part). S’il disait la vérité ? Mais je ne m’y fie pas.

le chevalier. Ce que vous voulez faire, faites-le vite. Débarrassez-vous de votre encombrante belle-fille, et faites venir dans votre maison un beau brin de fille, pour qu’elle remplace le fils que vous avez perdu, et qu’elle rende heureuse votre vieillesse.

don ambrogio. Oh, comme j’ai envie de le faire ! Attendez que je me débarrasse de ma belle-fille.

le chevalier. Pourquoi ne faites-vous pas en sorte qu’elle se remarie ?

don ambrogio. Si une occasion se présentait juste maintenant...

le chevalier. Par exemple, qui croyez-vous qui puisse lui convenir ?

don ambrogio. Moi, je sais comment est faite cette pauvre femme ; elle a le plus beau cœur du monde. Elle aurait besoin de quelqu’un amoureux d’elle, et qui l’aimerait vraiment de tout son cœur. De nos jours on ne trouve que deux sortes de partis ; ou débauchés, ou intéressés ; et tous commencent par la dot : c’est un véritable malheur pour une jeune femme qui a quelques qualités, de s’entendre demander pour sa dot.

le chevalier. C’est ce que je vous disais tout à l’heure. Si je me marie, je ne veux pas de dot.

don ambrogio. Vous, vous êtes un chevalier vraiment chevaleresque, qui connaît les règles de la vraie chevalerie. Dites-moi un peu : vous, les connaissez-vous les qualités de ma belle-fille ?

le chevalier. Si je les connais ? Mon cœur sait, si je les connais.

don ambrogio. Ah mais oui, vous étiez venu pour me la demander ?

le chevalier. Sacré don Ambrogio ! Sacré don Ambrogio ! Vieux renard ! Comment diantre l’avez-vous deviné ?

don ambrogio. Il me semblait que les compliments que vous m’avez faits n’étaient pas sans raison.

le chevalier. Oh, là en revanche vous vous trompez. Je vous ai toujours aimé, et je vous aimerai toujours ; et je veux vous voir avec une épouse à vos côtés, belle, jeune, et sans dot.

don ambrogio. On reparlera de ce détail. Si je me marie, je la prendrai sans dot. Votre exemple sera pour moi un modèle sur ce point.

le chevalier. Vous le savez : moi, je ne suis pas intéressé.

don ambrogio (À part). Pour l’instant il tient bon. Voulez-vous que j’en parle à donna Eugenia ?

le chevalier. Vous pourrez le faire tranquillement ; pour l’instant il me suffit de savoir, si vous, vous en seriez content.

don ambrogio. Tout à fait content. Je serais fou, je serais un ennemi de donna Eugenia, si je m’opposais à son bonheur. Un gentilhomme qui l’aime, et qui comme preuve d’amour ne demande pas un sou de dot ! Tonnerre ! À cette si généreuse condition je vous donnerais une de mes propres filles.

le chevalier. Vive don Ambrogio !

don ambrogio. Vive le chevalier degli Alberi !

le chevalier. Vous êtes le modèle des gentilshommes.

don ambrogio. Vous êtes le véritable portrait du chevalier.

le chevalier. Cher, très cher. (Il l’embrasse)

don ambrogio. Que tu sois béni !

le chevalier. Combien donna Eugenia a-t-elle donné de dot à votre fils ?

don ambrogio (Un peu embarrassé). Ne me parlez pas de choses tristes. Le pauvre est mort, et je n’ai pas envie d’en parler.

le chevalier. Ne parlons pas de lui, parlons de donna Eugenia.

don ambrogio. Oui, parlons d’elle autant que vous voulez.

le chevalier. Combien donna Eugenia vous a-t-elle donné de dot ?

don ambrogio. À moi ?

le chevalier. À votre maison.

don ambrogio. Que vous importe-t-il de le savoir à vous ? Ne la vouliez-vous pas sans dot ?

le chevalier. Oui, bien entendu. Je demande comme cela, par curiosité.

don ambrogio. Chez un gentilhomme bien élevé, comme vous l’êtes, la curiosité est mal placée. Si donna Eugenia apprend que vous me posez une telle question, elle croira que votre amour est intéressé, et moi, si je peux seulement l’imaginer, je vous dis non, comme j’ai dit au comte dell’Isola.

le chevalier. Le comte vous a parlé ?

don ambrogio. Oui, il m’a parlé ce grand avare. C’est à peine s’il m’avait dit un mot au sujet de la veuve, que tout de suite il s’est préoccupé de sa dot.

le chevalier. Moi en revanche, je la mets à la dernière place.

don ambrogio. À la dernière place ? Donc tôt ou tard, vous y penserez.

le chevalier. Ce sont là des discours inutiles. L’épouse me tient à cœur, je vous la demande à cause de l’autorité que la parenté vous accorde sur elle, et vous n’avez pas à me dire non.

don ambrogio. J’ai dit oui, me semble-t-il ; et je vous dis oui une fois encore ; et s’il n’y a pas de difficulté supplémentaire, comptez donc sur mon total consentement.

le chevalier. Vous me réjouissez, vous me mettez en joie : mon cher don Ambrogio, permettez moi, en signe d’amour véritable. (Il l’embrasse.)

don ambrogio. Voulez-vous que nous fassions entre vous et moi (avant d’en parler à donna Eugenia), voulez-vous que nous fassions quelques petites lignes d’écriture ?

le chevalier. Pour la dot peut-être ?

don ambrogio. Oui, à propos de la dot. Mettons noir sur blanc l’héroisme de votre amour.

le chevalier. Tout de suite. De quelle manière ?

don ambrogio. Une petite attestation, selon laquelle vous vous engagez à vouloir l’épouse sans prétention sur la dot.

le chevalier. Donna Eugenia s’en offensera.

don ambrogio. Laissez-moi arranger l’affaire.

le chevalier. Elle peut y prétendre sans moi.

don ambrogio. Allons chez mon procureur : il trouvera un bon compromis pour rendre la chose légale.

le chevalier. Nous parlerons de cela plus tard. Allons tout de suite chez donna Eugenia.

don ambrogio. Non, une chose à la fois.

le chevalier. Une chose à la fois. D’abord l’épouse.

don ambrogio. D’abord la renonciation.

le chevalier. Bravo, don Ambrogio ; vous êtes l’homme le plus talentueux et le plus spirituel du monde.

don ambrogio. Aimable chevalier, allons-y ; nous expédions cela en moins d’une heure.

le chevalier. Oh, je me souviens à l’instant d’un petit empêchement. Je suis attendu sur la place. Je serai chez vous au plus vite.

don ambrogio. Je vais venir avec vous, si vous voulez.

le chevalier. Je ne veux pas vous donner cette peine. Nous nous reverrons.

don ambrogio. Je suis toujours à vos ordres.

le chevalier. Adieu, très cher don Ambrogio. (Il l’embrasse.)

don ambrogio. Oui, du fond du cœur. (Il l’embrasse.)

le chevalier (À part). Le vieux a le nez fin, mais il n’a pas à faire à un aveugle.

don ambrogio (À part). Eh ! Il y a du louche, mais je reste à l’affût. le chevalier (À part). Je vais prévenir donna Eugenia.

don ambrogio (À part). Pourquoi ne part-il pas ? Monsieur, avez-vous autre chose à me dire ?

le chevalier. Oui, une chose seulement ; et je vous laisse tout de suite. Ecoutez en confidence, que personne ne nous entende. (À l’oreille.) Vous êtes un sacré renard de tout premier ordre. (Avec caricature.) Votre dévoué serviteur.

don ambrogio (De même). Vous êtes mon maître.

le chevalier (Comme au-dessus, et il sort). Je vous salue et vous suis tout dévoué.

– Scène 10 – Don Ambrogio, puis don Fernando

don ambrogio. Il peut bien s’en aller, je le retiens celui-là. Moi renard ? D’après ce que je vois, de moi à lui, c’est matelot et moussaillon. Que te vienne la rage : que de détours il a fait pour m’attraper ! Il semblait au début, être l’homme le plus généreux du monde, et il s’est montré à la fin être un avare pire que les autres. Moi, je ne suis pas comme cela ; l’avare n’est pas celui qui cherche à conserver ce qu’il possède, mais celui qui convoite ce qu’il n’a pas.

don fernando. Don Ambrogio…

don ambrogio. La poste est arrivée ?

don fernando. Oui monsieur. J’ai reçu une lettre de mon père...

don ambrogio. Et de l’argent ?

don fernando. Et de l’argent aussi.

don ambrogio. Donc je commence dès maintenant à vous souhaiter un bon voyage.

don fernando. Et moi à vous remercier...

don ambrogio. Il n’est pas besoin de manières. Voici un baiser et allez, que Dieu vous bénisse.

don fernando. Ah ! Il faudra donc que je parte.

don ambrogio. Qu’avez-vous à soupirer ?

don fernando. Je suis extrêmement affligé. Mon cœur se sépare de ma poitrine ; je ne peux retenir mes larmes.

don ambrogio. Eh, jeune homme, êtes-vous amoureux ?

don fernando. Comprenez-moi par pitié.

don ambrogio. Tant pis pour vous. Allez-vous en tout de suite d’ici.

don fernando. Vous me verrez tomber sur le seuil de votre maison.

don ambrogio. Tonnerre de tonnerre ! Seriez-vous amoureux de ma belle-fille ?

don fernando. (Il se tourne d’un autre côté en soupirant.)

don ambrogio. Allez-vous en tout de suite d’ici.

don fernando. Après tout je ne crois pas vous faire injure. Dans mon pays moi aussi je suis gentilhomme. Je suis fils unique, et mon père veut que je me marie.

don ambrogio. Vous souhaiteriez donc l’épouser ?

don fernando. J’en serais heureux ; mais je ne le mérite pas.

don ambrogio. Dites-moi un peu. Parlons franchement. C’est d’elle que vous êtes amoureux ou de sa dot ?

don fernando. Quelle dot ? Que me parlez-vous de dot ? Je renoncerais, pour l’avoir, à tous les biens de ce monde.

don ambrogio. Le sait-elle, elle, que vous l’aimez ?

don fernando. Je n’ai pas eu le courage de le lui dire.

don ambrogio. Mon cher don Fernando, je vous aime comme si vous étiez un de mes fils. Cela me touche jusqu’à l’âme de vous voir partir désespéré. Venez ici, discutons-en.

don fernando. Vous me réjouissez à tel point que...

don ambrogio. Dépêchons-nous, un peu de mots. La voulez-vous pour épouse ?

don fernando. Plût au ciel ! Je serais le garçon le plus heureux du monde.

don ambrogio. Mais que dira votre père ?

don fernando. Il m’aime tendrement. Je suis sûr qu’il ne refusera pas de m’accorder une satisfaction aussi légitime.

don ambrogio. Quel âge avez-vous ?

don fernando. Vingt ans environ.

don ambrogio. Vous n’êtes pas mineur, la loi vous donne la possibilité de contracter. Auriez-vous des difficultés à me faire, à moi, une renonciation à sa dot ?

don fernando. Je suis tout à fait prêt.

don ambrogio. Et à vous engager envers elle, si elle y prétendait un jour ?

don fernando. Oui, volontiers, par n’importe quel titre : donation propter nuptias, surdot, contredot, comme il vous plaira.

don ambrogio. Tout de suite, immédiatement. Je vais voir le procureur, qui est notaire aussi. Vous, pendant ce temps, présentez-vous à donna Eugenia ; dites-lui quelque chose.

don fernando. Je n’aurai pas le courage, monsieur.

don ambrogio. Un garçon de vingt ans qui ne saurait pas dire deux mots à une femme ? Allons, du nerf, si vous voulez que l’on conclue. Vous, commencez à la préparer avec des compliments. Moi, je viendrai en renfort.

don fernando. Je sais qu’elle a d’autres prétendants.

don ambrogio. Vous n’avez à craindre personne. Ses deux prétendants sont deux rapaces. Vous, vous êtes le plus généreux et le plus méritant. Le monde dût-il s’écrouler, elle doit être à vous. Allez, ne perdez pas de temps.

don fernando. J’y vais tout de suite. Je ressens la même crainte que d’habitude ; mais vous me donnez du courage. (Il sort.)

– Scène 11 – Don Ambrogio, puis donna Eugenia

don ambrogio. Finalement j’ai quand même réussi à le trouver, le gentilhomme. Oh, il ne m’échappera pas. Quand c’est fait, c’est fait. Son père sera bien obligé d’y consentir... Oh, voici donna Eugenia. Elle arrive par ici, et lui la cherche par là.

donna eugenia. Monsieur mon beau-père, je vous présente mes respects.

don ambrogio. Votre serviteur, madame la fiancée.

donna eugenia. Moi, fiancée ?

don ambrogio. Oui, réjouissez-vous ; j’espère que vous en serez satisfaite.

donna eugenia. Et qui pensez-vous que je doive épouser ?

don ambrogio. Une personne que vous connaissez, que vous recevez, et dont je me flatte qu’elle ne vous déplaît pas.

donna eugenia (À part). Ou le comte, ou le chevalier, j’imagine. Mais dites-moi plus clairement...

don ambrogio. Je vous l’envoie ici tout de suite pour qu’il vous parle lui-même. Je veux exciter un peu votre curiosité. Je veux vous faire « astrologuer » un petit peu. C’est un gentilhomme ; je vous l’assure. Prenez-le les yeux fermés.

donna eugenia. Allons, dites-moi au moins...

don ambrogio. Madame non ; vous allez le voir dans un instant. (Il sort.)

– Scène 12 – Donna Eugenia puis le comte

donna eugenia. C’est l’un des deux sans aucun doute. En vérité, j’opterais plus volontiers en faveur du chevalier. Mais j’ai promis de dépendre du choix de don Ambrogio. Voici le comte : sans aucun doute c’est lui que m’envoie don Ambrogio ; voici l’époux qu’il me destine.

le comte. Pardonnez-moi, si je viens vous déranger.

donna eugenia. Comte, j’ai plutôt des raisons de me réjouir.

le comte. De quoi, madame ?

donna eugenia. Don Ambrogio m’a dit...

le comte. Don Ambrogio est un malotru, qui s’est comporté de façon indigne envers ma personne, et qui médite de faire de même avec la vôtre ; et je ferai en sorte qu’il en rende compte malgré lui.

donna eugenia. Ne consent-il pas à nos noces ?

le comte. Au contraire : son avidité à posséder votre dot, fait qu’il cherche à décourager tous vos partis, et qu’il a été jusqu’à me manquer de respect à moi.

donna eugenia (À part). Je suis stupéfaite ; il m’a pourtant dit... Je vois le chevalier qui arrive. C’est sûrement lui qui a été choisi.

le comte. Que vous a-t-il dit, madame ?

donna eugenia. Comte, vous connaissez mon indifférence...

– Scène 13 – Le chevalier et les mêmes

le chevalier. J’entre sans être annoncé, à l’exemple du comte. Madame, je m’incline devant vous. Ami, je vous présente mes respects. (Ils lui rendent son salut.)

donna eugenia. Avez-vous des nouvelles, chevalier ?

le chevalier. Oui bien sûr ; des nouvelles importantissimes. Je suis impatient que vous les appreniez aussi.

donna eugenia. Je suis désolée qu’en présence du comte...

le comte. Je m’en irai, madame, si...

le chevalier. Restez donc. Je suis heureux que tout le monde l’apprenne.

donna eugenia. C’est donc vous que don Ambrogio a...

le chevalier. Oui, raillé haut et fort. Il m’a donné de bons espoirs d’être choisi, mais il prétendait de ma part à une renonciation des plus injustes à votre dot. Ce n’est pas que je ne préfère votre main à tout l’or du monde ; mais il ne m’est pas permis de décider de ce qui vous appartient. Voyez donc ce qu’il cherche à faire, combien ses intentions sont viles et indignes à l’extrême, et décidez-vous à disposer vous-même de votre personne.

donna eugenia (À part). Mais qui peut être la personne qu’il a choisie, que je connais et que je reçois ?

le comte. Désormais votre soumission à votre beau-père devient injuste, et sa malveillance vous dispense d’avoir d’honnêtes attentions.

le chevalier. Vous êtes suffisamment justifiée aux yeux du monde.

donna eugenia (À part). Ma curiosité est de plus en plus grande.

le comte. Le chevalier attend votre décision.

le chevalier. Le comte ne l’attend pas moins. Nous aspirons tous deux à votre main, c’est à vous de décider. Et dans ce cas l’idée de partage en deux n’a plus lieu d’être.

– Scène 14 – Cecchino et les mêmes

cecchino (À Eugenia). Don Fernando brûle de vous présenter ses hommages.

donna eugenia. S’il n’a rien d’urgent à me communiquer, dis-lui que nous nous verrons à l’heure du déjeuner.

cecchino. Il a reçu des lettres de chez lui. Je crois qu’il doit s’en aller.

donna eugenia. Aussi vite ? Qu’il vienne donc. Voyons. (Cecchino sort.)

le comte. Chevalier, la décision que l’on attend de donna Eugenia, non seulement exclut le partage en deux, mais aussi tout espoir en ces petites faveurs qui vous paraissent, à vous, insignifiantes.

le chevalier. Que chacun pense à sa façon. Quant à moi, je ne ferai jamais une injustice à la vertu de mon épouse en doutant d’elle. Si elle se fait servir, je serai d’autant plus content d’avoir pour compagne une dame de mérite ; et je rirai de ceux qui nourriraient le fol espoir de me voler une seule étincelle de cette ardeur, qu’elle gardera pour moi seul dans son cœur.

donna eugenia (À part). Quels nobles sentiments !

– Scène 15 – Don Fernando et les mêmes

don fernando (Restant au loin). Vous permettez ?

donna eugenia. Approchez-vous, don Fernando.

don fernando (À part). Ah ! Ces deux-là me tracassent.

donna eugenia. Est-ce vrai que vous partez ?

don fernando (Comme précédemment). Madame...

donna eugenia. Venez plus près ; quelle timidité que la vôtre ?

don fernando. Je reviendrai, madame... J’ai quelque chose à vous dire.

donna eugenia. Vous pouvez parler librement. Vous connaissez ces gentilshommes. Vous gêneraient-ils ?

don fernando. La chose que j’ai à vous dire... (À part.) Il m’est impossible de la dire.

le chevalier. Parlez-lui donc comme il vous plaira. Je n’écouterai pas ce que vous dites. (Il s’éloigne un peu pour laisser la place à don Fernando.)

le comte. Faites, je vous en prie, je connais mon devoir. (Il s’éloigne un peu.)

donna eugenia (À don Fernando). Dites-moi ce dont vous avez besoin.

don fernando. Pardonnez-moi, si une violente nécessité... (À part.) Je ne sais par où commencer mes explications. Don Ambrogio m’a mis dans l’embarras.

donna eugenia (À part). Et si c’était don Fernando ? Dites-moi, avez-vous vu mon beau-père ?

don fernando. Madame... C’est justement lui qui m’envoie auprès de vous.

donna eugenia (À part). Ce serait là une bien belle nouveauté. Que vous a-t-il dit de me dire ?

don fernando. Il veut que je vous révèle… que si jusqu’à présent j’ai tu... (À part.) Les mots me manquent.

donna eugenia (À part). C’est cela sans aucun doute. Mon beau-père devient de plus en plus fou ! Un garçon assujetti à son père ? Dans le cours de ses études ? Ce serait sa ruine.

don fernando (À part). On dirait qu’elle m’a compris. Et il me semble d’après son regard que je ne lui déplais pas.

le chevalier. Ces secrets ne sont pas encore terminés ?

don fernando (Au chevalier). Pas encore, monsieur.

donna eugenia. Venez, messieurs, venez. Don Fernando n’a qu’un compliment à me faire. Son père le rappelle à Mantoue, et lui, en fils sage et prudent, connaît son devoir, veut partir tout de suite, et est venu pour prendre congé. Je sais qu’une amourette le retient à Pavie, et qu’il désirerait s’unir à celle qu’il aime ; mais il réfléchit tout seul, qu’à son âge, il doit penser à terminer ses études, et non à se perdre avec un mariage. Il voit très bien, que son père serait mécontent, et un fils unique ne doit pas se montrer aussi ingrat envers un père qui l’aime. Il a donc résolu de partir. Moi, je le pousse à le faire, et vous, félicitez-le pour une si raisonnable résolution.

don fernando (À part). Sans même parler, j’ai eu ma réponse.

le chevalier. Félicitations, don Fernando, je me réjouis de vous voir aussi prudent dans un âge aussi tendre.

don fernando (Au chevalier). Je vous remercie infiniment pour vos compliments.

le comte. Fuyez, don Fernando, fuyez tout de suite. Vous ne savez pas à quoi mène l’amour.

don fernando (Au comte). Merci du bon conseil.

donna eugenia (À don Fernando). Faites-le de bon cœur et consolez-vous. D’autant plus, je peux vous l’assurer, que la dame que vous aimez, vous estime mais ne vous aime pas.

don fernando. C’est une belle consolation que vous me donnez là. Patience… Comprenez-moi…

le chevalier (À donna Eugenia). On dirait qu’il est amoureux de vous.

le comte. Cela ne serait pas hors de propos.

donna eugenia. C’est impossible. Il était un trop grand ami de mon époux.

le chevalier. Justement ; il peut croire que c’est un effet d’une fidèle amitié que de consoler la veuve de son ami.

don fernando (En colère). Je ne vous croyais pas capable de parler de la sorte.

le chevalier. Ne vous mettez pas en colère.

don fernando. Votre serviteur, messieurs. (Il veut partir.)

– Scène dernière – Don Ambrogio, un procureur et les mêmes

don ambrogio (En le rencontrant). Où allez-vous don Fernando ?

don fernando. À Mantoue.

don ambrogio. Sans votre épouse ?

donna eugenia. Approuveriez-vous qu’il se mariât ? (À don Ambrogio.)

don ambrogio. Oui bien sûr ; et c’est lui que pour votre bien il vous convient d’accepter pour époux.

don fernando. Elle ne me veut pas, monsieur.

don ambrogio. Elle ne vous veut pas ? Ma belle-fille, vous ne le connaissez pas. Il a bien plus de mérite lui, que n’en ont ces deux aimables messieurs. Je laisse de côté la noblesse et la richesse, car je ne veux pas réveiller les susceptibilités, mais lui, il vous aime vraiment ; et une grande preuve de son amour, c’est que, contrairement aux autres, il vous demande vous, et n’a pas encore parlé de dot.

donna eugenia. À présent je reconnais le mérite qui vous semble chez lui un mérite transcendant. Moi, je suis maîtresse de mes biens, et ce respect dont j’ai fait preuve jusqu’à maintenant envers le père de mon défunt mari, votre injustice ne le mérite pas, que votre avarice ne l’espère plus.

don ambrogio (Au procureur). Maître, le contrat que l’on devait faire ne se fait plus, mais préparez ce qu’il faut pour défendre mes pauvres richesses. Donna Eugenia, après avoir dépensé sa dot en rubans et en coiffes, veut me dépouiller du peu qui m’est resté.

donna eugenia (À don Ambrogio). Cela m’étonne de vous, monsieur.

don ambrogio. Et moi de vous.

le chevalier. Silence, messieurs. Laissez-moi dire deux mots, et voyons un peu si je suis capable d’arranger cette affaire à la satisfaction générale.

don ambrogio (Vers don Fernando). Ce pauvre garçon me fait pitié.

don fernando. Pour moi, ce n’est pas la peine. Elle a dit qu’elle ne me veut pas.

le comte. On fera un procès en faveur de donna Eugenia, et moi je m’engage à le soutenir.

le chevalier. Non, pas de procès. Ecoutez-moi. Ce n’est pas juste que le pauvre don Ambrogio qui a tant dépensé, se ruine par la restitution d’une dot. Cette dame ne doit rester ni veuve ni sans dot, et l’on ne doit pas non plus engager un procès long, fastidieux et périlleux. Faisons ainsi : qu’elle épouse un gentilhomme qui n’a pas besoin pour le moment de sa dot ; que cette dot reste aux mains de don Ambrogio tant qu’il vit ; que don Ambrogio prenne à sa charge l’intérêt dotal à quatre pour cent ; mais que cet intérêt aussi reste en sa possession de son vivant. À sa mort, la dot et les intérêts, et les intérêts des intérêts reviendront à la dame, ou à ses héritiers, et pour ne pas embrouiller avec des comptes compliqués l’héritage de don Ambrogio, qu’en un mot, il ait tant qu’il vit jouissance de tout, et qu’après sa mort, puisqu’il n’a ni enfants ni neveux, qu’il fasse de donna Eugenia sa légataire universelle. (À don Ambrogio.) Cela vous satisfait-il ?

don ambrogio. Vous ne touchez à rien de ce qui est à moi, je suis contentissime.

le chevalier. Vous, donna Eugenia, qu’en dites-vous ?

donna eugenia. Je m’en remets à un gentilhomme avisé comme vous l’êtes.

le chevalier. Si vous trouvez honnêtes mes propositions, moi, je suis le gentilhomme prêt à vous épouser sans avoir besoin pour le moment de votre dot.

le comte. Moi aussi je peux faire la même proposition. La certitude d’avoir la dot, un jour augmentée au bénéfice des enfants, revient au même que de l’obtenir maintenant, et la trouvaille du chevalier n’a rien de si extraordinaire que je n’eusse pu l’imaginer comme lui.

le chevalier (Au comte). Christophe Colomb découvrit l’Amérique. Beaucoup après lui dirent qu’il était facile de la découvrir ; grâce à la comparaison de l’œuf debout, il fit honte à ses détracteurs, et moi je vous dis que le mérite de la découverte pour l’instant me revient.

don ambrogio. Arrangez-vous entre vous... à part mes biens... tant que je vis.

le comte. Donna Eugenia est libre de décider.

donna eugenia. Comte, jusqu’à présent j’étais indifférente. Mais je ferais une injustice au chevalier, si je me servais de ses conseils, pour en contenter un autre. C’est lui qui a trouvé le fil pour me tirer du labyrinthe. C’est à lui que doit revenir la conquête.

le chevalier. Oh sage, oh incomparable dame !

le comte. Que le prétexte soit vrai ou faux, je ne dois pas m’opposer à vos décisions, et puisque moi, si je vous avais épousée, je n’aurais pas souffert l’amitié du chevalier, puisque c’est lui que vous épousez, vous ne me verrez jamais plus.

le chevalier. Moi, je ne suis pas morose comme vous l’êtes. Tous les hommes honnêtes pourront fréquenter le salon de ma femme : car je vous affirme que j’ai confiance en elle et que votre mérite ne me fait pas peur.

don ambrogio. Allons, maître, faire un autre contrat, clair et net, afin que, tant que je vis, je ne puisse rien craindre. Vous, don Fernando, allez à Mantoue et poursuivez vos études. Chevalier, le contrat conclu, vous donnerez votre main à ma belle-fille, et vous, comte, si vous avez perdu une telle fortune, c’est bien fait pour vous, car vous êtes un Avare.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search