Version classiqueVersion mobile

Du bonheur d’être géographe

 | 
Jacqueline Bonnamour

Conclusion

Texte intégral

1Accepter la pluralité de la géographie revient à la situer à l’interface d’un grand nombre de disciplines : sciences naturelles ou biologiques, sciences dures ou sciences sociales. Leurs savoirs recoupent plus ou moins les siens, mais leur approche ne saurait être confondue avec la sienne.

2Le géographe physicien sait très bien que les lois de l’érosion vont attaquer de la même manière la digue continentale construite par l’homme et le cap dessiné par la dernière remontée des eaux marines ; les géographes climatologues qui distinguent les différentes zones à la surface du globe sont frappés par l’irrégularité relative de toutes celles-ci et dirigent leurs recherches vers les cycles climatiques qui ont éveillé l’attention des historiens dont les préoccupations sont très proches des nôtres ; le biogéographe a appris son métier des naturalistes mais soucieux des mutations de la face de la terre, il accorde au rôle des hommes, des guerres, des politiques une influence capitale pour nous en faire comprendre la physionomie ; le ruraliste sait depuis longtemps que les paysages sont des constructions humaines, des équilibres écologiques instables que seuls, une certaine densité humaine, un ensemble de pratiques culturales peuvent préserver, donnant l’illusion de leur fixité ; les géographes des villes ne sauraient oublier ni l’espace, ni le milieu et retrouvent dans l’héritage actuel, toute la sédimentation des contraintes successives, de la série des techniques et des politiques qui ont présidé à la construction urbaine. Enracinée à la surface du globe, la géographie exige des analyses approfondies qui lui dictent la prudence avant d’échafauder des abstractions non vérifiables.

3Ce qu’elle gagne en profondeur d’analyse, elle le doit à son exigence de situer ce dont elle parle dans l’espace et dans le temps. Si les historiens ont su donner à toutes les disciplines le sens du temps, je pense que nous n’avons pas su communiquer celui de l’espace, plus précisément celui de la continuité de l’espace. C’est évident quand on travaille avec d’autres corporations telles les juristes, les administrateurs ; les mesures recherchées sont toujours générales, applicables à l’ensemble des territoires et il est difficile de faire admettre des décisions susceptibles d’être infléchies par des facteurs spatiaux ; l’analyse de la Politique agricole commune en donne de nombreux exemples, la répartition géographique des subventions ayant été un sujet interdit de tout commentaire des années durant. Par ailleurs, on a beau affirmer que la distance est vaincue par la rapidité des transports, l’instantanéité des informations, elle existe toujours ; le moindre coup de gelée ou un mouvement de grève peuvent nous le rappeler soudainement.

4Localisés dans le temps et dans l’espace, les faits ne sont plus isolés de leur contexte pour être compris et expliqués. La géographie régionale en a abusé ; elle a trop oblitéré les tentatives de géographie générale, la recherche de lois et de règles comme l’avait tenté A. Demangeon, comme l’a fait en son temps M. Sorre, de façon magistrale. Ainsi circonscrits, les faits ne sont pas aussi malléables, souvent ils nous retiennent aux basques si l’envie nous prend de grandes envolées abstraites ; c’est de la sorte qu’on apprend que les mêmes causes ne produisent pas toujours les mêmes effets selon les lieux et les époques. C’est sans doute la raison fondamentale du retard de la théorisation, dénoncé en géographie. Mais on ne saurait être spécialiste d’un lieu, sans connaître ou sans s’interroger sur les lieux comparables qui peuvent exister à la surface de la terre.

5Y-a-t-il des lois, des règles qui organisent le monde, qui mettent un certain ordre dans son chaos ? Certainement, peut-être, tout dépend du champ plus ou moins ample de l’application des lois formulées, de leur niveau d’application, on devrait dire de l’échelle retenue. Tout dépend également de leur degré d’abstraction. Dire que le principe fondateur de notre univers est celui de la complexité peut permettre d’écrire de belles phrases, d’aller d’un milieu flou vers un autre plus flou encore, mais qu’est-ce à dire ? Ce qui nous intéresse et ce qui importe, ce sont les mécanismes de la complexité, leurs fonctions générales et leurs différenciations, les raisons de leur vérification dans un lieu et pas dans un autre.

6C’est dire par là même, la nature spécifique de la géographie. Elle entend bien être considérée comme scientifique par la précision de ses analyses, l’honnêteté de ses observations, la rigueur de ses démonstrations, la théorisation de ses modèles, mais elle ne peut l’être ni à la manière des sciences mathématiques qui travaillent dans l’abstrait, ni tout à fait à la manière de certaines sciences sociales qui accordent à la société un pouvoir pouvant leur faire oublier l’espace. Par contre, nous nous trouvons très proches des sciences biologiques, non seulement parce que nous sommes enracinés dans la terre et vivons dans l’atmosphère, mais parce que nous sommes persuadés de la mobilité, du devenir permanent de tous les faits géographiques qui ne sont jamais exactement ce qu’ils étaient hier, et ne sont pas encore ce qu’ils seront demain.

7 On reproche volontiers à la géographie de ne point faire de prospectives, celles-ci étant pour certains le gage de la scientificité. Soyons sérieux. Qui peut prévoir le monde de demain ? Même Soros n’a pas vu venir la crise financière asiatique après avoir joué lui-même à en provoquer. L’éminent démographe A. Sauvy affirmait au lendemain de la dernière guerre que la population française ne pourrait dépasser les quarante millions d’habitants. Certes prévoir l’avenir serait utile. Comme beaucoup d’autres le géographe peut esquisser des pistes, prévenir de certains dangers, conseiller la précaution mais trop de facteurs demeurent difficilement prévisibles. Le géographe sait que ce qu’il pourrait affirmer est sujet à caution, cette prudence est bien le signe de son caractère scientifique.

8Et le bonheur me direz-vous ? Le cheminement du monde est captivant ; pouvoir le suivre, le comprendre, percer quelques coins mystérieux, faire une fente dans notre ombrelle intellectuelle pour entrevoir le chaos, pour ne pas nous leurrer, pour rester lucide et honnête, n’est-ce pas une satisfaction permanente qui se conjugue avec tous les plaisirs rencontrés sur toutes les routes de la découverte, en faisant tourner le globe sur son axe, en survolant la planète au-dessus d’espaces connus ou inconnus. Le vrai bonheur réside dans cette quête toujours recommencée de métamorphoses sans cesse renouvelées.

9Atlanta, septembre 1999

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search