Version classiqueVersion mobile

Du bonheur d’être géographe

 | 
Jacqueline Bonnamour

Savoir-faire et géographie plurielle

Texte intégral

1Dans ce monde en proie aux centralisations économiques et aux folies agressives des hommes, comment trouver des règles d’organisation de l’espace et une explication logique de la diversité ? La planète que l’on peut observer du ciel aujourd’hui est aussi complexe et aussi diversifiée que celle d’hier mais différemment. Après avoir cru au progrès, après avoir espéré que la guerre mondiale avec Hiroshima et l’Holocauste serait la dernière, le géographe se retrouve comme ses devanciers devant un globe différencié à l’extrême où il doit observer, analyser, modéliser, tester, découvrir des lois et comprendre les hommes. Le monde a changé profondément mais le défi lancé à la géographie me semble de même nature, même si plus grande semble la complexité des systèmes. Sans doute le chercheur est-il mieux armé, plus organisé que celui d’hier mais il ne doit pas confondre avancée technique et progrès scientifique. Pour répondre la géographie dispose de deux richesses qu’il ne faut pas minimiser : ses savoir-faire et sa pluralité.

Ses savoir-faire

2Dans ce monde nouveau, le géographe possède une boussole : ses savoir-faire ; ce qui faisait dire à Jacqueline Beaujeu-Garnier : « Je fais de la géographie et je ne m’inquiète pas de la définir ». Un philosophe disait que l’homme côtoie l’abîme et ne se sauve que par la vitesse de sa course ; le géographe est dans la même situation ; face à un travail herculéen il doit l’attaquer, ne pas attendre pour commencer, à vrai dire pour continuer.

3L’analyse des paysages, l’appropriation des lieux, la connaissance des réseaux et des flux, le jeu interscalaire de la plus grande à la plus petite échelle lui permettent de poursuivre le chantier perpétuellement ouvert des mutations de la face de la terre, de situer les questions dans le temps et dans l’espace, de ne pas oublier l’ambivalence des faits.

4Un ami sociologue nous disait que pour lui, les savoir-faire différencient davantage les Sciences sociales entre elles que leurs propres natures ; le problème de leurs limites serait sans intérêt. Soit ! À cet égard la géographie a l’impression d’avoir été assez bien pillée par les autres disciplines sans que celles-ci ne lui aient emprunté ses savoir-faire.

5De ceux-ci, nous avons déjà parlé : savoir lire un paysage, une carte, maîtriser les statistiques, connaître les sources, savoir enquêter, s’informer, recouper les renseignements, rechercher les connections. Enfin et ce n’est pas la moindre de ses richesses, le géographe possède sa propre culture qui lui permet à tout instant des comparaisons dans le temps et dans l’espace. Il la complète volontiers par la littérature qui détecte souvent l’indicible dont il a besoin, il recherche chez les philosophes le recul minimal, indispensable pour lui assurer un certain équilibre entre l’analyse rationnelle et ce contact charnel ou sensuel avec les faits que nous avons soulignés.

6Demeure un problème : savoir communiquer. En ce domaine, les géographes se sentent plus mal à l’aise qu’ils le souhaiteraient. Ils ont le sentiment de n’être pas assez lus, d’appartenir même à une discipline marginalisée. Mais ce sentiment n’est-il pas partagé par d’autres ? N’est-il pas le malaise le plus répandu chez les intellectuels ? On ne saurait répondre à cette question sans distinguer les différents publics auxquels la géographie est susceptible de s’adresser. Qu’elle doive s’intégrer au dialogue avec les sciences humaines et sociales n’est pas contestable pour les géographes et n’est plus contesté, même si souvent on ne lui accorde qu’un strapontin. Paradoxalement, elle doit peut-être cette situation à son caractère universitaire qui l’entraîne aux cours, aux discours, aux synthèses générales. Il lui est difficile de se médiatiser à l’image de l’intelligentsia du sixième arrondissement qui dicte sa loi à un aréopage avide de nouveautés, de vedettariat, gravitant autour de quelques monstres sacrés, confondant savoir scientifique et savant médiatisé. Il lui est difficile de parler comme un oracle, trop soucieuse des devenirs, des aléas, de la fragilité des équilibres, de la fluidité des faits.

7Dans l’échange interdisciplinaire, la géographie doit apporter la complexité de son message, la relativité de ses jugements, tempérer les généralisations hâtives. Toute situation n’est pour elle qu’un départ pour de nouveaux chemins. Il n’est pas dans les habitudes d’un géographe de se faire Dieu. Il peut donner une idée relative, momentanée, complexe de la vérité telle qu’il l’a approchée, telle que sa plume lui permet de la recréer ; il préférerait à l’occasion être reconnu et consulté mais il mesure le prix de sa liberté, il sait qu’il ne peut tenir son bonheur de la vanité du monde, mais de sa seule qualité de géographe et du sérieux du travail accompli.

8Auprès des pouvoirs décisionnels, il rencontre bien sûr des difficultés du même type. Il apporte souvent des conclusions dont sa fonction ne peut assurer la responsabilité et exigerait des autres le renoncement à bien des attitudes ou des acquis. Un agronome avait assisté au colloque de Ouagadougou que dirigeaient P. Pélissier et G. Sautter. Chaque fois qu’il me rencontre, il recommence son éloge quelque peu blasé sur les belles synthèses géographiques, les grandes explications trop éloignées pour lui des problèmes quotidiens qu’il a à résoudre dans l’action. À y bien réfléchir, la synthèse géographique prend en compte, ou essaye de le faire, tous les facteurs, tous les niveaux de décision, donc de responsabilité et s’adresse difficilement à des exécutants sectoriels. C’est bien la globalité de l’histoire africaine, de ses racines, de la colonisation, de la coopération qui a été considérée dans l’analyse des terroirs subsahariens avec la finesse et la maîtrise que confère à nos chercheurs une longue pratique du quotidien africain. Les géographes n’ont pas le pouvoir de refaire le monde ; si jamais, ils sont consultés, c’est obligatoirement sur des points particuliers qui ne remettent pas en cause l’architecture des états. Mais leurs publications éprouvées sur le terrain seront toujours un jour ou l’autre des recours pour les hommes d’action.

9Admettons que la géographie mal dégagée de sa gangue académique se prenne trop au sérieux et ne puisse être entendue de certains publics. Il est vrai qu’elle ne s’est pas suffisamment posé la question de la spécificité des lecteurs qu’elle recherche. Le ton des publications actuelles oscille entre le faussement scientifique dénoncé cruellement par Sokal, l’agressivité scientifique sécurisante qui restreint l’audience à de petits groupes isolés de chercheurs, une rigueur scientifique clairement énoncée et accessible à tous.

10La géographie a mal assuré sa métamorphose de la langue littéraire de naguère à la communication rapide d’aujourd’hui ; R. Blanchard disait son plaisir, sa volupté d’écrire, sa suprême satisfaction de prendre la plume après ses randonnées devant sa pile de notes. R. Clozier écrivait aussi bien que Colette ; sa description des pays du Périgord est un morceau d’anthologie. Il faudrait encore savoir écrire pour faire passer certaines intuitions, impressions ou incertitudes qu’un style sec et rugueux ne peut traduire. La géographie doit trouver un juste milieu entre des discours trop doctrinaux et les contributions hâtives aux modes successives. Elle ne peut parler de tout de la même manière, avec légèreté ou grand sérieux. Je me souviens d’une séance de l’AGF que présidait M. Sorre sur l’extension urbaine de Rome. La communication terminée, il monta au podium, croisa les bras et partit dans une longue méditation silencieuse que nous n’osions troubler. Soudain il dit : – Rome ! Rome ! Comment parler de Rome ? Visiblement, il revenait de très loin.

Géographie plurielle

11En cette fin de siècle, l’éventail des préoccupations géographiques ne s’est pas simplifié, comparé à celui d’hier. Des milieux naturels aux grandes mégalopoles la curiosité englobe bien tous les cas que l’on peut rencontrer à la surface de la terre. Aux questions de ce monde nouveau qui n’en finit pas de se transformer, de nous étonner, de nous interpeller, les géographes ont répondu au fil des ans dans leur fourmilière avec passion, parfois regret ou jubilation ; ils se sont spécialisés jusqu’aux limites du possible à l’intérieur de la discipline et peu à peu, on a accepté toutes ses branches multiples, comme on a constaté par ailleurs les appartenances aux multiples courants idéologiques de notre époque. On a fini par parler de géographie plurielle.

12L’expression est devenue habituelle. Le pire serait de l’accepter comme un constat qu’on refuse de négocier, comme une fuite en avant, une sorte de dérobade. Plurielle la géographie doit le rester, si elle entend comme il y a un siècle intégrer le tout et les parties, le général et l’unique, le local et le global, l’objectivité et la générosité dans un monde où l’espace semble se rétrécir, le temps s’accélérer, le progrès devenir une illusion et où s’affirme davantage de jour en jour la liberté individuelle.

13La pluralité de la géographie est une richesse susceptible de multiplier les pistes d’approche, mais à certaines conditions. Que les géographes se spécialisent est une nécessité évidente pour répondre à la pluralité des questions qui se posent dans les différents types d’espaces et aux différentes échelles. Encore faut-il reconnaître sincèrement et clairement le dénominateur commun de ces approches : non seulement le souci de la spatialisation des faits et la conscience de l’infinie variété des lieux, mais encore tout le bagage des savoir-faire hérités de la richesse patrimoniale de notre culture géographique, enrichis continuellement dans la foulée par les efforts techniques et méthodologiques contemporains. Toutes ces richesses sont à reconnaître et à transmettre comme un précieux talisman.

14C’est pourquoi je proteste qu’en acceptant une pluralité de spécialités de plus en plus pointues, on puisse prétendre que l’interdisciplinarité au sein de la discipline assurera la couverture globale. C’est en quelque sorte s’avouer non géographe ! Entre les différentes branches de la géographie, il ne peut y avoir normalement que dialogue entre des chercheurs aux problématiques proches, parlant le même langage scientifique, comprenant l’osmose nécessaire entre leurs résultats. Le passage de frontières avec d’autres disciplines est un commerce d’une autre nature qui exige l’acquisition d’un minimum de langage commun, un changement d’optique qui finalement fait rebondir sa propre pensée.

15La spécialisation en géographie indispensable au niveau de la recherche ne devrait pas se traduire dans les cursus par la juxtaposition d’enseignements de spécialités. L’acquisition des bases d’une discipline exige autre chose : une prise de conscience de l’ambition globale qui devrait toujours précéder toute bifurcation de spécialité qui rétrécit la vision. Que l’histoire universitaire ait morcelé la géographie en géographie physique, géographie humaine, géographie régionale n’est que le reflet d’une commodité et d’une évolution qui ont failli nous égarer. Quelle que soit l’importance des faits sociaux, ils interfèrent avec des données physiques et culturelles qu’on ne peut dissocier. Que l’apprentissage des techniques prennent des plages importantes dans la formation ne signifient pas d’oublier leurs limites eu égard à la complexe évolution des faits. La géographie plurielle ne saurait se résoudre au simple constat d’une diversité d’attitudes plus ou moins acceptée ; c’est une route difficile aux tracés anastomosés qui reste ouverte sur le regard et l’apport des autres.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search