Version classiqueVersion mobile

Du bonheur d’être géographe

 | 
Jacqueline Bonnamour

Nécessaire retour sur le passé

Texte intégral

1Faut-il se pencher sur le passé alors que la jeune génération pense que conflits et débats ont permis d’avancer, que la géographie recentrée a mieux à faire que de revenir en arrière ? Pour qui a vécu cette histoire, tous ces écrits au demeurant nécessaires et bien fondés, tous ces essais abstraits plus ou moins solennels m’ont semblé figer quelque peu le rythme de l’évolution et systématiser les positions. En outre, est-on sûr d’avoir achevé et clos les débats ? Les affirmations et les compromis sortis tout armés de la tourmente, prennent-ils bien en compte tous les aspects des questions qui se posaient et se posent encore ? Les textes ne soufflent mot du bonheur que procure le métier. Néanmoins en cette fin de siècle, les essais historiques et épistémologiques sur la géographie se multiplient, ils répondent à un besoin ; revenir sur le passé ne signifie pas céder à la nostalgie, mais volonté de mettre quelque distance entre histoire, chroniques rétrospectives, souvenirs et analyses théoriques.

À propos de l’histoire de la discipline

2La géographie n’en finit pas de se raconter. Naguère seul le premier chapitre des manuels faisait le point historique. Aujourd’hui, l’histoire de la géographie est devenue une spécialité à part entière qu’il s’agisse d’enseignement ou de recherche ; elle a ses centres, ses commissions, ses rencontres propres. On est loin du temps où R. Clozier publiait un petit Que sais-je, sans autre prétention, malgré la qualité du texte, que de rappeler l’histoire de la découverte de la terre. Aujourd’hui une forêt d’ouvrages et d’articles étudient le passé afin de le reconstruire, de l’expliciter, de mettre de l’ordre dans notre lecture, de dégager des étapes caractérisées le long de sa courbe complexe.

3Certaines de ces publications donnent l’impression d’un miroir déformant ; on le sent dans quelques récits événementiels que l’on a vécus, l’aune de nos souvenirs est-elle plus fiable ? Les évocations des discussions de 1968 restent floues, leur impact n’est pas évalué, mais comme l’écrivait R. Merle à l’époque, la vision des événements différait alors d’un étage à l’autre. Quelques imprécisions énervent : erreur sur le champ de recherche entre paysage agraire et systèmes de production ; filiation inexacte entre tel et tel géographe. Malgré les recours aux citations et aux encadrés, les résumés des apports successifs n’apportent qu’un simple point de vue de lecteur et n’incitent pas assez comme l’a bien demandé R. Marconis de revenir aux textes. Il est patent que certains auteurs n’ont pu lire qu’en diagonale les textes anciens ou étrangers ; la mémoire collective n’en retiendra que leur jugement et une citation séparée du contexte. Je comprends, sans en excuser l’agressivité inutile et méprisante, les vives réactions qu’ont pu entraîner telle ou telle tentative sur la définition de la géographie. N’est-ce pas en fin de compte le désordre éditorial d’aujourd’hui qui en est la cause ? Absence de véritables manuels de haut niveau reconnu par l’ensemble de la communauté scientifique ; prolifération de guides de toute nature qui se font concurrence ; distinction mal perçue et mal annoncée par les titres entre véritable histoire, chroniques et expressions personnelles. Tout ce désordre ronge le fruit alors que les efforts scientifiques sur l’histoire de la géographie abordent avec rigueur des tranches d’histoire, mais on n’en est pas encore à l’édification de grandes fresques objectives.

4Car dans une discipline comme la nôtre, l’essentiel lui échappe : je veux parler de la transmission orale ; sa place n’a pas été évaluée et son approche est restée balbutiante. Le besoin de mémoire caractéristique de cette fin de siècle a vu émerger la nouvelle recherche des « sources orales » dont la constitution est déjà scientifiquement engagée au Ministère des Finances, à l’Académie d’Agriculture, dans certains milieux politiques. La série filmée de portraits de géographes qu’avait commencée le groupe d’ENS Production est restée inachevée et demanderait à être poursuivie et complétée. L’oral a joué un rôle fondamental en géographie, discipline universitaire. Les géographes d’hier écrivaient moins que ceux d’aujourd’hui. A. Cholley qui a marqué des générations d’étudiants a peu publié ; mais on jouait des coudes pour trouver une place à son « amphi » du jeudi matin, de la première année de licence à l’agrégation ; on le suivait souvent le week-end dans le ru de Gally ou ailleurs ; on faisait la queue le dimanche matin pour choisir thèse ou mémoire ou pour demander conseil. Je me souviens être venue lui demander comment préparer l’agrégation. Il fit tourner le globe terrestre placé à côté de son bureau et me répondit : – Faites-vous une conception du monde ; que ce globe lisse devienne paysages, montagnes, campagnes, ensembles urbains, flux, etc.

5Mon histoire vécue n’est qu’une suite inorganisée de moments comme celui-là ; ils ont été déterminants pour la poursuite de la route ; c’est une suite de flashs, momentanés, intenses, symboles des exigences, de la force de la communauté de la discipline : je me souviens de la gentillesse de Monbeig venant me souffler à l’oreille, lors du pot de thèse d’O. Dollfuss qui avait soutenu huit jours avant moi : – Dans une semaine, vous pourrez leur dire Zut ! Je me souviens du dévouement de F. Fournier qui a réussi en quelques mois à recycler un petit groupe de doctorants en pédologie ; de la confiance de J. Kostrowicki qui avait vraiment compris mes interrogations de recherche, de celle jamais démentie d’A. Journaux. Je me souviens de la présentation à l’AGF d’une communication sur le Sapin de Noël en Morvan. J’avais beaucoup travaillé, je savais l’importance de parler devant les patrons ; j’ai été frappée par le silence où se détachait ma voix et quand j’eus terminé, par le petit nombre de questions posées. Puis il y eut une autre communication. Je rentrais chez moi bien perplexe et soudain le téléphone ne s’arrêtait plus, chacun me félicitait, c’est ce soir-là que j’ai eu l’impression d’être intronisée.

6Comment ne pas faire une place particulière à ceux qui ont dirigé mes thèses d’état : G. Chabot exigeant et protecteur, J. Dresch dynamique et disponible, J. Beaujeu-Garnier qui me poussait à terminer, avant que ne s’établisse entre nous cette longue complicité. Je me souviens comme si c’était hier de l’accueil chaleureux d’H. Elhaï et de P. Pélissier à Rouen, de celui de l’équipe de la Sorbonne en 1969. C’est sans doute à l’activité régulière de la Commission de géographie rurale de la lointaine présidence de D. Faucher à celle de J. Renard que je dois d’avoir compris la continuité des apports des générations successives de P. Flatrès, de P. Brunet et de la mienne dans la confiance, la différence et l’amitié sans cesse renouvelée. Enfin je me dois de nommer P. Pinchemel avec qui, nous avons essayé de faire marcher l’Institut à Paris I ; G. Sautter avec lequel, nous avons pendant dix années organisé le DEA, renouvelant semaine après semaine le plaisir de préciser la démarche propre à la géographie que le terrain appartienne à la zone tropicale ou à la zone tempérée.

7Tous ces souvenirs ne peuvent prendre place dans une histoire écrite à une autre échelle ; ils s’imposent comme des écrans, des points de repère dans une histoire plus ou moins simplifiée et reconstituée faisant émerger détails contradictoires, conseils oubliés, affirmations, nuances etc... posant toujours et encore la question de l’impossible histoire.

Impossible histoire ou difficile épistémologie ?

8La confusion entre les deux a été permanente, l’épistémologie s’appuyant le plus souvent sur des textes anciens et prenant difficilement en compte la double évolution du monde et de la recherche. Le besoin de comprendre le rôle de la géographie dans un monde nouveau, la multiplication des rencontres, la nécessité d’en choisir les thèmes ont donné ces dernières années une large place à l’épistémologie, quelque peu absente de la géographie de naguère. Aux commissions CNRS des années 70, R. Brunet se moquait des géographes qui faisaient du structuralisme sans le savoir. On a vu apparaître nombre de livres, de revues qui débattaient de la nature, de la démarche, des objectifs de la géographie. Ce n’est pas le lieu ici d’en faire le point, d’en démêler la complexité ; je veux avant tout souligner l’importance des avancées que cette montée de l’épistémologie a permis. Elle est une réponse aux besoins des différentes générations : génération en place qui avait perdu ses repères, générations montantes avides de théorisation ; elle a permis l’intégration de l’environnement en géographie physique, le pacte pour la nouvelle géographie universelle, l’animation des débats, la création de nouvelles revues, en général, une plus grande attention à l’organisation de l’espace et aux pratiques spatiales.

9Dans tous ces nouveaux apports, je mesure un certain décalage chronologique avec les grands courants de la pensée contemporaine, comme si le travail accompli était plus lent en géographie que dans certaines jeunes sciences sociales. Alors que le post-modernisme secouait les certitudes acquises, un très fort courant de rationalité et de connaissance ordonnée du monde emportait l’adhésion des géographes lassés de l’unicité des cas, recherchée et décrite aux riches heures de la géographie régionale de l’entre-deux-guerres ; marxisme (ou mathématique) leur apportait la sécurité d’une logique. Le renouveau de la discipline est passé par cette étape, bien vite rattrapé par la complexité et la variété du monde et par le doute post-moderniste, l’apport et l’épaisseur des cultures. Courants et idées se croisaient au fil du quotidien de la profession ; ils ont plus ou moins formé une sorte de syncrétisme qui a recueilli et amalgamé toutes les nouveautés, rendant parfois la pensée peu lisible, si on entend rester au niveau des idées et de la philosophie ; ce qui en fait se conçoit plus clairement dans la double approche de la globalité et de la diversité du monde.

10En fait, nous parlons tous plus ou moins de la géographie comme d’une entité abstraite, au lieu de préciser quelle sorte de géographie l’on évoque, à tel ou tel propos. Est-ce la géographie universitaire, telle qu’elle est enseignée dans les meilleurs instituts, reconnue par les pairs des commissions nationales et internationales ? Est-ce tout simplement la géographie enseignée de l’école primaire au baccalauréat ? Peu à peu j’ai compris que le procès n’était pas fait contre la géographie universitaire mais contre celle enseignée souvent dans les collèges et les lycées par des historiens, incapables de bien enseigner une discipline qu’on n’avait pas su leur faire aimer dans des formations trop accélérées. Les inspecteurs pédagogiques régionaux m’ont parfois révélé des abîmes dont je ne mesurais pas la profondeur. S’agit-il de telle ou telle géographie étrangère ? C’est bien dans la géographie soviétique que j’ai découvert « une science naturelle énumérative » aux chapitres spécialisés juxtaposés. S’agit-il chez certains de leur parcours personnel en géographie, aboutissement de leur formation ? À l’évidence de tout cela selon les cas et les individus sans le préciser.

11Pour moi, le travail à accomplir n’attendait pas : répondre aux exigences scientifiques du monde nouveau, dénicher chez les devanciers des pistes non explorées plutôt que se gausser des archaïsmes inéluctables, découvrir dans la prolifération administrative de nouvelles sources, déceler les signes de changement dans des secteurs qui pouvaient sembler immobiles, accepter d’avancer pas à pas dans un chantier incommensurable, mais également rappeler que le terrain n’était pas vierge, déjà décodé par beaucoup d’auteurs pour identifier des unités géographiques dans les différentes parties du monde comme le rappelait D. Pumain dans un débat récent. J’ai essayé de m’en expliquer en détails dans deux livres successifs sur mon domaine à vingt ans d’intervalle. Le métier de géographe n’attend pas de relâche ; la réflexion sur la discipline reste un impératif certes mais elle demande des connaissances et de l’expérience.

12Cette soif d’épistémologie a envahi les revues ; jeunes et vieux s’y sont essayés ; dans les nouvelles générations, il y avait un besoin de démêler le chaos des discours de 1968 ; pour d’autres, il y eut le besoin de s’affirmer, pour un certain nombre la volonté effective de faire progresser la discipline. N’a-t-on pas trop emprunté la voie épistémologique ? Ne s’y est-on pas souvent complu sans références suffisantes, sans une assez longue pratique, sans avoir mesuré l’importance des cheminements individuels dont nous avons parlé.

13Le débat épistémologique – sans être accompagné d’un corpus de faits bien établis – n’a pas la portée et les effets induits qu’on est en droit d’escompter. Trop d’épistémologie peut tuer l’épistémologie. Reconnaissons que dans ce domaine, nous autres géographes, pâtissons de notre ignorance de la philosophie ; on s’est engouffré par besoin de théorisation dans des systèmes successifs : structuralisme, théorie du chaos, phénoménologie, etc..., de façon aussi hâtive que vague, sans prendre suffisamment conscience de la multiplicité des courants du postmodernisme.

14N’a-t-on pas davantage parlé de la nouvelle géographie qu’on ne l’a accomplie ?

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search