Version classiqueVersion mobile

Du bonheur d’être géographe

 | 
Jacqueline Bonnamour

De l’accès au bonheur du géographe

Texte intégral

1Les futures générations approcheront ces débats et ces recherches dans les publications sur l’histoire et l’épistémologie de la géographie qui reconstruisent l’évolution des idées, des hommes et des institutions ; indispensables par leur rigueur et les services qu’elles rendent, elles passent néanmoins quasi sous silence le bonheur de devenir géographe...

2Pour ce faire, un minimum de curiosité de l’ailleurs et du monde s’impose. Cette forme de curiosité n’est pas l’apanage de tous les individus, même à l’heure de la mondialisation et de l’internet qui peuvent faire croire à la banalisation de l’ailleurs. L’instantanéité de l’information ne signifie pas obligatoirement prise en compte de l’altérité. Or, les premières questions d’un géographe : « Où ? Pourquoi ? Comment ? » relèvent de ce désir permanent de voir, de connaître, de com-prendre. G. Sautter se définissait lui-même comme un esprit curieux et en faisait le thème de son journal ; R. Brunet parle également de la curiosité comme base de la réflexion géographique.

3Cette curiosité, j’ai eu plaisir à l’aiguiser surtout auprès des plus jeunes quand j’enseignais dans le second degré. Rien n’est plus extraordinaire qu’un public de classe de 6e ou de 5e, toujours prêt à s’enthousiasmer pour l’inconnu ; avec lui, la recherche dans un atlas devient une course de vitesse entre équipes, la lecture d’une carte murale, le déchiffrement d’un rébus ! Pour les plus âgés, le rapport à l’actualité peut briser la carapace d’indifférence volontiers affichée. Mais susciter la curiosité géographique exige toujours de puiser dans sa propre expérience, dans le vécu de son savoir.

4Pourtant la simple curiosité ne suffit pas pour devenir géographe. Elle n’est qu’une étape vers l’ailleurs ou l’immédiat. Vers l’ailleurs, ce fut pour moi l’appel de cette discipline après les cinq années de guerre pendant lesquelles nous vivions dans un espace rétréci, conscients certes que les combats se livraient également au loin dans le Pacifique, en Russie, mais notre horizon quotidien était borné, coupé par les alertes et les refuges dans les souterrains, raccourci par les couvre-feux. À la fin du cauchemar, soudain la Géographie m’ouvrait l’univers, me demandait d’aller voir, de profiter de la possibilité retrouvée de circuler. Lors de sa première conférence à l’École, G. Chabot affirmait que la géographie ne s’apprend pas en chambre, annonçait sa volonté de nous emmener en excursion, sous l’œil étonné mais consentant de notre directrice assise au fond de la salle. (La scène relève d’un autre âge).

5L’ailleurs a toujours joué en géographie un rôle important : il a souvent déterminé des vocations ; Vidal de la Blache et de Martonne ont voulu voir l’Amérique ! Weulersse nous a légué la forêt équatoriale ; J. Bonnemaison a pénétré le monde des pirogues du Pacifique ; D. Rétaillé a été fasciné par l’Afrique. La liste des exemples serait interminable ! Toutefois différence doit être faite entre cet appel de l’ailleurs et la simple recherche du dépaysement, la quête stérile de l’exotisme ; cette curiosité géographique, cette avidité de voir est le préalable à l’approfondissement de l’approche, à la compréhension de l’autre.

6C’est si vrai que le géographe entend comprendre aussi bien le plus lointain et le plus proche. Le monde pour moi commence à proximité, l’exotisme peut être au bout de la rue, l’insolite à portée de vue. Dans son dernier livre sur Paris, on sent que Jacqueline Beaujeu a sillonné rues et quartiers de la capitale avec le regard aiguisé du voyageur qui saisit le détail significatif, l’atmosphère indicible d’un dimanche matin dans le vingtième arrondissement ou le grouillement de la foule à l’entrée d’une bouche de métro en fin d’après-midi ; la saisie d’un détail, d’une scène de la vie quotidienne, d’une perspective paysagère n’est jamais que le point d’ancrage d’une réflexion qui va se poursuivre, d’un travail en voie d’élaboration. L’anecdote est trompeuse, mais elle a toujours une signification qui peut conduire d’un incident sans importance à une réflexion générale. Le processus est le même qu’il s’agisse des rizières du delta du Mékong, de la silhouette grêle d’un hindou qui foule le sol sableux sans laisser de trace. Le préalable assuré ou retrouvé selon les étapes de la démarche, l’analyse des formes figées et des dynamiques évidentes peut se poursuivre. La tête chercheuse du géographe pourchasse causes et effets pour les comprendre, les évaluer, les mettre en relations et approcher l’équilibre systémique d’une ville, d’une campagne, d’un réseau, d’une région, d’un espace géographique.

7La quête permanente du particulier le plus proche ou le plus lointain n’a de sens pour le géographe que s’il peut le situer, l’insérer dans l’ensemble du monde, le mettre en place sur les réseaux de l’univers. Cette vision double, focalisée sur le local signifiant dont on veut saisir toutes les facettes et cependant élargie à l’ensemble de la planète dont on veut comprendre aussi bien l’infinie variété que son degré d’unification, me semble le propre d’une approche géographique acquise au fil des ans. Car il faut du temps pour savoir tirer de tout paysage, enseignement et satisfaction spécifiques, pour s’habituer à replacer sur l’échiquier du monde, tout espace quelle que soit sa dimension. Ce bonheur du géographe, contrairement à sa curiosité innée n’est pas donné... Il est acquis.

Un apprentissage jamais terminé

8Tout au long de ma carrière, j’ai gardé la conviction d’être en formation continue : lire un paysage, s’interroger sur un monde nouveau, décrypter les images quotidiennes gommées par l’habitude, replacer sans cesse les faits dans le temps et dans l’espace, comparer l’incomparable, entretenir intacte sa soif de comprendre, tous ces gestes et ces actes quotidiens sont les fruits d’un long apprentissage continuellement renouvelé. Une bonne base reste ressource irremplaçable, mais les mutations du monde et les nouvelles techniques de recherche posent sans cesse de nouvelles questions ; elles obligent à poursuivre le voyage jamais terminé.

9J’ai eu le privilège de parcourir à pied sous la houlette de G. Chabot, nombre de régions françaises ou étrangères. Il a su me communiquer au cours de ces randonnées le sens des distances et des volumes, le nécessaire rapprochement entre le « vu » et le « décrit » ; il avait sa manière à lui de faire échantillonner dans l’espace des modèles de notions, de formes spécifiques, de types géographiques reconnus : l’œil scrutant l’horizon, la mémoire toujours en alerte au rappel du souvenir livresque ou du déjà vu. Il m’a fait prendre conscience de la différence entre percevoir, comprendre, assimiler, il m’a inculqué l’habitude de comparer, de naviguer du vécu à l’idée, de l’idée au vécu, jalonnant de la sorte la route de l’apprentissage de plaisirs ponctuels, de savoirs acquis, le plus souvent au prix d’un effort physique qui obligeait au dépassement de soi.

10En géographie, comme dans les autres disciplines, il faut toujours se dépasser, découvrir un univers culturel nouveau, sillonner des espaces lointains, conjuguer souvent l’effort physique et le but intellectuel comme l’ont fait nombre de nos collègues dans les Djebels marocains, les chaînes andines, l’Himalaya, sur la route de la soie ou le front pionnier du café au Brésil. C’était une formation complète qui donnait le plaisir d’accepter l’effort en léguant cette ardeur de voir, de comprendre, de saisir sur le vif l’intérêt de tout lieu, de rester constamment en alerte géographique, de faire du métier de géographe, un véritable « genre de vie ».

11Ces années de formation entre la khâgne, l’école normale supérieure et la Sorbonne m’ont apporté deux certitudes : la nécessité de bien connaître ce qui a été écrit sur le sujet abordé et le sentiment que le monde et son approche ne sont que métamorphoses. Commencer une réflexion, une recherche là où d’autres l’ont interrompue ou laissée en errance, essayer de bien faire le point tant au niveau des concepts qu’à celui des connaissances élaborées allait de soi pour tous les maîtres qui nous encadraient ; nous lisions beaucoup, les publications étaient certes moins nombreuses et moins désordonnées qu’aujourd’hui et la photocopie n’existait pas ! Le sentiment que l’univers n’est que changements successifs du plus petit de ses éléments aux plus grands équilibres de l’espace, je l’ai reçu d’un enseignement autant issu de la philosophie que de l’histoire ; il m’a légué cette attention permanente au déroulement des faits, ces interrogations sur le « paraître », ces inquiétudes sur l’ambiguïté des savoirs. Quant à la boîte à outils, elle se réduisait, à l’époque, aux cartes d’état-major, aux cartes géologiques, aux données statistiques, et déjà aux photographies aériennes que l’on pouvait à nouveau consulter. La critique ultérieure des publications de cette époque a minimisé le véritable travail intellectuel effectué à partir de ces techniques peu nombreuses. Bien des signes laissaient supposer de prochains changements ; la réflexion sémiologique progressait : le fichier-images proposait une nouvelle manière de traiter l’information ; le souci de l’interdisciplinarité était dans l’air du temps ; outre l’analyse des apports réciproques de l’histoire et de la géographie, le développement de la sociologie nous interpellait à une époque où M. Sorre présidait la commission de sociologie du CNRS !

12Mais aucun chercheur n’imaginait, alors, l’ampleur et la rapidité de la révolution scientifique et technique qui allait bouleverser toutes les disciplines, les entraîner vers des spécialisations de plus en plus pointues, qui allait faciliter à bien des égards le travail du géographe tout en l’obligeant sans cesse à acquérir de nouveaux savoir-faire, à élargir l’éventail de ses compétences, à rencontrer de nouvelles contraintes : pratique de l’outil informatique, utilisation normative des statistiques, recherche mathématique, lecture des images satellitaires, analyse des discours, élargissement vers l’économie, les sciences politiques, l’ethnographie, interrogations sur le monde vivant, etc... Autant de sollicitations pour emprunter des sentiers spécifiques ou des routes susceptibles tout autant de les aider que de les éloigner du cœur des problématiques géographiques. Autant de mutations des habitudes de travail et de formation qui, dans un monde nouveau, allaient conduire à repenser la discipline, à la réorienter. L’acquisition de techniques nouvelles est une chose différente de la remise en cause de l’orientation de la discipline ; la confusion entre les deux voies n’a pas toujours été évitée dans la mesure où le temps consacré aux techniques amputait perpétuellement le calendrier de travail. Mais une évolution technique n’est-elle pas que le signe tangible de l’évolution des besoins, des idées ou des engagements ?

13Certes la mise à jour de la discipline était nécessaire, mais je n’ai pas toujours reconnu dans les accusations qui lui furent portées, la géographie que j’avais reçue en héritage ; le procès me semblait biaisé et pourtant incontournable ; je m’interrogeais sur l’importance donnée aux techniques, sur la confusion entre techniques et démarche. C’est de tout cela dont je voudrais m’expliquer aujourd’hui.

14Tous ces changements se sont accomplis dans un contexte totalement modifié : nombre d’étudiants de plus en plus importants dans les amphithéâtres et les salles de travaux pratiques ; refus de la sélection secondarisant le métier ; réduction des moyens par étudiant rendant moins fréquentes les formations sur le terrain ; égalisation des types de charges entre toutes les catégories d’enseignement ; tracasseries institutionnelles des gouvernements successifs soucieux d’adapter l’outil universitaire à la nouvelle situation socio-démographique.

15Dans l’organisation des équipes pédagogiques et lors des directions de thèse, j’ai été fort sensible à la différence entre générations formées à l’ancienne ou à la nouvelle école ; les premières passant beaucoup de temps à l’acquisition de techniques nouvelles, les nouvelles étant moins solides parfois sur leurs bases géographiques. J’avais mal quand en excursion, mes collaborateurs me passaient le micro pour décrire le paysage, car me disaient-ils, – on ne sait plus ! Je me suis souvent interrogée sur ces blocages, faisant difficilement la part qui revenait à l’échec de la transmission du savoir et à celle d’une volonté inconditionnelle de changement qui entendait secouer tous les anciens tabous. Toutes ces précipitations, ces réformes négociées plus que pensées me semblaient par trop répondre à l’urgence. J’étais persuadée qu’il fallait laisser le temps au temps lors de l’apprentissage, que seule une suite non programmée d’attentes, d’interrogations pouvait modeler un bon géographe.

16Comme celle de beaucoup d’autres, ma vie de géographe n’a été qu’une suite d’interrogations tout autant sur les faits que sur leur approche, d’acquis peu à peu organisés, d’éclairs fulgurants au cours d’un déplacement, d’imprégnations lentes de différents milieux, d’acquisitions de nouveaux savoir-faire, de lectures répétées qui peu à peu s’organisaient pour m’aider chaque jour davantage à comprendre la variété et l’organisation du monde. Ainsi je me souviens sur une route poussiéreuse de Tunisie, d’H. Attia arrêtant un bédouin sur son âne pour qu’il me montre le contenu de la besace qu’il portait de douar en douar ; la futilité des menus objets qu’il allait ainsi vendre, suspendait soudain le temps, nous ramenait aux colporteurs du Moyen Âge dont Perroy nous parlait dans ses cours. Longue durée, temps courts, rythme du temps, valeur des jours ne s’enseignent pas ; ils se découvrent et se comprennent au fil des ans. Le monde est pluriel, même s’il obéit à des lois, son évolution l’est tout autant, même si des forces communes la commandent. La compréhension de l’alchimie du temps et de l’espace exige ce passage obligé d’un long apprentissage géographique, jamais terminé.

17On ne saurait trop le réduire comme un pianiste ne peut supprimer les innombrables exercices au clavier ; il vous imprime comme le disait J. Gracq, une marque d’esprit qui demeure quelles que soient les dérives ultérieures. Le long parcours réserve les surprises heureuses du début, les caps à doubler, la joie d’y être arrivé, la satisfaction du savoir-faire, le plaisir de saisir progressivement la valeur des mots, le choc des recoupements entre des sources différentes, la promesse de certitudes, la conscience d’une éthique de la démarche scientifique. Quel géographe n’a pas rêvé devant une carte, n’a pas attendu fébrilement les résultats d’une analyse factorielle, n’a pas guetté anxieusement la répartition dans l’espace d’une donnée rigoureusement construite ? Quel géographe n’a pas appris sur le terrain à remettre en cause ses idées préconçues, à se faire réceptif à d’autres logiques, ne s’est pas construit un monde à lui à partir du monde, ne s’est pas senti démiurge à ses heures, bien vite rappelé au bon sens par la vérité des faits ?

Transmettre le talisman

18Précieuse comme un talisman, cette formation doit être transmise alors qu’elle se poursuit encore ! Et le temps de latence entre l’acquisition de la connaissance et la formation des autres va diminuant. Comment convaincre étudiants et chercheurs de la complexité des lois de la nature et du monde ? Comment persuader de remettre l’ouvrage sur le métier pour en préciser l’approche et ne pas figer la description des faits géographiques en perpétuel devenir ? Qu’attendre de l’enseignement et de la direction de recherche ? Contrairement aux routes romaines ou aux autoroutes américaines, ces chemins ne sont pas rectilignes.

19Au soir des résultats de l’agrégation, je reprochais à G. Chabot de ne pas me sentir préparée au métier d’enseignement. Il me répondit simplement : – Faites aimer la géographie. Brièveté et efficacité d’un message comparé à ces flots de discours abstraits, souvent insipides, sans doute nécessaires des didacticiens d’aujourd’hui. Je crois sincèrement que ces derniers sont devenus indispensables dans la mesure où les nouveaux enseignants insuffisamment formés ne peuvent effectuer seuls le travail de décantation, voire d’assimilation profonde des connaissances pour les adapter au savoir et à la logique du public qui leur est confié.

20Or c’est cette mise à niveau qui est source d’accomplissement. Je me souviens d’un emploi du temps démentiel que j’avais dû accepter au lycée J. Ferry ; le samedi matin de 8 à 10 heures, j’avais les élèves d’option géographie de Première supérieure ; de 10 à 11, une classe de seconde ; en fin de matinée, déferlait le flot des petites élèves de 6e, aussi heureuses d’apprendre un peu de géographie que de sentir le proche week-end. Il m’est souvent arrivé de traiter du même sujet de géographie générale devant les trois classes : la mousson, l’érosion, le relief plissé. Le fait d’aller du plus approfondi au plus simple m’a beaucoup aidée ; j’aimais passer de la démonstration théorique et graphique pour les spécialistes, aux schémas simplifiés de la classe de seconde, puis aux descriptions essentiellement concrètes pour les élèves de 6e : belle gymnastique d’assouplissement cérébral, contacts différents avec des adultes ou des jeunes enfants, cette matinée me donnait autant de plaisir que de fatigue.

21Il est impossible de se rappeler tous les moments des cours, des excursions, des stages. J’ai aimé les cours magistraux longuement préparés dans la réflexion des livres et des cartes, construits comme une démonstration ; j’ai aimé l’attente de l’auditoire qui allait ou non me suivre. Un cours n’est pas un disque qui tourne, c’est une véritable symbiose avec tous ces yeux qui regardent, qui obligent selon les moments à accélérer, à reprendre, à expliciter ; c’est un projet qu’on s’est assigné et dont on infléchit le rythme ou la courbe selon les désirs du public. Avec une même préparation sur l’Europe orientale, je me souviens avoir eu besoin des vingt-cinq heures de cours pour me faire entendre en un lieu, quand un autre milieu d’étudiants avait reçu le message en une dizaine d’heures.

22Je n’ai jamais conçu d’enseigner sans corriger de copies. En Première supérieure, j’étais censée préparer à une épreuve orale, j’exigeais un devoir par mois ; il me permettait de comprendre la logique de chaque individu, de déceler les difficultés rencontrées, de constater les progrès d’un mois à l’autre du raisonnement, de l’utilisation des outils et des connaissances. Même pour affronter un oral, la compréhension de la démarche de la discipline est indispensable. Conférencière d’agrégation à Fontenay, je proposais des devoirs écrits : après trois ou quatre, je pouvais diagnostiquer les chances de réussite avec quelques certitudes... La correction de copies n’avait pour moi de sens que si elle permettait de suivre l’évolution de chaque individu sur des sujets différents et échelonnés dans le temps.

23De toutes ces années d’enseignement, je garde des souvenirs vivants, émus et différents ; les classes de khâgne vibraient comme des violons, bien motivées par le concours ; les amphis de propédeutique au lendemain de 1968 à Jussieu, contrôlés par quelques irréductibles de la contestation, ne permettaient guère la symbiose avec le public ; dans les cours d’agrégation, je voyais se réduire jour après jour l’écart de réflexion entre les candidats et moi. Dans aucun type d’enseignement, l’échange ne pouvait aller aussi loin que dans les séances d’initiation à la recherche ou pendant les directions de thèse. L’enjeu se déroule alors nettement sur deux niveaux : celui des personnes et celui du sujet. Pour permettre à chacun de se trouver, de s’exprimer au mieux, je n’ai jamais distribué des sujets identiques sur des terrains différents, bonne stratégie pourtant dont ont usé nombre de collègues pour faire avancer la connaissance. Je me suis efforcée de laisser définir le sujet par l’impétrant pour qu’il puisse donner sa mesure et ait un espace propre à défricher au lieu d’appliquer des recettes. La moisson finale est plus hétérogène même dans un domaine circonscrit comme le domaine rural ; le dialogue se fait plus fécond dans l’échange permanent de deux pensées différentes : celle que débroussaille le thésard et celle du directeur qui essaye de suivre en insufflant son expérience. Parfois à l’arrivée, on est loin des deux points de départ, l’un vaguement conçu, l’autre vaguement perçu.

24Les thèses se succédaient, les soutenances se multipliaient sans regard sur hier. J’avoue n’avoir évalué le bilan qu’inopinément lors de la rencontre CNRS 1992 où je pouvais reconnaître et sourire à de nombreux visages réunis dans l’amphithéâtre de la rue Descartes. Sourires après avoir partagé les peurs, les blocages, les inquiétudes, l’enthousiasme et les découragements de chacun ; sourires après avoir débattu pied à pied pour la démarche, la véracité de la démonstration, la correction du langage et la clarté de l’illustration ; sourires après avoir cru labourer la mer et retrouver aux commandes de la nouvelle université grand nombre de jeunes auxquels j’avais fait confiance et qui m’avaient beaucoup appris.

25Suffit-il de transmettre ce talisman de la géographie par l’enseignement et la recherche ? Une fois encore, je retrouve G. Chabot soucieux de faire comprendre les obstacles institutionnels, la pratique universitaire, les positions-clefs à défendre, les moyens d’accès à l’innovation, les relations interdisciplinaires, soucieux de faire vivre et connaître la face cachée d’une discipline alors à peine intronisée par la création récente de l’agrégation de géographie, jamais las de raconter les démêlés avec les Annales, de nous faire pénétrer les relations internationales, de faire sentir lors des congrès les rivalités personnelles et nationales pour obtenir tel ou tel poste. Initiation parallèle qui m’a prouvé à quel point les positions intellectuelles n’étaient souvent que la partie visible d’un iceberg d’aspirations humaines. Initiation pratiquée dans la confiance, dans une suite d’apartés recueillis modestement, en un temps où l’on prenait très tôt conscience de la collectivité géographique

L’entrée dans une communauté scientifique

26Dès les premiers mois de la formation, on m’a évoqué la collectivité géographique, non pas comme une simple obligation bibliographique mais comme un ensemble de personnes vivantes œuvrant pour la même cause et pour le même recherche. Tous ces noms étrangers, réduits aujourd’hui à leurs écrits analysés au scalpel épistémologique, étaient pour nous des êtres humains insérés dans une collectivité scientifique dont nous étions appelés à faire partie : Davis, de Martonne, Hagget, Guerassimov etc... Nous ne disposions que de deux manuels : le « de Martonne » pour la géographie physique et les « Fondements » de M. Sorre pour la géographie humaine. Nous savions par les cours et les conversations avec les professeurs que de grandes thèses construisaient la discipline, comblaient les lacunes d’une connaissance encore sporadique sur les cartes, apportaient de nouvelles pierres à l’édifice. Les enseignants nous parlaient de leurs auteurs, nous incitaient à les rencontrer. Dès la première année de licence, nous nous perchions parfois sur les bancs les plus hauts des séances de l’Association des Géographes Français ; c’est là que j’ai entendu pour la première fois P. George dans un éblouissant exposé sur la géomorphologie de l’Oural, Gottmann parlant de l’encore lointaine Amérique. Au cours des excursions à l’étranger, on nous mettait toujours en contact avec les géographes du pays et j’ai très tôt été frappée par l’amitié vibrante qui les reliait à nos maîtres. De même qu’on nous entraînait à accrocher des lieux concrets aux divers concepts, de même on nous rattachait les noms de géographes à telle ou telle avancée scientifique.

27Cette conviviabilité vivante toujours présente au sein de la connaissance ne pouvait perdurer telle quelle avec l’accroissement des effectifs, la spécialisation de plus en plus grande par secteurs de recherche, par zones ou par continents. Chaque laboratoire entretient son réseau, chaque domaine a ses rencontres et ses publications spécifiques. L’individualisme prégnant de l’époque accentue encore la dispersion. Et pourtant au-delà des groupes constitués, des clans, des spécialités, il existe une communauté géographique liée par son attachement à la discipline, l’apport de chacun étant nécessaire pour atteindre la connaissance universelle recherchée, pour suivre à la fois les parties et le tout. Paradoxe d’une discipline qui a cru en un temps pouvoir se partager entre des secteurs caractérisés par des adjectifs, alors qu’aucun angle d’approche ne peut ignorer les autres. C’est ce qu’exprimait Jacqueline Beaujeu quand elle choisit pour thème dans son adieu à J. Dresch l’unité de la géographie. C’est cette nouvelle prise de conscience qu’on sent sourdre ici et là.

28Un soir d’automne, j’assistais à un café géographique. P. Pinchemel y exposait ses idées et sa vision verticale du monde. Je regardais la salle toutes générations confondues : nombre de très jeunes découvrant en même temps le monde et la géographie, quelques soixante-huitards grisonnants, des plus anciens et les piliers de la Lettre de la géographie qui depuis des lustres font vivre annuaires, fichiers, bibliographie internationale etc... Tout le monde ne partageait pas les vues du conférencier, les questions fusaient dans tous les sens, mais tous restaient devant leur verre donnant l’impression d’un bonheur partagé, on parlait simplement comme on feuillette en famille un album de photos rêvant à l’avenir du bambin.

29Au lendemain d’un dernier festival de Saint-Dié, les journalistes titraient sur les déchirements de la géographie incapable de définir l’Europe. Ils s’appuyaient sur trois interviews recueillies à la hâte, chacune ayant présenté l’une de nos facettes : la géographie-science sociale, la prise en compte de l’environnement et la géographie de proximité. Était-ce ces divisions, les difficultés de définir une Europe à géographie variable qu’avaient retenues nos collègues ? Pas du tout. Tous les géographes interrogés les jours suivants sur le déroulement du festival parlaient de la convivialité retrouvée, de la présence aux mêmes tables rondes de tendances qui s’ignoraient hier encore, du projet mis en œuvre aujourd’hui, d’une direction collégiale au-delà des zizanies sectorielles ou personnelles !

30Qu’est-ce qui réunit les géographes dans une éternelle partie de poker menteur toujours recommencée, qui donne à l’extérieur le spectacle de leurs divisions ? Faut-il se demander si le renouveau de la convivialité propre à la discipline est un leurre ? Il existe encore tant de luttes sourdes pour le pouvoir, tant de vanités ! Cependant des signes ne trompent pas : l’ampleur du patrimoine intellectuel constitué au fil des générations prend valeur de témoin de l’évolution du monde ; le renouvellement périodique des géographies universelles reflète leurs temps ; l’action des géographes engagés de longue date dans l’aménagement du territoire les a conduits dans nombre de régions à devenir des consultants permanents des pouvoirs publics. Pour que le renouveau soit plus effectif, encore faudrait-il que cette collectivité géographique se connaisse davantage ; j’ai été frappée au cours de ces derniers lustres par le rétrécissement de la curiosité intellectuelle circonscrite au cercle de la spécialité, au manque de culture géographique devenue l’autre face d’une spécialisation aiguë, par ailleurs encouragée par l’organisation institutionnelle des carrières.

31Certes les nouvelles contraintes obligent les jeunes docteurs à effectuer un quasi tour de France pour leur nomination ; les voyages et les missions individuels se multiplient ; les géographes se retrouvent souvent ici et là à travers le monde et continuent, je crois à se fréquenter volontiers en dehors du lieu de travail. Tout cela entretient des liens nationaux et internationaux qui dépassent la simple connivence intellectuelle. Et le 191, rue Saint-Jacques, ce lieu de forte densité géographique au mètre carré, a bien été et est resté le centre d’un réseau qui s’étend sur la terre entière ; est-ce la raison de la difficulté de le reconstruire ailleurs malgré tous les projets successifs ? Qui avait vraiment envie de voir disparaître cette maison où nombre de géographes ont fait ensemble une longue route ; murs et couloirs rappellent tant de présences françaises et étrangères qui ont tissé tant de solidarités intra et intergénérations

32Si l’unité de la géographie reste un mythe plus ou moins partagé, le sentiment d’une vive appartenance existe bel et bien. Pour en comprendre les tenants, il est nécessaire de se pencher sur le passé.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search