Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Avant-propos

p. 9-11


Texte intégral

1Cet essai répond à ce besoin qui vient avec la vieillesse : besoin de se pencher sur un passé traversé en courant, d’en faire un bilan libéré de toute contrainte à l’heure où l’on ne peut que regarder sans agir. Écrit au fil de la plume, au bord de la route en quelque sorte, dégagé des références en bas de page qui ralentissent le rythme, il n’a pas d’autre prétention que de témoigner de mon parcours auprès des élèves, des étudiants et des chercheurs dispersés aujourd’hui, avec lesquels j’ai pu partager mes bonheurs de géographe et mes interrogations sur l’évolution du monde et de la géographie.

2Comme toutes les sciences humaines, la géographie n’a pas traversé ce dernier demi-siècle sans se modifier. Elle a connu dénigrements, critiques internes, remises en cause, diverses scissions ; elle a subi quelques impérialismes momentanés, plus ou moins affirmés. Elle est sortie de ces spasmes et de ces querelles bien vivante, éclatée pour les uns, recentrée pour les autres, toujours féconde et productive.

3 Au cours de ce dernier demi-siècle, nombre de courants novateurs ou conservateurs se sont affirmés au sein de notre discipline ; des associations se sont multipliées pour défendre la géographie ; différents groupes se sont constitués parallèlement aux commissions officielles ; des réunions ou des revues ont vu le jour au gré des révoltes, des humeurs, des convictions, des événements dans un monde en pleines mutations. Personnellement, tout en comprenant les raisons de ces divers mouvements et en écoutant leurs débats, j’ai toujours continué à travailler dans les structures traditionnelles : université, centres de recherche, commissions du Comité national français de géographie affilié à l’Union géographique internationale. Je ne me serais pas sentie à l’aise dans ces groupes qui émergeaient çà et là, persuadée que l’essentiel était ailleurs, que s’y confondaient aspirations personnelles et politiques, objectifs institutionnels et scientifiques. Les organismes officiels débattaient des mêmes problèmes et on y aurait eu besoin de tous ; il y existait des possibilités d’évolution que d’aucuns ont minimisées à tort, entraînant d’autres dérives et d’autres clivages. J’ai eu la chance de trouver à la commission de géographie rurale un havre de paix ; les spécialistes étrangers et tout chercheur y étaient accueillis, quelles que soient leur sensibilité et leurs options, la discussion méthodologique et théorique y était possible dans le respect de chacun. Peu importe cette fidélité aux institutions mises en cause par le climat perpétuellement agité après 1968 ; elle a pu être interprétée comme une prudence timorée, alors que j’ai toujours pensé que toute division affaiblissait la discipline et que les conflits devaient se régler en son sein.

4Peu importe cette étiquette de ruraliste que le milieu m’a attribuée, que la carrière a fini par justifier ; elle ne m’a jamais empêchée de me sentir géographe à part entière ; en géographie la nécessaire spécialisation n’est qu’un moyen pour retrouver le tout.

5 Quelles sont aujourd’hui les traces de toutes ces turbulences qui atteignaient même les publications sérieuses et scientifiques ? Elles m’ont toujours semblé insister sur les différends et oublier le dénominateur commun indéniable à l’ensemble des géographes : le bonheur d’être géographe. Comme d’autres l’ont avec raison proclamé, j’ai voulu l’affirmer et réfléchir davantage à son contenu, à sa signification profonde, au terme de cette histoire tourmentée qui commence – je le souhaite – à s’apaiser. Ce bonheur, comment l’aborder, le revivre, le faire partager alors que le monde a plus changé en cinquante ans qu’en plusieurs siècles, que la géographie se targue d’avoir accompli un tournant historique, que l’on n’est soi-même qu’un témoin parmi d’autres ? Il est bien difficile de démêler sa propre histoire, celle de la discipline et celle du monde, enchevêtrées comme liserons sur rosiers ! En cette fin de siècle marquée par l’incertain, l’ambigu, la complexité alors que le progrès lui-même est remis en question, il y a quelque défi à proposer le thème du bonheur pour parler d’une discipline encore mal perçue par un grand nombre. Pour souligner le rôle essentiel que la géographie peut jouer dans le monde actuel, j’ai voulu de la sorte, à la fois échapper à un discours de rhétorique et témoigner des satisfactions vécues de l’apprentissage du métier à son exercice, au cours d’une évolution complexe marquée de détours et de crises.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.