Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Annexe 2. Grille d’entretiens

p. 261-263


Texte intégral

Etat des lieux / itinéraires universitaire et professionnel

1Il s’agissait de faire le point sur ce qui c’était passé depuis le questionnaire, de demander au répondant de rappeler son itinéraire universitaire et professionnel.

L’engagement dans la formation

2Il s’agissait de compléter les informations dont nous disposions sur les diplômés obtenus. Nous évoquions les raisons du choix des formations suivies, les projets qui se formèrent durant ce temps, les souvenirs que les diplômés gardaient des enseignements, des étudiants, leurs perceptions des débouchés, etc.

La thèse

3Les questions étaient, entre autres : comment avez-vous vécu vos années de thèse ? Pourquoi avoir choisi ce sujet ? Comment s’est passé votre soutenance ? etc.

L’influence de la sociologie

4Il s’agissait de savoir si la sociologie influençait la manière d’être et de penser des répondants, mais aussi de concevoir leur environnement et leur travail. Nous souhaitions, par ailleurs, savoir quels sociologues avaient eu sur eux le plus d’influence, quels étaient ceux qu’ils considéraient comme les plus importants pour la discipline.

La fonction et le rôle du sociologue

5Cette question avait pour but de nous permettre de saisir les représentations professionnelles des répondants, l’image qu’ils se faisaient du métier, les définitions qu’ils en donnaient, etc. Les questions étaient : Qu’est-ce qu’être sociologue ? Quel est son rôle ? Où peut-il travailler ? etc.

La définition professionnelle

6Nous souhaitions comprendre les critères par lesquels les diplômés s’identifiaient à la discipline ou à une autre profession le cas échéant, justifiaient la reconnaissance comme sociologue ou l’invalidaient.

La pratique professionnelle

7Nous demandions au répondant de nous décrire son travail, de nous dire les éléments qui paraissaient le mieux définir sa pratique, ce qui lui semblait être le plus important pour bien exercer son métier.

Mobilisation et mise en œuvre des connaissances sociologiques dans le travail

8Le but était de saisir, d’un point de vue professionnel, comment s’établissaient concrètement les liens entre la formation en sociologie et la pratique professionnelle, quels étaient les types de savoirs les plus utilisés, ou produits.

Les clients, les réseaux, les partenaires

9Nous demandions au répondant de nous parler des personnes avec qui il travaillait, avec qui il entretenait des relations, ceux avec qui elles étaient plus fréquentes, ou plus privilégiées. Nous lui demandions l’image que son entourage avait de lui professionnellement, comment il était défini, quelle était sa place, son rôle par rapport à ses collègues ou partenaires, qui il embauchait s’il s’agissait d’un répondant exerçant en libéral, quels étaient ses clients, et surtout quelles influences les clients, l’entourage professionnel (employeur, autres salariés, etc.) pouvaient exercer sur son travail.

Les projets

10Qu’envisageait de faire dans les prochaines années le répondant, quel projet lui tenait le plus à cœur.

Les publications, les rapports, les lectures sociologiques, les colloques

11Nous souhaitions savoir si le répondant, même en exerçant une activité « praticienne », conservait des activités de type plus scientifique, et ce qui le motivait.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.