Version classiqueVersion mobile

La sociologie des sociologues

 | 
Odile Piriou

Conclusion

Texte intégral

Une domination académique

1À l’issue de notre recherche, l’examen des rapports que les diplômés entretiennent avec la sociologie nous conduit à un étrange constat. Dans les années 80, date à laquelle les diplômés enquêtés s’insèrent professionnellement, on vante de tous côtés (presse, universitaires, chercheurs, entreprise, État, etc.) les mérites des sciences sociales et plus précisément de la sociologie. On loue sa réussite et de multiples travaux assurent l’existence et le développement de pratiques sociologiques appliquées, dans les domaines qui correspondent à ceux dans lesquels les répondants à notre enquête s’insèrent. Mais on confond trop volontiers débouchés et pratiques sociologiques. L’identification professionnelle comme sociologue est loin d’être une donnée générale. Parmi notre population, elle concerne 8 % des diplômés d’une maîtrise, 23 % des titulaires d’un DEA et 53 % des docteurs à la date de l’enquête (1991 ou 1992). Par ailleurs, les fonctions académiques sont celles qui, très avantageusement par rapport aux autres (plus de 70 %), favorisent cette dimension de l’identification à la sociologie. Dans le domaine des pratiques extérieures à l’université et à la recherche publique, la moyenne est inférieure à 30 % (titulaires d’une maîtrise compris ou non compris). L’identification n’est que culturelle. Elle reflète la reconnaissance d’une démarche professionnelle spécifiquement sociologique et la mise en œuvre, dans le travail, de connaissances acquises en cours de formation. Cependant, beaucoup de diplômés, exerçant en entreprise ou dans le secteur du conseil, soulignent l’inadéquation entre la formation sociologique et les pratiques appliquées, car elle privilégie une démarche fondée sur un modèle scientifique.

2La faiblesse d’identification professionnelle comme sociologue est aussi liée au flou disciplinaire et à la porosité des frontières de la sociologie. Elle se traduit par un recrutement hétérogène des étudiants venus se former à ses savoirs. Sur 189 diplômés appartenant à notre population, seuls 34 % ont suivi un seul cursus sociologique. Les autres sont venus en sociologie après avoir préalablement obtenu un diplôme dans une autre formation (28 %), ont complété leur cursus par un titre dans une autre discipline (23 %), ou ont suivi simultanément des études en sociologie et dans une autre formation (12 %).

3Par ailleurs, loin de reconnaître l’existence et la légitimité de multiples exercices professionnels de la sociologie, les diplômés intègrent un modèle principal de référence, celui du chercheur ou de l’universitaire. Parmi eux, 36 % le définissent comme un métier de scientifique, sur le mode de la rupture. Cette rupture s’établit avec le sens commun, mais aussi avec l’intervention, l’action, les finalités économiques, etc. Une conception œcuménique de la sociologie apparaît de manière minoritaire (10 %). Elle envisage de réconcilier en un même métier la fonction enseignante, la recherche et l’intervention. Néanmoins, dans sa forme idéale, le sociologue « vitrine » de la conception tripartite serait à l’image de ses partisans, à la fois enseignant, chercheur et praticien. En ce sens, cette conception ne paraît pas entièrement vouée à la défense des sociologues praticiens.

4Les éléments historiques permettent d’éclairer une situation qui n’est paradoxale qu’en apparence. D’une part, le degré de professionnalisation de la sociologie est assez faible. L’accès aux études est tardive. Les cursus suivis par les diplômés sont disparates. Le choix de l’entrée en sociologie et sa représentation met en exergue l’aspect intellectuel de la formation aux dépens de sa dimension professionnelle. Un tiers des répondants ne reconnaissent pas l’existence d’un métier de sociologue ou semblent être dans l’incapacité de le définir (11 % de non-réponses). Enfin, sur 189 répondants, seulement vingt et un sont membres d’une association de sociologie, parmi eux, dix-sept appartiennent au secteur académique.

5D’autre part, tout tend à indiquer, qu’en règle générale, la sociologie tient à se définir et à se présenter comme une profession scientifique, qu’elle s’est institutionnalisée comme telle, qu’elle a organisé sa formation selon ce modèle et qu’elle s’est professionnalisée dans ce sens. Par cela, le segment académique domine le métier de sociologue et le représente vis-à-vis du public. Une hiérarchie entre professionnels s’est établie. Elle conduit à ce que les non-académiques soient, sinon exclus du titre, du moins dévalorisés et fragilisés dans leur identité de sociologue. Cette réalité conduit les prétendants au titre de sociologue à affirmer leur identité selon deux grands modes. Le premier recourt au modèle scientifique, celui de la profession « théorique ». Le second mode se rapproche du modèle de la profession appliquée.

6Dans le cas du métier scientifique, être sociologue semble tenir plus à une appartenance large à la communauté académique qu’à une spécialité de formation acquise et mise en œuvre. Dans cet esprit, c’est la référence à la science en général et à ses institutions officielles – et non à la sociologie comme discipline, semblant n’être qu’une activité « parasite », selon l’expression de E. Freidson – qui confère un sens à la reconnaissance de soi et par autrui, comme sociologue. C’est en référence au statut d’universitaire ou de chercheur que les diplômés se reconnaissent sociologues et sont socialement reconnus comme tels. D’autres, mesurant l’écart entre leur pratique, ou plus simplement leur fonction, et celle de chercheur ou d’universitaire, ne se reconnaissent pas le droit de porter le titre. Dans le meilleur des cas, la sociologie ne constitue pour eux qu’un métier subjectif auquel ils s’identifient de manière intellectuelle, selon une dimension culturelle.

7Dans le cas de la profession appliquée, la reconnaissance comme sociologue se construit en rupture avec le modèle précédent. Ce n’est plus par la fonction, mais par la spécialité de formation, par le niveau de diplôme obtenu, que l’identité de sociologue est justifiée. L’expertise (ou la compétence) sociologique vient après. Cette logique d’identification va privilégier le modèle de la profession appliquée sur le mode de la psychologie. Les diplômés concernés par cette logique revendiquent une identité de sociologue, mais n’exercent ni à l’Université, ni dans la recherche. Deux paradoxes subsistent néanmoins. D’une part, les praticiens en milieu urbain, de l’entreprise ou de l’action sociale ne peuvent actuellement se faire reconnaître sans leur milieu d’action ; pas plus qu’ils ne peuvent se dirent sociologue puisqu’un tel label renvoie à un titre universitaire qu’ils n’ont pas. D’autre part, les diplômés dont l’identité se construit en rupture avec la définition traditionnelle du sociologue ont fortement intériorisé la domination académique. L’inertie pèse sur les représentations. On critique la domination, mais on y participe par désir de reconnaissance, par intériorisation des normes de l’exercice scientifique de la sociologie, pour asseoir la qualité scientifique de l’activité, quand bien même cette dernière n’a pas pour objet la science. Il existe bien une association professionnelle qui est censée les représenter, mais ils en sont étrangement absents, alors que les sociologues académiques y sont majoritaires. Peut-être la sociologie, par son mode de socialisation et par son marché scientifique, favorise-t-elle la rupture avec les diplômés qui ne sont ni universitaires, ni chercheurs. Peut-être s’en accommode-t-elle, car ces diplômés ne sont pas susceptibles de revendiquer des droits et de défendre des intérêts contraires à ceux des sociologues académiques et à la reproduction du modèle scientifique, sur lequel le métier de sociologue s’appuie.

8En conséquence, le degré de professionnalisation peut être plus ou moins élevé, mais il existe tout de même. Si, dans le cas de la sociologie, ce processus suit une tendance scientifique, c’est que le rapport de forces entre ce que E.C. Hughes appelle « l’universel » et « le particulier » ou la « théorie » et la « pratique » s’est plutôt établi en faveur du « segment » académique. Plus précisément, les enseignants et les chercheurs sont les seuls professionnels qui aient réussi à imposer, au nom de l’intérêt collectif, leurs valeurs, leurs pratiques, leurs savoirs. Par cela, ils contrôlent la sociologie en matière de socialisation, d’identité, de relations avec la clientèle et de représentation. C’est pourquoi il n’est pas paradoxal que, nonobstant le développement des applications et la technicisation de la recherche, les représentations de la sociologie restent traditionnelles et conformes au modèle fonctionnaliste de la profession. Les professionnels tentent toujours de diffuser auprès du public, et auprès des prétendants au titre, l’image la plus valorisante du métier. Or, le miroir qu’ils leur tendent repose, d’une part sur les critères culturels qui dominent dans la société, dont le métier souhaite obtenir la confiance. D’autre part, il s’appuie et reflète essentiellement les attributs qui caractérisent le groupe dominant, logiquement situé en haut de l’échelle de prestige (et sociale) du métier. Dans ces deux cas, il n’y a rien d’étonnant à ce que la sociologie soit représentée essentiellement sous ses atours scientifiques. Ceux-ci correspondent aux intérêts universels auxquels la profession est censée répondre et qui confortent les idéologies dominantes (J.-M. Chapoulie, 1973 ; C. Paradeise, 1985). De surcroît, la définition scientifique du métier s’harmonise avec les intérêts du groupe professionnel souverain. Il serait alors bien étonnant que celui-ci défende une conception appliquée de la sociologie, quand bien même elle s’accorderait aux évolutions de la recherche et au développement des activités praticiennes. Cette stratégie conduirait en effet à une « déprofessionnalisation » de la sociologie scientifique et menacerait sa certification professionnelle, sauf à envisager qu’elle accompagne cette « pression déviationniste », selon l’expression de Parsons (1961), d’une stricte division des formations et des fonctions professionnelles. Par cela, elle protégerait son professionnalisme. Autrement dit, la sociologie demeurant une discipline essentiellement pratiquée et dominée par des enseignants du supérieur et des chercheurs, l’enseignement, ses débouchés et le développement des pratiques sociologiques servent, avant tout, la reproduction de ce corps. À juste titre, J. Heilbron fait remarquer que celui-ci est donc peu enclin à « accepter une stratégie de professionnalisation qui se fasse au “détriment” des critères universitaires » (J. Heilbron, 1984, p. 69).

Trois questions sur l’avenir de la sociologie

9Face à l’augmentation des flux d’étudiants, à la tendance générale de professionnalisation des études et sur la base des résultats produits par notre recherche, trois questions se posent sur l’avenir de la discipline.

10La sociologie peut-elle continuer à être exclusivement définie comme une fonction scientifique et produire ainsi tant de « recalés » de la sociologie, pour reprendre une expression de R. Sainsaulieu, qui ne sont ni enseignants du supérieur, ni chercheurs. Si par son mode de socialisation scientifique, elle favorise ce qui peut être considéré comme une orthodoxie soutenue par son segment dominant, elle fait des praticiens des professionnels dévalorisés, et de la sociologie comme profession appliquée, un modèle déprécié. Pour ces mêmes raisons, ne prend-elle pas le risque de voir les diplômés déserter la formation ou d’y attirer les moins « fortunés » scolairement, comme l’indiquent les données plus récentes (C. Soulié 1994 ; ASES 1998). Dans un tout autre esprit, E.C. Hughes n’écrivait-il pas que, pour attirer les individus les plus doués et les persuader de poursuivre des études aussi longues que celle de droit, de médecine ou de sciences, il fallait être en mesure de leur assurer des revenus ou un prestige professionnel suffisants (E.C. Hughes, 1963, trad., 1996, p. 115).

  • 1 Ces constats ont été faits sur la base d’une recherche menée à la DEP (Direction de l’évaluation et (...)

11On peut se demander, également, si l’une des stratégies futures de la discipline pourrait consister à envisager la création d’une profession appliquée de sociologue. Serait-on à l’aube de l’ère praticienne ? Nous avons indiqué les réticences qu’aurait à surmonter une telle tendance. Il s’agit, notamment, de la crainte d’une subordination de la sociologie aux entreprises et à l’État, mais aussi de la fragilisation d’un monopole d’expertise pour les sociologues scientifiques. Par ailleurs, l’absence d’organisation autonome des sociologues praticiens semble affaiblir une telle hypothèse. En effet, si une organisation de la sociologie en profession appliquée ne peut aboutir à une égalité entre pairs (comme le voudrait la vision fonctionnaliste ou celle que donne à voir les professionnels), elle suppose une reconnaissance objective et subjective des applications ainsi que des sociologues praticiens. Elle nécessite, semble-t-il, que soient développés d’autres savoirs que ceux destinés à offrir une culture générale ou à produire des scientifiques. Elle doit aussi passer par une rupture de la part des praticiens avec l’intériorisation de la domination universitaire et scientifique. Or, au terme de cette recherche, nous avons réuni peu d’indices supposant qu’une telle réalité se dessine vraiment. Sur ce chapitre de la reconnaissance d’une sociologie plus praticienne, il n’est d’ailleurs pas certain que le développement des DESS apporte une réponse imparable ou idéale. Des données préliminaires invitent à noter le caractère souvent pluridisciplinaire de leur enseignements et de leur recrutement puisque, contrairement à la psychologie, les DESS de sociologie sont ouverts aux titulaires de maîtrises diverses (économie, psychologie sociale – sociologie – histoire – ethnologie1). Cette pluridisciplinarité a notamment comme conséquence que les débouchés offerts par les DESS de sociologie sont dans la majorité des cas définis en termes d’emplois ou de fonctions et non pas en termes de « métiers de sociologue ».

  • 2 Il est intéressant de signaler la très récente création, en mars 1998, d’une association de profess (...)

12Une autre stratégie consisterait-elle dans la fondation d’une nouvelle discipline à vocation pluridisciplinaire, « une discipline carrefour », comme le souhaitait E. Durkheim, et qui serait en accord avec la réalité des cursus de formation des diplômés en sociologie, « duettistes », « transfuges » et « convertis » ? Il est possible, compte tenu de la diversité des origines disciplinaires des sociologues (dont maints sociologues académiques), que la sociologie réunisse déjà un tel syncrétisme. Plus encore notre recherche indique que la stratégie professionnelle menée par les sociologues s’appuie précisément sur cette pluridisciplinarité. Car ce n’est pas la majorité des diplômés initiés au terme d’une formation précoce et longue que l’on retrouve dans les secteurs les plus propices à favoriser une pratique de la sociologie, et notamment dans ceux où les sociologues sont institutionnellement reconnus. Ainsi la sociologie ne puise pas dans son propre vivier pour se reproduire. Au contraire, la reproduction du corps professionnel des sociologues repose pour une part importante sur « les convertis ». Ces diplômés issus de divers horizons universitaires, professionnels et formés sur le tard à la sociologue (50 % sont venus directement en DEA) occupent une position « clef », parmi les diplômés et dans les emplois académiques. Ce sont eux qui développent le plus facilement des identités de sociologues, qui font une carrière universitaire et, qui, dans ces lieux, tendent à faire évoluer la conception traditionnellement académique du métier. Faut-il alors que la sociologie attire encore davantage d’étudiants venus ailleurs ? Faut-il qu’elle supprime ses premiers cycles ? Faut-il encore qu’elle multiplie les formations destinées aux professionnels désireux de s’initier aux sciences sociales et susceptibles de se reconvertir à elles2 ?

13Il n’est pas de notre ressort de prédire la direction que prendra la sociologie, ni d’entrer dans un débat sur l’intérêt d’évoluer vers une professionnalisation plus appliquée ou de maintenir l’orientation scientifique vers laquelle jusqu’alors tend la professionnalisation de la sociologie. Nous pouvons simplement penser que le déséquilibre entre ces deux tendances se maintiendra tant que les diplômés consentiront à accepter le fossé existant entre la manière dont la discipline se présente et socialise ses étudiants et la réalité des pratiques professionnelles auxquelles se destine son public. Mais pour cela, encore faut-il que les contreparties professionnelles soient suffisantes, ce que sont loin d’attester les dernières données fournies par le CEREQ (Martinelli. 1994). Pour les titulaires d’un doctorat, la situation est encore plus difficile. Pour eux, le consentement au déséquilibre est moins évident, car ils sont plus nombreux à désirer exercer comme sociologue, à être reconnus comme tels. C’est très certainement pour ces diplômés, dont les effectifs ne cessent d’augmenter depuis le début des années 90, que la justification scientifique est la plus difficile à accepter. Cela vaut bien entendu essentiellement pour ceux qui n’ont pu et ne pourront pas intégrer l’enseignement ou la recherche, mais qui souhaitent prétendre à cette reconnaissance.

Notes

1 Ces constats ont été faits sur la base d’une recherche menée à la DEP (Direction de l’évaluation et de la prospective) et de données préliminaires issues d’une recherche en cours sur l’offre d’enseignement en sociologie conduite par D. Guerritsen et à laquelle nous participons.

2 Il est intéressant de signaler la très récente création, en mars 1998, d’une association de professionnels en sociologie (l’APSE : Association des professionnels en sociologie de l’entreprise), à l’initiative de professionnels « convertis » à la discipline et à son exercice, issus d’un cycle de formation continue de sciences-po-formation dirigé par Renaud Sainsaulieu.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search