Version classiqueVersion mobile

La sociologie des sociologues

 | 
Odile Piriou

La professionnalisation de la sociologie : une interprétation théorique de la relation formation / emploi

Texte intégral

Le degré de professionnalisation de la sociologie

L’engagement dans la formation

1La formation à un titre ou à un métier est un enjeu majeur pour les fondateurs d’une nouvelle science. Il ne suffit pas que celle-ci soit dotée d’un statut scientifique reconnu, il faut surtout qu’elle soit érigée en un corps de professionnels qui aura pour tâche de l’organiser, de la développer et de la faire perdurer. Pour cela, la science doit acquérir un statut universitaire reconnu et organisé professionnellement. L’acquisition de ce statut requiert une institutionnalisation, c’est-à-dire l’organisation de la science en discipline et en cursus d’enseignement autonome, grâce à laquelle elle dispense un corps de savoirs spécifiques, délivre des titres et, par conséquent, produit des experts formés à ces savoirs. Mais ce processus général n’est pas aussi uniforme et régulier qu’il y paraît. Par exemple, les approches interactionnistes indiquent que toutes les disciplines ne suivent pas une même évolution, un même degré de professionnalisation, ni ne valorisent les mêmes éléments pratiques et symboliques, dans leurs efforts pour se professionnaliser. Selon E.C. Hughes, l’un des indices du niveau de professionnalisation d’une discipline ou d’un métier est évaluable à travers les efforts que le groupe professionnel consacre à l’organisation de la formation. Pour cela, le groupe intensifie les critères de sélection à l’entrée, tout en la rendant plus précoce (Hughes, 1971). Sur la base de ces trois indices : entrée dans la formation, itinéraires universitaires et professionnels et identification à la sociologie, nous estimons que le degré de professionnalisation atteint par la sociologie est relativement faible.

2Notre investigation empirique a révélé que l’entrée en sociologie est assez tardive. 57 % des répondants ont plus de 27 ans à la fin de leurs études. Ils peuvent être considérés comme étant venus en sociologie après une formation universitaire initiale ou en formation continue. Ce chiffre laisse supposer que la majorité des diplômés viennent d’horizons divers et qu’un certain nombre arrive en sociologie après avoir connu d’autres expériences, notamment universitaires et professionnelles. De fait, 54 % ont obtenu un ou plusieurs diplômes avant de s’inscrire en sociologie. Parmi eux, 50 % sont entrés directement en troisième cycle et 31 % ont suivi ce cursus en formation continue. Les origines universitaires de ces « convertis » à la sociologie correspondent principalement à des premiers ou seconds cycles universitaires de sciences sociales ou humaines et à des diplômes donnant accès aux professions de la santé et du travail social. Les origines professionnelles sont diverses, mais la majeure partie se situe dans la catégorie des professions intermédiaires (cf. tableau 59).

3Le faible degré d’organisation de la formation est aussi perceptible à travers la diversité des cursus universitaires suivis par les diplômés. En plus des « convertis », nous avons identifié deux autres itinéraires de formation : le premier est suivi par les « duettistes » (29 %), le second par les « transfuges » (25 %). Si l’on exclut les sociologues « purs » et les « convertis », on estime que 37 % de la population étudiée s’appuient sur une pluralité de titres pour parfaire leur réussite professionnelle en prévoyant d’autres alternatives universitaires à la sociologie. Ces diplômés élaborent donc des stratégies destinées à se doter d’un autre diplôme pour suppléer à une formation faiblement professionnalisée, c’est-à-dire mal reconnue sur le marché du travail. On s’étonne moins de ces résultats puisqu’on observe qu’à l’époque où ces diplômés ont été formés (à la fin des années 70 et au début des années 80), la question des applications professionnelles n’était pas une préoccupation des enseignants et des étudiants. La sociologie était avant tout perçue comme une formation (théorique et non pratique) susceptible d’apporter des connaissances répondant à des interrogations d’ordre personnel (familial), intellectuel ou politique.

Le devenir professionnel

4Par ailleurs, le faible degré de professionnalisation de la sociologie est patent si, à l’instar de E.C. Hughes, on considère qu’un haut degré de professionnalisation suppose que la formation est en mesure d’assurer à ses détenteurs des revenus et un prestige professionnel élevés. L’insertion professionnelle des diplômés en sociologie est désavantageuse en comparaison de maintes autres, notamment de la psychologie, de l’économie. L’insertion des répondants est lente, caractérisée par un taux de chômage (avant le premier emploi) important et par l’occupation d’emplois précaires. Les salaires perçus par les répondants sont très comparables à ceux relevés pour les diplômés de lettres et sciences humaines. En revanche, ils sont plus faibles que ceux déclarés par les titulaires d’un diplôme de second ou troisième cycle (DEA, DESS) de droit, de sciences économiques ou de gestion (CEREQ, 1977, pp. 18-22).

5En second cycle et à la sortie du DEA, la catégorie des emplois occupés par les répondants est moins prestigieuse que celle qu’offre l’ensemble des autres disciplines, tous domaines confondus : lettres, philosophie, physique, psychologie, droit, etc. aux mêmes dates de sortie de l’enseignement supérieur (1984). Selon nos données, proches de celles recueillies par le CEREQ, seulement 16 % des titulaires d’une maîtrise et 24 % des diplômés d’un DEA accèdent à la catégorie cadres (CEREQ, 1989). Des observations plus récentes montrent que nos résultats sont encore d’actualité. En 1991, la sociologie se retrouve fréquemment en queue de peloton des disciplines avec les filières arts et langues étrangères appliquées. Le CEREQ fait d’ailleurs un constat assez misérabiliste, en signalant que la sociologie offre des perspectives médiocres en matière d’insertion, avec une tendance à la précarité et des salaires peu élevés, que les débouchés dans l’enseignement qui se limitent essentiellement aux emplois d’instituteurs jusqu’en DEA et que seul le doctorat permet l’accès à l’enseignement supérieur.

6À ces niveaux d’étude, les débouchés professionnels des diplômés en sociologie recouvrent essentiellement des emplois de catégorie intermédiaire, et plus particulièrement ceux occupés dans le secteur du travail social, de la formation et de la santé. Mais ce marché du travail n’est pas directement imputable à la formation, c’est-à-dire à sa correspondance avec des filières d’activité. Il s’explique en grande partie par l’importance des professionnels, « les convertis », issus de ces secteurs venus homologuer des responsabilités professionnelles, améliorer leurs compétences ou se reconvertir. Il se justifie, en outre, par le nombre assez élevé de diplômes complétant la sociologie et préparant à l’entrée dans les domaines du travail social, de la santé ou de l’enseignement primaire, détenus par les sociologues « duettistes » et « transfuges ». Ainsi, la faible professionnalisation de la sociologie permet aussi une mobilité importante des individus entre différentes voies professionnelles et universitaires. Elle favorise en amont les entrées tardives et, en aval, les reconversions. Nos observations se vérifient particulièrement dans le secteur académique où une proportion importante des enseignants universitaires et chercheurs de la fonction publique vient d’horizons universitaires et professionnels variés (cf. tableau 41). Cette situation avait bien été perçue par E.C. Hughes qui tenait à souligner l’intérêt d’une faible professionnalisation de la sociologie.

« Si la décision d’entrer dans la formation est placée trop tôt, nous pourrions empêcher ce type d’intérêt plus tardif qui nous a donné beaucoup de nos meilleurs sociologues. En effet, sous cet aspect, la sociologie ne s’apparente pas à une profession mais à une spécialité dans la profession plus large que serait l’étude des comportements humains. Si nous appliquions des règles trop rigides d’admission et de formation nous pourrions trop limiter la circulation [mobilité] des personnes [...]. Plus encore, il est bien possible que l’intérêt pour l’analyse scientifique des sociétés, d’un point de vue sociologique, soit un choix d’adulte, un signe de maturité, dérivé d’une autre formation, dérivé d’une autre expérience. Notre problème est de développer des dispositifs pour former les personnes à un haut niveau de compétences théoriques et techniques, sans trop restreindre la mobilité d’une branche à une autre des sciences sociales ou à d’autres professions sans limiter les choix, à un âge trop précoce » (E.C. Hughes, 1971, p. 468).

7Pour comprendre les enseignements que l’on peut tirer de la professionnalisation à travers l’organisation de la formation, il convient de rappeler brièvement les enjeux qu’elle implique. Selon R. Bûcher et A. Strauss, la formation au métier est l’un des outils par l’intermédiaire duquel les segments professionnels exercent leur pouvoir de normalisation (1961, trad., 1992). En bref, la formation permet de façonner des professionnels (convertissant une identité personnelle en une identité professionnelle) qui se conforment aux règles, aux valeurs, aux pratiques et aux rôles que le groupe dominant fixe pour la majorité des membres. En toute logique, moins le degré d’organisation de la formation est élevé et moins, semble-t-il, les moyens de normalisation et d’endoctrinement sont efficaces. Pourtant, cela n’est pas conforme à nos observations. D’une part, on constate que si le faible degré de professionnalisation de la formation limite la propension à assumer une identité de sociologue, il n’exclut pas l’intériorisation de stéréotypes professionnels par les étudiants. D’autre part, on remarque que c’est la tendance « théorique » ou « pratique », selon l’expression de E.C. Hughes (1971), vers laquelle tend la professionnalisation de la discipline, plus encore que son degré d’organisation, qui joue un rôle dans le domaine de la normalisation professionnelle.

L’influence sur l’accès au titre

8Peu de diplômés s’identifient professionnellement à la sociologie. Sur l’ensemble de la population, 33 % assument une telle identité, mais seulement 8 % des titulaires d’une maîtrise, 23 % d’un DEA et 53 % d’un doctorat. L’identification à la sociologie selon la dimension culturelle est un peu plus fréquente (53 %), mais elle concerne surtout les diplômés d’un DEA (32 %), beaucoup moins les titulaires d’une maîtrise (11 %). Ces chiffres impliquent que les conversions professionnelles sont assez faibles parmi les répondants. De surcroît, ils signalent que ces conversions ne se réalisent qu’en toute fin de parcours universitaire. Le faible degré d’organisation de la sociologie est une première explication pertinente de cette situation. C’est en tout cas celle que M. Amiot propose. Il souligne l’extrême hétérogénéité de la formation, la porosité de ses frontières et la faible identité de la sociologie, à l’extérieur comme à l’intérieur de son cadre institutionnel (M. Amiot, 1984).

9Selon l’auteur, le faible contrôle qu’exercent les sociologues sur leur formation, et par conséquent le moindre degré d’organisation de cette dernière, se traduit, à l’extérieur, par la diffusion incontrôlée des enseignements sociologiques. Cette carence conduit à ce que « la sociologie soit assez souvent enseignée en dehors des départements universitaires de spécialité, par des sociologues improvisés, que leur formation initiale ne prépare pas à cette activité » (1984, p. 284). Au sein de son propre cadre institutionnel, la sociologie délimite difficilement ses frontières, notamment dans les formations de troisième cycle : DEA, DESS. Ainsi, les étudiants, dont les mémoires sont considérés comme trop marginaux en géographie, en économie ou en lettres, trouveraient refuge en sociologie après avoir été repoussés par les enseignants de leur formation d’origine. La sociologie serait poreuse : « On lui demande d’accueillir ce que les disciplines voisines rejettent à leur périphérie » (M. Amiot, 1984, p. 285).

10L’hypothèse formulée par les membres de la Société française de sociologie, d’une fragile frontière disciplinaire de la sociologie et du faible degré d’organisation de sa formation s’accorde avec nos observations. Parmi les 20 diplômés titulaires d’un doctorat en sociologie qui ne s’identifient pas professionnellement comme sociologues, l’inscription en sociologie est clairement due au fait que la formation accueille volontiers des sujets de thèses marginaux. Or, ces thèses sont réalisées par des étudiants issus d’autres disciplines, qui n’ont pas été initiés à la sociologie. Manifestement, ses frontières avec l’anthropologie, l’économie, la psychologie sociale ou les sciences politiques sont floues. Par exemple, ce répondant, venu de l’économie, s’est inscrit directement en doctorat de sociologie, parce qu’un professeur (sociologue) avait conduit des recherches sur le même thème que celui sur lequel portait sa thèse et qu’il avait accepté de la diriger. Une autre diplômée, en lettres, a rejoint la sociologie parce que son sujet de recherche était jugé trop éloigné des thèmes traditionnellement traités dans sa discipline d’origine. « La sociologie était la seule capable d’intégrer ma thèse sur les “autobiographies d’ex-communistes” » précise cette répondante. Mais, poursuit-elle : « C’était une déviation par rapport à ma formation initiale », qu’elle réintègre dès l’obtention de son doctorat, afin de devenir enseignante en lettres. Selon un maître de conférence, son rattachement à la sociologie est un peu arbitraire. Il a suivi une formation d’anthropologue et se définit comme tel. D’après un chargé de recherche dans la fonction publique, sa culture disciplinaire est celle d’un spécialiste des sciences politiques et il se définit comme tel. Ces quelques exemples ne font que refléter la diversité des thèmes de recherche (traités par nos diplômés), dont beaucoup peuvent apparaître au carrefour de plusieurs disciplines.

11En outre, cette porosité disciplinaire explique que, parmi les répondants, des enseignants universitaires et des chercheurs ne se définissent pas comme sociologues, ni culturellement, ni professionnellement. Soit ils n’enseignent pas la sociologie ou n’effectuent pas de recherches dans ce domaine ; soit ils enseignent en sociologie, dans des matières optionnelles, sans être sociologues. Cette situation semble donc, non seulement affaiblir l’identité des diplômés, mais aussi celle du corps académique. Parmi ceux qui se définissent comme des sociologues, nos observations indiquent que maints universitaires et chercheurs viennent de disciplines et de milieux professionnels divers. L’enquête réalisée par la Société française de sociologie fait également ressortir une diversité de situations dans le corps académique. « À un pôle, là où le corps enseignant est le plus hétérogène [...], la sociologie est déchirée entre une multiplicité de conceptions » (M. Amiot, 1984, p. 285). Didier Demazière signale, lui aussi, l’hétérogénéité du milieu académique. Il est divisé sur « les manières de faire de la sociologie » (théories, paradigmes, thèmes et secteurs), mais aussi sur ses conceptions du métier de sociologue (rôle plutôt interventionniste et technique et rôle plutôt social et critique) (D. Demazière, 1986, 1987). Cependant, l’auteur souligne qu’au-delà des divisions internes, il existe une identité commune, un ancrage scientifique que partagent les sociologues académiques. C’est aussi ce que nous observons.

12L’identification des enseignants du supérieur et des chercheurs à la sociologie repose sur le sentiment d’une appartenance à la communauté scientifique. Les sociologues

« se définissent avant tout comme des chercheurs ou des enseignants de domaines fondamentaux. Ils marquent ainsi leur rattachement à un groupe de référence (ou d’appartenance) : les scientifiques et, simultanément, se démarquent des autres chercheurs en sociologie (ceux qui n’appartiennent ni au CNRS, ni à l’Université) ». (D. Demazière, 1987, p. 43).

13Cette communauté d’appartenance, cette unité, repose bien sur la science, clef de l’identité des sociologues académiques. Elle conduit donc, malgré des écarts vis-à-vis des conceptions du métier de sociologue, à les opposer fondamentalement aux praticiens et à instituer une frontière claire entre ces deux pratiques. D. Demazière signale que, dans cet univers de référence :

« la recherche sociologique, n’est pas la recherche-action, elle n’est pas non plus recherche pour une action, en vue d’une action. Elle comporte des finalités propres et doit être faite, pour elle-même, en dehors de toute finalisation, instrumentalisation, application, opérationnalisation » (D. Demazière, 1987, p. 43).

14Même si elle ne reflète que partiellement la réalité, l’idée d’une infrastructure scientifique ou universitaire, communautaire, est bien présente dans les discours des répondants à l’enquête. Au demeurant, elle est, selon eux, la seule qui soit susceptible de représenter une éventuelle communauté de sociologues. Les répondants justifient cette conception par le fait que les instances académiques sont les seules unités professionnelles organisées en sociologie. Elles offrent une identité stable et reconnue de sociologue. Elles disposent de lieux de convivialité, de rituels, d’organes de représentation, etc. C’est à cette représentation académique de la sociologie que nous allons consacrer nos prochains développements.

« Ah ! Dans le monde scientifique, il y a des communautés scientifiques tournées autour d’une discipline. Ce serait ça, ce que j’appelle le monde ou la communauté sociologique » (formateur, doctorat).
« Oui, il existe une communauté des sociologues. Elle est assez éclatée, mais elle existe. On partage en commun des auteurs, des concepts, des théories, des savoirs. J’ai vu une fois l’expression de cette communauté à un congrès mondial de sociologie. Et c’est un peu effrayant, mais elle existe. Je crois que la sociologie est une discipline qui a une identité. Y a une communauté et des sous-communautés. Mais il y a un fond commun comme dans toutes les disciplines » (chargé de recherche CNRS, doctorat).
« Quand on est engagé dans ce travail, on se coupe irrémédiablement de l’ensemble de la communauté scientifique, du milieu académique » (sociologue conseil en libéral, doctorat).

15Ainsi, un second facteur explique que la socialisation professionnelle des diplômés se concrétise plus en une identification culturelle qu’en une reconnaissance professionnelle comme sociologue. La faible professionnalisation de la sociologie concerne surtout les domaines situés à l’extérieur de l’Université et de la recherche publique. Qu’il s’agisse de l’organisation de la formation, de son marché du travail, des représentations du métier (figures professionnelles ou associations), la professionnalisation de la sociologie fait valoir une tendance « théorique » ou scientifique. Cette stratégie collective explique aussi que, en deçà du doctorat, les diplômés éprouvent des difficultés à mettre en œuvre dans leur travail des savoirs sociologiques, à les légitimer vis-à-vis des employeurs et à revendiquer une identité professionnelle comme sociologue ou à l’imposer. Le processus de professionnalisation suppose en effet que les disciplines ou les métiers mettent en œuvre des stratégies visant à constituer et à étendre leur monopole d’expertise, à imposer l’utilité sociale du corps professionnel. Or, il semble que c’est essentiellement dans le cadre universitaire et dans la recherche que la sociologie ait réussi à constituer un corps de spécialistes.

La professionnalisation « théorique » de la sociologie comme facteur de normalisation professionnelle

L’organisation scientifique de la formation

  • 1 E. Morin, à propos de la formation des sociologues en France, Rapport du congrès de Liège, Associat (...)
  • 2 G. Friedmann et J.R. Tréanton, Remarques sur les responsabilités et les activités professionnelles (...)
  • 3 Dans ce même esprit, les sociologues préconisent une diffusion plus large de la sociologie, auprès (...)
  • 4 EPHE (École pratique des hautes études). La sixième section de l’EPHE est devenue l’EHESS (École de (...)

16L’un des efforts auxquels les sociologues d’après-guerre se consacrent est l’organisation de la formation et, par conséquent, celle de la production de professionnels. En 1953, Georges Friedmann, Edgar Morin1 et Jean René Tréanton2 émettent plusieurs recommandations, pour développer la formation en sociologie (congrès de Liège, 1953). Il est nécessaire, disent-ils, de diffuser et de développer les sciences sociales dans l’enseignement secondaire et supérieur, pour sensibiliser les Français aux humanités « anthropo-sociologiques », afin que les modes de penser l’homme et la société ne soient plus le seul fait des humanités classiques et politiques3. Il convient d’organiser une formation complète et autonome en sociologie. Enfin, il importe de développer les débouchés et les pratiques sociologiques. À la suite de la licence, des établissements mixtes – enseignement et recherche – doivent être conçus. Ils joueraient le rôle de transformateurs pratiques, où l’étudiant serait initié à la recherche par la recherche. L’une des premières tentatives destinées à améliorer la formation scientifique en sociologie est l’EPRASS (École préparatoire à la recherche approfondie en sciences sociales). Ce centre de formation à la recherche, créé sous l’égide de la sixième section de l’EPHE4, peut être considéré comme l’ancêtre du DEA (diplôme d’études approfondies) et disparaît d’ailleurs à la création de ce diplôme, décrétée par arrêté du 5 avril 1974, instituant aussi la création du DESS (diplômes d’études spécialisées supérieures).

  • 5 Il est important de rappeler que M. Crozier a été l’un des plus ardents partisans d’une conception (...)

17Plus tard, un projet, plus orienté vers l’application des connaissances sociologiques, entrepris notamment par M. Crozier5, J.-D. Reynaud, F. Bourricaud, R. Sainsaulieu et H. Mendras, débouche sur la création de l’ADSSA (Association pour le développement des sciences sociales appliquées). La vocation de cette association est double. Elle est destinée, d’une part à former des chercheurs de terrain, et d’autre part à dispenser des enseignements sociologiques à des professionnels désireux de s’initier aux sciences sociales. Les entreprises et les administrations participent au financement de la recherche et, par conséquent, à celui de la formation. À l’instar de l’EPRASS, la création du DEA signe l’interruption des activités du centre de formation. La majorité des fondateurs choisit d’ailleurs de créer son propre DEA, destiné à délivrer un savoir applicable par la recherche, plutôt que de développer une formation orientée vers des pratiques non scientifiques. Ce choix est représentatif de la politique plus générale que les sociologues vont mettre en place pour organiser leur formation. Tout au long des années 80, les sociologues créent de nombreux DEA et, semble-t-il, extrêmement peu de DESS. En 1985, on recense, à l’échelon national en sociologie, trois cent cinquante-trois diplômés en DEA et douze diplômés en DESS. Certes, l’effectif de ces derniers augmente d’année en année. En 1995, il atteint le chiffre de cent-quatre-vingt dix, mais il demeure faible. La dernière information délivrée par notre recensement montre qu’en psychologie tous les DESS recensés portent l’intitulé de la discipline. En sociologie moins de dix DESS sur cent quatre-vingt-dix font apparaître explicitement le rattachement disciplinaire. En revanche, les DEA incluent pour la plupart la sociologie dans leur titre. Les modes d’identification des diplômes et les effectifs comparés des DEA et des DESS indiquent que la sociologie a fait le choix de l’académisme, tout au moins celui d’une formation à vocation strictement scientifique. La liste communiquée par J.-P. Durand et R. Weil va dans le sens de notre constat. En 1989, les auteurs dénombrent (hors ce qu’ils intitulent les « parasociologies » : démographie, droit social, etc.) 12 DESS et 52 DEA de sociologie (J.-P. Durand, R. Weil, 1990, pp. 573-577).

18Par rapport à la psychologie ou aux sciences économiques, cette réalité est encore plus criante. Ces deux disciplines développent nettement plus de formations, favorisant une professionnalisation extérieure à l’Université, tout en conservant des écarts moindres entre les deux types de diplômes (DEA, DESS) (cf. tableau 60). Il est vrai que des enseignements de sociologie peuvent figurer au programme de DESS d’économie ou de gestion, mais la différence d’orientation est patente, comme font montré nos résultats sur le devenir des diplômés.

19L’organisation scientifique de la formation implique que la socialisation favorise le segment académique aux dépens de l’exercice praticien de la sociologie. Elle n’entrave pas totalement la valorisation professionnelle des savoirs acquis en cours de formation, mais en limite la portée. En sociologie : « On manque d’outils opératoires pour exercer en entreprise », dit ce diplômé. Pour la grande majorité des diplômés interviewés, connaissances acquises et savoir-faire sont inadaptés à un exercice praticien de la sociologie. Cette incompatibilité doit beaucoup à la représentation académique du métier de sociologue, entendu avant tout comme un métier de chercheur. Quant à l’identité professionnelle, il convient de rappeler que des trois éléments qui s’avèrent décisifs pour sa réalisation : l’insertion dans un laboratoire de recherche, la publication d’articles ou d’ouvrages et l’accès à un emploi d’enseignant du supérieur ou de chercheur, c’est ce dernier qui est déterminant. C’est pourquoi nous faisons le constat que l’identité professionnelle est le résultat d’une socialisation tardive qui témoigne bien du poids et du pouvoir des instances académiques. En conséquence, c’est bien la tendance scientifique vers laquelle tend le métier – et non son degré de professionnalisation – qui détermine, en grande partie, l’identification à la sociologie. Cette corrélation explique que ce sont les « convertis », plus nombreux à détenir un doctorat et à appartenir aux secteurs académiques, qui assument le plus aisément une identité professionnelle comme sociologue. Pourtant, leur entrée dans la formation est moins précoce et moins longue, que les autres cursus universitaires, y compris les « purs ». Ainsi, l’accès au titre de sociologue dépend moins d’une longue initiation et de l’affiliation à la sociologie que de l’appartenance aux fonctions d’enseignement et de recherche.

L’organisation scientifique du marché du travail

20Ces différences d’orientation vis-à-vis de l’organisation des formations (DEA, DESS) s’observe, au-delà des diplômes, à travers les débouchés professionnels. Comme nous l’avons indiqué dans le second chapitre, on peut relever l’opposition, décrite par V. Karady, entre les disciplines issues des facultés de lettres et celles intégrées dans les facultés de droit, mais aussi la tradition médicale de la psychologie. L’organisation « humaniste » de la philosophie, de l’histoire ou de la géographie favorise, plus fréquemment qu’en sociologie ou en psychologie, les débouchés dans le secteur de l’enseignement secondaire et ce, dès le second cycle. Cette correspondance s’explique par la présence ancienne et conséquente de ces enseignements au niveau des classes de terminale. Elle assure, comme le souligne C. Soulié à propos de la philosophie, l’« existence matérielle d’un groupe de professionnels » qui procure à ces disciplines une audience certaine auprès d’un large public (C. Soulié, 1994, p. 392-393).

21Certes, la sociologie est aujourd’hui enseignée dans le secondaire, notamment au sein des filières économiques et sociales, mais il s’agit d’un enseignement naissant et de moindre importance par rapport à l’économie. Comme bien de nouvelles branches de connaissances, son enseignement est essentiellement dispensé à l’Université. Le recrutement contemporain des enseignants repose, pour ces disciplines, non sur l’agrégation, mais sur le doctorat « La sociologie, comme la psychologie, dès le niveau de troisième cycle, ne mène pas à l’enseignement, [...] mais présente en revanche un fort taux d’accès au troisième cycle (51 %). » (A. Chariot, 1987, pp. 53-74).

22Cependant, il existe une différence majeure entre les types de troisième cycle auxquels ces deux disciplines conduisent. En psychologie, l’arrêt, à ce niveau d’études, s’effectue principalement en DESS, à l’instar des disciplines dites de type « caméraliste ». Il permet principalement l’accès aux fonctions de cadres supérieurs et, plus précisément, à des emplois de psychologues (entre 20 et 30 % environ) (CEREQ, 1987). L’orientation professionnelle de la formation en psychologie, sur le modèle de la médecine, se confirme.

23En sociologie, l’accès à la catégorie cadres s’accomplit en troisième cycle (DEA, DESS) et favorise plutôt l’entrée dans la fonction publique (25 %) et l’occupation d’emplois de recherche-étude (16 %) (CEREQ, 1987). Nos données confirment ces orientations professionnelles, tout en signalant qu’il existe peu de différence entre les titulaires d’une maîtrise et d’un DEA quant à l’accès aux catégories socioprofessionnelles supérieures. Après la thèse, les principaux emplois sont pourvus, quelles que soient les disciplines, à l’Université, dans des emplois d’enseignement et de recherche. Les cadres des entreprises et les professions libérales sont plus nombreux dans les disciplines de type « caméraliste » (droit et sciences politiques, économie et gestion). En revanche, la proportion de chercheurs de la fonction publique (et assimilés) est plus importante en sociologie et en physique que dans la plupart des autres branches de connaissance. Ce résultat corrobore le marché scientifique de ces deux formations (cf. tableaux 61-62).

24L’orientation scientifique de la sociologie, tant en ce qui concerne sa formation que son marché du travail, ne manque pas d’influencer l’intériorisation de stéréotypes et d’identités professionnels en adéquation avec cette orientation. Ces stéréotypes, acquis en cours de formation, valorisent grandement l’aspect scientifique de la formation et de la pratique sociologique. Par ailleurs, la socialisation avalise une division sociale du travail, une segmentation au sein même du métier. Cette division, qui s’appuie sur des critères sociaux, correspond à une hiérarchie de prestige, d’activités et de rôles (ou d’identités) entre les étudiants formés au métier et les professionnels qu’ils deviennent (E.C. Hughes, 1970, A. Strauss et R. Bucher, 1961, trad., 1992).

25D’une part, nos observations montrent que les fonctions académiques sont principalement occupées par les enquêtés issus d’une catégorie sociale élevée ou moyenne. Celles-ci sont reconnues comme correspondant exactement au titre de sociologue. D’autre part, nos résultats indiquent, qu’au sein de la recherche scientifique, les fonctions les plus élevées (chercheurs) sont occupées par les hommes, les femmes étant plus fréquemment ingénieurs d’étude. Or, ce sont ces fonctions qui procurent à leurs détenteurs l’identité professionnelle la plus stable et légitime. En revanche, les autres activités ne bénéficiant pas d’une correspondance étroite avec la formation, suscitent plus de difficultés à ceux qui les occupent quant à assumer leur identité de sociologue ou à la faire reconnaître. Pour cette raison, et comme le décrivait E. Hughes, certains individus vont donc tenter de modifier les critères d’accès au titre, et par conséquent à l’identité professionnelle. Pour cela, ils proposent d’autres rôles, d’autres valeurs, et d’autres représentations que ceux traditionnellement véhiculés par la socialisation au métier (E.C. Hughes, 1970).

Le poids des instances académiques sur l’identification à la sociologie

26Si l’on reprend la distinction réalisée par H. Becker et J. Carper (1962), on serait tenté de dire que l’identification des étudiants de sociologie au titre qu’ils portent est similaire à celle des étudiants en physiologie et en philosophie.

27D’une part, pour la majorité des diplômés enquêtés, le titre de sociologue correspond à une activité scientifique. Comme pour l’ensemble des étudiants en physiologie, elle est, pour beaucoup, l’unique activité qu’un sociologue peut exercer, car elle répond aux normes de la démarche sociologique et à l’éthique du sociologue. Tout comme les étudiants en physiologie, la réussite professionnelle et l’identité professionnelle sont donc essentiellement limitées aux domaines de l’enseignement supérieur et de la recherche. Elles sont aussi subordonnées à leurs critères : expérience de recherche, publication, mais aussi constitution d’un réseau relationnel. À l’instar des étudiants en physiologie, la majorité des docteurs en sociologie (67 %) ont obtenu leur premier emploi par l’intermédiaire d’un professeur. Enfin, pour se convaincre de l’importance du segment académique dans les représentations des répondants, il suffit de se rappeler que la très grande majorité des praticiens que nous avons interviewés avaient embrassé une carrière par défaut, après plusieurs tentatives malheureuses pour entrer à l’Université ou au CNRS. Les fonctions académiques offrent, plus sûrement que toutes autres activités occupées par ailleurs, l’assurance d’une identification comme sociologue. Elles permettent aussi d’exercer une pratique conforme à l’idée que la plupart se font de l’exercice de la sociologie.

28Cependant, si le caractère scientifique du titre de sociologue confère prestige et légitimité à ceux qui s’y identifient professionnellement, il n’est pas assimilable à la spécialité disciplinaire. Très clairement, les diplômés devenus sociologues académiques défendent leur appartenance au métier de sociologue en développant des arguments en relation avec le prestige de leurs fonctions, plutôt qu’avec leur spécialité d’appartenance. Ici, la référence à la nature « organisationnelle » du métier, telle que E.C. Hughes l’a définie, s’impose (E.C. Hughes, 1971). Dans le cas de la sociologie, il semble que ce soit, non pas l’affiliation disciplinaire, mais plutôt l’organisation ou l’institution dont dépend l’exercice du métier de sociologue qui influence l’identification professionnelle des diplômés.

29En effet, contrairement aux étudiants en physiologie, qui rattachent les attributs essentiels du métier à la place tenue par la physiologie dans le champ des sciences, les sociologues enseignants du supérieur et chercheurs ne se lancent guère dans des discours établissant la supériorité de la spécialité sociologique. La fierté du titre est essentiellement une fierté liée au prestige que confère l’appartenance à la communauté scientifique. C’est elle qui légitime l’accès au titre de sociologue. C’est sur cette base que se construit l’identité professionnelle, plus que sur la spécificité de la discipline sociologique ou sur la croyance en son éventuelle suprématie. En conséquence, on se risquerait à croire que l’identification à la sociologie se construit bien, pour paraphraser E. Freidson, sur un mode « parasite ». En ce sens, elle s’établit sur un mode inséparable, dans les représentations des diplômés, de l’activité académique (universitaire ou scientifique). Elle ne paraît exister qu’« à la manière des plantes végétales comme parasite de l’autre » (E. Freidson, 1986, p. 434).

30Ce « parasitage » de l’activité scientifique, par la sociologie, a une autre conséquence. Il conduit la majorité des diplômés, à l’instar des diplômés de philosophie, à n’attacher que peu d’importance au titre. L’écart entre la formation académique et les emplois occupés leur paraît si grand que, pour bien des diplômés (67 %), l’identification à la sociologie relève avant tout d’une attitude intellectuelle. La sociologie ne serait alors pensée que comme un « métier subjectif », selon les termes de E. Freidson. Le métier-ou la profession « objective », celle à laquelle les diplômés s’identifient professionnellement – correspond à l’emploi qu’ils occupent et pour lequel ils sont rémunérés. Celui-ci recouvre des intitulés divers. Seuls quelques praticiens revendiquent une identification professionnelle, selon des critères qui diffèrent de l’appartenance aux secteurs académiques (enseignement et recherche).

31À la lumière des travaux de C. Dubar sur les identités sociales et professionnelles, on observe que la socialisation au métier de sociologue conduit à trois logiques d’identification à la sociologie (C. Dubar, 1991, 1994). Les deux premières se construisent sur le mode de la correspondance avec la sociologie. En revanche, la troisième traduit une rupture avec la formation.

32La première logique d’identification, dite de « la charge » ou du « statut », concerne les diplômés occupant des charges d’enseignement et de recherche. Elle reflète une correspondance entre l’identité objective, attribuée par autrui, et l’identité subjective de soi comme sociologue. Par leur statut d’universitaire ou de chercheur, les diplômés sont reconnus objectivement comme sociologues, et l’identité héritée de la formation correspond parfaitement à l’identité visée. Cependant, comme nous l’avons évoqué précédemment, la clef de la reconnaissance passe avant tout par la détention d’une charge académique et d’un grade élevé (par exemple, chercheur et non-ingénieur d’étude). En conséquence, la logique de « la charge » conduit à une identité fondée plutôt sur l’appartenance aux instances académiques et sur la compétence scientifique, que sur l’affiliation à une communauté de spécialistes en sociologie. C’est bien la charge qui permet l’identification (de soi et par autrui) comme sociologue, car devenir sociologue est subordonné à cette charge.

33Cependant, des différences apparaissent. Dans un premier cas, l’identification à la charge s’accompagne d’une orthodoxie et d’un élitisme professionnels. En s’appuyant sur la défense d’un métier scientifique de sociologue, certains diplômés excluent de la reconnaissance comme sociologue, tout professionnel exerçant dans d’autres lieux que l’Université ou le CNRS. Ils établissent, au sein du secteur académique, des hiérarchies entre les différentes charges et statuts y permettant l’accès. Selon l’acception de E.C. Hughes (1970, trad. 1996), ces diplômés, appartenant principalement au groupe des sociologues « purs », peuvent être considérés comme des « fondamentalistes ». Attachés à leur statut, ils respectent les conceptions du travail qu’ils considèrent sacrées, et défendent à la lettre les valeurs, les pratiques et les conceptions du métier. Certains sociologues académiques, en situation précaire ou à niveau statutaire bas (ingénieur d’étude, par exemple), intériorisent cette hiérarchie et témoignent d’une identité faible. Dans un second cas, la logique d’identification à la charge s’accompagne d’une conception plus œcuménique de la sociologie qui tend à relier l’acticivité scientifique, universitaire et appliquée en un même métier. Les diplômés appartenant à cette tendance, essentiellement des « convertis », reconnaissent la suprématie de la charge (pour les raisons invoquées précédemment), mais ne s’en font pas les avocats. L’absence d’orthodoxie et d’élitisme chez ces académiques est certainement imputable à leur passé de praticiens. Certains, d’ailleurs, continuent à exercer en libéral, parallèlement à leur fonction universitaire. Contrairement aux « fondamentalistes », les diplômés appartenant à cette catégorie peuvent représenter un « groupe moyen » qui recouvre ces « itinérants » dépeints par E.C. Hughes (1970, trad. 1996). Grâce à un itinéraire plus mobile, mais aussi parce qu’ils disposent d’un certain degré de reconnaissance des critères de qualification établis par les « fondamentalistes », ils concourent à faire évoluer les représentations, les valeurs et les pratiques traditionnelles du métier.

34La seconde logique d’identification, par « la spécialité de formation », traduit une correspondance subjective avec la sociologie. L’identité professionnelle est héritée des connaissances acquises en sociologie. Elle est en cela confortée par leur mise en œuvre dans l’emploi et aboutit à la revendication, par les diplômés, d’une pratique sociologique.

35Pourtant, ces répondants témoignent d’une identité professionnelle fragile dans la mesure où, objectivement, ils ne sont pas reconnus comme sociologues, selon les critères académiques. De surcroît, ils ne le sont que difficilement par les professionnels qui évoluent dans leur secteur d’activité (employeur, collègues, etc.). Ces diplômés partagent certains traits des groupes professionnels, situés en bas de l’échelle sociale du métier, que E.C. Hughes décrit comme étant tout juste considérés comme des collègues et parfois comme des non-professionnels (« travailleurs ») (1970, trad., 1996). En effet, bien que détenant un doctorat, leur pratique ne répond pas aux critères de qualification établis par l’élite. Elle est de moindre prestige et de moindre qualité, lorsqu’elle n’est pas considérée comme une menace pour le métier. Elle est alors tout simplement exclue des activités légitimes auxquelles le titre donne droit. Pour ces raisons, ces diplômés remettent partiellement en cause les définitions des rôles « distribués » par l’élite. Ils tentent de rompre avec les références identitaires héritées de la tradition académique, en contestant les critères d’admission au titre de sociologue qu’elle a su imposer. Pour cela, ils défendent l’idée d’un métier de sociologue sur le modèle de la profession appliquée. L’accès à ce métier reposerait plus largement sur la compétence professionnelle acquise en cours de formation et sanctionnée par un titre. Pourtant, les discours tenus par ces diplômés démontrent que cette rupture avec les instances académiques n’est pas opérée, elle n’est qu’un vœu pieux. Par exemple, c’est à ces instances que les diplômés imputent la responsabilité de leur insatisfaction, de leurs difficultés professionnelles et identitaires. Ils considèrent que les universitaires et les chercheurs ne les reconnaissent pas comme des pairs, qu’ils les ignorent ou les dédaignent, en méprisant leur pratique. La grande difficulté qu’ils éprouvent à donner une définition satisfaisante de leur travail génère une forte hostilité. Les faibles moyens que ces diplômés détiennent pour renverser cette situation, renforcent et maintiennent leur ressentiment. Ainsi, il est significatif que la légitimité d’une identité de sociologue passe, pour eux, par une adhésion au modèle scientifique du métier et par la revendication du respect de ses règles d’exercice dans leur pratique. L’autonomie vis-à-vis des milieux académiques n’est qu’un désir. C’est le label scientifique qui autorise ces diplômés à se dire sociologues.

  • 6 La sociologie peut demeurer présente, mais sous sa forme culturelle.

36La dernière logique d’identification s’établit selon un mode conduisant à une rupture avec la sociologie, mais se construisant dans un environnement de travail satisfaisant, et favorable à une conversion disciplinaire et professionnelle. Ces diplômés appartenant à cette dernière tendance exercent hors de l’Université et de la recherche publique. Ils détiennent plus rarement une thèse que les répondants inclus dans les deux premières logiques ne définissent pas comme sociologue et sont reconnus autrement par autrui. Cette logique d’identification traduit une rupture entre la définition du sociologue issu du passé (généralement académique), et la projection de soi dans le futur. En raison de cet écart, la réussite professionnelle s’installe, pour paraphraser J. Spurk qui étudie la réalité de la sociologie extra-universitaire en Allemagne, « au profit d’une perte relative de la sociologie » qui « implique la dévaluation – et à long terme – la destruction de l’identité professionnelle, à peine constituée du jeune sociologue6 » (1995, p. 71). La formation en sociologie n’apparaît plus comme une instance de légitimation pertinente pour la définition « professionnelle ». Ce sont l’occupation principale, l’employeur, le client et la formation suivie en complément (ou parallèlement) au cursus de sociologie, qui deviennent les éléments déterminants de la reconnaissance et de l’identification. On peut d’ailleurs avancer l’hypothèse que la sociologie deviendra, à plus ou moins long terme, étrangère – excepté en tant que culture profane ou humanité – à ces diplômés qui, d’après les entretiens, ne se consacrent plus à la sociologie, n’entretiennent plus de relations avec les milieux académiques, ne publient plus, ne vont plus aux colloques et ont rompu tout lien avec les anciens diplômés de leur promotion.

L’écart entre la représentation académique du métier et sa pratique

Les relations entre la sociologie et sa clientèle

37La professionnalisation d’une discipline intègre un autre élément fondamental : la recherche d’une clientèle, elle-même définie par l’inclination plutôt « pratique » ou « théorique » du modèle de métier vers lequel tend la discipline. Cependant, l’une et l’autre sont interdépendantes. L’orientation de la professionnalisation dépend aussi de la « clientèle-ressource » de la discipline, des rapports qu’elles entretiennent entre elles et de la nature des services rendus. Plus ils sont immédiats, rentables pour la discipline ou le métier, plus ils sont étroits, et plus ses membres mettent en place des mesures de protection de leurs intérêts face à ceux de la clientèle. Idéalement, E.C. Hughes définit la science comme un métier dont l’organisation ne requiert pas, faute d’une clientèle externe, de telles mesures défensives. Cependant, l’auteur souligne qu’aucune discipline, aussi scientifique soit-elle, ne correspond parfaitement à ce type idéal. La sociologie, comme la psychologie, est traversée par des clivages tour à tour scientifiques et appliqués. Ces clivages nécessitent des ajustements constants, c’est-à-dire des redéfinitions de sa vocation, de ses pratiques, des besoins sociaux auxquels elle est susceptible de répondre, etc. Pour ces raisons, les relations avec la clientèle sont des indicateurs importants quant aux conceptions du métier, des exercices et des rôles professionnels qu’on attend d’une discipline et qu’elle s’assigne de promouvoir. Les rapports avec la clientèle engagent des services rendus par les professionnels qui peuvent être en désaccord ou éloignés de ceux définis par le métier. Parfois, cette distorsion conduit à des débats qui peuvent être occultés. Ainsi, il est significatif que, parmi notre population, seuls les docteurs ayant exercé une activité de consultant et de conseil – ou conservant de telles fonctions (en corollaire ou indépendamment d’une charge académique) – ont évoqué le développement de la recherche contractuelle à l’Université et au CNRS et ont souligné ses rapports avec la sociologie praticienne.

  • 7 Pour ne pas alourdir les propos et ne pas trop isoler nos résultats empiriques, nous ne retracerons (...)
  • 8 On constate que les interrogations des sociologues sur leurs rapports avec la clientèle n’ont jamai (...)

38Des articles et travaux relatent les discussions, les évolutions ou les conflits qu’ont générés les relations entretenues entre la sociologie et sa clientèle (A. Drouard, 1982, M. Pollack 1976, J. Lautman 1983, R. Fraisse, 1981, etc.7). Dans l’ensemble, ces réflexions portent sur l’implication et la fonction sociale de la discipline, sur ses relations avec l’État, principal commanditaire de recherche et, plus tardivement, sur ses collaborations avec les acteurs économiques que sont les entreprises8. Nous supposons que si ces réflexions émergent, c’est en partie parce que le modèle du sociologue libre et désintéressé, tel que E. Morin le définit, n’a plus cours depuis longtemps. L’histoire montre, au contraire, que la sociologie a suivi une évolution similaire à beaucoup d’autres sciences, comme la physique, et que le scientifique peut aussi être un expert, un formateur, un acteur engagé économiquement et politiquement.

  • 9 INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques).
  • 10 J. Heilbron semble proposer une thèse contraire. L’auteur émet l’hypothèse que la promotion par les (...)
  • 11 Direction générale de la recherche scientifique.

39Bien qu’elle ait provoqué quelques résistances, particulièrement dans les années 68 (H. Mendras, 1995), la cause de l’utilisation de la sociologie par les administrateurs et l’État semble avoir été assez largement entendue par les sociologues, et notamment par les plus illustres. Parmi eux, J. Stoetzel présidera en compagnie de C. Gruson, directeur général de l’INSEE9, un groupe de travail au Plan. E. Morin sera l’un des responsables de la recherche pluridisciplinaire de Plozevet, créditée par le fond de développement de la recherche scientifique et technique du même Plan (A. Drouard, 1981). G. Friedmann participera avec J. Stoetzel à des colloques organisés par les administrateurs du Plan (M. Amiot, 1986). Cependant, il importe de signaler que, durant cette période, la politique de développement de la recherche en sciences sociales se propose essentiellement de favoriser son institutionnalisation à l’Université et de développer les moyens de la recherche fondamentale (A. Drouard, 1981). C’est surtout au début des années 70 que les relations entre l’État et les sociologues se renforcent et qu’elles s’étendent à la recherche contractuelle (M. Amiot, 1986). Selon J. Lautman, la demande étatique est telle qu’il la qualifie d’« emballement » (J. Lautman, 1983). Elle favorise la création d’organismes privés de recherche et de société d’études, mais, parallèlement, provoque un afflux de chercheurs « hors statut » qui seront recrutés dans des organismes publics de recherche. En règle générale, les articles portant sur l’histoire de la discipline convergent pour souligner l’extension de la clientèle sociologique, mais aussi l’étroitesse de ses rapports avec les commanditaires. C’est, parmi d’autres, la conviction de M. Pollack (1976), R. Fraisse (1981) et J. Lautman (1983)10. Selon eux, dès les années 50, la technicisation de la recherche en sciences sociales en France, incitée par les pouvoirs publics et la politique planificatrice par l’intermédiaire de la DGRST11, se poursuit sans interruption avant d’être institutionnalisée dans les dernières années, notamment au CNRS. Cette évolution conduit des sociologues comme M. Amiot, L. Tanguy, M. Rose, G. Benguigui et D. Monjardet, P. Tripier ou R.K. Merton, entre autres, à réfléchir sur les rôles tenus par les chercheurs dans le domaine de la sociologie urbaine, de l’éducation ou du travail.

40Selon M. Amiot et L. Tanguy, la « technicisation » de la recherche en sciences sociales implique de distinguer deux types de pratique scientifique : la recherche libre et la recherche déterminée, en amont, par le commanditaire. La principale menace que ce dernier type de recherche fait peser sur l’activité scientifique est que les questionnements sous-jacents ne sont plus laissés à l’instigation du scientifique, mais sont définis par le client. Pour sauvegarder son autonomie, pour ne pas être totalement soumis aux intérêts particuliers de ses clients, le chercheur fait un effort constant de reformulation des questionnements (M. Amiot, 1986, L. Tanguy, 1995).

41Sous une forme un peu différente, M. Rose s’interroge sur les rapports entre les sociologues du travail et leur clientèle extérieure au champ scientifique. L’auteur définit quatre axes selon lesquels les sociologues auraient servi le pouvoir en favorisant, en priorité, l’intérêt des clients et des organismes financiers (État, cause politique, dirigeants économiques) plutôt que ceux de la science (M. Rose, 1979).

42Selon P. Tripier, l’insertion sociale de la sociologie est dépendante de l’obligation de justifier son existence auprès du corps social, notamment de l’État, et de communiquer avec lui. Dans cette perspective, elle se technicisé et crée des sous-champs qui correspondent à des problèmes sociaux traités par l’État et les administrations et auxquels elle propose des solutions. En contrepartie, elle reçoit de ses clients des ressources financières et politiques. Ce faisant, les sociologues assument des fonctions de « consultant » leur permettant de répondre « à des questions du type : “Pourquoi les titulaires de CAP ne se trouvent-ils pas dans les secteurs où ils devraient, en toute logique, travailler ? », ou des fonctions de « futurologue » qui ont une mission prédictive, en répondant « à des questions du type : “La délinquance connaîtra-t-elle une expansion” ? » (P. Tripier, 1991, pp. 85-86).

43L’histoire des relations de la sociologie avec la clientèle étatique montre que toutes ces interrogations peuvent être replacées dans une réflexion plus large sur la bureaucratisation des activités de recherche (G. Benguigui et D. Monjardet, 1982, 1984 ; R.K. Merton, 1965). Lorsque le CNRS réintroduit les intérêts étatiques dans ses politiques gestionnaires de recherche scientifique, il peut conduire les intellectuels à devenir des serviteurs d’appareil d’État et fragiliser leur autonomie.

44On peut d’ailleurs prolonger cette réflexion et faire l’hypothèse que cette évolution engage une remise en cause de la division du travail en sociologie qui, dans sa représentation traditionnelle, établit une hiérarchie, voire une rupture, entre la recherche académique et la pratique appliquée. Ainsi, on remarquera que les problèmes posés par la technicisation de la sociologie – et la dépendance des recherches aux clientèles extérieures : État, administration, entreprise, etc. – ressemblent fort aux difficultés liées à l’exercice praticien de la sociologie qu’énoncent les répondants. Quatre principales difficultés ressortent. La première est la contrainte « économique » ou « commerciale », impliquant que la sociologie serve les buts de l’organisation. La deuxième est la contrainte « temporelle », supposant que les délais accordés aux praticiens dans le cadre de leur exercice soient plus courts que ceux appliqués dans la recherche. La troisième est la contrainte « d’opérationnalité », nécessitant que la sociologie ait un effet pratique, sensible pour l’employeur ou le client. Enfin, la dernière est la contrainte de « reformulation » des énoncés sociologiques, exigeant de clarifier, et de normaliser les propos tenus par les praticiens dans leurs rapports. Sous ces aspects, les relations entre la sociologie académique (contractuelle) et la sociologie praticienne sont plus proches que ce qu’en disent les répondants, de l’idée qu’ils s’en font et des stéréotypes intériorisés en cours de formation. En conséquence, le clivage entre les deux types de pratique ne correspond pas constamment et assurément à une réalité pratique. En revanche, ce clivage pourrait être un symbole diffusé auprès du profane, servant à justifier la supériorité du segment académique. Les entretiens montrent, par ailleurs, qu’il est manipulé par les praticiens pour revaloriser et légitimer leur propre pratique, sur laquelle ils apposent le sceau scientifique.

  • 12 PIRTTEM (Programme interdisciplinaire de recherche sur les technologies, le travail, l’emploi et le (...)
  • 13 (GIP-MI) : Groupement d’intérêt public en sciences sociales, sur les mutations industrielles. (ULIS (...)
  • 14 Pami ces trois axes de compétences, R. Sainsaulieu cite l’intervention et l’évaluation, (R. Sainsau (...)

45Les relations entre la sociologie et les entreprises comme clientèles-ressources font moins souvent l’objet d’articles de sociologues. Pourtant, l’utilisation des applications de la discipline recueille, dès les années 50, l’attention de « patrons éclairés » (A. Drouard, 1981). Cet intérêt conduit au développement de partenariats entre des chercheurs et des industriels – auxquels s’associent des syndicalistes et des politiques – dans des cercles privés, comme le « club Jean-Moulin ». Il aboutit également à la création de centres et au développement de stages de formation et de relations humaines. Cependant, c’est surtout dans les années 80, sous l’impulsion de la politique gouvernementale, que les relations entre la sociologie et les acteurs économiques vont se développer. L’application des sciences sociales trouve de nombreux partisans. L’État conduit une politique « recherche-action » en sciences sociales destinée à favoriser les partenariats entre les chercheurs, les administrateurs et les entreprises, notamment en créant le PIRTTEM12. Les grandes entreprises (RATP, EDF, Rhône Poulenc, Groupama, etc.) développent des services internes d’étude et de recherche, mais aussi de consultation, et font appel aux sociologues. De nombreuses associations (GIP-MI, Ulisse, ANVIE...13) servent de réseaux de médiation entre des chercheurs, des consultants et des patrons. Parallèlement, on observe un renouveau des réflexions sociologiques portant sur l’application des sciences sociales. Toutes tournent autour du développement des exercices appliqués de la discipline, dont elles défendent l’intérêt et la nécessité. Ceux-ci sont justifiés par l’apparition de nouveaux besoins et par la croissance des flux d’étudiants. Autour de R. Sainsaulieu, se regroupent une quarantaine de sociologues académiques de la mouvance « sociologie des organisations » (entretien avec R. Sainsaulieu, 1996). Un front de la sociologie praticienne s’installe, se servant de tous les supports disponibles, pour en faire la promotion et convaincre de son assise. De nouvelles figures de sociologues professionnels et de l’exercice de la sociologie apparaissent (M. Legrand et al., 1995). Les travaux portant sur ces thèmes font entrer, sur la scène du travail sociologique, de nouveaux acteurs – qualifiés de « praticiens », d’« experts » ou de sociologues « cliniciens »– qui renouvellent les rôles professionnels et offrent de nouveaux services. Qu’ils soient formateurs, consultants, sociologues du conseil, du sondage ou du marketing, ces professionnels articulent leur pratique selon trois principaux axes de compétences. Si l’on résume, ils incluent le diagnostic (qui répond à la question : « quels problèmes avons-nous à résoudre ? ») ; l’intervention (qui répond à la question « comment y procéder ? ») et enfin l’évaluation (qui répond à la question « qu’avons-nous fait ? ») (R. Sainsaulieu, 1995, p. 21, A. Bourdin, 1995, p. 379)14.

46Néanmoins, il convient d’être prudent vis-à-vis de la réalité d’une professionnalisation appliquée de la discipline et de son envergure. Nos résultats indiquent que la plupart des répondants, par leur formation plurielle, leur pratique, les savoirs qu’ils mettent en œuvre dans leurs emplois, revendiquent, certes une certaine culture sociologique, mais ne se définissent pas professionnellement comme sociologues. Ils dénient faire de la sociologie, dans la mesure où l’exercice de cette discipline est, encore, réservé aux sociologues académiques. Quant à la figure professionnelle du praticien, si elle est évoquée parmi les définitions du métier de sociologue, elle demeure marginale (10 %).

47Le constat d’une application possible de la sociologie n’est cependant pas négligeable. Ainsi, tout porte à croire qu’il existe bien des indices d’un processus de professionnalisation « appliquée » de la sociologie. Celui-ci affecte la recherche par sa « technicisation ». Ce processus est, par ailleurs, perceptible dans les critères d’identification au titre que revendiquent certains des praticiens que nous avons interrogés, puisqu’il s’appuie sur le modèle de la profession appliquée : formation aux savoirs, détention d’un titre, acquisition de savoir-faire et expertise auprès d’une clientèle extérieure. Enfin, il est évaluable à travers les connaissances sociologiques appliquées par les enquêtés dans l’entreprise ou dans le cadre d’une activité libérale. L’application de la sociologie se matérialise par la mise en œuvre d’une démarche spécifique fondée sur le double rapport que les diplômés entretiennent avec la théorie et les techniques. La démarche sociologique leur permet d’étudier plus en profondeur les problèmes, auxquels est confrontée l’organisation pour laquelle ils travaillent, ou que le client leur soumet. Généralement, les enquêtés soulignent que la sociologie permet de proposer des méthodes « opératoires », tout en procurant une capacité d’analyse, généralement plus faible dans les services offerts par les diplômés des écoles de commerce ou par les ingénieurs.

« Je crois que la sociologie du travail a fait un grand pas pour répondre aux besoins des entreprises et celles-ci avaient besoin de sociologues pour étudier des phénomènes qu’elles ne comprenaient pas. On avait beau rationaliser à outrance par des méthodes comme les nouvelles technologies, il y a toujours des phénomènes et des acteurs dans l’entreprise qui agissent. La sociologie apporte autre chose. Par exemple, quand on est capable de démontrer aux dirigeants qu’à travers une étude du climat social on peut mettre en place des indicateurs sur les ressources humaines aussi importants que des indicateurs en matière d’épargne, de financement ou autre, là on montre qu’on peut apporter quelque chose » (cadre entreprise, relations sociales, DEA).

48Pour autant, l’application de la sociologie ne va pas jusqu’à la reconnaissance d’une production de savoirs spécifiques à l’exercice praticien de la discipline. Éventuellement, les diplômés améliorent les outils techniques, accumulent des informations qui pourraient contribuer à la production de savoirs originaux en sociologie, mais cette production est, en règle générale, réservée aux académiques. Tout indique que le processus de professionnalisation appliquée est, peut-être, une tendance qui aboutira à un métier protégé de sociologue praticien, mais il ne traduit pas une stratégie collective de professionnalisation, ni ne modifie en profondeur la représentation académique du métier de sociologue.

49Cette interprétation est particulièrement pertinente si l’on considère les organes de représentation de la sociologie. C’est pourquoi nous réserverons nos prochains développements aux associations de sociologie.

Les organes de représentation de la sociologie

50L’approche interactionniste de la sociologie des professions montre bien quels sont les enjeux sous-jacents de tels organes. Pour un métier ou une discipline en voie de professionnalisation, il s’agit de se doter d’une organisation qui puisse les défendre et les représenter. Vis-à-vis de l’extérieur, les associations ou les sociétés jouent des rôles stratégiques en matière de défense des intérêts professionnels, de relation publique et de sélection des « publics-cibles » (clients et professionnels). Au sein même du métier ou de la profession, R. Bûcher et A. Strauss (1961) soulignent l’importance de ces organes dans les luttes pour la légitimité et le pouvoir entre professionnels. Les associations donnent une forme institutionnelle au métier, mais aussi à sa hiérarchie interne. Généralement, les segments professionnels les plus puissants détiennent le pouvoir, par et dans les associations, et contrôlent en conséquence les relations avec les institutions et les clients. Ils exercent, par leur intermédiaire, un pouvoir de normalisation et de définition des règles régissant le recrutement, l’exercice professionnel, etc. Par ailleurs, E.C. Hughes rappelle que les associations reflètent l’orientation donnée par la discipline ou le métier à leur professionnalisation, autant « théorique » que « pratique ». Pour notre recherche, les associations sont d’autres indicateurs du degré de professionnalisation de la discipline, mais aussi du modèle de métier scientifique ou appliqué que les professionnels de la sociologie valorisent ou auquel ils adhèrent.

51Concrètement, la sociologie française compte peu d’organes attachés à sa défense. On en dénombre quatre qui jouent un rôle au niveau national, bien que la première ait une vocation plus étendue. Il s’agit de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF) créée en 1958, de la Société française de sociologie (SFS) créée en 1962, de l’Association professionnelle des sociologues (APS) créée en 1981 et de l’Association des Sociologues enseignants du supérieur (ASES), créée en 1989. Chacune se démarque officiellement de l’autre par la proclamation d’intérêts différents, mais, en réalité, une caractéristique essentielle les réunit. Aucune, d’après les porte-parole que nous avons rencontrés, n’a jamais officiellement tenté de faire reconnaître un titre de sociologue ou d’établir un code de déontologie. Pourtant, certains ouvrages et bulletins de ces associations montrent que des débats autour d’un projet de profession de sociologue les ont, à plusieurs reprises, traversées. Ils indiquent aussi que des projets d’organisation en profession ont bien existé, même s’ils ont été rapidement occultés, notamment au sein de la Société française de sociologie. En fait, lors des débats qui ont opposé les défenseurs d’une tendance théorique et ceux d’une tendance pratique de la discipline, les partisans de la seconde n’ont jamais totalement réussi à imposer leur point de vue.

  • 15 Il s’agit, notamment, des anciens conseils de faculté, pour les créations de chaires de sociologie, (...)
  • 16 Ce système de contrôle centralisé ne survivra pas à l’augmentation considérable des chercheurs en s (...)
  • 17 Au cours de l’après-guerre, quatre sociologues occupent des chaires à l’université : G. Gurvitch, J (...)

52Il est vrai que le rôle joué par les associations professionnelles en France n’est pas aussi important qu’aux États-Unis, où l’ampleur du modèle professionnel renforce leur mission. Mais cette explication ne suffit pas. Il est vraisemblable que l’absence d’organisation de la sociologie, en profession appliquée, contribue à diminuer la portée de ces organes. Par ailleurs, si, comme en témoignent les informations recueillies, les fonctions universitaires et scientifiques jouent bien le rôle central dans le domaine de la socialisation et de l’accès au métier de sociologue, il convient de supposer que les diverses instances académiques15 ont occupé – et occupent encore – une fonction au moins aussi importante en sociologie que les associations. C’est l’hypothèse formulée par Terry Clark, selon qui l’unité fondamentale du système universitaire français repose, au moins jusqu’en 1968, sur des « cercles ». Ces unités, réunissant des personnes guidées par des intérêts communs, sont dirigées par des « patrons » qui centralisent tous les supports de représentation, de recrutement, et gèrent les relations avec les organismes de financements (T. Clark, 1971). Or, cette structure favorise, selon l’auteur, le conformisme ainsi que la continuité scientifique et politique, plutôt que le changement16. Des années 50 à la fin des années 60, ceux qui sont nommés aux chaires universitaires17 en sociologie contrôlent l’essentiel des recrutements à l’Université et au CNRS. Outre les chaires qu’ils occupent, ces « patrons » de la sociologie prennent également les rênes des organismes à partir desquels se développeront les sciences sociales. D’une part, G. Gurvitch, G. Friedmann et J. Stoetzel se succèdent à la direction du CES, d’autre part J. Stoetzel préside l’IFOP, puis l’ISST, de 1955 à 1970, siège au CNU et aux différentes commissions du CNRS (comme G. Gurvitch), participe à l’animation de l’INED, alors même qu’il crée et dirige la Revue française de sociologie en 1960. Les patrons de la sociologie, G. Gurvitch, et un peu plus tard R. Aron, conservent de leur formation initiale une conception très académique et philosophique de la sociologie. Dans cet esprit, G. Gurvitch s’opposera au développement de la démarche quantitative, en raison du risque qu’elle représente vis-à-vis de la sociologie et des jeunes chercheurs. Critique à l’égard de la « survey research » américaine, dont s’inspirent les sociologues d’après-guerre, G. Gurvitch se fait le défenseur de l’explication sociologique contre la sociographie et la « quantophrénie ». Plus précisément, si G. Gurvitch est favorable au développement de la recherche de terrain, le développement d’une sociologie hors des instances académiques, donc détachée des références philosophiques et théoriques, lui paraît préjudiciable. J. Stoetzel se démarque de la conception précédente. Selon L. Blondiaux, il défend une démarche empiriste et quantitative, privilégiant les dimensions « opératoires » et utilitaires de la discipline (L. Blondiaux, 1991). A travers la pratique des sondages, il revendique la légitimité d’une sociologie qui soit en mesure de répondre à la demande sociale, ainsi que la possibilité de concilier le rôle de professeur et celui de chef d’entreprise. Pourtant, d’autres éléments indiquent que J. Stoetzel, à l’instar de G. Gurvitch et R. Aron, manifeste une semblable inclination pour l’orthodoxie académique concernant la sociologie. En effet, si J. Stoetzel défend une sociologie « opératoire » et utilitaire, il n’en est pas moins, à en croire H. Mendras, profondément académique à l’Université. Ce conservatisme se traduit par un sentiment corporatiste vis-à-vis de l’École normale supérieure et par un respect religieux pour l’Université (H. Mendras, 1995). On peut ainsi concevoir que la conception de la sociologie, que nous prêtons à J. Stoetzel, n’est pas exclue d’une représentation bureaucratique et hiérarchique de la sociologie, comme l’envisage T. Parsons (1957). Certes, la discipline doit développer des applications qui doivent être néanmoins valorisées à l’extérieur de l’Université et être séparées de la fonction scientifique. Par conséquent, ce modèle n’est pas, non plus, éloigné de la représentation que les répondants ont du métier de sociologue. Ce dernier est avant tout défini comme une pratique académique (46 %) qui, parfois, allie une tendance socialement plus engagée (10 %). En revanche, pour une partie importante de nos diplômés (36 %), la sociologie scientifique doit conserver son autonomie, c’est-à-dire se séparer des activités plus politiques ou appliquées.

53Il est intéressant de constater que ces mêmes « patrons » exercent aussi leur contrôle sur les organes de représentations de la discipline, puisque deux d’entre eux sont à l’origine de la création des premières associations de sociologie de l’après-guerre. La première association, l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF), est créée en 1958 à l’instigation de Georges Gurvitch. La seconde, la Société française de sociologie (SFS), est créée en 1962, sur l’invitation de J. Stoetzel. À l’instar de l’Association des sociologues enseignants du supérieur dont le rôle est essentiellement corporatiste, ces deux associations ont en commun d’être des organes au seul service de la sociologie scientifique et académique, comme l’affirment leurs statuts. Par conséquent, les tentatives de professionnalisation appliquée de la sociologie devront, pour un temps, se faire sans les associations. Par ailleurs, certains projets d’organisation des cursus de formation en sociologie devront être soumis à leur autorité. Ainsi, en 1964, une tentative de diplôme d’expert sociologue, créé en démographie et en psychologie, est présentée par Jean René Tréanton devant la Société française de sociologie. Elle échoue faute du soutien de la majorité des membres (A. Drouard, 1983, p. 71). Jusqu’aux années 80, aucune autre association, à vocation nationale, ne voit le jour.

54Il faut attendre la création de l’Association professionnelle des sociologues (APS), en 1981, pour qu’un organe de représentation se propose de défendre les intérêts des sociologues praticiens. Mais, la confusion qui règne en matière de définition du métier affaiblit sa position, tandis qu’elle confirme l’absence d’organisation de la sociologie, au-delà des secteurs universitaire et scientifique. Elle conforte, a contrario, la communauté sociologique académique en matière d’autorité et de représentation comptable. Les universitaires et les chercheurs représentent un tiers des membres parmi les deux cent cinquante que compte l’association, alors même qu’ils ont, a priori, peu d’intérêt à y adhérer et que l’association n’est pas censée défendre leurs intérêts. Comparativement, les professionnels extérieurs à ces segments représentent une faible proportion, un tiers des adhérents, et occupent des emplois pour le moins divers.

  • 18 Parmi les sociologues extérieurs aux secteurs universitaires et scientifiques, nous avons identifié (...)

55Alors que l’Association professionnelle des sociologues connaît des difficultés à mobiliser ses représentants, l’Association internationale des sociologues de langue française, autrefois uniquement tournée vers les sociologues académiques, s’ouvre aux sociologues praticiens sous l’impulsion de son président Renaud Sainsaulieu. Celui-ci reprend le flambeau œcuménique de la sociologie. Cependant, cette ouverture ne reflète qu’une tendance. Les sociologues praticiens ne représentent que 4 % du total des membres (1 000 environ en 1994) et personnalisent le type idéal du sociologue, défendu par la vision œcuménique que nous avons prêtée à R. Sainsaulieu. Ils publient et déclarent détenir des charges d’enseignement18.

56Aussi, ces différents éléments confirment, que même en matière de professionnalisation appliquée, on ne peut se passer de l’aval, du crédit et des ressources des sociologues académiques. Parce qu’il est le mieux organisé, le segment académique occupe une place centrale dans le champ des pratiques et des organisations professionnelles, tout en étant un interlocuteur incontournable en matière de professionnalisation. Ainsi, la sociologie académique se professionnalise dans au moins trois domaines. Les deux premiers ont déjà été évoqués. Ils incluent sa reproduction à travers la socialisation au métier de sociologue et le développement de sa technicisation. Le troisième concerne sa représentation, grâce aux associations et aux sociétés savantes dont elle dispose. Mais ce qui importe, c’est, comme l’a formulé Pierre Tripier, que la sociologie académique se professionnalise. Dans ce but, elle traduit de manière professionnelle ses énoncés scientifiques pour pouvoir participer au débat public, communiquer avec ses « publics-cibles » (citoyens, État, entreprises, etc.) et en obtenir des contreparties financières, politiques et scientifiques (P. Tripier, 1991, p. 85). Dès lors, il n’est pas étonnant qu’elle tienne à s’engager et à contrôler le champ du développement des pratiques appliquées, mais aussi celui de la professionnalisation extérieure à l’Université et à la recherche.

57Nos résultats concernant le nombre des adhésions parmi les enquêtés confirment la faiblesse du degré de professionnalisation de la sociologie. Parallèlement, les emplois occupés par les répondants, membres des associations, indiquent que ces organes défendent essentiellement les intérêts des enseignants du supérieur et des chercheurs. On constate donc, que parmi la population enquêtée, les associations professionnelles de sociologie ont peu d’audience et uniquement auprès des sociologues académiques (cf. tableau 63). Parmi les cent quatre-vingt-neuf répondants, vingt et un déclarent être membres d’une association de sociologie. Sur ces répondants, dix-sept sont enseignants universitaires ou chercheurs, quatre travaillent hors de l’Université et de la recherche publique.

58Au terme de ce dernier chapitre, on constate que la professionnalisation de la sociologie traduit un double processus.

59Un premier mouvement peut être relevé dans la professionnalisation scientifique de la discipline. Tant du point de vue de son institutionnalisation, de la définition des contenus de sa formation et de ses débouchés, des règles scientifiques de son exercice, de ses rôles professionnels et de sa représentation à travers les associations professionnelles et les sociétés savantes, la sociologie académique s’organise et se consolide. À l’extérieur, elle élargit l’horizon de ses « publics-cibles » ; au sein de ses frontières, elle asseoit son autorité, même si elle trahit une certaine carence « identitaire ».

60Cette organisation engage un second mouvement de professionnalisation appliquée de la discipline dans laquelle les sociologues académiques sont fortement impliqués. Au sein de la sociologie académique, elle ranime les conceptions appliquées qui défendent l’intérêt de son utilisation par les dirigeants politiques, administratifs et industriels. Ainsi, la discipline aurait suivi une évolution presque analogue à la physique, sans, cependant, être parvenue au terme du développement et de la professionnalisation de cette dernière. Selon D. Pestre, le physicien des années 30 dont la représentation emblématique était celle du savant universitaire libre et désintéressé, proche du sociologue humaniste que nous avons figuré par G. Friedmann, s’éclipse après-guerre au profit de celle du chercheur de laboratoire intégré dans une équipe de recherche. Jusque dans les années 40 :

« Le professeur de physique est un savant Il se présente (et il est considéré) comme une figure désintéressée, une figure dédiée à la “Science pure”, à l’avancement du savoir, à la poursuite de la vérité. Il est dans la tradition humaniste. » [...] C’est un intellectuel qui s’intéresse de près aux questions philosophiques et épistémologiques et considère de [son] devoir de prendre position sur ces questions » (D. Pestre, 1994, p. 58).

61Les années 40-50 correspondent à un tournant décisif qui engage une transformation profonde des pratiques professionnelles, mais aussi du comportement des physiciens vis-à-vis de la société. Le savant se fait scientifique et, sans qu’elle disparaisse, la recherche fondamentale cède la place, dans sa grande majorité, à une recherche plus instrumentalisée. Les frontières entre ingénieurs et chercheurs s’estompent. La science physique subit une redéfinition de ses domaines de recherche et de ses champs disciplinaires. L’investigation scientifique privilégie les objets de recherche techniques, les théories locales qui sont directement utiles (aux industriels et aux politiques étatiques) et qui offrent, plus que toutes autres, une efficacité pratique, instrumentale.

« La recherche fondamentale occupe une place minoritaire face aux phénoménologistes dans les laboratoires, visant l’obtention de théories immédiatement utiles, qui puissent fournir des valeurs chiffrées. [...] Les chercheurs travaillent étroitement avec les expérimentateurs [...]. Ils collaborent ainsi au développement d’une physique de plus en plus intégrée à son environnement social et politique, dont la règle d’or est devenue la capacité d’agir sur le monde et le plus vite possible » (D. Pestre, 1994, pp. 61-62).

62Cette instrumentalisation de la recherche s’accompagne d’une professionnalisation de la physique par la mise en place de nouvelles formes d’apprentissage dans les laboratoires qui visent à former les jeunes au métier de la recherche.

63Si l’on accepte l’analogie entre le processus de professionnalisation de la physique, que nous décrit D. Pestre, et celui qu’a suivi la sociologie, une telle évolution engage une modification importante des pratiques scientifiques en sociologie. Celles-ci se technicisent, s’organisent notamment par les pratiques de formation des jeunes chercheurs (écoles doctorales, chartes, etc.) et renforcent les relations avec les clientèles externes (entreprises, administrations, etc.). Pour autant, ce processus ne provoque pas de transformations importantes de ses représentations. La recherche contractuelle, considérée autrefois comme une application ou une technicisation, est aujourd’hui réintroduite parmi les formes légitimes de l’activité scientifique. Le sociologue demeure un scientifique et n’est assimilé, ni à un ingénieur, ni à un praticien dans le domaine de la recherche et de l’Université. Ce serait là que s’établissent les limites du processus de professionnalisation « appliquée » de la sociologie. Par rapport à la physique, elle tend à privilégier un modèle de métier marquant la volonté d’affirmer sa vocation scientifique et défend sa liberté d’exercice et son auto-contrôle. Comme métier scientifique, la sociologie se présente comme une profession non appliquée, objective et autonome. Par cela, elle se démarque de l’ingénierie ou de la sociologie praticienne, peut-être, comme le soulignaient P. Desmarez et P. Tripier à propos de la sociologie américaine, de manière à mieux asseoir son autorité, et à « imposer [son] point de vue » vis-à-vis de ses clientèles extérieures.

64A contrario, la professionnalisation de la physique fait, qu’au sein même des laboratoires de recherche, les apprentis physiciens sont formés à devenir des scientifiques, mais aussi des ingénieurs en physique et des consultants de firmes privées, du CEA, ou encore de laboratoires militaires. C’est pourquoi, selon D. Pestre, « le physicien est devenu un praticien et travaille à l’interface de la science et de la technologie » (D. Pestre, 1994, pp. 63-64).

65En sociologie, la figure du sociologue praticien est conçue hors des secteurs académiques. Ce qu’indiquent l’analyse historique et l’interprétation théorique des données empiriques, c’est qu’elle ne correspond pas à un ensemble organisé professionnellement. Contrairement aux sociologues académiques (universités, CNRS, associations, colloques, etc.), les praticiens ne disposent pas d’espace constitué qui les fédère et favorise leur unité, même apparente. Enfin, les quelques éléments historiques indiquent que les tentatives de professionnalisation sont quasiment toutes issues de chercheurs ou d’universitaires et qu’aucune n’a été envisagée sans le crédit ou la participation de ces professionnels. La figure du praticien, en l’état, incarne donc plus une possible évolution de la sociologie qu’une réalité sociologiquement établie et un mouvement collectif. En ce sens, ces professionnels ne constituent pas un groupe conscient de son importance et pouvant mener à bien un « réaménagement » des principes régissant la définition légitime de la sociologie professionnelle.

Notes

1 E. Morin, à propos de la formation des sociologues en France, Rapport du congrès de Liège, Association internationale des sociologues, 1953.

2 G. Friedmann et J.R. Tréanton, Remarques sur les responsabilités et les activités professionnelles des sociologues en France, Rapport du congrès de Liège, Association internationale des sociologues, 1953.

3 Dans ce même esprit, les sociologues préconisent une diffusion plus large de la sociologie, auprès des établissements formant les cadres de la nation. (G. Friedmann, et al., 1953).

4 EPHE (École pratique des hautes études). La sixième section de l’EPHE est devenue l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales).

5 Il est important de rappeler que M. Crozier a été l’un des plus ardents partisans d’une conception plus appliquée de la sociologie, notamment en défendant l’intérêt de son utilisation par les dirigeants politiques et industriels, et en se faisant le promoteur de la sociologie des organisations. Selon M. Pollack : « Il se situe à l’avant-garde de ceux qui, saluant le renforcement des sciences sociales par rapport aux disciplines traditionnelles, se font les avocats d’une collaboration entre la recherche et l’action politique » (M. Pollack, 1976, p. 109). D’après H. Mendras : « M. Crozier a joué un rôle décisif dans la vie politico-administrative française [...], il demeure un oracle écouté de nombre de dirigeants patronaux, politiques et administratifs. L’expérience qu’il a acquise par ses fréquentations a beaucoup enrichi ses recherches » (H. Mendras, 1995, p. 188).

6 La sociologie peut demeurer présente, mais sous sa forme culturelle.

7 Pour ne pas alourdir les propos et ne pas trop isoler nos résultats empiriques, nous ne retracerons pas l’ensemble des informations que nous avons recueillies sur l’histoire des relations entre la sociologie et sa clientèle. Pour un exposé plus appronfi de cette histoire, voir Piriou Odile, La Sociologie et ses diplômés, Thèse de sociologie, université de Paris-X-Nanterre, décembre 1997, 440 p. Nous avons opté pour une solution similaire quant aux organes de représentation de la sociologie.

8 On constate que les interrogations des sociologues sur leurs rapports avec la clientèle n’ont jamais entraîné la définition et l’application d’un code éthique, sinon de manière implicite, et n’ont pas abouti au degré d’organisation des professions établies. Des discussions germent depuis peu, mais elles portent plus sur la sociologie de l’éthique que sur l’éthique de la sociologie (J.-P. Terrenoire, 1991). Cependant, il est important de souligner la création d’un réseau national de sciences de l’homme et d’une société d’éthique et déontologie des métiers de la recherche, dont le promoteur est J.-P. Terrenoire, sociologue, chercheur au CNRS (Réseau national, 1995).

9 INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques).

10 J. Heilbron semble proposer une thèse contraire. L’auteur émet l’hypothèse que la promotion par les sociologues des relations entre la sociologie et les administrateurs n’est qu’une autovalorisation des sociologues comme professionnels, et qu’elle n’a pas survécu à la crise de 68. C’est pourquoi l’auteur parle de « mintoprofessionnalisation » (J. Heibron, 1986, p. 73). Il nous semble que les différents éléments que nous avons recencés sur l’histoire de la relation entre la sociologie et sa clientèle tendent plutôt à privilégier la thèse de M. Pollack ou de J. Lautman. De surcroît, il nous semble que les discours visant à défendre l’autonomie ou l’indépendance de la sociologie vis-à-vis d’une clientèle extérieure dissimuleraient une réalité plus contrastée, tandis qu’ils tenteraient de maintenir la croyance profane (celle du public et de l’observateur scientifique) que la science ne saurait servir d’autres intérêts que ceux de la connaissance. 11 faut aussi préciser que J. Heilbron envisage le terme « professionnalisation » uniquement dans son sens « appliqué ».

11 Direction générale de la recherche scientifique.

12 PIRTTEM (Programme interdisciplinaire de recherche sur les technologies, le travail, l’emploi et les modes de vie).

13 (GIP-MI) : Groupement d’intérêt public en sciences sociales, sur les mutations industrielles. (ULISSE) : Association pour l’utilisation et l’intégration des sciences sociales dans l’entreprise. (ANVIE) : Association nationale pour la valorisation industrielle de la recherche en sciences de l’homme et de la société.

14 Pami ces trois axes de compétences, R. Sainsaulieu cite l’intervention et l’évaluation, (R. Sainsaulieu, 1995, p. 21).

15 Il s’agit, notamment, des anciens conseils de faculté, pour les créations de chaires de sociologie, les commissions du CNRS pour les recrutements dans la recherche, les commissions du CNU (Comité National des Universités, organisme chargé de contrôler la qualité des dossiers de candidature retenus par les commissions de spécialistes des universités) pour ce qui a trait aux recrutements dans l’université, les directions de départements universitaires, etc.

16 Ce système de contrôle centralisé ne survivra pas à l’augmentation considérable des chercheurs en sociologie, redevable notamment à l’intégration des « hors statut ». Face au nombre de personnes d’orientations diverses et « aux haches de guerre plus ou moins bien enterrées de mai 1968 », la gestion des chercheurs et le rôle des commissions devenaient plus difficiles (entretien avec J. Lautman, 1994).

17 Au cours de l’après-guerre, quatre sociologues occupent des chaires à l’université : G. Gurvitch, J. Stoetzel (en psychosociologie), R. Aron et, en marge de l’université, au CNAM (Centre national des arts et métiers) G. Friedmann. Ce dernier n’a pas réalisé sa carrière à l’Université. Il a enseigné, d’une part au CNAM, où le public était essentiellement constitué de cadres et d’ingénieurs, d’autre part à l’EPHE, où il dispensait ses séminaires à des étudiants avancés et, dans les premières années, à des chercheurs. Il a par ailleurs dirigé le CES durant deux ans. L’influence de G. Friedmann, et l’exercice de son pouvoir se sont surtout exercés au CNRS où il s’est attaché à couvrir differents secteurs de la recherche sociologique, en recrutant des sociologues dans les domaines de la religion, du travail, de la sociologie rurale, etc. (entretiens réalisés auprès de Mme Basse-Uriel, secrétaire de G. Friedmann, et de E. Morin, 1994).

18 Parmi les sociologues extérieurs aux secteurs universitaires et scientifiques, nous avons identifié essentiellement : des consultants, des responsables de centres de formation, des cadres A de la fonction publique (administrateurs universitaires et autres) ainsi que des chargés de mission et d’études œuvrant dans des administrations, des centres de recherches privés et, moins fréquemment, dans des unités de recherches de grandes entreprises. Source : Annuaire de l’AISLF, 1994.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search