Version classiqueVersion mobile

La sociologie des sociologues

 | 
Odile Piriou

La sociologie des professions

Texte intégral

1En conclusion aux précédents chapitres, nous avons rappelé les principaux résultats recueillis au terme de l’analyse quantitative et qualitative des relations entre la formation détenue en sociologie et les itinéraires suivis par les diplômés. À présent, il convient de les interpréter théoriquement en les rattachant à des modèles explicatifs se rapportant aux sujets traités : la socialisation, le métier, les identités. Or, les quelques travaux français ayant étudié la sociologie, comme exercice professionnel ou comme métier, débattent rarement de ces questions, y compris sous ses aspects théoriques. Parmi ceux recensés, nous avons identifié trois classes de réflexions. Il convient de préciser les mobiles auxquels elles obéissent, certains des cadres organisationnels dans lesquels elles ont été menées et leurs supports de publication.

2Une première classe de réflexions étudie la sociologie dans une perspective historique (parfois critique), mais des différences apparaissent quant aux thèmes qui y sont abordés. Certaines réflexions s’attachent à reconstruire l’histoire de la discipline en rappelant ses étapes et précurseurs. On peut y lire tantôt la manière dont la sociologie s’est institutionnalisée comme discipline autonome d’enseignement à l’Université, tantôt la façon dont les sociologues conçoivent, après l’« ère durkheimienne », les enjeux et les faiblesses d’une sociologie renaissante (Revue française de sociologie, numéro spécial, 1991, C.H. Cuin, F. Gresle, 1992, H. Mendras 1995, A. Touraine, 1977, etc.). D’autres travaux, dans une perspective toujours historique, mettent plus précisément l’accent sur la demande sociale et la contrainte du marché du travail. Ils retracent, en différentes périodes, les modèles de partenariat noués entre la sociologie et les décideurs économiques ou politiques ainsi que leurs implications sur les orientations de la discipline (thèmes traités, nature des recherches, sources des financements, etc.) (M. Rose 1979, R. Fraisse 1981, A. Drouard, 1982, M. Amiot 1986, etc.).

3Une seconde classe de réflexions portant sur la sociologie existe par ailleurs. Elle peut être identifiée dans des ouvrages plus généraux, par exemple ceux de P. Bourdieu ou de E. Morin, qui ne se présentent pas comme des travaux portant sur les formes d’exercice professionnel de la sociologie. Ils peuvent cependant être considérés comme tels, dans la mesure où leurs propos prennent, parfois, la forme d’un manifeste pour la défense de la conception scientifique de la sociologie. Cette position apparaît dans plusieurs ouvrages de P. Bourdieu – que nous avons d’ailleurs déjà cités – qu’il s’agisse de Questions de sociologie (1980), de Réponses. Pour une anthropologie réflexive (1992), ou encore d’un article paru en 1995 et intitulé « La cause de la science ». Une conception analogue peut être prêtée à E. Morin, au moins dans deux ouvrages et deux articles, mais elle est plus difficile à démontrer (E. Morin, 1965, 1984, 1985, 1990). La raison principale de cette difficulté est, comme nous l’avons déjà évoqué, la remise en cause constante chez l’auteur de la sociologie positiviste ou de la scientificité fondée sur la rupture entre la sociologie et la société ou l’acteur. Pourtant, la sociologie de E. Morin, parce qu’elle défend la créativité intellectuelle sur le mode de la recherche fondamentale, demeure rattachée à la figure du scientifique et non du praticien. À la différence d’autres sociologies, elle prône une refonte pluridisciplinaire de la science (appelée sociologie « complexe ») et une conception plus compréhensive de la démarche (1984, 1990). Ce paradoxe entre une critique de la science et la défense de la recherche fondamentale s’exprime mieux dans un article de E. Morin consacré à la réflexivité, un thème par ailleurs très cher à P. Bourdieu (E. Morin, 1985). Cet article semble confirmer les différences, décrites plus haut, entre les deux sociologues. Il suggère, aussi, que le point de rencontre est bien la conception scientifique de la discipline.

4On peut dire, de manière très condensée, que pour P. Bourdieu, la sociologie de la sociologie pose le problème d’une organisation autonome du métier de sociologue, sur le mode de la rupture avec le monde social. Elle nécessite de renforcer sa scientificité par son historicité, c’est-à-dire le dévoilement des déterminismes sociaux dans la science en portant à jour l’emprise du « passé incorporé » (P. Bourdieu, 1982, pp. 9-10). Pour E. Morin, « la sociologie de la sociologie » requiert une « complexification » de la discipline (sur le mode de la science écologique). Celle-ci tend, non pas à diminuer le caractère scientifique de la sociologie, mais bien à le renforcer en acceptant l’autonomie relative de ses processus de pensée et de connaissance. Par ailleurs, on peut trouver dans cet article des critiques de l’application scientifique de la sociologie en termes de programmation de la recherche, de technicisation et de bureaucratisation. Elles reprennent un thème récurrent chez l’auteur, déjà abordé en 1965 dans Le droit à la réflexion. Nous en citons un extrait :

« La société des sociologues est comme une société hybride polarisée selon trois modèles : le modèle traditionnel de la société universitaire des facultés de lettres, le modèle de la société universitaire scientifique, le modèle d’une société de techniciens [...]. Dans les deux premiers modèles, le système de hiérarchie, de prestige, est constitué par un cursus honorum, académique, couronné par une souveraineté professorale. Dans le troisième modèle, c’est le pouvoir managérial sur les enquêtes. On a du crédit selon ses crédits. Dans le premier modèle, la réflexion individuelle peut être aisément désintéressée. Dans le second modèle, la recherche peut être intéressante. Dans le troisième, l’intérêt pragmatique commande » (1965, p. 7).

  • 1 Concernant les réflexions menées dans le cadre d’une équipe de recherche, voir J. Leroy, 1987 ; d’a (...)

5Au cours des années 80, un espace de réflexions s’ouvre sur la question des pratiques appliquées de la sociologie. Ce mouvement fédère un troisième type de réflexions sur la sociologie. Elles examinent plus précisément la question de la production des professionnels et incluent le problème de la formation, des étudiants, des débouchés ou des exercices professionnels de la sociologie extérieurs à l’Université et à la recherche. Il s’agit pour l’essentiel de littératures, menées dans le cadre d’une équipe de recherche, d’associations professionnelles, de départements universitaires, de manuels1 ou de contributions à des colloques portant sur la sociologie, organisés sous l’égide d’associations professionnelles, parfois étudiantes.

  • 2 Laboratoire de sociologie du changement et des institutions

6Les travaux menés par D. Bensimon, sous l’égide de l’Association professionnelle des sociologues, et par J. Leroy, dans le cadre du LSCI2 dirigé par R. Sainsaulieu, nous paraissent bien représentatifs des motivations de la démarche des auteurs. Assez proches de la vision œcuménique de la sociologie défendue par R. Sainsaulieu, ces réflexions semblent, avant tout, dictées par la volonté de faire valoir l’existence et l’intérêt d’exercices professionnels de la sociologie hors de l’Université et de la recherche. Dans cet esprit, J. Leroy souhaite que sa recherche amène « à une meilleure compréhension des processus évolutifs de pratiques et d’usages professionnels de la sociologie » et « relance en épilogue les questions en termes de la différentiation objective entre science et technologie, dans l’univers de la sociologie ainsi que des possibilités de leur imbrication sous l’égide communautaire d’une profession » (J. Leroy, 1987, p. 98). Dans le même ordre d’idée, l’enquête de D. Bensimon signale « l’arrivée de sociologues “praticiens” sur le marché du travail », tandis qu’elle « montre que le métier de sociologue revêt des aspects de plus en plus diversifiés. En même temps que les milieux sociologiques parcourus depuis toujours par de fortes tensions scientifiques et / ou idéologiques, paraissent de moins en moins organisés. La réflexion sur le métier de sociologue, à laquelle cette enquête apporte des éléments, s’avère de plus en plus une nécessité » (D. Bensimon, 1984, p. 118). Dans leur quête – arguant de l’hétérogénéité des lieux d’exercice de la sociologie, de l’absence de véritable consensus sur la notion de sociologue – les auteurs s’interdisent le recours à une réflexion plus globale sur la sociologie. Ils prônent une approche par les pratiques professionnelles (« il fait de la sociologie, il est sociologue », J. Leroy, 1987), ou par la manière dont s’auto-désignent les agents professionnels (« il dit être sociologue, il l’est », D. Bensimon, 1984).

7De tels travaux semblent, en grande partie, destinés à l’information sur la sociologie et ses exercices, ainsi qu’à la promotion des conceptions professionnelles de la sociologie qu’ils véhiculent. La plupart ne visent donc pas à en proposer une analyse théorique et sociologique. Ils sont plus directement liés et construits à partir de demandes diverses : demande des enseignants, des étudiants, des professionnels, etc. Les questions sont essentiellement de type utilitaire. La profession de sociologue peut-elle être appliquée ? Les débouchés sont-ils en augmentation ? Quelle serait la meilleure formation pour les diplômés ? Ces quelques exemples sont spécifiques de la manière dont les sociologues mettent en scène la sociologie. S’il n’y a que de rares volontés de généralisation ou de théorisation, c’est, semble-t-il, parce que les sociologues se positionnent en tant que professionnels ou en tant qu’usagers de la sociologie, et moins en observateurs de celle-ci. Pour cela, ils orientent plus leurs réflexions en fonction de leurs intérêts bien compris, qu’ils ne théorisent leur objet.

8Les pistes sociologiques et théoriques qui nous ont paru les plus à même de remplir cette tâche sont la littérature anglo-saxonne des professions et les travaux français sur les groupes professionnels ou sur les professions. À l’instar de P. Milbum (1991), nous sommes consciente du décalage « social et idéologique » du contexte américain dans lequel se développe l’analyse sociologique des professions par rapport au contexte français. Cependant, il nous semble que les lectures interactionnistes, et plus particulièrement les essais de E.C. Hughes sur les métiers, peuvent constituer des pistes fécondes pour orienter nos analyses. Elles peuvent, notamment, nous permettre d’interpréter les réflexions historiques portant sur la sociologie. Certains travaux ont l’avantage de replacer cette dimension dans un cadre comparatif ou plus général, par exemple celui du système universitaire français. Ils constituent d’autres sources non négligeables auxquelles nous nous référerons (T. Clark, 1971, V. Karady, 1976). C’est d’ailleurs dans cette perspective qu’est conçu l’article de J. Heilbron portant sur la professionnalisation de la sociologie (J. Heilbron, 1986). Parce qu’il correspond très exactement à l’approche que nous souhaitons adopter, la trame de cet article servira de fil directeur à l’interprétation théorique et historique des observations des itinéraires universitaires et professionnels des diplômés et de leurs rapports à la sociologie. Nous présenterons d’abord les principales lectures de la sociologie anglo-saxonne des professions, puis nous tenterons de les comparer à nos observations.

9Notre réflexion examinera successivement trois questions : celle de la production des professionnels et donc du problème du titre, de l’accès au titre et plus généralement de la lutte pour la définition légitime de la compétence ; celle de la demande et de la contrainte du marché du travail ; enfin celle des formes d’associations, de mise en place de stratégies collectives et du travail de représentation qu’elles impliquent (J. Heilbron, 1986). Il nous semble que l’examen de ces trois thèmes, interprétés à la lumière d’une sociologie des professions, permet d’apporter quelques réponses aux questions qui concluaient la seconde partie. Celles-ci portaient, notamment, sur l’analyse des modes de formation au métier de sociologue ; sur la domination des représentations académiques de la sociologie chez les diplômés ; sur la faiblesse de l’identification professionnelle de soi comme sociologue ; mais aussi sur les clefs des différentes logiques d’identification à la sociologie.

Variations sémantiques

Définitions

10Dans son article consacré à la professionnalisation de la sociologie, J. Heilbron souligne qu’il « existe très peu de textes de sociologues français où la question des professions et de la professionnalisation est abordée dans le sens anglo-saxon des termes » (J. Heilbron, 1986). Cette assertion vaut plus encore lorsque la sociologie en est l’objet d’étude. Précisément, quand la sociologie des professions aborde le cas de la sociologie, elle est essentiellement anglo-saxonne. Il est vrai qu’à deux exceptions près (J. Heilbron, 1986 ; P. Desmarez et P. Tripier 1985), nous n’avons recensé sur ce thème que des travaux étrangers, principalement réalisés par des sociologues américains. Cet état des lieux est révélateur du contexte national dans lequel la sociologie des professions s’est développée et conduit à des particularités sémantiques, propres à cette discipline.

11Le terme « métier », originellement orthographié « menestier » puis « mestier », est d’abord attesté en français dans l’expression « lo Deo menestier », signifiant le service divin. Il prend vers 1050, par extension, les sens de fonction et de service. C’est au cours du xiie siècle que le terme « mestier » est appliqué à l’exercice d’un art. Il signifie aussi le service procurant une rémunération. Apparu plus tardivement que le terme « métier », le mot « profession » désigne, avec le développement des Universités, les individus exerçant des fonctions de prestige à caractère intellectuel et artistique. La « profession » se distingue alors des arts mécaniques dont relèvent les « métiers ». La distinction entre arts mécaniques et arts intellectuels (ou arts libéraux) correspondrait au passage d’une connaissance experte, mais basée sur une expérience laborieuse et instruite collectivement, à une connaissance liée à l’essor des savoirs scientifiques. C’est pourquoi, pour C. Dubar, la distinction entre le « métier » et la « profession » renvoie à « un ensemble de distinctions socialement structurantes et classantes qui se sont reproduites à travers les siècles : tête / mains, intellectuels / manuels, haut / bas, noble / vil, etc. » (1991, p. 134). Cependant, la notion de « métier » et celle de « profession » ont une base commune, cristallisée par la notion de corporation, c’est-à-dire l’ensemble des individus exerçant la même « profession », le même « métier ». La corporation est soumise à une réglementation et des règles strictes constituant un « corps » et faisant « profession » ou déclaration de foi. Au-delà de la division entre travail manuel et intellectuel, ces deux termes renvoient donc à une même organisation du travail, fondée sur un système marchand plutôt que capitaliste.

12Dans l’usage du français courant et dans le langage administratif, les termes « profession » et « métier » ont perdu leur sens libéral et sont utilisés selon une plus large extension. Ils peuvent être synonymes d’emploi, c’est-à-dire d’activité régulière exercée par une personne pour gagner sa vie. Ils peuvent aussi signifier l’ensemble des personnes qui exercent le même « métier ». Dans ce cas, la « profession » et le « métier » font référence à la réunion d’intérêts communs. En revanche, l’usage anglo-saxon du terme « profession » tend à limiter son acception aux « activités les mieux organisées sur le mode libéral et les plus reconnues socialement » (J.-P. Terrenoire, 1991. p. 11).

13E.C. Hughes élabore la même distinction entre le sens français de la « profession » et son sens libéral (profession libérale) proche de l’acception anglo-saxonne.

« En français, la profession recouvre n’importe quelle occupation [métier]. La profession libérale a une connotation plus prestigieuse et renvoie à un statut spécifique. Notre utilisation [anglophone] du terme profession remonte à l’expression « profession libérale » qui, jadis, signifiait toute profession digne d’un homme libre – c’est-à-dire d’un gentleman, à la différence des gens qui appartenaient aux ordres inférieurs. Dans le monde anglophone, le terme de profession est maintenant utilisé pour certains métiers qui jouissent d’un prestige supérieur, qui rendent un service ésotérique, souvent basé sur la science » (E.C. Hughes, 1971, p. 388).

  • 3 Parmi la très grande diversité des traits reconnus aux seules professions, par les sociologues fonc (...)

14Cette différence anglo-saxonne entre le « métier » et la « profession » est essentielle, car elle servira de fondement à un « modèle professionnel » qui recouvre l’ensemble des représentations sociales et des rôles liés aux professions (J.-M. Chapoulie, 1973). Ce modèle sera entériné, aussi bien au plan juridique que social, et par certains sociologues au plan scientifique. Pour d’autres sociologues, tel E.C. Hughes, la justification scientifique de cette hiérarchie entre « profession » (profession établie en français) et « occupation » (métier en français) est culturelle. Elle reflète une construction sociale, propre aux valeurs scientifiques mises en exergue par les sociétés modernes. Néanmoins, E.C. Hughes rappelle que certaines professions sont beaucoup plus anciennes que les sciences et P. Milburn souligne que, dans le cas de la « profession » juridique, la spécificité scientifique du savoir ne résiste pas à l’analyse empirique. En fait, la science, au centre du modèle fonctionnaliste, justifie la supériorité du service offert par les professions qui la revendiquent et garantit leur compétence3. Celle-ci leur permet par ailleurs d’exiger une confiance absolue de la part de leurs clients pour l’accomplissement monopolistique de leur activité (P. Milburn, 1991). Parce que la notion de « profession » se rattache à une conceptualisation précise de la sociologie anglo-saxonne des professions, nous utiliserons, dans cette acception, le terme de profession.

15Dans le cas où il ne s’agit pas d’une profession établie, nous utiliserons le terme de métier ou d’« occupation ». Les termes « professionnalisme » et « professionnel » seront mobilisés dans leur sens anglo-saxon, sans restriction aux professions libérales. Cependant, nous userons, faute d’une meilleure désignation appropriée, du mot professionnel dans une seconde acception : lorsqu’il sert uniquement à désigner la sphère du travail, comme dans l’expression « identité professionnelle » ou « exercice professionnel ».

Contexte historique et national : États-Unis et France

  • 4 Dans sa thèse de 3e cycle en sociologie consacrée à la profession juridique, en France, P. Milburn (...)

16Les premières réflexions théoriques sur les professions, conduites par des sociologues comme E. Durkheim, apparaissent, dès le début du xxe siècle, dans plusieurs pays, dont les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne (E. Durkheim, 1986, 11e édition, préface de la seconde édition). Dans un contexte socio-économique et politique en proie à de profondes mutations, ces travaux considèrent les « groupements professionnels » (professions, associations, corporations, etc.) comme des formes institutionnalisées de la division du travail susceptibles de favoriser une régulation sociale et morale de la société (J.-M. Chapoulie, 1973). Néanmoins, l’une des différences importantes entre les nations est leur conception du contrôle exercé par l’Etat sur ces groupements professionnels. Or, comme le font remarquer A.M. Carr-Saunders et P.A. Wilson, c’est en France que le contrôle étatique atteint sa forme extrême (A.M. Carr-Saunders, P.A. Wilson, 1962). Selon J.M. Chapoulie, mais aussi G. Benguigui, l’existence d’un mouvement ouvrier politico-syndical, beaucoup plus indépendant des classes moyennes qu’aux États-Unis, est aussi à l’origine de la faible diffusion du modèle professionnel en France. Pour J.M. Chapoulie, « ce mouvement est à l’origine du développement de représentations de la structure sociale et, en particulier, d’un modèle capable de structurer des revendications et des stratégies de luttes politico-économiques, tout à fait différent du modèle professionnel » (1973, p. 100). Pour G. Benguigui, « la notion de profession s’oppose à celle de syndicat » (1972, p. 111). Alors que les professions donnent lieu à de très nombreuses publications aux États-Unis, elles demeurent plus rares en France. Lorsqu’elles existent, elles sont souvent critiques. Aux États-Unis, la sociologie des professions a été consacrée par des écoles de pensées et des sociologues prestigieux. La première est l’école « fonctionnaliste », dont les réflexions furent impulsées par T. Parsons. La seconde est l’école « interactionniste », ou encore « école de Chicago », dont l’un des mentors fut E.C. Hughes4. Des différences épistémologiques fondamentales caractérisent ces deux écoles quant à leurs lectures des professions et ne sont pas sans lien avec les contextes socio-économiques, politiques et idéologiques qui les accompagnent.

La lecture fonctionnaliste

17Les fonctionnalistes, dont T. Parsons, R.K. Merton, entre autres, sont les premiers sociologues d’après-guerre à proposer des réflexions systématiques sur les professions et, plus largement, sur le mouvement de professionnalisation général. Ce dernier est inséparable de la mobilité et du progrès social figurés par la classe moyenne, caractérisant la société américaine. Plus qu’un support de pratique, le mouvement de professionnalisation institue un modèle professionnel qui est au fondement même de la culture et de l’action de cette classe. Le modèle professionnel – et par conséquent la culture professionnelle – devient l’idéologie dominante aux États-Unis et incarne la forme aboutie de la réussite individuelle et sociale. Ce mouvement, par son ampleur, suffit à éveiller l’intérêt des fonctionnalistes pour son étude sociologique, mais cet intérêt est rehaussé par la volonté de ces sociologues d’asseoir la suprématie de leur discipline et d’accéder au statut de profession.

Le modèle professionnel et ses fonctions sociales

18Dans ce contexte, ces sociologues vont construire une théorie sociologique du modèle professionnel qui trouvera son fondement scientifique dans l’approche fonctionnaliste. Pour les fonctionnalistes, le système global des sociétés modernes est composé par des sous-systèmes, dont peuvent faire partie les corps institutionnels ou les groupements comme les professions. Ces sous-systèmes remplissent des fonctions indispensables au contrôle et au maintien de l’ordre social et moral. Ils répondent aux besoins individuels et collectifs, tout en dépassant les divisions internes à la structure sociale. L’importance fonctionnelle, accordée à ces groupements, tient à leur position « interstitielle » (comme la désignent J.-M. Chapoulie 1973 et P. Milbum 1991) dans la structure sociale. Elle permet d’ajuster les intérêts (ou besoins) particuliers et les intérêts universels. Pour E. Greenwood :

  • 5 Tous les extraits de textes d’auteurs anglo-saxons ont été traduits par nous, sauf si précisé.

« Les professions occupent une position de grande importance sur la scène américaine. Dans une société comme la nôtre, caractérisée par une division du travail fondée sur une spécialisation technique, beaucoup de domaines importants de l’organisation sociale sont sous la dépendance de fonctions professionnelles. (...) Ce n’est donc pas étonnant que le phénomène professionnel devienne un objet d’étude sociologique. L’approche sociologique des professions est de percevoir une profession comme un groupe organisé qui est constamment en interaction avec la société qui forme cette matrice5 » (1962, p. 207).

19Pour A.M. Carr-Saunders et P.A. Wilson, les professions seraient même les plus stables de ces corps intermédiaires, car :

« [...] la famille, l’Église et les Universités, certains groupements intellectuels et, par-dessus tout, les professions the great professions, demeurent comme un rocher sur lequel les vagues se fracassent en vain » (1962, p. 497).

Le modèle professionnel et ses attributs

20Les professions auxquelles sont associés des attributs moraux et éthiques tels que l’altruisme, l’universalisme, etc., constituent donc des corps intermédiaires capables de remplir les fonctions essentielles au maintien de la cohésion sociale et morale. Les attributs professionnels vont faire l’objet d’une importante littérature fonctionnaliste qui concoure à légitimer une frontière entre les professions et les métiers, à justifier l’importance fonctionnelle des premières. L’universalisme, qui implique un certain désintéressement, n’est pas le seul trait professionnel reconnu par les fonctionnalistes. D’autres qualités s’y adjoignent. Elles sont généralement acquises en cours de socialisation, mais parfois « psychologiques » et intrinsèques à l’individu. Pour T.H. Marshall, par exemple, l’essence du professionnalisme est fondée sur la qualité individuelle du professionnel qui sublime, dans l’intérêt du client, le sien propre (1962, p. 199). Pour A.M. Carr-Saunders et P.A. Wilson, l’attribut qui justifie la supériorité des professions (enseignantes ou juridiques, notamment) est leur capacité adaptative aux changements sociaux (1962, pp. 199-208). Enfin, pour E. Greenwood, la véritable différence entre un professionnel et un non-professionnel n’est pas d’ordre qualitatif mais quantitatif, car même les métiers possèdent les attributs typiques des professions (1962, pp. 207-208).

La science : attribut suprême des professions

21D’un point de vue fonctionnaliste, la distinction entre profession et métier traduit une hiérarchie sociale et de prestige, fondée essentiellement sur la possession d’un savoir intellectuel et scientifique. Cette propriété est plus généralement partagée par ces sociologues pour distinguer les professions des occupations (G. Benguigui, 1972, p. 101). L’ensemble des auteurs fonctionnalistes perçoit les professions comme des occupations intellectuelles. L’activité de la profession est fondée sur un long processus d’assimilation formelle d’un savoir théorique. À lire les recherches fonctionnalistes, on relève que la science est à l’origine et au centre du professionnalisme moderne. Selon E. Greenwood, par exemple, « la science constitue la tradition essentielle » de la profession (1962 p. 206). La science est à l’origine du professionnalisme, car les activités professionnelles dérivent d’un savoir scientifique original, ésotérique, et instaure une frontière infranchissable entre les professionnels (les savants), détenteurs du savoir, et les laïques (les profanes), non initiés au savoir. La science est au centre du professionnalisme, car c’est par la constitution et la formation à un corps systématique – et original – de théorie que les professionnels définissent l’objet de leur pratique et les classes de phénomènes qui s’y rattachent. C’est dans ce corps de théorie qu’ils puisent les énoncés et les arguments rationnels de leurs interventions. Comme ils sont seuls à posséder une telle formation, ils sont seuls habilités à exercer ce savoir original. Ils justifient ainsi l’octroi d’un domaine de la réalité où ils détiennent à la fois le monopole d’intervention et le monopole de jugement vis-à-vis du client et vis-à-vis des pairs. D’autres privilèges et spécificités sont hérités de cette qualification : la reconnaissance de l’utilité sociale de la profession par les citoyens et l’État ; l’institution de formations et de diplômes spécifiques préparant et consacrant le droit à l’exercice de la profession ; la confidentialité – privilège réservé à de rares professions – qui unit le client au professionnel. Ce dernier détient sous sa seule autorité le secret livré par la clientèle. Enfin, la science est au centre du professionnalisme, car en légitimant la théorie comme fondement de la pratique professionnelle, elle met en exergue un type d’activité auquel les occupations non professionnelles ne recourent généralement pas. Il s’agit de la construction théorique sur la base de la recherche systématique (E. Greenwood, 1962, p. 209). Cette activité est fondamentale pour le maintien de la profession. Le rôle des chercheurs et des théoriciens va consister, dans l’investigation scientifique et la systématisation théorique, à renouveler et à maintenir la validité du modèle théorique. Cette suprématie du rôle avalise une division et une hiérarchie internes au sein du groupe professionnel, entre les fonctions orientées vers la théorie et celles qui sont tournées vers la pratique. Ainsi le modèle libéral, idéal type du professionnel représenté communément par le médecin ou l’avocat, ne correspond pas forcément au statut le plus élevé et à l’activité ou au service le plus prestigieux d’une profession (J.-M. Chapoulie, 1973, p. 111). Plus précisément, la science devient l’attribut central qui conduit les sociologues à établir une hiérarchie entre les professions appliquées et les professions scientifiques, au profit de ces dernières.

22Dans un article datant de 1961, la description que T. Parsons fait de la sociologie comme profession et les prescriptions qui s’en suivent illustrent le bien-fondé de ces propos.

23L’auteur y distingue deux types de professions : les professions scientifiques et celles, principalement appliquées, comme la médecine (T. Parsons, 1961). Or, le caractère non appliqué des premières est celui que T. Parsons reconnaît à la sociologie, et c’est à cette fonction qu’il attribue, sans hésitation, la suprématie, subordonnant les pratiques appliquées. Selon l’auteur, la nature non appliquée de la sociologie scientifique nécessite d’élaborer deux grilles de lecture sociologique. La première grille de lecture envisage la sociologie comme « complexe culturel en soi », c’est-à-dire comme profession. T. Parsons englobe dans cette entité les normes, les valeurs et les règles organisant l’activité de travail. Il y inclut aussi le problème de la spécificité du travail sociologique (par rapport aux autres disciplines) et les relations entre la sociologie comme science et la sociologie comme pratique. Comme T. Parsons reconnaît, par ailleurs, que la sociologie s’exerce dans le cadre d’activités spécifiques, il envisage une seconde grille de lecture. Cette dernière vise à analyser la sociologie comme « partie intégrante d’une entité plus importante ». Cette entité est notamment constituée par les institutions, les organisations et les fonctions qui organisent et définissent les pratiques sociologiques. Selon T. Parsons, la tendance empiriste de la sociologie et l’intérêt pour les problèmes sociaux particuliers étaient le produit naturel de l’adhésion au protestantisme libéral, dominant la société américaine du début du siècle. Dans cette période, la sociologie était une connaissance au service de la communauté et de la religion. Elle avait une fonction de travail social. « C’est ainsi que beaucoup des premiers sociologues américains reçurent une formation religieuse et que plusieurs sections des Universités combinaient la sociologie et le travail social ». (T. Parsons, 1961, pp. 271-272). Au début des années 60, la sociologie américaine est dégagée, à la satisfaction de T. Parsons, de « l’identification simpliste » de ses débuts, avec ses buts pratiques et particuliers (microscopiques). Elle est devenue une discipline scientifique, autonome et désintéressée. Elle dispose d’une tradition théorique et d’un domaine de recherche propre. Pourtant, la fonction appliquée demeure pour l’auteur un des points de tension et une menace pour la sociologie scientifique, imputables à la « contamination idéologique » qu’elle fait peser sur les intérêts de la profession de sociologue. Comme le succès de la sociologie rend inévitable le développement des pratiques appliquées, il est donc nécessaire de structurer la profession, de l’organiser à l’aide d’une formation adéquate, de créer des écoles spécialisées et d’établir une division stricte des fonctions professionnelles. La profession réserverait les seules applications aux praticiens formés à cela, plutôt qu’aux scientifiques eux-mêmes. Seules de telles dispositions garantiront « une protection de la fonction centrale qui est la profession scientifique contre divers types de pressions déviationnistes » (T. Parsons, 1961, p. 27). Bref, ici, les praticiens deviennent « les hommes de main » de la sociologie scientifique.

  • 6 On peut trouver, parmi d’autres, deux articles de sociologues anglo-saxons qui examinent la profess (...)

« Étant donné l’intérêt central très net de l’organisation de la profession à être une discipline scientifique, la première série de problèmes à évoquer implique l’état de la discipline [...]. En faisant cela, je donnerais sans équivoque une suprématie au rôle du sociologue en tant que scientifique [...]. Nous devons prévoir une expansion plus grande des fonctions appliquées et nous préparer à affronter les problèmes qui seront soulevés. [...] La création de règles, pour se donner les moyens d’organiser correctement cette professionnalisation, sera, je le crois, une des tâches principales de nos associations professionnelles, une tâche étroitement liée à la protection des intérêts des sociologues6 » (T. Parsons, 1961).

La socialisation, socle de la communauté professionnelle

24Afin de s’assurer que tous les professionnels possèdent les attributs sur lesquels repose la culture propre aux professions, la socialisation joue un rôle fondamental. Elle permet de sélectionner, parmi tous les prétendants au titre, les individus susceptibles d’être conformes aux valeurs professionnelles et d’écarter les « déviants » potentiels. La vocation (présentée par le modèle professionnel comme critère d’entrée dans la profession) et les capacités intellectuelles ne suffisent pas. En complément des capacités scolaires, d’autres critères, d’ordre psychologique, sont mobilisés et mesurés tout au long de la formation. S’ils sont psychologiques, c’est parce que l’activité professionnelle possède un caractère exceptionnel. Pour être fidèle à la mission que se donne la profession – un engagement total et désintéressé de l’individu à son travail –, la socialisation doit favoriser le recrutement d’individus possédant des valeurs morales et psychologiques supérieures à la « moyenne » (E. Greenwood, 1962).

La critique du modèle professionnel fonctionnaliste

25L’ensemble des considérations fonctionnalistes sur les professions, dont nous avons présenté ce qui nous semble être les principaux éléments, sont aujourd’hui assez unanimement critiquées par les sociologues. En effet, le principe consistant à dépeindre les professions comme des communautés autonomes, fondées sur une activité intellectuelle, un savoir théorique et scientifique et œuvrant au progrès social, est tantôt considéré comme une mythologie, tantôt comme une idéologie. Dans maints cas, les critiques soulignent que le modèle professionnel fonctionnaliste ne résiste pas aux confrontations empiriques. On pourrait d’ailleurs supposer qu’il doit en partie son succès au fait qu’il va dans le sens des représentations communes, et qu’il répond aux intérêts professionnels des divers groupements comme à ceux des fonctionnalistes. Il n’est donc pas étonnant, comme le rappelle K. Macdonald, que le président D. Kingsley, de l’Association américaine de sociologie, s’exclame en 1959 : « We are ail functionnalists » (K.M. Macdonald, 1995, p. 4).

26La critique fondamentale adressée aux fonctionnalistes est que, loin d’interroger les principes sociaux du modèle professionnel, ils lui accordent une légitimité scientifique. Le panégyrique du professionnel auquel se livre E. Greenwood est un des nombreux exemples contribuant à révéler le caractère idéologique des théories fonctionnalistes. Dans cet article datant de 1962, le professionnel fait presque figure d’« abbé Pierre », tant son désintérêt et son dévouement au travail, assimilables à une œuvre philanthropique (« goodworks »), sont grands. Si certains sociologues qualifient la démarche des fonctionnalistes de complaisante, d’autres dénoncent sa complicité (J. Heilbron 1986). Pour Georges Benguigui, la profession est une notion qui relève de la conception fonctionnaliste de la stratification sociale. La définition qu’elle en donne permet d’y inclure la sociologie et de la valoriser. Cette double caractéristique conduit l’auteur à affirmer que l’étude des professions est en définitive une auto-analyse qui ne souffre pas de remise en cause. L’intérêt des sociologues américains pour la profession est « presque toujours positif ». La réticence de certains sociologues à critiquer cette notion traduit « la crainte de se remettre en cause eux-mêmes » (G. Benguigui, 1972, pp. 108-112).

La lecture interactionniste

  • 7 Il existe bien d’autres alternatives à la théorie fonctionnaliste qui, pour certaines d’entre elles (...)

27Les premières critiques de la théorie fonctionnaliste des professions sont émises aux États-Unis dès les années 50-60 par les sociologues formés à l’université de Chicago. Les principaux éléments de cette approche critique sont impulsés et assemblés par E.C. Hughes. Dans sa lignée, des études d’une grande portée sociologique sont réalisées. On peut citer, entre autres : celles de H. Becker sur les étudiants en médecine, les infirmières, les musiciens de jazz, etc., de A. Strauss et de E. Freidson sur la médecine7. Leur approche des professions rompt radicalement avec celle proposée par les fonctionnalistes. Contrairement à ces derniers qui construisent a priori la profession comme objet sociologique et théorique, la lecture interactionniste adopte une démarche inductive. Elle implique que les catégorisations conceptuelles, appliquées aux professions par les sociologues, sont déduites d’un travail empirique, d’une expérience de terrain. La différence fondamentale entre ces deux approches est bien résumée par cette réflexion de J.-M. Chapoulie :

« Ainsi, là où, à la même époque, Parsons et Merton acceptaient à peu de choses près le point de vue médical sur le “savoir” et la formation professionnelle des médecins, sur leur “éthique professionnelle”, sur la définition des malades et sur la division du travail médical, Hughes offrait au contraire une analyse sociologique de ces notions qu’utilisent les médecins au cours de leurs pratiques et pour justifier leur statut [...]. Plus généralement, Hughes insiste sur les effets de ce que Becker dénommera plus tard “hiérarchie de la crédibilité”, et qui conduit insensiblement le sociologue, s’il n’y prête une attention consistante, à épouser le point de vue des groupes qui disposent d’une certaine légitimité aux yeux des classes moyennes, auxquelles appartiennent typiquement les sociologues » (J.-M. Chapoulie, préface de Outsiders par H. Becker, 1963, trad. française, 1985, p. 20).

De la profession à l’étude des métiers

28La perspective interactionniste de la profession critique l’usage qui est fait de la catégorie « profession » par les fonctionnalistes. Selon elle, le sociologue n’a pas à identifier les attributs servant à établir une frontière entre ce qui est ou n’est pas une profession, car la profession et ses attributs – soi-disant professionnels – sont des catégories profanes (« lay » ou « folk »). En cherchant à déterminer qui est un professionnel, qui ne l’est pas ou qui ne l’est qu’à moitié (« semi-profession »), les fonctionnalistes agissent comme des profanes par rapport aux professions (E. Freidson, 1970). Pour ne pas réifïer des frontières, issues des représentations communes et des intérêts professionnels, l’approche interactionniste prône l’adoption d’une attitude plus scientifique. Elle consiste à comprendre et à analyser la profession comme une « catégorie de la pratique quotidienne » (J.-M. Chapoulie, 1973). Pour cela, la démarche interactionniste préconise d’interroger et de rendre compte de la catégorie profession et de ses attributs, en étudiant tous les aspects quotidiens du travail auxquels sont confrontés les professionnels. Ces aspects comprennent : les relations de travail et celles entretenues avec les clients ; les tâches professionnelles, la répartition des tâches ; enfin la catégorisation des professions pour spécifier ce que les professionnels font ou ce qu’ils sont, etc. Cette démarche sociologique contribue effectivement à montrer, comme le rappelle K.M. Macdonald, que la profession, telle que les fonctionnalistes l’envisagent, est une catégorie idéalisée et manipulée.

  • 8 Nous le préciserons ultérieurement, mais il importe de souligner que le processus de professionnali (...)

29La profession permet aux professionnels de disqualifier d’autres métiers et de dissimuler une réalité plus ordinaire que celle sous laquelle ils se présentent aux profanes en usant et en abusant d’attributs tels que l’éthique, l’altruisme et bien d’autres encore (K.M. Macdonald, 1995, p. 4). Alors que, pour les interactionnistes, la profession est une construction sociale. Par ailleurs, ces derniers recommandent de ne pas se limiter à l’étude des professions. Ils conseillent, dans une perspective comparative, de prendre en considération tous les métiers, des plus modestes aux plus prestigieux. Selon E.C. Hughes, il n’existe pas de profession telle que l’envisagent les représentations communes et fonctionnalistes. Il existe uniquement des métiers qui cherchent à s’octroyer des privilèges et des libertés, qui veulent obtenir un monopole d’exercice et des droits y conférant, et des métiers qui parviennent à devenir des professions établies. Pour mieux rendre compte de cette réalité et fournir les principes d’analyse des professions, E.C. Hughes invite les sociologues à débuter l’analyse des métiers par les moins prestigieux d’entre eux, car « bien qu’il s’y passe la même chose qu’ailleurs, les gens ne cherchent pas à y dissimuler l’envers du décor, comme ils le font dans les métiers en ascension sociale » (E.C. Hughes, 1970, traduction française par J.-M. Chapoulie, 1996, p. 80 ; p. 125). Ainsi, la sociologie des métiers de E.C. Hughes et des interactionnistes est tout autant une sociologie de la professionnalisation que l’étude d’un milieu social. Les processus sociaux à travers lesquels des individus ou des groupes s’engagent dans la quête d’un statut professionnel8 et ce qui en résulte, sont deux aspects, inextricablement liés, de l’étude des métiers et des professions.

Métiers et interactions : une combinaison complexe entre les professionnels, leur environnement et leurs clients

30Outre le caractère empirique et pragmatique de ces travaux, leur particularité et leur intérêt se rapportent à la manière dont ils rendent compte des processus d’élaboration et d’agencement de la réalité professionnelle. Fidèles à la tradition interactionniste de l’université de Chicago, ces travaux considèrent que la réalité sociale n’est pas donnée comme telle, qu’elle n’a aucune existence autonome, mais qu’elle résulte d’un travail de construction sociale. Elle ne prend sens qu’à travers la subjectivité des acteurs, c’est-à-dire à travers l’interprétation qu’ils ont de leur situation, des actions des autres acteurs qui participent à cette situation et de leurs motivations. En conséquence, la réalité sociale est construite par les interactions qui se nouent entre des individus et entre des groupes. Ces interactions donnent lieu à des ajustements constants à l’environnement et aux personnes avec qui les acteurs entrent en contact. L’interaction sociale est donc une notion centrale dans la sociologie du travail de E.C. Hughes et, par conséquent, dans celle des métiers. Elle en est même le thème fondamental, comme le revendique le sociologue dans un de ses essais consacrés au travail et aux métiers, qui fait implicitement référence à ses collègues :

« Je protesterais en revanche vigoureusement si on entendait par là que l’interaction sociale n’est pas une caractéristique essentielle et omniprésente d’un travail humain. Ceux qui passent leurs nuits à travailler d’arrache-pied pendant que leurs compagnons dorment, cherchent peut-être à entrer en contact avec des compagnons ou des collègues encore inconnus, mais plus distingués » (E.C. Hughes, 1956, trad., 1996, p. 62).

31Les interactions sociales ne se jouent pas uniquement au sein même des métiers et entre les différents acteurs professionnels. Elles mettent en rapport les professionnels et leurs clients (avérés et potentiels) d’une part, les professionnels et les membres d’autres métiers, d’autre part. Il va sans dire que les interactions englobent également celles que les métiers ou les professions entretiennent avec leur environnement culturel. L’enjeu de ces interactions est primordial. Les autres travailleurs, avec qui les professionnels forment système, incorporent des conceptions du métier et du travail qui peuvent être très différentes de celles des professionnels. Ils revendiquent des droits et des privilèges susceptibles de remettre en cause ceux argués par les professionnels. Les interactions avec les clients s’organisent autour de leurs besoins et des services rendus par les professionnels pour y subvenir.

32L’influence de l’environnement social, de ses valeurs et de ses normes conduit les interactionnistes à défendre une interprétation culturelle de la profession. En tant que « catégorie de la pratique quotidienne », la profession possède des valeurs, des idées et des modes de conduite, interdépendants des conditions sociales et culturelles qui ont favorisé sa réussite. Elle est tenue, pour assurer son accès au statut de profession et maintenir ce statut, de se conformer à des modèles culturels dominants. C’est en partie de cette conformité dont dépendra sa réussite, car elle implique que les profanes, mais aussi les clients et les différentes institutions avec qui elle entretient des relations, lui accordent leur confiance. Dans cet esprit, J.-M. Chapoulie rappelle que l’une des conditions sociales permettant aux professions d’accéder à une position hiérarchique élevée est leur proximité pratique et culturelle avec les classes dominantes, les instances étatiques et juridiques. En empruntant les formes idéologiques de ces classes, elles s’assurent leur compréhension et leur soutien (J.-M. Chapoulie, 1973, p. 96). Renchérissant, C. Paradeise souligne que l’acquisition du statut professionnel est le fruit d’un travail de construction qui met au centre de la compétence : la relation entre le besoin et la science. Le support de cette « construction de la compétence » est, notamment, d’ordre argumentatif ou rhétorique. La réussite de ce travail de construction dépend donc, dans ce cas, de l’efficacité de l’argumentation qui permet à la profession de communiquer son travail au public (client, État, etc.). Il est nécessaire que l’argumentation développée convainque de l’intérêt collectif supérieur des services rendus par la profession et de la nécessité première, pour la société, de s’en remettre à la seule compétence du corps professionnel pour l’exercice de ces services. Par ailleurs, il est nécessaire que le public adhère à l’argumentation et aux valeurs que défend la profession. Ces valeurs préexistent à l’argumentation. Elles sont renforcées par elle ou peuvent être créées. Cependant, « elles peuvent être remises en cause par toute modification de la composition ou des croyances des auditoires » (C. Paradeise, 1985, p. 22).

33Dans l’étude sociologique des métiers de E.C. Hughes, l’interaction sociale repose sur deux autres notions majeures : la division du travail et les rôles sociaux distincts qui lui sont attachés.

La division morale du travail : licence et mandat

34L’analyse d’un métier correspond à une forme première de la division du travail. E.C. Hughes la définit comme « morale », dans la mesure où elle « renvoie à des processus de répartition des différentes fonctions morales entre les membres de la société, individus ou catégories d’individus » (E.C. Hughes, 1971, trad., 1996, p. 100). Plus précisément, elle établit une séparation entre deux catégories sociales. La première réunit les professionnels chargés des activités sacrées. Ceux-ci ont la responsabilité et le pouvoir de définir les valeurs, les règles et les sanctions concernant les différents aspects de la vie sociale qui sont en partie ou totalement reliés à ces activités. Par exemple, « les médecins ne se contentent pas de définir les termes de la pratique médicale, ils cherchent également à définir pour tous la nature même de la santé et de la maladie » (E.C. Hughes, 1971, trad., 1996, p. 100).

35La seconde catégorie désigne les profanes qui n’ont pas la charge de ces activités mais qui les délèguent aux premiers (E.C. Hughes, 1971, pp. 80-81). Cette division entre activités sacrées (professionnelles) et profanes (non-professionnelles) s’appuie sur trois éléments essentiels. Le premier est la certification (Licence). Celle-ci confère le droit (légal) d’exercer et signifie, dans un sens plus large, l’octroi par le public du droit du métier d’user – selon une certaine marge – d’une liberté dans leur pratique professionnelle et sociale. Le deuxième élément est la mission (mandat) qui spécifie l’activité – ou le service professionnel – et les règles de son exercice. Ce mandat, délégué par la société au métier, suppose qu’il soit le seul habilité à l’exercer, à définir les règles de son exercice, à juger des malfaçons ou des erreurs professionnelles. Ce mandat suppose, par ailleurs, que l’exercice du métier (et son pouvoir) repose sur la détention d’un savoir coupable (« guilty-knowledge »). Ce savoir correspond, d’une part aux activités professionnelles honteuses, dégradantes ou illicites – telles que les erreurs, les compromissions, les détournements des règles de droit, etc. – auxquels se livrent les professionnels. D’autre part, il concerne le secret social intériorisé par chaque profane et dont le professionnel se charge lorsqu’il rend service. Il en va ainsi des prêtres, des médecins, des avocats, des policiers ou des psychanalystes qui détiennent des informations inavouables en dehors des lieux où elles sont livrées. Pour empêcher la divulgation de ces informations (« potentiellement embarrassantes » voire « dangereuses » pour les professionnels et les profanes), l’exercice du métier repose sur une transaction entre les différentes parties. Elle se conclut par le secret professionnel et le respect d’un code éthique, érigé en « des règles de protection mutuelle parmi les personnes d’une catégorie [...] qui sont par définition liées aux erreurs, puisque commettre des erreurs est dans la nature de tout travail » (E.C. Hughes, 1971, p. 375). Pour s’assurer le respect des règles de protection mutuelle édictées par le code éthique, la profession encourage la conversion de l’identité individuelle du novice en une identité professionnelle. Selon E.C. Hughes, cette conversion prend, symboliquement, la forme d’un pacte sacré analogue à celui qui préside à l’entrée dans la carrière religieuse. L’engagement n’endure aucune trahison (pour la survie de la profession), comme si quitter la profession supposait le risque d’une divulgation de secrets auxquels le novice a été initié durant sa formation et sa pratique.

« D’un point de vue psychosocial, ils [les fondateurs d’une profession et les éducateurs] insistent pour que l’individu accepte son identification à l’occupation comme une part de sa propre identité, comme une réponse constante et significative à la question qu’il se pose lui-même “qui suis-je ?” Et à la question que posent les autres “qui êtes-vous ?” [...]. Les vrais membres d’une profession quittent cette identité seulement lorsqu’ils ne travaillent plus ensemble. Une personne qui, une fois entrée dans le cercle des initiés, l’abandonne, manquerait d’égard, insulterait la profession entière. Elle encourt ainsi la colère du clergé qui lui a donné la consécration. Car le groupe professionnel cherche à devenir quelque chose de permanent de deux manières : premièrement, il faut que le groupe continue à recruter, deuxièmement, il faut que le groupe perdure comme un groupe légitime et reconnu par la société » (E.C. Hughes, 1971, p. 466).

36Enfin, le troisième élément de cette division morale du travail est que la détention d’une licence et la charge d’un mandat conduisent les professionnels à adopter une vision particulière de leur activité professionnelle. Celle-ci est, en effet, « rectifiée » à la lumière des savoirs et des secrets auxquels ils sont les seuls à être initiés. Maints mandats incluent « le développement d’un projet philosophique pour la société, au sens large, désignant tous les systèmes de pensée, de valeur et d’action concernés directement ou indirectement par leur travail » (E.C. Hughes, 1971, p. 466).

37Cette vision spécifique de la réalité sociale forme la majeure partie de la culture professionnelle. Elle est enseignée de manière plus ou moins implicite en cours de formation au métier, tout en étant censée être partagée par l’ensemble des professionnels. Cette culture est un système particulier qui englobe des connaissances, mais surtout des croyances, des valeurs et une idéologie spécifiques au métier. L’idéologie conduit à une vision normative du monde et du métier.

38Cette division externe entre occupations sacrées et profanes correspond aussi à une division interne de l’espace professionnel qui hiérarchise des fonctions plus ou moins sacrées (importantes et prestigieuses) et des professionnels plus ou moins consacrés. En fait, tout dépend de la mission confiée aux professionnels. Plus elle est « tabou », plus les risques courus – à cause d’une virtuelle divulgation de secrets ou d’une faute professionnelle – sont grands, plus la profession qui a en charge la mission est sacrée. Le statut social et le prestige atteints par un métier et les privilèges qui lui sont liés peuvent, en partie, dépendre de la nature du mandat qui lui est confié par la société. La division du travail, envisagée sous une forme morale, se décline aussi sous un aspect social qui dément l’unité de façade, défendue par les professionnels et reprise par les lectures fonctionnalistes. « Si certains métiers sont plus respectés et d’autres plus modestes, il existe également des différences de prestige à l’intérieur de n’importe quel métier » (E.C. Hughes, 1970, trad., 1996, p. 124).

La division sociale du travail

39Les divisions internes à un même espace professionnel vont être formalisées par les approches organisationnelles et conflictuelles des professions (« power approach »), À l’intérieur du champ fonctionnaliste, des auteurs comme R.K. Merton (1957, in C. Dubar, 1991) ou L. Smith (1962, in C. Dubar, 1991) vont mettre l’accent sur les conflits internes à un même espace professionnel et les différentes logiques de carrières coexistant dans une même profession. L’extension du salariat parmi les professionnels, la multiplication des spécialisations dans une même profession, l’accroissement de la concurrence avec les occupations proches (qui désirent se professionnaliser) vont conduire, selon R.K. Merton (1957), à ce que les professions engagent un processus de bureaucratisation des carrières. Il suppose que l’institutionnalisation des cursus hiérarchisés de formation (en niveaux de diplôme par exemple) correspond à des niveaux hiérarchisés d’activité professionnelle (C. Dubar, 1991). C’est à la fois en vue de maintenir une cohésion et d’organiser ces divisions que la profession se bureaucratise. Elle codifie, réglemente, multiplie les normes, les statuts et les privilèges. Elle distingue les positions et les hiérarchies des membres de la profession. L’unité de la profession n’est plus qu’un atour qu’elle revêt, une identité sociale organisée par la profession pour la communauté interne et pour le public.

La nature « organisationnelle » des métiers

40Le dévoilement du fonctionnement interne aux professions ou aux métiers laisse émerger de nouvelles perspectives d’analyse. Toutes vont démythifier la fable professionnelle, élaborée par les théories fonctionnalistes, servant aux professions pour négocier et maintenir leurs privilèges. Dans une logique d’étude de la division sociale du travail interne (dans la profession) et externe (entre professionnels et non-professionnels), les approches interactionnistes de la sociologie des professions vont contribuer au démantèlement du modèle professionnel. Selon E.C. Hughes, le fonctionnement de la profession est le plus souvent organisationnel, même si, par nature ou par essence, celle-ci se veut de type libéral. Ce caractère « organisationnel » recouvre plusieurs réalités, la première étant la pratique. Peu de professions sont pratiquées de manière libérale, la plupart des professionnels exerçant leur art dans une organisation salariée. La deuxième réalité est la pluralité statutaire des professionnels travaillant dans l’organisation. Ils peuvent avoir une communauté de pratique plus ou moins forte. Les relations et la place des différents professionnels sont néanmoins interdépendantes les unes des autres. La troisième réalité est que la définition et l’attribution des tâches dans les organisations sont beaucoup moins évidentes que dans le cas où elles ne dépendent que de la profession. La division des tâches en est accrue. Celles-ci, comme les rôles professionnels, vont donc être sujettes à conflits et seront difficilement prévisibles, car il faudra compter sur toutes les résistances et les stratégies développées par l’ensemble des parties en présence dans l’organisation. Enfin, la quatrième réalité est que les intérêts de la profession se trouvent confrontés à ceux des organisations qui emploient ses membres. Or, ils ne se rejoignent pas forcément. Ces réalités « organisationnelles » de la profession posent des problèmes de définition, de liberté et de pouvoir par rapport à l’idéal libéral. La recherche d’une clientèle revient, selon E.C. Hughes, à « trouver une place dans un système d’organisation ». Les bonnes relations entre collègues supposent de savoir qui, parmi l’ensemble des professionnels, fait partie de la même collégialité. Le client prend des figures multiples. Est-ce le supérieur, l’employeur ou l’institution ? Le secret de la transaction, pour certaines professions, devient lui aussi problématique. Il n’est plus sous le seul sceau du professionnel. Enfin, se pose le problème de l’autorité dont l’exercice ne revient plus à la seule profession, mais à l’organisation et/ou à l’institution dont elle dépend (E.C. Hughes, 1971, pp. 381-386 ; 389-392).

« La totalité ou presque des nombreux services fournis par les professions le sont de nos jours dans un cadre institutionnel complexe. Les membres de ces professions doivent travailler avec une foule de non-professionnels [...]. Ces autres travailleurs apportent, dans le cadre institutionnel, leurs propres conceptions de la nature des services offerts, de leurs droits et privilèges, de leurs carrières et de leur destin. [...] Comme toujours, en pareil cas, ils n’acceptent pas complètement la définition du rôle qui leur est imposé d’en haut, mais élaborent leur propre définition en communiquant avec leurs pairs et en interagissant avec les populations qu’ils servent, supervisent ou traitent. Pour étudier correctement la division du travail, il faut, dans chaque système de travail, prendre en compte le point de vue de toutes les catégories de personnes qui y sont impliquées, que leur position soit supérieure ou inférieure, qu’ils soient au centre ou à la périphérie du système » (E.C. Hughes, 1956, 1996, p. 68).

41Ce mode de fonctionnement ne va pas nécessairement à l’encontre des intérêts des professionnels salariés. Il nécessite néanmoins de reconsidérer les analyses traditionnelles de la sociologie des professions qui conçoivent les professions plus comme un idéal libéral, qu’en tant que réalité sociale et organisationnelle.

Les segments professionnels

42D’autres sociologues interactionnistes, Anselm Strauss et Rue Bûcher, vont mettre l’accent sur les tensions internes qui traversent la profession. Ils le font en dévoilant l’existence de « segments » professionnels qui remettent en cause la profession comme prétendue communauté culturelle. Pour ces auteurs, l’organisation professionnelle est traversée par des conflits d’intérêts qui aboutissent à des transformations internes importantes et permanentes.

« [...] L’hypothèse de l’homogénéité relative à l’intérieur d’une profession n’est pas absolument utile : les identités ainsi que les valeurs et les intérêts sont multiples. Ils ne se réduisent pas à une simple différenciation ou variation. Ils tendent à être structurés et partagés ; des coalitions se développent et prospèrent en s’opposant à d’autres. Nous utiliserons le terme “segment” pour désigner ces groupements qui émergent à l’intérieur d’une profession » (A. Strauss, R. Bucher, 1961, traduction française par J.-M. Chapoulie, 1992, p. 68).

  • 9 Les termes « domination » et « pouvoir » sont utilisés dans le texte traduit par J.-M. Chapoulie (v (...)

43Tous les attributs professionnels, les activités, les normes, les valeurs, les services, les clientèles, les savoirs et les techniques, mais aussi les relations entre collègues, les associations, les recrutements, etc., font l’objet de concurrences, de négociations, de « redéfinitions ». Ils naissent, meurent ou culminent au gré des variations historiques et des positions occupées par les segments dans la profession. Plus un segment occupe une position supérieure à l’intérieur de l’organisation professionnelle, plus les attributs qui le caractérisent et qu’il défend sont présentés à l’extérieur comme étant les attributs généraux. À l’intérieur, les groupes dominants9 (ceux qui détiennent le pouvoir dans et sur la profession) peuvent disposer de modes de sanction (par l’intermédiaire des associations qu’ils contrôlent ou des règles qu’ils promulguent) pour obtenir la soumission de l’ensemble des membres de la profession. Ils exercent ainsi leur pouvoir de normalisation, de définition et de contrôle sur divers secteurs : recrutement, diplômes, activités, etc. (A. Strauss et R. Bucher, 1961, trad., 1992, pp. 80-81). Les dominations sont éphémères et les tensions ou oppositions permanentes. On se doute qu’elles ne vont jamais jusqu’à l’affrontement qui est destructeur, et qu’elles sont donc gérées par la négociation. R. Bûcher et A. Strauss montrent, à travers le cas de la médecine, que les luttes de pouvoir entre les spécialisations médicales sont constantes. Les coalitions se font et se défont. Ce qui est présenté au public ou à l’observateur scientifique dissimule des enjeux contradictoires et différenciés. L’unité est, avant tout, une étiquette qui sert les segments les plus puissants. Elle permet le maintien de cette croyance profane : la profession est ce qu’elle prétend être, c’est-à-dire une communauté unie, désintéressée, compétente, au service d’une grande cause. En résumé, les principaux atouts pour assurer sa domination sont : la détention du pouvoir (notamment par les fonctions directoriales) dans les organismes, telles les commissions, qui valident les procédures de certification et de recrutement ; la détention de relations privilégiées, voire monopolistiques, avec les organismes financiers et la clientèle ; la détention du pouvoir dans les associations professionnelles. Dans ce cas, les segments supervisant les associations dominent, par ailleurs, les organes de relation publique. Ils sont les porte-parole de la profession. La détention du pouvoir dans la définition des procédures de certification peut, de son côté, se réaliser à travers l’établissement et le développement des formations, la définition de leurs contenus et de leurs débouchés, favorables au segment, mais aussi à travers les codes de déontologie.

Rôles sociaux et identités sociales

La distribution sociale des rôles professionnels

44La division interne au travail ou au métier repose sur des modes différenciés de socialisation au métier auxquels correspond un mode de distribution technique (j’exerce telle fonction ou telle tâche) et psychosociologique (je suis tel professionnel). Par ailleurs, elle s’appuie sur un mode de distribution de tâches techniques plus ou moins valorisées. L’importance de ces tâches sera évaluée selon qu’elles exigent une dextérité et des connaissances de plus ou moins grande importance. Les professionnels, qui ont suivi la formation la plus théorique et ont bénéficié du plus long processus d’initiation et d’apprentissage des savoir-faire techniques, revendiquent le statut le plus élevé, les plus grands privilèges. Les tâches les plus humbles, censées être les moins délicates et potentiellement les moins dangereuses, sont déléguées aux membres, soi-disant moins hautement qualifiés du métier ou de l’organisation. En fait, cette hiérarchie est organisée autour de critères sociaux qui sont généralement ceux des groupes à statut social élevé (E.C. Hughes, 1970, trad., 1996, pp. 123-134).

45En outre, la division du travail s’appuie sur des stéréotypes professionnels acquis en cours de formation et réifiés dans les règles du code éthique. Ces stéréotypes « classent » les professionnels (et leurs publics), définissent « leur comportement adéquat » et le « rôle » qu’ils doivent jouer dans le métier ou dans l’organisation. Dans cet esprit, le métier est considéré par E.C. Hughes, comme une scène de théâtre où se joue une pièce dramatique (« social draina of work ») dans laquelle les professionnels sont des acteurs incarnant plusieurs rôles. Ces derniers correspondent à ce qu’on attend d’eux et à ce qu’ils ont acquis en cours de socialisation. La division du travail consiste donc aussi dans la distribution de rôles sociaux (professionnels.) Un « bon » rôle comportera des gratifications pour l’identité (le « moi ») du travailleur et sera situé en haut de l’échelle de prestige du métier. A contrario, déléguer les mauvais rôles consistera à désigner une personne comme moins qualifiée, à la situer en bas de l’échelle de prestige, voire à l’exclure de la qualification, de l’appartenance au métier, en la désignant comme non professionnelle. Parce que cette distribution sociale comporte une multitude de jugements de valeurs et de prestige, « le métier d’un homme est l’une des composantes les plus importantes de son identité sociale » (E.C. Hughes, 1970, trad., 1996, p. 76). Chaque acteur de la pièce (« social drama ») va tenter de faire varier la distribution des rôles pour s’octroyer les bons. Il cherchera aussi à dissimuler, sous des désignations prestigieuses, la réalité de son activité et de son rôle. Là encore, la division du travail est assimilée à un jeu d’interactions entre les différents acteurs qui jouent sur la scène (« social drama ») du travail. Le public participe lui aussi à la désignation des rôles par la nature des services que les professionnels lui rendent et par la définition de ses besoins. Ces derniers peuvent être considérés comme étant plus ou moins légitimes, plus ou moins respectables, plus ou moins fondamentaux (E.C. Hughes, 1970, trad., 1996, pp. 129-130). Les processus d’identification de soi à un métier, à une formation ou à un titre, ont été explorés par plusieurs autres sociologues.

Les éléments d’identification au métier : entre identification intellectuelle et identification professionnelle

46H. Becker et J. Carper ont étudié l’identification des étudiants en physiologie, philosophie et génie mécanique, aux métiers auxquels ils ont été préparés. Ces auteurs partent de l’idée selon laquelle la socialisation à un métier conduit les individus à se forger, par anticipation, une identité, à intégrer des stéréotypes professionnels et à déterminer différentes possibilités de carrière. Ils identifient quatre principaux éléments sur lesquels repose l’identification à un métier : 1) le titre professionnel et l’idéologie s’y rattachant ; 2) l’engagement (« commitment ») dans une activité spécifique ; 3) l’engagement au sein d’organisations et la carrière ; 4) enfin la représentation de soi dans la société. La mobilisation de ces éléments va dépendre de l’activité à laquelle l’étudiant est préparé, de la symbolique dont le titre est porteur et des différentes idéologies (détaillant les qualités, intérêts et compétences des personnes ainsi identifiées) qui lui sont liées.

« Certaines personnes seraient tentées de ne pas se définir à partir d’un domaine spécifique d’activités défini par le titre, et préfèrent être identifiées au sein d’un domaine plus large. Certains revendiquent une identité liée à un domaine d’activités bien délimité. D’autres encore ont tendance à ne mettre en avant aucun de ces éléments, d’autres, au contraire, revendiquent les deux. De même, on observe que les idéologies implicitement liées à la personne [en raison de sa formation ou de son titre] sont parfois défendues avec fierté qu’elles soient ou non reconnues par les autres. Ces idéologies peuvent également être rejetées, même si certains tentent de les leur attribuer. Ainsi, le titre et toutes ses implications idéologiques peuvent susciter un attrait ou, au contraire, provoquer un rejet. C’est donc sous cet angle qu’il est intéressant de comparer les modes et les processus d’identification » (H. Becker, J. Carper, 1962, p. 290).

47Les étudiants de philosophie, de génie mécanique et de physiologie se distinguent par les éléments d’identification de soi au métier qu’ils mettent en avant.

48Les étudiants de physiologie ou de génie mécanique s’identifient tous deux au titre professionnel, qu’ils « portent avec fierté ». Chez les étudiants en physiologie, cette fierté est due au fait que la physiologie correspond à une activité scientifique. Elle est donc assimilée à une profession de grand prestige. La nature de leur activité les sépare des praticiens (figurés par les médecins) qui « jouent les partitions que les physiologistes écrivent ». Les étudiants ont « le sentiment d’œuvrer à construire l’édifice social de la science et accordent une valeur fondamentale à ce travail » (H. Becker, J. Carper, 1962, p. 290). Ce titre inclut le sentiment d’appartenance à une seule organisation professionnelle : la communauté scientifique. Ces étudiants n’imaginent pas que l’activité de physiologiste peut être autre chose que la recherche ou l’enseignement. Ils ne conçoivent pas qu’elle puisse s’exercer dans d’autres lieux que l’Université, les fondations et les sociétés pharmaceutiques – « où ils ne pourraient être que chercheurs » – et, à défaut, les agences gouvernementales pour la recherche appliquée. Leur réussite professionnelle est essentiellement limitée à l’univers académique et subordonnée à ses critères – expérience de recherche, publication, constitution et entretien d’un réseau relationnel. Ils comptent exclusivement sur leurs professeurs pour obtenir un poste de recherche ou d’enseignement. Enfin, le titre de physiologiste – et son prestige – sont aussi rattachés au domaine particulier d’activité liée à la spécialité disciplinaire, qu’est la physiologie, et que les étudiants estiment être « à l’origine des découvertes scientifiques majeures. »

49Les ingénieurs sont également très fiers de leur titre qui n’est pas restreint à une activité délimitée. Cette fierté est subordonnée à la croyance, forgée en cours de formation et au regard du marché du travail, en des possibilités de carrières socio-professionnellement ascendantes et économiquement rentables. Ces carrières peuvent, contrairement à celles des étudiants en physiologie, se dérouler, selon les étudiants ingénieurs, dans maintes organisations professionnelles grâce à leur compétence. Le titre d’ingénieur véhicule chez les étudiants une idéologie selon laquelle ils disposent d’une expertise toute personnelle. C’est elle qui fait leur spécificité, leur unité et leur prestige.

« Chaque personne portant le titre d’“ingénieur” a appris à raisonner de manière si rationnelle et efficace que, même si cette compétence est appliquée à des problèmes techniques, elle peut permettre de répondre à tout problème dont la solution se traduit par une rapidité et une efficacité marquée » (H. Becker, J. Carper, 1962, p. 291).

50A contrario, les étudiants en philosophie n’attachent que peu d’importance à leur titre professionnel et à sa rentabilité sociale ou économique. Leur identification de soi est aussi marquée par l’absence d’engagement personnel envers les organisations professionnelles, comme envers une gamme de tâches ou de fonctions spécifiques. Ils ne seraient pas en mesure de définir précisément ce qu’est le métier de philosophe. Seuls les grands penseurs tels que Platon ou Aristote leur semblent pouvoir bénéficier du titre de philosophe. Leur identification professionnelle relève avant tout d’une attitude intellectuelle, appliquée à des domaines très variés. Parce que la philosophie est avant tout considérée comme une humanité antique, tout problème peut être traité de manière philosophique.

« L’image la plus claire qu’ils aient de leur travail est la suivante : continuer à apprendre et à lire et ce, quel que soit le domaine. Ils envisagent toutes sortes de possibilités, allant de la recherche semi-scientifique en passant par le journalisme, les activités à caractère artistique et la politique » (H. Becker, J. Carper, 1962, p. 294).

Les identités professionnelles : transactions objectives et subjectives

  • 10 L’ouvrage de C. Dubar utilise par ailleurs des analyses sociologiques de la socialisation issues de (...)

51Dans une perspective plus théorique, et adaptée à la littérature francophone10, le sociologue C. Dubar propose, d’une part un examen des traditions théoriques et des approches disciplinaires des identités, d’autre part une théorie sociologique des identités sociales et professionnelles (C. Dubar, 1991). L’analyse de ces dernières s’inspire, pour une grande part, des travaux des sociologues interactionnistes de l’école de Chicago (E.C. Hughes, H. Becker, mais surtout E. Goffman) et résulte d’une synthèse théorique d’études empiriques portant sur des salariés (à divers échelons) d’entreprise et sur des catégories « hors-travail » (chômeurs, jeunes en formation, retraités, etc.).

  • 11 Sur cette définition traditionnelle de l’identité en sociologie, on peut se référer à la notion de (...)

52À l’encontre des séparations traditionnelles en sociologie et en psychologie qui réservent à l’une : l’identité sociale et/ou collective, à l’autre : l’identité psychologique et/ou individuelle11, l’auteur défend une approche dynamique, articulant une dimension biographique à une dimension structurelle des identités. C’est une telle approche qui permet, selon l’auteur, que « les identités, en tant que formes sociales d’individualisation, prennent une consistance sociologique » (Dubar, 1994, p. 379). Il relie aux principes explicatifs de la socialisation et des contraintes structurelles, les interprétations subjectives, les formes d’engagement individuel et les « significations sociales » nées des interactions entre les acteurs. À partir de cette analyse critique, C. Dubar propose le concept opératoire de « forme identitaire » qui articule « les processus biographiques par lesquels les individus construisent des “identités pour soi” et les mécanismes structurels permettant ou non la reconnaissance des “identités pour autrui” ». Ces derniers sont socialement légitimes à un moment donné (C. Dubar, 1994, p. 375). L’identité sociale naît de cet ajustement entre le structurel et le biographique, selon deux principaux processus : la « transaction subjective » et la « transaction objective » (C. Dubar, 1991).

  • 12 E. Goffman, Stigmates, Paris, éditions de Minuit, 1975 (traduction française).

53C. Dubar définit, nous l’avons évoqué, un double processus d’élaboration des identités sociales. Il distingue un processus biographique, hérité de la socialisation et des trajectoires sociales des individus, qui aboutit à l’identité pour « soi ». Cette identité subjective, qui dépend aussi des groupes sociaux auxquels l’individu s’identifie, est redéfinie au gré des événements subis dans la trajectoire et des interactions antérieures. Elle est par ailleurs dépendante des possibles futurs visés par l’individu. Elle est donc aussi une identité pour autrui, puisqu’en fonction des situations et des groupes de référence, elle traduit ce que l’on souhaite afficher. Dans une perspective « goffmanienne » de l’identité12, l’auteur détermine un second processus concernant l’étiquetage institutionnel et social dont tout individu est l’objet. Cet étiquetage, par et pour autrui, désigne l’identité qu’on lui prête. On est aussi ce qu’autrui dit qu’on est ; on est aussi ce qu’autrui souhaite qu’on soit. Cette identité n’est pas nécessairement en accord avec la première. On peut se sentir étranger à ce que l’on est pour autrui et, comme pour l’auteur, les identités ne peuvent se comprendre que dans un schème relationnel, il est souvent nécessaire de réduire ces décalages. Ils peuvent mener à des situations schizophréniques ou, plus couramment, devenir des obstacles à l’action pour des identités visées, par exemple, ou des identités attribuées. Ces décalages peuvent aussi contrevenir au bon déroulement des relations sociales et professionnelles.

  • 13 On retrouve ici la dualité révélée par Hegel (Dubar, 1991) dans l’élaboration des identités. C’est (...)

54C’est à travers des stratégies identitaires relationnelles, des transactions ou des négociations, que les écarts entre les deux identités vont pouvoir être réduits. Ces stratégies peuvent prendre deux formes : celle d’une transaction objective, « externe », visant à accommoder l’identité pour soi à l’identité pour autrui ; celle d’une transaction subjective, « interne à l’individu », visant à assimiler l’identité pour autrui à l’identité pour soi. Cette transaction est le fruit d’un compromis entre la nécessité pour l’individu de s’accommoder de ses identités héritées et le désir d’accéder à une nouvelle identité (C. Dubar 1991, p. 116). De fait, ces identités vont faire l’objet de combinaisons. L’importance accordée à l’une ou l’autre, les capacités de rupture avec l’identité attribuée ou l’identité héritée seront fonction de jeux de pouvoir, des intérêts en action et de la position de l’individu au sein des sphères familiales, professionnelles, sociales, etc. Cette négociation dépendra des évolutions biographiques et des avenirs possibles pour l’individu. Elle résultera par ailleurs du degré réalisable d’autonomie et envisageable d’indépendance, des risques d’exclusion évalués et supportés, de la force des liens et des interdépendances entre l’individu, les acteurs et les structures appartenant à son environnement, constituant sa réalité. À ce titre, l’élaboration d’une identité pour soi est fortement dépendante des identités forgées par autrui dans le cadre où se déroule l’action. Sa définition est non seulement fonction des itinéraires sociaux, mais aussi des espaces professionnels dans lesquels sont situés les individus et des modèles professionnels transmis par la socialisation. Dans cette optique, les transactions énoncées par C. Dubar sont déjà inscrites dans l’identité pour soi13. Ces cadres font eux aussi que l’on se reconnaît, que l’on se distingue ou que l’on s’exclut d’une certaine identité.

  • 14 On peut rapprocher cette théorie des identités sociales à celle de P. Berger et T. Luckman. Comme c (...)

55Quatre processus identitaires typiques identifiés par Claude Dubar concluent ses travaux sur la construction des identités sociales et professionnelles. Ils articulent l’identité pour soi à l’identité pour autrui et les transactions objectives et subjectives qui naissent de leur confrontation. Très schématiquement, la transaction subjective se définit selon deux modes principaux, un mode de continuité ou un mode de rupture. Le mode de continuité signifie qu’il y a correspondance entre les identités héritées et les identités visées par l’individu (au sein de son espace de travail, par exemple). Le mode de rupture signifie au contraire qu’il existe un paradoxe (« une dualité ») entre ces deux processus historiques de l’identité. Comme il existe toujours un autrui (au moins un), il existe aussi une transaction objective. Elle aussi se construit selon deux modes, un mode de reconnaissance, un mode de non-reconnaissance. Dans le premier cas, il existe une correspondance entre l’identité visée par l’individu et l’identité qui lui est attribuée (dans et par son espace de travail, par exemple). Dans le second cas, il n’y a pas de correspondance. Il existe un décalage, un conflit entre l’identité visée par le salarié dans son espace de travail et l’identité prévue, définie ou attribuée par l’institution, l’entreprise ou l’organisation dans lesquelles est inséré l’individu14.

56Même s’ils ont été formalisés par des auteurs différents, on peut considérer que tous ces éléments, qui s’inscrivent dans une perspective interactionniste des métiers, vont constituer des enjeux et des supports de la lutte (« struggle ») entre professionnels. Ils vont servir à ériger les frontières entre les professions et les métiers et, à l’intérieur, à établir une division du travail hiérarchisant les professionnels et distinguant ces derniers des non-professionnels (« les travailleurs », selon la terminologie de E.C. Hughes). Cette lutte est parfaitement illustrée dans le concept de professionnalisation. Il traduit l’effort des métiers pour accéder au statut élevé et prestigieux de la profession et pour améliorer l’image que s’en fait le public. À l’intérieur, la professionnalisation désigne l’affrontement que vivent les individus ou les différents groupes afin d’améliorer leur propre conception de soi et de leur activité, mais aussi afin de modifier celle que les autres ont de leur identité et de leur travail ou qu’ils leur attribuent.

La professionnalisation

57Telle que E.C. Hughes l’envisage, la professionnalisation est un processus correspondant à une mobilité individuelle et à une mobilité collective.

58La première forme décrit le processus par lequel un individu va chercher à acquérir « les différents niveaux de qualification » (statuts et rôles) qui lui permettront de s’élever dans la hiérarchie du métier ou de l’organisation et, plus généralement, dans la stratification sociale et économique. Ce processus est défini par le concept de « carrière » qui recouvre les changements de rôle et de statut d’un individu. Ces mouvements peuvent être codifiés et réglementés dans certaines organisations et dans les métiers. Dans ce cas, les changements de statut sont clairement désignés, mais ils peuvent aussi être plus implicites, nonobstant une certaine reconnaissance par les membres. Selon P. Milburn, E.C. Hughes distingue deux modèles dominants de carrière : « les itinérants », les plus mobiles sont aussi ceux qui concourent à faire évoluer la profession en termes d’organisation, d’activités et de valeurs ; les « sédentaires », que E.C. Hughes qualifie aussi de « fondamentalistes », demeurent attachés à leur statut et respectent à la lettre les valeurs, les pratiques et les conceptions du travail qu’ils considèrent ancestrales et résistent à toutes velléités de changement. La confrontation entre ces deux attitudes professionnelles porte fréquemment sur l’unité et l’identité de la profession. Elle aboutit, souvent, à des mouvements plus collectifs qui tendent à faire évoluer l’ensemble du métier (P. Milburn, 1991, p. 54).

59Ainsi, la professionnalisation recouvre un second aspect collectif, dans la mesure où elle est aussi l’enjeu de luttes internes entre des coalitions qui participent activement au drame social du travail (« social drame of work ») qui sont à la périphérie de ce drame ou qui en sont exclues. Certains groupes peuvent, sous couvert d’intérêt général, chercher à élever les normes de leur propre pratique, de leur propre statut et de leur rôle, et ainsi « monopoliser les moyens nécessaires pour occuper, comme ils le souhaitent, les positions de pouvoir et de prestige de leur univers de travail » (E.C. Hughes, 1970, trad., 1996, p. 190). Au sein de cette échelle de prestige, E.C. Hughes distingue trois groupes de professionnels : l’élite qui détient les positions de pouvoir, distribue les tâches, les règles et attribue les identités ; le groupe moyen qui « dispose d’un certain degré de reconnaissance des critères de qualification établis par l’élite » et qui s’oppose, en partie, à elle dans sa lutte pour le pouvoir ; enfin, en bas de l’échelle de prestige du métier, se trouvent les praticiens « qui, bien qu’ils disposent d’une qualification légitime, sont si déficients qu’ils ne sont qu’à peine considérés par les autres membres de la profession » (E.C. Hughes, 1970, trad., 1996, p. 190).

60La forme collective de la professionnalisation décrit, par ailleurs, le fait désormais bien connu du métier à faible prestige qui veut accéder au statut de profession établie. Ce processus recouvre plusieurs phénomènes. Les métiers qui tendent à se professionnaliser souhaitent obtenir une licence et un mandat important (reconnu juridiquement et socialement). En effet, ceux-ci mènent à un monopole d’exercice et à une délégation accrue de l’autorité professionnelle, concernant les domaines de la pratique, de l’évaluation des compétences et des fautes professionnelles. Dans le domaine de la socialisation, la tendance à la professionnalisation suppose une plus grande organisation de la formation. En aval, elle implique d”intensifier les critères de sélection dans l’entrée à la formation, tout en la rendant plus précoce. En amont, elle suppose de la prolonger, de développer les stages et d’offrir aux détenteurs des statuts socialement élevés, prestigieux et hautement rémunérés. Or,

« tous les métiers qui aspirent à être reconnus comme profession établie, ne sont pas en mesure de promettre des revenus et un prestige suffisants pour attirer (précocement) les individus les plus doués et les persuader de poursuivre après des études aussi longues que celles de droit, de médecine ou de sciences » (E.C. Hughes, 1963, trad., p. 115).

61Enfin, la professionnalisation d’un métier inclut la volonté de rehausser le prestige du groupe professionnel, celle d’atteindre des publics plus importants – en nombre et / ou en qualité – en justifiant et en définissant de nouveaux besoins ainsi qu’en accentuant leur caractère fondamental. La recherche de nouveaux publics ou ce travail de définition et de redéfinition des besoins renvoie plus largement au problème auquel se heurte tout métier en voie de professionnalisation : l’équilibre entre l’« universel » et le « particulier » ou l’équilibre entre la « théorie » et la « pratique ». L’équilibre s’applique, d’une part à la tension entre les intérêts propres des professions et les intérêts généraux auxquels les professions sont censées répondre, d’autre part à la tension qui naît des relations qu’elles entretiennent avec la clientèle. Selon l’auteur, cette tension existe dans tous les métiers et l’équilibre tend plus ou moins à être remis en cause par les métiers et les groupes qui les constituent. Dans leur course à la professionnalisation, certains métiers, ou groupes internes aux métiers, vont privilégier la théorie et devenir des professions établies en développant cette dimension ; d’autres vont, au contraire, tenter de développer la dimension pratique et chercher à en détenir le monopole d’exercice (E.C. Hughes, 1963, trad., 1996, p. 112-113). Cette tension est aussi observable dans les organes de représentation du métier. Certains privilégient une forme de représentation académique, telles les sociétés savantes, d’autres une forme de représentation professionnelle, telles les associations professionnelles. Au gré des renversements d’équilibre et des résultats des rapports de force, les sociétés savantes peuvent se transformer, pour un temps plus ou moins long, en associations professionnelles.

Professions scientifiques et professions appliquées : deux tendances de la professionnalisation des métiers et des disciplines

62E.C. Hughes explore, à plusieurs reprises, le thème des dimensions « théorique » et « pratique » (et de leur tension) qui s’exercent sur le processus de professionnalisation. Dans un article datant de 1952, le sociologue s’interroge, dans ces termes, sur le cas de la psychologie et, dans un essai plus récent, sur celui de la sociologie.

63Selon E.C. Hughes, le processus de professionnalisation auquel les métiers tendent est, en grande partie, semblable à l’évolution de nouvelles branches de savoirs qui souhaitent s’organiser en métier. Ce processus englobe : la perception de nouveaux besoins et de nouvelles opportunités par la création d’une nouvelle branche de connaissances ; la volonté d’émancipation de cette nouvelle branche impliquant son indépendance par rapport aux disciplines plus anciennes ; la recherche d’une reconnaissance institutionnelle dans le monde universitaire et scientifique ; la mise en place des mécanismes de reproduction d’un corps d’experts de cette discipline, incluant l’organisation d’une formation, d’un apprentissage et des modes de recrutement ; la formation d’une identité professionnelle ; enfin, l’orientation « théorique » ou « pratique » vers laquelle la discipline ou le métier s’oriente. L’inclination vers l’une ou l’autre dimension n’est pas entièrement du ressort de la discipline. Elle dépend des interactions entre toutes les personnes ou les institutions concernées par ces nouvelles connaissances et par leur utilisation. Cependant, l’équilibre entre la dimension « théorique » et « pratique » implique un mode spécifique d’organisation des activités auquel l’auteur attribue le terme de profession (E.C. Hughes, 1971, p. 465).

« La sociologie, étant elle-même un phénomène social, peut être étudiée comme tel. Nous pouvons tenter, par exemple, de trouver les causes pour lesquelles des personnes souhaitent étudier les sociétés humaines par le biais de ce que l’on nomme “sociologie”, les raisons pour lesquelles elles sont autorisées à le faire, les raisons pour lesquelles elles peuvent publier et la manière dont elles peuvent utiliser leurs découvertes. Sous cet aspect, nous octroierons quelques libertés à l’analyse de la formation et des activités professionnelles. Avant d’explorer ces thèmes [...] nous nous interrogerons sur l’organisation des activités de la sociologie. Pour traiter de ces problèmes, j’userai du terme profession » (E.C. Hughes, 1971, p. 465).

  • 15 Le modèle des affaires ou du négoce est un système qui ne connaît pas de règles d’exercice définies (...)

64E.C. Hughes distingue deux modes d’organisation des activités d’une discipline correspondant à deux modèles de métier. Le premier modèle est celui sur lequel la science s’organise, le second s’applique à la profession. Dans d’autres essais, un troisième modèle est défini comme étant celui des affaires15 ou du négoce (E.C. Hughes, 1952, vol. 7). P. Desmarez et P. Tripier présentent une autre définition de ce troisième modèle, qu’ils intitulent « politique », et dont nous pourrions dire « affairiste ». Dans ce modèle, il n’existe pas de règles aussi organisées que dans les deux autres modèles, ni de normes extérieures en fonction desquelles le politique doit agir. Celui-ci n’exerce qu’en fonction de son « intime conviction » : « Il n’attend aucune ressource du monde extérieur, sinon de le voir se transformer dans le sens souhaité par son évaluation de ce qu’est la bonne société » (P. Tripier, P. Desmarez, 1985, pp. 93-97). Ce qui caractérise le modèle scientifique, dans sa dimension la plus accomplie, est l’absence de service rendu par la science à des clients externes collectifs ou individuels. La science est une activité uniquement guidée par le développement des connaissances qui peuvent progressivement aider les secteurs sociaux, mais, en aucune manière, l’activité scientifique ne se confond avec cette possibilité. La science, comme métier, n’attend et ne reçoit de son exercice aucun bénéfice immédiat d’un quelconque client. Le groupe des pairs est son unique « client-ressource ». Il est le seul avec lequel la science est en mesure de communiquer et d’être jugée. Au fond, elle semble évoluer dans une totale autonomie, se suffisant à elle-même. En revanche, la profession se spécifie par la relation étroite qu’elle entretient avec une « clientèle-ressource » externe, à laquelle elle rend des services, et pour laquelle elle se veut directement utile. Ce tiers extérieur participe à l’évaluation de la profession par la définition de ses besoins et les interactions qui en résultent. L’orientation plutôt « théorique » ou plutôt « pratique » à laquelle les disciplines tendent – et qui influence leurs modes d’organisation – dépend donc de la nature de la « clientèle-ressource » de la discipline et des relations qu’elle entretient avec elle, c’est-à-dire de la volonté de rendre des services immédiats, politiquement ou économiquement rentables.

65La tension entre le modèle professionnel et le modèle scientifique est parfaitement perceptible, selon E.C. Hughes, dans les débats qui animent la professionnalisation de la psychologie. Certains psychologues privilégient le premier modèle et pensent que la psychologie doit être essentiellement une science, se présenter et s’organiser comme telle. D’autres sont favorables à une professionnalisation qui aboutit au modèle de la profession et pensent que les psychologues doivent être des praticiens. Dans le second cas, l’orientation appliquée de la discipline et son organisation sur le mode du métier suppose la mise en place de mesures de protection, propres aux professions établies, que ne nécessite pas l’organisation sur le mode de la science. Ces mesures de protection concernent la défense des intérêts de la profession et la réglementation de ses relations avec la clientèle (licence, mandat, code éthique, etc.). E.C. Hughes reconnaît l’existence d’une telle tension en sociologie, entre par exemple les scientifiques et les « faiseurs » d’études. Elle est moins forte cependant, car la sociologie ne peut servir d’instrument de thérapie individuelle comme l’est la psychologie. Ainsi, la tension prend un « tour » plus politique, notamment à travers les relations que la sociologie entretient avec l’État ou les institutions, sachant que l’objet de la sociologie n’est jamais socialement neutre. Sous cet aspect, la sociologie (comme la psychologie et l’ensemble des disciplines) ne pourra pas, une fois pour toutes, selon E.C. Hughes, s’ériger entièrement en science ou en profession. En ce sens, le modèle de métier selon la tendance scientifique, professionnelle ou politique est une référence « idéalisée » qui n’existe pas sous cette forme dans la réalité.

« Même si notre problème de définition de nos relations professionnelles avec des clients individuels est moins aigu [...] nos problèmes de définition des relations avec les institutions, l’État et la société seront beaucoup plus problématiques (du fait de leur ampleur même). [...] Quelle que soit notre volonté d’imitation du modèle des sciences pures, notre volonté d’appliquer nos connaissances, le fait que ce que nous apprenons n’est jamais socialement indifférent continuera à nous placer dans la position de personnes qui rendent un service, voire un mauvais service à notre client société. Nous ne pouvons décider d’être, une fois pour toutes, complètement une science ou complètement une profession. Le problème est chronique, et c’est un problème auquel tous les groupes professionnels sont confrontés » (E.C. Hughes, 1971, p. 467).

66Pourtant, il semble que l’auteur n’échappe pas à une certaine dérive professionnelle à laquelle s’adonnait entièrement T. Parsons. Il note, dans le même article, qu’il préférerait que la sociologie adopte finalement le premier modèle de métier au détriment du second.

« Beaucoup de nos hypothèses concernant la professionnalisation d’une discipline académique se basent sur l’hypothèse du développement du marché correspondant. Mais le marché académique est restreint [...] et l’est spécialement pour une nouvelle matière comme la sociologie [...]. Cela pourrait être résolu en combinant la sociologie avec d’autres activités. On pourrait combiner la recherche et l’enseignement, mais il peut y avoir d’autres connexions, par exemple la combinaison des recherches sociologiques avec des activités pratiques différentes [l’auteur ne les cite pas]. Nous, qui sommes dans les plus grands pays, devrions être prudents dans la promotion de spécialisations professionnelles qui ne s’adapteraient pas à d’autres. Je pense pouvoir affirmer, par ailleurs, que nous sommes tous plus intéressés dans le développement de la connaissance sociologique que dans le développement d’une profession de sociologue » (E.C. Hughes, 1971, p. 471).

67À partir de ces trois modèles, qui peuvent traverser toute profession, P. Desmarez et P. Tripier proposent une analyse intéressante de l’évolution de la sociologie américaine du travail, à travers les combinaisons entre les dimensions scientifique, professionnelle et politique à partir desquelles elle s’est organisée, et sur lesquelles elle s’établit aujourd’hui. Leur analyse corrobore les propos de E.C. Hughes. La dimension qu’un métier et une discipline paraissent avoir privilégiée, celle pour laquelle ils prétendent avoir opté ou celle à partir de laquelle ils forgent leur image ne reflète pas forcément la réalité. Au contraire, elle sert le plus souvent à dissimuler la réalité.

68La sociologie américaine du travail aurait suivi un double processus. Elle aurait sacrifié sa dimension politique et, par la suite, privilégié une dimension scientifique et professionnelle. Lorsqu’elle valorisait une tendance politique, la sociologie militait pour la transformation sociale. Dans cette logique, elle n’établissait pas de barrière avec les citoyens, mais se mettait à leur service. En réaction aux critiques conservatrices de la société américaine et aux pressions des demandes étatiques et patronales, une partie des sociologues dénonce la tendance appliquée de la sociologie et défend une séparation stricte entre le politique et la science. Ainsi, la sociologie du travail redéfinit sa mission en déniant sa nature politique au profit d’une essence scientifique et professionnelle. Comme métier scientifique, la sociologie se présente désormais comme une profession pure, non appliquée, objective et autonome. La science devient la justification centrale de sa certification professionnelle. Elle ne peut être remise en cause, car seuls les pairs sont en mesure de juger de la qualité du travail scientifique et ce, même dans les cas où elle répond à des demandes extérieures. Ce qui peut être critiqué, c’est l’usage spécieux qui en est fait. La nature même des travaux ne peut être incriminée, car elle demeure intrinsèquement pure, c’est-à-dire dégagée d’une utilité pour une clientèle externe.

69Ce faisant, la sociologie américaine du travail se coupe de la société. Elle prône un savoir ésotérique qui sauvegarde son essence scientifique et élabore une rhétorique professionnelle destinée à majorer sa tendance « théorique » (figurée, nous le supposons par la recherche fondamentale). Dans le même temps, elle étend ses dépendances aux clientèles externes (état, administrations, entreprises, etc.) sous formes d’intervention, de consultation ou de recherche contractuelle. Pour taire ce paradoxe, la profession dissimule, minore et réintroduit ses ressources non scientifiques sous le « manteau de la science pour imposer [son] point de vue » (P. Desmarez, P. Tripier, 1985, p. 96).

70Plus récemment, les réflexions de E. Freidson rejoignent les propos de E.C. Hughes sur la tendance non appliquée à la professionnalisation de certaines disciplines ou métiers. Selon l’auteur, il existe deux types de professions certifiées.

71D’une part, il existe celles dont le travail a une valeur marchande du fait de leur caractère appliqué et d’une situation économique protégée, notamment par des titres.

72D’autre part, il existe des professions qui ne délivrent pas de titre spécifique, mais un diplôme général commun aux spécialisations apparentées. La nature non appliquée de leur travail et l’absence de rapport à une clientèle profane les distinguent du premier type de professions.

« Il existe un deuxième type de profession certifiée, moins facilement repérable, parce que ceux qui l’exercent sont dans un rapport si différent au marché que certains nieraient volontiers l’appartenance de ce type à la classe des professions [...]. Je me réfère ici à ceux qui pratiquent les disciplines universitaires des lettres et des sciences, philosophes, spécialistes des sciences politiques, historiens de l’art, etc. Ce qui les distingue des médecins et des juristes, c’est la nature non appliquée de leur travail et l’absence de rapport à une clientèle profane » (E. Freidson, 1986, pp. 435-346).

  • 16 Leur statut les distingue donc des chercheurs, en France, qui sont salariés au CNRS, pour faire de (...)

73Ainsi, les disciplines artistiques et scientifiques sont des métiers, mais uniquement au sens « subjectif » (considérant l’absence de leur valeur marchande). Si l’on s’en tient aux critères économiques, elles sont aussi des activités « parasites », se nourrissant aux dépens d’occupations principales qui les soutiennent économiquement. Ne disposant d’aucune reconnaissance sur le marché du travail, le véritable statut professionnel de ceux qui s’adonnent à ce type d’activité pure (non appliquée et non marchande) correspond à l’occupation principale pour laquelle ils perçoivent un salaire (pp. 433-434). Bien que la situation varie selon les pays, E. Freidson considère que l’ensemble des spécialistes de diverses disciplines enseignant à l’Université entrent dans cette catégorie16.

« L’université est donc une invention sociale remarquable pour subventionner le travail qui n’a pas de valeur marchande immédiate. Il est clair que c’est l’enseignement en tant que tel, et non la recherche scientifique ou érudite, qui légitime le soutien économique. [...] la plupart des enseignants de l’enseignement supérieur ne font aucune recherche qui débouche sur la publication sans perdre pour autant leur position, qui n’est menacée que s’ils négligent leurs tâches d’enseignement » (E. Freidson, 1986, p. 437).

  • 17 Hannah Arend, The Huinan Condition, Garden City, Doubleday Anchor Press, seconde édition, 1959.
  • 18 On ne peut manquer de remarquer la proximité de cette représentation professionnelle des discipline (...)

74Pour cela, il s’agit de considérer le caractère subjectif qui donne sens à la profession ou au métier puisqu’il ne peut être considéré comme métier « objectif » si l’on adopte le critère économique. Reprenant l’opposition indiquée par Hannah Arendt en 195917, Freidson propose que la « vocation18 » [work défini comme une œuvre, un engagement du point de vue culturel] et non le travail [labor défini dans son sens marchand et technique, manuel] caractérise les arts et les disciplines scientifiques (E. Freidson, 1986, p. 438).

75À partir de là, il nous semble que les propos tenus par E. Freidson, comme précédemment T. Parsons et E.C. Hughes, reflètent plus une posture de professionnel participant à un débat public et cherchant à défendre la position des sociologues académiques que celle d’un sociologue critique vis-à-vis des argumentations professionnelles. Ainsi, pour l’auteur, le fait que ceux qui appartiennent à ces professions s’y engagent pour des raisons différentes que l’appât du gain, justifie en grande partie cette distinction. Les motivations déterminantes recouvrent, d’une part une grande implication personnelle, d’autre part l’amour de l’activité. Bref, plus encore que les professionnels des professions appliquées, le désintéressement et la vocation caractérisent le professionnalisme des scientifiques. « Comment expliquer autrement les extraordinaires réussites des chercheurs et des savants très modestement rémunérés ? » (E. Freidson, 1986, p. 438). Ces dernières remarques ne remettent cependant pas en cause l’intérêt de ces réflexions. Elles montrent, simplement, que même les sociologues les plus éminents et les plus critiques vis-à-vis des lectures fonctionnalistes ne semblent pouvoir s’empêcher, lorsqu’il s’agit de la sociologie ou des disciplines scientifiques, de s’engager en tant que professionnels sur ces questions.

76L’intérêt de ces trois articles est donc de reconsidérer l’unité et l’hégémonie du modèle professionnel fonctionnaliste habituellement défini par son activité appliquée, idéalement libérale. Nous pouvons concevoir un second type de métier ou de discipline qui obéit bien à un processus de professionnalisation, mais non appliqué.

77Ces différents travaux nous permettent d’aborder maintenant le cas de la sociologie, mais aussi de proposer une interprétation théorique des rapports que les diplômés entretiennent avec elle. Le chapitre suivant sera consacré à cette analyse et inclura l’examen de trois thèmes. Le premier correspond au problème de la socialisation à travers la production des professionnels, l’accès au titre, les identités et les conceptions du métier. Le deuxième s’applique à la représentation objective du métier, à travers l’histoire des organes de représentation de la sociologie. Enfin, le dernier thème a trait aux stratégies de défense collective des modèles de pratique, en relation avec l’évolution de la demande et les rapports entretenus entre les sociologues et leurs clientèles.

78Les questions qui se rapportent à ces trois thèmes peuvent être formulées ainsi : le moindre degré de professionnalisation de la sociologie peut-il expliquer que l’organisation de la formation soit insuffisamment avancée et, par conséquent, que si peu de diplômés s’identifient à la sociologie, excepté selon sa dimension culturelle ? Par ailleurs, l’histoire de la sociologie, son institutionnalisation, sa professionnalisation, ses relations avec la demande et les diverses clientèles ne peuvent-elles pas éclairer le degré d’influence des instances académiques (universitaires et scientifiques) sur les conceptions du métier de sociologue, mais aussi sur les logiques d’identification des diplômés à la sociologie ? Cette influence n’est-elle pas corroborée par la création d’organes de représentation (associations professionnelles ou sociétés savantes) ? Sur la base des données empiriques et sur celle de la sociologie des professions, doit-on escompter que, selon la distinction réalisée par H. Becker et J. Carper, l’identification des diplômés en sociologie est la même que celle des étudiants en physiologie ou plutôt celle des étudiants en philosophie ? En outre, ne doit-on pas s’attendre à ce que l’identification à la sociologie se fasse sur un mode proche de ce que E. Freidson appelle l’activité « parasite » ? En règle générale, le processus de professionnalisation de la sociologie tend-t-il vers une tendance plus « pratique » que « théorique » ? Par ailleurs, peut-il être comparé à ce que d’autres disciplines ont connu ou connaissent ?

Notes

1 Concernant les réflexions menées dans le cadre d’une équipe de recherche, voir J. Leroy, 1987 ; d’associations professionnelles, voir D. Bensimon, 1984, bulletins de l’ASES ; de départements universitaires, voir J. Thibaud. université de Lille, 1989, P. Rocci, université de Provence 1993 ; ou encore de manuels, voir R. Sainsaulieu in J.P. Durand et R. Weil, 1989.

2 Laboratoire de sociologie du changement et des institutions

3 Parmi la très grande diversité des traits reconnus aux seules professions, par les sociologues fonctionnalistes anglo-saxons, J.-M. Chapoulie conclut que deux sont le plus fréquemment cités par tous : la détention collective d’un savoir technique et ésotérique scientifiquement fondé ; l’adhésion à une déontologie stricte (1973, p. 93).

4 Dans sa thèse de 3e cycle en sociologie consacrée à la profession juridique, en France, P. Milburn définit, en plus des lectures fonctionnalistes et interactionnistes, un troisième courant parmi les approches anglo-saxonnes consacrées aux professions. Selon l’auteur, ce courant impulsé par E. Freidson doit beaucoup aux thèses de E.C. Hughes, mais s’en distingue par une approche plus holiste. Il n’en sera fait mention, dans le cours de cet exposé, qu’en tant qu’héritage des lectures interactionnistes.

5 Tous les extraits de textes d’auteurs anglo-saxons ont été traduits par nous, sauf si précisé.

6 On peut trouver, parmi d’autres, deux articles de sociologues anglo-saxons qui examinent la profession de sociologue. Le premier porte sur les enjeux de la professionnalisation de la discipline. Y sont abordés les problèmes de l’empiétement sur les frontières de la sociologie (savoirs, exercices, etc.) par les disciplines connexes comme la psychologie ; ceux de la réglementation de l’exercice, de l’établissement d’un code éthique et des règles morales qui sont adaptés au développement des pratiques appliquées (professionnelles et non scientifiques) ; ceux d’une organisation accrue de la formation des sociologues, etc. (cf. W.J. Goode, 1960, pp. 902, 914). Le second porte, plus précisément, sur le rôle du sociologue académique. Il oppose deux principales figures professionnelles : celle du sociologue scientifique et celle du sociologue philosophe, (cf. A.W. Small (1971), pp. 16-23).

7 Il existe bien d’autres alternatives à la théorie fonctionnaliste qui, pour certaines d’entre elles, dérivent soit de l’approche interactionniste (Wilensky, McKinlay, Jackson...), soit de l’approche marxiste (Larson, Johnson, ...). Cependant, nous nous référerons principalement aux auteurs, cités dans le texte, dans la mesure où leurs réflexions nous ont paru les plus fécondes pour interpréter les données recueillies empiriquement. Pour une vue d’ensemble des auteurs anglo-saxons qui ont proposé une approche critique de la théorie fonctionnaliste des professions, voir K.M. Macdonald, 1995.

8 Nous le préciserons ultérieurement, mais il importe de souligner que le processus de professionnalisation peut être observé à l’intérieur même de ces groupes dans la mesure où les interactionnistes remettent en cause le caractère communautaire des professions et où la professionnalisation est aussi entendue sous deux acceptions : mobilité individuelle et mobilité collective.

9 Les termes « domination » et « pouvoir » sont utilisés dans le texte traduit par J.-M. Chapoulie (voir notamment, pp. 80-81).

10 L’ouvrage de C. Dubar utilise par ailleurs des analyses sociologiques de la socialisation issues de travaux de sociologues français dont E. Durkheim, P. Bourdieu, etc.

11 Sur cette définition traditionnelle de l’identité en sociologie, on peut se référer à la notion de conscience collective proposée par E. Durkheim (1986. réédition), et au caractère historique et holiste que M. Halbwachs prête aux identités (1968, 1972).

12 E. Goffman, Stigmates, Paris, éditions de Minuit, 1975 (traduction française).

13 On retrouve ici la dualité révélée par Hegel (Dubar, 1991) dans l’élaboration des identités. C’est de la connaissance que l’autre a de moi et de la connaissance que j’ai de lui que se construit l’identité et, par là même, la reconnaissance sociale. Si identité pour moi il y a, – et surtout lorsque l’identité pour moi est énoncée par moi – c’est en fonction de ce que l’autre reconnaîtra de moi, en fonction de ce qu’il m’est permis de présenter de moi. C’est en cela que la reconnaissance sociale se fera. Cette reconnaissance n’est évidemment pas totalitaire. Elle accepte les écarts entre l’identité pour soi et l’identité pour autrui telle que définie par C. Dubar. Il n’empêche, une identité pour soi énoncée est d’autant plus une identité confrontée aux identités pour autrui, à ces modèles identitaires en œuvre dans un espace. On peut, si l’écart n’est pas trop important, avoir une identité pour soi en contradiction, ou différente de celle qui est attribuée par autrui. La déclarer est plus difficile. Le questionnaire repose justement sur le processus de déclaration. Or, on ne peut occulter l’influence du passage à la déclaration, à la mise par écrit des opinions émises par les répondants à une enquête. Cette contingence est plus vraie encore lorsque les questions posées placent l’enquêté au centre des interrogations. Il n’est pas question ici de préférences culinaires, mais d’une mise en scène des histoires individuelles. Et cette mise en scène a d’autant plus de poids que l’individu est confronté au fait qu’on lui demande des discours, des opinions sur un groupe dont il partage des caractéristiques communes, auquel il s’oppose ou dont il se différencie, dont il pense qu’il fait partie ou non, ou dont il conclut que l’enquêteur juge qu’il fait partie, sinon pourquoi lui aurait-on envoyé le questionnaire ? Ainsi, l’identité attribuée de fait par certains questionnaires pose parfois le problème de sa correspondance avec l’identité subjective des enquêtés. L’hétérogénéité professionnelle des diplômés de sociologie, ou tout au moins la distance séparant la représentation que l’on a du métier de sociologue et certaines situations professionnelles de diplômés, a provoqué des situations extrêmes. Nous en avons décrit les termes dans le préambule méthodologique, mais nous les rappelons succinctement, car ils corroborent cet ajustement « contraint », entre l’identité pour soi et par et pour autrui. Il s’est avéré, à plusieurs reprises, que des enquêtés, soit d’eux-mêmes, soit à la suite d’une relance pour non-réponse, s’affirment comme « hors champ » et en marge du groupe professionnel induit par le questionnaire. Autrement dit, le questionnaire n’aurait-il pas, par sa simple présentation, un certain effet d’injonction d’être ?

14 On peut rapprocher cette théorie des identités sociales à celle de P. Berger et T. Luckman. Comme chez C. Dubar, la théorie de l’identité sociale s’appuie sur une relation dialectique entre la réalité subjective (psychique) et la réalité objective (institutions matérielles et symboliques, en plus du psychisme). La construction dialectique de l’identité se réalise à travers une première phase : celle de la socialisation primaire, et une seconde : socialisation secondaire. Très succinctement, une identité intégrée dépendra de la correspondance ou de la symétrie entre la réalité subjective et objective, soit entre la socialisation primaire et secondaire. Cf. P. Berger et T. Luckman, La Construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens, Klincksieck, traduction, 1986.

15 Le modèle des affaires ou du négoce est un système qui ne connaît pas de règles d’exercice définies légalement (contrairement aux professions). Seul vaut l’intérêt personnel. Dans ce système, la position du client se confond avec le négociant dans un jeu où chacun va tenter de convaincre l’autre par l’intermédiaire des ressources et de l’adresse dont il dispose.

16 Leur statut les distingue donc des chercheurs, en France, qui sont salariés au CNRS, pour faire de la recherche, en tant que spécialistes d’une discipline.

17 Hannah Arend, The Huinan Condition, Garden City, Doubleday Anchor Press, seconde édition, 1959.

18 On ne peut manquer de remarquer la proximité de cette représentation professionnelle des disciplines scientifiques avec la définition du métier de savant proposée par M. Weber (1959). Elle s’appuie elle aussi sur la notion de vocation pour désigner les activités artistiques et scientifiques.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search