Version classiqueVersion mobile

La sociologie des sociologues

 | 
Odile Piriou

Les trois logiques d’identification à la sociologie, ou à une autre profession le cas échéant

Texte intégral

1Dans les chapitres précédents, nous pouvons retenir deux résultats importants. Les répondants à l’enquête conservent des liens avec la formation, à travers notamment l’utilisation de connaissances sociologiques dans leurs emplois. Ces liens favorisent une identification culturelle à la sociologie. Pour autant, ils ne conduisent pas nécessairement à une consécration professionnelle, cette dimension de l’identité étant très restreinte. D’une part, seule la thèse permet véritablement de s’identifier professionnellement comme sociologue. D’autre part, la sociologie étant le plus fréquemment définie comme un métier scientifique à tendance « pure » et à tendance « politique » (46 %), maints diplômés, même parmi les docteurs en sociologie, jugent que leur métier ne leur permet pas de se considérer comme des professionnels de la sociologie. En toute logique, cette dimension est principalement revendiquée par les docteurs, les enseignants du supérieur et les chercheurs. Alors que ces professionnels sont plus de 70 % à s’identifier professionnellement comme sociologues, près de 70 % des cadres d’entreprise, des professions libérales, des enseignants du secondaire ou des cadres de la fonction publique affirment s’identifier à une autre profession, ou selon une dimension qui a essentiellement trait à l’emploi occupé à la date de l’enquête (formateur, enseignant, consultant, etc.). Les entretiens indiquent que l’exercice de la sociologie, en dehors de l’enseignement ou de la recherche publique, se heurte à des contraintes « opérationnelle », « économique », « temporelle » et de « reformulation » des énoncés faisant obstacle à la mise en œuvre d’une démarche sociologique fondée sur un modèle scientifique. En conséquence, ce n’est pas tant le nombre d’années passées dans la formation qui détermine l’intensité des liens que les diplômés vont entretenir avec elle, mais la correspondance entre l’image qu’ils se font des emplois auxquels la formation est censée conduire et celui qu’ils occupent, qui détermine l’étroitesse de la relation avec la formation.

2Ainsi, cette situation aboutit à ce que les sociologues « convertis » – venus d’horizons universitaires et professionnels divers et tardivement en sociologie, souvent directement en troisième cycle – soient, avec les sociologues « purs », ceux qui s’identifient le plus souvent professionnellement à la sociologie. Un premier examen des principes qui fondent l’identification à une discipline ou à un métier permet donc de relever la complexité de ce processus. Mais pour rendre compte de cette complexité, il convient de poursuivre l’analyse des processus conduisant un diplômé à se déclarer ou non sociologue, à s’identifier comme tel. Cette recherche nécessite un examen approfondi des arguments tenus par les répondants et contenus dans leurs discours. Ces arguments, par lesquels les diplômés justifient leur identification à la sociologie ou à une autre profession le cas échéant, seront présentés sous la forme de logiques discursives que nous avons intitulées « logiques d’identification ». Elles permettront de montrer, entre autres faits, qu’il ne suffit pas que deux diplômés se présentent comme sociologues pour qu’on les regroupe dans un même ensemble. Parce qu’ils ne recourent pas forcément aux mêmes critères pour s’identifier sociologue, l’un peut justifier son appartenance au métier de sociologue par son niveau de diplôme, l’autre par sa fonction. Parce que l’un peut se reconnaître sociologue sans reconnaître l’autre comme tel, alors que l’autre peut se revendiquer sociologue, mais aussi reconnaître l’autre comme tel. Il peut aussi apparaître chez l’un, comme chez l’autre – ou chez l’un mais pas chez l’autre – des logiques discursives qui établissent des hiérarchies ayant trait au droit à se reconnaître sociologue. L’un aurait plus le droit que l’autre de se revendiquer sociologue pour des raisons que nous expliciterons. Enfin, parmi ceux qui occupent des fonctions identiques, certains se reconnaîtront sociologues et d’autres pas. Ce sont les éléments clefs de ces logiques d’identification que nous souhaitons présenter maintenant, en tentant d’exposer les relations que ces logiques permettent d’établir avec les observations issues des précédents chapitres.

3Francis Kramarz écrit :

« Quand une personne déclare sa profession, elle utilise des mots qui désignent des objets de son espace professionnel. Ces mots sont le plus souvent issus des entreprises (machine, organigramme, etc.) ou de l’État (grade, convention collective, etc.), mais font parfois référence à une situation locale ou à un lien personnel (nom d’une entreprise) (F. Kramarz, 1991, p. 3).

4Ainsi, les paramètres d’énonciation des identités professionnelles sont multiples, mais l’auteur les reconnaît à travers cinq principaux critères. La machine et le produit correspondent essentiellement aux industries, aux secteurs de production et aux catégories d’emplois ouvrières. Le découpage fonctionnel correspond à la fonction occupée. Il est généralement mobilisé par les personnels non ouvriers, tels que les cadres commerciaux, de gestion, de marketing, du personnel, les ingénieurs d’études, de recherches, etc. La fonction induit une notion de responsabilité (cadre responsable du service marketing, par exemple) et de service. En cela, elle confère une compétence spécifique (service des méthodes, service études, etc.). Le découpage opérationnel obéit au même principe, mais il est directement lié à la notion de profit. Tous deux servent fréquemment à construire l’organigramme des entreprises. Un troisième critère est la spécialité. Elle spécifie une compétence, une ressource évidente pour définir son métier. Ce critère d’identification est essentiellement mobilisé par les diplômés d’une discipline enseignée à l’école, mais plus encore à l’Université ou en grande école, qui sont généralement des cadres ou des techniciens d’entreprise.

5Enfin, le grade ou le statut et le diplôme constituent, pour l’administration et la fonction publique, les principaux critères professionnels. Si le diplôme est son premier outil de recrutement, le grade est l’identification principale de la hiérarchie administrative. Il organise les carrières. Le critère d’identification principal est de type bureaucratique. C’est la charge, par la fonction ou le poste, qui va organiser l’identité professionnelle.

6Sur la base des entretiens, on retient trois principales logiques d’identification ou de non-identification à la sociologie qui mobilisent certains des critères énoncés par F. Kramatz. Les deux premières logiques présentent une continuité avec la sociologie comme principe d’identification, mais la clef de cette reconnaissance diffère.

7Selon la première logique que nous avons intitulée « identification par la charge ou le statut », c’est la détention d’une charge universitaire ou scientifique, l’accès au statut d’enseignant-chercheur ou de chercheur qui détermine la reconnaissance professionnelle comme sociologue.

8Selon la deuxième logique, dite « identification par la formation », c’est la spécialité de formation qui est la clef de la reconnaissance professionnelle comme sociologue.

  • 1 Annexe 5 « Liste des principaux entretiens mobilisés dans la recherche ».

9La dernière logique, qualifiée d’« identification par l’emploi », présente une rupture avec la sociologie, totale ou partielle. L’identité professionnelle est alors déterminée par l’emploi (au-delà de sa dimension sociologique) occupé par les diplômés. Certains témoignent néanmoins d’une identité culturelle de sociologue, d’autres ne s’y réfèrent pas. L’adhésion à l’une ou l’autre de ces logiques d’identification n’est pas définitive. Elle rend compte d’un moment particulier dans la trajectoire des individus. Ainsi, les ruptures biographiques ou des changements significatifs (changements d’emploi, d’employeur, promotion, etc.) peuvent entraîner le passage de l’une à l’autre. Cette analyse étant le fruit d’un travail empirique, chaque logique d’identification sera présentée sur la base de plusieurs cas concrets. Ces quinze exemples sont issus d’entretiens réalisés auprès de docteurs en sociologie ayant été les plus explicites sur cette question. Cependant, l’examen des autres entretiens retenus dans cette recherche (n = 40)1 révèle que 31 % des répondants interviewés se réfèrent à la charge pour s’identifier professionnellement comme sociologues, 21 % s’appuient sur la formation et le diplôme détenu, 38 % s’identifient à l’emploi occupé (autre que sociologue) et 10 % s’identifient selon une autre logique.

L’identification par la charge ou le statut

10Cette première logique d’identification à la sociologie est mobilisée par les universitaires et les scientifiques pour exprimer leur sentiment d’appartenance à la sociologie. Les itinéraires de ces diplômés sont différents. Les deux premiers appartiennent à la première génération des répondants, âgés entre 21 et 26 ans à la fin de leurs études. Ils sont très vite entrés dans le « sérail » académique, au CNRS, l’un comme chargé de recherche, l’autre en tant qu’ingénieur d’étude. Cette réussite professionnelle, relativement rapide, est très clairement perceptible dans leur discours qui se veut très assuré et quelque peu élitiste. Ils n’émettent pas de doutes ni sur leur itinéraire, ni sur leurs représentations du monde de la sociologie. Leur opinion est tranchée, leur identité de sociologue certaine.

L’élitisme de la charge

  • 2 École des hautes études commerciales.

11Paul est issu d’une famille « moyenne » (père artisan, mère employée de commerce). Il a effectué une scolarité sans problème, il était « bon partout ». Le jeu de l’orientation – il a obtenu un baccalauréat de série C – l’oriente vers les mathématiques. Il n’y attachait pas particulièrement d’intérêt, étant plus attiré par les lettres ou l’histoire. Il aurait tout aussi bien pu préparer une entrée à « H.E.C. »2, mais cette formation heurtait ses convictions politiques. Il entre donc dans une faculté de sciences puis, parce que ses études lui en ont laissé le temps, il s’inscrit en sociologie et obtient son doctorat en 1985 à 28 ans, parallèlement à un DEA de mathématiques. Le projet de faire de la recherche se dessine dès la licence, lorsqu’il peut observer le travail des chercheurs : « J’ai trouvé qu’ils faisaient un métier intéressant, qui me plaisait bien et qu’ils n’avaient pas l’air plus malin que moi, et que donc je pouvais faire ça. » Ce qui n’est encore qu’un vague projet se trouve renforcé par l’avis du directeur de thèse et des sociologues associés au laboratoire universitaire dans lequel il est intégré. Ensuite, l’idée qu’on peut faire de la sociologie un métier (de scientifique) ne quittera plus ce diplômé. Son entrée dans ce métier s’effectue d’ailleurs assez rapidement. À 31 ans, il est chargé de recherche au CNRS, en section 36 (sociologie, normes et règles), après avoir occupé des postes de vacataire en enseignement et en recherche à l’université. Il est aujourd’hui chargé de recherche au CNRS 1re classe.

12Après avoir effectué un brillant parcours scolaire et obtenu une mention au baccalauréat, Jacques a été le plus jeune docteur en sociologie (il avait 25 ans). Pour cette performance, il reçoit un prix d’honneur de la fondation Gustave-Blanchet. L’attrait pour la sociologie se dessine dès la terminale, période durant laquelle il montre des dispositions pour la discipline. Cet intérêt ne faiblit pas et se conclut par l’obtention d’un doctorat. Ces années passées à l’université lui permettent par ailleurs de côtoyer des gens dont les dispositions (« intelligence », « modération », « aisance ») l’attirent. Le désir d’appartenir à l’élite consolide son orientation vers la recherche et va dans le sens de la définition restrictive qu’il donne du métier de sociologue. Ses parents (père cadre commercial d’entreprise, diplômé d’une école de commerce), mais surtout sa mère (cadre administratif d’entreprise, diplômée d’un DEA en droit) l’encouragent dans cette voie. Il est aujourd’hui ingénieur de recherche au CNRS.

13Les deux autres répondants ont une représentation académique de la sociologie, plus récente. Il leur a fallu beaucoup de temps pour que leur vocation d’universitaire se concrétise. Leur adhésion à la conception scientifique du métier de sociologue est principalement due à un désir de conformité aux normes du milieu qu’ils ont réussi à intégrer. Ce désir est d’autant plus fort que leur passé professionnel ne correspond pas à l’idée qu’ils se font de ceux qu’ils appellent leurs collègues. Se sentant encore un peu étrangers, ils semblent vouloir faire preuve de « bonne volonté », en faisant oublier le plus rapidement possible leur tardive conversion et en devenant un « pair » pour les sociologues académiques.

14Michel est venu tardivement à la sociologie. Âgé de plus de cinquante ans, typographe de formation, son itinéraire professionnel (responsable des scouts de France) le conduit en Nouvelle-Calédonie où il est chargé de mission pour la jeunesse puis pour l’ethnie canaque. Cette expérience, qui durera dix ans, consolidera son intérêt pour la compréhension des problèmes sociaux et politiques que ses origines modestes avaient suscités. À son retour en France, il entreprend, en formation continue, des études de sociologie qui l’amènent jusqu’au doctorat. Tout en dirigeant sa société de communication « dédiée » aux scouts de France, il réalise des recherches et des études, notamment sur les problèmes sociaux et urbains et devient vacataire en sociologie. Ces activités constituent un tournant décisif dans la vie professionnelle de ce diplômé. De la découverte d’un nouveau métier, naît un désir de reconversion. Aujourd’hui, il postule pour un poste de maître de conférences en sociologie et attend de ce « statut » « la possibilité de devenir véritablement sociologue », c’est-à-dire faire de la recherche et enseigner. En effet, pour lui, seuls la recherche et l’enseignement incarnent « véritablement » le métier de sociologue et donnent le droit d’en porter le titre. Pourtant, dans ses pratiques antérieures, Michel mettait déjà en œuvre une démarche sociologique et était identifié comme tel par ses collègues.

15Martine, d’origine sociale plutôt moyenne (père cadre administratif, mère employée dans la fonction publique), a atteint la cinquantaine. Venue en sociologie en formation continue, elle est aujourd’hui maître de conférences dans un IUT. La compétence professionnelle qu’elle a acquise dans le passé repose sur la réalisation d’études urbaines pour les collectivités ainsi que sur des charges de cours, qu’elle effectuait en tant qu’assistante. En réalisant sa thèse, elle formait le projet de passer « d’un poste de contractuelle à un poste de maître de conférences à l’université ». En effet, la seule profession de sociologue qu’elle reconnaît est celle correspondant à la communauté universitaire et scientifique. À part cette dernière, elle n’est pas sûre qu’il existe un autre monde sociologique. « Les fonctions d’études et de recherches ne sont pas étanches », souligne-t-elle, et hors de l’Université « le statut est rarement identifié comme sociologue ».

16Les relations qu’elle a toujours maintenues avec le milieu universitaire lui ont permis d’accéder à un poste de maître de conférences au milieu des années 80. Cependant, la nature « peu académique » de son parcours professionnel, l’absence de publication dans des revues savantes, ont rendu cette charge difficile à assumer.

« Il y a peu de temps que je me sens appartenir à la communauté des sociologues. D’abord, j’ai un parcours qui n’est pas tout à fait académique. Je n’ai pratiquement pas publié, sauf des rapports de recherches et c’est relativement récent. Maintenant que j’ai ce statut, que je suis intégrée dans une équipe de recherche, que je travaille avec des collègues, que je réponds à des contrats, je commence à me sentir appartenir à la communauté des sociologues. Mais je me dis qu’il faut absolument que je publie des articles plus théoriques. J’ai pas mal de chemin à rattraper par rapport à des collègues qui sont universitaires depuis très longtemps et qui ont un parcours beaucoup plus académique que le mien. Même au niveau des lectures, des auteurs, il faut que je me mette à jour. »

17La logique d’identification défendue par ces quatre diplômés dépend de la possession d’une charge d’enseignant ou de chercheur. La reconnaissance professionnelle comme sociologue est donc liée à l’appartenance aux institutions universitaire et scientifique. Elle en est même le produit. Or, en plaçant la charge comme élément clef de la reconnaissance comme sociologue, cette logique d’identification minimise l’identité de sociologue car elle la situe comme variable secondaire. En clair, la logique d’identification à la charge suppose qu’on soit avant tout chercheur ou universitaire. Intervient ensuite la distinction par la spécialité pour se déclarer « sociologue », « économiste » ou « politologue ».

Paul : « Je me dis chercheur, après sociologue. Je me sens appartenir, partie prenante, à une entreprise scientifique, générale. Je travaille avec des économistes, des géographes, des gens des sciences dures. Je ne vois pas de différences fondamentales ». [...] (chargé de recherche CNRS).
Jacques : « Moi, je me définis avant toute chose comme un chercheur, c’est ça qui détermine le statut ou la carrière. Alors, politologue ou sociologue ! » (ingénieur de recherche CNRS, doctorat).
Michel : « Maintenant, je vais exercer le métier de sociologue, au travers de la formation de sociologie, mais qui ne peut-être associé qu’aux fonctions de recherche. Je prends un exemple très simple : combien d’écrivains vivent de leurs plumes ? C’est cela que j’appelle les écrivains professionnels » (vacataire en sociologie, ancien directeur d’une agence de communication).

18Cette logique prend la forme d’une définition scientifique pure du métier de sociologue.

Paul : « Moi, j’ai tendance à prendre la sociologie comme une science, c’est-à-dire qui construit des connaissances progressivement [...]. Moi, je reste un sociologue très en retrait. Pour moi, la société, ça reste un objet d’étude qu’on analyse, qu’on observe. On est souvent confronté à cette question des politiques ou des technocrates qui vous disent oui, mais tout ça est bien beau, mais qu’est-ce qu’il faut faire alors, qu’est-ce qu’on doit en tirer comme conclusions pour l’action ? Moi, je leur dis que c’est pas mon boulot, c’est le leur. Moi je suis tout à fait contre la logique de l’expertise, où il faut aboutir, arriver à ça ou ça. Quand des gens, des économistes ou des sociologues sont amenés à rentrer dans le registre prescriptif, ils sont formés à faire de l’analyse, à mettre à jour des phénomènes, des logiques, etc. Quand on leur demande de passer du côté de la prescription, on se rend compte que ce n’est plus le sociologue qui parle mais le citoyen. Un sociologue analyse, observe. Il n’est pas là pour donner des prescriptions. Son travail est du domaine de l’analyse [...] » (chargé de recherche, CNRS).
Jacques : « Moi, je préfère parler de sociologue, disons au sens scientifique du mot » (ingénieur de recherche CNRS).
Martine : « La fonction du sociologue, c’est pas de donner des réponses. C’est vrai, Jankélévitch disait : « La philosophie ne sert à rien et c’est tant mieux. On pourrait dire la même chose de la sociologie » (maître de conférences).

19En conséquence, l’identification ou non de ces diplômés à la sociologie caractérise, comme le souligne fort justement J. Leroy, « plus [un] écho dans l’agrément (ou le refus) d’une identité et d’un statut [poste ou fonction] de chercheur, c’est-à-dire de scientifique, que dans un débat centré sur un titre de sociologue » (J. Leroy, 1987, p. 92).

20Qu’il s’agisse d’une charge académique ou scientifique, les rhétoriques déployées par les diplômés sont similaires. Il convient surtout de reconnaître et parfois de défendre la suprématie de sa charge, du corps et de l’institution dont on est le représentant. Dans le cas où elle consiste à défendre la suprématie de la charge, la rhétorique développée prend deux formes. Selon la première forme, la rhétorique s’adresse au public et est dirigée uniquement contre l’extérieur (par exemple le praticien). Elle exclut donc le profane de la reconnaissance et à unifier la fonction universitaire et scientifique.

Paul : « Je ne conçois pas qu’on soit sociologue sans faire de la recherche. J’ai beaucoup de mal à imaginer ce que ça pourrait être d’autre. Ce serait quoi ? Faire de l’enseignement ? Oui alors, là, ce serait faire de la recherche par personne interposée, donc encadrer des étudiants. Oui, c’est possible » (chargé de recherche, CNRS). Martine : « En fait, la pratique de la sociologie ne se pose pas tant en termes de démarche que de fonction. Y a bien une profession de sociologue. Il y a une communauté réelle de sociologues qui est celle qui réunit les universitaires et les chercheurs. Les autres sociologues, je ne suis pas sûre qu’ils existent » (maître de conférences).
Michel : « Je suis en train de quitter cette agence de communication pour devenir véritablement sociologue et enseigner en sociologie. Pour moi, la démarche sociologique c’était une démarche d’objectivation de mes observations dans mon travail, de ma passion. Mais pour moi, pour être sociologue, il faut que ça aboutisse à une véritable pratique sociologique. Alors, je crois qu’on peut avoir une démarche sociologique à l’intérieur d’une entreprise ou d’une organisation, mais pas être sociologue. Ce que je veux dire par là, c’est que la pratique professionnelle du sociologue va être de vivre et de gagner sa vie à partir de ce qu’on a dégagé de ses études de sociologie, c’est-à-dire la capacité d’étudier la société, d’en tirer des conclusions, de donner des conseils, de former et d’avoir un métier, un salaire lié à une autre fonction. C’est-à-dire que lorsqu’on est responsable des ressources humaines, on est payé pour être chef du personnel. On est assistante sociale, on est assistante sociale. On est chef de projet d’un programme, on est chef de programme. Alors, on peut être enrichi par la sociologie, mais on ne peut pas dire qu’on exerce le métier de sociologue » (ancien directeur d’une agence decommunication).

21Dans sa seconde forme, la rhétorique s’adresse au public et aux initiés, mais s’exerce également envers les collègues. Elle consiste alors à exclure, non seulement le profane de la reconnaissance, mais aussi tous ceux disposant des charges considérées comme les moins importantes ou les plus éloignées de l’idéal scientifique.

Jacques : « Je vous dirais qu’il y a eu un métier de sociologue. Si on considère sociologue en tant que chercheur. Pour moi, un enseignant en sociologie, c’est pas la même chose que ce qu’on appelle un sociologue. Ce que j’appelle un sociologue, c’est celui qui fait des recherches à plein temps. Pour mettre les points sur les “i”, un chercheur n’est pas tenu d’avoir des charges d’enseignement. Actuellement, le gouvernement, pour encadrer le flux d’étudiants, contraint pratiquement les chercheurs de toutes disciplines à donner des cours. C’est une remise en cause du statut. Avant, il y avait les chercheurs et les enseignants universitaires qu’on appelle maintenant les enseignants chercheurs. Ils font aussi de la recherche au sens où ils sont dans les laboratoires et où ils produisent des articles et des livres. Mais, de manière générale, c’était quand même pas le même type de travail. C’est-à-dire que l’enseignant-chercheur, d’une part passe du temps avec les étudiants, ce qui l’empêche d’assumer certains programmes et, d’autre part, il écrit à destination des élèves alors que les chercheurs, ce qu’ils rédigent, ce sont des rapports scientifiques, de recherche, à destination interne » (ingénieur de recherche CNRS).

22Considérée dans sa forme la plus extrême, cette logique d’identification devient ainsi une logique d’excellence. Elle conduit les diplômés à élaborer des rhétoriques de subordination, voire d’exclusion. Par exemple, on sera plus ou moins sociologue selon qu’on est chercheur, maître de conférences, ingénieur d’étude ou de recherche, chargé de cours, etc. Outre la nécessité de posséder une charge d’enseignement ou de recherche, encore faut-il avoir un statut de titulaire. La précarité ou l’infériorité de la charge détenue devient un facteur qui tend à affaiblir la légitimité de la propension à se définir professionnellement comme sociologue. À coup sûr, les difficultés inhérentes à l’occupation d’emplois précaires ou subordonnés, dans la hiérarchie des postes susceptibles d’être occupés dans la fonction publique, ne sont pas spécifiques à la sociologie. Elles sont notamment communes aux docteurs qui occupent des emplois de vacataires dans maintes disciplines (F. Mallet et al., 1996). Cependant, il est intéressant de constater que, pour les diplômés interrogés, l’occupation de tels emplois, précaires ou subordonnés, est un obstacle à la reconnaissance professionnelle comme sociologue.

Les hiérarchies entre les charges : un frein à l’identité de sociologue

23La diplômée que nous avons rencontrée est dotée d’une identité incertaine imputable à son statut actuel, mais aussi à son itinéraire professionnel. Nathalie est issue d’une origine sociale relativement modeste (père agriculteur exploitant, mère employée de service). Elle est aujourd’hui ingénieur d’étude, mais elle est arrivée en sociologie par « la petite porte ». Happée par l’idéologie post soixante-huitarde, elle ne veut surtout pas, après avoir « décroché » son bac, aller en « fac » comme un certain nombre de ses amis. Elle choisit donc d’intégrer un DUT en vue de devenir animateur socioculturel et de « révolutionner les rapports sociaux ». Mais, en cours d’études, un professeur d’influence la recrute comme chercheur contractuel (hors université). Ce travail l’intéressant, elle s’inscrit en DEUG en 1977 et continue à réaliser des recherches sous contrat jusqu’au moment où, à la faveur du mouvement syndical des chercheurs hors statut, elle est intégrée au CNRS comme ingénieur d’étude. Afin d’acquérir une certaine légitimité, elle poursuit ses études et obtient sa thèse en 1985, à 35 ans. Sa quête d’une reconnaissance scientifique restera intacte au sein des équipes de recherches auxquelles elle s’associera. Elle multiplie les contrats de recherche, valorisant ses compétences de chercheur et confortant une légitimité (« occuper un poste de sociologue ») qu’elle juge toujours instable dans le laboratoire universitaire où elle est membre titulaire.

Nathalie : « En fait, ma stratégie professionnelle, c’était un souci de créer, de construire un profil qui soit un profil de chercheur. En gros, pendant 15 ans, ma stratégie ça a été ça. C’est pour cette raison que j’ai passé un doctorat : afin d’avoir une légitimité dans un collectif, pour assurer une démarche scientifique [...]. La question de la légitimité, c’est très ancien, au sens où lorsque vous êtes à l’université, il y a un corps qui, d’emblée, a une légitimité à occuper une position de recherche. C’est les enseignants-chercheurs. Les ingénieurs d’études, ils peuvent très bien être intégrés dans un laboratoire et y développer une démarche de recherche, mais c’est une position très incertaine [...]. En fait, c’est pas évident de tenir une position de chercheur avec ce statut. Tout dépend de la stratégie du collectif. S’il y a un consensus entre l’institution et l’ingénieur, c’est ce qui se passe pour moi au laboratoire, alors il y a des espaces possibles à investir. Mais c’est pour cela que j’ai fait ma thèse. [...]. Je me sens sociologue. S’il y a quelque chose qui a mené toutes mes stratégies, toutes mes pratiques professionnelles, c’est bien d’occuper un poste de sociologue. Mais en même temps, je me sens toujours un peu fragile sur un poste comme celui-là pour les raisons que je vous ai expliquées. La réalité de la communauté sociologique, c’est une réalité assez éclatée, avec des noyaux durs très structurés et organisés qui sont, soit la position de chercheur, soit la position d’enseignant-chercheur à l’université et qui facilitent l’identité de sociologue. C’est eux, la profession de sociologue. Probablement, le problème de la reconnaissance, du sentiment d’appartenance à une activité, se pose en dehors de ces noyaux-là. Moi, ma position particulière, c’est que je suis ingénieur, alors je ne suis pas dans ce noyau dur. Enfin si, par mes réseaux, mes pratiques de travail, par mes relations avec mes collègues. Oui, mais je n’y suis pas statutairement » (femme ingénieur d’étude CNRS).

24Ainsi, l’identification à la charge ne s’accompagne pas nécessairement d’un fort engagement professionnel. Elle traduit aussi une identité visée consécutive à un constat, celui de la « centralité » de la fonction académique. C’est encore là où l’on est le plus reconnu, le plus visible. Les diplômés concernés par cette tendance ne dénient pas la suprématie de la charge, mais n’en font pas une profession de foi. Selon eux, l’acquisition du statut confère un prestige, un « ancrage professionnel », comme l’indique ce diplômé, et traduit une réussite professionnelle. Les sociologues détenant une charge académique ou scientifique appartiennent à une sociologie légitime et relativement organisée. C’est dans l’Université ou au CNRS que l’on peut faire carrière, s’identifier comme sociologue et l’être par autrui, que l’on acquiert un statut stable où l’on valorise ses compétences (en publiant ou en participant aux colloques).

25Bref, dans ces lieux sont réunies les meilleures conditions objectives et subjectives pour se reconnaître sociologue et être reconnu comme tel. Ainsi, pour les deux sociologues dont nous retranscrivons ci-dessous des extraits d’entretiens, la charge détenue représente surtout une position confortable, eu égard à la précarité qui caractérise leurs précédents emplois. Pour les deux répondants que nous avons interviewés, elle est « incontournable » pour ceux qui souhaitent pratiquer la sociologie en toute tranquillité et revendiquer une identité de sociologue en toute légitimité.

L’œcuménisme et la charge : un vecteur de démocratie

26Sept ans avant d’être maître de conférences, Alain a été agent de développement dans une mission locale, puis sociologue exerçant une activité libérale dans le cadre d’une association réunissant des sociologues et des économistes. Aujourd’hui, cette activité complète une fonction d’enseignant statutaire comme maître de conférences, en plus d’une activité de recherche comme enseignant-chercheur associé dans un laboratoire de recherche universitaire. Jusqu’à l’obtention de cette charge, ce diplômé a des difficultés à se définir comme sociologue. Il éprouve parfois même des scrupules à le faire. D’une part, il est venu tardivement en sociologie, par équivalence après une maîtrise de science politique. D’autre part, lorsqu’il exerçait une activité libérale, comme consultant, il se définissait parfois sociologue, parfois économiste, au gré des clients.

Alain : « J’avais une carte, mais je ne mettais pas de titre. Si je sentais que j’étais devant quelqu’un qui voulait un économiste, je me disais économiste et si quelqu’un voulait plus un sociologue, je me définissais comme sociologue. J’étais l’homme de la situation quoi, mais bon, c’était des stratégies commerciales. Donc, il fallait que je sois polyvalent. J’étais un caméléon qui se définissait par rapport à la demande » (maître de conférences, consultant).

27Les charges d’enseignement qu’il assume « en tant que sociologue en sociologie » assoient, petit à petit, son identité.

Alain : Mais il y avait quand même l’idée que j’étais sociologue, c’était mon plus haut niveau de diplôme, quand même, et je voulais faire un boulot de sociologue. Donc, en clair, j’avais quand même besoin d’être reconnu comme sociologue ou en tout cas professionnellement, comme on est boulanger, cordonnier ou autre chose. J’avais besoin de ça et j’ai cherché toutes les opportunités pour pouvoir y arriver. C’est-à-dire que lorsque j’avais pris cette première charge d’enseignement en 86, j’avais 50 heures à l’année. J’avais quitté la mission locale, j’avais cette association, cette charge d’études. J’aurais pu me dire bon, t’es sociologue, mais j’avais comme l’impression de ne pas l’être vraiment. J’ai cherché à avoir d’autres charges d’enseignement en sociologie. Je me suis donc rapproché de réseaux et, dans mon escarcelle, sont tombées 50 heures de socio là, 50 heures ici. Et puis, ça vous fait faire des connaissances, des alliances avec des gens, ça vous donne un débouché commercial, aussi. Donc, je me constituais de plus en plus sociologue et avec de moins en moins de scrupules à me définir comme tel. [...] »

28Sa titularisation le consacre définitivement.

Alain : « J’ai commencé à oser me définir sociologue lorsque j’ai soutenu ma thèse. [...] Mais la phase terminale, là où la sérénité professionnelle est venue, ce qui a cimenté le tout, quoi, ça a été le statut. Je savais que ça existait, mais je n’osais pas y croire mais, heu..., j’avais cette perspective. Donc, un statut universitaire. Et en 1991, là, je travaillais dans un labo de socio, mais comme extérieur. Et puis quelqu’un du labo a cherché à recruter pour un poste d’enseignant et j’ai postulé. J’ai pas été retenu, mais j’ai postulé et là, je me suis mis à penser que je pourrais avoir un statut. Un an après, j’ai repostulé pour un poste de maître de conférences à X et je l’ai eu. Alors maintenant, rétrospectivement, je me dis que j’avais toujours eu cette envie, mais vu ma position aléatoire, ça m’aurait été insupportable si j’en avais fait un objectif avoué et que ça n’avait pas marché. J’ai connu trop de gens qui se sont plantés, et pour eux ça a été vraiment dur. Moi, j’ai eu de la chance. Maintenant c’est fait, j’ai une reconnaissance institutionnelle. [...] »

29Pierre est issu d’une famille modeste (le père est employé de mairie, la mère est sans profession). Son origine sociale le conduit à opter pour des études courtes, sanctionnées par un brevet de technicien agricole. Son intérêt pour le social et ses dispositions pour les études l’encouragent cependant à surmonter ce déterminisme social. Il entreprend d’abord, grâce à une bourse, un IUT de carrières sociales (parce qu’il a besoin de travailler) et devient travailleur social. Insatisfait des connaissances acquises en IUT, il souhaite approfondir théoriquement « un certain nombre de choses » et décide de poursuivre une formation universitaire afin de valoriser ses acquis professionnels.

30Après une maîtrise d’Administration économique et sociale, cette curiosité intellectuelle le conduit, en formation continue, jusqu’à une thèse en sociologie. Depuis son entrée en DEA et jusqu’à la fin de la thèse, il est intégré dans un laboratoire universitaire associé au CNRS. À l’issue de la soutenance, il trouve un emploi de contractuel dans une structure locale financée par la région, chargée de développer des partenariats dans le domaine de l’innovation technologique entre les entreprises et les chercheurs. La dissolution de cette structure l’amène à fonder, avec un ami docteur en sociologie, un bureau d’études au sein duquel il développe des activités de conseil et de recherches contractuelles (essentiellement sur la base de réponses à des appels d’offres ministériels).

Pierre : « Je travaillais à mi-temps et en même temps je continuais à travailler sur des contrats parce que je voulais continuer à faire de la recherche. C’était une époque où il était encore assez facile de trouver des contrats. Comme je connaissais déjà le ministère, que je leur avais rendu à temps les travaux sur les contrats, j’ai pu en décrocher un nouveau sur l’industrie grassoise. Avec un copain de labo en socio qui avait fait sa thèse avec moi, on a lancé un bureau d’études pour faire du Consulting en entreprise et faire de la recherche par contrat. Je pouvais faire des missions pour des contrats d’évaluation. Mais le plus intéressant, c’était les gros contrats pour le service public, les contrats nationaux [ministère de la recherche, Caisse d’allocations familiales, le secrétariat au Plan, le secrétariat de la Consommation], Bref, on a ratissé tout notre réseau de relations et quand ça allait mal, on se mettait au chômage. On alternait chômage, contrats. Ça marchait pas mal, pour une petite structure, puisqu’on avait 6 700 000 francs de chiffre d’affaires par an avec des stagiaires, des étudiants » (maître de conférence, ancien consultant, sociologue exerçant une activité libérale).

31Ces activités donnent lieu à plusieurs publications, mais son identité de sociologue reste fragile.

Pierre : « Alors, quand on faisait de l’évaluation, on se disait sociologue. Du travail universitaire, on se présentait comme faisant partie de ce monde et c’était bien vu par les entreprises, ou le client au sens plus large. Pourtant, on ne faisait ou pas objectivement partie de ce monde. [...] On ne peut pas dire que j’étais dans une communauté d’appartenance. C’est pas du tout le même statut entre un prof de fac et un vacataire et quand vous n’êtes ni l’un ni l’autre, c’est encore pire ! Vous n’êtes rien, si vous n’avez pas de statut. Vous n’appartenez pas à la communauté, on vous regarde de haut, on ne vous écoute pas. Donc nous, quand on allait déposer nos contrats d’appel de recherches, on était en compétition avec des équipes du CNRS, des statutaires et vous êtes dans vos petits souliers. Les gens vous font bien comprendre que vous n’êtes pas des leurs. Statutairement, politiquement, sociologiquement, on n’appartient pas à la communauté. [...] »

32Il présente sa candidature à un poste de maître de conférences dans sa spécialité et, l’ayant obtenu, accède au statut académique, sept ans après la soutenance de sa thèse. L’appartenance à la charge académique permet enfin de faire tomber les dernières barrières qui faisaient obstacle à l’affirmation d’une identité de sociologue.

Pierre : « Donc, de plus en plus, j’ai compris quand même que pour un sociologue, la seule carrière passe par la fac ou par le CNRS. Donc voilà, je me suis battu pour entrer à l’université. Donc, aujourd’hui, j’ai le sentiment d’appartenir à la communauté universitaire, mais c’est le statut qui est important. [...] »

33Contrairement aux deux précédents diplômés, la logique d’identification à la sociologie par la possession d’une charge et l’accès au statut universitaire ne se rapporte pas ici à une définition élitiste, exclusivement scientifique, du métier de sociologue. Au contraire, la conception défendue est proche de la définition œcuménique et non hiérarchisante de la sociologie défendue par certains enseignants ou chercheurs. L’itinéraire des répondants interviewés va dans le sens des interprétations que nous avions proposées sur les causes de cette disposition. Leur passé de « faiseurs d’études » les conduit à défendre une conception plus appliquée de la recherche qui devient une justification de leur propre parcours. Alain remarque que :

« Le sociologue qui n’a pas de terrain, qui ne se confronte pas à la norme sociale, y en a, ça existe. Mais moi, je ne me sens pas concerné. C’est dû à mon itinéraire. [...] Je ne suis pas sûr que la sociologie puisse être une réflexion sur, sans être une action avec » (maître de conférences).

34À la question : « Ça vous paraît très différent, les contrats réalisés dans le bureau d’études et ceux réalisés dans le cadre universitaire ? » Pierre répond :

« Non, c’est les mêmes. On créait des savoirs parce que là, on faisait des enquêtes. On allait sur le terrain, on faisait des enquêtes. Maintenant, je suis plutôt du côté de l’intelligibilité, j’enseigne, je réinterprète des savoirs créés par d’autres et je les diffuse. C’est plutôt ça » (maître de conférences).

35Par ailleurs, l’accès à la charge et l’accès au statut permettent de défendre cette conception avec un certain recul, une sérénité que leur absence n’implique généralement pas. Par exemple, les récriminations et les accusations que les sociologues praticiens expriment vis-à-vis de la sociologie académique sont ici inexistantes ou très mesurées.

Alain : « Je viens de publier, dans une revue de gestion lue par des gestionnaires, des managers, un article titré “X”. [...] Je l’ai envoyé à la Revue française de sociologie, et ils m’ont répondu en disant : “Vous comprenez, c’est pas de la production de connaissances, c’est une tentative d’articulation de théories existantes, mais vous ne produisez rien de neuf.” Voilà une réponse de la communauté scientifique sur un texte. Et peut-être qu’ils ont raison. Mais moi, je crois que la pratique oblige à déformer les outils et à les articuler entre eux et que la théorie gagnerait à prendre en compte ce que la pratique apporte. Bon, ça n’a pas marché, j’y reviendrai. [...] »

L’identification par la formation

36Cette seconde logique d’identification à la sociologie s’oppose à la reconnaissance par la charge. Le principe central d’identification à la sociologie est le rattachement à la spécialité de formation et non à la fonction occupée, à l’institution de rattachement ou à l’organisation cliente. Nous rendrons compte des principes régissant cette logique, en nous appuyant principalement sur le cas de quatre diplômés. Le premier, Yves, est d’origine sociale élevée. Son père était médecin, sa mère exerçait une fonction intermédiaire administrative. Après avoir épuisé le circuit des recrutements à l’Université et au CNRS, Yves a tiré un trait sur ses ambitions académiques et s’est établi comme sociologue exerçant une activité libérale. Il continue cependant à participer à des colloques et assume des enseignements universitaires. Ce qu’il souhaite désormais, c’est continuer à travailler comme sociologue, à réaliser des études malgré la précarité de cette activité. Yolande, d’origine sociale élevée (son père est chef d’entreprise), réalise des évaluations de formation dans l’administration et gère un budget d’études pour la réalisation de recherches en externe. Paula, fille de commerçants, a comme Yves, à maintes reprises, candidaté au CNU, en vue d’accéder à un poste de maître de conférences. Ses candidatures se sont soldées par un échec. Elle exerce une activité libérale, comme consultante, conseillant les entreprises qui ont des problèmes d’organisation, mais répond aussi à des contrats de recherche. Elle conserve par ailleurs des charges de cours à l’Université. Ces trois premiers diplômés tiennent un discours qui oscille constamment entre l’amertume due à la difficulté de leur position, à l’absence de statut, à la faible crédibilité de leur pratique et de leur identité de sociologue, et entre le désir de défendre la reconnaissance de la sociologie praticienne, de valoriser le bien-fondé de leur pratique.

37Dans ce but, ces sociologues justifient l’appartenance au métier de sociologue en s’appuyant sur la spécialité de formation, la détention d’un diplôme (le doctorat) et les connaissances acquises et mises en œuvre, scientifiquement, dans l’activité de travail. Ils se reconnaissent professionnellement comme sociologues, car ils ont été formés à des savoirs et des méthodes particulières, et ont acquis une compétence d’expert.

Yves : « Qu’est-ce qui permet de trouver le crédit, le signe distinctif pour pouvoir apparaître et se positionner ? C’est pas évident. Pour moi, la clef d’entrée, le sésame qui me permet d’ouvrir quelques portes, c’est mes acquis disciplinaires et professionnels qui sont appuyés sur des lectures, une formation, un corpus, des techniques. C’est par rapport à cet acquis, cette clef que se base mon identité et je crois que c’est en reconnaissant ça qu’on pourra avancer » (sociologue en profession libérale, conseil et études).
Yolande : « Je me sens sociologue, c’est marrant, hein ! Parce que j’applique des méthodes que j’ai apprises, que j’ai bien intériorisées. [...] Moi, ce que je fais, c’est de vraies études, j’applique tout ce que j’ai appris à la fac. Je fais des enquêtes sur le terrain avec guide d’entretien, etc. Je fais du comparatif, je vais dans des boîtes de formation, dans des entreprises, pour voir comment ils envisagent la formation. C’est moi qui donne une plus grande dimension à ces études. J’ai pas envie de répondre à la demande comme ça, je ne suis pas dans le privé mais à l’Éducation nationale. Je peux me permettre de dépasser le sujet de la demande. J’ai un temps assez limité en général, deux trois mois, mais... Bon, si je fais un peu trop long, c’est pas grave » (chargée de mission, FP).
Paula : « Je me présente comme sociologue parce que je veux me démarquer des autres consultants. Je sais que seul un sociologue aura du recul par rapport à des problèmes, ou analysera les phénomènes cachés. C’est pas qu’une technique. C’est pas l’application d’un modèle. Je suis capable d’appliquer une technique, mais je suis aussi capable de construire l’outil pour appliquer cette technique. Je suis capable aussi d’argumenter une tendance » (consultante, activité libérale).

38Ces diplômés considèrent qu’ils répondent aux conditions requises pour occuper une charge, au même titre que les précédents répondants, mais ils en ont été écartés pour des raisons qu’ils jugent arbitraires, parce qu’ils ne disposaient pas des bons réseaux, parce qu’ils étaient « soi-disant » trop appliqués pour le CNU, par exemple.

Paula : « J’ai été recalée par le jury pour la liste d’aptitude à l’enseignement universitaire. La critique avait été que je ne problématisais pas assez. Au niveau d’une thèse, faut pas exagérer. Peut-être que j’aurais eu plus de chance de réussite auprès d’un jury de gestion. Y a une espèce de non-reconnaissance de la théorie finalisée. »
Yves : « J’ai travaillé dans des bureaux d’études, en plus de centres de recherche. J’ai postulé au CNRS et à l’Université. Mais j’ai été dégoûté par les jurys d’Université. Autant au CNRS, bon, y a malgré tout un formalisme, y a des discussions, une appréciation. Mais les jurys universitaires ! Oh là là ! J’ai postulé à X, et à Y, où ils m’ont dit : “Non, monsieur, vous n’avez pas assez d’heures d’enseignement.” Je voyais bien ce qu’ils voulaient dire, j’avais pas un cursus professionnel qui cadrait avec les attentes de ces messieurs. J’ai pris mes valises et je suis parti. »

39L’identité sociologique, très fortement articulée à l’idée d’engagement scientifique, et la déception d’être exclu de la charge dont dépend l’appartenance au métier de sociologue, est constamment présente dans les discours. Contrairement à ce que l’on pouvait attendre, ces diplômés restent donc très attachés à une définition scientifique du métier de sociologue.

Yolande : « Souvent, dans mon boulot, on me dit : “Oui, mais vous ne donnez pas de réponses.” Et je travaille la décision, mais justement, moi, je suis contre le fait de donner des réponses. Je ne veux pas donner de réponses. Et pour moi, la sociologie c’est ça. Ça n’apporte pas des réponses, ça pose question. Ça soulève des problèmes, ça pose des questions, ça interroge, mais c’est pas au sociologue d’apporter des réponses toutes faites. Il doit voir le maximum de choses possibles. Soulever le maximum de problèmes possibles en le faisant de manière intelligente, en interrogeant tout dans une question. Après, ceux qui veulent constituer des réponses le font s’ils le peuvent, mais ce n’est pas au sociologue d’apporter des réponses. »
« Vous produisez des idées, bah ! Non, même pas. Vous ne produisez pas des idées, vous interrogez. On en a rien à faire et en plus c’est dangereux. [...] Non, le sociologue ne doit pas apporter de réponses, il doit questionner, il doit interviewer. C’est pas son travail, c’est pas un politique. Sauf, s’il est en plus un politique. Mais moi, je préfère pas. Le rôle du sociologue c’est questionner, mais c’est aller très loin. Moi, je suis plutôt d’obédience de la sociologie critique, les grandes œuvres de la sociologie. Je suis séduite par ça. Donc faire de la sociologie critique et apporter des réponses, on peut pas faire les deux. C’est pas compatible. Et c’est pas le rôle du sociologue critique. Et c’est surtout pas d’apporter une réponse simple, unique et définitive. [...] »

40La justification scientifique demeure centrale pour la reconnaissance de leur pratique sociologique. Vraisemblablement parce que leur pratique est considérée comme appliquée, que son exercice est, selon eux, jugé « subalterne », ces diplômés souhaitent témoigner de la qualité scientifique de leur pratique. D’ailleurs, cette référence professionnelle – ce label de qualité – se traduit par le maintien d’un lien avec les milieux universitaires et scientifiques, grâce à des charges de cours, des publications, la participation à des colloques ou la constitution de réseaux.

Yves : « J’ai un mode d’intervention qui essaye d’être le plus rigoureux possible. Qui essaye de prendre une démarche scientifique. Je ne vais pas faire comme j’ai vu faire un ingénieur, comme j’ai vu faire un certain nombre de choses. Moi, quand j’obtiens une étude, j’ai un certain nombre de conditions à la fois techniques et déontologiques tout à fait précises. Je demande, si c’est une enquête auprès d’une population, qu’elle soit déclarée à la C.N.I. L. Moi, quand je fais une enquête, je la fais avec une analyse détaillée, avec des typologies, avec un certain nombre de travaux sur le sujet pour sortir quelque chose de beaucoup plus détaillé. »
[Avoir une démarche scientifique c’est] :
« une rigueur au niveau de la conduite de l’ensemble de l’investigation ; c’est un esprit critique au niveau de la production de tout ce qu’on peut faire ; c’est une vérification et un croisement sans cesse de toutes les sources d’information, quelle que soit leur nature ; c’est de soumettre l’ensemble de ses résultats à la critique ; d’être évalué sur ses résultats et de ne pas affirmer péremptoirement quelque chose, et puis c’est une construction sociale. Ça peut être aperçu et lu dans différentes directions. Ce n’est pas un dogme. [...] »
Yolande : « Lorsque je suis arrivé à X, je me suis dit que je me rapprochais plus de la pratique scientifique. J’avais l’impression un peu d’un retour aux sources.[...] »
Paula : « Dans ce travail, tu mobilises des savoirs et tu sais les traduire pratiquement. C’est pas incompatible. Au contraire. La pratique peut être productrice de savoirs, si on ne perd pas le lien avec la théorie, avec l’avancée de la recherche et qu’on prend du recul sur ce qu’on fait. »

41La clef de l’identification à la sociologie est donc bien le rattachement à une spécialité de formation (la sociologie), mais à une formation valorisée pour sa scientificité. Or, cette fidélité aux principes scientifiques qui régissent l’exercice de la sociologie ne leur permet pas de gagner du crédit auprès des instances académiques, rechignant, selon eux, à leur reconnaître une identité de sociologue.

Paula : « Ils ne me reconnaissent pas comme sociologue. [...] Nous sommes des produits abâtardis de la sociologie. »
Yves : « C’est ce qu’on nous fait comprendre. Je vais prendre des exemples, tout à fait caractéristiques. Quand on intervient dans des colloques ou des choses comme ça. Quand on nous sollicite, que nous répondons à une demande, on nous réserve les exposés d’atelier, pas les conférences magistrales. Heu..., un jour on m’avait demandé un article pour une revue, donc j’ai fait cet article et il [le commanditaire universitaire] m’a dit : “Oh ?! Mais tu fais de la théorie.” Je peux multiplier les anecdotes, je suis intarissable là-dessus. »
Yolande : « Quand j’ai à faire à des sociologues enseignants-chercheurs, je sais que ce que je fais pour beaucoup, c’est pas de la recherche, c’est pas de la socio, parce que je réponds à une demande de ministère, parce qu’il y a des éléments de réponses. Donc, c’est pas de la socio. La démarche n’est pas assez blindée. Donc c’est pas de la recherche, c’est pas de la socio, on sait plus ce que c’est après, quoi ! »

42Par ailleurs, ces diplômés qui ne travaillent ni au CNRS, ni à l’Université, appartiennent à des organisations étrangères à la démarche sociologique. L’itinéraire professionnel de ces diplômés a fréquemment été difficile et leur situation à l’enquête est précaire. Ils se reconnaissent comme sociologue dans une position souvent inconfortable. Leur situation est difficile parce qu’il n’existe pas de collectif de travail auquel ils puissent s’identifier et qui les reconnaisse en tant que sociologues.

Yves : « Il y a très, très peu de sociologues dans le secteur où je travaille. Sur les 40 bureaux d’études conseil, si on est une dizaine, c’est bien le maximum. Voilà, c’est un constat. [...] Dans le job que je fais, je rencontre très rarement des sociologues. Et quand je dis que je suis sociologue, quand j’interviens dans un bureau de consultant, tout le monde ouvre des yeux très étonnés : “Vous sociologue, ici ?!” Voilà, c’est un peu la réaction. Vraiment, on a l’impression de tomber sur une autre planète. C’est là le drame. »
Paula : « En fait, le sociologue, les entreprises ne savent pas ce que c’est. Elles demandent : “Mais qu’est ce que vous savez faire ?” Elles ne savent pas où te mettre. En fait, dans ce milieu, je ne suis pas introduite, on ne me fait pas confiance, je pense que ça viendra, mais pas tout de suite. Dans ce domaine, on est un peu mal placés, nous sociologues. On est un peu bâtards. Mais bon, moi j’ai envie de continuer. Ça fait deux ou un an que je n’ai pas eu un contrat, mais je ne désespère pas. »
Yolande : « Je me sens très, très seule. À mon travail, personne ne me considère comme sociologue. Je fais des études. Et les chargés d’études ont des formations multiples. [...] Dans quelle mesure un sociologue qui ne travaille pas au CNRS, sur contrat ou dans des organisations, est sociologue ? Dans quelle mesure un sociologue qui travaille comme moi dans une administration, qui répond à une demande qui n’est pas d’ordre exclusivement sociologique, reste-t-il sociologue ? C’est la question que je me pose. Suis-je encore sociologue ? »

43La difficulté de leur position provient de leur non-reconnaissance comme sociologue par les universitaires et les chercheurs. Tout se passe comme s’ils évoluaient dans un « no man’s land » identitaire et professionnel.

Yolande : Je suis complètement dans le flou. Il faut absolument que j’acquière une certaine représentativité. Je n’existe plus nulle part. Il faut que j’arrive à résoudre cette ambiguïté, car n’être nulle part et n’être rien, c’est...! [...] Ceux qui ne sont pas chercheurs disent que la recherche ne sert à rien dans ce travail. Ceux qui sont chercheurs disent que je ne fais pas de recherche et ne veulent pas de moi. Donc, évidemment, c’est pas facile à vivre. » Paula : « En sociologie, lorsque tu es trop proche de l’entreprise, tu perds ton âme. Mais, pour avoir une discipline qui acquiert une large autorité et un crédit, il va falloir que la sociologie n’ait pas seulement une élite, il va falloir qu’elle ait une base. »
Yves : « On ne peut pas avoir des sociologues qui interviennent comme ça sur des contrats et des sociologues universitaires qui se désintéressent de ce type d’investigation. L’un ne va pas sans l’autre. Le fait de les avoir oubliés quelque part, c’est tracer une ligne de démarcation entre la sociologie officielle et des “bidouillages”, des bricolages de terrain faits par des gens, des professionnels, qui ont eu, à un moment donné de leur itinéraire, une formation en sociologie. »

44Les diplômés imputent leur situation à une conception trop académique de la sociologie.

Yolande : « Ah ! Tu parles [la question était : as-tu déjà publié dans des revues universitaires ?]. J’ai fait une bêtise parce que j’ai dû écrire cet article très vite, et j’ai fait la bêtise de dire que ça aurait pu être approfondi, que j’aurais souhaité le faire, mais que je n’avais pas eu le temps, qu’il y a des choses que je n’avais pas osé dire, alors que la revue ne m’avait rien demandé et trouvais ça très bien. Bref, je rencontre un ingénieur de recherche d’un labo associé au CNRS à qui je file des budgets. Je lui raconte donc ça et il me dit : “Ah ! Mais oui, nous, on travaille pour la recherche, alors il fait un grand geste de la main, tandis que vous, vous travaillez...”, et il me balaye comme ça de sa main. Oh ! J’ai trouvé ça dur ! En plus, il n’est qu’ingénieur de recherche, alors j’imagine le haut du pavé. Voilà l’image qu’on peut renvoyer : “Vous avez des prétentions de chercheur, alors que vous ne l’êtes pas.” »
Yves : « Pour eux, ceux qui travaillent auprès des entreprises, c’est du pratico-pratique. On a une démarche complètement empirique, on a un arsenal théorique tout à fait rudimentaire, voire sommaire, etc. Voilà, et je pense qu’il y a une institutionnalisation du partage du travail qui est tout à fait nette. »

45Ce qu’ils ressentent comme un abandon et une exclusion crée d’autant plus de frustration que, s’ils critiquent l’hégémonie des institutions académiques, ces institutions représentent, pour eux, l’autorité morale et professionnelle qui aurait pu consacrer leur pratique.

Yves : « C’est la faillite des sociologues académiques parce qu’ils se sont complètement désintéressés de ces secteurs. Et pourtant c’était par leur médiation et leur autorité morale qu’on aurait pu progressivement organiser et structurer ce secteur et lui donner un certain nombre de règles. [...] »

46À l’image de Mozart méprisant les aristocrates (dont dépendait son art) et méprisé par eux, mais désirant plus que tout être reconnu comme un pair entre les pairs (N. Elias, 1991), ces répondants critiquent parfois très violemment les sociologues académiques. Ils les critiquent alors que tous ceux que nous avons interviewés désiraient embrasser cette carrière, alors même qu’ils se réfèrent aux normes scientifiques pour justifier du bien-fondé de leur pratique et légitimer leur identité. La critique de cette domination académique traduit le regret d’une professionnalisation et d’une reconnaissance avortées.

Yves : « Si j’en avais eu la possibilité, j’aurais bien aimé poursuivre dans la recherche. Heu..., d’une part, ça ne me paraissait pas possible parce que c’était bouché, d’autre part, j’étais un peu pressé, et attendre entre 5 et 10 ans, comme c’est le cas d’une amie qui n’a été titularisée qu’il y a un an, je n’en avais pas envie. »
Yolande : « Je ne pouvais pas être chercheur ou enseignante. Il n’y avait pas de place. »
Paula : « “J’ai raté le coche” [...]. “Je n’ai pas choisi ce métier, c’est un choix par l’absurde. Ce qui n’était pas possible du côté de l’enseignement ou de la recherche, il fallait le trouver de l’autre.” Moi, j’ai épuisé tous les circuits. J’ai fait les trois ans de candidature au CNRS en la matière, dans la section socio, et j’en ai tiré qu’il fallait que je me débrouille par moi-même. À l’Université, j’ai essayé de postuler, mais j’ai été dégoûtée par les jurys universitaires. Maintenant, j’ai tiré un trait dessus, je me suis fait une raison. »

47L’identification par la charge devient alors une référence négative. La charge est certes attractive, elle offre, plus sûrement que tout autre élément de justification, les clefs de la reconnaissance comme sociologue. Mais elle est critiquable dans la mesure où l’identité et la compétence de sociologue, exclusivement attachées à elle, s’exercent au-delà de toute autre instance légitime de définition du titre. La dévalorisation de la charge et de leurs détenteurs devient alors la dernière arme pour des sociologues dont les discours dénonciateurs de l’hégémonie académique laissent percer l’amertume d’ambitions ratées.

Paula : « Quand tu vois dans quel panier de crabes tu te mets à l’université, tu ne les envies pas, c’est pas attrayant. C’est la lutte de pouvoir, la stratégie individuelle au détriment de l’avenir collectif de la discipline, c’est écœurant, écœurant. Chacun défend son bout de pain. Il n’y a plus d’éthique, voilà. Et je te crée des labos, des DEA, même s’il n’y a que trois personnes. C’est la planque, l’université, la planque. Tu as la sécurité, mais s’il faut faire des courbettes pour être accepté, je leur laisse. Ils ne me laissent pas y entrer, mais c’est pas grave. Moi, je ne suis pas la bienvenue, je n’entre pas. »

48Dans une certaine mesure, la critique de l’hégémonie universitaire et scientifique recèle une frustration née de l’écart entre un métier et une compétence visés, entre une compétence ou un métier dont ils ont été exclus et le demeurent, bref entre une position occupée et des aspirations déçues. Pourtant, les diplômés appartenant à ce modèle se revendiquent haut et fort comme sociologues, car la sociologie constitue l’élément stable et incontestable qui garantit leur identité et leur compétence.

Yves : « J’affirme mon identité de sociologue parce que je pense qu’utiliser cette formule, ça me permet de me positionner professionnellement, de me distinguer d’un certain nombre de choses qui m’irritent, que je désapprouve et ça me permet de suggérer, de proposer une approche de la réalité qui me semble plus pertinente que celle qu’on propose habituellement dans ce domaine. Si je n’avais pas cette clef d’entrée, je ne sais pas ce que je pourrais présenter. »
Yolande : « Ah ! Moi, bizarrement, je me suis toujours sentie sociologue. [...] Je dis aux gens que je suis sociologue même s’ils n’identifient pas le terme. »
Paula : « Oui, c’est vrai, je suis sociologue. Alors, pas en termes de statut, parce qu’il n’y en a pas dans l’entreprise ou dans le secteur où je suis. Mais, je sais que je pense comme un sociologue et que ma méthode de travail est une méthode de sociologue. »

49L’absence d’organisation professionnelle de la sociologie qui aurait participé au développement et à la reconnaissance des pratiques appliquées, est douloureusement vécue par ces répondants.

Yves : « Les sociologues, d’une manière générale, ont raté complètement le rapport à la société. Ils sont restés cantonnés à une vision très académique, universitaire, et qui plus est, quand on rencontre des sociologues qui ne sont pas dans ce secteur où qui viennent d’avoir une thèse, ils ont la nostalgie de faire comme les autres. C’est-à-dire, je veux intégrer le CNRS, je veux intégrer l’université, etc. Et donc ça crée toute une cour de courtisans avec toute la splendeur et les travers que vous connaissez. »

50Ces sociologues, regrettant l’échec de la professionnalisation appliquée de la discipline, sont en quête d’un métier qui leur permette d’appartenir à un groupe et qui leur offre un statut. Leur quête d’un métier de sociologue porte en lui les espoirs d’une reconnaissance identitaire.

Yolande : « J’en parle avec un ingénieur de recherche qui est un mec adorable, qui est au CEREQ. Lui, il ne comprend pas. Il ne comprend pas cette aspiration à une espèce de reconnaissance. Il me dit “Mais qu’est-ce que c’est que ces histoires d’identité. Qu’est-ce que tu vas te poser comme question, c’est n’importe quoi !” Alors, du coup, on s’engueule. Ça devient très personnel. »

51Pour cela, l’idée qu’ils se font du métier rompt avec les références identitaires héritées de la formation et de la tradition universitaires. Les diplômés valorisent une logique de reconnaissance qui s’appuie sur des critères suffisamment larges et démocratiques (la spécialisation par la formation, le diplôme et la compétence professionnelle) pour qu’ils puissent légitimement et objectivement porter le titre de sociologue. Le métier auquel ils aspirent correspond à celui pour lequel certains psychologues se sont battus et qui a abouti à un titre protégé. Ainsi, ces sociologues veulent compenser le diktat de la charge, de la domination académique, favoriser des marchés du travail pour les sociologues praticiens, aider à leur visibilité et à leur reconnaissance par les entreprises, mais aussi soutenir la concurrence des autres professionnels.

Paula : « La position de libéral, c’est pas facile. Il faut créer le métier, créer le métier ! Ce sont des problèmes de reconnaissance et de statut. Parce que, jusque-là, vraiment c’est difficile ! Justement pour pouvoir exister. »
Yolande : « Moi, je suis très attachée au fait que sociologue ce soit un métier, car c’est justement quand on considère que ce n’est pas un métier qu’on commence tous à piétiner les plates-bandes des uns et des autres, à faire de tout. Un peu de psychologie, d’économie, un peu de “machin”, un peu de “truc”. On n’est plus identifiable. Je ne suis pas identifiée vraiment comme sociologue. »
[...] « Mais ceci dit, je crois qu’il y a vraiment une démarche unique. Avec plusieurs voies, plusieurs arborescences, mais il y a vraiment une démarche spécifique. On arrive vraiment à la reconnaître, mais comment faire en sorte que ça se transmette et que ça devienne un métier ? Je crois effectivement qu’aujourd’hui c’est pas reconnu comme un métier : On est des faiseurs d’études. On n’est pas dans un lieu consacré. On n’est pas chercheur. [...] Il faut que j’arrive à résoudre cette ambiguïté, parce que n’être nulle part et n’être rien c’est ! [...] »
Yves : « Il n’y a pas d’auto-organisation du corps des sociologues pour conquérir de nouveaux marchés, parce qu’on s’est cantonné dans un jeu d’influences et de concurrences entre les différentes chapelles pour accéder à tel poste, à telle autorité, etc. Avec la MIRE, dans les années 82, je crois qu’on aurait pu s’auto-organiser, à la fois à l’université et sur d’autres secteurs. Mais, là encore, ça a raté. On n’a pas profité de cette structure. »

  • 3 Nous entendons par réseau, dans le cadre de notre recherche, les différents acteurs qui entretienne (...)

52L’identification professionnelle à la sociologie est, ici, très partiellement confortée par la construction de supports qui contribuent notamment à une reconnaissance de la compétence. Ces supports peuvent être des réseaux de partenariat3 ou des relations privilégiées. Tout dépend, en fait, de la situation professionnelle des intéressés et de l’organisation qui les emploie. Tout dépend aussi des personnes présentes, susceptibles d’être des partenaires potentiels. Dans un premier cas, les réseaux ne sont pas forcément construits autour de praticiens de la sociologie, car ils sont peu présents dans l’environnement professionnel. C’est la situation exposée par ce sociologue exerçant une activité libérale. Pour des raisons économiques, il a abandonné l’idée d’employer des salariés, mais il essaie de constituer un réseau de consultants. En l’absence de sociologues, il opte pour la pluridisciplinarité.

Yves : « “Ce que j’essaie de faire, c’est de créer un réseau de consultants qui soit fidélisé et intéressé par un dossier. Du même coup, ces professionnels s’impliquent et prennent tous les risques.” [...] J’ai un collègue parisien qui est ingénieur de “Centrale”, un autre qui est à Paris ingénieur en informatique, un sur Lyon qui est urbaniste et le dernier est médecin. »

53Dans le second cas, on ne peut véritablement parler de réseaux, mais plutôt de passerelle, fondée sur une position d’interface et une fonction économique. En gérant des budgets d’étude, mais aussi parce qu’elle se définit comme sociologue en valorisant la tendance scientifique, cette chargée de mission construit une passerelle avec des laboratoires de recherche en sociologie, extérieurs à l’organisation, pour la réalisation d’études ou de recherches. Ce partenariat lui permet d’établir des relations privilégiées avec des chercheurs en sociologie. Ils demeurent son groupe de référence et elle veut être reconnue par eux. Son incapacité à l’être révèle les limites de cette stratégie de recherche de reconnaissance à travers le partenariat.

Yolande : « J’ai un collègue ingénieur de recherche qui gère un budget d’études avec moi, donc on a des recherches qui se font, mais elles ne peuvent se faire qu’à l’extérieur. Moi, je travaille beaucoup avec les chercheurs. J’ai tout de même un budget important et je fais travailler des équipes de recherche sur les études, mais ici, on préfère faire travailler des consultants parce qu’eux “répondent”. Ils sont clairs et nets. Pour les chercheurs, je suis madame machin au ministère qui leur donne de l’argent pour leurs études, qui leur donne de temps en temps un rapport pour qu’ils voient ce que j’ai pu faire, pour qu’ils s’en inspirent ou pour qu’ils le lisent et qu’ils puissent le commenter. Mais c’est tout. Souvent, en plus, ils pensent que dans un rapport d’études on ne dit que des choses officielles et ils vous disent : “Oh ! Mais tout ça on le sait déjà !” Alors, bien sûr, ce ne sont pas des découvertes totales, mais enfin quand même ! Et moi, vraiment, ça me fait mal. Et bien, les chercheurs, on les paye, hein ! »

54Enfin, il arrive qu’en l’absence de statut noble, des détenteurs d’une charge subordonnée préfèrent légitimer leur appartenance au métier de sociologue par le critère de la formation et du diplôme, plutôt que par celui du statut. Ils relativisent ainsi symboliquement l’infériorité de leur position dans la hiérarchie académique. C’est le cas d’Hélène, fille de parents cadres moyens. Diplômée d’un DESS de sociologie urbaine, elle débute sa carrière professionnelle en 1968, en réalisant des études sociologiques appliquées aux problèmes urbains dans un centre de recherches sociologiques. Une conjoncture familiale la conduit à quitter la France. À son retour, elle travaille dans un laboratoire d’anthropologie appliqué sur l’habitat, puis revient dans le centre de recherches au sein duquel elle avait débuté sa carrière. À la faveur d’un mouvement syndical des chercheurs et des sociologues « hors statut », elle est intégrée au CNRS, en 1981, comme ingénieur d’étude, alors qu’elle souhaitait être intégrée comme chercheur. Elle obtient un doctorat de sociologie en 1985. Bien qu’Hélène soutienne qu’elle a toujours réalisé des recherches, elle évoque le problème du statut d’ingénieur d’étude comme un frein à la liberté de choix dans un laboratoire de recherche. Par exemple, elle laisse percer l’arbitraire de certaines décisions qui la conduisent à travailler sur des questions qu’elles n’auraient pas choisies elle-même, « et moi, on m’a demandé d’intervenir là-dedans », dit-elle à ce sujet. Elle juge que la recherche académique est « retranchée derrière sa tour d’ivoire », ne croit pas « qu’il y ait une bonne ou une mauvaise sociologie ». Elle paraît embarrassée par un statut qu’elle juge subordonné et rallie la cause des praticiens. À l’instar d’Yves, de Yolande et de Paula, c’est d’ailleurs en termes de métier et non de fonction qu’elle s’identifie à la sociologie.

Hélène : « De toute façon, chercheur, c’est pas un statut, c’est une fonction. Chercheur, ça peut être n’importe quoi. C’est pas non plus un métier. Moi, sur ma carte de visite, j’ai inscrit “sociologue”, parce que je suis sociologue » ("femme ingénieur d’étude, doctorat).

L’identification par l’emploi

  • 4 Il peut aussi s’agir plus largement de l’environnement professionnel.

55Cette troisième logique d’identification rompt délibérément avec la sociologie, comme l’illustre ce diplômé : « Je ne travaille pas comme sociologue et je ne me définis pas comme tel » (cadre entreprise, responsable formation). Elle traduit un sentiment d’appartenance à un métier ou à une fonction autre que celle de sociologue. Le fer de lance de cette reconnaissance professionnelle est l’emploi4 pour lequel les répondants perçoivent un salaire. Parmi les entretiens retenus, le premier diplômé est cadre d’entreprise, le deuxième exerce une activité libérale, le troisième est formateur. La rupture avec la sociologie peut être totale ou partielle. La discipline n’intervient pas dans leur identité professionnelle, mais elle peut être présente en tant qu’identité culturelle, par exemple lorsque les répondants utilisent des savoirs hérités de leur formation en sociologie. Outre que leur employeur ou leurs clients ne les identifient pas comme sociologues, trois principaux éléments, parfois évoqués conjointement, justifient l’absence de la sociologie dans les critères déterminant l’identité. Dans un premier cas, les répondants ne s’identifient ni culturellement ni professionnellement à la sociologie, ne la pratiquant pas. C’est la formation complémentaire à la sociologie qui leur sert dans leur activité. Leur compétence est essentiellement fondée sur cette dernière et sur les savoir-faire qu’ils ont acquis en cours d’itinéraire. Dans un second cas, les répondants s’identifient culturellement sociologues, usant parfois de savoirs sociologiques. Cependant, ils jugent exercer un métier ou occuper une fonction trop antinomique avec la conception scientifique du métier de sociologue, idéalement représenté par l’enseignant ou le chercheur, pour s’identifier comme tel. À notre question : « Qu’est-ce qui vous manque pour être sociologue » ? Ce diplômé répond : « Je ne sais pas, peut-être une expérience universitaire » (coordinateur d’associations, doctorat). Enfin, dans un troisième cas, les diplômés considèrent que la sociologie est une discipline, une manière de saisir la réalité, mais qu’elle n’est pas un métier et ne peut donc justifier qu’on s’y réfère « professionnellement », comme l’évoque Marc. Après avoir soutenu sa thèse, ce diplômé dont les parents sont tous deux employés, obtient un poste de gestion du personnel dans une entreprise qui le licencie, et connaît des périodes de chômage plus ou moins longues, alternant avec des emplois de durées déterminées. Il décide, après une période d’inactivité importante, de s’inscrire en DESS. Au terme de sa formation, il est embauché dans une entreprise publique.

Marc : « “La sociologie, je la relie au formalisme. On aborde beaucoup de choses, des sujets différents. On découvre des choses qu’on ne voit pas autrement” [...] Je la définis plutôt en termes de savoirs qu’en termes de métier. Je crois que ce n’est pas un métier, sauf peut être le métier de chercheur. C’est difficile de définir des compétences professionnelles en rapport avec la sociologie. C’est peut-être, pour moi, des connaissances de dispositif de formation professionnelle, des compétences de généraliste, mais ce n’est pas des compétences précises, en termes d’organisation ou de gestion. Ça, moi, je l’ai appris en faisant ce métier, pas avec ma formation ou si, bien sûr, avec le DESS, mais la sociologie, non » (responsable de formation, doctorat).

56Victor, fils d’avocats, a débuté ses études supérieures par une maîtrise de sciences économiques durant laquelle il s’est initié à la sociologie. Désirant s’engager dans cette voie, il s’inscrit en DEA de sociologie et poursuit ses études jusqu’au doctorat, qu’il obtient en 1984. Sa thèse, qui s’inspire de l’ethnométhodologie et de l’interactionnisme symbolique, se situe dans la perspective micro-sociologique et porte sur un sujet très interventionniste. Dès cette période, ce diplômé se situe à la périphérie des recherches traditionnelles en sociologie, « en marge des instances universitaires », précise-t-il. C’est alors qu’il renonce à l’idée de faire carrière comme chercheur ou comme universitaire. À l’issue du doctorat, la recherche d’un emploi débute par l’envoi de candidatures spontanées auprès de cabinets conseil et d’instituts de sondages, sans rencontrer de succès. Pendant six mois, ce docteur réalise des études sous contrat pour un centre de recherche et d’étude parapublic et continue à nouer des contacts auprès d’agences en communication, en conseil, etc. À la faveur d’un des derniers contrats de recherches, il s’établit en profession libérale, deux ans après avoir soutenu sa thèse. Ses premières armes, en tant que consultant, s’exercent dans le secteur de la formation, puis dans celui de la communication dans lequel il est aujourd’hui « expert ». La faible présence des sociologues et des universitaires dans ce domaine rend difficile la constitution de réseaux de partenaires et de clients, mais sa reconnaissance est aujourd’hui accomplie, essentiellement grâce au carnet de clientèle dont il dispose et à son expérience acquise auprès de grandes entreprises comme France Télécom, des collectivités locales et territoriales et d’agences de publicité. Ses références disciplinaires et méthodologiques actuelles sont fondamentalement puisées dans le champ de la psychologie, de la psychologie sociale et de la communication, la sociologie « pure » n’en fait pas partie.

Victor : « Je n’annonce pas particulièrement que j’ai une formation en sociologie, un doctorat en socio. C’est pas quelque chose que je crie sur les toits. Si je l’annonce, c’est plutôt après, quand on a dépassé le seuil de l’inquiétude. »
[Question : Vous pensez que ça peut être un handicap d’annoncer votre formation ?] [Réponse : ]
« [...] Oui, je crois qu’il y a toujours... Bon il y a plusieurs phénomènes. Il y a d’une part la logique de l’inclusion / exclusion. Heu... vous avez fait telle ou telle filière et, de facto, vous n’êtes pas de celle-là. [...] Dans le secteur du conseil et des consultants, la grande majorité des filières sont constituées de diplômés des grandes écoles de commerce ou des ingénieurs. Des sociologues, je n’en ai pratiquement pas identifiée. La deuxième chose, c’est de vous inclure dans la sociologie qui, dans le monde de l’entreprise, n’est pas extrêmement valorisée. C’est un peu inquiétant [la sociologie]. Je crois que le sociologue est souvent assimilé à quelqu’un qui est un peu fumeux, qui va théoriser sur quelque chose sans donner d’éléments très pratiques [...]. En tous cas, le diplôme de sociologie là-dedans, il ne peut jouer qu’un rôle négatif. [...] Je ne me définis pas comme sociologue, parce que le travail que je fais n’est pas un travail de sociologue. C’est plutôt un travail de consultant en communication très porté sur l’analyse. De toute façon, le mot sociologue n’est pas un mot d’entreprise. Vous n’allez pas dire en entreprise : “Je suis sociologue.” Il vaut mieux dire : “Je suis consultant”. C’est pas un statut professionnel, c’est pas un statut professionnel » (consultant, doctorat).

57Jean-Pierre, d’origine sociale élevée (père, ingénieur des grandes écoles, cadre de la fonction publique, mère sans profession), a toujours été intéressé par l’être humain. Cet intérêt s’est d’abord traduit par un diplôme de sciences politiques, puis par un doctorat de théologie. Se dessine alors l’idée d’une vocation religieuse qu’il abandonnera parce que, nous dira-t-il, « je n’aurais pas supporté la vie ecclésiastique, étant un peu anarchiste sur les bords ». Son intérêt pour les sciences humaines devient une passion qui le pousse à entreprendre des études de sociologie au terme desquelles il obtient un doctorat, puis à se former en autodidacte à la psychanalyse, jugeant que les approches politiques et théologiques sont intellectuellement insuffisantes. Son attirance pour les problèmes humains se concrétise dans les domaines professionnels et familiaux. Il devient formateur et, en compagnie de sa femme, parraine des enfants réfugiés ou en difficulté. Dans son travail, la sociologie constitue la source principale de ses réflexions et de sa documentation. Il soutient d’ailleurs que ses références disciplinaires et sa démarche sont différentes de celles de ses collègues psychologues. Cependant, le métier de sociologue demeure, pour lui, circonscrit à sa fonction scientifique, et ses liens avec la sociologie relèvent plus du domaine « privé » et de l’intérêt « intellectuel » que du domaine professionnel. Il est un formateur passionné par les sciences humaines et la sociologie représente, dans cet ensemble, ses références principales.

Jean-Pierre : « Je n’ai pas ici la casquette du sociologue, même si les gens savent que j’ai cette formation. Je crois qu’il n’y a guère qu’en tant que chercheur au CNRS que l’on peut dire, je suis sociologue. Aujourd’hui, je ne dis pas que je suis sociologue, ça ne voudrait rien dire. Mais malgré tout, je ne peux pas dire que je l’ai complètement écarté. Ça fait partie de ma culture et de ma formation, de ma manière d’appréhender les choses. Je considère que c’est un acquis. Ce que j’ai appris en sociologie, je l’utilise au quotidien, même dans mes rapports personnels, dans la façon de voir les choses, d’étudier ce qui se passe » (formateur, doctorat).

58Ces derniers chapitres ont porté sur les liens que les diplômés pouvaient avoir gardé avec la sociologie. Nous avons examiné leurs modalités, c’est-à-dire les formes que ces liens pouvaient prendre, leur intensité et les processus de leur formation (itinéraires de formation, niveau de diplômes, itinéraires professionnels, etc.). Force est de constater que ces liens existent bien. Les diplômés mobilisent les connaissances acquises en sociologie durant le temps de la formation, reconnaissent l’existence d’une démarche sociologique que beaucoup adoptent dans leur travail. Nous nous sommes par ailleurs interrogée sur l’influence de la socialisation et des liens pouvant se tisser, au terme de ce processus, entre des diplômés et une formation, et sur le rôle concurrentiel que les diplômes complémentaires pouvaient entretenir avec la sociologie. Il est clair que la socialisation (apprentissage d’un métier et acquisition cumulative de connaissances) joue un rôle essentiel dans la formation d’une identité culturelle. Dans ce domaine, les diplômes complémentaires n’affaiblissent pas l’influence de la sociologie au long des itinéraires professionnels. Il convient néanmoins de relativiser cette conclusion pour ce qui a trait à l’identification professionnelle des diplômés. La socialisation à la sociologie étant avant tout une socialisation au métier de scientifique, l’identité de sociologue est donc le résultat d’une socialisation professionnelle tardive avec les temps forts que sont l’épreuve de la thèse et surtout l’admission au sein des instances académiques.

59Ce processus favorise d’ailleurs une logique d’identification qui subordonne la reconnaissance de soi et par autrui à la détention des charges universitaires et scientifiques. Parce que tous les diplômés ne deviennent pas universitaires ou chercheurs – et parce que, pour une majorité, l’écart entre la représentation véhiculée par la formation et l’emploi détenu est trop vaste – beaucoup rompent avec la sociologie et, s’ils connaissent une certaine réussite ailleurs, trouvent d’autres critères d’identification professionnelle. D’autres, moins nombreux, conservent un lien avec la discipline, mais mobilisent d’autres références que la détention d’une charge ou d’un statut académique pour pouvoir se définir professionnellement comme sociologues. La construction de leur identité se réalise dans un environnement professionnel souvent précaire. Il leur est difficile, en effet, de faire reconnaître leur pratique de sociologue par les instances académiques, mais aussi par leurs clients, leurs collègues ou leur employeur.

60Constatant par ailleurs la dévalorisation de l’activité praticienne et la domination (symbolique et pratique) des sociologues académiques, ces diplômés regrettent l’absence de professionnalisation appliquée de la sociologie, à l’instar de la psychologie. Ils défendent l’idée d’un métier de sociologue dont le droit à l’appartenance est fondé sur la spécialité de formation, les connaissances acquises et sanctionnées par un diplôme, et l’expérience professionnelle. Cependant, la normativité scientifique influence beaucoup ces diplômés qui, pour revaloriser leur pratique, attestent de leur fidélité aux principes scientifiques, conservent des charges de cours, publient, participent à des colloques, etc.

61R. Sainsaulieu, dans l’entretien qu’il nous a accordé, faisait d’ailleurs le constat qu’après avoir cru à « un monde peuplé de gens merveilleux et autonomes » censés représenter la sociologie praticienne, il se rendait à l’évidence que ce monde n’existait pas (même si des « gens comencent à fonctionner différemment »). Les praticiens dont il avait sollicité la présence, afin qu’ils viennent parler d’une autre sociologie à des sociologues académiques – d’ailleurs absents –, « venaient se définir temporairement comme ce qu’ils imaginaient qu’on était. Des chercheurs purs, entre guillemets » (entretien avec l’auteur, 1997).

62Si les données recueillies, empiriquement, contribuent à éclairer ce que sont, ce que deviennent les diplômés et les processus par lesquels ils entretiennent des liens avec la formation qu’ils ont reçue, elles sont insuffisantes. D’autres sources doivent être confrontées à nos résultats. Par exemple, si parmi une cohorte de 189 diplômés, tous au moins titulaires d’une maîtrise, aussi peu se définissent professionnellement comme sociologues, des explications d’ordre plus général doivent pouvoir être proposées. De même, les logiques d’identification à la sociologie doivent pouvoir être rattachées à des modèles empruntés à la discipline. Plus précisément, il s’agit de savoir à quel ordre de phénomènes « socio-historique » renvoient les observations que nous avons faites des itinéraires universitaires et professionnels et de leurs rapports à la sociologie. Ces observations nous invitent à examiner plus complètement les modes de formation à un métier et ses représentations, ainsi que les modes de distribution des diplômés dans les différentes fonctions professionnelles. Elles exigent d’orienter la réflexion sur la sélection qui est effectuée à l’entrée de certaines de ces fonctions et la logique qui prévaut à la reconnaissance et à la définition professionnelle comme sociologue. Outre les études portant sur l’histoire de la sociologie et les enquêtes à propos de l’exercice de cette discipline, il nous a paru que les lectures les plus susceptibles de donner sens à nos observations étaient celles qui portaient sur les professions. Le prochain chapitre tentera de le démontrer en présentant les perspectives qui nous ont semblé utiles pour notre recherche. Toutefois, disons au préalable : ce que sont les diplômés, ce qu’ils deviennent et ce qu’ils disent de la sociologie n’est pas, nous l’avons vu, le fruit du hasard, et ne résulte pas non plus d’un « ordre naturel » des choses. Cela reflète, en grande partie, les enjeux décrits par les sociologues qui ont étudié le processus de professionnalisation des disciplines et des métiers.

Notes

1 Annexe 5 « Liste des principaux entretiens mobilisés dans la recherche ».

2 École des hautes études commerciales.

3 Nous entendons par réseau, dans le cadre de notre recherche, les différents acteurs qui entretiennent une relation de travail avec le répondant dans son environnement. C’est par eux, notamment, que se construit la reconnaissance professionnelle.

4 Il peut aussi s’agir plus largement de l’environnement professionnel.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search