Version classiqueVersion mobile

La sociologie des sociologues

 | 
Odile Piriou

Le devenir professionnel des diplômés de sociologie

Texte intégral

1Au terme de leur formation et dans leur grande majorité, 72 % des répondants ont une perception insatisfaisante de leur avenir professionnel. Au vu d’autres résultats de l’enquête, il convient de nuancer cette représentation. Certes, l’insertion des diplômés en sociologie est difficile, mais leur situation professionnelle s’améliore en cours de cheminement. La diversité des emplois occupés par les diplômés est aussi grande que celle observée dans d’autres disciplines. Parmi les fonctions recensées par le CEREQ en 1984, les sortants de sociologie se répartissent entre 19 fonctions, à égalité avec les psychologues et les L.E.A. En comparaison, les diplômés de lettres occupent 22 fonctions différentes et ceux d’histoire 20 (M. Dubois, CEREQ, 1989). D’une manière générale, les différentes études indiquent que, depuis plus de 10 ans, les débouchés des diplômés de l’enseignement supérieur ne changent pas radicalement. Seule, la part des postes dans l’enseignement supérieur et la recherche a nettement augmenté depuis le début des années 80, surtout dans les filières en sciences sociales et en gestion. Cependant, si l’on compare la sociologie à d’autres disciplines, on constate que chacune entretient des relations privilégiées avec des groupes d’emplois spécifiques, ce qui permet de distinguer des ensembles de filières de formation selon les débouchés auxquels elles donnent accès. L’histoire de l’institutionnalisation universitaire des nouvelles sciences sociales dans l’enseignement supérieur permet d’expliquer ces phénomènes. Il est donc utile d’en rappeler les principaux éléments.

L’institutionnalisation universitaire des nouvelles sciences sociales

2L’intégration de l’enseignement sociologique dans l’Université s’inscrit, à l’instar des nouvelles disciplines humaines ou sociales, dans le cadre des politiques de rénovation des facultés entreprises par l’Etat entre 1875 et 1905. Ces rénovations répondent à de nouveaux types de demande publique d’enseignement et de recherche, soucieux d’étudier des réalités contemporaines. L’intégration de nouveaux enseignements s’opère, d’une part au sein des facultés de lettres, d’autre part au sein des facultés de droit. Elle repose sur une opposition fondamentale : la vocation purement humaniste ou scientifique des disciplines rattachées aux facultés de lettres, la vocation instrumentale (professionnelle, administrative et gestionnaire) des secondes disciplines, dites de type « caméraliste » selon V. Karady (1976, p. 281).

3La sociologie, la psychologie et la géographie, à la différence de l’économie, sont placées sous la tutelle des facultés de lettres. Leur intégration ne se traduit, d’abord, que par une spécialisation des chaires existantes. Leur enseignement est diffusé sous la forme de cours complémentaires ou de conférences, souvent assuré par des enseignants à niveau statutaire bas (chargés de cours débutants, excepté en géographie), recrutés au sein des disciplines classiques. La reconnaissance institutionnelle des enseignements rattachés aux facultés de lettres et leur autonomie universitaire sont plus ou moins lentes. La géographie et la psychologie acquièrent leur légitimité et s’organisent rapidement, dès le début des années 1800. Elles jouissent de conditions favorables qui font défaut à la sociologie. La géographie connaît une demande « extra-universitaire » précoce et forte à laquelle elle répond, ce qui favorise son enseignement secondaire et son expansion universitaire. La psychologie bénéficie d’une assise sociale et théorique, mais aussi d’une double légitimité scientifique. Elle connaît une vulgarisation importante de ses savoirs. Elle dispose de revues, de laboratoires de recherche expérimentale, d’un enseignement au Collège de France et, très tôt, de cours à l’Université. Surtout, elle profite de son rattachement à la philosophie et à la pathologie. Ses représentants ont une double formation, littéraire et médicale. Bref, le développement universitaire de ces disciplines repose déjà sur des fondements solides en matière d’infrastructure et de légitimité institutionnelles.

  • 1 Ce terme désigne la sociologie.

4Lorsque la sociologie est enseignée à l’Université, son organisation et sa reconnaissance institutionnelle, à la fin du xixe siècle, sont beaucoup plus lentes et précaires : « L’introduction de la sociologie précède à l’évidence bien plus qu’elle ne suit l’organisation sociale de la discipline » (V. Karady, 1976). Cette création tardive, par rapport aux autres nouvelles sciences humaines et sociales, s’explique par la difficulté d’intégration de la sociologie dans le système institutionnel de l’université française, ainsi que par la lenteur de son processus d’« autonomisation » par rapport aux disciplines classiques. Selon V. Karady : « Aucune des disciplines humaines, à l’exception peut-être de la pédagogie, ne se trouve à ses débuts aussi dépourvue d’atouts pour s’imposer que “la science sociale”1 » (V. Karady, 1976, p. 297). La situation mineure qu’elle occupe à l’Université (jusqu’à la mort d’E. Durkheim) traduit une faible visibilité institutionnelle. Son enseignement est de type pluridisciplinaire, les intitulés des cours ne se réfèrent pas expressément à la sociologie. Elle n’est pas rattachée à une discipline classique précise, ne dispose pas de recrutement autonome et demeure sous le monopole des philosophes. Le seul certificat de licence n’offre pas de débouchés, les effectifs des enseignants, des enseignements et des thèses restent faibles. Enfin, sa place est contestée. Ses enseignements s’adressent à la fois aux étudiants de droit et à ceux de lettres. Elle étudie des thèmes qui rompent radicalement, par leur modernité, avec ceux des disciplines classiques et se revendique comme « discipline carrefour » entre « la philosophie, l’histoire, l’ethnologie et le droit ». Du point de vue de la légitimité, de l’autonomie universitaire et de l’organisation professionnelle de la sociologie, la stratégie des sociologues durkheimiens paraît donc avoir échoué. Cependant, V. Karady rappelle que ceux-ci visaient essentiellement à asseoir une nouvelle science, à la consolider et à imposer l’école durkheimienne dans le champ sociologique. En ce domaine, ils ont réussi.

5Les réflexions de V. Karady aident à mieux comprendre les raisons pour lesquelles les articles, portant sur l’institutionnalisation de la sociologie, traitent de l’échec de l’entreprise « durkheimienne » et de « seconde fondation » de la sociologie, après-guerre (numéro spécial de la Revue française de sociologie, 1991). La sociologie souffre d’un double handicap.

6D’une part, tout ou presque reste à organiser dans le domaine professionnel, dans celui de la formation et de l’enseignement. Sous tous ces aspects, la sociologie souffre d’un certain retard par rapport aux autres disciplines, notamment par rapport à la géographie qui diffuse ses enseignements dans le cycle secondaire, satisfait à une forte demande de recherches empiriques et descriptives de la part de l’État et d’autres clientèles, et par rapport à la psychologie qui bénéficie d’un développement avancé dans le domaine scientifique, académique et social.

7D’autre part, la sociologie ne dispose pas des avantages ou des attraits des disciplines intégrées dans les facultés de droit qui, par leur fonction instrumentale, bénéficient d’usages sociaux clairement définis et légitimes, de fonctions scolaires rattachées à ses usages, mais aussi de débouchés relativement organisés (V. Karady, 1976). Bien que ces observations portent sur un passé éloigné, nous verrons qu’elles permettent encore d’éclairer les différents débouchés professionnels qu’offrent les nouvelles disciplines en sciences sociales en comparaison des branches de connaissances plus classiques, ainsi que les divergences qu’on peut observer au sein même de ces filières.

Une vue comparative des débouchés

  • 2 Pour une vue comparative et historique des débouchés des diplômés de l’enseignement supérieur et de (...)

8Les différentes études réalisée par le CEREQ sur les Universités et le marché du travail montrent que les débouchés des formations en lettres (lettres, philosophie, langues, etc.) sont principalement orientés vers l’enseignement secondaire dès la licence. En troisième cycle, la correspondance avec l’enseignement secondaire demeure plus forte qu’avec l’enseignement supérieur2.

9Les formations en sciences mènent souvent, elles aussi, à l’enseignement secondaire en premier cycle. Mais en troisième cycle, les principaux emplois dans l’enseignement sont occupés à l’Université et la part des postes de recherche croît considérablement par rapport aux formations en lettres. Les postes d’ingénieur représentent une troisième filière d’emplois importante pour les diplômés en sciences, et ce dès le premier cycle.

  • 3 Nous rappelons que les sciences de type « caméraliste », selon l’acception donnée par V. Karady, on (...)
  • 4 Il convient de préciser que les débouchés dans l’Université sont beaucoup moins importants en scien (...)

10Les formations en sciences humaines (sociologie, psychologie, etc.), plus récemment consacrées et peu présentes dans l’enseignement secondaire, n’offrent pas de débouchés dans ce secteur. Les professions intermédiaires de la santé, de l’enseignement primaire et du travail social constituent l’essentiel des emplois occupés pour l’ensemble des niveaux de diplôme, hors doctorat. Ce débouché est imputable à l’importance des étudiants salariés de ces secteurs inscrits dans ces formations et au nombre des concours menant à ces professions. Une proportion importante des emplois à caractère social sont occupés par les diplômés de psychologie, mais à cette différence près avec la sociologie : ils sont promus à des postes de cadres moyens et supérieurs, notamment de psychologues scolaires en licence et de psychologues cliniciens en maîtrise et en troisième cycle (DESS, doctorat). En termes d’accès aux catégories supérieures d’emploi, les diplômés de sociologie sont donc très nettement défavorisés par rapport aux disciplines classiques (physique, chimie, lettres, philosophie, histoire), d’une part et aux disciplines de type « caméraliste », selon l’expression de V. Karady que sont le droit, les sciences de la gestion ou les sciences économiques, etc. (V. Karady, 1976)3, d’autre part. La comparaison des diplômés de sociologie à ceux de psychologie ou de géographie révèle des écarts moins importants, mais leur situation demeure désavantageuse, qu’il s’agisse de titulaires d’un second cycle (licence et maîtrise) ou de titulaires d’une première année de troisième cycle (DEA ou DESS). Le plus faible accès aux catégories supérieures des titulaires du second et troisième cycle (DEA ou DESS) de sociologie s’explique, notamment, par les filières d’emploi avec lesquelles la sociologie entretient des affinités : travail social, mais aussi professions intermédiaires des entreprises. Enfin, en troisième cycle, les fonctions d’enseignants du supérieur et de chercheurs figurent en bonne place parmi les fonctions occupées par les diplômés de la filière sciences humaines. Depuis les années 80, l’enseignement et la recherche universitaire sont ainsi considérés comme le débouché naturel d’un « thésard4 ». Dans ce cas, la sociologie n’est pas fondamentalement différente de la plupart des autres disciplines, et les différences perçues en second cycle, mais aussi en DEA et en DESS, sont moins importantes entre la sociologie et l’ensemble des autres disciplines « littéraires » : lettres, philosophie, histoire, géographie, psychologie, ou encore sciences économiques et droit.

Les perspectives d’emplois en sociologie

11Selon trois études (APEC et CEREQ) sur les diplômés en sociologie, les perspectives d’emploi des seconds cycles et des DEA, DESS ne montrent pas d’évolutions qui méritent d’être notées par rapport aux années 80. Le domaine socio-éducatif (enseignement primaire, travail social, formation) recouvre les principaux débouchés des seconds cycles en sociologie (APEC, n° 21, 1995 ; D. Martinelli, CEREQ, 1990, 1994). Seule une future tendance mérite cependant d’être soulignée. Les structures d’accueil dans ces secteurs font une large place à la fonction publique territoriale et aux structures périphériques associatives. On estime, au regard des politiques de régionalisation mises en œuvre par l’État, que la part de ces structures sera de plus en plus importante parmi les employeurs des futurs diplômés en sociologie. Les recrutements dans le secteur privé restent non négligeables (plus de 40 % environ pour les DESS). La nature des principaux employeurs est sans grande surprise. L’APEC identifie essentiellement : les secteurs des services en tête desquels on trouve les activités à caractère sanitaire et social, les cabinets d’études socio-économiques, les cabinets conseils en communication, en recrutement, en formation, les associations, la publicité et les sondages (pour les seconds cycles). La proportion de postes dans l’industrie et le commerce demeure comparativement assez faible (5 %) (APEC, n° 21, 1995). Enfin, les chiffres du CEREQ confirment en 1990 qu’avec un niveau DEA / DESS, les emplois dans les professions intermédiaires restent majoritaires, et nombreux dans les secteurs de la santé et du service social.

12Les perspectives d’emploi des docteurs indiquent trois principales tendances :

13La part des débouchés des docteurs demeure relativement importante dans les entreprises et les professions libérales, même si elle tend à décroître depuis la fin des années 80. Le rapport sur les Études doctorales du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche confirme cette tendance. Malgré une situation de l’emploi plus tendue en sciences sociales que dans les sciences humaines, les débouchés autres que ceux constitués par l’enseignement supérieur restent stables et avoisinent les 30 %. La baisse des embauches de diplômés en sciences sociales dans ces secteurs suit une tendance plus générale et, malgré tout, la proportion de docteurs insérés dans les entreprises et les centres de recherche reste significative dans le groupe « hommes, espaces sociaux ». Le pourcentage de docteurs en recherche d’emploi augmente depuis la fin des années 80 dans toutes les filières de formation, plus particulièrement en sciences et en sciences sociales (Y. Caron, Lettres SHS, n° 31, CNRS, 1993, p. 40). Enfin, les emplois précaires ou d’attente – qu’il s’agisse d’emplois d’ATER (attaché temporaire d’enseignement et de recherche) ou des « post-doc » – sont en constante croissance. A ce sujet, une enquête d’« Éducation et formation », parue en 1995, souligne que le phénomène le plus marquant des observations portant sur les débouchés des docteurs concerne « l’augmentation très forte et très rapide des situations d’embauche temporaire à l’issue de la thèse. Près d’un docteur sur deux de 1993 est sur un poste temporaire d’enseignement et de recherche – ATER –, de stage post-doctoral ou de contrat à durée déterminée ». La proportion était d’un tiers en 1992, un sur cinq en 1991 (F. Mallet, RED, MEN, 1995).

L’insertion professionnelle

Une insertion lente et un taux de chômage important5

  • 5 Afin d’examiner l’accès au premier emploi des diplômés de sociologie, nous avons reconstruit une pé (...)
  • 6 Les disciplines comprises dans le champ de l’enquête sont regroupées par les auteurs en catégories (...)

14En 1987, les auteurs de Scènes de chasse à l’emploi étudient l’insertion professionnelle des universitaires issus de 11 disciplines6enseignées dans trois universités et deux facultés belges en 1980-81. Ils constatent une réussite générale de l’insertion des diplômés universitaires. « Globalement, l’insertion des diplômés universitaires est plutôt prompte, puisqu’une grande majorité d’entre eux la réussit peu après avoir achevé les études » (M. Alaluf et al., 1987, p. 193).

15L’enquête du CEREQ de 1987 portant sur les diplômés sortis en 1984 de l’enseignement supérieur (seconds et troisièmes cycles, hors doctorat) confirme cette tendance. 70 % de ces diplômés accèdent en moins de 6 mois à leur premier emploi. Les 30 % restant sont en inactivité, sans que soit précisée de quelle nature elle est. Parmi les répondants à l’enquête, 63 % ont une entrée différée dans la vie active, seuls 39 % accèdent directement à leur premier emploi, dès l’obtention de leur diplôme. Pour les diplômés qui n’ont pas eu directement accès à un emploi, la principale cause de cette entrée différée est le chômage : 69 % sont à la recherche d’un emploi. La répartition des autres situations est la suivante : 24 % des diplômés sont en inactivité pour des raisons personnelles, 6 % effectuent leur service national, 11 % suivent une formation ou un stage. Le chômage avant l’insertion et les temps d’accès au premier emploi ont une durée relativement élevée. Les diplômés enquêtés accèdent à leur premier emploi en moyenne 7 mois après la fin de leurs études. Seuls 53 % d’entre eux y accèdent en moins de 6 mois (cf. tableau 18).

16Les diplômés au chômage pendant la période transitoire, de la fin des études à l’entrée dans la vie active, connaissent en moyenne une période de recherche d’emploi de 9 mois. Pour un quart d’entre eux cette période de chômage est égale ou supérieure à 12 mois (cf. tableau 19). Les difficultés qui caractérisent l’insertion des sociologues reflètent parfaitement la situation désavantageuse des sciences sociales ou des lettres devant le marché de l’emploi. Les chercheurs de l’université de Bruxelles constatent, après avoir examiné les taux de chômage par filière de formation, que « les diplômés en sciences sociales, politiques et administratives se placent immanquablement aux derniers rangs de l’insertion » (M. Alaluf et al., 1987, p. 84). Que ce soit en début ou en fin de période d’insertion (30 mois après l’obtention du diplôme principal), ils se distinguent des autres titulaires par un taux et une durée de chômage nettement supérieurs à la moyenne. Comparant, toujours par filière de formation, les taux d’activité rémunérée, les mêmes auteurs remarquent que « ce sont “encore" les diplômés en sciences sociales, politiques et administratives dont le taux d’activité est le plus faible de toutes les filières » (M. Alaluf et al., 1987, p. 37). 8 % de ces universitaires sont au chômage deux ans après la fin de leurs études. Une enquête CEREQ, sur les sortants de l’enseignement universitaire en 1984, confirme ces observations et souligne que la situation la moins favorable est celle des diplômés de lettres et sciences humaines. Selon cette étude, un peu plus de deux ans après leur entrée dans la vie active, ce sont les diplômés de ces disciplines qui affichent les taux de chômage les plus importants (CEREQ, « Note de travail », 1991, p. 25). Ces taux s’élèvent à 8 % pour les seconds cycles, à 10 % pour les titulaires d’un DEA ou d’un DESS de lettres et sciences humaines. Comparativement, les taux de chômage des diplômés de second cycle de sciences et de droit ou de sciences économiques sont inférieurs à 6 % pour les seconds cycles et inférieurs à 8 % pour les troisièmes cycles de ces mêmes disciplines.

  • 7 Francis Bestion évoque trois grands types d’emplois d’attente. Il s’agit des emplois fortement déqu (...)

17D’après nos résultats, après deux ans de vie active, 8 % des diplômés sont au chômage. Leur itinéraire recouvre un enchaînement d’emplois précaires qui traduit l’attente7 d’un statut stable dans le même secteur ou dans un secteur proche.

Une insertion professionnelle marquée par l’occupation d’emplois précaires

18Si, à la date de l’enquête, la précarité concerne moins d’un diplômé sur quatre, elle est une règle générale à l’insertion. Cette situation est désavantageuse si on la compare à celle observée pour l’ensemble des sortants de l’enseignement supérieur. Dans une enquête réalisée en 1987, le CEREQ donne, sur l’ensemble des disciplines, une proportion de 59 % de sortants de 1984 parvenus directement à un emploi stable, 22 % ayant atteint indirectement un emploi stable et 17 % restant sur des emplois précaires, mais il ne spécifie pas les résultats de la sociologie ni des sciences humaines. Parmi notre population qui inclut des troisièmes cycles, 42 % des répondants parviennent à trouver un premier emploi stable, mais seuls 25 % y accèdent directement. Une majorité, 55 %, occupe donc un emploi précaire.

  • 8 Sur ce point aussi, les données les plus récentes restent conformes à nos résultats. Cf. D. Martine (...)

19L’âge, l’origine sociale, le sexe, le niveau de diplôme et les cursus universitaires font apparaître peu de variations face à l’insertion des diplômés. L’état le plus courant est bien un début de vie professionnelle différé (après une période de recherche d’emploi) dans des emplois précaires8. L’insertion des femmes est plus rapide, mais la dispense de service militaire dont elles bénéficient permet d’expliquer l’inégalité des sexes devant l’accès à l’emploi. Quant aux modes d’accès, on constate que les sociologues « transfuges » et les sociologues « purs » sont les plus nombreux à occuper un emploi précaire à l’insertion, alors que les sociologues « convertis » et les sociologues « duettistes » réussissent mieux que les autres groupes à accéder directement à un emploi stable (cf. tableau 20). Cette répartition s’explique par le fait que les sociologues « transfuges » et « purs » s’insèrent en plus grande proportion dans le secteur privé, la part des emplois précaires y étant significativement plus élevée que dans le secteur public (cf. tableau 21).

Les intermédiaires d’embauche

  • 9 Cette analyse répond à une question posée dans le questionnaire : « Par quel intermédiaire avez-vou (...)
  • 10 Les réseaux informels d’embauche regroupent : l’établissement d’enseignement (l’Université, la form (...)

20L’examen des intermédiaires d’embauche9 révèle que les réseaux informels sont prépondérants dans l’accès à l’emploi10 (cf. tableau 22). Une répartition par niveau de diplôme montre que la structure du capital social mobilisé varie en fonction du diplôme détenu. Les intermédiaires, constitués par la famille et les amis, concernent essentiellement les titulaires d’une maîtrise et d’un DEA, les relations professionnelles s’appliquant majoritairement aux docteurs. Cette situation reflète l’importance de la pré-professionnalisation au niveau de la thèse par rapport à la maîtrise ou au DEA. Par ailleurs, l’établissement de formation – à travers les laboratoires, les professeurs ou la filière de formation – joue un rôle non négligeable en tant qu’intermédiaire d’embauche. En revanche, les modes d’insertion plus institutionnels (journaux, revues, organismes de recherche d’emploi) ne recueillent que 11 % des intermédiaires cités par les répondants. Comparativement, les candidatures spontanées recouvrent 14 % des intermédiaires d’embauche au premier emploi, mais concernent plus fréquemment les titulaires d’une maîtrise ou d’un DEA que les docteurs.

La situation professionnelle

21L’un des enjeux essentiels, pour une discipline désireuse de se doter d’une expertise, est son identification avec les destinations professionnelles des diplômés qu’elle forme. Or, l’un des problèmes soulevés par les recherches sur l’examen des pratiques sociologiques ou sur le devenir professionnel de diplômés formés à la discipline est la difficulté des catégorisations professionnelles des sociologues (J. Leroy, 1987). Mais, à défaut d’un titre professionnellement reconnu, il est possible d’identifier des liens privilégiés entre la formation en sociologie et des secteurs d’emploi ou des fonctions professionnelles.

Les secteurs d’activité

22L’étude du devenir professionnel des diplômés de sociologie indique l’existence de liens privilégiés entre la spécialité de formation et certains secteurs d’emploi. En 1987, l’équipe de Renaud Sainsaulieu délimite huit secteurs principaux employant des « personnes ayant une activité professionnelle se rattachant à une formation sociologique » (O. Chenal et al., 1987). Sont identifiés : l’entreprise, les cabinets conseils, les centres de formation pour adultes, le secteur de la santé, les cabinets de sondage, les administrations publiques, les collectivités locales et les secteurs du travail social. Bien qu’un peu plus détaillée, la liste des secteurs d’activité dans lesquels s’insèrent les répondants à notre enquête ne diffère pas formellement de la recherche menée sous la direction de R. Sainsaulieu (cf. tableau 23). Néanmoins, quelques précisions permettront de rendre compte de l’importance respective des marchés du travail des diplômés en sociologie.

23Le service public emploie le plus grand nombre de diplômés (60 %), mais les secteurs qu’il recouvre n’ont pas tous la même ampleur. L’Université englobe le plus grand nombre (15 %), suivie de près par les secteurs socioéducatifs (9 %), les ministères et l’administration (9 %), la recherche (7 %).

24Les autres marchés intègrent une moindre part de répondants. Les activités du conseil, les bureaux d’étude, les associations et les entreprises recouvrent 29 % des emplois. Une répartition plus fine révèle que le plus grand nombre d’embauches s’effectue dans les activités du conseil et les bureaux d’étude (15 %). Les diplômés restant se répartissent entre l’industrie (5 %), les services marchands rendus aux particuliers et aux entreprises et les fonctions de l’information (9 %) (cf. tableau 23).

25Les liens entre le secteur des services et la sociologie n’est pas un phénomène nouveau. Déjà, en 1977 et en 1983, le CEREQ en fait état (M. Dubois, 1987). Néanmoins, il est difficile de dire si cette situation durera, car le début des années 90 marque un recul des embauches parmi les services marchands rendus aux particuliers et parmi les fonctions d’expertise et de conseil (Centre d’études et de recherches sur les coûts, n° 109).

Les emplois

26Après un premier examen des intitulés d’emploi, nous constatons la disparité des postes occupés. À la date de l’enquête, nous en avons identifié près de quatre-vingt. Cependant, une observation plus attentive fait apparaître six grandes catégories d’emplois (cf. tableau 24). La première réunit tous les diplômés occupant des postes de fonctionnaires supérieurs (13 %). Elle recouvre essentiellement des emplois administratifs, associés pour certains à des fonctions d’étude. Parmi eux, on identifie des cadres A, des personnels de direction, des inspecteurs du travail, des chargés de mission et d’étude, des responsables de la fonction publique et des collectivités locales. La deuxième catégorie inclut les professeurs agrégés du secondaire (5 %). La troisième comprend les fonctions d’enseignants-chercheurs de l’enseignement supérieur (13 %). La quatrième catégorie d’emplois englobe les fonctions de recherche du secteur public. Les chercheurs (non enseignants) représentent 60 % des professionnels appartenant à cette catégorie, les ingénieurs d’étude ou de recherche de la fonction publique, 40 %. La cinquième catégorie regroupe les cadres d’entreprise, du conseil et des bureaux d’étude, des professions libérales et des chargés d’étude (27 %). Les cadres des entreprises représentent 21 % et se répartissent, à peu près à parts égales, entre les activités de la communication (presse, marketing, publicité, sondage) et celles de la gestion, en particulier des ressources humaines. En comparaison, les professions libérales et les chargés d’étude d’associations sont peu nombreux (6 %). Les contenus des activités de ces deux derniers groupes sont peu différents, dans la mesure où les associations fonctionnent souvent comme des bureaux d’étude ou de conseil. Les professions intermédiaires représentent la sixième catégorie d’emploi (22 %). On y distingue deux groupes. Le plus important (16 %) concerne les métiers de l’enseignement, de la formation, de la santé et du travail social. Le second (6 %) réunit les professions intermédiaires administratives de la formation publique (PIAFP) et les professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises (PIACE). Il n’existe qu’un employé à la date de l’enquête.

Les parcours professionnels

Destinée et salaires

  • 11 Économie et statistiques, n° 261, p. 71, 1993.

27Sept ans après la sortie de l’Université, il s’avère que la destinée la plus probable des répondants est celle de « cadre ». 77 % d’entre eux sont classés dans cette catégorie, alors qu’ils étaient 54 % à l’insertion. Quatorze diplômés, soit 7 % des répondants, sont au chômage, ce qui indique un taux nettement supérieur à celui de l’ensemble des diplômés de l’enseignement long supérieur à la même date, soit 4,5 %. Mais ces chiffres sont difficilement comparables tels quels, dans la mesure où notre estimation statistique s’appuie sur un faible effectif11. Les diplômés au chômage au moment de l’enquête ont rencontré davantage de difficultés pour devenir cadres : sur les neuf, cinq ont exercé une activité classée parmi les professions intermédiaires. Chez les actifs occupés, la part des emplois précaires diminue très nettement par rapport à l’insertion, en particulier dans le secteur public qui affiche par ailleurs de moindres durées moyennes cumulées de chômage (cf. tableau 25).

  • 12 Le salaire des répondants a été calculé net, par mois, primes incluses.

28À la date de l’enquête, la part des emplois précaires ne représente plus que 21 % des emplois occupés, alors qu’elle s’élevait à plus de 50 % à la date de l’insertion. À titre indicatif, parmi les enseignants du supérieur, on passe de 33 % de postes à statut précaire au premier emploi, à 16 % à la date de l’enquête. Au dernier emploi, 84 % des enseignants du supérieur sont maîtres de conférences. Ils étaient 67 % à l’insertion. Le niveau des salaires relevé par les diplômés est très comparable à celui observé par le CEREQ pour les titulaires d’un troisième cycle de lettres et sciences humaines. Ce salaire moyen, trois ans après l’entrée dans la vie active, s’élève à 8 000 F (CEREQ, 1992, données provisoires). Celui observé pour notre population s’élève à 8 168 F, trois ans après l’entrée des répondants dans la vie active (cf. tableau 26)12. À la date de l’enquête, il augmente assez fortement pour atteindre 10 650 F. On constate des écarts de salaire entre les secteurs et les catégories socioprofessionnelles. Sept ans après l’entrée dans la vie active, les plus bas salaires sont perçus par les catégories intermédiaires d’emploi et, chez les cadres, par les professeurs agrégés du secondaire. Le très faible niveau moyen du salaire détenu au premier emploi par les enseignants du supérieur et les chercheurs est dû à l’importance des postes à statut précaire occupés par ces salariés (vacataires, contractuels, etc.). En revanche, l’examen des salaires moyens perçus dans chacune des grandes catégories d’emplois, selon le sexe, ne fait apparaître aucune grande tendance. La différence favorise parfois les hommes, parfois les femmes.

Mobilités

  • 13 Nous entendons par mobilité ascendante intragénérationnelle : l’accès à la catégorie socioprofessio (...)

29Pour la majorité de ceux qui affichent une mobilité ascendante13 (75 %), l’accès à la catégorie cadres est très rapide (cf. tableau 27). Plus précisément, c’est en début de parcours que les accès aux catégories supérieures s’effectuent. Au-delà, nous estimons que l’appartenance aux catégories intermédiaires d’emploi est définitive. Ainsi, 54 % des répondants accèdent aux catégories supérieures dès le premier emploi et 68 % avant le quatrième. En revanche, l’appartenance aux catégories supérieures n’est pas définitive. Elle peut ensuite s’accompagner d’une trajectoire descendante. Parmi les trajectoires observées, trois réunissent l’essentiel des effectifs (cf. tableau 28). Le premier type de trajectoire comprend les diplômés qui sont passés de la catégorie employée ou intermédiaire à la catégorie « cadres » (18 %) et qui le demeurent à la date de l’enquête. On relève, parmi ce premier type de trajectoire, le nombre moyen d’emplois le plus élevé conduisant en majorité au secteur privé (61,1 %) (cf. tableau 29). Les deux derniers types de trajectoire indiquent une absence de mobilité et affichent les nombres moyens d’emploi les plus faibles. Le second recouvre le plus grand effectif (49 %). Il concerne les diplômés qui, du premier au dernier emploi saisis par le questionnaire, appartiennent à la catégorie cadres, la plupart dans la fonction publique (76 %). La dernière et troisième trajectoire n’affiche pas d’appartenance aux catégories supérieures d’emploi. Elle regroupe 16 % des diplômés qui, du premier jusqu’au dernier emploi, appartiennent aux professions intermédiaires, pour la majorité dans le secteur de la santé, de l’enseignement et du travail social (80 %) (cf. tableaux 28-29).

Les effets des variables socio-démographiques

Le niveau de diplôme

30Seul le doctorat apporte un bénéfice certain pour faire partie de la catégorie cadres et pour protéger les diplômés du chômage (cf. tableau 30). Selon ces premiers résultats, le DEA n’est pas plus avantageux que la maîtrise. Mais il reste à savoir si cette différence est imputable à la formation en sociologie, elle-même, ou si elle reflète un effet induit par la pluralité des cursus universitaires suivis par les diplômés.

31Nos résultats montrent que l’avantage procuré par la détention d’un doctorat est surtout sensible lorsque les diplômés ne détiennent pas d’autres diplômes de troisième cycle que celui obtenu en sociologie (cf. tableau 31). Autrement dit, lorsque les diplômes possédés relèvent exclusivement de la sociologie, c’est surtout avec un doctorat que l’accès aux catégories supérieures acquiert de fortes probabilités. Lorsque le DEA de sociologie est cumulé avec un autre diplôme, l’effet n’est déterminant que si la formation complémentaire est suivie en troisième cycle. Dans ce cas, les chances de devenir cadre s’avèrent nettement plus fortes que pour un DEA unique de sociologie et sont presque comparables à celles procurées par le doctorat de sociologie. Les docteurs, dans cette discipline, gagnent à compléter leur formation par un autre diplôme, mais il est de peu d’importance que ce diplôme soit du second ou du troisième cycle.

Le niveau des cursus universitaires

32L’examen des catégories d’itinéraires universitaires valide l’effet de niveau. Les sociologues « convertis »– et pour une moindre part les « duettistes »– occupent en plus grande proportion les catégories supérieures d’emploi (cf. tableau 32). L’obtention d’un diplôme en formation continue ou initiale n’influence pas l’accès à la catégorie cadres, l’élément décisif étant la détention d’un doctorat et non les modalités de son obtention.

33L’influence du niveau de diplôme pour l’appartenance aux catégories supérieures d’emploi rejaillit sur les trajectoires des diplômés. Il en découle que les titulaires d’un doctorat affichent très majoritairement des trajectoires ascendantes, particulièrement lorsque l’accès à la catégorie cadres est accompli dès le premier emploi. Les titulaires d’une maîtrise et d’un DEA deviennent, plus souvent que les docteurs, cadres en cours d’itinéraire. Surtout, ils suivent plus fréquemment des trajectoires qui ne favorisent pas l’accès aux catégories supérieures d’emploi. Ce résultat confirme que le DEA apporte très peu d’avantages à ses détenteurs (cf. tableau 33). L’influence de chaque niveau de diplôme est cependant notable si l’on examine, non plus l’accès aux catégories supérieures d’emplois, mais la répartition des répondants entre les différentes catégories d’emplois. Les débouchés des titulaires d’un DEA et d’une maîtrise en sociologie sont semblables à ceux relevés par les différentes enquêtes CEREQ. Ils recouvrent, d’une part les professions intermédiaires de l’enseignement, de la santé et du travail social (DEA : 26 %, maîtrise : 22 %), d’autre part la fonction publique pour les titulaires d’un DEA (25 %) et les cadres supérieurs des entreprises pour les diplômés d’une maîtrise (35 %). Comme pour la plupart des autres filières de formation, la carrière la plus courante des docteurs en sociologie demeure l’enseignement supérieur et la recherche (49 %). Mais il est intéressant de constater que la part des emplois de cadres dans les entreprises est assez élevée pour les docteurs, comme pour les titulaires d’un DEA (cf. tableau 34).

Les itinéraires universitaires

34La faiblesse des effectifs, nous incite à la prudence pour avancer la thèse de l’influence des itinéraires universitaires sur les parcours professionnels. Cependant, on relève quelques différences entre les parcours professionnels suivis par les sociologues « purs », les sociologues « convertis », les « transfuges » et les « duettistes » (cf. tableau 35).

35Dans le groupe des « purs » et des « convertis », une plus grande proportion de répondants accomplit une carrière dans l’enseignement supérieur, ce qui confirme le lien entre le doctorat en sociologie et cette filière d’emplois. Mais l’effectif des docteurs dans ces deux premiers groupes n’explique pas seul cette répartition. Par exemple, les titulaires d’un doctorat sont plus nombreux parmi les « duettistes » que parmi les sociologues « purs » qui, pourtant, occupent plus fréquemment des postes habituellement occupés par ces diplômés. Vraisemblablement, la formation complémentaire détenue par les sociologues « duettistes » et « transfuges » détermine leur emploi, plus que le diplôme obtenu en sociologie. Ainsi, les sociologues « duettistes » se répartissent à égalité entre toutes les grandes filières d’emplois, sauf dans l’enseignement secondaire – mais c’est le cas de tous les répondants, car la sociologie ne conduit pas à ce secteur d’activité – et dans le domaine des professions intermédiaires des entreprises.

36Les sociologues « transfuges » deviennent plus fréquemment membres des professions intermédiaires de l’enseignement, de la santé et du travail social ou intègrent la catégorie des cadres d’entreprise. Or, ces filières d’emploi correspondent aux filières des formations complémentaires qu’ils ont suivies, en plus de la sociologie. A contrario, le diplôme détenu en formation initiale par les sociologues « convertis » n’influence pas significativement leurs débouchés. Les diplômés appartenant à cette catégorie fonctionnent, en partie, comme les sociologues « purs », en cherchant à valoriser le diplôme de sociologie. Cette attitude est assez logique, puisque 70 % des « convertis » ont soutenu une thèse en sociologie, tandis que le diplôme préalablement détenu par ces répondants ne dépasse pas, dans 65 % des cas, le second cycle universitaire.

L’origine sociale

37Conformément à nos observations quant au chapitre de l’insertion, l’influence de l’origine sociale à la date de l’enquête est relativement faible. Excepté au plus haut niveau de diplôme – la thèse – les différences sont assez minimes et statistiquement peu significatives, entre les différentes origines sociales et l’accès aux catégories supérieures d’emploi, à niveau de titre égal. Nous faisons la même remarque quant aux situations d’emploi ou de non-emploi. Seul un fait, ayant trait aux docteurs, doit être souligné : le recrutement dans le secteur académique (université et recherche) favorise les catégories moyennes et supérieures. Les docteurs d’origine sociale modeste représentent 18 % de ces professionnels, ceux issus d’une origine sociale moyenne 39 % et les héritiers 42 % (cf. tableau 36).

Le sexe

38Les résultats de notre enquête révèlent (sauf doctorat) qu’à diplôme égal, les hommes, plus que les femmes, occupent des catégories supérieures d’emplois (cf. tableau 37). Mais les différences sont de moindre portée. Seuls les diplômés d’un DEA de sociologie constituent une exception. Les hommes obtiennent, en proportion beaucoup plus importante que les femmes, des emplois de catégorie supérieure. L’écart est plus grand dans la fonction publique. Pourtant, on suppose qu’il tient plus à une discrimination d’accès au niveau de diplôme le plus élevé qu’à une discrimination par secteur d’activité. Cette situation est compréhensible étant donné que, dans notre population d’enquête, les hommes sont plus nombreux que les femmes en troisième cycle. Or, plus le diplôme de sociologie est élevé, plus l’accès aux postes dans la fonction publique est facilité (cf. supra). C’est sans aucun doute la raison pour laquelle les hommes sont nettement plus présents dans les ministères et les administrations ou dans l’enseignement secondaire. Au contraire, l’enseignement primaire et le secteur socio-éducatif accueillent plus de femmes (cf. tableau 37). Enfin, les faibles écarts entre les deux sexes dans le secteur de la recherche publique et dans l’enseignement supérieur indique l’absence de discrimination sexuée des recrutements dans ces secteurs (cf. tableau 38).

39Certes, il conviendrait, pour vérifier le bien-fondé de cette assertion, d’examiner les statuts occupés par les deux sexes. Ainsi, faudrait-il comptabiliser les effectifs par sexe parmi les personnels ingénieurs, techniciens et administratifs, les chercheurs, les chargés de cours ou de travaux dirigés, les maîtres de conférences, les professeurs et les différents grades sanctionnant la carrière de chercheur ou d’enseignant-chercheur.

40En avril 1993, l’ASES (Association des sociologues enseignants du supérieur), dans un numéro spécial consacré aux qualifications à la fonction de professeurs et de maîtres de conférences, signale que la répartition des sexes est extrêmement inégale. Sur 49 inscrits, 11 sont des femmes et 38 des hommes. Les taux de qualification sont de 27 % pour les femmes contre 45 % pour les hommes. Bien que l’ASES souligne qu’il est difficile d’universaliser ces données, il est important d’y cerner l’existence d’une reproduction sexuée des inégalités. Parmi les enseignants du supérieur et les chercheurs de notre échantillon, les seules différences notables concernent les statuts occupés par les scientifiques. Sur ces 16 professionnels, seuls les hommes sont des chercheurs CNRS. Les femmes sont plus fréquemment ingénieurs d’étude ou de recherche. Cette discrimination tend à se manifester à l’égard du non-emploi. Ainsi, parmi les 14 chômeurs à l’enquête, 10 sont des femmes. II faut cependant préciser qu’aucune diplômée d’un doctorat n’est au chômage. Ainsi, le niveau de diplôme serait une variable plus déterminante que l’appartenance à la catégorie de sexe.

L’âge

41L’âge est une variable qui, comme les cursus universitaires, influence fortement l’emploi à la date de l’enquête. Sept et huit ans après l’entrée dans la vie active, il reste le dénominateur commun des répondants, tant en ce qui concerne l’accès aux catégories supérieures d’emploi qu’en termes de secteurs d’activité investis, et par conséquent de fonctions occupées. Plus les diplômés sont âgés et plus les appartenances aux catégories supérieures d’emplois sont nombreuses (cf. tableau 39). Les diplômés les plus jeunes constituent le plus gros effectif des cadres supérieurs d’entreprise, et l’appartenance à cette catégorie décroît, très significativement, entre les trois classes d’âge. Les diplômés les plus âgés appartiennent majoritairement à la catégorie des fonctionnaires supérieurs. Les postes d’enseignement supérieur et de recherche sont principalement détenus par les deux dernières générations. Les professions libérales sont essentiellement représentées dans la seconde génération. Les postes de cadres d’entreprise et les professions intermédiaires de l’enseignement, les emplois de la formation et du travail social sont majoritairement occupés par les plus jeunes, les 21-26 ans (cf. tableau 40).

42Deux facteurs expliquent ces répartitions.

43Le principal facteur à l’origine de ces répartitions concerne l’accès aux niveaux de diplôme. Nous avons constaté que le doctorat influence fortement l’appartenance aux différentes catégories socioprofessionnelles. Or, les 21-26 ans, qui accèdent difficilement aux catégories supérieures d’emploi, détiennent une proportion très faible de doctorats. Elle est de 5 % pour cette classe d’âges, contre 26 % pour les 27-32 ans et 66 % pour les plus de 33 ans. Par ailleurs, la majorité des chômeurs à la date de l’enquête appartient à la classe d’âges des plus jeunes diplômés. Cette situation indique que les trajectoires professionnelles des 21-26 ans sont encore précaires.

44C’est pourquoi le second facteur expliquant les différences de situations d’emploi et de non-emploi fait appel à l’idée de carrière. Tous les diplômés se situant dans la tranche la plus âgée ont occupé une ou plusieurs activités professionnelles avant l’acquisition du dernier diplôme de sociologie. Le capital acquis par les plus de 33 ans favorise leur affiliation aux catégories supérieures d’emploi. Insérés depuis plus longtemps dans la vie active, ils disposent d’un capital professionnel et social (relations, réseaux, etc.) plus important que les 21-32 ans. Certains, d’ailleurs issus d’une formation continue, occupaient déjà des postes supérieurs d’enseignement, de recherche, de fonctionnariat et de cadres supérieurs en entreprise. D’autres ont débuté leur carrière dans les secteurs du travail social, de l’enseignement secondaire ou encore en occupant des emplois de chercheurs contractuels et, s’étant reconvertis à la sociologie, la terminent dans l’enseignement universitaire et la recherche publique (cf. tableau 41). Parmi ces diplômés, on dénombre 54 % d’étudiants issus d’une formation continue. L’hétérogénéité des recrutements académiques, en sociologie, n’est pas nouvelle. À la fin des années 60, parmi les catégories enseignantes les plus récemment recrutées en linguistique, en psychologie, mais surtout en sociologie, à l’Université, P. Bourdieu indique qu’« une part importante a préalablement exercé des activités très diverses et souvent sans rapport avec leur profession actuelle » Dans les disciplines plus classiques, la carrière universitaire s’effectue directement après un passage par la khâgne. Un tel cursus ne concerne que 19 % des enseignants en linguistique, 16 % en psychologie et seulement 8 % en sociologie (P. Bourdieu, 1984, p. 186).

Le vivier

  • 14 On observe, au cours des années 80, une organisation accrue des études de troisième cycle qui améli (...)

45Outre l’influence des différentes variables socio-démographiques sur les parcours professionnels, certains éléments de la socialisation professionnelle infléchissent le devenir professionnel des diplômés. Eu égard à l’ancienneté des cohortes et au développement récent des diverses formes de financement des thèses14, il est difficile de mesurer l’effet de ces dispositions sur les orientations professionnelles des docteurs sortis au milieu des années 80. D’ailleurs, le développement des financements de thèses n’est pas aussi sensible dans toutes les disciplines. Qu’il s’agisse des thèses soutenues en 1993, en 1994 ou celles commencées en 1995, on observe que les sciences sociales (dont la sociologie) sont situées immanquablement parmi les quatre disciplines dont le pourcentage de thèses financées est le plus faible. Il s’agit des langues et littératures, des sciences humaines, des sciences juridiques et politiques et, pour une moindre part, des sciences économiques (F. Mallet, RED, MEN, 1995, p. 60). Par ailleurs, il est significatif de relever que c’est parmi ces mêmes disciplines que le pourcentage de financements dits « indéterminés » est aussi élevé. Les auteurs du rapport, dont ces chiffres sont issus, soulignent que la qualité des informations recueillies ne permet pas d’identifier avec précision ces sources financières. Cependant, on retiendra que certaines recouvrent des salariés qui travaillent à temps partiel pour financer leur thèse. On l’aura compris, il ne s’agit nullement de bourses d’études. D’ailleurs, on observe que dans la filière « sciences », où le pourcentage de thèses financées est le plus élevé, la part de ces financements « personnels » est très nettement inférieure à celle des disciplines où les aides financières, institutionnelles, sont les moins nombreuses. Parmi ces dernières, les allocations de recherche sont les plus fréquentes (F. Mallet, RED, MEN, 1995, p. 60).

46Des informations récentes soulignent l’efficacité de ces financements comme instruments de la professionnalisation académique. Le rapport des études doctorales note en effet que, depuis 1990, « le paysage des insertions a changé du tout au tout », puisqu’à l’époque les entreprises et les collectivités recrutaient un allocataire sur trois, devançant les organismes de recherche et l’Université. En 1995, un allocataire sur deux devient enseignant-chercheur (F. Mallet, RED, MEN, 1995, p. 63). L’Association des sociologues enseignants du supérieur confirme que les recrutements dans les milieux académiques sont favorables aux allocataires de recherche. À l’origine de cette réussite : une meilleure professionnalisation et une plus grande visibilité institutionnelle qui consacrent leur reconnaissance. À titre d’exemple, ils sont plus souvent intégrés dans un laboratoire de recherche, ont une expérience d’enseignement intéressante et rentable, grâce aux postes d’ATER (attachés temporaires d’enseignement et de recherche) dont une part leur est réservée (ASES, bulletins 14, 16, 19). La pertinence de ces dispositions comme vecteur de socialisation, de reproduction du milieu académique – et plus simplement de réussite universitaire (les thèses financées sont plus souvent soutenues) – explique les efforts de l’Etat pour accroître les aides aux futurs docteurs (F. Mallet, CEREQ, 1995, pp. 49-51). Le nombre d’allocations de recherche augmente en 1994 par rapport à l’année précédente. Plus précisément, leur pourcentage reste stable alors que le nombre des thèses augmente.

47Sur la base de deux autres indicateurs, notre recherche permet de mesurer l’effet de la socialisation sur les parcours professionnels des docteurs. La faiblesse statistique des données, sur laquelle s’appuient les réflexions qui vont suivre, incite à une certaine prudence quant à la possibilité de les généraliser. Le premier indicateur concerne l’intégration ou la non-intégration dans un laboratoire de recherche durant la thèse. Bien que celle-ci soit définie d’un point de vue subjectif – il était demandé aux diplômés s’ils avaient intégré un laboratoire de recherche – son influence sur les débouchés est particulièrement révélatrice. Nos résultats indiquent que 64 % des docteurs intégrés dans un laboratoire de recherche durant leur thèse (16 sur 25) investissent les secteurs académiques et scientifiques. En revanche, ceux qui n’ont pas bénéficié de cette socialisation ne sont que 40 % à devenir enseignants du supérieurs ou chercheurs (19 sur 47). Le second indicateur souligne que l’existence de publications durant la thèse influence aussi fortement l’entrée dans les carrières académiques et scientifiques. Ainsi, 59 % (20 sur 34) des docteurs qui ont publié sont devenus enseignants du supérieur ou chercheurs, contre 39,5 % (15 sur 38) de ceux qui n’avaient pas publié pendant la durée de leur doctorat. D’autres résultats indiquent que la durée de la thèse n’a pas d’effet sur l’orientation professionnelle des diplômés. Elle s’élève à quatre ans et moins, en moyenne, pour les répondants qui se sont orientés vers l’enseignement et la recherche ou vers d’autres secteurs d’activité. En revanche, il est intéressant de noter que les docteurs intégrés dans un laboratoire de recherche terminent plus rapidement leur thèse, en trois ans ou moins, que les autres thésards.

48Au terme de l’analyse des itinéraires universitaires et professionnels des diplômés, il convient d’abord de souligner les résultats émanant de l’observation du public qui s’engage en sociologie. Parmi eux, deux faits sont notables : la pluralité des cursus de formation suivis par les répondants et la formation abrégée de certains diplômés. Après avoir préalablement obtenu un diplôme dans une autre discipline, les « convertis » sont venus en sociologie, souvent en formation continue et, pour 50 % d’entre eux, directement en DEA, plus rarement en thèse.

49L’examen des débouchés montre que la sociologie se distingue, en second cycle, des disciplines classiques comme les lettres, la philosophie ou l’histoire. Elle ne mène pas aux métiers de l’enseignement secondaire. Elle ne se rapproche pas davantage des disciplines récentes, telles que la psychologie ou les sciences économiques, ni d’ailleurs des filières de type « caméraliste » comme le droit. En effet, elle favorise relativement peu l’accès aux fonctions de cadres dans les entreprises ou dans la fonction publique. Le principal débouché des diplômés de second cycle en sociologie réside dans des fonctions intermédiaires de l’enseignement du primaire, du travail social ou de la santé. Cette situation est en grande partie imputable à l’importance des étudiants venus en formation continue et issus de ces secteurs d’activité, mais aussi des formations complémentaires suivies par les étudiants en sociologie.

50En DEA, les diplômés en sociologie augmentent leurs chances d’accès à la catégorie cadres, dans le secteur privé ou dans la fonction publique, mais les différences avec les titulaires d’une maîtrise sont peu sensibles. Les fonctions occupées s’apparentent à celles des diplômés en sciences économiques, gestion, droit et psychologie. Cependant, dans ces deux dernières disciplines, les diplômés occupent des emplois correspondant à leur titre universitaire.

51En doctorat, seule la filière sciences fait exception à la norme. Elle mène, dans une proportion beaucoup plus faible que celle observée pour l’ensemble des autres grandes disciplines (sciences humaines et sociales), à l’enseignement universitaire.

52L’observation des correspondances entre les différents cursus universitaires suivis par les répondants à l’enquête et les emplois indique un fait intéressant. Les diplômés qui ont suivi un cursus complet en sociologie ne sont pas nécessairement ceux que l’on retrouve en plus grande proportion parmi les métiers auxquels la sociologie forme traditionnellement ; en d’autres termes les métiers de la recherche, de l’étude et de l’enseignement supérieur. Force est de constater que les diplômés « convertis », venus tardivement en sociologie, deviennent plus fréquemment des sociologues académiques, à l’instar des sociologues « purs », dotés de leur seul diplôme de sociologie.

53Le niveau du titre obtenu dans cette formation ne permet pas, à lui seul, d’expliquer cette destinée. En effet, si les sociologues « transfuges » sortent plus fréquemment en DEA, les « duettistes » prolongent leurs études de sociologie en thèse. Cependant, il faut relever que ces diplômés complètent leur formation par un diplôme obtenu dans une discipline plus « professionnalisante », c’est-à-dire mieux reconnue – lorsqu’elle n’est pas indispensable – dans les secteurs d’activités où ils s’insèrent en grande proportion. Il s’agit des secteurs de l’entreprise, de l’enseignement primaire, de la santé et du travail social. Au contraire, le diplôme en sociologie professionnalise plus fortement le devenir universitaire et le devenir professionnel des sociologues « convertis ». Ils entrent en sociologie, plus fréquemment dotés d’un projet professionnel qui « passe » par l’obtention d’une thèse et les conduit, dans une proportion non négligeable, vers des activités directement liées à une pratique de la sociologie (30 % dans les secteurs de l’enseignement et de la recherche).

54Comme nous l’avons signalé, ces observations sont fidèles aux modes de recrutement universitaire et scientifique dans les disciplines récemment établies à l’Université. Selon P. Bourdieu, en sociologie, psychologie et linguistique, les enseignants reçoivent fréquemment « une formation plus courte [...], tout à fait disparate, tant au niveau des cursus individuels [cumul de certificats empruntés à des disciplines différentes, variété des origines professionnelles] qu’au niveau collectif (diversité des titres possédés par les membres d’une même discipline et hétérogénéité des enseignements dispensés au sein même de chacune des disciplines] » (P. Bourdieu, 1984, p. 186).

  • 15 Il convient d’ailleurs de repréciser, ici, que la plupart des « convertis », devenus enseignants-ch (...)

55Ces différences d’engagement dans la formation, mais aussi de sortie, ne sont pas négligeables. D’une part, elles montrent qu’à l’origine de la détention d’un titre, existent des phénomènes complexes difficilement repérables. Elles indiquent que la relation formation / emploi est souvent artificielle, si l’on ne considère pas que la détention d’un diplôme n’est que la partie visible de l’iceberg, et que la partie immergée – formation complémentaire, antécédents professionnels, niveau d’arrivée dans la formation – apporte une meilleure compréhension. D’autre part, ces différences d’engagement bousculent la vision commune selon laquelle l’admission dans un métier nécessite une entrée précoce et une longue initiation. Tout au moins, elles indiquent que dans certains cas le troisième cycle (et non les premiers et seconds) est véritablement déterminant pour la socialisation professionnelle, même si de toute évidence, cette entrée dans le métier dépend beaucoup de la trajectoire professionnelle antérieure15.

  • 16 Nous entendons par cursus complet le fait que la détention d’un titre sanctionne la maîtrise progre (...)

56Enfin, ces différentes destinées posent une série de questions, auxquelles les prochains chapitres tenteront de répondre, sur les modes de socialisation à un métier et les liens qui peuvent se tisser, au cours de ce processus, entre des diplômés, une formation et des itinéraires professionnels. On peut ainsi se demander lesquels des diplômés enquêtés, selon les itinéraires qu’ils ont suivis, vont ou non se définir comme sociologues vont ou non faire valoir la sociologie dans le cadre de leur emploi. Le suivi d’un cursus « complet16 » est-il ou non déterminant ? La détention d’un doctorat permet-elle de nouer durablement des rapports avec les connaissances acquises en cours de formation et de les mettre en pratique ? Les formations complémentaires qui viennent concurrencer le diplôme obtenu en sociologie vont-elles neutraliser le rôle de la sociologie ? Pourront-elles être mobilisées dans le domaine professionnel ou dans celui des identités ? Enfin, peut-on, par-delà la diversité des engagements universitaires et professionnels, dégager des processus communs de la nature des rapports que les diplômés entretiennent avec la sociologie comme savoir, comme exercice professionnel, mais aussi comme identité ?

Notes

1 Ce terme désigne la sociologie.

2 Pour une vue comparative et historique des débouchés des diplômés de l’enseignement supérieur et des diplômés en sociologie voir, notamment, les enquêtes CEREQ réalisées en 1977, 1983, 1987 et 1989 par A. Charlot. En 1983 par J.-L. Pigelet. En 1989 par M. Dubois et al. En 1987 par F. Pottier. En 1990 et 1994 par D. Martinelli.

3 Nous rappelons que les sciences de type « caméraliste », selon l’acception donnée par V. Karady, ont une vocation instrumentale, administrative et gestionnaire. Cf. V. Karady, 1976.

4 Il convient de préciser que les débouchés dans l’Université sont beaucoup moins importants en sciences, comme l’indique le tableau 38, cf. annexe 3.

5 Afin d’examiner l’accès au premier emploi des diplômés de sociologie, nous avons reconstruit une période intermédiaire comme cadre d’analyse. Cette période se situe entre la fin des études et l’entrée dans la vie active. Le questionnaire spécifiait quatre situations transitoires : la recherche d’un emploi (sans activité professionnelle), le service national, l’inactivité pour raison personnelle, la formation ou le stage, l’entrée directe dans la vie active, c’est-à-dire l’absence de période intermédiaire entre la fin des études et le premier emploi. Nous avons considéré comme premier emploi : la première situation professionnelle depuis que le répondant à l’enquête a commencé à travailler. Nous avons exclu les « boulots » d’étudiants, les vacations, etc. effectués durant les études. L’une des difficultés à laquelle nous avons été confrontée concernait les répondants issus d’une formation continue en sociologie, dans la mesure où ils occupaient déjà un ou plusieurs emplois avant l’obtention de leur diplôme. Pour cette population, l’accès à l’emploi n’a de sens que réinscrit hors du champ de l’enquête. Il concerne une entrée dans la vie active ancienne où le diplôme de sociologie est, soit absent, soit acquis en cours d’itinéraire. Tous les répondants concernés par ce schéma ne sont donc pas retenus dans l’analyse qui va suivre. Cette exclusion a bien évidemment concerné ceux qui avaient déclaré les emplois décrits précédemment. La « primo-insertion » portera donc sur 130 répondants.

6 Les disciplines comprises dans le champ de l’enquête sont regroupées par les auteurs en catégories de diplômes, à savoir : philosophie et lettres, droit, sciences, pharmacie, éducation physique, agronomie, sciences économiques, sciences appliquées, sciences sociales, pédagogie et psychologie, traducteurs interprètes. Les niveaux des diplômes ne sont pas précisés.

7 Francis Bestion évoque trois grands types d’emplois d’attente. Il s’agit des emplois fortement déqualifiés, des emplois à durée limitée, des emplois précaires et / ou trop mal rémunérés. Mais ces critères ne suffisent pas à qualifier toute activité professionnelle « d’emploi d’attente ». Il faut qu’elle soit considérée comme telle par les diplômés qui l’occupent. En ce sens, l’emploi d’attente contient une dimension subjective essentielle qui est difficilement cernée par le questionnaire. Cf. Matéo Alaluf, Scènes de chasse à l’emploi, Édition de l’université de Bruxelles, 1987, p. 257.

8 Sur ce point aussi, les données les plus récentes restent conformes à nos résultats. Cf. D. Martinelli, 1994.

9 Cette analyse répond à une question posée dans le questionnaire : « Par quel intermédiaire avez-vous pris connaissance de cet emploi ? » Elle ne concerne que le premier emploi.

10 Les réseaux informels d’embauche regroupent : l’établissement d’enseignement (l’Université, la formation, le laboratoire de recherche, les professeurs), les réseaux sociaux (familles, amis, relations professionnelles) et les candidatures spontanées. Les réseaux institutionnels d’embauche concernent les organismes d’emploi (ANPE, APEC, etc.) et les journaux. Enfin, les autres intermédiaires recouvrent les associations, les stages, les salons et forums, etc.

11 Économie et statistiques, n° 261, p. 71, 1993.

12 Le salaire des répondants a été calculé net, par mois, primes incluses.

13 Nous entendons par mobilité ascendante intragénérationnelle : l’accès à la catégorie socioprofessionnelle supérieure. Une mobilité descendante est entendue comme l’accès à une catégorie socioprofessionnelle inférieure par rapport à la dernière catégorie d’appartenance.

14 On observe, au cours des années 80, une organisation accrue des études de troisième cycle qui améliore l’auto-reproduction de l’Université, mais qui favorise aussi le recrutement des diplômés dans les entreprises. Du côté universitaire, sont créés les C.I.E.S. (Centres d’initiation à l’enseignement supérieur) qui permettent aux allocataires de compléter leur rémunération en contrepartie d’un service d’enseignement et de leur participation à des séminaires de formation au métier d’enseignant du supérieur. En 1990, l’État instaure des Écoles doctorales. Elles fédèrent plusieurs formations de DEA, et plusieurs équipes de recherche établies sur un même site et travaillant sur des secteurs voisins. À la même date, un label « équipe d’accueil de doctorants » est créé pour permettre l’apport de financements supplémentaires aux équipes de recherche qui participent, de façon significative, à la formation des doctorants (participation à un DEA, accueil de stagiaires, encadrement de thésards, etc.). En direction de l’insertion dans les entreprises, l’État instaure les CIFRE (Conventions industrielles de formation par la recherche) qui prévoient, durant trois ans, une subvention de la part de l’Etat en direction des entreprises qui accueillent un doctorant travaillant sur un sujet de recherche associant une entreprise et un laboratoire public de recherche. Cf. F. Mallet, « Les docteurs et le marché de l’emploi », Éducation et Formation, DGRT, n° 41, 1995.

15 Il convient d’ailleurs de repréciser, ici, que la plupart des « convertis », devenus enseignants-chercheurs ou chercheurs, étaient originaires d’un autre secteur d’activité (cf. tableau 59).

16 Nous entendons par cursus complet le fait que la détention d’un titre sanctionne la maîtrise progressive de connaissances que l’individu acquiert par son passage dans les stades successifs prévus par la formation. Ainsi, un titre (DEA, doctorat) n’a qu’une valeur ajoutée à une accumulation de titres précédemment obtenus dans la formation (C. Dubar, 1991, p. 169).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search