Version classiqueVersion mobile

La sociologie des sociologues

 | 
Odile Piriou

La formation et les caractéristiques des diplômés de sociologie

Texte intégral

  • 1 Ce taux de croissance concerne les diplômés des années 84 à 95, issus de DEUG, licence, maîtrise, D (...)
  • 2 Tous les tableaux référencés dans le texte sont exposés en annexe 3. Ils sont ordonnés par chapitre (...)
  • 3 G. Friedmann, J.R. Treanton, E. Morin, « Rapports du Congrès de Liège du 24 août au 1er septembre 1 (...)
  • 4 Sur ce thème, on peut consulter : Doris Bensimon, Le Métier de sociologue, Paris, Association profe (...)
  • 5 Le terme de professionnalisation est, ici, entendu dans le sens d’une volonté de légitimer et de fa (...)
  • 6 On peut trouver des éléments d’information sur la période d’édification de la discipline dans un nu (...)

1Depuis dix ans, la sociologie connaît une croissance moyenne du nombre de ses diplômés avoisinant les 8 %1. Comme d’autres disciplines en France, elle est confrontée à une augmentation constante d’un flux d’étudiants qui suscite de nombreuses interrogations quant à leurs perspectives universitaires et professionnelles (cf. tableau 1, annexe 3)2. La question récurrente devient alors celle des relations entre la formation donnée à l’Université et les emplois occupés par les diplômés en sociologie. Dès les années 503, le problème de la formation et des débouchés professionnels des étudiants formés en sociologie est posé, mais ce thème est plus fréquemment évoqué dans les années 804. Plusieurs éléments justifient ce regain d’intérêt des sociologues pour la professionnalisation5 de leur discipline. Après une augmentation un peu erratique de ses diplômés, la sociologie entame une croissance continue et stable. Durant la décennie 80, elle produit en moyenne entre 250 et 300 DEA par an, un peu plus de 500 maîtrises, autour de 900 à 1icences et plus d 1 500 DEUG (cf. tableau 1). De 1984 à 1992, les doctorats diminuent, mais le nombre de DESS augmentent. Bref, après une période d’édification puis d’organisation de son enseignement, la sociologie, établie, attire de plus en plus d’étudiants6. Cet afflux démographique nécessite un ajustement de part et d’autre (du public, des responsables des filières et des personnes exerçant professionnellement la sociologie). Il se traduit notamment par la création d’un cursus, du DEUG jusqu’au doctorat, qui hiérarchise les niveaux de diplôme et les savoirs acquis en prolongeant la période de socialisation par la formation. Une des conséquences essentielles de cette nouvelle organisation est l’élévation du niveau requis (le doctorat) pour occuper les secteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, traditionnellement investis par des sociologues. À l’instar de R. Boudon (1973), on peut considérer que le principal effet de l’augmentation de la demande d’éducation est « d’exiger de l’individu une scolarité de longueur sans cesse croissante en contrepartie d’espérances sociales qui, elles, restent inchangées ». Pour illustrer cette tendance, on peut rappeler que du fait de l’absence d’organisation de l’enseignement jusqu’en 1958, la première vague des sociologues a été formée de manière un peu anarchique. Bon nombre d’entre eux n’ont pas soutenu de thèse dans cette discipline, c’est pourquoi, dans le milieu des années 70, les diplômés masculins occupent des postes d’enseignement supérieur en sociologie dès la licence (A. Chariot, 1977, p. 223).

  • 7 On peut, dans ce domaine, citer les lois de décentralisation de 1982 qui favorisent l’action des co (...)

2L’augmentation de la demande s’accompagne de l’investissement de nouveaux marchés du travail pour l’ensemble des diplômés de seconds cycles, de DEA, de DESS, mais aussi de docteurs en sociologie. Au sein même de la discipline, des sociologues comme Renaud Sainsaulieu vont défendre une conception que nous désignons « œcuménique » de la sociologie et qui relie au sein d’un même métier la recherche, l’enseignement et les pratiques appliquées (R. Sainsaulieu, 1988, p. 255). Dès la fin des années 1970, ce partisan de la réconciliation entre la sociologie académique et la sociologie appliquée organise des séminaires destinés à réunir les milieux universitaires et scientifiques, les entreprises et les sociologues praticiens. Si ce sociologue se heurte à des résistances internes, le contexte politique lui est cependant favorable. Par la promulgation de lois7, l’État invite les sciences sociales à participer à une large réflexion sur les questions de la gestion des ressources humaines dans l’entreprise et sur celles de l’administration des domaines économiques et sociaux. Les cadres, le patronat et les partenaires sociaux ne sont pas indifférents à cette nouvelle politique et multiplient les recours aux sciences sociales sous forme d’intervention, de formation ou de conseil.

  • 8 Voir, par exemple. P. Rocci, Les Trajectoires des étudiants de 1987 à 1990, université de Provence. (...)
  • 9 Une enquête réalisée à l’université de Rouen, auprès de 192 étudiants de première année de DEUG de (...)

3Beaucoup d’éléments se combinent pour favoriser le développement des sciences sociales, notamment de la sociologie hors des secteurs académiques. Cependant, dans ce contexte favorable aux sciences sociales en matière d’audience et d’effectifs, certaines spécificités bien connues de cette formation font surgir le problème du public étudiant et celui des débouchés professionnels. Comme nous le montrerons, l’entrée dans les études de sociologie est assez tardive, contrairement à d’autres disciplines comme le droit, l’économie ou les sciences. L’âge des étudiants en sociologie correspond à une pluralité de parcours universitaires. Certains d’entre eux ressentent le désir de se reconvertir et viennent en sociologie après une première expérience professionnelle qui leur semble insatisfaisante. D’autres, en vue d’une promotion sociale ou pour améliorer leur pratique, obtiennent leur diplôme en cours d’expérience professionnelle. D’aucuns souhaitent compléter une formation initiale ou, après un parcours universitaire accidenté, optent finalement pour la sociologie. Cette diversité d’itinéraires pose en corollaire les problèmes des motivations à l’entrée dans cette formation. Certaines études8 sur la sociologie soulignent l’absence de corrélation entre l’entrée dans les études et des projets professionnels de prédilection. S’il est difficile d’affirmer, faute d’éléments comparatifs et hormis quelques exceptions, que ce fait est réellement propre à la sociologie, nous avons constaté que lorsqu’un projet professionnel existe, il se rapporte souvent à d’autres activités que celles de sociologue. Pour un certain nombre d’étudiants, la sociologie sert donc une ambition professionnelle plus ou moins éloignée d’une pratique de sociologue ou obéit à des intérêts intellectuels9. Les années qui séparent les cohortes retenues des étudiants actuels n’ont pas mis en sommeil ces interrogations, même si elles prennent parfois la forme de pures affirmations. Dans un article du journal Le Monde, du 18 juin 1996, Olivier Galland soulignait :

« Nous accueillons en fait de plus en plus d’étudiants qui ont fait un choix par défaut, qu’ils valorisent a posteriori par une motivation désintéressée, sans avoir obtenu la filière sélective à laquelle ils prétendaient [...]. Finalement, leur motivation est faible et ils refusent de s’approprier le domaine intellectuel dans lequel ils évoluent. Les comportements sont très différents selon les disciplines, mais cette remarque vaut en plein pour les sciences sociales. En sociologie par exemple, une majorité d’étudiants veulent devenir travailleurs sociaux ou professeurs des écoles et ne s’identifient pas à la discipline [...]. La sociologie devient une simple matière à connaître pour l’examen. »

  • 10 Ce constat est confirmé par D. Martinelli en 1994. À ce sujet, l’auteur indique que « la gamme des (...)

4Une autre spécificité est la régularité avec laquelle les enquêtes d’insertion situent les sociologues en queue de peloton de l’accès aux emplois (A. Chariot, CEREQ, 1989, D. Martinelli, CEREQ, 1994). Encore faut-il préciser de quels emplois il s’agit, car une des difficultés que pose la question du lien entre les études et l’emploi est celle de la définition d’un emploi de sociologue. En l’absence de reconnaissance d’un titre professionnel, situation que maintes disciplines partagent, il devient effectivement plus délicat de mesurer cette relation. Parmi les emplois occupés, nous avons relevé quatre-vingt-huit intitulés. Hormis les formateurs ou les maîtres de conférences, nous avons identifié un guichetier, un contrôleur de gestion, des réalisateurs, un négociateur immobilier, un correcteur littéraire ou encore des médecins10. Il serait pourtant erroné d’exagérer cette diversité. Elle est comparable à celle observée par le CEREQ pour la psychologie, les langues ou les lettres (A. Chariot, CEREQ 1989). Par ailleurs, on constate que si l’éventail des débouchés s’élargit pour la sociologie et d’autres formations en sciences sociales, la correspondance entre la spécialité de formation et des grandes catégories d’emplois n’en est pas moins patente (M. Alaluf et al., 1987).

5Nous nous proposons de fournir quelques repères sur cette question en analysant les processus par lesquels les diplômés suivent différents itinéraires universitaires et professionnels. Cette démarche explicative de la relation entre la formation reçue en sociologie et les emplois occupés par les diplômés nécessite l’examen de plusieurs thèmes, dont ceux de la socialisation et des débouchés professionnels. D’une part, nous rappellerons les contextes universitaire, social et économique, dans lesquels les diplômés interrogés ont réalisé leurs études en sociologie et se sont insérés professionnellement. D’autre part, nous examinerons les caractéristiques des répondants à l’enquête et les différents types d’engagement dans la formation. Enfin, nous décrirons leur parcours professionnel. Pour cela, nous expliciterons les ressources qui les amènent à emprunter un itinéraire. Pour approfondir l’analyse de la relation entre la formation reçue en sociologie et les emplois occupés, nous mettrons en cohérence des cheminements universitaires et professionnels.

Sexe et origine universitaire

6On constate qu’une petite majorité de notre population est constituée d’hommes (51 %). Deux causes sont à l’origine de cette supériorité numérique : la difficulté de retrouver les femmes mariées et l’importance des docteurs dans la population d’enquête, dans la mesure où les hommes accèdent en plus grand nombre à ce niveau d’études (68 % d’hommes pour 32 % de femmes). Ce rapport hommes / femmes est inversement proportionnel chez les titulaires d’une maîtrise (68 % de femmes pour 32 % d’hommes). Le taux de « masculinisation » des docteurs, dans la population d’enquête, est comparable à celui observé dans la population mère qui a servi à constituer notre échantillon. En 1984 et en 1985, 77 % des docteurs étaient des hommes (fichier central des thèses).

7On observe qu’une proportion quasiment équivalente de répondants a été formée en province et à Paris. Cependant, certaines universités recouvrent un nombre important de répondants, d’autres un nombre très faible. Cette situation est en partie imputable à l’interrogation, réalisée auprès des diplômés issus en 1985 de certaines universités, qui a complété le premier envoi de questionnaires (O. Piriou, 1997). Mais il est aussi vraisemblable que certaines universités étaient, en 1984 et 1985, des lieux importants de la formation en sociologie et, pour certaines, en doctorat. Selon nos résultats, les universités qui ont formé le plus de répondants titulaires d’une thèse sont essentiellement parisiennes. Or, la constitution de l’échantillon des docteurs parmi la population d’enquête est assez fiable pour nous permettre de comparer ces données à celles issues de deux autres sources. La première source est un rapport réalisé, à l’échelon national, sur les formations doctorales en septembre 1991 (J.– M. Chapoulie, C. Dubar, 1991). Il confirme que les universités qui contribuent le plus à produire des thèses sont parisiennes. La seconde renforce ces résultats. On constate en effet que dans la population mère de notre échantillon, issue du fichier central des thèses, la proportion des docteurs formés à Paris atteint 64 %. Ce pourcentage est similaire à celui relevé parmi les docteurs qui ont répondu à notre enquête (63 %).

Des étudiants âgés

  • 11 Généralement, sont réputés étudiants en formation post-initiale ceux qui ont passé l’âge de 27 ans (...)

8On rencontre, comme dans d’autres spécialités des lettres et sciences humaines, une part considérable d’étudiants âgés de plus de 30 ans à la fin de leur parcours universitaire. Certes, la forte présence de docteurs ne peut que contribuer à élever l’âge de sortie. Mais le fait que les plus de 32 ans représentent près de 30 % des cohortes suggère qu’il n’est pas rare que les études de sociologie soient entreprises dans le cadre d’une formation continue, c’est-à-dire après une première expérience professionnelle ou en cours d’emploi (cf. tableau 2). D’autres sources confirment l’importance de cette population plus âgée parmi les étudiants de sociologie, bien que n’utilisant pas la même définition. Un document de l’APEC (Agence pour l’emploi des cadres) signale que 60 % des sortants de 2e et 3e cycle (hors doctorat) en sociologie viennent de la formation post-initiale (APEC 1989)11. Une étude CEREQ, portant sur les sortants de 1984, souligne également que, par rapport aux autres disciplines, les étudiants de lettres et sciences humaines sont plus âgés et plus souvent issus d’une formation post-initiale (1989, p. 34). Le rapport sur les études doctorales de 1995 indique que l’âge médian (34 ans) des docteurs en sciences sociales demeure parmi le plus élevé après celui des docteurs en lettres et en sciences humaines (F. Mallet, DRED, 1995, ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, DGRT). Enfin, en 1998, l’ASES (Association des Sociologues Enseignants dans le Supérieur) certifie l’actualité de ces données. La sociologie est, après la filière Administration économique et sociale (AES), la discipline qui accueille en plus grand nombre les étudiants d’âge avancé (ASES, 1998).

L’origine sociale

9Un certain nombre d’études de la sociologie de l’éducation font appel aux théories dites de la reproduction sociale et culturelle. Leur particularité est de présenter l’école « comme un appareil qui préside à la distribution des agents sociaux au sein de la division sociale du travail en leur transmettant les normes et les dispositions de classe qui sont requises par cette division » (L. Tanguy, 1986, p. 105). Elles considèrent ainsi que l’origine sociale des étudiants, à travers la nature et le volume du capital transmis par leurs parents, influence, tout au long du parcours scolaire, les niveaux de diplôme atteints et le choix des spécialités (P. Bourdieu, J.-C. Passeron, 1964).

  • 12 Sur la notion de représentation, voir A. Chariot, « Les universités et le marché du travail », CERE (...)

10Jusqu’aux effets liés au passage d’une université élitiste à une université de masse (environ vers la seconde moitié des années 70), la reproduction des inégalités sociales se traduit par une sous-représentation des classes modestes, une sur-représentation des classes supérieures et le maintien de la représentation des classes moyennes12. Par exemple, en 1965-66 et en 1970-71, le CEREQ estime que la proportion d’enfants de cadres supérieurs, à l’Université, atteint respectivement 59 % et 71 % ; celle des enfants de classes modestes (ouvriers, employés) stagne à 20 %. Enfin, celle des enfants issus de familles moyennes s’élève à 35 % et 33 % (A. Chariot, 1977, p. 27). Par ailleurs, la distribution des étudiants selon leur origine sociale se retrouve dans les orientations dans les différentes filières universitaires. Dans les filières à moindre prestige et à moindre coût (moins longues, réputées moins difficiles, etc.), la part des étudiants de classes modestes et moyennes est importante. Il en va ainsi dans les disciplines appartenant aux lettres et sciences humaines, contrairement aux disciplines comme le droit. Cependant, au sein même de ces grands ensembles disciplinaires, des différences sont relevées.

  • 13 La nature du recutement en sociologie a radicalement changé, puisque cette discipline accueille auj (...)

11À la fin de la décennie 70, la sociologie attire plus d’étudiants issus de milieux favorisés que les autres filières comme les sciences économiques ou les lettres13. A. Charlot explique, s’inspirant du sociologue P. Bourdieu, que la faible rentabilité économique de la sociologie – ces débouchés professionnels étant peu identifiés – découragerait les classes populaires et moyennes et, symétriquement, attirerait les étudiants des classes favorisées, conduits par leurs dispositions à choisir des formations « exotiques », spéculatives et détachées des contingences matérielles (P. Bourdieu, J.-C. Passeron, 1964). Mais les formations à visée plus intellectuelle que pragmatique ne se valent pas toutes. Certaines, comme la philosophie, les lettres classiques, sont plus prestigieuses, plus valorisées et plus rentables socialement. D’autres le sont beaucoup moins par les thèmes qu’elles abordent, par leur place dans la hiérarchie universitaire, par les classes et les écoles où leur enseignement est traditionnellement dispensé (khâgne, École normale supérieure), ou encore par les diplômes qui les sanctionnent (agrégation), etc. Tel serait le cas de certaines nouvelles disciplines comme la sociologie. Au regard de ce constat, A. Charlot envisage, s’appuyant sur les origines scolaires des étudiants socialement privilégiés diplômés de ces formations (moins souvent titulaires de baccalauréats scientifiques, notamment), que les héritiers attirés par ces disciplines étant les moins doués de leur catégorie, se réfugieraient dans ces formations à faible prestige (A. Chariot, 1977, p. 39 ; 354, P. Bourdieu, J.-C. Passeron, 1964). Selon D. Duclos, dont l’enquête se situe aussi dans le contexte des années 70, la présence massive des diplômés d’origine sociale élevée en sociologie « peut s’interpréter par la réponse à la demande accrue pour les sciences sociales » dans les postes de pouvoir auxquels se destinent les enfants issus de la bourgeoisie. Ces étudiants suivraient donc des enseignements en sociologie, non pas pour s’y destiner professionnellement, mais pour acquérir des savoirs, sollicités par « l’intelligentsia » et « le pouvoir. » (D. Duclos, 1977, p. 24).

  • 14 Ainsi, en 1985, avec une définition large de l’origine populaire, Euriat et Thélot (1995) donnent u (...)

12Les différentes études contemporaines qui portent sur l’origine sociale du public universitaire confirment ces divergences d’orientation par filière. Par exemple, une étude menée par J.-P. Molinari souligne que le recrutement populaire est particulièrement élevé en lettres et sciences humaines, comparativement aux autres grandes disciplines (J.-P. Molinari, 1992, in C. Soulié 1994). Cependant, ces mêmes enquêtes font valoir un changement fondamental : l’augmentation constante des étudiants d’origine modeste à l’Université14. Notre échantillon, généralement entré en sociologie à la fin des années 70, se situe au carrefour des années 70 et 80. Il témoigne bien des évolutions subies par les entrants dans l’enseignement supérieur, mais aussi des caractéristiques assez privilégiées du public universitaire des années 70. En effet, les origines sociales des répondants enquêtés font apparaître une assez forte représentation des catégories favorisées (37 %), chez les hommes comme chez les femmes (cf. tableaux 3-4). La part des autres répondants oscille entre une origine modeste (30 %) et moyenne (30 %). Contrairement à ce que les sociologues observent habituellement, nos résultats indiquent que la relation entre l’origine sociale et le niveau de diplôme détenu n’est pas clairement établie (cf. tableau 5).

13Cette situation est aussi observée par deux auteurs. A. Chariot, en 1977 constate que, dans les différentes disciplines, l’élévation du niveau de diplôme de sortie entraîne une « sur-représentation » des catégories socialement privilégiées et, parallèlement, une « sous-représentation » des effectifs des catégories populaires. Il remarque toutefois que les lettres et les sciences humaines n’obéissent pas à ce modèle : « Les étudiants de l’ensemble des catégories sociales s’y maintiendront plus honorablement pour atteindre les diplômes normaux et même les plus élevés » (A. Chariot, 1977, pp. 37-38). À la même date, D. Duclos observe que les étudiants les plus privilégiés socialement ne sont pas ceux qui prolongent leurs études en sociologie. Souvent, ils s’arrêtent avant le troisième cycle, ne considérant cette formation que comme un « succédané au moins temporaire à des institutions plus spécialisées en “relations humaines” ou dans la “formation économique et sociale” ». A contrario, la sociologie constituerait, pour les catégories moyennes, une discipline « filet de sauvetage » (D. Duclos, 1977, p. 24). Par-là, l’auteur corrobore la thèse de Pierre Bourdieu selon laquelle la sociologie « par sa position dans la hiérarchie universitaire et secondairement le contenu de sa formation » sert de discipline « refuge » à des catégories scolairement ou socialement défavorisées qui aspirent à poursuivre des études longues (P. Bourdieu, 1984, p. 215).

Les baccalauréats

14Les séries des baccalauréats détenues par les répondants reflètent elles-aussi les caractéristiques des diplômés des années 70. En ce sens, c’est parce que les diplômés interrogés ont obtenu leur baccalauréat à la fin des années 70 que les baccalauréats littéraires dominent chez les répondants. L’augmentation de la part des séries techniques dans les filières de lettres et sciences humaines s’observe plus tard, au milieu de la décennie 80 (cf. Soulié, 1995). Parmi notre échantillon, les scientifiques viennent loin derrière et les baccalauréats techniques (presque exclusivement les séries G) représentent 8 % (cf. tableau 6).

15L’origine scolaire varie peu en fonction du sexe, à l’exception notable de l’examen spécial d’entrée à l’université plus fréquemment passé par les hommes que par les femmes (cf. tableau 7). Le lien entre les antécédents scolaires et l’origine sociale est assez apparent ici : les séries les plus élitistes (C, D) et les séries A sont majoritairement détenues par les diplômés d’origine élevée, contrairement aux séries techniques « choisies » par les répondants d’origine populaire (cf. tableau 8). Cette relation est renforcée par le fait que 6 % de diplômés en sociologie sont entrés à l’université en passant l’examen spécial destiné aux candidats ne possédant pas le baccalauréat (ESEU) ou par promotion sociale et qu’une proportion importante d’entre eux est d’origine modeste. En 1984, parmi les autres grandes disciplines, on observe que ces catégories d’étudiants sont plus nombreuses en lettres et sciences humaines et en sciences qu’en droit ou en sciences économiques. Les étudiants ayant passé l’ESEU représentent respectivement 13 % des étudiants de lettres, 11 % des étudiants de sciences, 7 % des étudiants de droit et 8 % des étudiants de sciences économiques (source fichiers DEP. MEN, 1996).

16Relevons que le diplôme terminal obtenu en sociologie est lié à la série du baccalauréat (cf. tableau 9). Chez les docteurs, les baccalauréats littéraires de la série A sont majoritaires (53 %), ce que confirme A. Charlot pour les années 74-75 : « Le baccalauréat A représente cependant l’origine scolaire dominante des étudiants en Sciences humaines [...], la représentation des titulaires du baccalauréat A semble s’accroître à mesure que l’on s’élève dans le niveau de sortie, ce qui semblerait indiquer que ces bacheliers réussissent mieux dans ces études que les autres » (p. 45). Parmi les docteurs, les baccalauréats B deviennent rares (11 %) et les séries techniques disparaissent. Chez les diplômés d’un DEA, les séries littéraires n’atteignent pas 35 %, alors que la proportion des baccalauréats B et G avoisinent les 20 %. Parmi les titulaires d’une maîtrise, les baccalauréats de la série A obtiennent un pourcentage moindre (27 %), alors que les séries B (43 %) sont nettement plus importantes que chez les titulaires d’un troisième cycle (DEA, doctorat) (cf. tableau 9).

L’hétérogénéité des cursus universitaires

17En 1977, Denis Duclos constatait que « la sociologie est une discipline où la majorité des étudiants pratiquent d’autres études » (D. Duclos, 1977). Dix ans plus tard, cette observation s’applique encore à la discipline. À regarder de plus près les cursus universitaires des répondants, on s’aperçoit qu’on ne doit pas tous les réunir sous la seule étiquette des études de sociologie : les deux tiers ont un diplôme antérieur ou complémentaire à celui de sociologie. Ces résultats surprenants sont de nature à produire un morcellement des cohortes et à affaiblir l’homogénéité de la population. Nous avons distingué quatre sortes d’itinéraires universitaires. La première, celle des sociologues que nous appellerons « purs » (34 %), correspond à des études supérieures effectuées uniquement en sociologie. La seconde, celle des sociologues que nous qualifierons de « convertis » (28 %), inclut des répondants qui ont obtenu un ou plusieurs diplômes dans une autre discipline avant de s’inscrire en sociologie, pour la plupart en formation continue (cf. tableau 10). La troisième, celle des sociologues que nous désignerons « duettistes » (12 %), réunit les étudiants qui ont suivi simultanément des études en sociologie et dans une autre discipline. Enfin, la quatrième rassemble les sociologues que nous nommerons « transfuges » (25 %). Elle désigne les diplômés qui ont complété leur formation en sociologie par un titre dans une autre discipline.

18L’origine scolaire des cursus universitaires laisse entrevoir deux grandes tendances regroupant, d’une part les sociologues « purs » et « convertis », d’autre part les sociologues « duettistes » et « transfuges ». Les deux premiers viennent plus fréquemment d’un baccalauréat de série littéraire ou d’une série technique et certains ont passé l’examen spécial d’entrée à l’université avant d’entreprendre des études supérieures. Les « convertis » sont plus souvent dans ce cas, puisqu’ils viennent en plus grand nombre d’une formation continue. Les seconds, les « duettistes » et les « transfuges », détiennent majoritairement des baccalauréats de type scientifique ou de série B, surtout les sociologues « transfuges » (cf. tableau 11).

19Ces divers itinéraires conduisent à des différences de niveaux de diplôme atteints à la fin des études de sociologie et dans les formations suivies précédemment, parallèlement ou consécutivement à ce diplôme (cf. tableau 12). Presque tous les « convertis », qui réunissent nettement plus d’hommes que de femmes (cf. tableau 13), poussent leur formation jusqu’au doctorat en sociologie qu’ils achèvent en plus grand nombre que les autres cursus de formation. Le doctorat est obtenu soit après un diplôme de premier ou de second cycle universitaire, soit à la suite de concours menant aux professions paramédicales ou enseignantes du primaire ou du secondaire (cf. tableaux 14-15).

20Pour un certain nombre de ces « convertis », la reconversion en sociologie se réalise plus tardivement que pour les autres répondants, car 50 % des convertis arrivent directement en troisième cycle de sociologie, essentiellement en DEA. Cette entrée, par équivalence, est effectuée après une maîtrise de sciences politiques, d’économie, de psychologie, d’urbanisme, de sciences de l’éducation, etc., plus rarement après un DEA. Entre autres raisons, cette bifurcation peut être motivée, pour les titulaires d’un doctorat obtenu avant la sociologie, par le désir d’accéder à une qualification comme maître de conférences en sociologie. Tel est le cas de ce diplômé qui vise, en soutenant une thèse en sociologie, « pas des emplois, mais une promotion ». Il peut arriver que le thème de la recherche soit mieux reconnu dans le domaine de la sociologie que dans la discipline d’origine. Pour d’autres, le changement en faveur de la sociologie est décidé en cours de formation par la découverte d’auteurs ou de champs sociologiques enseignés lors de la formation initiale : « J’ai d’abord fait psychologie et, après la maîtrise, j’ai bifurqué ; après, j’ai fait socio parce que je me suis senti plus attiré par ce genre d’approche ».

21Les « transfuges » (60 %) quittent la sociologie en DEA. Un tiers d’entre eux complète ce DEA par un troisième cycle appliqué à l’entreprise comme le DESS, un autre tiers achève sa formation par des diplômes préparant aux secteurs sociaux et à ceux de l’enseignement primaire et de la santé. Ces diplômés demeurent les moins nombreux à atteindre le doctorat en sociologie, expliquant qu’ils comptent une proportion importante de femmes. Sur la base des données recueillies, les femmes accèdent, en effet, en moins grand nombre que les hommes au plus haut niveau de diplôme. Les sociologues « purs » et « duettistes » sont proches par les niveaux de diplômes qu’ils atteignent. Ils parviennent, à peu près dans les mêmes proportions, à décrocher une thèse et incluent autant de femmes que d’hommes. Chez les « duettistes », la formation suivie parallèlement à celle de la sociologie aboutit en majorité à la détention d’un premier ou d’un second cycle. Les diplômes sont obtenus dans des formations voisines des sciences sociales : droit, sciences économiques, lettres, psychologie (cf. tableaux 12-14).

Les motivations d’entrée en sociologie

22La diversité des parcours universitaires n’est pas sans lien avec les raisons pour lesquelles les diplômés optent pour la sociologie. Très majoritairement, 64 % des répondants entrent en sociologie par intérêt intellectuel pour la discipline et non en vue de satisfaire un projet professionnel (cf. tableau 16).

  • 15 Il s’agit des réponses à la question : « Que vous ont apporté vos études de sociologie ? », cf. que (...)

23Il est difficile d’interpréter l’absence de projet professionnel précis comme une tendance particulière aux diplômés attirés par la sociologie. Un sociologue indique d’ailleurs que le défaut de perspectives professionnelles est une « attitude rationnelle de la part d’étudiants qui viennent avant tout chercher à l’université un certain nombre de garanties » (jouir d’un haut statut social, par exemple). L’apprentissage d’un métier occupe une place minime dans les motivations (H. Cuknowicz, 1977, in C. Soulié, 1994, p. 53). Cependant, C. Soulié note, à propos de la philosophie, que cette absence de projet professionnel à l’entrée en formation est propre aux étudiants qui choisissent une discipline plus intellectuelle que pragmatique. Cette attitude est plus fréquente chez les étudiants issus d’une origine sociale supérieure. Parmi notre population, les différences entre les catégories sociales sont insignifiantes, seuls quelques écarts sont observés selon les cursus de formation. Paradoxalement, la faible corrélation entre la sociologie et ses applications professionnelles constitue, pour les répondants, son principal intérêt, mais aussi sa faiblesse. Comme le résume un de nos enquêtés, la sociologie apporte « beaucoup sur le plan intellectuel, peu en termes professionnels » (formateur, doctorat). Les 60 % de diplômés satisfaits par leurs études de sociologie citent essentiellement l’« esprit d’analyse », la « capacité critique », une meilleure « objectivité » de la réalité sociale et des mécanismes sous-jacents à l’organisation15.

24Les éléments de réflexion apportés aux questions personnelles sont aussi fréquemment cités par les répondants. La sociologie leur a apporté :

« Une aide considérable dans une situation psychologique difficile à vivre, une façon extraordinaire de sortir de problèmes personnels » (femme au foyer, maîtrise).
« Une capacité à intégrer dans mon travail la diversité des cultures que je fréquente et une distance critique bénéfique à l’égard des usages en cours dans ma propre culture » (maître de conférences, doctorat).
« L’essentiel de ce que je suis. Elles ont représenté un bouleversement par rapport à ce que j’avais envisagé au départ » (cadre d’entreprise, relations humaines, doctorat).

25La diversité des disciplines enseignées est aussi fréquemment retenue pour manifester leur satisfaction.

« J’ai surtout apprécié la dimension comparative de la sociologie avec les disciplines voisines (philosophie, histoire, sciences politiques, économie notamment) » (documentaliste, DEA).

26En revanche, certains regrettent l’abstraction de la sociologie, son côté « touche-à-tout » comme l’énonce un répondant, car le corollaire de cette diversité est le défaut d’adéquation avec une réalité professionnelle (réponses à la question : « Qu’y aurait-il à améliorer dans la formation de sociologie ? » (cf. questionnaire, annexe 1). Il est vrai que pour certains, cette critique traduit un lien logique entre la position qu’ils occupent dans l’entreprise et leur prise de position vis-à-vis de la socialisition restrictivement académique au métier de sociologue.

« Les études sont trop classiques, soit trop théoriques. Il manque la formation à l’application pratique de la sociologie, une connexion plus systématique avec l’intervention » (enseignant certifié, doctorat).
« La pratique de la sociologie et son application » (institutrice, maîtrise).
« Améliorer les questions sur l’intervention en entreprise » (cadre en entreprise, chargée de l’application des conventions en matière de sécurité sociale, doctorat).
« Engager les étudiants à faire des stages en administration ou en entreprise » (cadre entreprise, maîtrise, marketing).

  • 16 Trois questions, incluses dans le questionnaire en plus des entretiens, nous ont permis de recueill (...)

27Selon ces diplômés, les enseignements dispensés ne permettent pas de spécifier des compétences, de les convertir en expertise professionnelle16. Généralement, les entretiens réalisés montrent que les interrogations « pragmatiques » ou « praticiennes » ne concernaient pas les enseignants qui, si l’on en croit les répondants, valorisaient l’aspect intellectuel de la formation tout en observant une attitude critique vis-à-vis de l’institution et des savoirs. Mais c’est tout de même de part et d’autre, enseignants et étudiants, qu’on cultive l’idée d’une formation dégagée des finalités pratiques.

« On nous disait que socio ça ne nous mènerait nulle part, qu’il n’y avait pas de savoirs, que nous pourrions en apporter autant aux professeurs qu’ils pourraient nous en apporter. Ça, je crois que je me le rappellerai toujours, qu’il n’y avait pas de savoirs » (journaliste, maîtrise)
« Les profs ne nous parlaient pas de professionnalisation. Non, jamais. Mais je crois que la question de la professionnalisation, on ne se la posait pas non plus » (cadre entreprise, service formation et documentation, DEA).
« On ne nous parlait pas du tout de ce que l’on pourrait faire avec notre diplôme. Mais même entre nous, on n’en parlait pas. La préoccupation des professeurs, c’était entre le dilettantisme et une certaine façon d’appréhender l’enseignement. C’était plus tourné vers une substantification des choses. Il fallait avoir une approche d’analyse, une vision, une compréhension. À l’époque, ils étaient anti-savoirs » (consultante, DEA).
« Ah ! Non, ça c’est clair, je crois vraiment qu’il n’y a pas dans le cursus de professionnalisation du savoir acquis. C’est seulement du savoir acquis, de l’abstraction » (maître de conférences, doctorat).

28Chez les « transfuges » et les « duettistes », la tendance à se diriger vers cette discipline d’avantage par intérêt qu’en vue d’un projet professionnel, est plus marquée que chez les sociologues « purs » et « convertis » (cf. tableau 17).

29Parfois, comme le souligne cette répondante, c’est l’absence de représentation des débouchés en sociologie qui pousse ces diplômés à compléter leur diplôme par une autre formation :

« C’est très bizarre, mais le métier de sociologue, je ne sais pas ce que c’est. [...] C’était pas le but, l’intérêt. C’est pour ça que professionnellement j’ai bifurqué » (cadre d’entreprise, maîtrise).

30C’est pour les « convertis », fréquemment venus à la discipline en formation continue, que l’orientation en sociologie est plus souvent liée à un projet professionnel (cf. tableau 17). Pour ces étudiants issus d’une formation continue et d’une origine sociale plus souvent modeste que celles des « duettistes », « purs » et « transfuges », le terme projet professionnel recouvre divers objectifs. Ce peut être l’homologation par un diplôme des responsabilités professionnelles propres aux « cadres maison » non sanctionnées par un titre scolaire.

« J’avais un diplôme. Je suis arrivée avec une maîtrise en sciences de l’éducation et communication. J’ai fait ensuite un DEA. Je suis entrée à Créteil, à l’université, mais dans un service de formation continue. C’était après la loi de 70 sur la formation continue, mais ce n’était pas du tout l’organisation du système universitaire actuel. Simplement, ensuite, l’université a récupéré ces services de formation continue et, à Créteil, c’était énorme. On était plusieurs dizaines à y travailler. On nous a dit : “Soit vous intégrez l’université traditionnelle, c’est-à-dire vous faites une thèse, vous faites des publications et vous demandez un poste, soit vous allez voir ailleurs.” Alors, certains ont fait le choix de quitter l’université et d’autres, comme moi, ont choisi de faire une thèse. C’est pour ça que j’ai fait ma thèse en cours d’emploi » (maître de conférences, doctorat).

31Il peut s’agir de salariés du secteur social dont l’évolution du travail requiert des connaissances supplémentaires afin d’améliorer leur pratique, ou qui désirent se convertir.

« Au départ, je n’avais pas de projet. Disons que le social m’intéressait, assez tôt. C’est vrai que même avec un brevet de technicien agricole, je cherchais un travail de ce type. J’ai fait quand même un DUT de carrière sociale. Je me suis demandé ce que j’allais faire après le bac. Je me suis un peu documenté. Donc, la dimension sociale m’intéressait. Je cherchais un diplôme, mais j’avais besoin de travailler. Je me suis dit : je vais faire un diplôme vite fait et c’est celui-ci qui m’a intéressé. Et puis j’ai travaillé dans le social. Là, la dimension sociale m’intéressait, mais c’est vrai qu’après je voulais continuer, approfondir théoriquement un certain nombre de choses. Donc j’ai cherché dans quel endroit je pouvais faire une formation universitaire sans perdre de temps et, compte tenu de mon passé professionnel, je me suis orienté vers la sociologie à Grenoble, parce que c’est là qu’on valorisait le plus mon expérience professionnelle. De là, j’avais vraiment envie de faire un doctorat et je suis entré dans un laboratoire de sociologie » (maître de conférences, doctorat).

32Le troisième cas de figure est le praticien passionné de sociologie (ou de sciences sociales) et qui, après une longue pratique, souhaite entreprendre des études dans ce domaine.

« Je suis cinéaste. J’étais cinéaste de films documentaires depuis trente ans. Je pensais du bien de mon métier de cinéaste. Je faisais les scénarios, mais je me suis rendu compte qu’il me manquait des outils, des données pour aborder certains sujets et surtout pour comprendre ce que je filmais. Par exemple, je faisais plus un film en tant qu’esthète qu’en tant que sociologue [...]. Alors, j’ai commencé à prendre des conseils auprès du musée des Arts et des traditions populaires. Finalement, il se créait à l’EHESS une chaire de sociologie rurale. J’ai repassé tout le cursus universitaire jusqu’à la thèse. Eh bien, ce que j’ai appris, ça m’a amené presque à modifier ma technique de tournage » (cinéaste, doctorat).

  • 17 Dans ce cadre, il s’agit de goûts, de représentations et de valeurs hérités qui conduisent à des us (...)

33L’orientation en sociologie se justifie d’un point de vue plus culturel, si l’on accepte que cette orientation est liée à des enjeux et des dispositions17 spécifiques aux étudiants attirés par cette discipline. En effet, on peut considérer que l’importance des facteurs idéologiques et politiques dévoilée par la sociologie favorise l’entrée dans cette discipline d’une catégorie d’étudiants « en rupture de ban » vis-à-vis de leur origine sociale ou familiale. Ainsi, il ressort des entretiens réalisés que l’entrée en sociologie est motivée par un désir de maîtrise et d’action sur le social. Qu’elle soit hypothétique ou réelle, cette maîtrise est, pour certains diplômés interviewés issus d’une famille modeste, destinée à servir une action politique et pour d’autres à échapper à un déterminisme familial ou social.

« Je suis de formation initiale typographe et j’ai été, pour faire vite, engagé dans un mouvement de jeunesse, les scouts de France, comme responsable national de la branche adolescente entre 1961 et 1971. J’ai été embauché là pour faire les revues et l’édition pour les adolescents. Ensuite, je suis parti (entre 72 et 82) en Nouvelle-Calédonie. C’est là qu’est venue, en quelque sorte, ma vocation de sociologue [...]. Elle est née aussi en raison de mes origines très modestes. Moi, je suis descendu dans la mine ; j’ai eu aussi une curiosité très forte pour l’étranger, et le meilleur moyen d’étudier ce qu’on ne connaît pas, c’est la sociologie [...]. L’intérêt aussi pour les problèmes canaques ou pour la colonisation et l’expérience de la guerre d’Algérie. Savoir, comprendre comment on en était arrivé là » (vacataire en sociologie, ancien directeur d’une agence de communication, doctorat).

34Ces dispositions sont partagées par les diplômés d’origine élevée. Elles semblent résulter d’accidents de parcours, plaçant ces catégories en décalage avec leurs origines. Elles traduisent ce qu’on appelle, communément, un malaise « existentiel ». C’est le cas de ce docteur en sociologie, souffrant d’un handicap, qui pensait trouver en sociologie les moyens de militer efficacement pour une cause qui lui tient à cœur.

« Si j’ai fait socio, c’est parce que je me posais des tas de questions sur l’exclusion, sur le fonctionnement de la société. J’avais des activités politiques et associatives pour les handicapés [...]. Pour moi, au départ, la sociologie c’était pour la formation théorique ; il s’agissait d’avoir un bagage intellectuel qui me permette de militer avec efficacité » (ingénieur de recherche, doctorat).

35Ces biographies difficiles ou douloureuses, partagées du reste par toutes les classes sociales, peuvent expliquer pourquoi autant de diplômés, originaires tant d’une catégorie élevée que populaire, manifestent leur intérêt pour la sociologie, comme l’illustre cet extrait d’entretien :

« J’ai fait des études très tard. Ensuite, j’ai eu un mari qui était psychologue. J’aimais bien, mais je trouvais ça un peu restreint. Alors, j’ai fait de la sociologie aussi pour comprendre le monde dans lequel je vivais. J’ai eu un itinéraire social très chaotique. Avec des hauts et des bas très marqués. Alors, je voulais comprendre comment tout ça marchait » (femme ingénieur d’étude, doctorat).

36Les motivations déclarées par les répondants pour l’entrée dans la discipline montrent qu’il ne faut pas négliger l’influence des itinéraires (professionnels, familiaux ou sociaux). Comme l’exprime ce docteur en sociologie, l’intérêt pour la discipline embrasse plus généralement des questions que les diplômés se sont posées sur leur propre intégration, sur leur histoire familiale ou, plus généralement, sur la société.

« Au départ, je crois que quand on choisit de faire des études de sociologie, c’est pas par souci de professionnalisation, mais parce qu’on se pose des questions sur son intégration par rapport au système dans lequel on vit, et lorsqu’on choisit de pousser ses études jusqu’au doctorat, aussi loin, sans a priori d’espoir de professionnalisation derrière, c’est franchement quelque chose » (consultant, doctorat).

37Pour certains, le choix de la sociologie est consécutif à un échec subi dans une autre formation, dont les débouchés ou les contenus sont particulièrement liés au facteur humain et aux difficultés auxquelles ils peuvent être confrontés.

« Au début, je voulais être assistante sociale, mais quand je suis entrée en fac, je n’avais pas encore 18 ans et on ne m’acceptait pas à l’école d’assistantes sociales. Donc, je suis entrée en sociologie » (cadre d’entreprise, service du personnel, DEA).

38Dans un ouvrage consacré aux recherches portant sur la relation entre la formation et l’emploi, on peut lire que, parmi les variables dont les effets sur l’accès à l’emploi sont reconnus, la discipline dans laquelle le diplôme est détenu tient un rôle non négligeable (Lucie Tanguy, 1986, p. 61). Pour notre recherche, l’identification de la spécialité comme facteur d’hétérogénéité des situations professionnelles n’est pas sans intérêt. La disparité des situations professionnelles, selon chaque spécialité, peut être le fait de variables moins systématiquement retenues dans les enquêtes sur l’insertion, comme la détention d’un diplôme complémentaire. Parce que les diplômés en sociologie ont suivi des cursus universitaires divers, parce que leurs modalités d’accès aux études sont loin d’être exclusivement représentées par la détention d’un baccalauréat et la formation initiale, parce qu’un certain nombre ont déjà un passé professionnel, l’examen des caractéristiques des répondants laisse entrevoir des réalités professionnelles différentes, selon les itinéraires universitaires empruntés par les répondants. C’est à cette relation entre les cheminements universitaires et professionnels des diplômés en sociologie que nous allons nous intéresser dans le chapitre suivant.

Notes

1 Ce taux de croissance concerne les diplômés des années 84 à 95, issus de DEUG, licence, maîtrise, DEA, DESS et doctorat de sociologie. Nous l’avons évalué sur la base de données recueillies à la Direction de l’évaluation et de la prospective du ministère de l’Éducation nationale. La croissance moyenne en sociologie est comparable à celle observée pour les autres grandes disciplines, telles les sciences économiques (7,98) ou les lettres (8,87).

2 Tous les tableaux référencés dans le texte sont exposés en annexe 3. Ils sont ordonnés par chapitre et par numéro d’appel.

3 G. Friedmann, J.R. Treanton, E. Morin, « Rapports du Congrès de Liège du 24 août au 1er septembre 1953 », organisé par l’Association internationale des sociologues sur les activités professionnelles des sociologues et sur la formation des sociologues en France.

4 Sur ce thème, on peut consulter : Doris Bensimon, Le Métier de sociologue, Paris, Association professionnelle des sociologues, 1984. Jean Leroy, Éléments pour l’étude d’une profession de sociologue, Paris, LSCI, IRESCO, 1987. Odile Chenal et al., L’Exercice professionnel de la sociologie, Paris, CNRS-IRESCO, 1987.

5 Le terme de professionnalisation est, ici, entendu dans le sens d’une volonté de légitimer et de favoriser le développement des applications professionnelles de la sociologie (J. Heilbron, 1986).

6 On peut trouver des éléments d’information sur la période d’édification de la discipline dans un numéro spécial de la Revue française de sociologie qui traite de la reconstruction de la discipline de 1945 à 1960. Cf. « Reconstructions de la sociologie française », 1945-1960. Revue française de sociologie, juillet-septembre 1991, XXXII-3.

7 On peut, dans ce domaine, citer les lois de décentralisation de 1982 qui favorisent l’action des collectivités locales et qui accroissent leur pouvoir décisionnel et financier en matière de formation professionnelle, d’aménagement du territoire et de création d’emplois. On peut citer, par ailleurs, les lois Auroux (1982) qui favorisent les pratiques participatives et l’expression des salariés dans les entreprises.

8 Voir, par exemple. P. Rocci, Les Trajectoires des étudiants de 1987 à 1990, université de Provence. 1993.

9 Une enquête réalisée à l’université de Rouen, auprès de 192 étudiants de première année de DEUG de sociologie en 1997-1998, confirme la tendance selon laquelle les entrants en sociologie énoncent des projets professionnels qui ne sont pas directement reliés à un exercice de la discipline. Ici, visiblement, la sociologie est considérée par les étudiants comme une passerelle leur permettant d’accéder à une profession intermédiaire du travail social. 50 % des étudiants interrogés veulent devenir, après leurs études de sociologie : éducateurs, assistants et travailleurs sociaux ou animateurs socio-culturels. Pour les 11 % qui souhaitent devenir sociologue, l’exercice de cette activité est centré sur la fonction de chercheur ou d’universitaire. Cf. Y. Fijalkow et C. Soulie, « Les étudiants en sociologie. Premier aperçu, 1990-1998 », Université de Rouen, département de sociologie, GRIS, 1998.

10 Ce constat est confirmé par D. Martinelli en 1994. À ce sujet, l’auteur indique que « la gamme des emplois occupés par les diplômés en sociologie est tellement large qu’il est impossible de discerner des débouchés types ». Cf. D. Martinelli, « Diplômés de l’Université. Insertion au début des années 1990 », CEREQ, Document n° 100.

11 Généralement, sont réputés étudiants en formation post-initiale ceux qui ont passé l’âge de 27 ans lorsqu’ils achèvent leurs études (C. Beduwe. J.M. Espinasse, 1995).

12 Sur la notion de représentation, voir A. Chariot, « Les universités et le marché du travail », CEREQ, 1977, p. 27.

13 La nature du recutement en sociologie a radicalement changé, puisque cette discipline accueille aujourd’hui une majorité d’étudiants issus de milieux modestes. La sociologie et AES sont les disciplines dont le recrutement est le plus populaire (CEREQ, 1990 ; ASES, 1998).

14 Ainsi, en 1985, avec une définition large de l’origine populaire, Euriat et Thélot (1995) donnent une proportion de 41 % d’étudiants d’origine populaire inscrits à l’université (hors IUT), ce que confirment les chiffres relevés par la DEP en 1996.

15 Il s’agit des réponses à la question : « Que vous ont apporté vos études de sociologie ? », cf. questionnaire, annexe 1.

16 Trois questions, incluses dans le questionnaire en plus des entretiens, nous ont permis de recueillir ces impressions, mais n’ont pas fait l’objet de codifications chiffrées. Nous demandions aux diplômés ce que leurs études de sociologie leur avaient apporté, ce qui les avaient satisfaits ou non et les améliorations qu’il y aurait, selon eux, à apporter à la formation de sociologie (cf. annexe 1).

17 Dans ce cadre, il s’agit de goûts, de représentations et de valeurs hérités qui conduisent à des usages particuliers des études.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search