Version classiqueVersion mobile

La sociologie des sociologues

 | 
Odile Piriou

Préface

Métier et profession de sociologue

Renaud Sainsaulieu

Texte intégral

  • 1 Licence de sociologie, décret du 2 avril 1958, doctorat de troisième cycle, décret du 19 avril 1958 (...)

1Depuis sa fondation en France, il y a déjà presque cent années, notre discipline de sociologie n’a cessé de cheminer sur la longue route de la constitution des savoirs en pratiques opératoires. Il s’agit, en fait, d’une aventure difficile, car une science nouvelle peine à trouver sa place en milieu universitaire (la licence et le doctorat de troisième cycle de sociologie1 ont tout juste quarante ans d’existence, les DEA et DESS moins de vingt ans en moyenne). Mais, plus profondément, il faut savoir que le parcours d’une discipline vers sa reconnaissance sociale ne pourra éviter les étapes nécessaires d’évaluation sur deux réalités essentielles à son développement, celle du métier et celle de la reconnaissance professionnelle.

2Il faut donc faire le point sur la pratique du métier, c’est-à-dire les savoirs opératoires, les méthodes, les gestes et, en fin de compte, l’expérience devenue compétence par sa mise en œuvre dans les situations concrètes. Mais plus la pratique se rode, plus se pose le problème de la profession qui l’exerce, à savoir la question des formations, des statuts, des codes et valeurs partagés, des fonctions et conditions de travail. La construction de la discipline ne peut éviter de prendre en compte ces deux dimensions essentielles de l’invention d’un métier. Or, il se trouve que la sociologie a, sur ce parcours, rencontré plusieurs étapes.

  • 2 Marcel Fournier, Marcel Mauss, Fayard, 1997.
  • 3 Association internationale de sociologie créée en 1948.
    Association internationale des sociologues d (...)

3En premier lieu, on découvre la pratique savante initiée par Durkheim et Mauss et conduisant à la publication d’ouvrages, de méthodes et de revues permettant en fin de compte l’émergence d’une tradition scientifique de la sociologie ; ce dont Marcel Fournier2 nous a rendu vivantes et explicites toutes les péripéties d’une histoire fondatrice de science, par ailleurs reconnue et revendiquée par toute une série de sociétés savantes : SFS, AISLF, AIS3 et glorifiée par les figures prestigieuses de R. Aron, G. Friedmann, G. Gurvitch, J. Stoetzel.

  • 4 P. Bourdieu, J.-C. Passeron, J.-C. Chamboredon, Le Métier de sociologue, Paris, Mouton / Bordas, 19 (...)

4Une seconde étape de cette affirmation d’une quête professionnelle, nous la devons à la publication par P. Bourdieu, J.-C. Passeron et J.-C. Chamboredon, en 1968, de l’ouvrage Le métier de sociologue4. À cette époque, il s’agit de systématiser la méthode du travail de recherche scientifique, au moment même de l’expansion du CNRS, comme principal débouché pour les jeunes formés à l’Université. J’ai fait partie de ces cohortes issues de la Sorbonne des années 1950, et progressivement intégrées aux équipes naissantes du CNRS animées par les jeunes sociologues P. Bourdieu, M. Crozier, H. Mendras, A. Touraine, J.-D. Reynaud, E. Morin, J.-R. Tréanton... À cette époque, le métier est celui de la recherche fondée sur l’enquête de terrain qu’il faut savoir pratiquer avec rigueur ; la demande sociale de quelques rares entreprises, mais surtout du Plan et d’administrations, portant sur la réalisation d’études approfondies pouvant prendre appui sur les théories, paradigmes et méthodes issus de la recherche. Cette étape a été particulièrement importante pour notre milieu des sciences sociales, car elle a produit une heureuse symbiose entre métier et profession autour de la fonction de chercheur scientifique en sociologie. Développée au CNRS, puis à l’EHESS, cette position professionnelle a été reconnue autour d’une qualité d’un véritable métier de recherche qui, maintenant encore, éclaire et soutient par ses valeurs et ses méthodes tout travail sociologique.

  • 5 ASES, Association des Sociologues Enseignants du Supérieur.

5Une troisième étape de ce parcours fondateur de la discipline sociologique en France est, en revanche, marquée d’un réel déséquilibre : il s’agit de la pratique enseignante. Avec le boom des universités d’après 68, le nombre de postes universitaires crée une position reconnue de maître assistant et de professeur de sociologie qui atteint rapidement plusieurs centaines de personnes. Cette position professionnelle est ainsi reconnue par des postes, des concours, la thèse, l’agrégation ; en revanche, il semble bien que la pratique pédagogique en sociologie dans le premier, le second, le troisième cycle et la formation continue n’ait encore fait l’objet que d’un début de repérage. Les critères de choix et d’avancement restent ceux de la recherche qui fonde la thèse et les publications. Une société professionnelle, l’ASES5, s’est, heureusement, constituée pour stimuler un échange sérieux entre praticiens de l’enseignement de la sociologie dans le supérieur, mais on sent bien que la synthèse entre métier et profession n’a pas encore atteint la force des deux images antérieures, celle du savant et celle du chercheur.

  • 6 R. Sainsaulieu, D. Gerritsen, Exercice professionnel de la sociologie, Cahiers CES, 1987.
    C. Guillau (...)
  • 7 APS, Association Professionnelle de Sociologie, 1982. APSE, Association des Professionnels en Socio (...)

6Enfin, dernière étape connue de ce parcours : les années 80 et 90 ont vu se développer de nombreuses positions de praticiens extra-universitaires travaillant dans les entreprises, administrations, collectivités locales, syndicats, instituts de sondages. Mais ces conditions d’exercice professionnel, largement issues des formations universitaires avancées en DEA, DESS et formation continue, restent confrontées, d’une part, à un problème de clarification de leurs méthodes d’observation et d’intervention en réponse à des demandes d’application des sciences sociales ; en ce sens, le métier est soumis à un nouveau défi de détermination de ses pratiques. D’autre part, la reconnaissance sociale des positions d’exercice du travail de sociologue praticien est encore loin d’être achevée. Faut-il fonctionner comme consultant, observateur social, manager en GRH, chargé d’études, formateur, etc.6 ? Faut-il affirmer une étiquette de sociologie appliquée ? À toutes ces questions on reste encore sans réponse précise face au développement multiforme des positions et conditions d’exercice de la sociologie. Des associations d’anciens élèves de DESS, des regroupements professionnels (APS, APSE7) font avancer la réflexion et l’échange pour que cette dernière étape connue du métier de sociologue puisse s’affirmer et contribuer à l’avenir de la discipline sociologique.

7Le travail d’Odile Piriou vient, ici, apporter des éléments d’observation et d’analyse très utiles pour éclairer les dynamiques sociales de cette nouvelle aventure professionnelle. Lire ces pages denses, documentées et réfléchies, rendra chacun davantage acteur d’une histoire scientifique des sciences sociales. On y lira d’utiles analyses sur les parcours professionnels de diplômés en sociologie en formation initiale et continue, le rôle formateur des cursus pluridisciplinaires, les savoirs utilisés, les mécanismes sociaux producteurs de l’identification à la sociologie, et, enfin, une critique de la discipline au regard d’une sociologie interactionniste des professions et des métiers scientifiques. Cet ouvrage fait, en quelque sorte, le point des conséquences du processus de professionnalisation de la discipline et celles de la socialisation au métier de sociologue au cours des années 70 et 80. On comprendra par là que le développement de la sociologie est aussi une histoire sociale d’organisation d’une discipline en un métier, de rapports de force entre segments professionnels et de débats, qui fait intimement partie des objets même de notre ambition scientifique.

Notes

1 Licence de sociologie, décret du 2 avril 1958, doctorat de troisième cycle, décret du 19 avril 1958, modifié par décret du 18 juillet 1959.

2 Marcel Fournier, Marcel Mauss, Fayard, 1997.

3 Association internationale de sociologie créée en 1948.
Association internationale des sociologues de langue française créée en 1956.
Société française de sociologie créée en 1965.

4 P. Bourdieu, J.-C. Passeron, J.-C. Chamboredon, Le Métier de sociologue, Paris, Mouton / Bordas, 1968.

5 ASES, Association des Sociologues Enseignants du Supérieur.

6 R. Sainsaulieu, D. Gerritsen, Exercice professionnel de la sociologie, Cahiers CES, 1987.
C. Guillaume, M. Legrand, D. Vrancken, La sociologie et ses métiers, l’Harmattan, 1995.
M. Legrand, D. Vrancken, Compétences de sociologue et développement de sociétés, PUN, 1998.

7 APS, Association Professionnelle de Sociologie, 1982. APSE, Association des Professionnels en Sociologie de l’Entreprise, 1998.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search