Version classiqueVersion mobile

Les socialistes et la ville

 | 
Frédéric Moret

Annexes

Texte intégral

1Ces annexes n’ont pour fonction que d’aider à une compréhension plus aisée de la nature et des ramifications des mouvements socialistes que nous avons étudiés. Les informations qui y figurent n’ont de ce fait aucun caractère d’originalité.

Annexe 1. Les différents courants et leurs filiations

2Nous avons tenté de représenter graphiquement la façon dont s’organisent les mouvances socialistes. Les flèches en trait plein indiquent une influence d’un auteur sur un groupe ou un disciple isolé ; en pointillé, cette influence n’est qu’indirecte. Ainsi Fourier a suscité deux groupes concurrents, l’école sociétaire menée par Considerant et le groupe du Nouveau Monde de Czynski. Owen, mis à part ses disciples orthodoxes, a vu les thèmes qu’il développe repris dans un sens philanthropique, parfois religieux, mais aussi par des socialistes notoirement anticléricaux. Sur la périphérie, nous avons fait figurer des auteurs qui n’appartiennent pas à notre corpus mais qui ont influencé un temps certains socialistes. Ainsi, Daly, Lechevalier ou Pecqueur viennent du saint-simonisme, avant d’être fouriéristes, tout comme Davenport et Evans ont été spencéens avant de fréquenter le milieu owéniste. Les frontières entre les différents groupes sont cependant fluctuantes ; c’est ce que nous avons voulu signifier en montrant l’évolution de certains transfuges.

LES DIFFÉRENTS COURANTS ET LEURS FILIATIONS

LES DIFFÉRENTS COURANTS ET LEURS FILIATIONS

Annexe 2. Notices biographiques

3Tirés pour l’essentiel des notices du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier (britanique ou français), les renseignements qui suivent ont pour fonction d’éclairer la trajectoire des personnages, de les situer par rapport aux grands mouvements. Les données factuelles ont ici été privilégiées sur les analyses théoriques, largement envisagées ailleurs. La part belle a été faite aux britanniques, présumés moins connus ; de plus, la méthode retenue pour le Dictionary of Labour Biography a consisté à choisir un nombre limité de notices et à développer la biographie de chaque personnage, alors que le « Maitron » a préféré citer le maximum d’acteurs, souvent en ne donnant que le minimum d’informations.

4AUCAIGNE Stanislas Fouriériste de Saône-et-Loire, plutôt proche des conservateurs, organisateur d’un grand banquet à Cluny en août 1841.

5BAILEY James Napier Social missionary pour l’AACN (1839), il édite The Model Republic, de janvier à mars 1843, dans laquelle il tente une alliance du socialisme et du chartisme.

6BARMBY Goodwyn (1820-1881) Formé à l’owénisme et au chartisme, il part en France en 1840 avec une recommandation d’Owen et subit probablement l’influence de Cabet. Il introduit en Grande-Bretagne le nouveau vocabulaire français (communisme, communiste). Il demeure un owéniste convaincu après son retour mais évolue à partir de 1841, et formule sa propre doctrine communiste. Il crée en 1841 la « Communist Propaganda Society », qui devient la Universal Communitarian Association en novembre 1841, puis la « Communist Church ». Il publie avec sa femme Catherine (1817 ?-1853), qui s’est fait connaître sous la signature de « Kate » comme socialiste et féministe dans The New Moral World, The Promethean or Communitarian Apostle en 1842 et The Communist Chronicle en 1843. Ils établissent une communauté, « the Communitorium » à Harwell (Middlesex) en 1843. L’évolution ultérieure de Barmby en fait un radical et un unitarien.

7BAUDET-DULARY Alexandre (1792-1878) Ce médecin fouriériste, installé à Étampes, en devient député (d’opposition) en 1831, démissionne en 1834 et se consacre à la publication et à la subvention de brochures fouriéristes. Il est à l’origine de l’expérience avortée de Condé-sur-Vesgre. Sa dénonciation des ravages de l’épidémie de choléra fut fréquemment utilisée pour prouver l’incohérence de la Civilisation.

8BOURDON Émile
Membre du conseil de rédaction de La Démocratie pacifique, où il écrit jusqu’en 1851.

9BOWER Samuel
Militant owéniste, notamment à Bradford, il revendique le terme d’utopiste et développe un projet inspiré d’Owen, plus démocratique et préconisant l’abolition de la propriété privée. Il participe à la tentative communautaire de Ham Common, auprès de Greaves.

10BRAY Charles (1811-1884)
Industriel du textile, il rejoint le mouvement owéniste dans les années 1830 et participe à l’expérience de Queenwood (Harmony Hall). L’échec de cette tentative remet en cause ses convictions vis-à-vis de la communauté et accélère son évolution vers d’autres préoccupations. Il sera favorable à un système de « cottage factory », de 3 à 400 maisons indépendantes, avec du terrain agricole et une machine à vapeur pour fournir de l’énergie à tous.

11BRAY John Francis (1809-1897)
Ouvrier imprimeur, il se fait connaître par la publication de Labour ’s Wrongs and Labour’s Remedy en 1839. Empruntant à Owen, Hodgskin, William Thompson, cet ouvrage doit sa popularité à la simplicité et la cohérence avec laquelle il expose des théories déjà existantes. Il insiste beaucoup sur la coopération, plus que sur la communauté. C’est en réponse aux critiques faites à ce livre qu’il écrivit, mais ne publia pas, A Voyage from Utopia. Il se trouve déjà alors aux États-Unis, où il émigre en mai 1842. Se tournant vers le spiritisme, il garde cependant des idées socialistes, et est considéré à la fin du siècle comme l’un des grands ancêtres du socialisme américain.

12BUCHANAN Robert (1813-1866)
Social missionary à Manchester, il va à Glasgow où il publie un journal local et travaille avec A. Campbell.

13BUCKINGHAM James Silk (1786-1855)
Proche de John Minter Morgan, et de sa « Church of England Self-Supporting Village Society », personnage fascinant, député, voyageur, journaliste, anti-esclavagiste, chassé d’Inde à cause de ses positions trop avancées, James Silk Buckingham s’intéresse à toutes les questions importantes de la Grande-Bretagne victorienne. Écrivain prolifique, il est l’auteur d’au moins soixante-dix ouvrages ou pamphlets. Il se réclame de l’owénisme tout en affirmant nettement sa religiosité et son refus de la propriété collective. Son projet de ville-modèle, Victoria, dépasse cependant le classique village owéniste, et même la version religieuse qu’en donne John Minter Morgan. Ebenezer Howard, le théoricien des cités-jardins à la fin du siècle, se réclame de sa filiation.

14CAMPBELL Alexander (1796-1870)
L’un des plus proches disciples d’Owen, fidèle jusqu’à sa mort à l’owénisme, l’écossais Campbell a participé à l’expérience d’Orbiston, a été « social missionary » et a été un militant syndical actif. Bon orateur, il affronte fréquemment en débat public les adversaires du socialisme. Devenu très proche de James Pierrepont Greaves, tout en restant owéniste, il participe à la tentative de Ham Common et publie après la mort de Greaves l’essentiel de ses œuvres. Il consacre la fin de sa vie à la promotion de l’idée coopérative et au syndicalisme.

15CANTAGREL François (1810-1887)
D’origine bourgeoise, venu d’Amboise à Paris pour terminer ses études, il se lie avec des écrivains et des artistes révolutionnaires. Ingénieur civil, il s’intéresse à l’architecture et adhère aux thèses sociétaires. Il écrit en particulier sur les questions éducatives (Les Enfants au Phalanstère, 1844). Républicain enthousiaste en 1848, il est élu député du Loir-et-Cher en 1849. Mêlé à la tentative du 13 juin 1849, il s’enfuit en Belgique puis en Angleterre et fut condamné par contumace à la déportation à perpétuité. Rentré en 1859, il continua son action politique républicaine, restant fidèle à ses idées fouriéristes. Il finit sa vie comme radical et franc-maçon, vice-président du conseil général de la Seine en 1872, député du xiiie arrondissement en 1876, jusqu’à sa mort.

16COLIN Auguste
Membre du conseil de rédaction de la revue « dissidente » fouriériste Le Nouveau Monde (1839), il rejoint le giron de l’école sociétaire et publie dans La Phalange et La Démocratie pacifique.

17COMBE Abram (1785 ?-1827)
Cet Écossais, industriel (tanneur) est l’un des premiers disciples d’Owen, fortement impressionné par une visite à New Lanark. Il est à l’origine et dirige la communauté d’Orbiston (première tentative owéniste) jusqu’à sa mort.

18CONSIDERANT Victor (1808-1893)
Le principal dirigeant de la mouvance fouriériste, polytechnicien et officier du génie, consacra toute son activité, au moins à partir de 1832, à la propagation de la doctrine. Responsable de la majeure partie des publications fouriéristes, il s’attache à populariser et (ce que lui reprochèrent certains disciples de Fourier) à adapter le message initial. Convaincu de la validité de l’action politique, il fut candidat à plusieurs reprises aux élections, élu conseiller général de la Seine en 1843 (au suffrage censitaire, grâce à la fortune de sa femme). Il fut élu député sous la Seconde République, dans le Loiret puis à Paris, et dut fuir la France après les manifestations du 13 juin 1849. Il mena au Texas une tentative communautaire qui échoua (1854- 1869), puis rentra en France, où il adhéra à l’Association internationale des travailleurs et prit parti pour la Commune.

19COOPER Robert (1819-1868)
Originaire de Manchester, cet owéniste convaincu fut « social missionary » à 21 ans et multiplia les conférences. Éditeur de The Investigator, il manifeste un vigoureux anticléricalisme et se consacre surtout à la défense de la libre-pensée.

20CRAIG Edward Thomas (1804-1894)
Cet owéniste de Manchester, appartenant au même groupe que Robert Cooper, publie The Lancashire and Yorkshire Cooperator, fonde la communauté de Ralahine (novembre 1831-1833), puis va à Manea Fen (1838-1841). Phrénologue, maître d’école, il finit sa vie en grand ancêtre du socialisme anglais, témoin de ses évolutions des luddites et de Peterloo à Morris et Hyndman.

21CZYNSKI Jean
Patriote polonais réfugié en France après 1831, il devient l’animateur de l’aile dissidente du fouriérisme. Farouche apolitique et défenseur de la propriété privée, il incarne un fouriérisme conservateur.

22DAVENPORT Allen (1775-1846)
Ce cordonnier radical de Londres, ardent spencéen, embrasse le système owéniste qu’il considère comme une étape vers le système spencéen ; il participe en particulier au National Equitable Labour Exchange.

23DE BONNARD Arthur
Médecin, fouriériste proche de Czynski, il tente de mettre en pratique ses théories, se déclare favorable à la « boulangerie véridique », et toujours en vain lance plusieurs projets d’origine sociétaire, avant de se poser en précurseur du mouvement coopératif en France.

24FINCH John (1784-1857)
Marchand prospère de Liverpool, cet owéniste s’intéresse également à la lutte anti-alcoolique. Profondément religieux, il considère cependant le message owéniste comme totalement conforme au christianisme. Militant actif, il est l’un des « trustees » chargés de la gestion de la communauté de Queenwood, en assure un temps la direction et se charge de sa liquidation en 1846.

25FLEMING George Alexander
Éditeur de The Union, il fut cité dans la dénonciation que l’évêque d’Exeter prononça en janvier 1840 comme un des leaders socialistes. « Social missionary », il fut le responsable principal – dont l’intransigeance fut critiquée – du New Moral World.

26FOURIER Charles (1772-1837)
Fils d’un drapier de Besançon, il fut, malgré sa « haine éternelle » du commerce, commis voyageur, et perdit son héritage en spéculant en 1793 sur des marchandises réquisitionnées par l’insurrection royaliste de Lyon. De 1800 à 1822, installé à Lyon, il exerce divers métiers tout en publiant ses premiers ouvrages et rencontre ses premiers disciples. Jusqu’à sa mort en 1837, il vit à Paris, gagnant un temps sa vie comme courtier marron, mais aussi largement entretenu par certains fidèles.

27GATTI de GAMOND Zoé
Plutôt conservatrice, proche de Czynski, cette fouriériste belge se rapproche ensuite de Considerant, déçue par les tentatives de réalisation.

28GAY Jules (1807- ?)
D’abord saint-simonien, il fut le principal sinon l’unique disciple français d’Owen. Il fut plus tard proche des communistes, comme Dézamy avec qui il publia un Almanach de la communauté.

29GRAY John (1799-1883)
Considéré comme l’un des premiers socialistes anglais, Gray publie en 1825 A Lecture on Human Happiness. S’appuyant à l’instar de Thompson sur une critique de l’économie politique ricardienne, il reprend en la retournant la doctrine du travail comme fondement et mesure de la valeur. S’insurgeant contre l’inégale distribution des richesses, il se prononce pour l’abolition de la propriété privée. Owéniste convaincu, il participe au financement d’Orbiston. À partir de 1831, il ne s’intéresse plus qu’aux problèmes monétaires et s’éloigne de l’owénisme.

30GREAVES James Pierrepont (?-1842)
Le « mystical socialist », prospère marchand londonien ruiné en 1806, s’intéresse aux problèmes d’éducation, s’inspire de Pestalozzi. Il acquiert dans les milieux socialistes une réputation de sage et de mystique, contrastant avec l’athéisme owéniste. Il établit une communauté à Alcott House (Ham Common) et constitue une concurrence pour Owen, alors engagé dans une démarche millénariste.

31HAREL Charles
Industriel et inventeur parisien, il joue un rôle important dans le financement et la gestion de l’école sociétaire et de ses publications et propose l’expérimentation en milieu urbain de son « Ménage sociétaire ».

32HENNEQUIN Victor
Proche de Considerant, rédacteur régulier des différents organes du fouriérisme « orthodoxe », il acompagne l’évolution du mouvement. Après l’exil de Considerant, il apparaît comme le responsable principal du fouriérisme politique, est élu député et assume en justice les poursuites lancées contre le journal.

33HOBSON Joshua (1810-1876)
Imprimeur de nombreuses brochures owénistes, il édite le New Moral World mais aussi le chartiste Northern Star. Il illustre les connexions qui s’établissent entre chartisme et socialisme ; il manifeste de plus un anticléricalisme déclaré.

34HOLYOAKE George Jacob (1817-1906)
D’origine modeste, il se forme dans les écoles du dimanche et les « Mechanics’ Institute ». C’est sous l’influence de l’owénisme qu’il s’éloigne de la religion. Il est responsable en 1840 du « Hall of Science » owéniste de Worcester, puis délivre le message socialiste à Sheffield. Il remplace à la tête du journal anticlérical et libre-penseur The Oracle of Reason son rédacteur (C. Southwell, 1814-1860, lui-même social missionary) incarcéré pour blasphème. Il sera lui-même jugé et emprisonné pour le même motif. Sans s’éloigner de l’owénisme, mais aussi proche des chartistes, il se proclame jusqu’à sa mort athée, radical et républicain.

35JONES Lloyd Patrick (1811-1886)
Né à Brandon en Irlande, il vient à Manchester en 1827, participe à la création d’un magasin coopératif à Salford (1829-1831), est social missionary, excellent orateur. Maître tailleur à Londres, il est ensuite proche des « Christian socialists » des années 1850, du mouvement coopératif et syndical.

36LAVERDANT Désiré (1810-1884)
L’un des principaux rédacteurs des journaux fouriéristes, il y rend notamment compte de la publication des Mystères de Paris. Il s’éloigna de Considerant et de l’école sociétaire, pour défendre une synthèse du catholicisme et du fouriérisme.

37LECHEVALIER Jules (vers 1800-après 1871)
Polytechnicien, officier d’artillerie comme Considerant, il est d’abord saint-simonien puis évolue vers le fouriérisme, fut responsable avec ce dernier de La Phalange, puis s’éloigna de l’école sociétaire. Il fut proche un temps de Proudhon (et vice-président de son projet de 1848 de banque d’échange) ; condamné pour l’affaire du 13 juin 1849, il se réfugie à Londres.

38MORGAN John Minier (1782-1854)
Adepte d’Owen dès 1817, Morgan s’en fait un propagandiste enthousiaste, en particulier dans The Revoit of the Bees (1827), avant de s’éloigner du mouvement à qui cet owéniste chrétien reproche son athéisme. Il tente alors de convaincre le clergé anglican du bien-fondé d’une adaptation chrétienne des villages owénistes. Sa « Church of England Self-Supporting Village Society » rencontra un certain succès.

39MUDIE George (1788 ?– ?)
Cet Écossais, journaliste et imprimeur, édite The Economist, et fonde la première association coopérative owéniste, la « Economic and Cooperative Society », en 1821. En plein cœur de Londres, la « Spa Fields Society » constitue une tentative unique de vie communautaire en milieu urbain, très éphémère. Il participe ensuite à la tentative d’Orbiston. Son rôle fut important dans la diffusion du message owéniste, surtout dans les milieux populaires.

40OWEN Robert (1771-1858)
D’origine modeste, ce « self made man » fut d’abord un industriel prospère, un philanthrope, patron modèle à New Lanark en Écosse à partir de 1800. Il évolue ensuite vers une remise en cause du capitalisme. Il crée dans l’Indiana une communauté (1824-1829), qui échoue et lui coûte l’essentiel de sa fortune. À son retour en Grande-Bretagne, il est l’un des fondateurs du mouvement syndical, notamment durant la brève tentative unitaire de 1834 (Grand National Consolidated Trades Union). Infatigable propagandiste, il rassembla autour de lui de nombreux militants, malgré l’échec de ses tentatives de réalisation, dont la plus importante fut celle de Harmony Hall (1839-1845).

41PARE William (1805-1873)
Fils d’ébéniste, ce propagandiste owéniste milita aussi en faveur du suffrage universel. Il dirigea Harmony Hall en 1842, et fut l’exécuteur littéraire d’Owen.

42PECQUEUR Constantin (1801-1887)
Saint-simonien, issu d’une famille aisée du Nord, il participe avec enthousiasme au début des années 1830 au mouvement fouriériste, collabore au Phalanstère puis à La Phalange, puis élabore une théorie personnelle, évoluant vers des conceptions proches du communisme ; et participe à la commission du Luxembourg. Ses analyses économiques sont une exception dans un socialisme français plutôt indifférent à ces questions.

43PERREYMOND
Fouriériste de premier plan, on connaît pourtant peu de choses sur le personnage. Polytechnicien comme Considerant, ingénieur des travaux publics, son véritable nom est peut-être Raymond Peyre.

44SUE Eugène (1804-1857)
La parution des Mystères de Paris (1842) eut un écho énorme dans l’ensemble de la société, mais particulièrement chez les fouriéristes, ce qui amena ce romancier, dandy, à s’intéresser aux doctrines de Fourier, comme en témoignent Le Juif errant (1844-5) et Martin l’enfant trouvé (1847). Son évolution se poursuivit et il fut proche des fouriéristes, élu député démo-soc en 1850.

45THOMPSON William (1783-1833)
Grand propriétaire irlandais, il est reconnu comme l’un des précurseurs directs du marxisme, dans la mesure où il a le premier formulé le concept de plus-value. Tout en développant une réflexion autonome en économie politique, Thompson est un owéniste convaincu, partisan de l’expérimentation communautaire.

46TOUSSENEL Alphonse (1803-1885)
L’un des fondateurs de La Démocratie pacifique, il participe à la commission du Luxembourg en 1848.

Annexe 3. Les expériences communautaires

47Malgré leurs échecs successifs, ces expériences constituent longtemps, soit sous forme de projet ou de débat, soit physiquement, une alternative à la vie urbaine dans les milieux socialistes. Ne sont pas mentionnées ici les tentatives post-quarante-huitardes.

Fouriéristes

  • Condé-sur-Vesgre (Seine-et-Oise) 1832-1833 : à l’initiative de Baudet-Dulary, cette expérience fut très vite désavouée par Fourier et les fouriéristes se défendent ensuite d’en avoir été les promoteurs.

  • Cîteaux (Côte-d’Or) 1841-1844 : animée par Zoé Gatti de Gamond, cette « colonie sociétaire » se situe dans la mouvance « dissidente » du fouriérisme. On y engloutit en pure perte la fortune d’un riche sympathisant anglais.

Owénistes

48Mise à part la référence récurrente à New Lanark, qui n’est pas une tentative communautaire, nombreux furent les projets et les tentatives communautaires. Citons en particulier :

  • New Harmony (Indiana, États-Unis) 1825-début des années 1830 : c’est dans l’achat et la gestion de cet établissement qu’Owen dissipa l’essentiel de sa fortune. Son retour en Grande-Bretagne et les conflits internes eurent raison de cette tentative, qui ne survécut que sous son aspect pédagogique.

  • Spa Field (Londres) 1821-1824 : fondée par l’owéniste George Mudie, il s’agit d’une petite structure commnautaire, la première chronologiquement qui a la particularité d’abriter des sympathisants en milieu urbain. Elle ne reçut jamais l’aval de Robert Owen.

  • Ralahine (County Clare, Irlande) 1831-1833 : sous l’impulsion de l’owéniste Edgar T. Craig, cette petite communauté purement agricole est la seule qui ait dans un premier temps paru viable économiquement, jusqu’à ce que la famille du promoteur financier (John Scott Vandeleur) mette fin à l’expérience en revendant l’établissement.

  • Orbiston (Lanarkshire) 1825-1827 : dirigée par Abram Combe, cet établissement purement agricole ne regroupa jamais plus de 300 personnes et ne résista pas au décès de son promoteur.

  • Harmony Hall (ferme de Queenwood, Tytherly, Hampshire) 1839-1845 sous la conduite (indirecte) d’Owen, ce grand projet millénariste mobilisa des sommes très importantes, pour un nombre de résidents qui ne dépassa jamais les 57 membres, incapables de produire plus que ce qu’ils consommaient. Cette expérience provoqua de nombreuses critiques dans le mouvement socialiste, du fait des sacrifices consentis par les sections locales au détriment de leurs activités militantes.

Expériences concurrentes

  • Concordium (Ham Common, Surrrey) 1842-1848 : regroupant les adeptes du « socialiste mystique » James Pierrepont Greaves, cette communauté attira un certain nombre d’owénistes plus ou moins déçus. Vêtement identique, nourriture végétarienne, sans sel, sans thé, sans sucre, bains et douches à l’eau froide recommandés, elle préfigure en quelque sorte le « retour à la terre » des communautés des années 1960-1970.

  • Moreville Communitorium (Hanwell, Middlesex) 1843-1844 : établie par Goodwyn Barmby et sa femme, les premiers communistes anglais, elle n’eut que fort peu d’audience et de longévité.

Table des illustrations

Titre LES DIFFÉRENTS COURANTS ET LEURS FILIATIONS
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/27590/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search