Version classiqueVersion mobile

Les socialistes et la ville

 | 
Frédéric Moret

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Ces notions renvoient bien sûr aux différents volumes de l’Histoire de la France urbaine, sous la d (...)

1La modernité du premier xixe siècle, qui n’a cessé de nous frapper, s’exprime dans les nouvelles formes que prennent la ville et la réflexion urbaine. Elle se marque également dans l’émergence des théories socialistes. Cette étude transnationale souligne, si cela était nécessaire, l’impossibilité, pour qui souhaite tenir un discours historique, d’une conception mécaniste des rapports qu’entretiennent l’économique et l’idéologique. Il n’est pas facile – et tel n’était pas notre objectif – de définir des causalités reliant des données « objectives » et les perceptions ou représentations qu’en donnent les contemporains. La Grande-Bretagne est le pays de la révolution industrielle, de l’urbanisation massive et violente ; la France fait figure de sœur cadette, rurale et artisanale. Pourtant, la cohérence des discours sur la ville, de part et d’autre de la Manche, constitue l’un des résultats les plus nets de cette recherche. L’Angleterre, « en avance » sur la France, n’a pas produit une approche nouvelle du fait urbain. Tout se passe comme si le domaine des idées ou des images était décalé par rapport à une évolution dans le domaine de l’économique et du social. L’idée que les craintes et les critiques exprimées par les Français du premier xixe siècle sur le fait urbain nous renvoient à un discours somme toute traditionnel, nourri par les Lumières et l’hygiénisme, n’est pas pour nous choquer. La ville « pré-haussmannienne » relève davantage de « l’âge classique » que de « l’âge industriel1 ». Mais la Grande-Bretagne, mais cette Angleterre où, au terme chronologique de notre étude, un habitant sur deux vit dans un horizon urbain ?

2 Force est de constater la prégnance d’images urbaines « préindustrielles », qui structurent les discours et les réactions des Britanniques, tout au moins des socialistes. Cet aspect nous semble en cohérence avec la remise en cause du « retard » économique français. Les modalités différentes que prennent les développements économiques et sociaux des deux principaux pays d’Europe de l’Ouest ne les distinguent plus d’un point de vue chronologique mais sur des critères qualitatifs. Si l’on admet que les temps du développement ne sont pas fondamentalement décalés entre la France et la Grande-Bretagne, notre constat s’explique davantage.

  • 2 On insiste classiquement sur l’existence d’une culture européenne des Lumières. Le premier xixe siè (...)

3Une idée s’impose : les socialistes français et britanniques des années 1820 à 1850 parlent le même langage, réagissent aux mêmes stimulations, selon des logiques propres. Les contrastes que nous avons pu mettre à jour n’en sont que plus intéressants. Nous n’avons pas étudié un socialisme français en comparaison avec un socialisme britannique, mais plutôt les modulations d’un discours largement cohérent2.

  • 3 Cf. Malcolm Chase, The People’s Farm. English Radical Agrarianism 1775-1840, Oxford, Clarendon Pres (...)

4Un même discours empreint de nostalgie rurale, voire d’anti-urbanisme, constitue l’un des fondements de la réflexion socialiste. C’est à la campagne que la révélation communautaire doit s’accomplir. La perception négative de la ville se nourrit de tout un environnement idéologique ruraliste, dont les radicaux anglais se sont faits tout particulièrement les avocats3. Dans ce contexte où toute production renvoie au travail de la terre, omniprésent dans le modèle communautaire, la ville est, du point de vue économique, perçue comme le lieu de la consommation et de l’échange, vivant aux dépens d’un espace rural exploité. Les analyses menées par les socialistes des conditions de vie urbaines s’attardent sur les carences fonctionnelles, esthétiques ou sociales. Le tableau dressé, proche du résultat des enquêtes philanthropiques, est celui d’une ville malade, où la pauvreté, l’insécurité, la précarité se conjuguent avec des conditions sanitaires déplorables...

  • 4 Notons cependant que les socialistes ne jouent pas sur l’étymologie pour associer civilisation et v (...)
  • 5 Les Britanniques, à cause du machinisme, ont probablement plus conscience d’une mutation des fondem (...)

5Pourtant, la vision des socialistes n’est pas un simple décalque du constat social que proposent quelques bourgeois éclairés ou quelques aristocrates compatissants. Utilisant leurs travaux, reprenant parfois leurs méthodes, les socialistes fondent et légitiment leur critique de la « Civilisation4 » contemporaine, en construisant un modèle qui prend le contre-pied de ces errements. S’ils s’attardent sur la description des quartiers dégradés, des classes populaires urbaines misérables, ce n’est pas tant pour susciter pitié ou indignation, pour provoquer des réactions de charité ou des décisions gouvernementales, que pour mettre à jour l’incohérence fondamentale qui règne dans la société dans laquelle ils vivent. La ville est confusion, chaos, désordre ; elle ignore la beauté et l’harmonie. Elle est le lieu où s’opposent richesse sans limite et pauvreté insoutenable, marchandises exposées et mendiants affamés, peur du nanti et désir du misérable. Un tel système de représentations n’est concevable que si l’on veut bien faire abstraction de nos propres a priori : pour les socialistes pré-quarante-huitards, surtout pour les Français5, l’époque qu’ils vivent n’est pas forcément au début d’un nouvel âge, d’une ère industrielle. Fourier, et nombre de ses disciples, pensent au contraire vivre la fin d’une époque, dont les mutations récentes constituent les derniers soubresauts. Se faisant les apologistes d’un « Nouveau Monde moral » ou d’une « Harmonie phalanstérienne », Owen, Fourier et ceux qui s’en réclament n’estiment pas utile, au moins dans un premier temps, de s’attarder sur les ruines d’un monde qu’ils considèrent en déliquescence. C’est Marx qui écrira une « critique de l’économie politique », ancrant sa démarche dans ce que les socialistes de l’expérimentation auraient appelé la « Civilisation ».

  • 6 Les ruraux, eux aussi, auront tout à gagner à l’établissement des communautés.

6La ville vérifie l’« erreur » dans laquelle cette Civilisation s’est enferrée. Erreur sur la forme qui lui fait privilégier une structure fondée sur l’alignement et la rue, au détriment de la place. Erreur sur la taille et le nombre qui concentre des populations énormes en des points réduits, qui crée un déséquilibre permanent et interdit toute communication. La solution communautaire ne se définit alors bien souvent qu’en dessinant une image inversée de la réalité urbaine. Les habitants des villes6 sont mal logés, mal nourris, mal éduqués ; ils vivront dans des logements confortables, jouiront des meilleurs produits et du meilleur environnement intellectuel. Leur travail est dur, monotone et inintéressant ; il sera passionnant, varié et facile. Cependant, les références urbaines dans la communauté ne sont pas que négatives. Le mode de vie proposé par les socialistes est bien plus proche de l’urbain que du rural.

  • 7 N’est-ce pas finalement, au premier degré, et pour l’époque qui nous concerne, une définition accep (...)
  • 8 En ce sens, tout au moins, nous ne pouvons souscrire à l’analyse de Jacques Valette dans la présent (...)

7L’association ne peut fonctionner que dans la mesure où les membres sont suffisamment nombreux et en contact les uns avec les autres pour que s’épanouissent, chez Fourier, les passions qui les animent. Et l’hostilité maintes fois réitérée d’Owen vis-à-vis du « cottage System » relève de la même dénonciation de l’individualisme. Puisque les problèmes sont sociaux, collectifs, les solutions doivent l’être aussi7. L’accès à la culture, à la connaissance, la multiplication des théâtres, des musées, des observatoires, des laboratoires, l’essor des beaux-arts... : le programme communautaire s’apparente bien au développement d’un modèle de vie urbain idéalisé, dont seraient absentes toutes les tensions qui règnent dans le monde « civilisé ». Les formes architecturales qui inspirent les projets communautaires sont indéniablement d’essence urbaine8. Les références multiples au Palais-Royal, à la grande galerie du Louvre, à Regent’s Park en témoignent. L’objectif de concilier la ville et la campagne, en privilégiant ce qu’elles ont de meilleur, est hautement affirmé.

  • 9 Cela ne l’empêche toutefois pas d’appeler à la réalisation immédiate d’une expérimentation phalanst (...)

8Il n’en reste pas moins que le but poursuivi par les socialistes est la suppression ou la décongestion des agglomérations urbaines. C’est à ce niveau que des nuances entre les mouvements commencent à se faire sentir : certains auteurs plus ou moins proches de l’owénisme privilégient un modèle clairement urbain, alors que les owénistes « orthodoxes » répugnent à clarifier leur position en ce qui concerne le devenir des formes urbaines. Pour Owen lui-même, comme pour une partie des fouriéristes, l’idéal est la division de la population du globe en autant de « villages d’unité et de coopération » qu’il sera nécessaire. Il n’envisage que rapidement, et fort peu clairement, la transition du monde civilisé, et urbain, au « nouveau monde moral », et communautaire. Au contraire, Fourier inscrit sa description du phalanstère sur une conception « historique » du développement social, et envisage, avant9 l’Harmonie, une évolution progressive de la société. La ville garantiste combine nombre de principes sociétaires et un cadre traditionnel. De plus, même dans la phase « harmonieuse », durant laquelle les hommes vivront au sein des Phalanges, il prévoit l’existence de villes, peu peuplées, qui auront une fonction de capitale, de centralité, afin de structurer et de polariser l’espace.

  • 10 Sans faire d’histoire-fiction, on peut supposer qu’a contrario la longévité dont a fait preuve Owen (...)

9C’est dans la brèche qu’ouvre ainsi Fourier que vont s’introduire ses successeurs, tôt « délivrés » de la tutelle idéologique que le fondateur d’une théorie sociale fait peser sur les adeptes10. Plus réceptifs que leur maître aux conceptions culturelles de la ville, à sa dimension historique, ils questionnent la signification politique du fait urbain, à un moment de leur évolution qui les rend sensibles à ces deux questions. Cette ouverture facilite l’ancrage du mouvement fouriériste en milieu urbain, et lui épargne les contradictions que rencontrent les owénistes, coincés entre un dynamique militantisme urbain, à forte composante populaire et ouvrière, et un discours anti-urbain figé, voire dépassé. Ces contradictions s’illustrent dans les débats souvent vifs qui opposent les socialistes à propos de la nécessité et de l’urgence de l’expérimentation. Le refus du départ, la volonté de miser, pour accroître l’audience des mouvements, sur le militantisme urbain plutôt que sur une révélation de la justesse des principes par une tentative communautaire, sont monnaie courante dans le mouvement owéniste. Les fouriéristes, échaudés par l’échec des timides tentatives phalanstériennes, ont plutôt tendance à repousser la réalisation dans un futur imprécis. Cette différence fondamentale explique, selon nous, l’attention soutenue aux débats urbains qui caractérise, dans les années 1840, l’école sociétaire.

  • 11 C’est d’ailleurs ce que souligne Andrew Lees, Cities Perceived. Urban Society in European and Ameri (...)
  • 12 Perreymond, « Intérêts communaux et commerciaux de la France. Édilité parisienne », La Démocratie p (...)
  • 13 Charles Fourier, « Décadence de la civilisation », La Réforme industrielle ou le Phalanstère, 1.1, (...)

10Que cette attention se concentre sur Paris, sur le statut de capitale, n’est pas pour étonner. La structure des pouvoirs politiques et intellectuels en France, le poids de la centralisation, l’exception que constitue le développement parisien expliquent facilement cette tendance, qui irritait tellement Fourier11. Perreymond, ouvrant sa série d’articles sur Paris dans La Démocratie pacifique, l’explique sans détours12. Fourier dénonçait comme nulle toute tentative d’aménagement urbain, relevant selon lui du « simplisme en projet utile13 ». Dix ans plus tard, Perreymond propose ce qui est probablement le plan de restructuration le plus ambitieux qui ait été conçu pour Paris. Il n’est pas insignifiant de noter que cet intérêt pour les débats urbains coïncide avec une évolution sensible du mouvement fouriériste vers la sphère politique et l’opposition affirmée au gouvernement de la Monarchie de Juillet. À travers la question urbaine, nous avons vu émerger les préoccupations politiques au cœur du mouvement fouriériste.

  • 14 Jonathan Beecher en rend bien compte, comme nous l’avons déjà signalé, et insiste même sur l’aspect (...)
  • 15 Si nous estimons nécessaire de tempérer ainsi ce jugement, c’est plus à partir des conclusions que (...)

11De toute évidence, le socialisme de Fourier ne dérive absolument pas d’une quelconque tradition révolutionnaire ou républicaine14. Il se distingue de celui d’un Louis Blanc, d’un Cabet ou d’un Blanqui, issus des rangs de l’extrême gauche républicaine. L’évolution du mouvement fouriériste au cours des années 1840 aboutit selon nous à rejoindre, par d’autres chemins, la famille républicaine et l’héritage révolutionnaire. Manière d’exprimer qu’il n’est décidément pas possible d’être de gauche en France si l’on n’est pas républicain. Ainsi la participation de Considerant ou d’Hennequin à la vie politique active des débuts de la Seconde République ne relève-t-elle pas de l’égarement de théoriciens perdus dans un milieu hostile mais de l’aboutissement d’une démarche engagée plusieurs années auparavant. C’est ce qui explique que les militants fouriéristes, et les contemporains, n’aient pas manifesté de surprise par rapport à l’enthousiasme manifesté dans La Démocratie pacifique pour le nouveau régime. Quelle opposition avec l’organisation owéniste ignorant presque totalement, dans ses écrits sinon dans ses pratiques15, le fantastique mouvement chartiste, mobilisant des foules qu’aucune révolution en France n’a jamais réunies !

12 Quelle signification donner alors à la disparition presque concomitante des mouvements que nous avons étudiés ?

13Peut-être pouvons-nous formuler une hypothèse, que des travaux ultérieurs pourraient infirmer ou confirmer. Elle nous conduit à distinguer, d’une part, un socialisme anglais, l’owénisme, enfermé dans des clichés, incapable d’évoluer sur le sujet politique et urbain, et mort de cette impuissance. Pour les owénistes, l’expérimentation a déjà eu lieu ; l’échec est patent et pourtant l’on s’enferme dans cette unique voie. D’autre part, un socialisme français, le fouriérisme, qui s’adapte, qui pose les problèmes urbains, et qui corrélativement évolue vers le politique ; la fin du socialisme français d’avant 1848 s’expliquerait par des raisons « externes » : la république réactionnaire et le coup d’État de Louis Napoléon Bonaparte qui marquent une impossibilité pour ce socialisme de mener à bien son évolution. L’expérimentation communautaire, et le départ vers le Texas, que la presse et les ouvrages fouriéristes n’envisageaient absolument pas avant 1850, ne constituent qu’un recours, en désespoir de cause, et une espèce d’anachronisme, et non l’aboutissement d’une démarche logique vers l’expérimentation.

14Par-delà la disparition de quelques mouvements que les militants socialistes de la fin du xixe siècle évoqueront avec une ironie affectueuse, et que quelques politiques en mal de références, en ces temps où le socialisme « réel » n’est plus guère de mise, dénichent pour de pathétiques appels à « l’utopie », ce constat final nous renvoie à deux conceptions du socialisme, qui survivent, à travers d’autres médiations, à nos auteurs. Britannique, l’owénisme l’était comme le travaillisme, par son souci de l’organisation, par la faible place laissée au politique au profit des questions purement sociales. A contrario, l’évolution des fouriéristes manifeste la prégnance de l’idée républicaine dans la France contemporaine, la force du politique, et la faiblesse de l’organisation et des relais sociaux, qui caractérisent, depuis un siècle et demi le socialisme français.

Notes

1 Ces notions renvoient bien sûr aux différents volumes de l’Histoire de la France urbaine, sous la direction de Georges Duby, Paris, Le Seuil, 1981-1983. Notons cependant toute l’ambiguïté du découpage chronologique, qui conduit à de fréquentes reprises les auteurs du tome 4, La Ville de l’âge industriel, sous la direction de Maurice Agulhon, à faire référence à la première moitié du siècle.

2 On insiste classiquement sur l’existence d’une culture européenne des Lumières. Le premier xixe siècle est-il si différent ? Que l’on songe par exemple à la façon dont les théories de l’économie politique sont discutées et renouvelées à travers le continent.

3 Cf. Malcolm Chase, The People’s Farm. English Radical Agrarianism 1775-1840, Oxford, Clarendon Press, 1988, 211 p.

4 Notons cependant que les socialistes ne jouent pas sur l’étymologie pour associer civilisation et ville.

5 Les Britanniques, à cause du machinisme, ont probablement plus conscience d’une mutation des fondements de la production.

6 Les ruraux, eux aussi, auront tout à gagner à l’établissement des communautés.

7 N’est-ce pas finalement, au premier degré, et pour l’époque qui nous concerne, une définition acceptable du socialisme ?

8 En ce sens, tout au moins, nous ne pouvons souscrire à l’analyse de Jacques Valette dans la présentation de la réimpression de la Description du Phalanstère et Considérations sociales sur l’architectonique (Victor Considérant) ; réimpression de l’édition de Paris, Librairie sociétaire, 1848 ; Paris-Genève, Slatkine, 1980, p. xi : « La notion de grande ferme dotée de logements confortables est celle d’un économiste du xviiie siècle comme La Rochefoucauld-Liancourt. »

9 Cela ne l’empêche toutefois pas d’appeler à la réalisation immédiate d’une expérimentation phalanstérienne.

10 Sans faire d’histoire-fiction, on peut supposer qu’a contrario la longévité dont a fait preuve Owen explique en partie la sclérose du mouvement et de la théorie.

11 C’est d’ailleurs ce que souligne Andrew Lees, Cities Perceived. Urban Society in European and American Thought, 1820-1940, Manchester, Manchester University Press, 1985, xi-360 p.

12 Perreymond, « Intérêts communaux et commerciaux de la France. Édilité parisienne », La Démocratie pacifique, t. 1, n° 21, lundi 21 août 1843, p. 1 : « La discussion des intérêts municipaux et communaux de la France est un des plus graves et des plus importants sujets que puisse aborder la Presse. Tous les grands intérêts municipaux et communaux de la France ayant leurs analogues dans ceux de la capitale, on comprend que la discussion des actes administratifs de la municipalité de Paris est de la plus haute importance pour toutes les communes du royaume. Il est bien évident, en effet, qu’à raison de la prépondérance malheureusement excessive de la capitale, toute impulsion d’amélioration et de réformes doit partir de ce centre. »

13 Charles Fourier, « Décadence de la civilisation », La Réforme industrielle ou le Phalanstère, 1.1, n° 22, 25 octobre 1832, p. 186.

14 Jonathan Beecher en rend bien compte, comme nous l’avons déjà signalé, et insiste même sur l’aspect contre-révolutionnaire de sa pensée et de ses opinions. Jonathan Beecher, Charles Fourier, the Visionary and his World, Berkeley, University of California Press, 1986, traduction française Fourier. Le visionnaire et son monde, Paris, Fayard, 1993, 618 p.

15 Si nous estimons nécessaire de tempérer ainsi ce jugement, c’est plus à partir des conclusions que tire Gregory Claeys, dans Citizens and Saints. Politics and Anti-Politics in Early British Socialism, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, xvii-360 p., que de nos propres lectures.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search