Version classiqueVersion mobile

Les socialistes et la ville

 | 
Frédéric Moret

Critique sociale, critique de la ville

Chapitre 2

La ville, théâtre des inégalités

Texte intégral

1Plus que la campagne, dont on dresse dans la plupart des textes socialistes un tableau social égalitaire, la ville se présente comme le lieu des différences voire des oppositions. Elle ne se contente pas d’incarner le mal-vivre, l’insalubrité, l’insécurité ; sa définition économique et sociale particulière renvoie précisément à la critique du système économique menée par les socialistes.

Divisions sociales

Contrastes

2La ville, et plus encore la grande métropole, est l’endroit où se côtoient les extrêmes, où le pouvoir le plus haut croise la détresse la plus immense. C’est ce que constatent l’Utopien de John Francis Bray à Londres également, ou les héros de Hampden in the Nineteenth Century lorsqu’ils visitent Rouen :

  • 1 John Minter Morgan, Hampden in the Nineteenth Century, London, Edward Moxon, 1834, vol. 2, p. 59.

« Lorsque nous passions dans les rues de cette cité ce matin, n’avez-vous pas remarqué la même abondance de tout ce qui est nécessaire à l’existence, et les mêmes exemples d’abjecte pauvreté qu’en Angleterre ? les mêmes disputes, cours de justice et prisons ? Voyagez où vous voulez dans n’importe quelle partie du globe, vous découvrirez que le premier usage qui est fait de la connaissance, qu’on appelle justement pouvoir, est d’agrandir l’individuel au détriment de la communauté1. »

3Ces contrastes sociaux sont une des caractéristiques du vieux monde civilisé, qui doit être subverti par une organisation sociale rationnelle.

4Perreymond, pour enfoncer le clou et décrire les contrastes criants du Paris de 1846, utilise les statistiques :

  • 2 Perreymond, Paris monarchique et Paris républicain, Paris, Librairie sociétaire, 1849, p. 49.

« Ainsi, sur une population civile d’un million d’habitants, le Paris monarchique de 1846 comptait 960 000 personnes (hommes, femmes et enfants) vivant en état de misère, de gêne et de malaise.
Le Paris monarchique de 1846 vivait donc d’une vie factice ; la misère était le lot de la presque généralité des citoyens. Quelques très-riches propriétaires et surtout les banquiers, monopoleurs du numéraire et du crédit, jouissaient seuls des avantages d’une véritable richesse2. »

  • 3 Cf., par exemple, James Napier Bailey, Essays on Miscellaneous Subjects : Historical, Moral, and Po (...)

5Certes, les contrastes sociaux ne sont pas l’apanage des villes ; ils existent dans les campagnes, mais c’est en milieu urbain qu’ils s’expriment le mieux, qu’ils sont les plus marquants, les plus saillants3.

Conséquences morales

6Victor Considerant met fréquemment en avant la notion de « nouvelle féodalité » qu’il applique à la Civilisation et en particulier au monde urbain ; les contrastes sociaux y apparaissent au grand jour suscitant convoitises et amertumes :

  • 4 Victor Considerant, Principes du socialisme. Manifeste de la démocratie au xixe siècle, Paris, Libr (...)

« Nos masses, dénuées et pauvres, plongées dans les flots du grand luxe des capitales, contemplant à chaque pas dans les offices des changeurs les billets de banque et l’or à pleines sébiles ; voyant dans les nombreux magasins les vêtements les plus confortables, les plus riches étoffes, les comestibles les plus substantiels ; éclaboussés par les brillants équipages ; excitées par les bruits et les chants qui sortent des théâtres ; agacées par l’aspect de toutes les jouissances qui leur sont interdites, n’offrent-elles pas une immense réalisation humaine du supplice de ce Tantale, tourmenté par une faim et une soif éternelles au milieu des fruits et des eaux trompeuses qui fuient sans cesse ses lèvres desséchées4. »

7Symbole de cette nouvelle féodalité, la ville est ici avant tout un lieu de distribution plutôt que de production ; elle concentre en son sein toutes les tentations et toutes les convoitises. Elle constitue par son existence même une menace révolutionnaire, compte tenu du déséquilibre qu’elle représente entre les produits offerts et les populations qui ne peuvent y accéder, entre ceux qui en jouissent et ceux qui en souffrent. La ville accueille « l’accouplement du luxe et de la misère » :

  • 5 Victor Considerant, Destinée sociale, Paris, Librairie phalanstérienne, 1848, deuxième édition, t. (...)

« La Civilisation a de rares palais, et des myriades de taudis, comme elle a des haillons pour les masses, et des habits d’or et de soie pour ses favoris peu nombreux. À côté de la livrée brodée d’un agioteur, elle étale la bure de ses prolétaires et les plaies de ses pauvres. Si elle élève et entretient à grands frais un somptueux opéra où de ravissantes harmonies caressent les oreilles de ses oisifs, elle fait entendre, au milieu des rues et des places publiques, les chants de misère de ses aveugles, les lamentables complaintes de ses mendiants. Puis, ici et là, elle ne sait créer qu’égoïsme et immoralité, car la misère et l’opulence ont toutes deux leur immoralité et leur égoïsme5. »

8Ce système est si pernicieux qu’il excite chez tous, pauvres et priviligiés, des sentiments violents de haine, de peur pour certains, d’envie pour d’autres, qui débouchent sur des comportements répréhensibles. À l’opéra correspond le chant du mendiant, à l’égoïsme du riche correspond l’immoralité du pauvre.

Conséquences spatiales : ségrégations

  • 6 R.D.O. (i.e. Robert Dale Owen), « London Contrasts », The Crisis, vol 2., n° 3, saturday, january 2 (...)

9Robert Dale Owen, qui représenta longtemps son père aux États-Unis, et publia un certain nombre de pamphlets socialistes dont l’orthodoxie n’a d’égale que la piété filiale, fait paraître dans The Crisis en 1833 un article intitulé « London Contrasts6 ». Dès la première phrase, il explicite ce titre :

« C’est un endroit étrange que ce Londres ; un endroit merveilleux, un endroit amusant, un endroit mélancolique ; un centre du luxe et de la misère, de splendeur et de malheur sordide. C’est exactement ce que vous souhaitez que ce soit. »

  • 7 Ibid.

10S’ensuit une visite du Londres de la richesse, pour qui « souhaite voir ce que l’art et l’argent peuvent faire7 ». C’est le quartier de Regent’s Park qui bien sûr est évoqué, dont Dale Owen fait l’éloge : résidences somptueuses, architecture raffinée, espaces verts... Ce quartier est incomparable. Si la fantaisie prend au visiteur de voir l’autre tête de l’hydre urbain, rien n’est plus aisé :

  • 8 Ibid.

« Mais vous êtes las de ce spectacle fastueux, et vous voulez voir comment vit le défavorisé ? Londres peut amplement satisfaire votre curiosité. Vous êtes dans Regent Street, et vous voyez comme toute chose étincelle. [...] Vous êtes dans la véritable atmosphère de la mode, et chaque chose vous le rappelle. Pauvreté, détresse, misère, sont bannies au loin. C’est ce que vous pensez ? Bien, alors, prenons cette rue et marchons environ un quart de mile (400 mètres). Nous y sommes ; observez que cinq minutes ne se sont pas passées depuis que nous avons quitté toute cette profusion de luxe ; et maintenant entrez dans cette ruelle avec moi. Vous frémissez ! Que craignez-vous ? d’attraper le choléra ou de perdre votre montre ? [...] Cela ne nous tuera pas de respirer pendant une minute ou deux l’atmosphère que des milliers de gens doivent respirer depuis des années. Nous sommes dans St. Giles’ ! Ce sont des êtres humains ; de la même race que vous ; et ce sont les antres où ils s’entassent8 ! »

  • 9 La réciproque est d’ailleurs vraie. Londres est fréquemment décrite comme « a collection of cities  (...)

11Dans cette ruelle, Dale Owen nous montre une femme ivre, un mendiant, évoque une bagarre. Il s’agit d’une visite qui reprend tous les schémas du discours philanthropique : distance par rapport aux pauvres (les deux « visiteurs » sont autres, n’appartiennent pas à ce monde), enchaînement classique de la pauvreté au vice et à la violence... Mais le ton est très âpre, il est celui d’une critique sociale très dure. La proximité entre deux extrêmes qui s’ignorent est vécue comme un symptôme du mal social. On sait qu’à Londres, encore plus qu’à Paris, les riches ne connaissent pas physiquement les quartiers pauvres, qu’il leur est impensable de s’y aventurer9. C’est bien la ville, et en l’occurrence la plus grande concentration urbaine du monde, qui annonce par l’ampleur des contrastes qu’elle renferme, par l’aspect ségrégatif de son organisation spatiale, la rupture prochaine d’un système social qui a déjà dépassé son point d’équilibre.

  • 10 Flora Tristan, Promenades dans Londres, 2e édition, Paris, H.L. Delloye, Londres, W. Jeff, 1840, p. (...)

12La démarche de Flora Tristan est proche ; elle fait également partie de ces rares « promeneurs » qui franchissent les frontières invisibles et pourtant bien réelles qui séparent spatialement les classes sociales dans le Londres de la première moitié du xixe siècle. « Londres a trois divisions bien distinctes : la cité, le West End et les faubourgs10. »

  • 11 Ibid., p. 6 : « De braves marchands qui se méprennent rarement sur les intérêts de leur commerce et (...)
  • 12 Ibid.

13La cité est le quartier des commerçants11, le West End abrite « la cour, la haute aristocratie, le commerce élégant, les artistes, la noblesse de province et les étrangers de tous pays ; – cette partie de la ville est superbe12 ».

14Enfin, l’East End, de par son absence de structure, son gigantisme et son délabrement s’apparente plus pour Flora Tristan à des faubourgs qu’à un quartier (ou plusieurs) de la métropole. Tout se passe comme si la ville constituée ne comprenait que le vieux quartier historique et le West End ; les espaces de rejet, les faubourgs, se rattachant moins nettement à l’espace urbain, même s’ils en font partie. La Française qui découvre cette « ville monstre » ressent très fortement la façon dont les différences sociales se marquent spatialement :

  • 13 Ibid., p. 7.

« Le contraste que présentent les trois divisions de cette ville est celui que la civilisation offre dans toutes les grandes capitales ; mais il est plus heurté à Londres que nulle autre part. – On passe, de cette active population de la cité qui a pour unique mobile le désir du gain, à cette aristocratie hautaine, méprisante, qui vient à Londres, chaque année, pour échapper à son ennui et faire étalage d’un luxe effréné, ou pour jouir du sentiment de sa grandeur par le spectacle de la misère du peuple !...– Enfin, dans les faubourgs, c’est cette masse d’ouvriers si maigres, si pâles et dont les enfants ont des mines si piteuses ; – puis des essaims de prostituées à la démarche éhontée, aux regards lubriques, – et ces brigades d’hommes voleurs de profession ; – ces troupes d’enfants [...]13. »

15L’exemple londonien montre – c’est une évidence – l’aboutissement du processus ségrégatif. Dans un articulet de The Union, un journal publié par l’owéniste G.A. Fleming, on trouve la formalisation de ce phénomène. La Grande-Bretagne du premier xixe siècle est le pays de l’opposition des classes, et la ville en est le théâtre privilégié :

  • 14 « Poverty of the People », The Union : A Monthly Record of Moral, Social and Educational Progress, (...)

« Nos pauvres sont maintenant les plus pauvres et nos riches les plus riches du monde civilisé. Nous avons développé les deux extrêmes dans ce pays à un degré de perfection supérieur à tous les autres. [...] Bethnal Green et St. James sont presque contigus ; mais le premier est plein de misère humaine et de déchéance [...] ; et l’autre résonne tous les soirs de la chanson festive des insouciants, qui oublient qu’ils sont entourés d’affamés...14 »

16Le discours hygiéniste des socialistes, qui pensent le mal urbain en terme de masses d’airs, d’eau, de flux, aboutit à faire de la densité un des aspects fondamentaux de la ségrégation. Pour Owen, plus on est riche, plus on dispose d’espace, d’air, d’eau :

  • 15 Robert Owen, Lectures on the Rational System of Society, London, Home Colonization Society, 1841, p (...)

« Dans ces cités, généralement, les plus riches occupent les grandes places, la frange supérieure de la classe moyenne occupe les rues les plus larges ou les plus ouvertes, et la grande masse de la population les rues adjacentes, les ruelles, les cours et les allées15. »

  • 16 Cette hiérarchisation renvoie, de façon non explicite ici, à l’importance de la circulation dans la (...)
  • 17 Henry Mac Cormac, An Appeal in Behalf of the Poor, Belfast, S. Archer, 1831, p. 14.

17La ségrégation ne s’opère pas alors entre des quartiers différents, mais, à l’intérieur d’une même zone entre des espaces valorisés – les rues principales – et des espaces de rejet – les rues secondaires, les ruelles16. Le docteur Mac Cormac fait d’ailleurs une description proche de Belfast : « Ici et là on peut voir des passages étroits, partant des plus grandes rues ; ils mènent aux logements des pauvres17. »

18Cette proximité géographique, malgré l’ignorance dans laquelle chacun de ces deux mondes est de l’autre, facilite l’établissement d’une relation de cause à effet entre les deux modes de vie, et donc l’expression de la critique sociale. Opposer terme à terme les quelques belles rues habitées par les riches et le grand nombre de rues étroites, boueuses, mal aérées, malsaines, sans trottoirs constitue comme une mise en cause de la responsabilité des habitants des premières dans la situation sordide des occupants des secondes. William Thompson exprime cette idée de façon très crue, estimant que :

  • 18 William Thompson, Practical Directions for the Speedy and Economical Establishment of Communities, (...)

« Les villes et particulièrement les grandes cités sont pour la race humaine des tombes avant l’heure. Les quelques rues ouvertes que certaines exhibent pour le confort du riche, partout très minoritaires, ne sont que la façade prétentieuse des sépulcres vivants formés par les ruelles et les locaux confinés à l’arrière, où l’air ne vient jamais18. »

19La solution communautaire passe donc pour les owénistes, par une limitation du nombre des membres, afin d’éviter la construction de rues, et l’apparition de ces phénomènes. Mais cela est également tout à fait cohérent avec l’établissement prévu d’une égalité totale entre les membres. Ainsi, les deux faces de la ségrégation, spatiale et sociale, trouveraient une solution. Plus de riches, plus de pauvres : tous égaux. Plus de rues principales, plus de ruelles secondaires : un seul bâtiment communautaire.

  • 19 Quoi qu’en dise Fourier, le système des séries engrenées ne met pas en contact les plus riches et l (...)

20Fourier et ses disciples développent une conception très particulière de la coexistence des différentes classes sociales dans le Phalanstère et dans ses dérivés. Grâce à l’organisation de ses « séries engrenées », Fourier estime pouvoir faire cohabiter des habitants de fortunes diverses. Le Phalanstère, organisme unitaire, abolit dans une large mesure19 l’aspect spatial de la ségrégation, mais se refuse à remettre en cause les différences sociales, sources comme toute différence de combinaisons des passions. Le projet d’Henri Dameth, qui s’inspire largement de son passé fouriériste, porte la marque de l’esprit de 1848 : la Cité ouvrière doit accueillir bourgeois et prolétaires. Il s’agit, nous sommes en 1849, de tenter une réconciliation entre les deux protagonistes de l’affrontement de juin :

  • 20 H. Dameth, Mémoire sur la fondation de cités industrielles dites Cités de l’Union, Paris, imp de Sc (...)

« Mais n’ouvrir la Cité qu’aux prolétaires offre un danger moral plus grave que tous les autres.
Aujourd’hui une division funeste et impie sépare la bourgeoisie du peuple. [...]
Que la Cité devienne au contraire l’arche d’alliance, le temple de la fraternité pratique ; que les prolétaires y développent, par le contact de la bourgeoisie, des mœurs plus douces et plus réglées ; qu’ils y trouvent protection pour leurs souffrances physiques et initiation à la vie de l’intelligence et des arts ; que la bourgeoisie, fille du peuple, y retrempe ses vertus démocratiques et son patriotisme ; qu’elle y apprenne à apprécier et à aimer, autant qu’il le mérite, le travailleur20. »

21Tout se passe comme si l’abolition des séparations spatiales suffisait à résoudre les contradictions économiques et sociales...

22Dans la ville où s’opposent richesse et pauvreté, oisiveté et travail, joie et désespoir, se concentrent toutes les oppositions, toutes les contradictions, à l’interface de la ville où l’on consomme et de celle où l’on produit. Car la ville est aussi un espace économique.

Un espace économique

  • 21 James Napier Bailey : Essays on Miscellaneous Subjects, op. cit., p. 13.

23Le contraste social qui s’exprime en ville amène les observateurs socialistes à poser la question de la répartition de la richesse : qui la produit ? qui la possède ? C’est ce qui préoccupe l’owéniste James Napier Bailey, dans un chapitre intitulé « On Wealth Producing Power ». Partant d’une description des contrastes sociaux qui se marquent dans Londres, il questionne la structure économique de la société urbaine. Observant la richesse des productions offertes, il la met en relation avec l’immense pauvreté de la majorité de la population. Il en tire la conclusion que « les richesses peuvent s’accumuler pendant que le bonheur national recule, ou reste stationnaire : d’où il découle que ce n’est parce qu’un pays est riche et augmente ses biens que la population de ce pays doit être plus heureuse que la population d’un autre pays21 ».

  • 22 Ibid., « Ici se trouvent des lords et des ladies [...], et on trouve les enfants du labeur, les (...)

24Sans parler de paupérisation, Bailey cherche à éclairer les relations entre le travail et la distribution de la richesse. La ville semble être l’un des lieux privilégiés où s’effectue ce partage inégal de la richesse. Ceux qui produisent, qui travaillent ne sont pas ceux qui possèdent ; de cette idée, découle une conception de la richesse nationale éloignée d’une conception de cohérence, d’intérêt général, mais plus proche d’une réflexion sur les oppositions de classe22.

Le travail urbain

  • 23 Industriel du textile, Charles Bray (1811-1884) rejoint le mouvement owéniste dans les années 1830  (...)
  • 24 Liverpool est souvent considérée comme la ville la plus pauvre d’Angleterre, du fait de l’irrégular (...)

25Pour les observateurs britanniques, la ville constitue le lieu du bouleversement économique, de la révolution industrielle ; de ce fait, les structures sociales qui se mettent en place corrélativement sont significatives du nouvel ordre social. De là à établir un rapport de cause à effet entre la croissance de la richesse d’un côté et l’augmentation de la misère de l’autre, il n’y a qu’un pas. Charles Bray23 envisage nettement les termes du débat ; pour lui, il existe dans la Grande-Bretagne du début de l’ère victorienne deux classes sociales antagonistes, dont les intérêts divergent. La ville industrielle, presque exclusivement britannique à l’époque, lui semble incarner le théâtre privilégié des tensions sociales. Et ce n’est peut-être pas un hasard si, ce faisant, il « oublie » d’évoquer Londres ou Liverpool, qui ne sont pas des villes industrielles mais où règne cependant une grande pauvreté24. Sa démonstration est de toute évidence plus efficace en liant très étroitement essor industriel et pauvreté urbaine.

  • 25 Robert Owen, « Lectures on Property. How property is at present used », The New Moral World, vol. I (...)

26The New Moral World publie en juin 1836 une lettre de Robert Owen qui rend compte d’une de ses tournées provinciales, en l’occurrence dans le Yorkshire et le Lancashire. Il écrit cette lettre des environs de Manchester et expose son programme – très chargé – de conférences dans la région. Évoquant Manchester, il réfléchit sur la signification du progrès industriel et de la prospérité dans la ville industrielle par excellence, rejoignant ici les avis précédemment exposés. Il souligne la prospérité de l’industrie et la misère qui règne dans la région. Son analyse comporte cependant une nuance d’importance ; tout en soulignant les contradictions sociales du nouvel ordre économique, il considère que tous, riches comme pauvres, en sont victimes. Le pauvre de façon évidente, et le riche parce qu’il construit sa vie sur de fausses valeurs et qu’il s’interdit par là d’être heureux. Ce type de discours, qui apparaît fréquemment dans la rhétorique fouriériste, est de toute évidence celui qui tranche le plus crûment avec la critique socialiste ultérieure. Dans un autre article du même journal, Owen n’envisage la constuction des villes, à l’instar des dépenses militaires, du luxe, du coût des procédures de justice..., que comme l’un des aspects par lesquels on gaspille la propriété25.

27Le monde urbain illustre à merveille la tension, que les socialistes britanniques – tout comme la plupart des observateurs contemporains – ressentent violemment, entre le capital et le travail. Dans un long poème, Robert Buchanan exprime ceci à travers l’image d’une jeune fille de la bonne société, bien habillée pour aller danser dans un palais somptueux ; elle n’a nulle conscience du prix payé par les ouvriers pour qu’elle jouisse de ces luxes :

  • 26 Robert Buchanan, The Past, the Présent, and the Future, Manchester, Heywood (1840), p. 36.

« La jeune fille hautaine qui papillonne
Au milieu de la gaité d’une salle de bal ou dans un grand salon,
Ou qui avance en grande pompe dans les corridors compliqués
D’un palais immense et magnifique, élevé grâce à un puissant labeur,
Pense bien peu au cœur palpitant, à l’ardeur désespérée
De celui dont la main a fait les robes splendides
Dont elle pare sa beauté ; – dans son esprit,
Elle n’entend pas les enfants supplier pour le pain,
Elle ne voit pas le regard désespéré de leur mère
Lorsqu’elle pense au labeur mal rétribué
De celui dont elle partage le sort26. »

28La ville britannique est ainsi clairement désignée comme un lieu de production, où se réalisent les mutations industrielles. Buchanan insiste sur la coïncidence spatiale entre la production et la consommation. Cette conception s’avère tout à fait opérante dans le monde britannique, où très vite la révolution industrielle a imposé sa marque sur la structure urbaine. Tel n’est pas le cas en France, où pour des raisons facilement compréhensibles, la corrélation ne fonctionne pas aussi bien. La ville reste donc un lieu de consommation, d’oisiveté, et non un lieu de production. C’est en ces termes que s’expriment Fourier et Considérant.

29Le commerce constitue, pour des auteurs qui ne pensent que de façon sommaire le problème des échanges et de la circulation des biens, l’archétype de l’activité urbaine stérile et néfaste.

Le commerce

  • 27 C’est aussi une occasion de laisser libre cours à son antisémitisme, les juifs formant une sorte d’ (...)

30On sait l’hostilité traditionnelle des socialistes, en particulier des Français, à l’égard des activités commerciales, parasites et non productives. C’est bien sûr Fourier qui remporte la palme en ce domaine ; si son expérience personnelle est de toute évidence à l’origine de cette haine du commerce27, il convient de souligner que la réflexion fouriériste, fondée sur la satisfaction des passions et sur une définition étroite du travail, n’envisage pas que l’activité marchande participe au processus économique autrement qu’en captant une grande partie de la richesse sans fournir aucun travail en échange. Le commerce et les commerçants apparaissent alors comme l’un des signes du dysfonctionnement économique de la société « civilisée ». Par leur présence, ils faussent tout le jeu économique ; ils sont consubstantiels à la Civilisation, en particulier à la ville :

  • 28 Charles Fourier, Théorie des quatre mouvements et des destinées générales, première édition 1808, P (...)

« Si une ville perd ses marchands, comme il arriva à Marseille au temps de la peste, elle se repeuple aussitôt de nouveaux marchands, pour peu que sa situation invite au commerce. Si une ville perd ses manufacturiers, comme il est arrivé à Louvain, on ne voit pas de nouveaux fabricants y transporter leurs ateliers28. »

31Les deux phénomènes civilisés, également négatifs, que sont le commerce et le fait urbain se rejoignent dans la condamnation sans appel de la civilisation menée par Fourier. Chez Considerant, les magasins, leurs étalages luxueux, constituent à l’instar des théâtres des lieux où s’exacerbe la convoitise, et à partir duquel les haines sociales se déchaînent.

32Chaque auteur insiste sur le nombre et la qualité des « magasins » que comprendra la communauté : le terme de magasin est bien sûr compris au sens d’entrepôt. Puisque l’abondance régnera, il ne servira à rien de restreindre, comme le fait le commerce, l’accès aux produits à ceux qui ont les moyens de les acheter. L’analyse de Perreymond, dans Paris monarchique et Paris républicain est plus fine ; il témoigne de la crise du petit et moyen commerce à la fin de la Monarchie de Juillet, et présente les commerçants davantage comme des victimes de la société que comme des profiteurs et des parasites :

  • 29 Perreymond, Paris monarchique et Paris républicain, Paris, Librairie sociétaire, 1849, p. 50.

« La classe commerciale vit au milieu de la concurrence acharnée du petit négoce, incessamment ballottée et ruinée par les faillites, les crises financières et politiques, elle est en butte aux plus cruels soucis, et, si la misère des deux classes, mécaniques et salariées, ne l’atteint pas d’un jour à l’autre, elle n’en sera pas moins à plaindre, et souvent elle en subira nécessairement le sort.
La faillite, la chicane, l’usure, dévorent le commerce, et rivent le commerçant sur un véritable banc de douleur29. »

33De façon très moderne, Perreymond souligne la pression que les financiers font peser sur les commerçants ; il met en avant le rôle du crédit dans l’instabilité matérielle qui caractérise cette « classe commerciale » :

  • 30 Ibid., p. 53.

« Mais le fléau le plus terrible du commerce, celui contre lequel il n’existe pas de transaction possible, c’est la coalition permanente des capitalistes, des banquiers, des hommes d’argent, qui de haute lutte se sont emparés de la circulation du numéraire et du crédit. [...]
Tenant tous les fils qui mettent en jeu le commerce, ils savent profiter des temps de calme pour pousser à la concurrence illimitée, en ouvrant leur caisse ; ils savent profiter des moments de trouble financier ou politique, en fermant leur coffre-fort30. »

  • 31 Ibid.
  • 32 La thématique de l’évolution politique de « l’atelier et de la boutique » est bien connue ; pour la (...)

34Ce sont ces financiers qui, contrôlant toute la circulation de l’argent, du crédit et donc de toutes les productions, sont les vrais maîtres ; « l’État est à leur merci », « le cœur de la société est dans leurs mains31 ». De ce fait, le commerce et les commerçants souffrent à l’instar des autres catégories sociales du désordre que les financiers entretiennent. Avec le temps – Perreymond écrit en 1849 – et à la faveur d’une réflexion économique plus affinée, le message néo-fouriériste prend en compte la situation contemporaine et se pose en interlocuteur des commerçants touchés par la crise. On est donc passé de l’anathème à une approche compréhensive... Se situant désormais politiquement, l’école fouriériste est amenée à prendre en compte la situation de certaines catégories sociales qui constituent une partie de l’électorat potentiel de l’extrême-gauche républicaine et des « démo-socs » au sein du « peuple » urbain32.

  • 33 Robert Buchanan, The Past, the Present and the Future, op. cit., p. 35.

35Les socialistes s’attardent fréquemment sur le paradoxe que constitue selon eux la fausse prospérité de la société civilisée, illustrée par les richesses commerciales. Robert Buchanan s’attaque à ce qu’il considère être un mensonge. Le clinquant, la richesse qu’étalent les boutiques, ne font que recouvrir « le chancre qui de l’intérieur ronge33 » la société. Et il conclut ce paragraphe sur un anathème qui semble résumer tous les griefs portés contre les classes aisées et l’activité commerciale :

  • 34 Ibid.

« Quittons ces lieux où la Richesse et la Beauté traînent Leurs existences oisives – où les sourires
De la faveur courtisane donnent la vie
À des milliers de sycophantes rampants, qui vivent
Des organes vitaux du Travail, alors même qu’ils maudissent la source
Qui les nourrit – vermines se multipliant
Sur les plaies purulantes qui s’étalent sur
La carcasse de la société, et donnent
Une image repoussante de la masse humaine34. »

36Le commerce, activité parasite, qui se nourrit du travail des véritables producteurs de la richesse, se concentre dans les agglomérations urbaines, car elles attirent tous les profiteurs de ce système social inégal et injuste. De plus, elles constituent le miroir aux alouettes de l’ambition corrompue des « civilisés », qui mettent leur fougue et leur passion au service d’une réussite individuelle mesquine, au lieu de se consacrer à la préparation du salut commun. La ville est le séjour du commerce, c’est aussi là que règnent l’ambition et la corruption.

  • 35 John Minter Morgan, Letters to a Clergyman, London, Chapman and Hall, 1846, p. 57-58.

37Les oppositions sociales qui découlent de cette volonté d’amasser les richesses apparaissent particulièrement fortes aux Britanniques. Visitant Paris, John Minter Morgan souligne la douceur de vivre qui résulte de la faiblesse relative des écarts sociaux par rapport à ce que Londres propose. En particulier, les Parisiens, « peuple en quête de plaisirs », aspirent à jouir dès que possible des fruits de leur travail. Ils n’hésitent donc pas à se retirer rapidement des affaires ; ce faisant, ils favorisent la promotion de successeurs et une forme de fluidité sociale. Au contraire, les Londoniens sont marqués par « une angoisse permanente et affairée dans la poursuite de la richesse35 ».

  • 36 Ibid., p. 58-59.

38En bref, ce qui fait la supériorité de Paris, c’est qu’il y règne « plus d’urbanité entre les différentes classes, et en conséquence, une distinction moins marquée36 ». Les Londoniens, trop attachés à poursuivre la fortune, ne savent pas jouir de la vie ; de ce fait, se construisent des fortunes immenses qui ignorent l’immensité comparable des misères...

39Cet apparat, ces activités commerciales, de luxe qui caractérisent les villes, et en particulier Paris et Londres constituent de fausses valeurs, dans lesquelles la Civilisation se fourvoie. John Horne, rendant compte dans The Crisis d’une visite à Paris, s’emporte contre la frivolité des contemporains qui admirent les richesses et la « prospérité » des capitales. Il imagine un dialogue entre un Anglais et un Français sur les mérites réciproques de leurs pays.

  • 37 J. Home, « To my brother disciples in England », The Crisis, vol. II, n° 32, saturday, august 10, 1 (...)

40Le statut des deux capitales est clairement marqué : Londres est la ville du commerce, des docks, de la richesse ; Paris est le lieu du luxe, de l’oisiveté, des plaisirs. Rien de très original par rapport au discours contemporain, hormis cette idée forte selon laquelle, chacune dans sa spécificité, les deux métropoles incarnent les errements et les injustices du vieux monde civilisé, où règne l’argent : « Voilà ce que ces observateurs supercifiels disent et pensent. Mais voient-ils sous ces apparences de prospérité le volcan prêt à éclater et à éparpiller tous ces éléments ? Non37 ! »

Notes

1 John Minter Morgan, Hampden in the Nineteenth Century, London, Edward Moxon, 1834, vol. 2, p. 59.

2 Perreymond, Paris monarchique et Paris républicain, Paris, Librairie sociétaire, 1849, p. 49.

3 Cf., par exemple, James Napier Bailey, Essays on Miscellaneous Subjects : Historical, Moral, and Political, Leeds, J. Hobson, 1842, p. 39-40 : « En voyageant à travers la Grande-Bretagne nous rencontrons fréquemment de superbes résidences et des bâtiments coûteux qui constituent les demeures de l’aristocratie terrienne et industrielle de ce pays. Ils présentent un contraste marqué avec les cottages délabrés et les misérables taudis du pauvre. C’est dans les grandes villes, cependant, que ce contraste peut être vu dans la plus grande lumière. »

4 Victor Considerant, Principes du socialisme. Manifeste de la démocratie au xixe siècle, Paris, Librairie phalanstérienne, 1847, p. 16.

5 Victor Considerant, Destinée sociale, Paris, Librairie phalanstérienne, 1848, deuxième édition, t. I, p. 408-409.

6 R.D.O. (i.e. Robert Dale Owen), « London Contrasts », The Crisis, vol 2., n° 3, saturday, january 26, 1833, p. 18-19.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 La réciproque est d’ailleurs vraie. Londres est fréquemment décrite comme « a collection of cities » (Anthony Sutcliffe, London and Paris. Capitals of the Nineteenth Century, The 5tb H.J. Dyos Memorial Lecture, May 3, 1983, Victorian Studies Centre, University of Leicester, 1983, p. 9) ; et la remarque vaut pour de nombreuses métropoles anglaises, cf. par exemple Anthony Miller, Poverty Deserved ? Relieving the Poor in Victorian Liverpool, Birkenhead, Merseyside, Liver Press, 1988, 53 p. qui souligne que les riches et les classes moyennes ne connaissent pas les quartiers pauvres, n’y sont jamais allés et que même les philanthropes préfèrent donner à des pauvres qui se situent dans des quartiers plus proches des leurs, donc moins déshérités...

10 Flora Tristan, Promenades dans Londres, 2e édition, Paris, H.L. Delloye, Londres, W. Jeff, 1840, p. 5.

11 Ibid., p. 6 : « De braves marchands qui se méprennent rarement sur les intérêts de leur commerce et que rien n’affecte, excepté ces mêmes intérêts. »

12 Ibid.

13 Ibid., p. 7.

14 « Poverty of the People », The Union : A Monthly Record of Moral, Social and Educational Progress, n° 5, august 1, 1842, p. 169.

15 Robert Owen, Lectures on the Rational System of Society, London, Home Colonization Society, 1841, p. 128.

16 Cette hiérarchisation renvoie, de façon non explicite ici, à l’importance de la circulation dans la ville, à la valorisation des grands axes par rapport aux « culs-de-sac », cf. par exemple à propos de l’implantation commerciale, Roger Scola, « Retailing in the Nineteenth-Century Town : some problems and possibilities », in The Structure of Nineteenth Century Cities, edited by James H. Johnson and Colin G. Pooley, London, Croom Helm, 1982, p. 153 à 169.

17 Henry Mac Cormac, An Appeal in Behalf of the Poor, Belfast, S. Archer, 1831, p. 14.

18 William Thompson, Practical Directions for the Speedy and Economical Establishment of Communities, London, Strange, 1830, p. 60.

19 Quoi qu’en dise Fourier, le système des séries engrenées ne met pas en contact les plus riches et les plus pauvres...

20 H. Dameth, Mémoire sur la fondation de cités industrielles dites Cités de l’Union, Paris, imp de Schneider, 1849, p. 7-8.

21 James Napier Bailey : Essays on Miscellaneous Subjects, op. cit., p. 13.

22 Ibid., « Ici se trouvent des lords et des ladies [...], et on trouve les enfants du labeur, les fils du travail ».

23 Industriel du textile, Charles Bray (1811-1884) rejoint le mouvement owéniste dans les années 1830 et participe à l’expérience de Queenwood (Harmony Hall). L’échec de cette tentative remet en cause ses convictions vis-à-vis de la communauté et accélère son évolution vers d’autres préoccupations. Il sera favorable à un système de « cottage factory », de 3 à 400 maisons indépendantes, avec du terrain agricole et une machine à vapeur pour fournir de l’énergie à tous. The Philosophy of Necessisty, au moins dans sa première édition de 1841, est cependant explicitement owéniste.

24 Liverpool est souvent considérée comme la ville la plus pauvre d’Angleterre, du fait de l’irrégularité saisonnière du travail portuaire. Cf. Anthony Miller, Poverty Deserved ? Relieving the Poor in Victorian Liverpool, Birkenhead, Liver Press, 1988, 53 p.

25 Robert Owen, « Lectures on Property. How property is at present used », The New Moral World, vol. I, n° 24, saturday, april 11, 1835, p. 185.

26 Robert Buchanan, The Past, the Présent, and the Future, Manchester, Heywood (1840), p. 36.

27 C’est aussi une occasion de laisser libre cours à son antisémitisme, les juifs formant une sorte d’archétype du commerçant.

28 Charles Fourier, Théorie des quatre mouvements et des destinées générales, première édition 1808, Paris, librairie de l’École sociétaire, 1841, p. 389.

29 Perreymond, Paris monarchique et Paris républicain, Paris, Librairie sociétaire, 1849, p. 50.

30 Ibid., p. 53.

31 Ibid.

32 La thématique de l’évolution politique de « l’atelier et de la boutique » est bien connue ; pour la période qui nous concerne, commerçants et artisans appartiennent de toute évidence encore totalement à ce « peuple » qu’évoquent notamment P. Vigier et H.G. Haupt dans les deux numéros spéciaux du Mouvement social qu’ils ont consacré à « L’atelier et la boutique, étude sur la petite bourgeoisie au xixe siècle » (n° 108, 1979) et à « Petite entreprise et politique » (n° 114, 1981). Cf. également Jean-Michel Gourden, Le Peuple des ateliers. Les artisans du xixe siècle, Paris, Créaphis, 1992, 164 p.

33 Robert Buchanan, The Past, the Present and the Future, op. cit., p. 35.

34 Ibid.

35 John Minter Morgan, Letters to a Clergyman, London, Chapman and Hall, 1846, p. 57-58.

36 Ibid., p. 58-59.

37 J. Home, « To my brother disciples in England », The Crisis, vol. II, n° 32, saturday, august 10, 1833, p. 246.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search