Version classiqueVersion mobile

Les socialistes et la ville

 | 
Frédéric Moret

Critique sociale, critique de la ville

Chapitre 1

La ville, symptôme de la crise sociale

Texte intégral

  • 1 Andrew Lees, Cities Perceived. Urban Society in European and American Thought, 1820-1940, Mancheste (...)

1Les socialistes n’ont pas, loin de là, le monopole d’un discours critique sur la ville du premier xixe siècle : leurs descriptions, leurs jugements sont contemporains des « reportages de Villermé ou de Tocqueville, des romans de Dickens ou de Balzac1 ». La question qui se pose est donc celle d’une éventuelle singularité de la parole socialiste sur la crise urbaine. La ville, monstre social, qui alimente tous les fantasmes du xixe siècle, est souvent plus un décor, un fond de scène que l’objet même du discours. La question est sociale, politique, démographique ; elle n’est finalement que rarement urbaine. La problématique du baron de Gérando est celle de la « bienfaisance », Adolphe Blanqui s’intéresse aux « classes ouvrières », Villermé à « l’État physique et moral des ouvriers » ; de même, les philanthropes londoniens n’envisagent que fort rarement la ville autrement que comme le lieu de la détresse populaire. Les socialistes s’inscrivent donc dans un large débat.

La prégnance du discours philanthropique

  • 2 Almanach phalanstérien pour 1845, Paris, Librairie sociétaire, 1844, p. 41.

2L’Almanach phalanstérien pour 1845 offre à ses lecteurs, outre un « annuaire », une analyse du budget et des impôts de la France, un chapitre sur l’astronomie, une rubrique consacrée à la « consommation de Paris » qui donne des statistiques dignes d’un guide touristique du milieu du siècle : « La consommation totale de substances animales s’est élevée pendant l’année 1843 à 163, 275, 095 kil., ayant une valeur de 153,633,325 francs2. » Ici, l’on se contente d’utiliser des informations, des statistiques officielles. De même, La Réforme industrielle ou le Phalanstère, le premier organe de l’école fouriériste publie le 17 mai 1833 un article non signé sur « le mouvement de la population parisienne en 1832 » directement tiré des statistiques de l’État civil. Très classiquement, l’on évoque les naissances, les mariages, les décès... L’on compare ces différentes statistiques selon les quartiers de la ville. Ce discours statistique, neutre, technicien, est simplement conclu par une courte péroraison, qui semble donner la « morale » de ces statistiques :

  • 3 « Mouvement de la population parisienne en 1832 », La Réforme industrielle ou le Phalanstère, t. II (...)

« Ce résultat dans la proportion des naissances qui sont en raison inverse de l’aisance dans les différentes classes, fournit au moins une présomption en faveur des causes qui, d’après M. Fourier, fixeront naturellement un jour l’équilibre de population, je veux dire l’abondance générale et l’affluence de plaisirs3. »

  • 4 The Union, A Monthly Record of Moral, Social and Educational Progress, n° 4, july 1, 1842, p. 113-1 (...)
  • 5 Charles Bray, The Philosophy of Necessity ; or, the Law of Consequences ; as Applicable to Mental, (...)

3L’âpreté des contrastes sociaux dans le xixe siècle européen, les conséquences désastreuses de la révolution industrielle sur la santé et les conditions de vie des classes ouvrières en formation apparaissent tellement évidentes aux yeux de tous les observateurs sociaux, qu’il semble inutile, pour décrire cet état de crise, de produire un discours particulier. Il suffit de reprendre les tableaux donnés par les premiers enquêteurs sociaux. Ainsi, il est fréquent de voir les journaux socialistes rendre compte des ouvrages à caractère philanthropique, en les utilisant toujours dans leur sens. Les travaux de Parent-Duchâtelet, Villermé, Blanqui, sont commentés dans les journaux fouriéristes, tout comme ceux de Frégier. The Union, journal édité par G.A. Fleming, un proche d’Owen, ne consacre pas moins de neuf pages à un ouvrage largement autobiographique d’un invalide du travail, qui n’est pas un socialiste, et le cite largement4. Charles Bray cite les rapports de médecins, de la Statistical Society, des « commissaires de la loi des Pauvres » pour évoquer la « condition des classes ouvrières5 ».

  • 6 « Public prostitution in London. Extracted from a Sermon [...], by the Rev. R. Ainslie », The New M (...)

4Dans le New Moral World, le principal organe owéniste, on retrouve les mêmes références. Mieux, il arrive que l’on reproduise in extenso et sans aucun commentaire des articles publiés dans d’autres organes de presse, parfois fort conservateurs. Ainsi, en 1839, c’est un sermon prononcé contre la prostitution que les lecteurs du journal owéniste ont l’occasion de lire. Et l’orateur n’est pas précisément un « compagnon de route » : le révérend R. Ainslie s’illustre quelques mois plus tard dans la lutte menée par le clergé anglican contre les owénistes6.

  • 7 Voir également à ce propos le chapitre « Owenite Philanthropists », in J.F.C. Harrison, Robert Owen (...)

5Le mouvement owéniste apparaît imprégné de ce sentiment philanthropique, probablement davantage que son homologue français ; la plupart des auteurs estime qu’à l’origine, l’owénisme est d’abord un mouvement philanthropique, qui n’évolue qu’ultérieurement – en particulier à la faveur de la rencontre au début des années 1830 avec le mouvement ouvrier – vers un « véritable » socialisme. Robert Owen conduit son expérience de New Lanark en patron éclairé, omnipotent, soucieux de donner, voire d’imposer, des conditions de vie et de moralité à ses ouvriers. Les premiers « disciples » d’Owen, comme John Minter Morgan ou Archibald James Hamilton (qui finance la première communauté owéniste d’Orbiston en 1825), le rejoignent à partir d’une réflexion sur la pauvreté et considèrent leur action comme un exercice de philanthropie, bien digne d’un gentleman. Et leur évolution ultérieure ne coïncide pas forcément avec celle de leur maître à penser. La lecture du premier organe owéniste, The Economist, est édifiante à ce propos7. Ceci explique que le modèle d’Owen, son « village de coopération », soit repris jusque dans les années 1840 par des groupes dont l’idéologie est fort éloignée du socialisme. L’organisation de John Minter Morgan, la « Church of England Self-Supporting Village », en fournit le meilleur exemple, qui, sur une base owéniste, reçoit le soutien d’une partie de l’aristocratie et du haut clergé anglican. Il est probable que l’acuité du problème social dans la Grande-Bretagne de la révolution industrielle, la prégnance de la question de la pauvreté – en particulier à la faveur du débat sur la loi des pauvres – dessinent plus nettement qu’en France le cadre du débat.

  • 8 Le chartisme a suscité et suscite de nombreuses études en Grande-Bretagne. Pour une synthèse pratiq (...)
  • 9 Cf. Michèle Riot-Sarcey, Le Réel de l’utopie. Essai sur le politique au xixe siècle, Paris, Albin M (...)

6En effet, le socialisme français apparaît beaucoup moins inséré dans le débat national que ne l’est, au moins à certaines époques, le mouvement owéniste. On discute beaucoup moins, dans la presse « bourgeoise », les propositions socialistes. L’existence d’une opposition républicaine virulente et bien implantée fut probablement un obstacle à la diffusion des idées socialistes. Il existait en Grande-Bretagne, à l’intérieur du système politique, des oppositions ; mais le système lui-même n’est guère contesté de l’extérieur. Le caractère de classe du mouvement chartiste8, les limites de la réflexion économique, politique et sociale du chartisme comme du radicalisme laissent en grande partie le champ libre au socialisme. Le mouvement républicain en France intervient très largement sur toutes ces questions, faisant de leur résolution un problème avant tout politique9.

7Il en va tout autrement pour les socialistes, qui – au moins dans un premier temps – ne placent pas le politique au centre de leur réflexion. On le sait, les fouriéristes, tout comme les owénistes et les saint-simoniens, affectent un loyalisme absolu vis-à-vis des pouvoirs en place dont ils attendent – toujours sans succès – qu’ils soient à l’origine d’une expérimentation de leurs systèmes. La critique porte alors bien plus sur l’ordre social que sur la conduite des affaires publiques, rapprochant d’autant plus leur analyse du discours des philanthropes « bourgeois ».

  • 10 J. Léonard, La Médecine entre les savoirs et les pouvoirs. Histoire intellectuelle et politique de (...)

8On a souvent évoqué l’influence des polytechniciens dans le socialisme français du premier xixe siècle (et pas uniquement chez les saint-simoniens). L’importance du groupe des médecins, en particulier, chez les fouriéristes, a été en revanche peu mise en avant. Pourtant, Arthur de Bonnard, Ange Guépin, Charles Pellarin, Stanislas Aucaigne, Baudet-Dulary, Barrier... appuient leurs convictions socialistes sur une pratique de la médecine, et sur une expérience vécue de « médecins des pauvres ». Représentants d’une profession en pleine ascension, en lutte pour la reconnaissance de sa compétence, ces médecins apportent le poids de leur savoir, leur connaissance technique, à l’établissement d’un « diagnostic social10 ».

  • 11 Louis Blanc, Organisation du travail, Paris, Prévot et Pagnerre (1840), 131 p.
  • 12 Ibid., p. 21 à 26.
  • 13 Ibid., p. 21.
  • 14 « Nous devons ces renseignements, que nous avons mis beaucoup de soin à recueillir et que personne (...)
  • 15 Sur les enquêtes ouvrières, cf. Michelle Perrot, Enquêtes sur la condition ouvrière en France au xi (...)
  • 16 Ibid., p. 29 à 33.

9Parfois, les socialistes réalisent des enquêtes à la manière des philanthropes, utilisant alors souvent les mêmes méthodes. Ainsi, Louis Blanc, lorsqu’il publie l’ouvrage qui lui valut sa popularité dans le peuple parisien, l’Organisation du travail11, donne une description de la misère ouvrière urbaine. En particulier, il dresse un tableau du travail à Paris, pour les femmes et pour les hommes, en indiquant le salaire quotidien, les mois de « morte saison » et en prévoyant une colonne pour les observations12. Il s’explique sur ce souci statistique : « Au reste, pour que les esprits exacts ne nous accusent pas d’avoir chargé les couleurs du tableau, voici quelle est, formulée en chiffres, la condition de la classe ouvrière à Paris13 », prenant soin de donner en note les noms, professions et adresses de ses informateurs14. Le critique social se fait ici enquêteur15, soucieux de la validité de ses sources. De plus, Louis Blanc cite largement les travaux du docteur Ange Guépin16 sur Nantes, en particulier ses descriptions des quartiers pauvres de la ville. Nantes au xixe siècle ; statistique topographique, industrielle et morale, paru en 1835, est l’exemple même de la « topographie » urbaine, genre qui fleurit au xviiie siècle, avec ici un souci social manifeste chez ce médecin brillant, saint-simonien.

  • 17 « Notes from the Manufacturing Districts », The New Moral World, vol XII, n° 11, saturday, septembe (...)
  • 18 Ibid., n° 11, p. 84 : « Derived from Personal observation. » Gérard Leclerc, L’Observation de l’hom (...)
  • 19 Ibid., par exemple ce type d’expression : « The first thing that strikes a stranger to these distri (...)

10On trouve l’équivalent, en moins précis, moins scientifique, dans une série d’articles non signés – le style n’est pas celui de Robert Owen – parus dans le New Moral World en 1843 et 184417. Le titre lui-même est signifiant : « Notes from the Manufacturing Districts » : il s’agit ici, non pas d’une étude urbaine mais d’un travail sur les conséquences de l’industrialisation. La démarche qui préside à ces articles est celle d’un enquêteur, elle est « issue d’une observation personnelle18 ». Ce n’est pas le témoignage d’un acteur, d’une victime de l’industrialisation, mais un regard qui s’affirme extérieur, neutre, « scientifique » sur un objet19. Sans faire d’anachronisme, on peut dire que l’auteur de ces « Notes à propos des régions industrielles » se pose en enquêteur social. De la même façon, la « découverte » par Flora Tristan du quartier de St-Giles, « interdit », masqué, est présentée comme une révélation de la réalité sociale de Londres :

  • 20 Flora Tristan, Promenades dans Londres, deuxième édition, Paris, H.L. Delloye, Londres, W. Jeff, 18 (...)

« Non, à moins de l’avoir vu, il est impossible de se figurer une misère aussi hideuse ! un avilissement aussi profond ! une dégradation de l’être humain plus complète !!! Là, je vis des enfants entièrement nus, des jeunes filles, des femmes nourrices pieds nus, n’ayant qu’une chemise qui tombait en lambeaux et laissait voir leur corps nu presque en entier..., des vieillards blottis dans un peu de paille devenue fumier, de jeunes hommes couverts de guenilles20. »

11Ici, l’incapacité des socialistes à élaborer un discours singulier pour rendre compte de la crise sociale est manifeste.

  • 21 Perreymond, Paris monarchique et Paris républicain ou une page de l’histoire de la misère et du tra (...)
  • 22 Ibid., p. 3.

12L’ouvrage de Perreymond, Paris monarchique et Paris républicain21, présente une approche plus subtile et originale. Cette étude en deux parties de la situation du peuple parisien en 1846 et en 1849 est publiée à la « Librairie sociétaire » et peut être considérée comme totalement « orthodoxe » par rapport au fouriérisme « officiel ». En particulier, elle témoigne de l’évolution politique du mouvement, notamment par la critique de la politique menée par la République d’après juin 1848. La seconde partie, « Paris républicain », nous concerne d’ailleurs beaucoup moins directement ici, car il s’agit d’un réquisitoire contre la politique des différents gouvernements et d’une apologie de l’association. L’ouvrage est dédié à Eugène Sue et s’ouvre par la dédicace suivante22 :

« À l’auteur des mystères de paris
Vous avez largement dramatisé les souffrances parisiennes ;
Je les présente dans toute la simplicité du langage des chiffres ;
Vous avez dépeint la misère, je la dissèque ;
Vous parliez principalement à l’enthousiasme du cœur, je m’adresse spécialement au calcul de la raison ;
Le tableau s’achève...
Ces pages devaient donc vous être dédiées ;
Je vous les dédie.
fraternité »

  • 23 G. Leclerc, L’Observation de l’homme, op. cit., souligne le « pouvoir de la statistique », p. 183 : (...)
  • 24 Ibid., p. 5.
  • 25 Ibid., p. 28. Enquêtes, recensements, constituent l’armature de ces sources.
  • 26 Ibid., p. 35.

13La dédicace est d’autant plus aisée qu’à cette époque Eugène Sue a explicitement rejoint le camp socialiste. Elle manifeste le souci « scientifique » qui est celui de ce fouriériste très important, dont la pensée sur la ville est probablement la plus achevée. C’est par l’étude statistique23, par les chiffres, que Perreymond veut établir une « monographie de la misère à Paris24 ». Après avoir indiqué que le problème fondamental est – à toutes les époques – celui du rapport entre le capital et le travail, Perreymond nous donne la « position sociale de la population parisienne en 1846 » ; il conforte son analyse en soulignant que « les chiffres que nous donnons sont des chiffres officiels25 ». Population, logement, profession, pauvreté, population hospitalisée, naissance, mont-de-piété... autant de statistiques commentées de façon très intéressante par Perreymond. Il définit de façon très moderne la mission de l’observateur social, son rapport au matériel statistique : « On le sait, la statistique, dans son mutisme systématique, ne s’occupe pas de la valeur morale des chiffres qu’elle étale à plaisir. Essayons de leur communiquer la vie qu’elle refuse26. »

  • 27 Du même auteur, on peut signaler un autre ouvrage nourri des mêmes sources (recensements, statistiq (...)

14Perreymond, nous le verrons, déborde la simple exposition des faits pour tenir un discours engagé, autonome, qui se dégage des schémas philanthropiques trop figés pour, explicitement, utiliser l’enquête à des fins politiques et sociales. Une nuance donc, un signe de l’évolution, de l’autonomisation du discours socialiste27.

La ville malade

15Dans An Explanation of the Cause of the Distress, Robert Owen fixe les objectifs de sa « British and Foreign Philanthropie Society » pour améliorer le sort des classes populaires : il envisage de

  • 28 Robert Owen, An Explanation of the Cause of the Distress which Pervades the Civilized Parts ofthe W (...)

« Premièrement. Construire, couvrir et aérer des logements pour les classes ouvrières, mieux et moins cher, que ne peut le faire aucun des plans aujourd’hui mis en pratique.
Deuxièmement. De les nourrir mieux et moins cher.
Troisièmement. De les vêtir mieux et moins cher.
Quatrièmement. De les former et de les éduquer mieux et moins cher.
Cinquièmement. De leur assurer une meilleure santé que celle qu’ils ont actuellement.
Sixièmement. De consacrer leur travail à l’Agriculture, aux Manufactures, et à tous les buts de la société, avec l’aide d’une science mieux menée que jusqu’ici.
Et enfin, de faire d’eux, dans tous les domaines, de meilleurs membres de la société28 ».

16Outre le discours paternaliste qui préside ici à la tentative philanthropique de rendre les classes populaires plus heureuses en leur imposant un régime de vie et en les considérant comme irresponsables, incapables de prendre en main leurs destinées, cette liste renferme à peu près toutes les exigences matérielles que réclament les socialistes. Dans ce contexte, la crise de la ville du premier xixe siècle se révèle dans l’incapacité de loger, nourrir, vêtir et éduquer convenablement les classes populaires.

La pauvreté

  • 29 Cf. D. Procacci, Gouverner la misère : la question sociale en France 1789-1848, Paris, Le Seuil, 19 (...)
  • 30 Charles Fourier, Anarchie industrielle et scientifique, Paris, Librairie phalanstérienne, 1847, 70  (...)

17La misère est un élément marquant de la crise sociale29 ; la ville en est le lieu, même si parfois l’on évoque aussi la pauvreté rurale. Fourier fait de la misère urbaine l’un des « Indices de l’anarchie industrielle30 » ; la pauvreté urbaine est l’un des symptômes de la faillite généralisée de la « Civilisation ».

  • 31 E.D., « Détresse de la classe ouvrière anglaise », La Phalange, t. V, 3e série, n° 30, vendredi 11  (...)
  • 32 François Crouzet, De la supériorité de l’Angleterre sur la France. L’économique et l’imaginaire xvi (...)

18La pauvreté est un thème que l’on retrouve fréquemment dans la presse socialiste des deux pays ; la Grande-Bretagne, plus en avance industriellement, est aussi plus touchée par la pauvreté. La Phalange du 11 mars 1842 publie un article sur la « Détresse de la classe ouvrière en Angleterre », signé E.D. (Édouard de Pompéry ?)31. Pour les Français, la détresse de la classe ouvrière anglaise est un sujet d’inquiétude permanent. En effet, le développement dualiste de l’économie française, associant essor de l’industrie et vitalité de la petite entreprise protoindustrielle, a pu être perçu par les contemporains, et certains auteurs ultérieurs, comme un retard32. Ainsi, la paupérisation des ouvriers anglais est considérée comme la préfiguration du sort du prolétaire français, lorsque la « contagion » industrielle aura atteint le continent.

  • 33 Perreymond, Paris monarchique et Paris républicain, op. cit., p. 37.
  • 34 Ibid., p. 39.

19La presse owéniste se fait naturellement très largement l’écho de cette misère urbaine ; on l’évoque en particulier dans des poèmes originaux ou reproduits d’autres journaux, au noms évocateurs : « The Complaints of the Poor » de Southey ou « God Help the Poor » de Bardofm. L’institutionnalisation de la question de la pauvreté en Grande-Bretagne désigne bien plus clairement les termes du débat : sans remonter jusqu’à Elizabeth, l’existence d’une législation précoce d’assistance aux pauvres – et le débat qui accompagna le vote de la « New Poor Law »– fournissent des arguments aux socialistes anglais, alors que la tradition française, en un sens moins étatique, car liée à l’Église catholique, ne délimite pas aussi clairement la pauvreté et le statut de pauvre. Perreymond, dans son souci d’établir un « tableau de Paris » le plus fidèle possible, note que « la différence entre la population réellement indigente de Paris et celle qui n’est constatée qu’officiellement, est énorme33 » et que « l’on se méprendrait étrangement si l’on croyait que Paris ne renfermait en 1844 que 66 000 personnes dans la précaire et misérable position de l’indigence34 ». Il note les différences selon les arrondissements, et le côté pernicieux de la charité publique : les arrondissements qui peuvent le mieux secourir leurs pauvres sont – c’est une évidence – ceux qui en ont le moins :

  • 35 Ibid.

« Mais la misère n’engendre que la misère. Les quartiers que l’on a laissé imprudemment envahir par le paupérisme, ne renfermant qu’un petit nombre de personnes charitables, assez riches pour donner aux bureaux de bienfaisance ; on arrive ainsi à cette triste conséquence : que là où il se trouve le plus de pauvres, les moyens de les secourir manquent le plus souvent35. »

  • 36 Compte rendu d’une « lecture » de Robert Owen, in The Crisis, vol. 2, n° 3, saturday, january 26, 1 (...)

20La pauvreté n’est pas seulement un état social ; ce n’est pas seulement une catégorie statistique de la population. Ce qui fait la force de l’argument de la pauvreté, c’est qu’elle fonctionne comme preuve : la pauvreté se voit, se rencontre au coin d’une rue. C’est une preuve « tangible », un signe indiscutable de la crise. L’apparence du pauvre est donc très souvent rappelée : « Couvert, souvent même pas couvert, de haillons36. » C’est l’un des « invariants » de la description d’une ville ou d’un quartier ; la pauvreté a une « couleur », une odeur, un bruit.

21Un pauvre, cela se reconnaît à sa coiffure : la femme « en cheveux », on le sait, est l’objet d’un discours négatif tout au long du xixe siècle. Ses vêtements le désignent comme tel. Ce type de discours coïncide parfaitement avec les descriptions « ethnologiques » menées par les hommes et les femmes du xixe siècle qui visitent les quartiers pauvres. Outre ce discours général sur la pauvreté, les socialistes – peu originaux en l’occurrence – s’attardent volontiers sur toutes les carences qui sont le lot de la population pauvre des villes. Autant de défauts, et leur originalité est là, que leurs systèmes permettraient de résoudre...

Manger

  • 37 Charles Fourier, La Fausse Industrie, Paris, Bossange, 1835, p. 194.
  • 38 Ibid.
  • 39 Cf. Jean-Pierre Navailles, La Famille ouvrière dans l’Angleterre victorienne. Des regards aux menta (...)

22On connaît l’attention particulière que Fourier porte à la nourriture. Outre l’explication « psychologisante »– sa propre gourmandise maintes fois évoquée –, cette préoccupation s’insère dans sa conception des attractions et des harmonies ; le bon, comme le beau relèvent des passions humaines et leur désir doit donc être assouvi. Les fréquentes remarques sur la mauvaise qualité de la nourriture en ville, et en particulier à Paris, s’expliquent probablement par cela. Le développement des sens est l’un des objectifs que poursuit Fourier ; « les enfants civilisés sont des estropiés sensitifs »37, surtout en milieu urbain : le goût est « peut-être plus défectueux chez les villains que chez les campagnards38 ». C’est à ce propos, en note, que Fourier critique si violemment la qualité de la nourriture parisienne, y mêlant une attaque contre un parisianisme qu’il méprise ouvertement : les Parisiens sont des « benoîts », qui sont abusés sur la qualité de la marchandise qu’ils consomment. Peut-être est-il possible de relier cette attention au problème alimentaire à la profusion de détails que Fourier mais aussi beaucoup d’autres socialistes donnent à propos des cuisines et des repas en commun qui seront de règle dans la communauté. Ce n’est pas seulement pour réaliser une « économie d’échelle » qu’est préconisé ce système. Le repas préparé et pris en commun a des fonctions de « sociabilité » et est le garant d’une qualité de l’alimentation que ne connaissent de toute évidence pas les classes populaires urbaines du premier xixe siècle39. Cet aspect illustre l’insertion de la réflexion des socialistes dans les préoccupations quotidiennes de leurs lecteurs potentiels : on aurait probablement tort de ne traiter cet aspect de la pensée des socialistes que sur un mode « folklorique » : ces questions ont alors une signification sociale précise pour leurs contemporains.

Se loger

  • 40 Cf. sur ce vaste sujet, Roger-Henri Guerrand, Propriétaires et locataires. Les origines du logement (...)
  • 41 J. Journet, Cri suprême, appel aux honnêtes gens, Paris, Charpentier, 1846, p. 19.

23La question du logement40 se pose dans les mêmes termes. L’habitat urbain est dégradé, malsain, indigne d’un être humain. Seule la réalisation socialiste apportera une solution durable à ce drame : « Et vous, infortunés, qui croupissez, entassés dans des taudis pestilentiels, qui n’êtes couverts que de haillons abjects, vous abriterez bientôt vos têtes sous le toit splendide du palais sociétaire41 ! » s’écrit le fouriériste Journet. La description des taudis des villes françaises et anglaises, si elle est fréquente dans la « littérature » contemporaine, a des accents particuliers chez certains socialistes, qui font des propositions précises en matière de logement.

  • 42 Ange Guépin et E. Bonamy, Nantes au xixe siècle. Statistique topographique, industrielle et morale, (...)

24On retrouve la révolte du « médecin des pauvres » par rapport à cette misère dans l’étude d’Ange Guépin sur Nantes et ses quartiers pauvres42. Son collègue de Belfast, le docteur Henry Mac Cormac, un owéniste, ne tient pas un discours différent lorsqu’il estime que :

  • 43 Henry Mac Cormac, An Appeal in Behalf of the Poor ; Submitted to the Consideration of those who Tak (...)

« La décence et la charité de la vie sont continuellement violées. Comment pourraient-elles, en effet, être respectées dans des situations où des êtres humains d’un si bas niveau de condition mentale, morale et physique sont entassés comme du bétail dans une étable. Dans une unique pièce étroite et mal ventilée, on peut fréquemment voir une famille entière, constituée des parents et de leur nombreuse progéniture de différents âges. Ce logement se trouve probablement dans une misérable cour ou ruelle, et l’appartement se situe sûrement au rez-de-chaussée humide ou dans le renfoncement étouffant du dessus. [...] Il ne peut y avoir aucune intimité dans de tels logements ; on peut y trouver des locataires jour et nuit43. »

25Chez les deux praticiens, on trouve la même volonté de témoigner, de rendre publique la situation calamiteuse dans laquelle vivent les pauvres. Le style est d’ailleurs étrangement similaire : c’est d’une expérience que l’on rend compte, d’un voyage dans un monde largement inconnu. Discours de médecins confrontés quotidiennement à la pauvreté pourrait-on conclure ; ce serait oublier les conséquences que tirent ces deux auteurs, parmi d’autres, pour leur engagement personnel. Lorsque Mac Cormac propose des solutions, c’est explicitement le modèle owéniste qui est retenu.

  • 44 Perreymond, Paris monarchique..., op. cit., p. 31.

26L’état du logement est l’un des éléments les plus souvent retenus pour rendre compte des degrés de fortune ou de misère des populations urbaines. Mieux que le vêtement ou l’alimentation, il permet d’établir des typologies, une hiérarchie de la pauvreté. C’est ce que souligne Perreymond : « Avant d’analyser plus profondément les différentes catégories de la population parisienne, voyons où elle habite : le genre d’habitation est d’un grand secours pour calculer l’état de la misère, de confort ou de richesse des populations44. »

  • 45 Victor Considerant, dans Destinée sociale, Paris, Librairie phalanstérienne, 1847, deuxième édition (...)
  • 46 Rev. Joseph Marriott, Community : a Drama ; Manchester, London, 1838. Publié en « feuilleton » dans (...)

27C’est par rapport à cet habitat dégradé qu’il faut comprendre la conception qui préside à la vie en commun dans le phalanstère ou la communauté45. Tous les socialistes insistent sur l’espace dont dispose chaque habitant dans le nouveau système, et Owen précise que chacun ou chacune doit bénéficier d’une pièce qui lui soit personnelle afin de ménager son intimité. C’est en particulier le cas dans la « pièce de théâtre » écrite par le révérend – et néanmoins owéniste – Joseph Marriott ; Community. A Drama46 relate la discussion entre des habitants de la communauté (Wellborn [sic] et sa femme Eliza) et un visiteur au départ incrédule, puis conquis, Leon. La grande supériorité de la communauté est d’offrir à chacun un espace de vie très important tout en n’occupant, pour l’ensemble, qu’une superficie restreinte par rapport à l’habitat urbain individuel. Ainsi, on peut cultiver le maximum de terrain et donc vivre dans l’abondance.

  • 47 John Francis Bray, A Voyage from Utopia, edited with an introduction by M.F. Lloyd-Prichard, London (...)
  • 48 John Francis Bray », Labour’s Wrongs and Labour’s Remedy, or the Age of Might and the Age of Right, (...)
  • 49 J.F. Bray, A voyage from Utopia, op. cit., p. 41.
  • 50 Ibid., p. 43.

28L’ouvrage de John Francis Bray A Voyage from Utopia47, inédit jusqu’en 1957, présente la particularité d’être une « Utopie à l’envers ». L’auteur, un proche d’Owen, est l’un des très rares penseurs socialistes à être un travailleur manuel, il est ouvrier imprimeur (l’aristocratie ouvrière). Ce « roman » est une réponse aux critiques faites à son ouvrage le plus connu, Labour’s Wrongs and Labour’s Remedy (Les Maux du travail et leur remède)48, accusé d’être utopiste. A Voyage front Utopia est le carnet de voyage – l’on reprend ici tous les topoï de la littérature utopiste – d’un habitant de l’Utopie qui visite l’Europe et l’Amérique des années 1840. Il ne s’agit donc plus d’un habitant de l’Angleterre victorienne qui découvre émerveillé un système idéal, mais d’un Utopien qui découvre horrifié les vices et les défauts de l’Angleterre victorienne, à l’aune de ses prétendues normes utopiennes. Découvrant « Londo », la capitale du pays de « Brydone » où le souverain « Kin-Kin » et ses alliés – les « aristocs » et les « pestos »– exploitent le peuple des « commos », le voyageur est choqué par l’aspect déplorable du logement, par la laideur des maisons devant lesquelles on ne voit ni fleurs ni arbres fruitiers, où l’on n’entend pas le doux chant des oiseaux49... Sa description des logements insiste sur les thèmes bien connus de la promiscuité, de l’insalubrité, de la mauvaise qualité des matériaux de construction, de l’habitat dans des caves... Son jugement est sans appel : « Les logements des Anglos, comme les nôtres, comprennent plusieurs étages ; mais beaucoup de ces bâtiments sont bien pires que ceux dans lesquels nous gardons nos animaux domestiques50. »

Insalubrité et épidémies

  • 51 Cf. Urban Disease and Mortality in Nineteenth-Century England, edited by Robert Woods and John Wood (...)
  • 52 Ange Guépin, Nantes au xixe siècle, op. cit., p. 487.

29Le corollaire de ces mauvaises conditions d’existence, c’est la déplorable santé des habitants des quartiers pauvres51. Ange Guépin décrit ainsi les enfants de Nantes : « Pâles, bouffis, étiolés, les yeux rouges et chassieux, rongés par des ophtalmies scrofuleuses, ils font peine à voir ; on les dirait d’une autre nature que les enfants des riches52. » Perreymond consacre de longs développements à l’hôpital. L’auteur des « Notes from the manufacturing districts » débute sa série d’articles du New Moral World par la constatation de la spécificité physique des ouvriers :

  • 53 « Notes from the Manufacturing districts », op. cit., n° 11, p. 84.

« La première chose qui frappe un étranger à ces régions, c’est la taille nettement inférieure, et la faiblesse générale de la complexion qui distingue la grande masse de cette population, vis-à-vis des habitants des régions où l’agriculture et l’artisanat prévalent53, »

  • 54 Par exemple, un article intitulé « A Contrast », tiré d’un rapport des commissaires de la loi des p (...)

30Certes, il s’agit ici au moins autant d’une conséquence du travail industriel que de la vie urbaine, mais d’autres articles du même journal54 développent la thématique de la ville lieu des épidémies, de la mortalité, de la maladie.

  • 55 William Thompson : Practical Directions for the Speedy and Economical Establishment of Communities, (...)

31Dans ses Practical Directions for the Speedy and Economical Establishment of Communities, William Thompson évoque les différentes causes de maladie. Il distingue les « causes physiques » et les « causes mentales », dessinant une image très urbaine des mauvaises conditions de vie qui conduisent à ces pathologies55.

  • 56 Parmi l’importante bibliographie sur ce sujet, on peut citer François Delaporte, Le Savoir de la ma (...)
  • 57 Baudet-Dulary, « Choléra », La Réforme industrielle ou le Phalanstère, t. I, n° 7, 12 juillet 1832, (...)
  • 58 Ibid., p. 60.
  • 59 Victor Considerant, Destinée sociale, op. cit., p. 404.

32Les conséquences ravageuses de l’épidémie de choléra de 1832, notamment à Paris, sont propices à ce type de discours56. Le Phalanstère du 12 juillet 1832 publie ainsi un article du docteur Baudet-Dulary, député de Seine-et-Oise, l’un des premiers soutiens de Fourier et l’initiateur de l’expérience avortée de Condé-sur-Vesgre. Témoin direct de l’épidémie, à Paris et dans sa ville d’Étampes, Baudet-Dulary tire les enseignements de ce qu’il a vécu. Cette épidémie est un symptôme du mal social, en particulier de la structure de classe – il n’emploie pas le terme – de la société57. L’expérience du choléra constitue pour Baudet-Dulary la démonstration non pas de la pauvreté qui règne à Paris, mais de la solidarité que l’épidémie impose à toutes les classes sociales. Il n’insiste pas sur le caractère de classe de la maladie, dont on sait qu’elle toucha d’abord les plus faibles et les plus pauvres, mais sur la menace que fait peser sur les populations riches le dénuement qu’elles imposent aux pauvres. Aussi, même s’il évoque la situation des pauvres touchés par l’épidémie, il s’adresse principalement aux bourgeois. L’épidémie a prouvé ce qui était connu, à savoir la détresse des plus pauvres ; elle a aussi montré que les plus riches, dans cette civilisation urbaine, dans ce cadre urbain inadapté qu’est le Paris pré-haussmannien ne sont pas à l’abri. C’est ce qui légitime son appel aux classes aisées, afin qu’elles concourent à la réalisation du système fouriériste. « C’est parce que j’y vois un remède que j’ai voulu exposer devant vous quelques misères de la civilisation58. » Le message est clair : l’aumône est inutile, elle ne fait que créer des improductifs ; la solution, c’est le phalanstère. Victor Considerant, dans Destinée sociale, cite largement cet article et conclut : « Voilà le choléra, voilà la solidarité du mal dans Paris, voilà Paris sous son atmosphère de peste, Paris sous son manteau de mort59, »

Prégnance de l’aérisme

  • 60 Baudet-Dulary, « Choléra », op. cit., p. 59.

33Le biais par lequel se propage la maladie, le responsable de la contagion, c’est l’air putride, rendu responsable de toutes les maladies : « Les miasmes exhalés des habitations du pauvre se répandent sur la ville, et vous les respirez incessamment mêlés à ceux des ruisseaux et des cloaques de toutes sortes60. »

  • 61 Cf. Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne. Caen au xviiie siècle, Lille, atelier de reprod (...)
  • 62 J.F. Bray, A Voyage from Utopia, op. cit., p. 41.
  • 63 J. Journet, Cri suprême, op. cit., p. 43-44 : « Enfants du peuple, qui racontera votre souffrance ? (...)
  • 64 Dr Southwood Smith, « A Contrast », The New Moral World, op. cit., p. 511 : « Into which it is scar (...)

34L’aérisme, dont les origines sont antérieures à la croissance industrielle et urbaine61, est de toute évidence très influent dans les milieux socialistes. L’Utopien de John Francis Bray déplore l’absence de ces « vents purs et parfumés » qui rafraîchissent les habitants d’Utopia62. Dans l’Almanach phalanstérien pour 1845, Charles Pellarin consacre une grande partie de son article sur « L’hygiène ou art de la santé » au problème de la respiration. Il s’agit avant tout d’une attention à la quantité d’air nécessaire aux fonctions vitales, et à la condamnation qui en découle de l’entassement urbain. Mais la plupart du temps, ce qui préoccupe les auteurs, c’est la circulation de cet air, garant d’un renouvellement et d’une évacuation des miasmes porteurs de maladies. Cet « air méphytique », dont s’indigne Journet63, est décelé aussi dans le quartier de Whitechapel, dans Baker’s Arms alley, et les « courts » qui y débouchent « dans lesquelles il est rarement possible à l’air de pénétrer64 ».

  • 65 Victor Considerant, Destinée sociale, op. cit., p. 398-399.

35Cette dégradation de la qualité de l’air en milieu urbain est utilisée par Victor Considerant comme argument contre ceux qui estiment que la misère, les maladies, les inégalités sont inhérentes à l’état social, qu’il s’agit d’une « Nécessité65 ». L’idée dominante reste que la nature offre à l’homme toutes les possibilités d’épanouissement ; la nouvelle science qu’appelle de ses vœux Fourier, la science sociale, est le moyen, pour l’homme, de vivre en harmonie avec et dans le système naturel. Dans cette perspective, la ville, d’où l’air est absent, constitue une aberration par rapport à l’ordre naturel, et incidemment une preuve – si l’on en manquait – de l’absurdité de la civilisation. C’est dans cette perspective que s’inscrit la péroraison fameuse de Considerant sur Paris :

  • 66 Ibid., p. 400-401.

« Est-ce Dieu qui a fait Paris, – ou les hommes ?...
Regardez. Répondez. Voilà Paris :
Toutes ces fenêtres, toutes ces portes, toutes ces ouvertures, sont autant de bouches qui demandent à respirer : – et au dessus de tout cela vous pouvez voir, quand le vent ne joue pas, une atmosphère de plomb, lourde, grise et bleuâtre, composée de toutes les exhalaisons immondes de la grande sentine. – Cette atmosphère-là, c’est la couronne que porte au front la grande capitale ; – c’est dans cette atmosphère que Paris respire ; c’est là-dessous qu’il étouffe...– Paris, c’est un immense atelier de putréfaction, où la misère, la peste et les maladies travaillent de concert, où ne pénètrent guère l’air ni le soleil. Paris, c’est un mauvais lieu où les plantes s’étiolent, et périssent, où, sur sept petits enfants, il en meurt quatre dans l’année66. »

  • 67 Robert Owen, Lectures on the Rational System of Society, London, Home Colonization Society, 1841, p (...)
  • 68 Ibid.

36Robert Owen consacre la dix-huitième conférence de ses Lectures on the Rational System of Society à l’étude de ce qu’il appelle « les arrangements existant actuellement dans le pays le plus éclairé de cet âge éclairé pour produire santé, richesses, union, connaissance, vertu, et bonheur, pour sa population67 ». Et, après avoir rappelé l’importance de la santé mentale et physique, il affirme que « la première et la plus essentielle condition requise pour une bonne santé, c’est un air pur, frais, sec et non contaminé68 ».

37Et bien sûr, les villes n’offrent pas, surtout dans les quartiers populaires, cette possibilité, en particulier à cause de leur construction aléatoire, qui empêche la circulation de l’air. Opposant dès 1817, les villes manufacturières à ses « proposed villages », il souligne les conditions de vie des « classes pauvres et laborieuses » :

  • 69 Robert Owen, Letter Published in the London Newspapers of August 9th, 1817, in The Life of Robert O (...)

« Dans les villes manufacturières, ils sont entourés de saleté, enveloppés de fumée, et leurs yeux ne rencontrent que rarement un objet plaisant.
Dans les villages proposés, ils seront entourés de jardins, disposeront de beaucoup d’espace dans toutes les directions afin de garder l’air sain et plaisant69. »

  • 70 Cf. par exemple J.-C. Perrot, Genèse d’une ville moderne. Caen au xviiie siècle, op. cit., t. II, p (...)
  • 71 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, Amsterdam, 1782-1788, t. I, p. 222, cité par Alain Corbi (...)
  • 72 Une nouvelle fois, cf. A. Corbin, Le Miasme et la jonquille, op. cit.

38Ce discours est très axé sur les problèmes médicaux, sanitaires ; et il n’est pas très original, ni très neuf70. Notons cependant qu’il est très largement autonome par rapport à la perception des odeurs même si Fourier pourrait reprendre à son compte la formule de Louis-Sébastien Mercier – citée par A. Corbin – selon laquelle « il n’y a que le Parisien au monde, pour manger ce qui révolte l’odorat71 ». La problématique de l’odeur semble surtout, pour notre corpus, concerner les études les plus proches de l’enquête philanthropique, ou sociale. Visitant les taudis de Belfast ou de Nantes, les docteurs Mac Cormac et Guépin en font la première barrière qui freine la pénétration de ces quartiers par des visiteurs étrangers72. Pour Flora Tristan, surmonter le dégoût que lui inspirent les odeurs du quartier de St-Giles constitue une sorte de démarche initiatique. Cela lui impose de dépasser ses propres répulsions, ses propres a priori sociaux pour mener à bien cette enquête :

  • 73 Flora Tristan, Promenades dans Londres, op. cit., p. 214-215.

« Ce n’est pas sans un sentiment d’effroi que le visiteur pénètre dans l’étroite et sombre ruelle de Bainbridge. – À peine y a-t-il fait dix pas qu’il est suffoqué par une odeur méphitique. [...] – Oh ! je dus alors maîtriser mes répugnances et réunir tout mon courage pour oser continuer ma marche à travers ce cloaque et toute cette fange73 ! »

  • 74 Ibid., p. 8-11.

39Tous ces facteurs n’ont pas seulement une importance sanitaire ; ils influent également sur le caractère, sur la mentalité des habitants. Flora Tristan l’illustre à merveille dans le chapitre qu’elle consacre au climat de Londres : « Que de différences morales s’expliquent par la diversité des climats ! [...] À Londres, on respire la tristesse74. »

  • 75 Notre propos n’est pas de décrire, après bien d’autres, l’ordonnancement de ces communautés ; nous (...)

40Le thème de la circulation de l’air, de l’eau dans la communauté ou dans le phalanstère s’inscrit dans cette démarche. Pour rendre l’homme meilleur, il faut non seulement un ordre social meilleur mais aussi un cadre de vie adapté : en creux, ce sont les défauts urbains, les carences de la ville du premier xixe siècle que l’on dessine. Un endroit calme, en pleine nature, situé sur une petite colline bien aérée, à proximité – mais pas immédiate – d’un cours d’eau, tel est le cadre généralement retenu pour construire ces bâtiments eux-mêmes conçus pour permettre la circulation de l’air, de l’eau et des hommes75.

  • 76 Cf. R.J. Morris, Class, Sect and Party. The Making of the British Middle Class, Leeds 1820-1850, Ma (...)

41Le développement industriel plus précoce, et l’emploi massif de la combustion au charbon, singularisent les descriptions urbaines anglaises : la ville enfumée, telle que les aquarelles de Turner nous présentent Leeds76, n’est pas encore entrée dans l’imaginaire et dans la rhétorique française. Y entrera-t-elle d’ailleurs jamais ?

Le vacarme urbain

42Autre caractéristique de la ville industrielle, qui, cette fois, ne lui est pas spécifique, c’est le bruit. La ville est bruyante ; c’est une des conséquences de la conception erronée qui a présidé à sa construction. En particulier, on n’a pas songé à séparer géographiquement les activités bruyantes des lieux d’habitation, où le calme est requis. Cette recherche du calme n’est pas forcément compatible avec l’image traditionnelle du quartier populaire urbain, où la sociabilité passe par un volume sonore plus élevé que cela n’est toléré dans les quartiers bourgeois. Le discours socialiste participerait donc ici de cette volonté de policer la conduite populaire dans la ville qui se manifeste au xixe siècle. La dénonciation des méfaits du commerce, de l’agiotage, activité improductive et nocive s’il en est, est commune à l’ensemble des socialistes, même si l’on connaît la virulence toute particulière qui est celle de Fourier. Elle est ici utilisée comme argument de qualité de la vie. Chez tous les auteurs, sans exception, qui proposent une réorganisation totale de la société, par l’instauration du phalanstère, de la communauté, du village de coopération..., toutes les activités « polluantes » et bruyantes : artisanat, industrie, mais aussi certains loisirs, sont rejetés à l’écart des logements, afin de ne pas nuire à la qualité de la vie des habitants. Ces fondations prennent de toute évidence comme modèle négatif la confusion des fonctions qui est la règle dans la ville occidentale du premier xixe siècle.

  • 77 J.F. Bray, A Voyage from Utopia, op. cit., p. 44.

« Les habitants de Londo, qui ne savent pas encore comment vivre convenablement, et qui n’ont aucune idée d’un état d’existence supérieur à celui qu’ils endurent à présent, regardent leur cité comme, en tous points, la plus grande et la plus achevée du monde ; et on peut admettre qu’ils déploient une grande ingéniosité à combattre les multiples inconvénients qu’ils subissent. Ils sont relativement bien approvisionnés en eau en ce qui concerne la quantité, mais la qualité en est très mauvaise, car elle contient beaucoup d’immondices77. »

  • 78 Cette idée était déjà présente chez les architectes des Lumières : une ville bien construite et ord (...)

43Cette analyse de John Francis Bray, qui évoque ici le problème de l’eau, est révélatrice de l’attitude des socialistes vis-à-vis des équipements urbains. Quand ils manquent, on en déplore l’absence ; et l’on a beau jeu de critiquer leur insuffisance lorsque de timides tentatives existent. Ces éléments, l’air, l’eau, la nourriture, le logement, nourrissent une rhétorique qui finalement est celle du pays de Cocagne. Les systèmes socialistes, même s’ils affectent de proposer des solutions totalement autres, utilisent pour nourrir leur propagande des images appartenant au monde « civilisé ». Leur discours joue alors sur une ambiguïté, sur un double langage : notre monde sera totalement différent, n’a rien à voir avec la société actuelle, il est même difficile à concevoir pour des esprits non préparés mais... si vous voulez en avoir un aperçu, imaginez que tout ce qui fonctionne mal – ou pas – dans la « Civilisation », en particulier en ville, fonctionne à merveille en « Harmonie ». L’air et l’eau sont viciés, stagnent, ils seront purs et circuleront... Le logement est humide, sombre, petit, il sera sec, clair, bien construit et grand... La nourriture est exécrable et très chère, elle sera excellente et, grâce aux cuisines communes, économique... La ville est bruyante et sale, la communauté sera propre et calme... Notons cependant que ce socialisme n’est pas un simple réformisme, un simple hygiénisme : tous ces progrès ne sont pas le seul but de la communauté ; il ne s’agit pas seulement d’établir des logements modèles, des villes nouvelles mais de mettre en place le cadre dans lequel – nous reprenons ici la terminologie purement fouriériste, mais la remarque est valable pour bien d’autres – les passions humaines pourront se développer pour aboutir à une vie harmonieuse78. Néammoins, ceci constitue un signe supplémentaire de l’insertion de la pensée socialiste dans son époque.

Les premières victimes, ce sont les enfants

  • 79 Charles Fourier, Le Nouveau Monde Industriel, op. cit., p. 56. « Dans les grandes villes comme Pari (...)

44Toutes les descriptions des quartiers pauvres insistent sur l’apparence des enfants. Le dénuement dans lequel ils se trouvent, leur dégradation physique et morale semblent interdire à cette société tout avenir, et renforcent les a priori négatifs. Cette société est condamnée qui n’offre d’autre perspective à la jeunesse que la misère ou la mort. Fourier, à plusieurs reprises, utilise la mortalité infantile parisienne pour critiquer l’insalubrité de la ville par rapport à la campagne et surtout au Phalanstère, donnant des chiffres apocalyptiques79. La civilisation, surtout en son centre, à Paris, ne se contente pas de faire mourir les nourrissons, elle en fait vivre une grande partie dans des conditions effroyables en permettant qu’on les abandonne :

  • 80 Ibid., p. 285.

« La statistique de Paris nous présente un tiers des hommes reniant et abandonnant leurs enfants ; sur 27 000 naissances, on compte au-delà de 9 000 bâtards délaissés ; et cependant Paris est le centre des lumières morales et des perfectibilités perfectibilisantes. S’il existait partout autant de perfectibilité qu’à Paris, on verrait partout le tiers des enfants condamné à l’abandon80. »

  • 81 Perreymond, Paris monarchique et Paris républicain, op. cit., p. 42 : « En 1846, il est né à Paris  (...)

45Dans une perspective moins polémique, plus « scientifique » et moins systématiquement anti-parisienne, Perreymond ne dit pas autre chose ; mais il appuie ses critiques sur l’étude des statistiques officielles. Il insiste sur le nombre de naissances illégitimes81 et rappelle la profession des « malheureuses femmes » qui abandonnent leurs enfants à la naissance :

  • 82 Ibid., p. 43.

« Elles rentrent presque toutes dans la catégorie des jeunes filles qui touchent par leur état à la domesticité. Ce fait d’une haute importance devrait suffire, si les administrateurs de la Cité comprenaient largement leur mission, à faire payer à qui de droit les dépenses de l’établissement charitable de la Maternité82. »

  • 83 En particulier, le contrôle social plus rigoureux dans les campagnes pousse de nombreuses femmes en (...)

46Il relie cet aspect au sort malheureux des enfants trouvés et orphelins, dont il déplore le peu de soins que l’on met à les éduquer. Fourier et Perreymond (ce dernier traitant exclusivement de Paris) n’envisagent pas ce genre de situation à la campagne, et en font une spécificité urbaine, ce que corrobore d’ailleurs largement la réalité83. Le docteur Bonnard, fouriériste chrétien, enrichit ce discours d’une nuance moralisatrice ; la ville n’est pas seulement le lieu de la dépravation, elle en est plus ou moins responsable. C’est le sens de son Appel aux femmes pour constituer grâce au patronage de femmes riches des ateliers de couture plus ou moins coopératifs :

  • 84 Arthur de Bonnard, Appel aux femmes, Paris, Bulletin de la Société de justice et de vérité pratique (...)

« Venez surtout au secours de la femme, parce que toute femme livrée aux affreuses tentations de la misère tombe fatalement. À Paris, dans cette orgueilleuse capitale de la civilisation, sur 27 000 naissances, il y a 9 000 enfants naturels. Ce chiffre n’est-il pas éloquent84 ? »

47Dans le même registre, un autre médecin, Charles Pellarin, soucieux de démontrer la très grande moralité du système phalanstérien, aborde d’une façon curieuse la question de la sexualité et la puberté :

  • 85 Charles Pellarin, Théorie sociétaire, première édition, 1839, Paris, Librairie phalanstérienne, qua (...)

« Le régime sociétaire éloigne des enfants tout ce qui pourrait éveiller prématurément chez eux l’instinct des rapports sexuels. Les enfants y ont leur vie, leurs mœurs, leurs logements à part ; et l’exercice des travaux corporels ne sera pas non plus sans influence pour retarder l’éclosion de la puberté, dont mille causes, surtout dans nos villes, font avancer l’heure au notable détriment de tout l’organisme85. »

48Par-delà l’alibi médical, il s’agit bien d’une condamnation morale. Accusés de s’attaquer au principe sacré de la famille, les socialistes se défendent en soutenant la moralité de leur système : l’évocation jamais explicite des risques de la promiscuité dans les taudis urbains, l’allusion à peine voilée au problème de l’inceste que l’on peut trouver dans toutes les enquêtes sociales décrivant le logement du pauvre légitiment la séparation dans l’habitat communautaire des parents et des enfants. Une fois de plus, peut-être est-il possible d’analyser cet « invariant » de la proposition socialiste, chez presque tous les auteurs, comme fondé sur une observation de la situation dégradée des populations, en particulier urbaine. En bref, ce n’est pas forcément en réaction contre le modèle chrétien et occidental de la famille que se situent les socialistes, mais en fonction d’une analyse de la réalité sociale qui montre les inconvénients de la coexistence des générations dans une même pièce. Et, de la même façon qu’ils n’envisagent pas la solution du problème du logement autrement que collective, ils estiment nécessaire, afin de garantir des conditions de vie optimales aux enfants, de les faire vivre dans un lieu distinct.

49John Minter Morgan, dans son « roman » Hampden in the Nineteenth Century met en scène un Inca, Vela, qui vit dans une petite communauté idéale de deux cents Indiens, et ses réactions vis-à-vis de Londres. Ainsi, il visite une prison, voit un voleur de biscuits se faire arrêter, assiste à une pendaison publique... et s’aventure dans le fameux quartier de St-Giles, occasion d’une réflexion intéressante sur le problème de l’éducation. Développer l’éducation dans les quartiers pauvres sans s’attaquer au problème social, est pour lui un non-sens :

  • 86 John Minter Morgan, Hampden in the Nineteenth Century ; or, Colloquies on the Errors and Improvemen (...)

« Là il y avait des enfants qui s’ébattaient dans l’état le plus sale : et si Vela n’avait considéré comme un devoir de se rendre compte par lui-même de la condition réelle du peuple, il se serait enfui d’un spectacle si abject et dégoûtant. La pitié qu’il éprouvait pour ces pauvres enfants accaparait son attention, et après avoir appris de Bertrand qu’il y avait plusieurs écoles pour les enfants et pour les adultes dans le voisinage, il exprima son étonnement qu’un quelconque progrès puisse être espéré par le biais de ces écoles, alors qu’aux autres moments de la journée, les enfants étaient soumis à ces conditions démoralisantes et contraires : et estima qu’en conséquence il était singulier que le constat de la croissance de la délinquance juvénile, dans une phase de progrès de l’éducation, n’ait pas suggéré la nécessité d’améliorer les conditions de vie du peuple86. »

50On conçoit, à la lecture de cet extrait, qu’il est vain de tenter des lectures partielles du mouvement socialiste. Les socialistes, quels qu’ils soient, s’intéressent à l’éducation mais leur approche n’est pas strictement éducative ; de même, Owen et Fourier, présentés comme des précurseurs du mouvement coopératif, n’ont jamais envisagé cet aspect qu’intégré dans leur système global. Le « tronçonnage » idéologique opéré par certains héritiers, pour des raisons conjoncturelles, peut même constituer un obstacle à la compréhension de ces mouvements.

51D’une dénonciation de tous les défauts de la ville, de toutes ses carences matérielles, les socialistes passent insensiblement à une critique morale. Lieu de la misère, de la maladie, la ville – en partie à cause de cela – est aussi le lieu de l’immoralité, de la déviance. C’est l’endroit où le vernis de la « Civilisation » craque, dévoilant tous ses « erreurs » et ses manquements.

Déviances urbaines

Alcoolisme87

  • 87 Cf. D. Nourrisson, Le Buveur du xixe siècle, Paris, 1990, Albin Michel, 378 p.
  • 88 Robert Owen, Lectures on the Rational System of Society, op. cit., p. 129.

« Ainsi, au milieu de cette population dense, en pleine détresse morale et physique, on peut voir, dans toutes les directions des bâtiments qui ressemblent à des palais pour la vente des excitants temporaires et du poison permanent afin d’augmenter les maladies que génère l’atmosphère altérée des logements où vivent ces êtres dégénérés à forme humaine88. »

  • 89 C’est ce que souligne en particulier William M. Bramwell, Pubs and Localised Communities in Mid-Vic (...)

52Le contraste entre la magnificence des « gin-palaces » et les quartiers pauvres qui les environnent appartient à la rhétorique récurrente de la critique sociale anglaise. L’alcoolisme est l’un des fléaux principaux de la société urbaine, et n’est jamais évoqué par les socialistes anglais en milieu rural. On associe souvent la dénonciation de l’alcoolisme avec celle de la mauvaise qualité des produits alimentaires urbains. Le « gin-palace », où ne se consomment que des alcools forts, distillés, tend à supplanter – certaines études le montrent89 – la simple « beer-shop », voire la « public-house ». La nature même des boissons consommées alimente toute une série de réflexions : il ne s’agit pas d’un produit naturel, sain, comme la bière ou le vin, mais d’un produit manufacturé, qui constitue, à l’instar de certaines images urbaines, un symbole des défauts de la civilisation industrielle. Les attaques anti-alcooliques sont beaucoup moins fréquentes chez les socialistes français. Le cabaret n’a pas l’image noire du « gin-palace » ; c’est parfois un lieu de mauvaises fréquentations, un bouge. Dans les Mystères de Paris, les cabarets sont le repaire où se trament toutes les combinaisons, tous les mauvais coups, mais pas où l’on s’enivre. L’aspect convivial du cabaret, une certaine « indulgence » très française pour la boisson expliquent peut-être cette absence : « l’Assommoir » ne fait pas encore partie du paysage critique des socialistes français. Lorsque Flora Tristan évoque cette question, c’est dans une note du chapitre intitulé « Le Pourquoi je mentionne les femmes » de son Union ouvrière ; elle s’y insurge contre la position subordonnée de l’ouvrière, doublement exploitée par son patron et son mari et se pose la question :

  • 90 Flora Trista, Union ouvrière, Paris, Prévot-Rouanet, 1843, p. 55-56.

« Pourquoi les ouvriers vont-ils au cabaret ? [...]
Dans l’état actuel des choses, le cabaret est le temple de l’ouvrier ; c’est le seul lieu où il puisse aller. – L’Église, il n’y croit point ; le théâtre, il n’y comprend rien. – Voilà pourquoi les cabarets sont toujours pleins. À Paris, les trois quarts des ouvriers n’ont pas même de domicile : ils couchent en garni dans des chambrées ; et ceux qui sont en ménage logent dans des greniers où la place et l’air manquent, par conséquent ils sont forcés d’en sortir, s’ils veulent exercer un peu leurs membres et raviver leurs poumons90. »

  • 91 D. Laverdant, « Misères du peuple. Progrès de l’ivrognerie dans les classes pauvres », La Démocrati (...)
  • 92 C’est le cas par exemple de John Finch. Ces mouvements anti-alcooliques sont très marqués par l’inf (...)

53Le cabaret est donc une réponse, certes imparfaite, à la situation matérielle et morale des ouvriers ; le lieu est plus important que ce que l’on y fait, en définitive. La Démocratie pacifique publie cependant un article de Laverdant intitulé « Misères du peuple. Progrès de l’ivrognerie dans les classes pauvres », où l’on évoque en particulier... les « gin-palaces » anglais91. Le ton est bien plus militant en Grande-Bretagne, où l’engagement socialiste accompagne bien souvent une activité dans les « sociétés de tempérance92 ». Les alcools sont interdits dans les communautés, et si la bière et le vin sont tolérés, on précise que personne n’en aura plus envie.

  • 93 « Mr Gibbon Wakefield on the cause or causes of gin-palaces », The New Moral World, vol. III, n° 12 (...)

54Le New Moral World reproduit par exemple un article du Bronterre’s National Reformer, le grand organe chartiste, qui envisage les causes de l’ivrognerie. On y insiste sur une idée fondamentale : ce n’est pas l’alcoolisme qui pousse à la misère, c’est la misère qui pousse à l’alcoolisme. L’alcoolisme est un signe de la crise sociale, et non un vice individuel93. Tous ces observateurs sont énormément choqués par l’alcoolisme des enfants et aussi des femmes. Cela incarne le summum de l’abjection, de la barbarie. L’alcoolisme est l’un des facteurs de l’inculture des classes populaires urbaines, qui ne sont pas éduquées dans le sens d’un amour de la connaissance.

55L’alcoolisme constitue une sorte de fuite du monde urbain, une réaction à la misère, aux conditions de vie épouvantables... bref, il est une réponse – certes négative – comme peut l’être l’expérimentation socialiste. Harry Howells Horton évoque cette « concurrence », y rajoutant, en bon anticlérical, celle de l’Église :

  • 94 Henry Howells Horton, Community, the Only Salvation for Man, Manchester, A. Heywood, 1838, p. 13.

« Aussi longtemps que vous construisez des gin-palaces et des églises au lieu de Communautés, vous ne faites que perpétuer ce cruel et dur système sous lequel vous peinez, pour le léguer aggravé dix fois à vos enfants94. »

Délinquances

  • 95 La Phalange, t. I, 2e série, n° 16, 10 décembre 1836, p. 505.

56Autre symptôme de la catastrophe sociale qui s’incarne en ville, la criminalité sous toutes ses formes alimente régulièrement les colonnes des journaux socialistes, qui rendent compte avec une certaine complaisance des faits divers. La Phalange annonce dans son numéro du 10 décembre 1836 la création d’une rubrique régulière intitulée « chroniques de la civilisation », proposant un « choix des crimes heureusement bien rares [...] qui chaque matin viennent effrayer la société et la faire douter de notre civilisation95 ».

  • 96 Cf. bien sûr, Alain Corbin, Les Filles de noce. Misère sexuelle et prostitution (xixe siècle), Pari (...)

57Au premier plan de ces préoccupations, la prostitution, parce que majoritairement urbaine – au moins dans l’image que l’on en a – nourrit de nombreuses réflexions. L’image de la ville – et surtout de Paris – qui pervertit les jeunes filles, en fait des prostituées qui à leur tour vont pervertir les conscrits ruraux, est classique96. Victor Considerant, quand il veut prouver l’inutilité de l’action politique, explique qu’elle ne règle aucun des problèmes sociaux ; il ajoute :

  • 97 Victor Considérant, Nécessité d’une dernière débâcle politique en France, Paris, rue Jacob, 1836, p (...)

« Pendant ce temps-là, il y a 23 millions de pauvres gens qui labourent la terre comme des forçats ; huit millions qui travaillent comme des galériens dans les ateliers et manufactures ; qui paient, paient et paient toujours, qui mangent du mauvais pain quand ils en ont ; qui donnent leurs garçons à la conscription tous les ans, leurs filles aux grandes villes pour l’usage de ceux qui s’en servent97. »

  • 98 (Baudet-Dulary), « Variétés. De la prostitution dans la ville de Paris », La Phalange,
    t. I, 2e sér (...)
  • 99 Cf. A. Corbin, op. cit., p. 13 à 37.
  • 100 (Baudet-Dulary), « Variétés », op. cit., n° 13, p. 427.

58La prostitution est la menace que la grande ville fait peser sur la fille du peuple. Baudet-Dulary publie dans La Phalange un long compte rendu du livre de Parent-Duchâtelet, De la prostitution dans la ville de Paris, dans deux numéros de novembre 183698. Citant largement cette étude, il insiste particulièrement sur les raisons qui poussent les femmes à la prostitution. Pour lui, l’analyse de Parent-Duchâtelet ne vaut que comme démonstration du mal social ; il occulte presque totalement l’aspect réglementariste, fondamental chez Parent-Duchâtelet99. En disciple convaincu de Fourier, Baudet-Dulary affecte une certaine condescendance vis-à-vis de l’embarras qu’il discerne chez « cet observateur exact, cet homme de conscience et de charité, admirateur de la morale et de la civilisation »100 qui, tout en rendant compte des horreurs de la prostitution, l’estime indispensable. Il conclut son compte rendu sur l’utilité du travail de Parent-Duchâtelet, notamment pour fournir des arguments en faveur de la « science sociale » :

  • 101 Ibid., n° 14, p. 459.

« C’est une monographie complète et un acte d’accusation terrible contre la société actuelle. S’il se trouvait des hommes capables de sonder aussi bien toutes les plaies de cette société, de développer aussi bien les misères de toutes les classes, des plus élevées comme des plus basses, certes, la civilisation s’écroulerait plutôt, non point pour ne laisser que des ruines, mais pour faire place à la nouvelle société, au nouveau monde harmonique dont nous nous faisons les apôtres101. »

  • 102 Cette campagne débute par un discours de l’évêque d’Exeter prononcé en janvier 1840 à la Chambre de (...)
  • 103 C’est tout l’argumentaire de C.J. Haslam qui publie A Defence of the Social Principles, Delivered i (...)
  • 104 C’est ce qu’évoque en particulier un article reproduit dans La Phalange du 1er février 1837 (t. I, (...)

59Fréquemment accusés d’immoralité, surtout dans l’âpre bataille qui est menée contre l’owénisme par l’Église anglicane102, les socialistes ont beau jeu de renvoyer la société contemporaine à sa propre immoralité, à son incapacité à régler les problèmes sociaux103. La démonstration la plus éclatante de cet état est fournie par les multiples récits de délinquants poussés par la misère, qui se font arrêter volontairement, afin d’avoir un toit et un repas. L’échec de cette civilisation est alors patent, où la sanction d’une faute et la privation de la liberté apparaissent plus agréables que la misère honnête104.

  • 105 C.S., « The dangerous classes », The New Moral World, vol. VIII, n° 9, saturday, august 29, 1840, p (...)

60Un compte rendu, signé C.S. (Charles Southwell ?), que publie The New Moral World du livre de Frégier, Les classes dangereuses de la population dans les grandes villes et des moyens de les rendre meilleures, reprend tous ces poncifs105. La ville, en l’occurrence surtout Paris, n’est qu’un décor, dans lequel se produisent toutes les turpitudes et les dérèglements dénoncés, mais qui ne semble pas en être responsable. Cette thématique, largement diffusée dans les sociétés européennes du premier xixe siècle, trouve son expression dans la littérature contemporaine. L’immense succès de la publication des Mystères de Paris en constitue un archétype.

  • 106 Roger-Henri Guerrand, « L’imaginaire du logement social dans le roman français au xixe siècle », in (...)
  • 107 Désiré Laverdant, « Revue critique », La Phalange, t. 5, 3e série, n° 76, dimanche 26 juin 1842 ; t (...)

61Roger-Henri Guerrand a étudié le thème du logement dans Le Juif errant d’un Eugène Sue106 devenu explicitement fouriériste ; il note à ce propos l’enthousiasme avec lequel les fouriéristes ont accueilli la publication des Mystères de Paris. Désiré Laverdant suit pas à pas pour La Phalange107 le feuilleton du Journal des Débats, prenant clairement parti dans la querelle qui accompagne sa publication. Il y trouve des aspects fouriéristes, comme « l’attraction » que le Chourineur a pour le sang et la boucherie, et complimente Sue pour son style :

  • 108 Ibid., n° 97, p. 1579.

« Non seulement l’auteur des Mystères de Paris donne un but élevé à ses écrits, non seulement il poursuit ce but par des analyses d’une grande sagacité, par des leçons justes et saisissantes ; mais son œuvre, il faut bien le dire, brille par de grandes qualités d’artiste108. »

  • 109 Ibid., n° 59, p. 961.
  • 110 Ibid.
  • 111 Ibid., n° 70, p. 1146.

62Notant sa volonté de « scruter les mystères d’une capitale civilisée109 », il estime que Sue « a mis à nu bien des plaies de ce grand corps110 ». Il s’émerveille que cet auteur pose « la question sociale comme l’avait posée notre maître111 », sans avoir peut-être lu une ligne de Fourier. Laverdant défend en particulier l’utilisation de l’argot. Cette langue souterraine, incompréhensible pour les non-initiés, révèle l’existence, à l’intérieur même de Paris d’une société particulière, en marge du monde « normal » :

  • 112 Ibid., n° 59, p. 966.

« Cet argot, il faut que vous l’entendiez, riches et délicats ! Il faut que vous sachiez un peu quelles espèces d’harmonies grondent au-dessous de vous. Oui, il existe une société, en dehors de la vôtre, assez persistante, assez compacte, assez organisée, pour qu’elle ait eu puissance de se créer un langage. Oui, il y a des gens qui parlent ainsi, une langue rude et sauvage, une langue qu’ils n’ont inventée, entendez-vous ? – qu’ils n’ont composée que pour travailler à leur aise à vous piller et à vous assassiner112. »

63La ville se dessine comme le lieu où se concentrent toutes les injustices, toutes les dépravations, toutes les conséquences désastreuses des évolutions sociales et économiques. L’œuvre d’Eugène Sue et le commentaire qu’en donne le fouriériste Laverdant dans l’organe de « l’École » s’intègrent parfaitement à l’analyse des différents aspects de la crise sociale et urbaine que nous avons précédemment conduite et l’on pourrait conclure avec Laverdant :

  • 113 Ibid., n° 70, p. 1135.

« Ce titre des Mystères de Paris ouvre un champ immense au moraliste : Paris cette capitale des empires civilisés, contient en soi le tableau résumé des maux de l’Humanité entière113. »

64Owen ne tient pas un langage différent lorsqu’après avoir opposé les « Manufacturing towns » à ses « Proposed Villages », il fixe l’objectif à la fois social et moral de son projet. Il s’agit bien d’une réponse apportée à la crise urbaine :

  • 114 Robert Owen, Letter Published in the London Newspapers of August 9th- 1817, op. cit., p. 92.

« On pourrait manier l’opposition sans fin ; l’esprit du lecteur suppléera aisément pour le reste : il suffit donc de dire que :
Les Villes Manufacturières sont le lieu de la pauvreté, du crime et de la misère ; alors que les Villages Proposés seront le lieu de l’abondance, de l’intelligence active, de la conduite correcte, et du bonheur114. »

Notes

1 Andrew Lees, Cities Perceived. Urban Society in European and American Thought, 1820-1940, Manchester, Manchester University Press, 1985, xi-360 p.

2 Almanach phalanstérien pour 1845, Paris, Librairie sociétaire, 1844, p. 41.

3 « Mouvement de la population parisienne en 1832 », La Réforme industrielle ou le Phalanstère, t. II, n° 20, 17 mai 1833, p. 237.

4 The Union, A Monthly Record of Moral, Social and Educational Progress, n° 4, july 1, 1842, p. 113-121.

5 Charles Bray, The Philosophy of Necessity ; or, the Law of Consequences ; as Applicable to Mental, Moral, and Social Science ; London, Longman and C°, 1841, xi-663 p.

6 « Public prostitution in London. Extracted from a Sermon [...], by the Rev. R. Ainslie », The New Moral World, vol. V, n° 21, saturday, march 16, 1839, p. 323.

7 Voir également à ce propos le chapitre « Owenite Philanthropists », in J.F.C. Harrison, Robert Owen and the Owenites..., op. cit., p. 26 et suivantes.

8 Le chartisme a suscité et suscite de nombreuses études en Grande-Bretagne. Pour une synthèse pratique, cf. Edward Royle, Chartism, London, Longman, Seminar studies in History, second edition, 1986, v-153 p. Pour une analyse globale du phénomène, cf. le chapitre que Gareth Stedman Jones consacre à « repenser le chartisme » dans Languages of Class : studies in English Working Class History : 1832-1982, Cambridge, Cambridge University Press, 1983, 260 p. On doit regretter l’absence d’une synthèse récente en français sur ce qui fut le mouvement social le plus massif et le plus important du premier xixe siècle. L’ouvrage d’Edouard Dolléans, Le Chartisme (1831-1848), première édition 1911, Paris, Marcel Rivière, 1949, xii-338 p. reste la seule référence (qui ne tient pas compte, par définition, des recherches récentes) en français.

9 Cf. Michèle Riot-Sarcey, Le Réel de l’utopie. Essai sur le politique au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1998, 308 p.

10 J. Léonard, La Médecine entre les savoirs et les pouvoirs. Histoire intellectuelle et politique de la médecine française au xixe siècle, Paris, Aubier Montaigne, 1981, 384 p.

11 Louis Blanc, Organisation du travail, Paris, Prévot et Pagnerre (1840), 131 p.

12 Ibid., p. 21 à 26.

13 Ibid., p. 21.

14 « Nous devons ces renseignements, que nous avons mis beaucoup de soin à recueillir et que personne ne sera tenté d’accuser d’exagération, à MM. Robert, teinturier, rue des Gravilliers, 60 ; Rosier, ouvrier en cannes, rue Saint-Avoie, 33 ; Landry, ébéniste, faubourg Saint-Martin, 99 ; Baratre, sellier, rue de Laborde, 17 ; Moreau, commis, rue du Caire, 16. » Ibid., p. 23.

15 Sur les enquêtes ouvrières, cf. Michelle Perrot, Enquêtes sur la condition ouvrière en France au xixe siècle, Paris, Hachette, 1972, 105 p. ; Gérard Leclerc, L’observation de l’homme. Une histoire des enquêtes sociales, Paris, Le Seuil, 365 p., ainsi que Francis Démier, « Le Tableau de Villermé et les enquêtes ouvrières du premier xixe siècle », préface à la réédition du Tableau de l’état physique et moral des ouvriers, Paris, EDI, 1989, p. 31-75.

16 Ibid., p. 29 à 33.

17 « Notes from the Manufacturing Districts », The New Moral World, vol XII, n° 11, saturday, september 9, 1843, p. 84-85 ; n° 12, saturday, september 16, 1843, p. 93- 94 ; n° 13, Saturday, september 23, p. 101-102 ; vol. XIII, n° 21, saturday, november 16, 1844, p. 164-165 ; n° 23, saturday, november 30, 1844, p. 180-181.

18 Ibid., n° 11, p. 84 : « Derived from Personal observation. » Gérard Leclerc, L’Observation de l’homme, op. cit., souligne le rôle de cette observation sur le « terrain » dans la légitimation du discours de l’enquête, p. 205 : « On peut noter, dans la plupart des cas, l’assimilation de la fonction critique (révision du modèle) à la fonction de reporter, de journaliste, dans la mesure où le journaliste est celui qui est le plus près de laisser advenir l’événementialité brute. »

19 Ibid., par exemple ce type d’expression : « The first thing that strikes a stranger to these districts. »

20 Flora Tristan, Promenades dans Londres, deuxième édition, Paris, H.L. Delloye, Londres, W. Jeff, 1840, p. 215-216. Cf. à ce propos notamment les commentaires de François Bédarida dans la réédition des Promenades, Paris, Maspéro, 1978, 358 p. et Stéphane Michaud, « Flora Tristan, les promenades dans Londres », in 1848 Les Utopismes sociaux : utopie et action à la veille des Journées de février, Paris, Société d’histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du xixe siècle, SEDES-CDU, 1981, 290 p.

21 Perreymond, Paris monarchique et Paris républicain ou une page de l’histoire de la misère et du travail, Paris, Librairie sociétaire, 1849, 112p.

22 Ibid., p. 3.

23 G. Leclerc, L’Observation de l’homme, op. cit., souligne le « pouvoir de la statistique », p. 183 : « Quand on lit les observateurs sociaux du début xixe siècle, on est frappé par l’importance qu’ils accordent à une argumentation présentée de façon quantifiée, ou plutôt, étayée de chiffres et de tableaux statistiques. On dirait une sorte de fascination, d’extase devant les chiffres, devant l’idée que les faits humains relèvent des chiffres. » Ajoutons que toute discipline qui se veut « scientifique », surtout quand il s’agit d’une science « humaine » a tendance, pour s’affirmer, à se mathématiser. Le socialisme de nos auteurs, qui se veut une science, se réfugie fréquemment dans l’accumulation chiffrée, dans les détails au franc près de l’organisation, des coûts de construction ou de production, des revenus des communautés projetées.

24 Ibid., p. 5.

25 Ibid., p. 28. Enquêtes, recensements, constituent l’armature de ces sources.

26 Ibid., p. 35.

27 Du même auteur, on peut signaler un autre ouvrage nourri des mêmes sources (recensements, statistiques, rapports d’enquêtes...), dans lequel Perreymond développe l’idée d’« inventaire social ». Perreymond, Le Bilan de la France, ou la Misère et le travail, Paris, Librairie phalanstérienne, 1849, 112 p.

28 Robert Owen, An Explanation of the Cause of the Distress which Pervades the Civilized Parts ofthe World and of the Means Whereby it may be Removed, London, British and Foreign Philanthropie Society, 1823, p. 6-7.

29 Cf. D. Procacci, Gouverner la misère : la question sociale en France 1789-1848, Paris, Le Seuil, 1993, 357 p. F. Barret-Ducrocq, Pauvreté, charité et morale à Londres au xixe siècle, Paris, PUF, 1991, 245 p., Michael E. Rose (ed.), The Poor and the city : the English Poor Law in ils Urban Context 1834-1914, Manchester, Manchester University Press, 1985, xi-175 p. ; J.H. Treble, Urban Poverty in Britain 1830-1914, London, Methuen, 1979, 216 p.

30 Charles Fourier, Anarchie industrielle et scientifique, Paris, Librairie phalanstérienne, 1847, 70 p. La citation est extraite du chapitre II de ce « brouillon » de la préface du Nouveau Monde industriel, on peut y lire p. 18 : « Aux époques de prospérité, on compte habituellement dans Londres 230 000 pauvres, dont 115 000 sont à la charge des paroisses, 115 000 sont mendiants, filous, vagabonds, gens sans aveu, parmi lesquels 30 000 filles publiques. »

31 E.D., « Détresse de la classe ouvrière anglaise », La Phalange, t. V, 3e série, n° 30, vendredi 11 mars 1842, p. 492 à 496.

32 François Crouzet, De la supériorité de l’Angleterre sur la France. L’économique et l’imaginaire xviie-xxe siècle, Paris, Perrin, 1985, vi-581 p.

33 Perreymond, Paris monarchique et Paris républicain, op. cit., p. 37.

34 Ibid., p. 39.

35 Ibid.

36 Compte rendu d’une « lecture » de Robert Owen, in The Crisis, vol. 2, n° 3, saturday, january 26, 1833, p. 17.

37 Charles Fourier, La Fausse Industrie, Paris, Bossange, 1835, p. 194.

38 Ibid.

39 Cf. Jean-Pierre Navailles, La Famille ouvrière dans l’Angleterre victorienne. Des regards aux mentalités, Seyssel, Champs Vallon, 1983, 335 p. ou Jean-Paul Aron, Le Mangeur du xixe siècle, Paris, Denoël-Laffont, 1973, 307 p.

40 Cf. sur ce vaste sujet, Roger-Henri Guerrand, Propriétaires et locataires. Les origines du logement social en France (1850-1914), deuxième édition, Paris, Quintette, 1987, 345 p. (malgré les barrières chronologiques du titre, l’auteur s’intéresse au premier xixe siècle) ; Jean-Pierre Navailles, La Famille ouvrière, op. cit. ; John Burnett, A Social History of Housing 1815-1986, second édition, Methuen, 1986, xi-387 p.

41 J. Journet, Cri suprême, appel aux honnêtes gens, Paris, Charpentier, 1846, p. 19.

42 Ange Guépin et E. Bonamy, Nantes au xixe siècle. Statistique topographique, industrielle et morale, Nantes, Sebire, 1835, p. 485-6.

43 Henry Mac Cormac, An Appeal in Behalf of the Poor ; Submitted to the Consideration of those who Take an Interest in Bettering their Condition, Belfast, S. Archer, 1831, p. 13-14.

44 Perreymond, Paris monarchique..., op. cit., p. 31.

45 Victor Considerant, dans Destinée sociale, Paris, Librairie phalanstérienne, 1847, deuxième édition, t. I, fonde cette conception sur une définition exigeante du logement, p. 409 : « J’appelle logement de l’homme une habitation saine, commode, propre, élégante et en tous points confortable. »

46 Rev. Joseph Marriott, Community : a Drama ; Manchester, London, 1838. Publié en « feuilleton » dans le New Moral World à partir de juin 1837.

47 John Francis Bray, A Voyage from Utopia, edited with an introduction by M.F. Lloyd-Prichard, London, Lawrence and Wishart, 1957, 192 p. Le manuscrit de cet ouvrage se trouve à la British Library of Political and Economic Sciences à Londres (L.S.E.). Cf. à ce propos, F. Moret, « Utopie aller et retour : le Voyage from Utopia de John Francis Bray », in Idées de ville, villes idéales, Cahier de Fontenay n° 69- 70, mars 1993, p. 141 à 152.

48 John Francis Bray », Labour’s Wrongs and Labour’s Remedy, or the Age of Might and the Age of Right, Leeds, David Green, 1839, 216 p.

49 J.F. Bray, A voyage from Utopia, op. cit., p. 41.

50 Ibid., p. 43.

51 Cf. Urban Disease and Mortality in Nineteenth-Century England, edited by Robert Woods and John Woodward, London, Batsford Academie and Educational, 1984, 255 p. ; voir également la solide Histoire de la démographie française, sous la direction de Jacques Dupâquier, t. 3 : de 1789 à 1914, Paris, PUF, 1988, 554 p.

52 Ange Guépin, Nantes au xixe siècle, op. cit., p. 487.

53 « Notes from the Manufacturing districts », op. cit., n° 11, p. 84.

54 Par exemple, un article intitulé « A Contrast », tiré d’un rapport des commissaires de la loi des pauvres, qui oppose l’habitat d’un aristocrate, le comte de Lonsdale, et les quartiers londoniens de Whitechapel et Bethnal Green, signé du Dr Southwood Smith. The New Moral World, vol. V, n° 32, saturday, june 1, 1839, p. 511-512.

55 William Thompson : Practical Directions for the Speedy and Economical Establishment of Communities, on the Principles of Mutual Cooperation, United Possessions and Equality of Exertions and of the Means of Enjoyments ; London, Strange, 1830, p. 193.

56 Parmi l’importante bibliographie sur ce sujet, on peut citer François Delaporte, Le Savoir de la maladie. Essai sur le choléra de 1832 à Paris, Paris, PUF, 1990, 195 p., notamment son analyse des réactions de Michel Chevalier, alors fidèle de la « religion saint-simonienne ».

57 Baudet-Dulary, « Choléra », La Réforme industrielle ou le Phalanstère, t. I, n° 7, 12 juillet 1832, p. 59.

58 Ibid., p. 60.

59 Victor Considerant, Destinée sociale, op. cit., p. 404.

60 Baudet-Dulary, « Choléra », op. cit., p. 59.

61 Cf. Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne. Caen au xviiie siècle, Lille, atelier de reproduction des thèses, 1974, 2 tomes. Sur un exemple précis de topographie médicale, Brigitte Marin, « La topographie médicale de Naples de Filippo Baldini, médecin hygiéniste au service de la couronne », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, t. 101, 1989, n° 2, p. 695-732.

62 J.F. Bray, A Voyage from Utopia, op. cit., p. 41.

63 J. Journet, Cri suprême, op. cit., p. 43-44 : « Enfants du peuple, qui racontera votre souffrance ? – Celui qui n’a pu la comprendre qu’en la partageant. – Vous naissez : un taudis délabré reçoit vos corps débiles, un air méphytique emplit vos faibles poitrines. »

64 Dr Southwood Smith, « A Contrast », The New Moral World, op. cit., p. 511 : « Into which it is scarcely possible for air to penetrate. »

65 Victor Considerant, Destinée sociale, op. cit., p. 398-399.

66 Ibid., p. 400-401.

67 Robert Owen, Lectures on the Rational System of Society, London, Home Colonization Society, 1841, p. 127.

68 Ibid.

69 Robert Owen, Letter Published in the London Newspapers of August 9th, 1817, in The Life of Robert Owen, London, Effingham Wilson, 1857-1858, vol. 1, p. 90-91.

70 Cf. par exemple J.-C. Perrot, Genèse d’une ville moderne. Caen au xviiie siècle, op. cit., t. II, p. 890, qui explique que changer l’air, ce « n’est pas aider la guérison, c’est véritablement guérir », cité par Alain Corbin, Le Miasme et la jonquille, Paris, Aubier-Montaigne, 1982, édition de poche, Champs Flammarion, 1986, p. 298.

71 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, Amsterdam, 1782-1788, t. I, p. 222, cité par Alain Corbin, Le Miasme et la jonquille, op. cit., p. 67.

72 Une nouvelle fois, cf. A. Corbin, Le Miasme et la jonquille, op. cit.

73 Flora Tristan, Promenades dans Londres, op. cit., p. 214-215.

74 Ibid., p. 8-11.

75 Notre propos n’est pas de décrire, après bien d’autres, l’ordonnancement de ces communautés ; nous nous efforcerons, ultérieurement, d’en dégager les caractères urbains, ou de montrer en quoi ils apparaissent comme des réponses à des problèmes urbains.

76 Cf. R.J. Morris, Class, Sect and Party. The Making of the British Middle Class, Leeds 1820-1850, Manchester, Manchester University Press, 1990, xi-356 p.

77 J.F. Bray, A Voyage from Utopia, op. cit., p. 44.

78 Cette idée était déjà présente chez les architectes des Lumières : une ville bien construite et ordonnée change la société, les mœurs, la santé, les activités... et assure le bonheur public. Idée d’ailleurs constitutive de tout urbanisme, depuis Alberti. Cf. Françoise Choay, La Règle et le modèle. Sur la théorie de l’architecture et de l’urbanisme, Paris, Le Seuil, 1980, 386 p.

79 Charles Fourier, Le Nouveau Monde Industriel, op. cit., p. 56. « Dans les grandes villes comme Paris, et même dans de moindres, telles que Lyon et Rouen, les enfants sont tellement victimes de l’insalubrité, qu’il en meurt huit fois plus que dans les campagnes salubres. »

80 Ibid., p. 285.

81 Perreymond, Paris monarchique et Paris républicain, op. cit., p. 42 : « En 1846, il est né à Paris 33 387 enfants, dont près de la moitié (sic !) (10 695) n’étaient pas légitimes. Ce funeste résultat est en grande partie l’effet de la misère. »

82 Ibid., p. 43.

83 En particulier, le contrôle social plus rigoureux dans les campagnes pousse de nombreuses femmes enceintes non mariées, on le sait, à séjourner plus ou moins durablement à la ville, où elles abandonnent leur enfant.

84 Arthur de Bonnard, Appel aux femmes, Paris, Bulletin de la Société de justice et de vérité pratique, avril 1847, p. 5.

85 Charles Pellarin, Théorie sociétaire, première édition, 1839, Paris, Librairie phalanstérienne, quatrième édition, 1849, p. 83.

86 John Minter Morgan, Hampden in the Nineteenth Century ; or, Colloquies on the Errors and Improvement of Society, London, Edward Moxon, 1834, t. I, p. 378.

87 Cf. D. Nourrisson, Le Buveur du xixe siècle, Paris, 1990, Albin Michel, 378 p.

88 Robert Owen, Lectures on the Rational System of Society, op. cit., p. 129.

89 C’est ce que souligne en particulier William M. Bramwell, Pubs and Localised Communities in Mid-Victorian Birmingham, London, Department of Geography and Earth Science, Queen Mary College, University of London, Occasional Paper n° 22, 1984, 38 p.

90 Flora Trista, Union ouvrière, Paris, Prévot-Rouanet, 1843, p. 55-56.

91 D. Laverdant, « Misères du peuple. Progrès de l’ivrognerie dans les classes pauvres », La Démocratie pacifique, t. 1, n° 41, dimanche 10 septembre 1843, p. 4 et n° 44, mercredi 13 septembre 1843, p. 4.

92 C’est le cas par exemple de John Finch. Ces mouvements anti-alcooliques sont très marqués par l’influence des Églises, en particulier dissidentes. Mais le socialisme britannique lui aussi connaît une forte dimension religieuse.

93 « Mr Gibbon Wakefield on the cause or causes of gin-palaces », The New Moral World, vol. III, n° 128, saturday, april 8, 1837, p. 187-188.

94 Henry Howells Horton, Community, the Only Salvation for Man, Manchester, A. Heywood, 1838, p. 13.

95 La Phalange, t. I, 2e série, n° 16, 10 décembre 1836, p. 505.

96 Cf. bien sûr, Alain Corbin, Les Filles de noce. Misère sexuelle et prostitution (xixe siècle), Paris, Aubier-Montaigne, 1978, édition de poche, Flammarion, 1982.

97 Victor Considérant, Nécessité d’une dernière débâcle politique en France, Paris, rue Jacob, 1836, p. 10-11.

98 (Baudet-Dulary), « Variétés. De la prostitution dans la ville de Paris », La Phalange,
t. I, 2e série, n° 13, 10 novembre 1836, p. 427-428, et n° 14, 20 novembre 1836, p. 457-459.

99 Cf. A. Corbin, op. cit., p. 13 à 37.

100 (Baudet-Dulary), « Variétés », op. cit., n° 13, p. 427.

101 Ibid., n° 14, p. 459.

102 Cette campagne débute par un discours de l’évêque d’Exeter prononcé en janvier 1840 à la Chambre des Lords, discours qui va déclencher la grande offensive de l’épiscopat anglican contre l’owénisme, sur laquelle nous reviendrons.

103 C’est tout l’argumentaire de C.J. Haslam qui publie A Defence of the Social Principles, Delivered in the Social Institution, Salford ; Being an Answer to a Lecture by the Rex J.R. Beard..., Manchester, A. Heywood, (1837 ?), 12 p. Il se défend des accusations d’immoralité portées à l’encontre des socialistes, et pour démontrer les vices de la société, invoque le nombre excessif de soldats et la délinquance urbaine.

104 C’est ce qu’évoque en particulier un article reproduit dans La Phalange du 1er février 1837 (t. I, 2e série), p. 524, qui relate l’histoire d’un homme qui commet une effraction dans une boulangerie lyonnaise, afin de se faire jeter en prison et de pouvoir manger.

105 C.S., « The dangerous classes », The New Moral World, vol. VIII, n° 9, saturday, august 29, 1840, p. 131-132.

106 Roger-Henri Guerrand, « L’imaginaire du logement social dans le roman français au xixe siècle », in L’Haleine des faubourgs. Ville, habitat et santé au xixe siècle, textes réunis par Lion Murard et Patrick Zylberman, Recherches, n° 29, décembre 1977, p. 23 à 35.

107 Désiré Laverdant, « Revue critique », La Phalange, t. 5, 3e série, n° 76, dimanche 26 juin 1842 ; t. 6, 3e série, n° 59, dimanche 13 novembre 1842 ; n° 68, dimanche 4 décembre 1842 ; n° 70, vendredi 9 décembre 1842 ; n° 77, dimanche 25 décembre 1842 ; n° 97, vendredi 10 février 1843 ; n° 98, dimanche 12 février 1843 ; n° 101, dimanche 19 février 1843 ; n° 117, mercredi 29 mars 1843 ; n° 151, vendredi 16 juin 1843 ; n° 154, vendredi 23 juin 1843 ; n° 165, mercredi 19 juillet 1843.

108 Ibid., n° 97, p. 1579.

109 Ibid., n° 59, p. 961.

110 Ibid.

111 Ibid., n° 70, p. 1146.

112 Ibid., n° 59, p. 966.

113 Ibid., n° 70, p. 1135.

114 Robert Owen, Letter Published in the London Newspapers of August 9th- 1817, op. cit., p. 92.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search