Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire de Marseille

 | 
Marcel Roncayolo

Prise de vue

Texte intégral

  • 1 Revue Marseille, n° 192, septembre 2000, p. 20-23.

1« Par une matinée d’été, sur une terrasse en surplomb, les membres d’une famille sont rassemblés autour d’un guéridon, en attendant les rafraîchissements que l’on apporte. Debout, un homme semble lire à voix haute une missive. On peut présumer qu’il s’agit de Jacques Calvet, l’agent dépositaire à Marseille de la liqueur Grande-Chartreuse, du cognac Martell, de l’absinthe Pernod, du pipermint Get, dont l’épouse venait d’acquérir récemment la propriété de Saint-Barthélemy. À ses côtés, un enfant en costume marin l’écoute, attentif, avant de s’en retourner jouer au cerceau ; des chiens virevoltants n’ont pas cessé de se combattre. Un peu à l’écart, un couple devise devant le paysage. Insolite sur la rambarde de pierre, un riche tapis d’Orient est là pour évoquer la magnificence des appartements de la bastide. Placée en évidence sur son trépied et prolongée par l’ombre portée au sol, une longue-vue invite, à l’instar de la canne pointée par l’homme en veste blanche, à contempler le paysage qui se déploie alentour. Selon son habitude, E. Coulange-Lautrec a construit son tableau en plans enchaînés. Après la plate-forme et le groupe qui l’anime, voici le parc dont les frondaisons contrastent avec l’aspect dénudé des îles du Frioul. Le long chemin d’entrée qui conduit au château a été coupé par la voie de chemin de fer. Un train s’apprête d’ailleurs à passer sous le petit pont. Témoignage de la puissance de la locomotive, sa fumée blanche s’élève en sens inverse des noires volutes des fabriques ployées par le mistral. Plus au loin, on distingue la chapelle de N.-D. de Bon Secours et le quartier du Canet resté encore rural. Derrière, vers la mer, surgit l’industrie littorale en quête de nouveaux terrains d’expansion. D’importantes usines dressent leurs cheminées : savonneries, raffineries, minoteries, huileries. À l’horizon se profilent la cathédrale de la Joliette, le fort Saint-Jean, le château d’If ; sur la mer, les voiles des barques de pêche, la silhouette de plusieurs bâtiments marchands1. »

Marseille, vue de Saint-Barthélemy

Huile sur toile, Emmanuel Coulange-Lautrec, 1894, 100 x 200, collection CCI Marseille-Provence

2Telle est la description prudente volontairement « transparente » qui nous est donnée par Patrick Boulanger de ce tableau de Coulange-Lautrec, daté de 1894. Elle évoque un paysage caractéristique de Marseille : celui des maisons de campagne dites « bastides », célébré par l’historien Antoine de Ruffi au xviie siècle, par le président de parlement Charles de Brosses en partance pour l’Italie (1737), par les visiteurs suisses et allemands à la fin du xviiie siècle et encore par Stendhal. D’origine seigneuriale pour les plus anciennes et les plus imposantes, ces propriétés ont été démultipliées depuis le xviisiècle par la bourgeoisie locale, modelant ainsi l’image du terroir marseillais, le « terradou ». S’engage ainsi une génération de bâtisses, construites selon un prototype sans effet superflu. Les négociants et hommes d’affaires du xixe siècle auront souvent plus d’ambitions et de goûts hétéroclites.

3Le plus important de l’image ce n’est peut-être pas la bâtisse ni même les frondaisons. C’est la terrasse. Marseille vue de ces balcons, c’est Marseille saisie dans son imaginaire, donnant spectacle de son travail et de la richesse tirée des horizons lointains. L’objet central du tableau, c’est bien la longue-vue, pointée vers le large. Le tableau ne me paraît pas exprimer quelque tension entre un mode de vie où tout ne serait « qu’ordre et beauté » et les appétits du grand commerce et de l’industrie. Il affiche plutôt une sorte d’équilibre entre les fonctions qui se complètent, la plaisance est proche de l’usine et du port selon la hiérarchie vue de la demeure d’un maître. Topographie dominante qui matérialise sans doute l’idéologie dominante. Quelle est dès lors l’interférence entre celle-ci et l’imaginaire collectif ? Cet imaginaire s’est développé au xixe siècle en empruntant à l’acquis mais aussi aux anticipations d’un siècle prometteur. Thèmes successifs par leur entrée en scène mais entremêlés ensuite. D’abord la marque d’une philosophie des Lumières, presque physiocratique, accentuée par la peur des épidémies, justifiée par la création (1840-1850) du canal de la Durance. Thème commercial, prolongeant les espérances esquissées au xviiie siècle d’un Marseille port mondial, les articulant avec l’ouverture sur le continent (le chemin de fer), débouchant sur l’idée d’un système méditerranéen d’inspiration saint-simonienne (Suez) dont cette ville serait la capitale. En dernier lieu, la vocation industrielle appelant à la rescousse la fabrique pour fixer le trafic. L’attrait « colonial » ne vient alors qu’en second, annonçant déjà une forme de repli sur les territoires de domination politique française.

4Tout se passe encore, en cette fin du xixe siècle, dans les limites du territoire de Marseille, ou presque, représenté ici pour partie mais dont la signification devient plus générale. Ce territoire de 20 000 hectares est capable d’absorber à la fois les nouveaux ports, construits et projetés le long du littoral nord, le travail industriel comme la détente des Marseillais (la bastide pour quelques milliers d’entre eux, privilégiés ; mais aussi le cabanon, la guinguette, la promenade), enfin les contingents successifs de migrations qui viennent gonfler la population jusqu’au demi-million d’habitants en 1911. René Allio rappelle la grande ambiguïté de Marseille, quand on regarde la nature physique du territoire comme l’origine de ses habitants : faite à la fois d’éléments terriens et maritimes, de paysans et de marins, elle fabrique un peuplement, en même temps que des produits et des relations commerciales. Mais curieusement, entre mer et campagne à demi-transformée, la ville même disparaît ou s’estompe. Les particularités du site / point de vue que Coulange-Lautrec projette sur la toile mettent en évidence un autre aspect du siècle finissant : le retard ou l’oubli de l’organisation urbaine proprement dite, comparée à celle du port et de l’industrie ; un urbanisme fléchissant, après les grandes anticipations, mais aussi les semi-ratages des années 1850-1860. Marseille semble se perdre ou se diffuser dans cette expansion périphérique qui, dans un désordre très spontané, juxtapose les usages du sol, les pleins et les vides, les groupes sociaux, les paysages et les acteurs. Joseph Méry, vers 1860, posait l’existence, à côté de la vieille ville et de la ville moderne, née de l’agrandissement de 1669, d’une troisième ville, « la ville de la campagne », qu’il identifiait aux bastides :

  • 2 Marseille et les Marseillais, p. 51.

En aucun autre lieu au monde, on ne voit une si nombreuse agglomération de maisons de plaisance. La loi agraire, ce rêve de Tiberius Gracchus, a fini par trouver sa réalisation dans la banlieue marseillaise2.

  • 3 R. Ripa, Les étrangers des maisons basses, Marseille, J. Laffitte, 1977.

5Vision sans doute excessivement optimiste, dans son égalitarisme. Mais le terroir, tout en restant le lieu de puissantes bastides et d’une foule de propriétés plus humbles, abrite aussi les morcellements populaires, le campement d’une société en formation et « les étrangers des maisons basses »3. La ville de la campagne devient le lieu où s’affirment les contrastes sociaux, mais où se fait aussi paradoxalement l’apprentissage de la ville.

6Le tableau de Coulange-Lautrec nous introduit donc dans le monde de l’imaginaire urbain. D’abord, des images venues de l’expérience sensible, y compris d’un réalisme parfois naïf. L’imaginaire n’est pas nécessairement en rupture avec le réel ; il n’est pas qu’un songe illusoire ou une fantaisie pure. La psychologie classique distinguait toutefois deux formes d’imagination, précisément rappelées par le Larousse du xixe siècle :

  • 4 Dictionnaire universel du xixe siècle, article « Imagination ».

… Si notre esprit évoque images et faits sans suite, sans ordre, sans aucune pensée de conformité à la réalité, il fait acte d’imagination passive. Si, enfin, il les rappelle volontairement en cherchant à les combiner, à les ordonner, non comme ils furent ordonnés en fait, mais comme l’esprit veut qu’ils le soient, pour réaliser un type idéal, un tableau préconçu, alors on dit que c’est de l’imagination active… Imaginer, dans le sens élevé et vrai du mot, c’est réaliser l’idéal ; c’est faire descendre la vérité intelligible dans les formes de la nature sensible, représenter l’invisible par le visible, l’infini par le fini4.

7Voltaire, dans le Dictionnaire philosophique, disait plus légèrement :

  • 5 1764.

Il y a deux sortes d’imagination, l’une qui consiste à retenir une simple impression des objets, l’autre qui arrange ces images reçues et les combine en mille manières5.

8L’imagination active peut donc concourir simplement à la reproduction d’un ordre ; mais elle participe encore plus à l’invention, à la découverte. N’insistons pas sur les débats que les présupposés de ces définitions ont entretenus. Retenons simplement l’idée qu’un double décalage s’établit entre le jeu des images nées de l’expérience et cette construction, sans doute floue, ouverte, mais souvent contraignante qu’offre l’imaginaire. Celui-ci mêle nécessairement le connu et le moins connu ; il entraîne par le récit, l’analogie, aux frontières de ce qui est identifié et de ce qui ne l’est pas.

  • 6 J. Le Goff, L’Imaginaire médiéval, préface, Paris, Le Seuil, 1985.

9Ce dépassement provient aussi du fait que l’imaginaire ne relève pas uniquement de l’expérience individuelle, qu’il est à la fois cumul et prolongement d’expérience. L’articulation de l’individuel et du collectif reste, quelles que soient les références théoriques invoquées, la question essentielle des sciences humaines. L’imaginaire ne se construit pas en isolat ; il vit de confrontations, récits, langages et s’accroche à des signes collectifs que sont, par exemple, les formes matérielles et les paysages. Mais, à l’inverse, le collectif n’intervient pas seulement en bout de course. Il commande en partie les actes plus ou moins élémentaires de la psychologie individuelle et ces opérations plus compliquées que sont la connaissance du monde sensible, la perception et la mémoire. L’imaginaire, par cette double relation avec les rapports sociaux, s’inscrit bien parmi les fondements de ces mentalités collectives qui, depuis quelques décennies, ont retenu l’intérêt des historiens. Jacques Le Goff, introduisant ses études sur l’imaginaire médiéval6, invitait bien à distinguer ce concept d’autres assez proches, plus englobants, plus délimités ou plus rigoureux, représentation, symbolique, idéologie. Les chevauchements restent multiples et je croirais surtout que c’est la conduite et la méthode d’analyse qui font différence plus que le contenu, même si l’on tient à laisser du côté de l’imaginaire ce qui relève de l’art ou de la fiction, les images proprement dites, la part de la fantaisie et du merveilleux. Après tout, parlant de Marseille, ces dimensions ne sont pas négligeables.

  • 7 Par exemple J.-L. Bonillo et R. Borruey, L’appareil portuaire, Marseille, INAMA, 1987.

10L’étude de l’imaginaire comporte d’autres rigueurs possibles : si la notion demeure floue, comme par nature, il faut au moins opposer le barrage formé par des corpus bien constitués, bien délimités. D’abord, les « images », l’iconographie, puisque ce type de représentation paraît plus spécifique. Une ville, particulièrement un port, puisque tel est notre objet, s’exprime et s’imagine par la vue cavalière, le plan, la carte ; les modes techniques de représentation, s’ils viennent généralement d’une certaine manière de penser le monde extérieur, témoignent aussi des évolutions dans l’interprétation de telle cité, de tel cas particulier ; le changement d’échelle et le découpage géographique ne sont pas neutres. L’iconographie ne constitue pas ainsi une illustration, mais en elle-même un document, un objet à analyser et à mettre en série. L’affiche, qu’elle concerne la cité dans son ensemble ou telle activité particulière (l’affiche publicitaire notamment), peut être l’occasion de bâtir un corpus. On a essayé de donner quelques exemples, en laissant à d’autres travaux en cours ou à organiser le soin de mener véritablement l’étude. Tâche plus difficile si des expositions et des collections ne préparaient déjà le fonds de documentation. D’un autre côté, le texte écrit, « littéraire », récit de voyage, guide peut être à l’origine d’autres séries. Si la ville s’exprime en grande partie par des projets (urbanisme, équipement, institutions, monuments), nous voici devant d’autres sources précieuses qui permettent d’affronter l’imaginaire7. Par la multiplicité des formes – ébauches graphiques, projections architecturales ; par la nature généralement litigieuse des débats, qu’il y ait concours ou pas. Encore faut-il se méfier du projet, trop isolé de son contexte, trop « sectorisé », trop enfermé dans sa propre rationalité. Serait-il porté par des individus ou des groupes innovateurs, le projet s’insère dans une société ; il est accueilli, transformé, interprété ; des niveaux et des types d’imaginaire s’y croisent, souvent voilés par les arguments de circonstance. À l’opposé, il faut se méfier d’un déterminisme trop huilé, d’une lecture trop transparente des intentions ou des intérêts. Mais, moyennant ces clauses de prudence, voici un autre corpus important. Les hommes d’affaires sont bien entendu moins portés à écrire et à développer leur stratégie et leurs anticipations ; il faut juger des idées, de leur représentation du monde, de leur imaginaire par les résultats. Les œuvres plus que les intentions, vieille règle de sécurité de la sociologie, ce qui laisse de larges marges à l’interprétation, à l’erreur, à la contradiction ou aux procès de paternité. Heureusement que des institutions comme les chambres de commerce, à l’articulation des administrations et des entreprises, fournissent un discours plus ordonné, plus explicite, même si l’on doit tenir compte de la relativité de leur position.

  • 8 R. Allio, L’heure exquise, Arles, Actes Sud, 1984.

11La seconde règle de prudence est donc de spécifier de quels groupes ou de quels hommes, de quelles expériences, de quelles aventures viennent ces images, qu’elles expriment ou prétendent exprimer l’intérêt de la collectivité ou simplement des intérêts particuliers. Mais l’on sait aussi que ces images, anticipations, impressions ou rêves collectifs agissent au-delà des groupes porteurs, se diffusent plus ou moins largement (ou s’affrontent) dans la société, s’érodent ou s’usent. Étudier un imaginaire, c’est étudier un parcours, un itinéraire, apprécier les effets de cohérence ou d’agrégation qui se produisent autour de certains thèmes, juger aussi des étapes de la décomposition ou de l’effritement. L’imaginaire, somme toute, a ses conjonctures, ses cycles qui ne correspondent pas nécessairement à ceux de la richesse ou de l’activité. Il a aussi ses domaines et ses échelles multiples : la vie quotidienne, banale, repose sur des images, des parcours, des tissus de relations que l’ethnographie récente, orientée vers notre présent ou les périodes passées, commence à mettre en lumière ; elle a même une poétique, différente sans doute de celle des grands travaux ou des grandes entreprises de production ou d’échanges. Je renvoie par exemple à ce film rare, sensible et si juste de René Allio, qui s’appelle L’heure exquise8. Sans perdre le sens des échos et des interférences, il n’est pas bon de tout confondre ou de négliger ces dimensions multiples.

12Le programme, même attaché à un seul point géographique, est immense, et cet essai ne prétend pas à l’exhaustivité. Jusqu’ici, je m’étais intéressé principalement à la croissance urbaine et à ses effets sociaux. Cet essai est un coup de sonde dans les sources et les méthodes qui visent la connaissance de l’imaginaire ; part de risque considérable, puisque le document isolé ou partiel, séparé de la série qui l’englobe, perd certainement une fraction importante de son sens. Ce texte est, d’autre part, limité dans ses objectifs : placé dans une collection consacrée à l’économie de Marseille, c’est bien le monde de représentations qui enveloppe les affaires et les entreprises que l’on essaie de cerner. Il s’agit donc de la mise en forme de connaissances déjà acquises, plus que d’une mobilisation nouvelle, que j’évoquais plus haut : laissons à des travaux plus spécialisés, engagés, achevés ou non, ou à venir, le soin d’exploiter plus systématiquement l’iconographie, ou tel thème, la croissance urbaine, les rapports entre dispositifs spatiaux et activité portuaire, la prosopographie des grandes familles : chacun a sa part d’imaginaire et sans doute la confrontation s’imposera-t-elle un jour.

13Précisons encore plus le champ de nos préoccupations. L’imaginaire, qui était visé, portait sur le port, la ville, ou le rôle de pôle organisateur de Marseille. On reconnaît là les divisions qui regardent le géographe, sans lui être propres. Il s’agit donc principalement de territoires, d’espaces, de réseaux de relations. Des références très classiques, mais qui offraient, à condition de prendre un peu d’éloignement, l’occasion de situer Marseille dans un jeu d’échelles multiples et de mieux identifier la part de l’imaginaire, surtout si l’on est sensible à cette remarque du philosophe Alain parlant pourtant de la géométrie :

  • 9 Alain, Philosophie, Paris, P.U.F., 1969, coll. « Sup », p. 87.

Une action imaginaire me paraissait courir de forme en forme ; et c’était même cette action qui me semblait construire et reconstruire l’espace, en effet toujours croulant, et nullement existant9.

14Dès lors, c’était bien cette course entre formes, entre réseaux qui me semblait l’essentiel de la recherche. Port-ville, espaces dépendants (et quelque forme de dépendance) ne me paraissaient pas des catégories d’analyse suffisantes en elles-mêmes, aptes à rendre compte de la relation entre ces territoires proches et lointains et de leur point d’articulation, Marseille. Il fallait aller au-delà, trouver le sens de cette distinction et de ses variations dans le temps.

  • 10 E. Rostand, Les questions d’économie sociale… Voir Bibliographie.

15La conjoncture de cet imaginaire s’imposait dans une histoire à terme semi-long, qui recouvre le xixe et le xxe siècles et dont l’unité n’est pas arbitraire, en l’occurrence. Car avec le xixe siècle, c’est-à-dire la Révolution française, la révolution des transports (chemin de fer et trafic maritime) et la formation d’un marché national, Marseille doit reconstruire ses espaces. L’image d’une ville isolée, fermée au continent, vivant essentiellement des échanges sur mer était certainement excessive à la fin du xviiie siècle, moment où les activités et les relations sont bien plus diversifiées qu’il ne paraît. Gaston Rambert, après Paul Masson, Charles Carrière et Marcel Courdurié ont marqué les limites d’une définition outrancière d’un Marseille marginal. Mais les relations avec le territoire proche (et pour toute une série de raisons qui tiennent à l’idéologie des Lumières et pas seulement à la réforme administrative), la recherche d’un hinterland continental mieux assuré imposent des révisions multiples et sécrètent un nouvel imaginaire. La constitution de la deuxième génération des empires coloniaux établit d’autres ruptures. Bref, tout se remodèle au xixe siècle, même si l’on repart de positions ou de thèmes déjà acquis ou entrevus. Si l’on parle de cycle, c’est bien d’abord un cycle de l’imaginaire qui prend son essor dans la première moitié du siècle, bourrée d’optimisme, d’ambitions et d’utopies, envisageant dans Marseille une métropole mondiale, parce que méditerranéenne, une seconde capitale, une ville de destin international. Le schéma bénéficie d’un double apport, qui, en dépit de litiges, de désaccords et de rivalités, marie l’imagination des hommes d’affaires et des négociants marseillais, celle des ingénieurs et spéculateurs, généralement liés à la place de Paris (notamment par le biais des grandes écoles et de la bourse), mais capables de jouer sur les anticipations marseillaises et parfois de s’y « naturaliser ». Ce temps des cumuls s’arrête à peu près avec les dernières années impériales, comme si les freinages et les ratages, sensibles dans la conjoncture économique (en particulier marseillaise), brisaient le cercle vertueux dans lequel port et ville étaient entrés. L’imaginaire n’est pas rompu, mais il se ferme davantage, se limite dans l’espace ou dans les fonctions, se particularise, dans une certaine mesure se provincialise. Le thème industriel, qui a son versant social, la ville « populaire » d’Eugène Rostand10, le thème colonial deviennent des points forts, l’enrochement des grandeurs marseillaises : eux-mêmes érodés par les transformations en chaîne qui modifient la position marseillaise et remettent en question ses choix, sans résoudre pour autant des espérances entretenues (le Rhône ou la région). Il y a bien des rejaillissements, notamment avec la prospérité pétrolière des années 1950-1970. Mais la relation de Marseille et des territoires (au proche comme au lointain) est, de nouveau, à remodeler ; Fos est l’objet d’interrogation plus que ciment d’un nouvel imaginaire. Bref, si le cycle du xixe siècle s’est achevé par fractionnement et décomposition de ses parties constituantes, Marseille reste en attente d’un nouveau cycle : ni le quiétisme (la pérennité de la situation géographique et les investissements réalisés), ni une révision dans le sens de l’humilité (Marseille n’est pas une capitale ou une métropole) ne me semblent suffisamment porteurs d’imagination.

16« Construire et reconstruire l’espace toujours croulant et nullement existant », disait Alain. Ce travail n’est-il alors que nostalgie, regard vers des mondes imaginaires perdus, « la vie est un songe » à l’échelle d’une ville ? Si composition et décomposition de l’espace ne cessent jamais, ce constat n’implique pas une sorte de fragilité, de futilité, dans le temps. La création continuée ne conduit pas à l’éphémère, même si l’éphémère marque aussi cette histoire. Car la ville n’est pas une réalité, dont les représentations ne donneraient qu’un reflet. Les représentations font une grosse partie de la ville et se reproduisent, à la manière d’un texte musical inscrit dans la cire. La matrice demeure dans le tissu de la ville et de ses territoires comme dans l’esprit de ses habitants, matrice sensible, matrice pensée. L’imaginaire que l’on essaie de décrire a ses fluctuations de longue durée. L’imaginaire conquérant, dont l’expression s’enfle et inspire des textes sacrés vers 1840-1860, n’est pas tellement sorti de nos esprits, de même qu’il a fabriqué notre regard sur la ville autant que le système de relations qui la soutient. Marseille 1990 n’échappe pas à cette archéologie semi-consciente des pensées et des désirs, lointains d’un demi-siècle. Lointains ou d’hier ? Mon grand-père était né en 1847… quatre générations nous ramènent à la Révolution. Les plus grandes modernités n’effacent jamais l’entrelacement des temps biographiques. La trajectoire de la ville, secouée pourtant par des renouvellements importants, des flux migratoires et, quand il s’agit de Marseille, le côté « en passage » ou « en transit » de la population, n’échappe pas à ces continuités et à ces références.

17La crise de Marseille n’est pas une crise ponctuelle, un simple produit de conjonctures difficiles. C’est plus et moins à la fois, ce qui entretient l’espoir et montre que les résultats matériels, les bilans ne sont pas des acquis qu’il suffit d’extrapoler pour projeter l’avenir. Ils peuvent changer de sens. L’éclatement de l’imaginaire ancien n’implique pas qu’un imaginaire nouveau ne se crée pas ponctuellement, redonnant aux choses pensées et à la ville des vertus et des couleurs. Malgré tous les progrès techniques, le neuf se fabrique toujours avec une bonne part de vieux. Bernard Lepetit le dit de l’armature urbano-française du début du xixe siècle. La remarque reste valable aujourd’hui. L’imaginaire de la ville s’établit donc en strates, dont on ne sait jamais quand ni comment elles risquent d’affleurer par l’effet de nos tectoniques en mouvement. Mais il est bon de recevoir aussi la leçon, non pas pour s’aligner sur les contenus ou les recettes du passé, mais pour mieux comprendre comment l’imaginaire se forme, inspire ou déçoit, unit ou divise, pousse à l’action ou paralyse. Si l’on prend tant d’intérêt aux expositions coloniales de 1906 ou de 1922, ce n’est pas par regret du passé, c’est que, pour notre avenir, la connaissance du monde reste un attrait, et pour Marseille peut-être la véritable chance ; c’est que passés les divorces tumultueux, il faut bien retrouver le partenaire des façades proches ou lointaines. C’est dans cet esprit que ce livre peut être lu.

Notes

1 Revue Marseille, n° 192, septembre 2000, p. 20-23.

2 Marseille et les Marseillais, p. 51.

3 R. Ripa, Les étrangers des maisons basses, Marseille, J. Laffitte, 1977.

4 Dictionnaire universel du xixe siècle, article « Imagination ».

5 1764.

6 J. Le Goff, L’Imaginaire médiéval, préface, Paris, Le Seuil, 1985.

7 Par exemple J.-L. Bonillo et R. Borruey, L’appareil portuaire, Marseille, INAMA, 1987.

8 R. Allio, L’heure exquise, Arles, Actes Sud, 1984.

9 Alain, Philosophie, Paris, P.U.F., 1969, coll. « Sup », p. 87.

10 E. Rostand, Les questions d’économie sociale… Voir Bibliographie.

Table des illustrations

Légende Marseille, vue de Saint-Barthélemy
Crédits Huile sur toile, Emmanuel Coulange-Lautrec, 1894, 100 x 200, collection CCI Marseille-Provence
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2711/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 501k

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search