Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire de Marseille

 | 
Marcel Roncayolo

Seconde édition, avertissement

Texte intégral

1Revu et corrigé, dit-on d’ordinaire, d’un ouvrage réédité. La formule me semble convenir à un monde qui vit à un rythme de changements plus lents. Qu’il s’agisse de la démarche de l’auteur ou de l’objet étudié, les choses vont trop vite. C’est un nouveau livre qu’il aurait fallu écrire pour se situer en pleine actualité.

2Vint ans après, l’intérêt devient donc historique. C’est, dans le meilleur cas, le témoignage d’une étape et d’une expérience. Toutefois que l’on souhaite important en raison des traces laissées, des chemins empruntés, nullement indifférents pour la réflexion sur l’actuel et donc le projet.

3Cela m’a conduit à maintenir l’état initial du texte si ce n’est dans la « prise de vue », en raison d’une identification plus précise de l’image représentée. Ce qui n’en change pas le sens. L’imaginaire que j’ai tenté d’exposer alors s’inscrit plus nettement dans son temps, les xixe et xxe siècles. On saisit quelques années de gestation (les lendemains du blocus continental, l’influence saint-simonienne, les nouveaux ports, le chemin de fer) ; puis c’est l’éclat de la période « impériale » (Suez en visée), un prolongement parfois en retrait (malgré les expositions coloniales de 1906 et de 1922).

4Autrement dit, on découvre un très long cycle et sa retombée. Désagrégation d’un imaginaire ? Le jugement peut paraître pessimiste. De cet imaginaire construit autour du commerce maritime et de l’industrie traitant les matières premières d’outre-mer, les bases en deviennent anachroniques y compris à travers les renouvellements plus récents.

5Imaginaire dominant, il le fut assez pour devenir référence aux yeux de la société dans son ensemble, quitte à se diffracter selon les groupes et les individus. Ce double caractère, j’ai essayé de l’analyser en deux ouvrages, l’un sur la « division sociale » de la cité (achevé en 1981, publié en 1996), l’autre, L’imaginaire de Marseille, daté de 1990. Ces deux textes se complètent avec le risque quelques fois de se répéter, mais nous ramènent au mieux aux années 1980. Sont-ils pour autant hors d’une actualité réflexive ? Au-delà du cas de Marseille, c’est la discipline « géographique » qui est interrogée à travers cette étude urbaine. La géographie est-elle condition de l’histoire, assurément ; n’en est-elle pas aussi, dans la matérialité et ses représentations, le produit ? C’est entre le « presque immobile » cher à Fernand Braudel et les mouvements de l’histoire que l’on peut méditer. Sans trahison à l’égard des maîtres, c’est là l’incitation qui ressort de cet objet « insaisissable » qu’est la ville.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search