Version classiqueVersion mobile

Les chantiers de la paix sociale

Sur le terrain : la ville et l’entreprise

Henri Sellier et la doctrine de Suresnes : techniques du social et services urbains

Katherine Burlen

Texte intégral

1La « doctrine de Suresnes » est bien un illustre exemple des gestions municipales du politique. Mais montrer qu’une doctrine est comme la révélation magique d’un savoir-faire particulier n’explique rien. D’ailleurs, dès le XIXe siècle le social a été utilisé dans des programmes politiques comme une fiction efficace ; par contre, il pourrait être plus intéressant de montrer qu’il a fait l’objet, dans des conditions caractérisées par une forte expansion urbaine, d’une intervention technique d’Etat, changeant les niveaux d’intervention et de négociation des acteurs ainsi que les réseaux d’affiliation des habitants et citoyens.

  • 1 Jules MOCH, « Henri Sellier, homme d’Etat », in II y a cinquante ans... Henri Sellier... installait (...)

2Henri Sellier, à la fois président du Conseil général de la Seine et maire de Suresnes a su comme réformateur engagé, politicien pragmatique et homme d’Etat, engager sa logique de « technicien de la vie collective », comme l’a si bien caractérisé Jules Moch1.

  • 2 Jacques DONZELOT, L’Invention du social, Paris, Fayard, 1984, p. 15-72.

3Cela illustre en tout cas une des particularités de la société de l’entre-deux-guerres, cette « invention du social »2, liée à l’aménagement urbanistique des communes de banlieue, à la gestion d’équipements urbains et aux premières expressions des besoins des habitants. Et c’est dans cette invention sociale suresnoise que vont figurer à la fois le montage expérimental et le décalage entre les nouveaux fondements de l’ordre politique et les réalités sociales quotidiennes, entre de nouvelles formes de gestion administrative locale et l’aménagement urbain de nouvelles communes de banlieue de la région parisienne. D’où son intérêt anticipateur.

  • 3 Archives communales de Suresnes (désormais ACS), article introductif de Jacques PARISOT (tant admir (...)
  • 4 ACS, Elections municipales du 5 mai 1935, Parti socialiste (SFIO) et intérêts généraux, Comment la (...)

4Un des faits patents du renversement politique opéré et que l’on retrouve dans les revendications sociales de l’époque est que l’on ne réclame plus du pain mais du « bien-être ». Dès lors, tout mandat politique va être en quelque sorte commandité par cette logique de devoir se présenter devant ses électeurs, afin de pourvoir la communauté d’un « ensemble mesuré d’éléments de la vie quotidienne ». Plus qu’une conquête sociale, ce « bien-être » va s’exercer comme un droit social évident et se légitimer politiquement comme « programme administratif ». C’est dans ce sens, que Jacques Parisot, président du Comité d’hygiène de la SDN qualifiera de « municipale » l’œuvre de Sellier3, contraction intéressante entre son programme électoral de 1919 s’adressant « aux travailleurs banlieusards » et la façon dont la municipalité sortante aux élections municipales du 5 mai 1935 entendait justifier l’accomplissement de son mandat, son contrat : à cet effet, d’ailleurs, elle publia un intéressant petit opuscule où, tout en présentant le « Parti socialiste et intérêts généraux », elle fit état de tout un ensemble de prestations sociales, accomplies grâce à un plan d’aménagement et un ensemble de services communaux urbains. De ce compte rendu apologétique des « services » rendus à la communauté, il s’ensuivait un certain nombre de principes administratifs, suivant lesquels elle entendait poursuivre sa gestion et, caractérisant ainsi les nouveaux « intérêts généraux » de ses administrés, elle tentait de se redéfinir politiquement vis-à-vis de son électorat4.

5C’est de ce retournement politico-administratif matérialisé à la fois par des figures urbaines et des techniques du social que l’on parlera ici.

Figures urbaines : de la question sociale au service social

  • 5 François EWALD, L’Etat providence, Paris, Grasset, 1986, p. 195-223.

6La question sociale a été, au fond, un moyen de résoudre l’insécurité politique5 et, dans le contexte, a été utilisée comme justificatif de mandat politique. A Suresnes, se présentant comme un certain mode réaliste d’« effectuation politique des choses », conçu comme la réalisation d’un programme politique et d’un mandat, elle a très vite été assimilée à un fonctionnement « démocratique » et moderniste de la vie locale, donc municipaliste. C’est du moins ce qui ressort de l’aventure de Suresnes et de toutes les innovations organisationnelles et techniques qui en découlèrent, signes avant-coureurs de modifications structurelles de l’appareil d’Etat confronté à de nouvelles réalités quotidiennes. Elles eurent ainsi l’avantage d’être les premiers ferments d’une politique municipale et réaliste associant systématiquement regroupements urbanistiques d’équipements et de services, aménagements techniques liés à un mode de vie au travers d’une gestion rationnelle et administrative. Ce sont à la fois les bases tangibles et les signes des transformations de la vie locale, mais elles n’eurent pas les conséquences « participatives » à laquelle prétendait cette politique.

  • 6 Henri HATZFELD. Du paupérisme à la sécurité sociale (1850-1940), Paris, Colin, 1971, 345 p.
  • 7 Maurice AGULHON, La République au village, Paris, Plon, 1970, 543 p. ainsi que Le Cercle dans la Fr (...)
  • 8 Jean-Pierre GAUDIN, Technopolis, crises urbaines et innovations municipales, Paris, PUF, 1989, p. 7 (...)

7Hatzfeld a décrit6 le type de système sécuritaire qui s’était mis en place à travers une politique concrète d’assistance dès 1905 ; par ailleurs M. Agulhon7 a montré à quel point l’institution communale en elle-même ne forge cette mise en ordre politique du territoire et n’établit sa tutelle qu’à travers la mise en forme des pratiques collectives. On sait que les premières commissions municipales se sont constituées à la fois pour des raisons salubristes et d’enregistrement, ce qui les ont amené aussi à inspecter des bâtiments. C’est ainsi que la commune, au travers de la loi de 1902 systématisant les enquêtes sanitaires tout en les associant à des règlements communaux, organisera habitat et hygiène dorénavant entremêlés. Mais ce n’est qu’un peu plus tard, vers 1912, que confort moderne et transferts sociaux seront associés grâce à la création des deux niveaux de gestion administrative (communal et départemental) des offices publics d’HBM8.

  • 9 Henri SELLIER, La Crise du logement et l’intervention publique en matière d’habitation populaire da (...)
  • 10 Lion MURARD et Patrick ZYLBERMAN, « Les murs qui tuent », Les Cahiers médico-sociaux, Genève, vol. (...)
  • 11 Max WEBER, La Bureaucratie, Paris, Union générale d’éditions (10/18), 1976 et Essai sur la théorie (...)
  • 12 Analyse de sa correspondance et de ses écrits, cf. ACS, carton sur le service social.

8De « l’urgence née de l’épidémie » de tuberculose9 à la désinfection technique proprement dite, se mirent en place plusieurs méthodes d’enquête qui bientôt s’apparentèrent à une médecine plus préventive que curative et qui contribuèrent à mettre au point une certaine approche administrative de la santé : à la fois technique et scientifique10. A travers la réglementation instaurée par ces dispositifs médico-techniques, l’organisation communale fut amenée, non seulement à appliquer des règlements et collecter des informations concernant éléments du bâti et habitudes de vie, mais aussi à les confronter à des observations statistiques. On sait qu’à l’époque les sciences statistiques répondaient déjà à des objectifs de rationalité administrative11. Or ces premières données étaient collectées par les bureaux municipaux d’hygiène qui tentaient de réglementer leur approche et de différencier en conséquence leurs services sociaux, à l’intérieur même du périmètre communal qui leur était imparti : toute la systématique des fonctions administratives que Louis Boulonnois, le trop zélé premier secrétaire de mairie, forgea à partir de la politique social-municipaliste de Sellier12, tendit vers ce but ; on y reviendra quelques pages plus loin.

9On peut se demander si, au fond, tout ceci ne contribuait pas à transformer la politique locale en une sorte d’interventionnisme public fort différent de la conception initiale et qui mettait davantage l’accent sur le renforcement mutuel d’une doctrine politique et d’un système sécuritaire communal, plus que sur de nouveaux intervenants (habitants ou usagers), renversant quelque peu démocratiquement le jeu des négociations.

10Mais d’abord, à quoi correspondait cette « doctrine de Suresnes » ? C’est ainsi qu’elle avait été désignée par L. Boulonnois et R.-H. Hazemann dans leur correspondance de 1926, avant vraisemblablement que ce dernier ne rencontre Sellier. Quant à sa conception politique, elle avait été, il faut le dire, fort influencée par le solidarisme de Léon Bourgeois.

Droits et devoirs

  • 13 Léon BOURGEOIS, La Solidarité, Paris, Colin, 1897 (3e éd. 1902).
  • 14 Marcel DAVID, « Genèse et degré d’auto-suffisance des normes sociales, fondatrices du droit afféren (...)

11Léon Bourgeois, pilier du laïcisme de la Ille République et désireux « de maintenir les droits de l’homme tout en lui imposant les sacrifices réclamés par les nécessités sociales »13, contribua à lui créer des devoirs et à donner une base juridique à cette société d’éducation sociale en lui fournissant un programme : l’éducation gratuite, le salaire minimum et l’assurance sociale. Il s’agissait de façonner le jeune Français par une conception scientifique et naturaliste de la solidarité. La solidarité-devoir apparaissait non seulement comme le fondement d’une société redistributive, mais aussi comme un facteur réorganisant la société dans son ensemble : communauté, propriété collective et obligations ; d’où la conception d’une norme sociale, englobant et régulant d’autres aspects comme le risque, la prévoyance collective, la volonté d’émancipation, la citoyenneté...14 Quant à l’intervention publique locale, se prévalant de son mandat électoral, elle devait assurer la communauté contre la maladie, la vieillesse et la mort. Toutes ces interventions se traduisirent par un ensemble de prestations communales et d’organisation de services sociaux, faisant jouer à la communauté un rôle d’agent de répartition qui devait « solidariser et individualiser ».

12Ce système raisonné d’assistance s’établissait selon plusieurs directives, pour la plupart liées à l’organisation du salariat sur le marché du travail, à sa cohérence et au maintien de son pouvoir d’achat : chômage, perfectionnement, formation professionnelle, équipements sociaux...

13Mais il visait aussi à défendre la famille contre l’éclatement auquel l’avait conduit le monde du salariat et à compenser les conséquences de l’inorganisation du marché de la main-d’œuvre féminine ou des groupes minoritaires (comités de femmes, aides familiales, caisse des écoles, loisirs, comités d’aide aux étrangers ou aux cultures autochtones...). Une déclaration explicite d’Henri Sellier, fraîchement promu ministre de la Santé par le gouvernement Blum (Radio-cité, le 5 juin 1936) où il précisait sa mission, illustre parfaitement cet objectif de solidarité : « Je compte développer le service social : du berceau à la mort, il assurera à l’individu et à sa famille, la solidarité morale et matérielle de la Nation. »

  • 15 Henri SELLIER, « Discussion du plan régional parisien au Conseil général de la Seine » (BMO, 4 janv (...)
  • 16 Lion MURARD et Patrick ZYLBERMAN, op. cit.
  • 17 Gilles-Gaston GRANGER, La Mathématisation sociale du marquis de Condorcet, Paris, O. Jacob, 178 p., (...)

14Or, il ne s’agit pas seulement de simple solidarité morale : Léon Bourgeois en 1912 parlait déjà « d’établir le lien entre une solidarité morale et une solidarité scientifique ». La question sociale semble donc bien s’instituer à cette époque comme une mission sociale, tout en se réclamant de la rationalité économique ; elle ne renvoie donc pas automatiquement à la simple fonction du mandat politique, dont Sellier dénonçait l’inutilité à cause de l’incompétence et de l’arbitraire de certains élus15 ; Condorcet lui-même disait à ce sujet qu’un consensus rationnel ne pouvait s’établir que sur des lois objectives, démontrées par un expert et non en vertu de l’expression toujours arbitraire de la volonté du plus grand nombre16 ; il en faisait ainsi découler une classification apparente et une distribution scientifique entre l’homme (individu et opération de l’esprit), les choses (réduction à une mesure commune et à un calcul des valeurs), mais aussi entre l’homme et les choses17 : c’est dans ce sens que s’orientera la politique de Sellier, “d’arbitrage” entre l’administration technique des choses et le gouvernement scientifique des hommes.

Entreprise politique et raisons sociales

  • 18 Robert-Henri Hazemann précisait bien : « Rendre un service et non l’octroyer » in Le Service social (...)
  • 19 Luc BOLTANSKI, Les Cadres, formation d’un groupe social, Paris, Minuit, 1982, 527 p.

15Sellier s’était situé nettement sur l’échiquier politique de la SFIO, quoique dans une perspective de socialisme pragmatique (« moins de mots... plus de réalités » écrivait-il à la tribune du Populaire de 1933) ; il n’en demeure pas moins qu’il se présente comme un innovateur politique, un détourneur de principes, un adaptateur de problèmes pratiques ; c’est bien lui qui reprenant la formule du Congrès socialiste de 1900 : « La commune est un laboratoire de vie économique décentralisée » la formulera à sa manière : « La ville est un laboratoire fécond de solidarité sociale », tout en précisant que « les cités-jardins étaient des centres perfectionnés d’habitat ». Se souciant moins de politique que d’encadrement social, ce laboratoire eut d’ailleurs pour objectif, non pas « de chasser définitivement la pauvreté et d’assister en toute circonstances »18, mais bien plutôt d’adopter une politique de progrès social et donc de mieux-être, politique visant plus particulièrement les couches salariées stables, donc relativement moyennes19 ; sur cette base, la politique locale s’organisera comme une logique de redistribution d’avantages sociaux, catégorisée et hiérarchisée, à l’enseigne même de la distribution des services sociaux communaux.

  • 20 Madeleine REBERIOUX, « Un milieu socialiste à la veille de la grande guerre : Henri Sellier et le r (...)

16Sellier y ajoutera sa propre expérience politique : il avait, en effet, l’habitude de manœuvrer à l’intérieur d’une certaine perspective, héritée du syndicalisme des services où il avait milité20.

  • 21 « Dans sa welfare division », avait résumé Louis Boulonnois dans sa conférence avec Robert-Henri Ha (...)

17Il semble donc assez logique, dans ces conditions, que le service social, objectif de cette politique quasi militaire21, apparaisse bien comme une technique redistributive, une politique de transferts sociaux et une série de prestations territorialisées, apanage d’une véritable politique réformatrice.

  • 22 Cf. à ce propos, deux conférences de Michel FOUCAULT sur La Gouvernementalité, Paris, Seuil (en cas (...)

18Mais la « doctrine de Suresnes », entremêlant hygiène et habitat, n’était pas seulement le fer de lance d’une politique moderne concernant la gestion de la vie quotidienne salariée (plus que les pauvres), où le socialisme scientifique contribuait à objectiver certaines conditions de vie ; mais elle se voulait aussi une technique constitutive de nouveaux liens sociaux, préfigurant « un nouvel être » et une nouvelle « façon de gouverner »22.

19Et par conséquent, cette politique communale n’impliquait pas seulement des devoirs sociaux mais aussi des raisons à inculquer, dont les deux plus essentielles avaient été résumées en deux sentences par L. Boulonnois : « The child is father to the man » (c’est dire l’importance de la politique scolaire et d’inculcation des nouvelles valeurs aux enfants) ; « Les logements ne sont pas des machines à habiter, mais des écoles »..., « habiter un local c’est toute une science » (c’était souligner l’importance de la politique du logement et de « son savoir-vivre »).

20On peut donc ainsi raisonnablement dire que cette doctrine reposait sur trois points essentiels :

  1. Une politique publique du logement qui puisse s’appliquer sur une politique redistributive de welfare, à laquelle sont adjoints des services sociaux adéquats : attribution catégorisée et hiérarchisée des appartements en fonction des ressources des familles ; évaluation normée des comportements, puis rationalisée, que ce soit au travers d’éléments plus ou moins confortables ; système d’encadrement par des assistantes sociales de secteur assurant le « contact »...) Ainsi Sellier en 1940 déplorait : « Il n’existe en France qu’une législation sur les HBM, qui n’a qu’un caractère d’assistance, excluant toute recherche d’esthétique ou de confort ; et non sur l’habitat populaire, comme cela existe à l’étranger et qui permettrait d’assurer un rôle d’amélioration des conditions sociales générales de la famille et de progrès social. »

  2. La ville comme organisation du salariat et structuration de son mode de vie par l’habitat. La ville n’est plus que le lieu où se déploient des rôles renvoyant à la cellule familiale ou au domaine privé et l’espace construit n’est plus approprié en tant que tel, droit d’usage et espace réglementé étant confondus. « Il faut que la nouvelle législation ainsi élaborée cesse d’être celle des HBM, il faut qu’elle devienne celle du logement familial, il faut que la famille ait la certitude de voir conserver le droit imprescriptible au logement » (souligné par l’auteur).

  3. L’urbanisme participatif de Sellier (à travers notamment les associations), où la vie citadine est à la fois un apprentissage de la démocratie locale et une technologie d’intervention dans le social.

Les éléments du programme politique et ses infléchissements sociaux

21Sellier se présentera, dès le départ, comme un défenseur « d’intérêts administratifs » et non comme un politicien. Il va donc, en tant que candidat aux élections du Conseil général (23 novembre 1919) et dans la constitution de son programme, lier habitation et hygiène, tout en prônant la départementalisation et l’unification des services d’hygiène ; cela impliquera à la fois :

  1. Le strict contrôle du fonctionnement des bureaux municipaux d’hygiène (1902) et un effort départemental pour la création d’un service public d’habitation, avec des bureaux communaux de location d’immeubles et des dispositifs légaux permettant de dégrever le loyer des familles nombreuses.

  2. La création d’espaces libres et de terrains de jeux sur l’emplacement des fortifications de Paris et des forts détachés de la périphérie.

  3. L’exécution stricte de la loi du 14 mars 1919 sur les plans d’extension et d’aménagement des villes.

  • 23 Henri SELLIER et Robert-Henri HAZEMANN, La Santé publique de la collectivité, hygiène et service so (...)

22On a donc ici les trois volets du panoptique qui vont caractériser la « real-politik » de Sellier : action prophylactique et instruments administratifs d’une politique publique de logement, logique distributive et normative d’un logement considéré « comme un espace social nouveau », aménagements urbanistiques liés à l’organisation politique communale. Mais il est évident qu’il ne s’agit pas seulement de créer des services technico-administratifs comme politique du logement social. Il faut aussi « créer de nouveaux rapports sociaux », tout un monde nouveau qui va bien au-delà de la santé. Henri Sellier et Robert-Henri Hazemann le formulent clairement dans cette célèbre plaquette de 1937, La Santé publique et la collectivité23 :

« Hygiène et service social ne peuvent-ils pas être considérés comme médiateurs entre les notions étroites d’individualisme et collectivisme (...). L’intervention du service social (...) cherche à résoudre la double contradiction existant entre les individus et la collectivité (...). On assiste à une sorte de désagrégation paradoxale de la personnalité humaine, frappée dans sa vie mentale et émotive (...). Il appartient aux services d’hygiène de résoudre les contradictions de plus en plus violentes qui opposent l’individu à la société, qu’elles se traduisent par le déséquilibre de la santé physique ou intellectuelle et morale de ses membres (...). Bien plus, l’hygiène n’a plus seulement pour ambition la guérison et la prévention des maladies du corps et de l’esprit, mais dans son aspect social, elle revendique pour but le plein et harmonieux épanouissement physique, intellectuel et moral de l’individu dans le cadre de la communauté humaine, sans sacrifier l’homme à la collectivité et vice-versa (...). Famille et milieu constituent un terrain sur lequel vit le malade. Aussi l’hygiéniste est-il de plus en plus obsédé, non par le germe mais par les conditions sociales et par leur inégalité devant la maladie et la mort. »

23Et de conclure :

  • 24 Cf. ch. IV, résumé de la conférence citée en note (23), publiée dans L’Infirmière française, n° 1, (...)

« Faut-il créer des “centres de santé”, véritables ministères locaux des affaires sociales ? Dans quelle mesure faut-il prévoir des organismes intermédiaires entre les services centraux et les services locaux24 ? »

24C’est un véritable programme de gouvernement scientifique des hommes et des choses qui se dessine ainsi. Reste à en désigner le maître d’ouvrage.

Technique sociale

25Louis Boulonnois, le trop dévoué secrétaire de mairie au nom prédestiné, l’inévitable intermédiaire avec Hazemann qui poussa même la cohérence de sa mission jusqu’à se marier avec une assistante sociale, ne manquera pas de préciser, selon sa conception pointilleuse des services et des rôles, une pensée qui se voulait organiciste et rationaliste :

« L’hygiéniste perçoit des échanges vivifiants entre ces organes ; l’économie y est le véhicule des échanges, les grands concepts sociaux en sont l’influx nerveux et spirituel... Le travailleur social, l’hygiéniste comprend que la maladie sociale, c’est le désordre et que pour rompre ce cercle vicieux, si cela est possible, il suffit d’introduire l’ordre et la règle : budget, emploi des ressources financières pour l’alimentation et le logement rationnel ; emploi du temps : équilibre du travail et du repos. »

  • 25 Louis BOULONNOIS, La Municipalité en service social, l’œuvre municipale de M. Henri Sellier à Sures (...)

26Tout un programme administratif, que réaliseront les équipes d’assistantes sociales. C’est bien d’ailleurs, de cette façon que Boulonnois entend mettre en œuvre la doctrine de son maître et la diffuser au moyen d’une plaquette au titre édifiant : « La municipalité en service social », avec en sous-titre « L’œuvre municipale de M. Henri Sellier à Suresnes »25.

27Il y a ici un saisissant rapprochement à faire entre la conception de Sellier qui dit représenter des intérêts administratifs, conscient qu’il est de l’étroite interdépendance entre les conditions économiques, sociales et sanitaires avec l’organisation municipale proprement dite : « Le service social, réunissant en un faisceau étroit toutes les branches ordinaires de l’activité communale. »

28Il va sans dire que la municipalité, composée ainsi comme un énorme service social pour le bien-être de la communauté, va se donner ses propres principes d’organisation administrative (voir schéma sur le service social), avec des critères stricts de gestion répartissant les affaires courantes entre domanial, notarial et social, dirigés bien entendu par un expert.

29Car ce sont des techniques d’experts qui vont s’efforcer de délimiter et de traiter le corps de la ville comme s’il s’agissait d’un objet d’intervention au sens administratif du terme : domaines, dégagements, relations.

  • 26 Bibliographie sur le livre de Louis Boulonnois, op. cit., non signée et parue dans La Vie urbaine, (...)
  • 27 Et que résume assez bien toute la politique associative de Sellier ; cf. Katherine BURLEN, La Banli (...)

30Boulonnois poussera même fort loin cette logique, en spécifiant le sens même de ces interventions26. Il s’agira pour lui : d’ajuster les réalisations à un principe géographique, où l’on tente de mettre en rapport les interventions de quartier ou de secteur avec « les mouvements des sols et les mouvements de population » et penser ensuite de façon attributive les interventions (« le service domanial s’occupe du cadastre, le service notarial enregistre les mouvements de population et le bureau d’hygiène établit les fiches démographiques ») ; de « mettre à profit les circonstances variées de cette histoire qui fait la ville et la région, où l’on tente de rassembler en associations autour de la mairie sociétés historiques, personnalités locales, initiatives privées, philanthropie patronale, regroupement d’intérêts professionnels et activités culturelles27 ; et enfin, de « songer à établir » « entre diverses fonctions du gouvernement local et les agents, des rapports inédits comportant anastomose de procédures, réunion de certains rôles aux mêmes têtes, ou distinction de tâches ailleurs confondues ».

31C’est donc bien de cette systématique des fonctions municipales que l’on fait découler l’ensemble organisé des institutions et édifices du service social : à la faveur de la définition légale du Bureau d’hygiène, est créé un service de police de la construction veillant à la stricte application d’un règlement sanitaire particulièrement sévère, ainsi qu’un service de la statistique démographique de la commune ; un service de protection tout à fait cohérent lui est adjoint ; complété par un service d’assistance qui s’appuie essentiellement sur un corps d’infirmières-visiteuses diplômées faisant des enquêtes à domicile ; enfin un ensemble très complet d’institutions d’enseignement où dans des bâtiments modernes et parfaitement étudiés sont employées les méthodes les plus récentes.

Le service social comme laboratoire

32On peut constater, toujours dans cette plaquette des élections de 1935 (cf. note 4), que la municipalité sortante entendait ainsi justifier la façon dont elle remplissait son mandat et définir ainsi le sens de sa mission :

« Au sens de l’organisation créée et développée à Suresnes et que les techniciens du monde entier considèrent comme un prototype, les préoccupations de salubrité et celles d’assistance sont intimement liées ; les unes et les autres sont exercées, non pas dans l’intérêt exclusif des bénéficiaires, mais dans l’intérêt commun de tous les habitants de la commune et de tous les membres de la collectivité humaine, les services qui les assurent ne constituent pas des services d’hygiène et des services d’assistance, mais une seule organisation, celle de l’hygiène et de l’assistance sociales, qui vise bien entendu à la protection des individus, mais par-dessus tout, poursuit un but de sauvegarde collective » (soulignements de l’auteur).

33Dès la création de l’Office départemental d’HBM en 1915, Sellier avait déjà justifié celui-ci de façon originale ; il ne s’agissait pas pour lui uniquement de réduire le manque de logements, mais aussi de répondre à des perspectives sociales et hygiénistes, voire eugénistes :

« Etant donné le grand nombre d’hommes d’âge divers, plus ou moins anémiés, suspects de tuberculose (...), le renforcement de la concentration urbaine (...), le fléchissement de la moralité et les habitudes d’excès et d’intempérance (...), il faut améliorer la qualité des familles et éviter les tarés et les malingres. »

  • 28 Louis Boulonnois et Robert-Henri Hazemann rapportent dans leur conférence de 1934 (op. cit.), que M (...)

34Cette politique salubriste, Sellier va l’expérimenter sur son « terrain » suresnois28 et il l’organisera dès 1918 selon trois niveaux de décision : le niveau municipal avec le service social, animé par l’ancien instituteur L. Boulonnois ; le niveau départemental avec l’OPHBM-DS en 1915, sous sa propre férule ; le niveau national avec le médecin-inspecteur de l’OPHS, puis le chef de cabinet technique du ministère de la Santé, R.-H. Hazemann.

35Ce lien entre technique sanitaire et rationalité communale s’était déjà ébauché en 1919 à Suresnes, sous couvert de l’organisation d’un service de « visiteuses de la première enfance » ; puis concrétisé médicalement dans une commune de banlieue en 1925, avec le premier bureau d’hygiène de Vitry-sur-Seine, il fut conçu techniquement par L. Boulonnois et R.-H. Hazemann, dès 1926 et comme le relate leur correspondance. Ce dernier le mettra en place institutionnellement avec Sellier.

Invention des techniques

  • 29 Robert-Henri HA2EMANN, op. cit.
  • 30 Lion MURARD et Patrick ZYLBERMAN. « Robert-Henri Hazemann, urbaniste social », Urbi, X, hiver 1986  (...)

36Ces techniques proviennent essentiellement de l’initiative et de la correspondance de Boulonnois et d’Hazemann rassemblée dans le fascicule de ce dernier : Le Service social municipal, publié en 192829 ; il rendait compte d’un certain nombre de principes comme la rationalisation de l’assistance, l’importance du diagnostic social comme individualisation, le service social comme lien entre globalisation et personnalisation, mais aussi comme moyen de briser avec l’empirisme de la pratique quotidienne30, tout en évoquant le sens « d’un service rendu comme esprit de hiérarchie ».

  • 31 Cf. J. DONZELOT, op. cit., p. 86-103.
  • 32 Max WEBER, op. cit., ainsi qu’Economie et société, Paris, Plon, 1971, 651 p.

37Par contre on a bien l’impression d’une confusion faite entre les services issus du welfare et l’organisation rationnelle des services publics, telle que le présumait Duguit31, lorsqu’il évoquait une certaine forme de rationalité économique. On sait aussi à quel point elle peut sécréter ses propres fonctionnaires32.

  • 33 Gérard MASSE, « Henri Sellier, ministre de la Santé publique, juin 1936-juin 1937 », mémoire de maî (...)
  • 34 Cf. ACS, revue de presse de l’époque sur « les comités de coordination », Bulletin de documentation (...)

38Quant à Hazemann, pour qui « la municipalité est l’école de la démocratie », il a toujours évalué et ajusté toute intervention technique à la dimension du secteur33. Il faut dire aussi que c’était la modalité selon laquelle se réorganisait l’administration de l’époque. Elle régentait notamment le territoire et les interventions publiques, exigées par la restructuration administrative de la politique de la santé et la départementalisation des commissions au travers de comités de coordination ; ce projet sera présenté par Sellier, ministre en juin 193634.

39Il y a eu, par conséquent, une lente osmose entre ces projets de renouvellement des politiques comme des décisions et une forme d’efficacité, revêtant l’allure de traitements techniques, soit sociaux, soit administratifs.

  • 35 Voir Germaine BARDY, dans sa thèse de l’institut d’Urbanisme, Le Service social dans les HBM, édité (...)

40De cette restructuration, un autre exemple est fourni par la distinction qui se met progressivement en place entre les premières infirmières-visiteuses avec leur quadrillage administratif de dispensaires ou de secteur et les assistantes sociales ou « auxiliaires sociales », assurant un contact « personnalisé » entre services hospitaliers, hygiène mentale et familles ; les unes réalisant le relais d’une politique curative d’interventionnisme public, les autres cherchant plus prosaïquement à « dépanner les cas embrouillés »35 ; en tous les cas tout un réseau fin de professionnels diversifiés.

  • 36 Gérard BRUN, Technocrates et technocratie en France, 1914-1945, Paris, Albatros, 1985, 324 p.

41Il semble alors que la rationalisation de l’assistance réponde à un mouvement de rationalité gestionnaire d’ensemble allant de pair avec une certaine technicité économique36 ; il fallait donc bien une légitimité locale des décisions, endossée ici par le municipalisme.

De l’administration technique des choses au gouvernement scientifique des hommes

42Deux idées clefs ressortent ainsi de cette analyse et qui sont assez représentatives de ce mouvement municipal qui incite les maires des communes de banlieue à développer une politique de services :

    • 37 Louis BOULONNOIS, « Correction annuelle du dénombrement des populations », La Vie urbaine, Vincent- (...)

    En se plaçant au-dessus des compétitions politiques ou confessionnelles, on pouvait apparaître comme « neutre » et prôner sans arrière-pensée une conception scientifique basée sur la production, l’échange et la consommation : Boulonnois s’essaie lui-même à cette reconversion scientifique de l’analyse de la production en décrivant à la fois des opérations de croissance comme « des surveys » et en analysant des mouvements de population à l’aide de seuils37.

    • 38 Conférence d’Henri Sellier et Robert-Henri Hazemann en juillet 1936, op. cit.

    On systématisait une politique d’assistance, en l’organisant à deux niveaux différenciés d’intervention administrative :
    – « L’urbaniste et l’hygiéniste assainissent la cité et recherchent les causes de ses maladies en la dotant d’un plan de ville » (faisant intervenir ainsi une catégorisation par le sanitaire et l’urbain) ;
    –  Le travailleur social recherche dans la famille les causes individuelles de malaise économique et physiologique, pour la doter d’un plan de vie » (catégorisation par le nécessaire et le social)38.

43Sellier lui aussi résumera sa politique de ministre nouvellement promu lors de l’allocution radiodiffusée du 6 juin 1936 :

  • 39 Conférence radio diffusée d’Henri Sellier, le 6 juin 1936.

« Se mettre au service de la famille, mettre l’enfant sous protection tutélaire d’un faisceau d’institutions publiques, où l’effort privé aura sa part... s’il élimine dans son action sociale et philanthropique tout prosélytisme politique ou confessionnel et s’il se plie aux règles de la coordination39. »

  • 40 Cité par Roger-Henri GUERRAND, « Sellier et le service social », La Banlieue Oasis, op. cit., p. 11 (...)
  • 41 Cf. ACS, conférence citée de L. BOULONNOIS et R.-H. HAZEMANN sur les fonctions de l’assistante scol (...)
  • 42 ACS, extrait de la circulaire du 12 mai 1941 du « Secrétaire d’Etat à la Famille et à la Santé » à (...)

44Il s’agit donc bien de créer un homme nouveau et tous les efforts vont porter sur le renouvellement du genre humain. On connaît aussi la politique nataliste de Sellier et sa détermination à améliorer la qualité des familles, plutôt que « pousser à la procréation de tarés et de malingres, qui seront une charge pour la société, beaucoup plus qu’une valeur positive à son actif »40. Quant à Boulonnois, il proclamera « sa passion de faire des hommes »41. De fait, il en organisera méticuleusement les services selon trois modèles de rationalité bien distincts, correspondant à la triple fonction dévolue au service social42 : dépistage et surveillance sanitaires (avec les hygiénistes et infirmières-visiteuses) ; aide morale et matérielle (avec les assistantes sociales) ; éducation (avec les assistantes scolaires et les groupements associatifs).

La rationalité hygiéniste comme action prophylactique sur la société

  • 43 In Urbi, X, hiver 1986, op. cit., n. 30.

45Leur rationalité incombe au médecin-sociologue ; on comprend alors mieux pourquoi Hazemann et Sellier se sentaient ainsi profondément liés (« un autre moi-même » dira ce dernier43) ;

46Partant donc en guerre contre « les fléaux sociaux » et non simplement contre les maladies, ils considéraient « l’hygiène comme une nouvelle égalisation des chances » en tentant d’agir sur le corps de la société, en qualité « de techniciens en sciences humaines » (l’un en mathématicien surtout, l’autre en sociologue). Mais au lieu de mettre l’accent sur les figures représentatives de cette politique, il serait intéressant de voir les glissements opérés par cette volonté d’intervention et de remodelage morphologique de la société : ils s’effectuent à partir de liens techniquement établis entre des institutions locales et spécialisées (dispensaires et services urbains) et des pratiques quotidiennes (ou présentées comme telles !).

47Ils nous donnent, d’ailleurs, une image assez significative des rationalités gestionnaires de l’époque, guidées par des techniques d’intervention en guise de politique et visant à structurer un nouveau mode de vie.

48A Suresnes, on observe trois types d’intervention technique et qui renvoient à cette politique hygiéniste – le curatif, le préventif et le prévisionnel –, fournissant en quelque sorte l’échéancier administratif... voire politique de ce genre d’intervention : avant, pendant, après ; démonstration d’une logique imperturbable, à laquelle ne se rangeaient toujours pas habitants, patients, voire professionnels ; en sont témoins les notes de rappel à l’ordre de Boulonnois à propos des absences scolaires, du manque de fréquentation des bains-douches, du boycottage des colonies de vacances ou des visites médicales, de la rivalité entre assistantes sociales de secteur et quadrillage administratif des infirmières-visiteuses du « Service social de la région Parisienne », de la vindicte de certains groupements d’intérêts (dont les commerçants), non ralliés à la politique de Sellier.

  • 44 Katherine BURLEN, « Sciences du logement et gestion sociale des populations », La Banlieue Oasis, o (...)

49L’organisation de ce service et sa politique sociale a été déjà décrite44. L’on dessinera ici le « cadre » des orientations, l’impulsion technico-administrative et l’encadrement institutionnel de cette nouvelle gestion ; elle s’appuyait essentiellement sur trois éléments :

50– Des dispensaires ou polycliniques de quartier, payés pour les deux tiers par des subventions d’Etat ou de département et qui « groupent des services d’assistance communale et des assurances sociales... regroupant démarches nécessaires du salarié... et justifiant ainsi l’organisation rationnelle de cette mise sous tutelle et de ce regroupement localisé des fiches ».

  • 45 Henri SELLIER, En mémoire d’Albert Thomas, Union des élus municipaux socialistes, 1937 ; ainsi que (...)

51A ce propos il faut noter que, lorsqu’on invoque « une mission de solidarité », il est fort probable qu’on ait amalgamé solidarité de groupes et techniques rationnelles de regroupement ; mais la rationalité économique proprement dite, qui consiste à rattacher administrativement Etat, département et secteur, au travers de la redistribution de techniques d’intervention est là qui « homogénéise » les différents niveaux de réalité et qui légitime une politique de secteur ; d’où tout l’intérêt de la territorialisation de cette politique : « Notre lutte est moins politique qu’économique. Elle est inspirée beaucoup plus par la volonté de perfectionner les conditions techniques de la vie municipale »45.

52– Mais aussi des dispensaires prophylactiques et spécialisés, pour la plupart établis sur une base départementale ; ils permettent d’appliquer la politique du ministère de la Santé et d’y développer, en conséquence, une technologie de pointe, témoignant d’une approche adaptée « à la clientèle ».

53On y trouve ainsi un dispensaire anti-tuberculeux et anti-syphilitique (avec laboratoire et radiographie), des consultations modernes de spécialistes complétant le service scolaire (oto-rhino, gymnastique orthopédique, rayons ultra-violets, dentisterie...) ; mais aussi une Institution de prophylaxie médicale destinée à l’usage de l’enfance, La Nouvelle Etoile des enfants de France, proposant consultations de nourrissons, dons de lait stérilisé, consultations de neuropsychiatrie infantile, gymnastique orthopédique. Dans l’ordre de la prophylaxie sociale proprement dit, l’on pouvait trouver des cantines, patronages laïques, cinémas, équipements de musique, colonies de vacances, cours post-scolaires et enfin ce que l’on convenait d’appeler « divers modes d’utilisation des loisirs »... Boulonnois, de façon un peu plus directe et à propos de la crèche Darracq, philanthrope local, en parlera comme s’il s’agissait « de services samaritains de l’âge adulte » (voir note 25).

54– Et enfin des organismes techniques à vocation prévisionnelle, dont le bureau municipal de chômage, les services de formation professionnelle, les caisses d’allocation de secours et d’assurances, l’inspection médicale des écoles ; mais l’on pouvait aussi y ranger les services d’élaboration des plans d’ordonnancement urbanistique et de mise aux normes d’hygiène des bâtiments ministériels construits ou à construire du ministère ; quant au bureau d’hygiène municipal, il fonctionnait aussi comme bureau d’enregistrement statistique, mais d’un genre particulier, puisqu’il fallait « penser la ville en termes de classes moyennes et de ménages... » ; cette directive, les assistantes sociales la mettront d’ailleurs en œuvre. Compte tenu des faits, il arrivait au service de statistique municipale de travailler à la fois sur des données fort diverses : nombre de naissances, mariages, décès, feuilles de ménage, fréquentation scolaire, enquêtes sur les ressources et dépenses alimentaires quotidiennes, compte rendu annuel et statistiques établies par des assistantes sociales (ressources, loyers, composition des logements, naissances légitimes/illégitimes, masculines/féminines, composition des familles, placements en nourrice, catégories par département d’origine, groupes d’âge...).

55Il convient ici de remarquer que l’on décomptait à part chiffres communaux et chiffres de la cité-jardin (toujours considérée comme un prototype et ce faisant, comme une population et une gestion à part entière, donc différente) ; et que les recensements de la population des hôpitaux et crèches à Suresnes étaient comptabilisés sur d’autres registres. C’est donc bien une logique de différenciation administrative qui animait ces services et qui, s’appuyant sur l’aspect expérimental de cette politique, renforçait la coupure entre l’aménagement local d’unités d’habitation HBM et la gestion municipale de services urbains.

La rationalité administrative comme politique de la vie quotidienne

  • 46 Cet organisme a été, entre autres, à l’origine d’une « Exposition internationale de la ville nouvel (...)

56Elle renvoie cette fois au rôle d’administrateur. Quand Sellier parle « de lutter contre les fléaux sociaux pour créer cet esprit de fraternité et de solidarité sociale », il ne semble créer cet état d’esprit qu’entre un organisme international visant à enrayer ces mêmes fléaux à travers une coordination décentralisée de représentants politiques comme l’Union des maires et une politique d’hygiène publique (le Congrès international des travaux d’hygiène publique de Genève en 1938 avait effectivement établi un « ratio » et des normes communes46). Si Sellier, dans sa politique municipale, a toujours tenté de concilier intérêts publics et privés, par contre dans le montage de sa politique de la santé et de l’habitat, on voit très nettement comment il met en place une organisation hiérarchique centralisée, reliant deux niveaux de décision politique : global/local, national/municipal, dans laquelle le département ou l’expert joue essentiellement un rôle de coordination administrative et non d’arbitrage politique. En l’occurrence, il s’agissait plus d’un processus de décentralisation et de spécialisation que d’un processus de démocratisation.

  • 47 Cf. interview de Jean FRAIGNEAU, responsable de la direction technique à l’OPHBM-DS, à l’époque de (...)

57A Suresnes, le fonctionnement des services sociaux, dont les assistantes scolaires, familiales et municipales établissaient régulièrement des organigrammes, que ce soit au niveau des dispensaires publics ou d’entreprises, des services d’inspection médicale et scolaire, des services d’entretien de la cité-jardin47, laissent plus transparaître une coordination administrative et hiérarchisée qu’un processus décisionnel différent.

58Reste que la politique de Sellier a toujours tenté de concilier intérêts départementaux et communaux dans les comités HBM et les syndicats intercommunaux, intérêts publics et privés dans les équipements urbains et les œuvres d’assistance, intérêts individuels et collectifs dans les groupements associatifs, professionnels et scolaires. C’est d’ailleurs en ce sens qu’il présenta le programme « SFIO et intérêts généraux » aux élections municipales du 5 mai 1935. Cela représentait au fond sa base électorale et son assise municipale : la liste du Bloc des ouvriers, employés, petits industriels et commerçants, intitulée significativement « Pour la défense des intérêts communaux », un double lien, politique et administratif, ce qui s’appelle en langage clair et circonstancié, la gestion de la vie quotidienne ! Un véritable « pacte de solidarité » local. Il est vrai que le Congrès socialiste de 1900 avait évoqué le rôle des services communaux comme « embryons de la société collective ».

59Il découlait, de cette orientation politique, des principes de fonctionnement et des objectifs d’organisation, comme le regroupement (laïc) des services sociaux et la logique d’attribution des subventions publiques par des services professionnalisés. C’était d’ailleurs la municipalité qui en assurait la coordination et le lien avec les services généraux du département. Les objectifs de cette organisation communale des services étaient de « prévenir l’accident social, arbitrer les conflits, prémunir l’enfant, doter la collectivité d’un domaine public ». Ne reposant, pour ainsi dire, que sur des assistantes sociales et des visiteuses de secteur, elle se répartissait suivant deux secteurs d’intervention :

  1. les assistantes sociales municipales, qui « individualisent l’activité sociale et économique dans le foyer », tout en restant attachées au SSRP de la rue de Berri (I. de Hurtado) ; elles assuraient donc la règle du « contact unique » avec les familles, tout en faisant partie d’une logique administrative de secteur ;

    • 48 L’OPHS était vu par Sellier non seulement comme un moyen terme entre l’établissement public et le s (...)

    les visiteuses qui « individualisent l’action sanitaire » (voir note 23) et dont les services étaient spécifiés en fonction des objectifs : les visiteuses de secteur qui effectuent les enquêtes demandées par la municipalité ; les visiteuses de quartier qui avaient une connaissance directe des familles ; les déléguées techniques ou les assistantes les plus anciennes de l’arrondissement ou de la commune, qui étaient en liaison avec la Direction de l’hygiène et les comités de coordination. Boulonnois martèlera : « Les municipalités ne font pas du droit mais de la technique !48 »

  • 49 Explicité par Yvonne KNIBIEHLER, Le Socialisme et le service social, université de Provence, 26 p. (...)

60Quant aux assistantes sociales, elles dépendaient de l’OPHDS49 et avaient à remplir tout un ensemble de fiches qui correspondait au fonctionnement des services : la fiche sociale (rose), dont le recto était consacré au logement, avec ses caractéristiques, sa description détaillée, la qualification de son « ordre » ; quant au verso, il était consacré aux habitudes d’hygiène : sobriété, intelligence, instruction, état psychique ; la fiche complémentaire familiale (jaune clair) qui comportait le compte rendu de la visite et relatait les événements survenus dans la famille ; la fiche de secours, qui mentionnait au recto le nom du dispensaire ou de l’association agréée et au verso celui du bureau de bienfaisance ; les fiches de classement et de contrôle qui donnaient la carte d’inscription aux dispensaires anti-tuberculeux et la fiche matricule ; la fiche de travail des visiteuses, qui présentait au recto leur rapport journalier et au verso le résumé statistique de leur travail (visites, déplacements, heures de travail) ; la fiche de date, qui établissait le programme de visites à faire, classées dans un fichier à index numéroté (le classement se faisait par nom, domicile, date) ; un registre statistique, recensant les présences aux consultations, les tuberculeux diagnostiqués, les sorties et transferts, les statistiques mensuelles, le résumé du travail des visiteuses.

61L’histoire ne dit pas si l’on faisait aussi les statistiques du temps passé à remplir toutes ces fiches après les visites ! C’est du moins toute une organisation bureaucratique du travail social qui se mettait en place.

La rationalité pédagogique comme gestion des populations

  • 50 Cf. circulaire de l’OPHDS au Conseil général de la Seine, 1922.
  • 51 Cf. les travaux de Catherine RHEIN sur révolution démographique de la banlieue parisienne, texte ro (...)
  • 52 Louis BOULONNOIS, « La cité-jardin a joué son rôle de ferment dans l’amélioration générale de l’hab (...)

62La politique pédagogique de la Ille République s’était développée dans le sens d’un renouvellement des forces sociales, comme « agent du progrès ». Cette logique fut reprise non seulement par Sellier, mais aussi par certains élus de communes de banlieue, confrontés au douloureux problème de l’afflux de population et de leur aménagement50. D’où cette idée de cités-jardins comme « centres perfectionnés d’habitat », répondant à l’objectif d’aménagement urbanistique de la région parisienne et d’aménagement des catégories salariées ; or l’habitat est non seulement l’objet par excellence de ces liens entre des politiques, mais aussi le lieu privilégié où vont pouvoir s’agencer tous les éléments de la vie moderne sous forme d’équipements ainsi que « leurs modes d’emploi » inculqués par les assistantes sociales51. C’est bien de toute façon ainsi que s’expriment la politique des choses et le gouvernement scientifique des hommes, le corps et l’espèce, les deux pôles du « bio-pouvoir »52.

  • 53 Louis BOULONNOIS, La Municipalité en service social..., op. cit.

63Dans ce contexte, Sellier et Boulonnois vont faire leur cette maxime : « The child is father to the man » (en d’autres termes, mieux vaut éduquer l’enfant que réformer l’ensemble de l’humanité). Tentant alors de « prendre les maux sociaux à leur source », on va promouvoir le service social comme une forme de liaison entre l’assistante scolaire et la municipalité53 et développer ainsi, toute une politique d’organisation pédagogique de la société, prenant l’enfance comme objet privilégié d’intervention et d’inculcation des savoir-faire : l’école sera le lieu de mise en place des innovations et la cité-jardin sera vue comme un prototype, le terrain d’expérimentation sociale, où les écoles seront « considérées comme des institutions sociales ». Il y a, à la base, deux raisonnements :

  • la cité-jardin prototype : une expérience, un « ailleurs », et tout naturellement une entité administrative à part, que ce soit au niveau du comptage des populations ou de la gestion du « Foyer de la cité-jardin », seul exemple qui ne soit pas administré par l’OPHBM mais par la municipalité ;

    • 54 Cf. conférence citée de L. BOULONNOIS et R.-H. HAZEMANN sur les fonctions de l’assistante scolaire.

    le groupe scolaire HBM considéré comme un centre de vie sociale pourvu, en reprenant les termes de Boulonnois d’une « administration, surveys, divertissements ». Il précise même, un peu plus loin : « L’école comme centre, comme Institution sociale avec une technique vivante, des objectifs pratiques et immédiats et des bourgeons institutionnels annexes, grâce auxquels la population adulte continuera à s’intéresser à l’établissement54 ». Au fond, la cour de l’école comme cours de création sociale.

64Ainsi, la politique sociale de la commune va prendre deux orientations différentes.

  • 55 Cf. L. BOULONNOIS, La Municipalité en service social..., op. cit.

65La première sera celle de la cité-jardin comme prototype d’une gestion par catégories de population. On sait que les enquêtes de l’OPHBM contribuèrent à répartir « la population à loger » selon différentes couches différenciées et ainsi « normées » : indésirable/récupérable, célibataire/familial, non solvable/solvable, locataire/propriétaire, asociable/sociable, collectif/particulier, rural/urbain..., tout ceci contribuant à renforcer la logique de stratification sociale55.

  • 56 Katherine BURLEN, « Sciences du logement et gestion sociale des populations ».

66A titre d’exemple, on peut évoquer ici l’organisation méticuleuse de la gestion de la cité-jardin. Une fiche était établie par locataire (« on rayait chaque fois qu’on déménageait ; on ne le biffait pas »), où l’on cantonnait le résultat d’enquêtes portant sur la sociabilité, la tenue du ménage, voire la solvabilité ; d’ailleurs beaucoup d’enquêtes se faisaient « en douce », sous couvert d’établir des mutuelles ( !) ; on y calculait aussi, selon les types de construction, le prix de revient par corps d’état : l’on a bien ici les bases d’une comptabilité analytique pas encore née (puisque datant de 1947), où l’on évalue par postes les coûts des matériaux constituant un produit, où l’on décompose les dépenses par corps d’état56. Etaient aussi établis par cité, quoique encore de façon artisanale, les cartes isochrones des déplacements, les fréquentations scolaires, les courbes de niveaux, l’hydrologie, les densités moyennes, les centres d’intérêt, la mortalité/morbidité...

  • 57 Henri RAYMOND, « Sellier, l’homme de l’organisation », La Banlieue Oasis, op. cit., p. 97-116.
  • 58 Martine COCHARD, « Politique éducative et formation professionnelle, à Suresnes, 1919-1939 », La Ba (...)

67La deuxième sera la politique scolaire vue comme une pédagogie sociale. Il s’agit ici « de diriger les rapports humains » depuis la mairie ; l’emblème scolaire de la cité-jardin deviendra alors explicitement celui d’un « progrès socialiste » : c’est la statue de Jean Jaurès devant le lycée Paul Langevin ! On comprend alors que le poste budgétaire de ce genre de politique ait été un des plus gros de l’époque. Expérimentation et créativité organisationnelle en furent les conséquences57 : bains-douches hygiénistes, piscines miroitantes, salles d’athlétisme polyvalentes, méthodes actives de la célèbre « Ecole de plein air » de Lods58, maternelle que l’on envie encore aujourd’hui, consultations neuropsychiatriques pour enfants avec leurs fiches de caractère, robustes ateliers d’apprentissage, « bureau de relation » avec les familles, techniques sanitaires s’appuyant sur la recherche de mobilier adéquat... rien ne manquait à cette organisation méticuleuse et novatrice.

  • 59 Bernard BARRAQUE, « L’école de plein air de Suresnes », La Banlieue Oasis, op. cit., p. 211-219.

68Quant au principe de cette politique, on le connaît : c’est toujours le même processus d’accompagnement tutélaire du citoyen, comme s’il était un enfant en voie de développement systématique ! Dépistage de « l’Enfance malheureuse », encadrement scolaire, formation-sélection, phase essentielle mais souvent délicate, au dire d’H. Sellier et R.-H. Hazemann59 : « Eugénisme et orientation professionnelle posent des problèmes redoutables... »

  • 60 H. SELLIER et R.-H. HAZEMANN, La Santé publique et la collectivité..., op. cit., 1936.

69Pour la formation, on établissait ainsi tests scolaires, examens biotypologiques précis (chose nouvelle pour l’époque et assurée par le laboratoire psycho-technique), techniques de mensuration à l’américaine ; et même entretiens de psychanalyse, utilisés comme « redressement de caractère » ! Il n’est pas jusqu’aux enquêtes pour l’envoi en colonie de vacances, qui n’évalue et ne cote la moralité, la stabilité et la sociabilité de l’enfant. On affecta à ces tâches tout un encadrement d’assistantes sociales polyvalentes, mais familiales pour assurer le contact et « ménager la pudeur ouvrière » !60

70Quant à la sélection, on chargea les assistantes scolaires d’assurer et d’organiser les différentes filières, requises par le marché de l’emploi et dont l’apprentissage post-scolaire pour les apprentis de l’industrie avait été instauré en 1919 par la loi Astier ; on en fit même un organigramme présenté aux parents ; il faut dire aussi qu’à Suresnes, il y avait un éventail d’« institutions en bâtisse » assez complet : l’école pratique d’industrie pour les ouvriers qualifiés, l’école primaire supérieure pour les ingénieurs et enfin l’école de commerce (voir note 58).

  • 61 Conférence d’H. Sellier, in L’Infirmière française, n° 5, mai 1937.
  • 62 Pierre MACHEREY. « Pour une histoire naturelle des normes », in Michel Foucault, philosophe, Paris, (...)

71Au fond, « la doctrine de Suresnes » illustre à sa manière comment « l’action des normes dans la vie des hommes détermine le type de société auquel ceux-ci appartiennent comme sujets »61, car en fin de compte ce sont la commission des experts, le groupement des techniciens et la constitution du statut communal qui sont à la base d’une généalogie de formes concrètes de politiques communales62.

Notes

1 Jules MOCH, « Henri Sellier, homme d’Etat », in II y a cinquante ans... Henri Sellier... installait la première municipalité à direction socialiste à Suresnes, 1919-1969, Saint-Ouen, imp. Maubert, 1970, p. 25-30.

2 Jacques DONZELOT, L’Invention du social, Paris, Fayard, 1984, p. 15-72.

3 Archives communales de Suresnes (désormais ACS), article introductif de Jacques PARISOT (tant admiré par Sellier), « L’œuvre municipale d’Henri Sellier à Suresnes », Union des villes de France, vol. VI, 1940 ; cf. aussi du même auteur, Le Comité français de service social, Circa 1940 (Musée social).

4 ACS, Elections municipales du 5 mai 1935, Parti socialiste (SFIO) et intérêts généraux, Comment la municipalité sortante a rempli son mandat, les principes suivant lesquels elle entend poursuivre sa gestion. Le programme de la liste « Bloc des ouvriers, employés, petits industriels et commerçants » : Pour la défense des intérêts communaux, Suresnes, imp. Levesque, 1935, 70 p.

5 François EWALD, L’Etat providence, Paris, Grasset, 1986, p. 195-223.

6 Henri HATZFELD. Du paupérisme à la sécurité sociale (1850-1940), Paris, Colin, 1971, 345 p.

7 Maurice AGULHON, La République au village, Paris, Plon, 1970, 543 p. ainsi que Le Cercle dans la France bourgeoise, 1810-1940. Etude de la mutation d’une sociabilité, Paris, Colin, 1977, 107 p.

8 Jean-Pierre GAUDIN, Technopolis, crises urbaines et innovations municipales, Paris, PUF, 1989, p. 77-84.

9 Henri SELLIER, La Crise du logement et l’intervention publique en matière d’habitation populaire dans l’agglomération parisienne, Paris, Office public des habitations à bon marché du département de la Seine, 1921, 1252 p.

10 Lion MURARD et Patrick ZYLBERMAN, « Les murs qui tuent », Les Cahiers médico-sociaux, Genève, vol. 27, n° 4, p. 285-294.

11 Max WEBER, La Bureaucratie, Paris, Union générale d’éditions (10/18), 1976 et Essai sur la théorie de la science, Paris, 1965. Il faut aussi consulter un article de Sellier écrivant sur le statut communal « mettant à l’abri des fluctuations de la politicaille » et sur le rôle des organisations syndicales dans l’évolution de l’ordre de la bureaucratie (La Vie communale, n° 3).

12 Analyse de sa correspondance et de ses écrits, cf. ACS, carton sur le service social.

13 Léon BOURGEOIS, La Solidarité, Paris, Colin, 1897 (3e éd. 1902).

14 Marcel DAVID, « Genèse et degré d’auto-suffisance des normes sociales, fondatrices du droit afférent aux politiques sociales », Colloque sur la sociologie du droit, AISLF, Bordeaux, nov. 1987, 3 p. polycop.

15 Henri SELLIER, « Discussion du plan régional parisien au Conseil général de la Seine » (BMO, 4 janvier 1936). Quant à Jacques Donzelot, il parle de mission sociale et de rationalité économique, op. cit.

16 Lion MURARD et Patrick ZYLBERMAN, op. cit.

17 Gilles-Gaston GRANGER, La Mathématisation sociale du marquis de Condorcet, Paris, O. Jacob, 178 p., voir chap. sur « la classification apparente et la distribution réelle de la science ».

18 Robert-Henri Hazemann précisait bien : « Rendre un service et non l’octroyer » in Le Service social municipal et ses relations avec les œuvres privées, Ed. du Mouvement sanitaire, 1928, 177 p.

19 Luc BOLTANSKI, Les Cadres, formation d’un groupe social, Paris, Minuit, 1982, 527 p.

20 Madeleine REBERIOUX, « Un milieu socialiste à la veille de la grande guerre : Henri Sellier et le réformisme d’Albert Thomas », La Banlieue Oasis, Henri Sellier et les cités-jardins, 1900-1940, Katherine BURLEN (dir.), Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 1987, p. 27-35. Voir aussi Henri SELLIER, « Union coopérative », Bulletin de la Bourse des coopérateurs socialistes, n° 127, 15 janvier 1910.

21 « Dans sa welfare division », avait résumé Louis Boulonnois dans sa conférence avec Robert-Henri Hazemann, ACS, Histoire et systématique des fonctions de l’assistante scolaire, 26 novembre 1934.

22 Cf. à ce propos, deux conférences de Michel FOUCAULT sur La Gouvernementalité, Paris, Seuil (en cassettes), 1989.

23 Henri SELLIER et Robert-Henri HAZEMANN, La Santé publique de la collectivité, hygiène et service social, rapport de la commission d’hygiène de la Ille conférence du service social, juillet 1936 (extrait de Hygiène, tome 58, n° 8, Paris, Maretheux et Pastat, 1936).

24 Cf. ch. IV, résumé de la conférence citée en note (23), publiée dans L’Infirmière française, n° 1, janv. 1937.

25 Louis BOULONNOIS, La Municipalité en service social, l’œuvre municipale de M. Henri Sellier à Suresnes, Paris, Berger-Levrault, 1938, 133 p.

26 Bibliographie sur le livre de Louis Boulonnois, op. cit., non signée et parue dans La Vie urbaine, Vincent-Fréal, sept.-déc. 1939, p. 315-326.

27 Et que résume assez bien toute la politique associative de Sellier ; cf. Katherine BURLEN, La Banlieue en fête, de la marginalité urbaine à l’identité culturelle, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 1988, p. 197-205.

28 Louis Boulonnois et Robert-Henri Hazemann rapportent dans leur conférence de 1934 (op. cit.), que Marcel Martin, de l’OPHS, s’exclamait : « Que Suresnes soit un champ d’expérience ! » Ce n’était donc pas seulement le fait du patron !

29 Robert-Henri HA2EMANN, op. cit.

30 Lion MURARD et Patrick ZYLBERMAN. « Robert-Henri Hazemann, urbaniste social », Urbi, X, hiver 1986 ; pour ce qui concerne le lien particulier instauré entre la globalisation et la personnalisation, cf. l’intéressant fascicule sur le pavillon de la Solidarité nationale qu’édita l’Exposition de 1937, à laquelle Sellier participa activement (Musée social : « Chaque individu a quelque chose de particulier dans son cas. Cet élément humain est introduit dans l’application des lois et dans le jeu des institutions, par le service social ».

31 Cf. J. DONZELOT, op. cit., p. 86-103.

32 Max WEBER, op. cit., ainsi qu’Economie et société, Paris, Plon, 1971, 651 p.

33 Gérard MASSE, « Henri Sellier, ministre de la Santé publique, juin 1936-juin 1937 », mémoire de maîtrise, Paris, faculté de Médecine, 1985, 136 p.

34 Cf. ACS, revue de presse de l’époque sur « les comités de coordination », Bulletin de documentation pour l’Union des Caisses, 29 août 1936.

35 Voir Germaine BARDY, dans sa thèse de l’institut d’Urbanisme, Le Service social dans les HBM, éditée par l’Office en 1939, où elle parle « de rapprocher les éléments de direction et de coordination ; puis d’assurer le contact direct ».

36 Gérard BRUN, Technocrates et technocratie en France, 1914-1945, Paris, Albatros, 1985, 324 p.

37 Louis BOULONNOIS, « Correction annuelle du dénombrement des populations », La Vie urbaine, Vincent-Fréal, 15 nov. 1930.

38 Conférence d’Henri Sellier et Robert-Henri Hazemann en juillet 1936, op. cit.

39 Conférence radio diffusée d’Henri Sellier, le 6 juin 1936.

40 Cité par Roger-Henri GUERRAND, « Sellier et le service social », La Banlieue Oasis, op. cit., p. 117-124.

41 Cf. ACS, conférence citée de L. BOULONNOIS et R.-H. HAZEMANN sur les fonctions de l’assistante scolaire en 1934.

42 ACS, extrait de la circulaire du 12 mai 1941 du « Secrétaire d’Etat à la Famille et à la Santé » à « Messieurs les directeurs régionaux à la Famille et à la Santé ».

43 In Urbi, X, hiver 1986, op. cit., n. 30.

44 Katherine BURLEN, « Sciences du logement et gestion sociale des populations », La Banlieue Oasis, op. cit., p. 83-124 ; cf. aussi ACS, Joël DENOITS, « La sociabilité associative à Suresnes », mémoire de maîtrise d’histoire.

45 Henri SELLIER, En mémoire d’Albert Thomas, Union des élus municipaux socialistes, 1937 ; ainsi que « Pour une administration véritablement homogène, les municipalités et le personnel communal, leurs droits et leurs devoirs », La Vie communale, 1921, p. 6.

46 Cet organisme a été, entre autres, à l’origine d’une « Exposition internationale de la ville nouvelle et des agglomérations rénovées ».

47 Cf. interview de Jean FRAIGNEAU, responsable de la direction technique à l’OPHBM-DS, à l’époque de Sellier ; cf. aussi ACS, carton sur le service social. En 1921, Sellier évoquait « le contrat de collaboration entre une organisation syndicale des travailleurs communaux et une administration municipale », La Vie communale, n° 3.

48 L’OPHS était vu par Sellier non seulement comme un moyen terme entre l’établissement public et le service administratif, mais aussi comme une coordination entre « l’Union des maires », les départements régionaux et « l’Union internationale des villes et des communes », organismes composés de représentants politiques divers.

49 Explicité par Yvonne KNIBIEHLER, Le Socialisme et le service social, université de Provence, 26 p. polycop.

50 Cf. circulaire de l’OPHDS au Conseil général de la Seine, 1922.

51 Cf. les travaux de Catherine RHEIN sur révolution démographique de la banlieue parisienne, texte ronéo., laboratoire Strates, CNRS, URA 142.

52 Louis BOULONNOIS, « La cité-jardin a joué son rôle de ferment dans l’amélioration générale de l’habitation de la région, tout en constituant une belle réalisation », La Vie urbaine, n° 53-54, déc. 1939.

53 Louis BOULONNOIS, La Municipalité en service social..., op. cit.

54 Cf. conférence citée de L. BOULONNOIS et R.-H. HAZEMANN sur les fonctions de l’assistante scolaire.

55 Cf. L. BOULONNOIS, La Municipalité en service social..., op. cit.

56 Katherine BURLEN, « Sciences du logement et gestion sociale des populations ».

57 Henri RAYMOND, « Sellier, l’homme de l’organisation », La Banlieue Oasis, op. cit., p. 97-116.

58 Martine COCHARD, « Politique éducative et formation professionnelle, à Suresnes, 1919-1939 », La Banlieue Oasis, op. cit., p. 211-219.

59 Bernard BARRAQUE, « L’école de plein air de Suresnes », La Banlieue Oasis, op. cit., p. 211-219.

60 H. SELLIER et R.-H. HAZEMANN, La Santé publique et la collectivité..., op. cit., 1936.

61 Conférence d’H. Sellier, in L’Infirmière française, n° 5, mai 1937.

62 Pierre MACHEREY. « Pour une histoire naturelle des normes », in Michel Foucault, philosophe, Paris, Seuil, 1989, p. 203-221.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/26340/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

Auteur

Chargée de recherche au LIRESS (ENS Cachan).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search