Version classiqueVersion mobile

Les chantiers de la paix sociale

Sur le terrain : la ville et l’entreprise

L’habitat du salarié moderne en France, Grande-Bretagne, Italie et aux États-Unis, 1910-1925

Susanna Magri et Christian Topalov

Texte intégral

1Changer le logement pour transformer le peuple : ce projet, soutenu par les mouvements réformateurs tout au long du XIXe siècle, se modifie profondément à l’aube du suivant. L’ouvrier était la cible ; la réforme vise désormais la masse des salariés du tertiaire comme ceux de l’industrie, l’ensemble des couches sociales qu’une solvabilité limitée place devant le risque de subir la crise du logement. L’unité d’habitation dans le quartier populaire traditionnel était l’objet de la réforme ; c’est maintenant le quartier tout entier qui doit être refaçonné en même temps qu’est reconsidérée sa place dans le système urbain. La famille était regardée comme l’agent majeur d’une transformation des pratiques ouvrières par laquelle il eût été possible d’enrayer le paupérisme, et le logement comme un moyen pour agir sur elle ; cette conviction demeure, mais, au-delà des familles, c’est aux vertus pédagogiques du cadre de la vie sociale sur la communauté locale que l’on croit désormais.

2C’est cette nouvelle conception de l’habitat populaire qui préside aux projets et réalisations de la Première Guerre mondiale et de la « reconstruction » qui la suit. Nous étudierons dans cet article les ensembles résidentiels réalisés ou programmés au cours de cette période dans quatre pays, et examinerons en quoi et dans quelle mesure la nouvelle doctrine exprime un tournant des stratégies de réforme sociale.

3La guerre et les années qui suivent l’armistice apparaissent, en Europe et aux Etats-Unis, comme un moment crucial : c’est alors que le projet réformateur se traduit en actions et que se précisent, par conséquent, ses objectifs et ses méthodes. C’est toutefois dès le début du siècle qu’avait commencé à se dessiner une vision nouvelle de l’habitat populaire, la réforme du logement étant peu à peu reconsidérée dans le cadre du projet d’intervention sur la ville qu’inaugure l’urbanisme moderne. Ce dernier fixe des principes qui seront bientôt mis en œuvre en vraie grandeur à l’occasion du cours nouveau des politiques du logement issu de l’expérience de la guerre et de la conjoncture de la reconstruction.

  • 1 Susanna MAGRI et Christian TOPALOV, « De la cité-jardin à la ville rationalisée : un tournant du pr (...)

4La nouvelle approche planificatrice des problèmes urbains change les termes dans lesquels était pensée la réforme de l’habitat populaire, en même temps qu’elle marque le passage des utopies aux modèles réalisables. Fondé sur le postulat qu’une solidarité organique lie entre eux les divers éléments constitutifs de la ville, l’urbanisme comporte l’idée que toute action sectorielle, conçue et menée isolément, manquerait son but. Réformer le logement implique dès lors de traiter ensemble l’habitation et son environnement, de remodeler le quartier tout entier et de réorganiser ses relations avec les autres composantes de l’agglomération. Autrement dit, il ne s’agit plus de concevoir le logement populaire comme une entité en soi, mais comme l’élément d’un système. Ce changement d’approche ne concerne pas seulement le cadre bâti mais aussi la vie sociale que celui-ci doit contribuer à réorganiser : regarder la ville comme un tout, c’est intervenir simultanément sur l’espace et sur la société. L’urbanisme, d’autre part, parce qu’il renverse la tendance jusqu’alors dominante au rejet de la croissance des villes, ouvre la perspective de réaliser enfin l’idéal hygiéniste et esthétique d’un habitat à faible densité. En élargissant les frontières de l’agglomération et en aménageant les conditions de son extension, la planification rend en effet envisageable l’implantation rationnelle de ce type d’habitat en milieu urbain. Dans tous les pays étudiés ici, le modèle auquel se rallient les réformateurs est fondé sur la théorie de la cité-jardin, mais cette adoption comporte un renoncement : au moment où le Garden City Movement triomphe, l’utopie howardienne de cités autosuffisantes à l’écart des métropoles est abandonnée au profit de nouveaux quartiers situés dans les banlieues1.

  • 2 Susanna MAGRI et Christian TOPALOV, « “Reconstruire” : l’habitat populaire au lendemain de la Premi (...)

5A la veille du conflit mondial, la vision d’ensembles planifiés de maisons individuelles à la périphérie des villes est donc déjà très largement partagée. Reste à organiser leur réalisation. En Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, les programmes publics de construction pour les ouvriers des industries de guerre offrent aux réformateurs une occasion inespérée d’expérimenter leurs principes. Il faudra toutefois attendre le retour de la paix pour voir entrer dans les faits la nouvelle orientation. L’expérience de la guerre a créé un large consensus sur les objectifs des réformateurs et a fait passer au premier plan la question du logement. En Europe, celle-ci devient l’objet de politiques nationales placées désormais sous la responsabilité des Etats. Ceci manifeste que les principales forces sociales et les gouvernements de chaque pays partagent la conviction qu’il est nécessaire d’entreprendre la construction massive de nouveaux logements ouvriers. Mais les politiques de reconstruction entendent aussi répondre à des problèmes « nouveaux » que la conjoncture de l’après-guerre a suscités, amplifiés ou dont elle a entraîné la reformulation. Ces politiques doivent assurer une amélioration du cadre de vie que l’on tient désormais pour l’une des conditions majeures de la productivité industrielle nationale ; elles concernent désormais autant les classes moyennes que les ouvriers ; elles visent à restaurer les équilibres de marché compromis par les mesures de protection des locataires et le contrôle des loyers qu’il a bien fallu reconduire après l’armistice. C’est dans ce contexte que le projet sur l’habitat populaire est réélaboré et que sont précisées les méthodes par lesquelles il sera mis en œuvre. Les principaux artisans de la réforme se trouvent tantôt placés à la tête des administrations centrales ou locales chargées de la planification urbaine et de la politique du logement, tantôt appelés à diriger ou à conseiller de grands organismes de construction ou des associations d’opérateurs publics ou privés2. Ce sont eux qui définissent les normes relatives aux plans de lotissements, à l’architecture et à l’agencement des bâtiments, aux composants d’une construction que l’échelle des opérations et les contraintes de coût imposent de rationaliser. Ils dessinent le profil de l’opérateur idéal, capable de mener à bien la réalisation de vastes ensembles résidentiels planifiés, et arrêtent les principes d’une gestion de ces derniers qui, au-delà de la préservation de leurs caractéristiques physiques, soit en mesure d’impliquer la population elle-même dans l’œuvre réformatrice.

6Ce travail n’est pas accompli ex nihilo, il s’appuie sur les expériences précédentes des municipalités britanniques, des sociétés coopératives, des cités patronales modèles et du war housing britannique et américain. Les références communes aux expérimentations auxquelles a donné lieu le Garden City Movement, mais aussi la similitude des questions que la croissance des villes puis les bouleversements produits par la guerre ont fait surgir, et l’internationalisation des échanges d’idées et d’expériences, créent de nombreux points de convergence entre les projets sur l’habitat populaire élaborés dans les différents pays. C’est sur ce rapprochement que nous insisterons, tout en relevant la diversité des formes à laquelle aboutit la réalisation.

7L’unité de la conception réformatrice apparaît à l’analyse des différentes dimensions du projet que nous allons présenter. Celle du rôle dévolu au quartier populaire dans le réaménagement des agglomérations, et particulièrement dans la réorganisation des relations entre les espaces de la résidence et de l’emploi. Celle de la morphologie physique et sociale des cités résidentielles programmées ou réalisées. Celle enfin de la gestion de l’opération et de son résultat, c’est-à-dire à la fois le nouveau cadre de vie et sa population, car l’on sait bien que le premier ne peut être à lui seul le régulateur des pratiques de la seconde.

« La matérialisation d’une vision »3 : le quartier résidentiel planifié

  • 3 Electus D. LITCHFIELD, « Yorkship Village, » American Review of Reviews, vol. 60, n° 6, décembre 19 (...)
  • 4 Raymond UNWIN, Town Planning in Practice, Londres et Leipzig, T. Fisher Unwin, 1909 ; Local Governe (...)
  • 5 « Exposition de la “Cité moderne” organisée par la Chambre de commerce de Nancy et la Société indus (...)
  • 6 Alessandro SCHIAVI, Le case a buon mercato e le città giardino, Bologne, Zanichelli, 1911 ; Gustave (...)
  • 7 U.S. Department of Labor, Bureau of Industrial Housing and Transportation, War Emergency Constructi (...)

8C’est dans le courant des années 1910 que se précise et se généralise une nouvelle vision du quartier populaire de l’avenir. Celle-ci va bientôt faire l’accord de la plupart des réformateurs et présider aux projets et réalisations de la guerre et de la reconstruction dans les quatre pays étudiés ici. Diffuse dans toute la littérature réformatrice et la pratique urbanistique, la nouvelle conception de l’habitat populaire est parfois formalisée de façon particulièrement nette : en Grande-Bretagne par Raymond Unwin, aussi bien dans son livre-programme de 1909 que dans le Tudor Walters Report de 1918 ou le manuel officiel de 1919 à l’usage des municipalités4 ; en France, dans les conférences présentées par Donat-Alfred Agache et Georges Risler aux expositions de « la Cité moderne » en 1913 et de « la Cité reconstituée » en 1916, ou par Maurice Dufourmantelle à la huitième Conférence nationale des Sociétés d’habitations à bon marché de 19145 ; en Italie dans les premiers écrits divulgateurs de Alessandro Schiavi et Gustavo Giovannoni6 ; aux Etats-Unis, dans les rapports des agences fédérales chargées des opérations du war housing de 1917-1919, textes qui constituent de véritables manuels de city planning7

9Au lendemain de la guerre, le nouveau modèle d’habitat populaire est clairement le quartier périphérique planifié et réalisé en bloc par un grand opérateur dans la perspective globale d’un réaménagement de la ville.

10Sans doute, construire en masse ces nouveaux quartiers est nécessaire pour atteindre les volumes de logements neufs requis par les programmes de reconstruction. Mais ce n’est là qu’un argument conjoncturel en faveur de la nouvelle doctrine. Il s’agit surtout, aux yeux des réformateurs, de l’occasion attendue et du moyen d’ordonner la croissance urbaine et de transformer réellement le cadre de vie des habitants. A la différence de l’idéal initial de la Garden City, en effet, ces opérations s’inscriront dans les agglomérations existantes qu’elles permettront de réorganiser. D’autre part, contrairement aux réalisations ponctuelles du passé, elles pourront instaurer des relations radicalement différentes entre le logement et les autres composantes de la ville. La réforme du logement se trouve ainsi repensée dans le cadre d’une planification d’ensemble qui entreprend de redéfinir la place des quartiers d’habitation dans le système urbain en organisant à la fois construction résidentielle et implantations industrielles, transports de masse et services sociaux.

  • 8 C’est le cas par exemple des immeubles construits à Paris par la Fondation Rothschild, notamment ru (...)
  • 9 Ainsi, la Société anonyme centrale de crédit immobilier, organisme de prêt aux particuliers pour l’ (...)
  • 10 Cf. les cahiers des charges de lotissements (Chatou, Le Vésinet, Sceaux, « La Campagne à Paris ») a (...)
  • 11 On voit ainsi l’Office public d’habitations à bon marché du département de la Seine tolérer les pet (...)
  • 12 Cf. pour la France : Gérard NOIRIEL, Longwy, immigrés et prolétaires 1880-1980, Paris, PUF, 1984, p (...)

11Le premier changement, fondamental, qu’introduit le nouveau modèle est une nette séparation entre lieux de travail et lieux de résidence. A l’opposé des anciens quartiers populaires où se mêlent tous les lieux et tous les moments de la vie quotidienne, les nouveaux quartiers seront exclusivement des espaces d’habitation, et toute forme d’activité productive y sera en principe prohibée. Obtenir ce résultat est d’abord une affaire de planification, car l’exclusion du travail doit être inscrite dans la matérialité même du bâti. A l’intérieur des limites de l’opération, on ne construira ni ateliers ni usines, seulement des logements, des commerces et des services sociaux. Ce parti est une innovation : il n’était pas rare que les groupes d’immeubles ouvriers construits avant-guerre par les municipalités ou les « philanthropes » dans les quartiers populaires comprennent des rez-de-chaussée, voire des corps de bâtiment ou des ruelles entières destinés à des ateliers loués aux résidents8. En outre, dans les nouveaux quartiers, la conversion ultérieure de logements en lieux de travail ou le détournement des locaux commerciaux vers des usages indésirables – débits de boisson ou ateliers – sera interdite par une réglementation stricte. Le respect de celle-ci est assuré tantôt par l’organisme propriétaire de l’ensemble d’habitation, tantôt par des clauses restrictives figurant dans les contrats de vente des maisons9, parfois aussi par l’existence d’un règlement public de zonage. Des techniques juridiques expérimentées pour la protection des lotissements destinés à une clientèle bourgeoise10 sont de cette façon réutilisées pour protéger les travailleurs contre eux-mêmes. La prolifération des petits ateliers dans les rez-de-chaussée ou dans les cours est ainsi, en principe, exclue. Moins rigide est la doctrine à l’égard du travail à domicile Si les réformateurs souhaitent la disparition de celui-ci, ils savent aussi qu’il est souvent une source de revenu indispensable pour le ménage. Aussi il n’est pas partout prohibé dès lors qu’il est exercé sans recours à des salariés extérieurs à la famille et que l’activité concernée reste compatible avec la destination première des locaux11. Cette vision réformatrice de l’espace de résidence fermé à la production se trouve être en correspondance avec un processus à l’œuvre depuis peu dans les grands établissements industriels : la clôture de l’usine12.

12Séparer travail et résidence n’est pas nécessairement les éloigner, notamment dans le cas de l’industrie. Les planificateurs, qui se donnent pour règle le respect des lois de l’évolution de l’organisme urbain, élaborent sur ce point des critères qui tiennent compte des exigences liées à la nature des activités économiques et des pratiques des groupes sociaux concernés.

  • 13 Cf. en particulier Edward E. PRATT, Industrial Causes of Congestion of Population in New York City, (...)

13Sans doute, les nouveaux quartiers doivent-ils être localisés de préférence à une distance suffisante des vieilles zones d’industrie pour être soustraits à leur expansion et à leur influence. Mais ils doivent aussi favoriser et organiser la décentralisation des industries urbaines. Au point de départ de la nouvelle vision de l’habitat populaire, il y a en effet l’observation d’une tendance : dans les grandes villes, depuis la fin du siècle précédent, une série d’industries importantes se déplacent peu à peu vers la périphérie, tandis que les activités financières et de services vident progressivement certains quartiers du centre-ville de leurs habitants et de leurs ateliers. Ces évolutions « naturelles » sont étudiées avec soin13 et les réformateurs y voient la promesse d’un remède définitif à la surpopulation et à la confusion des fonctions qui caractérisent les quartiers populaires traditionnels.

  • 14 Benjamin C. MARSH, « City Planning in Justice to the Working Population », Charities and the Common (...)
  • 15 Cf. S. J. MAKIELSKI Jr., The Politics of Zoning : The New York Expérience, New York, Columbia Unive (...)

14Sur ce point, la conviction des réformateurs et urbanistes rejoint parfois les souhaits des hommes de la finance, du commerce de luxe et des grands intérêts immobiliers. C’est ainsi qu’à New York, à partir de 1907, prend forme une croisade contre la « congestion urbaine » où collaborent des réformateurs plutôt radicaux comme Benjamin C. Marsh, des professionnels du city planning naissant comme George B. Ford et des financiers comme Henry Morgenthau : si le premier veut combattre la congestion « pour rendre justice à la population laborieuse », le dernier entend transformer tout Manhattan au sud de la 34e rue en centre d’affaires14. Leur bataille commune aura pour résultat la première réglementation globale de zonage des Etats-Unis, prise par la municipalité en 191615.

  • 16 Marcel AUBURTIN, « Qu’est-ce que l’urbanisme ? » in L. GAULTIER, 1917, p. 281.
  • 17 E. E. PRATT, 1911.
  • 18 Henri SELLIER, La crise du logement et l’intervention publique en matière d’habitation populaire da (...)

15Il faut cependant constater que la décentralisation des industries se heurte à des obstacles, que la planification de nouveaux quartiers d’habitation peut contribuer à lever. Pour réussir sa décentralisation, l’usine a besoin de disposer aisément de sa main d’œuvre : l’accès des ouvriers doit y être aussi facile que celui des marchandises notent aussi bien l’urbaniste Marcel Auburtin16 qu’Edward Pratt qui enquête à New York dans le cadre de la School of Social Service de Columbia University17. Or, l’on observe que les ouvriers cherchent, à l’inverse des employés, à se loger près de leur lieu de travail. Sellier, comme Pratt, considère que cela les conduira à suivre l’exode de l’industrie vers les banlieues18, mais les choses n’apparaissent pas toujours aussi simples : dans la périphérie, les logements peuvent manquer et il arrive que, de toutes façons, les ouvriers répugnent à s’y déplacer car, dit-on, ils aiment trop les lumières de la ville. C’est un argument supplémentaire pour créer aux franges des agglomérations plus que des groupes d’habitations salubres, de véritables « cités » : rassemblant tous les éléments nécessaires à la vie sociale, elles pourront être autonomes de la ville existante tout en desservant convenablement les nouvelles usines.

  • 19 Pour les réalisations britanniques les plus représentatives, cf. S. PEPPER, et M. SWENARTON, 1978. (...)
  • 20 C’est le cas dès 1912 des établissements métallurgiques Bessonneau à Angers (cf. Michel DIDIER, Rec (...)
  • 21 Les cités édifiées de 1919 à 1921 dans le département du Nord par la Compagnie de chemin de fer du (...)

16Séparés à la fois de l’espace de travail et de la ville, les nouveaux quartiers que l’on veut voir naître dans les banlieues urbaines se rapprochent par ces traits des cités patronales, construites généralement dans des régions faiblement urbanisées. Le propre de la cité patronale est, bien sûr, d’être bâtie là où l’industrie s’implante et où elle doit pallier l’absence ou l’insuffisance du parc immobilier local. Mais, dans de nombreux cas, un bourg existe, qui grossit d’ailleurs parallèlement à l’extension des établissements. Or on constate, à partir du début du siècle, une double évolution. D’une part, en même temps que l’espace usinier se rationalise et se clôt, les habitations ouvrières sont regroupées et les nouvelles cités sont implantées à l’écart du lieu de production. Cette coupure se réalise avant la Première Guerre mondiale, et se trouve mise en œuvre de façon systématique par les programmes de construction réalisés par les gouvernements britannique et américain pour les industriels pendant le conflit19. Au lendemain de la guerre, le principe de cette division territoriale semble définitivement acquis. D’autre part, la cité patronale se distancie des centres urbains. Accolées d’abord à ces derniers, les habitations s’en éloignent dès qu’un programme de construction important est mis en œuvre20. Les cités bâties à partir de 1919 auront, quant à elles, la plus grande autonomie vis-à-vis des bourgs et villes proches. Par leur morphologie, souvent voisine de celle de la cité-jardin, par les services offerts et par leur mode de gestion, elles tendent à constituer des villes à part21.

  • 22 Cf. M. BORIANI, R. DORIGATI, V. ERBA, M. MOLON et C. MORANDI, La costruzione della Milano moderna, (...)

17Mais, dans les grandes agglomérations, les données du problème sont plus complexes. Pour les planificateurs des nouveaux quartiers populaires, réaliser la séparation des espaces de travail et de résidence implique d’organiser en même temps la mise en relation des uns et des autres. Aussi, les programmes établis au lendemain de la Première Guerre mondiale prévoient souvent des ensembles d’habitations ouvrières à proximité des zones usinières. Dans l’agglomération parisienne c’est le cas des cités-jardins de l’Office public d’HBM du département de la Seine implantées dans les communes industrielles, à Stains, Suresnes, Gennevilliers. Dans l’agglomération milanaise, le meilleur exemple est fourni par Borgo Breda dans la commune de Sesto San Giovanni, dont l’IACP de Milan entreprend la construction en 1920 avec la contribution financière de l’entreprise métallurgique Breda22.

  • 23 Sur la programmation de Becontree, cf. M. SWENARTON, 1981, p. 164-1667 ; sur la réalisation, Allan (...)
  • 24 Alfred MARSHALL, « The Housing of the London Poor », Contemporary Review, n° 45, février 1884, p. 2 (...)
  • 25 AN, 39 AS 396/2, Ch. MASCART, Projet de concession de chemin de fer et de terrains dans le nord-est (...)
  • 26 Conseil général de la Seine, Note sur la législation des HBM et sur l’accession des travailleurs à (...)
  • 27 L’Urbanisme d’une région parisienne. Mémoire n° 1, 1924.
  • 28 Cf. V. FRATICELLI, Roma 1914-1929. La città e gli architetti tra la guerra e il fascismo, Rome, Off (...)

18Dans certains cas est prévu un système de transports rapides qui relie le nouveau quartier au centre-ville où se concentrent les emplois tertiaires et aux quartiers industriels anciens : l’Est de Paris, l’East End de Londres, le Lower East Side de New York. Becontree, immense quartier résidentiel édifié par le London County Council, est sans doute le meilleur exemple de cette politique. Situé dans la banlieue est de Londres, il comportera 25 736 logements individuels et collectifs lors de son achèvement en 1938. Programmé en 1919, il est destiné à la population de l’Est de Londres censée rejoindre son lieu de travail dans la capitale grâce à de nouvelles lignes de chemin de fer électrifié. En fait la réalisation de ces lignes n’alla pas au même rythme que celle des habitations ce qui, tout au long des années 1920, rendit extrêmement difficiles les déplacements quotidiens des résidents qui travaillaient à Londres dans leur grande majorité23. Cette idée d’une accélération de la décongestion de l’habitat populaire vers la banlieue grâce à l’amélioration des transports en commun est ancienne : déjà Alfred Marshall et Charles Booth l’appelaient de leurs vœux à Londres dès les années 1880 ou au tournant du siècle24. Ce qui est plus nouveau, en revanche, c’est la tentative de constituer dans la périphérie des bassins d’emploi indépendants de ceux de la ville-centre. Vont clairement dans cette direction le projet formulé en 1920 par l’ingénieur Mascart et soutenu par les industriels du Nord-Est de la banlieue parisienne d’un vaste lotissement situé au-delà du Bourget le long d’une nouvelle ligne de transport rapide25, comme les orientations que Frédéric Brunet, président de la Commission des habitations ouvrières et du plan d’extension du Conseil général de la Seine, présente au Conseil en 1922 à la suite d’une consultation du patronat parisien26. Le projet de la « cité nouvelle » de La Courneuve rédigé en 1924 par Marcel Auburtin et Raoul Dautry est une concrétisation de ces orientations : s’il est prévu que les couches moyennes logées dans la cité iraient travailler à Paris, le projet comporte aussi un habitat pour les ouvriers qui trouveraient leur lieu d’emploi dans la zone industrielle aménagée à proximité27. En Italie, cette orientation est illustrée par le plan pour le « risorgimento economico di Roma » élaboré par la commission créée par la municipalité de Rome en 1916 et présidée par Giovannoni28.

  • 29 Une formulation particulièrement systématique en est donnée par le city planner de Cleveland, Rober (...)
  • 30 [C. B. PURDOM], 1920, « Two Diagrams », Garden Cities and Town Planning Magazine, vol. 10, n° 5, ma (...)
  • 31 Clarence S. STEIN, « Dinosaur Cities », Survey, vol. 54, n° 3, 1er mai 1925, p. 134-138. Cf. Roy LU (...)
  • 32 New York State, Reconstruction Commission, Housing Committee, Housing Conditions. Report of the [.. (...)

19La tentative la plus radicale est celle des « satellite towns », dont la notion apparaît en Grande-Bretagne en 1919, et est reprise aux Etats-Unis peu après29. Il s’agit dans ce cas de créer, à distance de la ville existante et séparée de celle-ci par une ceinture agricole ou d’urbanisation lâche, une série de petites villes industrielles autonomes. Les quartiers résidentiels doivent y être soigneusement séparés des zones d’industries, mais les ouvriers peuvent se rendre à pied à leur travail. Ce modèle constitue une adaptation du concept de cité-jardin aux conditions des grandes métropoles en même temps qu’une réaction contre un dévoiement excessif du projet des fondateurs sous la forme de « banlieues-jardins » (garden suburbs). En Grande-Bretagne, le nouveau concept est promu en février 1920 par une Satellite Town Conférence, où C.B. Purdom, comptable de Letchworth et farouche gardien de la doctrine de Howard, propose la création de vingt-trois villes satellites autour de Londres, tandis qu’Herbert Morrison, le secrétaire du Labour Party pour Londres, plaide pour une telle solution30. Une première application en vraie grandeur voit le jour avec la construction de Welwyn Garden City par le London County Council à partir de 1919. Aux Etats-Unis, la notion est reprise par le groupe de la Régional Planning Association of America qui, avec notamment Charles Whitaker, Lewis Mumford, Clarence Stein et Henry Wright, part en guerre contre les « réalistes » qui, comme Thomas Adams, démissionnent devant l’expansion indéfinie des « villes dinosaures »31. Malgré l’influence de Stein dans l’élaboration du programme de « reconstruction » de l’état de New York32, leur vision ne donnera lieu à des réalisations concrètes qu’avec le New Deal. Du point de vue qui nous intéresse ici, la « ville satellite » présente la particularité de permettre la décentralisation des industries et de la population ouvrière en même temps qu’elle fournit un nouveau cadre de vie aux employés qui continueront à travailler au centre de la grande ville commerciale. Une des ambiguïtés nécessaires du modèle est en effet de contenir à la fois la notion d’une autonomie du marché local du travail et celle d’une liaison nécessaire à celui de la ville-centre.

  • 33 Cf. par exemple : Local Govemement Board for England and Wales, 1918 ; U.S. Department of Labor, Bu (...)
  • 34 S. MAGRI et C. TOPALOV, 1988.

20Au lendemain de la guerre, c’est donc une conception nouvelle de la réforme du logement populaire qui s’est imposée. Il est désormais admis qu’on ne peut efficacement transformer le logement populaire sans changer radicalement son environnement. Mais faire naître des quartiers d’un type nouveau implique une série de conditions qui toutes mettent en cause de façon directe les pratiques courantes des constructeurs privés et même, dans une certaine mesure, des constructeurs publics là où il en existe. Il faut des opérations à grande échelle et de nouveaux opérateurs capables de les construire, il faut aussi que des principes scientifiques président à ces réalisations. L’économie de guerre a considérablement développé la pratique des normes (standards) dans la production d’armement et dans de nombreux domaines de la vie sociale, et les divers milieux professionnels adoptent ce langage avec enthousiasme. En matière d’habitat, des normes scientifiquement établies détermineront aussi bien le choix des matériaux, les systèmes d’égouts et de lutte contre l’incendie, les installations de plomberie, les dimensions des pièces, des fenêtres et des placards, que le plan des maisons et leur disposition sur le terrain33. C’est l’application de ces normes qui garantira à la fois efficacité économique et efficacité sociale des programmes de construction. Les spécialistes se chargent de les édicter sous leur forme universelle, tandis que les pouvoirs publics sont supposés faire en sorte que, par des méthodes diverses, elles s’imposent aux constructeurs34. Quant à la juste application du système des normes aux conditions toujours singulières de chaque opération, elle est le domaine de l’homme de l’art : urbanistes, town planners, city planners, qui sont en train de se constituer en profession, peuvent donc revendiquer légitimement d’intervenir dans chaque opération.

Un cadre de vie pour une communauté nouvelle : la morphologie des cités

  • 35 D. A. AGACHE, « Cités-jardins et villes futures », in « Exposition de la cité moderne [...] », 1913 (...)

21Les réformateurs assignent aux nouveaux quartiers une mission fondamentale : reconstituer la communauté. Disjoint de l’atelier et de l’usine, l’habitat nouveau devra être, bien sûr, préservé de ce qui constitue les principales tares des quartiers populaires nés de la croissance spontanée des villes : la densité, l’insalubrité, la laideur. Cependant, il ne s’agira pas d’un simple agglomérat d’habitations salubres, aussi ordonné et plaisant soit-il. Le quartier réformé est conçu comme une véritable « cité », il devra donc rassembler tous les éléments nécessaires à la vie sociale de ses habitants et à la constitution d’une communauté autonome. Tandis que les plus réalistes des membres du Garden City Movement britannique commencent à parler de « satellite towns » dans les périphéries urbaines, les planificateurs américains théorisent l’idée de « self-contained communities » et, en France, un Agache se fait l’avocat de « petites villes » dans la ville35.

22Cette vision témoigne d’une profonde réorientation du projet réformateur, qui commençait à se dessiner avant guerre et que les bouleversements sociaux et politiques entraînés par le conflit mondial ont accélérée. La réforme du logement change de cible. Depuis des décennies, elle s’était donné pour objectif la reconstitution et la moralisation de la famille ouvrière. Désormais, à cet aspect de l’entreprise s’en ajoute un autre : au-delà du noyau familial, il s’agit de reconstituer la communauté de quartier sur de nouvelles bases. Henri Sellier formule clairement en 1919 cette inflexion majeure :

  • 36 H. SELLIER, 1921, p. 256. Sur la diffusion en France de cette nouvelle conception de la cité, cf. S (...)

« Ce qui différencie la conception de la cité-jardin de l’ancienne formule pratiquée antérieurement en matière d’habitations urbaines, c’est la perception plus nette et plus aiguë non seulement des besoins de l’individu comme tel, mais des nécessités de relations avec la communauté36. »

23Des changements de vocabulaire témoignent de cette évolution. Aux « taudis » et « îlots insalubres » s’opposent les « cités » nouvelles, aux « slums » les nouveaux « neigh-bourhoods » ou « communities ». Le quartier populaire, longtemps regardé comme le lieu de tous les maux sociaux et de tous les dangers, en vient donc à être considéré comme l’instrument d’une possible régénération. Les grandes opérations planifiées créeront une vie nouvelle qui ne pourra manquer de devenir ensuite la norme pour toute la population ouvrière.

24Les chemins qui ont conduit à cette réorientation sont nombreux. L’un des principaux est sans doute l’activité des travailleurs sociaux, qui sont eux aussi en train de se constituer en profession, et tout particulièrement l’expérience des social settlements, ces avant-postes de la philanthropie au cœur du territoire des pauvres.

  • 37 Jack LONDON, The People of the Abyss, New York, Macmillan, 1903.
  • 38 C. BOOTH, 1889, p. 94-105.
  • 39 Dwight F. DAVIS, « The Neighborhood Center : A Moral and Educational Factor ». Charities and the Co (...)

25Certains réformateurs s’aperçoivent que les quartiers populaires ne sont pas les « abîmes »37 que l’on croyait, mais sont organisés par des sociabilités et des institutions dont certaines sont la promesse d’une pacification sociale. Charles Booth déjà, à la fin des années 1880, découvrait que la plupart des pubs de l’East End de Londres n’étaient pas nécessairement des lieux de perdition voués à l’alcoolisme et fermés à la police, mais le lieu de réunion de respectables « clubs » ouvriers38. La notion de « neigh bourhood work » est devenue dans les années 1910 un lieu commun des social workers américains39. Tous ces éléments positifs de la vie sociale populaire pourraient se développer sans entrave s’ils étaient séparés des moins bons et organisés comme il convient dans un environnement réformé. Un certain nombre d’organisations ouvrières regardent d’ailleurs avec intérêt la possibilité de développer des institutions qui, prolongeant dans le quartier les solidarités au travail, permettraient d’aménager sous leur contrôle les conditions de vie.

  • 40 Maurice HALBWACHS, « Matière et société », Revue philosophique, n° 90, 1920, p. 82-122 (citation : (...)
  • 41 Cf. par exemple : Louis WIRTH, « Ideological Aspects of Social Disorganization », American Sociolog (...)

26Une autre lecture, dans une certaine mesure opposée à la précédente, aboutit à la même conclusion pratique. Les sciences sociales naissantes reformulent l’idée du danger social dans un vocabulaire où le moralisme passe au second plan, dénoncent l’isolement des individus, l’opposition des intérêts, l’absence de communauté qui seraient le produit des conditions de la vie urbaine moderne. Pour la sociologie durkheimienne, l’anomie et la désagrégation sociale sont un risque intrinsèque à la société moderne que seule peut conjurer une intégration de l’individu dans la collectivité qui rende opérante l’autorité de la morale commune. Halbwachs, en particulier, s’attache à montrer que l’ouvrier non seulement est en marge du reste de la société mais est « un être isolé et réduit », incapable de nouer un lien social avec ses pairs40. Cette vision, appliquée aux quartiers populaires, aboutit à en faire le lieu typique de la dissolution du lien social. En revanche, les sociologues du département de l’université de Chicago – qui se renouvelle à partir de 1916 avec l’arrivée de Robert E. Park et de Ernest W. Burgess – sont beaucoup plus ambivalents. Comme les travailleurs sociaux, les fondateurs de l’écologie humaine regardent le quartier populaire tantôt comme le lieu de la « désorganisation sociale », tantôt comme celui de l’intégration réussie41.

  • 42 Cf. Jean-Pierre GAUDIN, « La genèse de l’urbanisme de plan et la question de la modernisation polit (...)
  • 43 Cf. Christian TOPALOV, « From the “Social Question” to “Urban Problems” : Reformers and the Working (...)
  • 44 Henri SELLIER, « Les aspects nouveaux du problème de l’habitation dans les agglomérations urbaines  (...)
  • 45 Arthur C. COMEY et Max S. WEHRLY, « Planned Communities », in National Resources Committee, Urbanis (...)

27La vision du quartier qui sous-tend la doctrine des urbanistes au lendemain de la guerre est sans doute aussi le fruit d’une réflexion nouvelle sur la politique42. Il est urgent de reconstruire et pacifier une société déchirée par les conflits sociaux et qui vient d’entrer dans une période nouvelle de son histoire, celle où le mouvement ouvrier a acquis une puissance et une légitimité qu’il n’avait jamais eues et où, sous des formes diverses selon les pays, les travailleurs ont fait irruption dans les institutions politiques. Or, l’espace premier de la démocratie représentative, c’est une circonscription territoriale, un quartier. Les électeurs y votent et les partis y construisent leurs bases, c’est là que peuvent être éduqués et organisés les citoyens. Si la société démocratique requiert sans doute coercition et discipline, elle a pour spécificité de reposer sur des formes sociales auto-régulées : la communauté locale réformée peut être une de celles-là43. Les nouveaux quartiers sont donc regardés comme le lieu privilégié de l’effort de « reconstruction sociale » : en changeant radicalement le cadre des activités quotidiennes en dehors du travail, ils doivent permettre de réorganiser non seulement les mœurs individuelles, mais aussi la vie collective des classes populaires. Comme le dit Sellier, il s’agit « d’aménager la vie sociale »44 ou, comme le dira plus tard Arthur C. Comey à propos des villages du war housing, d’« organiser la communauté »45.

  • 46 C’est notamment le cas de Hampstead Garden Suburb à Londres, de Forest Hill Gardens dans le Queens, (...)
  • 47 C’est notamment le cas des opérations gouvernementales pendant la guerre en Grande-Bretagne et aux (...)

28Cette conception prévaut quelle que soit la position adoptée en ce qui concerne la composition sociale des cités de l’avenir. Depuis les années 1900, le débat sur le zonage avait, en règle générale, laissé cette question de côté. L’objectif recherché étant de séparer les fonctions urbaines, les processus « naturels » de ségrégation spatiale des groupes sociaux n’étaient nullement mis en cause : les zones de résidence devaient être destinées exclusivement à cet usage, mais il allait de soi que le marché déciderait de qui habiterait ici ou là. Quant aux nouveaux professionnels de la planification urbaine, ils réalisaient tantôt des opérations modèles de lotissement pour les couches moyennes46, tantôt des villages industriels qui, lorsqu’ils étaient localisés dans une grande agglomération, étaient destinés exclusivement aux ouvriers47.

  • 48 Ebenezer HOWARD, Tomorrow : A Peaceful Path to Real Reform, 1898, réédité en 1902 sous le titre Gar (...)
  • 49 Henri SELLIER, « Résolution relative à la création d’un Office départemental d’habitations à bon ma (...)
  • 50 R. UNWIN, 1909 (trad. fr. 1922, rééd. 1981, Paris, L’Equerre, p. 253-254) ; Henri NITOT, Les Cités- (...)

29La nouvelle orientation de la réforme de l’habitat populaire conduit toutefois à la formulation de positions plus contrastées ou plus nuancées. La doctrine de la cité-jardin comportait dès l’origine l’idée explicite d’un rapprochement des classes qui conduirait à une nouvelle harmonie sociale48. Unwin, Sellier ou Schiavi développent cette conception qui est souvent réaffirmée après la guerre sous plusieurs versions. On insiste tantôt sur l’idée que l’atténuation des divisions sociales, dont on souligne l’urgence, doit se traduire dans l’espace résidentiel49, tantôt sur la force d’entraînement que les couches moyennes pourraient exercer sur les ouvriers s’ils vivaient côte à côte : leur mode de vie est un exemple et leur inclination à participer à des activités collectives organisées plus développée50.

  • 51 Les employés des postes sont logés à Milan dans un lotissement de villette, viale Zara, construit e (...)
  • 52 Becontree compte, en 1939, 59 % d’ouvriers et 22 % d’employés ; à Watling, un autre estate de 4 030 (...)
  • 53 Robert FINNIGAN. « Council Housing in Leeds, 1919-39 : Social Policy and Urban Change », in M.J. DA (...)
  • 54 Cette cité est construite par un consortium constitué en 1920 entre des coopératives d’ouvriers, de (...)

30Dans les faits, lorsque les réalisations de l’après-guerre voient le jour, la ségrégation des classes sociales sera la règle. S’il s’agit de promoteurs privés ou de sociétés coopératives d’employés, de fonctionnaires ou d’ouvriers, les nouveaux quartiers seront socialement très homogènes51. Les opérations du secteur public municipal s’adresseront prioritairement aux salariés modestes et stables, et leur composition sociale variera principalement en fonction de leur localisation, avec une nette dominante ouvrière dans les banlieues et notamment dans les banlieues industrielles, une forte présence des couches moyennes ailleurs52. La contrainte du coût foncier, et dans certains cas – comme à Leeds53 – l’opposition des résidents et des constructeurs locaux, empêcheront généralement que les opérations municipales soient localisées dans les banlieues où résident les couches moyennes. Certaines réalisations de vastes dimensions ayant le caractère de satellite towns, comme Welwyn, ou regroupant tout simplement plusieurs constructeurs privés et publics, comme la cité-jardin Aniene dans la banlieue de Rome54, seront les seules à approcher l’idéal de la cohabitation des classes sociales.

31Quelle que soit la population qui est appelée à résider dans le nouveau quartier, la morphologie de celui-ci s’organise selon trois principes qui tous représentent une rupture majeure avec le quartier populaire traditionnel : la basse densité, la différenciation physique du reste de la ville et l’intégration organisée des fonctions urbaines.

  • 55 Cf. par exemple le témoignage de G.B. Ford in New York City Commission on Congestion of Population, (...)
  • 56 Raymond UNWIN, Nothing To Be Gained By Overcrowding ! How the Garden City Type of Development May B (...)
  • 57 Soit 30 à l’hectare.
  • 58 Carol ARONOVICI, « The Garden City Idea in Urban Development », Journal of the American Institute o (...)

32Une faible densité constitue en effet une innovation radicale par rapport à l’habitat populaire ordinaire. Les particularités locales de celui-ci sont innombrables, mais il est généralement marqué par une occupation du sol maximale pour la ville concernée et, toujours, par un entassement et une configuration des bâtiments condamnables du point de vue des critères sanitaires et de l’esthétique. Avec la nouvelle doctrine, le discours traditionnel sur le retour aux joies saines de la vie rurale trouve une seconde jeunesse, puisque est désormais disponible une forme proprement urbaine qui rendra réalisable le vieux rêve55. C’est Unwin qui, le premier, entreprend de faire la démonstration du réalisme économique de la proposition, à l’usage aussi bien des constructeurs privés que des municipalités : « Il n’y a rien à gagner du surpeuplement » est le titre de sa brochure-manifeste de 1912, publiée par la Garden City Association56. La norme de densité qu’il propose dès 1909 – 12 logements par acre57 – deviendra celle du munition housing de 1915-1918, puis du programme de construction municipale subventionnée de 1919. Quant à la nouvelle génération de housing reformers qui commence à s’exprimer dans les années 1910 aux Etats-Unis, elle condamne sans hésitation toutes les expériences d’immeubles ouvriers modèles réalisées jusque-là par les philanthropes car il s’agit toujours d’immeubles collectifs construits dans les vieux quartiers. Chez Carol Aronovici, par exemple, la pastorale se transforme ainsi en argument de combat contre les anciennes méthodes de la réforme : le tenement n’est pas réformable, affirment-ils, il faut tout simplement l’éliminer et « suburbaniser les ouvriers »58.

  • 59 La principale agence chargée du programme américain de war housing, FUS Housing Corporation, codifi (...)
  • 60 William E. GROBEN, « Union Park Gardens », Architectural Record, vol. 45, n° 1, 1919, p. 51.
  • 61 Bureau international du travail, 1925, p. 26-27 ; Gwendolyn WRIGHT. Building the Dream : A Social H (...)

33L’idéal est donc dans tous les cas la maison mono-familiale, même si des considérations de coût de construction et de coût foncier peuvent contraindre à des compromis : maisons jumelées, maisons en bande, voire immeubles collectifs de deux ou trois étages59. Ces formes, comme l’affirme un observateur du war housing américain, permettent « la concentration réussie du logement lorsqu’elle est planifiée scientifiquement »60. La rationalisation qui a été entreprise dans certaines industries et que l’économie de guerre a puissamment accélérée fonde la conviction nouvelle que de nouvelles techniques de projet et de construction peuvent aboutir à une réduction substantielle du coût de la maison. Des architectes, pour leur part, s’attachent à dessiner des maisons-types économiques dont la simplicité n’exclut pas la qualité esthétique, et que les planificateurs des opérations pourront combiner de façon à éviter l’uniformité, et même à produire des effets pittoresques. Ces modèles, qui jouent un rôle majeur dans la diffusion de nouveaux standards pour l’habitat populaire, sont tantôt imposés par l’administration aux architectes des opérations publiques – celles des agences fédérales de 1917-1918 aux Etats-Unis, celles des municipalités britanniques après 1919 –, tantôt diffusées par des groupes privés – comme aux Etats-Unis l’Architects’ Small House Service Bureau créé en 1921 sous le patronage du secrétaire au Commerce et de l’American Institute of Architects, ou le mouvement Better Homes in America, fondé en 1922 avec l’aide de la succession Laura Spellman Rockefeller61.

34Le plan de l’opération (layout, planimetria) devient l’objet d’une spécialité autonome dont les règles sont formalisées avec soin. L’un de leurs principaux effets est de produire une nette différenciation physique entre la cité nouvelle et la ville environnante. Il n’est pas rare que la rupture entre l’une et l’autre soit obtenue par le simple fait que le nouveau quartier est construit en rase campagne, à quelque distance de l’agglomération, ou bien par l’existence d’obstacles matériels : un cours d’eau se trouve le border, une dénivellation brusque ou une voie de chemin de fer – particulièrement dans les banlieues industrielles – autant de substituts économiques de la ceinture verte de la cité-jardin orthodoxe. Mais la séparation doit surtout être inscrite dans le plan lui-même. Le tracé de la voirie interne est entièrement différent de celui des quartiers contigus. Les rues courbes, les culs-de-sac, les largeurs différenciées des rues, tous ces motifs cultivés par les partisans de la cité-jardin imposent une distinction entre les rues résidentielles qui ne desservent que les maisons et celles, peu nombreuses, qui permettent d’entrer dans le quartier et d’en sortir. La traversée de celui-ci de part en part est rendue difficile ou permise seulement par une ou deux voies radiales dont la principale fonction est de conduire naturellement vers une station de train, de tramway ou de métro, parfois directement vers une zone d’emplois industriels. Une rue périphérique clôture généralement le quartier et invite à le contourner, et les débouchés de la voirie interne sur l’extérieur sont souvent étudiés de telle sorte qu’ils ne se raccordent pas aux rues des quartiers avoisinants. En outre, les services susceptibles d’attirer une population venant d’ailleurs – notamment les commerces – sont placés de préférence en bordure de l’opération plutôt qu’en son centre, tandis que les points d’accès au quartier sont souvent marqués symboliquement par un traitement monumental.

  • 62 Pour une centaine d’opérations programmées par l’US Housing Corporation, on compte 254 commerces, 2 (...)
  • 63 En 1925, sur les huit cités de l’OPHBM de la Seine dont la construction a commencé en 1921, quatre (...)
  • 64 A. A. JACKSON, 1973, p. 291-324. Cf. aussi M. J. DAUNTON, « Introduction », in M. J. DAUNTON, dir., (...)

35La tentative de clore la nouvelle communauté sur elle-même et d’y réorganiser la vie quotidienne implique aussi d’intégrer dans les limites de son territoire toutes les fonctions urbaines – à l’exclusion du travail, bien entendu. Dès que l’opération a une importance suffisante, les planificateurs y prévoient des services publics, des commerces, des espaces verts et des terrains de sport. Dans la pratique, lorsqu’il s’agira d’un quartier destiné à des salariés de revenu modeste, l’urgence ou les contraintes financières conduiront souvent à sacrifier tout ou partie de ces équipements : c’est le cas dans de nombreuses opérations américaines ou britanniques pendant la guerre62, comme dans bien des réalisations des programmes européens de l’immédiat après-guerre63. En Grande-Bretagne, l’absence d’équipements sera une caractéristique dominante du council housing des années 1920 et 193064, et la doctrine réformatrice des années 1910 connaîtra une longue éclipse pour réapparaître seulement dans les années 1940 sous la forme, empruntée aux planners américains, de la « neighbourhood unit ».

Coopérer : la gestion des cités

36Malgré leur foi dans les effets d’un environnement scientifiquement planifié sur les mœurs individuelles et collectives, les réformateurs savent bien que les difficultés commencent lorsque les logements se peuplent d’habitants. Les administrateurs des nouveaux ensembles d’habitation, en tous cas, font l’expérience quotidienne de la distance entre les normes et les pratiques. Fred C. Feld, qui gère Yorkship Village, le rappelle avec humour et quelque amertume à un parterre de housing reformers distingués :

  • 65 Fred C. FELD, « Some Problems of Management », in National Housing Association, Housing Problems in (...)

« Je suis le pauvre gars dont le magnifique travail est d’essayer de réaliser le rêve de l’architecte et du city planner, et de tous ceux qui se consacrent à planifier et à construire des maisons et villages merveilleux, et ceux d’entre nous qui ont de l’expérience savent que quelquefois il est plutôt difficile de faire que toutes ces choses merveilleuses se réalisent, car d’une façon ou d’une autre les gens sont très pervers et n’apprécient pas toutes les bonnes choses que nous avons mises sur pied et planifiées pour eux, et veulent justement faire tout le contraire [...]. Rien n’est plus difficile, à mon avis, que d’avoir affaire aux locataires. [...] Il y a si peu de gens qui soient d’une trempe suffisante pour opposer leur volonté à celle de quelqu’un d’autre qui ne veut pas faire ce qu’on veut qu’il fasse, et pour réellement gagner65. »

37Berthe Leymarie, collaboratrice de Sellier à l’OPHBM de la Seine, note dans son étude sur « l’organisation sociale des cités-jardins du Grand-Paris » :

  • 66 B. LEYMARIE, 1926, p. 123 (souligné dans l’original).

« L’esprit social entre gens aussi différents ne peut évidemment pas s’obtenir en un jour. Il y a là toute une éducation à faire. [...] Des efforts sont faits par les locataires. Des efforts partiels sont faits par petits groupes, par petits clans, qui sans doute se fortifieront, quand ils seront empreints des qualités indispensables à la vitalité des groupements66. »

38La gestion des nouveaux quartiers pose en effet une série de questions difficiles. Il faut d’abord faire en sorte que les caractéristiques de l’environnement consignées dans le plan soient effectivement respectées et soient assurées de la permanence dans le temps. Les usages des espaces et du bâti doivent donc être contrôlés et les évolutions indésirables empêchés, que la menace provienne d’activités économiques ou de spéculateurs, de la population avoisinante ou des habitants eux-mêmes. Il s’agit ensuite d’obtenir que les pratiques quotidiennes des résidents soient mises en conformité avec les normes que l’on a inscrites dans l’environnement physique de leur vie quotidienne. Il s’agit enfin de créer une communauté réformée en mettant en place de nouvelles formes de sociabilité et d’expression collective de la population.

39Pour obtenir ces résultats, les plans et règlements les plus élaborés sont insuffisants : il faut que le quartier soit administré scientifiquement par un gestionnaire unique. Cette conviction est partagée par tous les réformateurs, que leur inclination personnelle ou la situation politique particulière à leur pays les conduise à privilégier les solutions publiques ou les solutions privées au problème. Les théoriciens de la cité-jardin avaient fixé la doctrine sous une forme particulière, les réformateurs de l’après-guerre la généralisent. Par exemple, Lawson Purdy, le président de la National Municipal League :

  • 67 Lawson PURDY, « War Housing », in Proceedings of the Tenth National Conférence on City Planning, St (...)

« Si un propriétaire unique possède un vaste territoire, planifié et aménagé comme il convient, et le gère bien, il peut avoir la communauté idéale. Il peut exclure toutes les activités économiques indésirables, il peut maintenir bonnes et saines les conditions mentales, morales et sociales du territoire qu’il possède67. »

40C’est donc l’idéal d’une gestion centralisée des nouveaux quartiers, tout autant que celui d’une construction de masse planifiée qui rend nécessaire le développement de grands opérateurs. L’action d’un administrateur unique sur un territoire et une population importants opposera, là encore, les cités nouvelles aux quartiers populaires où régnent l’anarchie du marché et l’irrationalité des décisions municipales, où les autorités sont multiples et souvent impuissantes parce qu’elles se heurtent les unes aux autres.

41Le débat sur la gestion met au premier plan une alternative ancienne : contraindre ou éduquer ? Les courants réformateurs qui s’autodéfinissent comme « progressistes » ou « socialistes » insistent sur les échecs répétés des formules autoritaires. Ils rappellent que les company towns les plus célébrées ont été ravagées par des conflits sociaux mémorables et que, dès qu’ils le peuvent, les ouvriers fuient la discipline de fer des casernes philanthropiques. Ils définissent un nouvel idéal : la protection de l’environnement et la transformation des pratiques quotidiennes doivent être l’affaire des populations elles-mêmes. Ceux qui restent attachés aux modèles disciplinaires ou paternalistes opposent à ce projet l’expérience récurrente de l’entêtement des ouvriers à conserver leurs habitudes et, pour sa part, le patronat tient par-dessus tout à garder le contrôle de ses réalisations. Malgré la vivacité de ce débat sur les principes, plusieurs constantes peuvent être relevées dans la doctrine et la pratique des gestionnaires.

42Leurs moyens d’action sont en effet de trois types. Ils ont recours à des instruments juridiques pour édicter des règles coercitives de comportement. Ils font appel par ailleurs aux méthodes de contrôle sur les personnes mises au point et mises en œuvre par des spécialistes : travailleurs sociaux ou professionnels de la santé publique et de l’éducation. Enfin, ils s’efforceront souvent, dans des limites et avec un succès variés selon les cas, de mettre en place des institutions faisant appel à la participation des habitants, des formes autorégulées de gestion. L’idéologie qui fleurit avec la reconstruction et la crise sociale de l’après-guerre donnera à ce dernier aspect un relief particulier dans les débats.

  • 68 Robert RYDER, « Council House Building in County Durham, 1900-39 : The Local Implémentation of a Na (...)
  • 69 Raymond A. MOHL et Neil BEI 1 EN, « The Failure of Industrial City Planning : Gary, Indiana, 1906- (...)
  • 70 Il est caractéristique que les prévisions de population logée par le programme de l’agence soient f (...)
  • 71 Ministry of Health, Housing, 19 juillet 1919, p. 2.

43Les moyens juridiques dont dispose le gestionnaire sont nécessairement de type contractuel, puisque ses rapports avec les habitants relèvent du droit privé. Les baux des organismes publics, les contrats de location liés aux contrats de travail des employeurs, fixent les conditions d’usage et de tenue des logements et de leurs annexes. Les règlements de cité viennent les compléter. C’est donc pour les locataires que ces dispositifs seront en principe les plus contraignants : ils peuvent aisément fixer des normes d’occupation maximale des logements, interdire la sous-location et le travail à domicile, réglementer l’usage des jardins et des espaces collectifs, empêcher strictement toute modification structurelle des locaux. Ces règlements sont encore peu étudiés, encore moins la façon dont ils ont été effectivement appliqués. Ainsi, la lutte contre la sous-location était d’autant plus difficile que les nouveaux logements municipaux ou patronaux étaient en règle générale plus spacieux que les logements ouvriers ordinaires, et souvent plus chers. Son interdiction n’a guère été effective dans les régions où cette pratique était traditionnellement très répandue, comme en Angleterre dans les logements municipaux de la région minière du comté de Durham68 ou aux Etats-Unis dans ceux que possédait l’US Steel Corporation dans la ville qu’elle avait créée à Gary, Indiana69. En Grande-Bretagne, les gestionnaires étaient plus préoccupés de combattre la sous-location proprement dite (sub-letting) d’une pièce non meublée à une famille entière que la pratique du « lodging », un célibataire occupant dans ce cas une chambre à coucher meublée et prenant ses repas avec la famille du logeur. « Lodgers » et « boarders », bêtes noires des réformateurs dans l’habitat ouvrier traditionnel, semblent avoir été en tous cas aisément admis par les autorités gouvernementales au cours de la guerre et de l’après-guerre, aussi bien l’US Housing Corporation70 que le ministère de la Santé britannique71.

  • 72 Comité central des houillères de France, AN, 40 AS 61 ; Société anonyme centrale de crédit immobili (...)
  • 73 Literary Digest. 28 août 1920.
  • 74 G. R. TAYLOR, 1915, p. 251.
  • 75 R. A. MOHL et N. BETTEN, 1972, p. 212. Il est vrai que le reste du territoire de Gary est construit (...)

44Lorsque les logements sont possédés par les habitants sous une forme coopérative, de telles obligations peuvent être aisément imposées par le gestionnaire, ce qui constitue un puissant argument aux yeux de ceux qui prônent cette forme de propriété plutôt que la propriété individuelle ordinaire. Cependant, lorsque l’organisme qui lotit ou construit vend les parcelles ou les maisons en pleine propriété aux habitants, il n’est pas non plus dépourvu de moyens de contrôle. C’est une tradition ancienne des lotisseurs qui s’adressent à une clientèle aisée que de fixer dans le contrat de vente des restrictions qui s’imposeront à tous les acheteurs ultérieurs : alignements, minimum et maximum de volume construit, valeur minimum de la maison, interdiction d’affecter les locaux à un usage industriel ou commercial et, aux Etats-Unis, interdiction de revendre à des acquéreurs de races indésirables. Des contraintes du même type, ignorées jusque-là dans les lotissements ouvriers, seront imposées par les gestionnaires des nouveaux quartiers. Ainsi, en France, les employeurs comme les Sociétés de crédit immobilier régies par la législation sur les HBM fournissent généralement les plans-types des maisons et assortissent leurs prêts de conditions d’usage du bâtiment – interdisant notamment d’y tenir un commerce ou de transformer le logement en « cabaret »72. Aux Etats-Unis, les contrats de vente interdisent l’éventuelle revente de la maison aux non-citoyens, comme dans le cas de la Bridgeport Housing C° mise en place en 1916 par les industriels de la localité lors du boom des industries de guerre73, ou aux non-blancs, comme à Fairfields, village industriel modèle construit au début des années 1910 pour des filiales d’US Steel dans les environs de Birmingham, Alabama74. A Gary, la compagnie foncière d’US Steel n’autorisera que deux établissements à vendre de l’alcool dans la section de la ville qu’elle aménage directement75.

45Ces mesures coercitives, cependant, ne suffisent pas. Il faut encore faire respecter les règlements, transformer des habitudes, obtenir que les équipements créés soient effectivement utilisés. Bref, sanctionner et éduquer. L’organisme gestionnaire est intéressé au premier chef à assurer le recouvrement des loyers et seul fondé à faire acte d’autorité au nom des règles juridiques qu’il a édictées. Toutefois, lorsqu’il s’agit d’action éducative, ses services administratifs évitent généralement d’intervenir directement. Dans les ensembles construits par les municipalités ou par des sociétés immobilières privées, comme dans les villages réalisés par les employeurs, on a recours à un système de gardiennage assuré par un personnel proche des populations. Poursuivant dans des conditions nouvelles l’expérience entreprise dès les années 1870 par Octavia Hill dans les quartiers populaires de Londres, le « friendly rent collecter » – une femme de préférence – viendra chaque semaine ou chaque mois visiter la famille pour percevoir le loyer. Enfin, dans certains cas, le gestionnaire met en place et rémunère un « service social » permanent. L’intervention disciplinaire se trouve ainsi médiatisée et professionnalisée, et par là plus acceptable et peut-être plus efficace. Les travailleurs sociaux pourront aider les familles à résoudre leurs problèmes, les visiter ou les recevoir dans un local de la « maison commune », du « community center ». Des écoles spécialisées s’ouvrent partout pour la formation de ce personnel. Ainsi, en Grande-Bretagne, un institut spécialisé fondé par une élève d’Octavia Hill, l’Association of Women House Property Managers, forme ainsi des « Lady house visitors » que recrutent en particulier les autorités locales.

  • 76 E. D. LITCHFIELD, 1919, p. 602.

46Jusque-là, rien de très nouveau, même si contraintes réglementaires et travail social sont désormais légitimés par des normes scientifiquement établies. Mais l’administration centralisée des nouveaux quartiers offre une possibilité inédite : associer les habitants à la gestion de la communauté. Au lendemain de la guerre, le vocabulaire dans lequel ce projet est formulé prend souvent un tour particulier. Comme le proclame, dans les temps troublés de l’automne 1919, l’architecte Litchfield discutant l’avenir des villages construits pendant la guerre par le gouvernement fédéral : « La coopération est le mot d’ordre du jour – la coopération et, espérons-le, la conciliation76. » La notion de coopération est suffisamment polysémique pour permettre de penser ensemble des réalités extrêmement hétérogènes, dans l’habitat comme dans l’industrie, et produire par conséquent de puissants effets symboliques.

  • 77 Cf. Patrick ABERCROMBIE, « Modem Town Planning in England : A Comparative Review of “Garden City” S (...)

47L’acception la plus rigoureuse du terme a été fixée en Grande-Bretagne par le Co-Partnership Tenants Housing Council, un élément du Garden City Movement, et les expériences conduites depuis 1902, en particulier à Letchworth et Hampstead Garden Suburb77. Les résidents, organisés dans une société coopérative « Co-Partnership Tenants’ Association », sont collectivement propriétaires du quartier. Ils ne possèdent pas directement leur maison, mais des parts dans le capital d’une société coopérative à laquelle participent aussi les fondateurs de la ville. Ceux-ci, notables éclairés, financiers ou industriels, appuyés sur des experts en town planning et en administration, peuvent ainsi exercer sur les habitants une influence bénéfique, tandis que les augmentations ultérieures des valeurs foncières peuvent être affectées à l’entretien et à l’amélioration de l’environnement.

  • 78 Cf. notamment Robert A. POPE, « The Copartnership Principle », Proceedings of the Second National C (...)
  • 79 Cf. Frédéric Lee ACKERMAN, « What is a House ? IV », Journal of the American Institue of Architects(...)
  • 80 Cf. City of Milwaukee, Mayor’s Committee on Housing, Report, Milwaukee, 1918 ; « Report of the Wilw (...)

48Cette « copartnership idea » a des partisans enthousiastes aux Etats-Unis depuis le début des années 191078. Lorsque le gouvernement fédéral s’apprête, après l’armistice, à se débarrasser des villages construits et possédés par PUS Housing Corporation, une solution de ce type est préconisée – sans succès – par de nombreux architectes progressistes et réformateurs. Elle présente en effet à leurs yeux l’avantage sur une mise en vente séparée des maisons de préserver l’administration centralisée des villages et de ne pas attacher à l’excès les ouvriers à la localité, et sur une vente en bloc aux industriels de conserver à la communauté une autonomie vis-à-vis de l’employeur79. Dans le reste du pays, il n’y aura que quelques réalisations d’autant plus souvent évoquées qu’elles sont moins nombreuses, comme celle du Wisconsin. Dans cet état, à l’initiative du maire de Milwaukee, grosse ville industrielle proche de Chicago, la législature autorise en 1919 la constitution de sociétés coopératives de logement dont le capital serait détenu par les locataires. Une seule se formera, la Garden Homes Company, qui projette une opération de 1000 maisons et en construira une centaine80.

  • 81 En France les Sociétés coopératives d’HBM s’étaient développées avant la guerre à la suite de la lo (...)

49En France et en Italie, les coopératives d’habitation sont une idée déjà ancienne. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le grand patronat industriel encourage la formation de coopératives chez un petit nombre d’ouvriers qualifiés attachés à l’entreprise. Dans la même période, la coopérative d’habitation est prônée par les promoteurs de la législation sur le logement social – Picot et Siegfried en France, Luzzatti en Italie – et les sociétés coopératives bénéficieront des aides instituées pour les HBM et les case popolari. Les expériences se multiplient au début du XXe siècle jusqu’à la guerre, tandis qu’au lendemain de celle-ci, le mouvement d’expansion semble se ralentir au profit du secteur public locatif. En Italie, cependant, l’activité des sociétés coopératives des employés du secteur public continue son essor avec le soutien financier de l’Etat81.

50Elaborée au sein de la tradition ancienne du « mutualisme assisté » – pour utiliser une terminologie française –, l’idée de coopération se trouve, dans le contexte de la crise sociale de l’après-guerre, être investie de significations très diverses, voire opposées. La conjoncture de la « reconstruction » est favorable à cette convergence ambiguë de courants très divers sur ce vocabulaire. La guerre a été conduite par les alliés de la France au nom de la « démocratie » et marquée partout par l’Union sacrée et les formules tripartites d’administration : peut-on concevoir que les ouvriers qui ont gagné leur citoyenneté dans les tranchées ou dans les usines y renoncent quand ils rentreront chez eux ? Les travailleurs des industries de base mènent de puissantes grèves où s’expriment fortement des revendications de contrôle collectif ouvrier – maintien des prérogatives des « shop stewards », apparition de « works councils », de « consigli di fabbrica », demandes de nationalisation dans les mines de charbon et les chemins de fer. Ne doit-on pas à la fois modérer les excès et tenir compte de cet esprit nouveau ?

  • 82 American Fédération of Labor, Report of Proceedings of the Thirty-Fourth Annual Convention, Washing (...)
  • 83 Amalgamated Clothing Workers of America, Proceedings of the Fourth Convention, Boston, New York, Am (...)
  • 84 Bureau international du travail, 1925, p. 36.

51Dans les années de l’immédiat après-guerre, la confusion est à son comble. Pour les uns, la coopération est le meilleur moyen pour que les capitalistes « philanthropes » ou les employeurs qui construiront les nouveaux quartiers associent les résidents à une gestion qui restera fermement tenue en mains par les notables éclairés et leur personnel spécialisé. C’est la perspective des réformateurs qui, tels Luigi Einaudi, Georges Risler ou John Ihlder, restent opposés à l’expansion de la construction municipale tout en reconnaissant les limites d’une administration autoritaire et les dangers d’une pure et simple dissémination de la propriété individuelle. C’est aussi celle de certains grands industriels « éclairés ». Pour d’autres, en revanche, la coopérative doit exclusivement rassembler les travailleurs organisés, leur permettant de prendre en mains leurs affaires de logement, de préférence avec l’aide d’un financement public. Quelques organisations ouvrières adoptent ce programme au cours des années 1910, en particulier aux Etats-Unis : c’est dans le langage de la coopération qu’en 1914 l’American Federation of Labor réinterprète la doctrine des housing reformers les plus proches du mouvement82, et qu’au lendemain de la guerre des syndicats radicaux commencent à bâtir la société de l’avenir, créant des « labor banks », des coopératives de consommation et imaginant les coopératives d’habitation qui verront le jour une dizaine d’années plus tard83. Dans d’autres cas enfin, le terme désignera simplement la forme nouvelle de propriété rendue nécessaire par la division en appartements des immeubles collectifs : aux Etats-Unis la « co-op » devient à partir du début des années 1920 un mode de commercialisation courant pour les promoteurs84.

52En pratique, les modalités et les limites de l’association des habitants à la gestion de la « communauté » dépendront largement la nature de l’organisme constructeur et donc des formes de propriété.

  • 85 Joseph D. Leland à William B. Wilson, 16 juillet 1918, National Archives, U.S. Housing Corporation (...)
  • 86 P. DARRAGO, Le problème de l’habitation des travailleurs, Epône, Société d’édition et de librairie (...)
  • 87 Les locataires pouvaient élire deux représentants au Conseil d’administration de l’Institut qui com (...)
  • 88 Les efforts en ce sens de l’OPHBM du département de la Seine sont illustrés par B. LEYMARIE, 1926. (...)

53Lorsqu’il s’agira d’un opérateur public – la municipalité en Grande-Bretagne, l’Office public d’HBM en France, l’IACP en Italie –, celui-ci conservera la propriété des logements et les résidents resteront locataires. L’autorité du gestionnaire se trouvera sévèrement limitée par l’extrême difficulté d’évincer les habitants, mais il sera exceptionnel que ceux-ci se voient accorder une voix dans les décisions associées au droit de propriété : attribution des logements, fixation des loyers, règlement des contentieux. Pendant toute la guerre, les villages de l’US Housing Corporation restent gérées par l’administration fédérale, malgré la suggestion transmise au secrétaire au Travail en juillet 1918 par le vice-président de l’agence, que l’« autorité unique » à instituer pour chaque opération soit placée sous la supervision d’un Local board of control composé d’un représentant des syndicats, d’un représentant des employeurs bénéficiaires de commandes de guerre et de trois représentants de la « communauté dans son ensemble »85. Quant à la vision « pansyndicaliste » de la gestion des HBM développée en 1919 par certains secteurs de la CGT française demandant que les Offices publics soient dirigés par un comité représentant paritairement la municipalité, les syndicats ouvriers et les syndicats de locataires86, elle restera un rêve sans lendemain. Le cas des locataires de l’IACP de Milan, qui obtiennent en 1920 un droit de regard sur la gestion des ensembles87, reste donc tout à fait isolé. En revanche, les opérateurs publics feront souvent appel à la « coopération » des habitants pour gérer certaines activités collectives, y compris celles qui visent à entretenir ou améliorer l’environnement. Toutefois, les associations créées à cet effet seront généralement placées sous la tutelle d’organisations philanthropiques spécialisées qui organiseront des activités éducatives, de loisirs, sportives ou de jardinage88.

  • 89 Cf. par exemple Matthew WOLL, « Labor’s Attitude on Housing », in National Housing Association, Hou (...)
  • 90 R. A. POPE, 1917, p. 93 ; F. L. ACKERMAN, 1917, p. 618 ; M. HASTINGS, 1919, p. 265 ; mais aussi Geo (...)
  • 91 George C. NIMMONS, « Modem Industrial Plants », Architectural Record, vol. 44, n° 3, septembre 1918 (...)
  • 92 Nolen a travaillé notamment la Pabst Brewing Co (1910), l’American Cast Iron Pipe Co (1915), l’Amer (...)

54Une différence majeure oppose les cités construites par le patronat à celles du secteur public : les employeurs tiennent par-dessus tout à conserver le droit d’attribuer les logements et d’évincer les locataires à leur guise en liant le contrat de location au contrat de travail. En règle générale, les entreprises qui construisent pour leur personnel continuent comme par le passé à posséder et gérer elles-mêmes les logements. Aux Etats-Unis, en particulier, malgré l’opposition constante du mouvement syndical89 et les critiques virulentes de réformateurs qui ne sont pourtant pas tous des radicaux90, cette solution a toujours des avocats parmi les professionnels de la planification et les réformateurs du logement : on peut encore lire en 1918 des panégyriques enflammés de l’expérience de Pullman91, et des dirigeants de premier plan du mouvement pour le city planning comme John Nolen travaillent fréquemment pour de grandes entreprises92. En Grande-Bretagne, les expériences déjà anciennes de Cadbury et Rowntree restent des expériences : dans ces deux cas la propriété avait été transférée par l’entreprise à une fondation (trust) qui avait été confiée à Bournville aux autorités locales chargés de l’assistance aux pauvres (Charity commis s ioners) et qui, à New Earswick, avait mis en place un « Village Council » composé de neuf élus des locataires et deux représentants de la fondation. La plupart des autres villages industriels sont avant comme après la guerre propriété de l’entreprise et administrés directement par celle-ci.

  • 93 Cf. J. Tudor WALTERS, The Building of Twelve Thousand Houses, Londres, Beuverie House, 1927.
  • 94 R. PINOT, Les Œuvres sociales des industries métallurgiques, Paris, Librairie A. Colin, 1924, p. 13 (...)
  • 95 Cf. le cas de la Société Pax, étudié par Annie Fourcaut, « Loger la classe ouvrière en banlieue par (...)
  • 96 Leifur MAGNUSSON, « Housing by Employers in the United States », Bulletin of the U.S. Bureau of Lab (...)
  • 97 Frank B. WILLIAMS, « Government Aid to Housing in the Light of Foreign Expérience », Journal of the (...)

55Toutefois, des deux côtés de l’Atlantique, certains industriels adoptent d’autres formes d’intervention et en particulier utilisent des sociétés immobilières autonomes pour construire et gérer. Amorcée avant la guerre, cette tendance se développe au cours des années 1920. En Grande-Bretagne, le patronat de certaines industries organise des Housing Associations communes aux entreprises d’un même bassin d’emploi, et obtient du gouvernement en 1923 que ces organismes soient éligibles à la subvention Addison. C’est le cas notamment de l’Industrial Housing Association, constituée en 1922 par une vingtaine de compagnies de mines de charbon des Midlands, qui construit en un temps record 12 000 maisons réparties en une trentaine de villages et loue ensuite à long terme chacun de ceux-ci à l’employeur concerné, qui le gère comme il l’entend93. En France, l’Union des industries métallurgiques et minières prend nettement position pour cette forme collective d’intervention patronale et la Caisse foncière de crédit pour l’amélioration du logement dans l’industrie créée en 1916 par l’Union et le Comité des forges, ne prête qu’à des sociétés immobilières constituées ou suscitées par les industriels94. Certains employeurs ont même recours à des sociétés relevant de la législation HBM, ce qui leur fait courir le risque de perdre le contrôle de l’affectation des logements une fois le premier locataire de leur choix installé : cette question difficile fera l’objet de conflits permanents tout au long de l’entre-deux-guerres95. Aux Etats-Unis, on relève une série d’exemples de Housing Companies créées en commun par plusieurs entreprises96. La formule est vivement recommandée par certains réformateurs qui y voient l’avantage d’éviter le mécontentement des ouvriers vis-à-vis d’une domination excessive de l’employeur propriétaire, de rendre possible une ouverture du capital à d’autres citoyens éclairés de la localité et, éventuellement, à terme aux ouvriers-locataires eux-mêmes97. En Europe, où il existe désormais des financements publics, le recours aux sociétés immobilières permet de bénéficier plus facilement de l’aide de l’Etat et ainsi de réduire le coût des opérations pour les employeurs tout en gardant la maîtrise sur l’occupation du logement lorsque le contrat de location peut rester lié au contrat de travail. En outre, cette solution permet partout d’éviter de prendre en charge directement le contrôle sur la vie hors travail des ouvriers, ingérence mal supportée par ces derniers et source d’animosité à l’égard de l’employeur.

  • 98 Bulletin du ministère du Travail, n° 7-8-9, 1930, p. 259-281.

56La mise en place de sociétés immobilières intermédiaires entre l’entreprise et les salariés reste, cependant, le fait d’une minorité d’industriels. En France, par exemple, si elle est fréquente dans la région parisienne, elle est, comme au XIXe siècle, beaucoup plus rare dans les régions mono-industrielles faiblement urbanisées. Au total, selon l’enquête publiée en 1930 par le ministère du Travail, parmi les employeurs occupant plus de 500 salariés et ayant une politique de construction, 6,5 % seulement interviennent exclusivement par le biais d’une société immobilière98. Les compagnies des mines et les compagnies des chemins de fer, en particulier, gèrent directement leurs réalisations. Il y a là le signe d’une forte exigence chez les entreprises grosses utilisatrices de main-d’œuvre et placées dans l’obligation de pourvoir au logement de celle-ci : garder la maîtrise totale d’un investissement important qui pèse fortement sur le coût du travail.

  • 99 Compagnie du chemin de fer du Nord, AN, 48 AQ 3399.

57Pourtant, cette continuité de la politique patronale n’est pas synonyme d’un complet immobilisme. Alors même que, dans la production elle-même, le contrôle sur la main-d’œuvre se resserre et que les espaces d’autonomie de celle-ci vis-à-vis des employeurs se réduisent considérablement, les industriels savent qu’il faut transiger avec les ouvriers, respecter des coutumes, satisfaire à des exigences, ne pas frustrer des aspirations. Aussi, une orientation commune au patronat « progressiste » et aux réformateurs sociaux se confirme après la guerre : instaurer une participation des habitants à la gestion. La société coopérative d’habitation constitue le meilleur cadre pour cette autorégulation des pratiques ouvrières car elle réunit à la fois les conditions d’une gestion centralisée de la cité et celle d’un contrôle sur celle-ci exercé par les habitants propriétaires eux-mêmes. En France, cette institution est encouragée dans le cadre de la politique publique visant à favoriser l’accession à la propriété d’une HBM. Elle l’est également par les entreprises qui aident une partie de leur personnel à acquérir le logement99.

  • 100 Sur le cas de la sidérurgie, cf. David BRODY, Workers in Industrial America : Essays on the 20th Ce (...)
  • 101 G. RIBEILL, 1989.

58Mais dans le cas, le plus fréquent, où les logements de la cité patronale sont donnés en location, les possibilités de « coopération » sont plus limitées. Elles sont cependant loin d’être négligeables. Les « œuvres », le « welfare work » sont en effet de moins en moins administrés directement par l’employeur, mais confiées à des sociétés sportives, récréatives, à des coopératives de consommation, à des caisses de secours dont la gestion est confiée aux habitants eux-mêmes, ou du moins partagée avec eux. C’est, à côté de la répression violente, une des réponses les plus courantes des employeurs américains à la vague de syndicalisation des années 1918-1920 : dans les industries les plus modernes – sidérurgie, automobile, construction électrique – le patronat « progressiste » cherche à surmonter de cette façon les difficultés que soulevait la gestion autoritaire de la vie quotidienne et, en même temps, à susciter des formes d’expression du personnel qui fassent l’économie des syndicats100. De même, en France, les institutions exemplaires mises en place par Raoul Dautry dans les cités de la Compagnie du chemin de fer du Nord101, celles plus traditionnelles des Compagnies des houillères, témoignent de l’instauration d’une pédagogie nouvelle, fondée sur l’implication des ouvriers eux-mêmes dans l’œuvre d’« amélioration ». De façon générale, comme dans les opérations publiques, le style du travail éducatif semble changer, laissant une plus grande place aux initiatives des habitants. C’est à nouveau à Feld que nous empruntons cette recommandation de méthode :

  • 102 F. C. FELD, 1918, p. 221.

« Pour ce qui est des œuvres sociales, n’inventons pas un programme qui comprendrait toutes les choses que nous allons faire, mais attendons d’avoir nos locataires dans les maisons, découvrons ce qu’ils veulent faire et donnons leur la possibilité de le faire et de le gérer par eux-mêmes102. »

59On retrouve souvent, dans le discours des réformateurs, l’idée que la nouvelle cité populaire est un prototype. Au départ, elle serait seulement un isolat dans une ville attendant sa propre transformation, mais elle devait être reproduite ensuite à large échelle et contribuer ainsi à l’avènement d’une organisation urbaine et d’un mode de vie correspondant à l’idéal de progrès des sociétés industrielles. Le quartier nouveau était aussi conçu comme le modèle d’une action réformatrice efficace, qui avait changé de points d’impact et de méthode. Notre propos n’était pas d’établir dans quelle mesure les réformateurs ont réussi ou échoué sur ce point. Leur projet, en tous cas, n’avait rien d’une utopie et nous semble caractéristique du changement alors en cours dans la conception de la réforme sociale et dans ses procédés.

60Relevons tout d’abord le passage à une réforme touchant simultanément différents aspects de la vie populaire, à une coordination des interventions sectorielles considérée comme le moyen pour en garantir les résultats. Les philanthropes avaient souvent introduit dans l’immeuble ou le groupe d’habitations salubres construits en ville le dispensaire et le jardin d’enfants. Mais la fréquentation de l’école restait aléatoire, celle du « cabaret » plus que probable. Dans la « cité » il devenait possible de conjuguer l’ordonnancement de la vie familiale dans le logement, le suivi médical de la population, la scolarisation des enfants, l’organisation de loisirs sains et éducatifs. En d’autres termes, plus encore que l’addition de nouveaux dispositifs matériels de la vie quotidienne, la cité représentait une combinaison ordonnée d’éléments du cadre de vie, seule considérée comme apte à produire la transformation du mode de vie populaire.

  • 103 D. A. AGACHE, « Les grandes villes modernes et leur avenir », in L. GAULTIER, Exposition de la Cité (...)
  • 104 Frederick L. OLMSTED Jr, « Reply to Hon. John E. Reybum, Mayor of Philadelphia, on Behalf of the Ci (...)

61On pourrait penser que, sous cet aspect, la cité-jardin de ce premier XXe siècle renoue avec la formule de la cité patronale modèle du siècle précédent qui visait à organiser du berceau à la tombe la vie des ouvriers de l’entreprise. L’hypothèse mériterait d’être examinée avec attention. Cependant, le projet réformateur révèle surtout un changement de méthode, lié à une conception de la réforme caractéristique des temps nouveaux. L’urbanisme l’inaugure : il est, comme dit Agache, « la recherche de la coordination »103, comme dit Olmsted, « le contrôle et la direction de l’ensemble de la croissance physique et des changements des villes »104, Son objet n’est pas la transformation de tel ou tel élément urbain, mais l’organisation de l’ensemble. Dans la cité populaire comme dans la ville, c’est cette organisation elle-même qui est le véritable objet de la réforme. Or, à travers elle était visée la réorganisation de la vie individuelle et collective grâce à une action coordonnée sur chaque domaine et presque chaque séquence des pratiques des habitants.

62Second changement majeur : l’application de la norme et le contrôle de ses résultats. Les principes issus des doctrines régissant tel ou tel domaine de la réforme mais se recouvrant encore partiellement – l’hygiénisme, la médecine sociale, l’urbanisme – sont désormais traduits en normes élaborées par des professionnels et parfois déjà codifiés dans des règlements. L’innovation est importante. Elle marque l’avènement d’une politique sociale « rationnelle » parce que fondée sur des critères définis par l’observation « objective » des faits, pouvant par conséquent être imposés légitimement à tous, et même obtenir l’adhésion de tous. Mais il ne suffisait pas d’asseoir l’action sociale sur la science ; on devait aussi en adopter la méthode : procéder par expérimentation. L’introduction de la norme va donc de pair avec l’exigence nouvelle de maîtriser les résultats escomptés de la réforme et de s’appuyer sur eux pour en pousser plus avant l’application, éventuellement en infléchir l’orientation. Au fur et à mesure que les réalisations progressent, les cités tendent à faire l’objet d’études, menées par les gestionnaires, qui mesurent l’efficacité des dispositifs mis en place : taux de natalité, de mortalité, de morbidité, mais aussi taux de fréquentation des écoles et des bibliothèques, voire, dans les cités patronales, taux de départs volontaires de l’entreprise. On voulait concevoir un prototype. Il fallait pour cela faire la preuve de ses qualités : la cité devait donc être « expérimentale ».

63Modèle pour les constructeurs, la cité des réformateurs de cette époque se voulait aussi, peut-être surtout, une école pour ses habitants – et c’est là le troisième aspect nouveau sur lequel nous voudrions insister. Si l’innovation majeure du projet était l’organisation de la vie collective, ce n’était pas seulement, comme on l’a montré, dans le but de réorienter ou récupérer les sociabilités populaires traditionnelles. L’objectif complémentaire était d’amener la population à réguler elle-même les conduites de tous et de chacun : à s’éduquer et éduquer à vivre, à utiliser les espaces collectifs en respectant la destination que leur concepteur leur avait assignée, et pour cela recourir à l’incitation, éventuellement assortie de contrainte. Par là-même, la cité visait à être une école de gestion et un lieu de formation du citoyen. Gérer les structures collectives de l’habitat nouveau – ou du moins participer à leur gestion – c’était faire l’apprentissage des contraintes, du compromis ou du choix entre des exigences disparates, compatibles ou non avec le bien et le possible collectifs. C’était donc former le citoyen, conscient de ses devoirs envers la collectivité, ayant intériorisé les normes qui définissent dans la cité les besoins individuels et collectifs et y ayant conformé ses propres exigences. Un tel citoyen pouvait revendiquer que la commune fût gérée comme la cité, qu’elle satisfasse les mêmes besoins et ne s’occupe que de cela. En somme, la cité pouvait être aussi un modèle de gestion municipale.

Notes

1 Susanna MAGRI et Christian TOPALOV, « De la cité-jardin à la ville rationalisée : un tournant du projet réformateur. Etude comparative France, Grande-Bretagne, Italie, Etats-Unis », Revue française de sociologie, vol. 28, n° 3, juillet-septembre 1987, p. 417-451.

2 Susanna MAGRI et Christian TOPALOV, « “Reconstruire” : l’habitat populaire au lendemain de la Première Guerre mondiale. Etude comparative France, Grande-Bretagne, Italie, Etats-Unis », Archives européennes de sociologie, vol. 29, n° 2, 1988, p. 319-370.

3 Electus D. LITCHFIELD, « Yorkship Village, » American Review of Reviews, vol. 60, n° 6, décembre 1919, p. 559.

4 Raymond UNWIN, Town Planning in Practice, Londres et Leipzig, T. Fisher Unwin, 1909 ; Local Governement Board for England and Wales, Report of the Committee appointed by the President of the Local Governement Board and the Secretary for Scotland to consider questions of building construction in connection with the provision of dwellings for the working classes in England and Wales, and Scotland, and report upon methods of securing economy and despatch in the provision of such dwellings, Londres, HMSO (PP Cd 9191), 1918 ; Local Governement Board, Manual on the Preparation of State-Aided Housing Schemes, Londres, HMSO, 1919. Sur le munition housing britannique, cf. Simon PEPPER et Mark SWENARTON, « Home Front : Garden Suburbs for Munition Workers, 1915 to 1918 », Architectural Review, vol. 163, n° 976, juin 1978, p. 366-375 ; Mark SWENARTON, Homes Fit For Heroes : The Politics and Architecture of Early State Housing in Britain, Londres, Heineman, 1981, p. 48-66.

5 « Exposition de la “Cité moderne” organisée par la Chambre de commerce de Nancy et la Société industrielle de l’Est. Nancy, 4-17 mai 1913 », Bulletin de la Chambre de commerce de Nancy et de l’Offïce économique de Meurthe-et-Moselle, n° 53, juillet-août 1913 ; L. GAULTIER, Exposition de la Cité reconstituée, esthétique et hygiène, Rapport général, Paris, AGHTM, 1917 ; G. RISLER, J. DEPINAY et M. DUFOURMANTELLE, La question de la reconstruction des villes et des villages détruits par la guerre, Paris, Société française des HBM, 1916.

6 Alessandro SCHIAVI, Le case a buon mercato e le città giardino, Bologne, Zanichelli, 1911 ; Gustave GIOVANNONI, « Vecchie città e edilizia nuova », Nuova Antologia, n° 48, 1er juin 1913, fasc. 995.

7 U.S. Department of Labor, Bureau of Industrial Housing and Transportation, War Emergency Construction (Housing the War Workers). Report of the United States Housing Corporation, vol. 2, Houses, site-planning, utilities, Washington, Government Printing Office, 1919 ; U.S. Shipping Board Emergency Fleet Corporation, Passenger Transportation and Housing Division, Housing the Shipbuilders. Constructed during the war under the direction of US Shipping Board Emergency Fleet Corporation, Philadelphia, 1920. Sur le war housing américain, cf. Roy LUBOVE, « Homes and a Few Well Placed Fruit Trees : An Object Lesson in Fédéral Housing », Social Research, n° 27, 1960, p. 469- 486 ; W.J. O’TOOLE, « A Prototype of Public Housing Policy : The United States Housing Corporation », Journal of the American Institute of Planners, vol. 34, n° 3, 1968 ; Christian TOPALOV, « Scientific Urban Planning and the Ordering of Daily Life : The First “War Housing" Experiment in the United States », Journal of Urban History, vol. 17, n° 1, novembre 1990, p. 14-45.

8 C’est le cas par exemple des immeubles construits à Paris par la Fondation Rothschild, notamment rue de Prague (1905) et rue Marcadet (1913-1919) (cf. Jean TARICAT et Martine VILLARS, Le logement à bon marché, chronique. Paris 1850-1930, Paris, Ed. Apogée, 1982, p. 106-115 ; Marie-Jeanne DUMONT, « Le Louvre de l’habitat social, le modèle Rothschild », in Roger QUILLOT et Roger-Henri GUERRAND, Cent ans d’habitat social. Paris. Albin Michel. 1989, p. 72-80). C’est le cas aussi de Boundary Street (1890) construit à Londres par le London County Council (cf. London County Council, The Housing Question in London, 1855-1900, Londres. 1900, p. 190-213).

9 Ainsi, la Société anonyme centrale de crédit immobilier, organisme de prêt aux particuliers pour l’accession à la propriété d’une Habitation à bon marché individuelle dans la région parisienne, prévoit dans les cahiers des charges annexés à l’acte de vente des terrains l’interdiction « aux occupants des maisons d’exercer une industrie ou un commerce et d’y installer un débit de boissons » (l’ouverture d’un commerce est autorisée sur certains lots, à l’exclusion toutefois des débits de boissons). Cf. « Société anonyme centrale de crédit immobilier. Projet de cité d’Ecouen-Piscop (1922) », in Compagnie de chemin de fer du Nord, Archives Nationales [par la suite : AN], 48 AQ 3339, et « Société anonyme centrale de crédit immobilier. Accession des travailleurs à la petite propriété » (note de 1922), in Groupe des industries métallurgiques de la Région parisienne, AN, 39 AS 396/2.

10 Cf. les cahiers des charges de lotissements (Chatou, Le Vésinet, Sceaux, « La Campagne à Paris ») analysés in Robert JOLY et Elizabeth CAMPAGNAC, Racines historiques du lotissement, Paris, GAA, 1974, p. 43-51.

11 On voit ainsi l’Office public d’habitations à bon marché du département de la Seine tolérer les petits travaux à domicile exercés sporadiquement par les femmes notamment lorsque leur mari est chômeur, mais non pas les « ateliers familiaux » qui, comme dans la cordonnerie et la confection sur machine, comportent la transformation d’usage d’une pièce toute entière et un bruit gênant pour le voisinage. Cf. Berthe LEYMARIE, L’Organisation sociale des cités-jardins du Grand-Paris, Thèse de l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris, 1926, p. 77-78.

12 Cf. pour la France : Gérard NOIRIEL, Longwy, immigrés et prolétaires 1880-1980, Paris, PUF, 1984, p. 91-92 et 136-138.

13 Cf. en particulier Edward E. PRATT, Industrial Causes of Congestion of Population in New York City, New York, Columbia University, 1911 ; Graham R. TAYLOR, Satellite Cities : A Study of Industrial Suburbs, New York, D. Appleton and Co, 1915.

14 Benjamin C. MARSH, « City Planning in Justice to the Working Population », Charities and the Commons n° 19, février 1908, p. 1514-1518 ; Henry MORGENTHAU, « A National Constructive Program for City Planning », National Conférence on City Planning and the Problems of Congestion, Washington, DC, May 21-22, 1909 in U.S. Congress, Senate, Committee on the District of Columbia, City planning. Hearing [...] on the Subject of City Planning, Washington, DC, Government Printing Office, 61st Congress, 2nd session, Senate document n° 422, 1910, p. 59-60.

15 Cf. S. J. MAKIELSKI Jr., The Politics of Zoning : The New York Expérience, New York, Columbia University Press, 1966, p. 7-39. Voir aussi Franco MANCUSO, « Lo zoning : il controllo del suolo urbano per la mediazione dei conflitti socioeconomici. L’experienza di New York » in Pierluigi CROSTA et al., L’urbanistica del riformismo. USA, 1890-1940, Milan, Mazzota, 1975, p. 89-145 ; Robert FITCH, « Planning New York », in Robert E. ALCALY et David MERMELSTEIN, dir., The Fiscal Crisis of American Cities, New York, Vintage Books, 1977, p. 246-254.

16 Marcel AUBURTIN, « Qu’est-ce que l’urbanisme ? » in L. GAULTIER, 1917, p. 281.

17 E. E. PRATT, 1911.

18 Henri SELLIER, La crise du logement et l’intervention publique en matière d’habitation populaire dans l’agglomération parisienne, Paris, Editions de l’OPHBM du département de la Seine, 1921, p. 249 ; E. E. PRATT, 1911, p. 191-192.

19 Pour les réalisations britanniques les plus représentatives, cf. S. PEPPER, et M. SWENARTON, 1978. Pour l’analyse de quelques cas américains, cf. C. TOPALOV, « Scientific Urban Planning [...] », 1990, p. 25-32.

20 C’est le cas dès 1912 des établissements métallurgiques Bessonneau à Angers (cf. Michel DIDIER, Recherches pour servir à l’histoire des établissements Bessonneau à Angers, des origines à 1939, Mémoire de maîtrise, université de Paris I, 1976, p. 62-64).

21 Les cités édifiées de 1919 à 1921 dans le département du Nord par la Compagnie de chemin de fer du Nord sont à cet égard exemplaires : elles sont toujours situées à l’écart du centre urbain dont elles sont séparées par la ligne de chemin de fer, la gare de triage et les ateliers (les cartes et plans des cités sont reproduits dans Les cités de la Compagnie de chemin de fer du Nord. Album, AN, 48 AQ 3301/2) ; elles sont conçues comme des « véritables petites villes de cheminots » (Compagnie de chemin de fer du Nord, 1933, « L’effort social du Réseau du Nord dans le département du Nord », doc. dactylographié, AN, 48 AQ 3399) et tendent à fonctionner comme telles (cf. Georges RIBEILL, « Politiques et pratiques sociales du logement dans les Compagnies de chemin de fer », in Susanna MAGRI et Christian TOPALOV, dir., Villes ouvrières, 1900-1950, Paris, L’Harmattan, 1989, p. 155-170). L’autonomie à l’égard du bourg proche est également illustrée par la « cité-jardin » réalisée en 1930 par la Société Faure et Arthur Martin dans les Ardennes : contrairement aux petits ensembles résidentiels antérieurs situés entre Revin et le complexe industriel, elle est bâtie dans le prolongement de celui-ci à la sortie de la boucle de la Meuse qui les isole de la petite ville. Cf. Laurence COURTOT, « De la cité ouvrière à la cité-jardin », Revue historique ardennaise n° 21, 1986, p. 145-153.

22 Cf. M. BORIANI, R. DORIGATI, V. ERBA, M. MOLON et C. MORANDI, La costruzione della Milano moderna, Milan, Clup, 1982, p. 87.

23 Sur la programmation de Becontree, cf. M. SWENARTON, 1981, p. 164-1667 ; sur la réalisation, Allan A. JACKSON, Semi-Detached London, Londres, George Allen & Unwin, 1973, p. 291-299.

24 Alfred MARSHALL, « The Housing of the London Poor », Contemporary Review, n° 45, février 1884, p. 226-232 ; Charles BOOTH, dir., Life and Labour of the People in London, Final Volume : Notes on Social Influences and Conclusions, Londres, Macmillan, 1903, p. 179-190.

25 AN, 39 AS 396/2, Ch. MASCART, Projet de concession de chemin de fer et de terrains dans le nord-est de Paris, Croissy-sur-Seine, 1919.

26 Conseil général de la Seine, Note sur la législation des HBM et sur l’accession des travailleurs à la petite propriété présentée par Frédéric Brunet, 1922, (cf. plus particulièrement la troisième partie : « L’action patronale et la collaboration possible avec la Ville de Paris et le département de la Seine », p. 40-46).

27 L’Urbanisme d’une région parisienne. Mémoire n° 1, 1924.

28 Cf. V. FRATICELLI, Roma 1914-1929. La città e gli architetti tra la guerra e il fascismo, Rome, Officina edizioni, 1982, p. 92-99.

29 Une formulation particulièrement systématique en est donnée par le city planner de Cleveland, Robert WHITTEN, « American Theory of Satellite Towns », Garden Cities and Town Planning, vol. 14, n° 6, juin 1924, p. 121-123.

30 [C. B. PURDOM], 1920, « Two Diagrams », Garden Cities and Town Planning Magazine, vol. 10, n° 5, mai 1920, p. 105-107 ; Herbert MORRISON, « A New London : Labour’s View of the Satellite Towns », Ibid., p. 99-105.

31 Clarence S. STEIN, « Dinosaur Cities », Survey, vol. 54, n° 3, 1er mai 1925, p. 134-138. Cf. Roy LUBOVE, Community Planning in the 1920’s : The Contribution of the Régional Planning Association of America, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 1963.

32 New York State, Reconstruction Commission, Housing Committee, Housing Conditions. Report of the [...], Albany, 26 mars 1920.

33 Cf. par exemple : Local Govemement Board for England and Wales, 1918 ; U.S. Department of Labor, Bureau of Industrial Housing and Transportation, Standards Recommended for Permanent Industrial Housing Developments, Washington, DC, Governement Printing Office, 1918.

34 S. MAGRI et C. TOPALOV, 1988.

35 D. A. AGACHE, « Cités-jardins et villes futures », in « Exposition de la cité moderne [...] », 1913, p. 196.

36 H. SELLIER, 1921, p. 256. Sur la diffusion en France de cette nouvelle conception de la cité, cf. Susanna MAGRI, « Reconstituer la cité : dalla concezione organicistica délia città alla riforma del quartiere popolare in Francia nel primo quarto del secolo », Storia urbana, n° 48-49, 1989, p. 193-224.

37 Jack LONDON, The People of the Abyss, New York, Macmillan, 1903.

38 C. BOOTH, 1889, p. 94-105.

39 Dwight F. DAVIS, « The Neighborhood Center : A Moral and Educational Factor ». Charities and the Commons. n° 19, 1er février 1908, 1504-1506 ; Mary K. SIMKHOVITCH, « Toward a Neighborhood Program », Survey, n° 41, 28 décembre 1918 ; Ernest W. BURGESS, 1925.

40 Maurice HALBWACHS, « Matière et société », Revue philosophique, n° 90, 1920, p. 82-122 (citation : p. 94). Cf. aussi Maurice HALBWACHS, La Classe ouvrière et les niveaux de vie. Recherches sur la hiérarchie des besoins dans les sociétés industrielles contemporaines, Thèse pour le doctorat, université de Paris, faculté des Lettres, Paris, F. Alcan, 1913.

41 Cf. par exemple : Louis WIRTH, « Ideological Aspects of Social Disorganization », American Sociological Review, n° 5, août 1910, p. 472-482 ; Robert E. PARK, « The City : Suggestions for the Investigation of Human Behavior in the Urban Environment », American Journal of Sociology, vol. 20, 1916, p. 577-612 (repris in R. E. PARK et E. W. BURGESS, dir., The City, Chigago, University of Chicago Press, 1925) ; Roderick D. McKENZIE, « The Ecological Approach to the Study of Human Community », in The City ; Ernest W. BURGESS, « Can Neighborhood Work Have a Scientific Basis ? » in The City ; Louis WIRTH, « Urbanism as a Way of Life », American Journal of Sociology, vol. 44, juillet 1938, p. 1-24.

42 Cf. Jean-Pierre GAUDIN, « La genèse de l’urbanisme de plan et la question de la modernisation politique », Revue française de science politique, vol. 39, n° 3, juin 1989, p. 296-312.

43 Cf. Christian TOPALOV, « From the “Social Question” to “Urban Problems” : Reformers and the Working Classes At the Turn of the Twentieth Century », International Social Science Journal, n° 125, août 1990, p. 319-336.

44 Henri SELLIER, « Les aspects nouveaux du problème de l’habitation dans les agglomérations urbaines », La Vie urbaine, 15 avril 1923, p. 86.

45 Arthur C. COMEY et Max S. WEHRLY, « Planned Communities », in National Resources Committee, Urbanism Committee, Supplementary Report, vol. 2, Urban Planning and Land Policies, Washington, DC, 1939, p. 61.

46 C’est notamment le cas de Hampstead Garden Suburb à Londres, de Forest Hill Gardens dans le Queens, de Roland Park à Baltimore.

47 C’est notamment le cas des opérations gouvernementales pendant la guerre en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis et des opérations issues de conventions entre des industriels et des constructeurs publics, comme à Drancy (1921) et à Greco et Sesto San Giovanni dans la banlieue de Milan (1920).

48 Ebenezer HOWARD, Tomorrow : A Peaceful Path to Real Reform, 1898, réédité en 1902 sous le titre Garden Cities of Tomorrow, Londres, Faber and Faber.

49 Henri SELLIER, « Résolution relative à la création d’un Office départemental d’habitations à bon marché », in Conseil général de la Seine, Procès verbaux et délibérations, 1914, p. 330-338 ; H. SELLIER, 1921, p. 286-288 ; Alessandro SCHIAVI, « Villaggi e città-giardino in Inghilterra », Nuova Antologia, n° 44, 1er avril 1909, p. 425, et A. SCHIAVI, 1911, p. 208-218 : ces deux textes, rédigés par Schiavi en qualité de directeur de l’IACP de Milan créé en 1909, annoncent un programme auquel leur auteur se tiendra après la guerre.

50 R. UNWIN, 1909 (trad. fr. 1922, rééd. 1981, Paris, L’Equerre, p. 253-254) ; Henri NITOT, Les Cités-jardins, Paris, PUF, 1924, p. 106 ; Georges RISLER, « Les classes moyennes et le logement » in La vie chère et les classes moyennes, Agen, Bibliothèque du Musée social, 1924, p. 75 et 81-82.

51 Les employés des postes sont logés à Milan dans un lotissement de villette, viale Zara, construit en 1920 par la coopérative La Postelegrafonica et agrandi par la suite ; l’IRCIS bâtit à partir de 1920 des nouveaux quartiers pour les employés de l’Etat, dont le premier situé piazza d’Armi comprend 256 logements.

52 Becontree compte, en 1939, 59 % d’ouvriers et 22 % d’employés ; à Watling, un autre estate de 4 030 logements construit par le London County Council dans une banlieue de couches moyennes au nord-ouest de Londres et relié au centre par une ligne de métro, les employés sont plus nombreux (27 %) mais les ouvriers représentent encore la moitié de la population (d’après les relevés des professions des chefs de famille des locataires du London County Council, publiés in : London County Council, London Housing Statistics, 1938-39, Londres, 1939, p. 57-59). Dans la région parisienne, la cité-jardin de Suresnes regroupe une population majoritairement ouvrière (53 %) ; celle-ci est encore plus nombreuse dans les cités-jardins de Stains (55 %) et de Dugny (58 %) (selon les relevés des professions des chefs de famille des locataires de l’OPHBM de la Seine en 1926 publiés par Berthe LEYMARIE, Organisation sociale des cités-jardins du Grand Paris, Paris, Institut d’urbanisme, 1926, p. 71-73). Les cités-jardins construites en 1919-1920 par l’IACP de Milan dans la banlieue de cette ville logent une majorité d’ouvriers, en revanche les quartiers d’immeubles collectifs Vittoria, Genova, Magenta, plus centraux et construits en 1922 sans l’aide municipale, sont habités principalement par les couches moyennes (M. CERASI et G. FERRARESI, 1974, p. 189-191).

53 Robert FINNIGAN. « Council Housing in Leeds, 1919-39 : Social Policy and Urban Change », in M.J. DAUNTON, dir., Councillors and Tenants : Local Authority Housing in English Cities, 1919-1939, Leicester, Leicester University Press, 1984, p. 144-145.

54 Cette cité est construite par un consortium constitué en 1920 entre des coopératives d’ouvriers, de fonctionnaires et de cadres, l’IACP et la commune de Rome. Cf. V. FRATICELLI, 1982, p. 197.

55 Cf. par exemple le témoignage de G.B. Ford in New York City Commission on Congestion of Population, Report of the New York City Commission on Congestion of Population Transmitted to the Mayor and the Board of Aldermen, February 28, 1911, New York, Lecouver Press Co, 1911 (publié simultanément en Grande-Bretagne : George B. FORD, « An American View on Housing », Town Planning Review, vol. 1, n° 4, janvier 1911, p. 316-322).

56 Raymond UNWIN, Nothing To Be Gained By Overcrowding ! How the Garden City Type of Development May Benefit Both Ownerand Occupier, Garden City Association, 1912.

57 Soit 30 à l’hectare.

58 Carol ARONOVICI, « The Garden City Idea in Urban Development », Journal of the American Institute of Architects, vol. 2, n° 8, 1914, p. 400. Cf. aussi Carol ARONOVICI, « Constructive Housing Reform », National Municipal Review, vol. 2, n° 2, 1913, p. 210-220.

59 La principale agence chargée du programme américain de war housing, FUS Housing Corporation, codifie les termes utilisés pour nommer ces types et leurs variantes grâce à un lexique illustré, indice qu’il était encore besoin de fixer le vocabulaire (Bureau of Industrial Housing, 1919, vol. 2, p. 47).

60 William E. GROBEN, « Union Park Gardens », Architectural Record, vol. 45, n° 1, 1919, p. 51.

61 Bureau international du travail, 1925, p. 26-27 ; Gwendolyn WRIGHT. Building the Dream : A Social History of Housing in America, New York, Panthéon, 1981, p. 196-200 ; Gwendolyn WRIGHT, « The Politics of American Housing Policies in the 1920’s », manuscrit non publié, 1981.

62 Pour une centaine d’opérations programmées par l’US Housing Corporation, on compte 254 commerces, 20 centres de loisirs, 17 églises, mais tous ne seront pas effectivement réalisés (Bureau of Industrial Housing, 1919, vol. 2, p. 387-88).

63 En 1925, sur les huit cités de l’OPHBM de la Seine dont la construction a commencé en 1921, quatre disposent d’une consultation de nourrissons, deux de lavoirs et bains-douches, deux d’une école maternelle et primaire. A la veille de la Seconde Guerre mondiale les écoles, les dispensaires, les commerces sont les équipements les plus répandus, la « maison pour tous » et les terrains de sport les plus rares (cf. B. LEYMARIE, 1926, et Ginette BATY-TORNIKIAN, Un projet urbain idéal-typique, agglomération parisienne 1919-1939, Paris, IERAU, 1980). Les cités périphériques que l’IACP de Milan construit entre 1919 et 1922 sont dépourvues de tout équipement collectif, contrairement aux quartiers d’immeubles réalisés par cet organisme avant la guerre qui comportaient lavoirs, jardins d’enfants et espaces de jeu (cf. M. CERASI et G. FERRARESI, 1974, p. 185 et 191).

64 A. A. JACKSON, 1973, p. 291-324. Cf. aussi M. J. DAUNTON, « Introduction », in M. J. DAUNTON, dir., Councillors and Tenants [...], 1984, p. 28-32.

65 Fred C. FELD, « Some Problems of Management », in National Housing Association, Housing Problems in America : [...] Seventh National Conférence on Housing, 1918, p. 211 et 219.

66 B. LEYMARIE, 1926, p. 123 (souligné dans l’original).

67 Lawson PURDY, « War Housing », in Proceedings of the Tenth National Conférence on City Planning, St. Louis, Missouri, May 27-29, 1918, Boston, 1918, p. 113.

68 Robert RYDER, « Council House Building in County Durham, 1900-39 : The Local Implémentation of a National Policy ». in M. J. DAUNTON, dir., Councillors and Tenants [...], p. 77-80.

69 Raymond A. MOHL et Neil BEI 1 EN, « The Failure of Industrial City Planning : Gary, Indiana, 1906- 1910 », Journal of the American Institute of Planners, vol. 38, n° 4, juillet 1972, p. 209-211.

70 Il est caractéristique que les prévisions de population logée par le programme de l’agence soient fondées sur l’hypothèse de la présence de boarders (Bureau of Industrial Housing, 1919, vol. 2, p. 386-387).

71 Ministry of Health, Housing, 19 juillet 1919, p. 2.

72 Comité central des houillères de France, AN, 40 AS 61 ; Société anonyme centrale de crédit immobilier, AN, 48 AQ 3399 et 39 AS 396/2.

73 Literary Digest. 28 août 1920.

74 G. R. TAYLOR, 1915, p. 251.

75 R. A. MOHL et N. BETTEN, 1972, p. 212. Il est vrai que le reste du territoire de Gary est construit sans contrainte par l’initiative privée et que la ville comprendra 238 saloons en 1911, soit un pour 88 habitants (G. R. TAYLOR, 1915, p. 207).

76 E. D. LITCHFIELD, 1919, p. 602.

77 Cf. Patrick ABERCROMBIE, « Modem Town Planning in England : A Comparative Review of “Garden City” Schemes in England », Town Planning Review, vol. 1, n° 1, avril 1910, p. 18-38 et vol. 1, n° 2, juillet 1910, p. 111-128.

78 Cf. notamment Robert A. POPE, « The Copartnership Principle », Proceedings of the Second National Conférence on City Planning and the Problems of Congestion, 1910, p. 104-106 ; Arthur C. COMEY, « Copartnership for Housing in America », vol. 51, 1914, p. 140-47.

79 Cf. Frédéric Lee ACKERMAN, « What is a House ? IV », Journal of the American Institue of Architects, vol. 5, n° 12, décembre 1917, p. 619-20 ; Robert A. POPE, « Governmental Housing », New Republic, vol. 13, n° 160, 24 novembre 1917, p. 94-95 ; Richard S. CHILDS, « The First War Emergency Government Towns for Shipyard Workers. I. Yorkship Village at Camden, New Jersey », Journal of the American Institute of Architects, vol. 6, n° 5, mai 1918, p. 251 ; Lawson PURDY, « Self-Owning Towns », Annals of the American Academy of Political and Social Science. n° 78, juillet 1918, p. 15-18 ; Lawson PURDY, « War Housing », 1918, p. 107-116 ; C. Samuel TAYLOR, « The Future and Influence of American War Housing Developments », American Architect, n° 114, 1918, p. 2243 et 724 ; « The Self-Owning Community Idea », Journal of the American Institute of Architects, vol. 6, n° 6, juin 1918, p. 305 ; Richard S. CHILDS, « What Will Become of Government housing ? », National Municipal Review, vol. 8, n° 1, janvier 1919, p. 48-50 ; Richard S. CHILDS, « The Government’s model Villages », Survey, n° 41, 1er février 1919, p. 591-92 ; Sylvester BAXTER. « The Future of Industrial Housing », Architectural Record, vol. 45, n° 6, juin 1919, p. 570 ; W. E. GROBEN, 1919, p. 63 ; E. D. LITCHFIELD, 1919, p. 601 ; Milo HASTINGS, « A Solution of the Housing Problem in the United States », Journal of the American Institute of Architects, vol. 7, n° 6, juin 1919, p. 265-266 ; John IHLDER, « Uncle Sam as Auctioneer. What Is the Fédéral Government Going To Do With Its Housing Projects ? » Survey, vol. 41, n° 19, 8 février 1919, p. 659-660.

80 Cf. City of Milwaukee, Mayor’s Committee on Housing, Report, Milwaukee, 1918 ; « Report of the Wilwaukee Housing Commission », Journal of the American Institute of Architects, vol. 7, n° 2, février 1919, p. 79-81 ; « Who Will Build Five Millions Homes ? », Literary Digest, vol. 66, n° 9 (p. 1584), 28 août 1920, p. 17 ; Cooperative League of America, Report of the Proceedings of the Third Congress, 1921, p. 105 (cité par Bureau international du travail, Les Conditions de logement aux Etats-Unis, Genève, BIT, Etudes et Documents, série G, n° 2, 1925, p. 36) ; Bureau international du travail, 1925, p. 35-37.

81 En France les Sociétés coopératives d’HBM s’étaient développées avant la guerre à la suite de la loi du 12 avril 1906 : plus nombreuses que les Sociétés anonymes d’HBM (258 contre 152 en 1913), elles avaient rapidement atteint et dépassé le volume annuel des investissements de celles-ci (« Les Habitations à bon marché en France en 1913 », Bulletin du ministère du Travail et de la prévoyance sociale, août-septembre 1914, p. 543-546 et Nicholas BULLOCK et James READ, The Movement for Housing Reform in Germany and France, 1880-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, p. 482-484). Après la guerre, elles sont marginalisées par les Offices publics d’HBM en pleine expansion et par les Sociétés de crédit immobilier (cf. « Rapports annuels du Conseil supérieur des Habitations à bon marché », Journal officiel, Annexe des Ministères, 1919 à 1937). En Italie l’expansion du secteur de la coopération dans les années de l’après-guerre est particulièrement accentuée à Rome, où elle est organisée par l’Etat lui-même notamment pour loger ses propres employés : en 1919- 1920 l’UEN construit pour les coopératives 1343 logements, l’IRCIS 827 en 1919-1922, tandis que l’IACP de la ville en réalise 1253 au cours de ces quatre années. Le régime fasciste cessera de favoriser les coopératives d’habitation mais développera la construction de logements locatifs pour les employés de l’Etat en remplaçant l’IRCIS par un institut national, l’INCIS (V. FRATICELLI, 1982, p. 174-187 et 256-289).

82 American Fédération of Labor, Report of Proceedings of the Thirty-Fourth Annual Convention, Washington, DC, Law Reporter Printing Co, 1914, p. 263.

83 Amalgamated Clothing Workers of America, Proceedings of the Fourth Convention, Boston, New York, Amalgamated Clothing Workers of America, 1920. Cf. C. E. ZARETZ, 1934.

84 Bureau international du travail, 1925, p. 36.

85 Joseph D. Leland à William B. Wilson, 16 juillet 1918, National Archives, U.S. Housing Corporation Records, Boîte 630. Cette lettre reprend les recommandations formulées auparavant par le responsable central des gestionnaires de l’agence fédérale (cf. « Office Mémorandum from A. Robinson, Manager of Managers, to Mr Otto M. Eidlitz, Director, July 10, 1918 », Ibid., Boîte 631).

86 P. DARRAGO, Le problème de l’habitation des travailleurs, Epône, Société d’édition et de librairie de l’Avenir social, 1919.

87 Les locataires pouvaient élire deux représentants au Conseil d’administration de l’Institut qui comptait quinze membres en 1920. Cf. R. CHIUMEO, « Edilizia popolare a Milano tra le due guerre. 1919- 1940 », in R. CHIUMEO et D. FRANCHI, Urbanistica a Milano in regime fascista, Florence, Nuova Italia Editrice, 1972, p. 157-158.

88 Les efforts en ce sens de l’OPHBM du département de la Seine sont illustrés par B. LEYMARIE, 1926. Pour une analyse générale de cette « gestion sociale », cf. Katherine BURLEN, « Sciences du logement et gestion sociale des populations », in K. BURLEN, dir., La banlieue oasis. Henri Sellier et les cités-jardins, 1900-1940, Saint Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 1987, p. 97-116, et Sociabilités associatives et services communaux, Suresnes, 1900-1940, Paris, MIRE-CNRS, 1991.

89 Cf. par exemple Matthew WOLL, « Labor’s Attitude on Housing », in National Housing Association, Housing Problems in America : [...] Seventh National Conférence on Housing, 1918, p. 197.

90 R. A. POPE, 1917, p. 93 ; F. L. ACKERMAN, 1917, p. 618 ; M. HASTINGS, 1919, p. 265 ; mais aussi George A. VINCENT [président de la Rockefeller Foundation], « Housing and Reconstruction », in National Housing Association, Housing Problems in America : [...] Seventh National Conférence on Housing, 1918, p. 45.

91 George C. NIMMONS, « Modem Industrial Plants », Architectural Record, vol. 44, n° 3, septembre 1918, p. 418.

92 Nolen a travaillé notamment la Pabst Brewing Co (1910), l’American Cast Iron Pipe Co (1915), l’American Brass Co (1916) et la General Electric Co (1916) (cf. John HANCOCK, « John Nolen : The Background for a Pioneer Planner », Journal of the American Institute of Planners, vol. 26, n° 4, 1960, p. 302-312).

93 Cf. J. Tudor WALTERS, The Building of Twelve Thousand Houses, Londres, Beuverie House, 1927.

94 R. PINOT, Les Œuvres sociales des industries métallurgiques, Paris, Librairie A. Colin, 1924, p. 136- 146, et GIMMC, AN, 39 AS 396/2.

95 Cf. le cas de la Société Pax, étudié par Annie Fourcaut, « Loger la classe ouvrière en banlieue parisienne dans l’entre-deux-guerres : l’exemple de la cité Pax à Bagneux », in S. MAGRI et C. TOPALOV, dir., Villes ouvrières [...], 1989, p. 143-153.

96 Leifur MAGNUSSON, « Housing by Employers in the United States », Bulletin of the U.S. Bureau of Labor Statistics, n° 263, octobre 1920.

97 Frank B. WILLIAMS, « Government Aid to Housing in the Light of Foreign Expérience », Journal of the American Institute of Architects, vol. 5, n° 11, novembre 1917, p. 549-550 ; Curtice N. HITCHCOCK, « The War Housing Program and Its Future », Journal of Political Economv, vol. 27, n° 4, avril 1919, p. 278-279.

98 Bulletin du ministère du Travail, n° 7-8-9, 1930, p. 259-281.

99 Compagnie du chemin de fer du Nord, AN, 48 AQ 3399.

100 Sur le cas de la sidérurgie, cf. David BRODY, Workers in Industrial America : Essays on the 20th Century Struggle. New York, Oxford University Press, 1980, p. 48-66 ; sur celui de la construction électrique, cf. Ronald W. SCHATZ, The Electrical Workers : A History of Labor at General Electric and Westinghouse, 1923-60, Urbana, III., University of Illinois Press, 1983, p. 17-24.

101 G. RIBEILL, 1989.

102 F. C. FELD, 1918, p. 221.

103 D. A. AGACHE, « Les grandes villes modernes et leur avenir », in L. GAULTIER, Exposition de la Cité reconstituée..., 1917, p. 239.

104 Frederick L. OLMSTED Jr, « Reply to Hon. John E. Reybum, Mayor of Philadelphia, on Behalf of the City Planning Conférence », in National Conférence on City Planning, Proceedings of the Third National Conférence on City Planning, Philadelphia, Pennsylvania, May 15-17, 1911, Boston, The University Press, 1911, p. 5.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search