Version classiqueVersion mobile

Les chantiers de la paix sociale

Sur le terrain : la ville et l’entreprise

Introduction à la troisième partie

Texte intégral

1Les cinq pièces du dossier qui composent ce chapitre se rapportent cette fois à des territoires ou, au choix, à des lieux. Non pas des lieux hérités ou imposés par l’histoire, mais des lieux constitués par les acteurs, de nouveaux lieux.

2Le partage, sans doute, est net entre les lieux dessinés dans la ville et ceux que l’on tente de tracer dans l’entreprise. L’entreprise a de tous temps été gouvernée centralement et sans reste, tandis que, dans la ville, le quartier populaire du XIXe siècle était le siège de fléaux sur lesquels l’administration urbaine et la philanthropie cherchaient en vain des prises. L’époque vient avec le XXe siècle d’une rationalité gouvernementale planificatrice qui ne saisit pas moins la ville en ses marges populaires que l’usine. Ici et là, les temps s’achèvent de l’acte philanthropique qui donnait raison aux œuvres. Ici et là des spécialités professionnelles naissent dont la destination est sociale, sociale au sens où l’on recherche la constitution de communautés à la vie réglée qui ne mettent pas la paix sociale en danger, mais dont la substance est juridique et administrative, sinon politique. Les directions d’entreprise et les municipalités s’équipent de services spécialisés, services du personnel d’un côté, services d’urbanisme et services sociaux de l’autre. L’Etat prend une part nouvelle dans l’action urbaine, de même qu’il entreprend à deux reprises dans la période qui nous occupe d’intervenir dans les relations industrielles, au cours de la Première Guerre mondiale et en 1936.

3Ce sont quelques épisodes de cette nouvelle conjoncture que présentent les cinq contributions de ce chapitre.

4Susanna Magri et Christian Topalov saisissent dans toute sa généralité le mouvement réformateur qui, dans les quatre pays étudiés, la France, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et l’Italie, est à l’origine d’un nouveau modèle d’habitat populaire, le quartier périphérique réalisé en bloc. Leur contribution a pour singularité chronologique de montrer comment c’est avec la Première Guerre mondiale et les années qui la suivent que « le projet réformateur se traduit en actions ». Mais surtout S. Magri et Ch. Topalov montrent dans quelles conditions et à quelles fins est inventé l’opérateur unique qui doit se rendre capable de contrôler tout un processus de conception, de création puis de gestion d’un territoire urbain qui rassemble des fonctions que ne comprenaient pas les cités-jardins de l’époque précédente.

5Une nouvelle rationalité s’inscrit dans la ville dont un Henri Sellier est à Suresnes le metteur en œuvre le plus résolu et le plus complet, comme Katherine Burlen nous le montre par l’étude détaillée des techniques administratives qu’il instaure. Sellier mobilise tout à la fois un personnel et une organisation locales dignes de l’administration d’une entreprise, et des instruments à plus vaste échelle, départementaux et nationaux, dans une action dont la cohérence s’affiche le mieux lorsqu’il devient ministre du Front populaire. Sellier gouverne un véritable système de construction et de gestion du social dans la ville, exactement comme Dautry avait su le faire aux Chemins de Fer du Nord.

6Mais la réponse de Sellier aux problèmes des quartiers déshérités n’est pas la seule possible. La crise profonde à laquelle aboutit « le scandale des lotissements défectueux » conduit en 1928 à la loi Sarraut dont Annie Fourcaut nous présente les aléas de la préparation et de la mise en œuvre. Cette dernière marque un échec net de l’action municipale : l’opération se situe entre l’Etat qui se découvre une vocation de « distributeur » et se résout à intervenir et les « lotis » regroupés obligatoirement en associations dont on attend qu’ils gèrent les territoires qui leur sont confiés. Pour l’Etat français, le social est devenu une politique, mais parce que ce dernier se présente désormais comme le théâtre d’une gestion rationnelle qui s’incarne dans les groupements intermédiaires sur lesquels il cherche à s’appuyer plutôt que d’avoir un lien direct avec les individus.

Les deux contributions relatives à l’entreprise ont 1936 pour pivot

7Aimée Moutet nous entraîne dans les entreprises, celles qui ont connu sous une forme ou sous une autre une taylorisation, pour nous montrer comment les tentatives ouvrières de dessiner le lieu d’une collaboration dans la mise en œuvre des mesures d’organisation se sont heurtées à une volonté renouvelée d’affirmer une autorité patronale sans partage. Les patrons sont prêts à tolérer des lieux de coopération, mais à condition d’en conserver l’entière maîtrise : 1936 montre comment les relations industrielles en France saisissent toute occasion pour réaffirmer leurs traits conflictuels dans le refus du consensuel. Le social industriel d’après 36 présente un regain des œuvres sociales, mais elles sont désormais une pièce parmi un dispositif complexe de discipline, d’organisation, de souci du personnel, de protection législative, d’administration, de sélection, de formation des chefs, de défense contre l’action syndicale. Le taylorisme a connu un enrichissement administratif sans la moindre concession à la participation ouvrière.

8C’est à un autre monde usinier que nous convie Daniel Colson qui rapporte l’effet de 36 dans une aciérie stéphanoise de 1 500 ouvriers ne disposant d’aucun des instruments classiques du taylorisme. D. Colson étudie les conditions de possibilité d’un lieu improbable, celui, institué par les accords de Matignon, où se négocient les intérêts les plus divergents concentrés sur la classification des qualifications. Il nous introduit dans le débat même où l’on cherche à concilier une grille et des métiers effectifs qui sont le plus souvent des pratiques professionnelles relevant d’« arrangements individuels » avec la hiérarchie. Dès lors, nous ne sommes plus dans le monde bipolaire classique, patronat/classe ouvrière, mais dans une multiplicité où la spécificité du militant éclate : il devient clair que la représentation est une délégation qui lie mais, dans le même mouvement, une séparation qui dissocie et éloigne. L’homme du social revendicatif est peut-être lui aussi, comme le militant du social pur, aspiré par la gestion, s’il n’est pas retenu sur cette voie par un type très particulier – français ? – de sentiment de classe. De même, les agents de maîtrise ont désormais plus de fonctions administratives et de contrôle que de décision opérationnelle : leur lien au métier s’est transformé et de ce fait leur lien aux ouvriers.

La ville et l’entreprise sont des lieux de pouvoir clairement délimités.

9Toutes les conceptions de l’assistance s’appuyaient au XIXe siècle sur les municipalités, très secondairement sur les départements, encore moins sur l’Etat central. Avec le paternalisme, une fraction des entrepreneurs avait, dans le cours même du XIXe siècle, constitué des territoires où gérer une main-d’œuvre à stabiliser, à intégrer au projet industriel, et donc à laquelle destiner un souci social lui-même intégré.

10Les grandes innovations qui ont suivi la Libération, en particulier la sécurité sociale et le comité d’établissement, réordonnent le pouvoir des municipalités comme celui des entrepreneurs. D’une certaine façon, elles les dessaisissent d’une part du social au profit de l’Etat central d’un côté, d’une instance représentative et paritaire de l’autre.

11Entre-temps, entre guerres, le social exercé dans l’entreprise ou la ville est un royaume pour les techniciens en quelque sorte locaux à qui il est donné d’affiner des savoir-faire dont ils cherchent à fonder la légitimité dans la science orientée vers le social et dans la professionnalité, toutes deux, autant que possible, apolitiques.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search