Version classiqueVersion mobile

Les chantiers de la paix sociale

L’emprise du catholicisme

Un technicien social du service public : Raoul Dautry (du Chemin de fer de l’État au CEA)

Rémi Baudouï

Texte intégral

1C’est par son entrée au Chemin de fer du réseau de l’Etat que Raoul Dautry commence sa carrière de serviteur de la puissance publique. Nommé en 1928 directeur général de ce réseau par le ministre des Travaux publics André Tardieu, Dautry n’est pas un débutant. Agé de quarante-huit ans, il a derrière lui un passé prestigieux d’ingénieur à la Compagnie des chemins de fer du Nord appartenant au baron James de Rothschild.

  • 1 Pour plus d’informations voir à ce sujet nos différentes publications suivantes : « Genèse d’un exp (...)

2Cette promotion exceptionnelle pour un ingénieur polytechnicien « non sorti dans la Botte » récompense au premier chef la compétence professionnelle d’un meneur d’hommes, plus connu pour la qualité de ses réalisations sociales que pour ses méthodes économétriques de gestion de la production1.

3Cette consécration par le secteur public d’une carrière placée sous le sceau de l’action sociale au service d’une entreprise privée pose au demeurant un certain nombre d’interrogations. De quelle marge de manœuvre Raoul Dautry dispose-t-il en matière de réalisation sociale à la tête du Chemin de fer de l’Etat ? Peut-on considérer que le poids et la fonction de l’action sociale initiée au Chemin de fer du Nord peut être prorogée dans les mêmes modalités sur le réseau de l’Etat ? Dautry serait-il un technicien social du service public ?

4Pour répondre à ces questions, nous étudierons dans un premier temps les composantes de son action sociale. Dans un deuxième temps, nous mettrons à jour les éléments de sa politique déployée sur le réseau de l’Etat afin d’établir les logiques sociales de continuité avec son action d’ingénieur de la Compagnie des chemins de fer du Nord. Enfin, l’analyse de l’action sociale déployée par Dautry, après la Seconde Guerre mondiale, permettra de saisir de quelle manière s’opère au fil du temps une distorsion entre ses méthodes de travail et les modalités publiques d’application d’un service social à la France de la IVe République. La création de la sécurité sociale ne peut-elle être considérée comme le signe intangible de clôture d’une forme d’action sociale héritée de la conscience du paternalisme de la fin du XIXe siècle ?

Raoul Dautry, « technicien social »

5Dans ses premières années de formation, la pensée technique de Raoul Dautry est placée sous le sceau de l’enseignement du capitaine Lyautey qui, à travers son Rôle social de l’officier dans le service universel, a exhorté militaires et civils à accomplir leur devoir social pour résoudre les différentes crises politiques, économiques et religieuses qui secouaient la IIIe République naissante.

  • 2 Nous désignons sous le terme de technique sociale toute technique d’action qui, développée sous ce (...)

6En lançant son propre message à destination des officiers de carrière, Lyautey n’ouvre pas un dossier nouveau. Nous ne pouvons ignorer en effet que la question sociale est au centre d’une actualité nationale que consacrent à la fois des questions structurelles – telles les conséquences politiques et sociales de la révolution industrielle – et des questions conjoncturelles – telle la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Au sein de ce vaste mouvement qui regroupe sous le terme d’économie sociale l’ensemble des doctrines et travaux ayant pour objet de résoudre les problèmes sociaux par des solutions matérielles, quelle place doit-on réellement accorder au message de Lyautey ? Peut-on considérer en effet que la réflexion contenue dans l’expérience militaire de ce grand stratège colonial consacre, dans une analyse rénovée du rôle de l’officier, une nouvelle technique sociale2 de gouvernement des individus au sein de la société ?

  • 3 Adrien DANSETTE, Histoire religieuse de la France contemporaine sous la Troisième République, Paris (...)
  • 4 Bernard KALAORA et Antoine SAVOYE, Les Inventeurs oubliés. Frédéric Le Play et ses continuateurs, S (...)

7Au lendemain de l’encyclique Rerum novarum de Léon XIII signifiant le ralliement des catholiques français au régime républicain, le catholicisme présente, dans l’homogénéité de ses objectifs sociaux, une inflation de chapelles intellectuelles multipliant entre elles les occasions de conflits. La tradition sociale légitimiste d’un marquis de La Tour du Pin et d’un Albert de Mun à l’origine de l’Œuvre des cercles catholiques d’ouvriers après 1871 s’accommodera mal à moyen terme de cette tradition démocrate-chrétienne d’un catholicisme social de gauche ressuscité par Léon Harmel au Val-des-Bois. Là où les premiers préconisent l’action charitable de la classe dirigeante, le second oppose l’action de la classe ouvrière sur elle-même3. Au même moment, l’œuvre théorique du bonapartiste Le Play décédé en 1882 est elle-même victime des dissensions internes agitant les héritiers de la Société d’économie sociale4. Ces différentes strates de conflits entre les sociaux de tradition catholique, lieu des nouvelles déchirures occasionnées par l’affaire Dreyfus, débouchent à terme sur une autonomisation des discours et pratiques sociales. C’est au nom de cette autonomisation que s’insurge Lyautey.

  • 5 C’est déjà en ce sens que semble avoir fonctionné ce texte consensuel. Après sa parution Lyautey re (...)
  • 6 Fondé sur la notion d’engagement social des élites politiques, économiques et culturelles de la nat (...)

8L’apport fondamental du Rôle social de l’officier dans le service universel réside plus dans l’expression des conditions de réalisation de la solidarité entre les différents courants réformistes existants5 que dans l’énoncé d’une nouvelle conception de l’action sociale6. La qualité première doit résider pour les sociaux lyauteysiens dans leurs propres capacités d’écoute et d’approche des autres courants réformistes afin de dépasser les antagonismes politiques ayant jusqu’ici légitimé les doctrines sociales constituées. La nature fondamentale de la filiation intellectuelle reliant la théorie de Lyautey à la pratique inaugurée par Raoul Dautry réside dans cette reconnaissance première d’un œcuménisme réformiste et dans ce refus d’une division des actions sociales entre chapelles existantes. Catholique non pratiquant, ce dernier fait de l’action humanitaire l’élément majeur d’une recomposition globale de l’action sociale engagée par ses contemporains.

  • 7 Si l’on peut en effet parler de normalité dans la mesure où Dautry poursuivra pour l’après-guerre s (...)
  • 8 Robert Garric (1896-1967), d’origine auvergnate, est élève en khâgne au lycée Condorcet où il suit (...)

9Si déjà, pendant la guerre, Dautry semble avoir perçu à travers la lecture de La Réforme sociale les tenants et aboutissants du mouvement leplaysien, c’est avec la fin du conflit que s’ouvre son champ de perception du réformisme social. Dès son retour à la normalité7 d’une activité professionnelle de temps de paix, il s’intéresse aux courants sociaux dont il ignorait jusqu’à l’existence. Au nom de son engagement sur le terrain, c’est avec le mouvement catholique réformateur lancé par Robert Garric8 que Dautry manifestera le plus d’affinités. Normalien, mobilisé en 1917 dans l’artillerie, Robert Garric est fasciné au plus profond de lui-même par l’espérance née de ces années d’horreur :

  • 9 Robert GARRIC, « Les équipes sociales », in Les Equipes sociales, Paris, Les Equipes sociales, 1929 (...)

« Ces jours, dont le dernier avait été le 11 novembre de l’année précédente, avaient compté lourd dans nos vies : on a beaucoup parlé de la guerre à vingt ans... Pour nous, ce qu’elle avait entre autres choses signifié, c’était – dans le tête-à-tête quotidien, les innombrables conversations, les veillées de confidence – la découverte d’une amitié précieuse, d’une entente possible entre tous les hommes de chez nous. Nous étions partis étudiants, limités à nos besognes intellectuelles et scolaires ; nous revenions hommes, joyeux et épanouis de cette humanité découverte. Peut-être admettions-nous, dans ces années lointaines de l’avant-guerre, si même nous y pensions, que des classes peuvent diviser les hommes : nous revenions, sachant qu’elles n’existent pas. Je veux dire – car bien des fois ce mot n’a pas été compris – que, si d’importantes différences économiques, sociales, intellectuelles, séparent les hommes – que, du moins, ces différences n’entraînent pas, malgré les conflits inévitables, une sorte de tragique impossibilité de se comprendre, de s’entendre, de vivre ensemble. Pour nous la communion humaine était retrouvée. Nous savions en outre, tout ce qu’elle donnait de force à ceux qui s’engagent dans cette voie ; pour les intellectuels, quel rafraîchissement, quelle délivrance. Des mots n’étaient plus que des mots, dépouillés de leur vaine importance d’antan, les réalités reprenaient leur place, les cœurs s’ouvraient. – Pour nos amis, travailleurs de l’usine, de la terre ou du bureau, une autre vie avait commencé, dont j’ai su depuis, par bien des lettres, qu’elle ne s’était pas arrêtée non plus à ce mois de novembre 1918 qui, pour nous, signifiait la naissance d’un monde9. »

10L’armistice consommé, c’est au nom de la prorogation de la fraternité des tranchées qu’il s’agit d’œuvrer ; le désordre, résultat de plusieurs années de guerre, légitime plus que jamais l’instauration d’un dialogue entre les différents groupes sociaux. Dès 1920, Robert Garric fonde les Equipes sociales, mouvement qui, à travers la constitution d’une élite sociale, se donne pour mission de former la population ouvrière et de communiquer dans la confraternité des classes sociales dépassées les enseignements nécessaires à tout homme social. Devant un parterre de ces héritiers des saints-simoniens, qu’ils appartiennent à Polytechnique, Centrale ou Normale, Robert Garric précise les conditions de fonctionnement et d’enseignement des cercles d’étude qu’il s’agit de promouvoir :

  • 10 Robert GARRIC, « Les équipes Sociales », in Les Equipes Sociales, op. cit., p. 4.

« Que leur disions-nous ? Qu’il y avait un devoir pour nous catholiques, si nous voulions être conséquents avec nos principes de charité, de gratuité, à remplir un rôle social, à aller précisément vers ceux qui manquaient le plus de cette culture que nous avions eu le privilège d’acquérir, à aller vers tous indistinctement, aussi bien vers ceux qui étaient le plus loin de nos croyances que vers ceux qui les partageaient. Catholiques et puisant dans notre foi notre principe d’action, nous devions, à l’heure où nous gagnions le large, affirmer très fortement cet amour des âmes et ce respect des consciences qui, seuls, devaient nous ouvrir les cœurs. Nous retrouverions nous-mêmes dans cette grande amitié, dans ce partage et cet échange de vies si différentes, une telle humanité, une telle source de fraîcheur que nos pensées et nos travaux mêmes en seraient vivifiés... Le bienfait de l’échange survivrait à la guerre, et vaudrait pour une autre génération.
Qu’enseignerions-nous ? Ce que nous saurions, ce que nos amis auraient besoin d’apprendre. Quelques notions des méthodes, et surtout cette formation générale sans laquelle le meilleur technicien est incomplet. Que leur demanderions-nous ? Cette expérience, ces dures leçons données par la vie aux jeunes travailleurs, qui remettraient du concret et du précis dans nos pensées et dans nos cœurs10. »

  • 11 Robert GARRIC, Belleville, scènes de la vie populaire, Paris, Grasset, 1928, 250 p.
  • 12 C’est dans ces réunions des Equipes Sociales de Robert Garric que François Lehideux, alors jeune ca (...)

11Pour n’en débuter pas moins dans cette enclave populaire de Belleville11 que délimitent d’une part Ménilmontant et les Buttes-Chaumont et d’autre part le Pré Saint-Gervais et la rue du Faubourg du Temple, cet engagement de Robert Garric est à la mesure des implications de Raoul Dautry dans les banlieues nord de la capitale. Cette nouvelle expérience d’université populaire pour répondre aux souhaits de son fondateur intéresse au premier plan l’ingénieur ferroviaire, au point même qu’il semble rapidement adhérer aux actions des Equipes sociales12.

  • 13 Georges Lamirand, né en 1899 à Toulouse, centralien promotion 1923, il commence sa carrière dans la (...)
  • 14 Entretien avec Georges Lamirand, Paris, le 10 avril 1987.

12Cette démarche, tout en contribuant à façonner et parfaire ses propres outils de gestion des individus, introduit enfin Raoul Dautry dans un monde de sociaux qui partagent ses analyses et ses aspirations. Le centralien Georges Lamirand13, promoteur en Lorraine des Equipes Sociales, est profondément marqué par le Rôle social de l’officier dans le service universel.14 Mieux encore, Robert Garric en personne, tout comme le cheminot Dautry, souligne avec insistance les liens l’unissant au devoir social lyauteysien :

  • 15 Robert GARRIC, « Les équipes sociales », in Les Equipes sociales, op. cit. p. 2 et 3.

« “Travailler à coups d’erreur”, ce mot, qui a figuré dans un de nos premiers tracts et qui fut souvent si mal entendu, indiquait simplement notre docilité aux résultats et au monde des faits ; nous pouvions le revendiquer, depuis qu’un maître de l’action, M. le Maréchal Lyautey, l’avait souligné, au cours d’une conversation, comme un terme réaliste... Nous ne savions pas encore que, dans l’un de ses fameux discours marocains, il avait défini toute une partie de la méthode des Equipes, lorsqu’il avait dit qu’entre les hommes, il existe toujours un “dénominateur commun” et qu’il s’agit de le dégager15. »

  • 16 Nous entendons par « réseau social » le regroupement et la structuration des sociaux de même affini (...)

13En revendiquant unilatéralement l’apport majeur du message de Lyautey, les membres des Equipes sociales paraissent esquisser sans en avoir nécessairement conscience les contours embryonnaires d’un nouveau réseau social lyauteysien16 sur lequel débouchent inévitablement les enseignements du grand stratège colonial contenus dans Le Rôle Social de l’officier dans le service universel.

  • 17 Robert GARRIC, Le message de Lyautey, Paris, Editions Spes, 1937, p. 25.
  • 18 Max Lazard (1875-1953) licencié ès-lettres ; docteur en droit, il rompt avec la tradition paternell (...)
  • 19 Georges LAMIRAND, « Lyautey, premier de cordée des chefs sociaux des temps modernes » in Lyautey Ma (...)
  • 20 Entretien avec Georges Lamirand, Paris, le 27 avril 1987.

14Pour mettre en application les enseignements sociaux, il n’est de solution que dans la conquête inlassable de nouveaux adeptes, eux-mêmes chargés de dispenser la bonne parole dans leur entourage immédiat. Ce n’est pas une des moindres qualités du message de Lyautey sur la recomposition sociale que de signifier la nécessité de cette étape. Quand bien même il ne saurait être immédiatement perçu, la vie exemplaire et édifiante du futur maréchal témoigne de cette construction méthodique de son réseau d’hommes de bonne volonté. Inventeur avant la lettre de la notion d’équipe sociale, Lyautey, déjà en possession de son réseau qui puise largement dans les élites politiques, industrielles et religieuses de la Ille République, perçoit immédiatement l’intérêt de regrouper sous son égide ces nouveaux agents sociaux formés à l’école des Equipes sociales. Un soir de février 1922, dans « son hospitalière demeure de Neuilly où tout ce qui est social a droit de cité »17, Max Lazard18 présente à Lyautey, de passage entre le Maroc et la France, le jeune Robert Garric. De retour en France en octobre 1925, Lyautey animera plusieurs réunions mensuelles des Equipes sociales au patronage de Reuilly. En 1926, Robert Garric venu faire à Thorey une conférence au Groupe des étudiants catholiques (GEC), dont l’aumônier était le R.P. Lejosne, présenta à son tour à Lyautey retiré sur ses terres lorraines le jeune ingénieur de Pompey, Georges Lamirand19. Alors que Dautry est devenu très rapidement un habitué des déjeuners organisés par le maréchal à son domicile parisien dans le petit salon indochinois de la rue Bonaparte, le maître de céans lui présente à son tour Georges Lamirand20. La boucle est bouclée. Le réseau de Lyautey, sous l’impulsion directe de son chef, a recueilli les plus jeunes protagonistes sociaux se réclamant de sa doctrine.

  • 21 Au point même qu’à l’exemple des liens spirituels unissant Lyautey aux Equipes sociales, on puisse (...)
  • 22 Il faudra en effet attendre les années de l’entre-deux-guerres pour voir naître un véritable couran (...)
  • 23 Voir à ce sujet la description de Lyautey par Robert Garric, in Robert GARRIC, Le Message de Lyaute (...)

15S’il nous paraît malaisé de dissocier formellement les objectifs du devoir lyauteysien du contenu des autres doctrines sociales réformistes alors constituées21, nous pouvons toutefois observer que l’enseignement de Lyautey présente dans ses aspects généraux un ensemble de caractères particuliers. Si l’on fait abstraction de ses propres attendus en matière de formation des élites, il apparaît bien que Le Rôle social de l’officier dans le service universel cerne d’abord dans une méthode psychologique les éléments techniques d’un parfait manuel du commandement à destination des personnes non initiées aux arcanes du social, et qui trouveront dans son application au pied de la lettre les conditions d’un bouleversement des mentalités et des comportements des individus. Cette mise en perspective opérationnelle d’un savoir encore en gestation22, qui rompt avec les ambitions scientifiques et encyclopédiques des leplaysiens soucieux de déterminer par observation et études monographiques les conditions d’une transformation des comportements sociaux, constitue le second trait de la doctrine de Lyautey. Moins science qu’empirisme, la conquête du social, qui requiert le recrutement incessant de nouveaux adeptes en se fondant sur cette aura naturelle du chef que doit posséder tout vrai conducteur d’hommes, joue initialement de la séduction comme méthode de conquête des individus23.

  • 24 Voir à ce sujet la description du travail psychologique engagé par Dautry auprès de ses subordonnée (...)

16La procédure de recrutement est souvent identique. Pressenti par Lyautey en personne, « le jeune social » est invité à exposer ses tourments avant d’être conquis par « le prodigieux causeur » auquel il a été présenté. Constitué à partir d’un savant dosage de paroles réconfortantes, attentionnées, et d’ordres inflexibles qui sont l’apanage du chef, le propos ordonnateur de Lyautey exhorte, au nom d’une amitié naissante et de la fraternité universelle des hommes de bonne volonté, les jeunes à passer à l’action. C’est également à ce niveau de séduction psychologique que se réfère Raoul Dautry qui, conscient de l’importance du dialogue direct, multipliera après la guerre ses prises de parole publiques, cédant aux impératifs de la discussion à bâtons rompus dans les nombreux cercles et groupes d’études sociaux parisiens et provinciaux. A l’unisson avec Lyautey, pour accroître son prestige de chef, il dépassera les limites de l’entreprise en profitant des loisirs pour discipliner et former son propre personnel qui, transplanté hors de son univers et de ses repères quotidiens, apparaît plus facilement convertible aux idéaux du patron24.

17A l’image de Lyautey, Dautry joue de l’ambiguïté qu’instaure l’établissement de relations avec ses cadres et son personnel hors du champ de l’entreprise. La relation amicale qu’il semble proposer dans ses promenades éducatives effectuées en dehors des heures de bureau demeure placée sous le sceau du rapport inégalitaire fondant son autorité hiérarchique. Comment imaginer en effet que ses subordonnés assujettis au poids de son contrôle et de ses exigences professionnelles puissent – en dépit du dépaysement culturel et social dans lequel ils se trouvent un instant communier – le considérer autrement qu’un patron ? Leurs gestes et attitudes sociales hors du travail ne fonctionneraient-ils pas de manière mimétique sur cette notion de contrôle que fait peser sur eux la présence du patron ? Conscient de la difficulté d’abandonner les attributs du patron pour revêtir, hors de son univers professionnel, ceux du chef, Raoul Dautry à l’unisson avec Lyautey exploitera l’ambivalence de sa propre image pour asseoir son autorité sur les cheminots.

  • 25 Ainsi écrit-il : « Nul n’est mieux placé que l’officier pour exercer sur ses subordonnés une action (...)

18En postulant qu’il est possible de parvenir naturellement par des chemins détournés aux fins éducatives recherchées dans le secteur professionnel, Raoul Dautry masque le caractère coercitif de la méthode de Lyautey. En effet, cette notion de devoir social créée de toute pièce dans le milieu de l’armée repose de fait sur le rapport d’autorité initial liant les partenaires en présence. Dans son texte de 1891, Lyautey se faisait fort d’en rappeler les principes fondamentaux25, pour mieux signifier qu’il ne peut y avoir d’action sur la matière-soldat sans l’acceptation de cette supériorité légitime dont jouit l’officier supérieur. Chez Lyautey comme d’ailleurs chez Dautry, la contrainte utilisée avec parcimonie pourra, le cas échéant, constituer dans un second temps l’outil technique de rattrapage d’un rapport affectif qui n’a pu être établi.

  • 26 Tel est le cas des Schneider au Creusot, de l’industriel Gaudin à Guise, de Meunier à Noisiel...

19L’élaboration de nouvelles formes d’action sociale est la seule façon d’éviter le développement des luttes politiques dans le champ de l’entreprise et de la vie civile. Dès la rédaction de sa doctrine, Lyautey avait pressenti cette nécessité d’améliorer les conditions d’existence de tout un chacun par un ensemble de réponses techniques recouvrant les termes mêmes du problème social : éducation, logement, hygiène... De ce point de vue, rien n’est manifestement nouveau. A travers la prise de conscience des dangers que font courir à l’entreprise des conditions de travail et d’existence pour le moins indécentes, les chevaliers d’industrie du courant saint-simonien et du mouvement leplaysien seront dès le XIXe siècle les premiers à faire du logement le cheval de Troie d’une nouvelle bataille de la production26. Par-delà ces fondements communs au réformisme social des deux derniers siècles, il demeure toutefois nécessaire de poser de nouvelles échelles d’analyse, afin d’évaluer dans quelle mesure la réflexion déployée par Dautry marque ou non le pas par rapport à cette réflexion patronale originelle de la révolution industrielle. Seule cette procédure devrait permettre de saisir en quoi la pensée de l’ingénieur du Nord peut être rattachée à l’expérimentation promue par Lyautey aux confins de l’Empire français.

  • 27 Raoul DAUTRY, « Un exemple : les cités-jardins du Nord », Métier d’homme, Paris, Plon, 1937, p. 284
  • 28 Le plus important demeure Germinal, publié par Emile Zola au début des années 1890.

20Lorsqu’il présentera publiquement les cités alors réalisées par le chemin de fer du Nord, Dautry justifiera ses partis pris architecturaux en répétant inlassablement que « tout ce qui aurait pu rappeler l’ancien coron a été banni »27. Cette aversion pour l’univers formel du modèle de logement de la révolution industrielle recouvre une mise en accusation globale de l’action philanthropique déployée par le patronat. S’il s’insurge de l’uniformité de ce type de logement, c’est qu’elle est selon lui la trace obligée du cynisme de l’employeur soucieux de susciter au moindre coût social la productivité de ses ouvriers. La dimension de son anticonformisme est ici évidente. Le ressentiment esthétique de Dautry à l’égard des industriels est d’ordre politique. Le patronat ayant failli à sa mission, il ne peut être question de revenir tant du point de vue de la conception que de la forme au sinistre coron, symbole de l’oppression par ailleurs si bien décrite par le roman naturaliste de la fin du XIXe siècle28.

  • 29 John RUSKIN, Les sept lampes de l’architecture, Paris, H. Laurens Editeur, réédition 1930, p. 220- (...)

21Ses propres analyses sur le mauvais siècle de la révolution industrielle seront nourries de la lecture assidue des premiers écrits des théoriciens anglo-saxons de l’idée de nature, eux-mêmes très réservés sur l’évolution de la ville industrielle29.

22C’est également sur le plan du projet social que se situe l’apport d’Ebenezer Howard. Auteur en 1898 du livre Tomorrow : A Peaceful Path to Social Reform, ouvrage plus connu dans sa réédition de 1902 sous le titre de : Garden Cities of Tomorrow, il propose, dans la grande tradition d’une doctrine de la désurbanisation des métropoles de la révolution industrielle, la création de cités-satellites qui, placées en périphérie des premières, conjugueront dans une même structure les avantages de la ville et ceux de la campagne.

  • 30 Sa proposition centrée sur le thème de l’embellissement urbain contenait outre la création d’espace (...)

23Cet outillage théorique architectural anglo-saxon sera complété chez Dautry par des travaux promus dans le champ de l’urbanisme par Lyautey lui-même qui, nommé en 1912 Résident général du Maroc, est désormais en mesure de répondre à ses propres aspirations et aux rêves secrètement forgés par les lyauteysiens de tous bords. La paix civile revenue, il consacre tous ses efforts à parfaire une politique d’aménagement du territoire confiée en 1913 au Grand Prix de Rome Henri Prost, dont il a remarqué les préoccupations sociales contenues dans son premier prix, gagné en 1910, au titre du concours international pour l’agrandissement et l’aménagement de la ville d’Anvers30.

  • 31 Pour plus de détails, voir à ce sujet Henri PROST, « Le développement de l’urbanisme dans le protec (...)

24Sa théorie constructive se traduit par une politique de construction de villes nouvelles conjuguant en leur sein les éléments de l’urbanisme moderne associés à l’expression d’une recherche identitaire des caractères indigènes de l’architecture locale – dont Casablanca est le plus probant témoignage – et juxtaposés aux agglomérations anciennes au profit desquelles on restaure le patrimoine des anciennes médinas31. Cette théorie tire son originalité précisément de cette approche renouvelée de la fonction politique de l’urbanisme. Dans la continuité des affirmations doctrinaires contenues dans Le Rôle social de l’officier et dans Le Rôle colonial de l’armée, Lyautey, qui fonde son pouvoir de Résident général du Maroc sur l’acceptation et la valorisation de la notion de société indigène, amène les différents groupes sociaux et structures politiques tribales à reconnaître son autorité de protecteur et tuteur légitime des cultures présentes sur le sol marocain.

25C’est sans nul doute ce dernier message de Lyautey que Dautry a retenu. Complétant ceux de Ruskin et Howard, il témoigne que l’action réformiste en matière d’urbanisme ne se fonde pas sur une modernisation absolue des infrastructures techniques et sociales de la ville. A cette conception de la tabula rasa développée par le courant de l’architecture moderne en train d’émerger, Dautry oppose la dualité d’une procédure associant étroitement modernisation progressive et contrôlée de la ville à la préservation des éléments historiques et culturels témoins de sa propre évolution. Dans la grande lignée des bâtisseurs d’empire auxquels il s’identifiera, Dautry puisera dans l’expérience marocaine de Lyautey les éléments de sa propre doctrine constructive au Chemin de fer du Nord.

26Au nom des trois critères complémentaires développés ici : appartenance au réseau social de Lyautey sur la base d’une indivision de l’effort social, validation du devoir social de l’officier comme théorie de commandement et pratique de l’urbanisme comme outil opératoire du réformisme social – il apparaît donc bien qu’en dépit des multiples sources d’inspiration dont il a su tirer parti, Dautry puisse être considéré comme un lyauteysien averti. A ce titre, il fait figure de technicien social.

Les applications sociales au service public : du réseau de l’État au ministère de l’Armement

27C’est sous le sceau de la continuité que doit d’abord être restituée l’action sociale de Raoul Dautry à la tête du réseau de l’Etat. Rien ne différencie ses préoccupations sociales de directeur général de ce grand service public de celles déployées en tant qu’ingénieur au Chemin de fer du Nord. Seule l’étendue des moyens est autre. Rien ne rappelle mieux cette continuité entre le Nord et l’Etat que cette circulaire adressée par le nouveau directeur général aux médecins du réseau :

  • 32 Cité in Gaston-Francis TANNOU, La Lutte antituberculeuse sur le réseau des Chemins de fer de l’Etat(...)

« Le rôle social n’a été jusqu’ici utilisé en plein qu’en zone d’armée ou aux colonies, par exemple sous Lyautey. M. le directeur général pense qu’il serait utile d’entreprendre, pour les 21 départements à la vie desquels participe le réseau, un travail d’ensemble pouvant aider à la recherche, dans ce quart de la France, des remèdes applicables aux multiples malaises de la population32. »

28La légitimité de cette action sociale est à rechercher dans les erreurs et manquements antérieurs du réseau de l’Etat :

  • 33 Raoul DAUTRY, Métier d’homme, op. cit., p. 254.

« L’irritabilité de la classe ouvrière a, il faut bien le reconnaître, des causes plus profondes que le problème des salaires. Elle naît souvent de mille petites causes, parmi lesquelles le mauvais outil, le mauvais commandement, la mauvaise santé, le mauvais logement, ont une grande place. Sa guérison est une question de satisfaction des besoins instinctifs de l’homme : santé, sécurité et dignité de la vie, bonheur de la famille, joie au travail et dans les loisirs. Ces problèmes sont évidemment les mêmes partout ; s’ils se posent, je crois, avec plus d’acuité au Réseau de l’Etat, c’est que les installations de travail, de repos, sont souvent plus rudimentaires que dans les autres Réseaux, c’est qu’il a été fait deux ou trois fois moins pour la santé des agents que dans les autres Réseaux, qu’il a été fait 5 ou 600 fois moins pour leur logement ; qu’il a été donné aux enfants vingt à trente fois moins de bourses d’instruction que dans les autres Réseaux ; qu’il n’a été établi aucune salle de réunion, aucun terrain de sport, aucune œuvre scolaire ou post-scolaire33. »

29Dès le mois de janvier 1929, Raoul Dautry a fixé les traits de sa politique sociale pour le réseau de l’Etat. Il s’agira de réaliser, comme il le fit au réseau du Nord, des logements salubres, une infrastructure médicale de bonne qualité et un encadrement social exemplaire :

  • 34 Raoul DAUTRY, op. cit., p. 220-221.

« Je songe aux 2 000 logements que je projette d’établir en 1929 et 1930, aux foyers-hôtels que je fais étudier pour les mécaniciens, chauffeurs et agents de train, aux agrandissements des maisons de garde, aux pistes le long des voies que je vais réaliser pour les cantonniers, aux installations de dispensaires d’Hygiène infantile et de lutte contre la tuberculose que je vais organiser dès le mois prochain, au Centre d’Examen Radiologique ambulant que je ferai circuler sur le Réseau avant la fin de l’année, au Service d’aide immédiate et d’assistance sociale, qui fonctionnera en mars, aux Commissions de Prévention des accidents que je me propose d’établir dans les divers services34. »

30Dès le mois de février, le service social du réseau de l’Etat est mis sur pied. Il se définit comme l’outil devant permettre d’assurer des conditions d’existence décente pour les cheminots à la fois dans leur vie privée et dans leur vie professionnelle. Nul doute n’est permis. Au-delà même de la dilution de son discours initial sur les bienfondés de la productivité cheminote assurée par l’aide sociale déployée au réseau du Nord, Raoul Dautry reconnaît de manière implicite que sa prodigalité présente participe toujours des mêmes objectifs économiques et sociaux :

  • 35 AN 307 AP 276, Raoul Dautry, Note sur le programme social des chemins de fer de l’Etat, sans date, (...)

« Une Administration a le devoir non seulement d’assurer, comme elle le fait déjà, aux agents malades ou blessés, les soins médicaux que réclame leur état, mais encore d’aider ses employés dans toute circonstance difficile, de les assister moralement ou matériellement suivant les cas en s’inspirant de cette idée que la santé est une confiance. Elle doit, en outre, donner à ces agents les moyens de se défendre contre la maladie et surtout apporter auprès d’eux, de leur famille et de leurs enfants, tous les principes de la médecine préventive, d’autant plus efficace qu’elle est pratiquée plus tôt.
Pour réaliser ce double rôle de soins et de préventions, un des meilleurs moyens est de créer un corps de dames surintendantes, ayant servi dans les hôpitaux ou les organisations sanitaires importantes, possédant des connaissances étendues d’hygiène et offrant, au point de vue moral, toutes garanties nécessaires pour remplir utilement leur rôle.
Elles conseilleront les agents et leur famille et leur indiqueront les hôpitaux, cliniques, préventorium, sanatorium. Elles s’occuperont particulièrement de ces 3 ordres d’activité essentiels : les soins à apporter aux enfants des agents et tout ce qui concerne la puériculture ; les soins à apporter aux agents et à leur famille, au sujet de la tuberculose et des maladies vénériennes. A cet effet des centres d’examen seront créés en 3 ou 4 points du Réseau. De plus un centre ambulant sera mis en service sous peu35. »

31La continuité avec le réseau du Nord est une nouvelle fois complète. Mlle Grange, nommée en 1922 par Dautry assistante sociale au réseau du Nord, est directement chargée par le directeur général du réseau de l’Etat de la mise en route du service social. Mlle Umbdenstock, la fille de Gustave Umbdenstock, ancien professeur d’architecture à l’Ecole polytechnique et auteur de nombreux logements dans les cités-jardins du Chemin de fer du Nord, est désignée comme une des deux premières assistantes sociales du réseau. Sous l’impulsion de ces dernières, le service social prend son essor. Pour répondre aux besoins inventoriés dans les 21 départements que recouvrent les mailles du réseau de l’Etat, les deux assistantes sociales procèdent au recrutement progressif de leurs consœurs. Dès la fin de l’année 1931, chaque département possède son assistante sociale. A l’action d’urgence d’ordre médico-social et d’ordre familial réalisée au coup par coup suivant les cas qui leur sont signalés sur le réseau, Mlles Grange et Umbdenstock substituent une politique globale conforme aux visées sociales de leur directeur général. La tâche des assistantes sociales dépasse le cadre rigide des seules visites surprises des familles cheminotes pour atteindre une véritable politique sociale destinée à toucher les 80 000 agents du réseau de l’Etat et leurs familles.

  • 36 Bien que déjà exclu du Parti communiste, Jacques Doriot n’en demeure pas moins maire de Saint-Denis (...)
  • 37 AN 307 AP 276, Voyage à la colonie de vacances La Meilleraie, juillet 1935.

32En étroite association avec le service médical du réseau, les assistantes sociales s’attellent à la fois à traquer la tuberculose et à juguler les fléaux sociaux tels que l’alcoolisme et la prostitution. Sur le plan de la prévention, elles établissent des consultations médicales et sociales et ouvrent un ensemble d’écoles ménagères et de « débrouillages » sur le terrain. Dans le cadre de la propagande, les assistantes sociales sont mises en demeure de compléter l’action du service social en organisant des conférences agrémentées de projections cinématographiques portant sur l’action sociale du réseau et dont témoigne le film consacré au « Sanatorium des Cheminots ». Pour susciter une véritable dynamique sociale, le directeur général, comme il le fit au réseau du Nord, entreprend la construction de logements sociaux destinés à ses agents. Avec l’aide de la Société immobilière des chemins de fer, de la Caisse des retraites des réseaux et de sociétés régionales, bénéficiant en outre des facilités accordées par la loi Loucheur sur la construction des habitations à bon marché, il réalise, entre 1929 et 1932, 5 017 logements nouveaux répartis en opérations de logements collectifs selon les disponibilités de terrain du réseau de l’Etat. Au-delà même de cette politique de logement social, le directeur général suscite la réalisation de nombreux équipements sociaux et médico-sociaux destinés à ses cheminots : centres sociaux, consultations prénatales, bains-douches, jardins d’enfants, haltes-garderies, écoles diverses, bibliothèques, colonies de vacances... Pour le fonctionnement de chacun d’entre eux, Raoul Dautry sollicite l’aide et les conseils avisés des différents « sociaux » de son entourage tels les responsables des Equipes sociales, Robert Garric, Georges Lamirand et Louis Charvet, qui en compagnie de... Jacques Doriot36, l’accompagneront dans sa visite de la colonie de vacances de La Meilleraie37. Ce programme social du réseau de l’Etat sera poursuivi jusqu’au moment où Raoul Dautry, manifestement opposé à l’application brutale de la loi des 40 heures, obtiendra du gouvernement Léon Blum sa mise à la retraite comme directeur général honoraire de l’Etat.

33Après avoir accédé aux fonctions de président de la société Hispano-Suiza et à celles d’administrateur-délégué de la Compagnie générale d’électricité, Raoul Dautry est nommé par Edouard Daladier ministre de l’Armement le 13 septembre 1939, dix jours après la déclaration de guerre. Quelle place est-il désormais en mesure d’accorder au service social ? L’urgence de la guerre ne justifierait-elle pas à ses yeux l’abandon de tout développement social ?

  • 38 AN 307 AP 120, Lettre du ministre de l’Armement au président du Conseil, le 3 novembre 1939, p. 1.

34Les faits confirment le contraire. Même si, au fond de lui, il se prend à douter d’une victoire française face à l’Allemagne nazie, le social doit d’autant mieux rester à l’honneur, qu’il estime que ce nouveau conflit mondial, à l’exemple de la guerre de 1914-1918, sera une longue guerre éprouvant par l’usure hommes, machines et matériels. De fait, le vecteur de la productivité justifie plus que jamais une attention particulière portée au personnel des usines requises pour la Défense nationale. Dès le 3 novembre 1939, dans un rapport conjointement rédigé avec le ministre des Finances et adressé au président de la République, le ministre de l’Armenent réclame la création d’un service social au sein de son ministère qui « serait confié à des assistantes sociales ayant pour mission d’envisager – dans un esprit de large compréhension, avec un grand respect de la liberté et de la dignité de chacun – toutes les questions qui se posent à l’ouvrier en dehors de son travail professionnel et, pour les résoudre au mieux, de rechercher et de mettre en œuvre toutes les ressources disponibles de l’usine, des institutions publiques ou privées, ainsi que la Législation en vigueur38. »

35La fonction de l’assistante sociale est claire. Même si sa mission ne s’exerce qu’à la porte des ateliers, elle participe au premier chef de cette recherche d’un nouvel état d’esprit propre à susciter dans le monde ouvrier l’abandon des revendications salariales et politiques. Raoul Dautry ne précise-t-il pas dans son exposé des motifs :

  • 39 AN 307 AP 120, Lettre du ministre de l’Armement au président du Conseil, p. 2.

« L’Assistante apparaît ainsi comme une précieuse collaboratrice du monde ouvrier. Contribuant à une meilleure compréhension réciproque, elle sera un excellent artisan de l’union des cœurs et des volontés indispensables à un moment où tout doit être fait pour permettre à chacun de donner son plein effort, en vue de la sauvegarde de tous39. »

  • 40 AN 307 AP 120, Décret du 3 novembre 1939 portant organisation d’un service d’assistantes sociales, (...)
  • 41 AN 307 AP 120, Note de Raoul Dautry à Jean Toutée le 10 octobre 1939.

36C’est sans doute pour cette dernière analyse que la réponse ne se fait pas attendre. Un décret du même jour porte organisation du service d’assistantes sociales au sein du ministère de l’Armement40. Le lieutenant Robert Garric, pressenti par Raoul Dautry avant même la création du service social, en prend la direction41. Pour l’assister, le ministre de l’Armement lui adjoint rapidement les différents « sociaux » de son entourage du réseau de l’Etat, le docteur Rist, Mlle Grange, ainsi que diverses personnalités dont les préoccupations sociales sont connues : le syndicaliste René Belin, le spécialiste en organisation scientifique du travail Hyacinthe Dubreuil. Georges Lamirand reprendra lui-même à son tour du service en étant nommé directeur de l’Atelier de chargement de Moulins. Par arrêté interministériel, l’effectif des assistantes sociales et surintendantes des établissements militaires relevant du ministère de l’Armement est immédiatement porté à une cinquantaine de personnes.

37La gestion du service social du ministère de l’Armement est en tout point identique à celle du service social du réseau de l’Etat. Dans chaque établissement relevant de la Défense nationale est placée une assistante sociale. A l’échelon régional, une surintendante est responsable de l’ensemble des assistantes de sa circonscription dont elle contrôle les initiatives et les actions. A l’échelon central, les réunions des questions sociales tenues chaque semaine sous la direction de Robert Garric permettent de faire régulièrement le point sur chaque établissement placé sous la tutelle du ministère de l’Armement.

38La surabondance de sociaux de longue date acquis aux idéaux de Raoul Dautry au sein de ce nouveau service social explique la continuité entre les pratiques sociales déployées par l’ancien ingénieur du Chemin de fer du Nord et directeur général du réseau de l’Etat et le présent ministre de l’Armement. Au ministère de l’Armement comme à l’Etat et au Nord, les assistantes sociales ont à charge de rendre plus acceptables les conditions d’existence imposées par la course à la production mise en œuvre dans les établissements travaillant pour l’Armement. Dans la continuité de la pensée du ministre de l’Armement, Mlle Grange délimite les territoires d’intervention de ses assistantes sociales :

  • 42 AN 307 AP 107, Réunion des questions sociales du 16 octobre 1939, p. 1 et 2.

« Le rôle de l’assistante est d’aider et de guider la famille ouvrière à travers les difficultés variées qu’elle peut rencontrer. Elle est pour la famille une amie qui ne cherche jamais à s’immiscer dans les questions dont la dignité ouvrière pourrait être blessée. Au contraire, elle remplit son rôle avec la plus grande discrétion possible. Elle donne des conseils sur les mesures d’hygiène propres à améliorer l’état sanitaire de la famille et principalement en ce qui concerne les enfants. Elle s’efforce d’enseigner l’économie ménagère. Au besoin, elle apporte son concours dans les démarches que doit faire la famille auprès des administrations auxquelles la famille doit recourir, sans toujours savoir exactement ce qu’elles en peuvent obtenir. Dans certains cas, par des interventions auprès des chefs, elles peuvent atténuer des difficultés qui s’aggraveraient s’il n’était pas tenu compte de la situation de la famille. Bien entendu, l’Assistante ne s’occupe jamais des questions relatives au travail, et qui sont du domaine particulier des relations entre Chefs et ouvriers. Dans le cas des ouvriers isolés qui seront certainement employés en grand nombre dans les Etablissements de la Guerre, l’Assistante peut rendre des services en suppléant dans la mesure du possible aux avantages dont l’ouvrier aurait le bénéfice s’il avait sa famille autour de lui. En créant des foyers, en assurant de façon plus régulière les relations entre l’ouvrier et sa famille éloignée, en l’aidant au besoin dans sa correspondance, elle peut contribuer à empêcher une certaine démoralisation42. »

  • 43 AN 307 AP 120, Programme de 500 millions de francs pour la construction de logements et matériaux d (...)

39Gardiennes vigilantes du foyer et de la famille des ouvriers de l’Armement par le biais de leurs nombreux indicateurs sociaux, les assistantes sociales tiennent en permanence informés les responsables du service social quant à l’évolution du moral des « troupes ». En déjouant de manière préventive les conflits à venir, elles perpétuent ces notions chères à Raoul Dautry de production et productivité par la plus-value de l’aide et l’attention portées à la résolution des problèmes sociaux et des drames humains. Pour compléter ce dispositif, le ministre de l’Armement concevra au printemps 1940 un programme de construction de logements destinés au personnel ouvrier déplacé ou à déplacer dans les établissements industriels relevant de sa tutelle43. Pour être pensé dans le cadre d’un conflit militaire, ce programme, qui devait être soumis au Comité secret du Sénat, témoigne de la difficulté du ministre de l’Armement à abandonner tout ou partie de sa doctrine sociale dans les temps mêmes où l’urgence de la défense du sol national impose une autre stratégie productive. La défaite militaire et la débâcle clôtureront les nouveaux efforts sociaux de Raoul Dautry en mettant un point final à l’expérience du ministère de l’Armement.

Les difficiles applications sociales sous la IVe République

  • 44 La loi du 4 octobre 1940 place le Secours national sous l’autorité du maréchal Pétain. La loi du 18 (...)

40La fin du second conflit mondial marque le retour en force de Raoul Dautry sur la scène publique. C’est d’abord en qualité de social que l’ancien ministre de l’Armement resurgit après avoir pris ses distances avec le régime de l’Etat français. Sur proposition du secrétaire provisoire de la Santé publique, le professeur Pasteur Vallery-Radot, le Conseil national de la Résistance lui confie au moment de la Libération de Paris les destinées du Secours national créé une première fois en août 1914, reconstitué par le décret du 19 octobre 1939 et dont l’action fut amplifiée par le gouvernement de Vichy44.

  • 45 AN 307 AP 158, Arrêté du secrétaire général à la Santé concernant le Secours social du 20 août 1944
  • 46 Ordonnance du 1er septembre 1944.

41Comme pour mieux signifier la rupture consommée avec le régime de l’Etat français, un arrêté du secrétaire général à la Santé débaptise le Secours national en Secours social45. Quelques mois plus tard, le Secours social sera rebaptisé l’Entr’ aide française46. Le président du Secours social, Raoul Dautry, procède pour sa part à l’épuration jugée nécessaire, en suspendant sans traitement 96 agents de l’ancien Secours national. Au-delà des concessions obligées aux événements, le Secours social paraît bien poursuivre la vocation humanitaire du Secours national. C’est ce dont témoigne Raoul Dautry lorsqu’il précise :

  • 47 AN 307 AP 158, Raoul Dautry, Projet d’exposé à la presse, le 1er septembre 1944, p. 7.

« Beaucoup de Français continuent à souffrir de l’Occupation et beaucoup subiront encore longtemps les atteintes profondes qu’elle leur a portées. Vous comprenez qu’une institution charitable de grande envergure, dotée de moyens modernes puissants et rapides, est indispensable au Pays pour panser les plaies matérielles et morales du peuple de France.
Alors que d’autres organismes de guerre, nés de l’Occupation, doivent mourir au jour où la France se retrouve, il convient au contraire, que les Français se resserrent dans un vaste mouvement d’entr’aide sociale et complètent en les perfectionnant les efforts que cinq ans de souffrances ont su leur inspirer. Cependant pour des raisons impérieuses sur lesquelles il est inutile de revenir, le Gouvernent Provisoire de la République a dû prendre des mesures que résume la déclaration de Monsieur le Professeur Pasteur Vallery-Radot, Secrétaire Provisoire à la Santé Publique :
“Nous donnons au Secours National une appellation nouvelle. En changeant le nom de cette institution qui a tant servi la publicité de Vichy, nous allons changer aussi son esprit, son personnel et son but”47. »

42De manière encore plus explicite, Raoul Dautry précisera rétrospectivement sa pensée dans le bilan qu’il dressera de son action à la tête du service social dès lors qu’il sera appelé à prendre au pied levé la tête du tout nouveau ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme :

  • 48 AN 307 AP 159, Raoul DAUTRY, Du Secours national à l’Entr’aide française par le Secours national, L (...)

« Oui, il est bien vrai que, dans une logique élémentaire, le changement de l’Œuvre pouvait apparaître comme une condamnation des hommes qui y avaient concouru, et dont la situation a pu ainsi se trouver un moment compromise, au détriment de l’Œuvre elle-même. Mais vous comprenez bien, que ce changement extérieur a eu essentiellement une portée symbolique : en ce grand jour de fête de la Libération, il fallait bien manifester la rupture avec le passé odieux du joug ennemi, la joie d’un nouveau départ vers une vie désormais humaine ; il fallait mettre un habit neuf. Mais les hommes d’hier, quand ils avaient, comme c’est le cas de la grande majorité, bien et dignement servi la France, n’étaient pas pour si peu condamnés. L’opinion publique égarée, on peut l’éclairer ; les bonnes volontés nouvelles, on doit les accueillir, les former, les encadrer ; c’est ce que beaucoup d’entre vous ont fait, je le sais, et, quand je ne le sais pas, je le sens48. »

  • 49 AN 307 AP 158, Raoul Dautry, Projet d’exposé à la presse, p. 7.
  • 50 Seul M. Chevalme ancien secrétaire de la Fédération CGT des Métaux, membre du comité de direction d (...)
  • 51 AN 307 AP 158, Arrêté du secrétaire général à la Santé nommant le président, les membres du Comité (...)

43Cette continuité liant le destin du Secours social à celui du Secours national est immédiatement revendiquée par Raoul Dautry, qui maintient dans ses fonctions de chargé de mission au Secours social l’ancien commissaire général du Secours national Robert Garric49. Ce maintien d’un homme de son réseau par-delà même l’épuration radicale du comité de direction du Secours national – dont aucun membre ne se retrouve dans le Comité Central de gestion du Secours Social50 –, est pour Raoul Dautry le garant de la continuité de son action sociale au-delà même de la coupure politique de l’Etat français. C’est sans aucun doute pour souligner la permanence de son interprétation sociale des années 1920-1930 qu’il fait nommer au comité central de gestion du Secours social son ancienne assistante sociale au réseau de l’Etat, Mlle Umbdenstock, directrice des Services Sociaux de la région Ouest de la SNCF51.

44Au-delà même de la pérennité du Secours national dans le Secours social, la présidence de Raoul Dautry est marquée par la volonté d’asseoir l’action sociale selon ses propres conceptions en la matière. Si le Secours social poursuit en ces mois de libération du sol national, la tradition d’une action humanitaire d’urgence à l’exemple de ce que fit naguère le Secours national en direction des réfugiés, sinistrés et prisonniers de guerre en Allemagne, son président entend bien ne pas disperser l’effort louable de charité sans mettre en œuvre une gestion technique rigoureuse qui pérennise les termes de son action sociale déployée depuis les Chemins de fer du Nord. Selon ses vœux, c’est la direction sociale du Secours social qui doit charpenter toute initiative. Pour y parvenir il renforce le service d’assistance sociale initialement créé au Secours national. Chacune des délégations du Secours social comprend une assistante sociale principale qui coordonne dans sa circonscription l’action des diverses Assistantes sociales déployées sur le front de la misère. Dans cette approche nouvelle de l’organisation technique du Secours social, c’est à l’assistante sociale en personne que revient le pouvoir de jugement et de conseil :

  • 52 AN 307 AP 159. Raoul DAUTRY, Du Secours national à l’Entr’aide française par le Secours national, o (...)

« Je reviens à nouveau sur le rôle de vos Assistantes Sociales qui est primordial puisque c’est surtout finalement d’après elles que l’on nous jugera. Elles soutiennent en effet toute l’action des Délégations depuis l’instant où le visiteur se présente dans nos bureaux jusqu’à celui où une conclusion est donnée aux enquêtes, elles doivent dans leur action même, avoir souci d’une justice rigoureuse et d’une compréhension nuancée. Grâce à elles, toutes nos réalisations : vestiaires, cuisines d’entr’aide, centres d’accueil, ouvroirs doivent prendre un caractère social. Le caractère humain de ces réalisations doit être recherché dans tous les détails de nos organisations.
Nos assistantes ont encore un rôle particulièrement délicat à jouer dans nos rapports avec les œuvres. Elles doivent les conseiller, les aider, les amener à améliorer leur rendement. Elles doivent aussi nous détourner d’aider, de subventionner les œuvres mortes, moribondes, mal gérées ou inefficaces.
Enfin, et surtout, en cas de sinistre ce sont elles qui apportent aux victimes les plus éprouvées le réconfort et l’orientation nécessaires. On sait quel dévouement elles viennent de montrer et montrent chaque jour dans les villes bombardées. Aussi voudrions-nous que ce “travail social” de l’Assistante s’effectuât dans les meilleures conditions52. »

45A travers la mission dévolue à l’assistante sociale au Secours social, Raoul Dautry rappelle le contenu de son message de technicien social : même s’il ne s’agit plus de promouvoir du social au sein d’un entreprise privée ou même publique, l’action sociale demeure étroitement liée aux notions de production et de plus-value définies antérieurement aux réseaux du Nord et de l’Etat. Même en tant que président du Secours social, Raoul Dautry détermine le champ de son action humanitaire en fonction des visées pédagogiques et des vertus moralisatrices d’une solidarité sociale entre Français épargnés et éprouvés débouchant sur une refonte de la société. En quelque sorte, depuis le Secours social, Raoul Dautry s’attelle à la reconstruction des bases morales de la société française d’après-guerre. S’adressant au personnel de l’Entr’aide française, il précise en effet :

  • 53 Ibid, p. 53.

« Ici, je voudrais simplement insister sur un point. Vous avez eu parfois à choisir ou à hésiter entre l’action d’urgence et l’action à portée lointaine. Il faut conserver ces deux types d’activité, aller à l’urgence chaque fois qu’il le faut et autant qu’il le faut, mais nous ne saurions nous cantonner à des tâches d’urgence et nous limiter au dépannage.
Si harcelant que soit notre travail, nous avons le droit et le devoir, nous devons prendre le temps de prévoir des tâches plus lointaines tendant à aider le pays dans la lourde mission de son équipement social futur.
C’est ainsi qu’il faut nous atteler dès aujourd’hui à des tâches éducatives telles que la sauvegarde de l’enfance, la protection des pré-délinquants et délinquants, l’enseignement familial et ménager, la défense contre la tuberculose, l’aide post-sanatoriale. Ce n’est plus là du travail d’urgence mais du travail de fondation qui prépare les foyers de demain53. »

  • 54 Rémi BAUDOUÏ, « Le logement provisoire de la reconstruction », in Mémoire des lieux : une histoire (...)

46C’est sans doute au nom de ses propensions à œuvrer pour la France de demain qu’il est nommé par le général de Gaulle ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme au mois de septembre 1944. Bien que les visées morales et solidaristes n’aient pas disparu de ses préoccupations du moment, le temps de son passage au ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme ne lui permit pas – au-delà bien sûr de la fonction éminemment sociale que recèle, selon ses propres théories, l’acte de bâtisseur – d’entreprendre une véritable politique de technicien social. Seuls quelques secteurs particuliers comme celui des ouvriers de la reconstruction ou celui des prisonniers de guerre affectés au déminage seront pour Dautry l’occasion de penser en terme d’aide, d’assistance et de techniques sociales54.

  • 55 AN 307 AP 222, Note de service de Thérèse Lordonnois, p. 2.

47C’est avec sa nomination le 3 janvier 1946 au poste d’administrateur général délégué du gouvernement au Commissariat à l’énergie atomique que Dautry entend une nouvelle fois imposer ses visées sociales. Le service social du CEA est créé en avril 1947. Mlle Lordonnois, ancienne assistante sociale de l’Entr’aide française, en prend officiellement la direction. Au nom de ses attributions, cette assistante sociale chef du service a pour tâche essentielle de procéder au recrutement des quatre consœurs placées dans les différents centres et laboratoires du CEA. Les premières missions du service social sont du reste conformes à la mission traditionnelle dévolue aux assistantes sociales. Elles portent à la fois sur l’organisation et la mise en marche des différents services médicaux, sur la création d’un service de documentation sociale, sur l’animation et les manifestations sociales auprès des familles des employés du CEA. Cette mission médico-sociale du service social du CEA, qui répond pleinement à l’idée que s’en fait l’administrateur général délégué, semble rapidement battue en brèche par l’apport de la nouvelle législation sociale de la Libération. Les délégués du personnel du fort de Châtillon, opposés à l’action du service social, nommeront, en vertu d’un décret de novembre 1946 soumettant la nomination des assistantes sociales à l’agrément des délégués du personnel du secteur public, une nouvelle assistante sociale hors de la responsabilité de Mlle Lordonnois55. La création de la Sécurité sociale, par les ordonnances des 4 et 19 octobre 1945, des allocations familiales par la loi du 6 août 1946 et leur application au personnel du CEA, suscite la réalisation d’un service administratif spécialisé séparé du service social. En application du statut de l’Electricité de France au personnel du CEA, est créé le 30 septembre 1949 un Comité des œuvres sociales parasitant largement la mission concédée par Raoul Dautry au service social. Dès le courant de l’année 1949 surgissent de nombreux conflits entre les différents partenaires attachés à promouvoir une aide sociale. Le service social aux abois cherche vainement à contrôler et coordonner l’ensemble des missions afférant à chaque service administratif. Le 12 juin 1951, Dautry, conscient des difficultés d’exercice du service social, cherche à les résoudre en exhortant le nouveau secrétaire général du CEA à prendre immédiatement toutes mesures nécessaires. Cette ultime intervention de Raoul Dautry lancée moins de deux mois seulement avant sa disparition, le 21 août, et qui ne prend pas en compte les difficultés d’action du service social du CEA, témoigne de son incapacité à rompre avec une doctrine sociale pour le moins inadaptée à l’évolution d’une législation en pleine mutation :

  • 56 AN 307 AP 222, Note de Raoul Dautry à René Lescop, le 12 juin 1951.

« J’ai l’impression que le Service Social est divisé dans ses tendances et son action...
J’ai eu au Nord et à l’Etat des Services Sociaux dont tous les membres étaient soumis à l’autorité ferme de Mlle Grange ou de Mlle Umbdenstock et où tout marchait admirablement et dans l’entente la plus parfaite. J’en veux autant ici, et sans excès d’effectifs.
Etudier cela en faisant venir aussi Mlle Umbdenstock qui vous sera de bon conseil56. »

  • 57 AN 307 AP 222, Note de L.F. Vidal à Monsieur l’administrateur général, le 30 mai 1952.

48Aussitôt nommé en remplacement de Raoul Dautry au poste d’administrateur général délégué du gouvernement. Pierre Guillaumat résout le dilemme de la responsabilité de l’action sociale, en fondant le service social dans le Comité des œuvres sociales. Les assistantes sociales dispersées, l’œuvre sociale de Dautry au CEA est désormais achevée57.

Conclusion

49C’est donc bien sous le sceau de la continuité que doit être restituée l’action sociale entreprise par Raoul Dautry depuis son poste d’ingénieur du chemin de fer du Nord jusqu’à celui d’administrateur général du Commissariat à l’énergie atomique. En quelque sorte, rien ne différencie de son point de vue une entreprise privée d’un service ou d’une administration publique. Les techniques sociales qui sont partie intégrante de l’action du chevalier d’industrie comme de celle du grand commis de l’Etat, œuvrent à la productivité de l’entreprise quel que soit son caractère. Derrière la permanence des hommes – les catholiques sociaux comme Robert Garric et Georges Lamirand – et des structures professionnelles du social – les assistantes sociales –, c’est bien d’abord la question même de la continuité des techniques sociales qui est à l’ordre du jour au travers des différentes responsabilités professionnelles exercées par Raoul Dautry. Sa théorie de l’investissement social a particulièrement réussi au cours de l’entre-deux-guerres, elle échouera au moins par deux fois : une première fois dans le cadre du ministère de l’Armement, la seconde fois au Commissariat à l’énergie atomique. Si l’échec du social dans le premier cas peut être imputé à l’évolution par trop rapide du conflit franco-allemand, il signale dans le second cas l’inadaptation de la doctrine de Dautry au contexte économique et social de la IVe République. A la gestion sociale contractuelle des rapports entre employés et dirigeants d’entreprise, la création de la Sécurité Sociale substitue une garantie sociale qui, étendue à l’ensemble de la population française, déplace les lieux mêmes de l’intervention sociale. C’est sans nul doute ce que signalera Pierre Laroque en définissant lui-même les fondements de la sécurité sociale :

  • 58 Pierre LAROQUE, Réflexions sur le problème social, évolution ou révolution ?, Paris, Les Editions S (...)

« Elle est d’abord la sécurité de l’emploi, en donnant à ce mot son sens le plus large, la garantie pour tous les hommes et pour toutes les femmes en âge et en état de travailler d’une activité rémunératrice. Le souci de sécurité commande à ce titre la mise en œuvre d’une politique économique de plein emploi, avec les contraintes que peut comporter une telle politique, une organisation adéquate du placement, l’aménagement d’une politique de la main-d’œuvre permettant l’adaptation constante de l’offre à la demande de travail. Il implique aussi la protection du salarié contre l’arbitraire patronal lors des embauches et des congédiements, problème particulièrement difficile, car il exige la conciliation des intérêts légitimes du travailleur et de l’autorité nécessaire du chef d’entreprise dans la direction de son affaire... A la sécurité sociale se rattachent ainsi les problèmes précédemment évoqués que posent la détermination des salaires, la répartition des revenus et les prestations familiales58. »

Notes

1 Pour plus d’informations voir à ce sujet nos différentes publications suivantes : « Genèse d’un expert urbain : Raoul Dautry de Polytechnique aux chemins de fer du Nord », in Architectes, ingénieurs, urbanistes et Cie, Dossiers et Documents n° 6, Institut français d’architecture, juin 1986. p. 41-49 ; « Le devoir social de l’ingénieur du réseau du Nord », colloque Raoul Dautry, naissance d’une pensée technique, 1880-1951, Dossiers et Documents n° 7, Institut français d’architecture, juillet 1987, p. 11-18 ; « Raoul Dautry, la conscience du social », Vingtième Siècle, juillet-septembre 1987, n° 15, p. 45- 58 ; « La cité-jardin de Tergnier. Analyse d’un modèle de sociabilité cheminote » in Les Chemins de fer, l’espace et la société en France, AHICF, juillet 1989, p. 264-279 ; Raoul Dautry, 1880-1951. Le technocrate de la République, Paris, Balland, 1992, 396 p.

2 Nous désignons sous le terme de technique sociale toute technique d’action qui, développée sous ce label et en référence explicite à la notion de mieux-être social, a pour objet d’œuvrer au gouvernement des hommes dans la cité.

3 Adrien DANSETTE, Histoire religieuse de la France contemporaine sous la Troisième République, Paris, Flammarion, 1952, p. 194 et suivantes.

4 Bernard KALAORA et Antoine SAVOYE, Les Inventeurs oubliés. Frédéric Le Play et ses continuateurs, Seyssel, Champ Vallon, 1989, 292 p.

5 C’est déjà en ce sens que semble avoir fonctionné ce texte consensuel. Après sa parution Lyautey renoue avec le comte Albert de Mun avec lequel il s’était brouillé en 1878 en raison de l’opposition développée par le second à l’égard de la doctrine sociale du catholicisme libéral.

6 Fondé sur la notion d’engagement social des élites politiques, économiques et culturelles de la nation, le message de Lyautey à destination des groupes sociaux populaires appartient de fait à la grande tradition du catholicisme et du paternalisme social du XIXe siècle.

7 Si l’on peut en effet parler de normalité dans la mesure où Dautry poursuivra pour l’après-guerre ses efforts intensifs et démesurés menés à la tête des ateliers d’Ermont et du Moulin-Neuf.

8 Robert Garric (1896-1967), d’origine auvergnate, est élève en khâgne au lycée Condorcet où il suit l’enseignement de Paul Desjardins, fondateur de l’Union pour l’action morale avec le concours de Lyautey et Max Leclerc. Reçu en 1914 à l’Ecole normale supérieure et sensibilisé au catholicisme social par la lecture de Péguy et Lacordaire, il n’en paraît pas moins à l’exemple de Raoul Dautry forger sa propre démarche en intégrant les acquis de philosophes très divers : Barrès, Bergson, Lavisse, Renan, Taine... Mobilisé en 1917, il a, avec la guerre, la révélation de sa carrière. Comme son aîné Raoul Dautry, il s’attelle à la formation culturelle et sociale de ses hommes en mettant une petite bibliothèque à disposition des poilus du front. En 1920, avec la création des Equipes sociales, il est immédiatement intégré dans le milieu catholique réformiste où il se lie d’amitié avec les pionniers sociaux : Max et Jean Lazard, Daniel Halévy, Hyacinthe Dubreuil, Paul Claudel, le père Teilhard de Chardin, l’abbé Brémont, le père Sertillanges. En 1924, il prend la direction avec le père Barge de la Revue des Jeunes. A partir de 1928, il est nommé assistant de philosophie à la Sorbonne. Durant les années de l’entre-deux-guerres, il réalisera plusieurs missions d’étude au Brésil. Il rejoint en 1939 Raoul Dautry au ministère de l’Armement. Sous l’Occupation, il prend la tête du Secours national. Pour plus de renseignements, voir Michel MANOLL, Entretiens avec Robert Garric, Paris, Les Editions de L’Epargne, 1971, 130 p.

9 Robert GARRIC, « Les équipes sociales », in Les Equipes sociales, Paris, Les Equipes sociales, 1929, p. 1 et 2.

10 Robert GARRIC, « Les équipes Sociales », in Les Equipes Sociales, op. cit., p. 4.

11 Robert GARRIC, Belleville, scènes de la vie populaire, Paris, Grasset, 1928, 250 p.

12 C’est dans ces réunions des Equipes Sociales de Robert Garric que François Lehideux, alors jeune cadre chez Renault, se rappelle avoir rencontré pour la première fois Raoul Dautry. Entretien avec François Lehideux, Paris, le 10 décembre 1987.

13 Georges Lamirand, né en 1899 à Toulouse, centralien promotion 1923, il commence sa carrière dans la société des papiers peints Leroy avant d’exercer dans la métallurgie au titre d’ingénieur des Mines. Catholique pratiquant, il se lie avec les dominicains et les pères Barges et de Sertillanges et organise en Lorraine les Equipes Sociales de Robert Garric, qu’il a connu à Centrale. Il racontera sa propre expérience de social dans l’ouvrage intitulé Le rôle social de l’ingénieur, préfacé par le maréchal Lyautey. Il devient secrétaire général à la Jeunesse dans les gouvernements de l’Etat français qui se succèdent du 6 septembre 1940 au mois de mars 1943. Voir les entretiens avec Georges Lamirand effectués avec Yves Cohen, Paris, les 10 et 27 avril 1987. Voir également Georges LAMIRAND, Le rôle social de l’ingénieur, scènes de la vie d’usine, Paris, Editions de la Revue des Jeunes, 1932, 253 p.

14 Entretien avec Georges Lamirand, Paris, le 10 avril 1987.

15 Robert GARRIC, « Les équipes sociales », in Les Equipes sociales, op. cit. p. 2 et 3.

16 Nous entendons par « réseau social » le regroupement et la structuration des sociaux de même affinité culturelle, sociale ou politique dans une organisation réelle ou mentale, au sein de laquelle circule l’information entre les membres. Le réseau social pouvant s’ouvrir de la sorte sur d’autres réseaux, appartenant à chacun des membres déjà présents, trouve par réaction en chaîne dans cette procédure de filiation les conditions de la démultiplication des efforts de tout un chacun. Bien entendu, le réseau social fortement centralisé et territorialisé se compose autour d’une personnalité majeure responsable de la doctrine sociale en action.

17 Robert GARRIC, Le message de Lyautey, Paris, Editions Spes, 1937, p. 25.

18 Max Lazard (1875-1953) licencié ès-lettres ; docteur en droit, il rompt avec la tradition paternelle des affaires bancaires pour se consacrer à l’étude de la question ouvrière. Avec son frère André Lazard, il parcourt le monde et fait la rencontre de Lyautey à Hanoï en 1895, avec qui il se lie d’amitié. De cette dernière naîtra une importante correspondance. Pour plus de renseignements, voir les travaux de nouveau doctorat de Sandra DAB, Max Lazard (1875-1953), université Paris VII.

19 Georges LAMIRAND, « Lyautey, premier de cordée des chefs sociaux des temps modernes » in Lyautey Maréchal de France, Cahiers Charles de Foucauld, Paris, 1er trimestre 1954, vol. 33, p. 202. Voir par ailleurs les entretiens réalisés en 1987 avec Georges Lamirand.

20 Entretien avec Georges Lamirand, Paris, le 27 avril 1987.

21 Au point même qu’à l’exemple des liens spirituels unissant Lyautey aux Equipes sociales, on puisse citer d’autres filiations entre le premier et d’autres chapelles sociales d’horizons différents. Bien que beaucoup plus engagé sur le terrain politique que Lyautey, Marc Sangnier et son mouvement le Sillon, relayé ensuite par la Jeune République, soulignera l’apport fondamental du grand stratège colonial. A l’opposé de ce catholicisme réformiste républicain, le creuset philanthropique des leplaysiens sera également marqué par la pensée de Lyautey. Voir à ce sujet Madeleine BARTHÉLEMY-MADAULE, Marc Sangnier 1873-1950, Paris, Ed. du Seuil, 1973, p. 226.

22 Il faudra en effet attendre les années de l’entre-deux-guerres pour voir naître un véritable courant psychologique appliqué à l’entreprise débouchant de la sorte sur la psychotechnique.

23 Voir à ce sujet la description de Lyautey par Robert Garric, in Robert GARRIC, Le Message de Lyautey, op. cit. p. 29, 44 et 45.

24 Voir à ce sujet la description du travail psychologique engagé par Dautry auprès de ses subordonnées, in Max LAMBERT, Devoirs du chef. Déontologie et psychologie professionnelle, Paris, PUF, 1942, p. 147 et suivantes.

25 Ainsi écrit-il : « Nul n’est mieux placé que l’officier pour exercer sur ses subordonnés une action efficace. En contact avec eux, il partage entièrement leurs travaux, leurs fatigues, et n’en tire néanmoins aucun profit. Son gain ne dépend pas, comme celui des industriels, de la peine de ses hommes. Leurs intérêts sont, non plus opposés, mais semblables. L’autorité dont il est investi repose sur la loi, elle a une sanction légale, elle échappe à toute discussion, à tout compromis. Des règlements précis fixent la limite de ses exigences professionnelles. Tout concourt à dégager son indépendance personnelle et le désintéressement de son action. C’est donc un merveilleux agent d’action sociale », Hubert LYAUTEY, « Du rôle social de l’officier », Revue des Deux Mondes, 15 mars 1891.

26 Tel est le cas des Schneider au Creusot, de l’industriel Gaudin à Guise, de Meunier à Noisiel...

27 Raoul DAUTRY, « Un exemple : les cités-jardins du Nord », Métier d’homme, Paris, Plon, 1937, p. 284.

28 Le plus important demeure Germinal, publié par Emile Zola au début des années 1890.

29 John RUSKIN, Les sept lampes de l’architecture, Paris, H. Laurens Editeur, réédition 1930, p. 220- 221, 244 et 317.

30 Sa proposition centrée sur le thème de l’embellissement urbain contenait outre la création d’espaces libres, la préservation des quartiers historiques du centre-ville. Voir le projet d’agglomération de la ville d’Anvers, in Jacques GRÉBER, « Henri Prost 1874-1959 », La Vie urbaine, n° 1, janvier-mars 1960, p. 2 et 3.

31 Pour plus de détails, voir à ce sujet Henri PROST, « Le développement de l’urbanisme dans le protectorat du Maroc, de 1914 à 1923 », in L’Urbanisme aux colonies et dans les pays tropicaux, p. 59 à 80.

32 Cité in Gaston-Francis TANNOU, La Lutte antituberculeuse sur le réseau des Chemins de fer de l’Etat, Rennes, 1935, p. 23.

33 Raoul DAUTRY, Métier d’homme, op. cit., p. 254.

34 Raoul DAUTRY, op. cit., p. 220-221.

35 AN 307 AP 276, Raoul Dautry, Note sur le programme social des chemins de fer de l’Etat, sans date, p. 1.

36 Bien que déjà exclu du Parti communiste, Jacques Doriot n’en demeure pas moins maire de Saint-Denis où il se fit remarquer par l’importance de sa politique sociale. C’est sans doute à ce titre qu’il fit partie du voyage de Dautry. Sur la politique municipale de Jacques Doriot à Saint-Denis, voir Jean-Paul BRUNET, Un demi-siècle d’action municipale à Saint-Denis la Rouge 1890-1939, Paris, Editions Cujas, 1981, 250 p., et sa biographie, Jacques Doriot, Paris, Ed. Balland, 1986, 562 p.

37 AN 307 AP 276, Voyage à la colonie de vacances La Meilleraie, juillet 1935.

38 AN 307 AP 120, Lettre du ministre de l’Armement au président du Conseil, le 3 novembre 1939, p. 1.

39 AN 307 AP 120, Lettre du ministre de l’Armement au président du Conseil, p. 2.

40 AN 307 AP 120, Décret du 3 novembre 1939 portant organisation d’un service d’assistantes sociales, JO du 11 novembre 1939, p. 13 026.

41 AN 307 AP 120, Note de Raoul Dautry à Jean Toutée le 10 octobre 1939.

42 AN 307 AP 107, Réunion des questions sociales du 16 octobre 1939, p. 1 et 2.

43 AN 307 AP 120, Programme de 500 millions de francs pour la construction de logements et matériaux durables destinés aux ouvriers des établissements de l’Armement, mars-avril 1940.

44 La loi du 4 octobre 1940 place le Secours national sous l’autorité du maréchal Pétain. La loi du 18 octobre suivant porte affectation spéciale du produit net des émissions de la Loterie nationale à l’œuvre du Secours national.

45 AN 307 AP 158, Arrêté du secrétaire général à la Santé concernant le Secours social du 20 août 1944.

46 Ordonnance du 1er septembre 1944.

47 AN 307 AP 158, Raoul Dautry, Projet d’exposé à la presse, le 1er septembre 1944, p. 7.

48 AN 307 AP 159, Raoul DAUTRY, Du Secours national à l’Entr’aide française par le Secours national, Levallois, Société Industrielle d’Imprimerie, 1944, p. 18.

49 AN 307 AP 158, Raoul Dautry, Projet d’exposé à la presse, p. 7.

50 Seul M. Chevalme ancien secrétaire de la Fédération CGT des Métaux, membre du comité de direction du Secours national, sauve sa tête, étant nommé par Raoul Dautry à la direction sociale du Secours Social.

51 AN 307 AP 158, Arrêté du secrétaire général à la Santé nommant le président, les membres du Comité et le délégué général du Secours social, le 23 août 1944.

52 AN 307 AP 159. Raoul DAUTRY, Du Secours national à l’Entr’aide française par le Secours national, op. cit., p. 37.

53 Ibid, p. 53.

54 Rémi BAUDOUÏ, « Le logement provisoire de la reconstruction », in Mémoire des lieux : une histoire des taudis. Dossier des Séminaires TTS, ministère de l’Equipement et du Logement, Paris, n° 5/6, décembre 1988. p. 71-83.

55 AN 307 AP 222, Note de service de Thérèse Lordonnois, p. 2.

56 AN 307 AP 222, Note de Raoul Dautry à René Lescop, le 12 juin 1951.

57 AN 307 AP 222, Note de L.F. Vidal à Monsieur l’administrateur général, le 30 mai 1952.

58 Pierre LAROQUE, Réflexions sur le problème social, évolution ou révolution ?, Paris, Les Editions Sociales Françaises, 1953, p. 60 et 61.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search