Version classiqueVersion mobile

Les chantiers de la paix sociale

L’emprise du catholicisme

Le mysticisme technique de Joseph Wilbois

Bernard Kalaora

Texte intégral

  • 1 Cette contribution a été publiée dans Etudes sociales, n° 118, 1989, p. 31 -42.

1L’extraordinaire fécondité des sciences dont on attend les applications dans les domaines économiques, industriels et sociaux est l’une des caractéristiques de la fin du XIXe siècle1. L’idée de gestion scientifique de la production et de l’administration fait son chemin et est développée par des théoriciens comme Taylor et Fayol qui tous deux pressentirent l’ère de la montée des organisateurs. L’organisation du travail, les formes de commandement et de gestion de l’entreprise et du politique paraissent de plus en plus archaïques au vu des nouveaux enjeux et défis d’une société en voie d’industrialisation croissante. Le patronage tel que Le Play et ses plus proches collaborateurs l’avaient prôné ne répond plus aux aspirations des ouvriers et des patrons à la recherche d’une conception plus objective et scientifique du commandement. La Première Guerre mondiale va accélérer la modernisation et l’efficience de la société. En effet, la mobilisation totale de l’appareil économique en ces circonstances particulières, la prise en charge des secteurs clefs et stratégiques par l’Etat modifient le paysage social et politique et entraînent un bouleversement généralisé des structures de production et de gestion de l’appareil administratif. De même la découverte de la supériorité allemande est souvent associée à celle de son meilleur système d’organisation.

  • 2 Bernard KALAORA et Antoine SAVOYE, Les Inventeurs oubliés : Le Play et ses continuateurs, Seyssel, (...)

2Cette prise de conscience accélère le développement de l’expertise, la consultation par l’Etat et l’entreprise d’hommes qui ne sont ni fonctionnaires, ni politiques, mais qui apparaissent soit comme des dirigeants intellectuels au fait des affaires, soit comme des hommes d’étude orientés vers l’action. Ce mode particulier et original de consultation favorise les intellectuels pratiques et tout naturellement conduit certains leplaysiens à occuper le devant de la scène (Robert Pinot par exemple, l’homme fort du Comité des Forges, en est une illustration signifiante). Parmi eux Joseph Wilbois, collaborateur de Demolins2, chrétien social, admirateur de Fayol et de Bergson. A sa manière toute personnelle, il contribue au mouvement de rationalisation des organisations et de la société, en se positionnant moins comme dirigeant éclairé d’affaires (à la façon d’un Robert Pinot) que comme un porte-parole des hommes d’action. Une grande partie de son œuvre est en effet consacrée à l’éducation de ceux ou celles qui sont conduits à prendre des responsabilités dans l’entreprise et/ou sur le terrain social. Tempérament porté à l’expression – un homme de parole – et à l’action, toute sa vie durant Wilbois se consacre à une pédagogie active (par opposition à l’éducation publique, qu’il associe à la soumission passive) visant à former des chefs et à leur inculquer non seulement l’esprit d’entreprise, mais l’esprit social et moral. L’ensemble des connaissances mobilisées pour la formation des chefs (sociologie, psychologie, science du management) vise pour Wilbois à l’efficience et à l’organisation rationnelle d’une société dans le but de concourir à l’épanouissement moral et humain de l’individu et non dans la seule volonté de réalisation des besoins matériels. Le chef d’entreprise doit donc être un représentant de la morale tout en étant un excellent manager. L’industrie est une condition obligée et nécessaire de la morale, car elle crée une tension pour remplir une tâche commune, tension qui ne peut être menée à terme que par des hommes de volonté développant au sein de leur entreprise l’idée de devoirs réciproques. Tout en puisant aux sources contradictoires de la sociologie de Le Play et de Durkheim, qu’il tente de rendre complémentaire, Wilbois considère que les sciences sociales ne sont pas une fin en soi. Certes, elles contribuent à l’amélioration des systèmes humains et machines, mais ce que Wilbois vise c’est l’amélioration et le perfectionnement des chefs et des responsables, plus que l’adaptation de leurs subordonnés à la rationalisation.

3Tout à son désir de réalisation d’un Idéal social, Wilbois refuse les clans et les écoles et prêche pour le brassage des idées. Le Play, Durkheim, Freud, Janet, Ribot, Piéron, Lahy, Fayol, Bergson, autant de sources auxquelles il puise, moins pour y chercher les fausses controverses que pour les regarder comme complémentaires. Fidèle à l’observation méthodique de Le Play, il voit dans les enquêtes et les monographies le moyen d’acquérir un esprit réaliste et plus social, en s’astreignant à de minutieuses études. Cet esprit social, Wilbois voudrait le faire partager aux futures élites. L’acquisition de l’esprit social est cependant pour lui insuffisante si elle ne s’accompagne pas de l’exigence éthique, à savoir l’aspiration morale à une société humaine et juste. Cette volonté permanente d’allier la science, la technique et la morale constitue la spécificité et l’originalité de Wilbois qui se définit lui-même comme un mystique porté vers l’action et la technique.

Wilbois, l’homme de la parole active

4Wilbois se voue très rapidement à l’enseignement privé orienté vers la formation d’un esprit pratique. Il rejoint donc les rangs de ceux qui enseignent à l’Ecole des Roches sous le magistère de Demolins dont il épousera la fille (il enseigne aux Roches de 1904 à 1906).

5Appelé à une mission en Russie (1906-1912), il devient directeur de l’école française de Moscou, puis à son retour en 1913, il fonde le Club Action Pensée (CAP) et l’Ecole d’humanités contemporaines. Tous deux fonctionneront jusqu’en 1932. Le Club Action Pensée s’adresse aux jeunes gens qui, selon l’expression de son fondateur, veulent devenir des « dirigeants intellectuels des affaires ». Son action est moins portée vers l’enseignement (objet de l’Ecole d’humanités contemporaines) que vers l’établissement de relations et de contacts entre les jeunes qui poursuivent des études et ceux qui sont déjà dans les affaires pour « concrétiser l’esprit des premiers et élargir l’horizon des seconds ». Le CAP organise à cette fin des débats sur les grandes questions sociales et morales, des soirées informelles « sans conférence ni discussion » pour rencontrer des hommes éminents dans divers domaines et spécialités (savants, missionnaires, industriels, commerçants, médecins, colonisateurs et explorateurs, etc.), et il incite les participants à la création d’initiatives communes. Quant à l’Ecole d’humanités, son objet est de transmettre une culture générale à ceux qui se destinent aux commerces et à l’industrie. Les cours qui y sont donnés montrent l’étendue du champ des connaissances : des cours d’épistémologie des sciences (intervenants principaux J. Wilbois et E. Le Roy) ; des cours d’économie sociale dont Wilbois a la charge (ils comprennent huit leçons : « les anciennes sciences économiques », « la géographie humaine », « la sociologie de Durkheim », « la méthode monographique de Le Play », « la nomenclature élargie d’Henri de Tourville », « la classification des types et le répertoire des lois d’Edmond Demolins », « la conception évolutionniste des types sociaux et des lois sociales », « l’évolution créatrice dans l’histoire humaine ») ; des cours introduisant à la vie économique contemporaine, dirigés également par Wilbois ; des cours de géographie sociale, animés par Paul Descamps, Paul Bureau, Jacques Chevalier, Wilbois ; des cours sur la Russie (Pierre Chasles et Wilbois) ; enfin des cours de morale et de psychologie. Apprentissage de l’enquête sociale et économique, exercices pratiques de commerce et de comptabilité, étude des langues sont inscrits au programme qui mène au diplôme de fin d’études. L’objectif de cet enseignement est de former des dirigeants qui soient des « hommes complets » par l’étude de l’homme social, des hommes de progrès par « l’observation des sociétés d’avenir ». J. Wilbois en tirera un ouvrage publié en 1914 et intitulé : Les Nouvelles Méthodes d’éducation, l’éducation de la volonté et du cœur.

  • 3 Les sucreries Le Baudy.
  • 4 Essai sur la conduite des affaires et la direction des hommes. Une doctrine française : l’administr (...)

6Cette vocation d’intervenant auprès d’un public de futurs dirigeants, chefs d’entreprise, puis surintendantes d’usine, Wilbois la concrétise par la création en 1919, après son retour de captivité (1915-1918), de l’Ecole d’administration et d’affaires (subventionnée par Mme Le Baudy)3 et par l’édition, la même année, avec son ami Paul Vanuxem (polytechnicien, adhérent à la Science sociale, une des sociétés héritières de Le Play, dirigeant d’une manufacture d’Etat en Belgique), de L’Essai sur la conduite des affaires et la direction des hommes4. Cet ouvrage est préfacé par Fayol, célèbre théoricien de l’organisation administrative, qui crée, la même année, le Centre d’études administratives. Ce dernier fusionne en 1925 avec la Conférence de l’organisation française pour former le Comité national de l’organisation française dont Wilbois devient rapidement le secrétaire.

  • 5 Les Vade-mecum du chef d’entreprise publiés sous la direction de J. Wilbois, Paris, Alcan, 1926-193 (...)

7Son insertion dans le milieu industriel et particulièrement dans celui des patrons chrétiens paraît dès lors consolidée. Son œuvre est essentiellement orientée sur l’éducation des chefs et des hommes d’entreprise. De 1923 à 1930, Wilbois publie les Vade-Mecum du chef d’entreprise5, d’après les cours professés à l’Ecole d’administration et d’affaires (7 volumes). Acquisition de l’esprit social par la méthode d’enquête propre aux grands sociologues (Le Play, Tourville, Durkheim), inculcation des techniques modernes de direction, selon les principes de Fayol, modernisation de l’appareil de production par la synthèse du fayolisme et du taylorisme (la direction des ateliers et des bureaux), éducation de l’âme par la psychologie et la philosophie bergsonienne, tels sont les domaines dans lesquels excelle Wilbois.

  • 6 La Nouvelle Organisation du travail, Paris, Bloud et Gay, 1937, 180 p.

8Les événements de juin 1936 tempéreront cependant l’optimisme de Wilbois vis-à-vis de l’évolution de la société industrielle et du progrès économique. Frappé par les conséquences et les effets pervers du taylorisme, indigné par le conservatisme du patronat, Wilbois tirera de cette expérience un livre étonnant, La Nouvelle Organisation du travail6, préfigurant la socio-analyse et l’analyse institutionnelle. Les événements de juin 36 ouvrent selon ses termes une ère nouvelle, marquant une coupure entre d’anciennes et de nouvelles habitudes dans le monde du travail. A la différence des ouvriers, le patronat, conservateur, n’a pas su tirer parti de cette situation pour impulser des changements dans les relations industrielles et sociales. Quant au taylorisme, il lui semble aussi dépassé, l’ouvrier devenant un acteur créatif et n’étant plus un individu passif et soumis à la machine (créativité liée à l’auto-organisation du travail d’équipe). Ce désarroi et cette inquiétude face à une société industrielle portée au matérialisme plutôt qu’à l’humanisme ont amené Wilbois dans ses dernières publications à se consacrer aux études sur le mysticisme et la religion et à faire œuvre d’apostolat.

9Outre cet engagement permanent sur le terrain de l’industrie, Wilbois intervient régulièrement dans le secteur des œuvres sociales. Il s’emploie jusqu’à la fin de sa vie à la formation d’assistantes et de surintendantes. L’Ecole de Montrouge, celle de la Croix Saint-Simon, l’Ecole des surintendantes d’usine sont les lieux d’expression de ses œuvres, de ses recherches, de ses écrits. Malheureusement, nous ne disposons que de peu d’éléments sur cette activité centrale et sur l’écho qu’il a reçu dans le secteur social.

  • 7 Henri BERGSON, Les Deux Sources de la morale et de la religion, Paris, PUF, 1932.

10La vision de la société de Wilbois bouleverse les idées reçues, les catégories et les concepts qui leur sont liés. Sa pensée le porte tout naturellement à s’inspirer de Bergson qui a le mieux théorisé l’alliance entre mécanique et mysticisme7. A l’instar du philosophe, Wilbois considère que la forme pure et « complète » du mysticisme est l’action. L’aboutissement d’une telle fin présuppose la modernisation rationnelle du système de la société, celle-ci œuvrant à la libération des énergies et à la fin des contraintes et des servitudes particularistes. L’avènement du système-machine est la condition nécessaire mais non suffisante de l’universalité. Seuls certains hommes sont pour Wilbois et Bergson portés par l’élan vital de l’universalité et à même de réaliser cette tâche ; ce sont les grands chrétiens, mais aussi certains chefs d’entreprise. Wilbois voudrait parfaire la création de l’espèce humaine par l’alliance de la modernité et du mysticisme en en révélant tous les bienfaits aux futurs responsables. Vaste mission, qui fait de Wilbois un original et un utopiste engagé.

La pensée instituante

La sociologie dynamique

11Wilbois a de la sociologie une conception globale : ce sont « toutes les sciences qui étudient les sociétés humaines ». Tout ressort de la sociologie et il ne saurait être question de frontières entre les sciences humaines.

  • 8 Joseph WILBOIS, « Introduction à la sociologie », Revue de métaphysique et de morale, 1920.

12La sociologie ne peut se distinguer que par sa méthode et non par l’objet qu’elle appréhende. Une fois ces principes posés, il esquisse le cadre de sa pensée sociologique. Il veut faire une œuvre tri-dimensionnelle à la fois scientifique, philosophique et pratique8.

  • 9 « Devoir et durée », Revue de métaphysique et de morale, 1912.

13Scientifique : c’est-à-dire « rappeler par quelles méthodes on recherche les causes des faits et montrer comment ces méthodes, si aiguës soient-elles, sont par essence insuffisantes pour résoudre la totalité de la question ». Dans cette optique Wilbois suggère de marier la tradition leplaysienne à celle de Durkheim. Il ne suffit pas d’observer des faits en vrac (ce qu’il reproche aux monographies des Ouvriers des deux mondes), ni de partir d’une explication tirée du lieu géographique selon la formule de Tourville. Il faut « construire » les faits sociaux par la recherche des causalités sociales. A propos de la constitution des faits, Wilbois écrit dans le chapitre IV de Devoir et durée9 :

« Nous disons de constitution et non d’observation. M. Durkheim avait déjà noté dans ses Règles de la méthode sociologique que l’observation en sociologie pouvait avoir la richesse d’une expérience physique. C’est une des grandes lacunes de l’Ecole issue de Le Play, “Ecole de la science sociale suivant la méthode d’observation”, d’avoir gardé un titre datant de 75 ans et des habitudes scientifiques qui ne se modernisent que lentement. »

14De plus, quand on entreprend une étude sociologique, la recherche des causes, des covariations, l’établissement de lois, l’analyse des répercussions sont indispensables mais insuffisantes si l’on ne tient compte des « tendances, jugements, images et émotions, instincts, aspirations, représentations » (La Notion philosophique de cause). Tous ces éléments pour Wilbois sont la source des grands courants sociaux, des mouvements collectifs, et ne peuvent être appréhendés que par le biais de la psychologie sociale. Les actes se produisent sous « l’empire lointain de tendances et sous l’empire direct d’images qui leur correspondent ».

  • 10 « La notion philosophique de cause dans le monde social », Revue de métaphysique et de morale, 1929

15Philosophique : « Rechercher ce qu’il faut entendre dans le monde social, par causes ». La réalité ne se décrit pas seulement en termes mécaniques. L’habitude nous entraîne selon Wilbois à voir dans la « causalité mécanique, le type de causalité efficiente » (La Notion philosophique de cause dans le monde social10). Cette superstition est erronée car, comme l’a dit Bergson, « le monde est une continuité où notre esprit fait pour ses besoins les principales découpures ». Pour atteindre la connaissance scientifique, il faut donc dépasser les limites imposées par les disciplines et allier la méthode inductive et expérimentale à l’intuition, seule capable de saisir la vie dans son mouvement. L’intuition exige une « interprétation qui suppose des actes de vie intérieure ». La science est l’auxiliaire de l’intuition, et « l’union de ces deux méthodes est indispensable pour l’étude des phénomènes sociaux », car « on ne peut séparer le vivant de l’automatique ».

16L’œuvre pratique : après avoir distingué « les différentes espèces de causes », il faut leur faire correspondre « autant d’espèces d’actions » et distinguer entre les actions « stériles » et celles « efficaces » pour la société. Tant qu’elle ne débouche pas sur une sociologie de l’action, la connaissance n’est pas légitime pour Wilbois. Elle doit être utile aux hommes d’action, aux chefs d’entreprise, elle doit être une technique de discernement entre les actions stériles inutiles, et celles qui sont utiles à un meilleur fonctionnement de l’entreprise et de la société. En effet, ce qui caractérise les groupements sociaux modernes, c’est l’évolution de leurs fonctions, de leurs besoins, l’apparition de tendances et d’aspirations nouvelles. Le sociologue doit s’efforcer de combler les manques fonctionnels, de rechercher les « carences » institutionnelles et organisationnelles afin d’adapter les structures aux nouveaux besoins sociaux et collectifs. L’action doit donc en toute circonstance être précédée de connaissances, « une besogne de laboratoire, d’enquêtes, de recherches, de statistiques ».

La sociologie événementielle ou socio-psychanalyse

  • 11 La Nouvelle Organisation du travail, op. cit.

17Les événements de juin 1936 ont pour Wilbois joué un rôle analyseur des relations entre ouvriers et patrons. Observateur à chaud des événements, il en tire un ouvrage de « socio-analyse » sur un mouvement social et ses conséquences futures11. Wilbois nous livre selon ses propres mots la « psychanalyse des ouvriers et des patrons ». Les occupations d’usines ont créé une situation nouvelle et une expérience existentielle modifiant à jamais les relations traditionnelles de l’ouvrier avec le patron et la hiérarchie. Pour l’ouvrier, « les occupations d’usines ont constitué un choc qui brusquement a développé un nouveau “nous”, sans doute en germe, et brusquement a étouffé l’ancien “nous”. Il en résulte que les ouvriers ne peuvent et ne veulent plus subir l’arbitraire du commandement inséparable du régime patriarcal dominant les rapports sociaux. »

18Les patrons, eux, du moins pour leur majorité, n’ont « reçu aucune secousse » ou plutôt « ils s’imaginent n’avoir assisté qu’à une révolte accidentelle ». Ils ne voient donc pas que les événements ont fait table rase du passé et que l’avenir ne reviendra jamais semblable à ce qui était avant. Wilbois milite alors pour l’établissement de nouveaux liens entre ouvriers et patrons, mais ces liens collectifs ne seront réellement possibles que si le patronat, en tant que groupe social, se débarrasse de son « complexe d’autorité ». La meilleure méthode de traitement est « la psychanalyse ». Elle consiste essentiellement à faire remonter le patient (le patronat) à l’origine du complexe dont il souffre.

  • 12 La Psychologie au service du chef d’entreprise, Paris, Alcan, 1934, 243 p.

19Cette socio-psychanalyse repose sur l’analyse des liens entre les conditions de travail et les phénomènes mentaux et psychiques. Wilbois cherche à mettre la psychanalyse et la « psychologie au service du chef d’entreprise » : « Etant donné un individu qui est ce qu’il est, il faut s’efforcer d’en tirer le rendement maximum12 ». Par rendement Wilbois entend autant les capacités gestionnaires et administratives du chef d’entreprise, d’où le recours à la psychologie expérimentale et physiologique (test d’efficience, etc.) que le rendement psychique (capacité d’introspection, d’analyse de ses complexes, d’administration de soi, etc.). Le perfectionnement de la valeur des chefs est la condition minimale du perfectionnement de la société.

Mysticisme et action

  • 13 « L’esprit positif », Revue de métaphysique et de morale, 1899.
  • 14 Annie PETIT, « La diffusion des sciences comme souci philosophique : Bergson », in Vulgariser les s (...)

20Les toutes premières œuvres13 de Wilbois répondent aux problèmes auxquels son époque est confrontée : celui du « conflit de la Science et de la Foi ». A la suite d’Henri Poincaré, de Pierre Duhem, d’Edouard Le Roy et surtout de Bergson14, il reconnaît les apports féconds de la science et de l’esprit positif, mais il en définit les limites. La science ne peut saisir qu’un « aspect du Monde », elle ne peut en aucun cas prétendre exprimer le réel dans sa totalité. En d’autres termes la science déterministe ne donne pas le secret du monde et son but n’est pas tant la connaissance de la matière que l’action sur la matière. Ces principes une fois posés et démontrés, Wilbois définit le statut de la foi par rapport à la science. La foi, selon lui et son maître Bergson, est l’unique et première source de la connaissance universelle. Dans ces conditions il n’existe pas de philosophie complète indépendamment de la foi, et la science ne permet pas à elle seule d’atteindre la vérité. La recherche de la vérité, à savoir l’ouverture à un amour universel, est une quête constante dans la trajectoire de Wilbois. Elle ne signifie pas la soumission à un dogme ou à une pratique religieuse, mais la pratique quotidienne d’une vie intérieure dont paradoxalement la visée finale est l’action. Wilbois est un mystique, mais le mysticisme dont il se fait l’apôtre et le défenseur ne s’exprime pas dans une intellectualité abstraite et individuelle. Le mysticisme « complet », tel qu’il l’entend, est au contraire un mysticisme social, orienté vers l’action et cherchant à conduire la société vers son maximum de potentialités humaines.

  • 15 La Vie intérieure des hommes d’action contemporaine, non daté.

21Cette pensée mystique est à l’opposé des doctrines de renoncement ou des pratiques d’extase. Elle ne cherche pas à se fermer sur elle-même, mais au contraire à s’ouvrir sur un monde révolutionné par les progrès des sciences et de l’industrie qui accroissent le rendement de la terre, font surtout circuler les hommes et les produits et renforcent les exigences de réciprocité. Le mysticisme « complet » ne peut donc se réaliser que dans les sociétés industrialisées, car le mystique est homme d’action15 : « goût de l’action », « faculté de s’adapter et de se réadapter aux circonstances », « fermeté jointe à souplesse », « discernement prophétique du possible et de l’impossible », « esprit de simplicité qui triomphe des complications », « bon sens supérieur », etc. La concentration spirituelle, la vie intérieure, doivent être des énergies centrées vers le « nous » social et non le « moi », égotiste et individualiste. C’est dire que, pour Wilbois, le mystique est l’essence même de l’homme d’action. Le type idéal du mystique peut être autant représenté par certains saints que par quelques chefs d’entreprise. Sur le fond il n’y a aucune différence ; cette concordance entre les mystiques et les hommes d’action l’amène à faire l’alliance paradoxale entre le fayolisme – il a rencontré Fayol après-guerre – et le mysticisme.

22Wilbois s’est donc pour ces raisons attaché à écrire, sa vie durant, sur la vie intérieure : L’Homme qui ressuscite d’entre les vivants (1928), Claire et Dieu, Ceux qui ont faim (1934), Etes-vous chrétiens ? (1942), Saint Pascal Baylon (1943), Sainte Catherine de Sienne et l’actualité de son message (1948), Psychologie et mystique, La Vie intérieure des hommes d’action contemporaine, etc.

  • 16 L’Avenir de l’Eglise russe, essai sur la crise sociale et religieuse en Russie, Paris, Bloud, 1907, (...)
  • 17 L’Action sociale en pays de mission, Paris, Payot, 1938, 151 p. Le Cameroun, les indigènes, les col (...)

23La vie interne débouche sur l’apostolat. Wilbois sociologue répond aussi à des appels missionnaires. Envoyé en Russie de 1906 à 1912 par le R.P. Portal pour étudier les possibilités d’une réunion des Eglises romaine et orthodoxe russe16, il en rapporte un livre de jeunesse : L’Avenir de l’Eglise russe. De plus il noue et entretient des relations étroites avec les pères du Saint-Esprit, les pères Blancs, les Franciscains. Pour ses enquêtes en Afrique il reçoit la collaboration de religieux qui représentent pour lui des guides incomparables. Wilbois ne publie de ces enquêtes que deux volumes édités chez Payot17, Cameroun (1934) et L’Action sociale en pays de mission (1938). Se rappelant que les missionnaires sont des mystiques en même temps que des apôtres, il écrit dans la collection des « profils franciscains », un Saint François Solano (1942) et dans divers périodiques franciscains des notes sur « Saint Pierre-Baptiste et les premiers martyrs du Japon ». Il contribue au volume publié par les éditions Catholicité intitulé : L’Eglise peut-elle s’adapter ? (1949). Il participe à des conférences à l’Institut catholique de Paris, sur « L’état actuel des missions dans le monde », sujet qu’il traite pour la première fois en 1945.

24Tourmenté du désir d’universalisme et de connaissance de la vie des hommes, Wilbois, dans tous ses ouvrages, est hanté par un christianisme moderne qui soit levain de multiples pâtes sociales.

  • 18 La Politique russe en Asie et en Europe par M. le lieutenant-colonel Adolphe Wilbois (extrait de la (...)

25Wilbois aspire à devenir un dirigeant intellectuel et chrétien plutôt qu’un homme d’entreprise. Chrétien, investi d’une mission sociale, il rejoint dès sa jeunesse le cercle leplaysien, fidèle en cela à la tradition familiale, suivant l’exemple de son père18 qui s’est fait remarquer par ses études monographiques sur la Russie.

26Wilbois est un penseur hors cadre. On reste fasciné par la virtuosité de ses analyses, sa capacité de synthèse, sa faculté d’invention et de compréhension du monde social et de son devenir. L’apport le plus original est sans doute l’alliance qu’il préconise entre sociologie, techniques de commandement et de gestion, et la métaphysique. Il n’y a pas de technicien complet qui ne soit à la fois savant, sociologue et métaphysicien. Wilbois est un créateur au sens artistique du terme, la sociologie qu’il invente préfigure bien des idées et des concepts contemporains. Les tensions existant entre le monde matériel et le monde spirituel l’amènent à découvrir les notions de jugement, d’instinct, d’aspiration, chères à Chombart de Lauwe et à sa sociologie du vécu. L’observation et la fréquentation des industriels le conduisent à poser les prémisses de la sociologie organisationnelle, au sens de l’acteur et du système, telle que Crozier et Friedberg l’ont théorisée.

27Enfin l’analyse des conflits sociaux, et plus particulièrement de celui de juin 1936, fait de Wilbois un préfigurateur de la sociologie de l’action au sens d’Alain Touraine.

28Il est difficile de savoir quelles furent l’audience et la portée de l’œuvre de Wilbois. Le foisonnement, l’éclectisme qui font l’originalité de son œuvre ont certainement contribué à son isolement. Quelle écoute recueillit-il auprès des industriels, des hommes d’action, des services sociaux ?... La recherche reste à faire.

29Quelle qu’ait été son influence, l’étude de son œuvre en fait un sociologue « complet » malheureusement méconnu et oublié des professionnels de la sociologie.

Notes

1 Cette contribution a été publiée dans Etudes sociales, n° 118, 1989, p. 31 -42.

2 Bernard KALAORA et Antoine SAVOYE, Les Inventeurs oubliés : Le Play et ses continuateurs, Seyssel, Champ Vallon, 1989, 292 p.

3 Les sucreries Le Baudy.

4 Essai sur la conduite des affaires et la direction des hommes. Une doctrine française : l’administration expérimentale, préface d’Henri Fayol, Paris, Payot, 1919, 236 p.

5 Les Vade-mecum du chef d’entreprise publiés sous la direction de J. Wilbois, Paris, Alcan, 1926-1934, 7 volumes : l’auteur en remaniant les cours professés à l’Ecole d’administration et d’affaires se propose de rédiger un traité de direction des entreprises.

6 La Nouvelle Organisation du travail, Paris, Bloud et Gay, 1937, 180 p.

7 Henri BERGSON, Les Deux Sources de la morale et de la religion, Paris, PUF, 1932.

8 Joseph WILBOIS, « Introduction à la sociologie », Revue de métaphysique et de morale, 1920.

9 « Devoir et durée », Revue de métaphysique et de morale, 1912.

10 « La notion philosophique de cause dans le monde social », Revue de métaphysique et de morale, 1929.

11 La Nouvelle Organisation du travail, op. cit.

12 La Psychologie au service du chef d’entreprise, Paris, Alcan, 1934, 243 p.

13 « L’esprit positif », Revue de métaphysique et de morale, 1899.

14 Annie PETIT, « La diffusion des sciences comme souci philosophique : Bergson », in Vulgariser les sciences (1919-1939). Acteurs, projets, enjeux, Bernadette BENSAUDE-VINCENT et Christine BLONDEL (dir.), Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences, n° 24, 1988.

15 La Vie intérieure des hommes d’action contemporaine, non daté.

16 L’Avenir de l’Eglise russe, essai sur la crise sociale et religieuse en Russie, Paris, Bloud, 1907, 304 p. Paru pour une grande partie dans la Revue catholique des Eglises, octobre-décembre 1906-janvier et février 1907, sous forme de lettres écrites de Moscou à Jacques Chevalier et sous le titre « La mission de l’Eglise russe ».

17 L’Action sociale en pays de mission, Paris, Payot, 1938, 151 p. Le Cameroun, les indigènes, les colons, les missions, l’administration française, Paris, Payot, 1934, 256 p.

18 La Politique russe en Asie et en Europe par M. le lieutenant-colonel Adolphe Wilbois (extrait de la Revue générale internationale scientifique, littéraire et artistique, septembre 1886).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search