Version classiqueVersion mobile

Les chantiers de la paix sociale

L’emprise du catholicisme

L’ingénieur catholique et son rôle social

André Grelon

Texte intégral

  • 1 Une version plus courte de cette contribution a été publiée en allemand dans l’ouvrage de André GRE (...)

1Au cours de l’entre-deux-guerres, il s’est développé dans les milieux d’ingénieurs, tout particulièrement catholiques, une réflexion sur le rôle social de l’ingénieur1. Celle-ci n’est pas apparue spontanément. Elle a été engendrée par une série de phénomènes complexes : mutations économiques, sociales et politiques de la société française ; difficile repositionnement du catholicisme dans cette évolution, en particulier quant aux relations de l’Eglise avec le monde industriel et spécialement avec la classe ouvrière ; transformation progressive du rôle de l’ingénieur et de sa place dans l’entreprise. Mais elle s’est fondée aussi sur une double tradition du monde ingénierial.

2Je voudrais évoquer brièvement ces différents points et tenter de voir également comment cette thématique s’est développée parmi les ingénieurs catholiques dans le cadre de leur structure centrale : l’Union sociale d’ingénieurs catholiques (USIC). En fait, cette question du rôle social de l’ingénieur n’a pas été pensée comme un support commode à une aimable philosophie sociale ; elle a été constituée pour être un moyen rationnel d’apostolat du monde industriel, s’appuyant sur une véritable théologie, avec la mise en place d’une méthodologie ad hoc et l’utilisation d’outils conceptuels ou organisationnels généralement empruntés, mais repensés dans ce cadre spécifique.

Une double tradition chez les ingénieurs

  • 2 Antoine PICON, « Les ingénieurs et la mathématisation. L’exemple du génie civil et de la constructi (...)
  • 3 Ce qui amène par exemple les « techniciens savants » à composer des planches explicatives pour mett (...)
  • 4 Ecole des Mines de Saint-Etienne en 1817 ; Ecole des ouvriers mineurs d’Alès (1843) et de Douai (18 (...)
  • 5 Aimée MOUTET, « Ingénieurs et rationalisation dans l’industrie française, de la Grande Guerre au Fr (...)

3Dès l’apparition de leur profession, les ingénieurs ont eu à prendre en compte, intimement mêlé à leurs tâches techniques, le problème du facteur humain. Sans vouloir remonter aux ingénieurs du Moyen Âge ou de la Renaissance, on peut signaler qu’aux XVIIe et XVIIIe siècles, c’est une préoccupation constante des ingénieurs du Roy. Pionnier du chronométrage, Vauban fait mesurer le temps mis à remplir et à transporter une brouette de terre, pour déterminer la productivité du travail humain. Même préoccupation quelque cinquante ans plus tard chez Perronet, le futur directeur de l’Ecole des Ponts et Chaussées, qui, sur la base d’observations minutieuses, analyse de façon précise dans deux mémoires la façon dont les ouvriers de Laigle en Normandie fabriquent des épingles de laiton. S’il est clair que se font jour alors des préoccupations de maîtrise dynamique des coûts2, on peut aussi y voir le début de cette fascination des ingénieurs pour la résolution de la question du rapport de l’homme aux techniques, de l’ouvrier à la machine. A défaut de machines parfaites et fonctionnant de façon autonome (dont Vaucanson avec la construction de ses automates montre quelles perspectives elles pourraient ouvrir un jour pour l’organisation de la production), il faut intégrer en permanence le travail de l’ouvrier, indispensable évidemment, mais néanmoins facteur de contraintes d’autant plus délicates à gérer qu’elles sont le plus souvent imprévisibles : maladies, accidents, grèves... ou plus simplement manque de qualification pour la tâche requise, difficulté de communication avec les responsables, etc.3 Ce sera ainsi une des préoccupations constantes des ingénieurs des Mines, tout au long du XIXe siècle, qui les amènera à ouvrir et diriger tout un ensemble d’établissements d’enseignement pour former aux différents niveaux hiérarchiques techniciens et ouvriers professionnels des mines ; mais aussi à contrôler les machines à vapeur pour éviter les accidents du travail dus aux explosions de chaudière4. Le développement de l’industrialisation, l’organisation du travail dans de vastes ateliers, la complexification des processus de production ne pourront que renforcer cet aspect du travail de l’ingénieur pour aboutir dès le début du XXe siècle à la figure emblématique de l’ingénieur rationalisateur5.

4Cette première tradition qui vise à réduire les problèmes posés par le facteur humain dans les processus techniques de production ne doit pas en occulter une autre, de nature quelque peu différente, qui touche à la philosophie du social. Elle se fonde sur des influences multiples et se déroule selon des filiations complexes qui ne peuvent être détaillées ici. Il faut toutefois d’abord présenter la figure du grand penseur utopiste Claude-Henry de Rouvroy, comte de Saint-Simon, dont la doctrine, si elle n’a pas eu dans l’ensemble des milieux d’industrie l’autorité qu’on lui a parfois prêtée, n’en a pas moins été diffusée auprès de divers cercles d’ingénieurs que ce soit dans ou hors de l’église saint-simonienne. Au début du XIXe siècle, dans de nombreux ouvrages, Saint-Simon pousse à la mise en place d’une réelle société industrielle dans laquelle la seule hiérarchie sera « celle des capacités et celle des mises, qui sont l’une et l’autre nécessaires, c’est-à-dire inévitables ». En s’organisant par rapport aux chefs des arts et métiers, le peuple y aura gagné le plus haut degré d’égalité qui soit possible et désirable : « Il n’y a plus de commandement exercé sur lui par ses nouveaux chefs, que ce qui est strictement nécessaire pour maintenir le bon ordre dans le travail, c’est-à-dire très peu de choses. La capacité industrielle répugne tout autant par sa nature à exercer l’arbitraire qu’à le supporter. N’oublions pas d’ailleurs que, dans une société de travailleurs, tout tend naturellement à l’ordre ; le désordre vient toujours, en dernière analyse, des fainéants » (L’Organisateur, vol. I). En outre, la société industrielle invite naturellement à la coopération et à l’union. Car l’industrie est une : « Tous ses membres sont unis par les intérêts généraux de la production, par le besoin qu’ils ont tous de sécurité dans les travaux et de liberté dans les échanges » (L’Industrie, vol. III). Enfin, dans cette conception, la classe intermédiaire des ingénieurs joue un rôle primordial car c’est en elle que se réalise la combinaison effective de la théorie et de la pratique. On retrouvera cette thématique pratiquement intacte dans de nombreux textes de la publication des ingénieurs catholiques, L’Echo de l’USIC, un siècle plus tard.

  • 6 En ce qui concerne l’analyse de l’œuvre écrite et organisationnelle de Le Play, ainsi que pour une (...)
  • 7 En 1925, un membre de l’USIC témoigne dans L’Echo (p. 38-40) du rôle de précurseur d’Emile Cheysson (...)

5Mais la personnalité la plus importante qu’il faut mentionner est sans conteste celle de l’ingénieur du corps des Mines Frédéric Le Play dont l’œuvre sociologique et philosophique considérable, écrite sous le Second Empire, sera constamment reprise et analysée dans les cercles d’intellectuels catholiques, et abondamment commentée et diffusée par les pères jésuites, tout du moins ceux groupés autour du mouvement de l’Action populaire. Par ses continuateurs de la fin du XIXe siècle, notamment Emile Cheysson et Pierre du Maroussem, on entre directement en contact avec les ingénieurs catholiques qui, sous la houlette du père de la Barre, du père du Passage, au sein de l’USIC, vont étudier et appliquer la méthode de la science sociale, présentée comme étant la « sociologie catholique »6. Emile Cheysson propose entre autres, au cours d’une fameuse conférence à la Société des ingénieurs civils en 1897, de créer des ingénieurs sociaux dont la tâche sera de mettre en œuvre dans l’entreprise des institutions sociales intégrant les ouvriers à la vie de la compagnie. Ce dessein sera repris et discuté au sein de l’USIC, mais seulement après la Première Guerre mondiale7. Quant à Pierre du Maroussem, il intervient à plusieurs reprises, avant et après-guerre, dans des conférences où il présente ses travaux.

L’Eglise et révolution politique et sociale

  • 8 Pour reprendre le titre du chapitre de Michel LAGREE, in François LEBRUN (dir.), Histoire des catho (...)

6Depuis l’instauration de la Ille République, la hiérarchie catholique et la plupart des fidèles ont eu le sentiment d’être « exilés dans leur patrie »8. Ils se sentent les victimes d’une évolution sociale, économique et politique que l’Eglise ne parvient plus à analyser, marquée par une lente mais inexorable sécularisation. L’exode des campagnes semble donner le signal d’une inéluctable déchristianisation. La ville, qui gonfle sans cesse, avec ses faubourgs ouvriers qui s’étendent chaque jour un peu plus, apparaît comme caractéristique d’un monde sans Dieu.

  • 9 « L’enseignement supérieur des jeunes patrons de la grande industrie. L’Ecole des hautes études ind (...)
  • 10 « Quel bien peut-on faire dans une usine ou dans un atelier où l’on a pour adversaire le contremaît (...)

7Deux attitudes se dessinent alors. D’une part, la tentation de l’isolement, celle de recréer avec les siens une contre-société avec ses paysans, ses ouvriers, ses médecins et ses patrons chrétiens, vivant entre eux. Dans cette perspective, la création des universités catholiques à partir de 1875 joue un rôle très important : elle permettra, pensent bon nombre de stratèges catholiques, de constituer une élite chrétienne sans passer par l’Université athée. Mais il faut aussi penser à l’industrie : un effort particulier de formation doit être entrepris dans cette direction. Il s’agirait de réaliser là une œuvre formidable nécessitant des investissements financiers très importants. C’est dans l’agglomération lilloise que la tentative sera poussée le plus loin. Dès 1885 est réalisée en annexe de l’Université catholique une école de patrons chrétiens, l’Ecole des hautes études industrielles et commerciales qui, outre une formation scientifique et technique, offre à chaque étudiant du droit des affaires, des éléments de droit public et administratif ainsi que « des principes de l’économie sociale pour remplir son rôle dans la société et faire bénéficier l’Eglise de l’influence que lui donneront son éducation, sa science et sa position de fortune »9. En 1876, un patron catholique avait acheté un terrain en vue d’y faire construire un établissement pour y former la maîtrise industrielle selon les principes chrétiens. Ce sera l’Institut catholique des arts et métiers, l’ICAM, finalement ouvert en 1898 sur le modèle des écoles d’Arts et Métiers de l’Etat, auquel s’adjoindront, peu avant la guerre, une école professionnelle (pour former des dessinateurs et chefs d’ateliers), une école de mécaniciens et des cours du soir. Dans la cité voisine de Lille, à Roubaix, un Institut technique catholique forme dans le même temps des techniciens pour l’industrie textile. Le but originel est clair : il faut constituer des entreprises entièrement chrétiennes qui seront des forteresses catholiques au milieu d’un monde hostile. En réalité, ce projet, si exaltant soit-il, est inapplicable dans un tissu industriel complexe. Les jeunes gens formés devront se faire missionnaires et peupler les usines « laïques » de contremaîtres et techniciens chrétiens10.

  • 11 Sur l’histoire de l’USIC, voir André THEPOT, « L’Union sociale des ingénieurs catholiques durant la (...)

8On rejoint là une seconde tendance qui consiste pour les catholiques à investir hardiment le terrain social. Avec l’encyclique Rerum Novarum (mai 1891) du pape Léon XIII, ils disposent désormais d’une base doctrinale qui sera connue sous le nom de doctrine sociale de l’Eglise. Mais il faut les préparer à cette tâche. Les pères jésuites sont particulièrement actifs en ce qui concerne la jeunesse scientifique. Dans leur célèbre école de la rue des Postes, à Paris, ils préparent, dans une atmosphère catholique, des jeunes gens aux concours des grandes écoles de l’Etat. Ils ont également installé des aumôneries près de ces écoles d’ingénieurs. Mais s’ils les accompagnent tout au long de leur scolarité supérieure, que se passera-t-il après l’entrée dans la vie active ? Une nouvelle structure s’impose : ce sera l’USIC11.

9A l’origine il s’agissait du simple rassemblement de quelques centraux réfléchissant entre eux à leurs problèmes professionnels dans une perspective chrétienne, sur la base d’une promesse faite au cours d’une retraite religieuse en 1892. La structure se renforce peu à peu et prend une forme syndicale sous le nom de l’Abeille en 1902. En 1905, l’obligation qui était faite d’être diplômé de l’Ecole centrale est supprimée et le syndicat s’ouvre aux autres ingénieurs des écoles de l’Etat. En 1907 enfin, une modification des statuts permet d’accueillir ceux qui, tout en n’ayant pas un diplôme d’ingénieur, en ont au moins les fonctions ; ainsi peut-on recruter des polytechniciens d’un côté, des anciens élèves des écoles libres, type ICAM ou ECAM (Ecole catholique d’Arts et Métiers) de l’autre. Pour être accepté dans le syndicat, il faut impérativement être catholique, ce qu’attestent deux parrains déjà membres. De ce fait, le groupe est très homogène, tant par la formation de ses membres que par leur profession et leurs orientations éthiques.

L’évolution de la place des ingénieurs dans la société

  • 12 Ibid., p. 218.
  • 13 André GRELON, « Les universités et la formation des ingénieurs en France jusqu’en 1914 », Formation (...)

10L’initiateur de l’USIC, le père Henri-Régis Pupey-Girard, avait compris dès l’origine que les ingénieurs allaient jouer un rôle de plus en plus grand dans la société industrielle et c’est pourquoi il les avait pressés de former un véritable syndicat12. Il est certain que dans le cadre de la seconde industrialisation, la demande d’ingénieurs et de techniciens de tous ordres croît constamment. C’est pourquoi du reste les écoles libres techniques peuvent naître et se développer : elles s’inscrivent dans un mouvement beaucoup plus vaste de créations d’établissements d’enseignement supérieur technique, notamment d’instituts annexés aux facultés des sciences, lesquelles sont alors en pleine embellie13. Ces nouvelles institutions se différencient des écoles d’ingénieurs précédentes en ce qu’elles ont à répondre à des demandes plus précises des industriels : ceux-ci ont besoin de chimistes, d’électriciens, d’électro-mécaniciens, outre l’ingénieur traditionnel polyvalent, type centralien. L’organigramme de l’entreprise se recompose et l’encadrement se hiérarchise dans un sens et s’opérationnalise en secteurs fonctionnels de l’autre.

  • 14 En 1925, un conférencier de l’USIC cite ainsi Wilbois et Vanuxem, collaborateurs de Fayol, le théor (...)

11Dans ces conditions, les profils de carrière des ingénieurs ne peuvent que se modifier. Désormais, tous ne pourront espérer avoir leur bâton de maréchal dans leur musette14. La multiplication d’établissements de formation de même spécialité va accroître la concurrence entre postulants à un même emploi. Traditionnellement, le milieu des ingénieurs français a toujours été divisé : les solidarités sont internes aux associations d’anciens élèves ; des querelles opposent – parfois violemment – ingénieurs d’Etat et ingénieurs civils ; la création d’instituts universitaires de sciences appliquées a soulevé la méfiance des grandes écoles traditionnelles, etc. Le risque est réel de voir le milieu des ingénieurs s’atomiser complètement, compte tenu de l’évolution de la situation industrielle. C’est pourquoi la création de l’USIC apparaît comme la première opération de rassemblement des ingénieurs sur une base professionnelle – la Société des ingénieurs civils de France fondée un demi-siècle plus tôt se situant plus comme une société savante d’ingénieurs, une Académie des arts techniques. Dans le bulletin du syndicat, on va parler emploi, salaires, retraites ; on va organiser un bureau de placement, une commission juridique sera instituée, et surtout les animateurs de l’Union vont proposer une doctrine cohérente qui permettra à l’ingénieur d’avoir une vision claire de sa place dans l’entreprise et dans la société.

Structuration de l’USIC

12En fait, cette mise en place est progressive : à ses débuts, le syndicat ne compte que peu de membres (membres actifs, c’est-à-dire ingénieurs en fonction, et membres stagiaires, à savoir élèves des écoles) : 454 en 1902, au moment de la création de l’Abeille, 565 en 1907 quand le syndicat s’ouvre à l’ensemble des ingénieurs catholiques, 1 184 en 1914 ; les moyens en hommes et en finances sont limités, l’impact sur la population ingénieriale est encore faible. Mais surtout la position de l’Union dans la mouvance des nombreux mouvements d’action catholique professionnelle suscités ou créés par le père Pupey-Girard n’est pas encore parfaitement stabilisée. Alors que le premier numéro de la revue de l’USIC, L’Echo, paraît en janvier 1908, dès 1910 il n’est plus qu’un supplément aux Echos des Unions-fédérales-professionnelles de catholiques, syndicats de patrons chrétiens tels que le Syndicat d’hygiène et des produits chimiques, l’Union des syndicats fraternels du bâtiment, ou l’Union française du commerce et de l’industrie. En avril 1911, le titre est à nouveau transformé et devient Echos de l’Union sociale d’ingénieurs catholiques et des Unions fédérales professionnelles de catholiques. Pendant les deux premières années de la guerre, le bulletin disparaît : les responsables sont mobilisés, l’aumônier-conseil est « aux armées », il n’en reviendra qu’en 1918. Mais en mars 1916, paraît une nouvelle série avec un titre définitif : Echo de l’Union sociale d’ingénieurs catholiques. Il n’est désormais plus fait mention des unions patronales. Les ingénieurs catholiques ont gagné leur droit à l’autonomie, malgré les vœux très corporatifs de leur cher aumônier-conseil.

  • 15 André THEPOT, op. cit., p. 221.

13Cette valse des titres est intéressante. Elle signale les hésitations chez les responsables catholiques quant à la position sociale des ingénieurs : doit-on les assimiler aux patrons ? S’ils ne le sont pas, n’ont-ils pas vocation à le devenir ? Ne partagent-ils pas avec les chefs d’entreprise les mêmes devoirs, les mêmes soucis, les mêmes responsabilités ? Avant-guerre, l’ambiguïté demeure. Après-guerre, le doute n’est plus permis : l’Union sociale d’ingénieurs catholiques est un mouvement de salariés. Certes, il compte dans ses rangs des ingénieurs chefs d’entreprise, mais les chefs d’industrie qu’il rassemble seront désormais le plus souvent des dirigeants rétribués et non propriétaires des firmes qu’ils animent. Et surtout, le syndicat catholique recrute des ingénieurs de tous types d’écoles, parisiennes ou provinciales, généralistes ou spécialisées, qui se répartissent sur les divers degrés de l’échelle hiérarchique et dans l’ensemble des fonctions des entreprises15. Ces nouveaux membres ont des problèmes bien concrets de salaires, de droits aux allocations familiales, de contrat de travail, de caisse de retraite... dont le syndicat va désormais s’occuper, parallèlement aux réflexions doctrinales et aux conférences apologétiques. Mais c’est précisément parce qu’il fait œuvre syndicale réelle auprès de ses membres que les orientations axiologiques qu’il préconise sont méditées et approuvées au sein de l’Union. C’est pour les mêmes raisons que l’influence de l’USIC déborde des seules sphères catholiques pour toucher beaucoup plus largement les milieux d’ingénieurs.

  • 16 Lettre du 25 mai 1919, parue dans L’Echo de juin 1919. C’est Liouville qui souligne.

14La période de l’entre-deux-guerres est donc l’âge d’or de l’USIC. Le syndicat s’est doté en 1920 d’un nouveau président, un véritable chef charismatique, Albert Liouville, centralien tonique qui a des idées claires sur ce que doit être l’USIC et sur les problèmes des ingénieurs français : il jouera un rôle important dans la structuration syndicale des cadres à la fin des années trente. C’est une figure marquante de l’entre-deux-guerres, dont la personnalité et l’œuvre mériteraient d’être mieux connues. Dès 1919, alors qu’il n’était que vice-président, il précise quel devrait être le nouveau programme de l’Union : en raison des changements sociaux profonds qu’il pressent, les ingénieurs catholiques doivent faire connaître leur pensée et agir collectivement. Il y va de leur intérêt professionnel. « Nous qui sommes des ingénieurs connaissant les aspirations, les besoins, j’ajouterai les défauts de la classe ouvrière, capables d’apprécier les conséquences économiques de telle ou telle mesure, nous qui sommes en même temps des catholiques et qui avons pour nous guider une morale éternelle et divine, serions-nous les seuls à rester muets ? Ce serait une indifférence coupable (...). Une association comme l’USIC devrait être au point de vue Catholique social ce qu’est par exemple, la Société des ingénieurs civils au point de vue technique. La plupart des questions sociales sont des questions morales, c’est-à-dire des questions religieuses. Il n’y a pas d’association plus qualifiée que la nôtre pour traiter ces questions. J’entends les plus brûlantes, celles qui ont trait au travail. » Et Liouville de proposer un véritable plan de développement de l’USIC16.

15Sous sa houlette, le syndicat s’étoffe : il dépassera les 10 000 adhérents à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Outre le centre parisien, l’USIC se dote de nombreuses et dynamiques sections régionales qui représentent toutes les régions industrielles de France. Le bulletin est le reflet des activités multiples de l’Union : il rend compte en particulier du travail des groupes provinciaux et le lecteur de constater que la réflexion doctrinale n’est pas l’apanage du seul centre parisien. Les sections seront en outre mises à contribution pour les enquêtes annuelles que l’USIC organise sur des sujets sociaux, ce qui donnera un caractère véritablement national aux résultats obtenus.

Du rôle social de l’officier à celui de l’ingénieur

  • 17 Etudes religieuses et philosophiques, 1895, vol. I, p. 213-219.
  • 18 Henri du PASSAGE, S. J., Soixante ans d’effort allègre, le père Henri-Régis Pupey-Girard, 1860- 194 (...)

16En 1895 a paru dans la revue des jésuites, Etudes, un texte signé A.B. sur « L’ingénieur et son rôle social »17. L’auteur, selon toute vraisemblance le fondateur de l’USIC lui-même18, s’appuie sur un texte antérieur paru dans la Revue des Deux Mondes sur le rôle social de l’officier. Il s’agit de l’article du maréchal Lyautey qui sera souvent commenté par la suite, dans lequel le conquérant du Maroc montrait à ses jeunes camarades qu’ils avaient à exercer une action morale sur la totalité de la jeunesse française, sous leurs ordres pendant les trois ans du service militaire. L’officier en effet se trouvait placé dans les meilleures conditions : contact immédiat avec ses subordonnés, parfaite identification de son intérêt et des leurs, autorité absolue mais bien délimitée par la précision des règlements. Si dans la pratique le soldat échappe à peu près toujours à cette influence, cela tiendrait à la méconnaissance de sa mission par l’officier, mal préparé à ce rôle dans les écoles militaires. En réalité, commente A.B., la période du service militaire n’est guère propice à ce type de contact : le conscrit est dans une position de contrainte. L’officier (supérieur) n’a guère de rapports réels avec les hommes de troupe. Seuls les officiers subalternes pourraient avoir une action efficace car ils sont en contact avec la base. Mais ils sont jeunes, brillants, attirés par la vie mondaine et ils ne peuvent guère comprendre « l’héroïsme de ce rôle d’éducateur obscur du soldat ». Enfin, ajoute-t-il, « est-il bien sûr que la réconciliation des diverses classes de la société en fût bien avancée ? L’officier est un peu, dans cette société, comme le prêtre dont on l’a souvent rapproché. C’est un être spécial, ni patron, ni propriétaire, ni prolétaire. En quoi donc l’estime que lui vouerait l’ouvrier rejaillirait-elle sur cette bourgeoisie, objet des fureurs populaires ? » Non, conclut A.B., il faut voir ailleurs pour trouver « ces agents de réconciliation entre la société bourgeoise et la masse des travailleurs ».

17Ces agents, où les trouver ? L’ingénieur d’Etat, situé au sommet de l’administration, est mal placé pour cette tâche. Toute autre est la situation de l’ingénieur civil, et a fortiori du patron-ingénieur. Si le patron n’est pas ingénieur, il s’efface derrière la supériorité technique de ce dernier et il s’enferme dans le cercle des transactions commerciales. Donc l’ingénieur est en rapport direct avec le travailleur, et maître de sa situation matérielle. Or le travailleur est fasciné par la science. Celle-ci est précisément incarnée par l’ingénieur qui devient de la sorte « un être quelque peu supérieur, comme l’officier pour le soldat, mais tout autrement accessible ; (aussi peut-il) sans nul inconvénient s’incliner vers eux, leur ouvrir son cœur, exercer un véritable apostolat ».

18Ainsi l’ingénieur dispose-t-il de véritables prérogatives qui s’exercent durant toute la vie du travailleur et qui lui assurent « une incontestable influence due à sa position même. Elles sont, entre ses mains, un levier puissant, capable de soulever le monde du travail, pourvu qu’on lui donne son vrai point d’appui : la charité, le dévouement ». C’est entre l’ingénieur, « personnification de la bourgeoisie, et ce fils du peuple que doit s’opérer, dans l’embrasement de la charité chrétienne, la paix dont la société ne peut se passer et sans laquelle ses jours sont désormais comptés ». Mieux que personne, il pourra dire aux travailleurs qu’on les trompe avec l’espérance d’un renversement chimérique et la suppression du capital, alors qu’il faut former des assemblées mixtes qui régleront à l’amiable tous les différends et constituer ainsi la grande famille du travail. Mais le seul fondement de l’amélioration du corps social, « l’âme de toute bonne œuvre durable et vraie, c’est la religion rendue au peuple ». Aussi l’ingénieur s’efforcera-t-il de faire rentrer Dieu au cœur de ses hommes et il n’épargnera rien pour cela. Il prendra la place du prêtre qui est un épouvantail pour le travailleur, il ira « à ces malheureux, excommuniés par eux-mêmes, pour les remettre sur la voie du christianisme, pour leur dire que la religion est leur bien, leur remède, leur joie, la seule force qui puisse leur apporter la régénération et l’espérance ».

19Il s’agit là d’un texte fondateur. C’est sur cette base que le père Pupey-Girard veut organiser l’apostolat des ingénieurs, en s’appuyant sur une organisation ad hoc. En réalité, comme on l’a vu, les choses vont changer entre le moment où les préceptes sont rédigés et la période de mise en œuvre réelle à grande échelle : non pas que le but à atteindre soit différent, mais les modalités d’application ne peuvent se calquer sur un texte vieux de vingt ans. Avant 1914, les responsables catholiques peuvent encore rêver à une organisation unique du patron à l’ouvrier, corporative stricto sensu. Ce n’est plus le cas après la guerre. Le syndicalisme ouvrier chrétien devient une réalité incontournable avec la création de la CFTC en 1919 et les ingénieurs s’aperçoivent qu’ils ont des revendications qui leur sont propres et que leur position dans l’entreprise ne se confond pas avec celle du patron, encore moins avec celle du capitaliste.

Les fondements de la doctrine

20Cette évolution, on la sent bien dans la présentation de la doctrine, telle qu’elle est exposée quant au fond, en 1925, dans le cadre de la grande enquête annuelle de l’USIC qui porte cette année-là sur l’autorité dans l’industrie. C’est un thème important car cette question est au cœur de la problématique du rôle social de l’ingénieur. Les différentes interventions ne sont évidemment pas coulées dans le même moule et des divergences s’expriment dans les pages de L’Echo. Ainsi un conférencier n’hésite-t-il pas à faire remonter la « crise » de l’autorité à 1789, puisque la Révolution en a détruit le fondement légitime. Mais dans l’ensemble la tonalité est plutôt autre. Le patron a certes l’autorité générale, mais il ne peut évoquer le seul « bon plaisir » pour décider. Les ouvriers ont des droits légitimes qui ne peuvent leur être déniés.

  • 19 Pour Michel LAGREE (in Histoire des catholiques en France, op. cit.), « le meilleur rempart intelle (...)

21Un des conférenciers, un camarade polytechnicien, présente les fondements théologiques de la question et les applications à l’entreprise industrielle. Pour ce faire, il s’appuie à la fois sur la théologie de Thomas d’Aquin et sur les encycliques de Léon X11119. L’homme, explique-t-il, est fait pour vivre en société et nulle société n’est possible sans une autorité qui commande ; c’est en ce sens que toute autorité vient de Dieu. Cette assertion est vraie aussi bien pour les sociétés « parfaites », c’est-à-dire qui se suffisent à elles-mêmes (elles ne font pas partie d’une société plus étendue) – telles que l’Etat pour la société civile et l’Eglise pour la société religieuse –, que pour les sociétés « imparfaites » ou incomplètes qui, à l’intérieur d’une société parfaite, poursuivent des fins partielles (le bien d’une famille, d’un groupe, la fabrication d’un produit). « L’autorité qui dans toute société a charge de mener au but poursuivi le groupe qui la compose, dont la fonction est le soin du bien commun, est une nécessité de notre nature, donc voulue par Dieu. »

22Puisque l’autorité est voulue par Dieu, il en découle qu’elle n’est ni le droit du plus fort, ni une simple délégation des gouvernés. Elle doit s’exercer selon Sa volonté, c’est-à-dire reconnaître Ses droits, respecter la justice, avoir le souci du bien commun. Ce bien commun est distinct du bien de tel ou tel de ses membres, même si on doit aboutir, au bout du compte, au bien individuel de tous. Dans la société civile, le bien commun dépasse le bien des divers groupes qui la composent, et l’Etat doit les subordonner au bien de tous. Comme la fin temporelle que poursuit la société civile est inférieure en valeur à la fin éternelle que propose la société religieuse, la première doit être subordonnée à la seconde.

23Le conférencier aborde alors l’application de cet enseignement à l’entreprise industrielle. Le bien commun est ici la prospérité de l’entreprise. Mais ce bien commun ne doit être poursuivi qu’à l’avantage de tous : une entreprise n’atteindrait pas son but « si un groupe seulement de ceux qui y participent était rémunéré comme il convient ». Et qui fait donc partie de l’entreprise ? Pour Thomas d’Aquin, il y a société chaque fois qu’un ensemble d’hommes se réunissent pour réaliser quelque chose en commun. Ainsi les ouvriers, parce qu’ils collaborent à l’exécution de l’objet propre de l’entreprise, sont des participants de cette société, ou alors il faudrait considérer leur travail comme une pure marchandise, ce qui serait contraire aux enseignements de l’Eglise. En revanche, les bailleurs de fonds ne peuvent être pris en considération que s’ils exercent une action sur la marche de l’affaire, sinon l’argent fourni n’est qu’une marchandise. D’une façon générale, « tous ceux qui apportent à la société une part de leur activité, depuis les administrateurs et le directeur général jusqu’au plus modeste ouvrier, en font partie » : la prospérité de l’entreprise doit être poursuivie à leur commun avantage, ce qui n’entend pas pour autant une répartition égale des gains, car à une coopération inégale doit correspondre une répartition inégale. Ici, l’intervenant soulève la question d’une participation d’ensemble aux bénéfices « qui pourra parfois être utilement envisagée » ou alors d’un système de primes.

24Toutefois, la prospérité de l’entreprise n’est qu’une fin partielle et doit être subordonnée à des fins plus hautes, le « bien humain complet » dont parle Thomas d’Aquin ou encore le bien spirituel des membres de cette société. Ainsi, dans une entreprise où les ouvriers seraient placés dans de mauvaises conditions d’hygiène (problème temporel) ou dans l’incapacité de remplir leurs devoirs religieux (problème spirituel), le désordre serait plus grave que la non-prospérité de l’entreprise. De même, le bien commun de la société tout entière prend le pas sur le bien partiel des groupes qui la composent ; et l’auteur de prendre l’exemple de la responsabilité d’une compagnie de services publics ou de compagnies fournissant des biens de première nécessité. Désormais, conclut le conférencier, le rôle de l’autorité est facile à préciser : « Il consiste à diriger et à coordonner les efforts de tous pour la prospérité de l’entreprise au commun avantage de tous ceux qui en font partie, dans le cadre imposé par le respect de la justice et le souci de l’intérêt général. »

25Concrètement, l’autorité dans l’industrie moderne est répartie entre des échelons multiples, depuis le directeur général jusqu’au dernier rouage de l’entreprise d’un côté, du conseil d’administration et de l’assemblée générale des actionnaires jusqu’à ceux dont le directeur général tient ses pouvoirs, de l’autre. C’est évidemment très différent du « patron d’autrefois » qui détenait à lui seul toute l’autorité patronale. Les qualités du chef qui sont alors décrites sont : une vue nette du but à atteindre et des moyens de l’atteindre, et une volonté énergique tendue vers ce but. Ici, on retrouve les analyses de Fayol et de ses collaborateurs qui sont souvent reprises par les intervenants de l’USIC et intégrées dans leur problématique d’ensemble. Ainsi la stabilité de l’autorité, caractéristique classique des théories de l’administration des entreprises, est-elle ici justifiée par le fait que l’autorité (qui vient de Dieu dans son principe) doit mener la société à son but. Pour autant, elle n’est pas sans contrôle ; le pouvoir absolu est à proscrire. « L’autorité de “droit divin” dont se targueraient certains patrons n’est pas plus conforme à la notion chrétienne de l’autorité “voulue par Dieu” que ne l’est la conception de la masse ouvrière dirigeant elle-même l’entreprise. »

26Cette question du contrôle est souvent examinée. Au sein de l’entreprise, on considère que des interventions peuvent provenir des ouvriers représentés par leurs délégués, par des commissions mixtes réunissant patrons et ouvriers de la région ou par des organisations syndicales. Mais leur but doit être limité et ne pas impliquer la gestion de l’entreprise. Pourtant, il faut considérer que si le fondement de l’autorité sur l’entreprise réside dans le droit de propriété, si par ailleurs on comprend que les collaborateurs qui ont une part importante dans l’entreprise en sont en quelque sorte copropriétaires, ce serait en droit le fondement des conseils d’usine.

La place de l’ingénieur

27Dans ce dispositif, quelle est la place de l’ingénieur ? Très importante car « le développement de la grande industrie a fait de l’ingénieur le détenteur de l’autorité, et son action s’étend sur un grand nombre d’hommes. Par suite, son rôle social grandit ». Son autorité, déléguée par le patron (mot qui étymologiquement dérive du latin pater) devra se rapprocher le plus possible de l’autorité paternelle : « Mais les enfants sont, par le fait de la naissance, sous la dépendance du père. Dans la famille ouvrière, les ouvriers sont mis sous la dépendance du patron par un acte de leur volonté et même parfois malgré leur volonté jusqu’à ce qu’ils aient trouvé une meilleure rémunération de leurs services. Il faut donc essayer constamment de gagner leur confiance, en développant en soi certaines qualités. »

28Ces qualités, quelles sont-elles ? Toute une série est proposée qui ferait de chaque ingénieur un surhomme. La liste en est impressionnante, glanée au fil des interventions : intelligence, harmonie et équilibre, prudence, droiture, courage, altruisme, ouverture d’esprit, sens de la mesure, etc. On en évoquera trois qui sont particulièrement mises en exergue. La plus importante, celle qui est mentionnée le plus souvent, est l’énergie. Cette énergie se dépense sous trois formes. En premier lieu, l’énergie d’action qui se manifeste par l’activité : « Travailler vite et bien, et surtout faire travailler vite et bien » (coordonner les efforts, répartir le travail, agir sur chacun) ; ensuite, l’énergie de réaction « qui se manifeste dans les circonstances critiques » : c’est essentiellement le sang-froid qu’on peut acquérir par la pratique des sports (mais un camarade signale aussi les bienfaits de la méditation religieuse chaque matin, pour obtenir cette grâce d’état) ; enfin, l’énergie d’endurance pour ne pas se laisser décourager par des difficultés. Cette dernière forme d’énergie peut être exaltée par l’envie de réussir ou l’esprit de gain, mais le plus puissant levier est sans conteste le sentiment religieux.

29La deuxième grande qualité que doit posséder un ingénieur est l’initiative, c’est-à-dire l’aptitude à prendre des décisions sans en avoir reçu l’ordre, mais en référence aux instructions générales. Cette initiative, il doit aussi la laisser à ses sous-ordres et à son personnel, en faisant confiance et en inspirant confiance.

30En troisième lieu, l’ingénieur doit organiser le travail avec sagesse et prudence. Cette qualité d’organisateur est indiquée comme très importante. Dans cette période de l’histoire industrielle du pays, il est logique qu’elle soit mise en évidence car c’est au fond la position même de l’ingénieur qui est en jeu : « L’homme indispensable, l’homme qui commande dans une affaire, ce n’est pas le technicien, du moins en tant que tel, c’est l’organisateur, personnage qui vaut surtout par des qualités de caractère, de jugement, d’impartialité. » En outre, d’autres corps sociaux, comme les inspecteurs du travail, pourraient s’emparer de cette prérogative de l’ingénieur. Comme l’indique en 1919 le théoricien de l’entreprise Victor Cambon au cours d’une conférence à l’USIC : « N’est-ce pas le devoir de l’ingénieur de prendre les devants et d’organiser l’usine de telle sorte que l’atelier n’apparaisse pas au travailleur comme l’enfer de Dante, sur la porte duquel on peut lire : lasciate ogni speranza ? »

31La tâche de l’ingénieur implique un certain nombre de devoirs professionnels et sociaux, qui découlent de la nécessité même de l’organisation. Les premiers touchent au salaire (on doit donner à l’ouvrier un salaire « juste, c’est-à-dire proportionné à son travail » et qui lui permette de subvenir convenablement à ses besoins et à ceux de sa famille), à la réglementation du travail (sécurité du personnel, salubrité des locaux, détermination des heures de travail), à la surveillance attentive du travail des femmes et des enfants, au contrôle des contremaîtres (qu’ils soient impartiaux et qu’ils donnent l’exemple), à la morale dans les ateliers (faire respecter Dieu, interdire les mauvaises publications et les propos licencieux ou révolutionnaires...). Les devoirs professionnels concernent aussi le recrutement et le renvoi des ouvriers, qui restent une prérogative de l’ingénieur. Dans la mise en œuvre de ces devoirs, la prudence est de rigueur : « Notre champ d’action est limité par le respect des droits des ouvriers et vous savez combien ceux-ci, travaillés par les idées malsaines des agitateurs, sont des passionnés de leurs droits d’hommes libres. »

32Les devoirs sociaux de l’ingénieur s’exercent aussi à l’extérieur de l’entreprise. Il est d’abord clair que l’ingénieur doit être pour ses ouvriers un modèle au point de vue moral et religieux. Mais il doit aussi intervenir « avec une discrétion affectueuse » (en tenant compte du milieu, des circonstances, de l’état des esprits) pour protéger ses subordonnés (« qui sont faibles ») « contre les influences funestes des meneurs, des politiciens, des cabaretiers, des mercantis et des ennemis en tout genre qui vivent à leurs dépens ». Il peut aussi (comme cela se fait dans les régions de houillères) créer à des fins d’assistance charitable un comité d’action dans lequel il prend place avec le curé, l’instituteur et quelques employés et ouvriers d’élite, car « c’est en faisant participer les ouvriers eux-mêmes aux œuvres d’assistance, que l’on créera le trait d’union qui doit exister entre les dirigeants et le personnel ».

Méthodologie et modalités d’application

33Pour mettre en œuvre cette doctrine, pour former les ingénieurs à leur rôle social, trois types de travaux sont entrepris par les membres de l’USIC : en tout premier lieu, une étude des méthodologies utilisées par les grands sociologues catholiques du XIXe et du XXe siècle, ainsi que les théories et méthodes des organisateurs qui relèvent du même champ et peuvent être intégrées au cursus ; ensuite, une analyse d’une série d’exemples d’application de la doctrine et des méthodes et techniques usitées dans ces cas ; enfin, des réflexions plus générales, mais pouvant aboutir à des mises en œuvre, sur des grands problèmes sociaux à caractère national.

34La grande référence sociologique pour les ingénieurs de l’USIC est bien évidemment Frédéric Le Play. Mais ce n’est pas une figure lointaine évoquée de temps à autre. L’œuvre de Le Play est présentée, analysée, méditée, afin d’être appliquée. Ce n’est pas un hasard si, au moment où le syndicat redémarre ses activités en pleine grande guerre, avec la réouverture de son bureau de placement et la publication d’une nouvelle série de son bulletin débarrassé cette fois des servitudes des Unions professionnelles catholiques patronales, la direction nationale programme une série de conférences du père de La Barre sur Le Play, l’homme et l’œuvre. Ces causeries, commencées au printemps 1916, se poursuivront jusqu’en 1919, à raison d’une séance tous les deux mois. Elles sont le signe d’une orientation affirmée d’inscrire l’ingénieur dans le mouvement social comme un acteur privilégié. Du reste, dès la première séance et fort habilement, le conférencier, après avoir rappelé que Le Play était un ingénieur, que ses travaux faisaient largement appel à la méthode expérimentale et qu’ils avaient un caractère indubitablement scientifique, montre que cette méthode faisait largement appel à l’expérience, non seulement individuelle mais collective, demandée aux meilleurs interprètes et organes de la collectivité. Et il conclut : « Tel est le rôle joué par ceux que Le Play nomme les “Autorités sociales”. Leur rôle de témoins et d’informateurs constitue un des points les plus originaux de la méthode et l’une des sources les plus fécondes. » Au cours de la conférence suivante, l’orateur explique que la monographie « est au sociologue disciple de Le Play, ce qu’est au chimiste l’appareil de décomposition, réaction, distillation : creuset, cornue, alambic, appareils où il met en évidence les lois et la constitution essentielle de la matière ». La monographie selon Le Play est le moyen de mettre en lumière la conscience collective de la famille et de la race. Dans ses interventions ultérieures, le conférencier expliquera que la méthode d’observation scientifique est en même temps une méthode de réforme obligatoire qui s’impose pour ses pratiquants comme un devoir.

35Bien entendu, devant des ingénieurs, le père de la Barre met l’accent sur la sociologie industrielle de Le Play. Il explique que « la meilleure expression de la morale est le Décalogue, complété par l’Evangile (car là où il est observé se trouve le maximum de bien-être, de stabilité, d’harmonie). L’ensemble des pratiques établies sous cette influence, dans l’exercice des professions usuelles, constitue partout la meilleure organisation du travail, celle qu’on peut nommer par excellence la Coutume des ateliers, ou simplement la Coutume. La Coutume des ateliers comprend six pratiques essentielles : 1) permanence des engagements ; 2) entente sur le salaire ; 3) alliance des travaux de l’atelier et du foyer ; 4) habitude de l’épargne ; 5) possession du foyer ; 6) respect et protection de la femme ».

36Enfin, après avoir passé en revue les écoles littéraires qui s’inspirent de l’initiateur de la Réforme sociale (H. Bordeaux, P. Bourget, M. Barrés), le conférencier explique ce qu’est la monographie selon Le Play, pour qui c’est le moyen de mettre en lumière la conscience collective de la famille et de la race, et telle qu’elle a été vue par ses successeurs à l’Ecole des Sciences sociales. Un peu plus tard du reste, Pierre du Maroussem viendra faire une intervention centrée sur la méthode monographique.

37Si ces enseignements intéressent les camarades parisiens, il faut dire que dès qu’elles ouvrent, les sections régionales inscrivent à leur programme d’activités des conférences sociologiques (le plus souvent effectuées par les pères jésuites aumôniers) dans l’esprit du centre parisien.

  • 20 « Taylorisme et fayolisme », L’Echo, février 1920.

38Mais intimement mêlée à l’étude de ces méthodes sociologiques, l’analyse des travaux des grands organisateurs d’entreprise est engagée avec la même ardeur. Dans une tribune libre en octobre 1919, un camarade interpelle les ingénieurs catholiques et, après avoir cité l’encyclique Quod apostolici de Léon XIII à propos de la peste mortelle que représente le socialisme, il leur rappelle qu’« il faut absolument moderniser nos doctrines économiques et sociales, sans parler des travaux que nous devons tous connaître des Taylor – avec l’adaptation française des physiologistes Lahy et Pillet –, des Fayol, des Gustave Le Bon, des Victor Cambon et des Cavallier (“Réformes nécessaires”, “Avenir de la France”), voire de Grandmougin... » En réalité, ces questions sont constamment abordées durant l’entre-deux-guerres. Fayol lui-même intervient à l’USIC et le syndicat compte de nombreux fayoliens dans ses rangs : la formule fayolienne selon laquelle administrer, c’est prévoir, organiser, commander, coordonner et contrôler, retrouve tout à fait la thématique du mouvement. Quant au taylorisme, son fonctionnement basé sur l’observation directe de l’homme au travail, son caractère d’expérimentation scientifique, le fait que son inventeur ait été un ingénieur chrétien sont autant d’éléments qui parlent en faveur du système. Malgré tout, quelques membres de l’Union relèvent que toutes les critiques formulées par les ouvriers ne sont pas chimériques. Au fond, quand on examine ces deux méthodes, « l’idéal serait de les fusionner en complétant les principes d’ordre moral du Fayolisme avec les principes d’ordre technique du Taylorisme. Ces derniers, moyens extrêmement puissants d’investigation et de progrès matériels, doivent être encadrés, modérés et dirigés par des considérations morales, afin d’éviter de transformer l’homme en une machine, et l’entreprise industrielle en un instrument dont la seule raison d’être serait de réaliser, par tous les moyens, le maximum de bénéfices dans le minimum de temps »20.

  • 21 C’est dans cet esprit de formation à l’observation directe des pratiques ouvrières que l’USIC met à (...)

39Ces diverses procédures, ces outils sociologiques et sociotechniques ne sont pas examinés pour eux-mêmes, mais font l’objet d’expérimentations sociales par les membres de l’USIC qui viennent les exposer devant leurs camarades. Ainsi en est-il par exemple dès 1919, quand le comte de Canisy vient présenter ses observations sur « la question ouvrière dans le bassin de Briey » (L’Echo, novembre). Le président, en remerciant le conférencier, explique que c’est un exemple à suivre par tous les ingénieurs : « Il ne s’est pas contenté d’arracher au sol le minerai de fer ou de procéder à l’embauche des ouvriers nécessaires à l’exploitation, mais il s’est vivement intéressé aux conditions sociales et morales de leur existence : l’hygiène, l’habitation, la nourriture, l’emploi des loisirs, la religion et son influence moralisatrice. » De même, à propos de la question de la participation des travailleurs aux bénéfices qui fait l’objet de nombreuses réflexions, le directeur général de la société L’Acétylène dissous vient présenter une expérience originale qu’il conduit dans son entreprise à la satisfaction des intéressés21.

40Mais pour répondre au programme d’action tracé par Liouville, l’USIC doit aller plus loin et viser à modifier sur un plan national les législations inadéquates ou proposer de nouvelles formules sociales. Aussi le syndicat n’est-il pas peu fier d’avoir initié la législation sur les allocations familiales sur la base de l’expérimentation tentée dans les établissements Joya à Grenoble par le camarade Romanet (qui recevra un prix de l’Académie des sciences morales et politiques). La question des assurances sociales fait aussi l’objet de nombreux rapports, à chaque fois sur la base d’observations et de monographies de familles ouvrières, menées dans les sections régionales, dans la meilleure tradition le playsienne. Les grandes enquêtes annuelles qui feront beaucoup pour la réputation de l’USIC sont souvent des dossiers sociologiques de premier ordre (par exemple « La famille et le travail » en 1923 ou « Les conditions de travail de l’ingénieur » en 1931).

Les difficultés des années trente

  • 22 André GRELON (dir.). Les Ingénieurs de la Crise. Titre et profession entre les deux guerres, Paris, (...)

41Les années trente, marquées par la grande crise et son cortège de mouvements sociaux, constituent une période difficile pour un approfondissement de la doctrine du rôle social de l’ingénieur. Les ingénieurs, qui avaient déjà connu dans la décennie précédente les problèmes d’emploi liés à une activité économique en accordéon, sont maintenant franchement inquiets sur leur sort. Ils ont une tendance bien naturelle à se préoccuper désormais davantage de leur situation professionnelle, dans une période où le chômage des techniciens tend à devenir un phénomène massif et où ceux qui trouvent un emploi (les jeunes surtout) subissent souvent une forte déclassification vécue moralement comme un déclassement social. L’USIC, quoi qu’en aient ses responsables, doit alors se consacrer principalement aux problèmes de ses adhérents. De la noble devise « Servir Dieu, rendre service entre nous, rendre service aux autres », c’est surtout la proposition centrale que ses membres demandent à l’USIC de mettre en œuvre. C’est pourquoi une large partie de l’activité de l’Union sera par exemple de militer avec les autres organisations d’ingénieurs pour une réglementation du titre22.

  • 23 Georges LAMIRAND, Le rôle social de l’ingénieur, Paris, Plon, 1954 (3e édition), p. 264 (les deux p (...)
  • 24 Sur l’évolution de l’USIC dans l’entre-deux-guerres vers la création du SIS, voir Marc DESCOSTES et (...)

42Mais ce sont surtout les événements de 1936 et les changements sociaux qu’ils annoncent, qui sont graves pour le modèle de l’ingénieur véhiculé par l’USIC. Le syndicat, qui avait milité si fort pour une communication entre les classes sociales, pour un dialogue entre patrons et ouvriers, voit ses efforts anéantis par la grève massive et les occupations d’usine. Bien plus, quand finalement les contacts reprennent entre patronat et organisations ouvrières, c’est pour exclure de la négociation les ingénieurs qui pensaient avoir voix au chapitre. Que reste-t-il alors de la prétention de l’ingénieur à se poser comme le médiateur naturel entre les classes, comme le rassembleur de la communauté de travail dans l’entreprise ? Dans un passage célèbre de son livre, Le Rôle social de l’ingénieur, l’ingénieur Georges Lamirand décrit amèrement ses collègues « abandonnés » tant par les patrons que par le personnel23. La création, dans l’urgence, par l’USIC elle-même, en 1936, d’un Syndicat des ingénieurs salariés (SIS), qui aura comme tâche exclusive de défendre les intérêts des seuls ingénieurs, n’est-elle pas le signe d’un échec, au moins transitoire, de ce modèle24 ?

  • 25 Dugué Mc CARTHY, La fonction « Personnel », Paris, Les Editions d’Organisation, 1963.
  • 26 Peter F. DRUCKER, La Pratique de la direction des entreprises, Paris, Les Editions d’Organisation, (...)

43En réalité, la question n’est pas définitivement réglée. Le thème du rôle social de l’ingénieur va resurgir dans les années cinquante : le succès de la troisième édition du livre de Lamirand en 1954 en témoigne. Mais surtout l’ingénieur social trouve des relais dans l’entreprise avec les chefs du personnel dont l’organisation, l’ANDCP (Association nationale des directeurs et chefs du personnel), diffuse un nouvel avatar de cette thématique avec l’idée d’une Communauté de travail dans l’entreprise, dans laquelle les cadres joueraient un rôle privilégié de coopération25 : c’est la grande période des « relations humaines ». Si ce courant s’estompe à partir du milieu des années soixante lorsqu’on ne parle plus que de managers performants privilégiant des politiques de personnel agressives (« le rôle de l’entreprise, écrit par exemple Peter Drucker, n’est pas de rendre les gens heureux mais de fabriquer des chaussures et de les vendre »26), il est intéressant de constater que les politiques de personnel de « sortie de crise » mettent en avant le rôle d’animateur social des cadres au sein des entreprises et leur fonction d’intermédiaire privilégié pour diffuser et expliquer les décisions de la direction générale dans un sens, et pour faire exprimer les desiderata du personnel, les synthétiser et les exposer en les intégrant dans le « plan de l’entreprise » de l’autre. C’est dire que, finalement, le vieux thème de l’autre siècle, du rôle social de l’ingénieur, est sans doute devenu partie intégrante du fonds culturel du cadre d’entreprise contemporain.

Notes

1 Une version plus courte de cette contribution a été publiée en allemand dans l’ouvrage de André GRELON et Heiner STOCK (dir.), Ingenieure in Frankreich, 1747-1994, Francfort, Campus Verlag, 1994.

2 Antoine PICON, « Les ingénieurs et la mathématisation. L’exemple du génie civil et de la construction », Revue d’Histoire des sciences, 1989, vol. LXII, n° 1-2, p. 155-172.

3 Ce qui amène par exemple les « techniciens savants » à composer des planches explicatives pour mettre en regard les termes techniques utilisés par les architectes ou ingénieurs des Ponts et les mots professionnels employés par les ouvriers du bâtiment, avec les formes de pierre ou les objets désignés. Cf. Antoine PICON, Architectes et ingénieurs au siècle des Lumières, Marseille, Editions Parenthèses, 1988, p. 29.

4 Ecole des Mines de Saint-Etienne en 1817 ; Ecole des ouvriers mineurs d’Alès (1843) et de Douai (1878). Voir André THEPOT, « Les ingénieurs du corps des Mines », Culture technique, n° 12, mars 1984, p. 55-62, et sa thèse Les Ingénieurs du corps des Mines du XIXe siècle, 1810-1914. Recherches sur la naissance et le développement d’une technocratie industrielle, Paris, université Paris-X, 1991.

5 Aimée MOUTET, « Ingénieurs et rationalisation dans l’industrie française, de la Grande Guerre au Front populaire », Culture technique, n° 12, mars 1984, p. 137-154.

6 En ce qui concerne l’analyse de l’œuvre écrite et organisationnelle de Le Play, ainsi que pour une présentation de sa descendance multiple, il faut évidemment se référer à Bernard KALAORA et Antoine SAVOYE, Les Inventeurs oubliés. Le Play et ses continuateurs aux origines des sciences sociales, Seyssel, Champ Vallon, 1989. Ils sont les premiers à l’époque contemporaine à proposer des clés pour comprendre la pensée de Le Play et à en montrer la fécondité sociologique. Ils ne disent rien toutefois d’une éventuelle influence de Saint-Simon sur ses conceptions, même s’ils indiquent brièvement qu’il est saint-simonien pendant un temps. Il me semble que cette hypothèse mériterait d’être éprouvée.

7 En 1925, un membre de l’USIC témoigne dans L’Echo (p. 38-40) du rôle de précurseur d’Emile Cheysson dans l’analyse des questions sociales dans l’entreprise.

8 Pour reprendre le titre du chapitre de Michel LAGREE, in François LEBRUN (dir.), Histoire des catholiques en France, Toulouse, Privat, 1980.

9 « L’enseignement supérieur des jeunes patrons de la grande industrie. L’Ecole des hautes études industrielles annexée aux facultés libres de Lille », par Paul FRISTOT, Etudes, 1903, n° 97, p. 241-251.

10 « Quel bien peut-on faire dans une usine ou dans un atelier où l’on a pour adversaire le contremaître ou le directeur ? Aucun ou presque aucun. Que de fois les efforts des prêtres et des laïques zélés sont venus se briser contre le parti pris d’un contremaître ou d’un directeur d’atelier, qui, par des persécutions savamment ourdies, faisait échouer toute tentative d’apostolat ! Aux remontrances du prêtre, le patron répondait : “C’est déplorable, mais je n’y puis rien : les contremaîtres et les directeurs d’atelier que nous embaucherions sur le marché à la place de ceux dont vous vous plaignez, ne vaudraient pas mieux. Tant que les catholiques n’en formeront pas, le mal sera sans remède. Elevez-nous des contremaîtres chrétiens !” », extrait de « Une Ecole catholique d’arts et métiers », Etudes, 1897, n° 73, p. 779-787.

11 Sur l’histoire de l’USIC, voir André THEPOT, « L’Union sociale des ingénieurs catholiques durant la première moitié du XXe siècle », in André THEPOT (dir.), L’Ingénieur dans la société française, Paris, Editions ouvrières, 1985, ainsi que le mémoire de maîtrise de Valérie Gamichon, L’USIC de 1892 à 1965, Paris, université Paris X-Nanterre, 1983.

12 Ibid., p. 218.

13 André GRELON, « Les universités et la formation des ingénieurs en France jusqu’en 1914 », Formation-Emploi, n° 27-28, juillet-décembre 1989, p. 65-88.

14 En 1925, un conférencier de l’USIC cite ainsi Wilbois et Vanuxem, collaborateurs de Fayol, le théoricien français de l’administration des entreprises : « Tous ceux qui sont de la première élite, celle des spécialistes, ne peuvent accomplir leur passage dans la seconde, celle des administrateurs ; il y en a qui ne dépasseront jamais le grade de colonel car, de même qu’il y a des colonels d’infanterie ou d’artillerie, il y a des colonels de métallurgie ou de tissage. Dans la masse des techniciens, tous n’ont pas ce bâton, beaucoup n’ont qu’une aigrette dans leur giberne », Echo de l’USIC, 1925, p. 349.

15 André THEPOT, op. cit., p. 221.

16 Lettre du 25 mai 1919, parue dans L’Echo de juin 1919. C’est Liouville qui souligne.

17 Etudes religieuses et philosophiques, 1895, vol. I, p. 213-219.

18 Henri du PASSAGE, S. J., Soixante ans d’effort allègre, le père Henri-Régis Pupey-Girard, 1860- 1948, Paris, Ed. Alsatia, 1949.

19 Pour Michel LAGREE (in Histoire des catholiques en France, op. cit.), « le meilleur rempart intellectuel contre la modernité doit être le renouveau thomiste, outil conceptuel voulu par Léon XIII pour penser son ordre social chrétien » (p. 420).

20 « Taylorisme et fayolisme », L’Echo, février 1920.

21 C’est dans cet esprit de formation à l’observation directe des pratiques ouvrières que l’USIC met à la disposition de ses membres stagiaires, les élèves-ingénieurs, des stages d’été en entreprise. Quoique signalé comme un moyen formateur de premier ordre par plusieurs conférenciers en 1916 et 1917 au cours des débats sur la formation des ingénieurs dans l’après-guerre à la Société des ingénieurs civils de France, ce type d’activité n’entrait pas alors dans le cursus des écoles d’ingénieurs. On peut dire que l’USIC a joué un rôle de précurseur en mettant l’accent sur cet aspect de la formation humaine des futurs ingénieurs.

22 André GRELON (dir.). Les Ingénieurs de la Crise. Titre et profession entre les deux guerres, Paris, Editions de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, 1986.

23 Georges LAMIRAND, Le rôle social de l’ingénieur, Paris, Plon, 1954 (3e édition), p. 264 (les deux premières éditions datent de 1932 et 1937). Ce passage est reproduit entre autres dans Luc BOLTANSKI, Les Cadres. La formation d’un groupe social, Paris, Editions de Minuit, 1982, p. 67.

24 Sur l’évolution de l’USIC dans l’entre-deux-guerres vers la création du SIS, voir Marc DESCOSTES et Jean-Louis ROBERT (dir.), Clefs pour une histoire du syndicalisme cadre, Paris, Editions ouvrières, 1984.

25 Dugué Mc CARTHY, La fonction « Personnel », Paris, Les Editions d’Organisation, 1963.

26 Peter F. DRUCKER, La Pratique de la direction des entreprises, Paris, Les Editions d’Organisation, 1957.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search