Version classiqueVersion mobile

Les chantiers de la paix sociale

L’emprise du catholicisme

Le monde de l’action catholique spécialisée : techniques sociales et ambivalences face à la professionnalisation

Michel Chauvière

Texte intégral

1La méthodologie d’analyse et d’intervention en vigueur dans les groupements de l’Action catholique spécialisée, notamment pendant les premières années, entre les deux guerres, de déploiement de la stratégie de « présence au monde », peut être considérée comme une contribution spécifique au développement du social (entendre des connaissances, des techniques, des politiques centrales et locales, aussi bien que des valeurs éthiques), en même temps que comme une résistance à une certaine professionnalisation. C’est cet héritage ambigu que je voudrais rapidement examiner.

L’Action catholique spécialisée

2L’Action catholique spécialisée apparaît après la guerre de 1914-1918, comme pratique d’évangélisation intérieure, parallèlement au développement des missions étrangères, c’est-à-dire de toute évidence dans une perspective de reconstruction d’une nouvelle chrétienté. Soucieuse d’une déchristianisation qu’elle estime être tout à fois la conséquence de la Révolution française qui ébranla ses alliances avec l’ancien régime, du libéralisme économique responsable de la question sociale, du matérialisme des mouvements ouvriers, du progrès des savoirs notamment sur l’enfant, la jeunesse, la famille ou la sexualité, ses domaines privilégiés, l’Eglise catholique paraît n’avoir d’autre alternative que de reprendre l’offensive, sans céder toutefois devant le modernisme en dépit des fascinations qu’il exerce : sa condamnation en 1907 par le pape Pie X, s’exprimant au travers de l’encyclique Pascendi, n’est pas loin.

  • 1 Déconfessionnalisation du Mouvement populaire des familles (MPF) issu de la Jeunesse ouvrière chrét (...)

3L’idée force de l’Action catholique est tirée de la théologie néo-thomiste (où la question de la distinction du spirituel et du temporel est centrale), qui a déjà inspiré les orientations sociales et le ralliement à la République du pape Léon XIII à l’époque de l’encyclique Rerum novarum (1891). Il s’agit de développer une réelle « participation des laïcs à l’apostolat hiérarchique » (Pie XI), c’est-à-dire au magistère dont le pape et les évêques sont et resteront les premiers responsables. Pour matérialiser cette participation, l’Action catholique est mandatée ; et c’est précisément ce lien qui sera remis en question à chaque crise du dispositif1.

  • 2 Pierre PIERRARD, Michel LAUNAY et Rolande TREMPE, La JOC, regards d’historiens, Paris, Ed. ouvrière (...)
  • 3 Collectif, « Education populaire, 1920/1940 », Les Cahiers de l’animation, n° 32 (colloque de novem (...)

4Les principaux mouvements relevant de ce projet de « pénétration » apostolique, qui tous naîtront sous le pontificat de Pie XI le missionnaire (1922 – 1939), sont d’abord la JOC (Jeunesse ouvrière chrétienne), le plus connu, le plus réussi aussi, « le modèle achevé de l’action catholique » selon Pie XI lui-même, qui perdure avec une belle vitalité aujourd’hui. C’est un prêtre belge, l’abbé Cardijn, qui la crée dans son pays en 1924 avec l’ambition de « faire des ouvriers les apôtres des ouvriers ». En 1926, la JOC s’implante en France grâce à l’abbé Guérin et à quelques jeunes ouvriers chrétiens de Clichy, où il est vicaire, parce que cette technique leur semble plus adaptée que celle du patronage2. Après la JOC naîtra la JOCF pour les jeunes filles ouvrières. Quelques années plus tard seront créées dans le milieu agricole la JAC (Jeunesse agricole catholique – 1929) puis la JACF (1933) – aujourd’hui regroupés dans le MRJC (Mouvement rural de la jeunesse chrétienne). En milieu étudiant, la JEC (Jeunesse étudiante chrétienne) apparaîtra en 1929 également, suivie de la JECF. Pour les jeunes des milieux qu’on dit curieusement « indépendants » en lieu et place de bourgeois, ce sera la JIC (Jeunesse indépendante chrétienne), puis la JICF. Enfin s’organise la JMC (Jeunesse maritime chrétienne)3.

  • 4 Joseph DEBES et Emile POULAT, L’Appel de la JOC, Paris, Ed. du Cerf, 1986.

5Le principe de base de ces dispositifs différenciés est l’intervention ou « Action de masse », dans un milieu social donné, des éléments les plus « valables » du milieu, selon la formule d’époque. Dans le langage de l’Eglise, ce sont des laïcs placés dans un double rapport de subordination et de coopération avec la hiérarchie. En d’autres termes, on peut encore dire qu’il s’agit d’une élite de jeunes catholiques missionnaires (« militants intermédiaires »), socialement très inventifs, soutenus par une foi profonde et intransigeante (« une religion pure »), irréprochables au plan de la morale personnelle et encadrés par des aumôniers4.

  • 5 Jean LEBRUN, « L’héritage complexe de la JOC », Esprit, n° 3, mars 1979.

6Ce modèle hardi sera source de vives tensions à l’intérieur du système catholique, parce que précisément la distinction entre l’apostolat et l’action temporelle ou institutionnelle qui le fonde s’avère bien difficile à vivre dans la pratique quotidienne5. Mouvements apostoliques, les mouvements d’Action catholique seront aussi d’authentiques mouvements de jeunesse (c’est-à-dire d’éducation) et d’authentiques mouvements d’action sociale, voire d’action politique (on disait plutôt d’« action institutionnelle »). Pour bien des prélats, ces dérives ou risques de dérives deviendront vite inacceptables.

Une méthodologie d’intervention sociale bien typée

  • 6 Jean NIZEY, « Naissance et développement de la JOC à Saint Etienne. 1930-1940 », in Gérard CHOLVY ( (...)

7Les caractéristiques techniques de l’Action catholique spécialisée composent une méthodologie originale et même sophistiquée de la formation et de l’intervention sociale, indissociablement liées. Les fondements en sont fixés par les mouvements eux-mêmes avec l’aide des prêtres ; le détail des étapes, les outils et l’évaluation des résultats font l’objet de la presse, des brochures, des journées d’étude, des récollections, des assemblées ; le jeune militant dispose lui-même d’un carnet de route et est soumis à la technique novatrice de la révision de vie personnelle. Le tout est bien ramassé en deux formules fortes, à vocation pédagogique, conçues à la JOC : d’une part « Pour eux – avec eux – par eux », d’autre part le fameux : « Voir – juger – agir ». Voilà bien une méthodologie très élaborée de travail social de terrain, en l’espèce travail d’organisation et travail d’éducation, auquel s’ajoute pour mémoire l’action représentative (« JOC, corps représentatif des jeunes travailleurs »6).

« Pour eux, avec eux, par eux » et la reconnaissance des milieux sociaux

  • 7 Henri GODIN et Yves DANIEL, France, pays de mission ?, Paris, Ed. du Cerf, 1943.
  • 8 P. SIX Abbé, Pages de sociologie chrétienne, brochure de la revue La Démocratie chrétienne, 1909.
  • 9 Yvon TRANVOUEZ, Catholiques d’abord – Approches du mouvement catholique en France – XIXe-XXe siècle (...)

8L’organisation de l’Action catholique spécialisée par milieux vaut d’abord comme reconnaissance même de l’existence de ces milieux de vie, ce qui sera perçu de l’intérieur même du monde catholique le plus engagé comme une avancée considérable. Cependant, les mouvements se spécialisent avant tout pour mieux « indigéniser » l’Eglise et spécialement dans la classe ouvrière réputée fortement déchristianisée. « France, pays de mission ? » demande un ouvrage célèbre en 1943, écrit par deux aumôniers d’Action catholique ouvrière et préfacé par l’abbé Guérin, aumônier général de la JOC7. Il y a là d’évidentes traces d’une « sociologie catholique » extrêmement intéressante à examiner comme telle8 ; au-delà de la seule Action catholique spécialisée, elle opère transversalement dans tous les mouvements et dispositifs de la mouvance du catholicisme social : l’ACJF (Association catholique de la jeunesse française) d’Albert de Mun (1886), le Sillon de Marc Sangnier (1899), les Semaines sociales de Marius Gonin (1904 – une autre technique sociale très finement élaborée !) ou encore la CFTC à partir de 19199.

  • 10 Paul WALLEZ, « Le modèle d’action sociale de la jeunesse ouvrière chrétienne – 1927-1936 », in Coll (...)

9Dans l’Action catholique proprement dite, la formule « Pour eux, avec eux, par eux » trace milieu par milieu une ligne méthodologique claire10. Pas de paternalisme, même celui de l’Eglise est refusé. L’imagination et l’action des mouvements doivent être « éducatives des masses » et s’exercer d’abord à la base. Mais une relative extériorité doit aussi être préservée : « eux » n’est pas « nous ».

  • 11 Notion d’origine thomiste. Voir Chantal MILLON-DELSOL, L’Etat subsidiaire, Paris, PUF, 1992.

10Ce dernier trait permet d’introduire un concept fondamental chez les catholiques sociaux, la subsidiarité11. Il signifie qu’entre deux niveaux de responsabilité ou deux niveaux d’intervention possibles, la préférence doit toujours aller à celui qui est le plus proche de la base et de la personne. Dans ce sens, les militants seront surtout attentifs aux petites communautés naturelles de vie, aux modes et manières d’y vivre : l’atelier avant l’entreprise, le quartier avant la commune, la cage d’escalier avant l’immeuble et bien entendu la famille, unité naturelle et matricielle par excellence.

  • 12 Michel CHAUVIÈRE et Bruno DURIEZ, « Totalité et subsidiarité dans l’approche du social – Les cathol (...)

11Cependant, bien que la défense de la famille soit une dimension fondamentale pour tous ces mouvements, l’investissement familial ne totalise pas toute l’expérience du militant. La conception de la totalité signifie, en effet, toute la famille autant que tout l’homme dans sa famille comme en dehors d’elle12. Cette forte valeur permet de transcender, à tout le moins de relativiser, le déterminisme sociologique du milieu d’appartenance, tout comme celui du champ familial, tel que constitué en France par les mouvements familiaux et le système UNAF/UDAF.

  • 13 Michel CHAUVIÈRE, « Familialisme et régulation sociale – Aspects de la démultiplication du concept (...)
  • 14 Marie-Joseph DURUPT, Les Mouvements d’Action catholique, facteur d’évolution du milieu rural, thèse (...)
  • 15 Michel CHAUVIÈRE, (dir.) L’action familiale ouvrière et la politique de Vichy, Les Cahiers du GRMF, (...)

12Plus tard, des aînés de la JOC et de la JAC notamment, rejoignant le concert des mouvements familiaux pendant la guerre sous Vichy, tenteront d’y imposer une approche idéalisée de la famille par milieux sociaux, contre l’universalisme familial dominant13. Ils échoueront centralement mais, à la périphérie, ces valeurs inspireront pour partie un nombre significatif de mouvements syndicaux, culturels, politiques, sociaux de l’après-guerre : Confédération syndicale des familles (CSF), Confédération syndicale du cadre de vie (CSCV), Parti socialiste unifié des années 1960, Culture et Liberté, Association pour la démocratie et l’éducation locale et sociale (ADELS) côté populaire ; Foyers ruraux, Aide à domicile en milieu rural (ADMR) et Familles rurales, côté agricole14. Même refoulée, l’unité de ces mouvances tient à la matrice fournie par l’Action catholique puis aux investissements du champ familial pendant les années 194015.

« Voir/juger/agir », contre les dogmatismes, la mystique des faits et l’enquête

13Si les militants partagent une certaine conception globale de la vie sociale, dans leur pratique quotidienne, ils se comportent comme des empiristes et des réalistes. Car ils croient par-dessus tout au primat des faits, à l’expérience personnelle et à celle que le mouvement peut en avoir. A la JOC, un fait observé, rapporté et décortiqué en réunion d’équipe révèle la « réalité ouvrière », permet d’atteindre la « condition ouvrière ». Il suffit à la limite que les ouvriers parlent, disent leurs besoins, sans apprêts, pour être vrais.

  • 16 Bernard KALAORA et Antoine SAVOYE, Les Inventeurs oubliés, Le Play et ses continuateurs aux origine (...)

14Les enquêtes monographiques, où transparaît l’héritage de Le Play16, constituent l’un des outils privilégiés. A l’étape du « voir », qui entraîne à décrire avec précision et méthode la situation soumise à la réflexion du groupe militant, le mouvement insiste pour que les ouvriers, les ruraux, les élèves, les familles elles-mêmes participent à l’observation, dans un but de « prise de conscience ».

15Ces orientations, qu’ils ne sont pas seuls à concevoir globalement, mais qui inspirent très spécifiquement tous les mouvements d’Action catholique, donnent ainsi la priorité à l’approche inductive et participative par rapport à des approches plus déductives ou hypothético-déductives. La connaissance sociale ne peut jamais être la connaissance pour elle-même, elle sera toujours une connaissance utile. De tels choix épistémologiques expliquent une grande partie de leur rejet du monde universitaire et de son savoir académique.

16« Juger », dans un deuxième temps, c’est tout à la fois soumettre à la discussion du groupe et apprécier en référence à l’Evangile. Il s’agit presque toujours, avec l’appui d’un aumônier, de dégager les valeurs humaines et les valeurs évangéliques en jeu dans les faits rapportés, les situations décrites, afin d’orienter correctement l’action. Nul spontanéisme, nul activisme non plus au stade de l’« agir », l’action à engager aura été mûrie et maîtrisée avant sa mise en œuvre. Et tout comme l’action ne doit mobiliser les militants qu’après réflexion, elle doit également entraîner tout un milieu à réfléchir à sa condition. L’action est motrice, mais sans jamais devenir l’action pour l’action.

La révision de vie

17La régulation du système est directement assurée par la hiérarchie à travers le mandat et les comptes rendus réguliers, mais aussi, et de manière plus originale et beaucoup plus souple, par la révision de vie. On peut la définir comme une activité réflexive organisée sur l’action, sa signification humaine et évangélique (à la lumière d’un passage de l’Evangile) mais aussi sur la qualité des engagements passés. La révision de vie est inspirée à l’évidence de la confession, mais en rupture technique avec la pratique auriculaire de celle-ci, qui met en présence au confessionnal – cet étonnant dispositif scénique ! – un prêtre et un seul pénitent. La révision de vie se pratique le plus souvent collectivement, au sein d’une petite équipe de militants, en présence d’un aumônier ou d’un aîné dans le mouvement. Elle peut se compléter d’un entretien personnalisé avec le prêtre, afin de recevoir l’absolution. C’est en somme une forme d’autorégulation.

  • 17 Jean NIZEY, op. cit. n. 6.

18Révision de vie et révision d’influence, tout comme les cartes de relation et les sociogrammes qui seront pratiqués dans les années 1960, introduisent très précocement le militant dans l’idée de responsabilité individuelle, sous le regard des autres et de Dieu, associée à celle d’une morale collective de l’action. Le militant est défenseur d’une cause, en même temps qu’acteur d’un mouvement. L’idée de mouvement – mouvement de laïcs avec aumônier – apparaît là comme garant organisationnel d’une ligne politique autant que des comportements individuels. Tout comme les scouts, ces mouvements manipulent au reste fort habilement les emblèmes, de l’insigne au fanion, et les temps forts symboliques : intronisation, veillées, rassemblements...17

  • 18 Aline COUTROT, « Les mouvements de jeunesse dans l’entre-deux-guerres », in Collectif, op.cit. n° 3

19Cependant l’Action catholique se distingue nettement du scoutisme par sa conception du rapport individu/société. Elle est « un mouvement de milieu qui se veut mouvement de masse », alors que « le scoutisme met l’accent sur des individus qui seront des citoyens utiles pour le scoutisme »18.

Les services : du coup de main aux équipements sociaux

  • 19 Jacques DONZELOT, L’Invention du social – Essai sur le déclin des passions politiques, Paris, Fayar (...)

20Loin des théorisations sur l’Etat, le Solidarisme ou les services publics, bien développées par certains sociologues et juristes du début du siècle19, les mouvements d’Action catholique font montre d’une remarquable créativité en matière de services privés localisés, qu’on dirait aujourd’hui – subsidiarité oblige – de proximité, c’est-à-dire au plus près de la vie privée des gens.

  • 20 Bruno DURIEZ et Jean NIZEY, Les Services d’aide familiale du Mouvement populaire des familles – Du (...)

21Toujours fondés dans l’obligation évangélique de « servir son prochain », mais en rupture avec la tradition caritative et assistantielle des œuvres, toutes sortes de nouveaux services sont proposés dès la fin des années 1930 : loisirs, orientation professionnelle, placement et logement des jeunes travailleurs, entraide populaire, travailleuses familiales, ruches dans le milieu rural, femmes de prisonniers, malades, maisons de vacances ou centres de préparation au mariage20.

22Le service, si petit soit-il, participe d’abord du « règne de Dieu sur la terre » et de l’évangélisation. Dès lors, il doit être considéré comme un dispositif séculier, intermédiaire entre les hommes et l’Eglise du Christ. C’est là une matrice tout à fait essentielle, qu’il s’agisse d’aide aux personnes ou à la famille, de résolution des conflits, d’organisation du quotidien ou d’éducation des enfants. Le service conçu et mis en œuvre dans le cadre de l’Action catholique spécialisée, tout en marquant la limite du temporel, affirme une présence d’Eglise, moralisatrice, évangélisatrice autant que pédagogique et promotionnelle. Cependant, de l’idéal à la réalité, il faut compter avec un important décalage. Comme dans bien d’autres groupements, un service revient souvent à rendre certaines populations débitrices à l’égard des militants.

  • 21 Michel CHAUVIÈRE et Bruno DURIEZ, op. cit.

23De plus, aucun service n’est concevable hors d’une économie globale. C’est pourquoi à la volonté de servir est logiquement associé le souci d’une gestion sociale, parfois même la recherche d’une cogestion avec les usagers. Or, cette orientation engage le militant dans toutes sortes d’aventures économiques imprévues : collecte, gestion et affectation des fonds, évaluation des coûts, des remboursements ou de la solvabilité des familles, etc. Technicités nouvelles qui transformeront même certains militants en spécialistes et en experts. S’en suivront quelquefois de remarquables carrières de la JOC à la gestion des Caisses d’allocations familiales ou au Conseil économique et social21. Ces nouvelles qualifications et ces promotions réussies sont quelquefois évoquées en termes de « contre-ENA » ou d’« ENA du pauvre ». La JOC et plus largement les mouvements d’Action catholique de jeunes furent, en effet, très tôt des écoles de cadres sur le tas.

  • 22 Evelyne DIEBOLT et alii, L’UNIOPSS, une association interfédérale -1947-1987, UNIOPSS, rapport FNDV (...)

24Progressivement après la crise de 1930, la plupart de ces services intégreront l’Etat providence et la régulation keynésienne, le plus souvent pour rejoindre la cohorte des établissements et services de droit privé qui font fonction de services publics, en raison de leurs mandats et financements. Et l’on sait qu’après 1945 le MRP (Mouvement républicain populaire) et toute la tradition catholique sociale soutiendront fermement ce mode de développement social, dont témoignent certaines institutions comme l’Union nationale interfédérale des organismes et œuvres sanitaires et sociaux (UNIOPSS), créée en 194722. Mais çà et là, spécialement dans les domaines de l’entraide ou des loisirs populaires, la mystique du service local perdure, soucieuse de se distinguer du service public.

Ambivalences et dissidences face à la professionnalisation : un exemple

25Dans le monde de l’Action catholique, de fortes valeurs sous-tendent donc des objectifs ambitieux. Les techniques et les représentations du social qu’elles entraînent vont nourrir individuellement des générations d’intervenants sociaux, en même temps qu’elles opéreront comme frein à l’égard du professionnalisme social. Malgré l’institutionnalisation de quelques services créés par ses militants, l’Action catholique restera en effet, par essence, à base militante, c’est-à-dire volontaire et bénévole. Il y a à cette ambivalence plusieurs causes. Si l’engagement total du militant se laisse mal enfermer dans un contrat à durée déterminée, il faut aussi compter avec une certaine résistance philosophique à la logique même du salariat, en tant qu’il fait renoncer à une certaine liberté d’action. Ces traits sont sans aucun doute accentués chez les femmes, dont on sait la sur-représentation dans le secteur social. Inversement, s’il faut tout de même des professionnels, alors qu’ils soient très qualifiés (médecins, magistrats, juristes, etc.).

  • 23 Bernadette BONAMY, La Travailleuse familiale – Tâches et interrogations d’une profession sociale, T (...)

26L’aide familiale, pratique féminine par tradition, naît au XIXe siècle d’humbles activités de suppléance et de soins développées par les Petites sœurs de l’Assomption, destinées à « refaire chrétienne la famille », puis avec la même ambition, mais sur un mode beaucoup plus bourgeois et paternaliste, de l’expérience de l’Aide aux mères de famille des années 1920. Elle connaît un nouvel essor avec la généralisation des allocations familiales après 1932 et se trouve renforcée des initiatives de l’aide familiale populaire et de l’aide familiale rurale, animées respectivement par les aînés de la JOC et ceux de la JAC, avant et pendant la Deuxième Guerre mondiale23.

  • 24 Geneviève DERMENJIAN (dir.), Femmes, famille et action ouvrière. Pratiques et responsabilités fémin (...)

27Ces dernières pratiques sont aussi d’entraide, parce que « la roue peut tourner » et que les militants ont parfois les mêmes besoins, notamment les femmes, pour se libérer des charges du foyer et par exemple... militer ; mais elles trouvent surtout leur raison d’être dans une conception triplement innovante de l’intervention au bénéfice des familles : plus sociologique (par milieux sociaux), plus instrumentalisée (des services efficaces éloignent du paternalisme) et plus participative (où les usagers cogèrent les services d’entraide)24. Parallèlement, à partir de 1942, quelques Caisses d’allocations familiales mettront en place des centres de formation d’auxiliaires familiales, qui assureront à partir des années 1950, l’intégration de la travailleuse familiale dans la politique générale d’aide aux familles, complémentairement aux prestations sociales.

28Services d’initiative locale, avec d’intéressantes caractéristiques d’auto-développement et d’autogestion, nourris d’une connaissance collective des besoins et des droits, hérités à l’évidence de la méthodologie de l’Action catholique, ces formes de travail familial finissent donc par s’adapter progressivement aux techniques administratives, juridiques et psychologiques de la protection sociale moderne.

  • 25 Michel CHAUVIÈRE, « La volonté d’intervenir – Brève histoire des sollicitudes en direction des fami (...)

29Cependant le travail familial d’origine populaire et dans une moindre mesure rurale continuera sa dissidence, notamment en assumant une certaine concurrence avec les divers spécialistes patentés de l’intervention au bénéfice des familles25. Se trouvent ainsi visés le service social, qui fait les frais d’une vieille opposition de classe dans certains quartiers populaires, mais aussi les nouveaux venus dans le domaine des sollicitudes : Ecoles des parents, conseillers conjugaux, thérapeutes familiaux, ou encore la conjugaison des éducateurs spécialisés et des juges pour enfants dans les actions de protection de l’enfance par exemple, toutes professions plus « nobles », plus légitimes, souvent plus qualifiées et surtout bien mieux installées sur leurs territoires professionnels.

30Finalement la rupture paraît se faire sur trois fronts essentiels : l’éthique (ou mystique) sociale de l’intervention, le rapport implication/autonomie des professionnels et la place des usagers.

Conclusion

  • 26 Michel CHAUVIÈRE, « Essai de décomposition du travail social », in Francis BAILLEAU, Nadine LEFAUCH (...)

31Ce modèle méthodologique revêt donc un grand intérêt. Par bien des traits, en effet, il est idéal-typique, générique. Au-delà de l’investissement familial et social particulier des « catholiques intransigeants » qui l’ont appliqué, on en retrouve trace aussi bien dans tout le champ du « travail du social » associatif et/ou professionnalisé26, dans le champ culturel, où il constitue l’un des piliers historiques de l’Education populaire, que dans le champ politique, avec le MRP tout d’abord, spécialiste des affaires sociales, puis, via l’expérience historique du PSU, dans le Parti socialiste. Au reste, tout aussi bien certaines convergences PS/ « centristes d’ouverture » vers 1988, que les politiques sociales menées par les gouvernements socialistes, transversales et interpartenariales, que le localisme ambiant, empruntent largement à cette culture inductive et quasi clinique du social, au grand dam de certains professionnels du même domaine.

Notes

1 Déconfessionnalisation du Mouvement populaire des familles (MPF) issu de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) en 1949, difficultés de l’Association catholique de la jeunesse française (ACJF) en 1956 ou encore crise de la Jeunesse étudiante chrétienne (JEC) en 1965...

2 Pierre PIERRARD, Michel LAUNAY et Rolande TREMPE, La JOC, regards d’historiens, Paris, Ed. ouvrières, 1984.

3 Collectif, « Education populaire, 1920/1940 », Les Cahiers de l’animation, n° 32 (colloque de novembre 1979 à l’INEP). La série des trois colloques organisés par l’INEP sur les mouvements de jeunesse et d’éducation populaire avant, pendant et après la guerre 39-45, tous publiés par Les Cahiers de l’animation, constitue une double référence, analytique et bibliographique ; on s’y reportera notamment pour une approche des mouvements d’Action catholique autres que la JOC. Voir aussi Geneviève POUJOL, « La pédagogie du militantisme dans les mouvements de jeunesse », in Alain Marchand (dir.), Le Travail social à l’épreuve de l’Europe, Paris, L’Harmattan, 1993.

4 Joseph DEBES et Emile POULAT, L’Appel de la JOC, Paris, Ed. du Cerf, 1986.

5 Jean LEBRUN, « L’héritage complexe de la JOC », Esprit, n° 3, mars 1979.

6 Jean NIZEY, « Naissance et développement de la JOC à Saint Etienne. 1930-1940 », in Gérard CHOLVY (dir.), Mouvements de jeunesse chrétiens et juifs : sociabilité juvénile dans un cadre européen. 1799-1968, Paris, Ed. du Cerf, 1985, voir aussi « Jocistes à Saint-Etienne », in Yves LAMBERT et Guy MICHELAT, Crépuscule des religions chez les jeunes ? Jeunes et religion en France, Paris, L’Harmattan, 1992.

7 Henri GODIN et Yves DANIEL, France, pays de mission ?, Paris, Ed. du Cerf, 1943.

8 P. SIX Abbé, Pages de sociologie chrétienne, brochure de la revue La Démocratie chrétienne, 1909.

9 Yvon TRANVOUEZ, Catholiques d’abord – Approches du mouvement catholique en France – XIXe-XXe siècles, Paris, Ed. ouvrières, 1988.

10 Paul WALLEZ, « Le modèle d’action sociale de la jeunesse ouvrière chrétienne – 1927-1936 », in Collectif, Vingt ans de luttes ouvrières et familiales 1940-1960 – Le Mouvement populaire des familles dans le Nord – Pas-de-Calais – Espoirs et réalisations, Les cahiers du GRMF, n° 5, 1988.

11 Notion d’origine thomiste. Voir Chantal MILLON-DELSOL, L’Etat subsidiaire, Paris, PUF, 1992.

12 Michel CHAUVIÈRE et Bruno DURIEZ, « Totalité et subsidiarité dans l’approche du social – Les catholiques intransigeants du Mouvement populaire des familles dans les années 40 », La Revue de l’économie sociale, XI, 1987.

13 Michel CHAUVIÈRE, « Familialisme et régulation sociale – Aspects de la démultiplication du concept de famille », Annales de Vaucresson, n° 27, 2, 1987.

14 Marie-Joseph DURUPT, Les Mouvements d’Action catholique, facteur d’évolution du milieu rural, thèse, Paris, FNSP, 1963.

15 Michel CHAUVIÈRE, (dir.) L’action familiale ouvrière et la politique de Vichy, Les Cahiers du GRMF, n° 3, 1985. Le GRMF (Groupement pour la recherche sur les mouvements familiaux) associe dans un même effort de connaissance des anciens militants, certaines organisations actives comme la CSF et la CSCV et des chercheurs ; il se caractérise aussi par sa méthode volontairement impliquée et interactive ; il a publié à ce jour 7 cahiers, 4 sont encore à paraître en 1994 et 1995. Sur la méthode du GRMF voir : Michel CHAUVIÈRE, Bruno DURIEZ, Geneviève DERMENJIAN, Jean NIZEY, « La place des acteurs dans le travail socio-historique – L’expérience du GRMF », Le social aux prises avec l’histoire, Vie sociale/Les Cahiers de la recherche sur le travail social, vol. 2, CEDIAS-Musée social et université de Caen, 1990.

16 Bernard KALAORA et Antoine SAVOYE, Les Inventeurs oubliés, Le Play et ses continuateurs aux origines des sciences sociales, Seyssel, Champ Vallon, 1989.

17 Jean NIZEY, op. cit. n. 6.

18 Aline COUTROT, « Les mouvements de jeunesse dans l’entre-deux-guerres », in Collectif, op.cit. n° 3.

19 Jacques DONZELOT, L’Invention du social – Essai sur le déclin des passions politiques, Paris, Fayard, 1984.

20 Bruno DURIEZ et Jean NIZEY, Les Services d’aide familiale du Mouvement populaire des familles – Du mouvement confessionnel à l’action sociale spécialisée, Lille-Saint-Etienne, CLERSE-CRESAL, contrat MIRE, 1990.

21 Michel CHAUVIÈRE et Bruno DURIEZ, op. cit.

22 Evelyne DIEBOLT et alii, L’UNIOPSS, une association interfédérale -1947-1987, UNIOPSS, rapport FNDVA, 1988.

23 Bernadette BONAMY, La Travailleuse familiale – Tâches et interrogations d’une profession sociale, Toulouse, Erès, 1986.

24 Geneviève DERMENJIAN (dir.), Femmes, famille et action ouvrière. Pratiques et responsabilités féminines dans les mouvements familiaux populaires (1935-1958), Les cahiers du GRMF, n° 6, 1991 ; voir aussi Sylvie FAYET-SCRIBE, Associations féminines et catholicisme – De la charité à l’action sociale – XIXe-XXe siècles, Paris, Ed. ouvrières 1990, préface d’Emile Poulat.

25 Michel CHAUVIÈRE, « La volonté d’intervenir – Brève histoire des sollicitudes en direction des familles », Informations sociales, n° 1, 1989.

26 Michel CHAUVIÈRE, « Essai de décomposition du travail social », in Francis BAILLEAU, Nadine LEFAUCHEUR, Vincent PEYRE (dir.), Lectures sociologiques du travail social, Vaucresson, CRIV/Paris, Ed. ouvières, 1985.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search