Version classiqueVersion mobile

Les chantiers de la paix sociale

L’emprise du catholicisme

Introduction à la deuxième partie

Texte intégral

1Nous n’abandonnons pas dans cette section l’esquisse d’une approche des techniques sociales. Nous considérons seulement la diversité du monde de l’intervention sociale sous d’autres angles qui permettent d’en mettre en lumière certains aspects décisifs.

2Indiquons d’emblée qu’il n’est pas question pour nous d’étudier l’environnement confessionnel des interventions sur le social. Il ne s’agit pas non plus de rendre compte de l’origine religieuse d’institutions sociales privées ou étatiques. Il est encore moins dans notre esprit de laisser entendre qu’il n’y aurait en France de social que catholique.

3Nous avons simplement enregistré une nette domination de l’initiative catholique dans les champs qui concourent aux efforts de maintien et de consolidation de la paix sociale.

  • 1 Voir Sandra DAB, « Un jeune banquier découvre la question sociale en 1896-1897 : Max Lazard à Londr (...)

4Ce n’est donc pas oublier la part de l’initiative protestante. L’ouvrage évoque la Société industrielle de Mulhouse et son rôle dans le développement des techniques d’hygiène et de sécurité et dans la prévention des accidents du travail. Au fil des contributions, telle ou telle organisation, entreprise ou personnalité protestantes sont évoquées. Sont aussi abordés au passage Max Lazard, rejeton dévoyé vers le social de la grande famille des banquiers, ou Cécile Brunschvicg, issue d’une famille juive d’Alsace1. Nous ne nous sommes pas livré à la comptabilité des origines, mais il se trouve que la force et la variété des expressions du social catholique (pour ne pas dire du catholicisme social) se sont imposées à nous dès lors que nous cherchions à localiser quelques formes décisives de l’innovation sociale au début du siècle.

5André Grelon aborde un groupe et une organisation professionnels, l’Union sociale des ingénieurs catholiques (l’USIC), Michel Chauvière aborde un mouvement à l’échelle de l’Eglise, l’Action catholique spécialisée, Bernard Kalaora et Rémi Baudouï abordent un individu et son œuvre, respectivement Joseph Wilbois, un intellectuel orienté vers la formation des chefs d’entreprise et du personnel social, et Raoul Dautry, un ingénieur qui ne dissocie pas le social de l’exercice de sa profession.

6 La conjoncture est assez homogène. M. Chauvière en dessine bien le cadre. L’encyclique Rerum Novarum du pape Léon XIII avait en 1891 tracé les orientations pour le catholicisme social mais la condamnation du modernisme par Pie X, puis celle du Sillon de Marc Sangnier en 1910 tentent de les infléchir notablement, ouvrant la possibilité d’une diversification des régimes de l’action catholique.

7Le chapitre témoigne de l’éclatement des initiatives et des repérages. Quand certaines nouveautés, comme les Equipes sociales de Robert Garric, créées à l’issue de la Première Guerre mondiale, en sont sans doute le meilleur exemple, demeurent dans la tradition du patronage, les plus nombreuses, et les études de M. Chauvière, d’A. Grelon et de R. Baudouï l’analysent fidèlement, prennent le virage de ce que nous pourrions après d’autres appeler la sécularisation de l’action sociale.

8Dès lors, et surtout après la Première Guerre mondiale, un certain nombre de notions, de modalités de la pensée et de l’intervention circulent d’un cadre à l’autre. Ce chapitre traverse quatre de ces cadres : c’est tout le champ social que tente de couvrir l’Action catholique spécialisée quand l’USIC se préoccupe de définir un groupe social auquel s’adresser sans souci de sa hiérarchisation interne, les ingénieurs ; Dautry exerce son action dans le cadre parfaitement défini des institutions privées ou publiques dont il a la charge quand Wilbois construit sa position dans le monde de la formation des responsables et des chefs.

9De l’un à l’autre, donc, on voit réapparaître des notions comme celle de service, le service se donnant comme dispositif séculier intermédiaire entre l’Eglise et les « cibles » de l’action (Action catholique spécialisée, USIC), ou celles d’autorité et de commandement qui se révèlent inévitables dans le traitement social de l’industrie (USIC, Wilbois, Dautry). La notion d’apolitisme circule aussi : elle forme un credo cardinal, si l’on peut dire, des « sociaux » (Dautry, USIC entre autres) autour duquel se concilient les acteurs des âges du patronage et de la sécularisation et qui s’incarne dans la figure, d’autant plus complexe et parfois ambiguë sur ce plan même de la politique que ses apparitions sont récurrentes, de Lyautey.

10D’autres pôles de circulation sont plutôt d’ordre méthodologique. On retrouve d’abord, en particulier dans le monde des ingénieurs qui, ne se contentant pas de Lyautey, se donnent aussi Le Play comme figure emblématique, les notions d’enquête et de monographie, dont B. Kalaora montre bien comment un Wilbois les subsume dans la confection, en 1936, d’une socioanalyse avant la lettre. Les différentes Jeunesses chrétiennes ne sont pas en reste pour faire de l’enquête un de leurs outils. Plus largement, une sorte de sociologie spontanée est à l’œuvre pour piloter les efforts d’organisation de l’Action catholique spécialisée ou de l’USIC, sociologie dont Wilbois, encore, tente confectionner une présentation plus systématique. Les savoirs ici aussi sont orientés vers l’action.

11Dans l’ensemble, le chapitre montre encore comment la professionnalisation du social est à l’œuvre non seulement dans les lieux plus naturellement professionnels déjà parcourus dans le chapitre précédent, mais aussi dans les associations. Or avec la professionnalisation vient l’administration, tout à la fois comme souci et comme instrument. D’un côté, la gestion est part de l’action des ingénieurs, Dautry, ceux de l’USIC, ceux auxquels s’adresse Wilbois, de l’autre, il convient de gérer des appareils sociaux : Henri Fayol, fondateur d’une science administrative générale, figure aussi parmi les personnages repères qui apparaissent ici et là.

  • 2 Gérard NOIRIEL, « Du patronage au paternalisme : la restructuration des formes de domination de la (...)

12Les deux notions de sécularisation et d’administration nous inciteraient à penser qu’il n’est pas certain qu’il y ait avantage, comme le fait Gérard Noiriel, à forcer le terme de « paternalisme » pour qu’il convienne à la désignation de cette période. Peut-être devrait-on laisser le terme à sa notation d’un point de vue sur le patronage et plus généralement l’action sociale patronale2 ?

13D’un tout autre point de vue, l’unité de ces quatre formes de l’intervention catholique est bien marquée par cette ligne qui court du pragmatisme de Dautry au mysticisme de Wilbois en passant par le désir d’apostolat du monde social que portent, à leur façon, les militants de l’Action catholique spécialisée et les ingénieurs de l’USIC. Le royaume des valeurs vient contrebalancer ce que les nouvelles méthodes d’intervention auraient de trop technicien, ou plutôt de trop instrumental : car, plus justement, les valeurs sont sans cesse réaffirmées pour fournir aux techniques nouvelles leur horizon et leur principe de conception.

14Mais l’unité, de façon complémentaire, apparaît aussi dans une autre préoccupation, celle, qui n’a sans doute pas été énoncée de la sorte mais qui ne s’en impose pas moins à l’analyse, d’accompagner la seconde révolution industrielle.

15Les figures du patron paternaliste et du philanthrope privé semblaient résumer l’accompagnement social de la révolution industrielle pour le XIXe siècle. La fin du siècle a fait apparaître de nouvelles inquiétudes, confirmées par la Première Guerre mondiale : le mouvement ouvrier, l’apparition du communisme, la mobilisation de la population pour l’industrie à une échelle encore inédite, le mouvement de rationalisation lui-même inquiètent les « sociaux », les interrogent sur la stabilité du lien social, les incitent à infléchir tout autant leur pensée que les modalités de leur action. Il s’ensuit que la professionnalisation du travail social, la médicalisation de l’intervention de l’Etat, la progressive prise en charge du social par l’Etat, la sécularisation de l’action patronale et plus généralement de l’action catholique représentent des dispositifs inséparables de la seconde révolution industrielle, sans lesquels celle-ci n’est pas pensable.

16Ce chapitre donne plutôt la description d’un effort qui conduit plus souvent à l’échec (ainsi celui de la confection d’un modèle d’ingénieur par l’USIC, ainsi le dernier parcours social de Dautry...) qu’à la réussite. Il faudrait se reporter délibérément dans l’après Seconde Guerre mondiale pour saisir des émergences réussies, comme celle des militants de l’Action catholique spécialisée dans l’Etat ou plus globalement des militants sociaux dans de nouvelles institutions industrielles comme les directions du personnel.

Notes

1 Voir Sandra DAB, « Un jeune banquier découvre la question sociale en 1896-1897 : Max Lazard à Londres et à Ménilmontant », Le Social aux prises avec l’histoire, vol. 3, nov.-déc. 1991, p. 181-193 et Anne COVA, « Cécile Brunschvicg (1877-1946) et la protection de la maternité », Colloque sur l’histoire de la sécurité sociale, Actes du 113e Congrès national des Sociétés savantes, Paris, Association pour l’étude de l’histoire de la Sécurité sociale, 1989, p. 75-104.

2 Gérard NOIRIEL, « Du patronage au paternalisme : la restructuration des formes de domination de la main-d’œuvre ouvrière dans l’industrie métallurgique française », Mouvement social, juil.-sept. 1988, p. 17-36) ; voir aussi, pour une discussion de la notion de paternalisme, Nicolas BOURGUINAT, « Le développement de l’électrométallurgie en Maurienne : recomposition et nouvelles régulations d’un milieu rural en crise (1897-1921) », Mouvement social, n° 165, oct.-déc. 1993, p. 43-65.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search