Version classiqueVersion mobile

Les chantiers de la paix sociale

Vers des techniques sociales

Entre psychotechnique et politique : la psychologie industrielle dans l’Allemagne de Weimar

Anson Rabinbach
Traduction de Yves Cohen

Texte intégral

  • 1 Cette étude a été réalisée avec le soutien du German Marshall Fund of the United States.

1Cette contribution se propose d’étudier un certain nombre de circonstances professionnelles, intellectuelles et politiques qui ont entouré la création de la psychologie industrielle comme discipline sous la République de Weimar. Elle s’appuie sur l’exemple d’Otto Lipmann, l’un de ses pionniers dans l’Allemagne de l’entre-deux-guerres1.

  • 2 Sur les racines de cette approche en France, voir Georges RIBEILL, « Les débuts de l’ergonomie en F (...)

2Des professions et des sous-disciplines universitaires ou quasi universitaires, comportant des aspects appliqués ou « pratiques » relatifs au travail (physiologie industrielle, médecine industrielle, psychologie industrielle, sociologie industrielle), émergent après la Première Guerre mondiale dans presque tous les pays d’Europe. C’est tout particulièrement le cas de la psychologie industrielle qui est la première à parvenir à une légitimité professionnelle au cours de l’entre-deux-guerres, quoiqu’elle ait ses racines dans les sciences du travail d’avant 19142.

  • 3 Voir G. RIBEILL, op. cit., et Anson RABINBACH, The Human Motor : Energy, Fatigue and the Origins of (...)

3En France avant la guerre, la science du travail (psychophysiologie et psychologie du travail) occupe une position ambiguë par rapport aux ouvriers et aux industriels. Dans cette première phase de la physiologie industrielle et de la psychologie appliquée, un certain nombre de leurs propagateurs les plus en vue, Armand Imbert et Jean-Maurice Lahy en particulier, éprouvent des sympathies pour le mouvement ouvrier et tentent de démontrer la supériorité d’une approche scientifique de l’essor du travail, en l’opposant d’un côté à l’exploitation par le capital et de l’autre à la résistance ouvrière. Imbert, par exemple, essaye de s’assurer d’un soutien ouvrier dans son approche expérimentale du travail, et Lahy est un critique déterminé du taylorisme et de ses conséquences. Depuis le début pourtant, d’autres partisans de la nouvelle approche scientifique du travail envisagent la possibilité d’un compromis. C’est le cas de Jules Amar dont les travaux visent la réalisation d’une collaboration entre le système Taylor et l’industrie dans le but de développer l’« efficacité sociale »3.

  • 4 Sur la Grande-Bretagne, voir C. B. FRISBY, « The Development of Industrial Psychology at the NIIP » (...)

4Pour l’essentiel, ces divisions ne survivent pas à la guerre et l’après-guerre voit un rapprochement des divers camps politiques. Les différences évoluent et même quelqu’un comme Lahy, qui devient sympathisant du mouvement communiste, ne se sert pas de sa position de principal propagateur de la science du travail en France pour entretenir la controverse avec ceux qui inclinent à voir ses avancées servir les projets rationalisateurs des industriels. Les méthodes nouvelles rencontrent en fait beaucoup plus de succès en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, où l’Institut national de Psychologie industrielle et l’œuvre d’Elton Mayo au Département de Recherche industrielle de l’université de Harvard (sans oublier celle d’Hugo Münsterberg avant la Première Guerre mondiale) tendent à une association étroite de la psychologie et du management industriels4.

5En Allemagne aussi, après la Première Guerre mondiale, la psychologie industrielle se trouve rapidement acceptée comme discipline tout à la fois théorique et appliquée. Ce succès entraîne la prolifération rapide d’un certain nombre d’écoles concurrentes de « psychotechnique » et une pléthore de méthodes de tests d’aptitude et de psychologie industrielle. Mais il entraîne en même temps une profonde division entre ceux qui considèrent que les nouvelles approches scientifiques sont un complément à la « rationalisation » de l’industrie et ceux qui les conçoivent comme un moyen de réduire le pouvoir des industriels sur les ouvriers. A l’approche des années 1930, le contenu de plus en plus politique de la controverse montre que la psychotechnique et la psychologie industrielle ne peuvent être comprises comme de simples instruments « techniques » à la disposition de l’industrie et des directions, mais plutôt comme un champ de contestation entre différentes attitudes envers le savoir social.

  • 5 Sur l’utilisation de la psychotechnique en temps de guerre, voir A. RABINBACH, The Human Motor, op. (...)
  • 6 Cité dans B. WILPERT, « How European is Work and Organizational Psychology ? », op. cit., p. 125.

6En Allemagne (mais il en est de même en France et en Grande-Bretagne), la psychologie industrielle émerge en fait de l’utilisation en temps de guerre de méthodes « psychotechniques » pour détecter les candidats artilleurs, chauffeurs ou pilotes « les mieux adaptés » – et par la suite les postulants à d’autres types de fonctions5. La psychotechnique gagne bientôt une respectabilité universitaire comme « technique » pratique et figure dans la formation des ingénieurs et des « experts industriels » (Betriebwissenschaftler) qui formeront à leur tour ceux qui seront chargés de mettre ces méthodes en pratique. La chaire de psychotechnique industrielle appliquée, créée peu après la guerre à l’Institut für industrielle Psychotechnik de la Technische Hochschule (collège universitaire technique) de Berlin-Charlottenbourg et occupée par Georg Schlesinger, atteste de cette reconnaissance nouvellement acquise. A la différence des Etats-Unis où la psychologie industrielle englobe un large spectre de démarches managériales naturellement ancrées à l’université, la psychotechnique industrielle en Allemagne est considérée comme le pivot privilégié de tentatives gouvernementales pour améliorer l’efficacité du travail industriel. En 1920 par exemple, le ministre du Land de Prusse chargé de la science suggère d’élever la productivité par la sélection du personnel et par des techniques de formation6. Mais rapidement et de façon de plus en plus accentuée, le champ se divise entre ceux qui forment les praticiens pour l’industrie et ceux qui croient qu’une discipline scientifique doit être établie par une attention plus grande aux effets sociaux de ses méthodes et par la recherche d’une légitimité scientifique plus grande que celle qu’offre la seule démarche psychotechnique.

  • 7 Pour l’approche internaliste, voir Friedrich DORSCH, Geschichte und Problème der Angewandten Psycho (...)

7Otto Lipmann représente cette seconde tendance en Allemagne de 1906 jusqu’à sa mort en 1933. Son cas est instructif car il nous permet de nous concentrer sur les circonstances professionnelles, intellectuelles et politiques qui empêchent cette seconde conception de la psychologie industrielle de devenir hégémonique. Je me propose d’examiner comment la formation du champ professionnel, les présupposés intellectuels et les hypothèses de l’activité théorique de Lipmann ainsi que l’environnement politique dans l’Etat prussien permettent de circonscrire l’émergence de la psychologie industrielle dans l’Allemagne de Weimar. Ce faisant j’éviterai d’étudier l’histoire de cette profession tant à partir de la position traditionnelle de l’histoire internaliste de la psychologie appliquée qu’à partir de la position marxiste qui en fait la contrepartie idéologique des problèmes que rencontre l’organisation industrielle du capitalisme avancé7. Bien que l’œuvre et la carrière de Lipmann soient sous nombre d’aspects uniques – singulières probablement à cause de sa persévérance à maintenir la « science du travail » à l’écart des applications industrielles directes et de son insistance sur la neutralité politique de sa science dans les conflits du travail –, son cas remet en question certaines hypothèses courantes sur la manière dont des formes nouvelles du savoir social parviennent ou pas à s’institutionnaliser. Le cas de Lipmann offre ainsi des perspectives inédites pour l’évaluation du rôle des conflits politiques et professionnels dans le processus de la formation des disciplines.

Otto Lipmann et les origines de la psychologie industrielle appliquée en Allemagne

  • 8 L’information biographique sur Lipmann est maigre et contradictoire. Voir F. DORSCH, Angewandte Psy (...)
  • 9 W. STERN, « Otto Lipmann : 1880-1933 », op. cit., p. 152-153.
  • 10 W. STERN, « Otto Lipmann », op. cit. (1933), p. 420.

8Otto Lipmann est l’un des pionniers de la psychologie pratique ou appliquée comme discipline indépendante en Allemagne8. Elève de la « seconde génération » des psychologues expérimentaux allemands, Hermann Ebbinghaus et William Stern, Lipmann fonde avec Stern, en 1906-1907, la Zeitschrift für Angewandte Psychologie (Revue de Psychologie appliquée) et l’Institut für angewandte Psychologie und psychologische Sammelforschung (Institut de Psychologie appliquée et de Recherche documentaire en psychologie) à Berlin-Wilmersdorf (qui déménage peu après à Klein Glienicke). Au début, Lipmann est secrétaire et Stern directeur mais, après l’installation de Stern à Hambourg en 1916, Lipmann devient le seul directeur. Financé sur ses revenus personnels, l’Institut devient « l’œuvre de toute sa vie ». Il ne s’agira jamais d’un laboratoire ou d’un centre de recherche au sens habituel du terme, mais d’une bibliothèque comprenant une collection énorme de matériaux relatifs aux aspects psychologiques du travail et des professions. L’Institut compile des données, transmet des informations scientifiques, promeut le recours à la psychologie appliquée dans certains problèmes économiques et particulièrement aux tests d’aptitude et aux statistiques standardisés9. Dans sa nécrologie de Lipmann, Stern souligne son « infatigable et prolifique efficacité » qui se manifestait surtout dans son activité de rédacteur en chef des « quarante-six volumes, soixante-six cahiers et quarante-sept publications spéciales de la revue »10.

  • 11 Otto LIPMANN et Paul PLAUT, Die Lüge. In psychologischer, philosophischer, juristischer, pädagogisc (...)
  • 12 Respectivement Frageliste zur psychologischen Charakteristik der mittleren (kaufmannischen, hand-we (...)

9En plus de ses activités éditoriales, Lipmann publie des études sur une grande quantité de sujets psychologiques, depuis les capacités de la mémoire, la perception et l’intelligence jusqu’à la différence des sexes, et dirige même un ouvrage sur un sujet important mais négligé : Le Mensonge11. Lipmann est par ailleurs un pionnier de l’utilisation de la psychologie appliquée à l’étude des professions « supérieures ». Son Questionnaire sur les caractéristiques psychologiques des métiers moyens (commerce, artisanat et industrie) de 1918 est renommé, et il contribue aussi à des monographies sur la psychologie appliquée au droit en 1908 (Précis de psychologie pour juristes), à la psychiatrie en 1922 (Manuel d’aide psychologique au diagnostic psychiatrique) et à la pédagogie en 1909 (Précis de psychologie pour pédagogues)12.

  • 13 Grundriß der Arbeitswissenschaft, Iéna, 1926, et Lehrbuch der Arbeitswissenschaft, Iéna, 1932.

10L’un des premiers à indiquer l’importance des méthodes statistiques en psychologie appliquée, il est également secrétaire scientifique d’une commission du Reichstag chargée d’enquêter sur les problèmes du temps de travail, toutes expériences qui aboutissent à son livre le plus important, Das Arbeitszeitproblem (Le Problème du temps de travail, 1926). Cet ouvrage et ses manuels de psychologie industrielle, Précis de science du travail et Traité de science du travail13 font de lui le pionnier de la psychologie industrielle appliquée dans l’Allemagne de l’entre-deux-guerres.

La professionnalisation de la psychologie industrielle et de la psychotechnique allemandes

  • 14 Sur Münsterberg voir A. RABINBACH, The Human Motor, op. cit., p. 191-193, et Matthew HALE Jr., Huma (...)
  • 15 F. DORSCH, Angewandte Psychologie, op. cit., p. 59.
  • 16 Hugo MÜNSTERBERG, Psychology and Industrial Efficiency, Boston et New York, Houghton-Mifflin, 1913, (...)
  • 17 Grundzüge der Psychotechnik, Leipzig, 1914.
  • 18 F. DORSCH, Angewandte Psychologie, op. cit., p. 60.
  • 19 Ibid.

11Il est possible de retracer les débuts de la psychologie industrielle appliquée tout à la fois comme discipline universitaire et comme pratique industrielle dans les premières années du XXe siècle. Dès 1910, Hugo Münsterberg tente d’étendre les résultats de la psychologie appliquée de Wilhelm Wundt à l’industrie et aux professions, aux Etats-Unis d’abord, où il est professeur à l’université de Harvard, en Allemagne ensuite14. A la demande de l’Association américaine pour la législation du travail, il développe en 1910 les premiers tests d’aptitude comme moyen de sélectionner les conducteurs de tramway dans le but d’éviter les accidents15. Son livre Psychology and Industrial Efficiency affirme la supériorité du système Taylor comme méthode d’organisation du travail industriel tout en formulant l’une des premières critiques de son absence d’approche psychologique16. Dans un ouvrage qui eut beaucoup d’influence, Fondements de la psychotechnique17, Münsterberg utilise le mot « psychotechnique », inventé par Stern, pour décrire une large gamme d’activités sociales et culturelles auxquelles la psychologie était susceptible de servir, et il insiste sur les potentialités économiques de la publicité, du marketing et de l’augmentation de la productivité dans l’industrie18. Dès 1912, Münsterberg observe – avec un peu d’optimisme sans doute – qu’on trouve des « psychologues consultants » dans des entreprises américaines quand une telle pratique est virtuellement inconnue en Allemagne19.

  • 20 Ibid., p. 64.
  • 21 S. JAEGER et 1. STAEUBLE, « Die Psychotechnik und ihre gesellschaftlichen Entwicklungsbedingungen » (...)
  • 22 F. DORSCH, Angewandte Psychologie, op. cit., p. 65.

12Parallèlement, William Stern, professeur de psychologie à Breslau (1907) puis à Hambourg (1916), mène des études expérimentales sur la psychologie des différences individuelles et de groupe en vue de leurs applications potentielles à l’industrie. Stern invente le terme de « psychotechnique » en 1903 pour décrire les utilisations de la psychologie appliquée pour la recherche sur « les différentes conditions externes qui affectent le travail humain à l’école et dans les activités professionnelles ». Il inclut dans cette catégorie l’étude du temps de travail et de sa répartition : pauses, vacances, salaire horaire ou aux pièces, monotonie et diversité, performances, motivations, adaptation du poste et même effets psychologiques des outils et machines20. A la différence de Münsterberg, Stern fait la distinction entre la composante théorique de la psychologie appliquée et son application directe en tant que psychotechnique21. Il met aussi en garde contre l’instrumentalisation sans discrimination de la psychologie appliquée et surtout contre son mauvais usage social. Il estime que la psychologie appliquée doit plutôt « contribuer à la formulation d’objectifs majeurs et doit permettre à ses propres activités d’être limitées par l’évaluation éthique de ces objectifs »22.

  • 23 Fritz GIESE, Théorie der Psychotechnik, Braunschweig. F. Vieweg & Sohn, 1925, p. 23.

13En dépit des efforts de Münsterberg et de Stern pour fonder la psychologie industrielle avec ses implications pratiques comme discipline académique, le succès de la psychologie industrielle en Allemagne est surtout l’œuvre d’un groupe de psychologues et de praticiens très différent. Contrairement à Stern et Münsterberg qui sont d’abord et surtout des universitaires, la nouvelle génération est composée d’hommes ayant acquis une grande expérience industrielle comme Schlesinger et son successeur à l’Institut für industrielle Psychotechnik, Walter Moede, qui conçoivent la psychotechnique comme une doctrine pratique de salut (Heilslehre) susceptible de compenser quelques-unes des « irrationalités » des méthodes de la production capitaliste par la rationalisation des méthodes de travail, l’étude des comportements dans l’entreprise et la présélection des individus pour les différentes tâches « de la jeunesse à la vieillesse »23.

  • 24 S. JAEGER et I. STAEUBLE, « Die Psychotechnik und ihre gesellschaftlichen Entwicklungsbedingungen » (...)
  • 25 Fritz GIESE, « Psychologie der Arbeitshand », in Emil ABDERHALDEN (dir.), Handbuch der biologischen (...)

14La Première Guerre mondiale ouvre la voie au succès de la psychotechnique en offrant un champ d’activité pratiquement illimité à des méthodes qui ne sont pourtant pas encore complètement éprouvées et qui n’ont été développées qu’en laboratoire24. La guerre ne permet pas tant de poursuivre l’invention de techniques nouvelles pour tester les aptitudes, combattre la fatigue, diagnostiquer et traiter les troubles psychologiques, améliorer l’efficacité et stimuler le rendement, qu’elle n’autorise pour la première fois l’emploi étendu de ces techniques et qu’elle ne fournit aux individus formés aux méthodes psychotechniques un vaste laboratoire grâce auquel démontrer l’utilité de leur savoir. Comme l’observe Fritz Giese, l’un des experts en psychotechnique les plus en vue de l’Allemagne de Weimar, à partir de sa propre expérience de guerre : « La guerre n’a pas seulement offert un nouveau savoir à la psychologie, elle a aussi créé un nouvel objet qui, n’eût été cette triste occasion, lui serait sûrement resté étranger25. »

  • 26 Walther MOEDE, « Kraftfahrer-Eignungsprüfungen beim deutschen Heer 1915-1918 », Industrielle Psycho (...)
  • 27 S. JAEGER et I. STAEUBLE, « Die Psychotechnik und ihre gesellschaftlichen Entwicklungsbedingungen » (...)
  • 28 Ibid., p. 6 %.

15La psychotechnique fait ses débuts militaires comme technique pour sélectionner les candidats à des tâches requérant un niveau élevé de qualification technique et d’autres aptitudes proprement militaires : en premier lieu conducteurs, pilotes et artilleurs. Walter Moede et Curt Piorkowski installent à Berlin en 1915 le premier poste de tests pour chauffeurs de voiture et de camion (Kraftwagenführer), mettent au point un test standard d’aptitude physique et mentale (vue, ouïe, attention, motivation, fatigabilité, nervosité)26. Dispensant une courte formation aux conducteurs et promouvant le recrutement de femmes chauffeurs de camion, ils établissent 14 postes semblables dans toutes les divisions de réserve (Ersatzabteilungen des Heeres), qui auront pratiqué entre 10 et 30 000 tests à l’approche de 191827. En 1915, Piorkowski développe aussi un test général pour distinguer les emplois non « qualifiés », industriels et spécialisés, « moyens » et « supérieurs » selon les fonctions psychologiques désirables ou nécessaires28.

  • 29 Volker TRIEBA et Ulrich MENTRUP, Entwicklung der Arbeitswissenschaft in Deutschland : Rationalisier (...)
  • 30 Ludwig PRELLER, Sozialpolitik in der Weimarer Republik, Kronberg, Athenäum Verlage, 1978 (première (...)
  • 31 S. JAEGER et I. STAEUBLE, « Die Psychotechnik und ihre gesellschaftlichen Entwicklungsbedingungen » (...)

16Parallèlement à la sélection du personnel militaire, l’industrie commence aussi à faire usage du test d’aptitude (Eignungsprüfung), spécialement pour déterminer les aptitudes professionnelles des femmes et des étudiants auxquels l’industrie de guerre fait rapidement appel. Vers 1917, plusieurs grandes firmes allemandes, parmi lesquelles AEG, Loewe et les usines d’optique Zeiss à léna, ont mis en place des « départements psychotechniques »29. En novembre 1917, l’Agence allemande pour l’emploi des femmes (Frauenberufsamtes) encourage l’orientation professionnelle, qui recourt aux tests d’aptitude psychotechniques, à l’instar des agences destinées aux jeunes ouvriers30. En 1917 aussi, Lipmann et Stern développent des méthodes psychotechniques pour la sélection des ouvriers qui remplacent ceux qui sont envoyés au front31.

  • 32 Dietrich MILLES, « Krieg und Menschenökonomie : Gewerbehygiene in Deutschland zu beginn der Weimare (...)
  • 33 Günther WENDEL, Der Kaiser Wilhelm Gesellschaft 1911-1914 : Zur Anatomie einer imperialistischen Fo (...)
  • 34 Gerhard ALBRECHT, « Arbeitsgebiet und Ziele des KWI Instituts für Arbeitsphysiologie », Technik und (...)

17La guerre permet également de poursuivre l’étude de ce qu’on a nommé l’« économie humaine », point d’intersection entre les techniques de production, la mobilisation des ressources nationales et la politique démographique32. Bien avant la guerre en Allemagne, les objectifs politiques et économiques de l’affirmation nationale avaient été reliés aux nouvelles méthodes scientifiques d’organisation de la production et de ses agents humains pour former une stratégie cohérente et planifiée d’amélioration de la capacité biologique et productive de la population. De ce point de vue, le Kaiser-Wilhelm-Institut für Arbeitsphysiologie de Berlin (désormais noté KWI/A), fondé en 1912 par le physiologiste de renommée mondiale Max Rubner, occupait une position dominante. Au commencement des hostilités, l’Institut est engagé par le ministère de la Guerre afin d’étudier les besoins alimentaires en temps de guerre et l’utilisation optimale de la force de travail employée dans l’industrie d’armement33. En 1915, Gehrard Albrecht, membre du KWI/A, définit les effets pratiques attendus de la recherche menée par l’Institut comme « la détermination des limites de la force de travail, de l’influence du rendement au travail sur l’esprit et le corps des ouvriers et la détermination de la façon dont, à l’avenir, le travail devra être organisé pour rapporter des profits mais aussi ménager l’ouvrier sans lui porter préjudice »34.

  • 35 Ibid., p. 54-56.

18De plus, le KWI/A assure être capable d’élaborer une méthode de rendement industriel plus scientifique et plus fiable que le système Taylor, qui repose sur des « fondations peu assurées ». Comme Milles le souligne, l’Institut cherchait déjà avant 1914 à fournir au système Taylor des bases plus scientifiques et considérait la recherche sur la fatigue comme la composante essentielle d’une organisation scientifique du travail plus « progressiste »35.

  • 36 Zentrales Staatsarchiv, Dienststelle Merseburg (ZStA) M. Rep. 76, VL. Sekt 2., Tit. 23, Litt A.N. 1 (...)

19Bien que le KWI/A ne se considère nullement en compétition avec les agences de recherche privées ou militaires consacrées à l’hygiène industrielle (Gewerbehygiene) destinée à protéger la santé des ouvriers, ni avec les postes de tests physiques et mentaux orientés vers la pratique, la guerre étend considérablement le registre de ses activités. Celles-ci incluent, en plus des études sur l’alimentation inaugurées par Rubner, le développement de tests d’aptitude psychophysiques concernant la perception à distance des chauffeurs, des pilotes et des conducteurs de chemins de fer militaires. Vers 1917, le psychologue expérimental Cari Stumpf signale que, bien que la « psycho-technique » soit encore dans son enfance, « la mesure des temps de réaction et le raffinement des impressions sensorielles (Sinneseindrückè) dans un but militaire avaient conduit à des résultats et des instruments utiles dans la pratique ». Il prédit que les tests psychologiques, en particulier l’utilisation plus sophistiquée des tests d’aptitude psychophysiques, permettront la « sélection des forces (Kräfte) les mieux adaptées au travail industriel »36. Rubner, lui aussi, esquisse les promesses de la psychotechnique dans le monde de l’après-guerre :

  • 37 ZsTA M. Rep. 76, Max Rubner à Kaiser Wilhelm (« Eurer Excellenz »), 29 mai 1917.

« Les occasions d’appliquer des méthodes psychologiques dans la vie quotidienne sont certainement plus nombreuses qu’on ne l’avait autrefois imaginé. Pendant la guerre, les mesures de la rapidité d’exécution réalisées en prenant pour modèle les techniques réelles mises en œuvre par un conducteur d’automobile se sont montrées tout à fait praticables pour exclure les personnes qui n’étaient pas adaptées à cette tâche. Les processus psychologiques ne peuvent jamais être complètement séparés de leur base et de leur fondement physiologiques, et une différenciation nette entre eux est de ce fait impossible37. »

  • 38 Sur Moede voir Paul DEVINAT, Scientific Management in Europe : International Labour Office, Studies (...)

20Comme Rubner l’avait prévu, l’après-guerre offre de nouvelles occasions d’utiliser les méthodes psychotechniques développées pendant la guerre. Elles sont dès lors appliquées à grande échelle à la réintégration des soldats dans l’économie de paix, à l’amélioration de la productivité industrielle, de la santé et du bien-être d’une population épuisée. La psychotechnique devient un mouvement à l’échelle européenne et, en Allemagne, les tests d’aptitude psychotechniques sont l’objet d’un engouement passionné sous le mot d’ordre « l’homme qu’il faut au poste qu’il faut ». Adaptant les techniques qu’ils avaient développées durant la guerre, Walter Moede et Curt Piorkowski (fondateurs de la Berliner Begabtenschule, ce qu’on pourrait traduire par l’« Ecole des jeunes talents ») se servent d’examens psychotechniques pour former les anciens combattants à divers emplois civils tels que conducteurs de tramway, compositeurs d’imprimerie, dactylos et employés. Moede développe une batterie de tests pour déterminer les aptitudes physiques et intellectuelles, tout en s’intéressant plus tard au « caractère » et à la motivation. Par ailleurs, outre ces tests spécifiques de compétence, des tests plus généraux sont mis à l’étude pour déterminer la rapidité d’apprentissage, la durée d’attention, le jugement et toute une foule d’attributs psychologiques38.

  • 39 S. JAEGER et I. STAEUBLE, « Die Psychotechnik und ihre gesellschaftlichen Entwicklungsbedingungen » (...)
  • 40 H. EBERT et K. HAUSEN, « Georg Schlesinger und die Rationalisierungsbewegung in Deutschland », in R (...)
  • 41 P. DEVINAT, Scientific Management in Europe, op. cit., p. 80.
  • 42 ZSTA M. Rep 151 C. Nr. 903. Institut für Angewandte Psychologie u. Gewerbehygiene u. Arbeitswissens (...)

21Ces succès militaires et industriels ouvrent aussi la voie à la reconnaissance académique. Bien que les universités créent de nombreux instituts ou départements de psychologie appliquée, ce sont les collèges universitaires techniques et les écoles commerciales (Technischen Hochschulen et Handelshochschulen) qui, presque partout, établissent des laboratoires psychotechniques et des instituts vers le milieu des années 192039. Le plus éminent parmi ces nouveaux instituts est la vitrine que constitue l’Institut für Psychotechnik de la Technische Hochschule de Berlin-Charlottenbourg, fondé par Schlesinger dont les efforts pour combiner le taylorisme avec des tests d’aptitude scientifiquement conçus lui valent la réputation de « Taylor allemand »40. Vers le milieu de la décennie, on demande aux élèves ingénieurs des universités allemandes de suivre un cours d’organisation scientifique du travail et des usines qui inclut les derniers développements de la psychologie appliquée41. Des fonctionnaires prussiens se plaignent en 1922 de ce qu’il n’y ait pas moins de « cinq instituts psychologiques et psychotechniques » pour se disputer le même financement42. Le lancement de plusieurs revues de psychotechnique, Industrielle Psychotechnik, Praktische Psychologie, Psychotechnische Zeitschrift témoigne d’une légitimité académique tout récemment acquise (et de différences professionnelles).

  • 43 Richard SEIDEL, « Die Rationalisierung des Arbeitsverhältnisses », Die Gesellschaft, vol. III, n° 7 (...)

22Le succès de la psychotechnique est en partie dû à la restructuration massive du marché du travail immédiatement après la guerre, mais il résulte également de l’accueil généralement favorable que les syndicats lui réservent, dans la mesure où ils considèrent sa neutralité scientifique comme une base équitable et objective pour « réaliser la meilleure relation entre force de travail et procès de travail »43. L’utilisation de tests d’aptitude psychotechniques pour le choix des candidats officiers dans l’armée et la marine, par exemple, est particulièrement bien accueillie par les responsables du Parti social-démocrate comme moyen de briser l’hégémonie traditionnelle des élites aristocratiques dans ces carrières.

  • 44 U. GEUTER, Professonalisierung, op. cit., p. 218.
  • 45 R. W. CHESTNUT, « Psychotechnik : Industrial Psychology in the Weimar Republic 1918-1924 », Proceed (...)
  • 46 U. GEUTER, Professionalisierug, op. cit., p. 221.
  • 47 P. DEVINAT, Scientific Management in Europe, op. cit., p. 81.

23Dès 1919, une loi prussienne arrête que les consultations d’orientation professionnelle et les bureaux d’emploi doivent être mis en place avec l’aide de psychologues44. Vers 1922, on ne compte pas moins de 170 « postes de tests » psychotechniques opérant en Allemagne, si bien que le ministère du Travail crée une agence spéciale chargée des seules questions de psychotechnique45. Les employeurs, de leur côté, trouvent aussi que cette discipline est une méthode efficace pour distribuer le travail en fonction des qualités professionnelles (ainsi que pour filtrer politiquement les employés). Selon la revue Industrielle Psychotechnik, 63 firmes ont installé des services de tests au début des années 192046. Les méthodes psychotechniques sont très largement adoptées par la poste et les chemins de fer allemands et par presque toutes les entreprises métallurgiques, mécaniques et électriques47. A leur utilisation industrielle, s’ajoute la sélection (Auslese) des candidats pour des professions aussi diverses que le travail de bureau ou la coiffure (Damenfriseur).

  • 48 U. GEUTER, Professionalisierung, op. cit., p. 222.
  • 49 Ibid., p. 223.
  • 50 Ibid., p. 222.

24Entre 1920 et 1923, une intense rivalité oppose ingénieurs d’entreprise et psychologues universitaires sur la question de savoir qui est plus qualifié pour développer et gérer les nouvelles méthodes de tests dans l’industrie48. Parmi les psychologues universitaires, le seul Moede se range sans réserve du côté des ingénieurs, tandis que Lipmann et la plupart des psychologues professionnels critiquent le dilettantisme et l’amateurisme des ingénieurs49. Quelques spécialistes psychotechniciens, tel Fritz Giese, reconnaissent qu’en dépit de leurs prétentions à l’expertise, une formation théorique étendue n’est pas vraiment nécessaire pour gérer les tests d’aptitude et que la formation universitaire peut être superflue. Lipmann, Stern et la plupart de leurs collègues, universitaires, s’élèvent contre ce point de vue et maintiennent que l’instrumentalisation de la psychotechnique comme « science de la direction des usines » (Betriebwissenschaft) est une pratique antiscientifique et à courte vue. La discussion entre ingénieurs et universitaires vient sur la place publique dans les pages de la Zeitschrift für angewandte Psychologie de Lipmann qui publie une longue série d’attaques et de réfutations clôturée par la tentative conciliatrice de Schlesinger, qui reconnaît les réussites de chaque discipline et en appelle à une meilleure formation des praticiens de la psychotechnique aux méthodes scientifiques50.

  • 51 S. JAEGER et I. STAEUBLE, « Die Psychotechnik und ihre gesellschaftlichen Entwicklungsbedingungen » (...)
  • 52 Ibid., p. 84.
  • 53 Ibid.

25Cette controverse entre ingénieurs d’entreprise et psychologues révèle une autre division parmi les experts universitaires. Tandis que Moede est clairement orienté vers l’industrie, Lipmann et Stern penchent pour l’intervention d’un « Etat neutre » sur le marché du travail et cherchent à assurer un soutien gouvernemental à leurs méthodes « scientifiques » de tests d’aptitude et d’orientation professionnelle51. L’emploi ou pas de telles méthodes dans l’industrie est moins en jeu que le soutien par les agences gouvernementales de l’un ou l’autre groupe à travers la répartition des aides financières, la création des chaires à l’université et la distribution de largesses politiques sous d’autres formes. C’est pourquoi Lipmann, Stern et leurs partisans souhaitent la diffusion de la psychotechnique en coopération avec les responsables administratifs de l’emploi et de l’enseignement tandis que le groupe de Moede et Schlesinger encourage la coopération avec l’industrie, les « organisateurs scientifiques du travail » et les ingénieurs52. Lipmann demande qu’une « ligne de partage beaucoup plus nette soit tracée » entre les psychologues universitaires et ceux qui travaillent pour le privé, critiquant sévèrement le manque d’expérience de ces derniers et l’usage non scientifique et « profane » des méthodes. D’ailleurs la proposition des psychologues industriels de transformer l’Institut de Moede à Charlottenbourg en « Institut central de psychotechnique » avec le soutien de l’Etat rencontre la vive opposition de Lipmann, dont la moindre raison n’est pas, comme on va le voir bientôt, qu’il entretenait des ambitions de même ordre. Mais au fond, des différences plus substantielles apparaissent. Lipmann estime en effet que la crédibilité scientifique de la psychologie industrielle serait sacrifiée si, comme le propose Moede, la rentabilité industrielle est le seul critère de réussite et si la science nouvelle « ne va pas au-devant des intérêts de la classe ouvrière » (« nicht das Klasseninteresse der Arbiterschaft maBgebend sei... »)53.

  • 54 U. GEUTER, Professionalisierung, op. cit., p. 222.
  • 55 Ibid.
  • 56 S. JAEGER et I. STAEUBLE, « Die Psychotechnik und ihre gesellschaftlichen Entwicklungsbedingungen » (...)

26Malgré la victoire apparente du groupe Lipmann-Stern qui parvient à recueillir l’approbation de la profession au septième congrès de la Deutsche Gesellschaft für industrielle Psychologie, le groupe de Moede l’emporte dans les faits. En 1923, la plupart des industries se servent couramment des méthodes psychotechniques, appliquées le plus fréquemment par les ingénieurs ou le personnel administratif pour la sélection des ouvriers et non pas, comme Lipmann l’aurait voulu, en vue d’atteindre des objectifs économiques généraux ou de limiter les exigences excessives de l’industrie envers les ouvriers. Bien que la psychotechnique soit parfaitement établie dans l’industrie, pas un seul psychologue n’y est employé de façon permanente et dans toute l’étendue de ses compétences54. De même, les services d’embauche gouvernementaux utilisent largement la psychotechnique dans les chemins de fer et la poste mais n’emploient aucun psychologue55. Les Technische Hochschule et dans une moindre mesure les universités sont les bastions des psychologues orientés vers la psychotechnique, dont les succès les plus importants concernent la formation du personnel d’entreprise et la fourniture du matériel de test. Vers 1923, d’ailleurs, il n’est plus question que des fonds publics servent à créer des instituts de recherche neutres (comme le démontrent les efforts de Lipmann)56.

  • 57 Walter MOEDE. « Zur Methodik der Menschenbehandlung », Industrielle Psychotechnik, vol. 4, 1930, et (...)

27Après 1930, tandis que la crise économique commence à affaiblir l’intérêt pour le mouvement psychotechnique, il devient évident que l’aspect instrumental et productiviste de la psychotechnique ne peut subsister qu’aux dépens d’une utilité sociale et économique générale, plus abstraite et plus ambitieuse promise par ses premiers partisans et soutenue par Lipmann et Stern. En secondant le désir des industriels d’« éliminer » les ouvriers les moins productifs et de retenir ceux qui sont sûrs et efficaces, la psychotechnique devient l’instrument des pratiques de direction les plus brutales. Un exemple de cet aspect « impitoyable » de la psychotechnique est celui fourni par le scandale né d’un article publié par Moede dans son organe maison, Industrielle Psychotechnik, pendant l’été 1930 et dans lequel il indique que les ingénieurs d’entreprise pourraient user de telles méthodes pour faire le tri entre ouvriers « supérieurs » (Vorgesetzten) et « conspirateurs » (Intriganten). Moede suggère que dirigeants, experts industriels et ingénieurs s’allient eux-mêmes aux ouvriers « supérieurs », « fassent l’unité dans la lutte contre les mauvais éléments et encouragent la sélection et l’éducation des supérieurs »57.

  • 58 Vorwärts, 7 juillet 1930 ; Hamburger Echo, 7 juillet 1930 ; Walter Zadeck, Weltbühne, juillet 1930.

28Bien que son projet paraisse inoffensif comparé aux plus radicaux des projets avancés quelques années plus tard dans le cadre des politiques industrielles des conservateurs catholiques ou des nazis, les réactions négatives aux déclarations de Moede ne se font pas attendre. Le journal socialiste Vorwärts le taxe de « lâcheté scientifique », l’Echo de Hambourg parle de « chicane industrielle promue au rang de science » et la Weltbühne du « vide le plus profond de la moralité »58.

  • 59 Otto LIPMANN, « Mehr Psychotechnik in der Psychotechnik », Zeitschrift für Angewandte Psychologie, (...)
  • 60 lbid., p. 191.

29La réaction de Lipmann est plus réservée que ces piques journalistiques, mais il n’en est pas moins choqué par cette prise de position politique qui consiste à recommander des méthodes pour « exclure et neutraliser les employés impopulaires ou inaptes »59. Lipmann écrit qu’étant donné la position de Moede comme professeur à la Technische Hochschule de Berlin et directeur d’un des plus prestigieux instituts de psychotechnique allemands, il est parfaitement compréhensible que cette « recette » applicable aux ouvriers en qui on ne peut avoir confiance suscite un tel tumulte. Bien que Lipmann admette que « Moede n’entend pas faire le même mauvais usage de toutes ses méthodes », il affirme clairement que cette série de principes abonde en « ruses » non seulement « immorales » mais impraticables. Moede, en fait, « discrédite » la psychotechnique par sa publication et les « dommages » qu’il cause à sa légitimité scientifique, malgré son désaveu de toute attitude partisane, sont irréversibles60.

  • 61 Otto LIPMANN, Lehrbuch der Arbeitswissenschaft, Iéna, 1932, p. 16.

30La controverse publique entre Lipmann et Moede va en fin de compte faire du premier un paria de la profession au milieu de ceux qui jugent le temps venu pour la psychotechnique de se ranger ouvertement aux côtés de l’industrie. Mais la controverse exerce aussi un effet profond sur la conception que Lipmann se fait de la psychotechnique, qu’il dissocie désormais complètement de la psychologie appliquée : « Une “technique” n’est pas une science61. » Il poursuit en souhaitant que la psychologie industrielle s’affranchisse de tout parti pris et offre au capital comme au travail les moyens d’évaluer leurs revendications contradictoires sans adopter le point de vue politique d’aucun parti.

  • 62 Fritz GIESE, Philosophie der Arbeit, Halle, 1932, p. 26.
  • 63 Voir O. LIPMANN, Lehrbuch, op. cit., p. 6.

31Au cours des années suivantes, Lipmann se retrouve de plus en plus isolé dans sa propre profession. Il n’a pu s’assurer ni d’un poste universitaire ni d’un institut officiellement reconnu, il n’est identifié ni à la psychologie purement universitaire ni à la psychologie pratique et industrielle lancée par les ingénieurs et les psychotechniciens. En 1932, Fritz Giese, l’un des principaux partisans de la psychophysiologie avec Moede, de plus en plus attiré par des conceptions métaphysiques et romantiques du travail qui le conduisent à rejoindre le national-socialisme, attaque Lipmann dans la Philosophie der Arbeit qu’il publie cette année-là62. Selon Giese, la définition de la science du travail donnée par Lipmann dans son Précis de science du travail est « inélégante », « peu utile et à peine correcte », et elle ignore les « buts culturels » de la science. Lipmann répond en distinguant sa propre définition de celle « bien plus large de Giese », et sa réaction face à une telle attaque transparaît aussi dans le ton nettement angoissé de son Traité de science du travail publié la même année63.

La conception de Lipmann de la science du travail comme discours libéral et non partisan

  • 64 Otto LIPMANN, « Angewandte Psychologie – Psychotechnik – Arbeitswissenschaft », Beiheft zur Zeitsch (...)
  • 65 Otto LIPMANN, Wirtschaftspsychologie und psychologische Berufsberatung : Ein Vortrag von Otto Lipma (...)
  • 66 O. LIPMANN, « Wirtschaftspsychologie », op. cit., p. 22.

32Après le débat public avec Moede, Lipmann conclut qu’on ne peut parvenir à une légitimité scientifique de l’Arbeitswissenschaft que par une démarcation stricte de son champ d’avec les techniques pratiques de la psychotechnique. Dès lors, il définit la psychotechnique comme une « technique » qui, à son tour, se distingue d’une technologie – ou ensemble de méthodes – plus vaste disponible pour les entreprises et également de préoccupations théoriques plus larges. La psychotechnique peut ne pas s’intéresser aux problèmes éthiques ou aux considérations scientifiques générales dans la mesure où elle est une méthode pratique destinée à des fins spécifiques64. Mais cet accent nouveau s’apparente plus à un changement de ton qu’à une vraie transformation de la position de Lipmann. Dès 1918, il avait proposé que la portée générale des tests d’aptitude psychophysiologiques (dans l’enseignement, l’orientation professionnelle, etc.) soit séparée de leur utilisation pratique65. Il critique le slogan populaire « Feu vert aux gens doués » (freie Bahn dem Tüchtigen) comme exagérément simpliste et naïf puisqu’un profil psychologique ajusté doit prendre en compte « non seulement les conditions requises exigées par chaque emploi, mais encore celles que chaque ouvrier est effectivement en mesure de remplir »66.

  • 67 Otto LIPMANN, Grundriß der Arbeitswissenschaft, Iéna, 1926, p. 1.
  • 68 Ibid.

33Pour Lipmann, « l’individu qui travaille » est toujours au « cœur du sujet »67. Il définit la science du travail comme « la science des conditions et des effets du travail humain », effets qu’il envisage tout autant matériels et externes que psychiques et internes (plaisir dans le travail, motivation, ennui, fatigue)68. Par opposition à la science de l’organisation des usines (Betriebswissenschaff) qu’il considère comme une autre branche de l’économie (Wirtschaftswissenschaft) quoiqu’elle se distingue par son caractère « pratique », la science du travail (Arbeitswissenschaff) est moins soucieuse de la rentabilité que de l’impact des conditions de travail sur la productivité de l’entreprise et sur la santé, le bien-être et le niveau culturel de l’ouvrier considéré individuellement. Un aspect crucial de la science du travail consiste ainsi à distinguer entre les situations où les intérêts de la firme et ceux de l’ouvrier sont compatibles et celles où ils divergent radicalement. Dans le cas de la taylorisation des tâches, par exemple, il peut être dans l’intérêt de l’entreprise d’accroître la division du travail même s’il en résulte pour l’ouvrier une plus grande monotonie qui réduit considérablement le sentiment de satisfaction (Arbeitsfreude) qu’il pourrait retirer du travail.

  • 69 Ibid., p. 11.

34Lipmann affirme que de telles conceptions ne pouvaient seulement être considérées à partir d’une position « objective » (sachlich) telle que celle de la productivité et du profit, mais devaient « tenir compte des intérêts des ouvriers ». Pour lui, toutefois, ces intérêts correspondent dans le long terme à ceux de l’entreprise : « Cette proposition n’obéit pas seulement à des considérations “sociales” mais correspond aussi aux intérêts de la firme, dans la mesure où l’ouvrier travaille mieux et plus longtemps avec des machines et des méthodes qui lui sont adaptées et parce que de telles mesures, qui pourraient apparaître comme purement humanitaires, contribuent également à accroître la joie de l’ouvrier dans le travail et l’attachent plus étroitement à l’entreprise, tout en réduisant la fréquence des changements d’emploi aux effets contre-économiques. »69

  • 70 Otto LIPMANN, Das Arbeitszeitproblem, Berlin, Schoetz, 1926, p. 8.
  • 71 Ibid., p. 11.
  • 72 Ibid., p. 14.

35La conception de Lipmann d’une science du travail qui soit neutre du point de vue des intérêts en jeu est une tentative de contrecarrer ce qu’il appelle « les exigences entièrement subjectives, par exemple d’un parti politique »70. Mais il n’est pas complètement naïf. Il reconnaît que la « solution qu’apporte au problème de la durée du travail la science de l’organisation ne coïncide pas toujours avec celle que la science du travail propose »71. Si la science de l’organisation est tout à fait unilatérale dans son approche du processus de travail et ne se soucie que de productivité et de rentabilité, la science du travail doit de son côté proposer des principes généraux qui tiennent compte des effets de l’organisation sur l’ouvrier. Si d’un côté le taylorisme exige la transformation du travail en des procédures uniformes imposées de l’extérieur, « la position de la science du travail nous conduit à cette autre exigence : qu’il soit permis à l’ouvrier de choisir librement les moyens et les méthodes de travail autant qu’il est possible, et que ce principe ne soit enfreint que sur la base de considérations économiques solidement fondées. Et même s’il doit être enfreint, l’ajustement des procédés de travail doit se conformer à l’économie humaine et préserver les capacités de travail de l’ouvrier sur le long terme »72.

  • 73 Ibid., p. 10.

36Lipmann n’ignore pas que travail et capital ont des intérêts divergents et même diamétralement opposés. Il ne croit pas non plus, à l’inverse des « experts du travail » catholiques conservateurs comme Willy Hellpach et Richard Lang, partisans du retour aux petites communautés organiques de production ou Gruppenfabrikation, que l’harmonie industrielle peut naître artificiellement de systèmes qui auraient pour effet de « renvoyer l’organisation du travail à sa situation d’il y a 100 ou 150 ans »73. Son argumentation consiste plutôt à dire que, sous un régime libéral où régnent des intérêts sociaux divergents, le conflit entre travail et capital ne doit pas être traité comme un fait à supprimer (point sur lequel socialistes radicaux et conservateurs autoritaires paraissent pour leur part s’accorder) mais bien à institutionnaliser. La « science » de Lipmann suppose l’existence d’un espace public démocratique au sein duquel les conflits sociaux ne peuvent être résolus par la science mais où les arguments politiques sont susceptibles d’être examinés par des experts disposant d’une information scientifique.

  • 74 W. STERN, « Otto Lipmann 1880-1933 », op. cit., p. 54.

37La foi libérale impavide de Lipmann n’est nulle part plus évidente que dans son œuvre la plus importante, son étude de la loi de huit heures, Das Arbeitszeitproblem, publiée en 1926 et qui s’appuie sur le matériel rassemblé par la commission parlementaire sur la journée de huit heures dont il était le secrétaire scientifique74. Depuis le début, Lipmann conçoit la durée de la journée de travail comme un problème « humanitaire » d’« économie nationale » (volkswirtschaftliches), et non d’« économie privée ». La conception marxiste qui veut que la question de la durée du travail trouve sa solution dans la transition du capitalisme au socialisme le laisse sceptique et il milite pour que les points de vue divergents, social d’un côté, économique de l’autre, convergent sur la base suivante : « La durée du travail doit être conformée (gestalten) de telle sorte que les capacités de travail de l’ouvrier durant toute son existence soient maximisées » (p. 7).

38Lipmann admet par ailleurs que la durée du travail n’est pas un problème purement humanitaire et économique mais l’enjeu d’une bataille dominée par des « raisons de facto politiques » (p. 14). Si la journée de huit heures est pour les socialistes « le symbole de leur puissance et la réussite de la révolution (de 1919) », elle est pour les employeurs indispensable au maintien de la position internationale de l’économie allemande. Outre ce point de vue patronal selon lequel il faut maintenir une productivité élevée à n’importe quel prix, Lipmann distinguait deux points de vue différents du côté du travail : celui des syndicats allemands et celui des syndicats français, belges et britanniques. Les syndicalistes allemands (de la majorité social-démocrate) réclamaient – comme les employeurs – que la réduction de la durée du travail soit accompagnée par une intensification du travail et le maintien du niveau de productivité, correspondant à dix heures de travail. Les dirigeants des syndicats britanniques, français et belges, de leur côté, n’admettaient en aucune façon l’exigence de produire autant en huit heures qu’en dix. La journée de huit heures était pour eux une mesure purement « socio-politique » et non pas économique. Pour les patrons allemands, bien sûr, le maintien de la production à son niveau antérieur est d’une extrême importance et ne requiert pas seulement un effort plus grand mais des améliorations dans la technique et les méthodes de direction. De leur point de vue, compte tenu de l’épuisement du capital allemand après la guerre et de l’incapacité des ouvriers de maintenir un rythme de travail plus élevé, la journée de huit heures met en danger la compétitivité de l’industrie (pp. 12-13).

39Lipmann ne conteste pas la validité de ces vues contradictoires. Bien plus, il précise que le propos de ses recherches sur les besoins de différentes industries était de « sortir le débat sur la durée du travail de la sphère du conflit politique et de l’élever au niveau de la précision scientifique » (p. 16). A son avis, une solution pacifique « occasionnerait à l’économie de bien plus grands gains » que ce qu’elle perdrait à cause de quelques heures de travail en moins.

40Il n’est pas possible de prendre ici en considération les implications méthodologiques, les calculs statistiques, les données de laboratoire, les facteurs psychologiques et la dimension historique que Lipmann met en œuvre pour étayer son étude des relations entre productivité ou performance (Leistung) et durée du travail dans différentes industries. De façon caractéristique, il ne désavoue pas l’exigence patronale de prise en compte de la productivité et de la compétitivité. Mais il soutient avec les ouvriers qu’une journée plus courte réduit la fatigue, les risques d’accident, les problèmes de santé tout en fournissant de plus grands avantages culturels. Ces revendications opposées doivent être pesées et soupesées les unes par rapport aux autres et appréciées dans chaque cas particulier. Lipmann conclut qu’il ne saurait y avoir de réponse définitive à la question de savoir quelle est la durée de travail optimale pour l’industrie :

« Pour chaque sorte de travail il existe une durée du travail économiquement optimale qui peut être calculée théoriquement, et parfois même pratiquement, bien que les données ne soient pas encore pleinement satisfaisantes. La journée de huit heures est peut-être la durée optimale, c’est-à-dire l’optimum moyen pour toutes les industries, mais l’écart des optimums est considérable entre les industries prises individuellement et entre les différentes sortes de tâches – des plus spécialisées à celles qui le sont le moins (p. 14). »

41Paradoxalement, malgré l’allongement graduel de la journée de travail en Allemagne après 1919, la productivité horaire augmente, non pas à cause de la longueur de la journée en soi mais parce que la productivité générale commence à se relever du très bas niveau de l’immédiat après-guerre, qui était dû à des difficultés d’ordre physiologique, psychologique et économique (p. 42). Il y a donc des durées de travail optimales différentes pour différentes industries, et pour des tâches différentes dans la même entreprise. Et la chose est également vraie entre ouvriers d’aptitudes physiologiques et psychologiques différentes.

42Lipmann reconnaît que de telles considérations, à l’évidence, ne sont pas propres à « résoudre » le conflit entre travail et capital, puisque l’être humain « n’est pas une machine » (p. 65) et que la durée optimale de travail ne peut être ramassée dans une simple formule. Quoique la fatigue représente une limite externe évidente à l’utilisation maximale des ouvriers d’un point de vue économique, leurs besoins culturels doivent être un facteur d’appréciation des effets de divers travaux sur leurs attitudes et leur psychologie. Lipmann conclut que, toutefois, « il nous est possible de rechercher objectivement – et c’est le propos de cette étude – si les changements dans la durée du travail, provoqués par des raisons culturelles et politiques (ou autres) ont effectivement été, comme certains le soutiennent, un désastre menant à des catastrophes économiques ou, dans le cas contraire, quels effets ils ont eu sur l’économie et l’hygiène » (p. 78). Selon lui, les partisans de la réduction de la durée du travail amélioreraient leur position s’ils admettaient que pour certaines industries des durées plus longues sont nécessaires, tandis que leurs adversaires auraient intérêt à reconnaître que leur vision apocalyptique de la ruine que provoquerait la plus légère réduction est exagérée.

  • 75 O. LIPMANN, Lehrbuch der Arbeitswissenschaft, op. cit., p. 394.
  • 76 Ibid., p. 393.

43Assurément la position de Lipmann entre le marteau et l’enclume n’est pas enviable, surtout dans les dernières années de la République de Weimar. La crise économique, l’éclipse du mouvement de rationalisation de l’industrie allemande, la montée du chômage et le déclin du mouvement ouvrier renforçaient la conviction de Lipmann qu’il existait une « collusion d’intérêts » entre « l’économie de l’entreprise et l’économie nationale »75. Il reconnaît d’ailleurs qu’un « équilibre idéal » entre la « meilleure conception de la tâche » (Bestgestaltung) du point de vue économique et du point de vue du travailleur n’est plus guère « pensable »76.

  • 77 Ibid., p. 395.
  • 78 Ibid.
  • 79 Ibid.

44Mais précisément parce qu’un « équilibre entre intérêts opposés n’est plus possible et que, quel que soit le compromis, celui-ci ne pourrait être meilleur qu’un compromis qui ne satisfait aucun des deux côtés », les intérêts du capital et du travail doivent être « combattus jusqu’au bout » (ausgekämpft)77. Lipmann observe que c’est justement parce que de tels conflits sont inévitables dans ce système économique que toute tentative de « solution radicale » de ces antagonismes « doit être rejetée »78. De telles tentatives d’en finir avec le conflit capital-travail ont pour conséquence inévitable d’en finir également avec la démocratie et la liberté. La situation de la science du travail comme discours se caractérise non par son manque de prise de position politique mais par la position politique selon laquelle il faut absolument maintenir un terrain de conflit et non, comme les extrémistes de gauche et de droite le menacent, le faire disparaître : « Telle est la tâche de la science du travail. Elle ne peut intervenir dans ce conflit et ne peut rien faire de plus que rester neutre et constater de sang-froid ce qui se passe79. »

45Lipmann définit donc ainsi la position discursive de la science du travail : contre toute attitude partisane en faveur du capital et du travail ; sans foi naïve dans la capacité de la science à intervenir dans les conflits sociaux qui font rage autour d’elle ou à les résoudre ; et contre les partis extrémistes qui voient dans la disparition du conflit un remède, lequel, en tout état de cause, serait toujours pire que la maladie. Il ne fait aucun doute que Lipmann s’est senti personnellement menacé par ces courants extrémistes et son engagement contre eux en tant que juif et proche des socialistes a été nettement plus prononcé que celui de la plupart de ses collègues. Ces considérations font de lui moins le praticien naïf d’une science neutre et objective qu’un observateur « froid » de « ce qui se passe ».

La politique de la reconnaissance officielle

  • 80 ZsTA M. Rep. 76, Communication de Cari Stumpf à l’Empereur Guillaume, décembre 1916.
  • 81 ZSTA M. Rep. 76, « Arbeitsziele des Kaiser Wilhelm Instituts für Arbeitsphysiologie », 5 août 1915.

46C’est pendant la Première Guerre mondiale que Lipmann rencontre ses premières difficultés pour se bâtir une position solide dans le champ de la psychologie industrielle naissante. Dès 1911, Cari Stumpf qui, avec Wilhelm Wundt, Stern et Ebbinghaus, est l’un des pionniers de la psychologie expérimentale en Allemagne, en appelle au Kaiser pour obtenir le soutien de l’Etat pour la fondation d’un institut de psychologie appliquée financé par la Kaiser-Wilhelm Gesellschaft. En décembre 1916, trois ans après que le KWI/A de Rubner a été mis en place, Stumpf renouvelle son appel en soulignant la situation nouvelle créée par la guerre et les « possibilités pratiques d’appliquer des méthodes psychologiques de recherche » qui « apparaissent de façon beaucoup plus frappante qu’on n’aurait pu le prévoir »80. Il est possible d’inférer de la correspondance qui s’ensuit que Stumpf considère à ce moment que l’Institut für angewandte Psychologie und psychologische Sammelforschung créé par Lipmann à Berlin est le meilleur candidat à la reconnaissance officielle par la Kaiser-Wilhelm Gesellschaft, et une proposition de Lipmann suit peu après. La fondation d’un institut Kaiser Wilhelm parallèle au Kaiser Wilhelm Institut für Arbeitsphysiologie de Rubner suscite l’intérêt de la part de ce dernier et de ses associés qui déjà, l’année précédente, ont inclus dans les « objectifs » de leur institut « la diffusion de la culture et de la connaissance » relatives à « la physiologie et la psychologie du travail »81. En mai 1917, Rubner répond à une demande d’évaluation de la proposition de Lipmann :

  • 82 ZsTA M. Rep. 76, Max Rubner, « Eurer Exzellenz », 29 mai 1917.

« Le professeur Lipmann de Klein Glienicke a émis la proposition (...) de fonder un institut de psychologie appliquée sur les fonds de la Kaiser-Wilhelm Gesellschaft.
(...) Il ne fait aucun doute que la psychologie expérimentale et ses méthodes peuvent être utiles dans nombre de domaines de la vie pratique. Il n’est qu’à penser aux activités et aux publications de Münsterberg à Cambridge, dont les idées et l’orientation ont beaucoup de points communs avec celles de Lipmann exposées dans le rapport joint.
(...) Il me semble pourtant qu’un tel schisme de l’expérimentation psychologique conduit soit à une division du travail qui n’est pas tout à fait désirable en pratique, soit à un rétrécissement excessif de la méthode de travail purement psychologique et de ses résultats pratiques82. »

  • 83 Ibid., Protokoll über die Sitzung des Verwaltungsrates des KWI/A, 5 juin 1917.

47Les discussions internes du conseil d’administration du KWI/A montrent que l’accord s’est fait pour dire que les techniques nouvelles de tests d’aptitude psychologiques (« pour les employés des chemins de fer, l’évaluation des distances, les conducteurs d’automobile ou les pilotes ») « appartiennent au domaine d’activité des instituts qui se consacrent au travail physiologique et au cerveau ». Et le conseil conclut qu’« un institut de recherche séparé, comme celui que désire le professeur Lipmann, n’est pas nécessaire à l’heure actuelle »83. Le débat sur la proposition de Lipmann qui, de toute façon, ne devait prendre effet qu’après la guerre, était reporté.

  • 84 Preußisches Ministerium für Wissenschaft, Kunst und Volksbildung, Rep 76 v. b, Sekt. 4, Bd. 1 113- (...)

48Après 1918, avec l’instauration de la République et dans des circonstances entièrement nouvelles, le ministère prussien de la Science, des Arts et de l’Instruction publique commence à accueillir de nouvelles propositions pour la création d’un institut de psychologie appliquée à Berlin. Au début, il n’est pas établi s’il s’agit ou pas d’une entreprise plus large qui comprendra l’hygiène industrielle (Gewerbehygiene) en plus de la science du travail. Mais en mai 1920 des discussions ont lieu entre différents ministères (du Commerce, du Travail, de l’Economie, des Postes) et plusieurs psychologues éminents dont Stumpf, Hans Rupp (de l’Institut de Physiologie du Travail de Berlin) et Lipmann lui-même. Les méthodes nouvelles de psychologie appliquée – psychologie professionnelle et tests d’aptitude – se sont montrées utiles pendant la guerre et pourraient s’appliquer à une économie ruinée et dévastée. De plus, elles pourraient servir « comme moyen de l’époque démocratique et socialiste et pour triompher de l’héritage de l’Etat autoritaire (Obrigkeitsstaaf), pour autant que le “feu vert aux gens doués” soit généralisé ». La proposition de Stumpf d’introduire la psychologie appliquée dans tous les instituts universitaires est reçue dans l’enthousiasme général84.

49Jusqu’au milieu des années 1920, le succès des procédés psychotechniques de sélection professionnelle, d’orientation et de tests, ainsi que la mise en place d’instituts psychotechniques dans la plupart des Technische Hochschule et quelques grandes universités rehaussent le prestige de la psychologie appliquée. Lipmann pourtant demeure dans une situation difficile, ayant été dans l’impossibilité d’obtenir un poste d’enseignant ou un soutien officiel pour son institut. Conséquence probable de l’inflation, sa capacité à faire vivre l’Institut par des moyens privés est d’ailleurs sérieusement compromise en 1921.

  • 85 « Denkschrift » des Ministeriums für Volkswohlfahrt, 24 mai 1922.

50En mai 1922, un membre socialiste du Landtag prussien, le Dr Alfred Beyer, propose que le parlement confère un statut officiel à l’Institut de Lipmann en tant qu’« Institut d’Etat pour la science du travail et l’hygiène industrielle » (Staatliches Institut für Arbeitswissenschaft und Gewerbehygiene) sous la tutelle du ministre des Affaires sociales. Selon Beyer, Lipmann n’est pas seulement « le seul psychologue qui a publié après la guerre dans des revues professionnelles étrangères », mais son propos est et a toujours été de « développer la psychologie appliquée comme une science reconnue »85. De plus, Lipmann a toujours placé l’avenir de sa discipline au-dessus de ses intérêts propres et de sa « vanité personnelle » :

  • 86 Ibid.

« Il convient d’insister particulièrement sur le fait que Lipmann n’a jamais tenté – ce qui aurait été un abus de sa conscience scientifique et sociale – de faire de son institut une entreprise à but lucratif (Erwerbsunternehmung), alors que non seulement l’Institut ne lui a jamais rapporté aucun gain matériel mais qu’il l’a même soutenu de ses deniers personnels. Il est à craindre que cela ne puisse continuer de cette manière dans les conditions économiques actuelles et qu’à l’avenir non seulement la capacité personnelle de travail de Lipmann mais l’activité de l’Institut, les documents qu’il renferme, les expériences qu’il mène ne soient perdus pour le public si l’Etat n’intervient pas86. »

  • 87 Alfred BEYER, « Arbeit und Seelenkunde : Ein Staatsinstitut für Arbeitspsychologie », Vorwärts, 25 (...)
  • 88 ZsTA M. Rep. 151 C Preußisches Minister für Volkswohlfahrt, 10 mai 1922, p. 1.

51Peu après, le journal socialiste Vorwärts publie l’appel de Beyer pour prévenir le « dépérissement » de l’Institut87. Le ministre des Affaires sociales répond positivement à la proposition, notant qu’après consultation du Landtag, « la création d’un Institut d’Etat pour la science du travail et l’hygiène industrielle est approuvée », et que l’Institut sera placé sous l’autorité de la Direction de la santé. Le ministre ajoute qu’« il est normal qu’un propriétaire d’entreprise, en visant le rendement maximum, néglige la prise en considération de facteurs sociaux et de santé importants », ce qui « fait de la création d’un tel institut public une nécessité »88. Le fait que Lipmann dispose déjà d’un institut dont la bibliothèque et les installations seraient simplement transférées à l’Etat facilite la décision.

  • 89 ZsTA M. Rep. 151 C Finanzminister, 29 mai 1922.

52Mais le succès apparent de Lipmann n’est que de courte durée. Quelques jours plus tard à peine, le ministre des Finances, von Richter, critique, dans une réponse acerbe, le ministère des Affaires sociales pour la création d’un institut qui ne présente en rien une importance vitale pour l’Etat (lebenswichtige Staatsaufgabe) et qualifie le budget de 250 000 marks de « charge permanente pour le Trésor, et qui ne cessera d’augmenter rapidement »89. Le choc apparent entre les deux ministères entraîne de délicates négociations prévues juste avant le vote du budget au Landtag. Au cours de ces discussions, auxquelles Lipmann n’assiste pas mais où il est représenté par Beyer, le statut marginal de l’Institut apparaît comme le facteur décisif ayant entraîné le rejet de la demande.

  • 90 ZsTA M. Rep. 151 C Nr. 903. Institut für Angewandte Psychologie u. Gewerbehygiene u. Arbeitswissens (...)

53Selon le représentant du ministère des Finances, le Landtag s’était déjà prononcé contre la « nationalisation » (Verstaatlichung) de l’Institut en février et d’ailleurs, un institut de cette nature serait entré en compétition avec les nombreux instituts déjà en place dans les Technische Hochschule. Un représentant du ministère de la Culture, le Dr Kruß, attaque l’Institut de Lipmann pour « n’être pas un institut scientifique au sens d’Institut d’Université », mais plutôt un « lieu de collecte et d’information ». Tout ce que le ministre des Finances propose est d’assurer un soutien financier ponctuel (125 000 marks) à l’institut. Bien que Beyer tente de défendre Lipmann en arguant qu’il n’y aurait pas redondance entre son institut et les autres et que le ministère des Affaires sociales souligne les avantages qu’il y aurait à soutenir « un institut qui existe déjà », c’est le refus qui l’emporte90.

  • 91 ZsTA M. Rep. 151 C Minister für Handel und Gewerbe au Preussischen Herrn Finanzminister, 17 janvier (...)
  • 92 Ibid.

54Tout au long du printemps 1922, Lipmann voit son projet naviguer d’un bord à l’autre et ses espoirs s’amenuisent à chaque passage dans les comités ministériels. Le ministre du Commerce et de l’Industrie objecte que la « nécessité d’un sixième institut psychotechnique et psychologique à Berlin » ne peut être démontrée et propose à la place une « coopération organisée (Arbeitsgemeinschaft) entre les instituts existants »91. Puisque « seuls les socialistes du Landtag soutiennent la proposition initiale de Beyer, ajoute-t-il, il serait dangereux de créer une agence publique (l’institut de Lipmann selon toute vraisemblance) qui pourrait exercer un contrôle sur les autres instituts », en raison notamment de l’« opposition » entre Lipmann, les instituts universitaires et les « hommes de la pratique » comme Moede et Piorkowski92.

  • 93 ZsTA M, Rep. 151 C, Niederschrift, 16 juin 1922.

55Les psychotechniciens sont-ils en train de baliser leur domaine en exorcisant leur mauvaise conscience à travers la personne de Lipmann ? Il est clair que ses liens avec les socialistes, par l’intermédiaire de Beyer, et la marginalité de son entreprise auto-financée expliquent en partie son échec à obtenir un soutien public. Si l’on ajoute la suspicion soulevée par son « opposition » aux instituts universitaires et aux « hommes de la pratique », on peut sans doute discerner un autre facteur encore, discret à ce stade, mais qui va décider de son sort. A quoi, sinon à l’antisémitisme, peut-on attribuer la réflexion du Dr. Kruß disant que « transférer l’autorité de l’Etat à Liepmann (sic) ne manque pas d’être préoccupant (errege Bedenken). Le ministère de la Culture est opposé à ce que Lipmann jouisse d’une autorité sur autrui avec droit de contrôle. Il en résulte que le processus peut être arrêté, car il est douteux que Lipmann soit la personne la plus appropriée »93.

  • 94 W. STERN, « Otto Lipmann 1880-1933 », op. cit., p. 153.

56Lipmann se rend vite compte que l’affaire est tranchée contre lui. En août, il demande au ministère des Affaires sociales une petite subvention pour son institut à bout de ressources. Au cours des années suivantes, l’Institut fonctionne avec des bouts de chandelle, essentiellement sur le travail d’un seul homme et sans aucune subvention publique94. En 1929, un Institut für Arbeitswissenschaft est fondé sous la direction d’Otto Graf. Ironiquement, en décembre 1932, Lipmann, qui n’a jamais eu de poste universitaire, s’en voit offrir un à l’université de Berlin avec la charge d’un cours sur la psychologie du travail. Mais il est trop tard et Lipmann n’est plus en mesure de prendre ce poste.

  • 95 S. JAEGER et I. STAEUBLE, « Die Psychotechnik und ihre gesellschaftlichen Entwicklungsbedingungen » (...)
  • 96 U. GEUTER, Professionalisierung, op. cit., p. 275-276.

57En février 1933 en effet, les éditeurs de la Psychotechnische Zeitschrift font acte d’allégeance au nazisme. En juin, la revue de Moede, Industrielle Psychotechnik, annonce aussi son soutien à tous ces « praticiens de la psychologie appliquée et de la psychotechnique qui se déclarent pour l’Etat nouveau ». En fait, les experts en psychotechnique, « plus que dans toute autre branche de la psychologie », sont prompts à embrasser l’ordre nouveau95. A part les juifs et les socialistes qui sont officiellement interdits d’exercer, la plupart des psychologues universitaires suivent bientôt le mouvement et proclament de façon variée et créative leur allégeance idéologique et l’utilité de la psychologie pour l’Etat nazi96.

  • 97 Zeitschriftfür Angewandte Psychologie, février 1934, p. 1.

58En octobre, la Zeitschrift für Angewandte Psychologie est proscrite par les nazis. Les bureaux de Lipmann sont occupés et saccagés par des étudiants appartenant aux SA. Lipmann se suicide le 7 octobre 1933 à l’âge de 53 ans. Sa nécrologie paraît dans le dernier numéro de la Zeitschrift où figurent dans l’en-tête son nom et celui de Stern. Dans le numéro suivant (février 1934), les nouveaux éditeurs, Otto Klemm et Philipp Lersch, praticiens mineurs de la psychotechnique, publient un éditorial où ni Lipmann ni Stern (qui émigre aux Etats-Unis) ne sont mentionnés et la « lutte du Führer » pour « l’âme du peuple allemand » devient le leitmotiv de la revue de Lipmann97. Il en sera ainsi douze ans durant tandis qu’une psychologie industrielle complètement différente de celle de Lipmann se met en place dans l’université, l’industrie et surtout l’armée.

Conclusion

59L’histoire du combat permanent de Lipmann pour assurer à la psychologie industrielle une reconnaissance professionnelle et officielle et pour convaincre les autorités prussiennes de la nécessité d’un soutien public à son Institut montre à quel point la psychologie appliquée n’est pas, comme les historiens des professions le soutiendraient, la conséquence naturelle ou logique des succès pratiques des tests d’aptitude et de la « psychotechnique » dans l’Allemagne de l’après Première Guerre mondiale. Bien plutôt, Lipmann et William Stern, son maître et compagnon de travail, incarnent une conception opposée à celle de praticiens comme Fritz Giese, Walter Moede et Curt Piorkowski qui ont tous joué un rôle prépondérant dans l’établissement de la psychotechnique comme sorte de supplément à la rationalisation de l’industrie allemande entre les deux guerres et qui continueront sur leur lancée sous le régime nazi. A la différence des experts psychotechniciens des Technische Hochschule, Lipmann n’a jamais eu de poste ni universitaire ni officiel. De plus, alors que Lipmann et Stern furent personnellement victimes de la politique national-socialiste et que leur conception de la psychologie industrielle ne parut jamais acceptable aux autorités, la démarche psychotechnique continua de prospérer dans l’environnement du Ille Reich.

60La vision de Lipmann d’une science du travail neutre, fondée sur les résultats de la psychologie théorique, était une tentative d’assurer à la psychologie appliquée un territoire intellectuel au cœur de la lutte des classes – ou peut-être au-dessus. Cet effort n’était pas, comme l’ont prétendu les historiens marxistes, entièrement fondé sur les illusions naïves de l’idéologie « objectiviste » de la science. Attribuer le succès ou l’échec des sciences du travail de l’entre-deux-guerres aux vicissitudes du conflit entre capital et travail revient généralement à sous-estimer les conflits intellectuels majeurs propres à la discipline et néglige l’existence de ce qu’on pourrait nommer des discours de contestation (contestatory discourses) tel celui de Lipmann. L’idée de Lipmann selon laquelle la science devait en fait réfléchir à ses propres relations avec la lutte entre travail et capital et même servir l’un comme l’autre remet en question l’hypothèse que toutes les sciences du travail sont sommées, dans les faits, de devenir des techniques d’organisation. Lipmann a été l’un des premiers praticiens de la psychologie industrielle à défendre la thèse que l’Arbeitswissenschaft, pour devenir une discipline dotée d’une légitimité scientifique, devait rendre explicites les intérêts sociaux au service desquels elle était susceptible de se mettre et non pas simplement prendre en considération l’organisation de l’industrie. Et même si elle ne pouvait être entièrement « neutre », il croyait que la psychologie industrielle pouvait mettre ses résultats à la disposition du capital comme du travail et de cette manière contribuer à la clarification de ce qui était un inévitable terrain de conflit. Sa campagne prolongée contre la prédominance de la « psychotechnique » et ses applications industrielles limitées, de 1917 à sa mort en 1933, illustre cette tentative de créer un discours alternatif à ce qu’il percevait comme des hypothèses idéologiques et anti-démocratiques de la part des psychotechniciens.

61Enfin, le destin de Lipmann – juif et libéral avec des sympathies marquées pour les socialistes – dans la culture politique de l’Allemagne de l’entre-deux-guerres ne peut s’expliquer seulement par des circonstances professionnelles ou intellectuelles – ou discursives. Les documents relatifs aux débats ministériels concernant son institut dans les années 1920, son propre sort aux mains de ses collègues dans les premiers jours de la prise du pouvoir par les nazis attestent nettement de l’importance de cette composante politique dans l’histoire des raisons pour lesquelles la psychologie industrielle, en tant qu’opposée à la psychotechnique, n’a pu se maintenir en Allemagne avant la fin de la dernière guerre.

Notes

1 Cette étude a été réalisée avec le soutien du German Marshall Fund of the United States.

2 Sur les racines de cette approche en France, voir Georges RIBEILL, « Les débuts de l’ergonomie en France à la veille de la Première Guerre mondiale », Le Mouvement social, n° 113, octobre-décembre 1980, p. 3-36. Sur les développements américains avant 1910, voir Alberto CAMBROSIO, « Quand la psychologie fait son entrée à l’usine : sélection et contrôle des ouvriers aux États-Unis pendant les années 1910 », Le Mouvement social, même numéro, p. 37-66.

3 Voir G. RIBEILL, op. cit., et Anson RABINBACH, The Human Motor : Energy, Fatigue and the Origins of Modernity, New York, Basic Books, 1990, p. 244-253.

4 Sur la Grande-Bretagne, voir C. B. FRISBY, « The Development of Industrial Psychology at the NIIP », Occupational Psychology, n° 44, 1970, p. 35-50, et Bernhard WILPERT, « How European is Work and Organizational Psychology ? » in P.J. D. DRENTH et R. J. TOBIAS (dir.), European Perspectives in Psychology, Chichester, John Wiley and Sons, 1990, p. 123-140. Le Department of Industrial Research de l’université de Harvard a été fondé en 1926 avec le soutien financier de la fondation Rockefeller. Voir Elton MAYO, « Hawthome and the Western Electric Company », chapitre de The Social Problems of an Industrial Civilisation, London, Routledge and Kegan Paul, 1949, p. 60-76.

5 Sur l’utilisation de la psychotechnique en temps de guerre, voir A. RABINBACH, The Human Motor, op. cit., chapitre 10.

6 Cité dans B. WILPERT, « How European is Work and Organizational Psychology ? », op. cit., p. 125.

7 Pour l’approche internaliste, voir Friedrich DORSCH, Geschichte und Problème der Angewandten Psychologie, Stuttgart, 1963 ; Wolfram BURISCH, Industrie und Betriebssoziologie, Berlin, New York, Walter de Gruyter, 1973 ; Ernst BORNEMANN, « Bestrebungen um die Humanisierung der Arbeitswelt », Die Psychologie des 20. Jahrhunderts, vol. XIII (Anwendungen im Berufsleben. F. STOLL, dir.), Zurich, Kindler, 1981, p. 151-169. Parmi les contributions marxistes : Peter HINRICHS, Um die Seele des Arbeiters : Arbeitspsychologie, Industrie und Betriebssoziologie in Deutschland, 1871-1945, Cologne, Paul Rugenstein, 1981 ; Siegfried JAEGER et Irmingard STAEUBLE, « Die Psychotechnik und ihre gesellschaftlichen Entwicklungsbedingungen », Die Psychologie des 20. Jahrhunderts, vol. XIII (Anwendungen im Berufsleben, F. STOLL, dir.), Zurich, Kindler, 1981, 53-95 ; Angelika EBBINGHAUS, Arbeiter und Arbeitswissenschaft : Zur Entstehung der « Wissenschaftlicher Betriebsführung », Opladen, Westdeutscher Verlag, 1984.

8 L’information biographique sur Lipmann est maigre et contradictoire. Voir F. DORSCH, Angewandte Psychologie, op. cit., p. 69, 70 ; Lutz von ROSENSTIEL, « Otto Lipmann », Neue Deutsche Biographie, Berlin, Duncker & Humblot, 1984, p. 645-646 ; William STERN. « Otto Lipmann : 1880- 1933 », American Journal of Psychology, vol. 46, 1934, p. 152-154 ; William STERN, « Otto Lipmann », Zeitschrift für Angewandte Psychologie, vol. 45, 1933, p. 420 ; H.O., « Otto Lipmann », Encyclopedia Judaica, vol. 11, p. 283.

9 W. STERN, « Otto Lipmann : 1880-1933 », op. cit., p. 152-153.

10 W. STERN, « Otto Lipmann », op. cit. (1933), p. 420.

11 Otto LIPMANN et Paul PLAUT, Die Lüge. In psychologischer, philosophischer, juristischer, pädagogischer, historischer, soziologischer, sprach- und literaturwissenschaftlicher und entwicklungsgeschichtlicher Betrachtung, Leipzig, 1927.

12 Respectivement Frageliste zur psychologischen Charakteristik der mittleren (kaufmannischen, hand-werklichen und industriellen) Berufe, Grundriß der Psychologie für Juristen, Handbuch psychologischer Hilfsmittel der psychiatrischen Diagnostik, Grundriß der Psychologie für Pädagogen.

13 Grundriß der Arbeitswissenschaft, Iéna, 1926, et Lehrbuch der Arbeitswissenschaft, Iéna, 1932.

14 Sur Münsterberg voir A. RABINBACH, The Human Motor, op. cit., p. 191-193, et Matthew HALE Jr., Human Sciences and Social Order : Hugo Münsterberg and the Origins of Applied Psychology, Philadelphia, Temple University Press, 1980.

15 F. DORSCH, Angewandte Psychologie, op. cit., p. 59.

16 Hugo MÜNSTERBERG, Psychology and Industrial Efficiency, Boston et New York, Houghton-Mifflin, 1913, p. 209-210 (publié peu après en Allemagne).

17 Grundzüge der Psychotechnik, Leipzig, 1914.

18 F. DORSCH, Angewandte Psychologie, op. cit., p. 60.

19 Ibid.

20 Ibid., p. 64.

21 S. JAEGER et 1. STAEUBLE, « Die Psychotechnik und ihre gesellschaftlichen Entwicklungsbedingungen », op. cit., p. 63.

22 F. DORSCH, Angewandte Psychologie, op. cit., p. 65.

23 Fritz GIESE, Théorie der Psychotechnik, Braunschweig. F. Vieweg & Sohn, 1925, p. 23.

24 S. JAEGER et I. STAEUBLE, « Die Psychotechnik und ihre gesellschaftlichen Entwicklungsbedingungen », op. cit., p. 66.

25 Fritz GIESE, « Psychologie der Arbeitshand », in Emil ABDERHALDEN (dir.), Handbuch der biologischen Arbeitsmethoden, Berlin et Vienne, Urban & Schwarzenberg, 1928, p. 804.

26 Walther MOEDE, « Kraftfahrer-Eignungsprüfungen beim deutschen Heer 1915-1918 », Industrielle Psychotechnik, vol. 3, n° 1, 1926, p. 23.

27 S. JAEGER et I. STAEUBLE, « Die Psychotechnik und ihre gesellschaftlichen Entwicklungsbedingungen », op. cit., p. 69.

28 Ibid., p. 6 %.

29 Volker TRIEBA et Ulrich MENTRUP, Entwicklung der Arbeitswissenschaft in Deutschland : Rationalisierungspoitik der deutschen Wirtschaft bis zum Faschismus, Munich, Minerva, 1983, p. 131 ; S. JAEGER et 1. STAUEBLE, « Die Psychotechnik und ihre gesellschaftlichen Entwicklungsbedingungen », p. 79.

30 Ludwig PRELLER, Sozialpolitik in der Weimarer Republik, Kronberg, Athenäum Verlage, 1978 (première éd., Stuttgart, Mittelbach, 1949), p. 65.

31 S. JAEGER et I. STAEUBLE, « Die Psychotechnik und ihre gesellschaftlichen Entwicklungsbedingungen », op. cit., p. 71.

32 Dietrich MILLES, « Krieg und Menschenökonomie : Gewerbehygiene in Deutschland zu beginn der Weimarer Republik », Zentrum für Sozialpolitik (université de Brême), communication non publiée donnée à l’université de Liverpool, janvier 1990.

33 Günther WENDEL, Der Kaiser Wilhelm Gesellschaft 1911-1914 : Zur Anatomie einer imperialistischen Forschungsgesellschaft, Berlin (RDA), Akademie-Verlag, 1975, p. 214.

34 Gerhard ALBRECHT, « Arbeitsgebiet und Ziele des KWI Instituts für Arbeitsphysiologie », Technik und Wirtschaft, vol. 8, 1915, p. 284-290, cité par Dietrich MILLES, « Pravention und Technikgestaltung. Arbeitsmedizin und angewandte Arbeitswissenschaft in historischer Sicht », in Félix RAUNER (dir.), ‘Gestalten’ – eine neue gesellschaftliche Praxis, Bonn, Verlag Neue Gesellschaft, 1988, p. 55.

35 Ibid., p. 54-56.

36 Zentrales Staatsarchiv, Dienststelle Merseburg (ZStA) M. Rep. 76, VL. Sekt 2., Tit. 23, Litt A.N. 115. KWI (désormais noté, ZsTa M. Rep. 76). Denkschrift, Cari Stumpf à « Eurer Excellenz », 22 décembre 1915 (ma gratitude va à M. le Professeur Dietrich Milles pour l’accès à son recueil de ces archives).

37 ZsTA M. Rep. 76, Max Rubner à Kaiser Wilhelm (« Eurer Excellenz »), 29 mai 1917.

38 Sur Moede voir Paul DEVINAT, Scientific Management in Europe : International Labour Office, Studies and Reports (Sériés B), Genève, 1927, p. 81. Moede était conseiller technique des chemins de fer d’Etat allemands, directeur de l’institut psychotechnique de la Technische Hochschule de Charlottenbourg et, après 1924, de l’Institut für Wirtschaftspsychologie de la Handelshochschule à Berlin.

39 S. JAEGER et I. STAEUBLE, « Die Psychotechnik und ihre gesellschaftlichen Entwicklungsbedingungen », op. cit., p. 81. Entre 1918 et 1927, des chaires de psychotechnique sont créées dans six collèges universitaires polytechniques (Technische Hochschulen) à travers l’Allemagne. Des instituts psychotechniques sont mis en place, y compris dans quelques-unes des universités les plus importantes, et spécialement à Hambourg, Munich et Berlin. Voir Ulfried GEUTER, Die Professionalisierung der deutschen Psychologie irn Nationalsozialismus, Frankfurt am Main, Suhrkamp Verlag, 1988, p. 88-91.

40 H. EBERT et K. HAUSEN, « Georg Schlesinger und die Rationalisierungsbewegung in Deutschland », in R. RÜRUP (dir.), Wissenschaft und Gesellschaft, vol. 1, Berlin, Springer, 1979, p. 315-334.

41 P. DEVINAT, Scientific Management in Europe, op. cit., p. 80.

42 ZSTA M. Rep 151 C. Nr. 903. Institut für Angewandte Psychologie u. Gewerbehygiene u. Arbeitswissenschaft (désormais ZsTA M. Rep. 151 C), Der Minister für Handel u. Gewerbe an PreuBischen Herrn Finanzminister, 17 janvier 1922.

43 Richard SEIDEL, « Die Rationalisierung des Arbeitsverhältnisses », Die Gesellschaft, vol. III, n° 7, 1926, p. 21.

44 U. GEUTER, Professonalisierung, op. cit., p. 218.

45 R. W. CHESTNUT, « Psychotechnik : Industrial Psychology in the Weimar Republic 1918-1924 », Proceedings of the Annual Convention of the American Psychological Association, vol. 7, n° 2, 1972, p. 781.

46 U. GEUTER, Professionalisierug, op. cit., p. 221.

47 P. DEVINAT, Scientific Management in Europe, op. cit., p. 81.

48 U. GEUTER, Professionalisierung, op. cit., p. 222.

49 Ibid., p. 223.

50 Ibid., p. 222.

51 S. JAEGER et I. STAEUBLE, « Die Psychotechnik und ihre gesellschaftlichen Entwicklungsbedingungen », op. cit., p. 84-85.

52 Ibid., p. 84.

53 Ibid.

54 U. GEUTER, Professionalisierung, op. cit., p. 222.

55 Ibid.

56 S. JAEGER et I. STAEUBLE, « Die Psychotechnik und ihre gesellschaftlichen Entwicklungsbedingungen », op. cit., p. 85.

57 Walter MOEDE. « Zur Methodik der Menschenbehandlung », Industrielle Psychotechnik, vol. 4, 1930, et le pamphlet, Zur Methodik der Menschenbehandlung, Berlin, 1930.

58 Vorwärts, 7 juillet 1930 ; Hamburger Echo, 7 juillet 1930 ; Walter Zadeck, Weltbühne, juillet 1930.

59 Otto LIPMANN, « Mehr Psychotechnik in der Psychotechnik », Zeitschrift für Angewandte Psychologie, vol. 37, 1930, p. 188.

60 lbid., p. 191.

61 Otto LIPMANN, Lehrbuch der Arbeitswissenschaft, Iéna, 1932, p. 16.

62 Fritz GIESE, Philosophie der Arbeit, Halle, 1932, p. 26.

63 Voir O. LIPMANN, Lehrbuch, op. cit., p. 6.

64 Otto LIPMANN, « Angewandte Psychologie – Psychotechnik – Arbeitswissenschaft », Beiheft zur Zeitschrift für Angewandte Psychologie, n° 59, 1931, p. 177-184.

65 Otto LIPMANN, Wirtschaftspsychologie und psychologische Berufsberatung : Ein Vortrag von Otto Lipmann, Leipzig, Barth, 1918, p. 8.

66 O. LIPMANN, « Wirtschaftspsychologie », op. cit., p. 22.

67 Otto LIPMANN, Grundriß der Arbeitswissenschaft, Iéna, 1926, p. 1.

68 Ibid.

69 Ibid., p. 11.

70 Otto LIPMANN, Das Arbeitszeitproblem, Berlin, Schoetz, 1926, p. 8.

71 Ibid., p. 11.

72 Ibid., p. 14.

73 Ibid., p. 10.

74 W. STERN, « Otto Lipmann 1880-1933 », op. cit., p. 54.

75 O. LIPMANN, Lehrbuch der Arbeitswissenschaft, op. cit., p. 394.

76 Ibid., p. 393.

77 Ibid., p. 395.

78 Ibid.

79 Ibid.

80 ZsTA M. Rep. 76, Communication de Cari Stumpf à l’Empereur Guillaume, décembre 1916.

81 ZSTA M. Rep. 76, « Arbeitsziele des Kaiser Wilhelm Instituts für Arbeitsphysiologie », 5 août 1915.

82 ZsTA M. Rep. 76, Max Rubner, « Eurer Exzellenz », 29 mai 1917.

83 Ibid., Protokoll über die Sitzung des Verwaltungsrates des KWI/A, 5 juin 1917.

84 Preußisches Ministerium für Wissenschaft, Kunst und Volksbildung, Rep 76 v. b, Sekt. 4, Bd. 1 113- 124, cité par U. GEUTER, Professionalisierung, op. cit., p. 488.

85 « Denkschrift » des Ministeriums für Volkswohlfahrt, 24 mai 1922.

86 Ibid.

87 Alfred BEYER, « Arbeit und Seelenkunde : Ein Staatsinstitut für Arbeitspsychologie », Vorwärts, 25 avril 1922, p. 1.

88 ZsTA M. Rep. 151 C Preußisches Minister für Volkswohlfahrt, 10 mai 1922, p. 1.

89 ZsTA M. Rep. 151 C Finanzminister, 29 mai 1922.

90 ZsTA M. Rep. 151 C Nr. 903. Institut für Angewandte Psychologie u. Gewerbehygiene u. Arbeitswissenschaft. Verhandlungen im preußischen Landtag wegen des Liepmannischen (sic) Instituts.

91 ZsTA M. Rep. 151 C Minister für Handel und Gewerbe au Preussischen Herrn Finanzminister, 17 janvier 1923.

92 Ibid.

93 ZsTA M, Rep. 151 C, Niederschrift, 16 juin 1922.

94 W. STERN, « Otto Lipmann 1880-1933 », op. cit., p. 153.

95 S. JAEGER et I. STAEUBLE, « Die Psychotechnik und ihre gesellschaftlichen Entwicklungsbedingungen », op. cit., p. 91.

96 U. GEUTER, Professionalisierung, op. cit., p. 275-276.

97 Zeitschriftfür Angewandte Psychologie, février 1934, p. 1.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search