Version classiqueVersion mobile

Les chantiers de la paix sociale

Vers des techniques sociales

Le travail social : quand les techniciens sociaux parlent de leurs techniques

Yves Cohen

Texte intégral

  • 1 Entre autres exemples multipliables à l’envi parmi les écrits des historiens : Paulette BIRGI, « L’ (...)

1On parle avec facilité aujourd’hui en France de techniques ou de technologies sociales. Une facilité, presque une évidence largement due, sans doute, à Michel Foucault que la « technologie de l’homme » a tôt préoccupé pour former un parmi les axes majeurs de son travail. Mais l’usage qu’il fait lui-même de la qualification de technique pour un certain type d’action de l’homme sur d’autres hommes ou sur lui-même a sa propre histoire qui ne ressortit pas seulement à la tradition ni à l’invention philosophiques. Il ne s’agit nullement de reconstituer ici cette histoire, ni de suivre linéament par linéament ce qui entraîne par ailleurs un si grand nombre d’auteurs contemporains sur le travail social (pédagogues et théoriciens de ses professions ou historiens) à parler de techniques, de techniciennes et techniciens, de technicité1.

2L’entre-deux-guerres apparaît comme une période privilégiée pour la formation de techniques sociales. L’entreprise que je me suis proposée ici consiste en un premier repérage – qui ne se veut en aucun cas exhaustif – de pratiques qui sont réfléchies dans le cadre d’une pensée et d’un vocabulaire clairement techniciens par leurs acteurs ou par ceux qui en traitent à un titre ou un autre dans le seul domaine du travail social. Non pas donc ce que l’histoire (ou la philosophie) dit dans son langage, mais ce qu’elle repère dans celui des acteurs et des auteurs.

3J’ai également voulu étudier, dans ce domaine, tant l’usage du terme de technique que la pratique d’une pensée technique, dans leur rapport avec le développement des techniques matérielles et l’histoire industrielle. Et puis aussi envisager si l’usage du terme de « technique » pour des techniques matérielles comme pour des techniques sociales ne suppose pas des formes communes, des traits constitutifs communs aux pratiques auxquelles les unes et les autres renvoient.

Des techniques du travail social

4L’entre-deux-guerres ne marque somme toute qu’une étape presque initiale dans la professionnalisation du travail social (qui avait en France commencé dès les années 1900). Or s’il peut y avoir technique sans profession, toute profession a ses techniques et sa technicité, même à ses premiers pas. Plus qu’en tout autre domaine, les techniques sont dans celui-ci explicitement et ouvertement liées et reliées à leurs fins ou, en le formulant plus spécifiquement pour le social, aux « valeurs » qui guident les praticiens.

  • 2 Première Conférence internationale de service social (Paris, 8-13 juillet 1928), Paris, 1928, 3 vol (...)

5Il est rare d’ailleurs que, dès lors que les techniques sont évoquées, les valeurs ou l’idéal ne le soient aussi et le plus souvent dans l’ordre de l’inquiétude, comme déjà en 1928 au cours de la première Conférence internationale de service social, premier grand rassemblement professionnel qui se tient à Paris. Pour Porter R. Lee, de New York, « la transformation du service social en profession est cause du déclin de l’idéal chez les travailleurs sociaux ». « Si l’on se rappelle le service social d’il y a trente ou quarante ans, indique-t-il, il semble qu’aujourd’hui on y entende moins de voix prophétiques, que le zèle de la foi s’y manifeste moins, que le service social attire plus comme une carrière à embrasser que comme une cause à défendre. » Puis Lee précise son propos par une de ces comparaisons avec d’autres professions dont on retrouve souvent le principe : « Le statut professionnel est le témoignage d’une compétence certaine. La compétence comprend, entre autres qualités, la capacité technique de résoudre des problèmes compliqués. Nous avons pu voir des éducateurs qui s’intéressaient plus à la pédagogie qu’à leurs élèves, des médecins que la maladie occupait plus que leurs malades, des juges qui prêtaient plus d’attention à la loi qu’au criminel. Il n’est pas impossible que les travailleurs sociaux, conscients d’une compétence relativement nouvelle, se passionnent parfois plus pour leur programme d’action et leurs méthodes que pour les existences humaines qui en sont affectées2. »

  • 3 Henry DEROY, Les Œuvres sociales du Moulin-Vert. De l’assistance éducative à l’organisation familia (...)

6Les auteurs français semblent alors aussi préoccupés sans doute, mais moins portés à la dramatisation, si du moins on en croit une recommandation comme celle d’Henry Deroy parlant, dans sa monographie de 1927 sur les œuvres du Moulin-Vert à Paris, de la formation des visiteurs : « Si cette formation technique et pour ainsi dire professionnelle est nécessaire, elle ne saurait être considérée comme suffisante : elle appelle, par surcroît, une conception juste de ce que doit être le rôle du visiteur3. »

  • 4 Cités par Henri PASCAL, « Quelques notes sur l’évolution de la méthodologie de service social en Fr (...)

7Aussi bien la professionnalisation a-t-elle été plus précoce aux Etats-Unis qu’en France, assez parallèlement au décalage qu’on trouve entre ces deux pays en matière de professionnalisation de l’organisation du travail. Après la Seconde Guerre mondiale pourtant, les professionnels français accèdent à un même degré d’inquiétude. En témoignent au moins deux congrès, l’un de l’ANAS (Association nationale des assistantes sociales) en 1948 et qui porte le titre de Service social et technique, l’autre de l’UCISS (Union catholique internationale de service social) en 1958 qui porte celui de L’affrontement des techniques et des valeurs dans le service social, et pour ne rien dire de 19684.

8L’ANAS interroge, dans l’avant-propos du compte rendu de son congrès : « Les techniques que nous employons servent-elles réellement le but que nous poursuivons ? Le Service social est-il toujours au service de l’homme ? » Parmi les vœux adoptés par le congrès figure cette résolution des assistantes sociales à « rechercher sans cesse à avoir l’intelligence profonde de leurs gestes sociaux en en gardant la maîtrise et en les utilisant avec le souci de voir l’intérêt des personnes primer sur celui des techniques ». Dix ans plus tard, l’auteur de l’avant-propos du congrès de l’UCISS, Georges Hahn, va jusqu’à l’affirmation : « Les techniques nouvelles sont venues outiller notre effort, mais non le guider. De plus grands pouvoirs d’agir en appellent à une plus nette conscience de nos fins et de notre conception de l’homme. A tous, croyants et incroyants, ce besoin devient maintenant sensible. » Hahn en appelle donc à « la nécessité de confronter les techniques sociales modernes avec les valeurs capables d’orienter notre action en faveur de l’homme ».

  • 5 Roger-Henri GUERRAND et Marie-Antoinette RUPP, op. cit., p. 90-91. Voir Henri HATZFELD, Du paupéris (...)
  • 6 LEE, in Première Conférence..., op. cit., vol. 2, p. 109.

9Mais nous sommes alors en France, et plus largement en Europe, dans une phase où la nécessité de la professionnalisation du service social n’est plus contestée comme elle l’était encore durant l’entre-deux-guerres et où elle a connu des avancées décisives5. Si les techniques deviennent thème de congrès, c’est que le problème de l’ajustement à leurs fins se pose, et si ce problème se pose, c’est que ces techniques sont plus affirmées, plus stables, mieux définies. Mais la Conférence de 1928 pointait déjà l’impératif avec précision, un peu à la façon d’un industriel qui exige de chacun de ses employés à tout échelon, même d’un dessinateur d’études ou d’un contremaître, que, dans le moindre de ses actes, il se règle sur la fin, la recherche du profit : « Il faut qu’il y ait une relation étroite entre l’idéal le plus élevé du service social, et l’opération la plus machinale d’une œuvre très bien organisée, la rédaction d’une fiche d’observation par exemple6. »

10L’entre-deux-guerres ne présente pas d’identification des techniques propres à l’action sociale comparable au répertoire – court – qu’offre le congrès de l’ANAS. Ce dernier est divisé en deux parties qui donnent chacune lieu à trois communications. La première partie traite de techniques hors du strict champ social : les techniques médicales, industrielles et administratives, quand la seconde aborde « les techniques du service social », soit 1) « la visite familiale et la permanence », 2) « l’enquête et les démarches » et 3) « les fiches et les rapports administratifs ».

  • 7 Id., p. 89 et 101. Aussi Mary VAN KLEECK, « Les recherches sociales et l’industrie », ibid., vol. 3 (...)

11L’entre-deux-guerres ne connaît ni cette rigueur ni cette tranquillité dans la typologie. On en est plutôt à célébrer encore l’arrivée des « sciences sociales » (l’économie politique, l’histoire, la psychologie, la sociologie, la pédagogie, l’hygiène sociale, les sciences juridiques et administratives) et des pratiques liées à elles comme, de nouveau, à la Conférence de 1928 : « La place réservée dans le programme de toutes les Sections aux recherches, aux enquêtes, aux mensurations quantitatives, dénote que l’esprit scientifique, ses instruments, ses méthodes font partie de l’outillage du travailleur social7. »

  • 8 Roger-Henri GUERRAND et Marie-Antoinette RUPP, op. cit., p. 62 ; W. WRONSKI et Dr MUTHESIUS, « Les (...)

12On sait d’autre part la difficulté pour le service social de se spécifier, en particulier par rapport au domaine médical. Paul Strauss, dans le discours d’ouverture de la conférence de 1928, tisse la comparaison et félicite « les assistantes d’avoir permis à la technique de la philanthropie de réaliser des progrès comparables à ceux que les infirmières ont apportés à la technique des soins donnés aux malades », tandis que des intervenants allemands analysent une branche du travail social : « Le service social familial des cas individuels comporte trois phases successives : 1. – L’enquête (analyse). 2. – L’appréciation (diagnostic). 3. – Le traitement (thérapeutique)8. »

  • 9 Jean VIOLLET, Petit Guide du travailleur social (Formation morale et méthodes d’action), Paris, Con (...)
  • 10 Henry DEROY, op. cit., p. 14. Cf. Bernard KALAORA et Antoine SAVOYE, Les Inventeurs oubliés. Frédér (...)
  • 11 Philippe ARMAND-DELILLE, Traité de Service social, Paris, Delagrave, 2 vol., 1939 et 1942, 276 et 1 (...)
  • 12 Janet HORNE et Antoine SAVOYE, ibid.

13De toutes ces techniques, ou méthodes, ou outils, ou instruments (personne heureusement ne s’est avisé de chercher à imposer un usage normé de ces vocables), l’enquête est la reine. Entre mille occurrences de même veine sur un sujet dont il est par ailleurs parlé dans ce volume par des voix mieux autorisées, cette note de l’infatigable abbé Viollet, fondateur des œuvres du Moulin-Vert : « L’enquête doit être placée à la base de tout travail social sérieux et efficace9. » Les sources leplaysiennes de cette royauté ne sont pas douteuses, et elles restent vives puisque le chroniqueur du même Moulin-Vert, Henry Deroy, note : « L’observation directe de la vie est ici, comme dans toutes les études qui ont l’homme pour objet, le moyen le plus sûr d’aboutir à des données précises : seule l’expérience permet déjuger les théories et définir les lois10. » Juger les théories pour en user dans la pratique à bon escient, définir des lois pour que l’enquête fonctionne aussi dans le sens inverse, de l’action à la connaissance. L’enquête, pourtant, n’est pas la monographie leplaysienne, à la fois parce qu’elle est le plus souvent étroitement considérée comme un des « moyens d’études techniques du service social11 » sans visée de contribution à la science sociale et parce que, comme l’écrivent Janet Horne et Antoine Savoye, « le courant porteur de ce mode de recherche, qui, au-delà d’une visée cognitive, le lie à un projet de réforme sociale, s’affaiblit » entre les deux guerres12.

  • 13 Autre aspect, en 1948 : « Parmi les techniques qu’utilise le Service social pour accomplir sa tâche (...)
  • 14 Sur les guides d’enquête, Jean VIOLLET, op. cit. et Guide du visiteur du LO (Amélioration du logeme (...)

14Avec ses procédés codifiés et transmis, ses guides sans cesse plus précis et ses questionnaires élaborés (ou « formules imprimées » comme l’écrit Deroy), l’enquête constitue une des pratiques communes à tous les travailleurs sociaux, visiteurs, assistantes, surintendantes, etc.13, et beaucoup plus largement encore à tous ceux qui se préoccupent du terrain social pour des visées scientifiques, activistes ou les deux ensemble14.

  • 15 Jean CHEVALIER, La Technique de l’organisation de l’entreprise, Paris, Librairie française de docum (...)
  • 16 Lucien Jannin chez Renault, Ernest Mattern chez Peugeot : Cf. Yves COHEN, « Titre d’entreprise cont (...)
  • 17 La revue de Michelin, Prospérité, est diffusée dans les entreprises et il existe aussi, depuis la f (...)

15Une attitude leplaysienne d’enquête n’est pourtant pas sans toucher même cette discipline d’action s’il en est qu’est l’organisation du travail, puisqu’on trouve dans l’introduction du manuel le plus achevé et le mieux mûri d’organisation scientifique entre les deux guerres, La Technique de l’organisation de l’entreprise de Jean Chevalier, cette phrase : « La méthode de la science de l’organisation est essentiellement inductive : il n’est aucun de ses principes qui ne soit basé sur l’étude des faits. Cette méthode est celle dont Le Play a indiqué les règles, considérant que les diverses sciences sociales – et l’organisation en particulier – ne sortiraient pas d’un seul jet du cerveau d’un penseur, comme la Minerve sortit tout armée du cerveau de Jupiter, mais qu’elles prendraient corps après une suite de solutions spéciales indiquées par l’expérience15. » A travers un tel cadre idéologique, on comprend mieux que le goût pour la fréquentation de l’atelier chez certains parmi les meilleurs organisateurs de l’entre-deux-guerres ne soit peut-être pas si spontané, et qu’on trouve en premier lieu la « recherche de faits pour déterminer les conditions que nous ne connaissons pas », façon de dire enquête, dans la propédeutique de base à la taylorisation publiée à la fin des années 1920 par Michelin en de nombreux fascicules didactiques16. Les ingénieurs de Michelin rédacteurs de ces brochures n’auraient-ils pas pu, chez ce maître en œuvres sociales patronales, avoir fréquenté, d’une manière ou d’une autre, quelques praticiens du service social... ou avoir été embauchés pour être de leurs proches ? Michelin, en tout cas, plaçant l’enquête à la base de la pratique de taylorisation, s’est fait le maître d’école des tayloriens français de base17.

  • 18 Lion MURARD et Patrick ZYLBERMAN, op. cit., p. 473 ; cité par Antoine SAVOYE, op. cit., p. 493.

16Il serait sans nul doute assez vain d’aller plus loin dans une tentative de hiérarchisation des techniques du social et de viser l’élaboration d’une technologie rétrospective de l’action sociale : il suffit, me semble-t-il, de noter que la pensée en termes de techniques, de procédés, d’opérations, de gestes habituels, d’outillage, d’efficacité..., aussi dispersée soit-elle et dépourvue d’une cohérence qui permettrait, si on en avait le désir, de la qualifier de scientifique, et sans même parfois que le mot de « technique » soit prononcé, que cette pensée est suffisamment répandue dans tous les horizons du travail social pour constituer un esprit commun, une démarche commune de considération et d’interprétation des pratiques. L’approche technicienne du travail social ne suppose donc pas une terminologie rigoureuse qu’on est loin de trouver même dans le discours des techniques matérielles et industrielles et elle ne date pas de la Première Guerre mondiale. Elle est incontestable déjà dans des propos comme celui d’Albert Calmette qui définit en 1899 « le dispensaire antituberculeux comme “instrument médical populaire” » ou de Léon Lefébure, fondateur de l’OCOB (Office central des œuvres de bienfaisance), lorsqu’il évoque en 1905 « les méthodes et procédés employés avec le plus d’efficacité pour remédier à la misère ou en conjurer les causes »18.

  • 19 Roger-Henri GUERRAND et Marie-Antoinette RUPP, op. cit., p. 78 ; Edouard FUSTER, « L’éducation soci (...)

17Des points d’insistance se font pourtant jour dans la perspective de la professionnalisation du service social, comme celui qu’exprime Edouard Fuster, professeur de prévoyance et d’assistance sociales au Collège de France et spécialiste de l’Allemagne, parlant en 1921 du rôle des femmes dans les services publics : « Il faut qu’elles se rendent compte qu’en service public, s’agît-il même d’éducation et d’assistance, on n’improvise pas, que l’élan de bonté et d’intuition ne suffisent ; il faut en outre le travail méthodique, la documentation préalable, l’élaboration froide d’un plan d’action ; il y a, pour tout résumer par deux mots qui provoquent l’horreur chez beaucoup de généreuses spontanées que je vois se jeter dans le service social : il y a le dossier19. »

  • 20 Max TURMANN, Problèmes sociaux du travail industriel, Paris, Lecoffre, 1923, 241 p., chapitre spéci (...)

18Que Max Turmann qualifie en 1923 les « revues d’usines » d’« instrument de paix sociale » ou Jean Milhaud en 1938 la documentation de « technique moderne » qui doit disposer de centres « bien outillés » participe de cet esprit20. Comme on le verra, 1936 contribue d’ailleurs à reformuler cette approche dans une voie de plus grande précision en même temps que de plus grande complexité.

  • 21 Lucien Viborel parle de l’« armement » de la médecine et de l’hygiène sociales : « Dispensaires, pr (...)

19Le travail social ne dispose pas seulement d’appareils techniques institutionnels comme les caisses de prévoyance, les dispensaires, les centres médico-sociaux, les résidences, les cités-jardins, les clubs, les colonies de vacances ou les écoles...21, de techniques de la pratique comme les visites, les enquêtes, les entretiens, les dossiers, les fichiers, les tableaux, les statistiques ou la documentation..., il peut être relayé par des « techniques de propagande ».

  • 22 Préface de Marc RUCART, ministre de la Santé publique à Lucien VIBOREL (dir.), Savoir prévenir. Gui (...)
  • 23 Dans une série de conférences organisées en 1937 par la Société des anciens élèves et élèves de l’E (...)

20Lucien Viborel, homme clé du Comité national de défense contre la tuberculose et que le préfacier d’un de ses livres désigne comme « Technicien de F Enseignement de l’Hygiène », consacre en 1930 734 pages à La Technique moderne de la propagande d’hygiène sociale : « La propagande est née tout récemment. C’est une science nouvelle, avec sa doctrine, sa technique, son outillage », et son but, en matière d’hygiène sociale, « est d’assurer, de façon profonde et durable, la préservation ». Viborel replace cette forme particulière dans un cadre plus général en expliquant que « la propagande s’applique aux doctrines morales, politiques, scientifiques ; elle se distingue de la publicité qui, elle, s’applique aux questions industrielles et commerciales. La principale application de la propagande éducative a été faite en France dans le domaine de l’hygiène et de la médecine sociales »22. Mais il est peu de doute que ses moyens ne soient communs avec toutes les autres formes de propagande et de publicité, puisque l’ouvrage liste, parmi « l’outillage moderne du propagandiste d’Hygiène sociale », la presse et l’imprimé sous toutes ses formes (livre, affiche, périodique, brochure, tract, carte postale), le cinéma, la conférence, l’entretien individuel, l’exposition, le théâtre et le guignol, etc., et bien sûr déjà la radio23. Il partage plus analytiquement la parole et l’écrit, détaille les méthodes d’organisation, décrit dans son détail la « technique des campagnes éducatives » et ne manque pas de consacrer près de quatre-vingt pages à « la technique du Timbre antituberculeux ».

21L’exposé de Viborel nous y mène déjà : il n’y a pas d’infranchissables frontières entre les techniques à fins sociales et celles qui s’exercent pour bien d’autres fins dans la vie économique ou politique.

Des technologies ?

22Or la considération de « techniques sociales » entre les deux guerres est loin d’être propre aux spécialistes du travail social. Elle est aussi une des voies intellectuelles qu’on décèle dans divers courants de pensée parmi les philosophes, les sociologues, les ethnologues et les linguistes et nous verrons qu’il existe également tout un filet de pensée technicienne en matière d’éducation qui n’est pas sans connexion avec la formation d’une profession comme celle des surintendantes.

  • 24 Marcel COHEN, « Linguistique et société (Linguistique et technique) », A la lumière du marxisme, Pa (...)

23Ainsi le linguiste Marcel Cohen écrit-il en 1934 : « ... la linguistique est une science de l’homme, de l’homme en société. N’étant pas proprement une science de la nature, elle ne se trouve pas liée à la technique de la production (ce qui explique en partie son retard à la développer) et elle dépend peu du progrès des instruments. Mais, d’autre part, et ceci est important, le langage est par lui-même un outil, un outil mental. Par là, la linguistique est liée à une technique spéciale, de première importance, celle de l’enseignement, qui préside à la formation, à l’outillage de l’esprit. D’autre part, elle est en connexion avec une autre technique sociale non moins importante, celle du gouvernement, en tant que le langage est le moyen de communication des hommes entre eux, et un facteur primordial de la cohésion des groupes humains24. »

  • 25 Louis WEBER, Le Rythme du progrès. Etude sociologique, Paris, Alcan, 1913, p. 140 (cette référence (...)
  • 26 Marcel COHEN, Instructions d’enquête..., op. cit., p. 5-6.
  • 27 Mauss, pour pouvoir parler des techniques du corps, abandonne l’idée que toute technique est accomp (...)

24Ici, Cohen peut parfaitement renvoyer à Louis Weber qui écrit en 1913 dans Le Rythme du progrès : « Envisagé du point de vue pratique (...), le langage est un instrument, un outil. C’est l’outil de la technique sociale, de même que le coup de poing, la massue, la flèche sont les outils de la technique matérielle25. » Mais il décrit aussi, au moins en 1950, le langage comme une technique du corps, la linguistique étant donc tout aussi bien liée à la sociologie, la psychologie, l’ethnologie, la géographie qu’à la biologie et à l’acoustique26. Cohen renvoie là tout à fait clairement à Marcel Mauss et à sa célèbre communication sur « Les techniques du corps » publiée en 193627.

25Il est à noter qu’une telle conception du langage comme outil ou comme technique, si elle était à retenir, ferait de la linguistique la technologie la plus élaborée, technologies de la technique matérielle comprises et si on entend par technologie un discours raisonné sur une ou des techniques, ce qui est ici le cas. En tout cas, le linguiste désigne un outil sinon une technique communs à toutes les techniques sociales mais il ne le fait ni à proprement parler en technologue patenté de ces techniques ni non plus du sein même des milieux de l’action sociale.

26En revanche de véritables réflexions technologiques affleurent dans quelques textes de l’entre-deux-guerres. Malgré la diversité de leurs origines, des cheminements communs s’y dévoilent, telle, de nouveau, la référence à l’éducation.

  • 28 Geneviève PERROT, A la recherche des savoirs spécifiques du service social. Caractéristiques et val (...)
  • 29 L’effet prolongé du livre de Mary Richmond peut aussi se mesurer à des actes comme une citation lit (...)
  • 30 Mary RICHMOND, op. cit., p. 1.

27Le livre de Mary Richmond, Les Méthodes nouvelles d’assistance. Le service social des cas individuels, publié en France en 1926, a un grand retentissement dans le monde du travail social et constitue un parmi les vecteurs de son américanisation28. Traduction de What is the Social Case Work ?, de 1922, il pose les bases théoriques de cette branche du service social, le « service social des cas individuels », qui aboutira au « case-work » répandu en France dans les années 195029. Dès sa première phrase, dans une comparaison avec la pédagogie, il déclare son propos technologique : « On a enseigné avec un réel succès avant qu’il existât une science ou un art d’enseigner ; de même, on a pratiqué le service social des cas individuels bien avant l’époque, encore récente, où l’on a commencé à en formuler les principes et les méthodes. »30

  • 31 Ibid., p. 93.

28Comme il se doit, l’exposé technologique proprement dit commence par l’énonciation des fins des techniques étudiées : « Le service social des cas individuels est l’ensemble des méthodes qui développent la personnalité en rajustant consciemment et individuellement entre eux l’homme et son milieu social. »31

  • 32 Geneviève PERROT, op. cit. ; Mary E. RICHMOND, Social Diagnosis, New York, Russel Sage Foundation, (...)
  • 33 Philippe ARMAND-DELILLE, L’Assistance sociale et ses moyens d’action, Paris, Alcan, 1922, p. III.
  • 34 Première Conférence..., op. cit., vol. 2, p. 95. Sur ce point, voir Lion MURARD et Patrick ZYLBERMA (...)
  • 35 Mary RICHMOND, Les Méthodes nouvelles..., op. cit., p. 95-96.
  • 36 Henry DEROY, op. cit., p. 21.

29Philippe Armand-Delille ne procède pas autrement en 1922 dans un autre livre très lu, L’Assistance sociale et ses moyens d’action, largement basé sur des données américaines recueillies par le docteur lors de ses propres voyages mais fortement inspiré également par les travaux de Mary Richmond32. Quand le corps de l’ouvrage est consacré aux moyens et méthodes et aux applications, l’introduction l’est aux fins de l’assistance sociale, activité qui s’apparente fortement à ce que recouvre pour Mary Richmond le service social des cas individuels : « L’Assistance sociale (...) a pour but essentiel de réintégrer les malheureux dans une situation où ils puissent se passer de secours, et elle tend à substituer à la passivité habituelle de l’assisté l’activité nécessaire pour l’affranchir de l’Assistance33. » La proposition a sans doute plus de substance que les déclarations qu’on lit dans les comptes rendus de la Conférence de 1928 et dont il arrive qu’ils ne consistent qu’en : « L’essence de toute œuvre sociale est cette union intime avec l’homme. Tout le reste, lois, organisations, institutions ne sont que des moyens en vue d’une fin34 » ; mais « la restauration de l’indépendance » n’est considérée par Mary Richmond que comme une « spécialité » du service social des cas individuels qui, lui, « possède son champ d’action propre, qui est le développement de la personnalité par l’adaptation consciente et compréhensive des relations sociales35 ». L’énoncé d’Armand-Delille n’est pas très éloigné de ceux qui ne voient que la famille, sinon la natalité française, comme objectifs du service social et dont on trouve exemple chez Deroy : « Tout, en (ces œuvres), vise à reconstituer l’unité et la stabilité du foyer familial, la vigueur et la permanence du lien familial36. »

30Chez Richmond, l’analyse des « quatre opérations du service social » ne s’engage qu’après l’exposition d’une demi-douzaine de cas. Pour démontrer que les résultats de « ces traitements sociaux » ont réclamé des « connaissances techniques nouvelles » nécessitant une formation, Mary Richmond se livre à l’exposé de sa méthode d’analyse : « J’ai dressé un tableau énumérant les interventions de chaque assistante sociale et relatant sa ligne de conduite dans le traitement des six cas (...). J’ai obtenu de la sorte six longues listes, contenant de nombreuses répétitions. En éliminant celles-ci et en essayant de classer les termes restants, j’ai constaté qu’ils se rangent sous deux rubriques générales : les compréhensions et les actions. Chacune de ces deux rubriques peut être subdivisée à son tour (en deux). » Et la liste des « opérations » est dressée comme suit :

  1. Compréhension de l’individualité et des caractéristiques personnelles ;

  2. Compréhension des ressources, des dangers et des influences du milieu social ;

  3. Action directe de la mentalité de l’assistante sociale sur celle de son client ;

    • 37 Mary RICHMOND, Les Méthodes nouvelles..., op. cit., p. 99-100 (soulignements de Y.C.).

    Action indirecte exercée par le milieu social37. »

  • 38 Ibid., p. 100 (soulignement de M.R.).
  • 39 Ibid., p. 120.

31Et Mary Richmond ponctue sa démarche proprement technologique en indiquant que « l’habileté professionnelle se révéla dans la combinaison des diverses actions énumérées, combinaison qu’aucune personne dépourvue de formation spécialisée n’aurait pu réaliser, quelque intelligence qu’on lui suppose »38. « Les modalités que j’ai pu déceler et décrire au sujet des quatre opérations du service social mentionnées ci-dessus (...) ne font que suggérer, ajoute-t-elle, les premières étapes d’une nouvelle espèce de technique spécialisée dont le but est d’effectuer une meilleure adaptation entre l’être humain et le milieu dans lequel il doit vivre », programme où l’on reconnaît, soit dit en passant, celui, contemporain, de la psycho-physiologie du travail quant à la relation homme-machine39.

32Chaque opération est détaillée dans sa relation avec les autres et, si l’on retrouve, refondues en un ensemble original, les techniques évoquées plus haut, il semble qu’avec Mary Richmond on ait affaire à une approche qui n’a pas d’équivalent sous la plume des auteurs français. C’est dans un domaine voisin et qui ne se rapporte pas directement à la famille de techniques sociales dont il est question ici que sont élaborées des technologies qui peuvent rivaliser avec celle de Mary Richmond : la pédagogie.

  • 40 Première Conférence..., op. cit., vol. 2, p. 98.
  • 41 Jean DELVOLVE, Questionnaire-guide pour l’observation du caractère moral des enfants à l’école, Par (...)

33« Ces recherches sociales basées sur l’école ne peuvent être que partiellement utiles au service social », précise, à bon droit sans doute, Gertrud Baeumer, de Berlin, au cours de la Conférence de 192840. Mais pour ne prendre qu’un auteur en ces matières, Jean Delvolvé, il peut n’être pas sans signification de constater que certaines parties de son livre publié en 1922, La Technique éducative, ont paru avant la guerre de 1914-1918 dans le cadre de la Ligue française pour l’Education morale dont l’un des membres du conseil d’administration est Cécile Brunschvicg, qui sera en 1917 la fondatrice de l’école des surintendantes, dont je reparlerai41.

  • 42 Jean DELVOLVE, La Technique éducative, Paris, Alcan, 1922, p. 3 ; Alfred ESPINAS, Les Origines de l (...)
  • 43 Jean DELVOLVE, La Technique éducative..., op. cit., p. 6.
  • 44 Alfred ESPINAS, Cours de pédagogie. Idée générale de la pédagogie ou art de l’éducation, Paris, Alc (...)

34Or Delvolvé est intéressant pour son affirmation de l’autonomie de la technique : elle est distincte de la « simple pratique », d’un côté, et en cela il emprunte explicitement aux Origines de la technologie d’Alfred Espinas qui indique : « Il y aurait (...) quelque avantage à pouvoir désigner ainsi (technique), comme les Grecs le faisaient, les pratiques conscientes et réfléchies, à un certain degré en opposition avec les pratiques simples ou coutumes, qui s’établissent spontanément, antérieurement à toute analyse » ; d’un autre côté, la technique se distingue « des diverses disciplines scientifiques, avec lesquelles elle se trouve en communication constante et nécessaire »42. Il affirme que. l’« autonomie de l’art est un principe technologique tout à fait général »43. Ce faisant, Delvolvé échappe radicalement à une conception de la technique comme application de la science que son maître Espinas affirmait pour l’éducation encore en 1884, évoquant « l’art pédagogique, avec les sciences dont il n’est que l’application »44.

  • 45 Jean DELVOLVE, La Technique éducative..., op. cit., p. 22.
  • 46 Première Conférence..., vol. 2, p. 99, 101 (soulignement de G.B.).

35Le principe défendu par Delvolvé est que « le point de vue technique fournit le principe de régulation de l’usage pédagogique des données des diverses disciplines scientifiques », ce qu’on pourrait aisément généraliser en remplaçant pédagogique par pratique45. C’est bien ce qu’entend Gertrud Baeumer lorsqu’elle écrit que « la formation sociale professionnelle ne saurait être une instruction scientifique dans la pleine acception du terme », ajoutant : « Partout les créateurs de l’instruction sociale professionnelle ont affronté l’abondance des matières et des faits, et ont dû reconnaître qu’elle doit non seulement choisir, mais aussi, dans un esprit créateur, concentrer à nouveau les données scientifiques en les envisageant à d’autres points de vue que celui dont se sert la science pure46. » Il y a là quelque proximité avec l’enseignement scientifique pour les ingénieurs. La logique du rapport des techniques avec les sciences n’est donc pas pour ces auteurs celle d’une application, mais une relation de convocation, ou de réquisition, selon les besoins dont le point de vue technique est seul juge.

  • 47 Jean DELVOLVE, La Technique éducative..., op. cit., p. 6.

36La réflexion de Delvolvé se poursuit dans ce sens de façon passionnante avec une portée explicitement générale, applicable donc aussi bien aux techniques matérielles et industrielles. Ainsi lorsqu’il décrit le processus de « rationalisation » et d’« adaptation » suivi par la pratique technique : « L’activité technique d’adaptation est elle-même une réflexion rationnelle originale, comportant un état initial de connaissance et de pratique, la conception d’une fin, l’invention d’un agencement nouveau destiné à atteindre cette fin, le contrôle de la valeur de l’agencement par celle du résultat pratique obtenu47. »

  • 48 On pourrait remarquer qu’il manque le moment de l’exécution et cela est peut-être dû à ce qui sembl (...)
  • 49 Ce qu’exprime très bien Christian Topalov : « La science retient dans l’enchaînement causal les élé (...)

37Cette présentation de la pratique technique rend insuffisants les deux couples classiques : celui de théorie et pratique et celui de moyens et fins, au profit d’un circuit dynamique plus complexe, quaternaire en quelque sorte. A l’origine se trouvent d’une part le savoir convoqué, et de l’autre la conception de la fin, au milieu, au centre, la conception du moyen, et à la « fin » le contrôle de l’ajustement des moyens à la fin48. Dans ce jeu cyclique, la technique a un effet en retour sur la science dans le sens d’un « progrès », mais contribue aussi à induire, par exemple dans la réalité des politiques sociales et du travail social, un autre effet qui consiste pour la science à ne développer que des aspects que la technique a mobilisés49.

  • 50 Roger-Henri GUERRAND et Marie-Antoinette RUPP, op. cit., p. 90.

38L’absence d’une véritable réflexion technologique sur le travail social en France entre les deux guerres, à la différence du domaine de l’éducation qui en est à la fois proche et distinct, peut tenir aux difficultés que rencontre la professionnalisation : celle-ci connaît un essor reconnu par tous, mais Roger-Henri Guerrand et Marie-Antoinette Rupp notent qu’« on continua, en France, à se gargariser de la “vocation” »50. Cela se marque sur un point particulier qui sépare assez nettement l’exposé de Mary Richmond et les publications françaises de l’entre-deux-guerres : la troisième règle de Richmond traite de l’engagement de la personne du travailleur social, de « l’action directe de (sa) mentalité ».

  • 51 Céline LHOTTE, Coins de rues, Paris, Bloud et Gay, 1935, 240 p., cité ibid., p. 89.
  • 52 Jean VIOLLET, Petit guide..., op. cit., p. 7.

39Sans doute, pour les praticiens et les auteurs français, la technique de l’autre ne va pas sans mise de soi, mais celle-ci est souvent prétexte à refuser, justement, l’idée que le travail social soit un métier. Ainsi, Céline Lhotte, en 1935 : « Travailleuse sociale ce n’est pas un métier, car le métier représente l’échange constant d’un travail contre de l’argent, mais ne requiert point le don complet du travailleur, toutes ses forces, toute sa puissance affective51. » Et puis l’engagement de soi ne va pas non plus sans soigneuses précautions, comme y insiste l’abbé Viollet : « Regarder autrui à travers sa propre mentalité, c’est s’interdire de le jamais bien connaître. C’est pourquoi le Travailleur social se dégage de tous les préjugés de classe susceptibles de fausser son jugement ou de l’empêcher de comprendre les sentiments d’autrui, les raisons de ses mécontentements, voire de ses révoltes ou de ses faiblesses52. »

  • 53 On lit au congrès de l’ANAS (op. cit.), p. 95 : « L’enquête est un outil mis à notre disposition : (...)

40Mais en 1948 l’usage de sa personne par le travailleur social sera une qualité professionnelle53. Et il n’est pas difficile d’entendre aujourd’hui un travailleur social dire que son premier outil est sa propre personne.

Les surintendantes : des ingénieures sociales ?

  • 54 Annie FOURCAUT, op. cit., Paul GRADVOHL, Les Premières Années..., op. cit. et « Questions d’approch (...)
  • 55 Annie FOURCAUT, op. cit., p. 28.
  • 56 Roger-Henri GUERRAND et Marie-Antoinette RUPP, op. cit., p. 51 et 73.

41Sans doute est-ce parmi les surintendantes d’usines qu’on trouve les plus généralistes parmi les praticiens de techniques sociales54. Il n’est peut-être pas absurde de prétendre qu’une histoire générale des ingénieurs devrait comporter celle des surintendantes. Elles reçoivent une formation supérieure et, outre les cours et les conférences de l’« Ecole sociale des Surintendantes d’usines » (fondée le 1er mai 1917), assistent à ceux de Fuster au Collège de France, de membres du BIT au Musée social, d’Armand-Delille à l’hôpital Hérold, etc.55. Elles sont, dans les entreprises, considérées comme des « agents supérieurs », et certaines surintendantes atteignent en fin de carrière 30 000 F de salaire, « soit un salaire d’ingénieur », et sont beaucoup mieux payées que les assistantes sociales56.

  • 57 Edouard MAUREL, L’Ingénieur social dans l’industrie (préface de Lucien Rorrtier), Paris, Librairie (...)
  • 58 Annie FOURCAUT, op. cit., p. 20-21.

42Les surintendantes sont contemporaines d’une certaine sécularisation de la philanthropie patronale datant de la Première Guerre mondiale et bien perçue par de nombreux observateurs, comme Lucien Romier en 1929 dans sa préface à L’Ingénieur social dans l’industrie d’Edouard Maurel : « De plus en plus, la notion de prévoyance et d’aide raisonnées se substitue aux élans hasardeux et tardifs de la philanthropie ou de la charité d’autrefois. Et déjà commence à paraître, dans les états-majors de techniciens, le titre d’“Ingénieur social” ». Or Maurel, justement, emploie les formules les plus variées pour exprimer l’idée suivante : « Les surintendantes (...) sont en France les seuls ingénieurs sociaux spécialisés et possédant une éducation technique57. » Ces professionnelles apparaissent quasi parallèlement avec les spécialistes de l’organisation scientifique du travail, , tout en restant relativement peu nombreuses (une centaine en 1928, à peine plus de deux cents en 1937, dont moins de la moitié dans la production et le reste dans les administrations publiques ou privées58).

  • 59 Edouard MAUREL, op. cit., p. 213, 222 et 225.

43Mais sans doute la catégorie des « ingénieurs sociaux » ne se réduit-elle pas à celle des surintendantes puisque, qu’ils en refusent ou non le « titre », Maurel en voit par exemple chez Michelin en la personne du « Directeur général des œuvres d’hygiène qui a tous les caractères d’un ingénieur social », ou à la Blanchisserie et teinturerie de Thaon, aux Fonderies de Brousseval...59

  • 60 Bernard KALAORA et Antoine SAVOYE, op. cit., p. 137.

44Faut-il refuser l’idée de Maurel que, par leur spécialisation dans le travail social en entreprise, les surintendantes incarnent l’idée d’ingénieur social ? Il ne me semble pas, de ce point de vue, qu’on puisse admettre telle quelle la thèse de Bernard Kalaora et Antoine Savoye que « par manque de réalisation pratique, le projet que l’on peut dire leplaysien, d’un ingénieur sociologue, spécialisé (Bellom) ou non (Cheysson), chargé d’assurer la paix sociale dans l’entreprise, disparaît, momentanément, avec la Première Guerre mondiale. Celle-ci permet au modèle américain de prévaloir et de diffuser en Angleterre et en France. Le social est isolé du productif et remis entre les mains de la surintendante et de l’assistante sociale60. »

  • 61 Ibid., p. 136. Voir par ailleurs Maurice BELLOM, « La réorganisation de l’enseignement économique e (...)

45C’est bien la conception de Maurice Bellom, qui veut qu’« un nouvel agent, distinct des cadres techniques, accompliss(e) une fonction spéciale »61, qui prévaut avec les surintendantes et les autres cas qu’évoque Maurel.

  • 62 Roger-Henri GUERRAND et Marie-Antoinette RUPP, op. cit., p. 49. LOISEL et KLOTZ, Les Ouvriers et ou (...)

46Citroën lui-même, André le Magnifique, assure d’ailleurs la transition puisque, véritable patron ingénieur social au sens de Cheysson à Javel durant la guerre, il assure au début de 1917 la publication du rapport des médecins-majors Loisel et Klotz qui aura un rôle décisif dans le transfert en France de l’expérience des Superintendents anglaises, et donc d’une conception à la Bellom des ingénieurs sociaux62.

  • 63 Edouard MAUREL, op. cit., p. 258.
  • 64 W. H. TOLMAN, L’Œuvre de l’ingénieur social, Paris, Vuibert et Nony, 1910, p. 301 (traduction de So (...)

47A travers leurs tâches, extrêmement variées à la fois dans un même poste et d’un poste à l’autre, les surintendantes et les ingénieurs sociaux ont fondamentalement un « rôle de “lien” entre la direction et les ouvriers »63. Leur fonction consiste à restaurer « les points de contact » de même que, plus généralement, « le Service social doit recréer le lien entre l’ouvrier isolé, déraciné, et la société où il vit », accomplissant la tâche obsédante programmée dès 1891, pour les officiers, par Lyautey64.

  • 65 Henry GLEIZE, Ce que l’ingénieur social doit savoir, Paris, Alcan, 1924, p. 1 (Gleize se donne en p (...)

48Une autre chose est également claire sur le plan général : les ingénieurs sociaux et les surintendantes « ont à assumer les directions des services sociaux de l’usine et donner au personnel la certitude qu’on s’occupe de son mieux-être », autrement dit : « Le problème qui se pose pour le secrétaire social (nom que l’auteur donne à l’ingénieur social) est le suivant : améliorer les conditions de vie et de travail de chaque individu non seulement à l’usine, à l’atelier où il passe la plus grande partie de chaque journée de travail, mais aussi chez lui, et dans toutes les circonstances où il se rencontre avec ses semblables65. »

  • 66 Première Conférence...,, op. cit., vol. 3, p. 6.

49A la différence de l’assistante sociale ou de l’infirmière-visiteuse, l’ingénieur social n’intervient pas seulement pour aider à la sortie de crise, mais également en situation « normale ». De là vient peut-être la confusion, la fusion persistante, d’une guerre à l’autre, entre direction des œuvres sociales patronales et direction du personnel. Albert Thomas écrit en 1928 : « Le travailleur social peut s’intéresser aux conditions d’existence de l’ouvrier, à l’usine et en dehors de l’usine, pendant qu’il travaille et quand son travail est fini. A l’usine, ce service est appelé service social ou service du personnel66. »

  • 67 N° 62, octobre 1917, p. 3.
  • 68 Jean M1LHAUD, op. cit., p. 235 ; Edouard MAUREL, op. cit., p. 248 (voir aussi p. 1-2).

50En 1917, le bulletin de la Chambre syndicale des constructeurs d’automobiles indique que le « service général du personnel très rationnellement organisé » et les « œuvres philanthropiques », « tout cela (...) est du domaine de l’ingénieur social » et donne en exemple les « chefs de personnel affectés à différentes sections d’ateliers des établissements » du Creusot67. En 1939, Jean Milhaud, secrétaire général de la CEGOS (Commission générale d’organisation scientifique), ne laisse pas entendre autre chose, tandis qu’en 1929 Maurel écrit : « Depuis peu (...), une certaine spécialisation s’est effectuée dans le service du personnel et cela a eu pour effet d’amener quelques-uns des chefs de ces services à devenir de véritables ingénieurs sociaux. Mais le processus inverse s’est aussi produit. Des ingénieurs sociaux ont pu fonder des services du “personnel”. C’est souvent, en effet, le cas des surintendantes68. »

  • 69 Citée par Roger-Henri GUERRAND et Marie-Antoinette RUPP, op. cit., p. 61.
  • 70 Association des surintendantes d’usines et de services sociaux, 10e Assemblée générale, 4 mars 1930 (...)

51Et pratiquement, en effet, des surintendantes sont chargées de tâches très proches de la production puisqu’il s’agit d’hygiène des ateliers, de prévention des accidents du travail, d’embauche, ce que résume en 1925 la surintendante de Géo, au Kremlin-Bicêtre : « Les surintendantes ont été plus spécialement chargées d’adapter les ouvrières à leur travail en les embauchant avec soin, en les guidant dans leur vie ouvrière69. » En 1930, Citroën engage spécialement une surintendante pour son service de psychotechnique, qui est une technique sociale s’il en est70.

  • 71 Annie FOURCAUT, op. cit., p. 22 ; Paul GRADVOHL, Les Premières Années..., op. cit., p. 380 et 396 ; (...)

52Il ne fait pas de doute que certaines surintendantes ont eu encore une action plus directe sur la production, même et y compris en assurant des chronométrages, et au moins en assistant les opérations de rationalisation, bien que Maurel, sur ce point, paraisse juger leur formation largement insuffisante, aucun de leurs cours, selon lui, ne traitant de l’organisation scientifique du travail71.

  • 72 Bernard KALAORA et Antoine SAVOYE, op. cit., p. 137.

53Il faudrait pouvoir faire la différence entre les petites, les moyennes et les grosses entreprises, entre les différentes branches, entre les différentes politiques sociales des entrepreneurs qui dépendent souvent de la philosophie de chacun ; il faudrait aussi étudier cas par cas le « rôle social » des cadres de production et des cadres administratifs et saisir par exemple comment la politique des salaires est gérée comme une « technique » selon la définition qu’en donne Paul Vanuxem en 191472.

  • 73 La prospérité de l’entreprise est donnée comme condition première du service social dans l’industri (...)
  • 74 Yves COHEN, « Mais que sont donc ces “techniciens sociaux” ? Peugeot. Sochaux. 1936-1939 », Vie soc (...)

54Les ingénieurs sociaux, sous l’apparence ou non de surintendantes, occupent en tout cas cette position particulière parmi les travailleurs sociaux qu’ils se situent à égale distance de la médecine et de l’hygiène sociales et des pratiques industrielles, ou plutôt qu’ils participent de tout le spectre. Les exigences de l’industrie, auxquelles ils sont confrontés, poussent ces praticiens à une professionnalité plus forte peut-être que dans d’autres domaines du service social73. Au moment où Peugeot réorganise ses institutions sociales, en 1938, la seule résistance à laquelle le directeur du Département social à peine créé doit faire face est celle de Mlle Van Ysen, surintendante qui pilote le service médico-social et qui admet difficilement une autorité sociale directe supérieure à la sienne74.

  • 75 Simone CRAPUCHET, op. cit., p. 439 et 441.
  • 76 Voir, entre bien d’autres, Suzanne CORDELIER, Service social féminin, Paris, Plon, 1938, 237 p. ; M (...)

55Ainsi, c’est l’introduction d’une main-d’œuvre ouvrière féminine massive et nouvelle durant la guerre qui a provoqué la construction d’un édifice hiérarchique féminin dans l’entreprise, puisque la première tâche, jamais abandonnée, définie pour les surintendantes, est la protection et le contrôle de cette population ouvrière. Toute profession technique supérieure était interdite aux femmes dans l’industrie avant la guerre : celle-ci leur en ouvre une, dans le social. Et en retour le social apparaît comme le domaine technique ouvert aux femmes : celles-ci, d’ailleurs, ne se recrutent pas dans un autre milieu que les ingénieurs75. Ce n’est pas encore le monde technique-technique qui s’ouvre à elles, mais seulement, en ce début de siècle, le monde technique-social76.

  • 77 Roger-Henri GUERRAND et Marie-Antoinette RUPP, op. cit., p. 56, 61, 64, 95, qui datent de 1921 l’ab (...)

56Par ailleurs, si de tous côtés on tente après la guerre de faire rentrer les ouvrières dans leur foyer, les femmes dévouées au social sont exemptées de cette pression puisqu’elles ne font, très majoritairement célibataires de surcroît, qu’accomplir le destin féminin de se dédier aux autres. Il y a là, selon Guerrand et Rupp, une singularité française puisque, contrairement aux Anglais, Allemands et Américains, « les Français posent en postulat que le Service social ne peut être confié qu’à des femmes ». Le pouvoir suprême des hommes est de toute façon préservé dans la hiérarchie industrielle comme dans celle des organisations et institutions sociales, en une époque, les mêmes auteurs le soulignent, de déclin d’un féminisme qui avait pourtant joué un rôle moteur dans les premiers efforts de professionnalisation du service social77.

Moments

  • 78 Georges LAMIRAND, Le Rôle social de l’ingénieur. Scènes de la vie d’usine, Paris, Ed. de la Revue d (...)
  • 79 Lettre du 1er septembre 1936, citée par Jacques GUILLERME dans sa préface de Jacques LAFITTE, Réfle (...)

57Les univers du service social, de l’industrie, de l’éducation sont interconnectés. Il en aurait été de même si l’étude avait également porté sur les techniques du syndicalisme et de la politique, par exemple, ou celles de l’urbanisation. Et les connexions sont assurées par des personnes physiques, par un Albert Thomas, l’homme de la mobilisation industrielle de la guerre de 1914-1918 et aussi attentif à l’organisation scientifique du travail qu’à celle du travail social, par un Georges Lamirand, Centralien qui a construit sa notoriété avec un discours sur le rôle social de l’ingénieur largement inspiré de Lyautey, des Equipes sociales de Robert Garric et des dominicains sociaux comme le père Sertillanges78, par une Cécile Brunschvicg, féministe, aussi présente dans le mouvement suffragiste et la réflexion sur l’éducation que parmi les pionnières du service social professionnel en entreprise, par un Raoul Dautry, qui est évoqué par Rémi Baudouï, par un Jacques Guérin-Desjardins, entre autres Commissaire national des Eclaireurs unionistes qui devient en 1938 directeur du Département social de Peugeot, ou même, à sa manière, par Jacques Lafitte, fondateur d’une « science des machines » qu’il nomme la mécanologie et qui, en 1936, écrit au personnaliste Emmanuel Mounier : « Nous sommes au début d’une ère qui doit nous conduire au-delà (...) des structures politiques. La technique est l’essentielle valeur humaine (...). Le fonctionnement social apparaît (...) comme l’enchaînement de techniques mises en œuvre (...) par des équipes multiples, multiformes, auxquelles chacun de nous s’intègre simultanément par des adhérences innombrables et qui comprennent, outre nous-mêmes, nos machines79. »

58Est-ce bien la technique qui rend perméables les limites de ces domaines pour ces personnes et d’autres ? Il ne serait pas sensé de répondre rapidement à une telle question.

  • 80 Hubert LYAUTEY, op. cit., p. 444.
  • 81 Henry DEROY, op. cit., p. 25. Voir aussi, par exemple, Philippe ARMAND-DELILLE, L’Assistance social (...)

59Tous en tout cas déclarent tenter de résoudre les problèmes posés par la révolution industrielle. Et déjà, en 1891, lorsque Lyautey en appelait à la formation au devoir social de toute la jeunesse privilégiée et cultivée, c’était pour viser une « recherche pacifique et féconde des problèmes posés par la révolution industrielle et économique de ce temps80 ». Chacun le dit selon sa perspective, comme Deroy : « Le développement de la grande industrie, en faisant disparaître les artisans et en généralisant le salariat, ne pouvait manquer d’affaiblir la cohésion de la famille. Celle-ci cessait, en effet, de constituer l’unité de travail81. »

  • 82 Première Conférence..., op. cit., p. 91.
  • 83 Edouard MAUREL, op. cit., p. 285-286.
  • 84 Voir Yves COHEN, « Mais que sont donc... », op. cit.

60La relation du social à l’industriel, par exemple, non seulement ne peut relever que d’une action volontariste, mais une contamination interne nécessaire est réclamée. Ainsi Paul Kellogg, initiateur américain des grandes enquêtes industrielles, dans une étude sur Ford, « demande avec force que l’originalité et la puissance créatrice de la production en série soient appliquées aussi aux rapports entre les hommes, notamment en vue de découvrir une sauvegarde contre le risque du chômage82 ». Et en France, Edouard Maurel n’hésite pas, en 1929, à jouer les oiseaux de mauvais augure : « N’oublions pas qu’aux Etats-Unis l’organisation moderne des usines n’a pu être introduite que grâce à une réorganisation sociale. A notre avis, de même en France une organisation moderne comporte une organisation sociale suivant des principes nouveaux. Sans être « prophète de malheurs » osons dire aux industriels qu’ils ne doivent en aucun cas perdre de vue cet aspect du problème et qu’il est indispensable, au moment où une tendance vers la réorganisation scientifique se dessine, de songer au point de vue moral ou autrement dit social de la question. On pourrait craindre en effet, si on le négligeait, les plus néfastes catastrophes83. » Ce sont les dernières phrases de son livre et la conclusion est prophétique non pas tant en ce qu’elle annonce Juin 36, mais parce qu’elle annonce les termes dans lesquels sera pensée par le monde patronal et celui des ingénieurs l’irruption brutale du mouvement social84.

61Or 36 recompose effectivement, dans la pensée sociale, le rapport entre la technique et le social.

  • 85 A. MALLET, « L’histoire et la technique », Mémoires et comptes rendus de la Société des ingénieurs (...)
  • 86 Alfred ESPINAS, Les Origines..., op. cit., p. 7-8 et Jean J. OSTROWSKI, Alfred Espinas, précurseur (...)

62A la charnière du siècle, on demandait encore, même pour les techniques matérielles, l’autorisation d’appeler technique une technique : « Nous demandons tout d’abord la permission de nous servir ici, faute d’un équivalent précis en français, de l’expression “la technique”, couramment utilisée en Allemagne, pour désigner, sous une forme brève et concise, tout ce qui rentre dans l’immense domaine des applications industrielles des sciences, de l’art de l’ingénieur et du constructeur, etc.85 » Alfred Espinas, de son côté, faisait la même opération pour toute une gamme de techniques, les « arts utiles », sélectionnés parmi tous les arts et s’étendant de l’acquisition et la préparation des matières premières, la base, à la politique et la morale, le sommet86.

  • 87 Philippe ARMAND-DELILLE, L’Assistance sociale..., op. cit., p. IV, Lucien VIBOREL, La Technique mod (...)

63La Première Guerre mondiale et l’américanisation qui l’accompagne, de l’hygiénisme aux pratiques industrielles, constitue un autre moment de l’affirmation des techniques, matérielles, organisationnelles, sociales, urbaines, etc.87

  • 88 Raoul DAUTRY, « La technique et l’action sociale dans l’industrie moderne », in Conférences de Serv (...)

641936 voit tout à la fois de nouvelles oppositions entre technique et social, et de nouvelles alliances. On accuse la technique de n’avoir été que technique, et non pas aussi sociale, et les techniciens de ne s’être pas préoccupés du social. On oppose technique et social parce qu’on pense s’être trop reposé sur la technique, dans l’oubli dramatique du social et, spécialement dans l’industrie, de l’humanité du commandement88.

  • 89 Raoul DAUTRY, ibid, p. 11-12 et 14-15.
  • 90 Ibid., p. 12 et 15. Voir les autres Conférences de Service social : en 1939, L’adolescence ouvrière (...)

65Raoul Dautry, durant les conférences de service social qu’il a organisées en 1938, s’exclame : « Le rôle des chefs, des vrais chefs, de la maîtrise comme des chefs supérieurs, c’est de rappeler sans faiblir tous les jours quelques vérités qui sont les vérités de tous, avec obstination, afin de les faire passer dans le concret. Ce qui vous sera dit dans ces conférences, c’est que le social est dans la vie, dans la vie de chaque jour, ou bien il n’est pas. Il ne s’ajoute pas à la profession, il est dans la profession. Il est non pas à côté, mais dans la technique, à tous les instants de l’action et dans toutes les formes de la technique. » Et de se plaire à énoncer de façon répétitive : « Donner des gants à un tourneur, est-ce du social ou est-ce du technique ? » ; « faire des ateliers clairs et convenables, est-ce du social ou du technique ? » ; quand « je voulais que les gens aient un cadre de vie convenable et du plaisir à vivre dans leur atelier, était-ce du technique ? Etait-ce du social89 ? » « Dans l’entreprise d’aujourd’hui, répond-il, doit s’équilibrer la technique qui a trait à la production des choses et le social qui a trait à la vie des êtres qui produisent les choses. (...) Derrière chaque résultat technique, il y a toujours un résultat social90. »

  • 91 Pour des conceptions actuelles de cet ordre, cf. Donald MACKENZIE et Judy WAJCMAN, Social Shaping o (...)

66Pour Dautry, jamais aussi clairement exprimé que deux ans après Juin 1936, la technique matérielle a un effet social et est aussi un produit social, et toute technique matérielle, de même que toute technique donnée comme sociale, comporte un élément parfaitement matérialisé de dialogue entre le concepteur du dispositif et l’utilisateur91. Dans ce sens, une technique matérielle est aussi sociale et l’inverse : il y a effectivement une matérialité d’un déplacement pour une enquête ou une démarche, de la parole et de l’écriture, de la constitution d’un fichier, de la mise sur pied d’un dispensaire, du retrait temporaire d’un enfant de la garde de ses parents, de l’élaboration d’un test psychotechnique... L’une et l’autre famille de techniques exigent efficacité et rendement.

  • 92 Jean MILHAUD, op. cit., Annexe I : « Un Centre d’informations mutuelles : la Section des Chefs de P (...)
  • 93 Ibid, p. 232.

67Par ailleurs, les techniques sociales trouvent pour leur part, après 36, une expression plus affirmée, anticipant sur les démarches de l’après-guerre. Sous la plume de Jean Milhaud, le commandement ressortit à des techniques et la CEGOS se propose d’étudier « les diverses techniques auxquelles un chef d’entreprise ou un directeur de personnel peut faire appel pour accomplir au mieux sa mission de chef », c’est-à-dire non pas seulement commander, mais assurer le plus harmonieusement le fonctionnement de l’entreprise92. Mais Milhaud tient également un propos plus général : « Il faut aussi observer (...) que la vie sociale (...) fait appel à un très grand nombre de techniques – allant de la psychologie appliquée à la prévention de l’incendie – de la technique du bonheur à l’art de mener les hommes – dont certaines méritent à peine ce titre, dont d’autres sont relativement assises, d’autres, enfin, sont pleinement éprouvées93. » Ce constat est un reflet assez fidèle sans doute de ce que peut produire une réflexion technicienne dynamique et attachée à saisir les conjonctures.

  • 94 Cités dans Yves COHEN, « Mais que sont donc... », op. cit.

68Et la conjoncture, effectivement, même si le « titre » de technique sociale n’est accordé par certains qu’avec des pincettes, est royale pour les techniciens, royale dans l’Etat pour Henri Sellier et Cécile Brunschvicg, ministres, ou dans l’entreprise, comme chez Peugeot. Dans cette firme, on trouve des « techniciens sociaux » créés dans chaque atelier de Sochaux et qui deviendront des « ingénieurs de main-d’œuvre », en quelque sorte chefs locaux du personnel ; Guérin-Desjardins, qui était allé tout jeune aux Etats-Unis apprendre « la technique des œuvres sociales éducatives, encore peu répandues en France : protection de l’enfance, colonies de vacances, associations de culture et de récréation, etc. », devient en 1938 directeur de son Département social ; Raymond Bonnardel, proche élève du grand maître de la psycho-physiologie du travail Jean-Maurice Lahy, est chargé en 1937 d’y développer un service de psychotechnique94.

69Il y a quelque avantage à étudier les techniques sociales en ceci que leurs penseurs et les travailleurs sociaux eux-mêmes en déclarent les fins et ne les en séparent pas. Cela peut contribuer à une étude plus générale des techniques dans leur nature, leur mouvement, les relations multiples qu’elles entretiennent les unes avec les autres de quelque sorte qu’elles soient : en toute technique, chercher la fin – les fins.

  • 95 Trait d’Union Peugeot, n° 100, février 1938 (soulignements de J.G.-D.), cité dans Yves COHEN, ibid.(...)
  • 96 ANAS, op. cit., p. 75.

70En matière sociale, la fin suprême le plus souvent exprimée est le bonheur. Milhaud évoque la technique du bonheur. Guérin-Desjardins écrit de son côté : « Il faut des professionnels du Service social ; ce sont les techniciens des cas difficiles (...). Mais croyez-vous que ce qui peut et doit être fait pour rendre les hommes plus heureux (ou moins malheureux) est fait parce qu’il y a dans quelque endroit une poignée de professionnels sociaux ? Non, ce qu’on voit encore de mieux dans ce domaine, c’est ce que font les amateurs, c’est-à-dire ceux qui (...) se sentent appelés à donner un coup de main sur leur chemin à tous ceux qui ont besoin d’aide95. » Mlle Naillon parle encore en 1948 des assistantes sociales comme des « techniciennes de vie heureuse »96.

  • 97 Alfred ESPINAS, Cours de pédagogie..., op. cit., p. 13-14.

71En 1884 Espinas, quant à lui, dans son effort de hiérarchisation des techniques, leur traçait à toutes le bonheur comme horizon : « Les arts, qui ne sont que des moyens destinés à réaliser certaines fins, naissent des besoins de l’homme et des ressources dont il dispose pour les satisfaire ; leur enchaînement est celui des fins proposées ; la fin la plus haute est le bonheur dans la vie sociale, c’est-à-dire le maintien et la prospérité de la nation à laquelle on appartient ; toutes les autres se rattachent à celle-là et dans l’ordre où elles peuvent servir comme moyens à sa réalisation97. »

  • 98 Peut-être m’avancé-je trop en disant que l’esprit de 68 aurait repoussé – seulement un moment ? – l (...)

72L’histoire du travail social fait ainsi naturellement place à ses techniques : au rapport à leurs fins et à leur matérialité, à leur relation explicitée avec la personne du praticien et à l’ordonnance complexe des outils, des savoirs, des institutions (qui sont elles-mêmes des dispositifs techniques), des professions et des pratiques effectives. Selon ces points de vue, il pourrait n’y avoir pas de différence entre l’histoire des techniques matérielles et celle des techniques sociales. Alors, que ces activités qui visent le bonheur des autres soient pensées comme des techniques, explicitement au moins durant une certaine période mais en tout cas d’un façon qui participe d’une vieille culture occidentale, ne peut être indifférent quant à l’histoire générale des techniques98.

Notes

1 Entre autres exemples multipliables à l’envi parmi les écrits des historiens : Paulette BIRGI, « L’acte de naissance manqué du service social. Léonie Chaptal au Conseil supérieur de l’Assistance publique en 1924 », Vie sociale, n° 2-3, fév.-mars 1988, p. 60 ; Katherine BURLEN (dir.), La Banlieue oasis. Henri Sellier et les cités-jardins, 1900-1940, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 1987, p. 9 ; Simone CRAPUCHET, « Qui étaient-elles et qui sont-elles ? 1905-1976 », Vie sociale (Pour une histoire du service social), n° 8-9, août-sept. 1987, p. 419, 441 ; Jacques DONZELOT, La Police des familles, Paris, Minuit, 1977, p. 9 ; Annie FOURCAUT, Femmes à l’usine en France. Ouvrières et surintendantes dans les entreprises françaises de l’entre-deux-guerres, Paris, Maspéro, 1982, p. 13, 18, 23 ; Paul GRADVOHL, Les Premières Années de l’Association des surintendantes (1917-1939), Paris, CEDIAS-Musée social, 1986 (n° spécial de Vie sociale), p. 383 ; Roger-Henri GUERRAND et Marie-Antoinette RUPP, Brève Histoire du service social en France, 1896-1976, Toulouse, Privât, 1978, p. 36 ; Jean-Baptiste MARTIN, La Fin des mauvais pauvres. De l’assistance à l’assurance, Seyssel, Champ Vallon, 1983, p. 146, 149, 152 ; Lion MURARD et Patrick ZYLBERMAN, « L’idée de “service social” dans la pensée hygiéniste (1928-1936) », Vie sociale (Pour une histoire du service social), n° 8-9, août-sept. 1987, p. 475 et sq., 480 n. ; Antoine SAVOYE, « Une réponse originale aux problèmes sociaux : l’ingénierie sociale (1895-1914) », Vie sociale (Pour une histoire du service social), n° 8-9, août-sept. 1987, p. 502, etc.

2 Première Conférence internationale de service social (Paris, 8-13 juillet 1928), Paris, 1928, 3 vol., vol. 2, p. 103-104.

3 Henry DEROY, Les Œuvres sociales du Moulin-Vert. De l’assistance éducative à l’organisation familiale, Paris, Œuvres du Moulin-Vert, 1927, p. 54.

4 Cités par Henri PASCAL, « Quelques notes sur l’évolution de la méthodologie de service social en France », in Méthodologie de l’intervention en travail social, Cristina de ROBERTIS (dir.), Paris, Centurion, 1989, p. 11-40. Voir spécialement J. LADRIERE, « Les valeurs chrétiennes fondamentales et le service social », in L’Affrontement des techniques et des valeurs dans le service social, 9e Congrès mondial de l’UCISS, Bruxelles, 18-25 août 1958, p. 17-24.

5 Roger-Henri GUERRAND et Marie-Antoinette RUPP, op. cit., p. 90-91. Voir Henri HATZFELD, Du paupérisme à la Sécurité sociale : essai sur les origines de la Sécurité sociale en France, 1850-1940, Paris, A. Colin, 1971, 344 p. (rééd. Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1989, XVII-344 p.) ; Jeannine VERDES-LEROUX, Le Travail social, Paris, Editions de Minuit, 1978, 245 p. ; Yvonne KNIBIEHLER, Nous les assistantes sociales. Naissance d’une profession. Trente ans de souvenirs d’Assistantes sociales françaises, Paris, Aubier, 1980, 383 p.

6 LEE, in Première Conférence..., op. cit., vol. 2, p. 109.

7 Id., p. 89 et 101. Aussi Mary VAN KLEECK, « Les recherches sociales et l’industrie », ibid., vol. 3, p. 85-86.

8 Roger-Henri GUERRAND et Marie-Antoinette RUPP, op. cit., p. 62 ; W. WRONSKI et Dr MUTHESIUS, « Les méthodes du service social des cas individuels en Allemagne », in Première Conférence internationale de service social, Paris, 1928, vol. 1, p. 248.

9 Jean VIOLLET, Petit Guide du travailleur social (Formation morale et méthodes d’action), Paris, Confédération générale des Familles, 1931, p. 45.

10 Henry DEROY, op. cit., p. 14. Cf. Bernard KALAORA et Antoine SAVOYE, Les Inventeurs oubliés. Frédéric Le Play et ses continuateurs, Seyssel, Champ-Vallon, 1989, 292 p. (citations à partir du rapport original, Paris, CERFISE-MUL, 1987, 306 p.).

11 Philippe ARMAND-DELILLE, Traité de Service social, Paris, Delagrave, 2 vol., 1939 et 1942, 276 et 150 p., cité par Janet HORNE et Antoine SAVOYE, « A la jonction du travail social et de la sociologie : les “social surveys” américains », Vie sociale, n° 5-6, mai-juin 1988 (La Première Conférence internationale de service social, juillet 1928), p. 232.

12 Janet HORNE et Antoine SAVOYE, ibid.

13 Autre aspect, en 1948 : « Parmi les techniques qu’utilise le Service social pour accomplir sa tâche, l’une de celle qui suscite le plus de controverses est certainement celle de l’enquête », écrit Mlle RAOUX qui présente « L’enquête et les démarches » au congrès de l’ANAS (ANAS, Service social et technique, Congrès de l’ANAS, Bordeaux, 1948, 149 p.), p. 86 (probablement en ce qu’elle est facilement susceptible de constituer sa propre fin). Voir Colette CHAMBELLAND, « Aux origines de l’enquête sociale », Vie sociale, n° 7, juil. 1986, p. 327-335 sur la préhistoire de l’enquête sociale au XIXe siècle.

14 Sur les guides d’enquête, Jean VIOLLET, op. cit. et Guide du visiteur du LO (Amélioration du logement ouvrier), 1909, Juliette DROZ, « L’enquête d’assistance », Assistance éducative, juin-juil. 1924 et Louis-Joseph LEBRET, Guide pratique de l’enquête sociale, Paris, PUF, 1952, 2 vol. Depuis le début du siècle fleurissent aussi les questionnaires d’enquête ethnologiques et linguistiques dont les résultats sont le plus souvent, eux, d’ordre monographique (Georges FOUCART, Questionnaire préliminaire d’ethnologie africaine, Le Caire, Société de Géographie, 1919, Louis MARIN, Questionnaire d’ethnographie, Paris, Société d’ethnographie de Paris, 1926 et Marcel COHEN, Instructions d’enquête linguistique (Instructions pour les voyageurs), Paris, Institut d’Ethnologie de l’université de Paris (Palais de Chaillot), 2e éd. revue et augmentée, 1950, 143 p. (1re éd., 1928, 125 p.) avec bibliographie dans ce dernier).

15 Jean CHEVALIER, La Technique de l’organisation de l’entreprise, Paris, Librairie française de documentation commerciale et industrielle, Ed. Langlois et Cie, 1929, p. 7. Jean Chevalier sera président du CNOF (Comité national de l’Organisation française) après la Deuxième Guene mondiale.

16 Lucien Jannin chez Renault, Ernest Mattern chez Peugeot : Cf. Yves COHEN, « Titre d’entreprise contre diplôme d’ingénieur : les ingénieurs gèrent les ingénieurs entre les deux guerres », in Le titre d’ingénieur (André GRELON, dir.), Paris, Presses de l’EHESS, 1986, p. 73-97.

17 La revue de Michelin, Prospérité, est diffusée dans les entreprises et il existe aussi, depuis la fin de la Première Guerre mondiale, un Comité Michelin d’organisation scientifique du travail dont une large partie de l’action vise les élèves des écoles d’ingénieurs, abrité par la Société d’encouragement pour l’industrie nationale et constamment soutenu par Henry Le Chatelier, l’introducteur de Taylor en France. Voir Aimée MOUTET, « Ingénieurs et rationalisation en France de la guerre à la crise, 1914- 1929 », in L’Ingénieur dans la société française (André THEPOT, dir.), Paris, Editions ouvrières, 1985, p. 71-108.

18 Lion MURARD et Patrick ZYLBERMAN, op. cit., p. 473 ; cité par Antoine SAVOYE, op. cit., p. 493.

19 Roger-Henri GUERRAND et Marie-Antoinette RUPP, op. cit., p. 78 ; Edouard FUSTER, « L’éducation sociale des femmes et leur rôle dans les services publics », La Française, 23 octobre 1921 (republié in Vie sociale, n° 2-3, fév.-mars 1988, p. 66).

20 Max TURMANN, Problèmes sociaux du travail industriel, Paris, Lecoffre, 1923, 241 p., chapitre spécial consacré à ce thème ; Jean MILHAUD, « Documentation et orientation des travailleurs sociaux », in Conférences de Service social (1938), Paris, Editions sociales françaises, 1939, p. 231,237.

21 Lucien Viborel parle de l’« armement » de la médecine et de l’hygiène sociales : « Dispensaires, préventoriums, sanatoriums », Lucien VIBOREL, La Technique moderne de la propagande d’hygiène sociale, Paris, Ed. de la « Vie saine », 1930, p. 8.

22 Préface de Marc RUCART, ministre de la Santé publique à Lucien VIBOREL (dir.), Savoir prévenir. Guide pratique de la santé et de lutte contre les maladies sociales, Paris, chez l’auteur, 1939, p. 9 ; Lucien VIBOREL, op. cit., p. 5-6.

23 Dans une série de conférences organisées en 1937 par la Société des anciens élèves et élèves de l’Ecole libre des Sciences politiques auxquelles participent entre autres Paul Valéry, Sébastien Charléty, Guillaume de Tarde sur Les techniques au service de la pensée, sont considérés la presse, le cinéma et la radio (voir Etienne de NALECHE (et al.), Les Techniques au service de la pensée, Paris, Alcan, – 1938, 263 p.). Cf. par ailleurs André GUNTHERT, « La voiture du peuple des seigneurs. Naissance de la Volkswagen », Vingtième Siècle, n° 15, juil.-sept. 1987, p. 29-42, sur la Volkswagen et le Volksempfänger (le récepteur du peuple) comme techniques de propagande nazie.

24 Marcel COHEN, « Linguistique et société (Linguistique et technique) », A la lumière du marxisme, Paris, Editions sociales internationales, 1936, p. 153. D’autre part, « Outillage mental » est le titre du premier tome de l’Encyclopédie française dirigée par Lucien Febvre. Publié en 1937, il comporte trois parties : la première sur l’évolution de la pensée, la seconde sur le langage, justement, et la troisième sur la mathématique. L’expression d’« outillage mental » revient par ailleurs très souvent sous la plume de l’historien.

25 Louis WEBER, Le Rythme du progrès. Etude sociologique, Paris, Alcan, 1913, p. 140 (cette référence m’a été indiquée par Tufan Orel). Ces deux auteurs sont loin d’être les seuls à assurer cette tradition, mais ceci est un autre propos.

26 Marcel COHEN, Instructions d’enquête..., op. cit., p. 5-6.

27 Mauss, pour pouvoir parler des techniques du corps, abandonne l’idée que toute technique est accompagnée d’instrument : « Nous avons fait, et j’ai fait pendant plusieurs années l’erreur fondamentale de ne considérer qu’il y a technique que quand il y a instrument. Il fallait revenir à des notions anciennes, aux données platoniciennes sur la technique, comme Platon parlait d’une technique de la musique et en particulier de la danse, et étendre cette notion. » Or, dans la même page, il rétablit le corps comme « le premier et le plus naturel instrument de l’homme ». Qu’il ajoute : « Ou plus exactement, sans parler d’instrument, le premier et le plus naturel objet technique, et en même temps moyen technique, de l’homme, c’est son corps », n’empêche pas de regretter qu’il n’ait pas affiné plus cette réflexion sur la technique (Marcel MAUSS, « Les techniques du corps », Journal de Psychologie, vol. XXXII, n° 3-4, 15 mars-15 avril 1936, reproduit in Sociologie et anthropologie, 1950 [rééd. coll. Quadrige, 1983], p. 371-372).

28 Geneviève PERROT, A la recherche des savoirs spécifiques du service social. Caractéristiques et validite des savoirs du service social stricto sensu dans les années 1920-1930, maîtrise de sciences sociales appliquées au travail, université de Caen, déc. 1988, 241 p. + annexes.

29 L’effet prolongé du livre de Mary Richmond peut aussi se mesurer à des actes comme une citation littérale sans indication de source : Mary E. RICHMOND, Les Méthodes nouvelles d’assistance. Le service social des cas individuels, Paris, Alcan, 1926, p. 120, passage repris sans référence dans le discours d’ouverture du congrès de l’UCISS en 1958, op. cit., p. 13.

30 Mary RICHMOND, op. cit., p. 1.

31 Ibid., p. 93.

32 Geneviève PERROT, op. cit. ; Mary E. RICHMOND, Social Diagnosis, New York, Russel Sage Foundation, 1917.

33 Philippe ARMAND-DELILLE, L’Assistance sociale et ses moyens d’action, Paris, Alcan, 1922, p. III.

34 Première Conférence..., op. cit., vol. 2, p. 95. Sur ce point, voir Lion MURARD et Patrick ZYLBERMAN op. cit. et « La dernière scène de la raison », Vie sociale, n° 5-6, mai-juin 1988 (La Première Conférence internationale de service social, juillet 1928), p. 163-175.

35 Mary RICHMOND, Les Méthodes nouvelles..., op. cit., p. 95-96.

36 Henry DEROY, op. cit., p. 21.

37 Mary RICHMOND, Les Méthodes nouvelles..., op. cit., p. 99-100 (soulignements de Y.C.).

38 Ibid., p. 100 (soulignement de M.R.).

39 Ibid., p. 120.

40 Première Conférence..., op. cit., vol. 2, p. 98.

41 Jean DELVOLVE, Questionnaire-guide pour l’observation du caractère moral des enfants à l’école, Paris, Ligue française d’éducation morale, 1915, 17 p. (préface de Ferdinand Buisson. Extrait de l’Union morale, n° 8, juil. 1914). Les présidents d’honneur sont Ribot, Lavisse et Liard, et Bouglé, Buisson, Lalande, Pauline Kergomard d’autres membres du conseil d’administration. Sur Cécile Brunschvicg, voir Anne COVA, « Cécile Brunschvicg (1877-1946) et la protection de la maternité », Colloque sur l’histoire de la sécurité sociale, Actes du 113e Congrès national des Sociétés savantes, Paris, Association pour l’étude de l’histoire de la Sécurité sociale, 1989, p. 75-104.

42 Jean DELVOLVE, La Technique éducative, Paris, Alcan, 1922, p. 3 ; Alfred ESPINAS, Les Origines de la technologie. Etude sociologique, Paris, Alcan, 1897, p. 8.

43 Jean DELVOLVE, La Technique éducative..., op. cit., p. 6.

44 Alfred ESPINAS, Cours de pédagogie. Idée générale de la pédagogie ou art de l’éducation, Paris, Alcan, 1884, p. 5.

45 Jean DELVOLVE, La Technique éducative..., op. cit., p. 22.

46 Première Conférence..., vol. 2, p. 99, 101 (soulignement de G.B.).

47 Jean DELVOLVE, La Technique éducative..., op. cit., p. 6.

48 On pourrait remarquer qu’il manque le moment de l’exécution et cela est peut-être dû à ce qui semble être une hésitation de Delvolvé entre une technique-action et une technique-réflexion rationnelle sur les pratiques.

49 Ce qu’exprime très bien Christian Topalov : « La science retient dans l’enchaînement causal les éléments transformables par la pratique réformatrice, et écarte ceux qui sont hors de sa portée », in Christian TOPALOV, Catégorisations sociales et action réformatrice. Une approche comparative Grande-Bretagne, France, Etats-Unis (1890-1930), proposition de conférences complémentaires à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales, fév. 1988, p. 2.

50 Roger-Henri GUERRAND et Marie-Antoinette RUPP, op. cit., p. 90.

51 Céline LHOTTE, Coins de rues, Paris, Bloud et Gay, 1935, 240 p., cité ibid., p. 89.

52 Jean VIOLLET, Petit guide..., op. cit., p. 7.

53 On lit au congrès de l’ANAS (op. cit.), p. 95 : « L’enquête est un outil mis à notre disposition : un outil délicat et dangereux qui demande à être manié avec prudence, habileté. Sa réussite dépend donc essentiellement de la personne qui l’utilise, nous dirons même que l’objet et le sujet s’identifient complètement. Telle assistante, telle enquête. »

54 Annie FOURCAUT, op. cit., Paul GRADVOHL, Les Premières Années..., op. cit. et « Questions d’approche, de méthode et de sources autour de l’histoire des surintendantes entre les deux guerres », Vie sociale (Pour une histoire du service social), n° 8-9, août-sept. 1987, p. 447-461 et, plus récemment Laura Lee DOWNS, « Les marraines élues de la paix sociale ? Les surintendantes d’usine et la rationalisation du travail en France, 1917-1935 », Le Mouvement social, n° 164, juil.-sept. 1993, p. 53-76.

55 Annie FOURCAUT, op. cit., p. 28.

56 Roger-Henri GUERRAND et Marie-Antoinette RUPP, op. cit., p. 51 et 73.

57 Edouard MAUREL, L’Ingénieur social dans l’industrie (préface de Lucien Rorrtier), Paris, Librairie du « Recueil Sirey », 1929, p. 285 (je dois cette référence à Rémi Baudouï). Voir aussi p. 212-213, 250, ou encore 216 : « Nous venons du reste en étudiant les surintendantes, que ce sont de véritables ingénieurs sociaux qui s’adaptent fort bien à la structure de l’industrie française. »

58 Annie FOURCAUT, op. cit., p. 20-21.

59 Edouard MAUREL, op. cit., p. 213, 222 et 225.

60 Bernard KALAORA et Antoine SAVOYE, op. cit., p. 137.

61 Ibid., p. 136. Voir par ailleurs Maurice BELLOM, « La réorganisation de l’enseignement économique et social dans les écoles techniques », La Technique moderne, t. IX, n° 3, 1er août 1914.

62 Roger-Henri GUERRAND et Marie-Antoinette RUPP, op. cit., p. 49. LOISEL et KLOTZ, Les Ouvriers et ouvrières en Angleterre, rapport de mission publié et offert par André Citroën, Paris, Imprimerie Chaix, 1927, 114 p. Voir aussi Sylvie SCHWEITZER, Des engrenages à la chaîne : les usines Citroën, 1915-1935, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1982, 204 p. et Paul GRADVOHL, Les Premières Années..., op. cit.

63 Edouard MAUREL, op. cit., p. 258.

64 W. H. TOLMAN, L’Œuvre de l’ingénieur social, Paris, Vuibert et Nony, 1910, p. 301 (traduction de Social Engineering, New York, Mac Graw, 1909) ; Léonie GILLET, Le Service social dans l’industrie, Paris, Berger-Levrault, 1936, p. 7 ; Hubert LYAUTEY, « Du rôle social de l’officier », Revue des deux mondes, t. CIV, 15 mars 1891, p. 443-459 (Le Rôle social de l’officier, Paris, Plon, 1935 ; Paris, Albatros, 1987) (Léonie Gillet se réfère explicitement à Lyautey dans « Le service social dans l’industrie », Revue d’Hygiène et de Médecine sociales, juin-juil. 1938, rapport pour le Centre de formation sociale des cadres de l’industrie et du commerce, 8 avril 1938).

65 Henry GLEIZE, Ce que l’ingénieur social doit savoir, Paris, Alcan, 1924, p. 1 (Gleize se donne en page de garde comme « ingénieur social ») ; W. H. TOLMAN, op. cit., p. 301 (parenthèse de Y.C.). Voir aussi Edouard MAUREL, op. cit., p. 228.

66 Première Conférence...,, op. cit., vol. 3, p. 6.

67 N° 62, octobre 1917, p. 3.

68 Jean M1LHAUD, op. cit., p. 235 ; Edouard MAUREL, op. cit., p. 248 (voir aussi p. 1-2).

69 Citée par Roger-Henri GUERRAND et Marie-Antoinette RUPP, op. cit., p. 61.

70 Association des surintendantes d’usines et de services sociaux, 10e Assemblée générale, 4 mars 1930. Marie-Louise Legoux définit en 1942 le rôle des surintendantes comme suit : « Rôle social de la surintendante d’usine : Embauchage et hygiène des locaux. – Prévention des maladies professionnelles. – Prévention des accidents du travail. – Moralité. – Infirmerie. – Service médical. – Hospitalisation. – Cantines et restaurants. – Crèches et garderies. – Permanences. En dehors de l’usine : Mobilisés, prisonniers, chômeurs. – Logements ouvriers et jardins. – Enseignement ménager. – Puériculture. – Loisirs : bibliothèques, cours, cinéma, théâtre, réunions enfantines » (Marie-Louise LEGOUX, La Surintendante d’usine, rôle social et situation juridique, Rennes, Imprimerie centrale, 1942, 183 p., citée par Fourcaut, op. cit., p. 29).

71 Annie FOURCAUT, op. cit., p. 22 ; Paul GRADVOHL, Les Premières Années..., op. cit., p. 380 et 396 ; Edouard MAUREL, op. cit., p. 285.

72 Bernard KALAORA et Antoine SAVOYE, op. cit., p. 137.

73 La prospérité de l’entreprise est donnée comme condition première du service social dans l’industrie par tous les auteurs sur ce sujet : Robert PINOT, Les Œuvres sociales des industries métallurgiques, Paris, Colin, 1924, 271 p. ; Gleize, op. cit., p. 303 ; J. DUPORCQ, Les Œuvres sociales de la métallurgie française, Paris : Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1936, p. 268 (chapitre « La technique du progrès social ») ; Léonie GILLET, Le Service social..., op. cit. (1938), p. 5 ; Georges LAMIRAND, in Conférences de Service social (1938), Paris, Editions sociales françaises, 1939, p. 17, etc.

74 Yves COHEN, « Mais que sont donc ces “techniciens sociaux” ? Peugeot. Sochaux. 1936-1939 », Vie sociale, n° 2-3, 1988, p. 48.

75 Simone CRAPUCHET, op. cit., p. 439 et 441.

76 Voir, entre bien d’autres, Suzanne CORDELIER, Service social féminin, Paris, Plon, 1938, 237 p. ; M. GAILHARD et J. LALOUETTE, Le Service social en France. Sa technique. Ses tendances actuelles. Les moyens d’action dont dispose l’assistante de service social, mémoire d’examen d’Etat, Paris, Ecole normale sociale, 1937.

77 Roger-Henri GUERRAND et Marie-Antoinette RUPP, op. cit., p. 56, 61, 64, 95, qui datent de 1921 l’abdication du féminisme catholique, à l’occasion du Congrès des Institutions d’assistance et d’hygiène sociales où, pour la dernière fois, toutes les pionnières sont présentes et où des vœux réclament le suffrage des femmes et l’institution des assurances sociales.

78 Georges LAMIRAND, Le Rôle social de l’ingénieur. Scènes de la vie d’usine, Paris, Ed. de la Revue des Jeunes, Desclée et Cie, 1932, 255 p.

79 Lettre du 1er septembre 1936, citée par Jacques GUILLERME dans sa préface de Jacques LAFITTE, Réflexions sur la science des machines, Paris, Vrin, 1972 (1re éd., Paris, Bloud et Gay, 1932), p. V-VI.

80 Hubert LYAUTEY, op. cit., p. 444.

81 Henry DEROY, op. cit., p. 25. Voir aussi, par exemple, Philippe ARMAND-DELILLE, L’Assistance sociale..., op. cit., p. 1, Première conférence..., op. cit., vol. 3, p. 85-86, ANAS, op. cit., p. 5.

82 Première Conférence..., op. cit., p. 91.

83 Edouard MAUREL, op. cit., p. 285-286.

84 Voir Yves COHEN, « Mais que sont donc... », op. cit.

85 A. MALLET, « L’histoire et la technique », Mémoires et comptes rendus de la Société des ingénieurs civils de France, chroniques 385 et 386, 1912, n° 1, p. 124-126 et n° 2, p. 314-317 (la citation et la référence m’ont été fournies par François Sigaut).

86 Alfred ESPINAS, Les Origines..., op. cit., p. 7-8 et Jean J. OSTROWSKI, Alfred Espinas, précurseur de la praxéologie, Paris, Librairie Générale de Droit et de Jurisprudence, 1973, p. 101.

87 Philippe ARMAND-DELILLE, L’Assistance sociale..., op. cit., p. IV, Lucien VIBOREL, La Technique moderne..., op. cit., p. 7 ; Lion MURARD et Patrick ZYLBERMAN, « L’idée de “service social”... », op. cit.

88 Raoul DAUTRY, « La technique et l’action sociale dans l’industrie moderne », in Conférences de Service social (1938), Paris, Editions sociales françaises, 1939, p. 9-16. Voir Yves COHEN, « Mais que sont donc... », op. cit.

89 Raoul DAUTRY, ibid, p. 11-12 et 14-15.

90 Ibid., p. 12 et 15. Voir les autres Conférences de Service social : en 1939, L’adolescence ouvrière, Paris, Editions sociales françaises, 1940, 163 p. ; en 1940, Les Contacts humains dans l’entreprise, Paris, Editions sociales françaises, 1942, 258 p.

91 Pour des conceptions actuelles de cet ordre, cf. Donald MACKENZIE et Judy WAJCMAN, Social Shaping of Technology, Milton Keynes – Philadelphia, Open University Press, 1985, 326 p.

92 Jean MILHAUD, op. cit., Annexe I : « Un Centre d’informations mutuelles : la Section des Chefs de Personnel de la CEGOS », p. 244.

93 Ibid, p. 232.

94 Cités dans Yves COHEN, « Mais que sont donc... », op. cit.

95 Trait d’Union Peugeot, n° 100, février 1938 (soulignements de J.G.-D.), cité dans Yves COHEN, ibid., p. 48.

96 ANAS, op. cit., p. 75.

97 Alfred ESPINAS, Cours de pédagogie..., op. cit., p. 13-14.

98 Peut-être m’avancé-je trop en disant que l’esprit de 68 aurait repoussé – seulement un moment ? – le terme de « technique » au profit de celui de « méthode » (ce qui d’ailleurs permet de parler de méthodologie, plutôt que de technologie) ? Voir Geneviève PERROT, op. cit., p. 100-120 et Cristina de ROBERTIS, op. cit.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search