Version classiqueVersion mobile

Les chantiers de la paix sociale

Vers des techniques sociales

Les enquêtes sur les budgets familiaux : la famille au microscope

Antoine Savoye

Texte intégral

  • 1 Une version étendue de ce texte figure dans Antoine SAVOYE, Les Débuts de la sociologie empirique, (...)

1Après la Première Guerre mondiale, les budgets de famille font l’objet – plus à l’étranger qu’en France – d’une série d’études systématiques, certaines de grande ampleur, d’autres plus modestes1. Cet intérêt pour les revenus et les dépenses des familles (le terme « ménage » ne s’est pas encore imposé) n’est pas nouveau. Depuis la publication par Le Play des Ouvriers européens (1855), l’établissement de ces budgets est devenu un mode d’approche de la réalité sociale fréquemment adopté par les premières générations de chercheurs en sciences sociales. Mais la période de l’entre-deux-guerres voit s’opérer une mutation : de mode d’investigation sociologique en vue de la connaissance des mécanismes les plus intimes de la vie sociale, l’enquête sur les budgets familiaux devient une technique sociale, employée aussi bien par les gouvernements pour conduire leur politique économique et sociale que par des groupements privés qui militent en faveur de l’amélioration des conditions de vie et de travail des catégories sociales les plus défavorisées. C’est cette mutation dont nous allons rendre compte, en mettant l’accent sur les conditions qui l’ont rendue possible et en rappelant qui en furent les principaux protagonistes.

L’enquête sur les budgets familiaux, un mode de connaissance sociologique

  • 2 Sur l’œuvre de Le Play et de ses continuateurs, cf. Bernard KALAORA et Antoine SAVOYE, Les Inventeu (...)

2C’est Frédéric Le Play qui, le premier, après une longue période de tâtonnements, a mis au point un procédé d’étude des dépenses et des revenus annuels d’une famille, aboutissant à l’établissement d’un budget détaillé. Ayant commencé à étudier les conditions de vie et de travail des classes ouvrières en 1829, alors qu’il était encore élève à l’Ecole des mines, ce n’est que dix ans plus tard – selon ses propres dires – qu’il se dote d’une méthode précise permettant l’observation systématique des familles ouvrières. Il élabore un cadre pour consigner de manière uniforme (et donc comparer) les résultats de ses observations. C’est la « monographie de famille » dont le budget apparaît comme la pièce principale, à côté de données portant sur l’environnement physique et social de la famille, sur son histoire, sur les particularités institutionnelles locales, etc. Dans les années qui suivent cette invention, il l’expérimente, réalisant environ 300 monographies2.

Le budget dans la monographie le playsienne

3Au budget, Le Play attribue deux effets de connaissance principaux. Premièrement, par la présentation détaillée de la production et de la consommation de l’unité familiale, il rend compte de l’ensemble des activités de ses membres et de leurs résultats économiques et sociaux. Il éclaire des questions touchant à l’autonomie du groupe familial (celui-ci subvient-il par son travail à ses besoins élémentaires ou bien est-il obligé de faire appel à des « subventions » allouées par les autorités locales ou l’Etat ?), à sa faculté d’épargner et de faire preuve de prévoyance, etc. Deuxièmement, en inventoriant les flux économiques qui partent ou aboutissent à l’unité familiale, il ouvre le champ d’analyse, mettant en évidence les relations de celle-ci avec son environnement physique et social. Par ailleurs, le budget garantit la rigueur scientifique de l’observation. Il oblige le monographe à ne rien omettre de la réalité familiale, à ne pas se laisser aller à ses préjugés et ses impressions, mais à tendre vers une exactitude à laquelle l’oblige la décomposition de la vie familiale selon les différentes rubriques du budget. Le Play distingue d’abord les recettes qui peuvent provenir de quatre sources : les propriétés, les subventions, les travaux spéciaux et les industries domestiques. Il détaille chacune de ces sources. Par exemple, les subventions se décomposent en « propriétés reçues en usufruit », « droits d’usage sur les propriétés voisines » et « allocations d’objets et de services ». Quant aux dépenses, elles sont divisées en cinq sections : nourriture, habitation, vêtements, besoins moraux, récréations et service de santé, enfin, industries domestiques, dettes, impôts et assurances. Chacune de ces sections est à son tour détaillée pour que le cadre budgétaire puisse enregistrer toutes les pratiques familiales. Ce cadre, à quelques variantes près, sera repris par tous ceux qui, après Le Play, poursuivront ce type de recherche.

  • 3 Une exception nuance, toutefois, cette orientation générale, la monographie du « paysan et savonnie (...)

4On sait que Le Play était préoccupé de réforme sociale, mais on se tromperait en imaginant que, chez lui, la monographie de famille avec son budget débouche directement sur des considérations de cet ordre. La structure même de son œuvre, où les conclusions prescriptives contenues dans La Réforme sociale en France interviennent longtemps après le stade méthodologique et descriptif représenté par Les Ouvriers européens, montre qu’entre les deux il existe des médiations. En d’autres termes, les monographies sont avant tout des instruments pour la connaissance fondamentale des sociétés. Elles servent à établir des lois sociologiques (la « constitution essentielle » des sociétés), et ce n’est qu’une fois ces lois découvertes qu’il devient possible de proposer des réformes sociales authentiques. L’enquête sur le budget familial telle que Le Play la conçoit n’a donc pas de visée pratique immédiate3. Partie intégrante de la monographie de famille, elle est la pierre angulaire d’une recherche sociologique qui prime sur l’action sociale, même si celle-ci en constitue le but ultime. Le Play inaugure donc l’étude des budgets familiaux à des fins de connaissance. En ce sens, sur le plan du projet scientifique, il n’y a pas de solution de continuité entre l’auteur des Ouvriers européens et celui qui, cinquante ans plus tard, va incarner en France la recherche sociologique partant des budgets de famille : Maurice Halbwachs. Certes, l’auteur de La Classe ouvrière et les niveaux de vie (1912) ne ménage pas ses critiques à l’égard de son prédécesseur, mais il le considère comme un pair, lui reconnaissant le mérite d’avoir jeté les bases scientifiques de l’enquête budgétaire.

  • 4 Sur Schnapper-Arndt et 1. Santangelo Spoto, cf. les contributions de Gerald PREIN et Paola RONFANI (...)

5Une fois la méthode des monographies de famille mise au point, elle donne lieu à une série d’applications impulsées par la Société d’économie sociale, groupement savant créé à l’initiative de Le Play en 1856. On dresse des budgets de familles ouvrières mais jamais indépendamment du cadre général de la monographie. Parmi les principaux monographes de l’Ecole de Le Play, au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle, on peut citer les Français Adolphe Focillon, Emile Cheysson, Urbain Guérin et Pierre du Maroussem, l’Allemand Schnapper-Arndt, le Belge Victor Brants, professeur d’économie politique à l’université de Louvain, l’Italien Ippolito Santangelo Spoto, chacun auteur de plusieurs monographies publiées dans la série Les Ouvriers des deux mondes4.

  • 5 Adolphe FOCILLON, « Avertissement », Les Ouvriers des deux mondes, tome 1, deuxième série, 1887 ; E (...)
  • 6 Maurice HALBWACHS, La Classe ouvrière et les niveaux de vie, Paris, Alcan, 1912.

6Cheysson et Focillon méritent une mention particulière car raisonnant, les premiers, sur un ensemble de budgets extraits des monographies, ils s’essaient à de prudents rapprochements5. Sans grande portée si l’on en croit Halbwachs qui, à propos de l’étude entreprise par Cheysson et Toqué, rappelle aux le playsiens eux-mêmes que « l’intérêt de ces budgets résultant surtout de leur rapport avec les monographies détaillées (souligné par nous) et non des comparaisons qu’on peut effectuer entre les uns et les autres, on ne voit guère la raison d’être de tels tableaux synoptiques, où n’apparaissent plus que des chiffres »6. Soulignant la spécificité du projet de Le Play, il écrit :

7« Ceux qui, comme Le Play, ont appliqué en ce domaine la méthode intensive, n’ont pas prétendu arriver à des résultats moyens par une addition de beaucoup de cas particuliers. Mais c’est de cas supposés moyens qu’ils sont partis, et c’est sur eux qu’ils ont concentré toute leur attention. Une telle conception s’explique par les idées philosophiques de Le Play. Les budgets de famille ont été en effet d’abord une partie intégrante de ses monographies. Préoccupé surtout de connaître l’état actuel, la cohésion inégale, les propriétés variables de la famille en Europe et dans le monde, il a choisi quelques familles apparemment typiques par leur histoire et leur situation matérielle et morale » (op. cit., p. 157).

8Halbwachs a raison, les tentatives de Focillon et de Cheysson sont une concession à l’air du temps, étrangère au projet scientifique le playsien qui ne conçoit pas d’usage du budget hors du cadre monographique. Cela explique pourquoi Le Play et ses continuateurs, bien qu’à l’origine (avec le Belge Ducpétiaux) de l’enquête budgétaire, ne se sont pas trouvés à même d’en promouvoir l’application sur une grande échelle. Ce sont donc d’autres chercheurs (dont les le playsiens n’ignorent pas les travaux auxquels ils participent indirectement) qui vont donner leurs pleins développements aux enquêtes budgétaires, certains leur assignant des objectifs plutôt utilitaires, d’autres des perspectives franchement scientifiques.

Maurice Halbwachs et la prophétie scientifique

9Au premier rang des chercheurs étudiant les budgets de famille, on trouve Maurice Halbwachs (1877-1945) qui, progressivement, va devenir l’autorité scientifique incontestée en ce domaine. Ancien élève de l’Ecole normale supérieure, agrégé de philosophie, formé à la sociologie sous l’influence de Simiand et de Durkheim, Halbwachs aborde l’analyse des budgets de famille dans des circonstances encore mal connues, en liaison avec l’industriel anglais Benjamin Seebohm Rowntree (1871-1954). Celui-ci, issu d’une famille de notables quakers, étudie, à l’instar de son compatriote Charles Booth, la pauvreté dans sa ville d’origine : York. Il publie Poverty. A Study of Town Life en 1902. Puis il envisage une enquête internationale. C’est dans le cadre de ce projet qu’il entre en contact avec Halbwachs et en fait son « chargé d’étude » pour la France. A Halbwachs revient la mission d’organiser une enquête sur les budgets d’une centaine de familles ouvrières et paysannes. Pour ce faire, il recrute des enquêteurs (comme Demangeon à Lille, Rist à Montpellier et Bouglé à Toulouse), se réservant personnellement d’établir neuf budgets d’ouvriers parisiens en 1907.

10Dès l’année suivante, il publie un article important sur la question, dans la Revue de Paris, intitulé « Budgets de familles ». C’est l’occasion pour lui de se démarquer des travaux de Le Play et d’énoncer un projet scientifique auquel il restera fidèle tout au long de son œuvre.

  • 7 Maurice HALBWACHS, « Budgets de familles », Revue de Paris, août 1908, p. 534-562.

11« Ce qui intéresse, au contraire (de Le Play, ndr), ceux qui dressent actuellement des budgets de famille, c’est non pas la nature morale et le rôle social de la famille, mais la variété des conditions de vie selon les professions et les revenus. »7

12Et plus loin :

13« Qu’atteignons-nous au terme de ces recherches ? Les besoins des ouvriers et leur degré de satisfaction, sans doute. Mais ces besoins ne sont pas purement physiques. Ils se trouvent déterminés dans une large mesure par les conditions sociales, en particulier par la division de la société en groupes hiérarchisés. De tout ce que nous apprennent de telles enquêtes, cela surtout mérite de nous retenir » (op. cit., p. 548). Et il ajoute : « Les budgets de famille doivent nous apprendre si les ouvriers des diverses catégories se placent, aux époques successives, sur les mêmes échelons, ou, au cas où ils en glisseraient, s’ils ne s’y cramponnent pas, ou enfin s’ils ne se résignent pas à ces interversions de rangs. En réalité, il y a dans cette hiérarchie sociale de perpétuels changements » (ibid., p. 557).

14Enfin, il conclut : « A côté de ce que les enquêtes sur les budgets nous ont enseigné, on prévoit toute une série de problèmes où ils projetteraient une vive lumière, problèmes de science, de sociologie » (ibid., p. 560). « (...) On comprend de mieux en mieux que les budgets de famille ne nous renseignent pas seulement sur les défauts, les insuffisances de l’alimentation ou du logement : ils expriment aussi l’intensité, l’espèce, la hiérarchie des besoins, l’idée que se fait l’ouvrier de ce qu’il se doit à lui-même parce qu’il appartient à une certaine classe. (...) C’est l’étude des classes sociales, de leurs réactions, de leurs limites, qui devient ainsi possible, et c’est le sociologue qui entre en scène, non seulement pour tirer des budgets et utiliser ce qui n’a pas intéressé l’hygiéniste ou le philanthrope (souligné par nous), mais pour indiquer aussi aux enquêteurs comment ils doivent choisir les cas à observer, et quels détails, précisément, on leur demande de recueillir » (ibid., p. 561).

15Ce projet esquisse les potentialités de la recherche sur les budgets familiaux qu’Halbwachs va s’appliquer à réaliser durant plus de trente ans. Il se distingue d’emblée des travaux aux objectifs plus utilitaires où l’enquête budgétaire prend un statut de technique sociale. Il trace une ligne de démarcation et désigne un idéal scientifique que, pourtant, Halbwachs n’atteindra jamais tout à fait, faute des moyens nécessaires à son accomplissement. En effet, jamais le maître d’œuvre d’une recherche importante, il sera la plupart du temps réduit à utiliser des résultats d’enquêtes faites en dehors de lui et à d’autres fins, comme dans sa thèse où il analyse deux enquêtes allemandes, celle effectuée par l’Office impérial de statistique portant sur 879 budgets annuels d’employés et d’ouvriers, l’autre par l’Union des travailleurs des métaux portant sur 320 budgets d’ouvriers. C’est le paradoxe de la prophétie halbwachsienne d’être formulée au moment où l’instrumentalisation de l’enquête budgétaire à des fins pratiques est déjà à l’œuvre. La connaissance élémentaire des revenus et des dépenses des familles ouvrières est mise au service de politiques sociales embryonnaires, étatiques ou privées, qui voient le jour au tournant du siècle. En bref, c’est moins la recherche sociologique qui se développe qu’une technicisation de l’enquête sur les budgets de famille, dans le cadre d’une nouvelle gestion économique et sociale.

L’État enquêteur

16L’instrumentalisation de l’enquête se manifeste en France comme à l’étranger, au travers des études d’ampleurs inégales qui sont le plus souvent le fait d’appareils statistiques d’Etat ou parfois, comme en Allemagne, de grandes villes dotées d’un bureau de statistique.

17Dans la typologie esquissée par Halbwachs, celui-ci distingue les enquêtes donnant lieu à la tenue effective d’un budget (durant une période variable, allant de quelques semaines à plus d’une année) et celles reconstituant le budget familial grâce aux indications des intéressés, généralement au moyen d’un questionnaire. Les premières, d’une exactitude et d’une fiabilité supérieures, sont plus appropriées à la recherche sociologique. Les secondes offrent l’avantage d’être facilement extensives et de fournir des données portant sur des centaines, voire des milliers de ménages. Elles sont plus approximatives et leurs résultats parfois sujets à caution, mais elles s’intégrent plus aisément dans des politiques gouvernementales.

  • 8 Fernand LEPELLETIER, « De quelques applications de la méthode monographique à l’étranger », La Réfo (...)

18Par exemple, aux Etats-Unis, dès 1875, le Bureau de la statistique du travail de l’Etat du Massachusetts, ayant à sa tête Caroll D. Wright, recueille 400 comptes de ménages. Il est imité par plusieurs Etats. Caroll Wright prend ensuite la direction du Department of Labor à Washington D.C., institué par l’Act du 13 juin 1888, dans le but de « rechercher (...), dans les grandes nations industrielles, le coût de production des principaux produits manufacturés et d’apprécier pour cela la valeur des différents éléments entrant dans sa composition, matières premières, salaires, profits, etc. »8. Cet objectif l’amène à impulser de nouvelles enquêtes budgétaires, portant sur les recettes et les dépenses des travailleurs dans les principaux pays industrialisés. Dans son rapport de 1890, consacré aux industries du fer, de l’acier, de la houille et aux industries connexes, le Department reproduit 3 260 budgets (reconstitués au moyen d’un questionnaire) dont 770 dressés en Europe où l’enquête est dirigée par Gould, professeur à la Johns Hopkins University. L’année suivante, ce sont 5 284 budgets de salariés des industries de la laine, du coton et du verre qui sont publiés, permettant de comparer la consommation des ouvriers américains à celle de leurs homologues européens, ainsi que leur niveau de vie.

  • 9 S. H. SCHOLL, Cent cinquante ans de mouvement ouvrier chrétien, Louvain. Nauwelaerts, 1966, p. 144.

19En Belgique, des troubles sociaux graves amènent le ministère de l’Industrie et du Commerce, dirigé par Moreau d’Andoy, membre de longue date des organisations le playsiennes belge et française, à instituer en 1886 une étude sur la condition ouvrière. Une commission royale d’enquête du travail élabore un questionnaire comprenant une centaine de questions et le diffuse à des milliers d’exemplaires. Deux de ses quatre chapitres sont consacrés à « la situation matérielle, industrielle et morale des ouvriers par l’analyse du budget détaillé de la famille et par des observations minutieuses sur le logement, l’alimentation, les habitudes de prévoyance et d’épargne, la religion, la moralité, l’alcoolisme, etc. » (op. cit., p. 544). Soixante-dix budgets recueillis à cette occasion sont spécialement analysés, dans La Réforme sociale, par Armand Julin, membre de la Société d’économie sociale et futur secrétaire général du ministère, qui les rapproche de ceux publiés par Ducpétiaux en 1853. Selon S.H. Scholl, les résultats de cette enquête « devaient être décisifs pour la plupart des réformes sociales des années suivantes »9. Cinq ans plus tard, l’Etat belge a, de nouveau, recours à l’enquête budgétaire, cette fois pour évaluer l’impact du protectionnisme français sur la condition des travailleurs. Ceux-ci sont-ils en mesure de faire face aux conséquences prévisibles (chômage, inflation) de la crise industrielle et commerciale qui résultera de la hausse des tarifs douaniers ? Telle est l’interrogation éminemment politique que l’enquête doit éclairer. Quant à la France, l’Office du travail y conduit, en 1905, avec la participation du le playsien Pierre du Maroussem, une enquête sur le travail à domicile dans l’industrie de la lingerie où règne une surexploitation maintes fois dénoncée. Elle donne lieu à l’établissement d’une cinquantaine de budgets de famille, et ses résultats serviront à préparer le projet de loi sur le salaire minimum légal des ouvrières à domicile déposé en novembre 1911. En 1913, le ministère du Travail récidive et lance une autre enquête, plus vaste, sur les budgets de famille d’ouvriers et d’employés, avec un échantillon de 1 500 ménages. Halbwachs fait partie de la commission d’enquête mais celle-ci est interrompue par la guerre.

  • 10 Cf. Paola RONFANI, op. cit. et Stefano SOMOGYI, « Cento anni di bilanci familiari in Italia (1857- (...)

20On connaît, grâce à Halbwachs qui les a recensées et critiquées dans La Classe ouvrière et les niveaux de vie, les recherches sur les budgets ouvriers entreprises, depuis Engel, par la statistique allemande. En 1879 l’Office de Berlin étudie, par questionnaire, les dépenses et les revenus de quinze ménages ; il récidive à une plus grande échelle en 1900 et 1903. Malheureusement, Halbwachs ne précise ni le contexte, ni le but pratique de ces travaux officiels. A la même époque, l’Italie n’est pas en reste. En 1877-79, dans le cadre d’une enquête générale sur la condition paysanne, impulsée par le ministère de l’Agriculture, de l’Industrie et du Commerce, des budgets de famille sont dressés dans tout le pays. Quelques années plus tard (1885), d’autres éléments budgétaires figurent dans l’« enquête sur les conditions d’hygiène et de santé dans les communes du Royaume ». C’est le cas également de l’enquête parlementaire de 1907 sur les conditions des paysans de l’Italie du Sud et de Sicile, dirigée par F. Coletti qui conseille de réaliser des monographies avec budget des principaux types sociaux10.

21Remarquons, à propos de ces enquêtes officielles, l’interpénétration existant alors entre la statistique d’Etat et des groupements privés comme, en France, les organisations le playsiennes ou la Société statistique de Paris, ou bien, sur un plan international, l’Institut international de statistique créé en 1879. Ces groupements constituent des lieux d’échanges et de confrontation intellectuels où est examinée et validée la méthode des enquêtes budgétaires. C’est par ce canal qu’elle diffuse et évolue. Si nous prenons l’exemple des organisations le playsiennes, Caroll Wright, Luigi Bodio, directeur général de la statistique italienne, l’Italien Santangelo Spoto, les Belges Julin et Moreau d’Andoy, du Maroussem sont des membres – les quatre derniers fort actifs – de la Société d’économie sociale. C’est en prenant connaissance des travaux de Le Play, en réalisant eux-mêmes des monographies de famille qu’ils ont fait leur apprentissage et se sont dirigés ensuite vers l’enquête budgétaire.

22A côté des enquêtes officielles, il faut relever, surtout dans les pays anglo-saxons et en Allemagne, de nombreuses recherches d’initiative privée, souvent réalisées dans un but militant d’amélioration ou de critique sociale. Dans ce cas, l’enquête budgétaire sert à démontrer la gravité de la condition des classes populaires et l’urgence de réformes immédiates voire d’un changement social radical. Ces recherches portent sur les populations rurales (par exemple, celles de Schnapper-Arndt en Allemagne, dans le cadre du Verein für Socialpolitik où se retrouvent G. Schmoller, Engel et, plus tard, Max Weber ; de Raseri, en Italie, pour le compte de la Société d’anthropologie et d’ethnologie ; des le playsiens U. Guérin et P. du Maroussem, en liaison avec la Société des agriculteurs de France) et, plus encore, sur les populations ouvrières des grandes villes où sévit une crise sociale aiguë comme à York (S. Rowntree) et Londres (Booth), New York, Chicago et Pittsburgh.

  • 11 Louise MORE (BOLARD), Wage-earners Budgets, a Study of Standards and Cost of Lving in New York City(...)
  • 12 Cf. Janet HORNE et Antoine SAVOYE, « A la jonction du travail social et de la sociologie : les “soc (...)
  • 13 Fernand et Maurice PELLOUTIER, La Vie ouvrière en France, 1900, rééd. Paris, Maspéro, 1975.

23Aux Etats-Unis, elles émanent du mouvement des social settlements, apparu à la fin des années 1880, composé de travailleurs sociaux d’un genre nouveau, moins marqués par la philanthropie traditionnelle, plus au fait des sciences sociales, plus radicaux aussi. Ces travailleurs sociaux créent des « résidences sociales », s’installant au cœur des quartiers où vivent les plus démunis. Ils les assistent mais aussi cherchent à comprendre les conditions de leur misère en les étudiant. C’est le cas, par exemple, de Florence Kelley qui, encouragée par Caroll Wright, fait paraître ses travaux (où les budgets de famille tiennent une place importante) dans la série Hull House Maps and Papers. du nom de la résidence sociale créée par Jane Addams à Chicago. Citons également, à New York, l’enquête entreprise en 1903-1905 par Louise Bolard More qui porte sur 200 budgets11. Elle précède le Pittsburgh Survey, grande enquête réalisée en 1907-1909 sur les conditions de vie et de travail dans la capitale de la métallurgie américaine. Parmi ses résultats figure la monographie de Homestead, ville de la banlieue ouvrière, réalisée par Margaret F. Byington qui y séjourna un an et établit 90 budgets de famille12. En France, il faut signaler les études de Fernand et Maurice Pelloutier, publiées sous le titre La Vie ouvrière en France13, qui traitent longuement de plusieurs budgets ouvriers dans l’optique engagée que l’on sait.

24A la veille de 1914. l’enquête sur les budgets familiaux a donc déjà reçu des applications variées. La perspective scientifique ouverte par Le Play, révisée et enrichie par Halbwachs, coexiste désormais avec des orientations plus utilitaristes. L’enquête budgétaire est sortie de son champ sociologique originel pour gagner d’autres domaines, ceux de l’action politique et sociale entreprise par l’Etat ou des groupements privés. Ce faisant, tout en gardant sa pertinence comme mode d’investigation sociologique, elle commence à prendre de plus en plus les caractères d’une technique sociale.

L’après-guerre et la nouvelle politique sociale

25La guerre ne modifie pas profondément le contexte politique et social favorable à l’extension des enquêtes sur les budgets familiaux, tel qu’il existait avant 1914. Au contraire, elle accentue l’intervention de l’Etat dans la vie économique et sociale de la nation, obligeant les gouvernants à s’immiscer toujours plus dans la société civile. Des ministres comme Clémentel et A. Thomas mettent en place, dans le domaine industriel et commercial, des politiques rationnelles, organisant les ressources en hommes et en matériel et les coordonnant.

  • 14 Sur les positions de Simiand et, plus généralement, les rapports entre la statistique et la sociolo (...)

26Au sortir du conflit, va-t-on poursuivre ce qui a été expérimenté le temps de l’« économie de guerre » ? Certains le souhaitent, comme Simiand, proche collaborateur de Thomas au ministère de l’Armement14, face à une situation économique et sociale qui, sans être aussi tragique, n’en est pas moins tendue. Par exemple, sur le front des revendications salariales, comment arbitrer entre employeurs et employés alors que l’inflation née de la guerre fait régner une grande incertitude sur le pouvoir d’achat des différentes catégories sociales ? Se détériore-t-il pour les unes, s’améliore-t-il pour les autres ? Et dans quelles proportions ? Avec un indice des prix de détail qui fluctue, atteignant 412 en octobre 1919 (indice 100 en juillet 1914) pour revenir à 310 fin 1921, la stabilité d’avant 1914 n’est plus qu’un souvenir. Cette inflation provoque ce que les contemporains ont appelé la « vie chère ». Coût de la vie et pouvoir d’achat deviennent des données incertaines et fluctuantes dans un contexte de montée des luttes sociales. Pour le patronat, les syndicats et les pouvoirs publics, il est urgent de posséder des informations fiables à ce sujet. D’autant plus que la possibilité de nouvelles relations sociales est offerte par la loi du 25 mars 1919 officialisant les conventions collectives. De plus en plus de salariés voient leurs conditions de travail et leurs salaires régis par des contrats collectifs. Or ces conventions contiennent souvent des clauses de défense du pouvoir d’achat.

27La volonté de réguler les relations entre employeurs et employés se conjugue avec la fluctuation des données économiques de base pour rendre nécessaire la recherche permanente d’informations, sous peine de revenir à la situation où l’Etat ne pouvait être que spectateur ou gendarme des affrontements entre le capital et le travail. Prolonger la politique économique et sociale inaugurée avant 1914 et amplifiée par la guerre appelle la reprise des enquêtes sur les budgets familiaux et leur développement. Aussi les appareils statistiques des différents Etats s’engagent-ils dans cette voie, procédant à partir de 1919 à une série d’enquêtes auxquelles ils assignent des objectifs étroitement finalisés.

Le rôle du Bureau international du travail

  • 15 Cf. William OUALID et Charles PICQUENARD, La Politique du ministère de l’Armement et du ministère d (...)

28Cette mission de la statistique, nouvelle par son ampleur et sa continuité, est facilitée, presque orchestrée, par le Bureau international du travail. Né des traités de paix et placé sous la direction d’Albert Thomas, un des tenants de l’« économie de guerre »15, le BIT comporte une section de statistiques qui a pour but de « proposer des méthodes et des modèles uniformes en vue de la coordination, de l’unification et de la standardisation des statistiques se rapportant au travail ».

  • 16 BIT, Méthode d’établissement des nombres-indices du coût de la vie. Etudes et documents, série N «  (...)

29A la fin de 1923, le BIT organise la première Conférence internationale des statisticiens du travail qui rassemble des représentants des organismes de la statistique officielle d’une vingtaine de pays. Elle est présidée par Armand Julin, un habitué des enquêtes budgétaires, devenu secrétaire général du ministère de l’Industrie et du Travail belge. Cette conférence traite de questions générales comme la statistique des salaires et celle des accidents du travail, et commande un rapport sur la « méthode d’établissement des nombres-indices du coût de la vie » à la section de statistiques du BIT. Celle-ci s’exécute. Dans le rapport16, l’auteur insiste sur l’intérêt de ces indices qui prennent en compte les prix de différents articles entrant dans la consommation d’une famille type. Ils permettent de déterminer les ajustements de salaires prévus par les conventions collectives. Il signale à ce propos qu’en Grande-Bretagne, 3 millions de salariés sont concernés par de tels contrats. Puis il insiste sur la nécessité de construire des indices fiables, « représentatifs des modifications du coût de la vie de l’ensemble de la collectivité ». C’est là qu’intervient l’enquête budgétaire. En effet, parmi les différentes méthodes utilisées, celle du budget type s’impose à ses yeux. Or, elle suppose de procéder régulièrement à des enquêtes sur les budgets familiaux réels. Ce rapport est discuté à la deuxième Conférence internationale qui se déroule en avril 1925, à nouveau présidée par Julin. Les statisticiens des pays représentés, après des débats serrés, s’accordent sur une longue résolution qui stipule que :

  • 17 BIT, Deuxième conférence internationale des statisticiens du travail, Etudes et documents, série N, (...)

« le meilleur moyen de déterminer les pondérations pour les différents articles et groupes d’articles paraît être de se baser sur le budget familial type établi en faisant une enquête sur les dépenses moyennes d’un nombre de familles pendant une période donnée17. »

30Et la résolution ajoute que chaque pays, s’il ne l’a pas fait depuis 1921, devra entreprendre une enquête de ce type avant la fin de 1928.

  • 18 J. H. RICHARDSON, Les Méthodes d’enquête sur les budgets familiaux, BIT. Etudes et documents, série (...)

31Ainsi, l’enquête budgétaire, exactement soixante-dix ans après son apparition dans le champ scientifique, reçoit une consécration internationale au plus haut niveau, de la part des statisticiens du travail réunis sous l’égide du BIT. C’est une étape importante de son institutionnalisation, au terme de laquelle elle prend un double caractère partiellement contradictoire. Son statut originel de mode d’investigation sociologique se double officiellement de celui de technique de recueil de données en vue des politiques contractuelles. A partir de cette date (1925), le BIT se mobilise pour que la résolution de la conférence ne reste pas lettre morte. Un de ses experts, J.H. Richardson, rédige un important document intitulé Les Méthodes d’enquête sur les budgets familiaux18 qui est un guide d’enquête pour le recueil des données et leur traitement. Il souligne que « les pondérations nécessaires pour le calcul des nombres-indices du coût de la vie peuvent être obtenues par une enquête relativement simple, consistant à réunir pour une courte période les budgets d’un petit nombre de familles » (op. cit., p. 3).

32Puis il ajoute :

« Les renseignements recueillis au cours des enquêtes sur les budgets familiaux peuvent cependant présenter encore un autre intérêt. En poussant un peu plus loin les investigations, il est possible de réunir des données utiles sur le niveau de vie de la classe ou des classes dont on cherche à établir le budget » (ibid.).

33Les préoccupations chères à Halbwachs ne sont donc pas complètement oubliées, l’auteur ne négligeant pas la portée scientifique de telles enquêtes. Le guide se termine par un inventaire très complet des enquêtes budgétaires menées à ce jour dans le monde par les organismes officiels. Les conclusions de ce nouveau rapport sont adoptées par la troisième Conférence des statisticiens du travail en octobre 1926, qui émet l’avis que chaque pays, afin d’actualiser les bases de calcul de son indice, devra procéder à une enquête sur les budgets réels au moins tous les dix ans. Celle-ci, après avoir été reconnue, est pérennisée.

Nul n’est prophète en son pays

  • 19 Maurice HALBWACHS, L’Evolution des besoins dans les classes ouvrières, Paris, Alcan, 1933.

34Alors qu’on assiste au développement de l’enquête budgétaire dans le monde entier, la recherche française qui, pourtant, avait pris une part décisive en ce domaine, marque le pas. Tout d’abord, la production sociologique stagne. L’Ecole de Le Play qui, bien que réticente vis-à-vis de l’enquête budgétaire isolée de l’étude monographique, a joué un rôle non négligeable dans son lancement, est sur le déclin. Moins nombreuse, elle se voit forcée de renoncer peu à peu aux travaux monographiques. Seul M. Halbwachs continue dans la ligne qu’il s’est fixée en 1907-08. La sociologie par l’enquête budgétaire continue de le passionner. En 1921, dans la Revue d’économie politique, il tire les conclusions de l’enquête entreprise par le ministère du Travail interrompue en 1914 et à laquelle il a participé. D’une manière générale, il reste attentif à tout ce qui se fait en ce domaine et en dresse le bilan critique en 1933 dans L’Evolution des besoins dans les classes ouvrières19.

35La multiplication des enquêtes à l’étranger lui permet d’élargir sa recherche d’avant-guerre et de répondre à de nouvelles questions. Dans sa thèse, il avait envisagé l’influence, au sein de la classe ouvrière, du genre de travail sur le niveau de vie, s’efforçant de mettre en évidence les différences d’habitudes de dépenses suivant les métiers et les industries. Trente ans plus tard, il enrichit son programme de travail. Il cherche à savoir « quelle influence exercent sur les habitudes de consommation et de dépense, dans les classes ouvrières les plus évoluées, non plus les conditions de leur travail mais les variations (souligné par nous) des salaires et des prix, la diversité croissante des produits et des services, et, en tous ces facteurs et à travers eux, les conditions nouvelles de la vie sociale » (op. cit., p. XII). A ce propos, il pointe la différence d’objectif entre la statistique officielle et la recherche sociologique, même si elles peuvent s’enrichir mutuellement :

« Ainsi, lorsqu’on a calculé le coût d’un genre de vie supposé unitaire (...), une autre étude s’impose : il faut examiner comment, en fait, varie le genre de vie, comment varient les dépenses, non seulement dans leur montant global, mais dans leurs parties et leurs grandes divisions. (...) Il ne s’agit plus, comme pour le calcul du coût de la vie, de reconnaître en gros et approximativement, et à intervalles d’ailleurs assez éloignés, quel est le genre de vie prédominant dans une classe ou un groupe économique, afin de disposer d’un point de repère pris dans le réel. C’est la réalité elle-même qu’on se propose maintenant d’atteindre et de suivre, dans sa complexité et ses fluctuations ; non plus, cette fois, de façon approximative, et à un ou quelques moments, mais par une observation aussi continue et précise qu’il sera possible » (op. cit., p. 10).

36Le travail des statisticiens ne satisfait pas ses exigences scientifiques ; il appelle de ses vœux une approche qui combinerait la finesse de l’ethnographie avec la rigueur de la quantification, en somme ce que Le Play pratiquait avec, cependant, les lacunes qu’Halbwachs a critiquées. Ensuite, il se tourne vers l’économie politique et lui montre tout l’intérêt qu’il y aurait à étudier les différents « emplois consomptifs », plutôt que de considérer les ménages comme des « groupes fermés au seuil desquels s’arrête la vie proprement économique » (ibid., p. 11). Peut-être à la suite du séjour qu’il vient d’effectuer aux Etats-Unis où ce champ de recherche prend de l’importance, il attend des économistes qu’ils entreprennent des études sur la consommation des particuliers.

  • 20 Citons cependant les travaux d’Edouard Fuster qui, jeune étudiant, vit sa monographie du chiffonnie (...)

37En dépit de sa constance et de ses avancées scientifiques personnelles, Halbwachs reste isolé20. Son œuvre est comme l’arbre qui masque la forêt, en l’occurrence la faiblesse de la recherche française. Il faut attendre 1935 pour que se manifestent de nouveaux adeptes de l’enquête budgétaire, au sein de l’Institut scientifique de recherches économiques et sociales, fondé, comme nous le verrons plus loin, par Charles Rist en 1931, grâce aux subventions de la Fondation Rockefeller.

La défaillance de la statistique officielle

38Cette stagnation de la recherche n’est pas compensée par l’action de la statistique officielle. Le BIT, tout comme Halbwachs (qui écrit en 1933 : « En France, et bien que Le Play puisse en être considéré comme l’inventeur, on a fort peu pratiqué la méthode des budgets de ménage » [op. cit., p. VIII], font le constat de sa carence.

  • 21 Adolphe LANDRY, « La statistique », Documents parlementaires : Chambre, 4 décembre 1927. Landry est (...)

39L’Etat français est peu empressé à appliquer les résolutions internationales. Il refuse de s’en donner les moyens comme le déplore, en 1927, Adolphe Landry dans son rapport parlementaire sur la statistique21. La comparaison avec les autres pays est parlante. L’année même du rapport, la Statistique générale de la France compte 104 agents de tous ordres (non compris ceux de l’Office régional de Strasbourg, « hérité » de l’Allemagne) contre 1 100 à l’Office central de statistiques allemand, 610 à l’Office fédéral américain, 754 en Tchécoslovaquie, 547 au Canada, 504 en Hongrie, etc. Les dépenses par tête d’habitant consenties pour le recensement de la population s’élèvent à 40 centimes pour la France contre 1,20 F pour la Grande-Bretagne.

  • 22 « La Commission centrale d’études en vue de déterminer le coût de la vie », Bulletin de la Statisti (...)

40Il y a dans l’immédiat après-guerre une volonté de se doter d’un appareil statistique qui éclairerait les choix économiques et sociaux, mais ses résultats se révèlent décevants. Ainsi, le 12 février 1920, prolongeant l’Observatoire des prix et des salaires créé par A. Thomas alors qu’il était à la tête du ministère de l’Armement (avec des collaborateurs qui avaient nom Simiand, Halbwachs, Oualid, etc.), est instituée une Commission centrale d’études relatives au coût de la vie. A côté de cette commission centrale sont créées vingt commissions régionales qui établissent des nombres-indices régionaux, correspondant aux prix des articles entrant dans la consommation d’un ménage type soit une famille ouvrière de quatre personnes. Elles sont complétées par vingt-six commissions départementales et, ensemble, couvrent une soixantaine de départements. Pour établir dans chacun de ces départements la consommation pondérée de la famille type, il faut recourir à une enquête sur un échantillon représentatif de budgets familiaux réels. Ainsi, on connaîtra la part prise respectivement par l’alimentation, le chauffage et l’éclairage, le logement, l’habillement, les impôts et l’épargne ; les distractions et les dépenses culturelles, la prévoyance (assurances, dépenses de santé, etc.)22.

41Si l’administration a renoncé à un indice unique, c’est pour parvenir à une connaissance plus fine qui tienne compte des habitudes régionales en matière de dépense. Cependant, il existe aussi un nombre-indice national simplifié, calculé pour une famille de quatre personnes, vivant à Paris, et qui inclut seulement treize articles.

  • 23 Sauf dans le cas du département du Rhône, cf. Etienne ANTONELLI, « Une enquête régionale sur le coû (...)

42Comme on le voit, le projet est ambitieux. Il suppose la constitution de dizaines d’équipes d’enquêteurs, en somme une mobilisation générale des compétences et des bonnes volontés au service de la recherche statistique. Halbwachs, nommé en 1919 professeur à l’université de Strasbourg, participe à la mise en œuvre de cette politique en Alsace. Pour déterminer la pondération permettant le calcul du nombre-indice régional, il organise deux enquêtes portant sur 25 ménages, en janvier et en mai 1921. Ce sera sa dernière collaboration à des travaux de statistique officielle à des fins de politique économique et sociale. On connaît mal ce qui se passe dans le reste du pays23 mais il semble que les enjeux – la politique des prix et des salaires – des enquêtes projetées empêchent leur bon déroulement et biaisent leurs résultats.

  • 24 Alfred SAUVY et Anita HIRSCH, Histoire économique de la France entre les deux guerres, Paris, Econo (...)

43En effet, les commissions régionales et départementales sont composées de patrons, d’ouvriers et de fonctionnaires départementaux ou locaux. Cette composition répond à un souci de représentativité, en vue d’asseoir leur légitimité aux yeux de l’opinion. Mais elle conduit, selon Alfred Sauvy, au paradoxe suivant : « Les indices sont calculés par des personnes inexpertes, alors que les spécialistes s’abstiennent ou sont écartés24. » « Au lieu d’une observation scientifique, on assiste alors à des querelles entre parties, chacune tirant de son côté. Les ouvriers veulent faire monter l’indice, les patrons tirent en sens inverse. Un compromis finit par s’établir, souvent par médiation d’un membre administratif, mais ce compromis entre personnes ne répond en rien à l’idée de mesure objective et peut s’avérer éloigné de la réalité » (ibid., p. 184). Une série d’incidents, comme à Marseille où le relevé des prix de certains articles est truqué, et la publication d’indices régionaux manifestement aberrants discréditent les commissions. Bientôt, le projet fait long feu, à commencer par la commission centrale qui entre en sommeil :

« Faute de crédits pour mettre à jour les études commencées et réaliser l’organisation prévue, la commission centrale ne s’est plus réunie depuis 1920. Les commissions locales ont subsisté, en limitant leur activité à l’établissement d’indices du coût de la vie. Ne recevant aucune subvention de l’Etat, ces commissions ne peuvent effectuer les enquêtes qui seraient nécessaires. D’autre part, la statistique générale n’a pas les moyens de contrôler sur place leurs opérations et d’assurer un accord suffisant des méthodes employées par les diverses commissions » (Landry, op. cit., p. 1012).

  • 25 BIT, Contribution à l’étude de la comparaison internationale du coût de la vie, Etudes et documents (...)

44La statistique officielle française, en dépit des recommandations du BIT, ne parvient donc pas à mettre sur pied un dispositif d’étude et de recherche performant, à l’échelle du pays. Elle doit se contenter, spécialement en matière d’enquête budgétaire, d’une action ponctuelle et limitée. Elle décline la participation à l’enquête internationale effectuée sous l’égide du BIT, dans quatorze grandes villes européennes, ainsi qu’à Detroit (Etats-Unis), en 1930 et 193125. Cette enquête comparée sur le coût de la vie, à travers l’étude de budgets ouvriers, est demandée par la compagnie Ford et financée par une fondation américaine. Son objectif est de connaître le niveau et la structure des dépenses des salariés des villes de l’échantillon (dont Paris et Marseille) pour obtenir un niveau de vie comparable à celui d’un salarié de Detroit. On saisit l’objectif pratique de l’enquête : Ford désire être éclairé sur le coût de la vie dans les différentes villes où il possède déjà des usines, afin de mieux ajuster sa politique salariale, ainsi que dans celles où il envisage de nouvelles implantations. Cette commande annonce les stratégies mondiales des sociétés multinationales ; elle va également dans le sens d’une instrumentalisation accentuée de l’enquête budgétaire.

45Si un patron comme Ford a perçu l’intérêt de telles enquêtes, cela ne paraît pas le cas des milieux dirigeants et de l’opinion publique en France qui n’encouragent guère leur développement. Landry évoque cette résistance culturelle dans l’introduction de son rapport où il s’emploie à justifier longuement les recherches statistiques, comme s’il devait persuader ses collègues parlementaires de leur nécessité. Peut-être l’échec des commissions d’étude du coût de la vie n’est-il pas étranger à cette défiance...

Les enquêteurs privés

46En regard de la recherche universitaire qui marque le pas, comme de la statistique officielle soumise aux aléas politiques, l’initiative privée assure une continuité de l’enquête budgétaire. A une échelle le plus souvent modeste, compte tenu des moyens dont elle dispose, elle permet à cette technique de se perpétuer tout en se perfectionnant. Fidèles à leur volonté d’amélioration sociale immédiate, plusieurs groupements d’action sociale poursuivent ce type d’enquête à des fins pratiques.

Le mouvement familialiste

  • 26 Emile ROMANET, « Les allocations familiales », Chronique sociale de France, XXXI-5, mai 1922, p. 31 (...)

47Parmi ces groupements, liés généralement au catholicisme social, il faut mentionner tout d’abord le mouvement en faveur des allocations familiales qui débute dans la région de Grenoble. C’est à la suite d’enquêtes sur les budgets de huit familles d’ouvriers employés aux établissements Joya, effectuées en octobre 1916, qu’un ingénieur de ces établissements, Emile Romanet, se rend compte qu’une famille de plus de deux enfants ne peut vivre du salaire du père sans s’endetter. Chrétien social, il s’insurge contre cette situation (aggravée par l’inflation croissante) qu’il estime injuste et préjudiciable au développement de la natalité et de la famille. Dès lors, il milite pour qu’une allocation soit versée par l’employeur à l’ouvrier afin que celui-ci ne soit pas pénalisé par l’entretien de ses enfants. Son entreprise donne l’exemple en versant une allocation mensuelle équivalente à 0,20 F par jour et par enfant de moins de 13 ans (portée à 0,60 F en 1922). Rapidement, il convainc le Syndicat des constructeurs de l’Isère qui se rallie à sa politique fin 1916 : toute famille ouvrière recevra désormais une prime mensuelle de vie chère de 12,50 F et une allocation progressive suivant le nombre d’enfants. Cette initiative patronale locale fait des adeptes, spécialement dans le Nord, auprès du Consortium textile de Roubaix-Tourcoing qui fédère les œuvres sociales patronales. Des caisses de compensation locales ou régionales, alimentées par les industriels au prorata du nombre d’ouvriers qu’ils occupent, gèrent le système des allocations. Peu à peu le mouvement s’étend, soutenu par un important effort de propagande et de réflexion qui se manifeste, notamment, dans des congrès régionaux puis nationaux26.

  • 27 Hernry CLOUET, « Le budget de la famille ouvrière au temps présent », La Réforme sociale, avril 192 (...)

48Les allocations familiales sont inséparables des enquêtes budgétaires qui, après en avoir été le facteur déclenchant, continuent de fournir critères et arguments aux défenseurs de ce type de redistribution de la richesse collective. Par exemple, en 1927, Henri Clouet, de l’Ecole normale sociale, établit neuf budgets d’ouvriers et d’employés à Paris et à Roubaix-Tourcoing27. Parmi les enquêtés du Nord figure un ouvrier qui bénéficie d’allocations familiales d’un montant annuel de 2 880 F pour un revenu total de 12 480 F, soit plus de 20 %. Constatant le déséquilibre de la plupart de ces budgets, en dépit de l’austérité de vie des familles étudiées, Clouet conclut à la nécessité impérative de généraliser, par la voie légale s’il le faut, les allocations. Il estime que leur montant devrait correspondre au coût réel de l’entretien des enfants. Si la valeur scientifique de cette étude n’aurait sans doute pas trouvé grâce aux yeux d’un Halbwachs (qui ne semble pas l’avoir connue), ses résultats sont cependant importants sur le plan de l’action. Destinée aux milieux du patronat social, elle révèle les difficultés d’existence d’ouvriers et d’employés, pourtant choisis parmi les familles « sobres et honnêtes, économes et chrétiennes ». De plus, elle prend nettement position en faveur de l’obligation légale des allocations familiales, question qui divise alors le mouvement familialiste.

  • 28 Echo de l’USIC, 1923, p. 136-139 et p. 227-293.

49Dans le même ordre de préoccupation, il faut citer l’enquête plus importante, réalisée quatre ans plus tôt par l’Union sociale des ingénieurs catholiques et publiée dans L’Echo de l’USIC28

« Voir, juger, agir »

  • 29 Cf. Cahiers de l’action populaire, 15 juillet 1937.

50D’une manière générale, l’entre-deux guerres voit l’action sociale catholique intégrer de plus en plus couramment l’approche sociologique et, spécialement, l’enquête budgétaire. Après l’USIC, la Jeunesse ouvrière chrétienne procède aussi à ce type d’observation pour mettre en lumière la condition ouvrière et publie ses travaux dans les Cahiers de l’action populaire29. C’est également le cas de plusieurs secrétariats sociaux. Ceux-ci se sont constitués à partir de 1907, en partie sur le modèle des organismes créés en Belgique par le père Rutten. A Lyon, un secrétariat fonctionnait déjà depuis 1892, avec Marius Gonin à sa tête. Il s’agit d’institutions locales de documentation et d’étude qui se veulent des points de rencontre des diverses œuvres sociales catholiques et des centres de propagande et d’initiative en économie sociale.

51A Saint-Malo se crée un secrétariat social maritime, avec pour animateur un ancien officier de marine, le père Joseph Lebret. Celui-ci, frappé par les difficultés de vie des populations maritimes, entreprend une enquête qui le conduit de Dunkerque à Ciboure, en 1929-31. En 1932-33, l’abbé Besson enquête sur le littoral méditerranéen. Les résultats de ces deux études sont consignés dans trois ouvrages dont La Grande Angoisse de nos familles côtières où des recherches budgétaires mettent en évidence la paupérisation des marins. Ces publications et l’action continue du secrétariat social (création d’une Ecole normale sociale maritime, organisation de congrès d’étude) concourent à sensibiliser l’opinion et les pouvoirs publics. Ils provoquent une réorganisation des professions de la pêche. On sait que Lebret ne s’arrêtera pas là et deviendra avec son groupe de recherche « Economie et Humanisme », fondé en 1942, un des pôles de l’enquête et de l’intervention sociologique en France, puis à l’étranger. « Economie et Humanisme » adopte, en la renouvelant et en la complétant, l’enquête sur les budgets familiaux comme J. Loew, dans sa monographie des dockers de Marseille (1941-43), ou lors de l’enquête sur les budgets ouvriers effectuée à Lyon en liaison avec le Mouvement populaire des familles.

52L’adoption de l’enquête budgétaire par les groupements catholiques d’action sociale a des prolongements au sein des professionnels du travail social. Entre les deux milieux, en effet, les interférences et les influences sont nombreuses, notamment au niveau de la formation. L’encadrement des premières générations de travailleurs sociaux (des femmes le plus souvent) est souvent assuré par des personnalités qui militent au sein des mouvements d’action populaire. Par eux, l’enquête sur les budgets familiaux pénètre le travail social dont elle devient, sous une forme généralement simplifiée, un outil de la pratique quotidienne. Quoi de plus efficace, en effet, pour évaluer le niveau de pauvreté d’une famille et l’aider à gérer au mieux ses ressources, que la connaissance de son budget ? C’est peut-être dans ce secteur d’activités, le travail social, que cette connaissance a pris son caractère technique le plus poussé.

L’enquête budgétaire, entre la science et la technique

  • 30 Sur l’ISRES, cf. Brigitte MAZON, « La Fondation Rockefeller et les sciences sociales en France, 192 (...)

53Dans la même période que les groupements d’action sociale, un autre organisme privé concentre son attention sur les familles et leur budget : l’Institut scientifique de recherches économiques et sociales. Suscité par la Fondation Rockefeller qui désire créer des centres de recherches en sciences sociales en Europe, à l’image de ceux qui existent déjà aux Etats-Unis (c’est-à-dire orientés vers des études pratiques, plutôt que vers des travaux spéculatifs et théoriques), l’ISRES voit le jour en 1931, placé sous la direction de Charles Rist30. Il bénéficiera d’une aide américaine constante jusqu’en 1948 ; quatre ans plus tard, il s’intégrera à la Fondation nationale des sciences politiques.

54Sa création coïncide avec des difficultés nouvelles pour l’économie française qui retentissent sur la prospérité des ménages. La France, jusqu’alors relativement préservée, commence à subir les contrecoups de la « grande dépression », le nombre de chômeurs s’accroît tandis que les agriculteurs sont touchés par la baisse des prix agricoles. La politique déflationniste de Laval achève de perturber les revenus et les dépenses de catégories entières de la population. Surviennent 1936 et les accords Matignon, bientôt suivis par la récession de 1938, qui provoquent, eux aussi, une série de « coups d’accordéon » sur les budgets familiaux. Sur ces mouvements économiques aux implications sociales lourdes, tout le monde s’interroge et s’affronte. Les ouvriers et les employés ont-ils été les grands bénéficiaires des accords Matignon et dans quelle mesure ? L’inflation n’a-t-elle pas absorbé la hausse des salaires ? Les détenteurs de valeurs mobilières ont-ils vu leur pouvoir d’achat s’effondrer ? Comment vivent les familles de chômeur ?, etc. Face à ces questions d’une actualité brûlante, l’ISRES trouve sa justification car il est exactement dans sa mission – conçue par ses parrains américains – de tenter d’y répondre. Pour ce faire, il relance l’enquête budgétaire à trois reprises avec, à chaque fois, plus d’ambition.

  • 31 André BRAUN (avec une préface d’Henry Laufenberger), L’Ouvrier alsacien et l’expérience du Front po (...)
  • 32 Henry DELPECH (avec une préface de Louis Baudin), Recherches sur le niveau de vie et les habitudes (...)
  • 33 Maurice HALBWACHS, « Budgets de famille », Annales d’histoire sociale, tome XII, 1940, p. 52-54.

55Le premier jalon de ce programme est l’étude d’André Braun qui cherche à évaluer l’impact du Front populaire (loi sur les 40 heures, accord salariaux, etc.) sur la condition ouvrière en Alsace31. Puis vient celle d’Henry Delpech, chargé de cours à la faculté de droit de Toulouse, sur 100 budgets de ménages toulousains (40 ouvriers ; 40 moyens et petits fonctionnaires ; 20 rentiers, employés et fonctionnaires aisés). Delpech, aidé de huit collaborateurs (dont quatre étudiants), établit, par observation directe, les dépenses de ces familles pour une période de trois mois : septembre-novembre 1937, et reconstitue les dépenses de ces mêmes familles pour deux autres périodes antérieures (février-avril 1937 et septembre-novembre 1936). Son propos est d’examiner comment, à la suite des variations de leurs revenus, ont réagi d’une part les ouvriers, d’autre part les employés. A quel choix de dépenses, à la hausse ou à la baisse, les uns et les autres ont-ils procédé ? Sa méthode comme ses conclusions, publiées en 193832, sont assez sévèrement critiquées par Halbwachs33 qui est pourtant une référence centrale de Delpech. L’auteur de L’Evolution des besoins dans les classes ouvrières estime que l’échantillon est trop restreint (d’autant que les titulaires des plus hauts revenus ont refusé de répondre) et considéré sur une période trop brève pour qu’on puisse en inférer des conclusions générales quant aux habitudes de consommation des ouvriers et des employés. Il soupçonne un parti pris de l’enquêteur qui l’aurait détourné de « résultats qu’il était plus pénible d’atteindre et qui présentaient un intérêt plus proprement scientifique », au profit d’une évaluation de « mesures sociales (celles du Front populaire, ndr) si proches de nous, et qu’il est trop tôt pour juger impartialement, même à l’aide de statistiques ». En clair, Halbwachs reproche à Delpech et à son préfacier, Louis Baudin, professeur à la faculté de droit de Paris, de conclure de l’étude budgétaire (ou du moins de laisser fortement entendre) que les employés – à leurs yeux la classe la plus digne d’intérêt, de par son « esprit d’ordre, de prévoyance et d’économie » (Delpech, p. 318) – ont été desservis par le Front populaire qui a, délibérément, favorisé la classe ouvrière, spécialement les salariés des usines récemment nationalisées.

56Ces réserves nous indiquent combien, pour Halbwachs, la conception qui fait de l’enquête budgétaire un indicateur de la politique des revenus présente des dangers. Il redoute que l’enquête soit biaisée par l’implication de l’enquêteur dans son objet d’étude (ses idées politiques, sa sympathie pour un groupe social particulier, etc.).

  • 34 Gabrielle LETELLIER et autres, L’Enquête sur le chômage, trois tomes, Paris, Sirey, 1938-1949. Spéc (...)

57Un peu antérieurement au travail de Delpech, l’Institut a commencé une enquête sur le chômage, placée sous la direction d’une inspectrice honoraire du travail, Gabrielle Letellier. Elle est plus importante et comporte trois volets34. Le premier porte sur l’évolution du chômage de 1930 à 1936, ainsi que des méthodes de secours. Le second est une « analyse sociale » des chômeurs d’après les fiches des fonds de chômage à Paris, Lyon et Mulhouse. Le troisième, le plus délicat, est une recherche sur F « influence à la fois psychologique et économique exercée par le chômage sur les conditions de vie des ouvriers ». L’enquête vise un échantillon de 500 familles des trois villes citées, mais elle doit, finalement, se restreindre à 265. Elle mobilise une centaine de personnes : assistantes sociales, infirmières visiteuses, surintendantes d’usine, qui enquêtent durant un an directement auprès des familles et aussi des directeurs d’école, de dispensaire d’hygiène sociale, d’œuvre d’assistance. Deux questionnaires sont établis. L’un concerne les renseignements généraux sur la famille avec pour but d’éclairer :

« sur la psychologie du chômeur, sur ses réactions et celles de sa famille devant le fait du chômage, sur sa recherche d’un emploi, sur son aptitude au travail, etc. (...) Il porte sur la composition de la famille, le sexe, l’âge, les occupations et la santé de ses membres ; les conditions du logement ; le mode de vie de la famille et aussi les circonstances qui ont privé l’ouvrier de son travail, son état d’esprit, les modifications apportées à son caractère, à ses habitudes par le chômage, enfin toutes les incidences qu’a eues le chômage sur chacun des membres de la famille et en particulier sur les enfants » (op. cit., p. XIV).

58L’autre est relatif aux budgets proprement dits, ressources et dépenses, soigneusement détaillées. Pour ces dernières, il se présente sous forme de quatre carnets trimestriels par famille. Les dépenses d’alimentation journalière sont enregistrées au cours de quatre semaines prises chacune dans un trimestre différent. Les autres dépenses sont inscrites pour le trimestre entier.

59Maurice Halbwachs figure comme conseiller scientifique de cette enquête qui est remarquable à plus d’un titre. Elle amène à collaborer les trois catégories d’agents qui, au cours de l’entre-deux-guerres, ont promu, vaille que vaille, les enquêtes budgétaires : des savants avant tout préoccupés de connaissances sociologiques, représentés ici par Halbwachs et aussi Raymond Marjolin, des « techniciens du savoir pratique » (Sartre), comme G. Letellier ou Henri Zuber, ingénieur des Arts et Métiers aux mines de potasse de Mulhouse, gestionnaires des relations sociales, enfin, des travailleuses sociales, chargées de l’amélioration immédiate des conditions de vie. Malheureusement, cette collaboration exceptionnelle ne pourra pleinement porter ses fruits, la guerre survenant alors que le traitement des données recueillies entre la fin de 1935 et la fin de 1937 n’est pas terminé. Les résultats ne seront publiés qu’en 1949, alors que plusieurs de ses protagonistes (dont Maurice Halbwachs) ont disparu, autant dire à une autre époque.

Conclusion

60L’enquête sur les budgets familiaux, originellement conçue comme un mode d’investigation sociologique, affirme, au plan mondial, surtout dans l’entre-deux-guerres, son caractère de technique sociale. Pour l’essentiel, ce phénomène se déroule hors de France, sous l’impulsion du Bureau international du travail. Les ressources et les dépenses des ménages sont passées au peigne fin par les statistiques officielles ou les groupements d’étude privés, afin de livrer des données fiables sur le coût de la vie et le pouvoir d’achat. Cette connaissance favorisant des accords contractuels passés entre patrons et salariés, sous l’égide de l’Etat, ou, plus modestement, des initiatives sectorielles ou locales.

61La France où, historiquement, ont débuté les recherches sur les budgets de famille, suit ce mouvement international plutôt qu’elle ne l’impulse. Cette abstention n’empêche pas les recherches budgétaires de continuer à l’échelle de travaux universitaires ou d’études pratiques. La tension, constatée depuis les origines, entre une orientation scientifique et une conception utilitaire persiste, sans interdire collaborations et interférences entre les tenants de ces deux conceptions. Rencontre inévitable dans la mesure où sociologues, militants et travailleurs sociaux arpentent, avec leurs objectifs propres, le même terrain, celui des classes populaires.

62Cette activité, avec ses lacunes et ses faiblesses, prépare la multiplication des enquêtes de l’après-guerre. A la Libération, la statistique officielle enfin débridée, la recherche sociologique en plein essor, à travers des organismes comme l’INSEE, F INED, le Centre d’études sociologiques, le CREDOC, vont prendre le relais des pionniers et pointer leur batterie de microscopes sur notre intimité familiale.

Notes

1 Une version étendue de ce texte figure dans Antoine SAVOYE, Les Débuts de la sociologie empirique, Paris, Méridiens Klincksieck, 1994.

2 Sur l’œuvre de Le Play et de ses continuateurs, cf. Bernard KALAORA et Antoine SAVOYE, Les Inventeurs oubliés, Seyssel, Champ Vallon, 1989, ainsi que Frédéric LE PLAY, La Méthode sociale, 1879, réédité (avec une présentation de A. Savoye), Paris, Méridiens Klincksieck, 1989.

3 Une exception nuance, toutefois, cette orientation générale, la monographie du « paysan et savonnier de la Basse-Provence » réalisée en février 1859 par Adolphe Focillon, proche collaborateur de Le Play. Il s’agissait par ce moyen d’éclairer un projet social de Napoléon III. Celui-ci, convaincu de l’efficacité d’une telle démarche, voulut alors voir fonder un service d’enquête, placé sous la direction de Le Play. Ce dernier refusa, voyant « clairement le danger que pourrait offrir un jour une telle institution, sous des gouvernants qui ne seraient pas loyalement inspirés, comme l’était l’Empereur, par l’amour du peuple » (La Méthode sociale, op. cit., p. VII).

4 Sur Schnapper-Arndt et 1. Santangelo Spoto, cf. les contributions de Gerald PREIN et Paola RONFANI in Sociétés, n° 23, mai 1989.

5 Adolphe FOCILLON, « Avertissement », Les Ouvriers des deux mondes, tome 1, deuxième série, 1887 ; Emile CHEYSSON et Alfred TOQUE, « Les budgets comparés de cent monographies de famille (...) », Bulletin de l’Institut international de statistique, tome 5, 1890.

6 Maurice HALBWACHS, La Classe ouvrière et les niveaux de vie, Paris, Alcan, 1912.

7 Maurice HALBWACHS, « Budgets de familles », Revue de Paris, août 1908, p. 534-562.

8 Fernand LEPELLETIER, « De quelques applications de la méthode monographique à l’étranger », La Réforme sociale, 16 octobre 1906, p. 537-558.

9 S. H. SCHOLL, Cent cinquante ans de mouvement ouvrier chrétien, Louvain. Nauwelaerts, 1966, p. 144.

10 Cf. Paola RONFANI, op. cit. et Stefano SOMOGYI, « Cento anni di bilanci familiari in Italia (1857- 1956) », Annali, 1959, Istituto F. Feltrinelli, p. 121-263.

11 Louise MORE (BOLARD), Wage-earners Budgets, a Study of Standards and Cost of Lving in New York City, New York, Holtand Co, 1907.

12 Cf. Janet HORNE et Antoine SAVOYE, « A la jonction du travail social et de la sociologie : les “social surveys” américains », Vie sociale, n° 5-6, mai-juin 1988, p. 213-236.

13 Fernand et Maurice PELLOUTIER, La Vie ouvrière en France, 1900, rééd. Paris, Maspéro, 1975.

14 Sur les positions de Simiand et, plus généralement, les rapports entre la statistique et la sociologie à cette époque, cf. Alain DESROSIERES, « Histoires de formes : statistiques et sciences sociales avant 1940 », Revue française de sociologie, avril-juin 1985, XXVI-2.

15 Cf. William OUALID et Charles PICQUENARD, La Politique du ministère de l’Armement et du ministère du Travail, Paris, Presses universitaires de France et New Haven, Yale University Press, 1928.

16 BIT, Méthode d’établissement des nombres-indices du coût de la vie. Etudes et documents, série N « statistiques », n° 6, 1925.

17 BIT, Deuxième conférence internationale des statisticiens du travail, Etudes et documents, série N, n° 8, 1925.

18 J. H. RICHARDSON, Les Méthodes d’enquête sur les budgets familiaux, BIT. Etudes et documents, série N, n° 9, 1926.

19 Maurice HALBWACHS, L’Evolution des besoins dans les classes ouvrières, Paris, Alcan, 1933.

20 Citons cependant les travaux d’Edouard Fuster qui, jeune étudiant, vit sa monographie du chiffonnier de Paris primée par la Société d’économie sociale, avant d’entrer comme juriste au Comité central des Houillères de France, animé par le le playsien Edouard Gruner, et d’être chargé d’un cours sur les assurances sociales au Collège de France (1917-1935). Selon Jeannine Verdès-Leroux, il y enseigne l’étude des familles ouvrières et de leur budget (cf. Le Travail social, Paris, Ed. de Minuit, 1978, p. 39).

21 Adolphe LANDRY, « La statistique », Documents parlementaires : Chambre, 4 décembre 1927. Landry est un ancien élève de l’Ecole normale supérieure, agrégé de philosophie, entré en politique en 1910. Parallèlement, il mène une carrière de démographe, engagé dans le mouvement nataliste.

22 « La Commission centrale d’études en vue de déterminer le coût de la vie », Bulletin de la Statistique générale de la France, janvier 1922.

23 Sauf dans le cas du département du Rhône, cf. Etienne ANTONELLI, « Une enquête régionale sur le coût de la vie », Revue d’économie politique, 1921, p. 606.

24 Alfred SAUVY et Anita HIRSCH, Histoire économique de la France entre les deux guerres, Paris, Economica, 1984, vol. 2, p. 183.

25 BIT, Contribution à l’étude de la comparaison internationale du coût de la vie, Etudes et documents, série N, n° 17, 1932.

26 Emile ROMANET, « Les allocations familiales », Chronique sociale de France, XXXI-5, mai 1922, p. 316-332 ; Robert TALMY, Histoire du mouvement familial en France (1896-1939), Union nationale des caisses d’allocations familiales, 1962 ; Bernard KALAORA et Antoine SAVOYE, « La mutation du mouvement le playsien », Revue française de sociologie, XXVI-2, mars-avril 1985, p. 257-276.

27 Hernry CLOUET, « Le budget de la famille ouvrière au temps présent », La Réforme sociale, avril 1927, p. 145-156.

28 Echo de l’USIC, 1923, p. 136-139 et p. 227-293.

29 Cf. Cahiers de l’action populaire, 15 juillet 1937.

30 Sur l’ISRES, cf. Brigitte MAZON, « La Fondation Rockefeller et les sciences sociales en France, 1925- 1940 », Revue française de sociologie, XXVI-2, mars-avril 1985, p. 311-342.

31 André BRAUN (avec une préface d’Henry Laufenberger), L’Ouvrier alsacien et l’expérience du Front populaire, Paris, Sirey, 1938.

32 Henry DELPECH (avec une préface de Louis Baudin), Recherches sur le niveau de vie et les habitudes de consommation (Toulouse 1936-38), Paris, Sirey, 1938.

33 Maurice HALBWACHS, « Budgets de famille », Annales d’histoire sociale, tome XII, 1940, p. 52-54.

34 Gabrielle LETELLIER et autres, L’Enquête sur le chômage, trois tomes, Paris, Sirey, 1938-1949. Spécialement, Gabrielle LETELLIER (avec un avant-propos de Charles Rist), Dépenses des chômeurs et valeur énergétique de leur alimentation, tome 3, 1949.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search