Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction à la première partie

p. 29-32


Texte intégral

1Dans ce premier chapitre, chacun des cinq auteurs aborde la question centrale de cet ouvrage : qu’en est-il du gain de technicité que toute une série de pratiques du social ont connu à partir de la fin du XIXe siècle ? La question est traitée dans des domaines différents, mais surtout selon des approches différentes qui tiennent aux acceptions variées pour chacun de la notion de technique. Quelques mots, tout d’abord, sur les domaines.

Les domaines

2Non seulement les cinq domaines sont différents, mais ils sont de nature différente. Qu’est-il de commun entre les tentatives de saisie de l’Etat opérées en France par le mouvement hygiéniste à la fin du XIXe et au début de ce siècle (Lion Murard et Patrick Zylberman) et les heurs et malheurs de la psychotechnique en Allemagne entre les deux guerres (Anson Rabinbach) ? entre les enquêtes sur les budgets de famille (Antoine Savoye) et les techniques industrielles d’hygiène et de sécurité (Vincent Viet) ? entre ces quatre figures de la préoccupation ou de l’intervention sociales et la façon dont on parle de « technique » dans l’univers du travail social (Yves Cohen) ?

3Le premier trait commun est qu’en chacun de ces domaines se constituent des savoirs non point tant orientés vers la connaissance que vers l’action. C’est le cas par nature des techniques d’hygiène et de sécurité qui sont des techniques matérielles et dont l’administration engage le corps nouveau des inspecteurs du travail qui n’a pas seulement à faire face aux entrepreneurs individuels mais aussi aux mouvements de prévention qui leur sont liés et au mouvement ouvrier. En revanche, que le savoir médical devienne non seulement, sous l’espèce de l’hygiène, un savoir social mais un instrument de gouvernement n’a rien qui soit évident. De même qu’il n’est pas naturel que les enquêtes sur les budgets familiaux, conçus au XIXe siècle comme la base de toute connaissance sociale par toute une génération de sociologues à la suite de Le Play, deviennent le fondement de l’intervention de l’Etat et de l’ajustement de ses politiques sociales, en particulier de sa politique familiale. La création des psychologues qu’est la psychotechnique connaît de son côté, à la suite de la Première Guerre mondiale, une transformation qui vise à l’ajuster aux besoins des industriels1. C’est en Allemagne que le mouvement est le plus net : là plus qu’ailleurs, la psychotechnique gagne son autonomie aux dépens d’une psychologie industrielle plus généraliste à la faveur d’une dure bataille qui engage milieux universitaires, industriels et politiques.

4On saisit alors un second trait commun : chacun de ces domaines est sujet à un enjeu politique, « politique » étant entendu sous toutes ses acceptions. Ils représentent un enjeu pour l’Etat en tant que celui-ci se donne de plus en plus comme un acteur du social : les pratiques sociales instruites par des sciences en viennent à le constituer en prenant, lentement certes, place dans la palette de ses techniques, et un régime technique de la décision politique se met en place. D’un autre côté, ils sont un enjeu pour les hommes politiques et les législateurs dans la mesure où les pratiques concernées soulèvent tant de conflits qui brouillent la frontière entre sphères publique et privée qu’il importe, sur nombre de points, de transformer des règles en lois : il s’instaure alors aussi un régime politique de la décision technique en matière sociale, autant pour les questions de relations industrielles que d’administration du social.

5On discerne par là combien les positions réciproques des acteurs sociaux ne se modifient pas moins du fait de l’apparition d’un acteur majeur de la fin du XIXe et du XXe siècle, le mouvement ouvrier organisé, que de l’irruption de pratiques sociales réglées par une rationalité qui emprunte à la science (que cette science soit médicale ou statistique ou, comme la sociologie, qu’elle ne puisse se présenter que comme science sociale).

6Mais cette interaction n’a pas seulement pour effet de modifier des positions : elle infléchit la nature même des pratiques, elle entraîne à la formation de nouvelles professions ou encore de modes de régulation sociale qui s’affirmeront bientôt comme évidents, comme c’est le cas pour les allocations familiales. Dans cet élément de la pratique, un autre trait lie alors les modes d’action sociale évoqués : l’enquête, dont il est supposé qu’elle opère la liaison entre science et pratique. C’est sur elle que se concentre A. Savoye, et Y. Cohen en montre la primauté dans la boîte à outils que se donnent les techniciens sociaux.

7Car ces redéfinitions et ces remaniements ne manquent pas d’être accompagnés d’un mouvement de la pensée qui vise à noter au plus près l’évolution du social. Faisant suite à l’usage de métaphores commodes pour désigner le support des nouvelles pratiques sociales comme des outils ou des instruments, le monde du travail social tente de donner aux nouvelles pratiques organisées et normées une forme de pensée qui leur confère cohérence et s’essaye à les désigner comme des « techniques » sociales, une dénomination qui n’acquerra pourtant une certaine stabilité qu’après la Deuxième Guerre mondiale.

Les approches

8C’est de ce terme même de « technique sociale », dont Y. Cohen analyse la fortune et l’environnement intellectuel entre les deux guerres en France, que les auteurs font un usage varié.

9L. Murard et P. Zylberman voient dans la diffusion de la rationalité médicale (ou, à loisir, hygiéniste) une manière de saisir l’Etat dans son opérationalité même. Ils soulignent combien l’Etat reste cependant incapable de résister à l’hostilité des villages et des villes à toute réglementation obligatoire en matière d’hygiène publique, tandis que les hygiénistes regroupés dans la Société de médecine publique et d’hygiène professionnelle cherchent en vain à faire valoir la technicité et la professionnalisation. Le projet de formation d’un corps d’inspecteurs sanitaires sert, au Sénat, de repoussoir efficace dans la défense des pouvoirs municipaux. La catégorie de technique utilisée par L. Murard et P. Zylberman est celle dont les acteurs eux-mêmes font usage.

10Les techniques d’hygiène et de sécurité dans l’industrie dont traite V. Viet s’imposent de leur côté, par leur matérialité même, comme un ensemble de techniques autour desquelles s’ordonne le jeu complexe de la définition d’un corps d’Etat, celui des inspecteurs du travail, qui n’a pas d’origine technicienne mais plutôt juridique et sociale, et des acteurs sociaux plus classiques, entrepreneurs et mouvement ouvrier.

11A. Savoye suit de son côté comment un mode de connaissance se laisse indexer par l’impératif pratique. C’est de l’enquête sur les budgets familiaux qu’il traite et qu’il suit les aléas de la « technicisation ». Il repère dès avant 1914 une « rationalité technocratique » qui s’empare des décisions en matière de législation sociale et montre combien les méthodes de l’enquête doivent être infléchies pour que, selon le désir de Maurice Halbwachs, le principal continuateur de Le Play en matière de budgets familiaux, ceux-ci puissent être validement posés en amont de toute intervention de « l’hygiéniste ou du philanthrope ». Ce qu’on suit là, c’est comment un mode de connaissance se fait outil d’intervention, ce qui justifie de le donner comme technique.

12A. Rabinbach aborde la psychotechnique. Elle est la discipline qui préside aux tests d’aptitude, née de la rencontre entre la psychologie industrielle naissante et la guerre. Est-ce une science ou une technique ? Cette question n’est pas un souci pour les protagonistes de la psychologie industrielle allemande des années 1920, jusqu’au moment où il devient clair qu’elle a totalement échappé aux psychologues au profit des praticiens de l’intervention industrielle, des entrepreneurs et des ingénieurs à qui la mise en œuvre en est confiée. Le sort de la psychotechnique devient alors le révélateur d’un grand partage de la psychologie industrielle où l’un de ses meilleurs tenants, Otto Lipmann, se fondant sur sa conception exceptionnellement progressiste et libérale d’une « science du travail » dont il exige qu’elle rende « explicites les intérêts sociaux au service desquels elle était susceptible de se mettre », exclut la psychotechnique du royaume des sciences pour la rejeter parmi les techniques.

13La défaite d’Otto Lipmann dans un combat qui ne manque pas de traits clairement politiques, sinon raciaux bien avant 1933, année où il se suicide, engage la désignation d’une discipline d’intervention sur l’homme au travail comme une technique.

14A. Rabinbach démontre ainsi qu’on risque de n’avoir pas de critère « objectif » qui soit apte à distinguer, dans le monde de l’action humaine, ce qui peut se dire science de ce qui peut se dire technique. Le choix méthodologique de Rabinbach est également celui qu’a suivi Y. Cohen pour le travail social. Le résultat est qu’il existe bien une pensée technicienne des pratiques du travail social qui va de pair avec sa professionnalisation et son dégagement de l’action philanthropique privée, mais qu’il serait vain d’espérer une stabilité terminologique et théorique qui avoisine celle qu’on rencontre en matière de techniques industrielles et plus largement matérielles.

15Il reste que, quelle que soit l’approche, c’est-à-dire que l’on parte d’une définition actuelle de la technique (attendu que celle-ci est dotée d’autonomie et ne saurait se réduire à l’application de sciences) ou que l’on s’en tienne aux formulations des acteurs, il y a bien de la technique dans le monde de l’intervention sociale, depuis l’action des associations de prévention, des entrepreneurs, des ingénieurs sociaux... jusqu’à celle de l’Etat. Il reste aussi que si technique il y a, et quel que soit le domaine, elle engage alors des instruments et des outils qui ont certes une matérialité, mais surtout qui se réfléchissent en termes d’instrumentalisation de la pratique scientifique, d’institutions, d’organisation et de réorganisation des rapports sociaux, de modes d’intervention dans divers milieux, industriels et autres.

16Enfin, si l’existence de techniques sociales peut être dite un fait d’histoire, leur apparition signale un déplacement des modes d’intervention : l’homme social devient au XXe siècle l’objet de pratiques réglées et fortement institutionnalisées ; le terme de technique ne renvoie plus seulement à un mode d’intervention sur la matière mais réfère à une volonté de toucher, aux fins d’intégration ou de restauration du lien social, à la personne dans le rapport qu’elle entretient non seulement avec la société, avec ses proches, mais avec elle-même.

17Y.C.

Notes de bas de page

1 Alberto CAMBROSIO, « Quand la psychologie fait son entrée à l’usine : sélection et contrôle des ouvriers aux Etats-Unis pendant les années 1910 », Mouvement social, n° 113, oct.-déc. 1980, p. 37-65.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.