Version classiqueVersion mobile

Panoramas urbains

 | 
Jean-Louis Biget
, 
Jean-Claude Hervé

... Aux Pays-Bas

Histoire des villes néerlandaises (XVIIe-XXe siècles)

Jean-Claude Boyer

Texte intégral

  • 1 – Cette remarque n’est pas vraiment infirmée par l’abondance des études (avant les années 1980) sur (...)

1L’histoire urbaine des Pays-Bas ne constitue un chapitre majeur de l’histoire européenne que pendant le Siècle d’Or (XVIIe s.) ; le XVIIIe et le XIXe siècle, moins brillants, moins originaux, ne sont guère connus à l’étranger. Ce déséquilibre se retrouve, dans une moindre mesure, dans les travaux des historiens néerlandais ; cependant on enregistre un nouvel intérêt pour la fin du XIXe et le début du XXe siècle, comme si les périodes de mouvement attiraient plus la recherche que les périodes de stagnation ou de régression1.

La recherche historique néerlandaise

  • 2 – B. H. SLICHER VAN BATH (Overijssel), J. A. FABER (Frise), H. K. ROESSINGH (Veluwe), A. M. VAN DER (...)

2Pour la diffusion à l’étranger, l’obstacle de la langue peut être tourné par la publication directe en anglais, qui est de plus en plus fréquente ; il joue cependant pour des travaux comme les thèses, peu lues en dehors des Pays-Bas et de la Flandre. On peut se demander aussi si quinze millions d’habitants (vingt millions avec la Flandre) représentent une « masse critique » suffisante pour nourrir de véritables « écoles historiques » ; l’ouverture internationale de l’histoire néerlandaise (comme de la plupart des autres disciplines) la fait surtout apparaître comme un prolongement des grands courants étrangers, français (cf. l’école des Annales) et allemands dans le passé, surtout anglo-saxons aujourd’hui. On y trouve ainsi plus d’individualités que de groupes constitués, si l’on excepte peut-être l’« école » de Wageningen, héritière des Annales et qui est à l’origine (dans les années 1960 et 70) de très riches études d’histoire économique et sociale (rurale au départ, puisqu’il s’agit d’une université agricole) portant sur le XVIIe et le XVIIIe siècle et, fait nouveau, concernant surtout des régions en marge du « miracle hollandais »2.

3Cette dépendance des apports théoriques étrangers ne signifie pas pour autant pauvreté de la recherche ; la tradition de qualité de l’histoire néerlandaise, de même que l’application de concepts et de techniques de pointe sont des traits marquants et anciens de plusieurs universités, notamment celle de Leyde.

  • 3 – PHILIPS (R.), Mestreechs Aagt, geschiedenis van de Maastrichtste brouwers en hun hier, Stichting (...)
  • 4 – GROEN (J.A.), Een cent per emmer, Het Amsterdamse drinkwater door de eeuwen heen, Amsterdam, 1979
  • 5 – BEKOOY (G.), Philips 1891-1991, A Century of Entreprise, Zaltbommel, 1991.

4L’attachement des Néerlandais au passé est un fait avéré ; il s’explique à la fois par les références à des épisodes glorieux (fréquentes dans les petits États) et par le rôle de l’homme dans la construction du territoire et la domination de conditions naturelles peu favorables. Cela entraîne un foisonnement d’études, qui ne se limitent pas au cadre universitaire, mais peuvent être le fait d’érudits locaux, d’associations ou de fondations, d’entreprises, de chambres de commerce, de sociétés d’habitat et de collectivités locales célébrant ainsi un anniversaire. Quelques exemples : une histoire de la brasserie à Maastricht, publiée par la Société historique de Maastricht en 19823, un ouvrage sur l’approvisionnement en eau depuis 700 ans édité en 1979 par le Service des eaux d’Amsterdam4, une histoire de la firme Philips réalisée à l’occasion de son centenaire en 19915. Ces publications à caractère monographique sont évidemment de qualité très inégale, mais témoignent de l’intérêt porté à l’enracinement dans le passé. Les anniversaires sont aussi prétexte à approfondir certains épisodes du passé national : ainsi le bi-centenaire du mouvement des « patriotes » de 1787, avant-coureur de la Révolution française.

  • 6 – KRUIJT (B.) et al., Stedelijke netwerken, La Haye, Imprimerie nationale, 1987.
  • 7 – VAN DER CAMMEN (H.) dir., Nieuw Nederland, La Haye, Imprimerie nationale, 1987.

5Toutefois, aujourd’hui, pour les Néerlandais, l’histoire est sans doute plus considérée comme un élément de culture que comme un outil opératoire ; à l’image de la France, mais contrairement à l’Allemagne, on ne ressent guère le besoin de connaître le passé pour préparer l’avenir. Ainsi un des grands programmes pluridisciplinaires de recherche urbaine de ces dernières années, le programme réseaux urbains (portant sur la Randstad)6 n’associait pas d’historiens à ses travaux. Mais les impressions sont contradictoires : l’exposition Nederland 20507, travail de prospective quelque peu échevelée, incluait une partie historique importante.

6Un autre facteur de coupure entre l’histoire et l’aménagement actuel du territoire est sans doute la dissociation de l’histoire et de la géographie, tant dans l’enseignement secondaire que dans les études universitaires (la géographie étant plus souvent associée à la sociologie) ; de ce fait, beaucoup de géographes néerlandais connaissent mal le passé de leur propre pays. On assiste cependant à un retour vers l’histoire, notamment du XIXe siècle, de ceux qui travaillent en milieu urbain : l’évolution des quartiers anciens ne doit pas être étrangère à ce regain d’intérêt ; d’où les contacts accrus avec les historiens et les communications dans des colloques d’histoire, en particulier de géographes d’Amsterdam. À signaler aussi la création récente d’une revue de « géographie historique » et surtout la fondation au milieu des années 1970 de la « Société néerlandaise d’histoire urbaine », devenu un lieu de rencontre privilégié entre les deux disciplines.

Histoire urbaine et histoire générale

  • 8 – KOOIJ (P.), « The Netherlands », in RODGER (R.) éd., European Urban History, Leicester University (...)

7Il est assez difficile d’individualiser une histoire urbaine d’une histoire économique plus générale ; comme l’écrit P. Kooij8, « the urban dimension in Dutch historiography has been both a handicap and a stimulus to the emergence of urban history as a distinctive discipline ». Un grand nombre de travaux ne concernent l’histoire urbaine que par ricochet : ainsi l’histoire coloniale et l’histoire du commerce, deux rubriques très nourries aux Pays-Bas. Mais, au XVIIe siècle, l’histoire du territoire des Pays-Bas proprement dit tend à se confondre avec l’histoire des villes, tant celles-ci exercent une forte domination économique et politique ; parmi les travaux d’histoire urbaine les plus intéressants, on trouve ainsi des études régionales dont le propos initial était l’histoire rurale. Que l’objet de la recherche soit la culture du tabac ou l’industrie textile, on doit nécessairement prendre en compte un système de diffusion de l’innovation, de distribution des matières premières, de collecte de la production, qui met en jeu des villes régionales et extra-régionales.

8Ce rôle des villes s’affaiblit au XVIIIe siècle et dans la première moitié du XIXe, ce qui redonne une certaine autonomie à l’histoire urbaine, avant que les villes ne reviennent sur le devant de la scène (mais cela n’a rien d’original, sinon la date tardive) après 1870.

  • 9 – DURAND (Y.), Les républiques au temps des monarchies, Paris, 1973.

9Les grands débats historiques internationaux ont souvent eu peu d’écho aux Pays-Bas. Ainsi la controverse Mousnier-Labrousse sur « sociétés d’ordres » et « sociétés de classes ». Pourtant les Provinces-Unies posent un problème particulier : dès le XVIIe siècle la noblesse est quasiment éliminée comme groupe dominant, au moins dans les provinces maritimes (Hollande en particulier), où une grande bourgeoisie va accaparer les fonctions dirigeantes. Yves Durand9 a ainsi beaucoup de mal à faire entrer les Provinces-Unies (contrairement à Venise, par exemple) dans son schéma, car l’ossification du patriciat qu’il décrit est plus le fait du XVIIIe siècle que du XVIIe, époque des « self-made men ». Ce patriciat a fait l’objet de nombreux travaux aux Pays-Bas, mais généralement sans références au débat sur le type de société.

10Autre question : la coupure entre histoire moderne et histoire contemporaine est-elle ici pertinente ? Oui, si l’on considère les bouleversements politiques et économiques : écroulement du commerce (Blocus continental), passage d’une République fédérale à une monarchie centralisée ; il y a eu un mouvement révolutionnaire aux Pays-Bas, et deux décennies de domination française (« la période française », disent les Néerlandais) ont laissé des traces. Mais les incidences de ces événements sur la société urbaine apparaissent singulièrement ténues : après 1815, ce sont les mêmes familles qui généralement retrouvent le pouvoir municipal (réduit, il est vrai) ; et les tentatives de redressement économique se font sur les bases anciennes : commerce et colonies. Cela explique sans doute que la séparation des champs scentifïques soit moins nette qu’en France entre le XVIIIe et le XIXe siècle ; bien sûr on trouve des historiens spécialisés sur le XVIIe et le XVIIIe, mais les recherches à cheval sur la « période française » ne sont pas exceptionnelles (par exemple, H.A. Diederiks, de l’Université de Leyde).

11Plus paradoxal est le faible retentissement de la théorie de la « proto-industrialisation », car elle est largement fondée sur l’exemple flamand et s’applique très bien à certaines régions des Pays-Bas, notamment le Brabant et la Twente. Faut-il voir là une réticence à la généralisation et une approche plus nationale et régionale des historiens néerlandais ? Cette hypothèse se confirme si l’on considère les débats qui ont fait couler le plus d’encre au cours des dernières décennies : quelles sont les causes de l’essor des Provinces-Unies au XVIIe siècle ? quelle est la date et quels sont les motifs du déclin qui se dessine à partir de la fin du XVIIe siècle ? pourquoi la Révolution industrielle a-t-elle ici un impact aussi faible et aussi tardif ? Donc des sujets nationaux qui mettent en évidence le caractère exceptionnel de l’histoire économique et sociale des Pays-Bas.

12Cela n’exclut pas pour autant l’insertion dans des courants internationaux de la recherche, surtout à partir des années 1970 ; P. Kooij souligne en 1993 les liens avec la new urban history sur des thèmes comme l’assistance aux pauvres. Peut-être insiste-t-il trop cependant sur ce « tournant » des années 1970, qui aurait fait passer l’histoire urbaine néerlandaise de l’empirisme à la théorie ; une évolution est incontestable, mais elle n’a rien d’un mouvement d’ensemble simultané et coordonné.

Sources et lieux de la recherche

  • 10 – Une synthèse a été réalisée par A. M. VAN DER WOUDE dans l’Algemene Geschiedenis der Nederlanden (...)

13Dans l’ensemble, les sources ne sont pas d’une très grande richesse, tout en étant globalement meilleures sur les provinces maritimes que sur les régions intérieures. Elles sont faibles en démographie : il n’y a guère de documents d’état civil avant le XIXe siècle et le premier recensement général date de 1795 ; toutefois quelques dénombrements régionaux ou locaux permettent de reconstituer l’évolution aux XVIe et XVIIe siècles ; les recherches récentes ont dans l’ensemble conduit à diminuer les évaluations anciennes, notamment pour les villes de l’intérieur10.

14Les documents d’histoire économique sont plus nombreux : le commerce maritime (plus que le commerce terrestre), les grandes compagnies coloniales, la banque et la Bourse sont des domaines assez bien explorés. L’histoire sociale présente une situation plus contrastée : comme souvent, les élites sont mieux connues que les catégories populaires, avec une source de qualité : les inventaires après décès. Le premier recensement national des professions date de 1849, mais pour le XVIIIe et le début du XIXe siècle, on dispose de documents locaux ou régionaux qui sont souvent de bonne qualité.

15L’association des archivistes néerlandais publie depuis 1979 un inventaire des archives par lieux, ce qui a sans doute contribué au maintien d’une tradition d’histoire locale et régionale. Parallèlement les répertoires de sources spécialisées se sont multipliés : histoire des guildes d’Amsterdam, histoire du commerce de la Baltique... D’autre part la publication intégrale de documents originaux s’est développée dans les années 1970 et 80 : résolutions des États Généraux, correspondances... La diversité des lieux de production de la recherche a déjà été soulignée ; les grandes universités « littéraires » tiennent cependant une place de choix : Leyde, Amsterdam, Utrecht, Groningue, Nimègue (celle-ci peut-être un peu en retrait) ; l’histoire n’est pas absente pour autant des universités plus spécialisées : liée à l’agriculture à Wageningen, à l’économie à Rotterdam, à la technique à Eindhoven. L’équivalent du CNRS français est scindé en deux branches, la recherche « appliquée » étant nettement plus active que la recherche « pure », ce qui joue au détriment de l’histoire. De grands programmes de recherche historique bénéficient toutefois d’aides publiques : P. Kooij en cite deux exemples récents (voir ci-dessous).

16L’infrastructure éditoriale est bonne, avec une tradition d’édition scientifique (Mouton par exemple) et plusieurs revues : Revue d’histoire (Tijdschrift voor Geschiedenis), Annuaire d’histoire économique et sociale (Economisch- en Sociaal-Historisch Jaarboek), Revue d’histoire sociale (Tijdschrift voor Sociale Geschiedenis, à partir de 1975), Revue de géographie historique (Historisch Geografisch Tijdschrift, à partir de 1983), A.A.G. Bijdragen (Wageningen). On notera qu’il n’existe pas de revue spécialisée en histoire urbaine.

Les thèmes

17On dispose de quelques bibliographies en langues internationales qui incluent de nombreux travaux de Néerlandais et en langue néerlandaise, et permettent de se faire une idée des thèmes le plus souvent abordés.

  • 11 – JEANNIN (P.), L’Europe du Nord-Ouest et du Nord aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, PUF, 2ème éd. (...)
  • 12 – DE VOOGD (C.), Histoire des Pays-Bas, Hatier, Paris, 1992.

18Non spécialisé en histoire urbaine, le Nouvelle Clio de Pierre Jeannin11 est cependant intéressant par son esprit, car il insiste sur les moyens d’information et de recherche ; la première édition date de 1969, mais une deuxième édition mise à jour (de façon malheureusement un peu rapide) a été publiée en 1987. L’ouvrage en français le plus récent sur l’histoire des Pays-Bas (Ch. de Voogd, 1992) comporte peu d’indications bibliographiques12.

  • 13 – Dans Historiens-Géographes, décembre 1982.
  • 14 – DIEDERIKS (H.A.), Ten years of historical writing on Dutch cities during the 19th and 20th centur (...)

19Pour l’histoire urbaine proprement dite, on peut mentionner en français : Morineau (1982)13, et en anglais : Diederiks et van der Laan (1976) et Diederiks (1986)14. Mais la synthèse la plus commode et la plus récente est celle de de P. Kooij (1993), à laquelle je renvoie pour les compléments bibliographiques.

  • 15 – À signaler toutefois la participation de A. M. VAN DER WOUDE à l’ouvrage collectif de J.-P. POUSS (...)
  • 16 – VAN NIEROP (L.), De bevolkingsbeweging der Nederlansche stad, 1905.
  • 17 – POSTHUMUS (N.V.), De geschiedenis van de Leidsche lakenindustrie, 3 vol. publiés de 1933 à 1939.
  • 18 – Par exemple le livre de W. BRAND : Eindhoven, 1937.

20Il n’existe pas d’ouvrage général sur les villes néerlandaises, à quelque période que ce soit15. Doit-on attribuer cela à la disparité des sources et à l’inachèvement d’une phase d’exploration de la documentation disponible ? Le premier ouvrage « synthétique » date cependant de 1905 et porte sur l’évolution démographique16. La première « grande » thèse est incontestablement celle de Posthumus sur l’industrie textile de Leyde, qui fait encore autorité aujourd’hui17. Les premières monographies non événementielles datent aussi de l’entre-deux-guerres18. Après la deuxième guerre mondiale, la place des monographies régionales et locales reste très forte, avec un intérêt particulier pour Amsterdam.

  • 19 – Cela n’exclut pas la poursuite des recherches sur des thèmes antérieurs : ainsi la circulation pa (...)
  • 20 – En néerlandais verzuiling, en anglais pillarization : structuration de la société à partir de « p (...)

21On constate cependant une évolution des thèmes abordés. Dans une première phase, les recherches portent principalement sur les questions démographiques et économiques (commerce, industrie, transports), ainsi que sur les institutions. À partir de 1970 environ, l’histoire urbaine devient beaucoup plus sociale ou socio-économique, tandis qu’émergent des préoccupations de répartition spatiale (cartographie) ; autant qu’à l’épuisement des sources démographiques et économiques disponibles (du travail reste à faire sur des sujets tels que les migrations), il faut attribuer ce changement à un glissement dans les centres d’intérêt des chercheurs19. Enfin les années 1980 voient apparaître sur le devant de la scène l’histoire politique et culturelle ; P. Kooij mentionne notamment deux grands programmes de recherches en cours, portant l’un sur l’histoire politique et culturelle de plusieurs villes néerlandaises, l’autre sur la pilarisatiori20 de la société à partir de la fin du XIXe siècle.

22Si l’on veut dégager quelques points forts de l’histoire urbaine néerlandaise actuelle (avec l’arbitraire que comportent nécessairement ces choix), on sera surtout amené à mettre en évidence l’histoire sociale, celle des politiques municipales et celle des mentalités.

  • 21 – FRIJHOFF (W.), La société néerlandaise et ses gradués, 1575-1814, Amsterdam, 1981.
    DE BOOY (E.P.) (...)
  • 22 – Cf. DE VRIES (B.), Electoraat en elite. Sociale structuur en mobiliteit in Amsterdam 1850- 1895, (...)
  • 23 – KNOTTER (A.), Economische transformatie en stedelijke arbeidsmarkt. Amsterdam in de tweede helft (...)
  • 24 – DIEDERIKS (H.A.) et al. éd., Armoede en sociale spanning (« Pauvreté et tensions sociales »), Hil (...)
  • 25 – VAN LEEUWEN (M.), « Social segregation in a pre-industrial city : Amsterdam around 1850 », commun (...)
  • 26 – Cf. SCHUT (E.), Geschiedenis van de Joodse gemeenschap in de Pekela’s, 1683-1942 (« Histoire de l (...)

23L’histoire sociale inclut la poursuite des travaux sur la stratification sociale, commencés pendant la période antérieure, mais intègre désormais le rôle de l’instruction, qui avait été jusqu’ici assez négligé21. L’étude des caractéristiques des classes dirigeantes a été étendue au XIXe siècle où le suffrage censitaire en permet une bonne approche22 ; pour le reste, en dehors de la sociologie du clergé calviniste, on retrouve des thèmes classiques : le marché du travail23, les salaires, le chômage, la pauvreté (XVIIIe siècle)24, les mouvements sociaux (XIXe siècle), la ségrégation sociale en ville (fin XIXe25, début XXe). Une attention particulière est cependant portée aux minorités, en particulier religieuses : Juifs26, catholiques.

  • 27 – VAN ROOIJEN (M.), Recreation, city parks, Amsterdam, 1865-1920, communication au congrès d’Amster (...)

24Pour ce qui est de l’histoire des politiques municipales, les décennies antérieures avaient privilégié l’approche juridique des institutions municipales ; désormais on focalise l’attention sur les équipements et les politiques publiques : services de santé, approvisionnement en eau et en énergie, urbanisme27. L’intervention publique dans l’aménagement urbain est en effet une constante de l’histoire néerlandaise à l’époque moderne et contemporaine ; de nombreuses publications portent par exemple sur les plans d’extension du XVIIe siècle, mais aussi sur les cités-jardins et « l’École d’Amsterdam » des années 1920.

  • 28 – FABER (S.), Strafrechtpleging en criminaliteit te Amsterdam, 1680-1811. De nieuwe menslievendheid(...)

25L’histoire des mentalités s’inscrit clairement dans un courant international, dont elle reprend les principaux thèmes : étude des croyances populaires, de la pratique religieuse, de la criminalité28, des attitudes vis-à-vis de la prostitution...

  • 29 – Un exemple de reprise d’un thème ancien, mais dans une optique plus globale, plus comparative, et (...)
  • 30 – European cities and their people, First conference of the European Association of Urban Historian (...)

26Cette inflexion récente a introduit un rééquilibrage en faveur du XIXe siècle, sans que les thèmes classiques et le XVIIe disparaissent pour autant des publications des dix dernières années29. Cependant, lors du congrès international d’histoire urbaine qui s’est tenu à Amsterdam en septembre 199230, les communications néerlandaises ont porté en majorité écrasante sur la période contemporaine ou l’ensemble XVIIIe-XIXe siècles : le glissement semble donc se confirmer.

27Bien qu’elle ne soit pas imperméable aux effets des modes internationales, l’histoire urbaine néerlandaise a plus évolué par élargissement de ses champs d’intérêt que par substitution d’une orientation à une autre. D’où l’impression actuelle de foisonnement, qui rend un peu artificielle l’entreprise d’enfermer cette production dans une classification tranchée. P. Kooij souligne les dangers de cet éparpillement, auquel il voit deux antidotes possibles :

  • un recentrage sur les monographies urbaines, qui serait bien dans la tradition nationale et irait à la rencontre des goûts du public, mais risquerait de déconnecter l’histoire urbaine néerlandaise des grands courants internationaux ;
  • une définition plus stricte de l’« histoire urbaine », qui exclurait la simple utilisation de la ville comme terrain d’application de problématiques générales relevant d’une histoire thématique ; la voie est intéressante, mais on imagine aisément les débats sur la fixation des frontières...

Notes

1 – Cette remarque n’est pas vraiment infirmée par l’abondance des études (avant les années 1980) sur les causes du déclin des Provinces-Unies au XVIIIe siècle.

2 – B. H. SLICHER VAN BATH (Overijssel), J. A. FABER (Frise), H. K. ROESSINGH (Veluwe), A. M. VAN DER WOUDE (Nord de la Hollande, marginalisé dès le milieu du XVIIe s.). Dans les années 1980, P. KOOIJ ajoutera à la liste la Groningue et le Brabant ; voir notamment son article « Peripheral cities and their regions in the Dutch urban System until 1900 », Journal of Economic History, 1988.

3 – PHILIPS (R.), Mestreechs Aagt, geschiedenis van de Maastrichtste brouwers en hun hier, Stichting Historische Reeks, Maastricht, 1982.

4 – GROEN (J.A.), Een cent per emmer, Het Amsterdamse drinkwater door de eeuwen heen, Amsterdam, 1979.

5 – BEKOOY (G.), Philips 1891-1991, A Century of Entreprise, Zaltbommel, 1991.

6 – KRUIJT (B.) et al., Stedelijke netwerken, La Haye, Imprimerie nationale, 1987.

7 – VAN DER CAMMEN (H.) dir., Nieuw Nederland, La Haye, Imprimerie nationale, 1987.

8 – KOOIJ (P.), « The Netherlands », in RODGER (R.) éd., European Urban History, Leicester University Press, Leicester et Londres, 1993, pp. 127-150.

9 – DURAND (Y.), Les républiques au temps des monarchies, Paris, 1973.

10 – Une synthèse a été réalisée par A. M. VAN DER WOUDE dans l’Algemene Geschiedenis der Nederlanden (« Histoire générale des Pays-Bas »), Haarlem, 1980 : « Demografische ontwikkeling van de Noordelijke Nederlanden 1500-1800 » (« évolution démographique des Pays-Bas du Nord », c’est-à-dire les Pays-Bas actuels).

11 – JEANNIN (P.), L’Europe du Nord-Ouest et du Nord aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, PUF, 2ème éd., 1987.

12 – DE VOOGD (C.), Histoire des Pays-Bas, Hatier, Paris, 1992.

13 – Dans Historiens-Géographes, décembre 1982.

14 – DIEDERIKS (H.A.), Ten years of historical writing on Dutch cities during the 19th and 20th centuries, 1986.
On peut aussi se référer aux actes d’un colloque qui s’est tenu à la Maison des Sciences de l’Homme en 1976, actes édités par M. AYMARD, Capitalisme hollandais et capitalisme mondial, M.S.H. et Cambridge University Press, 1982.

15 – À signaler toutefois la participation de A. M. VAN DER WOUDE à l’ouvrage collectif de J.-P. POUSSOU et al., Les villes d’Europe occidentale aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, SEDES, 1983, lorsque cette question était au programme de l’agrégation.

16 – VAN NIEROP (L.), De bevolkingsbeweging der Nederlansche stad, 1905.

17 – POSTHUMUS (N.V.), De geschiedenis van de Leidsche lakenindustrie, 3 vol. publiés de 1933 à 1939.

18 – Par exemple le livre de W. BRAND : Eindhoven, 1937.

19 – Cela n’exclut pas la poursuite des recherches sur des thèmes antérieurs : ainsi la circulation par eau ou l’organisation urbaine. Cf. CLEMENT (M.), « Transportation as an indicator of hierarchy and centrality : the case of the province Groningen 1770-1914 », communication au congrès d’Amsterdam de 1992 (voir note 30).

20 – En néerlandais verzuiling, en anglais pillarization : structuration de la société à partir de « piliers » représentés par les familles religieuses et, plus largement, idéologiques.

21 – FRIJHOFF (W.), La société néerlandaise et ses gradués, 1575-1814, Amsterdam, 1981.
DE BOOY (E.P.), Kweekhoven der wisheid. Basis en vervolg-onderwijs in de steden van de provincie Utrecht van 1580 tot het begin der 19e eeuw (« Pépinières de la sagesse. L’enseignement primaire et secondaire dans les villes de la province d’Utrecht de 1580 au début du XIXe siècle »), Zutphen, 1980.

22 – Cf. DE VRIES (B.), Electoraat en elite. Sociale structuur en mobiliteit in Amsterdam 1850- 1895, Amsterdam, 1986.

23 – KNOTTER (A.), Economische transformatie en stedelijke arbeidsmarkt. Amsterdam in de tweede helft van de negentiende eeuw (« Transformations économiques et marché urbain du travail. Amsterdam dans la deuxième moitié du XIXe siècle »), Amsterdam, 1991.

24 – DIEDERIKS (H.A.) et al. éd., Armoede en sociale spanning (« Pauvreté et tensions sociales »), Hilversum, 1985.

25 – VAN LEEUWEN (M.), « Social segregation in a pre-industrial city : Amsterdam around 1850 », communication au colloque d’Amsterdam de 1992 (voir note 30).

26 – Cf. SCHUT (E.), Geschiedenis van de Joodse gemeenschap in de Pekela’s, 1683-1942 (« Histoire de la communauté juive dans les Pekela » ; Oude- et Nieuwe-Pekela sont des colonies des tourbières), Groningue, 1991.

27 – VAN ROOIJEN (M.), Recreation, city parks, Amsterdam, 1865-1920, communication au congrès d’Amsterdam de 1992 (voir note 30).

28 – FABER (S.), Strafrechtpleging en criminaliteit te Amsterdam, 1680-1811. De nieuwe menslievendheid (« Droit pénal et criminalité à Amsterdam. La nouvelle philanthropie »), Amhem, 1983.

29 – Un exemple de reprise d’un thème ancien, mais dans une optique plus globale, plus comparative, et sur une longue durée : RYSTAD (G.), The interactions of Amsterdam and Antwerp with the Baltic region, 1400-1800, Leyde, 1983.
Un exemple de transposition au XIXe siècle d’un thème classique de l’histoire du XVIIe siècle : KYMMEL (J.), Geschiedenis van de algemene banken in Nederland (« Histoire des banques générales aux Pays-Bas »), 1860-1914, Amsterdam, 1992.

30 – European cities and their people, First conference of the European Association of Urban Historians, organised by the Dutch Urban History Group on behalf of the European Association, International Institute of Social History, Amsterdam, 4-7 septembre 1992.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search