Version classiqueVersion mobile

Panoramas urbains

 | 
Jean-Louis Biget
, 
Jean-Claude Hervé

... En Italie

Historiographie des villes de l’Italie moderne

Brigitte Marin

Texte intégral

  • 1 – Sur le renforcement de la « régionalisation » des études historiques en Italie, voir BERTELLI (S. (...)
  • 2 – Notons cependant pour la fin du Moyen Âge la récente publication de M. GINATEMPO et L. SANDRI, L’ (...)

1Les difficultés et les limites que rencontre nécessairement un exposé sur l’historiographie italienne sont avant tout liées à la dispersion extrême de la production historique. L’histoire locale et régionale domine ; il existe bien davantage, en Italie, des historiographies régionales, ayant leurs traditions, leurs problématiques propres et par conséquent relativement cloisonnées, qu’une historiographie nationale, même si ces différentes historiographies sont aussi, à des degrés variés, marquées par les orientations et les questionnements issus de la confrontation avec de récents travaux historiques européens, notamment français et anglo-saxons1. Certes, cette historiographie fortement enracinée dans la région s’explique par l’évolution historique de la péninsule tardivement unifiée. Les modernistes font donc nécessairement l’histoire d’entités politiques et territoriales plus réduites qui ont chacune leurs caractéristiques propres : les États régionaux. Mais cette historiographie morcelée se traduit aussi par une dispersion éditoriale et par une relative absence d’histoire comparative. Les ouvrages de synthèse sont rares et, si un effort dans ce sens a été fait par exemple dans le domaine de l’histoire des élites, l’histoire urbaine souffre cruellement du manque d’histoire comparée des différentes réalités italiennes : on chercherait en vain l’équivalent italien de l’histoire de la France urbaine2.

  • 3 – Cf. BAIROCH (P.), BATOU (J.), CHEVRE (P.), La population des villes européennes. Banque de donnée (...)

2Fragmentation et dispersion régionales s’accentuent dans le domaine de l’histoire urbaine. En effet, en Italie, l’histoire des villes, qu’elles soient grandes ou petites, a une riche tradition à cause du nombre des cités et de leur importance dans la péninsule. Vers 1800, 11 % environ de la population européenne est urbanisée. L’Italie se situe bien au-dessus de la moyenne avec un taux d’urbanisation de 22 %3. Cette importance des villes dans l’histoire de la péninsule, non seulement à cause de leur poids démographique, mais aussi pour leur rôle économique et politique (on compte bien une dizaine de capitales d’État) en a fait un objet d’attention privilégié pour l’historien.

La tradition historiographique

  • 4 – Le patriotisme urbain s’exacerbe notamment contre les pouvoirs monarchiques et centraux. Cf. par (...)

3L’histoire des villes commence avec l’épanouissement de la civilisation communale. Dès les XIIIe et XIVe siècles apparaissent de nombreuses chroniques sur telle ou telle ville particulière4, destinées à exalter ses origines antiques (surtout par rapport à Rome), ses gloires et splendeurs, son inscription dans les grands événements de l’histoire, les hommes illustres auxquels elle a donné naissance et qu’elle a nourris, ses monuments et sa noblesse. Ces textes défendent l’originalité de la communauté citadine, illustrent un fort attachement à l’identité urbaine et sont porteurs de cette idéologie de la « ville dominante » très liée à ce moment historique qu’est la cité-État – époque de grande autonomie urbaine où chaque ville domine un territoire de campagnes appelé contado d’où elle tire approvisionnement et richesse – mais qui connaît encore de beaux jours à l’époque moderne. En effet les textes de cette nature sont massivement publiés et diffusés à partir de la Renaissance ; au XVIIIe siècle encore, alors que s’émousse cette conception de la ville dominante pour en venir à un rapport plus équilibré entre villes et campagnes, l’intérêt urbain ne faiblit pas, notamment pour le gouvernement républicain de certaines villes comme Venise, pour cet héritage, toujours opérant, des institutions d’origine médiévale.

  • 5 – Cf. CATTANEO (C.), « La città considerata come principio ideale delle istorie italiane » (1858), (...)

4La civilisation urbaine ayant profondément marqué l’Italie, et la « patrie » de bien des Italiens ayant pendant longtemps été presque plus encore qu’une région une ville, l’historiographie traditionnelle du XIXe et du début du XXe siècle a lu l’histoire du pays à travers celle de ses villes5. L’historiographie du XIXe siècle est par de nombreux aspects fille de la production moderne sur l’histoire des villes : très fortement campaniliste, érudite, elle prend souvent la forme de la chronique des événements.

  • 6 – Citons BELOTTI (B.), Storia di Bergamo e dei Bergamaschi, Bergame, 1940 ; la Storia di Milano dir (...)

5Après la Seconde Guerre mondiale, paraissent quelques grandes histoires urbaines6 qui insistent surtout sur l’histoire politique, culturelle et artistique. On y trouve peu d’unité du sujet au fil des différents chapitres confiés le plus souvent à des auteurs différents. Et surtout la périodisation adoptée n’est pas liée aux rythmes propres de la ville, mais reprend les grandes coupures de l’histoire générale : il s’agit donc davantage d’une histoire locale que d’une histoire urbaine à proprement parler. Cette tradition d’histoire des villes entendue comme « monumentum », grand recueil de la mémoire des faits historiques illustres, des événements marquants, accompagnée de la rhétorique humaniste des « città nobilissime », est lente à s’éteindre.

  • 7 – L’ouvrage d’I. INSOLERA, Roma moderna (XIXe), paru en 1962, est sans doute une des toutes premièr (...)
  • 8 – Ces réflexions sont développées dans l’article de L. BORTOLOTTI, « Aspetti e problemi della stori (...)

6Par conséquent, un peu paradoxalement, en dépit d’une longue tradition d’histoire centrée sur les villes, l’histoire urbaine – celle qui s’attache vraiment à cet objet spécifique, qui analyse comment la ville croît et se modifie à l’intérieur de son périmètre comme dans son rapport à l’ État territorial – émerge tardivement en Italie7 et ne peut récupérer grand chose de l’historiographie traditionnelle. Un intérêt nouveau pour l’histoire urbaine se dégage donc dans les années 1970. L’industrialisation et l’urbanisation tardives de l’Italie où, jusqu’à la Seconde Guerre, bien des villes sont atones, sans développement, encore peuplées de propriétaires fonciers et de bureaucrates, n’ont sans doute pas contribué à placer les cités au centre des préoccupations des chercheurs8.

  • 9 – Pour un panorama général de l’histoire urbaine italienne, toutes périodes confondues, on pourra s (...)

7Il faut encore souligner que la période moderne ne s’est pas présentée immédiatement comme favorable à l’histoire urbaine. D’une part, les historiens ont préféré s’attacher à la période médiévale, un temps fort de la civilisation urbaine marqué par une grande prospérité économique et une étonnante croissance démographique des villes ; cet attrait est sensible dès le XIXe siècle car, avec le développement des idéaux libéraux, l’Italie des communes apparaissait comme l’Italie des libertés. La période contemporaine a, d’autre part, retenu l’attention avec la ville industrielle, chère aux historiens marxistes, le développement de nouvelles activités administratives et économiques, les changements de la forme de la ville, la promotion de certaines villes au rang de chef-lieux provinciaux9. Entre ces deux temps forts de l’histoire italienne, les communes et le Risorgimento, l’Italie moderne était interprétée par l’historiographie traditionnelle comme une période de décadence et on ne s’y intéressait guère que pour tenter d’y déceler les signes avant-coureurs du Risorgimento. On s’occupait peu de cette période où, après l’âge d’or de la Renaissance, l’Italie n’occupe plus qu’une place périphérique et subalterne en Europe.

8Or, depuis les trente dernières années, on a assisté à un profond renouveau de l’histoire de l’Italie moderne. Les historiens s’ouvrent à d’autres historiographies (celle des Annales par exemple). Mais ce renouveau intéresse d’abord le monde rural. Dans les années 1950-60, les historiens italiens se détournent d’une traditionnelle histoire des villes pour aborder les questions de l’abolition de la féodalité (ou du poids de la féodalité, en particulier dans le Sud), les caractères de la crise du XVIIe siècle, l’évolution de la rente foncière et seigneurale, de la production, et la transition du féodalisme au capitalisme. Il s’agit donc surtout d’une histoire économique des campagnes, du fief, de la propriété rurale.

9Cet acquis de connaissances nouvelles permet, dans les années 1970, de revenir à l’histoire des villes avec des problématiques renouvelées. Vive est alors la conscience de l’importance du rapport ville/campagne, de la complémentarité entre la ville murée et son espace environnant, son territoire, surtout à l’époque moderne avec la consolidation des États régionaux.

10Notons enfin, avant de passer aux apports les plus récents de l’histoire urbaine moderne en Italie, que les évolutions ou les tendances ne tiennent pas toujours aux développements des questionnements internes à la discipline, mais qu’il faut faire leur part aux institutions qui encadrent la recherche et aux débats propres au champ de l’histoire dans son ensemble.

Les années 1970 : l’émergence de l’histoire urbaine et ses approches principales

  • 10 – Insistent particulièrement sur ce thème de la ville en rapport avec son territoire le n° 22 « Cam (...)

11Le développement de l’histoire urbaine dans les années 1970 est sensible avec la création de deux revues spécialisées : Storia urbana éditée par F. Angeli à Milan à partir de 1977, et Storia della Città, éditée par Electa dans la même ville à partir de 1976. Cette dernière porte un sous-titre : « revue d’histoire urbaine et territoriale » qui souligne l’intérêt pour une histoire urbaine qui sorte des murs de la ville10.

Pour une « histoire du territoire »

  • 11 – CARACCIOLO (A.), « Introduction » à Dalla città preindustriale..., op. cit., p. 10.
  • 12 – Ibid., p. 11. Ce filon historiographique est également illustré par la collection « Storia urbana (...)
  • 13 – Sur ce thème, voir ROMANO (R.), « Il Mediterraneo. Città costiere e città dell’interno », in Id., (...)
  • 14 – CARACCIOLO (A.), « Introduction » à Dalla città preindustriale..., op. cit., p. 15.

12La revue Storia della città semble enregistrer par là les acquis d’un important colloque, tenu à Sorrente en 1973, dont les résultats ont d’abord été partiellement publiés par l’organisateur (la revue Quaderni Storici) avant de faire l’objet d’un volume : Dalla città preindustriale alla città del capitalismo, Bologne, 1975. Il y est souligné que l’histoire urbaine comporte le risque de « construire une espèce d’histoire sur mesure, dans laquelle le phénomène urbain est pour ainsi dire isolé et étudié pour lui-même, sans relations avec la mutation des conditions générales du développement historique, ni avec les diverses formations socio-économiques » (P. Villani)11. Afin d’échapper à ce risque, une orientation des études est proposée : « Une direction importante dans laquelle on peut avancer aujourd’hui semble être l’histoire du territoire »12. Il s’agit d’insérer le fait urbain dans un cadre plus ample qui, face à la tendance traditionnelle à se concentrer sur les protagonistes citadins, fasse sa place à l’économie et au monde rural. C’est une invitation à enquêter sur les flux, les échanges, les valeurs culturelles et politiques qui circulent entre centres urbanisés et campagnes. Les excès des interprétations trop centrées sur l’urbain sont dénoncés, la profonde ruralité du monde antérieur au XIXe siècle rappelée avec force, la dépendance des villes par rapport aux campagnes soulignée. Il convient donc d’étudier les rapports entre les ports et leurs hinterland13, les grandes foires et les aires de production, les centres administratifs et les articulations périphériques du pouvoir. La proposition finale est d’étudier « non seulement, par conséquent, les grandes villes, voire les grandes métropoles et les fameuses capitales, mais bien plutôt des territoires étendus dans lesquels se situe un réseau urbain déterminé (...) »14. On perçoit aisément l’influence exercée dans ce cas par les géographes. Toutefois, l’objet d’étude cesse d’être la ville : on ne part pas de la ville pour s’ouvrir au territoire, on part du territoire sans qu’il conduise nécessairement à l’étude de la ville.

Une histoire « urbanistique »

13Si la revue Storia della Città tient compte de cette tendance à faire l’histoire du territoire, elle fait aussi une très large place à une autre orientation dominante dans l’historiographie italienne sur les villes. On peut même lire dans le n° 37 « Terra di Bari » (1987) : « L’histoire urbanistique est désormais destinée à avoir un rôle moteur dans la nouvelle historiographie sur la ville ».

14Cette histoire urbanistique est bien illustrée par la création d’une collection, Le Città nella storia d’Italia, dirigée par Cesare De Seta. Les premiers volumes, rédigés par Giovanni Fanelli (Florence) et Cesare De Seta – Leonardo Di Mauro (Palerme) paraissent en 1980. Cette collection témoigne de l’énorme contribution, en Italie, des architectes et des urbanistes à l’histoire des villes. L’Italie possède un réseau sans doute unique en Europe de facultés d’architecture. Par conséquent, l’histoire de l’urbanisme et de l’architecture a dans ce pays une fécondité exceptionnelle et une grande part de l’histoire des villes est faite par des architectes (et non par des historiens de formation) plus attentifs dès le départ aux formes de la ville, au bâti, à la construction : les historiens de l’architecture dominent aujourd’hui encore et depuis une vingtaine d’années l’histoire urbaine italienne.

  • 15 – Préface de C. DE SETA aux volumes de la collection « Le città nella storia d’Italia ».
  • 16 – Ibid.

15La collection Le Città nella storia d’Italia a pour ambition d’écrire une histoire de l’Italie qui parte des villes : « Notre civilisation est par définition une civilisation urbaine : chaque ville, grande ou petite a sa propre histoire bien caractérisée. Ces histoires singulières, ces petites patries, peuvent être lues comme autant de morceaux d’une mosaïque qui constituerait l’Italie, et c’est ainsi qu’elles ont été vues par la tradition historiographique depuis plus d’un siècle pour la plus grande gloire de l’Unité acquise. Mais ces histoires peuvent aussi être interprétées comme des moments fortement autonomes et caractérisés, précisément des histoires “particulières” de communautés et de leur capacité à se constituer en unités civiles et en organismes urbains »15. C. De Seta plaide pour l’autonomie de l’urbain, et l’histoire des villes se présente dans cette collection comme une synthèse très documentée de l’évolution urbaine, insistant sur les caractères physiques, matériels, des événements qui en ont marqué l’évolution : « L’histoire de la ville se lit dans ses rues et dans ses places, dans la cathédrale et l’hôtel de ville, les couvents et les églises, les ports et les marchés, les forteresses et les quartiers populaires, dans sa topologie et dans la transformation (...) du milieu naturel »16.

  • 17 Ibid.
  • 18 – Il existe bien depuis 1986 une autre collection d’histoire urbaine, « Storia delle Città italiane (...)
  • 19 – Des efforts de comparaison ou de synthèse sont faits dans les années 1980. Cf. SIMONCINI (G.), Le (...)

16Il s’agit donc de suivre le développement matériel des villes, d’expliquer ses modifications matérielles en les mettant en rapport avec les événements politiques, les évolutions économiques, la dynamique démographique et l’évolution des langages artistiques. Cette histoire part des pierres, de la dimension architectonique et urbanistique de la ville : « Non pas, par conséquent, l’ambition vaine d’une histoire totale, mais une narration qui dévoile les raisons qui poussent à l’agrandissement de l’enceinte, à l’expansion d’un nouveau quartier, à la construction d’une église, d’un palais ou d’une forteresse »17. Cette histoire, qui va des pierres aux hommes, acteurs de ces transformations, domine le terrain de la recherche. Aucune collection spécialisée ne concurrence celle lancée sur le marché par C. De Seta18. En effet, cette collection illustre une « histoire urbanistique » confiante, déjà arrivée à maturité19.

  • 20 – BORTOLOTTI (L.), « Aspetti e problemi della storiografia urbana... », op. cit.

17Dans les années 1970 s’ouvre un débat sur « histoire urbaine »/ « histoire urbanistique ». Comment doit-on appeler l’histoire des villes ? La différence d’adjectif recouvre des différences de méthode. L’« histoire urbanistique » a émergé la première comme fruit de l’hégémonie des architectes occupant le terrain de la ville déserté par d’autres chercheurs (géographes, économistes, historiens). Mais elle est entendue dans un premier temps comme histoire des projets urbanistiques de transformations urbaines, notamment dans leur finalité expressive et esthétique20 ; ce n’est alors bien évidemment qu’un secteur, même s’il est bien représenté, de l’histoire urbaine entendue comme histoire de la société urbaine et histoire de la ville construite. Progressivement l’« histoire urbanistique » se fait davantage « histoire urbaine ». Elle tente de se libérer de cette dimension réductrice, limitée aux thèmes des techniques et des matériaux de construction, de l’organisation et de l’utilisation de l’espace, du système viaire et des services techniques hygiénico-sanitaires. Bref, elle sort du cadre étroit de la simple reconstruction de la morphologie urbaine.

  • 21 – FANELLI (G.), Firenze, architettura e città, 1974 (étapes de la construction, morphologie et orga (...)
  • 22 – BORTOLOTTI (L.), « Aspetti... », op. cit.

18L’histoire urbaine, telle qu’elle s’est développée en Italie, dérive donc surtout de l’« histoire urbanistique » ; elle concerne la structuration physique de la ville en lien plus ou moins étroit avec les autres réalités urbaines. Elle prend en considération l’urbs, mais aussi la civitas dans la mesure où elle est conditionnée par la structure physique et la conditionne à son tour. La tendance date des années 197021, mais se développe en accentuant l’attention aux rapports entre la société urbaine et son milieu, et en intégrant même la dimension territoriale. Ainsi, l’histoire de Bologne de G. Ricci (1980) insiste sur le rapport entre espace et société comme « production de la part de sociétés diversement stratifiées d’espaces diversement articulés et exploités »22. Une étape dans la maturation des objectifs de l’« histoire urbanistique » est sans doute le colloque de Lucques de 1975 dont les actes furent publiés en 1976 sous le titre La storiografia urbanistica (dir. par Roberta Martinelli et Lucia Nuti). Cette histoire urbanistique est définie en 1987 dans le n° 37 de Storia della Città comme l’histoire des transformations urbaines et territoriales produites par l’activité législative et le projet urbanistique ainsi que par le développement socio-économique. Elle englobe la compréhension du rapport ville/territoire, du rapport entre politique et technique, entre projets et résistances aux transformations. Des années 1970 aux années 1980, l’histoire urbanistique a donc su se transformer afin de conserver son hégémonie.

  • 23 – M. RONCAYOLO dénonçait « une histoire urbaine sans pierres ni formes matérielles » dans son artic (...)
  • 24 – Les volumes de la collection dirigée par C. DE SETA renferment un précieux inventaire des documen (...)

19Cette tendance historiographique a des mérites indéniables. Elle a souvent été bien accueillie en France lorsque les grandes monographies d’histoire sociale urbaine semblaient souffrir d’une trop faible attention à l’espace23. Elle a en outre privilégié une documentation qui reconstitue les traces matérielles de la ville et permet d’en restituer les formes anciennes : la cartographie depuis le XVe siècle, les vues et les plans. Il s’agit à la fois de retrouver une forme désormais détruite ou cachée et de découvrir les cadres mentaux à travers lesquels la ville était lue et donc représentée24. Cependant bien des travaux qui s’inscrivent dans cette veine révèlent rapidement leurs limites : une histoire désincarnée, souvent descriptive plus qu’explicative, se résumant à quelques tableaux successifs de la répartition des hommes et des bâtisses dans l’espace urbain, à une analyse sèche des marchés immobiliers, ou se limitant encore à une analyse typologique, stylistique et formelle. Bref, comme l’a souligné avec justesse Jean-Claude Maire Vigueur, il existe deux options qui peuvent être :

  1. « référer l’espace construit aux structures socio-économiques de telle ou telle formation sociale », en prenant comme point de départ le stock immobilier ;

    • 25 – MAIRE VIGUEUR (J.-C.)., « Introduction » aux actes du colloque D’une ville à l’autre : structures (...)

    « rechercher dans la ville les traces ou l’empreinte de politiques urbaines élaborées par des acteurs identifiables en termes politiques et sociaux, conformément à des stratégies dont il appartient à l’historien de dénouer la trame », le point de départ étant donc constitué par les acteurs, les phénomènes religieux, politiques, économiques ou culturels qui président à l’élaboration des projets25.

  • 26 – LABROT (G.), Baroni in città. Residenze e comportamenti dell’aristocrazia napoletana 1530-1734, N (...)

20Les historiens de l’architecture ont délibérément opté pour la première. De ce point de vue, les travaux de Gérard Labrot offrent une originalité intéressante puisque l’auteur, pour analyser le palais napolitain, refuse l’approche stylistique et part du propriétaire, cherche à définir les usages de l’espace de l’aristocrate, sa façon d’habiter entendue comme pratique matérielle socialement structurée et comme choix de solutions architecturales26.

La démographie historique

  • 27 – On trouvera également quelques résultats de la démographie historique italienne dans les Annales (...)
  • 28 – Sur ce dernier point, voir CIPOLLA (C.M.), Contre un ennemi invisible. Épidémies et structures sa (...)
  • 29 – Forte croissance du XIIe au XIVe siècle et au XVIe siècle, suivie d’un reflux qui fait qu’en 1700 (...)
  • 30 – Cf. la très récente publication sur Milan de S. D’AMICO, Le contracte e la città. Sistema produtt (...)
  • 31 – LEVI (G.), « Mobilité della popolazione e immigrazione a Torino nella prima metà del Settecento » (...)

21Le colloque organisé en 1980 par la « Società Italiana di Demografia Storica » et publié en 1982 à Bologne sous le titre la demografia storica delle città italiane sanctionne 10 à 15 ans de recherches dans le domaine27. Y sont étudiés l’ampleur des populations, les structures démographiques, les mécanismes de reproduction, les mobilités, la lutte contre les mortalités28. L’Italie apparaît comme un terrain intéressant à cause de sa grande urbanisation, du nombre des grandes villes et de la chronologie de la croissance démographique urbaine29. Les études de démographie ont eu un rôle non négligeable dans le développement de l’historiographie urbaine30. Par exemple le livre de Claudia Petraccone, Napoli dal Cinquecento all’Ottocento. Problemi di storia demografica e sociale (Naples, 1974), en liant démographie historique et histoire socio-économique d’inspiration marxiste, a contribué à attirer l’attention sur l’histoire sociale de cette ville. Les recherches de Giovanni Levi sur la mobilité de la population dans le Piémont moderne ont apporté des éléments essentiels à l’histoire de Turin et du réseau urbain qui s’articule autour de la capitale31.

Les réorientations des années 1980

  • 32 – Il ne saurait être question de faire une présentation exhaustive de tous les travaux regardant l’ (...)

22Les tendances historiographiques précédemment citées continuent à se développer et l’histoire urbaine italienne est toujours dominée par l’histoire urbanistique. Cependant les récents développements, moins de l’histoire urbaine que plus généralement de l’historiographie italienne et de ses questionnements, ont introduit quelques réorientations32.

La redécouverte d’une dimension urbaine dans l’histoire du Mezzogiorno

  • 33 – Cf. sur Bari, TATEO (F.) dir., Storia di Bari nell’antico régime, Bari, Laterza, 1991 (t. 1), 199 (...)
  • 34 – Au XVIIIe siècle, on compte une quarantaine de villes de plus de 10 000 habitants, et 120 entre 5 (...)
  • 35 – Villages et bourgs ruraux dans l’immédiate contiguité de la ville et sur lesquels la cité exerce (...)
  • 36 – Voir aussi VISCEGLIA (M.A.), « Un groupe social ambigu. Organisation, stratégies et représentatio (...)

23L’historiographie traditionnelle a fait l’histoire des villes du Nord et du Centre qui avaient connu les fastes de la période communale, mais s’est peu intéressée au Sud où, dès le Moyen Âge, le gouvernement normand, très centralisateur, suffoque toute forme d’autonomie des villes méridionales. Les villes y sont donc pour une partie dépendantes de la Couronne, pour une autre aux mains des seigneurs qui les ont obtenues en fief lors de la conquête par les Angevins (1266-1442) puis par les Aragonais (1442-1503). Tandis qu’au Nord et au Centre les villes assujettissent les seigneurs locaux, dans le Sud ce sont les seigneurs qui assujettissent les villes. Les villes méridionales, aux mains des barons, n’ont pas connu cette liberté et cette prospérité des communes du Nord et du Centre. L’historiographie traditionnelle qui exaltait la civilisation communale s’est donc détournée des villes du Sud, n’y voyant que des terres soumises à l’oppression féodale et a mis l’accent sur la dichotomie entre Naples, la capitale, siège de tous les pouvoirs et de la culture, et le reste du Royaume, des provinces rurales. Or, depuis une quinzaine d’années, cette vision simplificatrice est remise en question par l’étude des villes des provinces du royaume de Naples, en particulier dans les Pouilles et la Terre de Bari33. On avait en effet eu tendance à oublier que le Sud est également urbanisé34. M.A. Visceglia, par exemple, a commencé par étudier le commerce des ports de Terra d’Otranto au XVIIIe siècle. Elle est ainsi conduite à analyser le lien existant entre capital commercial et système féodal afin de reconstruire l’organisation commerciale féodale. Elle rencontre alors l’articulation interne de l’espace – hiérachies urbaines, rapports entre centres urbains et casali35 – qui change avec la périphérisation de l’économie régionale aux XVIe et XVIIe siècles et sous l’action de l’État espagnol centralisateur qui concentre les fonctions administratives dans une seule ville, capitale provinciale. L’organisation du territoire reflète donc les articulations du pouvoir monarchique, seigneurial et des organismes municipaux ; sont étudiées les relations entre féodalité et grande ou petite noblesse citadine36.

L’apport de la micro-histoire à l’histoire urbaine

  • 37 – E. GRENDI a notamment étudié la ville de Gênes : cf. La Repubblica aristocratica dei Genovesi. Po (...)
  • 38 – REVEL (J.), « L’histoire au ras du sol », préface à LEVI (G.), Le pouvoir au village. Histoire d’ (...)
  • 39 – CERUTTI (S.), La ville et les métiers, Naissance d’un langage corporatif (Turin, XVIIe-XVIIIe siè (...)
  • 40 – ALLEGRA (L.), La città verticale. Usurai, mercanti e tessitori nella Chieri del Cinquecento, Mila (...)

24La micro-histoire qui se développe autour de la revue Quaderni Storici et des historiens E. Grendi37, C. Ginzburg, G. Levi, C. Poni, dans les années 1970, propose une réduction de l’échelle d’observation en histoire sociale et privilégie l’individuel. Suivre des destins particuliers permet de démêler « l’écheveau complexe des relations, la multiplicité des espaces et des temps dans lesquels il s’inscrit ». Le social est donc entendu « comme un ensemble d’interrelations mouvantes à l’intérieur de configurations en constante adaptation »38. On utilise une technique intensive de reconstruction des événements biographiques sur la base des actes notariés, des registres paroissiaux, des archives judiciaires afin de faire apparaître les stratégies personnelles, familiales, sociales, et l’ensemble des réseaux de relations. Cette méthode est mise en œuvre par S. Cerutti39 et L. Allegra40 qui reconstituent des parcours individuels urbains pour analyser les stratifications et les réseaux sociaux des villes étudiées, les liens de dépendance, la gestion des patrimoines. Il s’agit donc là d’une histoire sociale urbaine sans pierres ni forme. La ville est entendue comme communauté. Est-ce davantage de l’histoire sociale que de l’histoire urbaine ?

  • 41 – L’enregistrement centralisé de tous les actes notariés rédigés à partir de 1610 et l’existence d’ (...)

25S. Cerutti, sur le cas de Turin aux XVIIe et XVIIIe siècles, essaie de reconstituer l’image que les acteurs sociaux pouvaient avoir de leur univers social et analyse les stratifications sociales urbaines et leur représentation à travers le langage des acteurs sociaux plutôt qu’à l’aide de grilles de lecture extérieures. Pour décrire les classifications socio-professionnelles ou les groupes sociaux, elle étudie le tissu de relations qui les a forgés, c’est-à-dire le contexte urbain : la ville crée des comportements sociaux. Les groupes sociaux sont reconstitués à partir des relations qui lient les individus. L’étude porte donc sur les modes d’éclosion des alliances et des solidarités et les modes d’institution des groupes urbains. On voit ainsi comment, à Turin, le métier devient critère de stratification au XVIIIe siècle. L’auteur part de la chronologie de la naissance et du développement des corps de métier à Turin et cherche la place que le métier pouvait occuper dans la définition de l’identité des individus et dans la constitution d’alliances et de groupes. Ceci est réalisé sur la base de 100 reconstructions biographiques dans deux quartiers de la ville41. Apparaît alors la diversification des choix professionnels dans une même famille afin d’allier privilèges ducaux et privilèges municipaux. C’est l’interprétation du système de privilèges – municipalité et Cour ducale en sont producteurs – qui marque la vie urbaine. On cherche la possibilité d’accéder à toutes les ressources : la logique du privilège guide les choix urbains. La ville a donc un rôle fondamental ; elle est acteur. L’auteur montre ensuite que la nouvelle vitalité des corps de métier, qui ne se calque pas sur la chronologie des rapports de production, paraît strictement liée à des processus de nature politique. Elle se manifeste au moment où ils deviennent, pour les marchands et les artisans, d’importants sièges de gouvernement politique et économique face au rétrécissement effectif des autres possibilités institutionnelles (décadence de la Municipalité). La démonstration, très convaincante, valorise le politique. La ville y apparaît comme un acteur véritable, et l’auteur met bien en évidence les différents rythmes de la ville : la chronologie du développement des corporations ne peut être ramenée strictement aux conjonctures économiques et démographiques, ni aux directives du pouvoir central.

26L’ouvrage de L. Allegra sur Chieri fait une plus large part à l’économie. Il montre comment crédit et proto-industrialisation modèlent les conflits sociaux, entraînent une forte cohésion verticale qui fait que la lutte entre égaux se substitue à tout autre antagonisme social. L’univers du crédit et de l’entreprise (tissage du coton) modèle des relations sociales verticales, la formation de groupes d’intérêt à forte cohésion même si socialement hérérogènes. Il s’agit cette fois encore de comprendre la spécificité sociale des contextes urbains. L’auteur utilise la prosopographie des habitants pour reconstruire la morphologie sociale urbaine. Il fait la preuve que cette approche est praticable pour l’histoire urbaine mais Chieri, avec moins de 10 000 habitants, semble la limite démographique pour ce type de méthode. L’ouvrage, qui s’appuie sur plusieurs centaines de biographies, est une très remarquable analyse des réseaux économiques et des stratégies socio-économiques des marchands.

27Le développement de l’école historiographique italienne a donc donné lieu à des travaux originaux en histoire urbaine.

Un certain renouveau dans les domaines de l’historiographie traditionnelle

  • 42 – L’ouvrage de M. BERENGO, Nobili e mercanti nella Lucca del Cinquecento, date de 1965. Il a été su (...)
  • 43 – À côté des travaux de M. A. VISCEGLIA, on peut citer ceux de G. MUTO : cf. « I Segni d’Honore. Ra (...)
  • 44 – MANGIO (C.), La polizia toscana. Organizzazione e criteri d’intervento (1765-1808), Milan, 1988 ; (...)

28Les études sur les patriciats, les noblesses citadines, les élites urbaines sont anciennes et désormais nombreuses42. Cette approche classique – l’étude d’un groupe au pouvoir et sa politique sur la ville – a été renouvelée par les études sur la noblesse centro-méridionale43. Le débat sur les patriciats avait parfois conduit à négliger la recherche sur les formes et les techniques du pouvoir. On assiste donc à un regain d’intérêt pour le domaine politico-institutionnel : attention aux structures bureaucratico-financières et études minutieuses sur les institutions du pouvoir, nécessaires à une nouvelle histoire politique de la ville. On peut citer la thèse récemment soutenue à l’Université de Pise par Piero Ventura, Governo urbano e privilegia di cittadinanza a Napoli nella seconda metà del Cinquecento (sous la direction d’E. Fasano Guarini, 1992). Cette étude sur la citoyenneté montre la complexité politique de la ville. On peut mentionner aussi quelques travaux qui s’inscrivent dans le développement des recherches juridico-politiques sur les polices urbaines44.

29Les rapports entre l’Église et les espaces de la vie associative urbaine se développent également comme le montre le colloque de 1983 sur Città italiane del’500 tra Riforma e Controriforma (publié à Lucques en 1988).

  • 45 – Par exemple ROMANO (R.), Le commerce du Royaume de Naples avec la France et les pays de l’Adriati (...)
  • 46 – Cf. les travaux de P. MALANIMA, notamment La decadenza di un’economia cittadina. L’industria di F (...)
  • 47 – Notamment depuis le bel article de J. REVEL, « Le grain à Rome et la crise de l’Annone dans la se (...)
  • 48 – FAZIO (L), « I mercati regolati e la crisi settecentesca dei sistemi annonari », Studi Storici, 1 (...)

30Dans le domaine économique, on s’est déplacé de l’étude des ports issue des recherches sur le commerce45 à celle de l’industrie urbaine. On a désormais une autre approche de ce que l’on appelait dans les années 1950 le « déclin » économique de l’Italie après la Renaissance avec la chute des productions industrielles urbaines. On ne parle plus de « déclin » ; on est sensible à de nouveaux équilibres sociaux et économiques, notamment entre villes et campagnes46. Dans le cadre des échanges économiques entre la ville et son territoire, les études sur le système d’approvisionnement urbain se sont multipliées47 et un article comparatif et de bilan est paru en 199048.

  • 49 – FASANO-GUARINI (E.), « Gli Stati dell’Italia settentrionale tra Quattrocento e Cinquecento : cont (...)

31Aussi cette problématique ville/campagne s’est-elle renouvelée. La territorialité des villes est désormais étudiée sous un angle moins strictement économique. Le rôle des villes dans la construction des espaces politiques italiens est mis en avant et l’analyse du rapport villes/campagnes se complexifie49.

  • 50 – FASANO-GUARINI (E.) dir., Prato, storia di una città, vol. 2 Un microcosmo in movimento (1494-181 (...)

32Ce rapport de la ville au territoire est particulièrement approfondi dans le volume publié sur Prato à l’époque moderne50, publication particulièrement intéressante qui unit à l’étude de la civitas, de la société et des pouvoirs urbains, celle de l’urbs et du territoire.

33L’histoire des villes a en Italie une longue tradition. L’histoire urbanistique, renouvelée et enrichie par l’histoire sociale et l’histoire du territoire, est toujours dominante, mais de nouveaux apports sont venus de l’évolution générale de l’historiographie dans la péninsule et, dans l’ensemble, les travaux les plus récents marquent une attention croissante à la dimension politique de l’histoire des villes (construction politique du territoire, institutions de pouvoir).

Notes

1 – Sur le renforcement de la « régionalisation » des études historiques en Italie, voir BERTELLI (S.), « Il Cinquecento », in DE ROSA (L.) dir., La storiografia italiana degli ultimi venti anni, vol. II Età moderna, Rome-Bari, 1989, pp. 3-62.

2 – Notons cependant pour la fin du Moyen Âge la récente publication de M. GINATEMPO et L. SANDRI, L’Italia delle Città. Il popolamento urbano tra Medioevo e Rinascimento (secoli XIII-XVI), Florence, Le Lettere, 1990. Pour une vision d’ensemble (essentiellement « urbanistique ») de l’histoire des villes italiennes, on peut citer « La città da immagine simbolica a proiezione urbanistica », in Storia d’Italia, vol. VI. Atlante, Turin, Einaudi, 1976, pp. 217-422. Pour une approche comparative dépassant le cadre italien voir BERENGO (M.), « La città di antico regime », in CARACCIOLO (A.) dir., Dalla città preindustriale alla città del capitalismo, Bologne, 1975, pp. 25-54, et « La capitale nell’Europa d’antico régime », in DE SETA (C.) dir., Le città capitali, Rome-Bari, 1985, pp. 3-15.

3 – Cf. BAIROCH (P.), BATOU (J.), CHEVRE (P.), La population des villes européennes. Banque de données et analyse sommaire des résultats 800-1800, Genève, 1988. L’étude prend en considération tous les centres de plus de 5 000 habitants. J. DE VRIES, European Urbanization 1500-1800, Cambridge (Mass.), 1984, p. 39, a montré de son côté qu’entre 1500 et 1800, 12,4 % à 14,6 % de la population italienne vit dans des villes de plus de 10 000 habitants tandis que les taux varient de 5,6 à 10 % pour l’ensemble de l’Europe aux mêmes dates.

4 – Le patriotisme urbain s’exacerbe notamment contre les pouvoirs monarchiques et centraux. Cf. par exemple Giovanni Villani qui écrit à Florence au début du XIVe siècle, quand autonomie et identité urbaines se trouvent menacées par les alliances qui se forment au cours des luttes entre Empire, Guelfes et Papauté.

5 – Cf. CATTANEO (C.), « La città considerata come principio ideale delle istorie italiane » (1858), in ROMAGNOSI-CATTANEO-FERRARI, Opere, rééd. par E. SESTAN, Milan-Naples, 1957, pp. 997-1040.

6 – Citons BELOTTI (B.), Storia di Bergamo e dei Bergamaschi, Bergame, 1940 ; la Storia di Milano dirigée par G. TRECCANI DEGLI ALFIERI, 1953-1966, 17 vol. ; plus récemment est parue une Storia di Napoli, dirigée par E. PONTIERI, Naples, 1967-70, 10 vol.

7 – L’ouvrage d’I. INSOLERA, Roma moderna (XIXe), paru en 1962, est sans doute une des toutes première tentatives en ce sens.

8 – Ces réflexions sont développées dans l’article de L. BORTOLOTTI, « Aspetti e problemi della storiografia urbana recente in Italia », Società e Storia, 1981.

9 – Pour un panorama général de l’histoire urbaine italienne, toutes périodes confondues, on pourra se reporter à la contribution de C. GIOVANNINI au volume European Urban History. Prospect and Retrospect, dirigée par R. RODGER, Leicester University Press, Leicester-Londres, 1993, pp. 19-35.

10 – Insistent particulièrement sur ce thème de la ville en rapport avec son territoire le n° 22 « Campagna e Città nella Lombardia del Settecento », et le n° 36 « Città e campagna in Europa ».

11 – CARACCIOLO (A.), « Introduction » à Dalla città preindustriale..., op. cit., p. 10.

12 – Ibid., p. 11. Ce filon historiographique est également illustré par la collection « Storia urbana e territoriale », créée à partir de 1979 par l’éditeur F. Angeli à Milan.

13 – Sur ce thème, voir ROMANO (R.), « Il Mediterraneo. Città costiere e città dell’interno », in Id., Paese d’Italia. Venti secoli di identità, Rome, 1994, pp. 59-71.

14 – CARACCIOLO (A.), « Introduction » à Dalla città preindustriale..., op. cit., p. 15.

15 – Préface de C. DE SETA aux volumes de la collection « Le città nella storia d’Italia ».

16 – Ibid.

17 Ibid.

18 – Il existe bien depuis 1986 une autre collection d’histoire urbaine, « Storia delle Città italiane », mais regardant seulement la période contemporaine.

19 – Des efforts de comparaison ou de synthèse sont faits dans les années 1980. Cf. SIMONCINI (G.), Le capitali italiane dal Rinascimento all’Unità, Milan, 1982. La question de l’urbanisme demeure centrale dans ce livre – le premier chapitre est consacré aux activités de construction – mais l’auteur se propose d’étudier les relations entre transformation physique et organisation sociale, il s’agit donc d’une « histoire sociale de l’urbanisme ».

20 – BORTOLOTTI (L.), « Aspetti e problemi della storiografia urbana... », op. cit.

21 – FANELLI (G.), Firenze, architettura e città, 1974 (étapes de la construction, morphologie et organisation fonctionnelle) ; DE SETA (C.), Storia della città di Napoli dalle origini al Settecento, Bari, 1973 (événements politiques, évolution économique et démographique sont lus à travers les aspects physiques de la ville).

22 – BORTOLOTTI (L.), « Aspetti... », op. cit.

23 – M. RONCAYOLO dénonçait « une histoire urbaine sans pierres ni formes matérielles » dans son article sur la « Conjoncture de l’histoire urbaine en France » in La storiografia urbanistica, actes du 1er colloque international d’histoire urbanistique, Lucques, 1975, C.I.S.C.U., 1976, p. 60.

24 – Les volumes de la collection dirigée par C. DE SETA renferment un précieux inventaire des documents iconographiques et cartographiques anciens, édités ou manuscrits, utilisables. C’est un apport tout à fait novateur car ces sources sont encore trop négligées. C. DE SETA a tout particulièrement mis l’accent sur cette documentation : cf. son ouvrage Cartografia délia città di Napoli, lineamenti dell’evoluzione urbana, Naples, 1969, 3 vol. ; T. COLLETTA, « Napoli. La cartografia pre-cadastale », Storia della Città, n° 34-35, 1985, pp. 5-178, a reconstitué le processus de formation du tissu urbain et viaire sur des matériaux pré-cadastraux afin de remédier à l’absence de cadastre géométrico-parcellaire.

25 – MAIRE VIGUEUR (J.-C.)., « Introduction » aux actes du colloque D’une ville à l’autre : structures matérielles et organisation de l’espace dans les villes européennes (XIIIe-XVIe siècle), École française de Rome, 1989, p. 4.

26 – LABROT (G.), Baroni in città. Residenze e comportamenti dell’aristocrazia napoletana 1530-1734, Naples, 1979, et plus récemment Palazzi napoletani. Storia di nobili e cortigiani 1520-1750, Naples, 1993.

27 – On trouvera également quelques résultats de la démographie historique italienne dans les Annales de démographie historique, 1982.

28 – Sur ce dernier point, voir CIPOLLA (C.M.), Contre un ennemi invisible. Épidémies et structures sanitaires en Italie de la Renaissance au XVIIe siècle, Paris, Balland, 1992 (édition italienne, Bologne, 1985).

29 – Forte croissance du XIIe au XIVe siècle et au XVIe siècle, suivie d’un reflux qui fait qu’en 1700 la population des villes italiennes est souvent inférieure à celle du XVIe siècle ; le XIXe siècle ne connaît pas vraiment de processus de concentration urbaine.

30 – Cf. la très récente publication sur Milan de S. D’AMICO, Le contracte e la città. Sistema produttivo e spazio urbano a Milano fra Cinque et Seicento, Milan, F. Angeli, 1994.

31 – LEVI (G.), « Mobilité della popolazione e immigrazione a Torino nella prima metà del Settecento », Quaderni Storici, 1971, pp. 510-554 ; Id., « Sviluppo urbano e Aussi migratori nel Piemonte del 1600 » in Les migrations dans les pays européens au XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, Nice, 1973, pp. 26-52, et « Come Torino soffocò il Piemonte. Mobilità della popolazione e rete urbana nel Piemonte del Sei-Settecento » in Id., Centra e periferia di uno Stato assoluto, Turin, 1985.

32 – Il ne saurait être question de faire une présentation exhaustive de tous les travaux regardant l’histoire des villes des dix dernières années dans le cadre de cet article. Nous n’avons retenu que quelques aspects qui nous ont paru significatifs du renouveau touchant l’histoire urbaine aujourd’hui. G. TOCCI, « ’Forma Urbis’ e modi di vita nella città », in GALASSO (G.) dir., Vita civile degli Italiani. Società, economia, cultura materiale, vol. III Mentalità, comportamenti e istituzioni tra Rinascimento e decadenza 1550-1700, Milan, 1988, pp. 118-139, reprend les principaux thèmes de la recherche urbaine italienne des dernières années.

33 – Cf. sur Bari, TATEO (F.) dir., Storia di Bari nell’antico régime, Bari, Laterza, 1991 (t. 1), 1992 (t. 2), et SPAGNOLETTI (A.), « L’incostanza delle umane cose ». Il patriziato di Terra di Bari fra egemonia e crisi, Bari, 1982. Sur Lecce, voir VISCEGLIA (M.A.), Territorio, feudo e potere locale. Terra d’Otranto tra Medioevo ed età moderna, 1988. Bien que regardant la période contemporaine, on peut citer le numéro de Meridiana (revue de l‘ « Istituto méridionale di storia e scienza sociale ») consacré aux villes (1989) : ce numéro s’ouvre précisément sur le constat de la marginalisation du phénomène urbain dans le mezzogiorno, où les études ont très majoritairement porté sur les campagnes ; les villes qui n’étaient pas dans cette région à l’origine du processus d’industrialisation vérifié ailleurs n’avaient guère suscité d’intérêt.

34 – Au XVIIIe siècle, on compte une quarantaine de villes de plus de 10 000 habitants, et 120 entre 5 000 et 10 000 habitants. La province méridionale la plus urbanisée est les Pouilles avec plus de 15 villes dépassant les 10 000 habitants. La plupart appartiennent au domaine royal et sont le siège de fonctions et de privilèges administratifs. Certaines, comme Bari, ont des activités économiques non négligeables. L. PICCIONI a engagé des travaux sur le réseau urbain dans le Royaume de Naples à l’époque moderne. Voir aussi MUTO (G.), « Le istituzioni dell’Universitas e i ceti dirigenti locali », in Storia del Mezzogiorno, vol. IX, Naples, 1993.

35 – Villages et bourgs ruraux dans l’immédiate contiguité de la ville et sur lesquels la cité exerce ses droits et sa juridiction.

36 – Voir aussi VISCEGLIA (M.A.), « Un groupe social ambigu. Organisation, stratégies et représentations de la noblesse napolitaine. XIVe -XVIIIe siècles », Annales ESC, 1993, n° 4, pp. 819-851.

37 – E. GRENDI a notamment étudié la ville de Gênes : cf. La Repubblica aristocratica dei Genovesi. Politica, carità e commercio a Genova nel’500, Milan, 1981.

38 – REVEL (J.), « L’histoire au ras du sol », préface à LEVI (G.), Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, traduit de l’italien, Paris, 1989, p. XII.

39 – CERUTTI (S.), La ville et les métiers, Naissance d’un langage corporatif (Turin, XVIIe-XVIIIe siècle), EHESS, Paris, 1990.

40 – ALLEGRA (L.), La città verticale. Usurai, mercanti e tessitori nella Chieri del Cinquecento, Milan, F. Angeli, 1987.

41 – L’enregistrement centralisé de tous les actes notariés rédigés à partir de 1610 et l’existence d’un répertoire alphabétique permet de suivre les parcours des personnages dans la ville et de retrouver, du moins en partie, leur réseau de relations.

42 – L’ouvrage de M. BERENGO, Nobili e mercanti nella Lucca del Cinquecento, date de 1965. Il a été suivi par les travaux de G. CHITTOLINI, E. FASANO GUARINI, etc.

43 – À côté des travaux de M. A. VISCEGLIA, on peut citer ceux de G. MUTO : cf. « I Segni d’Honore. Rappresentazioni delle dinamiche nobiliari a Napoli in Età moderna », in VISCEGLIA (M.A.) dir., Signori, Patrizi, Cavalieri in Italia centro-meridionale nell’Età moderna, Rome-Bari, 1992, pp. 171-192.

44 – MANGIO (C.), La polizia toscana. Organizzazione e criteri d’intervento (1765-1808), Milan, 1988 ; ALESSI (G.), Giustizia e polizia. Il controllo di una capitale. Napoli 1779-1803, Naples, 1992. Sur les politiques de contrôle social, il convient de signaler en outre SORI (E.) dir., Città e controllo sociale tra XVIIIe e XIXe secolo, Milan, 1982.

45 – Par exemple ROMANO (R.), Le commerce du Royaume de Naples avec la France et les pays de l’Adriatique au XVIIIe siècle, 1951 ; CARACCIOLO (A.), Le port franc d’Ancône. Croissance et impasse d’un milieu marchand au XVIIIe siècle, 1965.

46 – Cf. les travaux de P. MALANIMA, notamment La decadenza di un’economia cittadina. L’industria di Firenze nei secoli XVI-XVIII, Bologne, 1982.

47 – Notamment depuis le bel article de J. REVEL, « Le grain à Rome et la crise de l’Annone dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », Mélanges de l’École française de Rome, 1972. Ces études sont très intéressantes pour l’histoire des villes car l’Annone touche à de nombreux aspects : organisation de la production, contrôle social, institutions urbaines, enjeux de pouvoir, fiscalité. Cf. par exemple BALANI (D.), Il vicario tra città e stato. L’ordine pubblico e l’annona nella Torino del Settecento, Turin, 1987, et PULT QUAGLIA (A.M.), « Per provvedere ai popoli ». Il sistema annonario nella Toscana dei Medici, Florence, Olschki, 1990.

48 – FAZIO (L), « I mercati regolati e la crisi settecentesca dei sistemi annonari », Studi Storici, 1990, pp. 655-691. On y trouvera de nombreuses références bibliographiques sur les systèmes annonaires des différentes villes italiennes.

49 – FASANO-GUARINI (E.), « Gli Stati dell’Italia settentrionale tra Quattrocento e Cinquecento : continuità e trasformazione », Società e storia, 1983, pp. 617-39.

50 – FASANO-GUARINI (E.) dir., Prato, storia di una città, vol. 2 Un microcosmo in movimento (1494-1815), 1986. Je renvoie en particulier à sa synthèse conclusive, pp. 827-880.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search