Version classiqueVersion mobile

Panoramas urbains

 | 
Jean-Louis Biget
, 
Jean-Claude Hervé

... En Italie

Pour une histoire urbaine de l’Italie médiévale : quelques éléments de synthèse

Jean-Claude Maire Vigueur

Texte intégral

  • 1 – VIOLANTE (C.), La società milanese nell’età precomunale, 2e éd., Bari, 1974 ; GUALAZZINI (U.), Il (...)

1Comme partout en Occident, le grand essor de la vie urbaine démarre, en Italie, entre le Xe, voire même le IXe siècle dans les cas les plus précoces – à Milan et, d’une manière plus générale, dans ce que l’on pourrait appeler les villes de fleuve1 – et le XIe-XIIe siècle, s’accélère à partir du milieu du XIIe et atteint son point le plus élevé dans les premières décennies du XIVe siècle. La Peste Noire de 1347 provoque, ici comme ailleurs, une chute brutale de la population et ouvre un cycle de crises qui donne aux courbes de la population ce tracé en dents de scie qui caractérise si fortement la période allant du milieu du XIVe siècle à la fin du siècle suivant. S’il n’y a rien d’original dans l’allure générale de ce trend, il me semble cependant que la croissance urbaine en Italie du Nord et du Centre se distingue par deux traits qui sont loin d’être aussi marqués dans le reste de l’Occident médiéval : d’une part, elle touche la totalité d’un réseau urbain déjà fort dense au départ, ce qui porte le pourcentage de la population urbanisée par rapport à l’ensemble de la population à un niveau tout à fait exceptionnel pour cette époque, de l’autre le rythme de la croissance, en s’accélérant comme il le fait à partir du milieu ou de la fin du XIIe siècle, entraîne en l’espace d’un siècle et demi une transformation d’autant plus radicale des paysages urbains qu’il oblige les dirigeants communaux à définir et à mettre en œuvre une véritable politique du développement et de l’aménagement de l’espace urbain.

Une nouvelle hiérarchie urbaine

  • 2 – Il s’agit de cadastres ou de comptes de châtellenie pour certaines villes du Piémont (Chieri, Pin (...)
  • 3 – HERLIHY (D.) et KLAPISCH (C.), Les Toscans et leurs familles. Une étude du catasto florentin de 1 (...)
  • 4 – Comme le Libro de Montaperti de 1260 pour Florence : cf. PAOLI (C.) éd., Il libro di Montaperti ( (...)
  • 5 – Pour Alexandrie : cf. PISTARINO (G.), « Alessandria nel mondo dei comuni », in Studi medievali, 3(...)
  • 6 – HEERS (J.), « Urbanisme et structures sociales à Gênes au Moyen Âge », in Studi in onore di Amint (...)
  • 7 – BONVESIN DA LA RIVA, De magnalibus Mediolani, éd. par M. CORTI, Milan, 1974, p. 63.
  • 8 – Ainsi ALBINI (G.), « La mortalità in un grande centra urbano nel ‘400 : il caso di Milano », in C (...)
  • 9 – BELOCH (K.J.), Bevölkerungsgeschichte Italiens, Berlin, 1937-1961.
  • 10 – GINATEMPO (M.) et SANDRI (L.), L’Italia delle città..., op. cit.

2Je rappellerai d’un mot le caractère très disparate des sources auxquelles le médiéviste est obligé de s’adresser pour évaluer la population des villes italiennes. Les plus crédibles sont à n’en pas douter les documents fiscaux. Mais si l’on a conservé pour le Piémont et l’Italie centrale (et plus en Ombrie et dans les Marches qu’en Toscane) un certain nombre de sources fiscales qui remontent à la seconde moitié du XIIIe siècle2, il n’en est pratiquement rien resté avant le XVe siècle pour la Lombardie, l’Emilie et le Veneto, régions où là aussi les communes se sont pourtant dotées très tôt d’instruments aptes à évaluer la richesse de leurs contribuables. Par ailleurs, le cadastre florentin de 1427 mis à part3, ce type de document livre des listes de feux ou de chefs de familles auxquels il est nécessaire d’appliquer, pour obtenir le chiffre de la population, un cœfficient qui prête à discussion. Plus aléatoire encore s’avère l’utilisation des listes d’adultes mâles dont on se sert pour certaines villes en l’absence de documents fiscaux : qu’il s’agisse de combattants astreints au service militaire4 ou de personnes appelées à prêter serment en telle ou telle occasion5, le passage de ces listes à l’évaluation de la population totale ne peut s’accomplir, me semble-t-il, qu’avec une marge d’approximation d’au moins 50 %, que ce soit par excès ou par défaut. Mais le risque d’erreur atteint un niveau à mon sens inacceptable quand on cumule les aléas inhérents à ce genre de coefficient avec l’emploi de données quantitatives sujettes aux plus fortes réserves, telles que par exemple le nombre de maisons de Gênes au XIIe siècle, qui a conduit J. Heers à avancer le chiffre de 47 500 habitants pour cette ville en 11556, ou celui des effectifs militaires de Milan proposé par Bonvesin da la Riva7, au vu duquel certains ont cru pouvoir attribuer 150 ou 200 000 habitants à Milan à la fin du XIIIe siècle8. Il me paraît donc indispensable dans ce domaine de commencer par établir une très nette distinction entre les chiffres les moins aléatoires et les conjectures les plus incertaines. Après quoi, il sera permis d’utiliser les premiers, et ceux-là seuls, pour procéder à des évaluations comparatives qui pourront, le cas échéant, faire appel à des données de caractère plus incertain mais susceptibles de corroborer les estimations obtenues par d’autres voies. Or il existe depuis peu un ouvrage qui, beaucoup mieux que le vieux Beloch9, permet d’appliquer à peu de frais cette méthode de travail : les deux auteurs de L’Italia delle città, ouvrage consacré, comme l’indique le sous-titre, au popolamento urbano tra Medioevo e Rinascimento, ont en effet regroupé d’une manière systématique dans la bibliographie, pp. 243-287, toutes les indications nécessaires pour juger, région après région et ville après ville, du degré de fiabilité des sources qu’elles utilisent dans le texte même de leur ouvrage10.

  • 11 – DE LA RONCIERE (C.M.), Prix et salaires à Florence au XIVe siècle (1280-1380), Rome, 1982, pp. 62 (...)

3A l’exemple de Ginatempo et Sandri, c’est au début du XIVe siècle que je me placerai pour observer, dans le cadre des grands ensembles régionaux, la structure démographique des réseaux urbains de l’Italie communale. Ni plus tôt, car la plupart des estimations relatives à la période antérieure sont beaucoup plus incertaines (j’y reviendrai bientôt), ni plus tard car, à partir du milieu du XIVe siècle, l’enchaînement rapide des périodes de crise et de reprise mais aussi de grandes différences de comportement entre les villes d’une même région ôtent une bonne part de leur signification aux comparaisons que l’on pourrait être tenté de faire sur la base de données devenues plus nombreuses et plus fiables. Et je commencerai par la Toscane, où la pyramide urbaine se compose de 4 étages fortement tranchés et, dans l’ensemble, mieux documentés que partout ailleurs. Au sommet, bien entendu, Florence : on s’accorde en général pour lui attribuer, à la veille de la Grande Peste, une population d’au moins 100 000 habitants, voire même de 110 000 habitants selon de La Roncière qui fonde ses calculs sur les quantités de blé nécessaires à l’approvisionnement de la ville11. Viennent ensuite Pise et Sienne, deux géants dans le panorama urbain de l’époque puisqu’elles comptent de 40 à 50 000 habitants, avec d’ailleurs pour Pise une marge d’approximation plus large que pour Sienne. Lucques et Arezzo suivent à bonne distance, avec 20 ou 25 000 habitants pour la première, un peu moins de 20 000 pour la seconde. L’étage inférieur compte quatre villes de moyenne importance, Prato, Pistoia, Volterra et Cortone, dont la population s’échelonne de 15 à 10 000 habitants. À la base de la pyramide un groupe de 7 ou 8 villes plus modestes rassemble une population qui va de 4 ou 5 000, pour la plus petite d’entre elles, à 8 ou 10 000 habitants pour Colle, qui se situe nettement un cran en dessous de Cortone.

  • 12 – GROHMANN (A.), L’imposizione diretta nei comuni dell’Italia centrale nel XIII secolo. La Libra di (...)
  • 13 – CARPENTIER (E.), Orvieto à la fin du XIIIe siècle. Ville et campagne dans le Cadastre de 1292, Pa (...)
  • 14 – Cf. les travaux cités par M. GINATEMPO et L. SANDRI, L’Italia delle città..., op. cit., p. 252.
  • 15 BONVESIN DA LA RIVA, De magnalibus Mediolani..., op. cit., p. 65.
  • 16 – Comme le font E. ROSSINI et G. M. VARANINI dans les travaux cités note 5.
  • 17 – Pour la population de Padoue, cf. les travaux cités par M. GINATEMPO et L. SANDRI, L’Italia delle (...)
  • 18 – CIPOLLA (C.M.), « Profilo di storia demografica della città di Pavia », in Bollettino storico pav (...)

4En fait, la Toscane est la seule région de l’Italie communale pour laquelle on puisse dresser un tableau aussi complet et digne de foi du réseau urbain. On possède certes pour l’Ombrie et les Marches des cadastres et autres documents fiscaux capables de fournir, dans un nombre de cas très limité, une image précise de la population urbaine ; la Libra de 1285 fournit par exemple la liste complète des 5 710 contribuables de Pérouse12 et, grâce au cadastre de 1292, on sait que la population d’Orvieto se compose alors de 3 013 propriétaires contre 3 478 dans le contado13. On en tire qu’Orvieto, avec une population de 14 à 17 000 habitants, se place un peu en dessous d’Arezzo dans la hiérarchie des villes de l’Italie centrale tandis que Pérouse, peuplée de 27 000 habitants en 1285, se trouve à mi-distance entre Lucques et Sienne. Mais on ne dispose en revanche d’aucun indice pour évaluer la population à cette époque de Foligno, qui est pourtant la seconde ville de l’Ombrie, ni de Spolète, peut-être aussi importante qu’Orvieto, pour ne rien dire d’Ancône, première ville des Marches, d’Ascoli, de Fermo, de Fabriano et de la plupart des autres villes qui composent le réseau très serré de cette région fortement urbanisée. L’état de nos connaissances n’est pas meilleur, bien au contraire, en ce qui concerne la Lombardie, l’Emilie-Romagne et le Veneto. Pour Venise et Milan, les deux grandes métropoles, on en est réduit à de pures conjectures ou presque : on peut tenir pour acceptable pour Venise le chiffre de 30 000 hommes en armes fourni par un chroniqueur14, ce qui correspondrait à une population de 100 000 habitants, mais il faut à mon sens refuser énergiquement le chiffre de 40 000 soldats avancé pour Milan par Bonvesin da la Riva15 et avoir le courage de reconnaître que l’on a souvent été tenté de projeter sur les hiérarchies urbaines des XIIIe et XIVe siècles une échelle de valeurs empruntée aux temps modernes. Or les choses ont pu changer considérablement d’une époque à l’autre. Dans le Veneto par exemple, même s’il me paraît excessif d’attribuer dès le milieu du XIIIe siècle une population de 35 à 40 000 habitants à Vérone sur la base des 7 979 adultes mâles appelés en 1254 à jurer le traité conclu entre Ezzelino et Oberto Pelavicino16, il ne fait aucun doute que Vérone surpasse très largement Padoue, dont la population, telle que l’on peut la déduire du nombre de feux recensés à des fins fiscales, atteint à la fin du XIIIe siècle le niveau d’une ville comme Pérouse, avec 27 ou 30 000 habitants17. En Lombardie il semble acquis que Crémone occupe le deuxième rang dans la hiérarchie urbaine, loin derrière Milan ; lui accorder, comme le font Sandri et Ginatempo, 40 000 habitants et la mettre au même niveau que Vérone est plus aventureux mais il est à peu près certain que sa population dépasse de beaucoup celle de Brescia, Pavie, Mantoue et, plus nettement encore, celle de Bergame ; s’appuyant sur des bribes de cadastre, Cipolla avance le chiffre de 20 000 habitants pour la population de Pavie dans la seconde moitié du XIIIe siècle18 ; Mantoue a pu tout au plus atteindre ce chiffre à la fin du siècle ; Brescia est à classer sans doute au même niveau que Pavie, tandis que Bergame vient loin derrière. Les estimations sont tout aussi conjecturelles en ce qui concerne les villes de l’Emilie, mise à part Bologne à laquelle les rôles des corporations permettent d’attribuer 50 000 habitants en 1294 : Plaisance compte sans doute plus d’habitants que Parme et ces deux villes, situées à coup sûr au dessus de la barre des 20 000 habitants, dépassent de beaucoup Modène, Reggio, Ferrare et les autres villes de la Romagne.

5Toutes ces villes perdent entre la moitié et les trois-quarts de leur population du fait des épidémies et autres mortalités qui les frappent parfois dès avant la grande Peste de 1347-1348. La population de Florence tombe par exemple à 40 000 habitants après la Peste Noire, remonte à 60 000 en 1280 et perd à nouveau 12 000 unités en 1400 lors d’une récurrence pesteuse. Sans doute les villes récupèrent-elles, après chaque mortalité, une partie du terrain perdu mais il faudra un siècle et même un siècle et demi avant que ces phénomènes de récupération partielle et aléatoire débouchent sur une reprise continue de la croissance et ce n’est pas avant la fin du XVe siècle que les villes retrouveront leur niveau démographique d’avant la crise. Mais on ne s’attardera pas davantage sur les vicissitudes démographiques de la fin du Moyen Âge, pour lesquelles il existe d’ailleurs une abondante documentation de nature fiscale, fort bien exploitée dans l’ouvrage de Ginatempo-Sandri. Il est beaucoup plus important, dans la perspective qui est la nôtre ici, de s’interroger sur le taux de la croissance qui culmine dans le premier tiers du XIVe siècle.

  • 19 – Cf. les travaux cités par M. GINATEMPO et L. SANDRI, L’Italia delle città..., op. cit., p. 246 po (...)
  • 20 – RENOUARD (Y.), Les villes d’Italie de la fin du Xe siècle au début du XIVe siècle, éd. par P. BRA (...)
  • 21 – RENOUARD (Y.), Histoire de Florence, Paris, coll. « Que sais-je ? » n° 1116, 1967, p. 58.
  • 22 – RENOUARD (Y.), Les villes d’Italie..., op. cit., vol. 1, p. 150. À Plaisance, l’enceinte construi (...)
  • 23 – SZNURA (F.), L’espansione urbana di Firenze nel Dugento, Florence, 1975.

6Or c’est bien là que le bât blesse. Car, s’il est vrai que les données font objectivement défaut, il semble aussi que les spécialistes de démographie urbaine ne montrent aucun empressement à affronter la question et qu’ils se gardent bien en tout cas d’utiliser d’une manière un tant soit peu systématique des indices qui, même fragiles, même périlleux, ont au moins le mérite d’exister. On compte sur les doigts de la main par exemple, dans l’ouvrage de Ginatempo-Sandri, les villes dont les spécialistes ont osé évaluer la population avant la grande expansion du XIIIe siècle : il s’agit de Vercelli, de Pise et de Padoue, qui multiplient par 2, par 3 ou par 4 le chiffre de leur population entre la fin du XIIe siècle et la fin du XIIIe siècle19. Or ces résultats n’ont rien de surprenant si l’on songe à l’extraordinaire développement topographique de ces villes à la même époque et il faut alors se demander pourquoi les démographes ne font pas un usage plus systématique de toutes les informations qui attestent, d’une manière souvent fort précise, l’extension des espaces urbains au cours de cette même période. Presque toutes ces villes qui, on le sait, vivaient jusque-là à l’abri des vieux murs romains, se sont dotées une première fois au cours du XIIe siècle puis une seconde fois à la fin du XIIIe ou au siècle suivant d’enceintes beaucoup plus vastes qui témoignent à chaque fois d’une extension considérable de la superficie construite. J’ai dû recourir au vieux manuel de Renouard pour trouver quelques-unes des données concernant les superficies ainsi emmurées : à Florence on est ainsi passé de 25 à 75 ha avec l’enceinte du XIIe siècle puis à 630 ha avec celle du XIVe siècle20, « qui – précise Renouard ailleurs – suffirent à la ville jusqu’en 1865 »21, autrement dit jusqu’à ce qu’elle ne soit devenue, pour peu d’années, la capitale du jeune État italien ; à Pise le périmètre fortifié renferme au départ une superficie de 30 ha qui passe à 114 dans la seconde moitié du XIIe siècle et à 185 au cours du XIIIe siècle22. Toutes ces données demandent évidemment à être discutées et commentées cas par cas, compte-tenu en particulier de la plus ou moins grande densité des espaces édifiés et des zones restées vacantes à l’intérieur des murs. Il n’empêche que, même à l’état brut, ces données seraient de la plus grande utilité pour l’historien des villes si elles étaient regroupées en un tableau unique, ce qui n’est malheureusement pas le cas. Pourquoi aussi ne pas tenter de dresser le bilan démographique de certaines opérations immobilières quand on dispose de la plupart des paramètres quantitatifs ? Pourquoi, alors que l’on connaît si souvent à Florence le nombre et les dimensions des parcelles qui composent tel ou tel lotissement23, ne pas en déduire le nombre des maisons édifiées sur ces parcelles et mesurer ainsi la capacité démographique de la rue ou de la section de rue nouvellement urbanisée ? L’opération est d’autant plus aisée à accomplir que le parcellaire urbain est resté le plus souvent inchangé au cours des siècles et qu’on peut donc recourir sans grand danger à la méthode régressive.

Les lotissements et le contrôle de l’urbanisation

  • 24 – L’association des deux types d’initiative, publique et privée, et le rôle moteur joué par la prem (...)

7Or il faut bien voir que ces lotissements, qu’ils aient été le fait d’institutions ecclésiastiques, de laïcs ou des pouvoirs publics eux-mêmes, ont absorbé une partie considérable de la nouvelle population des villes et qu’ils ont joué dans la construction des paysages urbains un rôle à tous égards déterminant. Non que je songe un seul instant à nier la part de l’initiative individuelle dans l’expansion urbaine, bien au contraire : il est bien évident que, tout au long de la période considérée, la ville n’a cessé de s’agrandir et l’espace urbanisé de se densifier sous l’effet cumulé d’une multitude d’opérations ponctuelles, accomplies par des particuliers qui édifient leur maison sur des parcelles achetées et loties au coup par coup, en dehors de tout plan d’ensemble. Mais il paraît hors de doute aussi que les entreprises collectives ont joué un rôle moteur tant en ce qui concerne le choix des aires d’expansion que dans l’élaboration de nouveaux types d’habitation et peut-être même dans les techniques de construction. De gré ou de force, car on verra bientôt qu’il ne faut pas sous-estimer l’efficacité des règlements d’urbanisme, l’initiative individuelle s’est en somme alignée24, au propre comme au figuré, sur des opérations portant sur des dizaines, parfois même sur des centaines d’édifices dont la disposition générale, la structure individuelle, la décoration et tous les autres éléments de la morphologie externe ont puissamment contribué à façonner un paysage urbain qui s’est souvent conservé jusqu’à nos jours. Il vaut donc la peine d’examiner d’un peu plus près la manière dont de telles opérations pouvaient se dérouler.

  • 25 – Pour Gênes : cf. GROSSI BIANCHI (L.) et POLEGGI (E.), Una città portuale del Medioevo. Genova nei (...)
  • 26 – Le plus récent d’entre eux est E. HUBERT, Espace urbain et habitat..., op. cit., pp. 134-141.
  • 27 – GROSSI BIANCHI (L.) et POLEGGI (E), Una città portuale..., op. cit., p. 72.
  • 28 – CROUZET-PAVAN (E.), « Sopra... », op. cit., pp. 89-96.

8On dispose pour cela d’un nombre de travaux limité mais de bonne qualité et qui portent sur des villes aussi différentes que Gênes, Brescia, Bologne, Florence, Assise, Rome et Venise25. Laissant de côté pour notre compte tout ce qui touche aux aspects topographiques de l’expansion urbaine, on relèvera tout d’abord le rôle primordial joué par les églises dans ces opérations de lotissement : aux XIIe et XIIIe siècles, chapitres et monastères sont incontestablement les grands acteurs de l’expansion urbaine, vite rejoints par les Mendiants devenus en peu de temps maîtres de vastes portions du sol dans les zones périphériques de la ville. Anciens ou récents, tous ces établissements voient dans les lotissements le moyen de mieux mettre en valeur leur patrimoine urbain ou périurbain et d’accroître le nombre des fidèles dans les églises et les chapelles dont ils ont la charge ; si l’on en croit certains auteurs26, la perspective de voir se gonfler les effectifs de leur paroisse et, avec ceux-ci, les profits du casuel l’aurait même emporté, dans l’esprit des clercs, sur la recherche d’un bénéfice immédiat qui se limite du reste au versement, de la part du preneur, d’un droit d’entrée en concession, certes beaucoup plus élevé que le cens annuel, de valeur surtout recognitive, qu’il versera par la suite, mais qui est de par sa nature même unique et non renouvelable. Inutile d’épiloguer sur le rôle joué par les églises dans la division et la vente des terrains édifiables : elles possèdent la plus grosse partie du sol urbanisable – plus de 60 % à Gênes27 – et elles seules, à peu de choses près, disposent de parcelles assez vastes pour être divisées en lots. Mais il est remarquable que dès cette époque, alors que les églises semblent faire la pluie et le beau temps en matière d’urbanisation, la commune ait son mot à dire dans l’édification des nouveaux quartiers, ne serait-ce que pour dicter le tracé des rues et des places et imposer certaines normes d’urbanisme. Les interventions de l’État se multiplieront par la suite, en tout premier lieu à Venise où la commune excipe de plus en plus souvent, à partir du XIIIe siècle, de sa propriété éminente sur toutes les étendues aquatiques et marécageuses de la lagune pour soumettre à son contrôle un nombre croissant de bonifications qui relèvent désormais de la procédure des « grâces » accordées par le Grand Conseil. Celui-ci confie l’instruction de l’affaire à une magistrature spécialisée dans la gestion du domaine public et susceptible d’imposer des règles précises au bénéficiaire de la grâce ; il n’est d’ailleurs pas rare de voir les magistrats du Piovego, puisque tel est leur nom, procéder à de véritables enquêtes auprès des voisins qui sont donc en mesure, grâce à leur connaissance du milieu et de ses contraintes, d’influencer la décision des magistrats28.

  • 29 – Ibid., p. 115.
  • 30 – Ibid., pp.120-124.
  • 31 – GROSSI BIANCHI (E.) et POLEGGI (E.), Una città portuale..., op. cit., p. 77.
  • 32 – DE GIOVANNI (C.), L’ampliamento di Assisi..., op. cit. En 1279 à Sezze, petite ville du Latium mé (...)

9Plus rare, en tout cas plus difficile à repérer semble avoir été dans ce domaine l’action de laïcs associés dans des entreprises collectives de bonification29. C’est plutôt l’État lui-même qui doit, à l’extrême fin du Moyen Âge, prendre le relais des églises pour mener à bien de vastes opérations d’assèchement : autour de Santa Marta et de Sant’ Andrea della Zirada, la conquête du sol entreprise dans la seconde moitié du XVe siècle exige alors des moyens tant techniques que financiers qui ne sont plus à la portée de ces deux églises, lesquelles passent donc la main aux pouvoirs publics30. Mais Venise n’a certes pas le monopole de ces opérations publiques dont on pourrait citer bien d’autres exemples. À Gênes, la commune aménage au milieu du XIVe siècle les deux hectares du Molo, l’anse naturelle qui ferme le port, et les divise en 228 parcelles attribuées à 180 locataires dont un tiers au moins est constitué d’artisans spécialisés dans la construction et la réparation des navires31. À Assise, les pouvoirs publics procèdent en 1316 à des achats massifs de terrains compris entre le tracé des murs romains et la nouvelle enceinte en construction ; la commune débourse plus de 15 000 L. pour l’achat de ces terrains, qui sont ensuite lotis sous forme de 754 parcelles édifiables, vendues pour un prix qui va de 9 à 24 L. ; le total de ces ventes devrait en principe atteindre un chiffre bien supérieur à la somme dépensée pour l’achat des terrains, la différence servant à financer des travaux d’utilité publique accomplis dans les nouveaux quartiers, comme par exemple le revêtement en briques des rues et des places et la construction d’un lavoir collectif32.

  • 33 – Largement soulignée par exemple pour Vérone par VARANINI (G.M.), « L’expansione urbana... », op. (...)

10À peine suggéré par les sources à Venise, le rôle qu’ont pu jouer les grands propriétaires laïques dans l’expansion urbaine reste une des grandes inconnues de l’histoire des villes italiennes. Il y a à cela des raisons qui tiennent à l’état de nos sources ; alors que presque partout la richesse des fonds d’archives ecclésiastiques éclaire puissamment, dès le Xe ou XIe siècle, les mouvements de la propriété foncière des églises, celle des laïcs demeure difficile à saisir tant qu’on ne dispose pas de fonds d’archives familiaux et de registres notariés en nombre suffisant ; et la grande période de l’expansion urbaine s’achève précisément au moment où les sources permettraient enfin d’étudier d’une manière un tant soit peu sérieuse la politique foncière des grandes familles. Mais d’autres motifs ont à coup sûr joué dans la passivité des laïcs33. Partout les églises avaient acquis depuis l’époque carolingienne ou postcarolingienne, par achat, legs, donations et concessions diverses, la propriété de la plus grosse partie des sols urbains laissés vacants par l’immense mouvement de dépopulation qui avait frappé les villes depuis les derniers siècles de l’époque antique. Le patrimoine urbain des grandes familles semble au contraire composé dans sa majeure partie d’immeubles ou de terrains agricoles situés à l’extrême périphérie de la ville et peu aptes, de par leur éloignement, à fixer le flux des immigrants. Mais il est probable aussi que les laïcs ont manqué de véritables motivations pour se lancer dans des opérations de toute évidence avantageuses pour les églises qui multipliaient ainsi le nombre de leurs fidèles, mais beaucoup moins attrayantes pour des laïcs qui ne conçoivent pas encore l’immobilier comme un secteur d’investissement économique : on touche ici aux règles qui déterminent le fonctionnement du marché foncier urbain, sur lequel il faut maintenant se pencher mais non sans avoir auparavant, pour conclure sur le thème de la croissance urbaine, attiré l’attention sur deux points qui devraient faire l’objet de discussions et d’enquêtes plus approfondies que cela n’a été le cas jusqu’ici.

  • 34 – Ibid., p. 22
  • 35 – Tout en mettant davantage l’accent sur les programmes monumentaux que sur les modalités de l’expa (...)

11Le premier touche au rôle des pouvoirs publics, à leur réelle capacité d’intervention et de programmation dans le processus d’urbanisation. Pour Venise, il ne peut y avoir de doute : le livre d’E. Crouzet-Pavan est une éclatante démonstration des mérites et des réalisations de la République en la matière, ce qui d’ailleurs ne surprend guère de la part d’un État fortement interventionniste. On est davantage étonné de voir une ville comme Gênes, dont la méfiance à l’égard de toute forme de contrainte est érigée en principe de gouvernement, intervenir d’une manière aussi vigoureuse dans le domaine de l’urbanisme et en particulier dans la construction des nouveaux quartiers. Rien de tel en revanche à Vérone, où Varanini souligne au contraire la « sostanziale passività del comune urbano di fronte al boom edilizio e alla crescità della città »34. Est-ce une exception ou a-t-on réellement affaire à deux types de comportement, à deux modèles de politique urbaine qui pourraient d’ailleurs, dans certaines villes du moins, correspondre à deux phases successives de l’expansion urbaine ? La question reste posée mais, tout en attendant avec impatience le résultat de recherches en cours, je reste pour ma part convaincu que le modèle interventionniste était de loin le plus répandu et que les communes ont le plus souvent tenté, avec des moyens et des résultats bien entendu inégaux, de canaliser l’expansion urbaine et d’imposer un minimum de règles élémentaires visant l’organisation des nouveaux quartiers et la morphologie de l’habitat35.

  • 36 – NICOLINI (U.), « Le mura medievali di Perugia », in Storia e arte in Umbria nell’età comunale, VI (...)
  • 37 – On trouvera dans l’ouvrage de J. P. GRUNDMAN, The Popolo at Perugia 1139-1309, Pérouse, 1992, des (...)

12Je voudrais en second lieu rappeler qu’on ne peut traiter sérieusement de l’expansion urbaine sans s’interroger sur le phénomène qui est à la source de ce processus, autrement dit sur le flux des immigrants venus dans leur majeure partie des campagnes environnantes, du territoire sur lequel la commune exerce et étend son autorité, en bref du contado. Ces paysans ont tendance à se regrouper, dans les nouveaux quartiers, par zone de provenance ou même, ce qui n’est du reste pas incompatible, à s’installer sur des terrains appartenant aux maîtres des terres qu’ils cultivaient ou cultivent encore dans le contado36. Ce sont là des modalités importantes du processus d’urbanisation qui méritent bien entendu d’être étudiées avec le plus grand soin mais qui restent à mon sens subordonnées à un autre problème, plus important encore et qui n’a guère retenu jusqu’ici l’attention des historiens : celui de la politique des communes en matière d’inurbamento. Il s’agit en bref de savoir si la commune a encouragé ou au contraire entravé le flux de l’immigration rurale, dans quels buts et par quels moyens elle a pu conduire son action en ce domaine37. Inutile de dire que l’on touche ici aux limites de l’histoire urbaine entendue comme discipline ou spécialité autonome, puisque la réponse à de telles questions relève bien évidemment d’une histoire globale des villes ou, si l’on préfère, d’une histoire des villes tout court.

Les patrimoines immobiliers et la structure du marché foncier

13L’étude du marché immobilier est, ou devrait être, tout à la fois un objet central pour l’histoire de la ville et une des branches maîtresses de l’histoire urbaine. De prime abord, je serais tenté de dire qu’une vérité aussi élémentaire ne demande aucune explication. Mais devant le désintérêt presque général des spécialistes de l’histoire urbaine, surtout quand ils traitent de la ville médiévale, pour ce problème, on en vient à se demander si en réalité les règles très particulières de ce marché au Moyen Âge n’ont pas dérouté les historiens au point de les conduire à penser qu’il n’y avait rien à tirer d’un tel objet d’étude. Or je pense qu’il n’en est rien et qu’étudier la physionomie et l’évolution du marché des maisons représente au contraire une étape indispensable dans l’analyse des paysages urbains qui peut en outre révéler des aspects essentiels de l’économie et des échanges sociaux en milieu urbain. Encore faut-il, pour en arriver là, procéder avec un minimum de rigueur et se poser toutes les questions qui permettront de comprendre le fonctionnement de ce marché au Moyen Âge, ce qui veut dire s’interroger sur trois données fondamentales : la structure de la propriété, les transactions et les locations.

  • 38 – Voir, parmi les travaux les plus riches de données sur ce point, les ouvrages ou articles déjà ci (...)
  • 39 – Voir, par exemple, la liste des immeubles qui composent le patrimoine urbain de Francesco Datini (...)
  • 40 – HUBERT (E.), Espace urbain..., op. cit., p. 266.
  • 41 – Ibid., p. 286.
  • 42 – BROISE (H.) et MAIRE VIGUEUR (J.-C.), « Strutture familiari, spazio domestico e architettura civi (...)

14C’est sans aucun doute sur le premier point que nous sommes le mieux renseignés. On ne s’arrêtera pas longtemps sur la part des immeubles dans le patrimoine des églises : on sait bien qu’elles sont de très loin les plus gros propriétaires fonciers intra muros et même si, dans les nouveaux quartiers, elles ne détiennent le plus souvent que la propriété du sol, l’édifice restant la propriété de celui qui l’a construit, nombreuses sont les églises qui, à la fin du Moyen Âge encore, possèdent des dizaines et des dizaines, voire même des centaines de maisons en toute propriété38. Rien de tel chez les laïcs. Ils sont certes dans une proportion très élevée propriétaires de la maison où ils habitent. Mais il est bien rare qu’ils possèdent, à Rome par exemple, dix maisons ou plus et quand c’est le cas, l’ensemble de ces propriétés ne représente en valeur qu’une très petite portion du patrimoine foncier détenu par la famille, pour ne rien dire de ses autres biens quand il s’agit de personnages actifs dans le domaine de la banque et du grand commerce39. Enfin, là où la répartition de la propriété foncière intra muros a fait l’objet d’une enquête systématique, à Gênes et plus encore à Rome, on peut affirmer sans craindre d’être démenti que ces édifices sont destinés non pas à fournir une rente foncière à leurs propriétaires mais plutôt à leur « permettre d’installer dans le voisinage immédiat une clientèle logée à des prix modiques » : telle serait, selon E. Hubert40, la raison d’être du parc immobilier, qui ne dépasse jamais la vingtaine d’unités, détenu par les lignages de l’aristocratie romaine ; il est vrai qu’il n’exclut pas, un peu plus loin dans son ouvrage, qu’une portion limitée de ce patrimoine ait été louée « à brève échéance contre des loyers relativement élevés » : il s’agirait, d’après lui, des maisons composant une sorte d’auréole extérieure à la partie centrale du patrimoine familial, laquelle abrite les ménages placés ou restés sous l’autorité du chef de lignage, tandis que les édifices situés entre celle-ci et l’auréole extérieure serviraient au « logement des clients et des familiers du lignage »41. Ce schéma tripartite, qui correspond peut-être au modèle d’organisation dont rêvaient les pères de famille pour leur patrimoine foncier, n’était sans doute pas facile à mettre en œuvre et il faut une bonne dose d’imagination pour le retrouver aujourd’hui dans la structure des patrimoines telle qu’elle apparaît dans la documentation. C’est pourquoi je préfère pour ma part recourir à la notion de « réserve immobilière » pour expliquer la fonction assignée, à l’intérieur du stock de maisons relevant d’un même lignage, aux édifices donnés en location : loués tant qu’ils ne peuvent servir à abriter les membres du lignage, ils sont destinés un jour ou l’autre à retrouver leur fonction première, qui est d’assurer à tous les membres et ménages de la famille, au gré des mariages, des veuvages et des naissances, une résidence adaptée aux besoins de chacun, située dans le voisinage immédiat du tènement familial et même, autant que faire se peut, comprise dans les limites de celui-ci. Cette organisation en tènement du patrimoine immobilier des grandes familles n’a donc pas la rigidité du schéma tripartite élaboré par E. Hubert mais c’est, je crois, la seule nuance qui sépare son interprétation de celle que je proposais moi-même, avec H. Broise, il y a bientôt quinze ans42.

  • 43 – HUBERT (E.), Espace urbain..., op. cit., pp. 348-357 : p. 356 pour la citation.

15L’étude des transactions et des locations vient-elle confirmer ce que suggérait la structure même des patrimoines ? E. Hubert répond par l’affirmative, au terme d’une analyse qui porte sur plus de trois siècles de transactions et de locations d’immeubles urbains – du Xe au seuil du XIVe siècle – et qui met pourtant bien en valeur la hausse ininterrompue du prix des maisons à Rome au cours de la période qui va des années 1130-1140 jusqu’au début du XIVe siècle : alors qu’une maison ordinaire vaut de 15 à 20 L. au milieu du XIIe siècle, son prix s’élève à 60 ou 80 L. un siècle et demi plus tard. Mais apparemment cette hausse n’a pas suffi pour modifier en profondeur le fonctionnement du marché, qui obéit toujours, selon E. Hubert, à des « considérations familiales et sociales »43, je préfèrerais dire, pour ma part, à la « logique du tènement ». Seules quelques transactions semblent répondre à des mobiles véritablement économiques, soit qu’elles portent sur des maisons destinées à la location soit que le propriétaire veuille réaliser une plus-value en les revendant par la suite (cas de figure qui, il faut bien le dire, n’a pour ainsi dire aucune chance de laisser une trace dans la documentation parvenue jusqu’à nous).

  • 44 – BROISE (H.), et MAIRE VIGUEUR (J.-C.), « Strutture familiari... », op.cit., pp. 106-114.

16Un changement pourtant peut s’observer quand on porte le regard sur la période qui commence avec la fin du XIVe siècle et qui se caractérise à Rome par une vive reprise démographique et économique. Les transactions se font plus nombreuses, elles mettent en jeu des sommes qui parfois dépassent de très loin la valeur des maisons qui faisaient jusqu’alors l’objet de ces transactions, enfin et surtout il semble que quelques entrepreneurs bien connus pour leur dynamisme en affaires aient décidé de s’orienter résolument vers le marché de l’immobilier : comme par hasard, leur choix se porte sur deux types d’immeubles particulièrement recherchés en période de boom économique, d’un côté les locaux commerciaux, de l’autre les immeubles sis dans les quartiers qui attirent les immigrants les plus riches, Ponte et Parione, qui deviennent alors les quartiers du grand commerce et de la banque à Rome44.

  • 45 – GROSSI BIANCHI (L.) et POLEGGI (E.), Una città portuale..., op. cit., pp. 78-81.
  • 46 – CROUZET-PAVAN (E.), « Sopra... », op. cit., pp. 468-474. À Prato au contraire, la valeur des imme (...)
  • 47 – VIOLANTE (C.), La società milanese..., op. cit., p. 129.
  • 48 – RACINE (P.), Plaisance..., op. cit., vol. 1, pp. 91-94, 189-191.

17Reste à savoir si Rome représente la règle ou l’exception tant en cette fin de Moyen Âge que pour la période qui précède. La réponse est vite trouvée : Rome est effectivement un cas unique, non pour des raisons de fond mais tout simplement parce que c’est la seule ville où le marché de l’immobilier ait fait l’objet d’une étude systématique dans la longue durée. À Gênes, Grossi Bianchi et Poleggi en ont bien étudié les différents aspects mais pour une période qui ne dépasse pas le XIIIe siècle45 et il est donc impossible de savoir si l’atonie qui caractérise, dans l’ensemble, le marché des immeubles se prolonge jusqu’à la fin du Moyen Âge ou si elle cède la place, comme à Rome, à de nouvelles attitudes économiques. À Venise, tous les indices disponibles convergent pour attester la vivacité croissante du marché et une hausse générale de la valeur des maisons et des terrains à bâtir au cours du XVe siècle46, avec là encore de profondes distorsions entre les quartiers qui ne sont pas sans rappeler la situation romaine. Mais quelle pouvait être l’évolution du marché avant le XVe siècle ? On n’en a pas la plus pâle idée. Quant aux indications fournies par Violante sur le prix des maisons à Milan aux IXe et Xe siècles47, aux exemples qui témoigneraient selon Racine d’une envolée des prix à Plaisance aux Xe-XIe siècles48, bien malin qui dira si elles reflètent une tendance profonde du marché ou si elles correspondent au contraire à des cas isolés privés de toute signification générale.

  • 49 – HUBERT (E.), Espace urbain..., op. cit., pp. 298-330 ; Id., « Économie de la propriété immobilièr (...)
  • 50 – Un homme d’affaires aussi avisé que Francesco Datini ne manifeste apparemment aucun intérêt pour (...)

18Loin de s’améliorer, la situation s’aggrave encore quand on cherche à scruter le marché des locations. Avec cette différence que ce n’est plus seulement la carence des études qui nous interdit de connaître le mouvement des loyers mais aussi des raisons de fond qui tiennent d’une part à la structure même de la documentation disponible pour ce genre d’enquête et d’autre part à la manière dont les églises géraient leur patrimoine immobilier. Commençons par la documentation : comme le rappelle E. Hubert à propros de Rome, il est rare et même très rare que les locations de brève durée fassent l’objet d’une expédition complète, d’une rédaction in mundum de la part des notaires ; la location de maison à brève échéance appartient à cette catégorie de négoces juridiques pour lesquels le recours au notaire n’apparaît pas indispensable, en règle générale du moins. Mais les habitudes changent avec l’apparition des registres de brèves qui allègent le travail du notaire et en abaissent le coût pour le client : désormais on hésite moins à passer devant notaire pour stipuler une simple location de maison et celle-ci a donc plus de chance de laisser une trace dans la documentation. Encore faut-il que les minutiers aient été conservés, ce qui à Rome par exemple n’est pas le cas avant le milieu du XIVe siècle, et qu’ils aient été exploités dans la perspective d’une étude du marché des locations, ce qui, sauf erreur de ma part, n’a été fait que pour les notaires romains de la fin du Moyen Âge. Une abondante documentation – actes notariés et censiers – éclaire au contraire la mise en valeur des patrimoines ecclésiastiques qui se caractérise à Rome, pour toute la période allant du XIe au XIVe ou même au XVe siècle, par quelques règles aussi simples qu’intangibles : les parcelles à bâtir font l’objet de concessions emphytéotiques à très long terme, le preneur après versement d’un droit d’entrée assez élevé est redevable chaque année d’un cens de très faible valeur, la propriété du sol est alors totalement dissociée de la propriété des murs et celle-ci peut faire l’objet de tous les négoces juridiques propres aux biens immeubles moyennant versement d’un consensus à l’église qui garde la propriété du sol. Encore une fois, ce système de gestion, qui exclut toute recherche du profit de la part des églises, reste à Rome immuable tout au long de la période considérée et il s’applique, sauf erreur de ma part, à tous les patrimoines ecclésiastiques de l’Italie communale49. Morale de l’histoire : le marché des locations reste un mystère dont la clé est enfouie dans les registres minutiers. Du moins dans les fonds notariaux les plus anciens, autrement dit dans ceux de Gênes et de Florence car il y a tout lieu de penser que l’on puisse, pour la fin du Moyen Âge, étendre à l’ensemble des villes de l’Italie du Nord et du Centre les conclusions tirées des minutiers romains de cette époque : le marché des locations commence à sortir de sa léthargie entre la fin du XIVe siècle et le début du XVe siècle, la demande est encore limitée à des immeubles à vocation commerciale et aux quartiers en forte expansion, la spéculation n’intéresse qu’un très petit nombre de personnes qui sont bien loin d’en faire leur principale activité50. Jusqu’à cette date, durant une période qui s’étale sur plusieurs siècles, la grosse majorité de la population urbaine est propriétaire de sa propre habitation et d’elle seule, avec parfois l’obligation de verser un cens à l’église qui conserve la propriété du sol ; dès qu’elles en ont les moyens matériels, les familles cherchent à se constituer des réserves foncières, sous forme de tènements capables de regrouper autour de la résidence du chef de famille les ménages, la domesticité et l’ensemble des personnes qui sont d’une manière ou d’une autre associées à la vie et aux activités économiques du lignage.

La composition du parc immobilier

19L’étude des patrimoines immobiliers et le fonctionnement du marché foncier m’apparaît donc comme un préliminaire indispensable à l’analyse du parc immobilier, de sa composition et de la morphologie des maisons d’habitation. Elle permet de distinguer dès le départ deux types d’édifices : la maison ordinaire d’une part, qui abrite une famille conjugale étroite et dont la valeur reste modeste tout au long de la période considérée malgré une augmentation régulière de son prix, les immeubles composant le tènement des grandes familles d’autre part, qui associe à des édifices de plus grande valeur de simples maisons d’habitation et d’autres types d’édifices. Rien de bien nouveau, m’objectera-t-on, dans cette bipartition du parc immobilier sinon qu’en usant des paramètres de l’histoire économique elle confère un nouveau lustre à une typologie qui tombe sous le sens et qui constitue d’ailleurs l’ossature de tous les travaux sur l’habitat urbain : celle qui oppose la demeure noble (ou aristocratique) à la maison populaire. À cette différence près – et la chose est évidemment déterminante – que la vieille typologie oppose ces deux catégories d’une manière statique, sans tenir compte ni des structures familiales ni des principes d’organisation de l’espace domestique qui les régissent et qui, à terme, commanderont leur évolution.

  • 51 – Pour Gênes : cf. GROSSI BIANCHI (L.) et POLEGGI (E.), Una città portuale del Medioevo..., op. cit (...)
  • 52 – Pour Vérone : cf. VARANINI (G.M.), « L’espansione urbana... », op. cit. ; Id., « Torri e casetorr (...)

20Or c’est justement à des travaux imprégnés de cette nouvelle problématique que l’on doit en grande partie – car il faudrait tenir compte plus que je n’ai pu le faire de l’apport de l’archéologie – le renouvellement de nos connaissances sur les habitations urbaines de l’Italie médiévale. Si Gênes, Rome et Venise se taillent dans ce domaine la part du lion, grâce à des travaux qui se situent parfois à l’avant-garde de l’histoire urbaine par la nouveauté de leur méthode et qui se caractérisent tous par l’ampleur de leur base documentaire51, des villes comme Vérone, Vicence, Florence, Pise, Sienne, Pérouse52 et d’autres encore ont été également le terrain de recherches sans doute plus limitées dans leur objet mais riches d’enseignements pour les questions qui nous intéressent ici. Faute de pouvoir consacrer à chacun de ces travaux le temps qu’ils mériteraient, je résumerai à très grands traits les principaux résultats de ces recherches.

  • 53 – VARANINI (G.M.), « Torri e casetorri a Verona... », op. cit.
  • 54 – CROUZET-PAVAN (E.), « Sopra... », op. cit., pp. 499-503, 509-526.
  • 55 – GROSSI BIANCHI (L.) et POLEGGI (E.), Una città portuale..., op. cit. ; HEERS (J.), « Urbanisme et (...)
  • 56 – BROISE (H.) et MAIRE VIGUEUR (J.-C.), Strutturefamiliari..., op. cit.

211) La domus a statio des grandes familles vénitiennes, la « contrada » génoise, l’accasamentum siennois, le tènement romain, la « casatorre » de l’aristocratie véronaise, en bref la maison noble ou de haut standing occupe dans tous ces travaux une place de tout premier rang, ne serait-ce qu’en raison de l’abondance des sources qui la concernent. Bien que sa morphologie présente d’une ville à l’autre de notables différences, la disposition en tènement des édifices qui la composent, l’existence d’une tour ou tout au moins d’un édifice de prestige, l’organisation des espaces intérieurs, la présence d’une cour, d’une loggia, d’un portique et d’autres structures fortement valorisantes et accessibles à toute la population du tènement et même du quartier environnant (puits, citerne, bain, four, « approdo », magasin etc.) sont autant d’éléments qui caractérisent l’habitat de la classe dominante et qui ont fait, selon les villes, l’objet d’analyses plus ou moins approfondies. Faut-il citer quelques exemples ? On trouvera dans l’étude de Varanini sur les « torri e casetorri a Verona in età comunale », outre un recensement aussi complet que possible des tours et autres dispositifs à vocation militaire associés à l’habitat aristocratique, un remarquable exposé sur les conditions de leur utilisation dans les combats urbains et les liens sociaux qu’ils contribuent à nouer53. À Venise, allergique dès le XIIe siècle aux guerres de lignage et aux combats de rue, c’est plutôt sur le palatium du chef de lignage que s’est concentrée l’attention des chercheurs et plus particulièrement sur la distribution de ses espaces intérieurs et sur les modalités de son insertion dans le tissu environnant (voir par exemple les pages dans lesquelles E. Crouzet-Pavan étudie les fonctions de la cour, des puits et des autres équipements communautaires pris en charge par le maître du palatium54). La structure complexe des « enclaves » nobiliaires gênoises a fait l’objet de travaux pionniers à la fois de la part des historiens de l’architecture, qui ont eu le courage d’entreprendre de vastes dépouillements d’archives seuls capables d’éclairer les conditions de leur formation et les stades successifs de leur évolution, et de spécialistes de l’histoire de la famille frottés d’anthropologie55. Plus tardives par rapport à Gênes, les recherches sur l’habitat aristocratique romain ont eu le mérite de mettre la structure et l’évolution du tènement en rapport avec les stratégies matrimoniales et l’histoire démographique du lignage56.

  • 57 – SZNURA (F.), L’espansione urbana..., op. cit. Une étude des terre nuove toscanes peut s’avérer tr (...)
  • 58 – TRINCANATO (E.R.), Venezia minore, Milan, 1948, réimp. anast. ; Id., « Residenze colletttive a Ve (...)
  • 59 – BARDET (J.-P.), CHAUNU (P.), DÉSERT (G.), GOUHIER (P.), NEVEUX (H.), Le bâtiment : enquête d’hist (...)

222) L’histoire de la petite maison de ville, de l’habitation mononucléaire a longtemps souffert d’une certaine pusillanimité des études, comme si la modestie des espaces et la sobriété des aménagements intérieurs hypothéquaient d’avance les résultats de la recherche. Ce type d’habitation requiert en réalité une approche spécifique et qui sache privilégier les éléments qui s’avèrent déterminants pour la morphologie, les modes d’utilisation et l’évolution de ces édifices. L’étude de l’habitat en série des lotissements devrait par exemple se concentrer sur un petit nombre de questions élémentaires dont la réponse est d’une importance capitale pour connaître l’évolution de ce type d’habitat : le parcellaire, les matériaux, les techniques, les temps et les coûts de construction, le nombre de pièces, la disposition des espaces de circulation, la présence de certains équipements domestiques. Des travaux sur les lotissements florentins du XIIIe siècle57, vénitiens des XVe-XVIe siècles58 ont commencé à prendre en compte ce questionnaire et ont obtenu des résultats d’une grande précision : ainsi par exemple en ce qui concerne les dimensions du parcellaire, le nombre d’étages, les techniques de construction, la diffusion de certains équipements. Il est encore trop tôt pour dire combien pèse, au sens propre du terme, la maison d’un lotissement florentin ou vénitien mais je n’exclus pas que l’on puisse assez vite répondre à cette question chère à la problématique chaunuesque du bâtiment59 et qui me paraît d’une totale pertinence pour les constructions en série des lotissements italiens.

  • 60 – CROUZET-PAVAN (E.), « Sopra... », op. cit., pp. 464-492.
  • 61 – Voir les travaux de R. A. GOLDTHWAITE cités ci-dessus à la note 52. On y ajoutera pour Prato l’ét (...)
  • 62 – Pour paraphraser le titre d’un article que je n’ai d’ailleurs pas pu consulter : GAUDIN (H.), « L (...)
  • 63 – CROUZET-PAVAN (E.), « Sopra... », op. cit., pp. 509-526.

23Dès la fin du XIVe siècle, il est possible en certains endroits d’observer dans les usages et parfois même dans la configuration matérielle de ces deux types d’habitat de subtiles modifications qui annoncent les grands changements du siècle suivant. À Venise c’est d’abord, semble-t-il, un nouvel état d’esprit qui se diffuse, tant parmi les occupants des maisons populaires que chez les maîtres des palais : les solidarités verticales s’étiolent, les liens se distendent entre le noble et ses voisins, l’utilisation commune de la cour, du puits, des espaces de circulation, voire même des latrines, devient source de litiges et de conflits qui conduisent les uns et les autres à se replier sur des espaces intérieurs moins poreux, mieux délimités, séparés du monde extérieur par des barrières à la fois matérielles et psychologiques. Le livre d’E. Crouzet-Pavan contient des pages inoubliables sur cette évolution des esprits et des structures d’habitation, suggestives et riches d’informations très précises sur les travaux qui viennent matérialiser ces nouvelles manières d’habiter60. Mais faut-il parler d’évolution ou de révolution ? La question appelle, me semble-t-il, deux réponses différentes selon que l’on considère le cas vénitien et le cas florentin. À Florence, une conjonction assez exceptionnelle de facteurs de tous ordres, économiques, sociaux, politiques, mentaux et culturels, conduit en un bref espace de temps, au cours de la première moitié du XVe siècle, à l’élaboration d’un nouveau modèle de résidence qui connaît sur le champ une large diffusion auprès des familles de l’aristocratie61. Les caractères fondamentaux en sont bien connus, en dehors même des formules architecturales et des langages décoratifs qui évolueront et se modifieront par la suite au rythme de son expansion géographique : l’édifice est conçu pour les besoins d’une seule famille conjugale ; ses façades hautes et rectilignes le coupent radicalement du tissu environnant (c’est le triomphe du lisse62 sur le poreux et le rugueux !) ; l’agencement et l’organisation des espaces intérieurs, gigantesques par rapport à ceux des anciennes résidences, répondent aux nécessités de la représentation et aux exigences d’une vie sociale fortement hiérarchisée ; la disposition des ouvertures, leur décoration, la qualité des matériaux, le recours à de nouveaux canons esthétiques, sont l’expression de la part du maître d’une nouvelle conception de la supériorité sociale et de sa volonté de changer les règles de l’échange social. Les choses, me semble-t-il, bougent plus tôt à Venise où, dès le XIIe siècle, l’autorité de l’État avait privé les tènements nobiliaires de leur fonction militaire. Les usages se modifient presque insensiblement jusqu’à la fin du XIVe siècle où les changements s’accélèrent et se traduisent par une multiplication de travaux qui aboutissent en un siècle à modifier en profondeur la morphologie des deux types d’habitation63. En résumé, je crois que l’on est en droit de parler d’évolution pour Venise et de révolution pour Florence, tout en sachant qu’à Florence comme à Venise, de même sans doute qu’à Milan, Rome ou Vérone, les changements obéissent à la même logique et répondent aux mêmes besoins.

Les politiques urbaines

  • 64 – Pour une première orientation bibliographique, on se reportera aux travaux cités par V. FRANCHETT (...)
  • 65 – L’opération a d’ailleurs commencé : cf. HEERS (J.), « Les villes d’Italie centrale et l’urbanisme (...)

24Alors que les recherches sur le marché foncier se comptent sur les doigts de la main, c’est plutôt une impression de cohue qui se dégage des études consacrées aux politiques urbaines64. Abondantes en nombre, elles ne se signalent pas toujours par leur qualité ; touchant aux aspects les plus divers de l’évolution urbaine, il n’est pas toujours facile pour un lecteur peu familier avec le sujet d’en extraire des idées générales et plus particulièrement d’y trouver une réponse à la question qui condense en quelque sorte les données du problème : y a-t-il eu une véritable politique de la ville de la part des communes et, si oui, ont-elles eu les moyens de la réaliser ? Le temps m’étant compté, je choisis d’abattre d’un coup toutes mes cartes et annonce donc 1) que je suis profondément convaincu de la volonté et de la capacité de l’État communal à élaborer et à mettre en œuvre une politique très ambitieuse d’aménagement et de transformation des structures urbaines, 2) que j’entends le démontrer en me limitant à trois secteurs ou instruments de l’action communale en ce domaine : l’extension des espaces publics et l’aménagement des voies de communication, les services publics et les grands équipements, les programmes monumentaux. On me pardonnera de ne pas parler des règlements d’urbanisme : cent fois ressassé par une historiographie souvent paresseuse, cet aspect de la politique urbaine des communes aurait besoin d’un sérieux dépoussiérage que je laisse à d’autres le soin d’opérer65.

  • 66 – CROUZET-PAVAN (E.), « Sopra... », op. cit., chapitre II, « La ville et son autre frontière : à la (...)

25L’urbanisme, c’est d’abord, dans l’opinion courante, l’aménagement des espaces publics et une politique urbaine se juge en tout premier lieu par sa capacité à protéger, à agrandir, à embellir ces espaces. Dans ce domaine, le Moyen Âge a longtemps joui d’une réputation peu flatteuse et l’image de la ville médiévale qui, me semble-t-il, prévaut encore dans la plupart des esprits est celle d’un enchevêtrement inextricable des espaces publics et des espaces privés, d’un combat perdu d’avance de la part des autorités publiques, à l’exception de quelques grandes réalisations monumentales, dans leurs tentatives pour faire prévaloir l’intérêt général sur les égoïsmes personnels et lignagers. Image qui relève d’une vision folklorique et hugolienne de la ville médiévale, image que d’excellents travaux obligent aujourd’hui à récuser d’un bloc et sans la moindre hésitation. Impossible de ne pas citer en tête de ces travaux le livre d’E. Crouzet-Pavan sur Espaces, pouvoir et société à Venise à la fin du Moyen Âge et ceci pour deux bonnes raisons au moins. D’abord parce qu’on trouvera dans le chapitre II de cet ouvrage, long de quatre-vingt pages, l’exposé le plus complet jusqu’à ce jour des moyens, des étapes et des résultats d’une politique communale en ce domaine66, ensuite parce que Venise représente bien sûr sous cet aspect un modèle inégalable d’efficacité et de rationnalité. La République, qui se dit propriétaire, on s’en souvient, de toutes les étendues aquatiques, transforme progressivement les étangs intérieurs, les « piscine », en « campi », en places publiques. Les magistrats du Piovego, qui sont chargés d’instruire le contentieux lié à l’assèchement des « piscine », réussissent le plus souvent à faire prévaloir les intérêts de la collectivité sur ceux des particuliers. L’extension du réseau des « calli », la lutte contre les empiètements et les accaparements du sol public de la part des particuliers sont aussi de la compétence du Piovego dont E. Crouzet-Pavan analyse les méthodes de travail et montre l’efficacité sur la base d’un livre des sentences couvrant les années 1282-1337. Avant que son action ne s’élargisse à l’ensemble de l’espace urbain et lagunaire, la commune avait fourbi ses armes et fait l’expérience de ses possibilités en concentrant son action sur trois secteurs, l’insula sancti Marci, le Rialto et la zone portuaire, qui ont fait office de bancs d’essai pour sa politique d’aménagement de l’espace public. Ceci entre la fin du XIIe et le début du XIIIe siècle, alors que la période suivante, couvrant la majeure partie du XIIIe siècle et la première moitié du XIVe siècle, voit l’extension de cette politique à l’ensemble de la ville et la conquête de l’espace public se doubler de l’aménagement systématique du réseau des voies de communication, terrestres et aquatiques, avec le pavage des rues et des « campi », la construction des ponts et des quais.

  • 67 – BALESTRACCI (D.), « L’acqua a Siena nel Medioevo », in MAIRE VIGUEUR (J.-C.) et PARAVICINI BAGLIA (...)
  • 68 – NICOLINI (U.), « Le mura medievali di Perugia... » op. cit., pp. 697-698.
  • 69 – HEERS (J.), Espaces publics, espaces privés..., op. cit.
  • 70 – Pour la bibliographie sur le sujet et un excellent état de la question, cf. BALESTRACCI (D.), « L (...)
  • 71 – Pour Sienne : cf. BALESTRACCI (D.), « L’acqua a Siena... », op.cit. ; Id., I bottini. Acquedotti (...)

26Hors de Venise, dont on doit dans ce domaine comme en tant d’autres saluer la précocité, les mesures des communes pour la conquête ou reconquête de l’espace public demeurent discrètes avant le milieu du XIIIe siècle et sans doute sont-elles restées très modestes jusqu’à cette date. En règle générale, il faut attendre l’arrivée au pouvoir du Popolo pour qu’un véritable changement se manifeste en ce domaine et que les communes se lancent dans de vastes programmes de récupération, d’agrandissement et de contrôle des espaces publics, ce qui ne veut d’ailleurs pas dire que les politiques les plus ambitieuses aient toujours été le fait des régimes les plus radicaux : l’exemple de Sienne, qui doit au régime très modéré des Neuf ses plus belles réalisations en matière d’urbanisme et d’architecture, est là pour démontrer le contraire67. À Pérouse la magistrature des diffinitores viarum fonctionne dès le début des années 1270, alors que le Popolo grasso est encore largement prépondérant dans les organes communaux ; et dès cette époque, elle a en charge l’ensemble du réseau des rues et des places qu’elle passe régulièrement au peigne fin pour traquer le moindre empiètement, débusquer les formes les plus minuscules d’appropiation injustifiée du sol public68 ; les diffinitores sont compétents pour juger et exécutent eux-mêmes leurs sentences ; comme les magistrats du Piovego vénitien, ils ont laissé sous forme de gros registres une documentation qui témoigne surabondamment du sérieux et de l’efficacité de leur action, et qui n’attend d’ailleurs qu’un chercheur courageux. Le Liber Terminorum de Bologne, daté de 1294, appartient à la même famille documentaire et montre qu’il existait chez ces deux villes, comme sans doute dans la majeure partie des villes de l’Italie communale, une profonde identité de vue sur les objectifs et les moyens de les atteindre69. Ajoutons que toutes les communes de la plaine du Pô possèdent aussi un vaste réseau de canaux internes, qu’elles entretiennent, aménagent et développent avec une énergie et des méthodes fort semblables à celles de Venise70, et que les villes de site perché – il suffit de penser à Sienne, Pérouse et Orvieto71 – ont souvent été obligées de procéder à des travaux considérables pour l’adapter aux exigences du développement urbain et de la sécurité : les régimes populaires des XIIIe et XIVe siècles ont fait preuve dans ce domaine d’une sagacité et d’une science de la chose publique dont les administrations contemporaines n’ont pas toujours hérité.

27En fait, la gamme des grands travaux à mettre au crédit des communes est extrêmement vaste et il ne saurait être question ici de tous les examiner. Je m’en tiendrai à des observations d’ordre très général en établissant pour commencer une nette distinction entre les programmes monumentaux, qui répondent à des motivations bien particulières et d’ailleurs bien connues, et les travaux qui sont plutôt destinés à améliorer les conditions de vie des populations urbaines et à satisfaire des besoins d’ordre matériel ou économique. Les seconds, qui sont longtemps restés dans l’ombre, si l’on excepte quelques recherches pionnières vieilles de près d’un siècle, sont l’objet depuis quelques années d’un vif intérêt de la part d’une petite cohorte de médiévistes italiens et mériteraient que l’on s’y attarde beaucoup plus que je ne peux le faire ici.

  • 72 – C’est le cas, parmi beaucoup d’autres, de Crémone et de Pérouse. Cf. GUALAZZINI (U.), Ricerche su (...)

28Aujourd’hui encore, le paysage urbain des villes italiennes reste très fortement marqué, au nord de Rome, par l’existence de quelques grands ensembles monumentaux dont la configuration générale et même, pour la plupart des éléments qui le composent, la création sont l’œuvre des régimes communaux. Certes, toutes ces villes ou presque sont d’origine très ancienne et ont donc hérité de la période romaine un plan de rues, des monuments et en particulier une place centrale qui, d’une manière ou d’une autre, sont réemployés par la ville médiévale ; ils constituent même la trame de son urbanisme pour cette partie de la ville que, de plus en plus souvent avec l’expansion urbaine des XIIe et XIIIe siècles, on désigne du nom de « città vecchia » ou de « terra vecchia »72. Mais c’est là aussi que le régime communal réalise ses programmes monumentaux les plus ambitieux, c’est là qu’il aménage les places les plus importantes et qu’il construit les palais destinés à abriter ses principaux organes politiques et administratifs. Je ne m’arrêterai pas sur les motifs qui poussent les communes à manifester par l’ampleur et la richesse de tels programmes la puissance et l’excellence d’un régime dont la légitimité a été longue à s’imposer face au pouvoir de l’empereur et de tous les autres détenteurs, laïques ou ecclésiastiques, de prérogatives publiques héritées de l’ordre ancien : toutes ces motivations d’ordre politique et idéologique sont bien connues, tout comme le sont les principes d’ordre, d’utilité et de rationnalité qui seront invoqués, dans un second temps, à partir du milieu du XIIIe siècle, pour justifier une nouvelle série de grands travaux, qui s’inspirent très explicitement des idéaux politiques et sociaux du Popolo. Mais il n’est peut-être pas inutile justement de rappeler à très grands traits la chronologie de ces réalisations, en prenant comme point de repère la construction des palais publics.

  • 73 – Cf. SOLDI RONDININI (G.), « Evoluzione politico-sociale e forme urbanistiche nella Padania dei se (...)

29Car il s’agit à n’en pas douter de la pièce centrale de tout le dispositif. Plus que tout autre monument en effet, les palais publics incarnent sans partage, contrairement à la cathédrale et aux autres édifices religieux, les aspirations et les ambitions du régime communal. Or il faut bien voir que si très vite, dans le cours du XIIe siècle, l’organisme communal a été amené à se procurer des locaux pour abriter les réunions des consuls et des premiers conseils et pour loger les maigres services d’une administration encore très embryonnaire, il s’agissait alors, pour autant que l’on puisse le savoir, de locaux et de maisons très modestes, loués à des particuliers et, sauf quand la commune était l’hôte de l’évêque ou d’une institution ecclésiastique, dépourvus de tout prestige et de toute solennité. Tout change, semble-t-il, avec l’apparition des podestats73. En l’espace de trente ou quarante ans, entre la fin du XIIe siècle et le premier tiers du XIIIe siècle, chaque commune se dote d’un palatium – et l’usage de ce mot de la part de la commune est évidemment riche de signification – érigé ex nuovo sur un site qui est appelé, s’il ne l’était déjà, à devenir le « centre » de la ville, dans tous les sens que ce terme peut revêtir en matière de fonctions urbaines. Cette première génération de palais communaux est contemporaine, notons-le, de la mise en place du régime podestatal. Ce n’est évidemment pas un hasard. L’apparition du podestat marque, on le sait, une étape décisive dans le développement des institutions communales et en particulier dans la capacité du pouvoir communal à s’imposer comme l’instance suprême, voire même unique, pour le règlement des conflits ; l’érection d’un palatium comunis répond aux exigences matérielles et idéologiques d’un pouvoir qui a besoin de plus d’espace pour fonctionner, d’un espace qui se veut public et ouvert à tous. Nombre de podestats ont d’ailleurs joué un rôle de premier plan dans la construction de ces bâtiments et se sont illustrés, d’une manière plus générale, par leur compétence en matière de grands travaux. Malheureusement, hormis le rôle exceptionnel de tel ou tel personnage, on ignore à peu près tout des modalités et des conditions dans lesquelles s’est réalisée l’édification de ces palais et l’on ne peut que soupçonner l’ampleur des transformations qu’elle a pu entraîner sur le tissu urbain environnant.

  • 74 – Quelques exceptions cependant, comme par exemple l’ouvrage de N. RODOLICO et G. MARCHINI, I palaz (...)

30On est beaucoup mieux armé, après le milieu du XIIIe siècle, pour étudier la politique monumentale des régimes populaires. Le chercheur dispose en effet, dans les cas les plus favorables, d’une documentation très variée où se mêlent des actes notariés, qui illustrent par exemple l’aspect foncier des opérations communales, des livres de compte et des procès-verbaux de délibérations qui éclairent les objectifs poursuivis et les moyens mis en œuvre pour les atteindre. Cette documentation, qui peut être d’une grande richesse dans certains cas, est loin d’avoir été exploitée avec toute l’exhaustivité souhaitable et l’on peut regretter que l’étude de ces programmes ait souvent été abandonnée aux spécialistes de l’histoire de l’art, plus enclins, en général du moins, à retrouver la trace de tel ou tel artiste célèbre qu’à procéder à l’analyse globale d’opérations qui exigent pourtant de très gros moyens financiers et une forte volonté politique74.

  • 75 – Il existe de très nombreuses études locales sur ces différents aspects de la politique urbaine. J (...)
  • 76 – Cette politique d’expansion et de récupération des espaces publics fait l’objet, s’agissant de la (...)
  • 77 – Cf. SILVESTRELLI (M.R.), « L’edilizia pubblica del Comune di Perugia... », op. cit., p. 501.

31Or nulle part celle-ci ne manifeste aussi clairement ses objectifs que dans les interventions qui visent à remodeler en profondeur ce que l’on appelle aujourd’hui le centre historique de la ville. Dans ce secteur, les régimes populaires agissent simultanément sur trois grands fronts : le système des places publiques, le complexe des palais communaux, l’ensemble des rues qui assurent la viabilité du centre urbain ou qui desservent l’une ou l’autre des places principales75. Partout les communes multiplient les achats de maisons et de parcelles bâties pour agrandir les places, élargir les rues, régulariser leur tracé, libérer les terrains nécessaires à l’édification de nouveaux palais publics, des marchés, des aires de jeux etc.76 À Pérouse, on a pu évaluer à 25 872 L. le coût total des achats réalisés par la commune pour devenir maître des terrains où sera construit l’actuel palais des Prieurs77. Il peut arriver aussi que les autorités communales soient contraintes pour réaliser leurs plans d’abattre des églises ou des édifices dont le clergé ou de grandes familles refusent de se défaire, ce qui sera la source d’interminables conflits judiciaires. Pour la construction des nouveaux palais, on fait cette fois appel à des architectes reconnus, qui devront parfois réaliser de véritables prouesses techniques pour satisfaire les exigences de leurs commanditaires. D’une manière générale, les nouveaux édifices, destinés à devenir le siège et la résidence des magistrats populaires qui incarnent désormais, mieux que la vieille institution podestatale, la puissance et l’autorité de l’organisme communal, dépassent de beaucoup, en dimensions, richesse et « beauté », les palais de la première et de la seconde génération. Sans insister sur la différence d’échelle, qui saute aux yeux, et sans vouloir ici porter un jugement de valeur sur l’esthétique qui caractérise chacune des deux périodes, on observera que les dirigeants populaires donnent la préférence à des matériaux rares et coûteux, qu’ils multiplient le recours aux décorations peintes et sculptées, qu’ils recherchent la symétrie et la régularité des façades, qu’ils s’inspirent en somme de principes appelés à jouer un rôle fondamental dans l’esthétique des temps modernes, dans le domaine de l’architecture tout particulièrement.

32Mais les grands programmes monumentaux du centre ville sont loin d’épuiser le dynamisme des dirigeants populaires en matière d’aménagement urbain. Car s’ils s’efforcent en premier lieu, pour d’évidentes raisons politiques, d’afficher leur force et leur légitimité en transformant radicalement l’esthétique des lieux du pouvoir, leur politique se caractérise aussi par le souci d’appliquer à l’ensemble de l’espace urbain les canons du nouvel urbanisme et d’offrir à toutes les couches de la population de meilleures conditions de vie. Partout le périmètre des enceintes est élargi de manière à englober les « borghi » qui se peuplent d’une foule d’immigrés ruraux. Les portes qui donnent accès à ces faubourgs prennent l’allure, comme les palais du centre, de véritables monuments qui en imposent tant par leur masse que par la richesse de leurs matériaux et de leur décoration. Dans chacun de ces nouveaux quartiers, des places sont aménagées auxquelles la façade d’une église, la présence de maisons plus hautes et mieux construites, mieux ornées aussi que les autres maisons du faubourg, la construction d’une fontaine, une manière savante et compliquée de disposer les briques, les dalles ou les pavés du sol contribueront à donner ce caractère monumental indissociable de l’image d’un pouvoir qui se veut efficace et soucieux du bien public et capable de concilier, comme il ne cesse lui-même de le proclamer, le beau et l’utile.

  • 78 – Cf. pour Florence GOLDTHWAITE (R.A.), « The Building of Renaissance Florence... », op. cit., et F (...)

33Or il est vrai qu’au chapitre de l’utile, il faut mettre à l’actif des régimes communaux un nombre important de réalisations qui resteront en usage pendant des siècles et ne deviendront vraiment obsolètes qu’avec la grande expansion urbaine de l’ère industrielle. Je serais tenté, pour faire bref, de les ranger en deux grandes catégories, selon qu’elles visent à améliorer les infrastructures productives de la ville ou le bienêtre collectif de la population, mais il n’est pas sûr que les dirigeants communaux aient bien distingué les deux types d’objectifs et, de toute façon, les routes, les canaux, les ponts, les marchés, de même que l’ensemble des aménagements hydrauliques entrepris pour faciliter la circulation des hommes et des marchandises, fournir la force hydraulique à de nombreuses activités industrielles, augmenter la productivité des campagnes environnantes etc, toutes ces réalisations dans lesquelles nous sommes tentés aujourd’hui de privilégier la finalité économique offraient aussi l’avantage de rendre plus sûres et plus salubres les conditions de vie des populations, humanisaient les campagnes et revêtaient aux yeux des contemporains une très forte valeur idéologique et symbolique. Et sans doute en va-t-il de même des mesures prises pour imposer ou faciliter le regroupement et le transfert à la périphérie des villes d’activités industrielles polluantes ou devenues gênantes en cette période de forte densification du tissu urbain ; sans être le seul facteur de ce vaste mouvement de redistribution des activités productives dans les espaces périphériques, les pouvoirs publics l’ont à coup sûr accéléré en imposant le regroupement hors des quartiers habités des activités les plus dangereuses ou les plus polluantes ; mais ils l’ont également encouragé et facilité en donnant aux entrepreneurs la possibilité de s’installer sur des terrains de propriété communale, souvent situés au bord des cours d’eau, voire même en finançant la construction d’ateliers dont la gestion était ensuite confiée aux associations de métiers78.

  • 79 – On trouvera la plupart des titres encore utiles aujourd’hui dans la remarquable synthèse de BALES (...)
  • 80 – Cf. CROUZET-PAVAN (E.), « Sopra... », op. cit., pp. 340-342 ; BOUCHERON (P.), BOUCHERON (P.), « U (...)

34Cette redistribution dans l’espace des activités trouvait par ailleurs un puissant stimulant dans une politique de contrôle des eaux, qui démarre plus ou moins tôt selon les villes mais qui constitue à n’en pas douter, dans le domaine des grands travaux, le secteur dans lequel les communes ont su faire preuve de la plus grande continuité et l’un de ceux où les résultats de leur action auront été les plus durables et les plus solides. C’est bien sûr dans la plaine du Pô qu’il y avait le plus à faire dans ce domaine, c’est là qu’ont été réalisés les plus grands travaux et c’est pour des villes de la plaine du Pô, comme Milan, Plaisance, Padoue, Bologne, Ravenne etc que l’on dispose aujourd’hui de la meilleure littérature historique sur le sujet79. Dans ces régions à l’hydrographie exubérante et divagante, l’action des particuliers, des associations de riverains et de métiers, des églises et des pouvoirs publics se compose d’une multitude d’initiatives et de travaux de nature et d’ampleur très variables et qui ne répondent pas tous, loin de là, aux mêmes exigences ni à une logique unique. Les différents usages possibles de l’eau ne sont pas tous immédiatement conciliables ; de nombreux conflits d’intérêts surgissent entre les métiers selon qu’ils utilisent l’eau comme force motrice, moyen de transport, pour la fabrication de leurs produits ou tout simplement pour irriguer des terres agricoles, pour ne rien dire des besoins en eau potable de la collectivité. Il faudra du temps, des tâtonnements et bien des échecs avant que celle-ci puisse d’abord s’imposer comme l’instance suprême pour l’arbitrage des conflits puis arrive à se doter, dans certains cas tout au moins, des moyens nécessaires à la mise en œuvre d’une véritable politique des eaux. Et l’on n’oubliera pas que, même à Venise et à Milan, qui grâce à la création de magistratures spécifiques ont obtenu les résultats les plus tangibles en matière de planification et de coordination des différents types d’intervention sur les eaux, les exemples ne manquent pas de travaux entrepris au mépris de la réglementation publique, au détriment des grands équilibres du milieu et pour le plus grand profit d’une catégorie bien déterminée d’usagers qui s’avèrent être, dans presque tous les cas, des amis du prince ou des membres de la classe dirigeante80.

  • 81 – Cf. RICETTI (L.), La città costruita..., op. cit., pp. 143-147.

35Des actions du même genre ont pu être conduites, à une échelle évidemment plus modeste, par des communes de l’Italie centrale soucieuses d’améliorer le régime hydrographique du territoire qui les entoure. Ce fut par exemple le cas d’Orvieto qui réalise, au cours du XIIIe siècle, toute une série de travaux destinés à contenir les divagations du Paglia, le fleuve qui parcourt la vallée au pied de la ville, à améliorer le drainage des terres, à faciliter la circulation81. Sans atteindre encore une fois l’ampleur des travaux entrepris par les grandes villes de la plaine du Pô, ces actions n’en ont pas moins eu pour conséquence de modifier considérablement le paysage et la valeur agricole de nombreuses plaines et bassins intérieurs de l’Italie centrale qui bénéficient, à partir du XIIIe siècle, d’un essor démographique et économique assez remarquable.

  • 82 – Cf. SILVESTRELLI (M.R.), « L’edilizia pubblica... », op. cit., dans lequel on trouvera toute la b (...)
  • 83 – Il s’agit pour Sienne de l’ouvrage de F. BARGAGLI PETRUCCI, Le fonti di Siena e i loro acquedotti(...)
  • 84 – À commencer par D. BALESTRACCI, « L’acqua a Siena nel Medioevo... », op. cit., et L. RICETTI, La (...)

36Il n’en demeure pas moins que, pour ces villes perchées de l’Italie centrale, la grande affaire en matière de travaux hydrauliques est celle de leur approvisionnement en eau potable et c’est dans ce domaine que l’on assiste, au cours des XIIIe et XIVe siècles, aux réalisations les plus coûteuses et les plus spectaculaires. Pérouse, Orvieto et Sienne restent jusqu’à ce jour les exemples les mieux connus, encore qu’on soit bien loin, dans le cas de Pérouse, d’avoir repéré et dépouillé toutes les sources susceptibles de nous éclairer sur la chronologie, les modalités de construction et de financement de l’aqueduc de Montepaciano auquel ont collaboré quelques-uns des plus grands artistes et ingénieurs du temps : fra Bevignate, qui est aussi le maître d’œuvre, l’architecte, le responsable technico-administratif de presque tous les grands travaux lancés par la commune dans le dernier quart du XIIIe siècle, Lorenzo et Ambrogio Maitani, Angelo da Orvieto, auquel on doit, entre autres choses, l’extraordinaire palais des consuls de Gubbio, sans oublier Nicola et Giordano Pisano, auteurs des sculptures de la Fontana Maggiore, qui sont elles-mêmes le fruit d’une étroite collaboration entre l’ingénieur en chef, fra Bevignate, l’hydraulicien, Boninsegna Veneziano, et les deux sculpteurs appelés à exécuter un programme iconographique concocté par les meilleurs cerveaux du régime82. À Orvieto et à Sienne en revanche, les aqueducs construits entre 1276 et la fin du XIIIe siècle pour le premier et durant le deuxième tiers du XIVe siècle pour le second ont fait l’objet, il y a près d’un siècle, de monographies érudites qui restent extrêmement précieuses pour la masse de documents qu’elles citent ou publient83. On y trouve par ailleurs une analyse parfois minutieuse des problèmes de toute nature auxquels les différents organes communaux se sont trouvés confrontés dans leur désir d’augmenter les capacités hydriques de leur cité et de répondre aux besoins des différents types d’usagers. Mais il y manque bien entendu – et c’est le contraire qui eût été étonnant dans le contexte historiographique du début du siècle – une approche systématique des trois types de question qui se posent, me semble-t-il, pour tout ouvrage de grande envergure à cette époque : quel a été le rôle et l’importance des différentes compétences requises par de tels chantiers ? Qui fut chargé de superviser et de coordonner l’ensemble des opérations ? Quel fut le coût global et le mode de financement de ces travaux ? Quelles furent leurs répercussions sur les finances et la fiscalité communales ? Comment la construction des réseaux hydriques s’insère-t-elle dans la chronologie des grands travaux de l’époque communale et quels furent les enjeux politiques et sociaux de leur réalisation ? La réponse à ces questions exigerait des dépouillements qui prennent en compte l’ensemble de la documentation comptable et financière de la commune, et pas seulement les registres de délibérations des conseils et autres instances ; elle suppose aussi que l’on compare entre elles les différentes réalisations, à l’intérieur d’une même cité mais aussi d’une ville à l’autre, enfin que l’on se place dans la longue durée pour mesurer la longévité, en termes d’usage, des infrastructures construites à cette époque. Sur ce point, à vrai dire, les auteurs des travaux sur les aqueducs de Sienne et d’Orvieto s’expriment avec clarté et même, dans le cas du second, avec une fougue qui en dit long sur les convictions politiques de l’auteur : pour celui-ci en effet, qui suit les vicissitudes de son aqueduc depuis sa construction jusqu’aux premières années du XXe siècle, il ne fait aucun doute qu’un ouvrage qui représente à ses yeux, tant du point de vue technique que politique, l’une des plus belles réussites du régime populaire, était fait pour braver les siècles, n’était-ce l’incurie et la corruption des notables qui ont succédé aux dirigeants populaires et qui continuent d’ailleurs, jusqu’au début du XXe siècle, de démontrer leur incapacité à résoudre les problèmes de la population. Les auteurs plus récents84 ne manquent pas, eux, de souligner les retards, les imperfections, les malfaçons, les échecs, l’abandon de projets plus ambitieux, les abus commis par les puissants qui accaparent pour leur usage exclusif une partie du précieux liquide ; en bref ils tracent de ces grands travaux un tableau qui rend beaucoup mieux compte des difficultés de toute espèce qui ont entravé leur exécution et qui expliquent que les résultats n’aient pas toujours répondu, loin de là, aux ambitions des dirigeants et à l’attente des populations. Il n’en est pas moins vrai qu’il faudra attendre, dans ces mêmes villes, le grand essor urbain de l’ère industrielle pour qu’on se lance dans la construction d’ouvrages en mesure de remplacer ceux de l’époque médiévale.

Conclusion

37Moins de cent ans auront donc suffi pour transformer en profondeur la morphologie et les structures matérielles de la ville dans le Nord et le Centre de l’Italie. Les changements dont il a été question jusqu’ici se réalisent en effet au cours d’une période qui ne débute guère avant le milieu du XIIIe siècle et qui bien souvent s’arrête avant même le milieu du XIVe siècle. Toutes les villes de l’Italie communale atteignent au même moment, mais davantage sans doute au début qu’au milieu du XIVe siècle, leur plus haut niveau démographique, avec des chiffres de population qu’elles ne retrouvront, dans le meilleur des cas (Milan, Venise, Gênes) qu’au début du XVIIe siècle, voire même au cours du XIXe siècle. L’ensemble de ces changements, à commencer par l’expansion et les modifications morphologiques du parc immobilier, découlent bien évidemment de cette donnée fondamentale dont on remarquera toutefois que maints aspects fondamentaux, à commencer par le rythme de la croissance et par son volume, ne se laissent justement appréhender qu’à travers les transformations des structures urbaines... Par ailleurs, quelques-uns des plus gros chantiers de la ville communale, construction de murailles ou d’aqueducs par exemple, s’ouvrent au moment où la courbe démographique a déjà inversé sa tendance et bien des changements qui interviennent dans la structure du tissu urbain ou la morphologie des maisons démarrent certes en période d’en-plein démographique mais ont besoin de la longue durée pour s’accomplir : ils ne couvriront vraiment l’ensemble de l’espace urbain qu’au seuil de Père moderne ou même dans le courant du XVIe siècle. On se gardera donc de voir dans la croissance démographique la raison primordiale de la mutation des structures urbaines qui s’accomplit, pour certains de ses aspects, dans les décennies qui encadrent le passage du XIIIe au XIVe siècle mais qui peut tout aussi bien, pour d’autres aspects, s’étirer sur deux ou trois siècles.

  • 85 – Ces sphères ont fait l’objet, pour l’Italie communale et postcommunale ou seigneuriale, d’un cert (...)

38Or il est clair, au vu de ce qui précède, que cette double périodisation correspond aussi à deux types de transformations ou, si l’on préfère, que les différentes composantes de la structure urbaine évoluent à vitesse plus ou moins grande selon que l’on considère les espaces publics ou privés, l’agencement interne du stock immobilier ou son insertion dans le tissu urbain, les grands chantiers publics ou les initiatives individuelles et ainsi de suite. On évitera bien entendu, ce qui serait pourtant bien agréable par les temps qui courent, d’opposer le temps fort du public au temps long du privé, l’efficacité de l’État communal aux lenteurs des particuliers. La vérité est autre. Même quand on éprouve – comme c’est mon cas, on s’en sera aperçu – une sorte de fascination pour les réalisations des dirigeants populaires en matière d’urbanisme et d’équipements collectifs, pour leur vision globale de la ville et la sûreté de leur goût, on voit bien que leur politique en ce domaine tire sa force d’une conjonction de brève durée entre le moment culminant d’une longue croissance des hommes et des richesses et le dynamisme idéologique qui les anime et qui cherche à inscrire sa légitimité à tous les niveaux du paysage urbain. D’où leur réelle capacité à réaliser de grands ouvrages qu’il s’agisse de palais pour abriter les services publics, d’enceintes fortifiées, de réseaux d’adduction d’eau, de places et de voies de communication, d’où leur volonté d’orienter et de discipliner la croissance urbaine, d’où leurs efforts pour tenter d’imposer une distribution plus rationnelle des hommes et des activités économiques dans l’espace urbain. Ceci posé, je me garderai bien d’affirmer que les régimes populaires ont atteint tous leurs objectifs en matière de politique urbaine. Ceux-ci, d’une part, étaient loin de tous revêtir la même importance aux yeux des dirigeants qui accordent de toute évidence une priorité absolue à la réalisation des grands monuments et des équipements collectifs alors que leurs interventions dans les autres domaines de la vie urbaine, qu’il s’agisse par exemple de la morphologie des habitations ou de la répartition zonale des hommes et des métiers, manquent souvent de continuité et de cohérence. Mais il existait d’autre part des limites objectives à leurs possibilités d’intervention qu’il n’est peut-être pas inutile de rappeler ou d’évoquer au moment de conclure. La commune ne peut évidemment rien changer à la structure très particulière du marché foncier, qui reste commandé, dans le vieux centre urbain, par la stratégie territoriale des grandes familles jusque tard dans le Moyen Âge alors que le lotissement sous forme de censive des terrains périphériques favorise l’entassement des immigrants dans les faubourgs. Mais elle n’a pas davantage les moyens d’intervenir en profondeur sur les structures élémentaires du tissu urbain, régies par un ensemble de facteurs qui échappent pour la plupart aux moyens d’action des pouvoirs publics. La morphologie interne des maisons d’habitation par exemple, ses rapports avec l’espace environnant, la densité et les usages des espaces de médiation entre le dehors et le dedans (cours, portiques, loggias) ou des équipements vicinaux (puits, fours, bains, appontements), tous ces éléments qui jouent un rôle déterminant dans la configuration de l’espace urbain répondent à des besoins et obéissent à des logiques dans lesquels l’État essaie bien d’intervenir – ainsi lorsqu’il ordonne d’abattre des tours ou qu’il annexe des cours ou des portiques à l’espace public – mais qui relèvent en dernière analyse de sphères qui restent pour l’essentiel hors de sa portée et qu’il n’était pas question pour moi, soit dit en passant, d’examiner dans le cadre de ce bref article85.

Notes

1 – VIOLANTE (C.), La società milanese nell’età precomunale, 2e éd., Bari, 1974 ; GUALAZZINI (U.), Il « populus » di Cremona e l’autonomia del comune, Bologne, 1940 ; Id., Ricerche sulla formazione della città nuova di Cremona dall’età bizantina a Federico II, Milan, 1982.

2 – Il s’agit de cadastres ou de comptes de châtellenie pour certaines villes du Piémont (Chieri, Pinerolo, Cuneo, Moncalieri, Savigliano, Turin, Ivrea), de cadastres exclusivement pour celles des Marches (Iesi, Macerata) et de l’Ombrie (Orvieto, Pérouse) : on trouvera pour chacune de ces villes toutes les indications utiles dans l’ouvrage, extrêmement commode, de M. GINATEMPO et L. SANDRI, L’Italia delle città. Il popolamento urbano tra Medioevo e Rinascimento (secoli XIII-XVI), Florence, 1990, pp. 245-248 (Piémont), 263-270 (Marches), 270-277 (Ombrie).

3 – HERLIHY (D.) et KLAPISCH (C.), Les Toscans et leurs familles. Une étude du catasto florentin de 1427, Paris, 1978.

4 – Comme le Libro de Montaperti de 1260 pour Florence : cf. PAOLI (C.) éd., Il libro di Montaperti (an. MCCLX), Florence, 1889 ; ou les registres d’inscription des sociétés populaires armées pour Bologne : cf. PINI (A.I.), « Problemi demografici bolognesi del Duecento », in Atti e Memorie della Deputapone di Storia Patria per la Romagna, 17-19, 1965-1968, pp. 147-223, et PINI (A.I.) et GRECI (R.), « Una fonte per la demografia storica medievale : le “venticinquine” bolognesi (1247-1404) », in Rassegna degli Archivi di Stato, 1976, pp. 337-418.

5 – Pour Alexandrie : cf. PISTARINO (G.), « Alessandria nel mondo dei comuni », in Studi medievali, 3e sér., 2, 1970, pp. 1-102 ; pour Crémone : cf. MONTORSI (E.W.), La « Matricola Popolare » di Cremona del 1283, Crémone, 1960 ; pour Ferrare : cf. FONTANA (B.), « Documenti vaticani di un plebiscito in Ferrara sul principio del secolo XIV », in Atti della Ferrarese Deputapone di Storia Patria, 1, 1886, pp. 1-100 ; pour Vérone : ROSSINI (E.), « La città tra basso Medioevo ed età moderna », in BORELLI (G.) éd., Una città e il suo fiume, Vérone, 1977, vol. 1, pp. 177-180, et VARANINI (G.M.), « L’espansione urbana di Verona in età comunale : dati e problemi », in (G.) ROSSETTI éd., Spapo, società, potere nell’Italia dei comuni, Naples, 1979, p. 140 et suiv.

6 – HEERS (J.), « Urbanisme et structures sociales à Gênes au Moyen Âge », in Studi in onore di Amintore Fanfani, vol. 1, Milan, 1962, pp. 371-412.

7 – BONVESIN DA LA RIVA, De magnalibus Mediolani, éd. par M. CORTI, Milan, 1974, p. 63.

8 – Ainsi ALBINI (G.), « La mortalità in un grande centra urbano nel ‘400 : il caso di Milano », in COMBA (R.), PICCINNI (G.) et PINTO (G.) éd., Strutture familiari, epidemie, migraponi nell’Italia medievale, Naples, 1984, pp. 117-134, à la p. 117.

9 – BELOCH (K.J.), Bevölkerungsgeschichte Italiens, Berlin, 1937-1961.

10 – GINATEMPO (M.) et SANDRI (L.), L’Italia delle città..., op. cit.

11 – DE LA RONCIERE (C.M.), Prix et salaires à Florence au XIVe siècle (1280-1380), Rome, 1982, pp. 628-635.

12 – GROHMANN (A.), L’imposizione diretta nei comuni dell’Italia centrale nel XIII secolo. La Libra di Perugia del 1285, Rome-Pérouse, 1986.

13 – CARPENTIER (E.), Orvieto à la fin du XIIIe siècle. Ville et campagne dans le Cadastre de 1292, Paris, 1986.

14 – Cf. les travaux cités par M. GINATEMPO et L. SANDRI, L’Italia delle città..., op. cit., p. 252.

15 BONVESIN DA LA RIVA, De magnalibus Mediolani..., op. cit., p. 65.

16 – Comme le font E. ROSSINI et G. M. VARANINI dans les travaux cités note 5.

17 – Pour la population de Padoue, cf. les travaux cités par M. GINATEMPO et L. SANDRI, L’Italia delle città..., op. cit., p. 253 ; le dynamisme économique de Vérone et l’ampleur de son expansion urbaine en font une ville beaucoup plus importante que Padoue dans les derniers siècles du Moyen Âge.

18 – CIPOLLA (C.M.), « Profilo di storia demografica della città di Pavia », in Bollettino storico pavese, 6, 1943, pp. 9-87.

19 – Cf. les travaux cités par M. GINATEMPO et L. SANDRI, L’Italia delle città..., op. cit., p. 246 pour Vercelli, p. 259 pour Pise, p. 253 pour Padoue.

20 – RENOUARD (Y.), Les villes d’Italie de la fin du Xe siècle au début du XIVe siècle, éd. par P. BRAUNSTEIN, Paris, 1969, vol. 2, pp. 295-296.

21 – RENOUARD (Y.), Histoire de Florence, Paris, coll. « Que sais-je ? » n° 1116, 1967, p. 58.

22 – RENOUARD (Y.), Les villes d’Italie..., op. cit., vol. 1, p. 150. À Plaisance, l’enceinte construite au milieu du XIIe siècle fait passer de 43 à 65 ha la superficie emmurée depuis le Xe siècle ; une nouvelle extension des murailles portera à 75 ha en 1232 la superficie intra muros : cf. RACINE (P.), Plaisance du Xe à la fin du XIIIe siècle, Lille, 1980, vol. 2, p. 618.

23 – SZNURA (F.), L’espansione urbana di Firenze nel Dugento, Florence, 1975.

24 – L’association des deux types d’initiative, publique et privée, et le rôle moteur joué par la première, qui détermine le choix des aires à urbaniser et dicte les règles d’urbanisme, sont bien mis en valeur dans l’ouvrage de E. CROUZET-PAVAN, « Sopra le acque salse ». Espaces, pouvoir et société à Venise à la fin du Moyen Âge, Rome, 1992, vol. 1, pp. 57-139.

25 – Pour Gênes : cf. GROSSI BIANCHI (L.) et POLEGGI (E.), Una città portuale del Medioevo. Genova nei secoli X-XVI, Gênes, 1980. Pour Brescia : cf. ANDENNA (G.), « Il monastero e l’evoluzione urbanistica di Brescia tra XI e XII secolo », in STELLA (C.) et BRENTEGANI (G.) éd., S. Giulia di Brescia. Archeologia, arte, storia di un monastero regio dai Longobardi al Barbarossa, Atti del convegno, Brescia, 1992, pp. 93-118. Pour Bologne : cf. FANTI (M.), « Le lottizzazioni monastiche e lo sviluppo urbano di Bologna nel Duecento », in Atti e Memorie della Deputazione di Storia Patria per la Romagna, n.s., 27, 1976, pp. 121-141. Pour Florence : cf. SZNURA (F.), L’expansione urbana..., op. cit. Pour Assise : cf. DE GIOVANNI (C.), « L’ampliamento di Assisi nel 1316 », in Bollettino della Deputazione di Storia Patria per l’Umbria, 72, 1975, pp. 1-78. Pour Rome : cf. HUBERT (E.), Espace urbain et habitat à Rome du Xe siècle à la fin du XIIIe siècle, Rome, 1990. Pour Venise : cf. CROUZET-PAVAN (E.), « Sopra le acque salse »..., op. cit.

26 – Le plus récent d’entre eux est E. HUBERT, Espace urbain et habitat..., op. cit., pp. 134-141.

27 – GROSSI BIANCHI (L.) et POLEGGI (E), Una città portuale..., op. cit., p. 72.

28 – CROUZET-PAVAN (E.), « Sopra... », op. cit., pp. 89-96.

29 – Ibid., p. 115.

30 – Ibid., pp.120-124.

31 – GROSSI BIANCHI (E.) et POLEGGI (E.), Una città portuale..., op. cit., p. 77.

32 – DE GIOVANNI (C.), L’ampliamento di Assisi..., op. cit. En 1279 à Sezze, petite ville du Latium méridional, la commune divise une aire d’environ 233 ha en plusieurs centaines de parcelles mais qui semblent destinées surtout à servir de jardins-potagers pour les habitants de la ville : cf. CACIORGNA (M.T.), « Organizzazione del territorio e classi sociali a Sezze (1254- 1348) », in Archivio della Società Romana di Storia Patria, 104, 1981, pp. 68-71.

33 – Largement soulignée par exemple pour Vérone par VARANINI (G.M.), « L’expansione urbana... », op. cit., pp. 21-22.

34 – Ibid., p. 22

35 – Tout en mettant davantage l’accent sur les programmes monumentaux que sur les modalités de l’expansion, J. HEERS – « En Italie centrale : les paysages construits, reflets d’une politique urbaine », in MAIRE VIGUEUR (J.-C.) éd., D’une ville à l’autre. Structures matérielles et organisation de l’espace dans les villes européennes (XIIIe-XVIe siècle), Rome, 1989, pp. 279- 322 – en arrive à des conclusions à peu près analogues.

36 – NICOLINI (U.), « Le mura medievali di Perugia », in Storia e arte in Umbria nell’età comunale, VI Convegno di Studi Umbri, Gubbio 26-30 maggio 1968, Pérouse, 1971, pp. 706-707.

37 – On trouvera dans l’ouvrage de J. P. GRUNDMAN, The Popolo at Perugia 1139-1309, Pérouse, 1992, des réflexions très stimulantes sur ces différents problèmes qui sont au centre du débat politique à Pérouse au cours de la période comprise entre la fin du XIIIe siècle et le début du XIVe siècle.

38 – Voir, parmi les travaux les plus riches de données sur ce point, les ouvrages ou articles déjà cités de L. GROSSI BIANCHI et E. POLEGGI, de G. M. VARANINI, de E. HUBERT.

39 – Voir, par exemple, la liste des immeubles qui composent le patrimoine urbain de Francesco Datini dans SZNURA (F.), « Edilizia privata e urbanistica in tempo di crisi », in CHERUBINI (G.) éd., Prato. Storia di una città. 1* Ascesa e déclina del centro medievale (dal Mille al 1494), Florence-Prato, 1991, pp. 301-358 ; l’auteur procède également à une analyse, tout à fait passionnante dans la perspective qui est la nôtre ici, des motivations et des calculs qui guident les choix du grand marchand de Prato dans le domaine de l’immobilier.

40 – HUBERT (E.), Espace urbain..., op. cit., p. 266.

41 – Ibid., p. 286.

42 – BROISE (H.) et MAIRE VIGUEUR (J.-C.), « Strutture familiari, spazio domestico e architettura civile a Roma alla fine del Medioevo », in Storia dell’arte italiana, vol. 12, Momenti di architettura, Turin, 1983, pp. 99-160.

43 – HUBERT (E.), Espace urbain..., op. cit., pp. 348-357 : p. 356 pour la citation.

44 – BROISE (H.), et MAIRE VIGUEUR (J.-C.), « Strutture familiari... », op.cit., pp. 106-114.

45 – GROSSI BIANCHI (L.) et POLEGGI (E.), Una città portuale..., op. cit., pp. 78-81.

46 – CROUZET-PAVAN (E.), « Sopra... », op. cit., pp. 468-474. À Prato au contraire, la valeur des immeubles urbains tend plutôt à diminuer et l’on observe de multiples signes de la dégradation matérielle du parc immobilier : cf. SZNURA (F.), « Edilizia privata... », op. cit., pp. 324-327.

47 – VIOLANTE (C.), La società milanese..., op. cit., p. 129.

48 – RACINE (P.), Plaisance..., op. cit., vol. 1, pp. 91-94, 189-191.

49 – HUBERT (E.), Espace urbain..., op. cit., pp. 298-330 ; Id., « Économie de la propriété immobilière : les établissements religieux et leurs patrimoines au XIVe siècle », in HUBERT (E.) éd., Rome aux XIIIe et XIVe siècles, Rome, 1993, pp. 175-230. On notera qu’à Gênes, les églises cherchent à racheter, au bout d’un certain temps, les édifices construits sur les parcelles dont elles conservent la propriété éminente : cf. GROSSI BIANCHI (L.) et POLEGGI (E.), Una città portuale..., op. cit., p. 76. Sur la polémique entre Salvemini et Ottokar au sujet de la rente foncière intra muros à Florence, cf. SZNURA (F.), L’espansione urbana..., op. cit., pp. 7-10.

50 – Un homme d’affaires aussi avisé que Francesco Datini ne manifeste apparemment aucun intérêt pour ce genre d’investissements : cf. SZNURA (F.), « Edilizia privata... », op. cit., pp. 301-304.

51 – Pour Gênes : cf. GROSSI BIANCHI (L.) et POLEGGI (E.), Una città portuale del Medioevo..., op. cit. ; « HEERS (J.), « Urbanisme et structure sociale à Gênes... », op. cit., pp. 371- 412 ; POLEGGI (E.), « Le contrade delle consorterie nobiliari a Genova tra il XII e il XIII secolo », Urbanistica, 42-43, 1965, pp. 15-20 ; OWEN HUGHES (D.), « Urban Growth and the Family Structure in Medieval Genoa », Past and Present, 66, 1975, pp. 3-28. Pour Rome : cf. BROISE (H.) et MAIRE VIGUEUR (J.-C.), « Strutture familiari... », op. cit. ; HUBERT (E.), Espace urbain..., op. cit. ; BEVILACQUA (M.), Il Monte dei Cenci. Una famiglia romana e il suo insediamento urbano tra medioevo ed età barocca, Rome, 1988 ; BROISE (H.), « Les maisons d’habitation à Rome aux XVe et XVIe siècles : les leçons de la documentation graphique », in MAIRE VIGUEUR (J.-C.) éd., D’une ville à l’autre..., op. cit., pp. 609-629 ; CAROCCI (S.), « Baroni in città. Considerazioni sull’insediamento e i diritti urbani della grande nobiltà », in HUBERT (E.) éd., Rome aux XIIIe et XIVe siècles, op. cit., pp. 137-173. Pour Venise, on trouvera une bibliographie exhaustive des travaux sur la maison noble dans CROUZET-PAVAN (E.), « Sopra... », op. cit., pp. 509-510, n. 145.

52 – Pour Vérone : cf. VARANINI (G.M.), « L’espansione urbana... », op. cit. ; Id., « Torri e casetorri a Verona in età comunale : assetto urbano e classe dirigente », in AA. VV., Paesaggi urbani dell’Italia padana nei secoli VIII-XIV, Bologne, 1988, pp. 173-249 ; AA. VV., Ambienti di dimore medievali a Verona. Catalogo della mostra. Verona, museo di Castelvecchio luglio-settembre 1987, éd. par F. DOGLIONI, Venezia, 1987. Pour Vicence : cf. LOMASTRO (F.), Spazio urbano e potere politico a Vicenza nel XIII secolo. Dal « Regestum possessionum comunis » del 1262, Vicence, 1981. Pour Florence : cf. GOLDTHWAITE (R.A.), « The Florentine Palace as Domestic Architecture », American Historical Review, 77, 1972, pp. 977- 1012 ; Id., « The Building of the Strozzi Palace : The Construction Industry in Renaissance Florence », Journal of Medieval and Renaissance Studies, 10, 1973, pp. 97-194 ; Id., The Building of Renaissance Florence, Baltimore-Londres, 1980 ; FANELLI (G.), Firenze, architettura e città, Florence, 1973, 2 vol. ; Id., Firenze, Bari, Laterza, coll. « Le città nella storia d’Italia », 1980 ; CHERUBINI (G.) et FANELLI (G.) éd., Il palazzo Medici Riccardi di Firenze, Florence, 1990. Pour Pise : cf. AA. VV., Un palazzo, una città : il palazzo Lanfranchi in Pisa, Pise, 1980 ; REDI (F.), « Pisa medievale : una lettura alternativa delle strutture esistenti. Architettura, cultura materiale, storia urbana, archeologia e topografia », in MAIRE VIGUEUR (J.-C.) éd., D’une ville à l’autre..., op. cit., pp. 591-607. Pour Sienne : cf. GUIDONI (E.), Il Campo di Siena, Rome, 1971 ; BALESTRACCI (D.) et PICCINNI (G.), Siena nel Trecento. Assetto urbano e strutture edilizie, Florence, 1977. Pour Pérouse : cf. NICOLINI (U.), « La mura medievali di Perugia... », op. cit., pp. 695-769 ; GROHMANN (A.), Città e territorio tra Medioevo ed età moderna (Perugia, secc. XIII-XVI), Pérouse, 1981, 2 vol. Pour Vercelli : cf. GULLINO (G.), Forme abitative a Vercelli. Questione e problemi per una ricostruzione del processo terminologico dei manufatti edilizi dal secolo X al secolo XIII, Vercelli, 1980.

53 – VARANINI (G.M.), « Torri e casetorri a Verona... », op. cit.

54 – CROUZET-PAVAN (E.), « Sopra... », op. cit., pp. 499-503, 509-526.

55 – GROSSI BIANCHI (L.) et POLEGGI (E.), Una città portuale..., op. cit. ; HEERS (J.), « Urbanisme et structure sociale... », op. cit. ; POLEGGI (E.), « Le contracte... », op. cit. ; OWEN HUGHES (D.), « Urban Growth... », op. cit.

56 – BROISE (H.) et MAIRE VIGUEUR (J.-C.), Strutturefamiliari..., op. cit.

57 – SZNURA (F.), L’espansione urbana..., op. cit. Une étude des terre nuove toscanes peut s’avérer très féconde pour une meilleure connaissance de l’habitat « populaire » et des techniques de construction utilisées pour les maisons de ce type : cf. FRANCHETTI PARDO (V.), Storia dell’urbanistica. Dal Trecento al Quattrocento, Bari, 1982, pp. 65-79 ; REDI (F.), Cascina. Edilizia medievale e organizzazione del territorio, Pise, 1984.

58 – TRINCANATO (E.R.), Venezia minore, Milan, 1948, réimp. anast. ; Id., « Residenze colletttive a Venezia », Urbanistica, 42-43, 1965, pp. 7-14 ; GIANIGHIAN (G.) et PAVANINI (P.), Dietro i palazzi. Tre secoli di architettura minore a Venezia 1492-1803, Venise, 1984 ; GIANIGHIAN (G.), « La casa veneziana complessa del Rinascimento : un’invenzione contro il consumo di territorio », in MAIRE VIGUEUR (J.-C.) éd., D’une ville à l’autre..., op. cit., pp. 557-590. Pour Rome : TOMEI (P.), « Le case in serie nell’edilizia romana dal ‘400 al ‘700 », Palladio, 2, 1938, pp. 81-92.

59 – BARDET (J.-P.), CHAUNU (P.), DÉSERT (G.), GOUHIER (P.), NEVEUX (H.), Le bâtiment : enquête d’histoire économique, XIVe-XIXe siècle, 1, Maisons rurales et urbaines dans la France traditionnelle, Paris, 1971.

60 – CROUZET-PAVAN (E.), « Sopra... », op. cit., pp. 464-492.

61 – Voir les travaux de R. A. GOLDTHWAITE cités ci-dessus à la note 52. On y ajoutera pour Prato l’étude de F. SZNURA, « Edilizia privata »..., op. cit.

62 – Pour paraphraser le titre d’un article que je n’ai d’ailleurs pas pu consulter : GAUDIN (H.), « Les aventures du lisse », in Technique et Architecture, oct. 1980.

63 – CROUZET-PAVAN (E.), « Sopra... », op. cit., pp. 509-526.

64 – Pour une première orientation bibliographique, on se reportera aux travaux cités par V. FRANCHETTI PARDO, Storia dell’urbanistica op. cit., et J. HEERS, « En Italie centrale... », op. cit. À signaler aussi l’existence de la collection « Le città nella storia d’Italia », publiée par Laterza à Bari (une cinquantaine de volumes parus à ce jour) : les auteurs en sont le plus souvent des historiens de l’architecture et de l’urbanisme, enclins à mettre l’accent sur ce double aspect de l’évolution des villes.

65 – L’opération a d’ailleurs commencé : cf. HEERS (J.), « Les villes d’Italie centrale et l’urbanisme : origines et affirmation d’une politique (environ 1200-1350) », in Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 101, 1989, 1, pp. 67-93 ; CROUZET-PAVAN (E.), « Sopra... », op. cit., pp. 218-243.

66 – CROUZET-PAVAN (E.), « Sopra... », op. cit., chapitre II, « La ville et son autre frontière : à la conquête de l’espace public », pp. 141-216.

67 – BALESTRACCI (D.), « L’acqua a Siena nel Medioevo », in MAIRE VIGUEUR (J.-C.) et PARAVICINI BAGLIANI (A.) éd., Ars et Ratio. Dalla torre di Babele al ponte di Rialto, Palerme, 1990, pp. 23-24. Sur les motivations politiques de l’action du Popolo en matière d’urbanisme et les conséquences des luttes de factions sur le paysage urbain, cf. HEERS (J.), Espaces publics, espaces privés dans la ville. Le Liber terminorum de Bologne (1294), Paris, 1984.

68 – NICOLINI (U.), « Le mura medievali di Perugia... » op. cit., pp. 697-698.

69 – HEERS (J.), Espaces publics, espaces privés..., op. cit.

70 – Pour la bibliographie sur le sujet et un excellent état de la question, cf. BALESTRACCI (D.), « La politica delle acque urbane nell’Italia comunale », in Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 104, 1992, 2, pp. 431-479.

71 – Pour Sienne : cf. BALESTRACCI (D.), « L’acqua a Siena... », op.cit. ; Id., I bottini. Acquedotti medievali senesi, Sienne, 1984. Pour Pérouse : cf. NICOLINI (U.), « Le mura medievali... », op. cit. ; SILVESTRELLI (M.R.), « L’edilizia pubblica del Comune di Perugia : dal “palatium Comunis” al “palatium novum populi” », in Società e istituzioni dell’Italia comunale : l’esempio di Perugia (secoli XII-XIV), vol. 2, Pérouse, 1988, pp. 482-604. Pour Orvieto : cf. RICETTI (L.), La città costruita. Lavori pubblici e immagine in Orvieto medievale, Florence, 1992.

72 – C’est le cas, parmi beaucoup d’autres, de Crémone et de Pérouse. Cf. GUALAZZINI (U.), Ricerche sulla formazione della città nuova di Cremona..., op. cit., et NICOLINI (U.), « Le mura medievali... », op. cit.

73 – Cf. SOLDI RONDININI (G.), « Evoluzione politico-sociale e forme urbanistiche nella Padania dei secoli XII-XIII : i palazzi pubblici », in La pace di Costanza 1183. Un difficile equilibrio di poteri fra società italiana ed impero (Milano-Piacenza aprile 1983), Bologne, 1984, pp. 85-98. Il existe bien entendu une foule d’études locales sur le sujet.

74 – Quelques exceptions cependant, comme par exemple l’ouvrage de N. RODOLICO et G. MARCHINI, I palazzi del Popolo nei comuni toscani del medioevo, Florence, 1962.

75 – Il existe de très nombreuses études locales sur ces différents aspects de la politique urbaine. Je me contenterai de citer quelques titres récents eux-mêmes riches en indications bibliographiques : HEERS (J.) éd., Fortifications, portes de villes, places publiques dans le monde méditerranéen, Paris, 1985 ; HEERS (J.), Espaces publics, espaces privés dans la ville..., op. cit. (voir aussi le compte-rendu par G. FASOLI, « Un nuovo libro su Bologna », Storia della Città, 31-32, juil.-déc. 1984, pp. 145-154) ; Id., « Les villes d’Italie centrale et l’urbanisme... », op. cit. ; Id., « En Italie centrale... », op. cit.

76 – Cette politique d’expansion et de récupération des espaces publics fait l’objet, s’agissant de la République vénitienne, d’une étude exemplaire dans CROUZET-PAVAN (E.), « Sopra... », op. cit., pp. 166-193. Il faut toutefois y ajouter, au chapitre des moyens d’action de la commune, un facteur dont l’absence ne peut surprendre à Venise : il s’agit des destructions provoquées par les luttes de factions et les confiscations opérées au détriment de la faction vaincue, sur lesquelles on consultera HEERS (J.), Espaces publics, espaces privés..., op. cit., pp. 100-115, et RICETTI (L.), La città costruita..., op. cit., pp. 111-112, 115-116.

77 – Cf. SILVESTRELLI (M.R.), « L’edilizia pubblica del Comune di Perugia... », op. cit., p. 501.

78 – Cf. pour Florence GOLDTHWAITE (R.A.), « The Building of Renaissance Florence... », op. cit., et FRANCESCHI (F.), Oltre il « Tumulto ». I lavoratori fiorentini dell’Arte della Lana fra Tre e Quattrocento, Florence, 1993.

79 – On trouvera la plupart des titres encore utiles aujourd’hui dans la remarquable synthèse de BALESTRACCI (D.), « La politica delle acque urbane... », op. cit., à quoi on peut ajouter deux titres postérieurs : FABBRI (P.), « Terra e acque dall’alto al basso Medioevo », in VASINA (A.) dir., Storia di Ravenna III. Dal Mille alla fine della Signoria polentana, Padoue, 1993, pp. 33-67, et BALESTRACCI (D.), « Systèmes d’hydraulique urbaine (Italie centrale, fin du Moyen Âge) », in CROUZET-PAVAN (E.) et MAIRE VIGUEUR (J.-C.) éd., Le contrôle des eaux en Europe Occidentale, XIIe-XVIe siècles, Eleventh International Economic History Congress, Milan, 1994, pp. 139-148.

80 – Cf. CROUZET-PAVAN (E.), « Sopra... », op. cit., pp. 340-342 ; BOUCHERON (P.), BOUCHERON (P.), « Usages et partage de l’eau à Milan et dans le Milanais (XIIIe-XVe siècles) », in CROUZET-PAVAN (E.) et MAIRE VIGUEUR (J.-C.) éd., Le contrôle des eaux en Europe Occidentale..., op. cit., pp. 123-138.

81 – Cf. RICETTI (L.), La città costruita..., op. cit., pp. 143-147.

82 – Cf. SILVESTRELLI (M.R.), « L’edilizia pubblica... », op. cit., dans lequel on trouvera toute la bibiliographie utile sur l’aqueduc de Montepaciano et la Fontana Maggiore.

83 – Il s’agit pour Sienne de l’ouvrage de F. BARGAGLI PETRUCCI, Le fonti di Siena e i loro acquedotti, Sienne-Florence-Rome, 1903, 2 vol., rééd. an. Sienne, 1974, et pour Orvieto de l’étude de P. PERALI, L’acquedotto medievale orvietano. Studio storico e topografico, écrite en 1912 et restée inédite jusqu’à sa publication récente dans RICETTI (L.), La città costruita..., op. cit., pp. 239-333.

84 – À commencer par D. BALESTRACCI, « L’acqua a Siena nel Medioevo... », op. cit., et L. RICETTI, La città costruita..., op. cit., pp. 160-169.

85 – Ces sphères ont fait l’objet, pour l’Italie communale et postcommunale ou seigneuriale, d’un certain nombre de bons travaux de la part d’historiens, anglo-saxons pour la plupart, qui s’inspirent ouvertement des principes et des méthodes de l’anthropologie historique. Il serait temps aujourd’hui de dresser un bilan de ces travaux, dont on pourrait, me semble-t-il, regrouper les résultats autour de deux grands axes qu’il n’est d’ailleurs pas toujours facile de distinguer l’un de l’autre : d’une part le rôle de l’espace dans la formation du lien social et la définition des stratégies familiales et politiques, de l’autre le rôle des instances locales dans les pratiques sociales, religieuses et politiques.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search