Version classiqueVersion mobile

Panoramas urbains

 | 
Jean-Louis Biget
, 
Jean-Claude Hervé

... En France

L’histoire urbaine contemporaine en France

Jean-Luc Pinol

Texte intégral

  • 1 – Voir dans RODGER (R.) éd., European Urban History, Prospect and Retrospect, Leicester University (...)
  • 2 – ROCHE (D.), « Urban History in France : achievements, tendencies and objectives », Urban History (...)

1Ayant eu à dresser le bilan des recherches urbaines de la France contemporaine dans deux publications, j’avais sous le titre « une histoire urbaine délaissée ? » souligné que, face à la diversité et au dynamisme des recherches urbaines outre-Manche, outre-Atlantique et outre-Rhin, l’historiographie hexagonale marquait le pas1. Cela tranchait avec le bilan plus optimiste présenté par Daniel Roche aux débuts des années 19802 mais son bilan se situait après la moisson des années soixante-dix et reposait davantage sur les recherches menées dans la France d’avant la Révolution que dans la France du XIXe siècle ou du XXe siècle.

  • 3 – Je profite de l’occasion qui m’est donnée ici pour dire que je n’étais pour rien dans ce choix, n (...)
  • 4 – Le concours a été l’occasion de la publication de deux recueils de textes qui ont permis d’exhume (...)

2 Le bilan que je présente ici sera moins sévère que celui que j’ai présenté précédemment : d’une part, je tiens compte d’un certain nombre de travaux non encore publiés qui limitent les réserves que j’avais pu faire alors, d’autre part, depuis deux ou trois ans, les tables rondes et les colloques directement liés à la problématique urbaine n’ont pas manqué et la publication de leurs actes soulignera le dynamisme d’une nouvelle génération de chercheurs ; enfin, et cela n’est peut-être pas sans rapport avec le point précédent, le choix fait par le jury de l’agrégation d’histoire3 de mettre au programme, en histoire contemporaine, une question sur les villes a été l’occasion de prendre conscience de la richesse du champ qui restait à explorer4.

  • 5 – Le meilleur outil est l’Urban History Yearbook devenu Urban History depuis qu’il est publié par C (...)

3Ce bilan ne mentionnera qu’un nombre limité de travaux. Vouloir être exhaustif serait impossible et il existe des instruments de travail qui permettent de suivre la production publiée5. L’objectif n’est bien sûr pas de faire un palmarès et je mentionnerai souvent très vite des ouvrages qui, bien que récents, sont déjà devenus des classiques. Je n’évoquerai pas les recherches de chercheurs français à propos de villes non françaises même si ces travaux ont renouvelé les problématiques – pensons au Cologne de Pierre Ayçoberry, au Augsbourg d’Étienne François ou au Detroit d’Olivier Zunz – mais j’inclurai les recherches que des chercheurs étrangers ont pu faire sur la France.

  • 6 – DUPEUX (G.), Atlas historique de l’urbanisation de la France, 1811-1975, Paris, Éditions du CNRS, (...)
  • 7 – BAUDOUI (R.), FAURE (A.), FOURCAUT (A.), MOREL (M), VOLDMAN (D.), « Écrire une histoire contempor (...)

4Le bilan réservé dont j’ai fait mention plus haut n’était pas isolé. D’autres chercheurs avaient fait le même constat avant moi. Dès les premières lignes de l’Atlas de l’urbanisation de la France de 1811 à 1975, Georges Dupeux note qu’« on s’est peu intéressé à la croissance des villes françaises avant la Seconde Guerre mondiale, a fortiori au XIXe siècle. La conviction que la France de cette époque était restée essentiellement une France paysanne n’encourageait pas la recherche »6. Et dans un numéro de Vingtième siècle de 1990, des chercheurs, après avoir souligné la différence de statut des études rurales et des études urbaines dans la recherche française consacrée à la période contemporaine, concluent : « Il est urgent de constater le petit nombre de thèses sur les villes françaises du XIXe et surtout du XXe siècle ; seules quelques grandes cités ont bénéficié d’études de fond. Les villes petites et moyennes sont absentes de la bibliographie scientifique, sauf rares exceptions »7.

  • 8 – CHASSAGNE (S.), « L’histoire des villes : une opération de rénovation historiographique », in BAY (...)
  • 9 – DUBY (G.) dir., Histoire de la France urbaine, vol. 4, La ville de l’âge industriel, le cycle hau (...)
  • 10 – DYOS (H.J.) et WOLFF (M.) éd., The Victorian City, Images and Realities, Londres, Routledge & Keg (...)

5Cette appréciation pourrait paraître injuste pour la collection d’histoire urbaine de l’éditeur Privat ou plus encore pour le tome 4 de l’histoire de France urbaine. Je ne crois pas que l’on puisse parler d’injustice à ce propos. La collection d’histoires des villes, riche d’une bonne trentaine de monographies ou de « biographies urbaines », ne correspond pas toujours à ce que l’on attend de l’histoire urbaine, surtout pour la période qui suit la Révolution. Voilà quelques années, Serge Chassagne avait tenté un premier bilan de ces publications : « L’histoire urbaine qui connaît de nombreux ouvriers et quelques promoteurs, ressemble trop à un chantier sans architecte, ni plan-masse. l’absence de réflexion préalable, indispensable pourtant, sur la définition de l’objet urbain, le déséquilibre entre périodes de longue durée, le choix généralement peu justifié des césures, l’éclatement des études urbaines selon les spécialités universitaires, tout cela cumulé fait disparaître l’unité organique des villes »8. Quant au volume 4 de l’Histoire de la France urbaine consacré à la période 1840-1940, le cycle haussmannien9, ce n’est pas faire injure aux auteurs que d’affirmer que cette synthèse a précédé plus que suivi le développement des recherches. Ce volume ne peut pas véritablement être comparé à la somme que représente Victorian city publiée sous la direction de H.J. Dyos et de M. Wolff10.

Réseaux de villes

  • 11 – DUPEUX (G.), op. cit.

6Plusieurs ouvrages ont permis d’aborder le phénomène urbain dans son ensemble et de bien restituer les rythmes de l’urbanisation de la France contemporaine. L’Atlas historique de l’urbanisation de la France, 1811 -197511, fondé sur une approche statistique, après une copieuse introduction méthodologique, refuse la définition traditionnelle de la ville et introduit la limite des 3 000 habitants. La rigueur de l’auteur lui permet de démasquer « l’effet de passage » comme le vrai responsable des erreurs de lecture et d’interprétation qui ont conduit à accorder un rôle excessif aux villes moyennes dans la croissance de la population urbaine. La rigueur méthodologique n’est pas un luxe, elle est la condition sine qua non d’une interprétation non fallacieuse. La croissance urbaine en France est avant tout la croissance d’une seule grande ville, Paris, et cette réalité a pesé de tout son poids sur les conceptions de la ville telles qu’elles ont été développées en France.

  • 12 – LEPETIT (B.), Les villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel, 1988.

7Bernard Lepetit12 dans Les villes dans la France moderne (1740- 1840) examine, en dépassant la césure traditionnelle de l’Ancien Régime et de l’histoire contemporaine, l’évolution de l’armature urbaine de 1740 à 1840. Il s’agit, là aussi, d’un livre rigoureux dont l’apport méthodologique, à l’occasion du réexamen critique de la théorie des places centrales ou de la loi rang-taille, dépasse de beaucoup le cas français. Bernard Lepetit démontre que la taille d’une ville n’est pas un paramètre totalement pertinent pour comprendre sa croissance mais dans le même temps il souligne le rôle de seuil que joue une taille voisine de 5 800 habitants en 1806 pour expliquer la croissance future. Il n’existe donc pas de relation linéaire ou exponentielle entre taille et croissance ultérieure mais plutôt un changement qualitatif une fois franchi ce seuil. Et Bernard Lepetit de montrer comment les fonctions urbaines évoluent et comment la pérennité de l’armature n’empêche pas un fonctionnement en réseau dans la France du Nord alors que la France du Sud reste fidèle au monde ancien des capitales.

  • 13 – GUÉRIN-PACE (F.), Deux siècles de croissance urbaine, La population des villes françaises de 1831 (...)
  • 14 – Dans sa thèse soutenue en 1990 devant l’Université de Paris VII, La dynamique d’un système de peu (...)

8France Guérin-Pace prend le relais de Bernard Lepetit en étudiant la population des villes françaises de 1831 à 199013. Pour ce faire elle utilise un fichier qui prend en compte les communes de plus de 2500 habitants avant 1911 et de plus de 2000 agglomérés après. Grâce à ce fichier elle teste toute une série de modèles sur les formes de la croissance urbaine. Passionnante est l’idée de suivre des générations de villes comme on peut suivre des générations d’individus mais il est regrettable que la piètre qualité de l’édition ne permette pas de vraiment utiliser l’appareil cartographique – des cartes avec 6 catégories sont difficiles à lire en noir et blanc, du moins avec le dégradé retenu – et graphique14. Cela ajoute à la difficulté de compréhension d’un ouvrage qui exige de ne pas avoir d’allergie à la modélisation. Cela est regrettable car l’historien des villes a beaucoup à apprendre d’une étude qui manifeste toujours le souci de se situer clairement par rapport aux différentes théories sur la croissance urbaine. On retiendra en particulier le chapitre sur la compétition au sein de la hiérarchie urbaine qui ouvre de nombreuses perspectives : jusqu’au centième rang l’amplitude de rangs est inférieure à 100 mais lorsque l’on arrive vers la quatre centième ville, l’amplitude de rang peut dépasser le millier... La variation de rang de Paris est bien sûr nulle, caractéristique de la forte primatie qui caractérise l’armature urbaine de la France et cela n’est pas sans influence sur la production des images de la ville.

La primatie parisienne

  • 15 – LEES (A.), Cities Perceived : Urban society in European and American Thought, 1820- 1940, New Yor (...)
  • 16 – Id. Ibid., p. 69.
  • 17 – MORET (F.), Les socialistes britanniques et français et la Ville, 1820-1850, Thèse nouveau régime (...)
  • 18 – MONTIGNY (G.), De la ville à l’urbanisation, essai sur la genèse des études urbaines françaises e (...)
  • 19 – En Allemagne, aux États-Unis et en Grande-Bretagne, il a trouvé dans les grandes bibliothèques de (...)
  • 20 – GAUDIN (J.-P.), L’avenir en plan, technique et politique dans la prévision urbaine, 1900- 1930, S (...)

9La plupart des images de la ville véhiculées dans la France du XIXe siècle ont été produites à l’occasion de l’observation de la capitale ou de sa population, telle est du moins la thèse défendue par Andrew Lees dans Cities perceived15. Selon lui, deux points caractérisent les représentations de la ville française : les Français ne pensent pas la ville en tant que telle ; et Paris est toujours le fondement de leurs réflexions en matière de ville. « ... Les Français qui ont cherché à comprendre la vie urbaine ont focalisé leur attention sur une seule entité urbaine à un point qui aurait été tout simplement impensable en Grande-Bretagne et plus encore en Allemagne ou aux États-Unis »16. Deux thèses récentes remettent en cause Andrew Lees sur ce point. Frédéric Moret estime que la méthode de travail, en particulier pour la France, n’est pas sans défaut. Il souligne aussi que chez les fouriéristes, et en particulier chez Fourier lui même, Paris est surtout un repoussoir17... Quant à Gilles Montigny, son essai sur la genèse des études urbaines françaises en géographie, sociologie et statistique sociale18 montre que Paris n’a pas été la seule entité urbaine sur laquelle le regard ait été porté, surtout dans les années qui ont précédé ou suivi le premier conflit mondial. Les silences d’Andrew Lees sur les monographies urbaines ou sur les articles renvoyant à la thématique urbaine publiés dans les Annales de Géographie, dans le Recueil des travaux de l’Institut de Géographie Alpine ou dans l’Année sociologique ne sont pas surprenants dans un ouvrage pour lequel la constitution du corpus est essentiel19, tant, selon les termes de Gilles Montigny, « écrire l’histoire des anciennes études urbaines françaises revient à écrire un véritable essai sur l’oubli... ». Et d’évoquer l’amnésie de la géographie et de la sociologie urbaines actuelles... On repérerait aussi toute une série d’auteurs ignorés d’Andrew Lees en lisant les travaux de Jean-Pierre Gaudin qui souligne à juste titre le rôle des réformateurs sociaux comme Georges Risler et la mise en place de réseaux d’urbanistes et de techniciens de la ville avant comme après la première guerre mondiale20.

  • 21 – LESCURE (M.), Les sociétés immobilières en France au XIXe siècle, contribution à l’histoire de la (...)
  • 22 – TOPALOV (C.), Le logement en France, histoire d’une marchandise impossible, Paris, Presses de la (...)
  • 23 – CONDEMI (C.), Les cafés concerts, histoire d’un divertissement, 1849-1914, Paris, Quai Voltaire, (...)

10L’un des aspects négatifs que je relevais à propos des ouvrages d’histoire urbaine renvoyait à la prédominance de Paris dans la production publiée. Comme au XIXe siècle, des ouvrages qui se présentent comme des approches générales du phénomène urbain en France ne fondent leurs analyses que sur une documentation et sur une enquête qui ne prend en compte que la réalité de Paris ou de sa banlieue. Tel est souvent le cas pour les ouvrages s’intéressant au logement ou aux entreprises du bâtiment. Les recherches de Michel Lescure21 ou de Christian Topalov22 sont les plus caractéristiques en ce domaine, même si cela n’enlève rien aux qualités de ces deux ouvrages. Leurs recherches se fondent essentiellement sur le cas parisien dont il faut bien avoir conscience qu’il est l’exception et non pas la norme pour les villes françaises. Comment rendre compte de l’activité du bâtiment dans des entités urbaines étrangères à l’intervention des compagnies immobilières. Il faudrait prêter plus d’attention aux phénomènes d’auto-construction et au jerry-building, si importants dans des cités où les techniques de construction du monde rural sont connues de nombreux migrants de fraîche date... Autre ouvrage où le titre masque la réalité parisienne, celui de Concetta Condemi, intitulé Les cafés concerts, histoire d’un divertissement, 1849-191423, qui reprend une thèse intitulée « le café concert à Paris de 1849 à 1914, essor et déclin d’un phénomène social ». Cet ouvrage est d’ailleurs caractéristique aussi de la manière dont une certaine histoire urbaine néglige trop le rapport à l’espace : alors que la thèse présente, en annexe et en près de 100 pages, un répertoire des cafés concerts de 1852 à 1910, avec des informations sur leur localisation, l’absence de carte empêche une vraie réflexion sur les logiques spatiales du phénomène étudié.

  • 24 – Sur Lyon, voir le catalogue de l’exposition tenue en 1991 aux archives municipales de la ville : (...)
  • 25 – Voir BONILLO (J.-L.) et al., Marseille, Ville et Port, Marseille, Éditions Parenthèses, 1992, 220 (...)
  • 26 – Histoire de la France urbaine, vol. 4, p. 77.
  • 27 – Voir DARIN (M.), « Les percées : application d’un modèle haussmannien ? Quelques remarques et hyp (...)

11Pour montrer en quoi l’analyse des phénomènes urbains est réductrice lorsqu’elle postule que le modèle parisien est applicable aux villes de province, prenons le cas de l’haussmannisation. En 1983, dans l’histoire de la France urbaine, Marcel Roncayolo écrit : « C’est à Paris toutefois que se constitue le modèle. Sans nier les initiatives locales... le changement urbain se noue dans la capitale et à l’image de la capitale... L’haussmannisation suit ainsi des chemins de diffusion qui respectent relativement la hiérarchie urbaine. Les transformations les plus spectaculaires en dehors de Paris concernent Lyon24, Marseille25, Lille ou Bordeaux... L’exécution tarde souvent jusqu’aux années 1880 ou à la fin du siècle ; mais le mouvement atteint de petites villes comme Jonzac ou Commercy, à plus forte raison Orléans, Avignon, Montpellier26 ». En 1983, vu l’état de la recherche, il n’était pas possible d’écrire autre chose... Depuis, les recherches de Michael Darin, d’ailleurs menées en liaison avec Marcel Roncayolo, ont montré tout le caractère schématique de cette vision parisiano-centrique27. Avec Michael Darin, les évidences d’un modèle parisien sont remises en cause. Prenons tout d’abord le cas d’Orléans que citait Marcel Roncayolo. Voici ce qu’en dit Michael Darin : « Évoquons enfin le cas d’Orléans qui comporte trois percées : la rue Royale datant des années 1750, la rue Jeanne-d’Arc des années 1830-1840 et la rue de la République qui vit le jour dans les années 1890 ; trois percées ; aucune dans les années “haussmanniennes” ». Mais surtout il montre que les relations ne fonctionnent pas que dans le sens Paris/province sur un modèle qui descendrait les degrés de la hiérarchie urbaine. « En somme, il n’est pas évident que les voies nouvelles dans les villes de province soient vraiment modelées sur Paris. Dans l’état actuel de nos connaissances, on peut encore faire l’hypothèse que la percée n’est pas tant parisienne que française. Elle serait alors davantage liée à l’évolution d’un corps d’Etat, celui des ingénieurs des Ponts et Chaussées, qu’à l’histoire urbaine de la capitale. On peut aussi penser à un schéma un peu plus compliqué : effectivement, pendant un siècle, la percée fut une forme urbaine essentiellement provinciale, mais une fois adoptée par Paris, elle devint un modèle ; ainsi quand, à Toulouse, les édiles locaux veulent, dans les années 1860, obliger les acquéreurs des terrains en bordure de la future rue d’Alsace-Lorraine à construire une façade imposée, l’inspecteur général des Ponts et Chaussées s’oppose à cette idée en arguant que, même à Paris, on n’a pas recours à ce genre de disposition ; et ce qui sied à Paris vaut bien sûr pour Toulouse... ».

  • 28 – LOYER (F.), Paris XIXe siècle, l’immeuble et la rue, Paris, Hazan, 1987.
  • 29 – DES CARS (J.) et PINON (P.), Paris-Haussmann, le pari d’Haussmann, Paris, Édition du Pavillon de (...)

12François Loyer aborde la production du bâti parisien dans son superbe Paris au XIXe siècle28. Cet ouvrage a complètement renouvelé le regard que l’on portait sur la capitale et sur ses immeubles. Aujourd’hui, l’importance des architectes voyers et le rôle de la réglementation est largement pris en compte par nombre d’auteurs et les historiens ont appris beaucoup de cet historien de l’architecture. Mais des réflexes qui nous semblent aujourd’hui « naturels » ne l’étaient pas il y a encore peu. Songeons que les Mémoires d’Haussmann – et en particulier le tome 3 où il s’explique sur la politique qu’il a suivi – n’étaient pas facilement accessibles (il est absent de certaines grandes bibliothèques universitaires...) avant qu’une exposition ne soit organisée pour le centenaire de sa mort29...

  • 30 – JACQUEMET (G.), Belleville au XIXe siècle, du faubourg à la ville, Paris, Éditions de l’École des (...)
  • 31 – GAILLARD (J.), Paris, la ville (1852-1870), l’urbanisme parisien à l’heure d’Haussmann, Paris, Ho (...)
  • 32 – Alors que J. GAILLARD a souligné la résistance au départ des milieux populaires, leur refus d’émi (...)

13François Loyer s’est surtout intéressé à la forme urbaine, sans avoir toujours puisé dans les recherches d’une histoire sociale de la ville et de Paris en particulier, recherches qui doivent tant à Gérard Jacquemet et à Jeanne Gaillard, deux chercheurs trop tôt disparus qui manquent à l’histoire urbaine française. Du premier, Belleville au XIXe siècle, du faubourg à la ville, est vite devenu un classique30. Au recensement de 1851, la commune de Belleville comptait 76 % d’ouvriers alors que le département de la Seine ne dépassait pas 60 % et, lors du recensement de 1881, Paris ne comptait que 50 % d’ouvriers mais le 20e arrondissement en abritait 77 %... On est là au croisement de l’histoire sociale du monde ouvrier et de la réalité urbaine. Ce travail témoigne de la manière dont les historiens de la société du XIXe siècle sont progressivement devenus des historiens de la ville et Gérard Jacquemet, grand découvreur d’archives, a ouvert des pistes qui, comme le remarque Adeline Daumard dans sa préface, ne demandent qu’à être poursuivies dans le domaine de l’histoire sociale comparative et quantitative. Paris, la ville de Jeanne Gaillard31 n’a pas reçu toute l’attention qu’il méritait. Il faut dire que la publication n’est pas d’une grande qualité technique et que sa lecture dans de telles conditions est difficile. Cet ouvrage, qui analyse si finement les rapports de l’industrie avec la ville et les conséquences démographiques de la politique urbaine du second Empire en faisant litière de stéréotypes que véhiculent encore des ouvrages très récents32, mériterait d’être aujourd’hui réédité dans de meilleures conditions.

Banlieues

  • 33 – MERRIMAN (J.M.) dir., French Cities in the Nineteenth Century, Londres, Hutchinson, 1982, 304 p.
  • 34 – Voir dans l’ouvrage précédent, pp. 139-164, l’article de R. L. HERBERT, « Industry in the changin (...)
  • 35 – MERRIMAN (J.M.), The Red City, Oxford University Press, 1985, traduction française, Limoges, la v (...)
  • 36 – MERRIMAN (J.M.), The Margins of the City Life, Exploration on the French Urban Frontier, 1815-185 (...)
  • 37 – MERRIMAN (J.M.), Aux marges de la ville, faubourgs et banlieues en France, 1815-1870, Paris, Le S (...)

14John Merriman est l’un des chercheurs américains les plus prolifiques en histoire urbaine de la France. Après avoir été le directeur d’un très utile French Cities in the Nineteenth Century33, qui rassemble des contributions sur les femmes, les ouvriers dans la ville, les municipalités socialistes mais aussi sur l’évolution du paysage industriel et ferroviaire dans la peinture34, et après la publication de son livre sur Limoges35 où il scrutait le rôle des différentes communautés citadines depuis celle des porcelainiers jusqu’à celle des bouchers, défenseurs de l’ordre face aux grévistes qui s’en prenaient à la statue de Notre-Dame-de-la-Piété, il publie un ouvrage sur les marges de la ville36. Loin de focaliser son attention sur le cas parisien, et après une longue exploration des archives de plusieurs départements, depuis le Gard et les Pyrénées orientales jusqu’à la Vendée et au Calvados en passant par la Meuse et la Haute-Marne – quel est aujourd’hui le chercheur français, surtout s’il est universitaire, qui pourrait se permettre un tel tour de France archivistique ? – il décrit la vie des faubourgs de Perpignan, de Verdun, de Nîmes, de Poitiers, de Chatellerault ou de La Roche-sur-Yon... Il est d’ailleurs significatif que la traduction française37 de son ouvrage ne soit pas une simple traduction mais que l’éditeur ait souhaité voir l’ouvrage se boucler sur un chapitre parisien intitulé « les deux villes du Baron Haussmann », ce qui oblige l’auteur à inclure le Second Empire alors qu’il était absent de la version originale...

  • 38 – Pour une étude sur une banlieue d’une grande ville de province, Lyon, voir BOUHET (B.) et VIDELIE (...)
  • 39 – FOURCAUT (A.) éd., Un siècle de banlieue parisienne (1859-1964), guide de recherche, Paris, L’Har (...)
  • 40 – FOURCAUT (A.), Bobigny, banlieue rouge, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences Pol (...)
  • 41 – BURLEN (K.) éd., La banlieue-oasis, Henri Sellier et les cités-jardins 1900-1940, Paris, Presses (...)
  • 42 – BRUNET (J.-P.), Saint-Denis la ville rouge, 1890-1939, Paris, Hachette, 1981, 462 p. ; Id., Un de (...)
  • 43 – Voir la thèse de 3e cycle de droit de C. LARROQUE, La politique budgétaire de la municipalité de (...)
  • 44 – FAURE (A.) dir., Les premiers banlieusards. Aux origines des banlieues de Paris, 1860- 1940, Pari (...)

15Lorsque des chercheurs français s’intéressent à des problèmes similaires, leurs analyses portent sur des périodes plus récentes et se concentrent essentiellement sur la région parisienne38. On doit à Annie Fourcaut un très précieux guide bibliographique39 mais aussi un ouvrage et un recueil d’articles suggestifs sur la banlieue rouge40. Sur les cités-jardins de la banlieue parisienne et, plus spécialement, sur les expériences menées par Henri Sellier, maire socialiste de Suresnes et responsable de l’office HBM de la Seine, on dispose d’un ouvrage collectif très complet41. Les deux ouvrages de Jean-Paul Brunet, Saint-Denis la ville rouge, 1890-1939 et Un demi-siècle de gestion municipale à Saint-Denis la Rouge, 1890-1939 42, explorent par le menu l’archétype de la banlieue ouvrière dans deux registres différents. Le premier fait la part belle à l’histoire événementielle et aux étapes qui ont fait du bastion communiste un bastion du PPF autour de Jacques Doriot, le second est une des rares études sur les budgets des municipalités de la Troisième République43. Jean-Paul Brunet y souligne les fortes contraintes que l’État fait peser sur les budgets municipaux surtout avant la première guerre mondiale, ce qui implique un certain immobilisme en matière de politique urbaine. Les premiers banlieusards, Aux origines des banlieues de Paris, 1860-1940, est un excellent ouvrage collectif qui rassemble quelques-uns des meilleurs spécialistes de la banlieue parisienne44. L’une des contributions les plus synthétiques est celle de Jean-Claude Farcy, fondée sur le recensement de 1891. Elle permet de rompre avec les visions globalisantes de la banlieue puisqu’il est possible pour chaque commune de connaître la composition sociale, les lieux de naissance, l’âge... Ainsi, si les natifs de Paris représentent 26 % des habitants de Neuilly et que le contingent étranger de cette commune est surtout composé d’Anglais, Saint-Denis compte peu de Parisiens de naissance, nombre de Picards et les Dionysiens venant de l’étranger sont surtout des Belges... On dispose ainsi d’une base statistique qui fonde les distinctions entre banlieue noire et banlieue verte. Très stimulantes aussi sont les contributions qui analysent l’évolution des représentations de la banlieue et la marée montante des lotissements pendant l’entre-deux-guerres. Bref, cet ouvrage à l’iconographie élégante est vite devenu un classique...

Groupes sociaux

  • 45 – PINÇON (M.) et PINÇON-CHARLOT (M.), Dans les beaux quartiers, Paris, Le Seuil, 1989, 255 p. Là au (...)
  • 46 – Sur les élites, voir aussi MARTIN-FUGIER (A.), La vie élégante ou la formation du Tout-Paris, 181 (...)

16Les ouvrages sur les élites se sont multipliés pendant la dernière décennie et certains, après avoir travaillé sur la classe ouvrière, sont passés sans longue transition à ce nouvel objet de recherche... L’analyse des élites parisiennes a conduit deux sociologues à étudier les beaux quartiers45. Même si l’après seconde guerre mondiale retient l’essentiel de leur attention, l’utilisation qu’ils font des annuaires des grands clubs (Jockey Club, Polo de Paris, Automobile Club ou Cercle du Bois de Boulogne) est un bon instrument pour montrer le glissement vers l’ouest de cette catégorie. Il aurait sans doute été plus intéressant de ne pas s’en tenir à l’analyse dans le cadre des arrondissements mais de procéder à une analyse plus fine au niveau des rues46...

17Beaucoup plus rigoureuses et minutieuses sont les recherches de Jean-Pierre Chaline sur les élites de Rouen. Nous sommes en présence d’un classique de l’histoire sociale qui, après avoir exploré les ressources des bourgeois, scrute les comportements qui font le bourgeois, tant dans sa vie publique que dans sa vie privée. L’ouvrage repose, d’une part, sur une approche quantifiée très solide fondée, entre autres, sur les archives de l’enregistrement et, d’autre part, sur l’utilisation de documents plus descriptifs tels les journaux intimes. Jean-Pierre Chaline souligne que le bourgeois de Rouen n’est pas celui de Flaubert ni celui de Marx. Par ailleurs, ses goûts et ses habitudes sont tout aussi éloignés du tableau que donnerait une description de la bourgeoisie fondée sur la seule observation des bourgeois de Paris. Nous retrouvons la nécessité pour les historiens de la ville de ne pas tout lire à l’aune de la capitale...

  • 47 – GUERRAND (R.-H.), Les origines du logement social en France, Paris, Éditions ouvrières, 1967. L’o (...)
  • 48 – DEVILLERS (C.) et HUET (B.), Le Creusot, Naissance et développement d’une ville industrielle, 187 (...)
  • 49 – TARICAT (J.) et VILLARS (M.), op. cit.

18Passons sans transition de l’hôtel particulier à la genèse du logement social dont Roger-Henri Guerrand fut le pionnier47. Le champ de recherche de ce domaine a été renouvelé par des monographies comme celle due à Christian Devillers et Bernard Huet, sur Le Creusot48. Ces deux architectes ont étudié avec précision la manière dont la firme Schneider a été amenée à se préoccuper du problème du logement. Lorsqu’ils créent leur entreprise, en 1836, les Schneider ne font pas du logement une de leurs priorités mais la croissance démographique les oblige à le prendre en compte. L’ouvrage étudie la succession des politiques suivies en matière d’achat de terrains, de définition des normes et des types d’habitations pour les ouvriers et les employés. Logiquement, l’analyse des plans occupe une place importante dans cet ouvrage qui privilégie la forme urbaine... On retrouve le même intérêt dans Le Logement à bon marché, Chronique, Paris, 1850/193049. Ce livre, sans être d’une grande originalité, est d’une grande utilité. C’est davantage une sorte de dossier analytique avec de longues citations de rapports officiels ou non, des plans, des photos, des cartes... On trouve par exemple une bonne présentation de la cité Napoléon construite en 1849 ou de la Fondation Rothschild érigée en 1909...

  • 50 – MAGRI (S.) et TOPALOV (C.) éd., Villes ouvrières, 1900-1950, Paris, L’Harmattan, 1989. Ce livre e (...)
  • 51 – PERROT (M.), « Les ouvriers, l’habitat et la ville au XIXe siècle », in La question du logement e (...)

19Nombreux sont les ouvrages sur le monde ouvrier qui concernent directement ou indirectement l’histoire urbaine50. Il faut d’abord citer la contribution de Michelle Perrot devenue classique sur la manière dont les ouvriers du XIXe siècle ont vécu la ville et le logement51. Michelle Perrot souligne que, pendant plusieurs décennies, les ouvriers restèrent très attachés au centre des villes et qu’ils résistèrent longtemps aux forces qui entendaient les repousser du cœur de la cité où l’inconfort se doublait de relations intenses avec les habitants du quartier. Cette chaleur de la communauté eut souvent une valeur plus grande que le confort du logement et les ouvriers français des grandes villes ont longtemps résisté, comme ceux des autres pays européens, aux forces centrifuges...

  • 52 – ACCAMPO (E.), Industrialization, Family Life, and Class Relations Saint-Chamond, 1815- 1914, Berk (...)
  • 53 – Id., ibid., p. 210. Voir aussi LYNCH (K.), Family, class and ideology in early industrial France, (...)
  • 54 – HANAGAN (M.), Nascent Proletarians, Class Formation in post-revolutionnary France, Cambridge (Mas (...)
  • 55 – BURDY (L-P.), Le soleil noir : un quartier de Saint-Étienne, 1840-1940, Lyon, Presses universitai (...)
  • 56 – Sur ce point, il corrige, ou au moins nuance, l’image du jardin ouvrier donnée dans les années 19 (...)
  • 57 – HASTINGS (M.), Halluin la rouge, 1919-1939, Aspects du communisme identitaire, Lille, Presses Uni (...)
  • 58 – REID (D.), Paris Sewers and Sewermen, Realities and Representations, Cambridge (Mass.), Harvard U (...)
  • 59 – REID (D.), The Miners of Decazeville : a Genealogy of Deindustrialization, Cambridge (Mass.), Har (...)

20Plusieurs ouvrages de chercheurs américains étudient de manière très fine les mondes ouvriers urbains. Elinor Accampo dans son étude sur les ouvriers de Saint-Chamond analyse les raisons du déclin de la fécondité52. Ses conclusions sont fermes : « L’expérience des habitants de Saint-Chamond démontre que la diffusion du contrôle des naissances n’est pas le résultat de la descente de pratiques des classes dominantes (“filtering downward”). C’est en fonction de raisons qui leur étaient propres que les ouvriers ont évité d’avoir de nombreux enfants, et au cours du XIXe siècle ces raisons ont évolué »53. Et Elinor Accampo de distinguer les logiques qui président aux comportements différents des ouvriers rubaniers, des fabricants de clous ou des métallurgistes... Avec Michael Hanagan, nous restons dans la région stéphanoise et l’analyse porte sur le monde ouvrier de Rive-de-Gier, de Saint-Chamond et du Chambon-Feugerolles54. Il s’agit là aussi d’une étude minutieuse des caractéristiques démographiques des ménages ouvriers – tables de mortalité et taux de fécondité sont reconstitués – et du caractère cyclique des vies ouvrières des années 1840-1880. Ce livre est davantage une histoire sociale du monde ouvrier dans un des foyers de l’industrialisation de la France qu’un ouvrage d’histoire urbaine mais il donne toute une série d’informations utiles sur les villes du XIXe siècle et la comparaison entre les trois cités de la région stéphanoise est des plus stimulantes. Toujours sur la même région, mais dans une perspective différente, Jean-Paul Burdy aborde l’étude d’un quartier ouvrier de Saint-Étienne. Le quartier du Soleil est un quartier de métallurgistes et de mineurs55. Sa démarche est essentiellement anthropologique et son objectif est de construire une anthropologie historique du monde ouvrier. À ce titre, l’histoire orale fournit une grande part de la matière. Parmi les domaines où le livre emporte l’adhésion, citons-en seulement deux : l’analyse des rapports hommes / femmes dans un quartier ouvrier et la distorsion entre les intentions de certains réformateurs sociaux et les pratiques ouvrières56... Halluin la rouge, qui compta sous le Second Empire plus de deux tiers de Belges, est l’occasion pour Michel Hastings d’étudier les modalités d’implantation d’un communisme qui est une manière de dire son appartenance au territoire communal57. Donald Reid, à qui l’on doit aussi un ouvrage sur les égoutiers de Paris58, décrit les mineurs de Decazeville avec la même minutie59...

  • 60 SEWELL (W.H.) Jr., Structure and Mobility, the Men and Women of Marseille, 1820-1870, Cambridge Uni (...)
  • 61 – TILLY (C.), « The tyranny and here and now », Sociological Forum, 1, 1986. Sur la mobilité social (...)
  • 62 – DUPEUX (G.), « L’étude de la mobilité sociale. Quelques problèmes de méthode », in Conjoncture éc (...)

21À propos de la mobilité sociale dont Daniel Roche disait que son étude était prometteuse, les recherches ont été assez rares. Le meilleur livre est sans conteste Structure and Mobility, the Men and Women of Marseille, 1820-1870 de William Sewell60 dont Charles Tilly considère qu’il est « notre seule étude détaillée de la mobilité professionnelle dans une ville française »61. À l’aide des actes de mariage et des listes nominatives des recensements, l’auteur décrit la société marseillaise à trois périodes différentes, la Restauration, la Seconde République et la fin du Second Empire. On peut certes considérer que sa méthode comporte certains biais puisque les actes de mariage imposent une comparaison des époux et de leurs pères à des âges différents – un biais que Georges Dupeux avait pourtant souligné dix ans plus tôt62 – mais William Sewell peut, grâce à cette source, mesurer à la fois la mobilité sociale des hommes et aussi celle des femmes, ce qui est encore plus rare. Ce livre minutieux ouvre aussi les portes – et cela est particulièrement utile pour des études similaires – de l’atelier du chercheur. Le lecteur peut ainsi connaître exactement la nature des choix retenus. Dans le domaine de la construction de la nomenclature professionnelle, l’auteur publie la liste des différentes appellations et indique les principes de la classification. Parmi les résultats, citons ceux établis entre la migration et la mobilité sociale. Parmi les immigrants, Sewell distingue les originaires d’Italie et les autres. Si les premiers sont victimes de nombreux préjugés qui se traduisent le plus souvent par une mobilité descendante, les autres immigrants profitent assez fréquemment des chances que leur donne le marché du travail marseillais pour gravir l’échelle de la hiérarchie urbaine.

Migrations

  • 63 – TEMIME (E.) éd., Migrance, Histoire des migrations à Marseille, 1- La préhistoire de la migration (...)

22Une somme en quatre volumes s’attache également à analyser les liens qui existent entre la société marseillaise et l’immigration63. Ces ouvrages sont bien sûr des ouvrages dont les enjeux dépassent la seule connaissance historique, tant les récentes polémiques sur l’immigration et la force de l’extrême-droite pèsent sur cette histoire. Cette analyse des diverses vagues migratoires arrivées dans la ville-port et la description des étapes de leur intégration demeure avant tout, et en dépit de l’étude de la distribution spatiale des Italiens, des Allemands ou des Anglais..., davantage une histoire politique et idéologique de l’immigration qu’une véritable histoire urbaine des immigrants.

  • 64 – Marseille au XIXe siècle, Rêves et triomphes, Musée de Marseille, Réunion des Musées Nationaux, 1 (...)
  • 65 – Pour une étude plus détaillée de ce phénomène, voir RONCAYOLO (M.), L’imaginaire de Marseille, Po (...)
  • 66 – BONILLO (J.-L.) et al., Marseille, Ville et port, op. cit.

23Ces problèmes ont été repris dans une très belle exposition tenue à Marseille à la fin de 1991 qui permet aussi l’exploration des rêves et des triomphes du premier port français de la fin du XIXe siècle64. Marcel Roncayolo y suit l’imaginaire d’une cité qui, dans le passé, a très souvent méprisé son arrière-pays pour se vivre avant tout comme une ville mondiale, plus consciente des événements indochinois ou algériens que des réalités provençales, véritable presbytie mentale pour reprendre l’image de Marcel Roncayolo65. Le catalogue de l’exposition fournit une bonne présentation des transformations matérielles de la ville – elle peut cependant être avantageusement complétée par l’ouvrage de Jean-Lucien Bonillo66 – l’architecture publique, l’architecture religieuse... Moins inspirées sont les pages sur les groupes sociaux dans l’espace urbain. En fait, le livre de William Sewell n’est même pas cité alors qu’il apporte une quantité d’informations sur ces questions. Les chercheurs français ne devraient pas ignorer l’apport de la recherche d’outre-Atlantique... Il n’est pas forcément nécessaire pour bien comprendre une ville d’y être né ou d’y avoir vécu... L’esprit de clocher ne fait pas bon ménage avec l’histoire urbaine...

  • 67 – Voir BENOIT-GUILBOT (O.) éd., Changer de région, de métier, changer de quartier, Paris, Universit (...)
  • 68 – GUILLAUME (P.), La population de Bordeaux au XIXe siècle, Paris, Armand Colin, 1972, 308 p.
  • 69 – RONCAYOLO (M.), Croissance et division sociale de l’espace urbain, essai sur la genèse des struct (...)
  • 70 – PINOL (J.-L.), Les mobilités de la grande ville..., op. cit., pp. 194-210.
  • 71 – FAURE (A.), « À l’aube des transports de masse : les “trains ouvriers” de la banlieue de Paris », (...)
  • 72 – MARCONIS (R.), Midi-Pyrénées XIXe-XXe siècle, Transports-Espace-Sociétés, Toulouse, Milan, 1985, (...)

24A propos de la mobilité intra ou interurbaine, Philippe Vigier a présenté un bilan général de l’intégration des migrants à Paris et Alain Faure a étudié la mobilité intra-urbaine des Parisiens en utilisant les listes de radiations aux listes électorales67. Il a pu ainsi préciser cette mobilité que d’autres sources mettent en évidence mais ne permettent pas de mesurer. Les mêmes documents avaient déjà été utilisés par Pierre Guillaume pour Bordeaux68 et par Marcel Roncayolo pour Marseille69. Je les ai moi-même utilisés pour les dernières années de la Troisième République à Lyon70. On ne saurait trop recommander ces documents annexes des listes électorales pour l’étude de la mobilité intra-urbaine et pour celle de l’émigration urbaine même. Ils n’ont cependant pas été systématiquement conservés et, même lorsqu’ils le sont, ils ne figurent pas toujours dans les inventaires des archives départementales... La mobilité intra-urbaine appelle bien sûr une étude des moyens de transports. Les historiens n’ont pas toujours accordé aux moyens de transports toute la place qu’ils méritent. Alain Faure, dans un article récent, a étudié les trains ouvriers de la région parisienne71 mais les géographes ont beaucoup apporté à l’histoire urbaine en ce domaine. Il faut lire la thèse de Robert Marconis pour connaître dans le détail la mise en place des réseaux de transports en commun de la région de Toulouse, depuis la création des premiers omnibus à chevaux par le meunier Eugène Pons, au milieu du Second Empire, jusqu’au développement de l’automobile en passant par l’électrification des tramways à la veille de la première guerre mondiale72.

25Les migrations vers les villes sont beaucoup plus étudiées que les migrations au départ des villes, même si on le fait souvent à partir d’un document qui ne fournit qu’une image simplifiée du phénomène : les listes nominatives du recensement sont traitées comme si la mobilité intra-urbaine n’existait pas. À vrai dire, les listes nominatives du recensement ne permettent que d’étudier, à un moment donné, la distribution des natifs et des non-natifs de la ville.

  • 73 – PAGE MOCH (L.), Paths to the City, Regional Migration in Nineteenth Century France, Beverly Hills (...)

26La démarche de Leslie Page Moch73 est beaucoup plus riche puisqu’elle étudie les migrations vers Nîmes à partir des listes nominatives et de l’état civil. L’originalité de sa démarche est de suivre les migrants dans leur communauté d’origine avant même qu’ils ne migrent. Et elle peut apprécier le rôle de la ville d’origine – Le Vigan, Langogne et Villefort – et le poids de l’appartenance religieuse. Cette dernière pèse sans pour autant déterminer de façon décisive la distribution résidentielle, en particulier pour les protestants originaires du Vigan. Le niveau des loyers et l’emploi sont tout aussi importants que l’appartenance religieuse ou que la filière migratoire. Le statut professionnel est fortement lié à l’origine. Les Lozériens dont les relations familiales sont moins développées à Nîmes que celles des natifs du Vigan se retrouvent souvent au bas de la hiérarchie sociale.

Propositions pour une histoire urbaine de la France...

  • 74 – Cela en particulier n’est pas simple pour des chercheurs qui doivent réaliser une thèse dans un d (...)
  • 75 – La Jeunesse des musées, les musées en France au XIXe siècle, Paris, Réunion des musées nationaux, (...)
  • 76 – LENIAUD (J.-M.), Les cathédrales au XIXe siècle, Étude du service des édifices diocésains, Paris, (...)

27Il me semble que, pour éviter tout esprit de clocher, il serait bon que, dans la mesure du possible, les chercheurs s’attachent à examiner les mêmes phénomènes ou les mêmes processus dans des villes différentes74. Plusieurs ouvrages donnent une bonne idée de ce que pourrait être l’analyse de la mise en place d’équipements dans les villes du XIXe siècle. La mise en place des musées, « ornement nécessaire de toute ville qui se respecte », a donné lieu à une exposition au musée d’Orsay et à un catalogue qui, outre les synthèses qu’il propose sur les fonctions, les formes – temple, palais ou basilique – ou les usages du musée, est un précieux instrument de travail permettant d’analyser les aspects financiers ou juridiques75. Dans le même ordre d’idées, le travail monumental de Jean-Michel Leniaud sur les cathédrales au XIXe siècle souligne l’importance de l’intervention de l’État dans les cathédrales et la mise en place d’une administration qui ne sait pas toujours éviter que l’architecte diocésain n’établisse une sorte de monopole sur les édifices76.

  • 77 – VOGEL (M.), Les polices des villes entre local et national : l’administration des polices urbaine (...)
  • 78 – Tel est aussi le sens de la démarche de F.-X. MERRIEN lorsqu’il étudie la diffusion des technique (...)

28Ces études d’un type de monument sont de bons exemples de ce que peuvent apporter à l’histoire urbaine les approches thématiques. Les villes du XIXe siècle ont vu se bâtir des équipements, elles ont aussi été le théâtre de la mise en place de systèmes de contrôle et de surveillance des populations urbaines. L’ordre public devait être protégé et défendu. Marie Vogel a consacré sa thèse à l’étude des polices urbaines sous la Troisième République77. Même si une grande partie de ses observations sont faites à partir du terrain grenoblois, l’approche locale est intégrée à une réflexion qui embrasse l’ensemble des villes de province, seule méthode susceptible de bien mettre en valeur d’éventuelles particularités locales78.

  • 79 – FEBVRE (L.), Pour une histoire à part entière, Paris, SEVPEN, 1962, pp. 475-476. Cette citation f (...)

29Je crois que l’histoire urbaine a tout à gagner à se métisser avec d’autres secteurs de recherche, que ce soit l’histoire de l’art, l’histoire culturelle ou l’histoire politique ou religieuse. En ces temps d’émiettement et de parcellisation de la recherche, l’histoire urbaine se doit d’être un carrefour, non pas en devenant un fourre-tout mais en étant une discipline de synthèse, soucieuse de distinguer le spécifique du général, ce qui oblige à bien faire le départ entre histoire urbaine et érudition locale. Ce qu’écrivait Lucien Febvre en 1962 à propos de l’histoire sociale et de l’approche régionale vaut tout autant pour l’histoire urbaine : « ... Et puis, par dessus tout, cette idée ancrée au fond du cerveau qu’on ne fait pas d’histoire sociale en vase clos ; que pour comprendre la Bourgogne, il faut en sortir, la regarder du dehors et s’apercevoir qu’en somme, cette Bourgogne, elle ne différait pas sensiblement quant aux tendances moyennes de ses hommes moyens, de la Comté sa voisine, ou même, ô scandale, de ce Paris abhorré... »79.

  • 80 – CANNADINE (D.). REEDER (D.) éd., Exploring the Urban Past, Cambridge, Cambridge University Press, (...)
  • 81 – Voir LEFEVRE (H.), Le droit à la ville, Paris, Le Seuil, 1974 (1ère éd. 1968). Il écrit p. 57 : « (...)

30En France comme ailleurs, il n’est pas facile de définir ce qu’est l’histoire urbaine. « L’historien du logement ou de l’architecture sera intéressé par les bâtiments ; l’historien de la société ou de la famille sera attentif à la manière de vivre dans ces bâtiments. Mais seul le spécialiste d’histoire urbaine devrait être également intéressé par les générations de bâtiments et par les générations d’hommes, soucieux de découvrir en quoi la production matérielle de la ville influence les familles urbaines et réciproquement »80. L’histoire urbaine se caractériserait par une attention égale portée à la ville et à l’urbain pour reprendre une distinction de Henri Lefevre81.

31Dans la France actuelle, le débat sur la ville est partout, les groupes d’études sur les banlieues omniprésents et la demande sociale quotidienne. Tant au niveau des structures ministérielles que de la structuration du champ scientifique, la ville est au centre des débats. Le CNRS a créé le PIR-Villes pour favoriser la recherche et pour permettre la circulation de l’information entre disciplines voisines, pour encourager aussi la diffusion de nombre de recherches non publiées. Pour autant, il n’existe pas en France de revue ou de lieu qui servent vraiment de carrefours aux spécialistes de l’urbain et de la ville et le moins que l’on puisse dire est que le foisonnement actuel ne signifie pas pour autant coordination minimale et circulation de l’information. De plus, très souvent les historiens patentés brillent par leur absence. Il est vrai qu’il est souvent agaçant de voir des spécialistes de sciences sociales se parer des vertus de l’histoire sous prétexte qu’ils ont consulté des archives... Consulter des archives ne suffit pas pour être historien. Pour autant, cet agacement – parfois, mais parfois seulement, justifié – ne peut excuser la relative absence des historiens dans le débat actuel sur la ville. Il est vrai aussi que l’historien travaille lentement et qu’il systématise rarement... Mais ces différences de cultures disciplinaires ne doivent pas être un obstacle au dialogue.

32L’histoire urbaine contemporaine doit contribuer à renouveler la manière de faire l’histoire contemporaine en France. Par l’histoire urbaine, l’histoire contemporaine renforcera ses liens avec les spécialistes des périodes antérieures. Par l’histoire urbaine, l’histoire contemporaine développera ses échanges avec des disciplines voisines auxquelles elle peut et doit emprunter un certain nombre de méthodes. L’enjeu dépasse de beaucoup un enjeu disciplinaire, il renvoie au rôle de l’histoire dans la société. Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui – dans des domaines divers – ressentent le besoin d’une meilleure connaissance de l’histoire urbaine de la France contemporaine. Le climat est favorable et il est de la responsabilité des chercheurs – qu’ils soient historiens de l’urbanisme, historiens de l’architecture, historiens de l’art, historiens de la société, géographes...– de saisir l’occasion...

Notes

1 – Voir dans RODGER (R.) éd., European Urban History, Prospect and Retrospect, Leicester University Press, 1993, le chapitre consacré à la France, pp. 76-108. Ce chapitre, rédigé en 1991, est dû à B. LEPETIT et J.-L. PINOL.
Voir aussi PINOL (J.-L.), Le monde des villes au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1991, les pages consacrées à l’histoire urbaine en chantier dans les pays germaniques, en Grande-Bretagne et aux États-Unis.

2 – ROCHE (D.), « Urban History in France : achievements, tendencies and objectives », Urban History Yearbook, 1980.

3 – Je profite de l’occasion qui m’est donnée ici pour dire que je n’étais pour rien dans ce choix, n’étant pas membre du jury qui a mis cette question au programme. Par ailleurs, si j’avais eu à donner mon avis à ce sujet, je pense que j’y aurais été opposé car la difficulté m’a semblé extrême. Ce ne sont pas les collègues qui ont eu à faire cours sur cette question, en l’abordant de manière comparative et non pays par pays, qui me démentiront...

4 – Le concours a été l’occasion de la publication de deux recueils de textes qui ont permis d’exhumer des auteurs oubliés ou peu lus. Voir GÉRARD (A.), KATAN (Y.), SALY (P.), TROCMÉ (H.), Villes et sociétés urbaines au XIXe siècle, Paris, Armand Colin, 1992. Voir aussi RONCAYOLO (M.) et PAQUOT (T.) dir., Ville et civilisation urbaine XVIIIe siècle-XXe siècle, Paris, Larousse, 1992, 640 p.

5 – Le meilleur outil est l’Urban History Yearbook devenu Urban History depuis qu’il est publié par Cambridge University Press. La bibliographie comprend chaque année quelque 2500 à 3000 références. Outre les ouvrages, sont mentionnés les articles de revues. Pour la France, sont dépouillées Les Annales de Bourgogne, Les Annales de Bretagne, Les Annales de l’Est, Les Annales du Midi, La Revue d’Alsace, etc. Cette bibliographie ne se fonde que sur la relation que le titre de l’ouvrage ou le titre de l’article établit, a priori, avec l’histoire urbaine. Disons que la cote est souvent un peu large. Nombre de références ne relèvent pas, à mon sens, de l’histoire urbaine mais d’une approche érudite de l’histoire locale ou de l’histoire politique locale. Quoi qu’il en soit, la bibliographie annuelle d’Urban History est un outil précieux, malheureusement trop peu présent dans les bibliothèques de France.
Il serait d’ailleurs très utile que soit constituée une banque de données sur les études urbaines qui tiendrait compte des ouvrages mais aussi des recherches non publiées ou des rapports faits à différents ministères qui prennent en compte les phénomènes urbains.

6 – DUPEUX (G.), Atlas historique de l’urbanisation de la France, 1811-1975, Paris, Éditions du CNRS, 1981.

7 – BAUDOUI (R.), FAURE (A.), FOURCAUT (A.), MOREL (M), VOLDMAN (D.), « Écrire une histoire contemporaine de l’urbain », Vingtième siècle, revue d’histoire, n° 27, 1990, pp. 97-105.

8 – CHASSAGNE (S.), « L’histoire des villes : une opération de rénovation historiographique », in BAYARD (F.) et al., Villes et Campagnes, XVe-XXe siècle, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1977, p. 289.

9 – DUBY (G.) dir., Histoire de la France urbaine, vol. 4, La ville de l’âge industriel, le cycle haussmannien, rédigé par M. AGULHON, F. CHOAY, M. CRUBELLIER, Y. LEQUIN, M. RONCAYOLO, Paris, Le Seuil, 1983.
Bien que de dimensions beaucoup plus modestes, l’ouvrage de F. BOURILLON, Les villes en France au XIXe siècle, Paris, Éditions Ophrys, 1992, 198 p., en raison même de sa date de parution, donne un panorama plus complet des recherches menées sur le sujet pendant la dernière décennie.

10 – DYOS (H.J.) et WOLFF (M.) éd., The Victorian City, Images and Realities, Londres, Routledge & Kegan, 1973, 2 vol.

11 – DUPEUX (G.), op. cit.

12 – LEPETIT (B.), Les villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel, 1988.

13 – GUÉRIN-PACE (F.), Deux siècles de croissance urbaine, La population des villes françaises de 1831 à 1990, Paris, Anthropos, 1993, 206 p.

14 – Dans sa thèse soutenue en 1990 devant l’Université de Paris VII, La dynamique d’un système de peuplement : évolution de la population des villes françaises de 1831 à 1982, 211 pages + un atlas de 25 pages, les cartes et les graphiques sont en couleurs et tout à fait lisibles.

15 – LEES (A.), Cities Perceived : Urban society in European and American Thought, 1820- 1940, New York, Columbia University Press, 1985, 360 p.

16 – Id. Ibid., p. 69.

17 – MORET (F.), Les socialistes britanniques et français et la Ville, 1820-1850, Thèse nouveau régime, Université de Paris VII, 1994.

18 – MONTIGNY (G.), De la ville à l’urbanisation, essai sur la genèse des études urbaines françaises en géographie, sociologie et statistique sociale, Paris, L’Harmattan, 1992.

19 – En Allemagne, aux États-Unis et en Grande-Bretagne, il a trouvé dans les grandes bibliothèques des fichiers matières très utiles mais pas en France. Et il commente : « Il n’y a pas de dépouillement systématique des périodiques français... La pauvreté de ce que j’ai trouvé comparé aux très nombreux articles consacrés aux villes parus en Grande-Bretagne, en Allemagne et aux États-Unis m’a confirmé que la thématique urbaine était étrangère à la plupart des revues françaises » (MONTIGNY (G.), op. cit., pp. 346-347). Mais l’absence d’instruments de travail reflète-t-elle l’absence de la thématique ou les méthodes de travail des spécialistes de la conservation des livres ?

20 – GAUDIN (J.-P.), L’avenir en plan, technique et politique dans la prévision urbaine, 1900- 1930, Seyssel, Champ Vallon, coll. « Milieux », 1985, 216 p., et du même auteur, Desseins de Villes, « Art urbain » et urbanisme, une anthologie, Paris, Éditions l’Harmattan, 1991, 174 p.

21 – LESCURE (M.), Les sociétés immobilières en France au XIXe siècle, contribution à l’histoire de la mise en valeur du sol urbain en économie capitaliste, Paris, Publications de la Sorbonne, 1980. Voir aussi du même auteur, Immobilier et bâtiment en France, 1820-1880, Paris, Hatier, 1983, 80 p.

22 – TOPALOV (C.), Le logement en France, histoire d’une marchandise impossible, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1987.

23 – CONDEMI (C.), Les cafés concerts, histoire d’un divertissement, 1849-1914, Paris, Quai Voltaire, 1992, 207 p.

24 – Sur Lyon, voir le catalogue de l’exposition tenue en 1991 aux archives municipales de la ville : ARLAUD (C.) et BERTIN (D.) dir., De la rue impériale à la rue de la République. Archéologie, création et rénovation urbaines, Lyon, archives municipales, 1991, 150 p.

25 – Voir BONILLO (J.-L.) et al., Marseille, Ville et Port, Marseille, Éditions Parenthèses, 1992, 220 p.

26 – Histoire de la France urbaine, vol. 4, p. 77.

27 – Voir DARIN (M.), « Les percées : application d’un modèle haussmannien ? Quelques remarques et hypothèses, regards sur l’haussmannisme », Bureau de la recherche architecturale du Ministère de l’équipement, du logement et des transports, 1987, et surtout « Les grandes percées urbaines du XIXe siècle : quatre villes de province », Annales ESC, 1988, n° 2, pp. 477-505.

28 – LOYER (F.), Paris XIXe siècle, l’immeuble et la rue, Paris, Hazan, 1987.

29 – DES CARS (J.) et PINON (P.), Paris-Haussmann, le pari d’Haussmann, Paris, Édition du Pavillon de l’ Arsenal, Picard, 1991, 367 p.
Voir de MONCAN (P.) et MAHOUT (C.), Le Paris du baron Haussmann (vol. 3 de ses mémoires), Paris, Éditions SEESAM-RCI, 1991.

30 – JACQUEMET (G.), Belleville au XIXe siècle, du faubourg à la ville, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et Jean Touzot, 1984, 454 p. Il faut aussi rappeler l’excellent article de G. JACQUEMET, « Urbanisme parisien : la “bataille du tout-à-l’égout” à la fin du XIXe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1979, pp. 505-548.

31 – GAILLARD (J.), Paris, la ville (1852-1870), l’urbanisme parisien à l’heure d’Haussmann, Paris, Honoré Champion, 1976.

32 – Alors que J. GAILLARD a souligné la résistance au départ des milieux populaires, leur refus d’émigrer au delà des boulevards et qu’elle souligne que « l’essentiel, c’est la polarisation persistante exercée par l’ancien Paris, c’est la centralisation des fonctions urbaines, c’est aussi le refus par les habitants d’un éclatement de la ville qui sera très long à entrer dans les mœurs (op. cit., p. 214), on peut lire dans MARCHAND (B.), Paris, histoire d’une ville, XIXe-XXe siècle, Paris, Le Seuil, 1993, p. 88 : « Le grand perdant fut l’ouvrier, obligé de déménager dans la périphérie de Paris ou en banlieue »...

33 – MERRIMAN (J.M.) dir., French Cities in the Nineteenth Century, Londres, Hutchinson, 1982, 304 p.

34 – Voir dans l’ouvrage précédent, pp. 139-164, l’article de R. L. HERBERT, « Industry in the changing landscape from Daubigny to Monet ».

35 – MERRIMAN (J.M.), The Red City, Oxford University Press, 1985, traduction française, Limoges, la ville rouge, Portrait d’une ville révolutionnaire, Paris, Belin, 1990, 495 p.

36 – MERRIMAN (J.M.), The Margins of the City Life, Exploration on the French Urban Frontier, 1815-1851, Oxford University Press, 1991, 318 p.

37 – MERRIMAN (J.M.), Aux marges de la ville, faubourgs et banlieues en France, 1815-1870, Paris, Le Seuil, 1994, 402 p.

38 – Pour une étude sur une banlieue d’une grande ville de province, Lyon, voir BOUHET (B.) et VIDELIER (Ph.), Vénissieux de A à V, 1921-1931, Une banlieue à travers le miroir de l’informatique, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1983, 296 p.

39 – FOURCAUT (A.) éd., Un siècle de banlieue parisienne (1859-1964), guide de recherche, Paris, L’Harmattan, 1988, 317 p.

40 – FOURCAUT (A.), Bobigny, banlieue rouge, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences Politiques et Éditions Ouvrières, 1986, 215 p., et FOURCAUT (A.) dir., Banlieue rouge, 1920-1960, Années Thorez, années Gabin : archétype du populaire, banc d’essai des modernités, Paris, Éditions Autrement, série « Mémoires » n° 18, 1992.

41 – BURLEN (K.) éd., La banlieue-oasis, Henri Sellier et les cités-jardins 1900-1940, Paris, Presses Universitaires de Vincennes, 1987, 302 p.

42 – BRUNET (J.-P.), Saint-Denis la ville rouge, 1890-1939, Paris, Hachette, 1981, 462 p. ; Id., Un demi-siècle de gestion municipale à Saint-Denis la Rouge, 1890-1939, Paris, Cujas, 1981.

43 – Voir la thèse de 3e cycle de droit de C. LARROQUE, La politique budgétaire de la municipalité de Montpellier dans les débuts de la IIIe République, méthode d’analyse, Montpellier, Université de Montpellier I, 1981, 460 p.

44 – FAURE (A.) dir., Les premiers banlieusards. Aux origines des banlieues de Paris, 1860- 1940, Paris, Créaphis, 1991, 285 p.

45 – PINÇON (M.) et PINÇON-CHARLOT (M.), Dans les beaux quartiers, Paris, Le Seuil, 1989, 255 p. Là aussi, en dépit d’un titre général, il n’est question que de Paris... Voir aussi des mêmes auteurs, Quartiers bourgeois, quartiers d’affaires, Paris, Payot, 1992, 336 p.

46 – Sur les élites, voir aussi MARTIN-FUGIER (A.), La vie élégante ou la formation du Tout-Paris, 1815-1848, Paris, Fayard, 1990, 446 p., et CHARLE (C.), Les élites de la République (1880-1900), Paris, Fayard, 1987. Sur les élites lyonnaises, voir la thèse de C. PELLISSIER, Les sociabilités patriciennes à Lyon du milieu du XIXe siècle à 1914, thèse nouveau régime, Université de Lyon II, 1993, qui utilise une grande masse d’archives privées. Sa perspective est davantage celle d’une histoire de l’intime que celle d’une histoire sociale de la ville.

47 – GUERRAND (R.-H.), Les origines du logement social en France, Paris, Éditions ouvrières, 1967. L’ouvrage a été réédité sous un autre titre Propriétaires et locataires, les origines du logement social en France (1850-1914), Paris, Quintette, 1987, 352 p. Il faut aussi signaler un très utile guide bibliographique du même auteur, Le Logement populaire en France, sources documentaires et bibliographie (1800-1960), Paris, École Nationale des Beaux-Arts, Centre d’Études et de Recherches Architecturales, 1979, 236 p. (nouvelle édition en 1983). Voir encore du même auteur, Cent ans d’habitat social : une utopie réaliste, Paris, Albin Michel, 1989, 175 p. Voir également TARICAT (J.) et VILLARS (M.), Le logement à bon marché, Chronique, Paris, 1850-1930, Paris, Éditions Apogée, 1982, 158 p., et FLAMAND (J.-P.), Loger le peuple, essai sur l’histoire du logement social, Paris, Éditions La Découverte, 1989, 370 p.

48 – DEVILLERS (C.) et HUET (B.), Le Creusot, Naissance et développement d’une ville industrielle, 1872-1914, Seyssel, Champ Vallon, 1981.

49 – TARICAT (J.) et VILLARS (M.), op. cit.

50 – MAGRI (S.) et TOPALOV (C.) éd., Villes ouvrières, 1900-1950, Paris, L’Harmattan, 1989. Ce livre est très caractéristique de ces ouvrages au titre général qui se concentrent sur Paris : sept contributions souvent excellentes concernent la région parisienne et cinq autres ne sont pas véritablement ancrées dans un espace précis ou s’appuient sur des comparaisons internationales. L’ouvrage de M. PIGENET, Les ouvriers du Cher, fin XVIIIe siècle-1914, Travail, espace et conscience de classe, Paris, Centre confédéral d’études économiques et sociales de la CGT, Institut CGT d’histoire sociale, 1990, 450 p., est une étude du monde ouvrier avant d’être une contribution à l’histoire urbaine. On y trouve cependant des éléments intéressants sur Bourges ou sur Vierzon...

51 – PERROT (M.), « Les ouvriers, l’habitat et la ville au XIXe siècle », in La question du logement et le mouvement ouvrier français, Paris, Éditions de la Villette, 1981.

52 – ACCAMPO (E.), Industrialization, Family Life, and Class Relations Saint-Chamond, 1815- 1914, Berkeley, Los Angeles, The University of California Press, 1989, 302 p.

53 – Id., ibid., p. 210. Voir aussi LYNCH (K.), Family, class and ideology in early industrial France, Social policy and the working-class family, 1825-1848, Madison, Wisconsin University Press, 1988. Les naissances illégitimes et les abandons d’enfants sont étudiés à Mulhouse, Lille et Rouen.

54 – HANAGAN (M.), Nascent Proletarians, Class Formation in post-revolutionnary France, Cambridge (Mass.), Basil Blackwell, 1989.

55 – BURDY (L-P.), Le soleil noir : un quartier de Saint-Étienne, 1840-1940, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1989, 270 p. Voir le compte rendu que j’en ai fait dans Annales, ESC, 1993, n° 5.
Sur Saint-Étienne, il faut signaler un atlas des plus utiles dont on peut regretter la diffusion trop limitée : BONILLA (M.), TOMAS (F.), VALLAT (D.), Cartes et plans, Saint-Étienne du XVIIIe siècle à nos jours, 200 ans de représentations d’une ville industrielle, Saint-Étienne, Centre d’Études Foreziennes, 1989, 180 p.

56 – Sur ce point, il corrige, ou au moins nuance, l’image du jardin ouvrier donnée dans les années 1970 par L. MURARD et P. ZYLBERMAN, « Le petit travailleur infatigable ou le prolétaire régénéré, Villes-usines, habitat et intimités au XIXe siècle », Recherches, 1976, n° 25.

57 – HASTINGS (M.), Halluin la rouge, 1919-1939, Aspects du communisme identitaire, Lille, Presses Universitaires de Lille, 438 p.

58 – REID (D.), Paris Sewers and Sewermen, Realities and Representations, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1991, 236 p.

59 – REID (D.), The Miners of Decazeville : a Genealogy of Deindustrialization, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1985.

60 SEWELL (W.H.) Jr., Structure and Mobility, the Men and Women of Marseille, 1820-1870, Cambridge University Press, 1985.

61 – TILLY (C.), « The tyranny and here and now », Sociological Forum, 1, 1986. Sur la mobilité sociale, voir aussi ma propre contribution, Les mobilités de la grande ville, Lyon fin XIXe – début XXe, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences Politiques, 1991, 432 p.

62 – DUPEUX (G.), « L’étude de la mobilité sociale. Quelques problèmes de méthode », in Conjoncture économique, structures sociales, hommage à Ernest Labrousse, Paris, Mouton, 1974, pp. 79-90.

63 – TEMIME (E.) éd., Migrance, Histoire des migrations à Marseille, 1- La préhistoire de la migration (1482-1830) ; 2- L’expansion marseillaise et l’invasion italienne (1830-1918) ; 3-Le cosmopolitisme de l’entre-deux-guerres (1919-1945) ; 4-Le choc de la décolonisation et les données nouvelles de la migration (1945-1990), Aix-en-Provence, Edisud, 1989-1991.

64 – Marseille au XIXe siècle, Rêves et triomphes, Musée de Marseille, Réunion des Musées Nationaux, 1991, 441 p.

65 – Pour une étude plus détaillée de ce phénomène, voir RONCAYOLO (M.), L’imaginaire de Marseille, Port, ville, pôle, Marseille, Chambre de Commerce et d’industrie de Marseille, tome V de l’Histoire du commerce et de l’industrie de Marseille, XIXe-XXe siècles, 1990, 368 p.
Sur les problèmes d’imaginaire urbain, voir aussi SAUNIER (P.-Y.), Lyon au XIXe siècle : Les espaces d’une cité, thèse nouveau régime, Université de Lyon II, 1992. Voir aussi du même auteur « Haut lieu et lieu haut, Lyon et Fourvière au XIXe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 40-2, Avril-juin 1993.

66 – BONILLO (J.-L.) et al., Marseille, Ville et port, op. cit.

67 – Voir BENOIT-GUILBOT (O.) éd., Changer de région, de métier, changer de quartier, Paris, Université de Paris X-Nanterre, Recherches interdisciplinaires, 1982, 146 p. L’article de Ph. VIGIER est intitulé État des recherches historiques sur l’insertion des migrants à Paris au XIXe siècle, pp. 15-25, et celui d’A. FAURE, Les racines de la mobilité populaire à Paris au XIXe siècle, pp. 103-119.

68 – GUILLAUME (P.), La population de Bordeaux au XIXe siècle, Paris, Armand Colin, 1972, 308 p.

69 – RONCAYOLO (M.), Croissance et division sociale de l’espace urbain, essai sur la genèse des structures urbaines à Marseille, thèse de doctorat d’État, Paris I, 1981, 2 vol.

70 – PINOL (J.-L.), Les mobilités de la grande ville..., op. cit., pp. 194-210.

71 – FAURE (A.), « À l’aube des transports de masse : les “trains ouvriers” de la banlieue de Paris », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 40-2, Avril-juin 1993.

72 – MARCONIS (R.), Midi-Pyrénées XIXe-XXe siècle, Transports-Espace-Sociétés, Toulouse, Milan, 1985, 2 vol.

73 – PAGE MOCH (L.), Paths to the City, Regional Migration in Nineteenth Century France, Beverly Hills/London, Sage Publications, 260 p.

74 – Cela en particulier n’est pas simple pour des chercheurs qui doivent réaliser une thèse dans un délai limité.

75 – La Jeunesse des musées, les musées en France au XIXe siècle, Paris, Réunion des musées nationaux, 1994, Diffusion Le Seuil.

76 – LENIAUD (J.-M.), Les cathédrales au XIXe siècle, Étude du service des édifices diocésains, Paris, Économica, 1993, 984 p. Cet ouvrage possède un très utile instrument de travail : un répertoire biographique (plus de 200 pages) des architectes du service des édifices diocésains et des architectes diocésains.
Voir aussi l’ouvrage collectif auquel a participé l’auteur précédent : BOUCHON (C.), BRISAC (C.), CHALINE (N.-J.), LENIAUD (J.-M.), Ces églises du Dix-Neuvième siècle, Amiens, Encrage Édition, 1993, 272 p.

77 – VOGEL (M.), Les polices des villes entre local et national : l’administration des polices urbaines sous la Troisième République, thèse pour le doctorat de Science Politique, Université de Grenoble II, 2 vol., 786 p.

78 – Tel est aussi le sens de la démarche de F.-X. MERRIEN lorsqu’il étudie la diffusion des techniques de l’hygiène à Rennes. Sans faire de comparaison systématique avec d’autres villes, l’auteur a le souci de montrer et d’expliquer la spéficité rennaise. Cela suppose, tout au moins, une bonne maîtrise de la littérature consacrée au sujet, ce qui n’est pas le cas des études locales qui sont faites dans une perspective localiste. Voir MERRIEN (F.-X.), La bataille des eaux, l’Hygiène à Rennes au XIXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1994, 166 p.

79 – FEBVRE (L.), Pour une histoire à part entière, Paris, SEVPEN, 1962, pp. 475-476. Cette citation figure en exergue d’une grande thèse d’histoire urbaine, celle de M. GARDEN, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970.

80 – CANNADINE (D.). REEDER (D.) éd., Exploring the Urban Past, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, p. 212.

81 – Voir LEFEVRE (H.), Le droit à la ville, Paris, Le Seuil, 1974 (1ère éd. 1968). Il écrit p. 57 : « ... une distinction entre la ville, réalité présente, immédiate, donnée pratico-sensible, architecturale – et d’autre part l’urbain, réalité sociale, composée de rapports à concevoir, à construire ou à reconstruire par la pensée. Toutefois cette distinction se révèle dangereuse et la dénomination proposée n’est pas sans risques. L’urbain ainsi désigné semble se passer du sol et de la morphologie matérielle... Si l’on adopte cette terminologie, les rapports entre la ville et l’urbain devront se déterminer avec le plus grand soin, en évitant la séparation comme la confusion... ».

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search